Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 15:32
Claudine Moine
née à Scey-sur-Saône (Haute-Saône) en 1618
année de la mort inconnue (après 1655)

Photo libre




Prières de Claudine Moine,
mystique franc-comtoise


« Seigneur, que Votre Main me serve d'oreiller afin que, si je viens à tomber, je ne me blesse...

Que m'importe mon Dieu, que m'importe en quel état je sois, pourvu que Votre Volonté se fasse et Vos desseins s'accomplissent !... Ô Bonté ineffable de Dieu, que Vous êtes Grande... Par des attraits puissants, Dieu me tirait en Lui et je pouvais bien dire : mon Dieu, mon Tout...
Ô mon Dieu, que les hommes ont peu de reconnaissance et qu'ils font peu de profit de Vos Bienfaits !

Car ils ne sont pas extrêmement rares ! Quelque grands qu'ils soient, ils n'en tiennent compte. Et qu'ils Vous connaissent peu, refusant de s'approcher de Vous ! Donnez-moi des larmes de sang, pour pleurer cet aveuglement qui est la source de toutes leurs misères et de tout leur malheur.

Que ne puis-je mettre le feu de Votre Amour aux quatre coins et au milieu de la terre, afin que tous en brûlent ! Si tous les cœurs étaient en ma puissance, ils ne brûleraient jamais que de ce Divin et Sacré feu. Si tous leurs corps et toutes leurs âmes étaient en ma disposition, ils ne seraient jamais employés qu'à Vous servir et aimer.

Mais, hélas ! Je ne suis qu'une chétive et pauvre fille ! Je n'ai que des désirs et des larmes inutiles sur ce sujet. Je ne puis pourtant empêcher de Vous les dire et de les répandre en Votre présence.

Je Vous prie donc, mon Seigneur, que puisque je ne puis rien pour le salut des hommes, de vouloir donner au Chef de votre Église et à tous les cardinaux, archevêques, évêques, prélats et personnes ecclésiastiques, Votre Saint-Esprit et un zèle ardent pour Votre Gloire, à ce qu'ils s'acquittent dignement de leurs charges. Vous soyez connu et aimé de tous !

Je Vous demande encore le même pour tous les confesseurs, prédicateurs de Votre Saint Évangile, pour tous les supérieurs des maisons religieuses, et généralement pour tous ceux et celles qui s'emploient à la direction et conversion des âmes, à ce qu'il Vous plaise bénir leurs travaux, afin qu'ils fassent une moisson abondante et que la Gloire de Votre Nom soit portée sur toute la terre. »


« Regarde toutes les choses du monde qui te peuvent donner de la peine et résous-toi à les souffrir. » (Jésus à Claudine Moine).


Extraits du livre "La couturière mystique de Paris - Claudine Moine - Relation spirituelle" (éditions Téqui, 1981, pages 86 à 88 ; 100 à 104 ; 444 à 445), livre inspiré des Relations manuscrites retrouvées dans les archives du Père Launay, missionnaire des Missions Étrangères, et provenant d'un abbé de Choisy, hôte de la rue du Bac en 1686.

Repost 0
Published by parousie - dans Franche-Comté
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 14:25
Teresa Musco
Caiazzo, 7 juin 1943 - 19 août 1976


Prière de Teresa Musco


Ô Jésus qui, par Ta Glorieuse Résurrection, nous as montré ce que seront dans l'Éternité les « fils de Dieu », accorde la sainte résurrection à ceux qui nous sont chers, morts dans Ta Grâce, ainsi qu'à nous, lorsque notre heure sera venue.
Par le Sacrifice de Ton Sang, par les Larmes de Marie, par les mérites de tous les Saints, ouvre Ton Règne à leur esprit. Ô Mère, dont le tourment prit fin à l'aube pascale devant le Ressuscité et dont l'attente de T'unir à Ton Fils cessa dans la joie de Ta Glorieuse Assomption, console notre douleur en libérant des peines ceux que nous aimons, même au-delà de la mort, et prie pour nous qui attendons l'heure de retrouver l'étreinte de ceux que nous avons perdus.
Martyrs et Saints qui jubilez dans le Ciel, tournez votre regard suppliant et fraternel vers Dieu pour les défunts qui expient, afin de prier l'Éternel pour eux : « voici la paix pour vous ».
Délectations pour ceux qui nous sont chers, qui ne sont pas perdus mais séparés, vos prières sont le baiser qui nous manque, et quand vous serez libres avec les Saints dans le Bienheureux Paradis, protégez-nous avec les Saints en nous aimant dans la Perfection, unis dans l'indivisible, active, amoureuse Communion des Saints, prélude de cette Bienheureuse Réunion des bénis de Dieu qui nous accordera, en dehors de nous émerveiller à la vue de Dieu, de vous retrouver, vous que nous eûmes sur terre, mais rendus sublimes de la Gloire du Ciel.


« Ô Jésus, Tu sais tout ! Je T'offre tout, avec tout mon amour. Je ne veux que Ton aide ! » (Teresa Musco).



Teresa Musco, stigmatisée italienne morte à 33 ans







Teresa Musco in corean
테레사 파리
한국






Biography, messages of Jesus to Teresa Musco, English,
Italiano







Preghiera di Teresa Musco

O Gesù, che per la Tua Gloriosa Resurrezione, ci hai mostrato quali saranno in eterno i « figli di Dio », concedi la santa resurrezione ai nostri Cari, morti nella Tua Grazia, e a noi nella nostra ora.
Per il Sacrificio del Tuo Sangue, per le Lacrime di Maria, per i meriti di tutti i Santi, apri il Tuo Regno ai loro spririti.

O Madre, il cui strazio ebbe fine all'alba pasquale davanti al Risorto e la cui attesa di riunirti al Tuo Figlio cessò nel gaudio della Tua Gloriosa Assunzione, consola il nostro dolore liberando dalle pene coloro che amiamo anche oltre la morte, e prega per noi che attendiamo l'ora di ritrovare l'abbraccio di quelli che perdemmo.
Martiri e Santi che giubilate in Cielo, volgete lo sguardo supplice a Dio, uno fraterno ai defunti che espiano, per pregare l'Eterno per loro : « Ecco la pace per voi ».
Diletti a noi cari non perduti ma separati, le vostre preghiere siano il bacio che rimpiangiamo e, quando coi Santi sarete liberi nel Beato Paradiso, coi Santi proteggeteci amandoci nella perfezione, a noi uniti per la indivisibile, attiva, amorosa Comunione dei Santi, anticipo di quella Beata riunione dei « benedetti » che concederà, oltre che di bearci della vista di Dio, di ritrovare voi quali vi avemmo, ma fatti sublimi dalla Gloria del Cielo.



Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 21:14
Sainte-Sc (h) olastique
480-543
Soeur de Saint-Benoît de Nursie



Prière à Sainte-Scholastique

Liturgie de l'Office monastique


Répons et antiennes


R/. L'illustre Scholastique fut la sœur du très Saint Père Benoît : consacrée dès l'enfance au Seigneur Tout-Puissant, elle ne quitta jamais la voie de la justice.


V/. Louez le Seigneur, enfants, louez le Nom du Seigneur. Consacrée dès l'enfance.


R/. Désirant se régler sur les exemples de la sainte vie de son frère, et selon la doctrine de ses sacrés enseignements, elle avait coutume de venir à lui une fois chaque année : et l'homme de Dieu l'instruisait de ses célestes leçons.


V/. Heureux qui écoute ses paroles et observe les règles qu'il a écrites. Et l'homme de Dieu.


R/. La sainte vierge Scholastique était comme un jardin diligemment arrosé ; la rosée des Célestes Grâces la rafraîchissait continuellement.


V/. Comme une source d'eau qui ne tarit jamais. La rosée des Célestes Grâces.


R/. Le Seigneur lui accorda le désir de son cœur : elle obtint de Lui ce qu'elle n'avait pu obtenir de son frère.


V/. Le Seigneur est bon envers tous ceux qui espèrent en Lui, envers l'âme qui Le cherche. Elle obtint de Lui.


R/. L'Époux tardant à paraître, Scholastique gémissait et disait : qui me donnera des ailes comme à la colombe, et je volerai et je me reposerai.


V/. Voici mon Bien-Aimé, Il me dit : lève-toi, mon amie, et viens. Qui me donnera.


R/. Scholastique parut sous la forme d'une colombe ; l'âme de son frère témoigna son allégresse par des hymnes et des cantiques : béni soit ce départ ! Mais bien plus encore soit bénie cette entrée !


V/. Le vénérable Père Benoît demeura tout inondé d'une joie Céleste. Béni soit.


R/. L'âme de Scholastique sortit de l'arche de son corps, comme la colombe portant le rameau d'olivier, signe de paix et de grâce ; elle s'envola dans les Cieux.


V/. Comme elle ne trouvait pas où reposer son pied. Elle s'envola dans les Cieux.


Antienne :

Que l'assemblée des fidèles tressaille d'allégresse pour la gloire de l'auguste vierge Scholastique ; que la troupe des vierges sacrées se livre à une joie plus grande encore, en célébrant la fête de celle qui par ses larmes fléchit le Seigneur, et fut plus puissante sur Lui que son frère, parce qu'elle eut plus d'amour.


Antienne :

Aujourd'hui la sacrée vierge Scholastique monte au Ciel toute joyeuse, sous la forme d'une colombe. Aujourd'hui elle jouit pour jamais avec son frère des délices de la Vie Céleste.


Saint-Benoît et Sainte-Scholastique
présentant leurs coeurs à la Vierge et l'Enfant

(couleurs libres)
Charles Errard
vers 1650



Hymnes à Sainte-Scholastique

Office bénédictin


1. Heureuse épouse du Christ, Scholastique, colombe des vierges , les habitants du Ciel te comblent de louanges ; nos cœurs te saluent en faisant monter vers toi l'hommage d'un joyeux concert.


