Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 07:48

 

 

Notre-Dame du Marillais

 

La Sainte Vierge apparaît en 430 dans un peuplier à Saint Maurille, Évêque d’Angers (ou « Maurille d’Angers », « du Milanais », « le jardinier », « Maurile », « Maurilius »), et lui demande d’instaurer la Fête de Sa glorieuse Nativité le 8 septembre (pour la 1ère fois) dans tout son diocèse. C’est pourquoi cette Fête s’appelle aussi Notre-Dame-(l’)Angevine.

Saint-Maurille serait né en 363 à Milan (Italie), et mort le 13 septembre 453 à Angers à l’âge de 90 ans. Dans « Les petits bollandistes – Vies des Saints… », page 63, tome 11 ci-dessous, ils parlent de sa mort en 426, et, par déduction, de sa naissance en 336à « SAINT MAURILLE DU MILANAIS, ÉVÊQUE D'ANGERS ET CONFESSEUR. 426. Pape : Saint Célestin Ier - Empereur d'Occident : Valentinien III. ‘’La prière du juste est la clef du ciel ; la prière monte, puis elle fait descendre la miséricorde divine’’ (Saint Augustin) ». Cela semble peu vraisemblable, car de nombreuses sources parlent de sa mort en 453 (cf apparition de la Vierge Marie à Maurille en 429 ou en 430).

Par ailleurs, il ne faut pas confondre Saint-Maurille (fête le 13 septembre) avec le ‘’Bienheureux Maurille’’, Archevêque de Rouen (né avant l’an 1000, mort en 1067 ; fête le 9 août) ; ni avec Maurille, Évêque de Cahors (ou Maurillon, mort en 580 ; fête le 10 janvier).

 

 

 

Prière ancienne à Notre-Dame du Marillais

 

« O Très-Sainte Vierge Marie, par votre immaculée Conception et votre glorieuse Nativité, soyez-nous toujours Notre-Dame-l’Angevine. Comme vous nous avez aimés dès le commencement, aimez-nous jusqu’à la fin. Faites que nous vous servions, comme le faisaient nos pères, d’un cœur joyeux et d’un amour filial, afin que vous vous plaisiez à être toujours la Patronne et la Reine de ces contrées que vous avez comblées de vos faveurs, en tant de sanctuaires miraculeux et durant la longue suite de tant de siècles. »

 

Source : « Notice sur Notre-Dame-du-Marillais ou Notre-Dame-l'Angevine », page 39, par le Prêtre et chanoine François-Jean Bellanger, 1873.

 

 

 

 

 

 

Vidéo "Le Marillais" par "Etoile Notre Dame"

 

 

Sainteté et miracles de Maurille, Évêque d’Angers

 

