Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 11:10

Edmond-Rostand-parousie.over-blog.fr.jpg

Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand

né le 1er avril 1868 à Marseille (Bouches-du-Rhône)

mort le 2 décembre 1918 à Paris 7ème

 

 

 

"La Samaritaine, Évangile en trois tableaux, en vers"

Pièce d'Edmond Rostand (1897)

 

1er tableau

« Le Puits de Jacob »

 

PIERRE

Que nous demandes-tu, Rabbi ?

 

JÉSUS

                                                  D'être parfaits.

On se sent allégé quand on porte mon faix.

Portez-le. Chérissez le prochain.

 

Scène IV

 

 

…Les vrais adorateurs n'adoreront le Père

Qu'en esprit et qu'en vérité ; car la prière

Ne peut pas à l'Esprit plaire selon le lieu.

Car le Père est Esprit, car il n'est qu'Esprit, Dieu !

Et c'est donc dans l'Esprit, et dans l'Esprit encore

Et dans l'Esprit toujours, qu'il faudra qu'on l'adore.

 

Scène V

 

 

La-Samaritaine-Edmond-Rostand-1-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

2ème tableau

« La Porte de Sichem »

 

…« Soyez doux. Comprenez. Admettez. Souriez.

Ayez le regard bon. Ce que vous voudriez

Qu'on vous fît, que ce soit ce qu'aux autres vous faites :

Voilà toute la loi, voilà tous les prophètes !

Envoyez votre coeur souffrir dans tous les maux !... »

Enfin, que sais-je, moi ! Des mots nouveaux ! Des mots

Parmi lesquels un mot revient, toujours le même :

Amour… amour… aimer ! Le ciel, c'est quand on aime.

Pour être aimés du Père, aimez votre prochain.

Donnez tout par amour. Partagez votre pain

Avec l'ami qui vient la nuit, et le demande.

Si vous vous souvenez, en faisant votre offrande,

Que votre frère a quelque chose contre vous,

Sortez, et ne venez vous remettre à genoux

Qu'ayant, la paix conclue, embrassé votre frère…

D'ailleurs, un tel amour, c'est encor la misère.

Aimer son frère est bien, mais un païen le peut.

Si vous n'aimez que ceux qui vous aiment, c'est peu :

Aimez qui vous opprime et qui vous fait insulte !

Septante fois sept fois pardonnez ! C'est mon culte

D'aimer celui qui veut décourager l'amour.

S'il vous bat, ne criez pas contre, priez pour.

S'il vous prend un manteau, donnez-lui deux tuniques.

Aimez tous les ingrats comme des fils uniques.

Aimez vos ennemis, vous serez mes amis.

Aimez beaucoup, pour qu'il vous soit beaucoup remis.

Aimez encore. Aimez toujours. Aimez quand même.

Aimez-vous bien les uns les autres. Quand on aime,

Il faut sacrifier sa vie à son amour.

Moi je vous montrerai comment on aime, un jour…

Amour ! N'ayez que de l'amour dans la poitrine !

Aimez-vous ! »

 

Un homme citant Jésus, en s’adressant à Photine (scène III)

 

 

Sarah-Bernhardt-par-Felix-Nadar-parousie.over-blog.fr.jpg

Sarah Bernhardt, jouant Photine dans la pièce

 

 

 

3ème tableau

« Salvator Mundi »

 

Il faudra que pourtant vous vous accoutumiez

À ce que les derniers, pour moi, soient les premiers !

 

Jésus à Ses disciples (scène première)

 

 

 

UN AUTRE

Nous sommes les moutons maigres, méchants, maudits,

Du troupeau triste et noir !

 

JÉSUS

                                           Vous êtes mes brebis.

- Une ouaille ne peut pas m'être moins chérie

Parce qu'elle est de telle ou telle bergerie.

J'irai dans tous les prés faire entendre ma voix ;

J'abattrai doucement les clôtures de bois ;

Dans l'herbe tomberont les piquets et les planches,

Jusqu'à ce qu'il n'y ait, brebis noires et blanches

Se rassemblant sous ma houlette au poids léger,

Plus qu'une bergerie au monde, et qu'un berger.

 

Scène II

 

 

La-Samaritaine-Edmond-Rostand-2-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Source : 

« La Samaritaine, évangile en trois tableaux, en vers », par Edmond Rostand.

« Représenté pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre de la Renaissance, le Mercredi Saint (14 Avril 1897) ».

Éditions Eugène Fasquelle ; 11, rue de Grenelle, Paris, 1901.

 

 

"La Samaritaine, Évangile en trois tableaux, en vers", d'Edmond Rostand (1897)

 

 

 

Edmond-Rostand-1898-parousie.over-blog.fr.jpg

Edmond Rostand en 1898

 

 

 

Célèbre réplique dans

"L'Aiglon" d'Edmond Rostand

Acte II, scène IX, pages 91-92

"Le Duc, Marmont, Flambeau"

 

"Le Laquais (descendant peu à peu vers Marmont)."

« Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades,

Nous qui marchions fourbus, blessés, crottés, malades,

Sans espoir de duchés ni de dotations ;

Nous qui marchions toujours et jamais n'avancions ;

Trop simples et trop gueux pour que l'espoir nous berne

De ce fameux bâton qu'on a dans sa giberne ;

Nous qui par tous les temps n'avons cessé d'aller,

Suant sans avoir peur, grelottant sans trembler,

Ne nous soutenant plus qu'à force de trompette,

De fièvre, et de chansons qu'en marchant on répète ;

Nous sur lesquels pendant dix-sept ans, songez-y,

Sac, sabre, tourne-vis, pierres à feu, fusil,

- Ne parlons pas du poids toujours absent des vivres ! -

Ont fait le doux total de cinquante-huit livres ;

Nous qui coiffés d'oursons sous les ciels tropicaux,

Sous les neiges n'avions même plus de shakos ;

Qui d'Espagne en Autriche exécutions des trottes ;

Nous qui pour arracher ainsi que des carottes

Nos jambes à la boue énorme des chemins,

Devions les empoigner quelque fois à deux mains ;

Nous qui pour notre toux n'ayant pas de jujube,

Prenions des bains de pied d'un jour dans le Danube ;

Nous qui n'avions le temps quand un bel officier

Arrivait, au galop de chasse, nous crier :

« L'ennemi nous attaque, il faut qu'on le repousse ! »

Que de manger un blanc de corbeau sur le pouce,

Ou vivement, avec un peu de neige, encor,

De nous faire un sorbet au sang de cheval mort ;

Nous… »

 

Source :

« L’Aiglon, Drame en six Actes, en vers », par Edmond Rostand.

« Représenté pour la première fois au Théâtre Sarah-Bernhardt, le 15 mars 1900. »

Éditions Eugène Fasquelle ; 11, rue de Grenelle, Paris, 1922.

 

 

Napoleon-II-l-Aiglon-Etienne-Billet-parousie.over-blog.fr.jpg

François Charles Joseph Bonaparte

Napoléon II, "l'Aiglon" (1811-1832)

 Prince impérial, roi de Rome, prince de Parme, duc de Reichstadt

fils de Napoléon et de Marie-Louise d'Autriche

Peinture de 1853 par Étienne Billet (1821-1888)

 

 

 

"L'Aiglon, Drame en 6 Actes, en vers" d'Edmond Rostand (1900)

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires