Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:25
Annonciation, Fra Angelico

11ème dimanche après la Pentecôte
Sur le jugement téméraire

Deus, gratias ago tibi, quia non sum sicut coeteri homi-num : raptores, injusti, adulteri, velut hic publicanus.
Je vous rends grâces ô mon Dieu, de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes et adultères, ni comme ce publicain que voici.
(S. Luc, XVIII, 11.)

Tel est, M.F., le langage de l'orgueilleux, qui, étant plein de bonne opinion de lui-même, méprise, de pensée, le prochain, censure sa conduite, et condamne les actions qui sont faites avec les intentions les plus pures et les plus innocentes. Il ne trouve rien de bien fait ni de bien dit, que ce qu'il fait et ce qu'il dit lui--même ; vous le voyez toujours attentif sur les paroles et les actions de son voisin, et, sur les moindres appa-rences du mal, sans rien examiner, il les blâme, il les juge, il les condamne. Ah ! maudit péché, que tu causes de divisions, de haines, de disputes, ou pour mieux dire, que tu traînes d'âmes dans les enfers ! Oui, M.F., nous voyons qu'une personne qui est sujette à ce péché, se scandalise et se choque de tout. Il fallait que Jésus-Christ jugeât ce péché bien mauvais, il faut que les ravages qu'il fait dans le monde soient bien affreux ; puisque, pour nous en donner autant d'horreur que possible, il nous le dépeint d'une manière si claire et si sensible dans la personne de ce pharisien. Ah ! M.F., que les maux que ce maudit péché entraîne avec lui sont grands et affreux ! Oh ! qu'il est difficile à celui qui en est atteint de s'en corriger !... Pour vous engager, M.F., à ne jamais vous laisser dominer par un aussi mauvais défaut, je vais 1° vous le montrer autant que je le pourrai ; 2° nous verrons les moyens que nous devons employer pour nous en garantir.

I. - Je dis, premièrement, que le jugement témé-raire est une pensée ou une parole désavantageuse sur le compte du prochain et sur de légères apparences. Il ne peut venir que d'un cœur mauvais, rempli d'orgueil ou d'envie ; parce qu'un bon chrétien, qui est pénétré de sa misère, ne pense et ne juge mal de personne ; jamais du moins, sans en avoir une connaissance cer-taine, et encore, quand il est obligé par son devoir de veiller sur ces personnes et jamais autrement. Nous disons, M.F., que les jugements téméraires prennent naissance dans un cœur orgueilleux ou envieux, ce qui est très facile à comprendre. Un orgueilleux ou envieux n'a bonne opinion que de lui-même, et tourne en mal tout ce que fait son prochain ; le bien qu'il aperçoit dans son prochain l'afflige et le ronge. L'Écriture sainte nous en donne un bel exemple dans la personne de Caïn, qui tournait en mal tout ce que son frère fai-sait . Voyant qu'il était agréable à Dieu, il conçut le noir dessein de le tuer. Ce fut le même péché qui porta Ésaü à vouloir tuer son frère Jacob . Il ne passait son temps qu'à examiner ce qu'il faisait, en pensait toujours mal dans son cœur, et dans tout ce qu'il faisait, il ne trouvait point de bonnes actions. Mais son bon frère Jacob, qui avait un cœur bon et un esprit humble, ne pensait pas seulement mal de son frère ; il l'aimait de tout son cœur, il pensait toujours bien de lui, il excusait toutes ses actions, quoique bien mauvaises, puisqu'il ne cherchait qu'à lui ôter la vie. Jacob faisait tout ce qu'il pouvait pour changer les dispositions du cœur de son frère. Il priait le bon Dieu pour lui, il lui faisait même des présents pour lui montrer qu'il l'ai-mait et qu'il n'avait pas les pensées qu'Ésaü croyait. Hélas ! M.F., que ce péché est mauvais dans un chré-tien qui ne peut souffrir le bien dans les autres, en tournant en mal tout ce que les autres font ! Oui, M.F., ce péché est un ver rongeur qui dévore nuit et jour ces pauvres personnes : vous les voyez toutes tristes, cha-grines, sans vouloir même dire ce qui les fatigue, parce que l'orgueil s'en trouverait blessé ; ce péché les fait mourir à petit feu. O mon Dieu ! quelle triste vie ! Mais quelle vie plus heureuse, M.F., que celle de celui qui n'est point sujet à juger mal son prochain, qui tourne tout en bien ! Son âme est en paix, il ne pense mal que de lui seul, et, par là, il s'humilie devant Dieu et espère en sa miséricorde. En voici un bel exemple.
Nous lisons dans l'histoire des Pères du désert, qu'un religieux qui avait mené une vie des plus pures et des plus chastes, fut attaqué d'une maladie, dont il mourut. Comme il était proche de la mort, et que tous les reli-gieux du monastère étaient autour de lui, le supérieur le pria de leur dire en quoi il croyait s'être rendu plus agréable à Dieu. « Mon père, répondit ce saint religieux, cela me fait bien de la peine ; mais, par obéissance, je vous le dirai. Dès mon enfance, j'ai été en butte aux plus rudes tentations du démon ; mais autant il me tourmentait, autant le bon Dieu me consolait, ainsi que la sainte Vierge, laquelle un jour que j'étais bien tour-menté par le démon, m'apparut toute pleine de gloire, chassa le démon et m'encouragea à la persévérance dans la vertu. Afin, me dit-elle, de vous en rendre les moyens plus aisés, je vous découvrirai quelque chose des tré-sors immenses de mon divin Fils ; je veux vous apprendre trois choses, qui, si vous les pratiquez bien, vous rendront très agréable aux yeux de Dieu, et vous feront vaincre facilement le démon votre ennemi, qui ne cherche que votre perte éternelle. C'est de vous humilier : dans le manger, ne jamais chercher ce que vous aimez le mieux ; dans vos vêtements, vous vêtir toujours simplement ; dans vos fonctions, ne jamais chercher ce qui peut vous relever aux yeux du monde, que ce qui est capable de vous abaisser ; et pour votre prochain, ne juger jamais mal de lui dans les paroles et les actions que vous lui voyez faire, parce que souvent les pensées du cœur ne sont pas conformes à l'action. Jugez et pensez bien de tout le monde ; c'est une action très agréable à mon Fils. La sainte Vierge disparut en me disant cela, et c'est ce que je me suis appliqué à faire depuis ce temps ; ce qui m'a fait grandement mériter pour le ciel. »
D'après cela, M.F., vous voyez donc qu'il n'y a qu'un mauvais cœur qui puisse juger mal de son prochain. D'ailleurs, on ne doit pas juger son prochain sans avoir égard à sa faiblesse et au repentir qu'il peut avoir de son péché. Ordinairement, et presque toujours, l'on se repent d'avoir pensé mal ou mal parlé des autres, parce que souvent, après avoir bien examiné, l'on reconnaît que ce que l'on a dit du prochain est faux. Il nous arrive ce qui arriva à ceux qui jugèrent la chaste Su-zanne, sur le rapport de deux faux témoins, sans vouloir même lui donner le temps de se justifier ; d'autres imitent la présomption et la malice des Juifs, qui publièrent que Jésus-Christ était un blasphémateur , qu'il était du démon enfin, d'autres se conduisent comme pharisien, qui, sans examiner si Madeleine avait renoncé à ses désordres, ou non, ne la considérait que comme une infâme pécheresse , quoiqu'il la vît affligée, accuser ses péchés et les pleurer aux pieds de Jésus-Christ son Sauveur et son Rédemp-teur.
Le pharisien, M.F., que Jésus-Christ nous présente comme un infâme modèle de ceux qui pensent et qui jugent mal du prochain, tomba, selon toute apparence, dans trois péchés. En condamnant ce pauvre publicain, il en pense mal, il en juge mal et il le condamne, sans seulement connaître les dispositions de son cœur. Il ne portait son jugement que par conjecture : voilà, M.F., le premier caractère du jugement téméraire. Il ne le méprise en lui-même que par un effet de son orgueil et de sa malice : voilà le second caractère de ce maudit péché. Enfin, ne sachant pas si ce qu'il lui imputait était vrai ou faux, il le jugea et le condamna ; pendant que ce pénitent, réduit, dans un coin du temple, frappait sa poitrine, et arrosait le pavé de ses larmes en demandant miséricorde au bon Dieu.
Je dis, 1° M.F., que ce qui donne occasion à tant de jugements téméraires, c'est que nous ne regardons cela que comme peu de chose ; tandis que, souvent, il peut y avoir un péché mortel, si la chose est une matière considérable. - Mais, me direz-vous, cela ne se passe que dans le cœur. - C'est précisément ce qui rend ce péché bien mauvais, en ce que notre cœur n'est créé que pour aimer le bon Dieu et le prochain ; et c'est être un traître.... Souvent, en effet, dans nos paroles nous faisons croire (aux autres) que nous les aimons, que nous avons bonne opinion d'eux ; tandis que, dans nous--mêmes, nous les haïssons. Mais il y en a qui croient que, quand ils ne disent pas ce qu'ils pensent, il n'y a point de mal. Il est vrai que le péché est moindre que quand on le manifeste à l'extérieur, parce que, alors, c'est un poison que nous tâchons de faire passer dans le cœur de notre voisin sur le compte du prochain.
Si ce péché est déjà si grand, quand même nous ne le commettons que dans le cœur, je vous laisse à penser ce qu'il est aux yeux de Dieu, quand nous avons le malheur de le manifester par des paroles. Cela doit nous porter à bien examiner les choses avant de porter notre jugement sur le compte de notre prochain, crainte de nous tromper : ce qui nous arrive souvent. Voyez un juge, lorsqu'il condamne quelque personne à mort : il fait venir les témoins, les uns après les autres ; il les interroge, il est extrêmement attentif (à examiner) s'ils ne se coupent point ; il les menace, il les regarde d'un air effrayant : ce qui jette l'effroi et la terreur dans leur cœur ; il fait même tous ses efforts pour tirer, s'il peut, la vérité de la bouche du coupable. Vous voyez que, sur le moindre doute, il suspend son jugement ; et, s'il se voit forcé de prononcer la sentence de mort, il ne le fait qu'en tremblant, dans la crainte où il est de condamner une personne innocente. Ah ! M.F., que de jugements téméraires de moins, si nous avions le bonheur de prendre toutes ces précautions, lorsque nous voulons juger la conduite et les actions de notre prochain. Ah ! M.F., que d'âmes de moins dans les enfers !
Le bon Dieu nous donne un bel exemple de la manière dont nous devons juger notre prochain, et cela dans la personne de notre premier père, Adam. Le Seigneur avait certainement tout vu et tout entendu ce qu'il avait dit et fait ; il pouvait bien condamner nos premiers parents sans autre examen ; mais non, pour nous apprendre à ne rien précipiter dans le jugement que nous voudrions porter sur les actions du prochain, il les interrogea l'un après l'autre, afin qu'ils avouassent le mal qu'ils avaient fait . D'où peut donc venir, M.F., cette foule de jugements si précipités sur le compte de nos frères ? Hélas ! d'un grand orgueil qui nous aveugle en nous cachant nos propres défauts, qui sont sans nombre, et, souvent, bien plus affreux que ceux des personnes de qui nous pensons ou parlons mal ; et nous pouvons dire que, presque toujours, nous nous trom-pons en jugeant mal les actions de nos voisins. J'en ai vu qui, très certainement, faisaient des jugements faux ; quoiqu'on leur fit bien apercevoir qu'ils se trompaient, ils n'en voulaient point pour cela démordre. Allez, allez, pauvres orgueilleux, le bon Dieu vous attend, et vers lui, vous serez bien forcés de reconnaître que ce n'était que votre orgueil qui vous a portés à penser mal de votre prochain. D'ailleurs, M.F., pour juger une per-sonne sur ce qu'elle fait ou sur ce qu'elle dit, et ne pas se tromper, il faudrait connaître les dispositions de son cœur et l'intention qu'elle avait en faisant ou disant cela. Hélas ! M.F., nous ne prenons pas toutes ces précau-tions : ce qui nous porte à tant faire de mal en exami-nant la conduite de nos voisins. Nous faisons comme si l'on condamnait à mort une personne d'après le simple rapport de quelques étourdis, sans vouloir lui donner le temps de se justifier.
Mais, me direz-vous peut-être, nous ne jugeons que ce que nous voyons, et d'après ce que nous avons en-tendu ; et ce dont nous sommes les témoins : « Je l'ai vu faire l'action, donc je l'assure ; je l'ai entendu de mes oreilles, ce qu'il a dit ; d'après cela, je ne puis pas me tromper. » - Eh bien ! moi, je vous dirai de commencer à rentrer dans votre cœur qui n'est qu'un tas d'orgueil, qui en est tout rôti : vous vous reconnaîtrez infiniment plus coupable que celui que vous jugez si témérairement, et vous avez grandement lieu de craindre qu'un jour vous ne le voyiez entrer dans le ciel, tandis que vous serez, vous, traînés avec les démons dans les enfers ! « Ah ! malheureux orgueilleux, nous dit saint Augustin, vous osez juger votre frère sur les moindres apparences du mal, et savez-vous s'il ne s'est pas déjà repenti de sa faute, et s'il n'est pas au nombre des amis de Dieu ? Prenez garde seulement qu'il ne prenne pas la place que votre orgueil vous met en grand danger de perdre. » Oui, M.F., tous ces jugements téméraires et toutes ces interprétations ne viennent que d'une personne qui a un orgueil secret, qui ne se connaît pas, et qui ose vouloir connaître l'intérieur de son prochain : ce qui n'est connu que de Dieu seul. Hélas ! M.F., si nous pouvions venir à bout de déraciner ce premier péché capital de notre cœur, jamais notre prochain ne ferait mal selon nous ; jamais nous ne nous amuserions à examiner sa conduite ; nous nous contenterions de pleurer nos péchés et de travailler, tant que nous pourrions, à nous corriger, et rien autre. Non, M.F., je ne crois pas qu'il y ait un péché plus à craindre et plus difficile à corriger, et cela, même parmi les personnes qui semblent remplir assez bien leurs devoirs de religion. Oui, M.F., une personne qui n'est pas atteinte de ce maudit péché peut se sauver sans de grandes pénitences ; en voici un bel exemple :
Il est rapporté dans l'histoire des Pères du désert qu'un religieux avait mené une vie très commune, qui, aux yeux des autres religieux, était fort imparfaite. Étant arrivé à la mort, le supérieur le voyait si tran-quille et si content qu'il lui semblait que le ciel lui fût assuré. Étonné de cette paix, craignant que ce ne fût cet aveuglement par lequel le démon en a tant trompé, il lui dit : « Mon frère, vous me paraissez bien tran-quille et comme une personne qui ne craint rien ; cepen-dant, votre vie n'a rien qui puisse vous rassurer ; au contraire, le peu de bien que vous avez fait doit vous effrayer, pour un moment où les plus grands saints ont tremblé. » - « Cela est vrai, mon père, lui répondit ce religieux, tout ce que j'ai pu faire est très peu de chose, et presque rien ; mais ce qui me console dans ce moment, c'est que, toute ma vie, je me suis occupé à accomplir le grand précepte du Seigneur, qui est donné à tout le monde, de ne penser, de ne parler, de ne juger mal de personne : je pensais que tous mes frères faisaient mieux que moi, j'ai toujours cru que j'étais le plus cri-minel du monde ; j'ai toujours caché et excusé leurs défauts, autant que le bon Dieu le voulait, et, puisque Jésus-Christ a dit : « Ne jugez point, et vous ne serez point jugé, » je m'attends à être jugé favorablement. Voilà, mon père, sur quoi je fonde mon espérance. » Le supérieur, tout étonné de cela, s'écrie : « Ah ! belle vertu, que vous êtes d'un grand prix aux yeux de Dieu ! Allez, mon frère, vous avez tout fait, le ciel vous est assuré ! » O belle vertu, que vous êtes rare ! Hélas ! vous êtes aussi rare que ceux qui sont pour le ciel sont rares !
En effet, M.F., qu'est-ce que c'est qu'un chrétien qui aura toutes les autres vertus s'il n'a pas celle-là ? Hélas ! ce n'est qu'un hypocrite, un faux, un méchant, qui, pour être vertueux extérieurement, n'en est que plus mauvais et plus méchant. Voulez-vous, M.F., con-naître si vous êtes au bon Dieu ? Voyez la manière dont vous vous conduisez avec votre prochain, voyez com-ment vous examinez et jugez ses actions. Allez, pauvres orgueilleux, pauvres envieux et pauvres jaloux, l'enfer vous attend, et rien autre. Mais touchons cela d'un peu plus près.
Dira-t-on du bien d'une fille en racontant ses bonnes qualités ? Ah ! vous dira l'un, si elle a de bonnes qua-lités, elle en a bien aussi de mauvaises ; elle fréquente la compagnie d'un tel qui n'a pas trop bonne réputation ; je suis bien sûr qu'ils ne se voient pas pour faire le bien. En voilà une telle, qui va bien parée, et qui pare bien ses enfants ; mais elle ferait bien mieux de payer ce qu'elle doit. A voir une telle, elle paraît bonne et affable à tout le monde, si vous la connaissiez comme moi, vous en jugeriez bien autrement ; elle ne fait toutes ces grimaces que pour mieux cacher ses désordres ; un tel va la demander en mariage, mais, s'il me demandait conseil, je lui dirais ce qu'il ne sait pas ; pour mieux dire, c'est un mauvais sujet. - Qui est cette personne qui passe ? dira un autre. Hélas ! mon ami, quand vous ne la connaîtriez pas, il n'y aurait pas grand mal ; je ne vous en dis rien de plus. Fuyez seulement sa compagnie, c'est un véritable scandaleux ; tout le monde le regarde comme tel. Tenez, c'est encore comme cette femme qui fait la sage et la dévote, il n'y a pas de plus mauvaise personne que la terre puisse porter ; d'ailleurs, c'est l'ordinaire que ces personnes qui veulent se faire passer pour être vertueuses, ou, si vous voulez, pour être sages, sont des méchantes, et les plus rancuneuses. - Peut-être que cette personne vous a fait quelque outrage ? - Oh ! non ; mais vous savez bien qu'elles sont toutes de même. Je me suis trouvé un jour avec une de mes anciennes connaissances, c'est un bon ivrogne et un fameux inso-lent - Peut-être, lui dira l'autre, qu'il vous a dit quelque chose qui vous a fâché ? - Ah ! non, il ne m'a jamais rien dit qui ne fut de dire, mais tout le monde le regarde comme cela. - Si ce n'était pas vous qui me le disiez, je ne voudrais pas le croire. - Quand il est avec ceux qui ne le connaissent pas, il sait assez faire l'hypocrite, pour faire croire qu'il est un homme honnête. C'est comme, un jour, je me suis trouvé avec un tel que vous connaissez bien, c'est aussi un homme ver-tueux : s'il ne fait tort à personne, il ne faut pas lui en savoir gré c'est bien quand il ne peut pas mieux faire ; Je vous assure que je ne voudrais pas me trouver seul avec lui. - Peut-être, lui dira l'autre, qu'il vous a fait tort quelquefois ? - Non, jamais, parce que je n'ai rien eu à faire avec lui. - Et comment savez-vous donc qu'il est si mauvais sujet ? - Oh ! ce n'est pas malaisé de le savoir, tout le monde le dit. C'est encore celui qui était un jour avec nous : à l'entendre parler, l'on dirait qu'il est l'homme le plus charitable du monde, et qu'il ne peut rien refuser à celui qui lui demande quelque chose ; tandis que c'est un avare fini, qui ferait dix lieues pour gagner deux sols ; je vous assure que maintenant l'on ne connaît plus le monde, l'on ne peut plus avoir confiance en personne. C'est encore celui qui vous par-lait tout à l'heure : il fait bien ses affaires, il se tient bien, tous ceux de chez lui vont bien rangés. Ce n'est pas bien malaisé, il ne dort pas toute la nuit. - Peut-être que vous l'avez vu prendre quelque chose ? - Oh ! non, je ne lui ai jamais rien vu prendre ; mais l'on a dit qu'une belle nuit, il est rentré chez lui bien chargé ; d'ailleurs, il n'a pas trop bonne réputation. I1 conclut, en disant : Je vous assure que je ne suis pas sans défaut mais je serais bien fâché de si peu valoir que ces gens-là.
Voyez-vous ce fameux pharisien, qui jeûne deux fois la semaine, qui paie la dîme de tout ce qu'il possède, et qui remercie le bon Dieu de n'être pas comme le reste des hommes, qui sont injustes, voleurs et adultères ! Voyez-vous cet orgueil, cette haine et cette jalousie !
Mais, dites-moi, M.F., sur quoi sont fondés tous ces jugements et ces sentences ? Hélas ! c'est sur de faibles apparences, et, le plus souvent, sur un on dit. Mais, peut-être me direz-vous que vous avez vu et entendu. Hélas ! vous pouvez la même chose vous tromper en voyant et en entendant, vous allez le voir. 1° Pour ne pas se tromper, il faut connaître les dispositions du cœur de la personne et son intention en faisant cette action. Voici un exemple qui va vous montrer, comme on ne peut pas mieux, que nous pouvons facilement nous tromper, et que nous nous trompons presque tou-jours. Dites-moi, M.F., qu'auriez-vous dit si vous aviez vécu du temps de saint Nicolas, et que vous l'eussiez vu venir, au milieu de la nuit, tourner autour de la maison de trois jeunes demoiselles, examinant bien et prenant bien garde que personne ne le vît. Voilà un évêque, auriez-vous tout de suite pensé, qui désho-nore son caractère, c'est un fameux hypocrite ; dans l'église il semble être un saint, et le voilà, au milieu de la nuit, à la porte de trois demoiselles qui n'ont pas trop bonne réputation. Cependant, M.F., cet évêque qui très certainement serait condamné, était un grand saint et très chéri de Dieu ; parce que ce qu'il faisait était la meilleure œuvre du monde. Afin d'éviter à ces jeunes personnes la honte de demander, il venait la nuit, et leur jetait de l'argent par leur fenêtre, craignant que la pauvreté les fît s'abandonner au péché. Si vous aviez vu la belle Judith quitter un habit de deuil, et prendre tout ce que la nature et l'art pouvaient lui fournir pour relever sa beauté qui était si extraordinaire ; vous auriez dit, la voyant entrer dans la chambre du général d'ar-mée, qui n'était qu'un vieux impudique ; la voyant, dis-je, sembler faire tout ce qu'elle pouvait pour lui plaire, vous auriez dit : « Voilà une femme de mauvaise vie . » Cependant, c'était une pieuse veuve, bien chaste et très agréable à Dieu, qui exposait sa vie pour sauver celle de son peuple. Dites-moi, M.F., avec votre préci-pitation de juger mal du prochain, qu'auriez-vous donc pensé si vous aviez vu le chaste Joseph sortir de la chambre de la femme de Putiphar, et en entendant crier cette femme, tenant entre ses mains un morceau du manteau de Joseph, le poursuivant comme un infâme qui avait voulu lui ravir son honneur ? De suite, sans examiner, vous auriez pensé et dit que ce jeune homme était un mauvais sujet et un libertin, d'avoir cherché à porter au mal la femme même de son maître, de qui il avait reçu tant de bienfaits. En effet, Putiphar, son maître, le condamne, et tout le monde le croit coupable, le blâme et le méprise ; mais le bon Dieu, qui connaît le fond du cœur et l'innocence de Joseph, le félicite de sa victoire, de ce qu'il avait préféré perdre sa réputation et sa vie même, plutôt que de perdre son innocence en commettant le moindre péché.
Conviendrez-vous avec moi, M.F., combien nous sommes en danger de juger mal les actions de notre prochain, malgré toutes les connaissances et les mar-ques certaines que nous croyons en avoir ? Ce qui doit nous porter à ne jamais juger des actions de notre pro-chain sans avoir bien réfléchi auparavant, et encore, seulement lorsque nous sommes chargés de la conduite de ces personnes, comme les pères et mères, les maîtres et maîtresses ; mais, pour toute autre personne, nous faisons presque toujours mal. Oui, M.F., j'ai vu des personnes, jugeant mal les intentions de leur pro-chain, dont je savais très bien que les intentions étaient bonnes. J'avais beau le leur bien faire comprendre, cela ne faisait rien. Ah ! maudit orgueil, que tu fais de mal et que tu conduis d'âmes en enfer ! Dites-moi, M.F., sommes-nous mieux fondés sur les jugements que nous portons sur les actions de notre prochain, que ceux qui auraient vu saint Nicolas qui roulait autour de cette maison, et qui tâchait de trouver la porte de la chambre de ces trois demoiselles ; sommes-nous plus sûrs que ceux qui auraient vu la belle Judith se parer si avanta-geusement et paraître si libre avec Holopherne ? Non, M.F., nous ne sommes pas plus sûrs des jugements que nous portons envers notre prochain que ne l'étaient ceux qui virent la femme de Putiphar avec un morceau du manteau de Joseph entre ses mains, et criant à tous ceux qui voulaient l'entendre qu'il avait voulu lui ravir son honneur. Voilà, M.F., trois exemples que le Saint--Esprit nous a laissés, pour nous apprendre combien les apparences sont trompeuses, et combien l'on s'expose à pécher en jugeant mal des actions du prochain ; surtout quand nous ne sommes pas obligés de rendre compte de leur conduite devant le tribunal de Dieu.
Nous voyons que ce pharisien jugeait bien téméraire-ment ce publicain d'être un voleur, parce qu'il recevait les impôts ; en disant, sans le savoir, qu'il demandait plus qu'il ne fallait et qu'il ne se servait de son autorité que pour faire des injustices. Cependant, ce prétendu voleur se retire des pieds de Dieu, justifié, et ce pha-risien, qui se croyait parfait, s'en va chez lui plus coupable ; ce qui nous montre que, le plus souvent, celui qui juge est plus coupable que celui qui est jugé.
Mais ces mauvais cœurs, ces cœurs orgueilleux, jaloux et envieux, puisque ce sont ces trois vices qui engen-drent tous ces jugements que l'on porte sur ses voisins. A-t-on volé quelqu'un ? A-t-on perdu quelque chose ? De suite, nous pensons que c'est peut-être bien un tel qui a fait cela, et nous le pensons sans même en avoir la moindre connaissance. Ah ! M.F., si vous connaissiez bien ce péché, vous verriez que c'est un des péchés les plus à craindre, qui est le moins connu et le plus difficile à corriger. Écoutez ces cœurs qui sont imbus de ce vice. Si quelqu'un exerce quelque emploi, quelque charge dans lesquels d'autres ont fait quelque injustice ; de suite, ils concluent que tous ceux qui pren-nent la place font de même, qu'ils ne valent pas mieux que les autres, qu'ils sont tous des voleurs et des adroits. Si, dans une famille, un enfant donne dans le travers, tous les autres ne valent rien. Si, dans une paroisse, quelques personnes ont eu fait quelque bassesse, toute la paroisse est composée de mauvais sujets. Si, parmi les prêtres, il y en a qui, peut-être, ne sont pas aussi saints qu'ils devraient l'être, tous les autres prêtres sont de même, ils ne valent tous rien : ce qui n'est ordinairement qu'un faux prétexte pour excuser sa propre indifférence pour son salut. Parce que Judas ne valut rien, voudriez--vous faire croire que les autres apôtres ne valaient rien ? De ce que Caïn était un mauvais sujet, pensez--vous que Abel, son frère, lui ressemblait ? Non, sans doute. Parce que les frères de Joseph furent si misé-rables et si méchants, croyez vous que Joseph fût de même ? Non, vraiment, puisqu'il est un saint. Si nous voyons une personne qui refuse l'aumône à quelqu'un, de suite nous disons que c'est un avare, qu'il a le cœur plus dur qu'un rocher, que, d'ailleurs, il n'a jamais rien valu ; tandis qu'il aura fait, en secret, de grandes cha-rités que nous ne verrons qu'au jugement.
Hélas ! M.F., disons que « chacun parle de l'abondance du cœur, » comme nous le dit très bien Jésus-Christ lui--même ; « nous connaissons un arbre à son fruit . » Voulez-vous connaître le cœur d'une personne ? écoutez--la parler. Un avare ne sait parler que des avares, de ceux qui trompent, qui sont injustes ; un orgueilleux ne cesse de vous casser la tête de ceux qui veulent se faire valoir, qui croient avoir beaucoup d'esprit, qui se louent de ce qu'ils font ou de ce qu'ils disent. Un impudique n'a pas autre chose à la bouche que : un tel mène mau-vaise vie ; il a affaire avec une telle, qui perd sa réputation ; et le reste, car ce serait trop long d'entrer dans ces détails.
Ah ! M.F., si nous avions le bonheur d'être exempts de l'orgueil et de l'envie, nous ne jugerions jamais per-sonne, nous nous contenterions de pleurer sur nos mi-sères spirituelles et de prier pour les pauvres pécheurs, et pas autre chose ; étant bien convaincus que le bon Dieu ne nous demandera compte que de nos actions et non de celles des autres. D'ailleurs, M.F., comment oser juger et condamner quelqu'un, quand même nous lui aurions vu commettre un péché ? Saint Augustin ne dit-il pas que celui qui était hier un pécheur peut être aujourd'hui un saint pénitent. Quand nous voyons bien du mal dans notre prochain, disons au moins : Hélas, si le bon Dieu ne m'avait pas accordé plus de grâces qu'à lui, j'aurais peut-être été encore plus loin. Oui, M.F., le jugement téméraire entraîne nécessairement avec lui la ruine et la perte de la charité chrétienne. En effet, M.F., dès que nous soupçonnons une personne de mal se conduire, nous n'avons plus d'elle cette bonne opinion que nous devrions avoir. D'ailleurs, M.F., ce n'est pas à nous que les autres doivent rendre compte de leur vie, mais à Dieu seul ; c'est vouloir nous établir juge de ce qui ne nous regarde pas ; les péchés des autres seront pour les autres, c'est-à-dire, pour eux, et les nôtres, pour nous. Le bon Dieu ne nous demandera pas compte de ce que les autres ont fait ; mais bien de ce que nous aurons fait nous-mêmes ; prenons seulement garde à nous et ne nous tourmentons pas tant des autres, en pensant et en disant ce qu'ils ont fait ou dit. Tout cela, M.F., n'est que peine perdue, qui ne peut venir que d'un fond d'orgueil semblable à celui de ce pha-risien, qui n'était occupé qu'à penser et à juger mal de son prochain, au lieu de bien s'occuper de lui-même et de gémir sur sa pauvre vie. Non, M.F., laissons la con-duite du prochain de côté, contentons-nous de dire, comme le saint roi David : « Mon Dieu, faites-moi la grâce de me connaître, tel que je suis ; afin que je voie ce qui peut vous déplaire, pour que je puisse me corriger, me repentir et obtenir le pardon. » Non, M.F., tant qu'une personne s'amusera à examiner la conduite des autres, ni elle ne se connaîtra, ni elle ne sera au bon Dieu, c'est-à-dire qu'elle vivra en orgueilleuse et en entêtée.
Notre-Seigneur nous dit : « Ne jugez point et vous ne serez point jugés. Mon Père vous traitera de la même manière que vous aurez traité les autres ; vous serez mesurés de la même mesure dont vous vous serez servis pour mesurer les autres . » D'ailleurs, M.F., qui est celui d'entre nous qui serait content qu'on jugeât mal de ce qu'il fait ou dit ? Personne. Notre-Seigneur ne dit-il pas : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l'on vous fit . » Hélas ! M.F., que de péchés nous commettons de cette manière ! Hélas ! qu'il y en a qui ne les connaissent pas, et qui, par conséquent, ne s'en sont jamais accusés ! Mon Dieu, que de personnes damnées, faute de se faire instruire ou de bien réfléchir sur leur manière de vivre !

