Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:29

Basilique Saint Antoine de Padoue, Padova, parousie.over-bl

 

 

 

 « La Charité est l'âme de la Foi, elle la rend vivante ;

sans l'amour, la Foi meurt »

 

Sermones, Dominicales et Festivi, II, Messaggero, Padoue 1979, page 37

 

 

 Carlo-Dolci--1616-1686---San-Matteo-e-l-angelo--Musee-Los-.jpg

"San Matteo e l'angelo"

Saint-Matthieu et l'ange

Carlo Dolci

 

 

 

 

Prière de Saint Antoine de Padoue

à la Sainte-Vierge

 

"Nous te prions, Ô Notre Dame, Mère de Dieu,

exaltée au dessus des choeurs des anges.

Remplis le vase de notre coeur de la Grâce Céleste ;

fais-nous resplendir de l'or de la Sagesse;

soutiens-nous avec la Puissance de Ton intercession ;

orne-nous des pierres précieuses de Tes vertus ;

répands sur nous l'huile de Ta Miséricorde,

par laquelle Tu couvres la multitude de nos péchés.

Que nous soyons trouvés dignes d'être élevés

à la hauteur de la gloire céleste

et de vivre heureux pour l'éternité avec tous les Bienheureux.

Nous demandons cela à Jésus-Christ,

Ton Fils qui en ce jour T'a exaltée au-dessus des Choeurs des Anges,

T'a couronnée de la Couronne du Royaume et T'a placée

sur le trône de la Lumière éternelle.

À Lui soit Honneur et Gloire pour les siècles éternels.

Et que toute l'Église chante : Amen. Alléluia !

 

 

Reliques-de-la-langue-de-Saint-Antoine--parousie.over-blog-jpg

Relique de la langue de Saint-Antoine

 

 

 

"Au cours de la dernière période de sa vie, Antoine écrivit deux cycles de « Sermons », intitulés respectivement : « Sermons du dimanche » et « Sermons sur les saints », destinés aux prêcheurs et aux enseignants des études théologiques de l'Ordre franciscain. Dans ces Sermons, il commente les textes de l'Ecriture présentés par la Liturgie, en utilisant l'interprétation patristique et médiévale des quatre sens, le sens littéral ou historique, le sens allégorique ou christologique, le sens tropologique ou moral, et le sens anagogique, qui conduit vers la vie éternelle. Aujourd'hui, on redécouvre que ces sens sont des dimensions de l'unique sens de l'Ecriture Sainte et qu'il est juste d'interpréter l'Ecriture Sainte en recherchant les quatre dimensions de sa parole. Ces Sermons de saint Antoine sont des textes théologiques et homilétiques, qui rappellent la prédication vivante, dans lesquels Antoine propose un véritable itinéraire de vie chrétienne.

La richesse d'enseignements spirituels contenue dans les « Sermons » est telle que le vénérable Pape Pie XII, en 1946, proclama Antoine Docteur de l'Eglise, lui attribuant le titre de « Docteur évangélique », car de ces écrits émanent la fraîcheur et la beauté de l'Evangile; aujourd'hui encore, nous pouvons les lire avec un grand bénéfice spirituel.

Dans ces Sermons, saint Antoine parle de la prière comme d'une relation d'amour, qui pousse l'homme à un dialogue affectueux avec le Seigneur, créant une joie ineffable, qui enveloppe doucement l'âme en prière. Antoine nous rappelle que la prière a besoin d'une atmosphère de silence, qui ne coïncide pas avec le détachement du bruit extérieur, mais qui est une expérience intérieure, qui vise à éliminer les distractions provoquées par les préoccupations de l'âme, en créant le silence dans l'âme elle-même. Selon l'enseignement de cet éminent Docteur franciscain, la prière s'articule autour de quatre attitudes indispensables, qui, dans le latin d'Antoine, sont définies ainsi : obsecratio, oratio, postulatio, gratiarum actio. Nous pourrions les traduire de la façon suivante : ouvrir avec confiance son cœur à Dieu ; tel est le premier pas de la prière : pas simplement saisir une parole, mais ouvrir son cœur à la présence de Dieu ; puis s'entretenir affectueusement avec Lui, en le voyant présent avec moi ; et – chose très naturelle – lui présenter nos besoins ; enfin, le louer et lui rendre grâce.

Dans cet enseignement de saint Antoine sur la prière, nous saisissons l'un des traits spécifiques de la théologie franciscaine, dont il a été l'initiateur, c'est-à-dire le rôle assigné à l'amour divin, qui entre dans la sphère affective, de la volonté, du cœur et qui est également la source d'où jaillit une connaissance spirituelle, qui dépasse toute connaissance. En effet, lorsque nous aimons, nous connaissons... Seule une âme qui prie peut accomplir des progrès dans la vie spirituelle : tel est l'objet privilégié de la prédication de saint Antoine. Il connaît bien les défauts de la nature humaine, notre tendance à tomber dans le péché, c'est pourquoi il exhorte continuellement à combattre la tendance à l'avidité, à l'orgueil, à l'impureté, et à pratiquer au contraire les vertus de la pauvreté et de la générosité, de l'humilité et de l'obéissance, de la chasteté et de la pureté. Aux débuts du XIIIe siècle, dans le cadre de la renaissance des villes et du développement du commerce, le nombre de personnes insensibles aux besoins des pauvres augmentait. Pour cette raison, Antoine invite à plusieurs reprises les fidèles à penser à la véritable richesse, celle du cœur, qui rend bons et miséricordieux, fait accumuler des trésors pour le Ciel. « O riches – telle est son exhortation – prenez pour amis... les pauvres, accueillez-les dans vos maisons: ce seront eux, les pauvres, qui vous accueilleront par la suite dans les tabernacles éternels, où résident la beauté de la paix, la confiance de la sécurité, et le calme opulent de l'éternelle satiété » (ibid., n. 29).

N'est-ce pas là, chers amis, un enseignement très important aujourd'hui également, alors que la crise financière et les graves déséquilibres économiques appauvrissent de nombreuses personnes et créent des conditions de pauvreté ? Dans mon encyclique Caritas in veritateje rappelle : « Pour fonctionner correctement, l'économie a besoin de l'éthique ; non pas d'une éthique quelconque, mais d'une éthique amie de la personne » (n. 45).

Antoine, à l'école de François, place toujours le Christ au centre de la vie et de la pensée, de l'action et de la prédication. Il s'agit d'un autre trait typique de la théologie franciscaine : le christocentrisme. Celle-ci contemple volontiers, et invite à contempler les mystères de l'humanité du Seigneur, l'homme Jésus, de manière particulière le mystère de la Nativité, Dieu qui s'est fait Enfant, qui s'est remis entre nos mains : un mystère qui suscite des sentiments d'amour et de gratitude envers la bonté divine.

D'une part la Nativité, un point central de l'amour du Christ pour l'humanité, mais également la vision du Crucifié inspire à Antoine des pensées de reconnaissance envers Dieu et d'estime pour la dignité de la personne humaine, de sorte que tous, croyants et non croyants, peuvent trouver dans le crucifié et dans son image une signification qui enrichit la vie. Saint Antoine écrit : « Le Christ, qui est ta vie, est accroché devant toi, pour que tu regardes dans la croix comme dans un miroir. Là tu pourras voir combien tes blessures furent mortelles, aucune médecine n'aurait pu les guérir, si ce n'est celle du sang du Fils de Dieu. Si tu regardes bien, tu pourras te rendre compte à quel point sont grandes ta dignité humaine et ta valeur... En aucun autre lieu l'homme ne peut mieux se rendre compte de ce qu'il vaut, qu'en se regardant dans le miroir de la croix » (Sermones Dominicales et Festivi III, pp. 213-214).

En méditant ces paroles nous pouvons mieux comprendre l'importance de l'image du Crucifix pour notre culture, pour notre humanisme né de la foi chrétienne. C'est précisément en regardant le Crucifié que nous voyons, comme le dit saint Antoine, à quel point est grande la dignité humaine et la valeur de l'homme. En aucun autre lieu on ne peut comprendre combien vaut l'homme, pourquoi précisément Dieu nous rend aussi importants, nous voit aussi importants, au point d'être, pour Lui, dignes de sa souffrance ; ainsi toute la dignité humaine apparaît dans le miroir du Crucifié et le regard vers Lui est toujours une source de reconnaissance de la dignité humaine."

 

BENOÎT XVI, extraits de l'AUDIENCE GÉNÉRALE, mercredi 10 février 2010

 


Centenaire de la canonisation de Sainte-Rita, 20 mai 2000,

Centenaire de la canonisation de

Sainte Rita de Cascia

Samedi 20 mai 2000

 

 

 


4 Sermons sur la Vierge Marie

Nativité - Annonciation - Purification - Assomption

 

« Comme l'étoile du matin au milieu des nuages,

comme la lune en son plein,

comme le soleil rayonnant sur le Temple du Très-Haut,

comme l'arc-en-ciel brillant dans les nuages de gloire,

comme la rosée au printemps,

comme un lis près de la source,

comme un rameau de l'arbre à encens en été,

comme le feu et l'encens dans l'encensoir,

Comme un diadème royal,

comme un vase d'or massif, orné de toutes sortes de pierres précieuses,

comme un olivier chargé de fruits,

comme un cyprès s'élevant jusqu'aux nuages »

 

Reliques-Saint-Antoine-2--parousie.over-blog.fr.jpg


Voici les douze pierres précieuses enchâssées dans le diadème du chef d'Aaron. Voici les douze étoiles dans la couronne de la Vierge. En son honneur, et selon que Notre Dame elle-même nous l'accordera, nous commentons ce passage du Siracide en quatre sermons, d'après ses quatre fêtes :

Nativité, Annonciation, Purification et Assomption.

 

 

Reliques-Saint-Antoine-3--parousie.over-blog.fr.jpg

 

1er Sermon pour la Nativité de la Vierge

 

Comme l'étoile du matin au milieu des nuages

L'étoile du matin s'appellait Lucifer, parce qu'elle brillait plus claire que toutes les étoiles. Ce Lucifer qui précèdait le soleil, annoncait le matin et arrosait par l'éclat de sa lumière les ténèbres de la nuit, maintenant elle désigne la Vierge Marie qui a annoncé au matin de la grâce le soleil de justice à ceux qui étaient dans les ténèbres.


Comme la lune en son plein

La Vierge Marie est appelée « lune pleine », car elle est parfaite sous tous ses aspects. La lune est imparfaite et semi-pleine quand elle a des taches et des formes en croissant. La Vierge Marie n'eut pas de tache à sa naissance puisqu'elle fut sanctifiée dans le sein de sa mère. Elle n'en eut jamais durant sa vie ; c'est pourquoi elle brille pleine et parfaite et comme la lumière, elle dissout les ténèbres.

Nous te prions, ô Notre Dame, Toi, qui es l'étoile du matin, chasse par ta splendeur le nuage de la tentation du diable qui recouvre la terre de notre esprit.

Toi, qui es la lune en son plein, remplis le vide de notre coeur, dissous les ténèbres de nos péchés, afin que nous méritions de parvenir à la plénitude de la vie éternelle et à la lumière de la gloire infinie.

 

 

Reliques-Saint-Antoine-4--parousie.over-blog.fr.jpg

 

2ème Sermon pour l'Annonciation de la Vierge Marie

 

Comme le soleil resplendissant sur le Temple du Très-Haut

Le soleil possède trois propriétés : la splendeur, la blancheur et la chaleur. Ces trois propriétés répondent aux trois paroles de l'Ange : Ave, pleine de grâce ; Ne crains pas ; L'Esprit Saint surviendra sur toi.

- La splendeur

« Ave, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre les femmes ».

Voilà la splendeur du soleil, voilà les vertus dont elle a brillé.

- Elle eut la tempérance, la modestie dans les paroles, l'humilité dans le coeur.

- Elle fut prudente lorsque, troublée, elle se tut, comprit ce qu'on lui avait dit, répondit à ce qui lui fut proposé.

- Elle fut juste lorsqu'elle donna a chacun son dû.

- Elle fut forte dans ses fiançailles, lors de la circoncision de son Fils et de la purification légale.

- Elle fut compatissante envers les affligés, lorsqu'elle dit : « Ils n'ont plus de vin » (Jn 2, 3).

- Elle fut en communion avec les saints lorsqu'elle était assidue dans la prière, au cénacle, avec les apôtres et quelques femmes (cf. Ac 1, 14).

- La blancheur

« Voici que tu concevras et tu enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. »

Voici la blancheur du soleil.