Tu foulas aux pieds les honneurs du monde et ses couronnes ; dirigée par les enseignements de ton frère et les préceptes de sa Règle Sainte, attirée par l'odeur des Grâces Célestes, tu appris de bonne heure à prendre le chemin de la patrie.


Ô force invincible de l'amour ! Ô victoire à jamais glorieuse, en ce jour où, par la force de tes larmes, tu fais descendre les pluies du Ciel, et contrains le Patriarche de Nursie à continuer ses entretiens Célestes.


Aujourd'hui tu brilles, au plus haut des Cieux, de l'éclat de cette lumière vers laquelle tu soupirais ; les feux de la charité, les splendeurs de la grâce embellissent ton front ; unie à l'Époux, tu reposes au sein de la gloire.


Daigne donc maintenant écarter du cœur des fidèles les nuages d'ici-bas, afin que le Soleil éternel, versant sur nous sa splendeur sereine, nous comble des joies de la Lumière sans fin.


Chantons Gloire au Père et Gloire au Fils unique ; hommage égal au Paraclet Divin ; Honneur éternel à celui qui créa les siècles et qui les gouverne.

Amen.

Saint-Benoît et Sainte-Scholastique

Enluminure de psautier


2. Les ombres de la nuit disparaissent, le jour désiré se lève, auquel l'Époux éternel s'unit à la vierge Scholastique.


Le temps des frimas est passé, les nuages pluvieux ont disparu, les plaines du Ciel s'émaillent de fleurs éternelles.


A l'appel du Dieu qui est Amour, la bien-aimée déploie ses ailes ; conviée au baiser mystique, la colombe s'élance d'un vol rapide.


Que tu es belle dans ta marche triomphante, fille chérie du grand Roi ! L'œil de ton frère contemple ton départ ; son cœur rend grâces au Dieu éternel.


De sa droite, l'Époux la presse sur Son sein ; elle recueille les couronnes qui lui sont dues ; plongée dans un fleuve de gloire, elle s'enivre des joies divines.


Ô Christ, fleur des vallons, que tous les siècles Vous adorent, avec le Père et le Paraclet, dans toute l'étendue de cet univers. Amen.


Mort de Sainte-Scholastique
Jean II Restout
1730


Prière de louange à Sainte-Scholastique


Colombe chérie de l'Époux, que votre vol fut rapide, lorsque, quittant cette terre d'exil, vous prîtes votre essor vers lui ! L'œil de votre illustre frère, qui vous suivit un instant, vous perdit bientôt de vue ; mais toute la Cour Céleste tressaillit de joie à votre entrée.

Vous êtes maintenant à la source de cet amour qui remplissait votre cœur, et rendait ses désirs tout-puissants sur celui de votre Époux. Désaltérez-vous éternellement à cette fontaine de Vie ; et que votre suave blancheur devienne toujours plus pure et plus éclatante, dans la compagnie de ces autres colombes, vierges de l'Agneau comme vous, et qui forment un si noble essaim autour des lis du Jardin Céleste.

Souvenez-vous cependant de cette terre désolée qui a été pour vous, comme elle l'est pour nous, le lieu d'épreuve où vous avez mérité vos honneurs. Ici-bas, cachée dans le creux de la pierre, comme parle le divin Cantique, vous n'avez pas déployé vos ailes, parce que rien n'y était digne de ce Trésor d'Amour que Dieu lui-même avait versé dans votre cœur. Timide devant les hommes, simple et innocente, vous ignoriez à quel point vous aviez « blessé le Cœur de l'Époux. »

Vous traitiez avec Lui dans l'humilité et la confiance d'une âme qu'aucun remords n'agita jamais, et Il se rendait à vos désirs par une aimable condescendance ; et Benoît, chargé d'années et de mérites, Benoît accoutumé à voir la nature obéir à ses ordres, était vaincu par vous, dans une lutte où votre simplicité avait vu plus loin que sa profonde sagesse.


Extase de Saint-Benoît
Jean II Restout
1746


Qui donc vous avait révélé, Ô Scholastique, ce sens sublime qui, en ce jour-là, vous fit paraître plus sage que le grand homme choisi de Dieu pour être la règle vivante des parfaits ?

Ce fut Celui-là même qui avait élu Benoît comme l'une des colonnes de la Religion, mais qui voulut montrer que la sainte tendresse d'une charité pure l'emporte encore à ses yeux sur la plus rigoureuse fidélité à des lois qui n'ont été faites que pour aider à conduire les hommes au but que votre cœur avait déjà atteint.

Benoît, l'ami de Dieu, le comprit ; et bientôt, reprenant le cours de leur Céleste entretien, vos deux âmes se confondirent dans la douceur de cet amour incréé qui venait de se révéler et de se glorifier lui-même avec tant d'éclat.

Mais vous étiez mûre pour le ciel, Ô Scholastique ; votre amour n'avait plus rien de terrestre ; il vous attirait en haut. Encore quelques heures, et la voix de l'Époux allait vous faire entendre ces paroles de l'immortel Cantique, que l'Esprit-Saint semble avoir dictées pour vous : « lève-toi, Ô mon amie, ma belle, et viens ; ma colombe, montre-moi ton visage ; que ta voix résonne à mon oreille ; car ta voix est douce, et ton visage est plein d'attraits (1). »

Dans votre départ de la terre, ne nous oubliez pas, Ô Scholastique ! Nos âmes sont appelées à vous suivre, bien qu'elles n'aient pas les mêmes charmes aux yeux de l'Époux. Moins fortunées que la vôtre, il leur faut se purifier longtemps pour être admises dans le séjour où elles contempleront votre félicité.

Votre prière força les nuées du Ciel à envoyer leur pluie sur la terre ; qu'elle obtienne pour nous les larmes de la pénitence. Vos délices furent dans les entretiens sur la vie éternelle ; rompez nos conversations futiles et dangereuses ; faites-nous goûter ces discours du Ciel, dans lesquels les âmes aspirent à s'unir à Dieu.

Vous aviez trouvé le secret de cette charité fraternelle dont la tendresse même est un parfum de vertu qui réjouit le coeur de Dieu ; ouvrez nos cœurs à l'amour de nos frères ; chassez-en la froideur et l'indifférence, et faites-nous aimer comme Dieu Veut que nous aimions.


Mais, Ô colombe de la solitude, souvenez-vous de l'arbre sous les rameaux duquel s'est abritée votre vie. Le cloître bénédictin vous réclame, non seulement comme la sœur, mais encore comme la fille de son auguste Patriarche.

Du haut du Ciel, contemplez les débris de cet arbre autrefois si vigoureux et si fécond, à l'ombre duquel les nations de l'Occident se sont reposées durant tant de siècles. De toutes parts, la hache dévastatrice de l'impiété s'est plue à frapper dans ses branches et dans ses racines.

Ses ruines sont partout ; elles jonchent le sol de l'Europe entière. Cependant, nous savons qu'il doit revivre, qu'il poussera de nouveaux rameaux, et que votre Divin Époux, Ô Scholastique, a daigné enchaîner le sort de cet arbre antique aux destinées mêmes de l'Église.

Priez pour que la sève première revive en lui ; protégez d'un soin maternel les faibles rejetons qu'il produit encore ; défendez-les de l'orage, bénissez-les, et rendez-les dignes de la confiance que l'Église daigne avoir en eux.


(1) Cant. II, 10.



Prière à Saint-Benoît et à Sainte-Scholastique
pour les familles


Ô Saint-Benoît et Sainte-Scholastique,
vous étiez frère et soeur,
et vous êtes parvenus tous deux à la sainteté.
Vous souvenant de votre amitié fraternelle,
daignez venir en aide à nos familles,
afin qu'elles soient unies comme vous
dans une même foi et un même amour de Dieu,
et deviennent des foyers de sainteté.

Par les mérites de votre vie
entièrement consacrée au Christ,
obtenez-nous de suivre le chemin de l'Évangile
dans la fidélité à l'Église,
et de chercher Dieu ensemble,
par la pratique religieuse et la prière en commun.
Qu'à votre exemple, nos familles prient beaucoup,
pour progresser dans l'unité et l'amour.

Aidez-nous à vivre dans l'estime et le respect mutuel,
en voyant le Christ Jésus en chacun de nos proches.
Rendez-nous plus généreux à pardonner,
plus attentifs à écouter, plus ouverts pour accueillir.
Que nous conservions la paix par la charité.

Vous, dont le coeur était si compatissant,
réconfortez les familles en difficulté,
celles qui sont éprouvées par le chômage,
la maladie, ou la perte d'êtres chers.
Secourez les conjoints séparés,
les enfants non aimés, les parents délaissés.
Protégez les jeunes, préservez les vocations.
Veillez à la sécurité de nos foyers,
et implorez la paix pour toutes les familles du monde.

Soyez près de nous à l'heure de notre mort,
avec Jésus, Marie et Joseph,
et obtenez-nous de nous ouvrir
à la Miséricorde de Dieu,
afin qu'Il nous donne la Grâce
de nous retrouver ensemble dans la Demeure du Ciel,
pour vivre éternellement heureux
avec Lui, notre Père très Bon,
et Son Fils, le Christ Jésus notre Frère,
et leur Esprit d'Amour.
Amen.









Prayer to Saint Scholastica


COLLECT


O Lord,
who made Saint Scholastica resplendent
with the brightness of an incomparable purity,
grant that we may please you
by the transparency of our daily lives
and, by faithfulness in the school of your service,
be found worthy of praising you in heaven
with all the angels and saints.
Through our Lord Jesus Christ, your Son,
who lives and reigns with you in the unity of the Holy Spirit,
God forever and ever.

 


GENERAL INTERCESSIONS


That the Church of Christ
may be a door of hope in the midst of a troubled world
and a voice that sings of love's glorious triumph,
even in the midst of lamentations and cries of distress,
to the Lord we pray, Christ, hear us. R. Christ,

graciously hear us.

That through the intercession of Saint Scholastica,
the hearts of world leaders may be softened
by the tears of a great multitude,
to seek the things that make for peace, and turn from war,
to the Lord we pray, Christ, hear us. R. Christ,

graciously hear us.

That all who are afflicted in body, mind, or spirit,
may share in the sufferings of Christ through patience,
and so deserve also to share in his kingdom,
to the Lord we pray, Christ, hear us. R. Christ,

graciously hear us.

That all nuns, monks, and oblates
living under the Rule of Saint Benedict,
may, like Saint Scholastica, be bold in prayer,
and confident in the triumph of love,
to the Lord we pray, Christ, hear us. R. Christ,

graciously hear us.

That, following the example of

Saints Scholastica and Benedict,
we may harmonize our minds with our voices,
and stand today with holy awe
in the sight of the Divine Majesty and his Angels,
to the Lord we pray, Christ, hear us. R. Christ,

graciously hear us.


COLLECT AT THE GENERAL INTERCESSIONS


Almighty and ever-living God
who in your only-begotten Son
opened for us a door of hope
in this valley of tears,
grant that we, like the virgin Saint Scholastica,
may sing to you as in the days of our youth
with purity of heart recovered and holy innocence restored,
so that, having preferred nothing
to the love of the Bridegroom Christ,
it may be given us to sing your praise forever
at the wedding feast of the Lamb.
Through the same Christ our Lord.

 


PRAYER OVER THE OFFERINGS


Lord, receive the worship that, in our lowliness,
we set forth before you
on this solemnity of the blessed virgin Scholastica;
by this spotless offering,
grant that we may be set ablaze
with a love that is both tender and holy in your sight.
Through Christ our Lord.


 


PREFACE


Truly it is right and just, our duty and our salvation,
always and everywhere to give you thanks,
Lord, holy Father, almighty and eternal God,
through Christ our Lord.

Saint Scholastica, obedient to the teaching

of Saint Benedict, her brother,
inclined the ear of her heart to the voice of Christ
who led her into the wilderness
and there espoused her in mercy and faithfulness.

This holy virgin chose the best part,
and in preferring nothing to the love of Christ,
reached that love of yours which, being perfect,
drove out all fear.

When in earnest prayer she sought your help,
you answered her outpouring of tears
with a sudden downpour of rain amidst lightning and thunder,
and in this you revealed the surpassing power of love.

In the form of a dove,
her pure soul entered the glory of heaven;
seeing this her brother was filled with joy
and raised his voice in glad thanksgiving.

Now Saint Scholastica rejoices in you who called her,
and praises you forever with the powers of heaven,
with whom we also raise our voices
in this, their endless hymn of praise :



PRAYER AFTER COMMUNION


Through the merits of your holy virgin Scholastica,
look down, O Lord, with favor,
upon your family nourished with spiritual food;
and just as you once answered her prayers

with a miraculous rain,
so hear her now and moisten the dryness of our hearts
with the dew of divine life.
Through Christ our Lord.


The Collect, Secret, and Postcommunion are from the Benedictine sanctoral; the Preface is of recent composition. The General Intercessions are from the Monastery of the Glorious Cross in Branford, CT, USA.


Repost 0
Published by parousie - dans Italie mystique
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 15:54
Séraphin (Séraphim) de Sarov
Icône du moine Grégoire Krug
Серафим Саровский
1759-1833

Tropaire de Saint-Séraphim de Sarov

Dès ta jeunesse, tu as aimé le Christ, Bienheureux et, désirant avec ardeur ne servir que Lui seul, au désert tu excellas dans le travail et la prière continue ; par la tendresse de ton cœur, tu as acquis l'amour du Christ et, plus que tous, tu as chéri la Mère de Dieu ; c'est pourquoi nous te chantons : vénérable Père Séraphim, que tes prières nous obtiennent le salut.


Jésus a dit à Saint-Séraphim de Sarov : "Acquiers la paix intérieure et des âmes, par milliers, trouveront auprès de toi le Salut".



« Ainsi, ami de Dieu, tout ce que tu demanderas au Seigneur Dieu, pourvu que cela soit pour la Gloire de Dieu ou pour le bien de ton prochain, tu le recevras. [...] N'aie donc aucun doute, le Seigneur répondra à tes prières si elles sont faites pour la Gloire de Dieu et l'édification du prochain. [...] Le Seigneur est Bon pour tous les hommes, Il donne en abondance à ceux qui invoquent Son Nom. »...


Ainsi parlait Saint-Séraphim de Sarov à la fin de son entretien avec Nicolas Alexandrovitch Motovilov.

 

 

Acathiste à Saint-Séraphim de Sarov


Repost 0
Published by parousie - dans Saints slaves
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 15:05
Icône de la mère de Dieu
Pühtitsa, Estonie




Prière de Saint-Sérapion de Pskov (+ 1481)

Nous Te prions, Seigneur,
Toi qui es le Gardien et le Maître du corps
et le Créateur de l'âme,
Toi qui as conçu l'homme dans son unité,
Toi qui es l'Ordonnateur, le Guide
et le Sauveur de tout le genre humain,
Toi qui es le Réconciliateur et le Modérateur
par Amour de l'homme,
prends pitié, Seigneur :

aide tous les souffrants et accorde-leur la guérison,
commande aux maladies,
redresse ceux qui sont accablés par la souffrance.

Honneur et Gloire à Ton Saint Nom,
par Jésus Christ Ton Fils unique,
par qui l'Honneur et la Puissance Te reviennent
dans le Saint-Esprit,
maintenant, et dans les siècles des siècles.
Amen.






Venerable Serapion of

Spaso-Eleazar Monastery, Pskov


Saint Serapion of Pskov was born at Yuriev (now Tartu), which then was under the rule of Germans, who sought to stamp out Orthodoxy. His parents were parishioners of a Russian church in the name of St Nicholas.
St Serapion was well versed in the Holy Scripture, and more than once he entered into the defense of Orthodoxy. When they wanted to convert him by force to the foreign faith, he departed to the Tolvsk wilderness, not far from Pskov, where the Pskov ascetic monk Euphrosynus (May 15) began his prayerful work.
Under his nurturing, St Serapion began to acquire the wisdom of wilderness life. But soon he happened to undergo temptations. Without a blessing, he wanted to leave his guide and to live an ascetic life in complete solitude. But the Lord brought the inexperienced novice to his senses : after he seriously hurt his leg, he repented of his self-will and disobedience and returned to the Elder.
After he received the Great Schema, he dwelt constantly with St Euphrosynus for 55 years, strictly keeping the vow of silence. Brethren began gradually to gather around St Euphrosynus, for which the Elder built a temple in the name of the Three Hierarchs and gave a skete rule.
St Serapion zealously fulfilled everything commanded of him and was a role model for the monks. The monk so strictly fulfilled the monastic vow of uncovetousness, that a copyist of his life called him "an unburied corpse." He bore every insult with extraordinary humility, always blaming himself alone, and he himself asked forgiveness of his insulter. The monk deeply sensed the power of communal prayers and he said that "the order of the twelve Psalms" sung alone in the cell cannot equal one "Lord, have mercy" sung in church.
St Serapion died on September 8, 1481, on the Feast of the Nativity of the Most Holy Theotokos. Since the day of repose of St Serapion coincides with one of the twelve Great Feasts, his commemoration is on September 7. A Troparion and Kontakion were composed for the saint.
St Euphrosynus himself committed the body of his disciple to the earth. By his fervent deeds he had transformed himself into mere "bones, covered by skin." St Serapion was not separated from his spiritual Father even after death : their holy relics were placed beside each other. A common service was composed to Sts Euphrosynus and Serapion (15 May), wherein St Serapion is glorified as the first co-ascetic, "companion and friend" of St Euphrosynus.


Saint-Sérapion
Francisco de Zurbarán
XVIIème siècle


Repost 0
Published by parousie - dans Saints slaves
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 14:16
Saint-Éphrem le Syrien
ܐܦܪܝܡ ܣܘܪܝܝܐ
Ἐφραιμ Συρος
Ephraem Syrus
306-373



Prière de Saint-Éphrem
au Très Saint-Esprit


Ô Seigneur, Roi Céleste, Consolateur, Esprit de Vérité, aie compassion et pitié de Ton serviteur pécheur et pardonne mon indignité, et pardonne-moi aussi tous les péchés que j'ai humainement commis aujourd'hui, et non seulement humainement, mais d'une manière pire que celle des bêtes ; mes péchés volontaires, connus ou inconnus commis depuis ma jeunesse et ceux venant de suggestions malignes ou de mon impudence et de mon ennui. Si j'ai juré par Ton Nom ou blasphémé en pensées, si j'ai blâmé quelqu'un ou lui ai fait des reproches, si ma colère a porté atteinte à quelqu'un, l'a calomnié ou blessé, si je me suis mis en colère à propos de quelque chose, si j'ai dit un mensonge, si j'ai dormi sans nécessité, si un mendiant est venu vers moi et que je l'ai méprisé ou ignoré, si j'ai troublé mon frère ou me suis disputé avec lui, si j'ai condamné quiconque, si je me suis vanté, si j'ai été orgueilleux, si j'ai perdu mon calme avec quiconque, si, lors de la prière, mon esprit a été distrait par l'attrait de ce monde, si j'ai eu des pensées dépravées, si j'ai trop mangé ou bien bu à l'excès ou ri d'une manière frivole, si j'ai pensé au mal, si j'ai été attiré par quelqu'un et que cela m'ait blessé dans mon coeur, si j'ai dit des choses indécentes, si je me suis moqué du péché de mon frère quand mes propres fautes sont innombrables, si j'ai été négligent dans la prière, si j'ai commis quelque tort dont je ne puis me souvenir ; car j'ai commis tout cela et plus encore, aie pitié Ô mon Seigneur et Créateur, de moi Ton mauvais et inutile serviteur et absous, pardonne et délivre-moi dans Ta bonté et Ton Amour pour les hommes afin que, sensuel, pécheur et mauvais que je suis, je puisse m'étendre pour dormir et me reposer en paix. Et je vénère, je loue et glorifie Ton Nom très Honorable avec le Père et Son Fils Unique, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !



Prière de Confession quotidienne des péchés

de Saint-Éphrem

Je Te confesse, mon Seigneur, Dieu et Créateur, à Toi glorifié et adoré dans la Sainte-Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, tous les péchés que j'ai commis tous les jours de ma vie, à toute heure, maintenant et dans le passé, jour et nuit, en pensée, parole et action, par gloutonnerie, ivresse, paroles oiseuses, acédie (1), indolence, contradiction, négligence, agressivité, égoïsme, avarice, vol, mensonge, malhonnêteté, curiosité, jalousie, envie, colère, ressentiment et souvenir des injustices à mon égard, haine, esprit mercenaire et aussi par tous mes sens, la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher, et tous les autres péchés, spirituels et corporels par lesquels je T'ai irrité, mon Dieu et Créateur, et par lesquels j'ai causé des injustices à mon prochain. Triste à cette pensée, mais déterminé au repentir, je me tiens coupable devant Toi, mon Dieu. Aide-moi seulement, mon Seigneur et Dieu, je T'en prie humblement par mes larmes. Pardonne-moi mes péchés passés par Ta Miséricorde et absous-moi de tout ce que j'ai confessé en Ta présence car Tu es Bon et Ami de l'homme. Amen !



(1) acédie : nom féminin
.

(Religion, Christianisme) : péché de la tristesse et de la désolation spirituelle. On peut la rapprocher de la dépression spirituelle (ennui, morosité, dégoût, abattement, manque d'enthousiasme et d'intérêt, etc...).



Version française : Claude Lopez-Ginisty, d'après le PRAYER BOOK, HOLY TRINITY MONASTERY, JORDANVILLE, USA, 1979.



Hymne pour la Nativité du Seigneur

de Saint-Éphrem


Joseph embrassait
le Fils du Père Céleste
comme un nouveau-né
et Il le servait comme Son Dieu.
Et Il se complaisait
comme en la Bonté même ;
et Il la révérait
comme le juste par excellence (Mt 1,19).

Grande était sa perplexité !
"Comment M'est-il donné,
Ô Fils du Très-Haut,
d'avoir en Toi un Fils ?
Contre Ta Mère Je m'irritai,
et je pensais La renvoyer.
Et Je ne savais pas
qu'en Son Sein était un grand Trésor
qui, dans Ma pauvreté,
soudain, Me rendait riche.

Le roi David
de Ma race a surgi
et a ceint la couronne.
Grand dénuement
où Je suis parvenu !
Au lieu d'être roi, Je suis ouvrier ;
mais une couronne M'est advenue
puisque, sur Mon Cœur, repose
le Maître de toutes les couronnes".






La preghiera di quaresima
di Sant Efrem il Siro


« Signore e Sovrano della mia vita, non darmi uno spirito di pigrizia, di scoraggiamento, di dominio e di vana loquacità !
Concedi invece al tuo servo uno spirito di castità, di umiltà, di pazienza e di carità.
Sì, Signore e Sovrano, dammi di vedere le mie colpe e di non giudicare mio fratello ; poiché tu sei benedetto nei secoli dei secoli. Amen. »





The Prayer of Righteous Ephrem
(Greek : Εὐχἠ τοῦ Ὁσίου Ἐφραίμ)


O Lord and Master of my life, give me not the spirit of sloth, idle curiosity/meddling, lust for power and idle talk.
But grant unto me, Thy servant, a spirit of chastity/integrity, humility, patience and love.
Yea, O Lord and King, grant me to see mine own faults and not to judge my brother. For blessed art Thou unto the ages of ages. Amen.

Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 17:28
Jean Eudes
1601-1680


Prière de Saint Jean Eudes


Jésus mon Sauveur, je ne sais si j'ai encore commencé à T'aimer comme je dois.
C'est maintenant que je veux T'aimer de tout mon cœur, de toute mon âme et de toutes mes forces.
Je renonce pour jamais à tout ce qui est contraire à Ton Amour.
Je Te donne mon cœur ; prends-en une pleine et entière possession pour y convertir tout ce qui Te déplaît.
Je T'offre le Cœur de Ta Mère, qui a plus d'Amour pour Toi que tous les cœurs réunis.
Marie, Mère de Jésus, aime Ton Fils pour moi.
Jésus, aime Ta Mère pour moi.
Saints et Saintes de la terre et du Ciel, aimez Jésus et Marie pour moi ;
Associez-moi à l'amour que vous leur portez éternellement.
Ainsi soit-il.



Prière de Saint-Jean Eudes
à la très Sainte-Vierge


Coeur de Marie, modèle de Sainteté, demeure toute fleurie pour Jésus.
Merveille d'Amour, chef-d'œuvre de l'Esprit-Saint, espérance et joie des pécheurs.
Astre brillant, sois le soleil et le guide de ceux qui T'aiment ; foyer d'Amour, enflamme tous les cœurs.
Nos cœurs rachetés par la Grâce, aide-les à vivre du Christ.
Ô Mère, garde en Ton Cœur aimant le cœur qui Te prie.
Qu'il soit plein de tendresse pour Ton Fils et plein d'amour pour Sa Mère.
Trinité Sainte, source de Vie éternelle, Sainteté du Cœur de Marie, règne dans notre cœur à tous.
Ainsi soit-il.


Prière "Je Vous Salue Marie"

de Saint-Jean Eudes


Je vous salue, Marie, Fille de Dieu le Père,
Je vous salue, Marie, Mère de Dieu le Fils,
Je vous salue, Marie, Épouse du Saint-Esprit.
Je vous salue, Marie, Temple de toute la Divinité.
Je vous salue, Marie, Lys blanc de la resplendissante et toujours immuable Trinité.
Je vous salue, Marie, Rose éclatante d'un charme Céleste.
Je vous salue, Marie, Vierge des Vierges, Vierge fidèle dont le Roi des Cieux a voulu naître, et dont Il a daigné être nourri.
Je vous salue, Marie, Reine des martyrs, dont l'âme a été transpercée d'un glaive de douleur.
Je vous salue, Marie, Souveraine de l'univers, à qui toute puissance a été donnée au Ciel et sur la terre.
Je vous salue, Marie, Reine de mon coeur, ma Mère, ma vie, ma joie et mon espérance très chère.
Je vous salue, Marie, Mère aimable.
Je vous salue, Marie, Mère admirable.
Je vous salue, Marie, Mère de Miséricorde.
Vous êtes pleine de Grâce, le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
Et béni soit le fruit de Vos entrailles, Jésus.
Et béni soit Votre époux, Saint-Joseph.
Et béni soit Votre père, Saint-Joachim.
Et béni soit Votre mère, Sainte-Anne.
Et béni soit Votre fils, Saint-Jean.
Et béni soit Votre ange, Saint-Gabriel.
Et béni soit le Père éternel, qui Vous a choisie.
Et béni soit le Fils, qui Vous a aimée.
Et béni soit le Saint-Esprit, qui Vous a épousée.
Et bénis soient à jamais tous ceux qui Vous bénissent et qui Vous aiment.
Que la Vierge Marie nous bénisse avec Son Tendre Fils.
Amen.


Prière à Marie de Saint-Jean Eudes


Je veux Vous respecter et honorer comme ma Reine et souveraine Dame. Que tout mon être soit pleinement assujetti à Votre Puissance afin que Vous en disposiez tout ainsi qu'il Vous plaira.

Que ce Coeur Sacré de ma très chère Marie soit l'âme de mon âme et l'esprit de mon esprit ; que ce Coeur aimable soit le principe de ma vie et de toutes mes pensées, paroles, actions, sentiments et affections ; que je fasse toutes mes actions et que je porte toutes mes peines et afflictions en l'amour, en la charité, en l'humilité, en la soumission, en la patience et dans les autres saintes dispositions de ce très Saint Coeur.

Ô très Bonne Mère, impétrez-moi de mon Dieu que je meure de la mort des justes, c'est-à-dire de la sainte mort du Roi et de la Reine des justes qui sont Jésus et Marie.

Ayez donc pitié de moi, Ô Mère de Bonté : Vous êtes ma très grande confiance et, auprès de Dieu, le principal fondement de mon espérance. Ne souffrez pas que les ennemis de mon salut aient aucun avantage sur Votre pauvre enfant.



Prières à Jésus de Saint-Jean Eudes


Jésus, mon Sauveur, Vous êtes tout Aimable, tout infiniment Aimable, et infiniment digne d'être aimé. C'est assez, mon Dieu, que j'aie cette connaissance... Il me suffit de savoir que mon Jésus est tout Aimable et qu'il n'y a rien en Lui qui ne soit digne d'être infiniment aimé... Que mon cœur ne se rassasie jamais d'aimer Celui qui ne peut jamais être assez aimé.


Hélas ! Il est vrai, je le sais bien, mon Sauveur, qu'il n'est pas digne de Vous aimer ce cœur chétif et imparfait ; mais Vous êtes très digne d'être aimé, et Vous n'avez créé ce pauvre cœur que pour Vous aimer ; voire même Vous lui commandez, sous peine de la mort, et de la mort éternelle, de Vous aimer. Ah ! Dieu de mon cœur, il n'est point besoin de commandement ; c'est ce que je veux, Seigneur, c'est ce que je désire, c'est pour cela que mon cœur soupire. Oui, mon Jésus, je souhaite ardemment de Vous aimer. Oui, mon cher Jésus, je ne veux plus avoir d'autre désir que celui-ci. Adieu toute autre pensée, toute autre inclination, tout autre vouloir. Je ne souhaite et ne désire plus rien qu'une seule chose, je ne veux plus rien sinon aimer Jésus, l'amour et les délices du Ciel et de la terre. Hé ! Jésus, hé ! Mon cher Jésus, qu'est-ce que je désire en la terre ? Rien autre chose, mon Tout, sinon de Vous aimer.


Très Désirable Jésus, certes je veux Vous aimer ; mais je veux Vous aimer, non pas seulement de toute la puissance de ma volonté qui est trop faible, mais je veux Vous aimer de toute l'étendue et de toutes les forces de Votre Divine Volonté, qui est mienne, puisque Vous Vous êtes tout donné à moi ; comme aussi de toutes les volontés des hommes et des Anges, qui sont encore toutes miennes, puisqu'en Vous donnant à moi, Vous m'avez tout donné. Ah ! Seigneur, plût à Dieu être tout converti en désir, en soupir, en vouloir et en langueur, pour désirer et vouloir davantage Vous aimer !


Ô le Désiré de mon âme, exaucez ma prière, s'il Vous plaît ; entendez les soupirs de mon cœur et ayez pitié de moi. Hé ! Vous la savez bien, Seigneur, ce que j'ai à Vous demander, mon cœur Vous l'a tant dit. Je ne demande rien autre chose, sinon la perfection de Votre Saint Amour. Je ne désire plus rien, sinon de Vous aimer et de croître toujours de plus en plus en ce désir. Ô l'Objet de tous mes désirs, accroissez en moi ce désir que Vous m'avez donné de Vous aimer ; mais accroissez-le tellement, et le rendez si puissant et si ardent, que désormais je languisse incessamment du désir de Votre Amour.



Devenir disciple


Je me donne à Toi, Jésus
Pour adhérer à Toi,
Demeurer en Toi
Et n'être plus qu'un avec Toi.
Je me donne à Toi
Pour faire ta volonté.
Je me consacre à Toi.
Établis en moi ta vie sainte et parfaite.
Vis pleinement dans mon esprit
Et dans mon cœur.
Jésus, donne-moi la grâce d'accomplir
Parfaitement cet engagement.
Accomplis-le toi-même en moi et pour moi
Selon la perfection que tu désires.


Ô tout aimable et tout désirable Jésus,
allumez en mon âme une soif si ardente,
une faim si extrême de votre saint amour,
que ce me soit un martyre continuel

de ne vous aimer pas assez,
et que rien ne me puisse plus affliger en ce monde,
sinon de vous aimer trop peu.


Extraits des 34 actes d'amour vers Jésus, communément appelés flammes d'amour.



Prières de louanges et d'amour à Jésus

de Saint-Jean Eudes


Ô le Dieu de ma vie et de mon cœur, Vous êtes toujours dans un continuel exercice d'Amour vers moi... Que tout ce que mes oreilles entendent, tout ce que mes yeux voient, tout ce que mes autres sens goûtent, touchent et sentent, tout ce que ma mémoire, mon entendement et ma volonté peuvent connaître et désirer, toutes les choses visibles et invisibles qui sont contenues dans l'ordre de nature, de grâce et de gloire, toutes les grâces temporelles et éternelles que j'ai reçues de Vous, tous Vos Anges, tous Vos Saints, tous les bons exemples qu'ils m'ont laissés par leurs vertus et leurs saintes actions, toutes les merveilles que Vous avez opérées en Votre très Sainte Mère, toutes les perfections de Votre Essence et Personne Divine, tous les états et mystères de Votre Divinité et Humanité, toutes Vos qualités et Vertus, toutes Vos pensées, paroles, actions et souffrances, tous les pas que Vous avez faits sur la terre, toutes les gouttes de sang...


En un mot, toutes les choses qui ont été et qui sont en l'Être Créé et Incréé, au temps et en l'éternité, toutes ces choses sont comme autant de bouches par lesquelles Vous me prêchez continuellement Votre Bonté et Votre Amour vers moi ; sont autant de langues par lesquelles Vous me protestez incessamment que Vous m'Aimez et me conviez de Vous aimer réciproquement... « Je vous Aime, Je vous Aime : aimez-moi, parce que Je vous ai Aimé le premier. Aimez le Seigneur Votre Dieu de tout votre cœur, de toute vôtre âme et de toutes vos forces. »...


Vous m'aimez, me désirez, me cherchez avec autant de soin et d'ardeur comme si j'étais quelque chose et comme si je Vous étais nécessaire... Vous recherchez mon amitié avec autant d'insistance comme si Votre bonheur en dépendait... Ô cœur humain, que tu es dur... Que tu es glacé si tu n'es pas embrasé par tant de feux et de flammes sacrées !... Que désirez-vous... sinon que je vous réponde : « Je vous aime, je vous aime ? »...


Ô très Miséricordieux Sauveur... Que toutes mes pensées, paroles et actions, tous usages des sentiments de mon corps et des puissances de mon âme, toutes mes respirations, tous les battements de mon cœur, tous les moments de ma vie, toutes les choses qui ont été, sont et seront en moi, et même tous mes péchés... Que toutes ces choses soient converties en autant de voix par lesquelles je Vous aille disant continuellement et éternellement, et ce en tout l'amour du Ciel et de la terre : « je Vous aime, je Vous aime, oui, mon Seigneur Jésus, je Vous aime. »


Extraits de "La Vie et le Royaume de Jésus dans les âmes chrétiennes", 4ème Partie, p. 437-442.



Prière "Ave Cor" de Saint-Jean Eudes


Nous Te saluons, Cœur très Saint,
nous Te saluons, Cœur très Doux,
nous Te saluons, Cœur très Humble.
Nous Te saluons, Cœur très Pur,
nous Te saluons, Cœur donné sans réserve,
nous Te saluons, Cœur très Sage,
nous Te saluons, Cœur très Patient,
nous Te saluons, Cœur très Obéissant.
Nous Te saluons, Cœur très Vigilant,
nous Te saluons, Cœur très Fidèle,
nous Te saluons, Cœur Bienheureux,
nous Te saluons, Cœur plein de Miséricorde,
nous Te saluons, Cœur très Aimant de Jésus et de Marie,
nous T'adorons,
nous Te louons,
nous Te glorifions,
nous Te rendons grâce,
nous T'aimons,
de tout notre cœur,
de toute notre âme,
et de toutes nos forces,
nous T'offrons notre cœur,
nous Te le donnons,
nous Te le consacrons,
nous Te le sacrifions,
reçois-le, possède-le tout entier,
purifie-le,
éclaire-le,
Sanctifie-le,
En lui, vis et règne, maintenant, toujours et à jamais.
Amen.



  Prière du Baptême de Saint-Jean Eudes


Le baptême est une mort et une résurrection.
Jésus, à notre baptême,
Tu nous plonges dans Ta mort qui est une mort au péché.
Avec Toi, nous entrons dans une vie nouvelle avec Dieu.
Éloigne-moi de ce qui me sépare de Toi,
de tout ce qui est contraire à Ton Amour.
Détruis en moi le mal qui éteint la vie reçue à mon baptême.
Que j'accepte de mourir à tout ce qui n'est pas Toi !
Tu nous appelles chaque jour à être des ressuscités,
incorporés en Toi pour vivre de Ta Vie.
Apprends-moi à réaliser
mon désir de T'aimer, de T'adorer, de Te louer,
et d'aimer tous mes frères.
Viens vivre en moi Ta Vie de Ressuscité !


Extrait de OC II, p.182-184.



Prière des Saint Coeurs unis

de Saint-Jean Eudes

Le Cœur du Père est à Marie, comme le Cœur le plus aimant de tous les pères est à la plus aimable de toutes les filles. Le Cœur du Fils est à Marie, comme le Cœur le plus cordial de tous les fils est à la plus digne de toutes les mères. Le Cœur de l'Esprit-Saint est à Marie, comme le Cœur du plus Divin de tous les époux est à la plus chère de toutes les épouses.

Réciproquement, le Cœur de Marie est au Père, comme le Cœur de la meilleure des filles est au meilleur des pères.
Le Cœur de Marie est au Fils de Dieu, comme le Cœur d'une mère sans pareil est au Fils qui n'a pas son semblable.
Enfin, le Cœur de Marie est au Saint-Esprit, comme le Cœur d'une épouse, fournaise du plus ardent Amour, va à l'Époux qui est l'Amour même essentiel, l'Amour-Dieu, infini, immense et éternel.

C'est ainsi que, selon le Cantique des Cantiques, « le Bien-Aimé de Marie est tout à Elle, et Marie est toute à Son Bien-Aimé. »








Prayer Of

Saint Jean (or Saint John) Eudes


Oh, how good and delightful it is to dwell in the Heart of Jesus !
Thy Heart, O good Jesus, is a precious treasure, a precious pearl which we have found by digging the field of Thy Body. Who will cast aside this pearl ? Nay, rather I will give all I have, I will exchange all my thoughts and desires and purchase it. I will cast all my care on the Heart of the Lord Jesus and He will provide for me without fail. I will adore in this temple, this Holy of Holies, this Ark of the Testament, and I will praise the name of the Lord, saying with David, "I have found my heart that I may pray to my God. And I have found the heart of my King, my Brother, my Friend, the benign Jesus, and why shall I not adore ?" Assuredly I shall pray. For His Heart is mine. I will say it boldly, for Christ is my Head, is not what belongs to my Head mine ? Therefore as the eyes of my corporal head are truly my eyes, so is my spiritual heart my heart. Therefore, it is well with me : truly I have but one Heart with Jesus and what wonder that there should be but one heart with the multitude of believers.

Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 16:25

 
Prière à la Vierge de Mariazell

À notre Bien-Aimée Mère des Grâces : souvenez-vous, Ô très Sainte-Vierge pleine de Grâces, de ceux que nous aimons, de nos familles, de nos amis et de nos généreux bienfaiteurs qui viennent s'agenouiller ici, dans Votre Sanctuaire, et faire monter leurs soupirs vers Vous. Dans Votre Clémence, Ô bonne Mère, entendez leurs humbles prières et daignez y répondre, si elles sont à la plus grande Gloire de Dieu, à Son Honneur et pour le bien des âmes. Aidez-les à porter le doux joug de Jésus, Votre Fils, afin qu'ils puissent porter le fardeau de leur vie patiemment et avec amour, pour qu'ils arrivent enfin à l'éternel repos de Votre Demeure Céleste. Amen.


Recteur : Père Abbé Karl SCHAUER, osb

Basilika Mariazell
Benediktiner - Superiorat
Benedictusplatz 1
8630 Mariazell
ÖSTERREICH

Tel. : +43 3882 2595-0
Fax : +43 3882 2595-20

Site internet : http://www.basilika-mariazell.at

 

E-Mail : office@basilika-mariazell.at






Prayer to the Virgin of Mariazell


To our beloved Mother of Grace: Remember, O most gracious Virgin, our loved ones, families, friends and kind benefactors who kneel here in spirit at thy shrine, sending up their sighs to Thee. In Thy clemency, O good Mother, hear and answer their humble petitions, if they be to God's greater honor and glory and for the good of souls. Help them to bear the sweet yoke of Jesus, Thy Son, that they may carry their burdens of this life patiently and lovingly, that they come at last to the eternal rest of thy heavenly abode. Amen.


 

 

germany.gif


 Litanei zu Ehren unserer lieben Frau von Mariazell

Zur Meditation der Wirkmächtigkeit

der Gottesmutter vor Christus lädt diese Litanei ein

Herr, erbarme dich
Christus, erbarme dich
Herr, erbarme dich
Christus, höre uns - Christus erhöre uns
Gott Vater im Himmel - erbarme dich unser
Gott Sohn, Erlöser der Welt
Gott Heiliger Geist
Heilige Dreifaltigkeit, ein einiger Gott
Heilige Maria - bitte für uns
Heiligste aller Jungfrauen
Du Trost deiner Diener
Du Quelle der Freude
Du Anker des Glücks und der Ehre
Du mildreiche Vergelterin des Undanks
Du Schutzfrau der Unschuldigen
Du Stütze der Schwachen
Du Überwinderin der Versuchungen
Du Zuflucht der Sünder
Du Wegweiserin der Irrenden
Du Hoffnung der Büßenden
Du Bekehrerin der Irrgläubigen
Du Königin der Himmelsscharen
Du Königin der Erdenpilger
Du Labsal der Armen Seelen
Du Flucht der bösen Geister
Du beste Brautmutter
Du Segen der Unfruchtbaren
Du Freude der hoffenden Mütter
Du Heil der Kranken
Du Verstand der Toren
Du Sprache der Stummen
Du Gehör der Tauben
Du Licht der Blinden
Du Heilmittel gegen Gift und Pest
Du Befreierin der Gefangenen
Du Leben der Toten
Du Mäßigung der Stürme
Du Bezwingerin der Brände
Du Hafen der Schiffbrüchigen
Du Siegerin im Kampf
Du Geleit der Wallfahrer
Du Helferin für alle, die dich anrufen
Durch die unendliche Güte und Barmherzigkeit Gottes
Durch die Verdienste deines Sohnes, unseres Herrn
Durch deine Verdienste
Durch die Verdienste aller Auserwählten Gottes
Durch die Verdienste deiner besonderen Verehrer
Dass wir vor allen Gefahren des Leibes und der Seele bewahrt werden
Dass wir Standhaftigkeit und Fortschritt in unserem heiligen Vorsatz erlangen
Dass uns alles Nützliche zukommen möge
Dass wir vor Pest, Hungersnot und Krieg verschont blieben
Dass wir von Sturm- und Wasserschäden verschont bleiben
Dass wir vor schädlichem Feuer bewahrt werden
Dass unser Vaterland gegen alle Angriffe und Umtriebe der Feinde gesichert sei
Dass die Verstorbenen die ewige Ruhe und Seligkeit erhalten mögen
Dass auch uns durch Gottes Barmherzigkeit Gnade und ewige Herrlichkeit zuteil werde
Unsere liebe Frau von Mariazell
Lamm Gottes, du nimmst hinweg die Sünden der Welt - Herr, verschone uns
Lamm Gottes, du nimmst hinweg die Sünden der Welt - Herr, erhöre uns
Lamm Gottes, du nimmst hinweg die Sünden der Welt - Herr, erbarme dich
Gegrüßet seist du, Maria ...


V Bitte für uns, heilige Gottesmutter
R Dass wir würdig werden der Verheißungen Christi

Herr, unser Gott,
du hast die Jungfrau Maria,
die Mutter deines Sohnes, verherrlicht
und diese ihre Zelle
zu einer Stätte des Segens gemacht.
Befreie uns auf ihre Fürsprache
von allem Bösen,
das uns auf Erden bedroht,
und schenke uns im Himmel
die unvergängliche Freude.
Darum bitten wir durch Jesus Christus,
deinen Sohn, unseren Herrn und Gott,
der in der Einheit des Heiligen Geistes
mit dir lebt und herrscht
in alle Ewigkeit.


Mariazell
1793


 

 

Mariazeller Bittrufe

 

Einer alten Tradition folgend beten
Wallfahrer auf ihrem Weg zur Gnadenmutter
diese Anrufungen Mariens


V/A Große Mutter, wir rufen zu dir


V Du Herrin der Engel und Menschen
A Maria, wir rufen zu dir
V Du Ursprung und Quell aller Freude
Du Österreichs große Mutter
Du mächtige Großherrin Ungarns
Du Mutter der slawischen Stämme
Du Schutzfrau der deutschen Länder
Du Heimat und Hort der Vertrieb'nen
Du Freiheit und Trost der Gefang'nen
Du Schützerin aller Verfolgten
Du Siegerin in allen Kämpfen
Du Friede der gläubigen Menschheit

V/A Große Mutter wir rufen zu dir

V Du Königin aller Völker
A Maria, wir rufen zu dir
V Du Anker des Glücks und der Ehre
Du Schutzfrau der Unschuld und Reinheit
Du heiligste aller Jungfrauen
Du Mutter der schönen Liebe
Du Freude der hoffenden Mütter
Du tröstendes Licht der Enttäuschten
Du Rettung in jeder Versuchung
Der Wankenden stützende Säule
Der Irrenden Heimkehr zur Wahrheit

V/A Große Mutter, wir rufen zu dir

V Du Trösterin all deiner Diener
A Maria, wir rufen zu dir
V Du Helferin in allen Nöten
Du Schrecken der bösen Geister
Du Hoffnung und Zuflucht der Sünder
Du Labsal und Heilung der Kranken
Du trocknest die Tränen der Blinden
Du lösest die Zunge der Stummen
Du öffnest die Ohren der Tauben
Du lenkest die törichten Herzen
Du Ruhe und Leben der Toten

V/A Große Mutter, wir rufen zu dir

V Hilf uns in allen Gefahren
A Maria, wir rufen zu dir
V Banne die Geißel des Krieges
Hüt' uns vor Seuche und Hunger
Rett' uns vor schädlichem Feuer
Dämme die Fluten der Wasser
Schütz' uns in Wetter und Stürmen
Wehre den Mächten des Bösen
Lenk' unser Wollen zum Guten
Führe uns Pilger zum Vater
Gib uns den ewigen Frieden

V/A Große Mutter, wir rufen zu dir

Herr, unser Gott,
du hast die Jungfrau Maria,
die Mutter deines Sohnes, verherrlicht
und diese ihre Zelle
zu einer Stätte des Segens gemacht.
Befreie uns auf ihre Fürsprache
von allem Bösen,
das uns auf Erden bedroht,
und schenke uns im Himmel
die unvergängliche Freude.
Darum bitten wir durch Jesus Christus,
deinen Sohn, unseren Herrn und Gott,
der in der Einheit des Heiligen Geistes
mit dir lebt und herrscht
in alle Ewigkeit.



"Unsere liebe Frau zu Mariazell"

 

Aus der Mariazeller-Messe stammt

dieses Tagesgebet, das sich im Vertrauen

auf die Fürsprache Mariensan Christus wende

Herr, unser Gott,
du hast die Jungfrau Maria,
die Mutter deines Sohnes, verherrlicht
und diese ihre Zelle
zu einer Stätte des Segens gemacht.
Befreie uns auf ihre Fürsprache
von allem Bösen,
das uns auf Erden bedroht,
und schenke uns im Himmel
die unvergängliche Freude.
Darum bitten wir durch Jesus Christus,
deinen Sohn, unseren Herrn und Gott,
der in der Einheit des Heiligen Geistes
mit dir lebt und herrscht
in alle Ewigkeit.

 


Weihegebet anlässlich der "Wallfahrt der Völker"
Anlässlich des Mitteleuropäischen Katholikentags
am 22. Mai 2004 vertrauten sich die Pilger
mit diesem Gebet der Wegweisung Mariens an


Sancta Maria, Mater Dei,
Alma Mater Gentium Slavorum,
Magna Domina Hungarorum,
Magna Mater Austriae.