II. - Nous venons de voir combien ce péché est commun et affreux aux yeux de Dieu, et, en même temps, combien il est difficile de s'en corriger. Pour ne pas vous laisser sans vous donner le moyen de vous en corriger, voyons quels sont les remèdes que nous devons employer pour nous en préserver et pour nous en cor-riger, si nous avons le malheur de nous en être rendus coupables. Saint Bernard, ce grand saint, nous dit que, si nous voulons ne pas juger mal de notre prochain, il faut éviter cette curiosité, ce désir de trop savoir, et ne point nous informer de ce que fait l'un et dit l'autre, ni de ce qui se passe dans l'intérieur des maisons. Laissons aller le monde comme le bon Dieu permet qu'il aille, ne pensons et ne jugeons mal que de nous. L'on disait un jour à saint Thomas, qu'il avait trop bonne opinion des gens, et que plusieurs profitaient de sa bonté pour le tromper. Il leur fit cette belle réponse, bien digne d'être gravée à jamais dans nos cœurs : « Peut-être que cela est vrai ; mais je pense qu'il n'y a que moi qui sois capable de faire le mal, comme étant le plus misérable du monde ; j'aime beaucoup mieux que l'on me trompe, que si je me trompais en jugeant mal de mon pro-chain . Écoutez ce que Jésus-Christ nous dit lui--même, par la bouche de saint Jean : « Qui aime son pro-chain accomplit tous les commandements de Dieu . » Pour ne pas juger mal d'une personne, M.F., il faut toujours séparer ce qu'elle fait de l'intention qu'elle a pu avoir en le faisant. Peut-être, devez-vous penser en vous-même, ne croyait-il pas faire mal en le faisant ; peut-être, qu'il s'était proposé quelque bonne fin, ou bien, il aura été trompé lui-même ; qui sait ? c'est peut--être par légèreté et non par malice ; quelquefois on agit sans réfléchir, quand il verra ce qu'il a fait, il s'en repen-tira ; le bon Dieu pardonne facilement une action de légèreté, il se peut bien faire qu'un jour il soit un bon chrétien et un saint...
Saint Ambroise nous donne un bel exemple, dans l'éloge qu'il fait de l'empereur Valentinien, en nous disant que cet empereur ne jugeait jamais mal de per-sonne et qu'il ne punissait que le plus tard qu'il pouvait les crimes dans lesquels tombaient ses sujets. S'ils étaient jeunes, il attribuait leurs fautes à la légèreté de leur âge et à leur peu d'expérience. S'ils étaient âgés, il répondait que la faiblesse de l'âge et leur caducité pouvait bien leur servir d'excuse ; que peut-être, ils avaient longtemps résisté et combattu avant de faire le mal, et que le repentir avait certainement suivi de près le péché. S'ils étaient élevés à quelque dignité, il se disait à lui-même : hélas ! personne ne doute que les honneurs et les dignités ne soient un grand poids pour nous entraîner au mal ; à chaque instant l'on y ren-contre l'occasion de le faire. S'ils étaient simples par-ticuliers : mon Dieu, se disait-il, cette pauvre personne n'a peut-être fait mal que par crainte ; c'est sans doute pour ne pas vouloir déplaire à quelque personne qui lui avait fait du bien. S'ils étaient tout à fait pauvres : qui peut douter que la pauvreté ne soit quelque chose de bien dur ? c'est qu'ils avaient besoin de cela pour ne pas mourir de faim eux ou leurs enfants ; peut-être qu'ils ne l'ont fait qu'avec beaucoup de peine, avec la pensée de réparer le tort qu'ils faisaient. Mais, lorsque la chose était trop évidente, qu'il ne pouvait plus l'excuser : mon Dieu, s'écriait-il, que le démon est fin ! il y a peut-être combien de temps qu'il le tente ; il a fait cette faute, il est vrai, mais, peut-être que son repentir lui a déjà mérité son pardon auprès du bon Dieu ; que sait-on ? si le bon Dieu m'avait mis à de semblables épreuves, n'aurais-je pas fait plus mal encore ? Comment aurais-je le courage de le juger et de le punir ? il a bien le temps d'être jugé et puni par Dieu, qui ne peut pas se tromper dans son jugement ; tandis que, le plus souvent, nous nous trompons, faute de lumières ; mais je pense que le bon Dieu aura pitié de lui, et qu'un jour, il priera pour moi, qui peux tomber à tout moment et me perdre.
Voyez-vous, M.F., la manière dont se conduisait cet empereur ; voyez-vous comment il trouvait partout de quoi excuser les défauts de son prochain et tournait tout en bien et jamais en mal ? Ah ! M.F., c'est que son cœur était exempt de ce détestable orgueil et de cette noire jalousie ou envie, dont nous avons le malheur d'être couverts. Voyez, M.F., voyez la conduite des gens du monde, voyez s'ils ont cette charité chrétienne qui tourne tout en bien et jamais en mal. Hélas ! M.F., si nous avions le bonheur de jeter un coup d'œil sur notre vie passée, nous nous contenterions de pleurer nos malheurs d'avoir passé nos jours à faire le mal, et nous laisserions bien ce qui ne nous regarde pas.
Nous voyons, M.F., qu'il y a peu de vices que les saints aient eu plus en horreur que celui de la médi-sance. Nous lisons dans la vie de saint Pacôme que quand quelqu'un parlait mal du prochain, il en faisait paraître une aversion étonnante en disant que, de la bouche d'un chrétien, il ne devait jamais sortir des paroles désavantageuses contre le prochain. S'il ne pou-vait pas les empêcher de médire, il s'enfuyait avec préci-pitation ; afin de leur montrer par là, combien cela lui faisait de la peine . Saint Jean l'Aumônier, lorsqu'il voyait quelqu'un qui médisait en sa compagnie, il défen-dait à celui qui ouvrait la porte de le laisser rentrer une autre fois, s'il le voyait revenir, afin de lui apprendre à se corriger. Un saint solitaire disait un jour à saint Pacôme : « Mon père, comment peut-on s'empêcher de parler mal du prochain ? » Saint Pacôme lui répondit : « Il faut toujours avoir devant les yeux le portrait de notre prochain et le nôtre : si nous regardons attenti-vement le nôtre et ses défauts, alors nous sommes sûrs de bien estimer celui de notre prochain et de n'en parler jamais en mal ; nous l'aimerons au moins comme nous-même, le voyant beaucoup plus parfait que nous. Saint Augustin, étant évêque, avait une telle horreur de la médisance et du médisant que, pour arrêter une cou-tume si mauvaise et si indigne d'un chrétien, il avait fait écrire dans l'appartement où il mangeait, ces paro-les : « Quiconque aime à déchirer la réputation de son prochain, doit savoir que cette table lui est inter-dite ». Si quelqu'un, même des autres évêques, s'échappait en des paroles de médisance, il les reprenait si vivement, qu'il leur disait : « Ou effacez ces paroles qui sont écrites dans cet appartement, ou levez-vous et allez-vous-en dans vos maisons, avant que le dîner soit fini ; ou, si vous ne voulez quitter ces discours, moi--même je me lèverai et vous laisserai là. » Possidius, qui a écrit sa vie, nous dit qu'il a été témoin lui-même de ce fait.
Il est rapporté dans la vie de saint Antoine qu'il faisait un voyage avec plusieurs solitaires qui, durant toute la route, causaient de différentes bonnes choses ; mais comme il est très difficile, pour ne pas dire impos-sible, de parler longtemps sans tomber sur la conduite du prochain. au bout de leur voyage, saint Antoine dit à ces solitaires : « Vous avez eu bien du bonheur d'avoir eu pour compagnon ce bon vieillard, » et il se tourna de même vers un vieillard qui n'avait pas dit un mot dans tout le voyage, lui disant : « Eh bien ! mon père, n'est-ce pas que vous avez fait un bon voyage d'avoir rencontré la compagnie de ces solitaires ? » - « Il est vrai qu'ils sont bons, lui répondit le vieillard, mais ils n'ont point de porte à leur maison ; » voulant dire qu'ils n'avaient pas de retenue dans leurs paroles, et que, souvent, ils avaient blessé la réputation du pro-chain .
Ah ! M.F., concluons qu'il y en a bien peu qui met-tent des portes à leur maison, c'est-à-dire, à leur bou-che, pour ne pas l'ouvrir au désavantage du prochain. Heureux celui qui laissera la conduite du prochain, n'en étant pas chargé, pour ne penser qu'à soi-même en gémissant sur ses fautes et en faisant tous ses efforts pour s'en corriger ! Heureux celui qui n'occupera son esprit et son cœur que pour ce qui regarde le bon Dieu, et sa langue que pour demander pardon au bon Dieu, et qui n'aura des yeux que pour pleurer ses péchés !...
11ème dimanche après la Pentecôte
Sur la Médisance

Solutum est vinculum linguae ejus, et loquebatur recte.
Sa langue se délia, et il parla très bien
(S. Marc, VII, 35.)

Qu'il serait à désirer, M.F., que l'on pût dire de cha-cun de nous ce que l'Évangile dit de ce muet que Jésus guérit, qu'il parlait très bien. Hélas ! M.F., ne pourrai--on pas, au contraire, nous reprocher que nous parlons presque toujours mal, surtout lorsque nous parlons de notre prochain. Quelle est, en effet, la conduite de la plupart des chrétiens de nos jours ? La voici. Critiquer, censurer, noircir et condamner ce que fait et dit le pro-chain : voilà de tous les vices le plus commun, le plus universellement répandu, et, peut-être, le plus mauvais de tous. Vice que l'on ne pourra jamais assez détester, vice qui a les suites les plus funestes, qui porte partout le trouble et la désolation. Ah ! plut à Dieu, de me donner un de ces charbons dont l'ange se servit pour purifier les lèvres du prophète Isaïe , afin d'en purifier la langue de tous les hommes ! Oh ! que de maux l'on bannirait de dessus la terre, si l'on pouvait en chasser la médisance ! Puissé-je, M.F., vous en donner tant d'horreur, que vous ayez le bonheur de vous en corriger pour toujours !
Quel est mon dessein, M.F. ? le voici. - C'est de vous faire connaître : 1° ce que c'est que la médisance ; 2° quelles en sont les causes et les suites ; 3° la nécessité et la difficulté de la réparer.

I. - Je ne veux pas entreprendre de vous montrer la grandeur, la noirceur de ce crime qui fait tant de mal ; c'est-à-dire, qui est la cause de tant de disputes, de haines, de meurtres et d'inimitiés qui durent souvent autant que la vie des personnes, vu qu'il n'épargne pas plus les bons que les mauvais ; il me suffit de vous dire que ce crime est un de ceux qui traînent le plus d'âmes en enfer. Je crois qu'il vous est plus nécessaire de vous faire connaître en combien de manières nous pouvons nous en rendre coupables ; afin que, connaissant le mal que vous faites, vous puissiez vous en cor-riger, et éviter les tourments qui lui sont préparés dans l'autre vie. Si vous me demandez : Qu'est-ce qu'une médisance ? je vous dirai : c'est faire connaître un défaut ou une faute du prochain d'une manière capable de nuire, plus ou moins, à sa réputation, et cela se fait en plusieurs manières.
1° On médit lorsqu'on impute au prochain un mal qu'il n'a pas fait ou un défaut qu'il n'a pas, c'est ce qui s'appelle calomnie ; crime infiniment affreux, qui, cependant, est très commun. Ne vous y trompez pas, M.F., de la médisance à la calomnie, il n'y a qu'un petit pas. Si nous examinons bien les choses, nous voyons que presque toujours, on ajoute ou augmente au mal qu'on dit du prochain. Une chose qui passe par plu-sieurs bouches n'est plus la même, celui qui l'a dite le premier ne la reconnaît plus, tant on change ou ajoute ; de là, je conclus qu'un médisant est presque toujours un calomniateur, et tout calomniateur est un infâme. Il y a un saint Père qui nous dit que l'on devrait chasser les médisants de la société des hommes comme des bêtes féroces.
2° L'on médit quand on augmente le mal que le pro-chain a fait. Vous avez vu quelqu'un qui a fait quelque faute ; que faites-vous ? au lieu de la couvrir du man-teau de la charité, ou, du moins, de la diminuer, vous la grossissez. Vous verrez un domestique qui se repo-sera un instant, un ouvrier, de même ; si quelqu'un vous en parle, vous direz, sans autre examen, qu'il est un fainéant, qu'il vole l'argent de son maître. Vous verrez passer une personne dans une vigne ou un ver-ger, elle prendra quelques raisins et quelques fruits, ce qu'elle ne devrait pas faire, il est vrai ; vous allez racon-ter à tous ceux que vous verrez qu'un tel est un voleur, qu'il faut prendre garde, quand même il n'a jamais rien volé ; ainsi du reste... C'est ce qu'on appelle médire par exagération. Écoutez saint François de Sales : « Ne dites pas, nous dit cet admirable saint, qu'un tel est un ivro-gne et un voleur, pour l'avoir vu voler ou s'enivrer une fois. Noé et Loth s'enivrèrent une fois ; cependant, ni l'un ni l'autre n'étaient ivrognes. Saint Pierre ne fut pas un blasphémateur pour avoir blasphémé dans une occasion . Une personne n'est pas vicieuse pour être tombée une fois dans le vice, et quand même elle tom-berait plusieurs fois, l'on court toujours risque de médire dans une accusation. C'est ce qui arriva à Simon le lépreux, lorsqu'il vit Madeleine aux pieds du Sauveur, qu'elle arrosait de ses larmes : « Si cet homme, disait-il, était un prophète comme on le dit, est-ce qu'il ne connaîtrait pas que c'est une pécheresse qui est à ses pieds ? » Il se trompait grossièrement : Madeleine n'était plus une pécheresse, mais une sainte pénitente, parce que ses péchés lui étaient tous pardonnés. Voyez encore cet orgueilleux pharisien, qui, se tenant au haut du temple, faisait l'étalage de toutes ses prétendues bonnes œuvres en remerciant Dieu de n'être pas de ces hommes qui sont adultères, injustes et voleurs, tel qu'est ce publicain. Il disait que ce publicain était un pécheur ; tandis qu'il avait été justifié à l'heure même . Ah ! mes enfants, nous dit cet aimable saint François de Sales, parce que la miséricorde de Dieu est si grande, qu'un seul instant suffit pour qu'il pardonne le plus grand crime du monde, comment pouvons-nous oser dire que celui qui était hier un grand pécheur le soit aujourd'hui ? » Je conclus en disant que, presque tou-jours, nous nous trompons lorsque nous jugeons mal du prochain, quelque apparence de vérité qu'ait la chose sur laquelle nous portons notre jugement.
3° Je dis que l'on médit quand on fait connaître, sans raison légitime, un défaut caché du prochain, ou une faute qui n'est pas connue. Il y a des personnes qui s'imaginent que quand elles savent quelque mal du pro-chain, elles peuvent le dire à d'autres et s'en entretenir. Vous vous trompez, mon ami. Qu'avons-nous, dans notre sainte religion, de plus recommandé que la charité ? La raison même nous inspire de ne pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas qu'on nous fit à nous-mêmes. Voyez cela un peu de près : serions-nous bien contents si quelqu'un nous avait vus faire une faute, et qu'il allât la publier à tout le monde ? non, sans doute ; au contraire : s'il avait la charité de la tenir cachée, nous lui serions bien reconnaissants. Voyez combien cela vous fâche si l'on dit quelque chose sur votre compte ou sur celui de votre famille : où est donc la justice et la charité ? tant que la faute de votre pro-chain est cachée, il conservera sa réputation ; mais dès que vous la faites connaître, vous lui enlevez sa réputation, et, en cela, vous lui faites un plus grand tort que si vous lui enleviez une partie de ses biens, puisque l'Esprit-Saint nous dit qu'une bonne réputation vaut mieux que les richesses .
4° On médit lorsqu'on interprète en mauvaise part les bonnes actions du prochain. Il y a des personnes qui sont semblables à l'araignée, qui change en poison la meilleure chose. Une pauvre personne, une fois sur la langue des médisants, est semblable à un grain de blé sous la meule du moulin : il est déchiré, écrasé et en-tièrement détruit. Ces personnes-là vous prêteront des intentions que vous n'avez jamais eues, elles empoison-neront toutes vos actions et vos démarches : si vous avez de la piété, que vous vouliez remplir fidèlement vos devoirs de religion, vous n'êtes plus qu'un hypo-crite, un dieu d'église et un démon de maison. Si vous faites des bonnes œuvres, elles penseront que c'est par orgueil, pour vous faire voir. Si vous fuyez le monde, vous serez un être singulier, une personne qui est faible d'esprit ; si vous avez soin de votre bien, vous n'êtes plus qu'un avare ; disons mieux, M.F. : la langue du médisant est comme un ver qui pique les bons fruits, c'est-à-dire, les meilleures actions du monde et tâche de les tourner en mauvaise part. La langue du médisant est une chenille qui salit les plus belles fleurs en y lais-sant la trace dégoûtante de son écume.
5° Je dis que l'on médit même en ne disant rien, et voici comment : on louera en votre présence une per-sonne que 1'on sait que vous connaissez ; vous n'en dites rien ou vous ne la louez que faiblement : votre silence et votre affectation font penser que vous savez sur son compte quelque chose de mauvais qui vous porte à ne rien dire. D'autres médisent par une manière de com-passion. Vous ne savez pas, disent-ils, vous connaissez bien une telle ; avez-vous entendu dire ce qui lui est arrivé ? que c'est donc dommage qu'elle se soit laissé tromper !... n'est-ce pas, vous êtes bien comme moi, vous ne l'auriez pas cru ?... Saint François nous dit qu'une pareille médisance est semblable à un trait enve-nimé, qu'on trempe dans l'huile, afin qu'il pénètre plus avant. Enfin, un geste, un sourire, un mais, un coup de tête, un petit air de mépris : tout cela fait beaucoup penser de la personne dont on parle.
Mais la médisance la plus noire et la plus funeste dans ses suites, c'est de rapporter à quelqu'un ce qu'un autre a dit de lui ou fait contre lui. Ces rapports pro-duisent les maux les plus affreux, qui font naître des sentiments de haine, de vengeance qui durent souvent jusqu'à la mort. Pour vous montrer combien ces sortes de gens sont coupables, écoutez ce que nous dit l'Esprit--Saint : « Il y a six choses que Dieu hait, mais il déteste la septième, cette septième ce sont les rapports . Voilà à peu près, M.F., en combien de manières l'on peut pécher par la médisance. Sondez votre cœur, et voyez si vous n'êtes, en rien, coupables sur cette matière.
D'abord, je vous dirai que l'on ne doit pas facilement croire le mal que l'on dit des autres, et, quoiqu'une personne accusée ne se défende pas, l'on ne doit pas croire que ce que l'on dit est bien sûr ; en voici un exemple qui vous montrera que nous pouvons tous nous tromper, et que nous ne devons croire que très difficilement le mal que l'on nous dit des autres. Il est rapporté dans l'histoire, qu'un homme veuf n'ayant qu'une fille unique fort jeune, la recommanda à un de ses parents et alla se faire religieux dans un monastère de solitaires. Sa vertu le fit aimer de tous les religieux. De son côté, il était très content de sa vocation ; mais, quelque temps après, pensant à sa fille, la tendresse qu'il sentit pour cette enfant le remplit de douleur et de tristesse de l'avoir ainsi abandonnée. Le père abbé s'en aperçut, et lui dit un jour : « Qu'avez-vous, mon frère, qui vous afflige tant ? » - « Hélas ! mon père, lui répondit le solitaire, j'ai laissé dans la ville une enfant fort jeune : voilà le sujet de ma peine. » L'abbé ne sachant pas que ce fût une fille, croyant que c'était un fils, lui dit : « Allez le chercher, amenez-le ici, et vous l'élèverez auprès de vous. » De suite, il part, regardant cela comme une voix du ciel, il va trouver sa petite fille qui s'appelait Marine. II lui dit de prendre le nom de Marin, lui défendit de jamais faire connaître qu'elle était une fille, et il l'amena dans son monastère. Son père prit tant de soin de lui montrer la nécessité de la per-fection dans une personne qui quittait le monde pour se donner à Dieu, que, dans peu de temps, elle devint un modèle de vertu, même pour les anciens religieux, toute jeune qu'elle était. Son père, avant de mourir, lui recommanda bien de nouveau de ne jamais dire qui elle était. Marine n'avait encore que dix-sept ans lorsque son saint père la laissa ; tous les religieux ne l'appelaient que le frère Marin. Son humilité qui était si profonde et sa vertu si peu commune la firent aimer et respecter de tous les religieux. Mais, le démon, jaloux de la voir marcher avec tant de rapidité dans la vertu, ou plutôt, Dieu, voulant l'éprouver, permit qu'elle fût calomniée de la manière la plus noire. Il lui eût été facile de faire reconnaître son innocence ; mais elle ne le fit pas. Vous allez voir qu'une personne qui aime véritablement Dieu, regarde tout ce que Dieu permet qu'il nous arrive, même la médisance et la calomnie, comme ne nous étant donné que pour notre bien. Les frères avaient coutume d'aller au marché certains jours de la semaine pour aller chercher leurs provisions, le frère les y accom-pagnait. Le maître de l'hôtellerie avait une fille, qui s'était abandonnée au péché avec un soldat. S'étant aperçu que sa fille était enceinte, il voulut savoir d'elle qui l'avait débauchée ; cette fille, pleine de malice, inventa la plus noire médisance et la plus affreuse calomnie, et dit à son père que c'était le frère Marin qui l'avait séduite, et qu'elle était tombée dans le péché avec lui. Le père, plein de fureur, vient faire ses plaintes à l'abbé, qui fut bien étonné d'un tel fait de la part du frère Marin, qui passait pour un grand saint. Le père abbé fit venir le frère Marin en sa présence, lui demanda ce qu'il avait fait, quelle vie il avait menée, quelle honte pour un religieux ! Le pauvre frère Marin, élevant son cœur à Dieu, pensa à ce qu'il devait répondre, et plutôt que de diffamer cette impudique fille, il se contenta de dire
« Je suis un pécheur qui mérite de faire pénitence. » L'abbé n'examina pas davantage, la croyant coupable du crime dont on l'accusait, la fit châtier sévèrement et la chassa du monastère. Mais, cette pauvre enfant, semblable à Jésus-Christ, reçoit les coups et les affronts sans ouvrir la bouche pour se plaindre, ni pour faire reconnaître son innocence, elle, à qui cela était si facile. Elle resta trois ans à la porte du monastère, étant regardée de tous les religieux comme une infâme ; quand les religieux passaient, elle se prosternait devant eux pour leur demander le secours de leurs prières, un pauvre morceau de pain pour ne pas mourir de faim. La fille de l'hôtellerie étant accouchée, garda pendant quelque temps cet enfant, ; mais dès qu'il fut sevré, elle l'envoya au frère Marin comme s'il en avait été le père. Sans rien faire paraître de son innocence, elle le reçut comme son enfant, le nourrit pendant deux ans, partageant avec cet enfant les petites aumônes qu'on lui faisait. Les reli-gieux, touchés de voir tant d'humilité, allèrent prier l'abbé d'avoir pitié du frère Marin, en lui représentant que, depuis cinq ans, il faisait pénitence à la porte du monastère, qu'il fallait le recevoir et lui pardonner pour l'amour de Jésus-Christ. Le père abbé l'ayant fait venir, lui fit de sanglants reproches : « Votre père était un saint, lui dit l'abbé, il vous fit entrer ici dès votre enfance, et vous avez eu l'effronterie de déshonorer cette maison par le crime le plus détestable ; cependant, je vous permets d'entrer dans cette maison avec cet enfant, dont vous êtes l'indigne père, et je vous condamne, pour l'expiation de votre péché, aux ouvrages les plus vils et les plus bas, et à servir tous les frères. Ce pauvre frère Marin, sans dire un mot de plainte, se soumet à tout, toujours content et toujours bien résolu de ne rien dire pour faire connaître qu'il n'était point coupable. Ce nou-veau travail, qu'à peine un homme robuste aurait pu soutenir, ne le découragea point. 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:24
Grotte (baumo en provençal) de la Sainte-Baume

En effet, M.F., où sont nos bonnes prières, nos bonnes communions, nos prières bien faites, nos messes bien entendues, notre résignation à la volonté de Dieu dans nos peines, notre charité pour nos ennemis ? Est-il bien possible, M.F., que nous fassions si peu de cas d'une âme qui est si belle, que Dieu a aimée plus que lui-même, puisqu'il est mort pour la sauver ? Hélas, nous aimons le monde et les plaisirs du monde ; et tout ce qui a rapport à la gloire de Dieu ou au salut de notre âme nous ennuie, nous rebute ; nous murmurons même, quand il faut le faire. Hélas ! qu'un jour nous aurons de regret !... Le monde semble nous donner quelques plaisirs, mais nous nous trompons. Écoutez ce que nous en dit saint Jean Chrysostome, vous allez voir combien le bonheur est plus grand pour celui qui cherche à conserver son âme que pour celui qui ne cherche que ses plaisirs, et laisse son âme de côté. « Dans mon sommeil, nous dit ce grand saint, j'eus un songe extraordinaire, qui, à mon réveil, me présenta bien des sujets de réflexion devant Dieu. Dans ce sommeil, je vis un endroit délicieux, une vallée char-mante, où la nature avait réuni toutes les beautés, toutes les richesses et les plaisirs capables de réjouir un mortel. Ce qui m'étonna, c'est qu'au milieu de cette vallée de délices, je vis un homme à l'air triste, le visage altéré, l'esprit occupé ; son maintien annonçait le trouble et l'émotion de son âme : tantôt immobile et regardant fixement la terre, tantôt marchant à grands pas d'un air égaré ; puis, s'arrêtant tout à coup, pous-sant de profonds soupirs et se plongeant dans une mé-lancolie profonde qui semblait approcher du désespoir. En considérant attentivement, j'aperçus que cette vallée de délices aboutissait à un précipice affreux, à un gouf-fre immense où une force étrangère semblait le traîner. Cet homme était agité malgré tant de délices, car à cette vue, il ne pouvait goûter un moment de joie ni de paix. Mais portant mes regards plus loin, je vis un autre endroit tout contraire, un vallon sombre et obscur, des montagnes escarpées, des déserts stériles ; la sé-cheresse seule paraissait habiter ce séjour ; nul feuil-lage, nulle verdure, des ronces et des épines : tout inspirait la tristesse, la solitude, une espèce d'horreur. Mais ma surprise fut à son comble quand j'aperçus dans cette vallée, un homme pâle, défait, exténué et cependant avec un visage serein, un maintien tranquille et un air content ; malgré ces dehors affligeants, tout annonçait un homme qui jouit de la paix de l'âme ; mais portant mes regards encore plus loin, j'aperçus au bout de cette vallée de misères et cet affreux désert, je vis un endroit délicieux, un agréable lointain où l'on découvrait toutes sortes de beautés. Cet homme considérait sans cesse ce terme, ne le perdait jamais de vue, marchait avec courage, passant à travers les ronce où souvent il se blessait ; mais ses plaies semblaient ranimer ses forces. Étonné de tout cela, je demandai pourquoi l'un était si triste dans ce lieu de plaisirs et l'autre si content dans ce lieu de misères. Alors j'entendis une voix qui me dit : Ces deux hommes, que vous voyez, sont l'image de ceux qui sont ou entièrement attachés au monde, ou sincèrement dévoués a service de Dieu. Le monde, me dit cette voix, présente d'abord à ses spectateurs, les biens, les plaisirs, au moins en apparence : l'on s'y jette comme des insensés ; mais l'on reconnaît bientôt que l'on n'a pas trouvé ce que l'on croyait. Ce qu'il y a de plus triste et de plus accablant c'est qu'au bout de ce terme, l'on ne trouve qu'un gouffre, où vont se précipiter tous ceux qui marchent dans cette route qui semble être agréable. L'autre, au contraire, me dit cette voix, éprouve en soi tout le contraire : dans le service de Dieu, d'abord il y a des épreuves et des peines, c'est une vallée de larmes qu'on habite ; il faut se mortifier, se faire quelques violences, se priver des douceurs de la vie, passer ses jours dans la contrainte. Mais l'on s'anime par la vue et l'espérance d'un avenir à jamais heureux ; c'est le partage de cet homme qui est
Peut-on, M.F., trouver une image plus naturelle que celle-là, pour nous faire comprendre la différence de celui qui, pendant sa vie, ne cherche qu'à plaire à Dieu, à sauver son âme, avec celui qui laisse son Dieu et son âme de côté pour courir après quelques plaisirs qui nous conduisent, sans avoir rien goûté de consolant ni de parfait, dans un précipice qui n'est autre chose que le gouffre de l'enfer . Heureux celui, M.F., qui mar-chera dans ce chemin, où il y a quelques peines, mais de peu de durée, et qui, au bout, nous conduit dans un lieu si heureux à la possession de Dieu même ! C'est le bonheur...
dans cette vallée triste ; mais la pensée du bonheur qu'il espère le console et le soutient dans ses combats. Tout devient consolant, pour lui, son âme goûte déjà les biens qui lui sont promis et qui l'attendent, et dont bientôt il jouira. »

10ème dimanche après la Pentecôte
Sur l'orgueil

Non sum sicut cæteri hominum.
Je ne suis pas comme les autres.
(S. Luc, XVIII, 11.)

Tel est, M.F., le langage ordinaire de la fausse vertu et celui de l'orgueilleux, qui, toujours content de lui--même, est toujours prêt à censurer et à critiquer la conduite des autres. Tel est encore le langage des riches, qui regardent les pauvres comme s'ils étaient d'une nature différente de la leur, et les traitent en consé-quence. Disons mieux, M.F., c'est le langage de presque tout le monde. II y en a très peu, même dans les conditions les plus basses, qui ne soient atteints de ce maudit péché, qui n'aient pas bonne opinion d'eux--mêmes, en se mettant entièrement au-dessus de leurs égaux, et qui ne portent leur détestable orgueil jusqu'à croire qu'ils valent mieux que beaucoup d'autres. D'où je conclus que l'orgueil est la source de tous les vices, et la cause de tous les maux qui sont arrivés et qui arriveront dans la suite des siècles. Nous portons même notre aveuglement si loin, que, souvent, nous nous glorifions de ce qui devrait nous couvrir de confusion. Les uns tirent leur orgueil de ce qu'ils croient avoir plus d'esprit ; les autres, à cause de quelques pouces de terre ou de quelque argent ; tandis qu'ils devraient trembler sur le compte redoutable que Dieu leur en demandera un jour. Oh ! M.F., qu'il en est qui ont besoin de faire cette prière que saint Augustin faisait à Dieu : « Mon Dieu, faites-moi connaître ce que je suis, et je n'ai pas besoin d'autre chose pour me couvrir de confusion et de mépris de moi-même . » Je vais donc vous mon-trer 1° combien l'orgueil aveugle l'homme et le rend odieux aux yeux de Dieu et des hommes ; 2° en combien de manières nous le commettons, et 3° enfin, ce que nous devons faire pour nous en corriger.

I. - Oui, M.F., pour vous donner une idée de la gran-deur de ce maudit péché, il faudrait que Dieu me permit d'aller arracher Lucifer du fond des abîmes, et de le traî-ner ici à ma place, et qu'il vous dépeignît lui-même les horreurs de ce crime, en vous montrant les biens que ce péché lui a ravis, c'est-à-dire le ciel, et les maux qu'il lui a attirés, qui sont les peines de l'enfer. Hélas ! M.F., pour un péché qui peut être d'un moment, une punition qui durera une éternité ! Ce qu'il y a de plus malheu-reux dans ce péché, c'est que plus l'on en est atteint, moins l'on s'en croit coupable. En effet, jamais un orgueilleux ne voudra croire qu'il est orgueilleux, ni connaître qu'il a tort : ce qu'il fait et dit, est bien fait et bien dit. Voulez-vous concevoir, M.F., la grandeur de ce péché ? Voyez ce que Dieu a fait pour l'expier. Pourquoi est-ce qu'il a voulu naître de parents pauvres, vivre dans l'oubli, passer dans le monde, non comme ceux d'une condition médiocre, mais comme une per-sonne de rien ? C'est qu'il voyait que ce péché avait telle-ment outragé son Père, qu'il ne pouvait être expié par lui qu'en se livrant à l'état le plus humiliant et le plus méprisable, qui est celui de la pauvreté ; car il suffit de ne rien avoir pour être méprisé des uns et rebuté des autres.
Voyez, M.F., combien sont grands les maux que ce péché a faits. Sans ce péché, il n'y aurait point d'enfer. Sans ce péché, Adam serait encore dans le paradis terres-tre, et nous tous heureux, sans maladie, sans toutes ces autres misères qui nous accablent chaque jour ; point de mort, point de jugement à subir, ce qui a fait trem-bler les grands saints ; point d'éternité malheureuse à craindre ; le ciel nous était assuré. Heureux dans ce monde et plus heureux encore dans l'autre : notre vie se serait passée à bénir les grandeurs, les bontés de notre Dieu, et nous serions allés, en corps et en âme, continuer cet heureux travail. Ah ! que dis-je, M.F. : sans ce maudit péché, Jésus-Christ ne serait pas mort ! O que de tourments épargnés à ce divin Sau-veur !...
Mais, me direz-vous, pourquoi est-ce que ce péché a causé plus de maux que les autres ? - Pourquoi ? en voici la raison. Si Lucifer et les autres mauvais anges n'avaient pas eu d'orgueil, il n'y eût point eu de dé-mons, et, par conséquent, personne n'aurait tenté nos premiers parents et ils auraient eu le bonheur de persé-vérer. Je sais bien que tous les péchés outragent Dieu, que tous les péchés mortels méritent une punition éter-nelle : un avare qui ne cherche qu'à ramasser et qui sacrifiera sa santé, sa réputation, et même sa vie pour accumuler quelque argent, dans l'espérance de prévoir pour l'avenir, fait sans doute bien injure à la provi-dence de Dieu, qui nous a promis que, si nous avions soin de le servir et de l'aimer, il aura soin de nous. Un ivrogne qui se livre aux excès du boire en perdant la raison, se mettant au-dessous de la bête brute, de même, fait un grand outrage à Dieu, qui ne lui donne du bien que pour en faire un bon usage en consacrant ses forces, sa vie à le servir. Un vindicatif qui se venge des injures qu'on lui a faites, fait un mépris sanglant à Jésus-Christ, qui, depuis tant de mois et peut-être même d'années, le souffre sur la terre, et bien mieux, lui four-nit tout ce qui lui est nécessaire, tandis qu'il ne mérite-rait que d'être abîmé dans les flammes. Un impudique, en se plongeant dans la fange de ses passions, se met plus bas que les pourceaux, perd son âme et donne la mort à son Dieu ; d'un temple du Saint-Esprit, fait un temple des démons, « des membres de Jésus-Christ en fait les membres d'une infâme prostituée , » de frère du Fils de Dieu, devient, non seulement le frère des démons, mais l'esclave de Satan. Ce sont là des crimes, dont nul terme ne pourrait exprimer les horreurs ni la grandeur des tourments qu'ils méritent. Eh bien ! M.F., nous disons que ces péchés sont aussi éloignés de l'orgueil par les outrages qu'ils font à Dieu, que le ciel l'est de la terre : tenez, rien de si facile à concevoir, vous allez le voir. Lorsque nous commettons les autres péchés, tantôt nous violons les commandements de Dieu, tantôt nous y méprisons ses bienfaits ; ou bien, si vous voulez, nous rendons inutiles tous les travaux, les souffrances et la mort de Jésus-Christ. Mais celui-ci, c'est-à-dire, l'or-gueilleux, fait comme un sujet, qui, non content d'avoir méprisé et foulé aux pieds les lois et les ordonnances de son souverain, porte sa fureur jusqu'à essayer de lui planter un poignard dans le sein, l'arrache de son trône, le foule sous ses pieds et prend sa place. Peut-on con-cevoir une atrocité plus grande, M.F. ? Eh bien ! M.F., voilà ce que fait une personne qui tire vanité quand elle réussit dans ce qu'elle fait ou dit. O mon Dieu ! que le nombre en est grand !
Écoutez, M.F., ce que nous dit l'Esprit-Saint, en parlant de l'orgueilleux : « Il sera en abomination à Dieu et aux hommes. Car le Seigneur déteste l'orgueilleux et le superbe. » Jésus-Christ nous dit lui-même « qu'il remerciait son Père d'avoir caché ses secrets aux or-gueilleux . » En effet, si nous parcourons l'Écriture sainte, les maux dont Dieu accable l'orgueilleux sont si affreux et si multipliés qu'il semble qu'il épuise sa fureur et sa puissance pour le punir, et nous voyons que Dieu prend plaisir à humilier les superbes à proportion qu'ils veulent s'élever. Nous voyons que souvent un orgueil-leux tombe dans quelque vice honteux qui le déshonore aux yeux du monde .
Le grand Nabuchodonosor nous en fournit un bel exemple. Ce prince était si orgueilleux, il avait tant bonne opinion de lui-même, qu'il voulait qu'on le regardât comme un dieu . Dans le moment qu'il était rempli de la grandeur de la puissance, tout à coup il entend une voix du ciel disant que le Seigneur ne pouvait plus souffrir son orgueil, et que, pour lui faire connaître qu'il y avait un Dieu, maître des royaumes, son royaume lui serait ôté et donné à un autre ; qu'on le chasserait de la compagnie des hommes, qu'il irait demeurer parmi les bêtes farouches, qu'il mangerait l'herbe et le bois comme une bête de somme. A l'heure même, Dieu lui renversa tellement la cervelle, qu'il crut être une bête, s'enfuit dans les forêts jusqu'à ce qu'il reconnût qu'il n'était rien . Voyez les châtiments que le Seigneur fit subir à Coré, Dathan et Abiron, avec deux cents des plus considéra-bles des Juifs. Remplis d'orgueil, ils disent à Moïse et à Aaron : « Et pourquoi est-ce que nous n'aurions pas aussi l'honneur d'offrir de l'encens au Seigneur aussi bien que vous ? » Le Seigneur dit à Moïse et à Aaron de les séparer, avec tout ce qui leur appartenait ; qu'il coulait les punir... A peine furent-ils séparés que la terre s'ouvrit sous leurs pieds, et les engloutit tout vivants en enfer . Voyez Hérode, qui fit mourir saint Jacques et emprisonner saint Pierre. Il était si orgueil-leux, qu'étant un jour vêtu de sa robe royale et assis sur son trône, il parla avec tant d'éloquence au peuple, qu'on alla jusqu'à dire : « Non, non, ce n'est pas un homme qui parle, mais c'est un dieu. » Dans le même moment un ange le frappa d'une maladie si affreuse, que les vers le rongeaient tout vivant, et il périt malheureu-sement. II voulut se faire passer pour Dieu, et il fut mangé par le plus vil des insectes . Voyez encore Aman, ce fameux orgueilleux, qui avait commandé que tout sujet pliât le genou devant lui. Irrité jusqu'à la rage de ce que Mardochée le méprisait, il fit dresser une potence pour le pendre ; mais Dieu, qui a en horreur les orgueil-leux, permit que ce fût lui-même qui y fût attaché .
Nous lisons dans l'histoire, qu'un solitaire rempli d'orgueil voulut montrer la grandeur de sa foi. Étant allé trouver saint Palémon, celui-ci le voyant faire tout son étalage d'orgueil, lui dit charitablement qu'il était bien difficile d'avoir, avec tant d'orgueil, la foi qu'il disait ; que n'ayant rien de bon de nous-mêmes, nous ne pouvions que nous humilier, gémir devant Dieu et lui demander la grâce de ne pas nous abandonner. Mais ce pauvre aveugle, bien loin de profiter de ce charitable avis, court se jeter dans un brasier de feu , et Dieu permit même, pour mettre le comble à son orgueil, qu'il ne ressentît seulement pas l'ardeur du feu. Mais peu de temps après, il tomba dans un gros péché, un péché honteux contre la sainte vertu de pureté. Le démon se présenta à lui sous la figure d'une femme, qui le pressa tant, s'étant assise à côté de lui et voulut l'embrasser ; alors le démon se jeta sur lui, le meurtrit de tant de coups, qu'il le laissa étendu sur le pavé. Enfin, reconnaissant sa faute, c'est-à-dire, son orgueil, il revint trouver saint Palémon et lui avoua sa faute en pleurant. Chose étrange, M.F., comme il lui parlait encore, le démon se saisit de lui, devant saint Palémon, le traîna avec tant de fureur et le précipita dans une fournaise enflammée, où il y perdit la vie .
Oui, M.F., nous voyons partout que Dieu se plaît à confondre les orgueilleux. Non seulement un orgueil-leux est en abomination aux yeux de Dieu, mais il est encore insupportable aux yeux des hommes. - Pour-quoi cela ? me direz-vous. - C'est qu'il ne peut s'accor-der avec personne : tantôt il veut s'élever au-dessus de ses égaux, tantôt égaler ceux qui sont au-dessus de lui, de sorte qu'il ne peut s'accorder avec personne. Ainsi les orgueilleux sont toujours en dispute avec quel-qu'un, et de là il s'ensuit que tout le monde les hait, les fuit, les méprise. Non, M.F., il n'y a pas de péché qui fasse un si grand changement dans celui qui le commet, puisqu'un ange, la plus belle créature, est devenu par ce péché le démon le plus horrible ; et dans l'homme, d'un enfant de Dieu, il en fait un esclave du démon.

II. - Ce péché, me direz-vous, est vraiment affreux ; il faut que celui qui le commet ne connaisse ni le bien qu'il perd, ni les maux qu'il s'attire, ni enfin les ou-trages qu'il fait à Dieu et à son âme ? Mais comment peut-on donc savoir quand on s'en est rendu coupable ? - Comment, mon ami ? Le voici. Nous pouvons même dire que ce péché se trouve partout, accompagne l'homme dans ce qu'il fait et dit ; c'est une espèce d'as-saisonnement qui trouve partout sa place. Ecoutez-moi un instant et vous allez le voir. Jésus-Christ nous en donne un exemple dans l'Évangile, en disant qu'un pharisien, étant allé dans le temple pour y faire sa prière, se tenait debout en présence de tout le monde, disant à haute voix : « Je vous rends grâce, Seigneur, de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, cou-vert de péchés ; je passe ma vie à faire le bien et à vous plaire. » Voilà le véritable caractère d'un orgueilleux : au lieu de remercier Dieu de ce qu'il a été si bon que de se servir de lui pour le bien, de lui rendre grâce, il regarde tout cela comme venant de lui-même et non de Dieu. Entrons dans quelques détails, et vous verrez que presque personne n'en est excepté. Les vieillards comme les jeunes gens, les pauvres comme les riches ; chacun se loue et se flatte de ce qu'il n'est pas et de ce qu'il n'a pas fait. Chacun s'applaudit et aime à être applaudi ; chacun court mendier les louanges des hommes, et chacun travaille à se les attirer. Ainsi se passe la vie de la plus grande partie des gens.
La porte par laquelle l'orgueil entre avec le plus d'abondance, c'est la porte des richesses. Dès qu'une personne augmente ses biens, vous la voyez changer de manière de vivre ; elle fait, comme nous dit Jésus-Christ des pharisiens : « Ces gens aiment qu'on les appelle maîtres, qu'on les salue, ils veulent les pre-mières places ; ils commencent à paraître vêtus plus richement » ils quittent cet air de simplicité ; si on les salue, à peine vous branleront-ils la tête, sans lever leur chapeau ; marchant la tête levée, ils s'étudieront à chercher tous les plus beaux mots, dont souvent ils ne connaissent pas même la signification ; ils aiment à les répéter. Cet homme vous cassera la tête des héritages qu'il aura reçus, pour montrer que sa fortune s'est augmentée. Tous ses soins sont de travailler à se faire estimer et louer. Aura-t-il réussi dans quelque ouvrage ? il s'empresse de le publier pour étaler son prétendu savoir. A-t-il dit quelque chose dont il aura été applaudi, il ne cesse d'en casser les oreilles à ceux qui sont autour de lui, jusqu'à les ennuyer et à se faire moquer de lui. A-t-on fait quelque voyage ? vous entendez ces orgueil-leux en dire cent fois plus qu'ils n'en ont dit ou fait ce qui fait compassion à ceux qui les entendent. Ils croient se faire passer pour avoir de l'esprit, tandis qu'on les méprise intérieurement. L'on ne peut s'em-pêcher de se dire en soi-même : Voilà un fameux orgueilleux, il se persuade qu'on croit tout ce qu'il dit !...
Voyez une personne d'état examinant l'ouvrage d'un autre ; elle y trouvera mille défauts, en disant : « Ah ! que voulez-vous ? il n'en sait pas davantage ! » Mais comme l'orgueilleux n'abaisse jamais les autres sans s'élever lui-même ; alors elle s'empressera de parler de quelque ouvrage qu'elle a fait, qu'un tel a trouvé si bien fait qu'il en a parlé à plusieurs. Un orgueilleux, voyant plusieurs personnes qui parlent ensemble, croit qu'on dit de lui du mal ou du bien.
Une jeune fille aura-t-elle une bonne tournure ? du moins, croit-elle l'avoir ? Vous la voyez marcher à pas comptés, avec affectation, avec un orgueil qui semble monter jusqu'aux nues. A-t-elle des chemises, des robes ? Elle laissera son armoire ouverte pour les faire voir. On lire orgueil de ses bêtes et de son ménage. On tire orgueil de bien savoir se confesser, de bien prier le bon Dieu, d'être plus modeste à l'église. Une mère tire orgueil de ses enfants ; un habitant, de ce que ses terres sont en meilleur état que celles des autres, qu'il condamne ; et il s'applaudit de son savoir. Un jeune homme a-t-il une montre dans son gousset, et peut-être même, souvent, n'a-t-il que la chaîne, avec cinq sols dans sa poche ? vous l'entendez dire : « Je ne sais pas si c'est bien tard ; » afin qu'on lui dise de regarder à sa montre, pour qu'on sache qu'il en a une. Si l'on joue, pour essayer de gagner, n'aurait-il que deux sous à donner, il prendra dans sa main tout ce qu'il a, et même ce qui souvent n'est pas à lui ; ou bien il dira plus qu'il n'a en réalité. Combien en est-il qui emprun-tent, pour aller dans ces parties de plaisir, des habille-ments ou de l'argent !
Une personne entre-t-elle dans une compagnie dont elle croit être inconnue ? de suite vous la voyez faire le récit de sa famille, de ses biens, de ses talents et de tout ce qui peut la relever, et faire connaître ce qu'elle est ou plutôt, ce qu'elle n'est pas. Non, M.F., il n'y a rien de si ridicule et de si sot que d'être toujours après parler de ce que l'on a, et de ce que l'on a fait. Écoutez un père de famille, quand ses enfants sont en état de se marier. Dans toutes les compagnies où il se trouve, on l'entend dire : « J'ai tant de mille francs de prêtés, mon bien me rend tant, » et ensuite demandez-lui cinq sols pour les pauvres, il n'a rien. Une tailleuse ou un tailleur auront-ils bien réussi à faire une robe ou un habit, s'ils se trouvent de voir passer les personnes qui en sont revêtues : « voilà qui va bien, je ne sais pas qui l'a fait. » - « Eh bien ! c'est moi, diront-ils. » Et pourquoi ont-ils dit cela ? c'est afin de faire voir qu'ils sont bien habiles. Mais s'ils n'ont pas bien réussi, ils se gar-deront bien d'en parler, crainte d'être humiliés. Les femmes dans leur ménage... Et moi je vous dirai que ce péché est encore plus à craindre dans les personnes qui semblent faire profession de piété. En voici un bel exemple .
Ce maudit péché d'orgueil se glisse même dans les fonctions les plus basses . Un laboureur, ou une personne qui coupera du bois, si c'est au passage, ils y mettront tous leurs soins ; « afin, disent-ils, que quand il passera quelqu'un, l'on ne trouve pas que je ne sais pas travailler. » Ce péché se glisse même dans le crime, et dans la vertu : l'on en voit qui se font gloire d'avoir fait le mal. Écoutez la conversation de plusieurs ivrognes. « Ah ! disent-ils, je me suis trouvé un jour avec un tel ; il a voulu se prendre avec moi à celui qui boirait le plus sans s'enivrer ; mais j'en ai bien, d'abord, eu vu le bout ! » C'est encore un orgueil que le désir d'être plus riche et de porter envie à ceux qui le sont, parce que l'on voit que les riches sont respectés et honorés.
L'on en trouvera d'autres qui, dans leur langage, seront extrêmement humbles et qui même se méprise-ront et semblent faire publiquement l'aveu de leur faiblesse. Mais, dites-leur quelque chose qui pénètre jusqu'au cœur. Dès la première parole, vous les voyez se monter, vous tenir tête, jusqu'au point de vous décrier et déchirer votre réputation, pour un prétendu affront qu'elles auront reçu. Elles auront une grande humilité en apparence, tant qu'on les flatte ou qu'on les loue. Quelquefois, si l'on dit du bien d'une autre per-sonne devant nous, cela nous fâche, il semble que cela nous humilie ; nous faisons paraître un air triste, ou bien nous disons : « Ah ! elle est bien comme les autres, elle a bien fait ça, elle a bien dit cela, elle n'a pas tant de bonnes qualités que vous dites bien, vous ne la connaissez pas !... »
Je dis que l'orgueil se glisse même dans nos bonnes œuvres. II en est plusieurs qui ne feront l'aumône et ne rendront service au prochain que pour se faire passer pour de bonnes gens, des personnes charitables. S'ils font l'aumône devant quelqu'un, ils donneront davantage que s'il n'y avait personne. Voudront-ils faire savoir qu'ils ont fait quelque bien, ou rendu quelque service à leur voisin, ils commenceront à dire : « Un tel a bien du malheur, il a bien peine de pouvoir vivre ; il est venu un jour, il m'a témoigné sa misère, je lui donnai telle chose. »
Un orgueilleux ne veut jamais être repris, il a toujours droit ; tout ce qu'il dit est bien dit, et tout ce qu'il fait est bien fait. Et vous le voyez sans cesse examiner la conduite des autres ; partout il trouve des défauts : il n'y a rien de bien fait ni de bien dit. Une personne fera--t-elle une action avec les meilleures intentions du monde, le voilà qui, avec sa langue venimeuse, la tourne en mal.
Combien n'y en a-t-il pas qui inventent par orgueil ? S'ils racontent ce qu'ils ont fait ou dit, ils en diront beaucoup plus qu'il n'y en a. Mais d'autres mentent, crainte d'être humiliés. Disons mieux ; les vieillards se font gloire de ce qu'ils n'ont pas fait ; à les entendre, ils semblent être les plus grands conquérants du monde, on dirait qu'ils ont parcouru l'univers entier ; et les jeunes gens se louent de ce qu'ils ne feront jamais : tous mendient et tous courent après une fumée d'hon-neur. Tel est le monde aujourd'hui, M.F. ; mettez la main sur votre conscience, sondez votre cœur, et vous reconnaîtrez la vérité de ce que je vous dis.
Mais ce qu'il y a de plus triste, c'est que ce péché jette dans les âmes des ténèbres si épaisses, que l'on ne se croit pas même coupable. L'on connaît bien quand les autres se louent à faux, qu'ils s'attribuent des louanges qu'ils n'ont pas méritées ; mais, pour nous, nous croyons toujours les mériter. Je dis, M.F., que toute personne qui cherche l'estime des hommes est un aveugle. - Pourquoi ? me direz-vous. - Mon ami, en voici la raison. D'abord, je ne dirai pas qu'il perd tout le mérite de ce qu'il fait, que toutes ses charités, toutes ses prières et ses pénitences ne lui seront qu'un sujet de condam-nation. I1 croira avoir fait quelque bien, tout se trou-vera gâté par l'orgueil. Mais je dis qu'il est aveugle. S'il mérite l'estime de Dieu et des hommes, il n'a qu'à les fuir au lieu de les rechercher ; il n'a qu'à bien se persuader qu'il n'est rien, qu'il ne mérite rien ; il est sûr de tout avoir. Nous voyons partout que plus une personne veut s'élever, plus Dieu permet qu'elle soit humiliée ; et plus elle veut se cacher, plus Dieu fait éclater sa réputation. Tenez : mettez la main et les yeux sur la vérité, et vous allez la reconnaître. Une personne, c'est-à-dire, un orgueilleux, court mendier les louanges des hommes ; et à peine est-il connu dans une paroisse ! Mais celui qui se cache autant qu'il peut, qui se méprise lui-même ; allez à vingt ou cinquante lieues, on publie ses bonnes qualités. Disons mieux : sa réputation vole aux quatre coins du monde ; plus il se cache, plus il est connu ; et plus l'autre veut se montrer, plus il s'enfonce dans les ténèbres, ce qui fait que presque personne ne le connaît et lui se connaît encore moins.
Si le pharisien, comme vous l'avez vu, est le véritable portrait de l'orgueilleux, le publicain est une image sen-sible d'un cœur sincèrement pénétré de son néant, de son peu de mérite et de sa grande confiance en Dieu. Jésus-Christ nous le présente comme un modèle accom-pli, sur lequel nous pouvons nous guider. Le publicain, nous dit saint Luc, oublie tout le bien qu'il aurait pu faire pendant sa vie, pour ne s'occuper que de sa misère spirituelle, de son indignité ; il n'ose paraître devant un Dieu si saint. Bien loin d'imiter le pharisien, qui se met dans un endroit où il peut être aperçu de tout le monde et en recevoir les louanges, ce pauvre publicain, à peine est-il entré dans le temple, qu'il court se cacher dans un coin, se regarde comme seul devant son juge, la face contre terre, le cœur brisé de douleur, ses yeux baignés de larmes ; il n'ose regarder l'autel, tant il est couvert de confusion à la vue de ses péchés, et de la sainteté de Dieu, devant lequel il se trouve indigne de paraître. Il s'écrie dans la plus grande amertume de son cœur : « Mon Dieu, ayez, s'il vous plaît, pitié de moi, car je suis un grand pécheur ! » Cette humilité toucha tellement le cœur de Dieu, que, non seulement il lui pardonna tous ses péchés ; mais, de plus, il le loua publiquement en disant à tout le monde que ce publi-cain, quoique pécheur, lui avait été plus agréable par son humilité, que le pharisien avec tout son vain étalage de prétendues bonnes œuvres : « car, je vous déclare, dit Jésus-Christ, que ce publicain retourna chez lui sans péchés, tandis que le pharisien est plus coupable qu'a-vant d'entrer dans le temple. De là je conclus que celui qui s'élève sera humilié, et que celui qui s'humilie sera élevé. » Nous avons vu, M.F., ce que c'est que l'or-gueil, combien ce vice est affreux, combien il outrage Dieu, et enfin combien le Seigneur se plaît à le punir. Voyons maintenant ce que c'est que l'humilité, qui est la vertu opposée.

III. - Si « l'orgueil est la source de toutes sortes de vices , » nous pouvons dire que l'humilité est la source et le fondement de toutes les vertus ; elle est la porte, par laquelle Dieu nous fait passer toutes ses grâces ; c'est elle qui assaisonne toutes nos actions, qui leur commu-nique tant de valeur, qui les rend si agréables à Dieu ; enfin, c'est elle qui nous rend maîtres du cœur de Dieu, qui en fait notre serviteur, si j'ose le dire ; car jamais Dieu n'a pu résister à un cœur humble . - Mais, me direz-vous, en quoi consiste cette humilité, qui nous mérite tant de grâces ? - Mon ami, le voici. Écoutez-moi : vous avez dû connaître si vous êtes atteint de l'orgueil, vous verrez maintenant si vous avez le bonheur de pos-séder cette belle et rare vertu ; si vous l'avez dans son entier, le ciel vous est assuré. L'humilité, nous dit saint Bernard, consiste à nous faire connaître nous-mêmes, à n'avoir que du mépris de nous. L'humilité est un flam-beau qui nous montre au grand jour nos imperfections ; elle ne consiste donc pas dans les paroles, ni dans les actions ; mais dans la connaissance de soi-même, qui nous fait découvrir une infinité de fautes que notre orgueil nous avait cachées jusqu'à présent. Je dis que cette vertu nous est absolument nécessaire pour aller au ciel ; écoutez ce que nous dit Jésus-Christ dans l'Évangile : « Si vous n'êtes pas semblables à un petit enfant, vous n'en-trerez jamais dans le royaume des cieux. En vérité, je vous déclare que si vous ne vous convertissez, si vous ne quittez pas ces sentiments d'orgueil et d'ambition si naturels à l'homme, vous n'irez jamais au ciel . » « Oui, nous dit le Sage, l'humilité obtient tout . Voulez-vous recevoir le pardon de vos péchés ? Présentez-vous à Dieu dans la personne de ses ministres, couverts de con-fusion, indignes d'obtenir la grâce que vous demandez, vous êtes sûrs de votre grâce. Êtes-vous tentés ? Allez vous humilier de votre misère et reconnaître que vous ne pouvez rien de vous-mêmes, que vous perdre : vous êtes sûrs d'être délivrés. O belle vertu, que tu rends une âme agréable à Dieu ! Jésus-Christ lui-même ne pouvait nous donner une plus belle idée de la grandeur de son mérite, qu'en nous disant qu'il avait bien voulu prendre « la forme d'un esclave , » qui est la plus vile con-dition. Qu'est-ce qui rendit la sainte Vierge si agréable à Dieu ? sinon son humilité et le mépris qu'elle faisait d'elle-même.
Nous lisons dans l'histoire que saint Antoine eut une vision, où Dieu lui fit voir le monde tout couvert d'un filet et les démons qui le tenaient par les quatre bouts. « Ah ! s'écrie le saint, qui pourra ne pas tomber dans ce filet ? » « Antoine, lui dit le Seigneur, l'humilité seule suffit : c'est-à-dire, si vous reconnaissez ne rien mériter de vous-même, n'être capable de rien, vous serez victorieux. » Un ami de saint Augustin lui demandait quelle était la vertu qu'il fallait pratiquer pour être plus agréable à Dieu ? Il lui répondit - « L'humilité seule suffit. J'ai eu beau travailler à chercher la vérité, pour connaître le chemin le plus sûr pour aller à Dieu, jamais je n'en ai pu trouver d'autres. » Écoutez ce que nous dit l'his-toire . Saint Macaire, revenant avec une brassée de bois, trouva le démon armé d'une fourche tout en feu, qui lui dit : « O Macaire, que tu me fais souffrir de ne pouvoir te maltraiter ; pourquoi me fais-tu tant souffrir ? puisque tout ce que tu fais, je le fais mieux que toi : si tu jeûnes, je ne mange jamais ; si tu veilles, je ne dors point ; il n'y a qu'une seule chose que tu as de plus que moi et par laquelle tu m'as vaincu. » Le savez-vous, M.F., la chose qui était dans saint Macaire que le démon n'avait pas ? Ah ! mes amis, c'est l'humilité. O belle vertu, que celui qui te possède est heureux et capable de grandes choses !
En effet, M.F., quand vous auriez toutes les autres vertus, si vous n'avez celle-ci, vous n'avez rien. Donnez votre bien aux pauvres, pleurez vos péchés toute votre vie, faites pénitence autant que votre corps pourra le sou-tenir, vivez dans la retraite toute votre vie ; vous ne lais-serez pas d'être damnés si vous n'avez pas l'humilité . Aussi voyons-nous que tous les saints ont travaillé toute leur vie ou à l'acquérir ou à la conserver. Plus Dieu les comblait de bienfaits, plus ils s'humiliaient. Voyez saint Paul, élevé jusqu'au troisième ciel, il ne se regarde que comme un grand pécheur, un persécuteur de l'Église de Jésus-Christ, un misérable, un avorton, indigne de la place qu'il occupe . Voyez saint Augustin, saint Martin : ils n'osaient pas entrer dans l'église sans trembler, tant leur misère spirituelle les effrayait. Telles doivent être nos dispositions, si nous voulons être agréables à Dieu. Nous voyons, M.F., que plus un arbre est chargé de fruit, plus ses branches baissent ; de même, plus nous faisons de bonnes œuvres, plus nous devons nous humilier en nous reconnaissant indignes que Dieu se serve d'un si vil instrument pour faire le bien. Non, M.F., nous ne pouvons reconnaître un bon chrétien qu'à l'humilité.
Mais, me direz-vous, comment est-ce qu'on peut connaître qu'un chrétien est humble ? - Rien de plus facile, vous allez le voir. Premièrement, je dis qu'une personne vraiment humble ne parle jamais d'elle, ni en bien ni en mal ; elle se contente de s'humilier devant Dieu qui la connaît telle qu'elle est. Elle n'a les yeux que sur sa conduite, et elle gémit de se voir si cou-pable ; elle travaille à se rendre plus digne de Dieu. Vous ne la voyez point porter son jugement sur la con-duite des autres, elle a bonne opinion de tout le monde. Sait-elle mépriser quelqu'un ? ce n'est qu'elle-même. Elle tourne en bien tout ce que ses frères font ; elle est très persuadée qu'il n'y a qu'elle qui soit capable de mal faire. De là vient que si elle parle de son prochain, ce n'est qu'en bien ; s'il n'y a rien de bien à dire, elle garde le silence, si on la méprise, elle pense qu'on ne fait que ce que l'on doit, et qu'après avoir méprisé Dieu elle-même, elle trouve qu'elle en mérite bien davan-tage ; si on lui donne des louanges, vous la voyez rougir, et prendre la fuite, en gémissant de voir com-bien elle va détromper, au jour du jugement, ceux qui la croient une personne de bien, tandis qu'elle est toute couverte de péchés. Elle a autant d'horreur des louan-ges que les orgueilleux en ont des humiliations. Ses amis seront toujours ceux qui lui font connaître ses défauts. Si elle a du bien à faire, elle choisira toujours de le faire à celui qui l'a calomniée ou qui lui a fait quelque tort. Les orgueilleux cherchent la compagnie de ceux qui les flattent, les estiment ; elle, au contraire, fuira ceux-là, pour aller avec ceux qui paraissent avoir mauvaise opinion d'elle. Ses plaisirs sont d'être seule avec Dieu, de lui représenter sa misère, en le priant d'avoir pitié d'elle. Seule ou en compagnie, vous ne verrez nul changement dans ses prières, ni dans sa manière d'agir. Ne faisant toutes ses actions que pour Dieu et qu'en vue de lui plaire, elle ne pense nullement à ce qu'en pensent ou disent les autres. Elle travaille à plaire à Dieu, et, pour le monde, elle peut dire qu'elle le met sous ses pieds. Ainsi pensent et agissent ceux qui ont l'humilité pour partage...
Jésus-Christ ne semble point mettre de distinction entre le sacrement de Baptême, celui de Pénitence et l'humilité. Il nous dit que, sans le Baptême, nous n'en-trerons jamais dans le royaume des cieux ; sans celui de la Pénitence, après avoir péché, il n'y a point de pardon et, de suite, il nous dit que, sans l'humilité, nous n'entrerons jamais dans le ciel . Oui, M.F., si nous avons l'humilité, quand nous serions tout cou-verts de péchés, nous sommes sûrs d'être pardonnés ; et, sans l'humilité, aurions-nous fait toutes les bonnes œuvres possibles, nous ne serons jamais sauvés. Voici un exemple qui va vous le montrer, comme l'on ne peut pas mieux.
Nous lisons dans le livre des Rois , que le roi Achab était le plus abominable des rois qui eussent régné jusqu'à ce jour ; je ne crois pas qu'on en puisse dire davantage que ce que le Saint-Esprit nous en dit : Écoutez : « C'était un roi adonné à toutes sortes d'impu-retés, il portait la main impunément et sans discrétion sur tous les biens de ses sujets ; il fit révolter les Israé-lites contre Dieu, il paraissait comme un homme vendu et engagé à faire toute sorte de maux : en un mot, il surpassa par ses crimes tous ceux qui l'avaient précédé. C'est pourquoi, Dieu ne pouvant plus souffrir ses crimes et bien résolu de le punir, appelle son prophète Élie, lui commande d'aller trouver ce roi et de lui dire ses desseins : « Dis-lui que les chiens boiront son sang et qu'ils mangeront sa chair ; je ferai tomber sur sa tête tous les courroux de mes vengeances ; je n'épargnerai rien, je ferai sentir, jusque par ces chiens, l'excès de ma fureur. » Remarquez ici, M.F., quatre choses : 1° Vit-on jamais un plus méchant homme que lui ? 2° Vit--on jamais une plus claire détermination de faire mourir un homme qui mérite si bien d'être puni ? 3° Jamais ne donna-t-on un ordre plus précis ? « C'est dans ce lieu, dit le Seigneur, que cela se fera. » 4° A-t-on jamais vu, dans l'histoire, un homme condamné à un supplice plus infâme que celui dont Achab est condamné, que de faire manger son corps et de faire boire son sang aux chiens ? Ah ! M.F., qui pourra le retirer d'entre les mains d'un ennemi si puissant qui a déjà commencé ?
Achab, ayant entendu parler le prophète, se mit à déchirer ses vêtements. Écoutez ce que le Seigneur lui dit : « Va, ce n'est plus temps, tu as attendu trop tard, je me moque de toi. » Il se couvre d'un cilice : « Tu crois, lui dit le Seigneur, que cela me donnera des sen-timents de pitié, et me fera révoquer mon arrêt ; tu jeûnes maintenant : il fallait jeûner du sang de tant de personnes que tu as fait mourir. » Alors s'étant jeté par terre, il se couvrit de cendre, et quand il fallait paraître, il marchait la tête nue, les yeux attachés à la terre. « Prophète, dit le Seigneur, as-tu vu comment Achab s'est humilié et s'est prosterné la face contre terre ? Eh bien ! va lui dire que, puisqu'il s'est humilié, pour moi, je ne le punirai pas, et que je ne ferai pas tomber sur sa tête la foudre et la vengeance que je lui avais préparées. Va lui dire que son humilité m'a touché, m'a fait révoquer mes ordres et a désarmé ma colère . »
Eh bien ! M.F., n'avais-je pas raison de vous dire que l'humilité est la plus belle et la plus précieuse de toutes les vertus, qu'elle est toute-puissante auprès de Dieu, et que Dieu ne sait rien lui refuser ? En la possédant, nous avons toutes les autres ; sans elle, toutes les autres ne sont rien. Concluons, M.F., en disant que nous con-naîtrons si un chrétien est un bon chrétien par le mé-pris qu'il a de lui-même et de tout ce qu'il fait, et parce qu'il interprète en bonne part tout ce que son prochain fait ou dit. De là, M.F., nous pouvons assurer que notre cœur goûtera le bonheur sur la terre et que le ciel sera pour nous .....

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:23
9ème dimanche après la Pentecôte
Sur les larmes de Jésus-Christ

Videns Jesus civitatem, fevit super illam.
Jésus, voyant la ville, pleura sur elle.
(Saint Luc, XIX, 41.)

Jésus-Christ, en entrant dans la ville de Jérusalem, pleura sur elle, en disant : « Si, du moins, tu connaissais les grâces que je viens t'apporter et que tu voulusses bien en profiter, tu pourrais encore recevoir ton pardon ; mais, non, ton aveuglement est monté à un tel excès, que toutes ces grâces ne vont servir qu'à ton endurcis-sement et à ton malheur ; tu as tué les prophètes et fait mourir les enfants de Dieu ; maintenant, tu vas mettre le comble à tous ces crimes en faisant mourir le Fils de Dieu même. » Voilà, M.F., ce qui faisait couler les larmes de Jésus-Christ avec tant d'abondance en appro-chant de cette ville. Hélas ! il découvrait dans tous ces malheurs, la perte de tant d'âmes bien plus coupables que les Juifs, puisqu'elles allaient être plus favorisées de grâces qu'eux tous ne l'avaient été. Hélas, M.F., ce qui le toucha si vivement, c'est que, malgré les mérites de sa mort et passion, qui aurait de quoi racheter mille mondes plus grands que celui que nous habitons, le plus grand nombre serait perdu. Oui, M.F., il voyait d'avance ceux qui d'entre nous mépriseraient ces grâces et ne s'en serviraient que pour leur malheur. Hélas ! M.F., qui de nous ne tremblera pas en pensant vérita-blement à conserver son âme pour le ciel ? Hélas ! ne sommes-nous pas de ce nombre ? N'est-ce pas pour nous que Jésus-Christ a dit en pleurant : « Ah ! si, au moins, ma mort et mon sang ne servent pas à votre salut, ils allumeront la colère de mon Père sur vous, pendant l'éternité. » Un Dieu vendu !... une âme réprouvée !... un ciel rejeté !... Est-il bien possible que nous soyons insensibles à tant de malheurs ?... Est-il bien possible, M.F., que, malgré tout ce que Jésus-Christ a fait pour sauver nos âmes, nous soyons si insensibles à leur perte ?... Mais, pour nous tirer, M.F., de cette insensi-bilité, je vais vous montrer 1° ce que c'est qu'une âme ; 2° ce qu'elle a coûté à Jésus-Christ ; et 3° ce que le démon fait pour la perdre.

I. - Ah ! M.F., si nous avions le bonheur de connaître la valeur de notre âme, avec quel soin ne la conserve-rions-nous pas ? Hélas ! nous ne le comprendrons jamais assez ! Vouloir, M.F., vous montrer la grandeur de la valeur d'une âme : ceci est impossible à un mortel ; il n'y a que Dieu seul qui connaisse toutes les beautés, les perfections dont il orne une âme. Je vous dirai seu-lement que tout ce que Dieu a créé : le ciel, la terre et tout ce qu'ils renferment, toutes ces merveilles sont créées en sa faveur. Notre catéchisme nous donne la plus belle preuve possible de la grandeur de notre âme. Quand l'on demande à un enfant : Qu'entendez-vous, quand vous dites que l'âme de l'homme est un esprit créé à l'image de Dieu ? C'est, vous dit l'enfant, que cette âme a, comme Dieu, le pouvoir de connaître, d'aimer et de se déterminer librement dans toutes ses actions. Voilà, M.F., le plus bel éloge que nous puissions faire des qualités dont Dieu a embelli notre âme, créée par les trois Personnes de la Sainte-Trinité et à leur ressem-blance. Un esprit, comme Dieu, éternel pour l'avenir, capable de connaître les beautés et toutes les perfections de Dieu autant qu'il est possible à une créature ; une âme, qui est l'objet des complaisances des trois Per-sonnes divines ; une âme, qui peut glorifier Dieu dans toutes ses actions ; une âme, dont toute l'occupation sera de chanter les louanges de Dieu pendant des jours sans fin ; une âme, qui sera lumineuse du bonheur de Dieu même ; une âme qui a une telle liberté dans toutes ses actions, qu'elle peut donner son amitié, son amour à qui bon lui semble : elle peut ne pas aimer Dieu ou l'aimer ; mais, si elle est si heureuse de tourner son amour du côté de Dieu, ce n'est plus elle qui obéit à Dieu ; mais Dieu lui-même qui fait les volontés de cette âme et qui semble se faire un plaisir de le faire. Nous pourrions même dire que, depuis le commen-cement du monde, vous ne trouveriez pas une âme qui, s'étant donnée à Dieu sans partage, le bon Dieu lui ait refusé quelque chose qu'elle ait désiré. Nous voyons que Dieu nous a créés avec de tels désirs, que rien de créé n'est capable de nous contenter. Présentez à une âme toutes les richesses et tous les trésors du monde, rien de cela ne pourra la contenter ; Dieu l'ayant créée pour lui, il n'y a aussi que lui seul qui soit capable de remplir tous ses vastes désirs. Oui, M.F., notre âme peut aimer Dieu, ce qui est le plus grand de tous les bonheurs ! En l'ai-mant, nous avons tous les biens et les plaisirs que nous pouvons désirer sur la terre et dans le ciel . Nous pou-vons encore le servir : c'est-à-dire, le glorifier en chaque action de notre vie. Il n'y a pas jusqu'à la moindre chose que nous fassions, que Dieu n'en soit glorifié, si nous le faisons en vue de lui plaire. Notre occupation, pendant que nous sommes sur la terre, n'a rien de différent de celle des anges qui sont dans le ciel : la seule chose qui diffère, c'est que nous ne voyons tous ces biens que des yeux de la foi.
Notre âme est si noble, ornée de tant de belles qua-lités, que le bon Dieu n'a voulu la confier qu'à un prince de sa cour céleste. Notre âme est si précieuse aux yeux de Dieu même, que, dans toute sa sagesse, il n'a point trouvé de nourriture qui fût digne d'elle que son Corps adorable, dont il veut qu'elle fasse son pain de chaque jour ; et pour sa boisson, il n'y avait que son Sang précieux qui fût digne de lui en servir. « Oui, M.F., si nous avons une âme que Dieu estime tant, nous dit saint Ambroise, que, quand elle aurait été seule dans le monde, il n'aurait pas cru en trop faire que de mourir pour elle ; et que, quand le bon Dieu, en la créant, n'aurait point créé de ciel, quoique seule dans le monde, le bon Dieu en aurait créé un pour elle seule, » comme il le dit un jour à sainte Thérèse : « Vous m'êtes si agréable, lui dit Jésus-Christ, que, quand il n'y aurait point de ciel, j'en créerais un pour vous seule. » - « O mon corps, s'écrie saint Bernard, que vous êtes heureux de loger une âme ornée de tant de belles qualités ! Un Dieu, tout infini qu'il est, en fait l'objet de ses complai-sances ! » Oui, M.F., notre âme est destinée à aller passer son éternité dans le sein de Dieu même. Disons tout en un mot, M.F. : notre âme est quelque chose de si grand, de si précieux, qu'il n'y a que Dieu seul qui la surpasse. Un jour, le bon Dieu fit voir une âme à sainte Catherine. Elle la trouva si belle, qu'elle s'écria : « O mon Dieu, si la foi ne m'apprenait pas qu'il n'y a qu'un Dieu, je croirais que c'est une divinité ; non, mon Dieu, je ne m'étonne plus que vous soyez mort pour une si belle âme ! »
Oui, M.F., notre âme, pour l'avenir, sera éternelle, ainsi que Dieu lui-même. Non, non, M.F., n'allons pas plus loin ; l'on se perd dans cet abîme de grandeur. D'après cela seul, M.F., je vous laisse à penser si nous devons nous étonner que Dieu, qui en connaît si bien le mérite, pleure si amèrement la perte d'une âme. Je vous laisse à penser quel est le soin que nous en devons prendre pour lui conserver toutes ses beautés. Hélas ! M.F., le bon Dieu est si sensible à la perte d'une âme, qu'il l'a pleurée avant que d'avoir des yeux pour pleurer ; il a emprunté les yeux de ses prophètes pour pleurer la perte de nos âmes. C'est ce que nous voyons, d'une manière bien sensible, dans la personne du prophète Amos. M'étant, nous dit ce prophète, retiré dans l'obs-curité, considérant l'effroyable multitude de crimes que le peuple de Dieu commettait chaque jour, voyant que la colère de Dieu était prête à lui tomber dessus, et que l'enfer ouvrait ses gouffres pour les engloutir, les ayant tous fait assembler, et étant moi-même tout tremblant, je leur dis en pleurant amèrement : O mes enfants, savez-vous bien quelle est mon occupation, nuit et jour ? Hélas ! je me représente vivement tous vos péchés, dans toute l'amertume de mon cœur. Si à force... accablé de fatigue, je m'assoupis, aussitôt je m'éveille en sursaut en m'écriant, les yeux baignés de larmes et le cœur brisé de douleur : Mon Dieu, mon Dieu, n'y aurait-il point d'âmes en Israël qui ne vous offensent ? Alors que je me remplis l'imagination de cette triste et déplorable idée, j'en parle au Seigneur, j'en gémis amèrement en sa sainte présence en lui disant : Mon Dieu, quel moyen vais-je employer pour obtenir leur grâce ? Voici ce que le Seigneur m'a répondu : Prophète, si vous voulez obtenir le pardon de ce peuple ingrat, allez, courez dans les rues et les places publiques ; faites-les retentir des gémissements les plus amers ; entrez dans la boutique des marchands et des artisans ; allez jusque dans les lieux où l'on rend la justice ; montez dans la chambre des grands et le cabinet des juges ; dites à tous ceux que vous trouverez au dedans et au dehors de la ville : « Malheur à vous ! ah ! malheur à vous, qui avez péché contre le Seigneur ! » Ce n'est pas même assez, vous appellerez à votre secours tous ceux qui sont capables de pleurer, afin qu'ils joignent leurs larmes aux vôtres et que vos gémissements et vos cris soient si effrayants qu'ils jettent la consternation dans tous les cœurs qui vous entendront ; afin qu'ils quittent leurs péchés, et les pleurent jusqu'au tombeau ; afin qu'ils comprennent par là combien la perte de leurs âmes m'est sensible. »
Le prophète Jérémie, M.F., va encore plus loin. Pour nous montrer combien la perte d'une âme est sensible au bon Dieu, écoutez-le lui-même, dans un moment où il se trouva saisi de l'esprit du Seigneur : « Ah ! mon Dieu, ah ! mon Dieu, que vais-je devenir, vous m'avez donné le soin d'un peuple rebelle, d'une nation ingrate, qui ne veut pas vous écouter, ni se soumettre à votre conduite ; hélas ! que ferai-je ? quel parti prendrai-je ? Voici ce que le Seigneur m'a répondu : « Pour leur mon-trer combien je suis sensiblement touché de la perte de leur âme, prends tes cheveux, arrache-les de ta tête, jette-les loin de toi parce que le péché de ce peuple m'a forcé à l'abandonner, et que ma fureur a pris naissance dans l'intérieur de leurs âmes. » Quand la colère du Sei-gneur est allumée par le péché, dans le cœur, c'est la plus terrible maladie. « Mais, Seigneur, lui dit le pro-phète, que vais-je faire pour vous engager à détourner vos regards de colère de dessus votre peuple. « Prends un sac pour vêtement, m'a dit le Seigneur, mets des cen-dres sur ta tête et pleure sans cesse, et avec tant d'abondance que tes larmes couvrent ton visage, et pleure si amèrement, que vos péchés soient noyés dans vos lar-mes . » Comprenez-vous, M.F., combien la perte de nos âmes est sensible au bon Dieu ? Vous voyez combien nous sommes malheureux en perdant une âme que Dieu aime tant, que, n'ayant pas encore des yeux pour pleu-rer, il emprunte ceux de ses prophètes pour verser des larmes amères sur leur perte. Le Seigneur nous dit par son prophète Joël : « Pleurez la perte des âmes comme un jeune époux qui vient de perdre son épouse qui devait faire toute sa consolation, et qui est réduit à toutes sortes de malheurs ! »
Saint Bernard nous dit que trois choses sont capables de nous faire pleurer ; mais il n'y en a qu'une seule qui soit capable de rendre nos larmes méritoires, qui est lorsque nous pleurons nos péchés ou ceux de nos frères ; partout ailleurs ce ne sont que des larmes pro-fanes ou criminelles, ou enfin, infructueuses. Pleurer la perte d'un procès injuste, la mort d'un enfant : larmes inutiles. Pleurer la privation d'un plaisir charnel : lar-mes criminelles. Pleurer une longue maladie : larmes infructueuses et inutiles. Mais, pleurer la mort spiri-tuelle de son âme, l'éloignement de Dieu, la perte du ciel : « O larmes précieuses, nous dit ce grand saint, mais que vous êtes rares ! » Et pourquoi, M.F., sinon parce que vous ne sentez pas la grandeur de votre malheur, pour le temps et pour l'éternité ?
Hélas ! M.F., c'est la crainte de cette perte qui a dépeuplé le monde, pour remplir les déserts et les monastères de tant de chrétiens ; c'est qu'ils compre-naient bien mieux que nous que, si nous perdons notre âme, tout est perdu, et qu'il fallait donc qu'elle fût d'un grand prix, puisque Dieu lui-même en faisait tant de cas. Oui, M.F., les saints ont tant souffert pour con-server leur âme pour le ciel ! L'histoire nous en fournit des exemples sans nombre ; en voici un, M.F. ; si nous n'avons pas le courage de l'imiter, au moins nous pour-rons l'admirer pour en bénir le bon Dieu.
Nous voyons dans la vie de saint Jean Calybite , qui était né à Constantinople, qu'il commença dès son enfance à comprendre le néant des choses humaines et à sentir un grand goût pour la solitude. Un religieux d'un monastère voisin passant à Constantinople pour aller en pèlerinage à Jérusalem, logea chez ses parents, qui recevaient avec un grand plaisir les pèlerins. L'enfant leur demanda quelle était la vie que l'on menait dans leur monastère. Quand on lui raconta, la vie sainte et pénitente des religieux, le plaisir qu'on y goûtait, séparé du monde pour n'avoir plus de commerce qu'avec Dieu seul, il en fut si touché et conçut un si grand désir de quitter le monde, pour aller partager ce bonheur, qu'il ne pouvait plus se trouver dans le monde. Il dit à ses parents qu'il ne fallait penser à aucun établis-sement dans le monde pour lui, que le bon Dieu l'appe-lait à aller finir ses jours dans la retraite. Ses parents voulurent essayer s'ils pourraient le faire changer de résolution ; mais tout fut inutile ; il leur demanda pour tout héritage, le livre des saints Évangiles dont il fit tout son trésor. Mais, pour se délivrer des pressantes sollicitations de ses parents, et pour se donner tout à Dieu, il abandonna leur maison, et alla se présenter à la porte d'un monastère pour y être reçu. Ses parents l'envoyèrent chercher de tous côtés. Ne pouvant le trouver, ils s'abandonnèrent aux larmes les plus amè-res. Ce jeune saint passa six ans dans cette retraite à pra-tiquer toutes les vertus et les pénitences que son amour pour le bon Dieu put lui inspirer. Au bout de ce temps, il lui vint la pensée d'aller trouver ses parents, espérant que le bon Dieu lui accorderait la même grâce qu'à saint Alexis, qui passa vingt ans chez lui sans qu'on le connût. A peine fut-il sorti du monastère, que, trouvant un pauvre, il changea d'habit avec lui pour se rendre encore plus méconnaissable ; d'ailleurs, ses austérités qui avaient été si grandes et une grave maladie, l'avaient extrêmement défiguré. D'aussi loin qu'il vit la maison de ses parents, il se mit à genoux pour demander à Dieu de le conduire dans son entreprise. La porte étant déjà fermée à cause de la nuit, il passa la nuit à la porte. Le lendemain, les domestiques l'ayant trouvé, en eurent compassion et lui permirent d'entrer dans une petite loge pour s'y retirer. Il n'y a que Dieu seul qui ait connu combien il eut à souffrir, voyant ses parents, qui, à chaque mo-ment, passaient devant lui en pleurant amèrement la perte de leur enfant qui faisait toute leur consolation. Son père, qui était très charitable, lui envoyait de temps en temps de quoi le nourrir ; mais sa mère ne pouvait approcher de lui sans sentir son cœur se soulever, tant elle trouvait ce pauvre dégoûtant. Si sa charité ne l'avait pas portée à vaincre cette répugnance, elle l'aurait chassé de chez elle. Toujours plongée dans la tristesse, toujours versant des larmes, et cela devant celui qui ne pouvait pas être insensible à ce qui faisait le plus grand de tous les tourments de sa mère...
Ce bon saint passa trois ans dans cette triste position, n'étant occupé qu'à la prière et au jeûne qu'il portait jusqu'à l'excès ; ses larmes coulaient sans cesse. Lorsque le bon Dieu lui eut fait connaître sa fin, il pria l'inten-dant de la maison d'inspirer à sa maîtresse la charité de venir le voir, parce qu'il désirait ardemment de lui parler. Quand on lui fit cette commission, elle en parut tout ennuyée, quoique accoutumée à visiter souvent les malades ; mais elle avait une si grande répugnance à visiter celui-ci, qu'elle dut se faire une grande violence pour aller jusqu'à l'entrée de la loge où était ce pauvre. Le mourant la remercia bien de tous les soins qu'elle avait voulu prendre d'un misérable inconnu comme lui, et lui assura qu'il prierait instamment le Seigneur pour elle, afin qu'il la récompensât de tout ce qu'elle avait fait pour lui. Il lui demanda encore la grâce de prendre soin de sa sépulture. Après qu'elle le lui eût promis, il lui fit présent du livre des saints Évangiles fort bien relié. Elle fut bien surprise de voir qu'un pauvre avait un livre si bien relié ; alors elle se ressouvint de celui qu'elle avait autrefois donné à son fils qu'elle avait perdu. Sa douleur se renouvelant, elle se mit à verser des larmes par tor-rents. Le père vint à ce bruit, et ayant examiné ce livre, reconnut que c'était celui de son fils. I1 lui demanda ce qu'était devenu leur fils. Ce saint, qui n'avait plus qu'un souffle de vie, leur dit en soupirant et ver-sant des larmes : « Ce livre est celui que vous m'avez donné il y a dix ans ; je suis ce fils que vous avez tant cherché et pour qui vous avez versé tant de larmes. » A ces paroles, ils restèrent comme morts de voir leur cher fils qu'ils avaient tant cherché et si loin, l'ayant chez eux ; ils semblaient ne plus pouvoir vivre. Mais dans le moment qu'ils le serraient entre leurs bras, il leva ses mains et ses yeux vers le ciel et rendit à Dieu sa belle âme, qui, pour se conserver dans l'inno-cence, avait fait tant de sacrifices, de pénitences et répandu tant de larmes... Voilà, M.F., ce que nous pouvons dire : ce chrétien avait le bonheur de connaître la grandeur de son âme et les soins qu'il devait en prendre. Voilà, M.F., un chrétien qui a glorifié Dieu dans toutes les actions de sa vie ; voilà une âme, qui maintenant rayonne de gloire dans le ciel, qui bénit le bon Dieu de lui avoir fait la grâce de vaincre le monde, la chair et le sang. Oh ! que ces morts sont heureuses, M.F., même aux yeux du monde !