Comment aurait-elle pu concevoir la lumière éternelle et le miroir sans tache, si elle n'avait été elle-même toute blanche ?

De cette blancheur, son Fils dit dans le Cantique : « Ton ventre est une masse d'ivoire, couverte de saphirs » (Ct 5, 14). L'ivoire, blanc et froid, désigne la double pureté de l'esprit et du corps. La pierre du saphir, de couleur céleste, désigne la contemplation.

Le ventre de la Vierge Marie fut d'ivoire et couvert de saphirs parce qu'elle avait la blancheur de la virginité dans son corps et la beauté de la contemplation dans son âme.

- La chaleur

Le Saint-Esprit surviendra sur toi. Voici la chaleur.

La chaleur est l'aliment et la nourriture de tous les vivants ; lorsqu'elle manque, c'est la chute et la mort.

La chaleur est la grâce du Saint-Esprit. Si elle se retire du coeur de l'homme, la sève de la componction vient à manquer et l'âme malheureuse tombe dans la mort du péché. Mais si la chaleur revient, si le Saint-Esprit survient, Marie conçoit et enfante le fruit béni qui ôte toute malédiction.


Comme l'arc-en-ciel brillant dans un nuage de gloire

L'arc-en-ciel se forme lorsque le soleil entre dans un nuage.

Il a quatre couleurs : fuligineux, azur, doré et de feu. Ainsi, lorsque le soleil de justice, le Fils de Dieu, est entré dans la glorieuse Vierge, elle est devenue comme un arc-en-ciel brillant, un signe d'alliance, de paix et de réconciliation, entre « nuages de gloire » c'est-à-dire entre Dieu et le pécheur.

Remarquez encore que la couleur fuligineuse de l'arc désigne la pauvreté de Marie ; l'azur, son humilité ; le doré, sa charité ; le feu, dont la flamme ne peut ni être partagée ni endommagée par l'épée, sa virginité intacte.

Viens donc, notre Dame, unique espérance !

Eclaire, nous t'en supplions, notre esprit par la splendeur de ta grâce,

purifie-le par la candeur de ta pureté, réchauffe-le par la chaleur de ta présence.

Réconcilie-nous tous avec ton Fils, afin que nous puissions parvenir à la splendeur de sa gloire.

Que nous l'accorde celui qui, aujourd'hui, à l'annonce de l'ange, a voulu prendre de toi sa chair glorieuse et rester enfermé pendant neuf mois dans ton sein.

A lui, honneur et gloire pour les siècles éternels ! Amen !

 

 

Reliques-Saint-Antoine-6--parousie.over-blog.fr.jpg


Comme la rose au printemps

L'enfantement de Marie est comparé à la rose et au lis. De même que ces fleurs, tout en répandant un parfum très agréable, ne se détériorent jamais, Marie a gardé intacte sa virginité lorsqu'elle a donné le jour au Fils de Dieu.

« Comme la rose au printemps ».

Le printemps (en latin ver) est ainsi appelé parce il verdoie. Au printemps, la terre se revêt d'herbe et se colore de fleurs bariolées, la température s'adoucit, les oiseaux jouent de la cithare et tout semble sourire.

Nous te rendons grâce, Père saint, parce qu'au milieu des grands froids, tu nous as donné un temps printanier dans la naissance de ton Fils Jésus. Aujourd'hui la Vierge, terre bénie et remplie des bénédictions du Seigneur, a enfanté l'herbe verdoyante, le Fils de Dieu, pâturage des pénitents. Aujourd'hui les anges chantent : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux. » Aujourd'hui sont rétablies sur terre la tranquillité et la paix.

Que cherches-tu encore ? Tout sourit, tout se réjouit. « Je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple, dit l'ange aux bergers : aujourd'hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur. Et ceci vous servira de signe : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche" (Lc 2, 10-12).


Comme un lis près d'une source

De même que les lis le long d'un cours d'eau conservent leur fraîcheur, leur beauté et leur parfum, la Vierge Marie garda la fraîcheur et la beauté de sa virginité, lorsqu'elle donna le jour à son Fils.