« Maurille naquit dans une bourgade du Milanais, de parents très-illustres et qui joignaient à une haute naissance une grande vertu et une piété singulière. Ils le mirent, presque au sortir du berceau, sous la discipline de saint Martin, qui, après avoir quitté la Hongrie, s'était bâti à Milan un monastère, où il élevait les jeunes gens dans la vertu et l'étude des saintes lettres. Mais comme ce grand Saint ne put faire longtemps ces pieuses fonctions, parce que les Ariens, qui ne pouvaient souffrir l'éclat de sa sainteté, le contraignirent à sortir de la ville après l'avoir ignominieusement fait fouetter par tous les carrefours, Maurille se vit bientôt privé de ce cher maître. Pendant qu'il attendait, dans ce monastère, que Dieu lui en donnât un autre, saint Ambroise, évêque de Milan, l'en retira pour le faire lecteur dans son église. Peu de temps après il perdit son père, qui était gouverneur de la province ; et alors, voulant pratiquer le conseil de l'Evangile, il renonça à tous ses biens, quitta sa mère et son pays, et se rendit auprès de saint Martin, qui avait été élevé au siège métropolitain de Tours. Il y passa quelques années dans le chant des divins offices ; mais le saint prélat, le jugeant capable de ministères plus relevés, lui conféra les Ordres sacrés, et enfin le sacerdoce, malgré les grandes résistances que son humilité lui fit apporter à sa promotion. Cette éminente dignité lui fut un puissant motif de mener une vie encore plus austère que celle dont il avait fait profession jusqu'alors, afin de se mettre en état de recevoir une plus grande abondance de grâces, et de suivre Notre-Seigneur partout où il l'appellerait. Après avoir demeuré quelque temps avec saint Martin et profité de ses admirables instructions, il se rendit à la ville d'Angers pour y travailler au salut des âmes. Dès qu'il y fut arrivé, ayant appris qu'il y avait dans un village voisin un ancien temple dédié au culte des idoles, il résolut de le détruire ; mais, comme il ne put pas se servir des hommes pour cela, il eut recours à Dieu, et le pria de ruiner lui-même un lieu où tant d'âmes étaient séduites par l'artifice des démons. Au même instant le feu descendit du ciel, et mit en cendres le temple et tous les simulacres que l'on y adorait. Il y fit ensuite bâtir à Jésus-Christ une église qu'il administra pendant douze ans avec une extrême ferveur, et autour de laquelle vint se grouper une population qui donna naissance à la ville actuelle de Chalonne. Notre Saint y fixa sa demeure habituelle, y fonda même un monastère, et en fit comme le centre de ses prédications apostoliques.

Sa sainteté éclata par plusieurs miracles. Un habitant du village de la Possonnière, depuis longtemps perclus de ses deux mains, entendit, pendant son sommeil, une voix qui lui dit : « Va trouver le serviteur de Dieu Maurille, prie-le de faire le signe de la croix sur tes mains, et en même temps tu en recouvreras l'usage ». Il le fit, et Maurille, après avoir passé un jour et une nuit en prières, le guérit instantanément par la vertu de ce signe de notre salut. On lui amena aussi une femme aveugle que l'on avait garrottée et liée de deux chaînes, parce qu'elle était possédée d'un furieux démon qui lui avait causé son infirmité. Il la regarda d'un œil de compassion, et son seul regard eut tant de force, qu'il contraignit le démon de sortir du corps de cette malheureuse. Il imprima ensuite le signe de la croix sur ses yeux, et, par ce moyen, lui rendit l'usage de la vue. Il sauva encore de la mort, par ce remède, un berger qui avait été mordu d'une vipère. Il obtint un fils par ses prières à une femme d'Angers que son âge et sa stérilité naturelle mettaient hors d'état d'avoir jamais des enfants. Il y avait près du village de Chalonne, où il faisait sa résidence, un temple abominable, nommé Prisciacus, dans lequel les païens avaient réuni quantité d'idoles qui étaient tous les jours les objets de leurs adorations et de leur culte profane. Maurille, plein de zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, s'y transporta pour détruire, s'il lui était possible, ce repaire des esprits immondes. Les démons qui s'y faisaient adorer s'écrièrent alors : « Pourquoi, Maurille, nous persécutez-vous avec tant de rigueur ? Nous ne saurons plus où nous cacher dans tout ce pays. Vous nous cherchez partout et vous nous forcez de tous côtés de nous enfuir ». Le Saint, sans avoir égard à leurs plaintes, les chassa par le signe de la croix ; et, ayant fait faire un monceau de toutes les idoles, il y fit mettre le feu et le réduisit en cendres. Enfin, sur les ruines de ce lieu d'abomination, il fit bâtir un beau monastère, qui fut bientôt rempli de saints religieux. C'est le prieuré de Saint-Pierre de Chalonne, qui fut donné dans la suite à l'abbaye de Saint-Serge par les évêques d'Angers, et reconstruit sous le patronage de Notre-Dame. Il guérit encore, par sa seule présence, un religieux tourmenté de la fièvre.

