Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 21:12
Thérèse Martin
Soeur Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face
1873-1897



Prière à Jésus de Sainte-Thérèse de Lisieux

« Ô Jésus !
Les oeuvres éclatantes me sont interdites,
je ne puis prêcher l'Évangile, verser mon sang ...
Qu'importe ?
Mes frères travaillent à ma place,
et moi, petit enfant,
je me tiens tout près du Trône Royal,
j'aime pour ceux qui combattent.

Mais comment témoignerai-je mon amour,
puisque l'amour se prouve par les oeuvres ?
Eh bien ! le petit enfant jettera des fleurs ...
Il embaumera de ses parfums le Trône Divin,
il chantera de sa voix argentine
le cantique de l'amour !

Oui, mon Bien-Aimé,
c'est ainsi que ma vie se consumera devant Vous.
Je n'ai pas d'autres moyens
pour Vous prouver mon amour
que de jeter des fleurs :
c'est-à-dire de ne laisser échapper
aucun sacrifice, aucun regard, aucune parole ;
de profiter des moindres actions
et de les faire par amour. »


Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face



Acte d'offrande à l'Amour Miséricordieux
de Sainte-Thérèse de Lisieux


« Mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire Vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Église en sauvant les âmes qui sont sur la terre et (en) délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire.

Je désire accomplir parfaitement Votre Volonté et arriver au degré de gloire que vous m'avez préparé dans Votre Royaume, en un mot, je désire être Sainte, mais je sens mon impuissance et je Vous demande, Ô mon Dieu ! d'être Vous-même ma Sainteté.

Puisque Vous m'avez aimée jusqu'à me donner Votre Fils Unique pour être mon Sauveur et mon Époux, les trésors infinis de Ses mérites sont à moi, je Vous les offre avec bonheur, Vous suppliant de ne me regarder qu'à travers la Face de Jésus et dans Son Cœur brûlant d'Amour.

Je Vous offre encore tous les mérites des Saints (qui sont au Ciel et sur la terre), leurs actes d'Amour et ceux des Saints Anges ; enfin je Vous offre, Ô Bienheureuse Trinité ! l'Amour et les mérites de la Sainte-Vierge, ma Mère chérie, c'est à Elle que j'abandonne mon offrande, la priant de Vous la présenter.

Son Divin Fils, mon Époux Bien-aimé, aux jours de Sa vie mortelle, nous a dit : "Tout ce que vous demanderez à mon Père, en mon nom, il vous le donnera !" Je suis donc certaine que Vous exaucerez mes désirs ; je le sais, Ô mon Dieu ! (plus Vous voulez donner, plus Vous faites désirer).

Je sens en mon cœur des désirs immenses et c'est avec confiance que je Vous demande de venir prendre possession de mon âme. Ah ! je ne puis recevoir la Sainte Communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n'êtes-Vous pas Tout-Puissant ?... Restez en moi, comme au Tabernacle, ne Vous éloignez jamais de Votre petite hostie...

Je voudrais Vous consoler de l'ingratitude des méchants et je Vous supplie de m'ôter ma liberté de Vous déplaire, si par faiblesse je tombe quelquefois qu'aussitôt Votre Divin Regard purifie mon âme, consumant toutes mes imperfections, comme le feu qui transforme toute chose en lui-même...

Je Vous remercie, Ô mon Dieu ! de toutes les Grâces que Vous m'avez accordées, en particulier de m'avoir fait passer par le creuset de la souffrance. C'est avec joie que je Vous contemplerai au dernier jour, portant le sceptre de la Croix ; puisque Vous (avez) daigné me donner en partage cette Croix si précieuse, j'espère au Ciel Vous ressembler et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de Votre Passion...

Après l'exil de la terre, j'espère aller jouir de Vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour Votre seul Amour, dans l'unique but de Vous faire plaisir, de consoler Votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui Vous aimeront éternellement.

Au soir de cette vie, je paraîtrai devant Vous les mains vides, car je ne Vous demande pas, Seigneur, de compter mes œuvres. Toutes nos justices ont des taches à Vos yeux. Je veux donc me revêtir de Votre propre Justice et recevoir de Votre Amour la possession éternelle de Vous-même. Je ne veux point d'autre Trône et d'autre Couronne que Vous, Ô mon Bien-Aimé !...

À Vos yeux, le temps n'est rien, un seul jour est comme mille ans, Vous pouvez donc en un instant me préparer à paraître devant Vous...

Afin de vivre dans un acte de parfait Amour, je m'offre comme victime d'holocauste à Votre Amour Miséricordieux, Vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en Vous et qu'ainsi, je devienne Martyre de Votre Amour Ô mon Dieu !...

Que ce martyre, après m'avoir préparée à paraître devant Vous, me fasse enfin mourir et que mon âme s'élance sans retard dans l'éternel embrassement de Votre Miséricordieux Amour...
Je veux, Ô mon Bien-Aimé, à chaque battement de mon cœur, Vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu'à ce que les ombres s'étant évanouies, je puisse Vous redire mon Amour dans un Face à Face Éternel !...

Je veux, ô mon Bien-Aimé, à chaque battement de mon cœur vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu'à ce que les ombres s'étant évanouies je puisse vous redire mon Amour dans un Face à Face Éternel !...


Marie, Françoise, Thérèse de l'Enfant Jésus, de la Sainte Face, Fête de la Très Sainte Trinité, le 9 juin de l'an de grâce 1895. »




« J'ai encore quelque chose à faire avant de mourir », confie Thérèse à sa soeur Céline : « J'ai toujours rêvé d'exprimer dans un chant à la Sainte Vierge tout ce que je pense d'elle ».


« Oh ! je voudrais chanter, Marie pourquoi je t'aime !
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon coeur
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur.
Si je te contemplais dans ta sublime gloire
Et surpassant l'éclat de tous les bienheureux
Que je suis ton enfant, je ne pourrais le croire
Ô Marie, devant toi, je baisserais les yeux !...
Il faut pour qu'un enfant puisse chérir sa mère
Qu'elle pleure avec lui, partage ses douleurs,
Ô ma Mère chérie, sur la rive étrangère,
Pour m'attirer à toi, que tu versas de pleurs !...."
En méditant ta vie dans le saint Evangile,
J'ose te regarder et m'approcher de toi ;
Me croire ton enfant ne m'est pas difficile
Car je te vois mortelle et souffrant comme moi ... »



Extrait d'un poème de 25 strophes.

 

 

Prières et neuvaine à Sainte-Thérèse,

litanies et poèmes de Sainte-Thérèse de Lisieux

 

 

 

 

 

 


 

Louis et Zélie Martin d'Alençon from pyves on Vimeo.

 

 

Partager cet article

Published by Parousie Franche-Comté - dans Enfants et jeunes "Saints"
commenter cet article

commentaires