Nous te prions donc, ô Notre Dame, Mère nourricière de Dieu :

Dans la Nativité de ton Fils, que tu as engendré en demeurant vierge, que tu as enveloppé de langes et déposé dans une crèche, obtiens-nous son pardon, guéris les brûlures de notre âme, que nous avons provoquées par le feu du péché ; guéris-les avec le baume de ta miséricorde, par laquelle nous méritions de parvenir au bonheur du festin éternel.

Que nous l'accorde celui qui, aujourd'hui, a daigné naître de toi, O Vierge glorieuse, et à qui soit honneur et gloire pour tous les siècles des siècles. Amen !

 

 

Reliques-Saint-Antoine-7--parousie.over-blog.fr.jpg

 

3ème Sermon pour la Purification de Marie

 

Comme un rameau de l'arbre à encens en été

Le mot encens vient du grec Theos qui signifie "Dieu", en l'honneur de qui il est brûlé.

L'arbre à encens s'appelle « liban ». "Comme le liban non entaillé, dit la Vierge dans le Siracide, j'ai rempli de parfum mon habitation " (cf. Si 24, 12). L'arbre de l'encens est une plante d'Arabie, très haute, d'où est extraite une gomme-résine aromatique. L'encens est cueilli deux fois par an, en automne et au printemps.

Cet arbre est la figure de Marie. Elle ne fut incise par aucun fer de concupiscence. Elle parfume de vertus et d'amour l'âme dans laquelle elle habite. Elle émane d'elle l'encens parfumé, l'humanité de Jésus Christ, dont le parfum a rempli le monde entier.

- La double offrande du Christ

La double cueillette de l'encens représente la double offrande du Christ. Dans la première, la Mère l'offrit dans le temple selon la prescription de la loi de Moïse ; dans la seconde, le Christ s'offrit lui-même en sacrifice à Dieu le Père, pour la réconciliation du genre humain.

- L'offrande de Marie

Dans sa pauvreté, Marie offrit son Fils et l'offrande des pauvres, une paire de tourterelles et deux jeunes colombes. Voici ce que prescrivait la loi : « Si une femme est enceinte et enfante un garçon, elle sera impure pendant sept jours. Quand sera achevée la période de sa purification, après quarante jours, elle apportera un agneau à l'entrée de la Tente. Si elle ne le trouve pas ou si elle n'a pas la possibilité d'offrir un agneau, elle offrira deux tourterelles ou deux jeunes colombes » (cf. Lv 12, 2.6.8). L'offrande de Marie fut donc l'offrande des pauvres qui n'avaient pas la possibilité de se procurer un agneau. Tout cela manifeste l'humilité et la pauvreté du Seigneur et de sa Mère. C'est cette offrande que font au Seigneur ceux qui sont pauvres.


« Comme feu resplendissant et encens qui brûle dans le feu ».

Jésus Christ a resplendi comme un feu devant les bergers lors de sa Nativité, devant les mages lors de sa Manifestation, devant Syméon et Anne lors de la Purification de sa Mère. Dans sa Passion, en revanche, il a brûlé comme encens au feu, et de son parfum furent remplis les cieux, la terre et les enfers. Les anges du ciel se réjouissent de la rédemption du genre humain ; sur terre les hommes qui étaient morts furent ressuscités ; dans les enfers, les prisonniers furent libérés.

Nous te prions, ô Notre Dame, Mère choisie de Dieu, purifie-nous du sang de nos péchés afin que nous puissions parvenir à la gloire de la Jérusalem céleste.

Que nous l'accorde celui qu'aujourd'hui tu as offert dans le temple :

A lui soit honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen !

 

 

Reliques-Saint-Antoine-8--parousie.over-blog.fr.jpg

 

4ème Sermon pour l'Assomption de Marie

 

« Il posa sur sa tête le diadème royal ».

« Venez, dit le Cantique, contemplez, filles de Sion, le roi Salomon, avec le diadème dont sa mère l'a couronné, au jour de ses épousailles >, (Ct 3, 11).

La Vierge Marie a couronné le Fils de Dieu avec le diadème de la chair humaine, le jour de ses épousailles, lorsque la nature divine fut unie, comme un époux, à la nature humaine, dans la chambre nuptiale de la Vierge Marie. Aujourd'hui, le Fils a couronné sa Mère du diadème de la gloire céleste.

