Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:41

Famille-iraquienne-pleurant--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 5 octobre 2011

 

 

 

Poème social

 

J’ai toujours travaillé et cotisé, même si j’ai modestement gagné ;

Année après année, j’ai économisé ; aux quatre veines je me suis saignée,

J’ai enfin réussi à m’acheter un modeste logement dans une attrayante cité ;

Celle-ci s’est irrémédiablement dégradée, désagrégée, agitée et révoltée ;

Tandis que la promiscuité a gagné, mes ennuis ont augmenté ;

Pour faire face à mes charges, je me suis peu à peu endettée ;

Seule avec mes enfants depuis que leur père nous avait quittés,

Me laissant dépitée, dans l’angoisse d’une épreuve non méritée.

Mais les huissiers sont passés, le couperet des impayés est tombé,

La notification d’expulsion nous montre déjà le trottoir dans l’obscurité,

La cécité est totale, la panique absolue en pensant à mes pauvres bébés ;

Je nous vois par avance grelottant dans la rue de la mendicité,

Je ne possède plus rien, on me considère comme un chien, sans pitié.

Comment ai-je pu sombré si vite, moi qui était si prudente ?

Je crie, je hurle, je pleure et j’implore, je supplie et je m’épouvante,

Je cherche dans mon désespoir incrédule le plus petit signe d’amitié.

Je suis perdue, nous sommes condamnés ; que T’ai-je donc fait, Ô mon Dieu ?

Tu sais bien que ce que Tu m’envoies est bien plus que je ne puis supporter ;

Ô Seigneur, ne vois-Tu donc pas ces larmes d’amertume couler de mes yeux ?

Toi que j’ai toujours vénéré avec piété, et qui a sans cesse été à mes côtés ;

Je ne veux pas T’offenser, mais seulement faire Ta Sainte Volonté.

 

 

Le téléphone sonne, mon cœur se soulève et ma tête implose, je suis paralysée,

J’ose à peine prendre le combiné, sans doute à nouveau une nouvelle mauvaise nouvelle,

Je comprends à peine les paroles sussurées par un officiel qui martèle mes oreilles ;

Soudain, je bondis, il me dit qu’il a trouvé une solution négociée, c’est les Champs-Élysées !

Un échéancier, de la compréhension, de la chance enfin, et une improbable humanité,

Est-il possible que nous soyons sauvés sur le fil, en conservant toute notre dignité ?

J’exulte de joie, j’étreins mes petits de tendresse et les embrasse, pleine d’humilité,

En rendant grâce à Jésus Miséricordieux dans tous les siècles et pour l’éternité.

 

 

 

 

 

 

 Rosemary--Sister-Rose--religieuse-ougandaise--Titouan-Lamaz.jpg

"Sister Rose"

Rosemary, religieuse ougandaise

qui recueille les jeunes filles enlevées par la LRA

Aquarelle de Titouan Lamazou

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article

commentaires