II. - En deuxième lieu, nous avons dit que, pour connaître le prix de notre âme, nous n'avons qu'à con-sidérer ce que Jésus-Christ a fait pour elle. Qui de nous, M.F., pourra jamais comprendre combien le bon Dieu estime notre âme, puisqu'il a fait tout ce qu'il était possible à un Dieu de faire, pour rendre heureuse une créature . Pour se sentir plus porté à l'aimer, il a voulu la créer à son image et ressemblance ; afin qu'en la contemplant, il se contemplât lui-même. Aussi, voyons-nous qu'il donne à notre âme les noms les plus tendres et les plus capables de montrer un amour jusqu'à l'excès. Il l'appelle son enfant, sa sœur, sa bien-aimée, son épouse, son unique, sa colombe . Mais ce n'est pas assez : l'amour se montre encore bien mieux par les actions que par les paroles. Voyez son empressement à venir du ciel, pour prendre un corps semblable au nôtre ; et épousant notre nature, il a épousé toutes nos infirmités, sinon le péché ; ou plutôt il a voulu se charger de la justice que son Père demandait de nous. Voyez son anéantissement dans le mystère de l'Incarnation ; voyez cette pauvreté : pour nous il naît dans une crèche ; voyez les larmes qu'il répandait sur cette paille, où il pleure d'avance nos péchés ; voyez ce sang qui coule sous le couteau de la circoncision ; voyez-le fuir en Égypte comme un criminel ; voyez cette humilité et cette sou-mission à ses parents ; voyez-le dans le jardin des Oli-viers, qui gémit, qui prie et répand des larmes de sang ; voyez-le pris, lié, garrotté, jeté par terre et battu à coups de pieds et de bâtons par ses propres enfants ; consi-dérez-le attaché à cette colonne, tout en sang ; son pauvre corps a reçu tant de coups, le sang coule telle-ment, que les bourreaux en sont eux-mêmes tout cou-verts ; voyez cette couronne d'épines qui perce cette tête sainte et sacrée ; voyez-le portant sa croix au Cal-vaire : autant de pas, autant de chutes ; voyez-le cloué sur la croix et s'y étendant lui-même, sans laisser sortir de sa bouche une seule parole de murmure. Voyez ces larmes d'amour qu'il répandait en mourant, qui se mêlent à son sang adorable ! Est-ce bien là, M.F., un amour digne d'un Dieu qui est l'amour ! Est-ce là, M.F., nous montrer l'estime qu'il fait d'une âme ! En est-ce assez pour nous faire comprendre ce qu'elle vaut et les soins que nous en devons prendre ?
Ah ! M.F., si nous avions le bonheur, une fois dans notre vie, de bien comprendre la beauté et la valeur de notre âme, ne serions-nous pas prêts, comme Jésus-Christ, à faire tous les sacrifices pour la conserver ? Oh ! qu'une âme est belle, qu'elle est précieuse aux yeux de Dieu même ! Comment se peut-il faire que nous en fassions si peu de cas, et que nous la traitions plus durement que le plus vil des animaux ? Quelle doit être la pensée de cette âme qui connaît sa beauté et toutes ses belles qualités, de se voir traînée dans les ordures du péché ? Ah ! sentons, M.F., lorsque nous la roulons dans les eaux de ces sales voluptés, quelle horreur ne doit pas avoir d'elle-même une âme qui n'a que Dieu seul qui la surpasse !... Mon Dieu, est-il bien possible que nous fassions si peu de cas d'une telle beauté ?
Voyez, M.F., ce que devient une âme qui a le malheur de tomber dans le péché. Dans la grâce de Dieu, on la prendrait pour une divinité ; mais, dans le péché !... Le Seigneur fit un jour voir à un prophète une âme en état de péché, il nous dit qu'elle était semblable à une cha-rogne, traînée pendant huit jours dans une rue à la rigueur du soleil. Ah ! c'est bien là, M.F., que nous pouvons dire avec le prophète Jérémie : « Elle est tombée, la grande Babylone, elle est devenue le repaire des démons . » Oh ! qu'une âme est belle, quand elle a le bonheur de posséder la grâce de son Dieu ! Non, non, il n'y a que Dieu qui peut en connaître tout le prix et toute la valeur !
Aussi, voyez comment Dieu a établi une religion pour la rendre heureuse ici-bas, en attendant de la faire jouir d'un plus grand bonheur dans l'autre vie. Pourquoi, M.F., a-t-il institué tous ces sacrements ? N'est-ce pas pour la guérir, quand elle a eu le malheur de recevoir des plaies par le péché, et pour la fortifier dans ses combats ? Voyez à combien d'outrages Jésus-Christ s'est exposé pour elle ! Combien ses commandements sont violés ! Combien de fois ses sacrements sont profanés, combien de sacrilèges dans la réception des sacre-ments ! Mais non, M.F., quoique Jésus-Christ sache bien toutes les insultes qu'il y recevrait, l'amour qu'il a pour nos âmes n'a pas pu l'arrêter... disons mieux M.F., Jésus-Christ a tant aimé ou plutôt aime tant notre âme que, s'il fallait mourir une seconde fois, il le ferait. Voyez son empressement à venir à notre secours dans nos peines et dans nos chagrins ; voyez les soins qu'il prend de tous ceux qui veulent l'aimer ; voyez-vous toutes ces foules de saints qu'il nourrit d'une manière miraculeuse. Ah ! M.F., si une fois nous avions le bonheur de bien comprendre ce que c'est qu'une âme et combien Dieu..., combien il l'aime, et combien il doit la récompenser pendant toute l'éternité, nous ferions bien comme les saints : ni les biens, ni les plaisirs, ni la mort ne seraient capables de nous la faire vendre au démon. Voyez toutes ces foules de martyrs, les tourments qu'ils ont endurés pour ne pas la perdre, voyez-les monter sur les échafauds, et se livrer entre les mains des bourreaux avec une joie incroyable.
Nous en avons un bel exemple dans la personne de sainte Christine, vierge et martyre . Cette illustre martyre était de la Toscane. Son père, qui en était gou-verneur, devint lui-même son propre bourreau. Le sujet de sa colère fut que sa fille avait enlevé toutes les idoles qu'il adorait dans sa maison ; elle les mit toutes en pièces pour en faire des aumônes aux pauvres chré-tiens. Cette action porta son père à un tel accès de fureur, qu'il la mit sur-le-champ entre les mains des bourreaux, qui, par son ordre, la fouettèrent cruelle-ment et la tourmentèrent avec une cruauté inouïe. Sors pauvre petit corps était déjà tout en sang. Le père ordonna de prendre des crochets de fer pour lui déchi-rer le corps. Ils allèrent si loin qu'on lui voyait une grande partie des os dans presque tous les membres de son corps ; mais, bien loin qu'une douleur si cui-sante abattît son courage et troublât la paix de son âme, elle ramassa, sans étonnement, sa propre chair et la présenta à son père en lui disant s'il voulait en man-ger. Une action si surprenante, au lieu de toucher le cœur de ce père barbare, ne servit qu'à l'irriter encore davantage : il la fit jeter dans une affreuse prison, chargée de chaînes et de fers ; il la chargeait de malédic-tions, lui disant que bien d'autres tourments lui étaient préparés ; mais la sainte fille, qui n'avait encore que dix ans, n'en fut point troublée. En effet, quelques jours après, son père la fit sortir de prison et la fit attacher à une roue un peu élevée de terre, qu'il fit arroser d'huile de tous côtés, et sous laquelle il fit allumer un grand feu, afin que la roue venant à tourner, le corps de cette petite innocente souffrît à la fois double sup-plice. Mais un grand miracle en arrêta les effets : le feu respecta la pureté de la vierge et ne donna aucune atteinte à son corps ; au contraire, le feu se tourna contre les idolâtres, et en brûla un nombre presque infini. Le père, voyant tous ces prodiges, manqua mou-rir de dépit. Ne pouvant supporter cet affront, sans en tirer toute la vengeance que sa haine lui inspirait, il ramena sa fille en prison ; mais elle n'y demeura pas sans secours : un ange descendit dans son cachot pour la consoler, et en même temps, la guérit de toutes ses plaies. Il lui donna de nouvelles forces. Le père déna-turé ayant appris ce miracle, résolut d'ordonner un der-nier effort. II commanda au bourreau d'attacher à sa fille une pierre au cou, et de la précipiter dans le lac. Mais le bon Dieu, qui avait su la préserver des flammes, sut bien aussi la retirer des eaux : le même ange, qui l'avait accompagnée dans la prison, l'accompagna sur l'eau. Il la fit tranquillement revenir sur le bord du rivage, où on la trouva aussi saine qu'auparavant. Ce père, voyant que tout ce qu'il faisait pour la faire souf-frir ne lui servait de rien, en eut un si grand désespoir, qu'il en mourut de rage. Dion, qui fut son successeur dans le gouvernement de la ville, le fut aussi de sa cruauté : il crut qu'il était de son devoir de venger la mort du père, dont il croyait que la fille était cause. Il inventa mille sortes de tourments contre cette inno-cente vierge ; mais le plus rigoureux fut lorsqu'il la fit coucher dans un berceau rempli d'huile bouillante mêlée de poix. Mais la sainte fille, que le bon Dieu pre-nait plaisir de protéger à la face et à la confusion de ses tyrans, fit que, par un seul signe de croix, toute cette matière perdît sa force. Par une sainte insulte, elle leur dit qu'ils l'avaient mise dans ce berceau comme un enfant que l'on vient de baptiser. Ces détestables minis-tres de Satan furent indignés de voir qu'une enfant de dix ans triomphait de tous leurs efforts ; aussi ces infâ-mes barbares, oubliant tout le respect qu'ils devaient à la pudeur et à la modestie de cette vierge, lui coupèrent les cheveux et la dépouillèrent de ses habits, et, dans cet état déplorable, la traînèrent dans un temple d'ido-les pour la forcer à présenter de l'encens au démon ; mais entrant dans le temple, l'idole tomba en pièces et le tyran tomba raide mort. Les foules d'idolâtres, qui en furent témoins, se convertirent presque toutes : le nombre fut de trois mille. Cette sainte fille passa entre les mains d'un troisième bourreau, nommé Justin. Ce tyran, croyant qu'il y allait de son honneur de venger la honte et même la mort de celui qui l'avait précédé dans sa charge, éprouva encore sur elle tout ce que la fureur put lui inspirer ; il commença à la faire jeter dans une fournaise ardente, pour y être consumée ; mais le bon Dieu, par un nouveau miracle, permit que les flammes ne lui fissent aucun mal, et la vierge y demeura cinq jours sans en rien souffrir. Alors, les hommes se trouvant courts en leur malice, ils eurent recours au démon, et pour cela, ils s'adressèrent à un magicien qui jeta quantité de serpents horribles dans sa prison, dans la pensée qu'elle serait étouffée par le venin ; mais cette exécution diabolique ne servit qu'à relever davantage la gloire de la vierge, à la faire triom-pher des animaux, après avoir été triomphante de la rage des hommes. On lui fit couper la langue, mais elle se faisait encore mieux entendre et chantait encore avec plus de force les louanges du Dieu qu'elle adorait. Enfin, ne sachant plus que faire, le bourreau la fit atta-cher au poteau où son corps fut percé de flèches, jus-qu'à ce que son âme sortit de son corps pour aller jouir de la présence de Dieu qu'elle avait si bien méritée. Dites-moi, M.F., cette jeune fille comprenait-elle la grandeur et le prix de son âme ? Était-elle pénétrée de ce qu'elle devait faire pour la conserver aux dépens de ses biens, de ses plaisirs et de sa vie même ? Ah ! M.F., si nous avions une fois compris ce que notre âme vaut, l'estime que Dieu lui-même en fait, pourrions-nous la laisser périr comme nous le faisons ? Non, non, M.F., ne soyons plus étonnés de ce que Jésus-Christ a tant versé de larmes sur la perte de notre âme.
Mais, pensez-vous, sur quoi est-ce donc que Jésus-Christ a tant pleuré ? - Hélas ! il a pleuré sur notre orgueil, en voyant que nous ne cherchons que les honneurs et l'estime du monde au lieu de ne penser qu'à nous anéantir, à la vue des humiliations qu'un Dieu a pratiquées pour nous élever ; il a pleuré sur nos haines et nos vengeances, tandis qu'il meure lui-même pour ses ennemis ; il a pleuré sur nos vices infâmes d'impureté, en voyant combien ce péché déshonore notre âme et nous plonge dans une boue sale et infecte. Hélas ! M.F., il a pleuré sur tous nos péchés. Il voulait tous nous sauver et nous rendre heureux ; il ne voulait pas que de si belles âmes, qui sont ses créatures, soient perdues, déshonorées et réduites à l'esclavage du démon, tandis qu'elles sont douées de tant de belles qualités, et destinées à un si grand bonheur.

III. - Saint Augustin nous dit : « Voulez-vous savoir ce que vaut votre âme ? Allez, allez le demander au démon, il vous le dira bien. Le démon estime tant une âme, que quand nous vivrions quatre mille ans, si après ces quatre mille ans de tentations il nous gagnait, il compterait tout cela pour rien. » Ce saint homme qui avait éprouvé les tentations du démon d'une manière toute particulière, nous dit que notre vie n'est qu'une tentation continuelle. Le démon lui-même dit un jour par la bouche d'un possédé, que tant qu'il y aurait un homme sur la terre, il le tenterait. Parce que, dit-il, je ne puis souffrir que des chrétiens, après tant de péchés, puissent encore espérer le ciel que j'ai perdu d'une seule fois, sans avoir pu le regagner.
Mais, hélas ! si nous ne sentons pas nous-mêmes que dans presque toutes nos actions nous sommes tentés, tantôt par l'orgueil, la vanité, la bonne opinion que nous pensons que l'on aura de nous, tantôt par la jalousie, la haine, la vengeance. D'autres fois, le démon ne vient-il pas nous représenter les images les plus sales et les plus impures. Voyez dans nos prières, il emporte notre esprit de part et d'autre ; ne nous semble-t-il pas même que nous sommes dans un état..., lorsque nous sommes en la sainte présence de Dieu ? Et, bien plus, vous ne trouverez pas un saint qui n'ait pas été tenté depuis Adam, les uns d'une manière, les autres d'une autre, et les plus grands saints ce sont ceux qui l'ont été le plus. Si Notre-Seigneur a été tenté, c'est pour nous montrer que nous devions l'être aussi il faut donc absolument nous y attendre. Si vous me demandez ce qui est la cause de nos tentations, je vous dirai que c'est la beauté et la valeur de notre âme que le démon estime et aime tant, qu'il consentirait à souffrir deux enfers s'il le fallait, et si par là il pouvait entraîner notre âme en enfer.
Nous ne devons jamais cesser de veiller sur nous-mêmes, crainte que le démon ne nous trompe dans le moment que nous ne nous y attendrons pas. Saint François nous dit que le bon Dieu lui fit voir, un jour, la manière dont le démon tentait ses religieux, surtout contre la pureté. Il lui fit voir une troupe innombrable de démons qui ne faisaient autre chose que de tirer des flèches contre ces religieux, les unes retournaient avec violence contre les démons mêmes, qui les avaient tirées : alors ils s'enfuyaient en poussant des hurlements effroyables ; les autres retombaient contre qui elles étaient tirées, tombaient à leurs pieds sans leur faire aucun mal ; les autres entraient jusqu'au bout du fer, et enfin les perçaient de part en part. Il faut, pour les chasser, nous servir, comme nous dit saint Antoine, des mêmes armes : quand il nous tente d'orgueil, il faut vite nous humilier et nous abaisser devant Dieu ; s'il veut nous tenter contre la sainte vertu de pureté, il faut tâcher de mortifier nos corps et tous nos sens et être encore plus vigilants sur nous-mêmes. S'il veut nous tenter par le dégoût dans nos prières, il faut encore en faire davantage, avec plus d'attention, et, plus le démon nous dira de les laisser, plus nous devons en augmenter le nombre.
Les tentations les plus à craindre sont celles que nous ne connaissons pas. Saint Grégoire nous dit qu'il y avait un religieux qui, pendant quelque temps, avait été un bon religieux ; il conçut un grand désir de sortir du monastère et de retourner dans le monde, disant que le bon Dieu ne le voulait pas dans ce monastère. Son supé-rieur lui dit : « Mon ami, c'est le démon qui est fâché que vous puissiez sauver votre âme, combattez-le. » Mais non, l'autre crut toujours que cela était. Le saint lui donna la permission de s'en aller ; mais en sortant du monastère, le saint se mit à genoux pour demander au bon Dieu qu'il fît connaître à ce pauvre religieux que ce n'était que le démon qui voulait le perdre. A peine eut-il mis le pied sur le seuil de la porte pour sortir, qu'il vit un gros dragon qui lui tomba dessus. « Oh ! M.F., s'écria-t-il, à mon secours ! voilà un dragon qui va me dévorer. » En effet, les religieux, qui étaient accourus à ce bruit, trouvèrent ce pauvre religieux étendu par terre, à demi-mort ; ils l'emportèrent dans le monastère, et celui-ci reconnut véritablement que ce n'était que le démon qui voulait le tenter et qui mou-rait de rage de ce que son supérieur avait prié pour lui et qu'il l'avait empêché de l'avoir. Hélas ! M.F., que nous devons craindre de ne pas connaître nos tenta-tions ! Et nous ne les connaîtrons jamais, si nous ne le demandons au bon Dieu.
Que faut-il conclure de cela ? M.F., sinon qu'il faut que notre âme soit quelque chose de bien grand aux yeux des démons, puisqu'ils sont si attentifs à ne pas manquer une seule occasion de nous tenter, afin de nous perdre, pour nous entraîner dans leur malheur. Mais si nous avons vu, M.F., combien notre âme est quelque chose de grand, combien Dieu l'aime, combien il a souffert pour la sauver, les biens qu'il lui prépare dans l'autre vie ; si nous avons vu en même temps toutes les ruses et tous les pièges que le démon nous tend pour la perdre ; à présent, M.F., qu'en pensons-nous ? et quelle estime en faisons-nous ? et quels soins en prenons--nous ? Avons-nous jamais, M.F., conçu une pensée de la grandeur de notre âme, et du soin que nous en devons prendre ?
Que faisons-nous, M.F., de cette âme qui a tant coûté à Jésus-Christ ? Hélas ! M.F., si nous disions que nous ne l'avons que pour la rendre malheureuse et la faire souffrir !... Nous la tenons pour moins estimable que nos plus vils animaux ; quand ils sont dans l'écurie, nous leur donnons à manger ; nous avons soin d'ouvrir et de fermer les portes, crainte que les voleurs ne nous les prennent ; s'ils sont malades, nous allons chercher le médecin pour les soulager ; nous sommes touchés, souvent jusqu'au cœur, en les voyant souffrir. Le fai-sons-nous pour notre âme, M.F. ? Avons-nous soin de la nourrir par la grâce, par la fréquentation des sacrements ? Avons-nous soin de bien fermer les portes, crainte que les voleurs ne l'emportent ? Hélas ! M.F., disons-le à notre honte, nous la laissons périr de misère ; nous la laissons déchirer par nos ennemis, qui sont nos passions ; nous laissons toutes les portes ouvertes ; le démon de l'orgueil vient, nous le laissons entrer, meurtrir et déchirer notre pauvre âme ; celui de l'impureté vient, il entre, salit et pourrit cette pauvre âme. « Ah ! pauvre âme, nous dit saint Augustin, que l'on t'estime peu de chose : Un orgueilleux te vend pour une pensée d'orgueil ; un avare, pour une pièce de terre, un ivrogne, pour un verre de vin, et un vindicatif, pour une pensée de ven-geance ! »

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:22
Sainte-Claire d'Assise, Simone Martini

8ème dimanche après la Pentecôte
Sur le jugement particulier

Redde rationem villicationis tuæ
Rendez-moi compte de votre administration.
(S.Luc, XVI, 2.)

Pouvons-nous bien, M.F., réfléchir sur la sévérité du jugement de Dieu, sans nous sentir pénétrés de la crainte la plus vive ? Quoi ! M.F., les jours de notre vie sont tous comptés ; plus encore, nous ignorons l'heure et le moment où notre souverain Juge doit nous citer devant son tribunal, et ce moment sera peut-être celui auquel nous pensons le moins, où nous serons le moins disposés à rendre ce compte redoutable !... Je vous assure, M.F., que, quand on y pense bien, il y aurait de quoi jeter dans le désespoir, si la religion ne nous enseignait pas que nous pouvons adoucir ce moment par une vie qui soit toujours dans le cas de nous assurer l'espérance que le bon Dieu aura pitié de nous. Prenons bien garde, M.F., de ne pas nous trouver embarrassés quand ce moment viendra, comme cet éco-nome dont Jésus-Christ nous parle dans l'Évangile. Je vais donc, M.F., vous montrer 1° qu'il y a un jugement particulier, où nous rendrons un compte très exact de tout le bien et de tout le mal que nous aurons fait ; 2° quels sont les moyens que nous devons prendre pour prévenir la rigueur de ce compte.

