Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 14:07

General-Georges-Phileas-Vanier-parousie.over-blo-copie-1.jpg

Georges-Philéas Vanier

né le 23 avril 1888 à Montréal (Québec - Canada)

mort le 5 mars 1967 à Ottawa (Ontario - Canada)

 

Signature-Georges-Phileas-Vanier-parousie.over-blog.fr.jpg  

Note : Une demande a été déposée, pour vertus héroïques, par une instance compétente d'Ottawa, pour la béatification du Major-général Georges-Philéas Vanier et de son épouse Pauline, née Archer [née le 28 mars 1898 à Montréal (Québec, Canada), morte le 23 mars 1991 à Trosly-Breuil (Oise, Picardie - France)].

Leur fils, Jean Vanier, est le fondateur de la Communauté de l'Arche.

 

Pour tout renseignement concernant la béatification des époux Georges-Philéas et Pauline Vanier, s'adresser à :

Secretariat - Cause of the Vaniers

30 Cathcart St., Ottawa, Ont., K1N 5B8, CANADA

 

Le général Vanier :

un "22" et un Serviteur de Dieu

 

Blason-Georges-Phileas-Vanier-parousie.over-blog.fr.jpg

Armoiries et devise du général Vanier

"Fiat Voluntas Dei!"

"Que la Volonté de Dieu soit faite !"

"May God's Will be done!"

 

Image-medievale-Sainte-Trinite-parousie.over-blog.fr.jpg

 

"Général le très honorable

Georges Philias Vanier"

 

"Gouverneur général : 1959 à 1967"

"Nommé le : 1er août 1959"

"Assermenté le : 15 septembre 1959 à Ottawa"

"Né le : 23 avril 1888, à Montréal (Québec)"

"Décédé le : 5 mars 1967"

 

"Tout jeune homme, Georges Vanier est nommé aide de camp du gouverneur général de l'époque, lord Byng, en 1921. Lui et son épouse sont mariés depuis moins d'un an lorsqu'ils viennent s'installer à Rideau Cottage, sur le domaine de Rideau Hall. Trente-huit ans après cette première introduction, Georges et Pauline Vanier s'installent à Rideau Hall en qualité de nouveau couple vice-royal.

 

La nomination de Georges Vanier est annoncée lors d'une réunion du Cabinet à Halifax, présidée par Sa Majesté la reine Élizabeth II. Le respect et l'affection qu'inspire le général Vanier font de lui le successeur tout désigné du populaire gouverneur général Vincent Massey.

 

Le Canada connaît des temps difficiles et le général Vanier est cardiaque, mais celui-ci réagit à la nouvelle de sa nomination avec la foi profonde qui l'anime constamment. « Si Dieu me veut pour ce travail, dit-il, il me donnera la force de l'accomplir ». Les fortes convictions religieuses de Georges et Pauline Vanier les poussent à défendre les défavorisés, les jeunes et la famille. Leur intérêt pour l'état de la famille au Canada les conduit à organiser en 1964 la « Conférence canadienne de la famille », à Rideau Hall, événement qui donnera naissance à la fondation de l'Institut Vanier de la famille.

 

Durant le mandat du général Vanier, la cause séparatiste prend de l'ampleur au Québec. Le général Vanier croit fermement dans l'unité canadienne, et il s'efforce souvent dans ses discours d'apaiser les tensions entre francophones et anglophones. Il maîtrise parfaitement les deux langues et encourage une politique de bilinguisme bien avant d'occuper la charge de gouverneur général. Le vif intérêt qu'il témoigne au Canada est révélé dans un des derniers discours de sa vie, lorsqu'il déclarait: « Le chemin de l'unité est le chemin de l'amour: l'amour de notre pays, la foi dans son avenir, nous donnera une nouvelle orientation et une nouvelle volonté, nous élèvera au-dessus de nos querelles intestines et nous unira au nom du bien commun... Je prie Dieu pour que nous puissions tous marcher main dans la main. Nous ne pouvons courir le risque de voir notre grand pays se désagréger ».