Des marchands avaient plusieurs esclaves de l'un et de l'autre sexe qu'ils emmenaient en Espagne, où ce commerce était en vogue. Un de la troupe passant auprès de l'église de notre Saint, se sauva dedans, et, se jetant à ses pieds, le pria avec larmes de le délivrer de cet état de servitude, en employant pour cela le grand crédit qu'il avait auprès de Dieu, ou en payant sa rançon à son maître, surtout parce qu'il avait été furtivement enlevé de son pays pour être vendu dans une terre étrangère. Maurille, vivement touché de sa misère et de son injuste captivité, parla en sa faveur au marchand à qui il appartenait mais celui-ci, demeurant inflexible, commanda au contraire à ses gens de le tirer par force de l'église. Alors le Saint se prosterna à terre et fit cette prière : « Seigneur, Dieu tout-puissant, qui ne manquez jamais d'assister de votre miséricorde ceux qui sont dans l’angoisse et dans l'affliction, je vous prie de secourir ce captif et d'avoir pitié de l'amertume dont son cœur est pénétré ». Il n'eut pas plus tôt achevé ces paroles, qu'une fièvre saisit le marchand avec tant de violence, qu'elle lui ôta la vie avant qu'il pût se repentir de sa dureté. Tous les autres de la compagnie, croyant que la terre allait s'ouvrir pour les engloutir, eurent recours aux larmes, et supplièrent instamment le Saint d'obtenir grâce pour le défunt et d'user d'indulgence envers eux. Il se prosterna de nouveau à terre, et ne s'en releva point qu'il n'eût obtenu au marchand défunt la vie du corps et de l'âme. Ces miracles furent cause que l'esclave fut mis en liberté, et que les marchands, reconnaissant la vertu de notre Saint, lui firent de grands présents, dont il appliqua une petite partie à son église et fit distribuer le reste aux pauvres. Nous passons sous silence d'autres merveilles de cette nature que saint Maurille a opérées pour le soulagement des infirmes et des malheureux, afin de parler de sa promotion au siège épiscopal d'Angers.

 

 

Après la mort de l'évêque de cette ville, tous les habitants et la noblesse s'assemblèrent pour en élire un autre en sa place. Chacun avait ses vues particulières, fondées plutôt sur des intérêts humains que sur le zèle de la gloire de Dieu. Les sentiments étant ainsi partagés, saint Martin, qui avait droit de présider à cette élection en qualité de métropolitain, y arriva. Il écouta patiemment les avis des uns et des autres ; mais, comme il avait le mot du ciel, il réunit aussitôt les esprits en faveur de Maurille, qui était assez connu par le mérite de sa vertu et par le bruit de ses miracles. On députa sur-le-champ des ecclésiastiques pour aller le prendre dans son église de Chalonne et l'amener à Angers, malgré toutes les résistances qu'il pourrait faire. Les envoyés exécutèrent fidèlement leur mission : ils amenèrent Maurille, et Dieu confirma par une merveille le choix que l'on avait fait de sa personne. Comme les deux Saints entraient dans l'église, une colombe d'une blancheur admirable descendit visiblement sur la tête de Maurille et s'y reposa, s'en retirant seulement lorsque, dans la cérémonie de la consécration, il fallait que saint Martin lui imposât les mains. Ce grand archevêque disait depuis, que non-seulement le Saint-Esprit avait présidé sous la figure d'une colombe à l'ordination de Maurille, mais encore que des troupes d'anges y avaient assisté. Il passa la nuit suivante en prières dans son église, afin de demander à Dieu les grâces nécessaires pour s'acquitter dignement des fonctions apostoliques, auxquelles il venait d'être destiné par son sacre ; et nous ne devons pas douter qu'il n'ait été exaucé, puisqu'il parut toujours un parfait imitateur des Apôtres, tant par la sainteté de sa vie que par les miracles qu'il opéra. En effet, sa parole chassait les démons des corps des énergumènes ; ses prières rendaient la santé aux malades, et le signe de la croix qu'il imprimait avait la force d'éclairer les aveugles, de faire marcher les paralytiques et même de ressusciter les morts. Il était orné d'une simplicité apostolique ; il avait une pureté de cœur qui ne se trouve ordinairement que dans les anges ; il mortifiait sa chair par de longues veilles et des jeûnes continuels ; il demandait sans cesse à Dieu qu'il conservât le troupeau qu'il lui avait confié, et qu'il ne permît pas que le démon lui ravît aucune de ses ouailles.