I. - Nous savons tous, M.F., que nous serons jugés deux fois : une fois, au grand jour des vengeances, c'est--à-dire, à la fin du monde, en présence de tout l'univers, où toutes nos actions, bonnes ou mauvaises, seront manifestées aux yeux de tout le monde. Mais, avant ce jour terrible et malheureux pour les pécheurs, nous en aurons subi un, au moment, où nous mourrons, et dès que nous aurons rendu le dernier soupir. Oui, M.F., toute la condition de l'homme est renfermée dans ces trois mots : vivre, mourir et être jugé. C'est une loi fixe et invariable pour tous les hommes. Nous naissons pour mourir, nous mourrons pour être jugés, et ce juge-ment décidera de notre bonheur ou de notre malheur éternel. Le jugement universel auquel nous devons tous paraître, ne sera que la publication de la sentence parti-culière qui aura été prononcée à l'heure de notre mort. Vous savez tous, M.F., que Dieu a compté nos années ; et, dans ce nombre d'années qu'il a résolu de nous accorder, il en a marqué une qui sera la der-nière pour nous ; dans cette dernière année, un dernier mois ; dans ce dernier mois, un dernier jour ; et enfin, dans ce dernier jour, une dernière heure, après laquelle, il n'y aura plus de temps pour nous. Hélas ! que devien-dront ce pécheur et cet impie qui se promettent toujours une plus longue vie ? Qu'ils comptent, ces pauvres mal-heureux, tant qu'il leur plaira ; après cette dernière heure, il n'y aura plus de retour, plus d'espérance et plus de ressource !
Au même instant, M.F., écoutez-le bien, vous qui ne craignez pas de passer vos jours dans le péché, voyez au même instant que votre âme sortira de votre corps, elle sera jugée. - Mais, me direz-vous, nous le savons bien. - Oui, mais vous ne le croyez pas. Dites-moi, si vous le croyiez sérieusement, comment pourriez-vous rester dans un état qui vous met dans le cas de tomber en enfer continuellement ? Non, non, mon ami, vous ne le croyez pas ; parce que si vous le croyiez bien, vous ne vous exposeriez pas à un si grand malheur. Cepen-dant, le moment viendra où le bon Dieu appliquera le sceau de son immortalité et le cachet de son éternité sur votre dette, au point où elle se trouvera dans ce moment ; et ce sceau et ce cachet ne seront jamais rompus. O moment terrible ! mais si peu médité, si court et si long, qui coule avec tant de rapidité et qui entraîne avec soi une suite si effroyable de siècles ! Que va-t-il donc nous arriver, dans ce moment si capable de nous effrayer ? Hélas ! M.F., c'est que nous paraîtrons tous, chacun en particulier, devant le tribunal de Jésus-Christ, pour y être jugés et y rendre compte de tout le bien et de tout le mal que nous aurons fait. Le jugement particulier, M.F., est si certain, que le bon Dieu, pour nous en convaincre, en a fait paraître les signes à plusieurs, dès leur vivant ; afin que nous nous y préparions .
Nous voyons dans l'histoire, qu'un jeune libertin était adonné à toutes sortes de vices ; mais qu'ayant été ins-truit par une mère sage, une nuit qui suivit un jour où il avait donné dans les plus grands excès, il eut un songe pendant son sommeil. Il se vit transporté au tribunal de Dieu. L'on ne peut dire quelle fut sa honte, sa confusion et l'amertume de son âme. A son réveil, il avait une fièvre ardente, il était en sueur et hors de lui-même, ses cheveux étaient devenus tout blancs. « Laissez-moi seul, disait-il, fondant en larmes, à ceux qui le virent les pre-miers dans cet état, laissez-moi seul, j'ai vu mon Juge : ah ! qu'il est terrible ! Pardon, mon Dieu ! ô pardon ! » Ses compagnons de débauches, apprenant que leur ami était malade, et qu'il se désolait, vinrent le voir pour le consoler. « Retirez-vous de moi, leur disait-il, vous n'êtes plus mes amis, je ne vous veux plus désormais. Ah ! j'ai vu mon Juge. Ah ! qu'il est terrible ! Quelle majesté ! quelle gloire que celle dont il est revêtu ! Ah ! que d'accusations et que d'interrogations auxquelles je n'ai rien pu répondre ! Tous mes crimes sont écrits, je les ai tous lus. Ah ! que le nombre en est grand ! C'est bien maintenant que j'en connais toute l'énormité ! Hélas ! j'ai vu une troupe de démons, qui n'attendaient que le signal pour me traîner dans les enfers. Retirez--vous, faux amis, non jamais je ne vous verrai ! Que je serais heureux, si je pouvais, par les rigueurs de la péni-tence, apaiser ce Juge si terrible !... Je m'y dévoue pour toute ma vie. Hélas ! bientôt, il me faudra paraître pour tout de bon ! hélas ! peut-être que ce sera aujourd'hui !... Mon Dieu, pardonnez-moi !... Mon Dieu, faites-moi misé-ricorde !... Ah ! de grâce, ne me perdez pas, ayez pitié de moi ! ... Je ferai pénitence toute ma vie. Oh ! que de péchés j'ai commis !... Oh ! que de grâces méprisées !... Oh ! que de bien j'aurais pu faire, et que je n'ai pas fait !... Mon Dieu, ne me jetez pas en enfer ! » Mais, M.F., il ne s'en tint pas là. Il passa le reste de sa vie à pleurer, à faire pénitence. Que ce moment, M.F., sera terrible pour celui qui n'aura point fait de bien et qui aura fait beaucoup de mal.
Oui, M.F., nous rendrons compte de toutes nos actions bonnes et mauvaises : tout paraîtra devant notre Juge au moment où notre âme se séparera de notre corps. Oui, M.F., le bon Dieu nous fera rendre compte de tous les biens que nous avons reçus. Je dis 1° qu'il y a les biens de la nature, de la fortune et de la grâce. Tous ces biens entreront en ligne de compte. Les biens de la nature regardent le corps et l'âme ; il faudra rendre compte de l'usage que nous avons fait de notre corps. Il demandera si nous avons employé nos forces à rendre service au prochain, à travailler pour avoir de quoi faire des aumônes, à faire pénitence, à faire des voyages pour aller visiter les endroits que le bon Dieu a privilégiés (comme Notre-Dame de Fourvière, saint François Régis, et ailleurs...). Mais, si, au contraire, nous n'avons em-ployé notre santé et notre corps qu'à courir dans les jeux, dans les cabarets, à aller voler le prochain, à travailler le saint jour du dimanche, à faire des voyages ces saints jours, au lieu de les employer à prier, à aimer le bon Dieu, à instruire les ignorants, à leur don-ner de bons conseils, à les porter au bon Dieu et à les détourner du mal. Ensuite il examinera si nous ne nous sommes pas servi de notre esprit pour le mal : c'est-à--dire, à nous instruire pour les mauvaises choses. Si nous avons lu de mauvais livres, fréquenté les impies, appris aux autres à faire le mal. Si nous l'avons fait servir à tromper dans les ventes et les achats, à témoi-gner à faux en justice, à susciter des procès, à porter les autres à se venger et à parler mal contre la religion, à leur apprendre des impiétés sur la religion : comme en leur voulant faire croire que la religion n'est pas bonne, que tout ce que l'on dit n'est pas vrai, que les prêtres disent bien ce qu'ils veulent ! Il examinera encore si nous n'avons pas employé notre esprit à com-poser de mauvaises chansons contre la pureté, contre la réputation du prochain ; si nous n'avons pas communiqué nos mauvaises connaissances aux autres. Il nous demandera si nous avons employé notre esprit à nous instruire, si nous avons tiré vanité de la beauté de notre corps, au lieu d'admirer en nous la sagesse et la puis-sance de Dieu. Si nous nous en sommes servi pour porter les autres au mal, comme une personne qui se pare de manière à attirer les yeux du monde sur elle. Le bon Dieu examinera si nous avons bien employé notre bien, nous rappelant que nous ne sommes que des économes, et que tout ce que nous dépensons mal à propos, nous sera imputé à péché. Alors le bon Dieu fera voir à ces pères et mères toutes ces vanités qu'ils ont achetées à leurs enfants, ce qui n'a servi qu'à perdre leur âme ; il leur montrera tout cet argent dépensé dans les jeux, les cabarets, les danses, et toutes les autres dépenses inutiles. Et ensuite, tout ce que nous avons laissé perdre, et que nous aurions pu donner aux pau-vres. Hélas ! que de péchés auxquels on n'aura jamais pensé, et que nous ne voulons pas maintenant recon-naître ; et que nous reconnaîtrons bien dans ce moment, mais trop tard !
Venons à présent, M.F., à un autre rendement de compte qui sera bien plus terrible, c'est celui de la grâce. Le bon Dieu commencera à nous faire voir les bienfaits qu'il nous a accordés : 1° en nous faisant naître dans le sein de l'Église catholique, tandis que tant d'au-tres sont nés et morts hors de son sein. Il nous fera voir que, même parmi les chrétiens, un nombre infini sont morts sans avoir reçu la grâce du saint Baptême. Il nous fera voir combien d'années, de mois, de semaines, de jours, il nous a conservé la vie, étant dans le péché ; et que si, dans ces moments, il nous avait fait mourir, nous aurions été précipités dans les enfers. Il nous remettra devant les yeux toutes les bonnes pensées, toutes les bonnes inspirations, les bons désirs qu'il nous a donnés pendant toute notre vie. Hélas ! que de grâces mépri-sées ! Il nous rappellera toutes les instructions que nous avons reçues et entendues pendant notre vie ; tous les catéchismes, toutes les lectures qui étaient mises à notre disposition, afin d'en profiter. Toutes nos confes-sions, toutes nos communions, et tant d'autres grâces du ciel que nous avons reçues. Et combien de chrétiens n'en ont pas reçu la centième partie, et se sont sanc-tifiés ! Mais, M.F., que sont devenus tous ces bienfaits et toutes ces grâces, et quel profit en avons-nous fait ? Triste moment pour un chrétien qui a tout méprisé et qui n'a profité de rien ! Savez-vous, M.F., ce que vous... ? Voyez ce que nous dit saint Grégoire. « Ah ! mon ami, regarde cette croix, et tu verras ce qu'il en a coûté à un Dieu pour nous mériter la vie. » C'est pour cela que, quand saint Augustin méditait sur le rende-ment de compte qu'il faudrait faire des grâces qu'on aurait reçues et méprisées ; il s'écriait : « Hélas ! mal-heureux, que vais-je devenir après tant de grâces reçues ! Hélas ! je crains encore plus pour les grâces que j'ai reçues que pour les péchés que j'ai commis, quoiqu'ils soient bien nombreux ! Mon Dieu, quel sera mon sort ? » Nous lisons dans la vie de sainte Thérèse que, dans sa dernière maladie, elle fut transportée au jugement de Dieu ; étant revenue à elle-même, on lui demanda ce qu'elle craignait, après avoir fait tant de pénitence. « Hélas ! dit-elle, je crains beaucoup. » On lui demanda si elle avait peur de la mort ? « Non ». dit-elle. Si c'était de l'enfer ? « Non », répondit-elle. Qu'est-ce donc qui la faisait trembler ? « Hélas ! il faut que ma vie soit confrontée avec celle de Jésus-Christ : ah ! malheur à moi, si j'ai même l'ombre du péché ! » Mais qu'allons-nous penser, M.F., lorsque Jésus-Christ nous reprochera le mépris et l'abus que nous avons fait de son Sang précieux et de tous ses mérites ? « Ah ! pécheur ingrat, nous dira-t-il, vigne infructueuse, arbre stérile, qu'ai-je dû faire pour ton salut que je n'aie pas fait ? N'avais-je pas lieu d'attendre que tu porterais de bons fruits pour la vie éternelle ? Où sont les bonnes œuvres que tu as faites ? Où sont tes bonnes prières qui m'ont fait plaisir, qui m'ont touché le cœur ? Où sont tes bonnes confessions ? Les bonnes communions qui m'ont fait naître dans ton âme, qui m'ont dédommagé, en quelque sorte, des tourments que j'ai endurés pour ton salut ? Où sont les pénitences et les larmes que tu as répandues pour effacer les péchés que tu as commis ? Où sont les bonnes œuvres que tu as faites, pour tant de bonnes pensées, de bons désirs et tant d'occasions que je t'ai données et fournies ? Où sont ces messes bien entendues, où tu aurais pu me satisfaire pour tes péchés ? Va, malheureux, tu n'as produit que des œuvres d'iniquité, tu n'as travaillé qu'à renouveler les souf-frances de ma passion et de ma mort. Va, retire-toi de moi, je te maudis pour l'éternité ! Va, au jour du juge-ment général, je manifesterai tout ce bien que tu aurais pu faire et que tu n'as pas fait, et toutes les grâces que je t'ai accordées et que tu as méprisées. » Hélas ! que de reproches et que de péchés, auxquels nous n'avons jamais pensé ! Hélas ! que ce compte sera terrible ! En voici un exemple qui va vous le prouver. Il est rapporté par saint Jean Climaque , qu'un anachorète, nommé Étienne, après avoir mené une vie des plus austères et des plus saintes, étant déjà fort vieux, tomba malade de la maladie dont il mourut. La veille de sa mort, se trouvant tout un coup hors de lui-même, et néanmoins ayant les yeux ouverts, il regardait à droite et à gauche de son lit, comme s'il avait vu quelque personne qui lui faisait rendre compte de ses actions. L'on entendait une personne qui l'interrogeait, et le malade répondait si haut que tous ceux qui étaient dans l'appartement pouvaient l'entendre. On l'entendait qui disait : « Oui, il est vrai, j'ai commis ce péché, mais j'ai jeûné pour ce péché, tant d'années. » Ensuite l'autre voix disait qu'il avait fait tel péché, le mourant lui disait : « Non : c'est faux, je ne l'ai pas fait. » Un autre moment, on l'entendait qui disait : « Oui, je l'avoue, je l'ai commis ; mais le bon Dieu est tant miséricordieux, qu'il me l'a pardonné. » C'était, nous dit saint Jean Climaque, un spectacle effrayant que d'entendre le compte invisible et si exact que l'on demandait à ce solitaire de toutes ses actions. Mais, nous dit-il, ce qu'il y avait encore de plus épouvantable, c'est qu'il était accusé même des péchés qu'il n'avait jamais commis. Quoi ! M.F., un saint solitaire, qui avait passé quarante ans dans le désert, qui avait tant versé de larmes, avoue lui-même qu'il ne peut se justifier de quelques accusations qu'on lui fait !... Il nous laissa, dit saint Jean Climaque, dans une grande incertitude de son salut. Mais, que devien-dra un pécheur qui, dans ce moment, ne verra que du mal et point de bien ? Moment terrible ! moment déses-pérant ! Et ne rien avoir sur quoi se reposer !
Vous savez que ce jugement se passera entre trois témoins : le bon Dieu qui jugera, notre bon ange gar-dien qui montrera les bonnes œuvres que nous aurons faites, et le démon qui manifestera tout ce que nous aurons pu commettre de mauvais pendant tous les ins-tants de notre vie. D'après leurs dépositions, le bon Dieu nous jugera et fixera notre sort pour l'éternité. Hélas ! M.F., quelle doit être la frayeur d'un pauvre chrétien qui attend son jugement, et qui, dans quelques minutes, sera en enfer ou dans le ciel !
Nous lisons dans l'histoire qu'un saint abbé, nommé Agathon, étant à l'extrémité, demeura toujours les yeux fixés vers le ciel sans les remuer. Les religieux lui dirent : « Où croyez-vous être maintenant, mon père ? » - « Je suis en la présence de Dieu, dont j'attends le jugement. » - « Ne l'appréhendez-vous pas ? » - « Hélas ! je ne sais si toutes mes actions seront bien reçues de Dieu ; je crois bien avoir accompli les commandements ; mais les jugements de Dieu sont différents de ceux des hommes. » Dans ce moment, il s'écria : « Hélas ! je suis en jugement. » Hélas ! M.F., que de regrets d'avoir perdu tant de moyens de nous sauver, et méprisé tant de grâces que le bon Dieu nous a faites pour nous aider à gagner le ciel, et de voir que tout cela a été perdu pour nous, ou plutôt, que tout cela tourne à notre condamnation !
Mais, s'il est déjà si terrible de rendre compte des grâces que le bon Dieu nous avait faites pour nous garantir de l'enfer, que sera-ce donc lorsque nous serons examinés et jugés sur tous les péchés que nous aurons commis ? Peut-être, pour vous consoler, dites--vous que vous n'avez pas commis ces péchés mons-trueux, aux yeux du monde. Mais ces péchés intérieurs, M.F. !... Hélas ! que de pensées d'impureté, que de désirs impurs, que de pensées de haine, de vengeance et d'envie ont roulé dans votre imagination pendant une vie de trente ou quarante ans, et peut-être quatre-vingts ans ! Hélas ! que de pensées d'orgueil, de jalousie, que de désirs de se venger, que de désirs de nuire à son prochain, que de désirs de tromper ! Et quand il en viendra à ces péchés d'actions ?... Hélas ! quand le bon Dieu va prendre le livre des mains des démons, pour examiner toutes ces actions d'impuretés, toutes ces corruptions, toutes ces turpidités, tous ces regards hon-teux, toutes ces confessions et ces communions sacri-lèges, tous ces détours et toutes ces ruses que l'on aura employés pour séduire cette personne .... Hélas ! que vont devenir ces victimes de l'impureté ! Oh ! qu'elles seraient plus heureuses si le bon Dieu les précipitait en enfer avant leur mort, pour éviter de paraître devant un Juge si pur !
Selon toute apparence, ce jugement se fera dans le lit du mourant ou dans la chambre. Hélas ! ces pauvres malheureux qui n'ont pas plus de retenue et de réserve que les animaux, peut-être moins, ne verront-ils pas, comme l'impie Balthazar , leur sentence de réproba-tion écrite contre les murs de leurs maisons, ou plutôt dans tous les coins de leurs maisons. Pourront-ils nier, quand Jésus-Christ, le livre à la main, leur montrera le lieu et l'heure où ils ont commis le péché ! « Va, mal-heureux, leur dira-t-il, je te réprouve et je te maudis pour jamais ! » Hélas ! M.F., quand le bon Dieu leur offrirait leur pardon, il est comme sûr qu'ils n'en voudraient point, tant le péché endurcit le cœur. Ah ! Jésus-Christ pour-rait leur faire les mêmes menaces qu'il fit à cet impie, dont il est parlé dans l'histoire. Étant sur le point de sortir de ce monde, Jésus-Christ lui dit : « Veux-tu me demander pardon, et je te pardonnerai ? » Mais non ! quand on s'est roulé dans le péché pendant sa vie, il n'y a plus de retour. - « Non, » lui dit le mourant. - « Eh bien ! lui dit Jésus-Christ, en lui jetant une goutte de son sang précieux au front, va : au grand jour du jugement ce sang adorable, méprisé et profané toute ta vie, sera ta marque de réprobation. » Après ces paroles, il meurt, et il est jeté en enfer. O terrible moment pour un pé-cheur qui ne verra rien de bon pour lui faire espérer le ciel ! Ce pauvre pécheur, tout tremblant, voudrait déjà être en enfer, n'ayant rien à répondre. Il se meurt, il ne peut que dire : « Oui, j'ai mérité l'enfer, il est juste que j'y sois précipité ; puisque j'ai tant profané ce sang adorable que vous aviez versé sur l'arbre de la croix pour mon salut. » Jésus-Christ, toujours avec le livre où sont écrits ses péchés, verra toutes ses prières man-quées ou mal faites, peut-être même faites avec la haine et la vengeance ; que dis-je ? peut-être, avec un cœur brûlé par le feu de l'impureté. Non, non, mon Dieu, n'examinez pas davantage, jetez-le vite dans les enfers, c'est la plus grande grâce que vous puissiez lui faire, si vous devez lui en faire encore une avant de le jeter dans le feu éternel. Oui, Jésus-Christ tournera le feuillet où il verra écrits tous ces jurements, toutes ces imprécations, toutes ces malédictions qu'il n'a cessé de vomir pendant sa vie, avec une langue et une bouche qui ont été tant de fois arrosées de ce sang adorable. Oui, M.F., Jésus-Christ tournera le feuillet, il y trouvera écrites toutes ces pro-fanations des saints jours du dimanche. Ah ! non, non, il n'y aura plus de prétextes, tout sera mis en évidence. Oui, il verra toutes ces ivrogneries qui se sont commises dans ces saints jours ; toutes ces débauches, ces jeux, ces danses, qui ont profané ces jours consacrés à Dieu. Hélas ! que de messes manquées ou mal entendues ! Que de saintes messes, où nous ne nous sommes presque rien occupés du bon Dieu ! Hélas ! peut-être que nous y aurons commis plus de péchés que pendant toute la semaine ! Oui, M.F., Jésus-Christ tournera le feuillet, il verra écrits tous ces crimes des enfants ingrats qui ont méprisé leur père et leur mère, qui les ont maudits, leur ont souhaité la mort pour être maîtres de leurs biens, qui les ont fait souffrir dans leur vieillesse, qui, par leurs mauvais traitements... Oui, M.F., Jésus-Christ tournera le feuillet et verra écrites toutes ces injustices et toutes ces usures dans les ventes et dans les prêts. Oui, toutes ces rapines seront mises au jour.
Hélas ! ce pauvre malheureux entendra lire le détail de toute sa vie, et sans pouvoir trouver une seule excuse. Hélas ! où en sera réduit ce pauvre orgueilleux qui voulait toujours avoir droit, qui méprisait tout le monde, qui se raillait de tout ? Mon Dieu, dans quel état de désespoir cet examen l'a-t-il réduit ? Oui, M.F., dans ce monde, nous avons toujours quelques prétextes pour diminuer nos péchés, si nous ne pouvons pas tout à fait les cacher. Mais, avec Jésus-Christ, M.F., tout ceci ne sera plus. Il nous fera convenir lui-même de tout ce que nous avons fait, et nous serons forcés d'approuver que telle a été notre vie, et que c'est avec justice que nous serons condamnés à aller brûler dans les enfers et bannis pour jamais de la présence de notre Dieu. O malheur épouvantable ! Mais malheur sans avoir l'espérance de le réparer ! O que celui qui y penserait bien serait bien plus sage que nous ne sommes !
Mais, ce n'est pas encore assez : le démon qui a tra-vaillé toute notre vie à notre perte, présentera à Jésus-Christ un livre où seront écrits tous les péchés que nous aurons fait commettre aux autres. Hélas ! que le nombre en sera grand, et ce ne sera que dans ce moment-là où nous pourrons le savoir . Hélas ! que vont devenir ces pères et mères, ces maîtres et maîtresses, qui ont tant de fois fait manquer la prière à leurs enfants et à leurs domestiques, crainte de perdre un moment pour leur travail ? Que de messes n'ont-ils pas fait manquer à leur berger ? Que de vêpres, que d'instructions, que de caté-chismes et que de sacrements que leurs gens n'ont pas fréquentés, faute de leur donner du temps. Combien de fois ne les ont-ils pas fait travailler les dimanches, et ne se sont-ils pas moqués d'eux lorsqu'ils faisaient quel-ques pratiques de religion ? et quelquefois ne les ont-ils pas empêchés de les faire ? Combien de libertins ont fait commettre de péchés à de jeunes personnes par leurs sollicitations et leurs promesses ? Et parmi les filles, n'ont-elles pas porté les autres à de mauvaises pensées, à des regards impurs, par leurs manières affectées et recherchées ? Combien d'ivrognes qui ont été cause que d'autres se sont mis dans le vin et ont passé leur diman-che dans le cabaret, en manquant les offices ? Hélas ! que de péchés n'ont pas laissé commettre les cabaretiers, en donnant à boire aux ivrognes ! Combien de paroles sales et combien d'autres actions impures, parce que dans les cabarets tout est permis ! C'est là où l'on fait couler de son cœur le venin de l'impureté, qui enivre de ses sales plaisirs presque tous ceux qui se trouvent dans la maison. Hélas ! qu'il y aura de quoi rendre compte ! Combien de jeunes gens qui volent leurs pa-rents pour avoir de quoi aller au cabaret ! et qui en porte le péché ? Personne autre, sinon les cabaretiers. Hélas ! combien ces impies n'ont-ils pas donné de doutes sur la religion par leurs impiétés, en débitant tout ce qu'ils ont inventé pour affaiblir la foi dans le cœur de ceux qui étaient avec eux ! Combien de calom-nies contre les prêtres ! comme si le défaut de l'un rendait les autres mauvais. Hélas ! combien de personnes qui n'ont quitté de fréquenter les sacrements, que parce qu'elles se sont trouvées avec des impies qui leur ont tant débité de faussetés contre la religion qu'ils ont tout abandonné. Qui pourrait compter le nombre des âmes qu'ils ont perdues ? Cependant tout cela leur sera imputé à péché, tout cela sera cause de leur condamnation. Toutes les âmes qu'ils ont perdues viendront demander vengeance à ce moment Hélas ! si le saint roi David disait qu'il craignait plus pour les péchés d'autrui que pour les siens, que vont donc devenir ces pauvres malheureux qui n'ont passé leur vie qu'à perdre de pauvres âmes par leurs mauvais exemples et leurs dis-cours méchants ? Hélas ! quel étonnement, lorsqu'ils verront qu'ils ont jeté tant d'âmes dans les enfers !
Qui de nous, M.F., ne tremblera pas en pensant que le bon Dieu ne laissera rien sans examen, pas même les bonnes œuvres, pour savoir si elles ont été bien faites, et pour lui seul. Hélas ! que d'actions qui n'ont eu pour principe que le monde, que le désir d'être re-marqué et de passer pour un brave homme ! Que de bonnes actions qui vont se trouver ne rien valoir aux yeux de Dieu ! Hélas ! que d'hypocrisies, que de res-pect humain en ont fait perdre tout le mérite ! Si les saints, M.F., qui n'étaient coupables que de quelques petites fautes, ont tant craint ce moment, ont fait des pénitences si dures et si longues ; comment voulons-nous pouvoir espérer que le bon Dieu aura pitié de nous ! Hélas ! qu'il y en tombe chaque jour de moins cou-pables que nous. Mon Dieu, ne nous jetez pas en enfer ! faites-nous plutôt souffrir tout ce que vous voudrez pen-dant notre vie.
Pour bien vous faire sentir combien le bon Dieu nous jugera rigoureusement ; ce qui n'est pas difficile à croire... Quoi ! un chrétien comblé de tant de bienfaits, qui a eu tant de grâces pour se sauver et auquel rien n'a manqué, que sa volonté seule, n'est-il pas juste que le bon Dieu l'examine avec une rigueur effroyable ? Nous lisons dans l'histoire un exemple rapporté par saint Jean Climaque, qui semble nous montrer en partie la rigueur de la justice de Dieu envers le pécheur. Il nous dit qu'un de ses amis, qui se nommait Jean Sabaïte, lui avait dit que, dans un monastère de l'Asie, il y avait un jeune homme qui, voyant que son supérieur le traitait avec trop de bonté et de douceur, pensait que ceci lui nuirait ; il lui demanda permission d'aller dans un autre monas-tère. Etant parti, la première nuit qu'il y fut, il vit en songe une personne qui lui demandait compte de ses actions. Après un examen qui fut très sévère, il se trouva redevable à la justice divine de sommes consi-dérables, et le bon Dieu lui fit voir qu'il n'avait encore rien fait pour expier ses péchés. Tout effrayé de cette vision, il demeura encore trois ans dans ce lieu où le bon Dieu, voulant lui faire expier ses péchés, permit qu'il fût méprisé et maltraité de tout le monde. Il sem-blait que chacun prît à tâche de le faire souffrir ; dans tout cela, jamais il ne se plaignait. Le bon Dieu lui fit voir dans une vision, qu'il n'avait encore acquitté qu'un tiers de ce qu'il devait à sa justice. Tout épouvanté, il se mit à contrefaire le fou, et continua ce genre de vie pendant treize ans ; ensuite le bon Dieu lui dit qu'il n'en avait encore payé que la moitié. Ne sachant plus com-ment s'y prendre, tout le reste de sa vie il ne fit que crier miséricorde vers Dieu. Il ne tenait plus ni borne, ni mesure pour ses pénitences. « Ah ! Seigneur, n'aurez--vous pas pitié de moi, faites-moi souffrir tout ce que vous voudrez et pardonnez-moi. » Cependant, avant de mourir, le bon Dieu lui dit que ses péchés lui étaient pardonnés. Eh bien ! M.F., qui osera espérer que nos péchés sont effacés, quand seulement nous les avons confessés et dit au bon Dieu que nous lui en deman-dons pardon. Hélas ! que de chrétiens sont dans l'aveu-glement, qui croient avoir beaucoup fait, tandis qu'ils verront qu'ils n'ont rien fait. Le bon Dieu leur fera voir ce que leurs péchés méritaient, et les pénitences qu'ils ont faites. Hélas ! que de chrétiens perdus !
Mais le jugement particulier, M.F., sera encore suivi d'un autre examen. Quoique ce que je viens de vous dire semble déjà être rigoureux, celui-ci ne sera pas moins terrible ; je veux dire que Jésus-Christ nous jugera sur tout le bien que nous aurions pu faire et que nous n'au-rons pas fait. Jésus-Christ remettra devant les yeux du pécheur toutes les prières qu'il n'a pas faites, et qu'il aurait pu faire, tous les sacrements qu'il aurait pu rece-voir pendant sa vie. Combien de fois de plus, il aurait pu recevoir son Corps et son Sang, s'il avait voulu mener une vie plus sainte. Jésus-Christ lui demandera même compte de toutes les fois qu'il a eu la pensée de faire quelques bonnes actions et qu'il ne les a pas faites. Que de prières, que de saintes messes ! que de con-fessions ! que de pénitences ! que de devoirs de charité il aurait pu rendre au prochain ! que de privations dans ses repas, dans ses visites ! Que de visites de plus il aurait pu faire au Saint-Sacrement les saints jours de dimanche. Hélas ! que de bonnes œuvres manquées, sur lesquelles nous subirons un jugement ! Jésus-Christ demandera même compte de tout le bien que les bons exemples auraient fait faire aux autres. Ah ! grand Dieu, où en serons-nous ?

II. - Mais, me direz-vous, que devons-nous donc faire pour nous rassurer dans un moment si malheureux pour celui qui aura vécu dans le péché, et sans penser à fléchir la justice de Dieu que ses péchés ont si grandement irrité ? Le voici. C'est 1° de rentrer en nous--mêmes, de penser sérieusement que nous n'avons encore rien fait qui puisse nous donner espérance pour ce moment ; que tous nos péchés sont dans un livre que le démon présentera à Dieu pour nous juger, afin de lui faire connaître nos péchés, même les plus cachés. 2° C'est de rendre, à l'exemple de Zachée, tout ce qui n'est pas à nous ; sans quoi, jamais nous n'éviterons l'enfer. C'est d'avoir une grande douleur de nos péchés, de les pleurer comme fit le saint roi David, qui pleura son péché jus-qu'à la mort et qui n'en commit point d'autres. C'est de nous humilier profondément devant le bon Dieu, rece-vant tout ce que le bon Dieu voudra nous envoyer, non seulement avec soumission, mais avec une grande joie ; puisqu'il n'y a point de milieu, et qu'il faut ou pleurer dans ce monde ou pleurer dans l'autre, là où les larmes ne servent de rien, et la pénitence est sans mérite. C'est de ne jamais perdre la pensée que nous ne savons pas le jour que nous serons jugés, et que si malheureu-sement nous sommes trouvés en état de péché, nous serons perdus pour l'éternité.
Que conclure de cela, M.F. ? C'est qu'il faut que nous soyons fameusement aveugles ; puisque tout bien exa-miné, pas un ne pourrait dire qu'il est prêt à paraître devant Jésus-Christ, et que, malgré cette sûreté que nous ne sommes pas prêts, pas un d'entre nous ne fera un pas de plus vers le bon Dieu pour s'assurer une sen-tence favorable. O mon Dieu ! que le pécheur est aveugle ! Hélas ! que son sort est déplorable ! Non, non, M.F., ne vivons plus comme des insensés, puisque dans le moment où nous y penserons le moins, Jésus-Christ frappera à notre porte. Heureux celui qui n'aura pas attendu ce moment pour s'y préparer. Ce que je vous souhaite...

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:21
Ecce Home, Bosch

Mais, M.F., surtout gardez-vous de jamais ajouter le serment au mensonge. Voyez ce qui arriva devant saint Edouard, roi d'Angleterre : Étant à table avec le comte Gondovin, son beau-père, qui était très orgueilleux et très jaloux, au point qu'il ne pouvait souffrir personne auprès du roi, celui-ci lui dit qu'il savait bien qu'il avait contribué à la mort de son père, le comte lui répondit : « Si cela est véritable, je veux que ce morceau de pain que je vais manger m'étrangle. » Hélas ! à peine eut-il mis son morceau de pain dans sa bouche, qu'il lui resta au gosier et l'étrangla. Il tomba mort à côté du roi . Il est vrai que le bon Dieu ne nous châtie pas toujours d'une manière si terrible, mais nous ne sommes pas moins coupables à ses yeux.
Que devons-nous conclure de tout cela ? Le voici, M.F. C'est de ne jamais nous accoutumer à mentir ; car, une fois qu'on en a pris l'habitude, on ne peut plus s'en corriger ; il faut être sincère et véritable dans tout ce que nous disons et faisons. Si l'on ne veut pas nous croire, eh bien ! qu'on le laisse ! Ne jamais forcer d'au-tres personnes à mentir ; il y en a qui vous questionnent tant, qu'ils vous font dire des mensonges, ou bien vous font mettre en colère. Ils sont encore plus coupables que celui qui ment, puisque, sans eux, l'on n'aurait pas menti. Quand nous voulons nous confesser, il faut bien déclarer quels sont les mensonges que nous avons dits puisque vous avez vu qu'il y en a qui peuvent être des péchés mortels, selon notre intention en les disant. D'ailleurs, M.F., comment pouvons-nous employer à mentir notre langue qui a été arrosée du sang précieux de Jésus-Christ, notre bouche, qui, tant de fois, a servi de tabernacle au corps adorable de Jésus-Christ. O mon Dieu ! si nous pensions à tout cela, aurions-nous bien ce courage ? Heureux, M.F., celui qui agira avec simpli-cité et qui parlera toujours dans la vérité ! C'est le bon-heur que je vous souhaite.
7ème dimanche après la Pentecôte

(TROISIEME SERMON)

Nécessité de faire de bonnes œuvres

Omnis arbor, quœ non facit fructum bonum, excidetur, et in ignem mittetur.
Tout arbre qui ne rapporte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.
(S.Matth., VII, 19.)

Cette parabole, M.F., n'est pas difficile à comprendre. C'est précisément nous qui sommes cet arbre que Jésus-Christ a planté dans le sein de son Église, qu'il a cultivé par ses soins, ses travaux et ses souffrances : c'est-à--dire, qu'il nous a rendus dignes, par sa mort et passion, de porter des œuvres dignes d'être récompensées pen-dant l'éternité. Mais il nous menace de nous punir dans sa colère et de nous jeter en enfer, si nous ne faisons pas le bien, le pouvant si facilement par les mérites de sa mort et passion, et par l'institution de cette religion sainte, dans laquelle nous avons le grand bonheur d'être nés et nourris. De sorte, M.F., que le bon Dieu a droit d'attendre de nous que nous fassions des œuvres capa-bles de le glorifier et de lui donner lieu de nous récom-penser dans l'autre vie. Nous sommes dans ce monde comme cet arbre, dont nous parle le Psalmiste, en disant que nous devons être « comme un arbre qui est planté le long des eaux, qui produit des fruits en abondance et dans son temps, capables de réjouir son maître . » Oui, M.F., tout homme dont les actions ne sont pas bonnes, quand même elles ne seraient pas mauvaises, est au moins, aux yeux de Dieu, un arbre stérile, qui sera coupé et jeté au feu éternel. Hélas ! et combien de chrétiens qui se perdent pour ne pas bien réfléchir sur cette vérité ! Oui, M.F., voilà quelle est la vie des chré-tiens, ou du moins du plus grand nombre : les uns ne passent leur temps qu'à faire des œuvres mauvaises ; les autres se contentent de n'en point faire de mauvaises, mais n'en font point de bonnes ; d'autres enfin en font de bonnes, mais qu'ils ne devraient pas faire, ou qui ne leur convenaient pas dans l'état où ils sont ; et très peu font de bonnes œuvres qui plaisent à Dieu et qui seront récompensées pendant l'éternité. Mais, pour mieux vous le faire comprendre, M.F., je vais vous montrer 1° la nécessité où nous sommes de faire des bonnes œuvres si nous voulons nous sauver ; 2° quelles sont les bonnes œuvres que le bon Dieu veut de nous, en général et en particulier.