 

Malgré sa mauvaise santé, le général Vanier ne cessera jamais de voyager à travers le Canada. Son médecin croit que tous ces déplacements exigent de lui un effort excessif, mais chaque fois il constate que le couple revient tonifié. Les voyages de Georges et Pauline Vanier accroissent l'affection des Canadiens pour le couple vice-royal, qui reste dans les mémoires pour son authentique bienveillance envers tous ceux qu'il rencontre, en particulier les enfants et les personnes âgées. Entre autres voyages, le général Vanier assiste à l'inauguration de la voie maritime du St-Laurent à Cornwall, en Ontario, le 29 janvier 1960, et il est fait Chef grand aigle de la tribu des Pieds-Noirs, à Calgary en juin 1965.

 

Durant ses voyages, le général Vanier encourage les jeunes à travailler avec constance et à viser à l'excellence. Son engagement envers les jeunes apparaît dans le plaisir qu'il éprouve à exercer son rôle de chef scout du Canada, et dans son soutien actif au mouvement scout. Il institue en 1967 les Prix Vanier décernés à de jeunes Canadiens éminents, prix qui reconnaîtront l'excellence de la Jeune Chambre de commerce du Canada. Et pour reconnaître l'excellence dans la fonction publique fédérale, provinciale ou municipale, la Médaille Vanier de l'Institut d'administration publique du Canada est établie en 1962.

 

Le général Vanier est un fanatique de sports. Il institue à la fois la Coupe Vanier pour le championnat universitaire de football à l'Union sportive interuniversitaire canadienne, et le Prix d'escrime du gouverneur général en 1965. Par-dessus tout, il aime le hockey et il est un partisan enthousiaste de l'équipe de hockey des Canadiens de Montréal.

 

Durant leur séjour à Rideau Hall, les Vanier reçoivent une longue liste d'invités de marque. Parmi les visiteurs, citons le président des États-Unis John Kennedy et Mme Jacqueline Kennedy, l'empereur d'Éthiopie Haile Selassie, le premier ministre d'Israël David-ben-Gurion, le shah d'Iran et le général Charles de Gaulle, président de la France. Les Vanier apportent aussi de nombreux changements à Rideau Hall -- la chapelle est rétablie (la précédente avait été enlevée en 1912), et le fumoir devient le Salon canadien (appelé le Salon Pauline Vanier depuis 2003), avec l'ajout d'antiquités du Québec et de boiseries en pin.

 

Georges Vanier reçoit plusieurs honneurs durant son mandat de gouverneur général -- il est promu major-général en 1942, puis nommé par la reine au Conseil privé impérial du RoyaumeUni en 1963. Il reçoit aussi de l'Université de Toronto un doctorat honorifique en droit.

 

En 1966, la santé du général Vanier décline. Le programme habituel de visites et de tournées n'est pas réduit, mais le général Vanier est de plus en plus faible et fatigué. Puis le matin du dimanche 5 mars 1967, après avoir regardé la veille un match de hockey, le général Vanier s'éteint. Il n'est que le deuxième gouverneur général à mourir dans l'exercice de ses fonctions depuis la Confédération. Ses funérailles d'état ont lieu le 8 mars 1967 à la cathédrale Notre-Dame, à Ottawa, et son fils aujourd'hui illustre, le philanthrope Jean Vanier, prononcera l'oraison funèbre. La dépouille sera inhumée dans la chapelle commémorative de la Citadelle de Québec, le 4 mai 1967.

 

La reconnaissance de leur amour du genre humain et de leur profonde spiritualité a récemment donné lieu à une proposition de béatification de Georges et Pauline Vanier par l'église catholique romaine -- un hommage rendu à ce couple vice-royal qui fut l'exemple de nobles qualités et qui aima si profondément le Canada et le peuple canadien.