Nous avons un exemple prodigieux et presque incroyable de ce zèle ardent du salut des âmes que la divine Providence lui avait commises. L'enfant qu'il avait obtenu par ses prières à une femme stérile, dont nous avons parlé, tomba dangereusement malade. Sa mère, appréhendant qu'il ne mourût avant d'avoir reçu le sacrement de la confirmation, que l'on donnait en ce temps-là aux enfants, l'apporta promptement à l'église de Saint-Pierre, pour prier saint Maurille de le lui administrer. Le saint prélat célébrait alors solennellement la messe. On l'avertit de ce qui se passait ; mais, comme il était en ce moment à la consécration des divins mystères, ne croyant pas pouvoir l'interrompre, il continua toujours ses dévotions. Cependant cet innocent mourut sans avoir reçu le Saint-Esprit par l'imposition des mains de l'évêque. Quand il apprit cet accident, après la cérémonie, on ne peut exprimer la douleur qu'il en eut ; il déplora ce malheur à chaudes larmes, et, comme s'il y avait eu de sa négligence, parce que peut-être sa ferveur l'avait un peu trop arrêté, il résolut d'expier cette faute par une pénitence de plusieurs années. Il ne lui était pas facile de la faire, à la vue de son peuple, telle qu'il l'aurait souhaitée. C'est pourquoi, après avoir longtemps combattu en lui-même, il forma le dessein d'abandonner son évêché et de se retirer en quelque lieu inconnu, pour y pratiquer, en liberté, toutes les austérités qu'il croyait avoir méritées par ce manquement. Il exécuta aussitôt ce projet, et, sortant en cachette de sa ville épiscopale, il se rendit à un port de mer. Là, étant sur le rivage, en attendant le départ d'un vaisseau, qui allait en Angleterre, il écrivit sur une pierre, mû sans doute par une secrète inspiration divine, son nom, sa qualité et le jour de son passage. Etant en pleine mer, il s'aperçut qu'il avait emporté sur lui les clefs des reliques de son église, et, comme il les tenait dans ses mains, examinant en lui-même pourquoi il les avait prises, le démon, qui ne cherchait qu'à le troubler davantage et à augmenter sa douleur par un nouveau sujet de tristesse, les fit tomber dans l'eau. Alors le Saint fondant en larmes, s'écria par un esprit de prophétie : « Si je ne retrouve point ces clefs, je ne retournerai jamais dans le pays que j'ai quitté ». Dès qu'il fut débarqué, il prit un pauvre habit, et, cherchant un lieu où il pût demeurer inconnu aux hommes, il se loua à un seigneur, pour être son jardinier, afin de mortifier son corps par les fatigues continuelles de cet exercice. Dieu bénissait tellement son travail, que son jardin fournissait abondamment toutes sortes de légumes, et sa vertu le faisait singulièrement aimer de son maître et de tous ses domestiques.

 

 