Du weist mir den Weg zu deinem Sohn.
Unter deinem Schutz und Schirm
gehe ich die Wege meines Lebens
und schau auf Christus,
meine Hoffnung, meinen Erlöser und Heiland.
Ich will tun, was er mir sagt,
und leben nach seinem Beispiel.
Deiner Fürbitte vertraue ich mich an
und bringe vor dich die Menschen meiner Heimat Europa.
Ich bitte um Frieden und Toleranz,
um Eintracht auf den Wegen des Glaubens
und die Kraft zu vergeben.
Oh, Maria, Vorbild im Glauben, im Gebet
und im Hören auf Gottes Stimme.
Du weißt um meinen Glauben und meine Zweifel,
meine Hoffnung und meine Sehnsucht.
Du strahlender Stern,
dein Licht führt mich zu Christus,
meinem Herrn
in Ewigkeit. Amen.

 

 

Weihegebet Papst Johannes Pauls II

Am 13. September 1983 überantwortete

Johannes Paul II unsere Länder und all seine Bewohner

mit diesem Gebet der Gottesmutter von Mariazell


1. Selig bist Du, Maria, die Du geglaubt hast! So lobpreisen wir Dich zusammen mit Elisabet (vgl. Lk 1,45). Selig bist Du, Mutter unseres Herrn Jesus Christus und Mutter der Kirche.
Vor Dir möchten wir dieses Gebet aussprechen. Deinem reinen Herzen vertrauen wir alles an, was uns in dieser Stunde zutiefst bewegt: all unsere berechtigten Wünsche und Hoffnungen, zugleich aber auch unsere Sorgen und Leiden. Führe uns mit unseren Freuden und Lasten zu Deinem Sohn, in das Heiligtum seines liebenden Herzens, damit er seinen Brüdern und Schwestern den Vater zeige, das selige Ziel unserer Wege.

2. Heilige Mutter von Mariazell! Dir überantworten wir unsere Länder mit ihren Dörfern und Städten und all ihren Bewohnern. Ihr kostbares Erbe, das Christentum, möge weiterhin das Leben der einzelnen und der Familien, das Leben der Gesellschaft und der Staaten heilen und prägen. Es helfe allen, den tiefsten Sinn ihres irdischen Lebensweges zu finden. Es wecke wieder Mut und Hoffnung für die Tage und Jahre, die kommen.

3. Deinem mütterlichen Herzen, Maria, vertrauen wir vor allem diejenigen an, die von Leid und Schmerz bedrückt sind: Kranke und Behinderte, Männer und Frauen in schwierigen Ehen, Kinder in zerstrittenen Familien, Menschen mit drückenden Schulden, Arbeitslose, Entwurzelte, Strafgefangene. Wieviel Tränen, wieviel Angst, wieviel Dunkel auf dem Weg!
Das Kreuz Deines Sohnes leuchte ihnen auf als Zeichen des unendlichen Erbarmens Gottes. Zeige ihnen die Gesinnung Christi, die es möglich macht, das Böse durch das Gute zu besiegen (vgl. Röm 12,21), durch tapfere Liebe zu einer neuen Lebenserfüllung zu gelangen. Nimm an, barmherzige Mutter, jeden selbstlosen Samariterdienst, jede freiwillig geschenkte Stunde im Dienst für den Nächsten in Bedrängnis!



4. Ebenso empfehlen wir Dir die Menschen in der vollen Kraft ihres Lebens, Männer und Frauen, die für ihre Familie, für ihren Berufsbereich, für die Gemeinschaftsaufgaben im Lande verantwortlich sind. Laß sie in der Frohen Botschaft Licht und Kraft für ihre Pläne und Entscheidungen finden, geleitet von einem reifen christlichen Gewissen: die Väter und Mütter, die Lehrer und Ärzte, die Wissenschaftler und Politiker, die Polizisten, Soldaten und alle, die dem Gemeinwohl dienen. Zeige ihnen den leuchtenden Wert der Wahrheit, das hohe Gut der Gerechtigkeit, den stillen Glanz der Selbstlosigkeit!

5.
Deinen mütterlichen Schutz, Maria, erbitten wir auch für die junge Generation: Kinder, Burschen und Mädchen, junge Männer und Frauen. Geleite sie behutsam Schritt für Schritt auf dem Weg christlicher Verantwortung für sich selbst und die Gemeinschaft: die Mutigen und die Starken, die Unternehmungslustigen und die Zupackenden; ebenso die Stillen, die Zögernden, die Abwägenden; die Lachenden und die Ernsten.
Laß in ihren Herzen das Licht jener Ideale nicht verlöschen, die dem Leben des Menschen seinen wahren Wert geben. Niemand soll sie auslöschen: weder die jungen Menschen selbst noch irgendjemand sonst. Mutter, segne die Jugend, daß sie fähig werde, von sich selbst viel zu fordern und anderen viel zu geben, den Versuchungen einer Genußwelt zu widerstehen und dem Wohl ihres Nächsten zu dienen.

6. Schließlich weihen wir Dir, Gottesmutter von Mariazell, die Kirche Jesu Christi in unseren Ländern: alle, die in ihr Verantwortung tragen und ihr dienen, alle Hirten und Gläubigen, alle Ordensfrauen und -männer und alle Laien. Die Kirche erfülle heute wie in Zukunft ihren Heilsauftrag: im Namen des Evangeliums Jesu Christi, in fester Einheit mit den anderen Ortskirchen der Weltkirche und mit dem Petrusamt in Rom, zum Wohl und Segen aller Menschen unserer Länder, der Einheimischen und der Zugezogenen, der Gläubigen und der Suchenden.
Mutter der Kirche, zeige dem Volk Gottes in unseren Ländern wieder den Weg, Berufungen zum Priestertum und Ordensleben in größerer Zahl zu entdecken und zu fördern. Möge sich zugleich das vielfältige Laienapostolat noch vertiefen und ausbreiten, die missionarische Verantwortung aller noch zunehmen.
Magna Mater Austriae, Magna Hungarorum Domina, Mater Gentium Slavorum, segne die Kirche in unseren Ländern!
Christus, Guter Hirt der Deinen, nimm im Herzen Deiner Mutter unser ganzes Vertrauen, unseren guten Willen, unsere hochherzige Weihe entgegen. Amen.


Repost 0
Published by parousie - dans Sanctuaires mariaux
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 15:15

Prière à la Vierge de la Porte de l'Aurore
de Vilnius (Aušros Vartai)


Ô ma Mère, Très Sainte-Vierge Marie, je me consacre totalement à Ta Grâce et à Ta Miséricorde inexprimable maintenant et pour toujours, et tout particulièrement à l'heure de ma mort. À Toi je donne mon âme et mon corps, toute mon espérance et toute ma joie, toutes mes souffrances et mes malheurs. Je remets ma vie et sa fin en Tes mains très Saintes afin que, par Tes mérites, toutes mes œuvres et mes actions soient ordonnées et accordées à Ton Saint Vouloir et à la Volonté de Ton Fils Bien-Aimé. Amen.





MALDA AUŠROS VARTŲ MARIJAI

O mano Motina, Švenčiausioji Mergele Marija, aš visiškai atsiduodu Tavo malonei ir neapsakomam gailestingumui šiandien ir visados, o labiausiai mirties valandoje. Tau pavedu savo sielą ir kūną, visą viltį ir džiaugsmą, visas savo kančias ir nelaimes ! Gyvenimą ir jo pabaigą į šventąsias Tavo rankas atiduodu, kad per Tavo nuopelnus visi mano darbai ir veiksmai būtų sutvarkyti ir sutaikyti pagal Tavo šventą norą ir mieliausiojo Tavo Sūnaus valią ! Amen.






PRAYER TO OUR LADY

OF THE GATES OF DAWN

O my Mother, the Blessed Virgin Mary, I offer myself entirely to Thy grace and to Thy overwhelming mercy today and forever, but mostly at the hour of my death do I dedicate myself to thee. To thee do I dedicate my body and soul, all my happiness and hope, all my sorrows and sufferings ! I offer my life and the end of my life to Thy holy hands so that through Thy merits all my deeds and acts go according to Thy holy will and according to the will of Thy sweetest Son ! Amen. 






GEBET ZU MARIA IM TOR

DER MORGENRÖTE


O meine Mutter, Allerheiligste Jungfrau Maria, Deiner Gnade und Deiner unsagbaren Barmherzigkeit bringe ich mich ganz dar heute und immer, und besonders in der Stunde meines Todes. Dir weihe ich meine Seele und mein Leib, die ganze Hoffnung und Freude, alle meine Leiden und Nöten ! Mein Leben und sein Ende lege ich in Deine heilige Hände, damit all mein Tun und Treiben nach Deinem heiligen Wunsch und dem Willen Deines liebsten Sohnes richtiggemacht und geordnet wäre ! Amen.






PREGHIERA A MARIA

DELLA PORTA DELL'AURORA


O Madre mia, Santa Vergine Maria, io mi affido totalmente alla Tua grazia e indicibile misericordia oggi e sempre, e soprattutto nell'ora della morte. A te consegno il mio corpo e la mia anima, tutta la speranza e la gioia, tutte le mie sofferenze e le mie sventure ! Pongo nelle Tue sante mani la vita e la sua fine, affinché attraverso la Tua benevolenza tutte le mie opere ed azioni siano ordinate e conformi al Tuo santo desiderio e alla volontà del Tuo dolcissimo Figlio ! Amen.






МОЛИТВА ОСТРОБРАМСКОЙ

БОЖИЕЙ МАТЕРИ


О Мати моя, Пресвятая Дева Мария, я всецело предаюсь Твоей милости и неизреченному милосердию ныне и всегда, а более всего в смертный час. Тебе поручаю душу свою и тело, всю надежду и радость, все свои муки и беды ! Жизнь и последний час в Святые Твои руки предаю, чтобы Твоим попечением все мои дела и поступки были бы устроены в согласии с Святыми Твоими намерениями и волей Сына Твоего возлюбленного ! Аминь.