I. - Vouloir, M.F., vous convaincre de la nécessité où nous sommes de faire de bonnes œuvres, de pratiquer les vertus qui nous conviennent dans l'état où le bon Dieu nous a placés : c'est comme si nous voulions prou-ver à un domestique la nécessité de faire ce que son maître attend de lui pour recevoir son gage à la fin de l'année. De même, M.F., nous savons très bien que nous tous, chrétiens et nés dans le sein de l'Église catholique, nous ne sommes sur la terre que pour faire ce qui peut glo-rifier le bon Dieu et lui donner lieu de nous récompenser. Si l'on reproche à ces chrétiens lâches leur indifférence et leur tiédeur dans le service de Dieu, soit dans leurs prières, soit dans la fréquentation des sacrements, ils vous répondent qu'ils ne font point de mal. Vous dites que vous ne faites point de mal, ce qui est très difficile à croire, et quand même vous ne feriez point de mal, si vous ne faites point de bien, c'est-à-dire de bonnes œuvres ; si vous ne pratiquez pas les vertus qui con-viennent à votre état, vous ne laisserez pas d'être dam-nés. Écoutez saint Paul, qui a tant converti d'âmes à Jésus-Christ, après tout ce qu'il a fait pour contribuer à la gloire de Dieu, après une infinité de bonnes œuvres, puisque toute sa vie en a été une chaîne continuelle : « Hélas ! je crains bien qu'après avoir appris aux autres ce qu'il fallait faire pour aller au ciel, je ne sois moi-même réprouvé . » Écoutez encore saint François de Sales, cet homme dont les vertus feront l'admiration de tous les siècles : « Hélas ! s'écrie-t-il, quand je pense comment j'ai employé ce temps précieux que le bon Dieu ne m'avait donné que pour faire de bonnes œuvres, je tremble qu'il ne puisse pas me donner son éternité bienheureuse. » Disons plutôt, M.F., que c'est le lan-gage de tous les saints. Et nous, M.F., qui n'avons ni piété, ni religion, nous osons assurer témérairement que nous ne faisons point de mal ! Mon Dieu, quel aveu-glement sur notre salut ! Que de pauvres chrétiens maintenant brûlent, qui, sous prétexte qu'ils ne faisaient point de mal, ne se sont pas mis en peine de faire le bien et se sont perdus !
Oui, M.F., quand même cela serait vrai, que vous n'auriez pas ces vices grossiers, qui sont indignes d'un chrétien, et même d'une créature raisonnable ; quand même vous ne seriez pas du nombre de ces avares qui ne perdent point d'occasion pour ramasser du bien, qui ne se font point de scrupule de travailler le saint jour du dimanche et de tromper leur prochain ; quand vous ne seriez pas un ivrogne, qui, par le vin, devient moins raisonnable qu'une bête brute ; et que vous ne seriez pas non plus du nombre de ces vieux sales, infâmes impu-diques, qui se traînent et se roulent dans la fange et les joies de ces sales voluptés ; si cependant, M.F., malgré cela, vous ne faites pas de bonnes œuvres, vous n'en-trerez jamais dans le royaume des cieux, parce que vous savez aussi bien que moi que, pour aller au ciel, il faut nécessairement bien faire deux choses : éviter le mal, et faire le bien. Remplir une de ces obligations et manquer à l'autre, ce n'est rien faire. Comme, par exemple : si vous faites de grandes pénitences ; que vous donniez beaucoup aux pauvres, cela est très bien ; mais si, avec cela, vous n'évitez pas le mal que vous pouvez ; si vous entretenez dans votre cœur des sentiments de haine, de vengeance contre votre prochain ; si vous médisez contre lui ; si vous le jugez témérairement ; si vous laissez traîner les sentiments de votre cœur dans les sales pen-sées d'impureté et d'orgueil, toutes vos bonnes œuvres ne sont rien, parce qu'un seul péché détruit tout le mérite de ce bien que vous venez de faire. D'un autre côté, quand vous seriez bien réglé dans vos mœurs, ne faisant tort à personne, évitant le mal autant que vous le pouvez, si, avec tout cela, vous ne pratiquez pas le bien, vous ne faites que la moitié de ce que vous devez faire, et, d'après Jésus-Christ lui-même, vous ne laisse-rez pas d'être damnés .
Mais, M.F., si vous voulez vous convaincre, de ma-nière à ne pas pouvoir en douter, que, malgré que nous ne fassions pas de mal, si nous ne faisons pas le bien, nous serons tout de même perdus ; écoutez Jésus-Christ qui ne fait porter son jugement uniquement que sur l'omission des bonnes œuvres que nous aurions dû faire pendant notre vie. « Retirez-vous de moi, maudits ! allez au feu éternel, qui est préparé au démon et à ceux qui l'ont imité. J'ai eu faim et soif, vous ne m'avez pas donné à manger ni à boire ; j'ai été malade et prisonnier et vous ne m'êtes pas venu visiter ; j'ai été nu, et vous ne m'avez pas vêtu . » Saint Augustin nous dit que c'est comme si Jésus-Christ nous disait : « Non, non, malheureux pécheurs, ce n'est pas seulement pour le sujet que vous croyez que je vous condamne, non pas même pour avoir commis de grands crimes ; car, si vous aviez fait de bonnes œuvres, par là vous les auriez effacé et si vous aviez racheté vos péchés par l'aumône, comme vous l'auriez pu, je ne vous aurais jamais condamné. Mais, parce que vous avez négligé de faire de bonnes œuvres, et que vous n'avez pas fait le bien que je voulais de vous, je vous réprouve et vous condamne aux flammes éternelles. Allez, malheureux, vous viviez sans faire de bien, retirez-vous de moi ; jamais vous ne verrez ma face, qui aurait fait tout votre bonheur dans le ciel. » Voulez-vous encore une autre preuve qui nous montre, comme l'on ne peut pas mieux, la nécessité de faire de bonnes œuvres pour aller au ciel, écoutez Jésus-Christ : « Venez, les bénis de mon Père, prendre possession du royaume qui vous a été préparé dès le commencement du monde ; car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donne à boire ; j'ai été en prison et malade, et vous m'avez visité ; j'ai été nu, et vous avez eu la charité de me couvrir . »
Que devons-nous conclure de tout cela, M.F. ? Rien autre, si ce n'est que, si nous ne faisons pas de bonnes œuvres, quand même nous ne ferions point de mal, nous ne laisserons pas que d'être perdus. Aussi, voyons--nous que notre divin Sauveur nous compare, tantôt à un laboureur qui sème pour recueillir, qui ne cueille que s'il sème,, et qui ne recueille rien, s'il ne sème rien ; tantôt à un figuier que le père de famille a planté dans sa vigne ; il le taille, il le cultive avec soin dans l'espérance qu'il rapportera du fruit ; mais, voyant qu'il n'en porte point, quoiqu'il n'en porte pas de mau-vais, il l'arrache et le jette au feu . D'autres fois, Jésus-Christ compare le paradis au salaire qu'on donne à un ouvrier qui a rempli sa tâche . Dites-moi, n'est-ce pas bien nous montrer que Jésus-Christ ne donnera son paradis qu'à ceux qui l'ont mérité par leurs bonnes œuvres ? Voyez Jésus-Christ, qui est notre modèle : a-t-il été un instant de sa vie sans travailler à faire de bonnes œuvres, à convertir les âmes à son Père, et à souffrir ? Et nous, tout misérables que nous sommes, nous vou-drions qu'il ne nous en coûtât rien ? Non, non, M.F., cela ne sera pas ainsi. Ou nous ferons de bonnes œuvres, ou nous serons damnés, quand même nous ne ferions point de mal.
Voyez maintenant, M.F., les bonnes œuvres que vous avez faites. Les avez-vous faites uniquement pour Dieu, de sorte que le monde n'y ait été pour rien, et que jamais vous n'ayez été fâchés de les avoir faites à cause de ces quelques retours d'ingratitude que l'on vous a fait essuyer ? Vous êtes-vous jamais applaudis en vous-mêmes du bien que vous avez fait, rendu au prochain ? parce que, si tout cela vous est arrivé, ou vous n'avez rien fait, ou il faut tout compter comme pour rien, parce que vous en avez déjà perdu la récompense. Savez-vous, M.F., le parti que vous avez à prendre ? Si vous n'avez rien fait, ou si ce que vous avez fait est perdu pour quelque vue humaine, commencez de suite, afin qu'à la mort, vous puissiez vous trouver encore quelque chose à présenter à Jésus-Christ pour qu'il vous donne la vie éternelle. - Mais, me direz--vous, peut-être, je n'ai fait que du mal pendant toute ma vie ; je ne suis qu'un mauvais arbre qui ne peut plus porter de bon fruit. - M.F., cela se peut encore, et je vais vous l'apprendre. Changez cet arbre de terre, arro-sez-le avec d'autre eau, fumez-le avec d'autres engrais, et vous verrez que vous porterez du bon fruit, quoique vous en ayez porté de bien mauvais jusqu'à présent. Si cet arbre, qui est vous-mêmes, a été fertile en orgueil, en avarice et en impureté, vous pouvez faire, avec la grâce du bon Dieu, que ses fruits deviennent abondants en humilité, en charité et en pureté. Faites de vous-mêmes comme la terre, qui, avant le déluge, tirait de son sein l'eau pour s'arroser elle-même , sans avoir recours aux nuées du ciel, pour lui donner la fécondité. De même, M.F., tirez de votre propre cœur cette eau salutaire qui en changera les dispositions. Vous l'aviez arrosé avec l'eau bourbeuse de vos passions ; eh bien ! à présent, arrosez-le avec les larmes du repentir, de la douleur et de l'amour, et vous verrez que vous cesserez d'être un mauvais arbre, pour en devenir un qui portera du fruit pour la vie éternelle.
Pour vous montrer, M.F., que cela se peut très bien, en voici un exemple admirable dans la personne de sainte Madeleine. Voyez, d'après Jésus-Christ même, combien elle était un mauvais arbre, et ensuite, combien la grâce en a fait un bon arbre, qui a porté du bon fruit avec abondance. Saint Luc nous dit qu' « elle était une pécheresse, et connue pour telle dans toute la ville de Jérusalem . » Je vous laisse à penser ce que ces pa-roles, sorties de la bouche de Jésus-Christ même, veulent nous dire. C'était une jeune fille née avec les passions les plus vives, une beauté extraordinaire, de grands biens : ce qui est un feu qui allume encore davantage les pas-sions, qui les nourrit et les engraisse continuellement. Elle avait un grand attrait pour les plaisirs du monde, un goût extrême pour les modes et un grand désir de plaire ; de sorte que ses pensées et tous ses soins étaient employés à cela. Un air peu modeste annonçait déjà d'avance que son innocence ne tarderait pas de faire naufrage. Vaine idole du monde, elle cherche autant qu'elle peut à lui plaire, soit dans ses regards enflammés par un feu impur qui sort du fond de son cœur, soit dans toutes ses démarches et cet air efféminé qui parait sur son front. Tout cela annonce un arbre qui ne peut porter que de bien mauvais fruits. Elle reçoit avec une complaisance incroyable les profanes regards des mon-dains ; elle reçoit avec amour-propre les fades éloges des hommes ; elle aime à se produire, avec une joie au delà de ce que l'on peut comprendre, dans les assemblées du grand monde. Étant d'une grande beauté, possédant de grandes richesses, jeune et bien faite ; tout le monde, ce semble, n'avait du cœur, des yeux que pour elle. Les danses, les spectacles et le soin de plaire à tout le monde, font toute son occupation. Si elle se rend parmi les fidèles dans les lieux destinés à la prière, elle s'y rend avec empressement, non pour y pleurer ses péchés, comme elle l'aurait dû faire ; mais, bien mieux, pour s'y placer comme une idole, pour y voir et, encore plus, pour y être vue et admirée. Elle semble, par là, vou-loir disputer les cœurs à Dieu même et l'honneur qui n'est dû qu'à lui seul. Enfin, elle va si loin qu'elle finit par être un sujet de scandale à toute la ville de Jéru-salem. Les entretiens avec les jeunes gens, les embras-sements, les conversations peu modestes, les corrup-tions auxquelles elle se livre finissent par ne plus la faire regarder que comme une fille de mauvaise vie. Elle finit par être fuie et méprisée par tous les gens de bien. Tous les gens de la ville ne la nomment plus que la femme pécheresse et scandaleuse. Vous conviendrez avec moi que voilà un bien mauvais arbre ; si vous avez été aussi loin, il n'en est guère qui l'ait passée. Hélas ! M.F., quel fruit d'orgueil n'a pas porté cette tête embellie et ornée avec tant de soin ? hélas ! que de fruits de corruption n'a pas produit ce cœur pourri et brûlé par un feu impur ? Et ainsi de toutes les autres passions qui la dominaient. Je crois, M.F., qu'il est assez difficile de trouver un arbre plus mauvais. Eh bien ! M.F., vous allez voir que si nous voulons nous prêter à la grâce, qui jamais ne nous manquera plus qu'à Madeleine, quelque misérables que nous soyons, nous pouvons changer notre arbre, qui, jusqu'à présent n'a porté que de mauvais fruits ; nous pouvons lui en faire porter de bons, si seulement nous voulons nous prêter à la grâce qui vient à notre secours. De mauvais chrétien, nous pouvons devenir bon, et porter du fruit digne de la vie éternelle, ce que nous allons voir dans le retour de Madeleine.
Saint Jérôme nous dit que, pendant que Madeleine était ainsi abandonnée à tous ses désordres, le bruit de tant de miracles que le Sauveur faisait en guérissant les malades et ressuscitant les morts remplissait d'étonne-ment toute la Judée ; chacun s'empressait de voir un homme si extraordinaire. Madeleine, pour son bonheur, se trouva dans le nombre. Les premières paroles qu'elle entendit sortir de la bouche du Sauveur, ce fut la para-bole de l'enfant prodigue et celle du Bon Pasteur. Elle se reconnut véritablement dans cet enfant prodigue ; et reconnut le Sauveur pour le Bon Pasteur. Les traits de la grâce étaient trop vifs et trop perçants pour qu'elle n'en ressentit pas l'atteinte. Au récit de cette parole elle se sentit attendrie et touchée jusqu'aux larmes. Si tant de prodiges qu'elle a vus et entendus elle-même la remplissent d'étonnement, la grâce achève de la chan-ger, en faisant, d'un bien mauvais arbre, un très bon, qui doit porter des fruits excellents. Mais ce qui achève de la détacher d'elle-même et du péché, en rompant tout ce qui pouvait l'en retenir, ce fut cette grande bonté de Dieu pour les pécheurs. Ah ! M.F., que la grâce est puissante quand elle trouve un cœur bien disposé ! La voilà qui commence à ne plus penser ni agir de même, la grâce la poursuit, les remords de sa conscience la tourmentent, elle sent son cœur qui se brise de dou-leur de ses péchés ; ses yeux qui, autrefois, étaient si allumés du feu impur, et qui savaient si bien l'allumer dans le cœur des autres, commencent à verser des larmes amères. Comme son cœur avait goûté le premier les plaisirs du monde, elle veut aussi qu'il soit le pre-mier à ressentir tout le regret d'avoir fait mal. Dès lors, ce grand monde qui, autrefois, faisait tout son plaisir et son bonheur, ne fait plus que l'importuner et la dégoûter de plus en plus. Elle ne se trouve bien que séparée du monde et dans la retraite, où elle peut réflé-chir et verser des larmes en toute liberté. Son cœur se sent toujours percé plus vivement, à mesure qu'elle considère la vie qu'elle a menée jusqu'à présent, l'ou-trage qu'elle a fait à Dieu, le nombre d'âmes qu'elle a perdues par une vie mauvaise. Cet amour d'elle-même, cette orgueilleuse complaisance qu'elle avait dans sa beauté, tous ces profanes hommages qui la flattaient tout cela ne lui est plus qu'une vanité insensée et une espèce d'idolâtrie. Ce luxe immodeste, ces amusements mondains, qu'elle avait toujours regardés comme les privilèges de son âge et de son sexe, ne sont maintenant à ses yeux qu'une vie païenne et une véritable apostasie de sa religion. Ces sentiments passionnés, ces libertés indécentes, ces tendres attachements, autrefois si chers à son cœur, et tous ces mystères d'iniquités ne lui semblent à présent que crimes et abomination. Elle reconnaît, en versant des larmes en abondance, que si le bon Dieu l'avait ornée de tant de dons, cela n'était que pour qu'elle lui fût plus agréable. Elle n'en conçoit que plus vivement son ingratitude et sa révolte. Dans ces combats, elle apprend qu'un pharisien distingué a le bonheur de recevoir chez lui le Sauveur ; elle se rap-pelle tout ce qu'elle a entendu du Sauveur : « Oui, se dit-elle à elle-même, je ne peux plus douter qu'il soit ce Pasteur si bon et si charitable, et que moi, je ne sois cette brebis perdue. Ah ! s'écrie-t-elle, c'est à moi--même qu'il en voulait, lorsqu'il parlait de cet enfant prodigue ! oui, je me lèverai et j'irai le trouver ! » En effet, ne se possédant plus, elle se lève, foule aux pieds toutes ses plumes et toutes ses vanités ; elle court, ou plutôt la grâce, dont son cœur était déjà tout brûlant, l'entraîne ; foulant tout respect humain, elle entre dans la salle du festin avec un air abattu, ses cheveux, autrefois si bien tirés et frisés, tout épars, les yeux baissés et baignés de larmes, la confusion et la rou-geur sur le front ; elle se jette aux pieds du Sauveur qui était à table. « Ah ! Madeleine, Madeleine, s'écrie un Père de l'Église, que faites-vous, et qu'êtes-vous devenue ? où sont ces plaisirs, cette vanité et cet amour profane ? » Ah ! non, non, M.F., plus de Madeleine pécheresse, mais Madeleine pénitente, et une amante fidèle du Sauveur.
Oui, M.F., ce fut dans ce moment que tout changea en elle ; si elle avait tant perdu d'âmes par une vie si scandaleuse, elle va, par sa vie pénitente, en gagner encore plus qu'elle n'en a perdu. Elle n'a nul respect humain, elle accuse publiquement ses péchés devant une nombreuse assemblée, elle embrasse les pieds du Sauveur, elle les arrose de ses larmes, elle les essuie de ses cheveux. Non, non, M.F., Madeleine n'est plus Madeleine, mais une sainte amante du Sauveur. « Non, non, M.F., nous dit saint Augustin, dans Madeleine, plus de vanité, plus de plaisirs, plus d'amour profane, tout est saint et pur en elle. Oui, M.F., nous dit ce grand saint, ces parfums si recherchés qu'elle avait donnés tout au luxe, cette chevelure si bien parée et ornée, ces yeux animés d'un feu si dangereux, tout cela est maintenant purifié dans les larmes. Ah ! M.F., nous dit-il, qui pourrait nous faire connaître ce qui se passe dans son cœur ? Chacun de ceux qui furent témoins de ce coup de générosité la tourne en ridicule, la traite d'insensée, la blâme et la condamne, sinon Jésus-Christ lui-même, qui connaît bien que c'est sa grâce qui a tout fait en elle. » Il en est si touché qu'il ne lui parle nullement de ses péchés ; mais il prend un singulier plaisir à faire l'éloge de tout le bien qu'elle a fait, et cela devant tout le monde : « Allez, lui dit tendrement le Sauveur, vos péchés vous sont par-donnés, ne pleurez plus. »
Aussi voyons-nous que si le bon Dieu fut si miséricordieux envers elle, elle fut une des plus fidèles à lui tenir compagnie pendant sa Passion ; elle ne peut plus le quitter ; elle se jette au pied de la croix ; elle mêle ses larmes avec le sang adorable de Jésus-Christ. Après la mort du Sauveur, étant revenue le chercher dans son tombeau, ne l'ayant pas trouvé, elle s'en prend au ciel et à la terre, aux anges et aux hommes ; il faut qu'elle le trouve, à quel prix que ce soit. Le Sauveur, vaincu par son amour, ne peut plus se cacher à cette grande sainte pénitente. Il se montra le premier à elle pour lui dire qu'il était ressuscité comme il leur avait dit . Après l'Ascension du Sauveur, les Juifs, par haine de ce que Jésus-Christ l'aimait, la prirent, avec son frère Lazare et sa sœur Marthe, les exposèrent dans un mau-vais vaisseau sans gouvernail, dans l'espérance de les faire périr ; mais ce fut Dieu lui-même qui le conduisit : ils vinrent débarquer à Marseille, d'où, après quelque temps, Madeleine alla se retirer dans une solitude, pour y finir ses jours dans les larmes et la pénitence.
Eh bien ! M.F., ne conviendrez-vous pas avec moi qu'un arbre qui a porté de bien mauvais fruits, avec la grâce de Dieu peut en porter de très bons, dignes de plaire à Dieu et d'être récompensés pendant l'éternité ? Vous, M.F., qui avez porté des fruits aussi mauvais que Madeleine ; qui vous êtes roulés et livrés à bien des péchés ; qui, peut-être, dans la vie de Madeleine péche-resse, reconnaissez avoir fait tout cela ; hélas ! M.F., donc pleurez ! Que de péchés d'orgueil, de vanité, d'ava-rice, de vengeance et d'impureté ! Hélas ! mon Dieu ! que nous en verrons au grand jour du jugement, qui n'ont jamais paru aux yeux du monde, mais bien aux yeux de Dieu à qui rien n'est caché. Eh ! M.F., si vous avez, comme Madeleine, porté du mauvais fruit, qui vous empêche maintenant d'en porter de bon ? Vous avez entendu, comme Madeleine, le récit de la parabole de l'Enfant prodigue , où vous vous reconnaissez parfai-tement bien être ce pécheur ; vous avez entendu, comme Madeleine, le récit de la parabole du Pasteur qui court après sa brebis qui est perdue , vous ne manquerez pas de vous dire en vous-même : C'est moi-même que Jésus-Christ cherche par sa grâce, qui me donne tant de fois la pensée de me convertir. Pourquoi ne feriez-vous pas comme Madeleine, puisque vous sentez votre cons-cience qui crie, et la grâce qui vient à votre secours pour vous faire changer dans votre manière de vivre ? Pourquoi encore, après vous être réconciliés avec le bon Dieu par la grâce du sacrement de Pénitence, ne feriez--vous pas comme Madeleine, qui, non contente d'avoir quitté le mal, s'attache au bon Dieu de tout son cœur et pour toute sa vie ? Croyez-vous que la grâce vous man-que ? Non, M.F., non, votre âme est aussi précieuse aux yeux de Dieu que celle de Madeleine, et, par conséquent, vous êtes sûrs que jamais la grâce ne vous manquera pour vous convertir et persévérer.

II. - En deuxième lieu, M.F., nous lisons dans l'Écriture sainte que le Seigneur disait à son peuple, en lui parlant de la nécessité de faire des bonnes œuvres pour lui plaire et pour être du nombre des saints : « Les choses que je vous demande ne sont pas au--dessus de vos forces ; pour les faire, il n'est pas néces-saire de vous élever jusqu'aux nues, ni de traverser les mers ; tout ce que je vous commande est, pour ainsi dire, sous vos mains, dans votre cœur et autour de vous . » Je peux bien, M.F., vous répéter la même chose : il est vrai que jamais nous n'aurons le bonheur d'aller au ciel si nous ne faisons pas de bonnes œuvres ; mais ne nous effrayons pas, M.F. : ce que Jésus-Christ demande de nous, ce ne sont pas des choses extraordi-naires, ni au-dessus de notre portée, il ne demande pas de nous que nous soyons tout le jour à l'église, ni même de faire de grandes pénitences : c'est-à-dire, jusqu'à ruiner notre santé, ni même encore de donner tout notre bien aux pauvres, (quoiqu'il soit très véri-table que nous sommes obligés de donner aux pau-vres, autant que nous le pouvons, ce que nous devons faire pour plaire à Dieu qui nous le commande et pour racheter nos péchés). Il est encore vrai que nous devons pratiquer la mortification en bien des choses, dompter nos penchants. Il n'est pas douteux qu'une personne qui vit sans se mortifier est une personne qui ne vien-dra jamais à bout de se sauver. Il n'est pas douteux que, quoique nous ne puissions être tout le jour à l'église, ce qui serait un grand bonheur pour nous ; cependant nous savons très bien que nous ne devons jamais man-quer à nos prières, du moins le matin et le soir. - Mais, me direz-vous, il y en a plus d'un qui ne peuvent pas jeûner, d'autres qui ne peuvent donner l'aumône, d'autres qui sont tellement occupés que souvent ils ont peine à faire leur prière le matin et le soir, comment pourront-ils donc se sauver, puisqu'il faut prier conti-nuellement et qu'il faut nécessairement faire de bonnes œuvres pour avoir le ciel ? - Puisque toutes nos bonnes œuvres se réduisent à la prière, au jeûne et à l'aumône, M.F., nous pourrons facilement faire tout cela, comme vous allez le voir.
Oui, M.F., quoique nous ayons mauvaise santé, et que nous soyons même infirmes, il y a un jeûne que nous pouvons faire facilement. Fussions-nous même bien pauvres, nous pouvons encore faire l'aumône, et, quelque grandes que soient nos occupations, nous pouvons prier le bon Dieu sans rien déranger de nos affaires, prier soir et matin, et même toute la journée, et voici comment.
1° Nous pratiquons un jeûne qui est très agréable à Dieu, toutes les fois que nous nous privons de quelque chose qu'il nous ferait plaisir de faire, parce que le jeûne ne consiste pas tout dans la privation du boire et du manger ; mais, de ce qui nous flatte le plus dans notre goût ; les uns peuvent se mortifier dans la manière de s'arranger, les autres dans les visites qu'ils veulent faire aux amis qu'ils aiment à voir ; les autres, dans les paroles et les discours qu'ils aiment à tenir ; celui-ci fait un grand jeûne, et qui est très agréable à Dieu, quand il combat son amour-propre, son orgueil, sa répugnance à faire ce qu'il n'aime pas faire, ou en étant avec des personnes qui contrarient son caractère, ses manières d'agir. Vous pouviez aller dans cette certaine compagnie sans même offenser le bon Dieu ; mais vous vous en privez pour le bon Dieu : voilà un jeûne qui est bien méritant. Vous trouvez-vous dans une occasion où vous pourriez contenter votre gourmandise ? au lieu de le faire, vous prenez, sans le faire apercevoir, ce qui vous convient le moins. Lorsque vous achetez des meubles ou des habillements, vous ne prenez pas ce qui vous con-viendrait le mieux : voilà encore un jeûne, dont la récompense vous attend à la porte du ciel pour vous aider à entrer. Oui, M.F., si nous voulions bien nous y prendre, non seulement nous trouverions chaque jour de quoi pratiquer le jeûne, mais encore, à chaque instant de la journée.
Mais, dites-moi, y a-t-il encore un jeûne qui soit plus agréable à Dieu que de faire et de souffrir avec patience certaines choses qui souvent vous déplaisent grande-ment ? Sans parler des maladies, des infirmités et tant d'autres afflictions qui sont inséparables de notre misé-rable vie, combien n'avons-nous pas l'occasion de nous mortifier en souffrant ce qui nous gêne et nous répugne ? Tantôt c'est un ouvrage qui nous ennuie ; tantôt, c'est une personne qui nous déplaît, d'autres fois, c'est une humiliation qu'il nous coûte de souffrir. Eh bien ! M.F., si nous souffrons tout cela pour le bon Dieu, et uni-quement pour lui plaire, ce sont là les jeûnes les plus agréables à Dieu et les plus méritants. Vous êtes obligés, pendant toute l'année, de travailler à des ouvrages bien pénibles, qui souvent semblent vous faire mourir, ne vous donnant pas même le temps de respirer. Oh ! M.F., que de trésors vous ramasseriez pour le ciel, si vous vouliez, en ne faisant que ce que vous faites ; si, au milieu de vos peines, vous aviez la précaution d'élever votre cœur vers le bon Dieu, en lui disant : « Mon bon Jésus, j'unis mes peines à vos peines, mes souffrances à vos souffrances ; faites-moi la grâce que je me trouve toujours content dans l'état où vous m'avez placé. Je bénirai votre saint nom en tout ce qui m'arrivera ! » Oui, M.F., si vous aviez le grand bonheur de vous comporter de cette manière, toute votre misère, tous vos travaux deviendraient comme autant de fruits très précieux, que vous présenteriez au bon Dieu, à l'heure de votre mort. Voilà, M.F., comment chacun, dans son état, peut pratiquer une espèce de jeûne très méri-toire et qui lui sera bien compté pour l'éternité.
2° Nous disons qu'il y a une sorte d'aumône que tout le monde peut faire. Vous voyez donc bien que l'au-mône ne consiste pas seulement à nourrir ceux qui ont faim et à donner des habits à ceux qui n'en ont pas ; mais ce sont tous les services que l'on rend au prochain, soit pour le corps, soit pour l'âme, quand nous le fai-sons en esprit de charité. Quand nous avons peu, eh bien ! nous donnons peu ; et quand nous n'avons pas, nous prêtons si nous le pouvons. Celui qui ne peut pas fournir au besoin des malades, eh bien ! il peut les visiter, leur dire quelques paroles de consolation, prier pour eux, afin qu'ils fassent un bon usage de leur ma-ladie. Oui, M.F., tout est grand et précieux aux yeux du bon Dieu, lorsque nous agissons par un motif de religion et de charité, parce que Jésus-Christ nous a dit qu'« un verre d'eau ne serait pas sans récompense » Vous voyez donc, M.F., que quoique nous soyons bien pauvres, nous pouvons facilement faire l'aumône.
3° Je dis que, quelque grandes que soient nos occu-pations, il y a une espèce de prière que nous pouvons faire continuellement, sans même nous déranger de nos occupations, et voici comment cela se fait. C'est en tout ce que nous faisons, de ne chercher qu'à faire la volonté de Dieu. Dites-moi, M.F., est-il bien difficile de ne cher-cher qu'à faire la volonté de Dieu dans toutes nos actions, quelque petites qu'elles soient ? Oui, M.F., avec cette prière tout devient méritoire pour le ciel ; et, sans cette volonté, tout est perdu. Hélas ! que de biens sans récompense, qui nous aideraient tant pour gagner le ciel en ne faisant que ce que nous faisons !
Mais, me direz-vous, quels sont donc les fruits qu'un père et une mère de famille doivent porter ? - M.F., les voici. Il y a les bons fruits que nous devons tous porter en général, tels que l'humilité, la charité, la pureté et ainsi de toutes les autres vertus qui nous conviennent à tous. Il y en a qui voudraient pouvoir rester tout le jour et la nuit cachés dans un coin de leur maison et y pleurer leurs péchés, ce qui cependant serait très bon ; mais les fruits les plus précieux pour eux, c'est de bien ins-truire leurs enfants, de leur faire connaître, avec la grâce du bon Dieu, la fin pour laquelle ils sont sur la terre ; c'est de leur apprendre à prier le bon Dieu avec attention, avec respect ; c'est de ne jamais leur donner de mauvais exemples, de leur parler souvent des souf-frances que Jésus-Christ a endurées pour nous mériter le ciel, du regret que nous aurons à l'heure de la mort d'avoir méprisé tout cela ; c'est de ne jamais parler mal de la religion ni du prochain devant eux ; de leur faire concevoir un grand mépris pour les plaisirs du monde et pour toutes les choses du monde, qui ne sont que bien peu, puisque nous restons si peu sur la terre ; c'est de leur faire considérer le service du bon Dieu comme la seule chose qui puisse nous consoler en ce monde et, adoucir nos peines ; c'est de leur faire bien connaître que, n'étant sur la terre que pour Dieu seul, jamais nous ne serons heureux si nous ne servons pas le bon Dieu avec zèle et avec amour. C'est encore de faire sou-vent des jeûnes et aumônes, ou d'autres bonnes œuvres pour ses enfants, surtout quand on voit qu'ils sont dans l'éloignement de Dieu et qu'ils vivent comme s'ils n'avaient point d'âmes à sauver. Voilà, M.F., les fruits qu'un père et une mère doivent porter et qui sont les seuls que le bon Dieu demande d'eux. Comme les maîtres et maîtresses ont les mêmes obligations à rem-plir envers leurs domestiques, ils doivent porter les mêmes fruits : c'est-à-dire, faire tout ce que les pères et mères sont obligés de faire envers leurs enfants. De sorte qu'en faisant cela, vous faites une prière conti-nuelle, tout en ne cherchant qu'à faire la volonté de Dieu dans chaque action que vous avez le bonheur de faire. Un enfant, qui, dans tous les devoirs qu'il rend à ses parents, n'a en vue que de plaire à Dieu, qui lui ordonne de respecter, d'aimer ses parents, d'en avoir soin, de les soulager dans leurs misères, ou de les con-soler dans leurs chagrins ou maladies, et de prier le bon Dieu pour eux ; voilà, M.F., les fruits précieux que le bon Dieu demande de lui, et dont il sera récompensé pendant l'éternité.
Un laboureur ou un ouvrier qui supportent la mau-vaise humeur de ceux qui les occupent, qui offrent leurs peines et les mauvais temps qu'ils endurent, dans la seule vue de plaire à Dieu et de sauver leurs âmes : voilà du bon fruit, et une prière continuelle que Dieu ne laissera pas sans récompense. Ah ! M.F., que d'occasions de mérite nous laissons échapper, et qui nous condui-raient à grands pas au ciel, si nous avions le bonheur d'offrir à Dieu toutes nos actions ; si nous le priions de bénir nos travaux, de bien régler nos démarches et de présider à tout ce que nous faisons ; si nous avions soin de conserver et de renouveler de temps en temps nos intentions dans notre travail. M.F., disons souvent à Dieu : « Ayez pitié de moi ! venez à mon secours ; mon Dieu, je ne veux rien faire que ce qui peut vous plaire. » Vous conviendrez avec moi que toutes ces prières ne vous dérangeront en rien dans vos travaux ; tous ces jeûnes n'incommoderont nullement votre santé ; vous avez vu que nous pouvons bien faire des aumônes sans avoir de l'or ni de l'argent, et une infinité de bonnes œuvres qui ne nous coûteront qu'un peu de vigilance et de contrainte.
Cependant, M.F., je vous dirai 1° que pour que ces œuvres soient méritoires pour le ciel, il faut qu'elles soient faites en état de grâce, parce que vous savez aussi bien. que moi que toutes les bonnes œuvres que nous faisons étant en état de péché sont mortes pour le ciel. Il est vrai qu'elles peuvent mériter notre conversion, ce qui est déjà un grand bonheur ; mais elles ne seront point récompensées pour le ciel ; c'est une vérité expres-sément marquée dans l'Évangile , ce qui nous doit grandement faire prendre garde de ne jamais rester dans le péché, puisque tout le bien que nous faisons, ne nous accompagnera pas devant le tribunal de Jésus-Christ. Ah ! malheureux qui, depuis tant de temps, croupissez dans le péché, que de bonnes œuvres perdues, qui vous auraient conduits sûrement au ciel ! Hélas ! de quoi vous servent tous vos maux et toutes les misères de la vie, sinon à vous perdre ? O mon Dieu ! que de chrétiens perdus qui, en ne faisant que ce qu'ils font, se sauve-raient si bien !
2° Nous disons qu'il faut agir par un motif surna-turel : c'est-à-dire, par amour pour Dieu, en vue de notre salut ; parce que, si vous agissez par un motif purement naturel, comme par exemple : si vous ne tra-vaillez que pour bien faire vos affaires, gagner votre vie, nourrir et entretenir vos enfants ; cela n'a rien de plus parfait que ce que font les païens ; dans cela, il n'y a point de récompense pour le ciel. Si vous ne rendez service au prochain que parce qu'il est votre parent ou votre ami, parce que vous êtes touché de compassion des maux qu'il éprouve ; mais que vous n'ayez pas en vue de plaire à Dieu et le salut de votre âme, votre tra-vail et toutes vos aumônes seront bien récompensés dans ce monde ; mais jamais pour le ciel. Hélas ! M.F., que de bonnes œuvres perdues ! Combien parmi nous, M.F., qui ont fait bien des bonnes œuvres, rendu bien des services au prochain, qui ont fait même de grands sacrifices ; mais qui, n'ayant pas la pensée de le faire pour plaire à Dieu, n'en auront point de récompense ! Oui, M.F., si nous voulons que tout ce que nous faisons soit récompensé pour le ciel, il faut avoir, le matin, en nous éveillant, la pensée de faire tout ce que nous ferons pendant la journée dans la seule vue de plaire au bon Dieu et pour le salut de notre âme, et renouveler cette offrande, de temps en temps, dans le courant du jour. Il faut que, toujours, la pensée de plaire à Dieu nous accompagne partout, car tout ce que nous faisons, séparé de cette pensée, est perdu pour le ciel.
N'ai-je pas bien raison, en vous disant que l'igno-rance sera la cause de la perte du plus grand nombre des chrétiens ? Hélas ! que de chrétiens qui ont peut--être plus de cinquante ans et qui n'ont jamais eu cette pensée de plaire à Dieu en faisant leur travail, leur prière, leurs aumônes, et en rendant quelques services à leur prochain ! Ah ! M.F., si nous voulions !... Que de fruits nous pourrions porter pour le ciel, si nous vou-lions ne plaire qu'à Dieu seul dans tout ce que nous faisons ; et bien plus, que nous en ferions porter à d'autres ! Nous en avons un bel exemple dans la personne de saint Denis. Étant arrivé à Paris qui était encore plongé dans l'idolâtrie, il fit tant par ses prières, ses instructions et ses miracles, que tous ces peuples qui n'étaient que de bien mauvais arbres et ne por-taient que de bien mauvais fruits, devinrent presque tous des arbres capables de porter du fruit pour la vie éternelle. Les prêtres des idoles, voyant le nombre de personnes qu'il convertissait, allèrent trouver le gouverneur, en lui disant qu'un nouveau prédicateur faisait un grand mépris de ses dieux, et que presque tous les habitants se faisaient chrétiens. Le gouverneur entra dans une grande colère contre saint Denis, le fit prendre, et jeter dans un cachot, où on lui fit subir tout ce que la rage des tyrans put inventer. On lui brisa tout le corps, en faisant rouler sur lui de gros quartiers de pierre. Le tyran, l'ayant fait reparaître devant son tribunal, lui dit finement que ses pensées avaient bien changé. Le saint lui répondit que les tour-ments les plus horribles, et la mort même, ne lui feraient jamais changer de sentiments. A ces paroles, le juge ne lui répondit que par une grêle de coups de fouets, armés de pointes de fer, qui lui déchirèrent le corps jusqu'aux entrailles. C'était un spectacle digne des anges, de voir un bon vieillard, qui avait plus de cent et six ans, chanter les louanges de Dieu pendant cette horrible boucherie. Le juge, voyant son courage, le fit étendre sur un chevalet ; on lui ouvrit toutes ses plaies avec des ongles de fer ; ensuite, l'ayant étendu sur un gril, on le rôtit à petit feu, ce qu'il endura sans lasser sortir de sa bouche une seule plainte. Ensuite, on le jeta dans une fournaise ardente, où le bon Dieu le garantit d'être brûlé. Après cela, il fut attaché à une croix, d'où il prêchait au peuple, comme d'une chaire. Le tyran, voyant que rien ne pouvait le vaincre, le condamna à avoir la tête tranchée ; et c'est une tradi-tion aussi ancienne que sa mort, que son corps, s'étant levé, prit sa tête entre ses mains, fit près d'une lieue jusqu'à ce qu'il trouva une personne qu'il avait convertie, et il tomba à ses pieds. Après tant de mira-cles, de prières et d'instructions, presque tous se con-vertirent .
Dites-moi : n'est-ce pas là un arbre qui a porté du bon fruit et qui en fait porter aux autres ? Ah ! M.F., si nous étions bons chrétiens nous-mêmes, que de fruits nous porterions pour la vie éternelle ! Que de fruits nos bons exemples feraient porter aux autres ! Prenons donc bien garde de ne pas nous trouver du nombre de ceux à qui Jésus-Christ dira : « Otez cet arbre, qui n'a point porté de bons fruits ; coupez -le et jetez-le dans le feu . » Mais au contraire, M.F., tâchons que tout ce que nous faisons ou disons soit du fruit pour le ciel, par une grande pureté d'intention, et, par là, nous aurons le bonheur d'entendre de la bouche de Jésus-Christ même ces paroles : « Venez, les bénis de mon Père, prendre possession du royaume des cieux , parce que tout ce que vous avez fait, vous ne l'avez fait qu'en vue de me plaire. » C'est ce que je vous souhaite...