Le clergé et le peuple d'Angers furent extrêmement affligés de ne plus voir le bienheureux pasteur que le ciel leur avait donné. Plusieurs apprirent par révélation que l'absence d'un si saint homme serait suivie de grands malheurs sur tout leur pays, s'ils ne faisaient leurs diligences pour le retrouver. Ils s'assemblèrent donc tous et choisirent quatre d'entre eux pour aller s'informer de tous côtes si l'on n'en avait, rien appris. Ces députés parcoururent pendant sept ans presque tout le continent d'Europe, sans rien découvrir, il ne restait plus que l'Angleterre où ils ne fussent pas allés. Ils se rendirent donc à un port de la Bretagne-Armorique, pour v passer dans le premier vaisseau qui y ferait voile. Comme ils attendaient que l'équipage fût prêt et le vent bon, ils aperçurent sur une pierre, le long du rivage, ces paroles que le Saint avait écrites : « Par ici passa Maurille, évêque d'Angers », avec la date du jour de son départ. Cette heureuse découverte leur donna l'espérance de le trouver au-delà de l'Océan. Ils s'embarquèrent avec joie et ils faisaient une bonne navigation, lorsque subitement un gros poisson s'élança de la mer dans leur navire. Cette merveille les étonna ; mais ils furent bien plus surpris, lorsqu'après l'avoir ouvert, on lui trouva dans le ventre les clefs des reliques de l'église d'Angers. Ils craignirent d'abord que Maurille ne fût ainsi tombé dans la mer et n'eût été dévoré par les poissons, et cette pensée les consterna. Mais ils furent rassurés la nuit suivante, dans une vision qu'ils eurent tous quatre, et dans laquelle on les exhorta à poursuivre leur route, avec l'espoir qu'ils auraient enfin le bonheur de rencontrer leur saint évêque. Fortifiés par cette espérance, ils arrivèrent en Angleterre ; et, par le ministère des anges, qui leur servaient de guides, ils allèrent directement à la maison du seigneur où leur prélat était jardinier. Ils ne furent pas plus tôt entrés dans la basse-cour, qu'ils l'aperçurent portant des légumes pour la table de son maître. Ils se jetèrent à l'heure même à ses pieds, et, versant des torrents de larmes, ils le conjurèrent de revenir dans sa ville épiscopale, pour y reprendre le gouvernement de son Eglise. « Je ne puis », leur dit-il en pleurant, « faire ce que vous me demandez, parce j'ai fait un serment de n'y jamais retourner que je n'ai auparavant retrouvé les clefs des reliques que j'ai laissé tomber en passant la mer ». Les députés les lui montrèrent aussitôt et lui racontèrent tout ce qui leur était arrivé. Ainsi, ne pouvant plus douter de la volonté de Dieu sur lui, après tant de prodiges, il acquiesça à leur désir. Les habitants ce pays-là lui firent tous les honneurs possibles, admirant ce changement merveilleux d'un évêque en un jardinier, et ensuite d'un jardinier en un évêque. Ils lui firent aussi de grands présents et le conduisirent en pompe jusque sur son vaisseau. La nuit de son départ, un ange lui apparut et lui dit : « Levez-vous, Maurille, et rendez-vous incessamment à votre peuple, qui désire avec ardeur votre retour. Vos prières et votre piété ont conservé vos ouailles durant votre absence ; et même, pour récompense de votre vertu, Dieu vous restituera l'enfant dont vous déplorez la mort depuis si longtemps ».

Il est impossible de décrire l'allégresse que ses enfants spirituels ressentirent lorsqu'ils eurent le bonheur de voir et d'embrasser leur saint pasteur ; et elle fut d'autant plus grande que sa retraite inespérée leur avait causé plus de douleur. Dès qu'il fut arrivé, il se rendit au tombeau de l'enfant, le fit ouvrir, et, se sentant animé d'une ferme confiance en Dieu, il se mit en oraison et gémit longtemps, les yeux et le visage baignés de larmes. Enfin, par la ferveur de sa prière et par la force de ses soupirs, il le ressuscita, et, à cause de cette seconde naissance, lui donna le nom de René, à la confirmation qu'il lui conféra sur-le-champ. Depuis, il en eut un soin tout particulier, le destina aux autels, le forma à la vertu, et en fit un si saint homme qu'il l'eut enfin pour successeur au siège d'Angers. - Nous savons bien que quelques écrivains modernes ont révoqué en doute la vérité de toute cette histoire ; mais comme leurs meilleures raisons ne consistent qu'en des difficultés apparentes que leur préoccupation les a empêchés de développer, ou en des sophismes qui se détruisent d'eux-mêmes, nous avons cru ne pas devoir abandonner pour cela l'ancienne tradition de plus de douze cents ans, des Eglises d'Angers, en France, et de Sorrento, dans le royaume de Naples, desquelles saint René a été évêque ; ni l'autorité de saint Fortunat de Poitiers, de saint Grégoire de Tours, et de plusieurs historiens très-dignes de foi, qui, tous, conviennent de ce que nous avons rapporté. On peut voir la savante dissertation que les chanoines de la cathédrale d'Angers ont faite en 1650, pour établir ce point d'histoire et répondre aux objections d'un théologien qui l'avait combattu plutôt par des subtilités de pure critique que par des arguments solides et convaincants.