 

Vie avant Rideau Hall

Georges Vanier étudie au collège Loyola de Montréal et obtient un diplôme en droit de la section de Montréal de l'Université Laval. Durant la Première Guerre mondiale, il est l'un des membres fondateurs du 22e bataillon du corps expéditionnaire canadien, le bataillon canadien français qui deviendra en 1920 le célèbre Royal 22e Régiment. Il est décoré de la Croix militaire en 1916 et reçoit l'Ordre du service distingué et la barrette à la Croix militaire en 1919. En 1918, lorsqu'il mène une offensive à Cherisy, en France, il perd la jambe droite. Après une longue convalescence, il revient à Montréal pour exercer le droit. Il épouse Pauline Archer le 29 septembre 1921, et le couple aura cinq enfants.

 

En 1921, il est nommé aide de camp de lord Byng, fonction qui marque le début de nombreuses années de service au Cabinet du gouverneur général. En 1925, il prend le commandement du Royal 22e Régiment à la Citadelle, et l'année suivante il est nommé aide de camp honoraire de lord Willingdon, puis il est promu lieutenant-colonel en 1924.

 

En 1928, Georges Vanier entreprend une longue carrière diplomatique, durant laquelle il sera nommé à la délégation militaire du Canada pour le désarmement auprès de la Société des Nations. Puis, en 1931, il est nommé secrétaire du Cabinet du haut-commissaire à Londres. En 1939, il est nommé au poste de ministre canadien en France -- poste qu'il est forcé de fuir au moment de l'invasion nazie en 1940. Il est nommé en 1941 commandant du district militaire de Québec, puis entreprend une politique anticipée de bilinguisme au sein de l'armée. En 1942, il est promu général de division et, après la guerre, il est le délégué du Canada à la Conférence de la Paix à Paris. En 1944, il est nommé premier ambassadeur du Canada en France, poste qu'il occupera avec distinction jusqu'à sa retraite.

 

Avant de prendre sa retraite en 1953, le général Vanier sert de nouveau comme représentant du Canada auprès des Nations Unies. Après sa retraite, lui et son épouse reviennent à Montréal où ils participent à des activités de travail social dans la ville. Georges Vanier siège également aux conseils d'administration de la Banque de Montréal, du Crédit foncier franco-canadien et de la compagnie d'assurance Standard Life et il siège au Conseil des arts du Canada.

 

Le Premier ministre Pearson nomme Madame Vanier membre du Conseil privé, et elle est assermentée le 11 avril 1967. Elle est la première femme non-politicienne à recevoir cet honneur, qui lui est décerné parce que son époux est décédé avant la fin de son mandat, au moment où un gouverneur général est habituellement nommé conseiller privé. Madame Vanier est également parmi les premières personnes à être reçues dans l'Ordre du Canada, avec sa nomination comme Compagnon, le 6 juillet 1967.

 

Pauline Vanier meurt en 1991, à l'âge de 92 ans, à L'Arche, un centre pour adultes handicapés fondé par son fils, Jean Vanier, à Trosly en France. Elle est inhumée aux côtés du général Vanier à la Citadelle."

 

Source : archive.gg.ca

 

"Le général Vanier se souvient"

 

 

Marie-ecrase-la-tete-de-satan-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Fondation Général Vanier

 

 

Georges-P. Vanier : soldat, diplomate, gouverneur général by

Clément Perron, National Film Board of Canada

 

 

"Georges-P. Vanier : soldat, diplomate, gouverneur général", documentaire de Clément Perron, 1960 (durée : 28 mn 11 s).

 

"Court portrait documentaire de Georges-Philias Vanier, né en 1888, nommé en 1959 gouverneur général du Canada par la reine Élisabeth II. On y découvre sa carrière prestigieuse à laquelle madame Vanier, née Pauline Archer, a été étroitement associée."

 

Source : nfb.ca

 

Canada

 

Georges-et-Pauline-Vanier-parousie.over-blog.fr.jpg

Major-General Georges-Philéas Vanier and his wife

the Honourable Pauline Archer-Vanier

 

 

Georges P. Vanier: Soldier, Diplomat, Governor General by

Clément Perron, National Film Board of Canada

 

 

"Georges P. Vanier: Soldier, Diplomat, Governor General", documentary by Clément Perron, 1960 (29 min 25 s).