Venez, admirez la Mère avec le diadème dont son Fils l'a couronnée, aujourd'hui, jour de son Assomption.


Vase d'or

L'humilité se conserve par la pauvreté. La pauvreté est dite « d'or » parce qu'elle rend riches ceux qui la possèdent.

Où il y a la vraie pauvreté, il y a le nécessaire. Où il y a l'abondance, il y a l'indigence.

Or éclatant de la pauvreté ! Celui qui ne te possède pas , même s'il possède tout le reste, n'a rien ! Les biens temporels enflent et s'évanouissent. Dans la pauvreté, il y a la joie ; dans les richesses, la tristesse et le tourment.

« Mieux vaut une bouchée de pain sec avec la tranquillité, dit Salomon, qu'un veau engraissé avec la discorde ou une maison pleine de victimes,

Mieux vaut peu de biens avec la crainte du Seigneur que de grands trésors qui ne rassasient pas,

Mieux vaut habiter un pays désert qu'avec une femme querelleuse et chagrine

Mieux vaut une habitation à l'angle d'un toit que faire maison commune avec les autres »

(cf. Pr 17, 1 ; 15, 15-16 ; 21, 19 et 21, 9).

 

 

Reliques-Saint-Antoine--parousie.over-blog.fr.jpg

 


Vase d'or massif

L'humilité et la pauvreté de la Vierge Marie furent ornées de la pureté ; c'est pourquoi on ajoute : Vase d'or massif.

Ce vase a été orné de toutes sortes de pierres précieuses , privilèges et dons célestes. Celle qui engendra le Créateur et le Rédempteur réunit en elle-même les mérites de tous les saints.

O incomparable dignité de Marie, abîme insondable de miséricorde. Jamais à un ange ni à un homme ne fut ou ne sera donné une telle grâce et autant de miséricorde que celles qui furent données à la Vierge que Dieu le Père a voulu comme Mère de son Fils. Ce serait une grâce et une dignité très grande pour une simple femme que d'avoir un fils avec un empereur. Vraiment supérieure à toute grâce fut celle de Marie qui eut un Fils en commun avec le Père Eternel. A cause de cela, elle a mérité aujourd'hui d'être couronnée au ciel.


Olivier chargé de fruits

L'olivier est la plante ; l'olive, le fruit ; l'huile, le suc. L'olivier produit une fleur parfumée, d'où se forme l'olive qui est d'abord verte, puis rouge et enfin mûre.

Sainte Anne fut l'olivier d'où germa la fleur au parfum incomparable de la Vierge Marie. Celle-ci fut verte, demeura vierge dans la conception et la nativité du Sauveur, avant l'enfantement et dans l'enfantement ; elle fut rouge dans la passion de son Fils, lorsque l'épée transperça son âme ; elle fut mûre dans l'Assomption d'aujourd'hui, car elle est épanouie et possède le bonheur de la gloire céleste.

Prenant part à sa joie, nous chantons dans l'introït de la messe de ce jour : « Réjouissons-nous tous dans le Seigneur »


Cyprès s'élevant jusqu'aux nuages

Comme un cyprès, la Vierge Marie s'élève aujourd'hui plus haut que tous les anges.

 

 

Oreficeria-tedesca--Navicella--sec.-XVI--pezzo-conservato-n.jpg

Navicelle, orfèvrerie allemande (XVIème siècle)

Musée Antonien d'Art Sacré, Padoue

 

 

 

A ce sujet, nous lisons dans Ezéchiel : « Au-dessus du firmament qui était sur la tête des quatre animaux, apparut quelque chose qui avait l'aspect d'une pierre de saphir en forme de trône, et sur cette forme de trône, tout en haut, un être ayant apparence humaine » (Ez 1, 26).

Dans les quatre animaux sont représentés tous les saints, décorés de vertus et instruits de l'enseignement des quatre évangiles ; dans le firmament, les choeurs des anges ; dans le trône, la Vierge Marie, dans laquelle le Seigneur s'humilia lorsqu'il prit chair en elle. Dans le fils d'homme, Jésus Christ, Fils de Dieu et de l'homme. Dans la gloire du ciel, il y a donc tous les saints, les anges, la Vierge Marie et Jésus Christ.

 

 

Saint-Antoine-de-Padoue--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Prières
commenter cet article

commentaires