Pour confirmer ce grand miracle, que ces esprits incrédules et ennemis de la gloire des Saints ont peine d'avouer, nous en rapporterons ici quelques autres que saint Maurille a opérés depuis son retour dans son diocèse. Un artisan s'était mis un dimanche à son travail ordinaire, sans respecter la sainteté de ce jour ; mais le manche de la cognée dont il se servait lui demeura tellement attaché à la main, qu'il lui fut impossible de l'en ôter. Après avoir été cinq mois dans cet état, souffrant des douleurs très-aiguës, il eut recours au saint évêque, lui confessa sa faute, et le pria avec larmes d'avoir pitié de sa misère. Maurille en eut compassion, et, touchant seulement le manche de sa cognée, il fit que ses doigts s'étendirent, que sa main s'ouvrit, et que, la cognée s'en étant séparée, il se trouva parfaitement guéri. Un laboureur, nommé Belgique, commanda, le jour de Pâques, à ses serviteurs de travailler. Ceux-ci ne le firent que par contrainte mais ils n'eurent pas plus tôt commencé, que le maître devint aveugle. Pendant trois ans il souffrit de continuelles douleurs. Au bout de ce temps, il apprit que le bienheureux prélat, qui faisait alors la visite de son diocèse, devait passer par le village où il demeurait ; il pria qu'on le conduisît à ses pieds, espérant que, s'il pouvait toucher le bord de sa robe, il serait aussitôt guéri. En effet, il ne l'eut pas plus tôt fait, avec l'aide de ses amis, qu'il recouvra le parfait usage de ses yeux, que son impiété lui avait fait perdre. Notre Saint revenait un jour de la ville du Mans, où son zèle l'avait fait aller, pour apaiser quelque discorde qui s'y était élevée entre les citoyens ; les habitants des lieux où il passait se présentaient à lui pour recevoir sa bénédiction ; l'un d'eux mit sur le chemin un de ses enfants qui était tellement paralytique dès son enfance, et avait les membres si retirés et si contrefaits, qu'il n'avait presque plus la figure humaine. « Notre saint pasteur », disait-il à sa femme, « peut rendre la santé a notre enfant, et il le fera avec autant de facilité qu'il a rendu la vie à celui qui était dans le tombeau depuis plusieurs années ». Quand le Saint fut près de ce triste objet, tout le peuple se jeta à ses pieds et le conjura d'avoir pitié de l'enfant. Ne pouvant résister aux prières de tant de personnes, il se mit lui-même en oraison, prosterné à terre, et il ne s'en releva qu'après avoir obtenu la guérison du pauvre malade. Un pèlerin était mort subitement dans un village où saint Maurille arriva dans le cours de sa visite, lorsqu'on allait le porter en terre : il pria pour lui, et le mort se leva au milieu de l'assemblée, assurant que les suffrages du saint évêque lui avaient obtenu la vie. Il ressuscita encore un enfant qui n'était que catéchumène, guérit des lépreux, délivra des possédés, et fit plusieurs autres miracles qu'il serait trop long de rapporter.