 

"This short documentary looks at Governor General Georges Vanier: his military service in two world wars, his diplomatic service between the wars and his investiture as Canada's 19th Governor General."

 

Source: nfb.ca

 

Georges-and-Pauline-Vanier-Portrait-of-a-Couple-parousie.ov.jpg

 

"General The Right Honourable

Georges Philias Vanier"

 

"Governor General: 1959- 1967"

"Appointed: August 1, 1959"

"Sworn In: September 15, 1959, Ottawa"

"Born: April 23, 1888, Montreal, Quebec"

"Died: March 5, 1967"

 

"As a young man, Georges Vanier was appointed an aide-de-camp to then-Governor General Lord Byng, in 1921. He and his wife had been married less than a year when they came to live in Rideau Cottage, on the grounds of Rideau Hall. Thirty-eight years after that first introduction, Georges and Pauline Vanier came to live at Rideau Hall as the newly appointed vice-regal couple.

 

The appointment of Georges Vanier was announced at a Cabinet meeting in Halifax presided over by Her Majesty Queen Elizabeth II. The respect and affection which General Vanier inspired made him an appropriate successor to the popular Governor General Vincent Massey.

 

Although Canada was experiencing turbulent times and General Vanier suffered from a heart condition, he reacted to the news of his appointment with the deep faith that was his constant companion. "If God wants me to do this job," he said, "He will give me the strength to do it." The Vaniers' strong religious beliefs led them to champion the disadvantaged, youth and the family. Their concern for the state of the family in Canada led them to organize the 'Canadian Conference of the Family' at Rideau Hall in 1964, which led to the founding of the Vanier Institute of the Family.

 

During General Vanier's term, the separatist cause accelerated in Quebec. General Vanier firmly believed in Canadian unity and his speeches often attempted to improve relations between Francophones and Anglophones. He possessed a masterful command of both languages and promoted a policy of bilingualism long before his tenure as Governor General. The depth of his concern for Canada is revealed in one of the last speeches of his life, where he said, "The road of unity is the road of love: love of one's country and faith in its future will give new direction and purpose to our lives, lift us above our domestic quarrels, and unite us in dedication to the common good... I pray God that we may all go forward hand in hand. We can't run the risk of this great country falling into pieces."

 

General Vanier's poor health never stopped him from making trips across Canada. His doctor worried that the cross-country tours would be too strenuous, but he always found both Vaniers invigorated on their return. The Vanier's travels increased the affection of the Canadian people for the vice-regal couple, and they are remembered for their genuine kindness to all they met, especially their attention to children and senior citizens. Among his travels, he attended the inauguration of the St. Lawrence Seaway in Cornwall, Ontario on January 29, 1960, and was made Chief Big Eagle of the Blackfoot tribe in Calgary in June 1965.

 

In his journeys, General Vanier encouraged young people to work hard and achieve excellence. His commitment to youth was evident in his enjoyment of his role as Canada's Chief Scout and his active support of the Scouting movement. He initiated in 1967 the Vanier Awards for Outstanding Young Canadians, which recognized excellence in the Canadian Junior Chamber of Commerce. And to recognize excellence in public service at the federal, provincial or municipal level, the Vanier Medal of the Institute of Public Administration of Canada was established in 1962.

 

General Vanier was a great sports enthusiast who established both the Vanier Cup for the university football championship in the Canadian Intercollegiate Athletic Union and the Governor General's Fencing Award in 1965. Above all, he loved hockey and was an enthusiastic fan of the Montreal Canadiens hockey team.