MODLITWA DO MATKI BOSKIEJ

OSTROBRAMSKIEJ


O Pani moja, Święta Maryjo ! Twojej łasce, osobliwej straży i miłosierdziu Twojemu dzisiaj i każdego dnia, i w godzinę śmierci mojej duszę i ciało moje polecam;wszystkie nadzieje i pociechy moje, wszystkie uciski i dolegliwości, życie i koniec życia mojego Tobie poruczam, aby przez zasługi Twoje wszystkie uczynki moje były sprawowane i rządzone według Twojej i Syna Twego woli. Amen.

Repost 0
Published by parousie - dans Sanctuaires mariaux
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 07:34
Jeanne-Françoise Frémyot,
baronne de Rabutin de Chantal

1572-1641


Prière de Sainte-Jeanne de Chantal

Seigneur, Bonté Souveraine,
Je m'abandonne entre Tes bras,
dans les joies et les peines.
Conduis-moi où il Te plaira,
Je ne regarderai pas le chemin à suivre,
Je ne regarderai que Toi,
ma Providence, ma Force, mon Rempart.
Je ne regarderai que Toi qui me guides
comme une vraie mère.
Je suivrai le chemin que Tu me traces,
sans jamais regarder, ni éplucher
les causes des événements,
sans me poser trop de "pourquoi".
Les yeux fermés, je ferai Ta volonté
et non pas la mienne.
Je me tiendrai en repos,
sans désirer autre chose
que ce que Tu m'inspireras de souhaiter.
Je T'offre cette résolution, Seigneur ;
je Te demande de la bénir.
J'y serai fidèle, en me méfiant de ma faiblesse,
et en m'appuyant sur Ta Bonté,
Ta Libéralité (1), Ta Miséricorde.
Seigneur, j'ai une confiance totale en Toi.

Amen.



(1) générosité.




Prière à Marie de Sainte-Jeanne de Chantal

Comme vous étiez, Ô Très Sainte-Mère,
le vaisseau le plus grand, le plus capable, le plus digne du monde,
Vous fûtes aussi, plus que nul autre, remplie de l'amertume
et du breuvage d'angoisse que Votre Bien-Aimé
avalait en ce lieu de tourment
.
Ah ! Que m'apprend cela, sinon à recevoir les tribulations
comme une chose partagée avec l'Époux ?
  Ô Mère très pure, Vous nous appelez en disant :
« hé, venez, mes filles, que vos cœurs soient des vaisseaux tout vides
et Mon Fils y versera la rosée dont Son Chef est couvert,
dont Sa tête est emperlée et se convertiront
en perles de consolation. »

Ma très douce Mère, faites-moi donc la Grâce
que, désormais, je reçoive toutes les petites occasions
d'humiliation, de souffrance et d'abjection
comme des petites gouttelettes distillées
de cette chevelure Précieuse.

Ainsi soit-il.


Acte d'abandon de Sainte-Jeanne de Chantal

Ô Bonté Souveraine de la Souveraine Providence de mon Dieu, je me délaisse pour jamais entre Vos bras ; soit que Vous me soyez douce ou rigoureuse, menez-moi désormais par où il Vous plaira.

Je ne regarderai point les chemins par où Vous me ferez passer, mais Vous, Ô mon Dieu, qui me conduisez ; mon cœur ne trouve point de repos hors des bras et du sein de cette Céleste Providence, ma vraie mère, ma force et mon rempart ; c'est pourquoi je me résous, moyennant Votre aide Divine, Ô mon Sauveur, de suivre Vos désirs et ordonnances sans jamais regarder où éplucher les causes pourquoi vous faites ceci plutôt que cela, mais à yeux clos, je Vous suivrai selon Vos Volontés Divines, sans rechercher mon propre goût ; c'est à quoi je me détermine de laisser tout faire à Dieu, ne me mêlant que de me tenir en repos entre Ses bras, sans désirer chose quelconque, que selon qu'Il m'incitera à désirer, à vouloir et à souhaiter.
Je Vous offre ce désir, Ô mon Dieu, Vous suppliant de le bénir, entreprenant le tout appuyé sur Votre Bonté, Libéralité et Miséricorde, en la totale confiance en Vous et défiance de moi et de mon infinie misère et infirmité. Amen.



Prière à Sainte-Jeanne de Chantal

(office)

L'office de Marthe parut d'abord vous être destiné, Ô grande Sainte. Prévenant l'heure qui devait sonner pour Vincent de Paul un peu plus tard, François de Sales, votre Père, eut la pensée de faire de vos compagnes les premières filles de la Charité. Ainsi fut donné à votre œuvre le nom béni de Visitation, destiné à placer sous l'égide de Marie vos visites aux pauvres malades trop délaissés. Mais l'affaiblissement progressif des santés modernes avait manifesté, dans les institutions de la Sainte-Église, une lacune plus douloureuse encore, plus pressante à combler : nombre d'âmes, appelées à la part de Marie, en étaient écartées par leur impuissance à porter l'austère vie des grands.



Prière à Sainte-Jeanne de Chantal

(Ordres contemplatifs)


L'Époux, dont la Bonté daigne s'adapter à tous les âges, fit choix de vous, Ô Jeanne, pour subvenir avec Son Cœur Sacré, sur ce terrain de Son Amour, aux misères physiques aussi bien que morales du monde vieilli, usé, menaçant ruine.
Renouvelez-nous donc en l'amour de Celui dont la Charité vous consuma la première ; dans Ses ardeurs, vous parcourûtes les sentiers les plus divers de la vie, et jamais ne vous trahit l'admirable force d'âme que l'Église rappelle à Dieu aujourd'hui, pour obtenir par vous le secours nécessaire à notre faiblesse (1).

Que le funeste poison de l'esprit janséniste ne revienne plus jamais chez nous glacer les cœurs ; mais, en même temps, nous le savons de vous : l'amour n'est réel qu'autant qu'avec ou sans les macérations, il vit de foi, de générosité, de renoncement, dans l'humilité, la simplicité, la douceur. C'est l'esprit de votre saint institut, l'Esprit de Votre Angélique Père rendu par Lui si Aimable et si Fort : puisse-t-Il régner toujours parmi vos filles, maintenir entre leurs maisons l'union suave qui n'a point cessé de réjouir les Cieux ; puisse le monde s'assainir aux parfums qui s'échappent toujours des retraites silencieuses de la Visitation Sainte-Marie !


(1) Collecte, Secrète et Postcommunion de la fête.


Saint-François de Sales donnant

la Règle de la Visitation

à Sainte-Jeanne de Chantal

Noël Hallé

XVIII ème siècle


Litanies de Sainte-Jeanne de Chantal


Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte-Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.


Sainte Jeanne-Françoise, très digne Mère de l'Ordre de la Visitation, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, victime du Divin Amour, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, la joie et la couronne de Saint-François de Sales, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, ferme colonne de l'Ordre de la Visitation, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, demeure des délices de l'Époux, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, très pleine de foi, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, fidèle imitatrice de la Mère de Dieu, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, holocauste d'une très agréable odeur, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, très affectionnés à la vie intérieure, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, lampe ardente et luisante, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, martyre d'amour, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, notre avocate auprès de Dieu, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, conductrice fidèle des brebis de Jésus-Christ, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, palme très féconde, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, qui n'avez pas mangé votre pain dans l'oisiveté, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, remplie de la science des Saints, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, Mère féconde des épouses de Jésus-Christ, priez pour nous.
Sainte Jenane-Françoise, pénétrée d'une douce crainte du Seigneur, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, blessée de l'Amour de Jésus-Christ, priez pour nous.
Sainte Jeanne-Françoise, zélatrice très ardente du culte de Dieu, priez pour nous.


Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.


V/ Sainte Jeanne-Françoise, priez pour nous.
R/ Afin que nous servions Dieu en esprit et en vérité.


PRIONS : Dieu Tout-Puissant et tout Miséricordieux qui, après avoir embrasé la bienheureuse Jeanne-Françoise du feu de Votre Amour, l'avez, dans les différents états de sa vie, douée d'une admirable force d'esprit pour se conduire dans la voie de la perfection et qui, par elle, avez voulu enrichir l'Église d'une nouvelle famille, faites, par ses mérites et ses prières que, connaissant toute notre faiblesse et comptant sur Votre Puissance, nous surmontions, par le secours de Votre Grâce, tout ce qui peut nous être contraire. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Vous dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


 

 



AN ACT OF ABANDONMENT

TO DIVINE PROVIDENCE

By Saint Jane Frances De Chantal


0 sovereign goodness of the sovereign Providence of my God !
I abandon myself forever to Thy arms.
Whether gentle or severe,
lead me henceforth whither Thou wilt ;
I will not regard the way through which Thou wilt have me pass,
but keep my eyes fixed upon Thee,
my God, who guidest me.
My soul finds no rest without the arms
and the bosom of this heavenly Providence,
my true Mother, my strength and my rampart.

Therefore I resolve with Thy Divine assistance,
0 my Saviour,
to follow Thy desires and Thy ordinances,
without regarding or examining why Thou dost this rather than that ;
but I will blindly follow Thee
according to Thy Divine will,
without seeking my own inclinations.

Hence I am determined to leave all to Thee,
taking no part therein save by keeping myself in peace in Thy arms,
desiring nothing except as Thou incitest me to desire,
to will, to wish.
I offer Thee this desire, 0 my God,
beseeching Thee to bless it ;
I undertake all it includes,
relying on Thy goodness,
liberality, and mercy,
with entire confidence in Thee,
distrust of myself,
and knowledge of my infinite misery and infirmity.

Amen !

Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article