L'histoire de sa vie ne nous apprend guère de particularités sur ce qu'il a fait depuis son retour à Angers. Elle dit néanmoins beaucoup en peu de paroles, quand elle assure qu'il a mené une vie apostolique, qu'il vivait pauvrement, qu'il ne buvait que de l'eau, et que ses meubles étaient de peu de valeur. En Carême, il ne mangeait qu'une fois en trois jours ; il ne prenait dans ce repas qu'un morceau de pain d'orge fort dur qu'il trempait dans de l'eau tiède, et qu'il assaisonnait d'un peu de sel. Pendant toute la quarantaine, il ne sortait point de sa maison épiscopale, afin de donner tout le temps à la méditation des mystères de notre salut. Il couchait aussi sur la cendre, et ne quittait point le cilice. Dans les Quatre-Temps, il n'avait point d'autre lit que la terre nue. Cependant cette grande austérité ne paraissait pas sur son visage. On y voyait, au contraire, une vive peinture de l'allégresse de son intérieur et de la sérénité de sa conscience. Son silence était gai, et sa gaîté silencieuse. Sa correction était sévère, mais il n'y avait rien de plus agréable que cette sévérité. Il parlait peu dans sa conversation, mais sa modestie parlait beaucoup pour lui. En un mot, il demeura toujours ferme dans toutes les pratiques de vertus qu'il s'était prescrites, et ne se relâcha jamais dans le bien qu'il avait une fois entrepris. Il abolit une superstition dangereuse du paganisme qui était restée dans son diocèse. Il y avait dans un village appelé Commonicus, à quelques lieues d'Angers, une espèce de roche au sommet de laquelle étaient plantées diverses sortes d'arbres. Les paysans de la contrée s'y assemblaient tous les ans pour y faire une fête solennelle qui consistait à passer sept jours entiers en festins, en danses et en autres divertissements des bacchanales. Le plus déplorable, c'est que souvent, au milieu du vin et de la bonne chère, il survenait des querelles où plusieurs étaient blessés et quelquefois même tués, sans que ces misérables en fussent nullement touchés, parce qu'ils se persuadaient que ces accidents arrivaient par une destinée inévitable. Saint Maurille, voulant exterminer ce cruel abus, se transporta sur les lieux, accompagné de quelques religieux, et y passa une nuit en jeûne et en oraison, et le lendemain, au chant du coq, et il en sortit une odeur fétide. Le Saint comprit que Dieu l'avait exaucé, et que Satan avait enfin abandonné ce lieu de perdition. Le peuple, joyeux, se précipita sur les arbres réputés sacrés, et les mit en pièces. Après avoir ainsi purgé cet endroit, Maurille y fit construire une église en l'honneur de la sainte Vierge, Mère de Dieu, et, en mémoire de cet événement, on changea le nom de la colline en celui de Château de la Pierre (Castrum Petræ).

Etant âgé de quatre-vingt-dix ans, qu'il avait passés dans une santé toujours égale, forte et vigoureuse, il tomba malade d'une maladie qu'il jugea, quoique assez légère, être celle qui le mènerait au tombeau. Après la solennité du dimanche, à laquelle il avait officié pontificalement, il assembla ses ecclésiastiques pour les avertir que sa mort était proche. Il les exhorta, pour la dernière fois qu'il leur parlait, à vivre dans une parfaite union entre eux, à se porter les uns aux autres une affection sincère et cordiale, à garder soigneusement la chasteté, à exercer la patience en supportant les défauts de leur prochain, et surtout à se souvenir sans cesse, pour s'exciter à la perfection, qu'ils avaient été rachetés par le sang de Jésus-Christ. Dès que l'on sut qu'il était malade, il vint du monde de tous les lieux voisins, pour le visiter et recevoir sa bénédiction, et sa chambre fut continuellement remplie de personnes qui pleuraient la perte qu'allait faire l'Eglise d'Angers par la mort d'un si saint pasteur. Enfin, le septième jour de sa maladie, qui était le 13 septembre 426, le clergé et le peuple, récitant sur lui des psaumes et d'autres suffrages à son intention, il rendit son âme au Dieu tout-puissant, dans la même innocence qu'il avait après qu'il fut régénéré par les eaux salutaires du Baptême. Ce fut la trentième année de son pontificat.

Dès le XIe siècle, saint Maurille était représenté sur le sceau de l'Eglise d'Angers, bénissant de la main droite et portant de la main gauche le bâton pastoral. - Il est aussi souvent représenté : 1° ressuscitant un enfant qui était mort sans recevoir le sacrement de Confirmation ; 2° avec une colombe voltigeant près de sa tête ; 3° tenant dans la main un poisson de la bouche duquel sortent des clefs.