 

During their time at Rideau Hall, the Vaniers hosted a long list of memorable guests. The distinguished visitors included United States President John Kennedy and Mrs. Jacqueline Kennedy, the Emperor of Ethiopia Haile Selassie, David-Ben-Gurion, Prime Minister of Israel, the Shah of Iran and General Charles de Gaulle, President of France. The Vaniers also made many changes made to Rideau Hall -- the chapel was re-established (the previous one had been removed in 1912), and the smoking room became the Canadian room (renamed The Pauline Vanier Room in 2003) with the addition of Quebec antiques and pine panelling.

 

Georges Vanier received several honours while he served as Governor General -- he was promoted to the rank of Major General in 1942 and appointed by the Queen to the Imperial Privy Council of the United Kingdom in 1963. He also received an honorary Doctor of Laws degree from the University of Toronto.

 

In 1966, General Vanier's strength was failing. Although the daily round of visits and tours did not diminish, he was increasingly feeble and tired. Then on Sunday March 5, 1967, the morning after watching a hockey game, General Vanier died. He was only the second Governor General to die in office since Confederation. His State funeral took place on March 8, 1967 at Notre Dame Cathedral in Ottawa, and his now famous son, the philanthropist Jean Vanier, read the lesson. The General's remains were interred on May 4, 1967 at the commemorative chapel at La Citadelle in Quebec City

 

Recognition of their love for humanity and deep spirituality recently led to Georges and Pauline Vanier's nomination for beatification in the Roman Catholic Church -- a tribute to this vice-regal couple who exemplified noble qualities and cared so deeply for Canada and the Canadian people.

 

Life Before Rideau Hall

Georges Vanier studied at Loyola College in Montreal, and received a law degree at the Montreal branch of Université Laval. During the First World War, he was a founding member of the 22nd Battalion of the Canadian Expeditionary Force, the French-Canadian battalion that, in 1920, became the famous Royal 22e Régiment. He received the Military Cross in 1916, and the Distinguished Service Order, and Bar to the Military Cross in 1919. While leading an attack at Chérisy, France in 1918, he lost his right leg. After a long convalescence, he returned to Montreal to practice law. He married Pauline Archer on September 29, 1921, and the couple had five children.

 

In 1921, he was appointed aide-de-camp to Lord Byng, beginning many years of service to the Office of the Governor General. In 1925, he took over command of the Royal 22e Régiment at La Citadelle, and the following year was appointed an honorary aide-de-camp to Lord Willingdon and was promoted to the rank of Lieutenant Colonel in 1924.

 

In 1928, Georges Vanier began a long career in the diplomatic service when he was appointed to Canada's military delegation for disarmament to the League of Nations. Then in 1931, he was named Secretary to the Office of the High Commissioner in London. This was followed in 1939 with his appointment to the position of Canadian Minister to France -- a post he was forced to flee when the Nazis invaded in 1940. He was appointed commander of the military district of Quebec in 1941, and began an early policy of bilingualism in the army. By 1942, he was promoted to Major-General, and following the war was Canada's delegate at the Paris Peace Conference. He was appointed as Canada's first ambassador to France in 1944 and his distinguished service at this post continued until his retirement.

 

Before retiring in 1953, General Vanier once again served as Canada's representative to the United Nations. After retirement, he and his wife returned to Montreal where they became involved in social work in the city. Georges Vanier was also a director with the Bank of Montreal, Credit Foncier Franco-Canadien, and the Standard Life Assurance Company, and served on the Canadian Council of the Arts.

 

Prime Minister Pearson appointed Madame Vanier a member of the Privy Council, and she was sworn in on April 11, 1967. She was the first non-political woman to receive this honour, which was given to her because her husband died before the end of his term, which is when a Governor General is normally appointed a Privy Councillor. Madame Vanier was also among the first recipients of the Order of Canada, and was appointed as a Companion on July 6, 1967.

 

Pauline Vanier died in 1991 at "L'Arche", a community for handicapped adults founded by their son, Jean Vanier, in Trosly, France, at the age of 92. She was buried next to General Vanier at La Citadelle."

 

Source: archive.gg.ca

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Pieux Québec
commenter cet article

commentaires