 

 

CULTE ET RELIQUES.

 

Le corps de saint Maurille fut déposé dans la crypte qu’il s'était préparée au milieu du cimetière de l'église de Saint-Pierre, qui plus tard prit le nom d'église collégiale de Saint-Maurille, et où les peuples vinrent lui rendre leurs hommages. Le diocèse d'Angers le choisit pour son patron principal : titre dont il n'a été privé qu'à la fin du XVIIe siècle ; et il a fallu toute l'apathie du XVIIIe siècle, pour lui faire perdre l'immense popularité dont il avait joui pendant si longtemps. Le retour à la liturgie romaine lui a rendu quelques-uns de ses droits. Autrefois plusieurs jours de fête lui étaient consacrés, en mémoire de plusieurs translations de ses reliques. La première translation, de la crypte où il était enterré sur l'autel de l'église qu'on avait élevée en son honneur, était célébrée le 15 janvier. Au IXe siècle, on transporta son corps dans la cathédrale, par crainte des Bretons qui promenaient partout l'incendie, le ravage et la mort. Au Xe siècle eut lien la plus célèbre des translations, qui fut fêtée le 19 octobre, jour auquel furent réunies toutes les autres, dès la fin du XVIe siècle. Les reliques furent placées dans une riche châsse et la cérémonie fut accompagnée de plusieurs miracles éclatants.

En 1239, le 16 août, il y eut une autre translation des reliques du Saint. La tête fut séparée du corps et déposée dans un riche reliquaire en argent. La grande châsse fut placée sur le grand autel de la cathédrale, et sur quatre colonnes qui lui servaient d'abri à l'autre extrémité. Deux siècles plus tard, cette châsse, commençant à tomber de vétusté, fut remplacée par une autre en vermeil et parsemée de pierres précieuses du plus grand prix. Quand le saint corps y eut été déposé, la châsse fut replacée sur les quatre colonnes où elle resta jusqu'en 1700. A cette dernière date, le grand autel ayant été transporté à la place qu'il occupe aujourd'hui, la châsse y fut également transférée ; on la mit dans un vaste tombeau en cristal que l'on fit suspendre au-dessus de l'autel. A la Révolution, les reliques de saint Maurille furent sacrilégement dispersées, et c'est à peine s'il reste quelques petites parcelles de ce corps vénéré. L'église de Saint-Maurille de Chalonne en possède un os, et celle de Notre-Dame de la même ville conserve précieusement une dent molaire du Saint.

Beaucoup d'églises et d'autels sont dédiés à saint Maurille, en Anjou et ailleurs. Tous les Martyrologes anciens et modernes font mention de ce saint évêque. On montre encore, aux confins de la paroisse de Saint-Maurille de Chalonne et de cette de Chaudefonds, un rocher appelé la Pierre Saint-Maurille, du haut duquel le Saint annonçait la parole de Dieu ; et, sur la voie qui conduit à Montjean, une fontaine, longtemps fréquentée comme miraculeuse, rappelle également le souvenir du saint apôtre, qui, dit-on, la fit jaillir par une vertu surnaturelle. Il reste encore un petit arceau au-dessus de cette fontaine presque abandonnée aujourd'hui. Des paroisses entières y venaient jadis en procession. »

« Acta Sanctorum ; - Cf. Histoire de l'Eglise du Mans, par le R. P. Dom Piolin ; et les Vies des saints de l’Anjou, par le R. P. Dom François Chamard. »

Source : « Les petits bollandistes – Vies des saints…. d’après le Père Giry, ‘’tome onzième – du 10 septembre au 2 octobre’’ », pages 63 à 70, 7e édition, 8e tirage, Paris, 1888 (Bloud et Barral, libraires-éditeurs – 4, rue Madame, et rue de Rennes, 59).

Partager cet article
Repost0

commentaires