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:20
Vous voyez, M.F., combien le Seigneur punit ce maudit péché d'hypocrisie. Hélas ! combien de pauvres personnes que le démon trompe là-dessus, qui, non seulement perdent tout le mérite du bien qu'elles font, mais encore leurs actions deviennent pour elles un sujet de condamnation. Cependant je vous dirai, M.F., que ce n'est pas la grandeur des actions qui leur donne le mérite, mais la pureté d'intention avec laquelle nous les faisons. L'Évangile nous en donne un bel exemple. Saint Marc rapporte que Jésus-Christ étant entré dans le temple, s'assit vis-à-vis du tronc où l'on jetait les aumônes pour les pauvres . Il observa de quelle manière le peuple y jetait cet argent ; il vit que plusieurs riches y jetaient beaucoup ; il vit en même temps une pauvre femme veuve qui s'approcha humblement du tronc et y mit seulement deux pièces de monnaie. Alors Jésus-Christ appela ses apôtres, et leur dit : « Voilà beaucoup de monde qui ont mis des aumônes considérables dans ce tronc, et voilà qu'une pauvre veuve n'y a mis que deux oboles ; que pensez-vous de cette différence ? A en juger selon les apparences, vous croirez peut-être que ces riches ont plus mérité ; et moi je vous dis que cette veuve a plus donné qu'eux, parce que ces riches n'ont donné que de leur abondance et de leur superflu, au lieu que cette veuve a donné même de son néces-saire ; la plupart des riches n'ont cherché que l'estime des hommes pour se faire croire meilleurs qu'ils ne sont, au lieu que cette veuve n'a donné qu'en vue de plaire à Dieu seul. » Bel exemple, M.F., qui nous apprend avec quelle pureté d'intention et avec quelle humilité nous devons faire toutes nos actions, si nous voulons en recevoir la récompense. Il est vrai que le bon Dieu ne nous défend pas de faire nos actions devant les hommes ; mais il veut que le monde n'y soit pour rien et que Dieu seul en soit le motif.
D'ailleurs, M.F., pourquoi voudrions-nous paraître meilleurs que nous ne sommes, en voulant faire voir du bien qui n'est pas en nous ? Hélas ! M.F., c'est que nous aimons à être applaudis dans ce que nous faisons ; nous sommes jaloux de cette forme d'orgueil et nous sacrifions tout pour nous la procurer : c'est-à-dire, nous sacrifions notre Dieu, notre âme et notre bonheur éter-nel. O mon Dieu, quel aveuglement ! Ah ! maudit péché d'hypocrisie, que tu traînes d'âmes en enfer, avec des actions qui, si elles étaient bien faites, les conduiraient droit au ciel ! Hélas ! une bonne partie des chrétiens ne se connaissent pas et ne cherchent pas même à se connaître ; l'on suit ses routines, ses habitudes, et l'on ne veut pas entendre raison ; on est aveugle et l'on marche en aveugle. Si un prêtre veut leur faire con-naître leur état, ils ne vous écoutent pas, ou s'ils font semblant de vous écouter, ils n'en font rien pour cela. Voilà, M.F., l'état le plus malheureux que l'on puisse imaginer et, peut-être, le plus dangereux.

III. - Nous avons dit que la troisième condition néces-saire à la véritable vertu est la persévérance dans le bien. Il ne faut donc pas se contenter de faire le bien pendant quelque temps : c'est-à-dire ; de prier, de se mortifier, de renoncer à sa volonté, de souffrir les défauts de ceux qui nous environnent, de combattre les tenta-tions du démon, de souffrir le mépris, les calomnies, de veiller sur tous les mouvements de notre cœur ; non, M.F., non, il faut continuer jusqu'à la mort, si nous vou-lons être sauvés. Saint Paul dit que nous devons être fermes et inébranlables dans le service de Dieu, et que nous devons travailler tous les jours de notre vie à la sanctification de nos âmes, sachant très bien que notre travail ne sera pas récompensé si nous ne persévérons pas jusqu'à la fin. « Il faut, nous dit-il, que ni les riches-ses, ni la pauvreté, ni la santé, ni la maladie, ne soient capables de nous faire quitter le salut de notre âme et de nous séparer de Dieu ; puisque nous sommes sûrs que le bon Dieu ne couronnera que les vertus qui auront été persévérantes jusqu'à la mort . »
C'est ce que nous voyons d'une manière admirable dans l'Apocalypse et dans la personne d'un évêque qui paraissait si saint, que Dieu lui-même en fait l'éloge. « Je sais, lui dit-il, toutes les bonnes œuvres que vous avez faites, toutes les peines que vous avez essuyées, la patience que vous avez eue ; oui, je sais que vous ne pou-vez souffrir les méchants et que vous avez enduré toutes ces choses pour la gloire de mon nom ; oui, je sais tout cela, cependant, j'ai un reproche à vous faire : c'est qu'au lieu de persévérer dans toutes vos bonnes œuvres, dans toutes vos vertus, vous vous êtes relâché, vous avez quitté votre première ferveur, vous n'êtes plus ce que vous étiez autrefois. Souvenez-vous d'où vous êtes déchu, reprenez votre première ferveur par une prompte pénitence, sinon je vais vous rejeter et vous punir . » Dites-moi, M.F., de quelle crainte ne devons-nous pas être saisis en voyant les menaces que Dieu fait lui-même à cet évêque, parce qu'il s'était un petit peu relâché ? Hélas ! M.F., que sommes-nous devenus, même depuis notre conversion ? Au lieu d'aller toujours en augmen-tant, hélas ! quelle lâcheté et quelle indifférence ! Non, le bon Dieu ne peut pas souffrir cette perpétuelle incons-tance où l'on passe de la vertu au vice et du vice à la vertu. Dites-moi, M.F., n'est-ce pas là votre conduite ou votre manière de vivre ? Votre pauvre vie est-elle autre chose qu'une suite de péchés et de vertus ? N'est-ce pas que vous vous confessez, et que, le lendemain, vous retombez et, peut-être, le même jour ? N'est-ce pas que vous avez promis de ne plus retourner avec ces per-sonnes qui vous ont porté au mal, et qu'à la première occasion, vous les avez reçues ? N'est-ce pas que vous vous êtes confessé d'avoir travaillé le dimanche, et que vous l'avez refait ? N'est-ce pas que vous avez promis au bon Dieu de ne plus retourner dans les danses, les jeux, les cabarets, et que vous avez retombé dans toutes ces fautes ! Pourquoi cela, M.F., sinon parce que vous n'avez qu'une fausse religion, une religion d'habitude et de penchant, et non une religion dans le cœur. Allez, mon ami, vous n'êtes qu'un inconstant. Allez, mon frère, vous n'avez qu'une fausse dévotion ; vous n'êtes, dans tout ce que vous faites, qu'un hypocrite et rien de plus le bon Dieu n'a pas la première place dans votre cœur ; mais bien le monde et le démon. Hélas ! M.F., combien de personnes qui, pendant un certain temps, semblent aimer le bon Dieu tout de bon, et ensuite l'abandonnent. Que trouvez-vous donc de dur et de pénible dans le ser-vice de Dieu, qui vous a si fort rebuté et vous a fait tourner du côté du monde ? Cependant, dans le moment où Dieu vous a fait connaître votre état, vous en avez gémi, vous avez reconnu combien vous vous étiez trompé. Hélas ! si vous avez peu persévéré, la raison de ce malheur est que le démon était bien fâché de vous avoir perdu ; il a tant fait qu'il vous a regagné, il espère maintenant vous garder tout à fait. Hélas ! que d'apos-tats, qui ont renoncé à leur religion, et qui ne sont plus chrétiens que de nom !
Mais, me direz-vous, comment peut-on connaître que nous avons la religion dans le cœur, cette religion qui ne se dément jamais ? - M.F., le voici : écoutez-le bien, et vous comprendrez si vous l'avez telle que Dieu la veut pour vous conduire au ciel. Une personne qui a une véritable vertu, rien n'est capable de la faire chan-ger, elle est comme un rocher au milieu de la mer et battu par la tempête. Qu'on vous méprise, que l'on vous calomnie, que l'on se moque de vous, que l'on vous traite d'hypocrite, de faux dévot : tout cela ne vous ôte nullement la paix de l'âme ; vous les aimez autant que vous les aimiez quand ils disaient du bien de vous ; vous ne laissez pas de leur faire du bien et de les soutenir quand même ils en disent du mal ; vous faites vos priè-res, vos confessions, vos communions, vous allez à la sainte Messe, tout comme à votre ordinaire. Pour mieux vous le faire comprendre, en voici un exemple. Il est rapporté que dans une paroisse, il y avait un jeune homme qui était un modèle de vertu. Il allait presque tous les jours à la sainte Messe, il communiait souvent. Il arriva qu'un autre, jaloux de l'estime que l'on avait de ce jeune homme, un jour qu'ils étaient tous les deux dans une compagnie avec un voisin qui avait une belle tabatière en or, le jaloux la prit de la poche de son voi-sin et la mit dans celle du jeune homme sans qu'il s'en aperçût. Après avoir fait ce coup, sans faire semblant, il lui demande à voir sa tabatière, l'autre croit la trou-ver dans sa poche et est bien étonné de ne pas la trouver. L'on ne laisse sortir personne de la chambre sans fouiller tout le monde ; on la trouve dans la poche du jeune homme qui était un modèle de sagesse. Voilà que tout le monde se met à crier au voleur et à tomber sur sa religion ; à le traiter d'hypocrite, de faux dévot. Ce jeune homme ne pouvait pas se défendre, vu qu'on l'avait trouvée dans sa poche ; il ne dit rien, il souffrit tout cela, comme venant de la main de Dieu. Quand il passait dans la rue, qu'il venait de l'église, de la messe ou de communier, tous ceux qui le voyaient passer le raillaient en l'appelant hypocrite, faux, dévot et voleur. Cela dura bien longtemps. Malgré tout cela, il continua toujours ses exercices de religion, ses confessions, ses communions et toutes ses prières, comme si tout le monde lui avait porté le plus grand respect. Au bout de quelques années, celui qui avait été cause de tout cela, étant tombé malade, confessa devant tous ceux qui étaient présents, que c'était lui-même qui avait été cause de tout le mal qu'on avait dit de ce jeune homme qui était un saint, et que, par jalousie, afin de le faire mé-priser, il lui avait mis cette tabatière dans sa poche.
Eh bien ! M.F., voilà une religion qui est une véri-table religion, qui a pris racine dans l'âme. Dites-moi, si tous ces pauvres chrétiens qui font profession de reli-gion étaient mis à de pareilles épreuves, imiteraient-ils ce jeune homme ? Hélas ! M.F., que de murmures, que de rancunes, que de pensées de vengeance ; et la médi-sance et la calomnie, et peut-être même aller en justice... On se déchaîne contre la religion, on la raille, on la méprise, on en dit du mal, l'on ne peut plus prier le bon Dieu, l'on ne peut plus entendre la sainte Messe, on ne sait plus ce que l'on fait, l'on en parle, on tâche de dire tout ce qui est capable de nous justifier, on ramasse tout le mal que cette personne a fait, on le dit à d'autres, on le répète à tous ceux que l'on connaît pour les faire passer pour des menteurs et calomnia-teurs. Pourquoi cette conduite, M.F. ? sinon que nous n'avons qu'une religion de caprice, de penchant et de routine, et, si nous disions mieux, parce que nous ne sommes que des hypocrites, qui ne servons le bon Dieu que lorsque tout va selon nos caprices. Hélas ! M.F., toutes ces vertus que nous voyons paraître dans le plus grand nombre des chrétiens ne sont que comme ces fleurs du printemps, qu'un seul coup de vent chaud brûle.
Nous disons encore que notre vertu, pour être véri-table, doit être constante : c'est-à-dire, qu'il faut que nous soyons aussi attachés à Dieu et aussi fervents dans les croix et le mépris que dans le temps où rien ne nous chagrine. C'est ce qu'ont fait tous les saints ; voyez toutes ces foules de martyrs qui ont enduré tout ce que la rage des tyrans a pu inventer, et qui, bien loin de se relâcher, au contraire, s'unissaient tou-jours de plus en plus à Dieu. Ni les tourments, ni le mépris qu'on faisait d'eux ne pouvaient les faire changer.
Mais, je crois que le plus beau modèle que je puisse vous donner, est le saint homme Job dans les épreuves que le bon Dieu lui envoya. Le Seigneur dit un jour à Satan : « D'où viens-tu ? » - « Je viens, lui répond le démon, de faire le tour du monde. » - « N'as-tu pas vu mon bon homme Job, qui est sans égal sur la terre par sa simplicité et la droiture de son cœur ? » Le démon lui répondit : « Ce n'est pas difficile qu'il vous serve et vous aime bien : vous le comblez de toutes sortes de bénédictions ; mais éprouvez-le un peu, et vous verrez s'il vous sera toujours fidèle. » Le Seigneur lui dit : « Je te donne tout pouvoir sur lui, sinon de lui ôter la vie. » Le démon plein de joie, dans l'espé-rance de le porter à murmurer contre Dieu, commence à lui faire périr tous ses biens qui étaient immenses. Vous allez voir la manière dont le démon s'y prit pour l'éprouver. Dans l'espérance de lui arracher quel-ques blasphèmes ou du moins quelques plaintes, il lui suscita, coup sur coup, toutes sortes d'ennuis, de dis-grâces et de malheurs, afin qu'il n'eût pas le temps de respirer. Un jour, qu'il était dans sa maison bien tranquille, tout à coup arrive un de ses domestiques tout effrayé. « Seigneur, lui dit-il, je viens vous annoncer un grand malheur : toutes vos bêtes de charge et vos animaux employés au labourage viennent d'être enlevés par des brigands, qui l'ont tué tous vos jeunes gens ; j'ai pu seul m'échapper pour venir vous l'annoncer. » Comme il parlait encore, voici un nouveau messager plus effrayé que le premier : « Hélas ! seigneur, un orage épouvantable est venu fondre sur nous, le feu du ciel a dévoré tous vos troupeaux et a brûlé tous vos pasteurs, j'ai été seul conservé pour venir vous l'annoncer. » Il n'a pas achevé, qu'un troisième arrive, parce que le démon ne voulait pas lui donner le temps de respirer et de se reconnaître. Ce troisième lui dit d'un air tout consterné : « Nous avons été attaqués par des voleurs, qui nous ont enlevé tous vos chameaux et tous vos serviteurs, et la fuite m'a dérobé seul au carnage pour venir vous en instruire. » A ces mots, un quatrième entre tout en pleurs : « Ah ! seigneur, lui dit-il, vous n'avez plus d'enfants !... comme ils mangeaient tous ensemble, tout à coup une furieuse tempête a renversé la maison, et les a tous écrasés sous ses ruines, ainsi que tous vos domestiques ; je suis seul sauvé par miracle. » Pendant le récit de tant de maux selon le monde, il n'est pas douteux que son âme fut émue de compassion de la mort de ses pauvres enfants. A l'instant même, tout le monde lui tourne le dos et l'abandonne : chacun s'enfuit de son côté, il reste tout seul avec le démon qui était dans l'espérance que tant de maux le porteraient au désespoir, ou, du moins, à quelques plaintes, à quelque impatience ; car il faut bien croire que la vertu, quelque solide qu'elle soit, ne rend pas insensible aux maux que nous éprou-vons, les saints n'ont pas plus que nous un cœur de marbre. Ce saint reçoit, dans un seul instant, tous les traits les plus sensibles à un grand du monde, à un riche et à un bon père. Dans un seul jour, de prince et par conséquent du plus heureux des hommes, il devient le plus malheureux, accablé d'infortunes, privé de tout ce qu'il avait de plus cher au monde. Fondant en larmes, il se prosterne la face contre terre ; mais que fait-il ? se plaint-il ? murmure-t-il ? Non, M.F., non. L'Écri-ture sainte nous dit qu'il adore et respecte la main qui le frappe ; il fait au Seigneur le sacrifice de ses richesses, de sa famille ; il le fait avec la résignation la plus généreuse, la plus parfaite et la plus entière en disant : « Le Seigneur est le maître de tous mes biens comme il en est l'auteur ; tout cela n'est arrivé que de la manière qu'il a voulu ; que son saint nom soit béni en toutes choses ! »
Que pensez-vous, M.F., de cet exemple ? Est-ce là une vertu solide, constante et persévérante ? Croyons-nous, M.F., avoir quelque vertu, lorsqu'à la première épreuve nous murmurons et souvent nous abandon-nons le service de Dieu ? Mais ce n'est pas tout, le démon voyant qu'il n'avait rien gagné, l'attaqua lui--même ; son corps ne fut plus qu'une plaie, sa chair se détachait par lambeaux. Voyez encore, si vous voulez, saint Eustache, combien il fut constant dans tout ce que le bon Dieu lui envoya pour l'éprouver !
Hélas ! M.F., qu'il y aurait peu de chrétiens qui ne se laisseraient pas aller à la tristesse, au murmure et peut-être au désespoir, maudiraient leur sort, conser-veraient, de la haine contre Dieu en pensant : « Qu'a-vons-nous fait pour être traités de cette manière ! » Hélas ! M.F., que de vertus qui n'ont que l'apparence, qui sont tout extérieures, et qui, à la moindre épreuve, se démentent !
Concluons, M.F., en disant qu'il faut que notre vertu, pour être solide et agréable à Dieu, soit dans le cœur, rapporte tout à Dieu, cache ses bonnes œuvres autant que nous pouvons. Il faut bien prendre garde de ne pas nous relâcher dans le service de Dieu ; au contraire, nous devons toujours aller en augmentant, et c'est par là que tous les saints se sont assuré leur bonheur éternel. C'est ce que je vous souhaite...
7ème dimanche après la Pentecôte
Sur le Mensonge

Attendite a falsis prophetis.
Gardez-vous des faux prophètes.
(S.Matth., VII, 15.)

Gardez-vous bien, nous dit Jésus-Christ, de fré-quenter toute personne qui use de fourberie dans ses paroles et dans ses actions. En effet, M.F., nous voyons que rien n'est plus indigne d'un chrétien, lequel doit être un fidèle imitateur de son Dieu qui est la droiture et la vérité même, que de penser une chose et de dire l'autre. Aussi Jésus-Christ, dans l'É-vangile, nous recommande de ne jamais mentir : « Dites oui ou non, cela est ou cela n'est pas . » Saint Pierre nous dit que « nous devons être semblables aux petits enfants, qui sont simples et sincères, ennemis de tout mensonge et de toute dissimulation . Oui, M.F., si nous voulons examiner les suites funestes de la dupli-cité et du mensonge, nous voyons qu'ils sont la source d'une infinité de maux qui désolent le monde. Arrêtons -nous un instant, M.F., à une morale si peu connue, et qui est cependant si nécessaire. Non, M.F., il n'y a point de vice plus répandu dans le monde que la dupli-cité et le mensonge : c'est dans ce sens que l'on dit que presque tous les hommes sont menteurs. Si nous vou-lons, M.F., plaire à Dieu nous devons grandement craindre de contracter une si mauvaise habitude, qui est d'autant plus dangereuse que tout la favorise et la fomente. Pour vous en donner autant d'horreur que vous en devez avoir, je vais vous montrer 1° ce que c'est que le mensonge et la duplicité ; 2° combien le bon Dieu lui-même l'a en horreur, et 3° combien il le punit, même en ce monde.

I. - Si je demandais à un enfant ce que c'est que men-tir, il me répondrait : « Monsieur le curé, mentir, c'est parler contre sa pensée, c'est dire une chose et en pen-ser une autre. »
Mais, direz-vous, en combien de manières est-ce que l'on ment ? - Le voici, M.F., écoutez-le bien. L'on ment 1° par orgueil, quand l'on raconte ce que l'on a fait ou dit et qu'on l'augmente , que l'on dit plus qu'il n'y en a ; 2° l'on ment pour porter perte à son prochain, en disant du mal de sa personne et de ses marchandises, ou quand l'on dit des choses qui sont fausses, et cela, par vengeance ; 3° l'on ment pour faire plaisir au pro-chain : ce qui arrive quand nous cachons certains défauts que nous devrions faire connaître, comme font les domestiques ou les enfants qui voient des gens de la maison voler leurs maîtres ; et étant interrogés, soutiennent que cela n'est pas, qu'ils ne les ont jamais vus ; ou bien, c'est quand nous sommes appelés en justice et que nous ne disons pas la vérité pour ne pas faire condamner les personnes que nous aimons ; 4° nous mentons pour vendre plus cher ou pour acheter à meilleur marché : ce que nous faisons par avarice ; 5° nous mentons pour attraper quelqu'un, ou pour faire rire et amuser la compagnie ; 6° nous mentons en nous confessant.
Voilà, M.F., les mensonges les plus ordinaires et que nous devons bien expliquer dans nos confessions, puis-que vous voyez que nous avons des sentiments diffé-rents dans chaque mensonge que nous disons. Oui, M.F., de quelque côté que nous considérions le men-songe et la duplicité, ils nous doivent paraître infiniment odieux. D'abord, du côté de Dieu, qui est la vérité même, ennemi de tout mensonge. Hélas ! M.F., que nous connaissons peu ce que c'est que ce péché ! Com-bien de péchés qui sont des mensonges mortels, et qui, par conséquent, donnent la mort à notre âme et nous ravissent le ciel pour jamais ! En effet, M.F., mentir par orgueil c'est un péché mortel, en disant plus que nous n'avons fait ou dit pour nous faire estimer. Mentir en justice est aussi un péché mortel si l'on cache la vérité ; mentir par vengeance, en est un aussi ; mentir en confession est un sacrilège. Hélas ! mon Dieu, que le mensonge conduit d'âmes en enfer ! Mais supposons, M.F., que vos mensonges, ou du moins le plus grand nombre, ne soient que des péchés véniels ; avons-nous bien compris ce que c'est que le péché véniel ? Parcou-rez toutes les différentes circonstances de la mort et de la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ jusque sur le Calvaire, examinez tout ce qu'il a souffert, et alors vous pourrez vous faire une idée de la grandeur du mensonge et de l'outrage qu'il fait à Dieu. Vous dites que le mensonge ne donne pas la mort à notre âme, ni à Jésus-Christ ! Ah ! malheureux ! vous comptez donc pour rien son agonie au jardin des Olives, lorsqu'il fut pris, lié et garrotté par ses ennemis ? Vous comptez donc pour peu de chose, M.F., lorsqu'il fut couronné d'épines et fla-gellé, où son pauvre corps fut réduit tout en sang ? Vous comptez donc pour peu de chose les tourments qu'il en-dura pendant cette nuit affreuse, où on lui fit subir tout ce que jamais les hommes ni les anges ne pourront com-prendre ? Vous comptez donc pour rien les horreurs qu'on lui fit essuyer en portant sa croix sur le Calvaire ? Eh bien ! M.F., voilà les tourments que le mensonge procure à Jésus-Christ. C'est-à-dire que chaque men-songe que nous disons, selon qu'il est plus ou moins mauvais, conduit Notre-Seigneur Jésus-Christ jusqu'au Calvaire. Dites-moi, M.F., croiriez-vous que vous avez traité Jésus-Christ, notre tendre Sauveur, d'une manière si indigne, toutes les fois que vous dites des men-songes ? Hélas ! que celui qui pèche connaît peu ce qu'il fait !

II. - Si nous considérons le mensonge par rapport à nous-mêmes, nous verrons combien il nous éloigne de Dieu, combien il affaiblit en nous la source de ses grâces, combien il porte le bon Dieu à nous diminuer ses bien-faits. Hélas ! que de chrétiens qui ont commencé leur damnation par ces péchés et qui maintenant sont en enfer ! Mais, d'un autre côté, considérons-le par rapport à notre dignité de chrétiens : nous, M.F., qui, par le Baptême, sommes devenus les temples du Saint-Esprit qui est ennemi de tout mensonge, hélas ! M.F., dès que nous avons le malheur de mentir, le Saint-Esprit s'en va et nous abandonne, et le démon prend sa place et devient notre maître. Voilà, M.F., les tristes effets et les ravages effroyables que le mensonge produit en celui qui est si aveugle que de le commettre. Cependant, M.F., que ces péchés sont communs dans le monde ! Voyez ces pères et mères qui ne cessent de vomir ces péchés pendant toute la journée à leurs enfants, sous prétexte de les amuser et d'en avoir la paix. Hélas ! ces pauvres misérables ne voient pas qu'ils attirent la malé-diction sur leurs pauvres enfants, et qu'ils chassent le Saint-Esprit de leur cœur en leur donnant aussi l'habi-tude de mentir. - Mais, me diront ces pères et mères qui n'ont jamais connu leur devoir, c'est pour les faire rester tranquilles. Ils nous sont toujours après, cela ne porte de perte à personne. - Cela ne porte perte à per-sonne ? Mon ami, ne comptez-vous pour rien d'éloigner de vous le Saint-Esprit, de diminuer en vous la source des grâces pour votre salut ? Ne comptez-vous pour rien d'attirer la malédiction du ciel sur vos pauvres enfants ? Ne comptez-vous pour rien de prendre Jésus-Christ lui--même et de le conduire jusqu'au Calvaire ? Mon Dieu ! que nous connaissons peu le ravage que le péché fait dans celui qui a le malheur de le commettre !
Mais, cependant, il faut convenir que vos mensonges les plus ordinaires et les plus pernicieux sont ceux que vous dites dans les ventes et dans les achats que vous faites les uns avec les autres : sur quoi je trouve une belle expression de l'Écriture sainte. « Le mensonge, nous dit le Saint-Esprit, est entre le vendeur et l'ache-teur comme un morceau de bois serré entre deux pier-res ; » c'est-à-dire, c'est à celui qui aura le plus de ruses et de fourberie et moins de bonne foi, et dira le plus de mensonges. Voyez l'acheteur : il n'y a sorte de men-songe qu'il ne dise pour rabaisser autant qu'il peut la marchandise qu'il achète ; il y trouve mille défauts, grands ou petits. Voyez le vendeur : de son côté, il invente toutes sortes de faussetés pour relever le prix de sa marchandise. Chose étrange ! M.F., celui qui vient de l'acheter il n'y a qu'un instant, qui en disait tant de mal, qui y trouvait mille défauts, maintenant qu'il en est maître, il n'y a mensonge qu'il ne dise pour en relever le prix et la faire valoir plus qu'elle ne vaut ; et, pour justifier que cela est vrai, que de serments faux ! que de fourberies ! que de paroles inutiles ! Mais, d'où vient tout cela, M.F. ? du désir d'avoir du bien ou de l'argent, qui nous fait préférer un bien périssable au salut de notre âme et à la jouissance de Dieu. Hélas ! qui pourra jamais comprendre combien nous sommes misérables, de vendre notre âme, le ciel et notre Dieu, pour si peu de chose ?
Mais, me direz-vous, il est bien permis de louer ses marchandises. - Oui, sans doute, mon ami, quand nous ne disons que la vérité ; mais est-il permis de mentir pour tromper votre voisin ? Vous savez très bien que non. Si quelqu'un vous a trompé dans quelque marché, vous dites vite qu'il est un fripon, un adroit, que vous n'auriez jamais dit cela de lui ; et vous, à la première occasion, vous en trompez un autre si vous le pouvez, et vous seriez un brave homme ? Comprenez-vous bien, M.F., jusqu'à quel point l'avarice vous aveugle ? - Mais, me direz-vous, quand on vend quelque chose, est-on obligé de faire connaître les défauts ? - Oui, sans doute, quand vous vendez quelque chose qui a des défauts cachés, que le marchand ne peut ni voir ni con-naître, vous êtes obligés de les faire connaître, si-non vous êtes aussi coupables, et même plus, que si vous lui preniez son argent dans sa poche ; parce qu'il se méfierait de vous, au lieu qu'il se confie à vous, et vous le trompez. Si cela vous est arrivé, vous devez rendre et réparer la perte que vous lui avez causée. Si c'est dans une foire, et que vous ne connaissiez nulle-ment la personne ni ses parents, vous devez le donner aux pauvres, afin que le bon Dieu bénisse cette personne dans ses biens pour la compenser du tort que vous lui avez fait. Ne croyez pas, M.F., que le bon Dieu laisse passer tout cela ; vous verrez qu'au jour du jugement, vous allez retrouver toutes les injustices que vous avez commises dans vos ventes et vos achats ; et cela, jusqu'à un sou.
Mais, me direz-vous, l'on m'a bien trompé, et quand on me trompe l'on ne me rend pas ; je fais aux autres comme l'on a fait à moi-même ; tant pis pour celui qui se laisse attraper. - Oui, sans doute, M.F., voilà le langage du monde : c'est-à-dire, des gens sans reli-gion. Mais, dites-moi, M.F., êtes-vous bien persuadés que lorsque vous irez paraître devant le tribunal de Jésus-Christ, il va recevoir toutes ces frivoles excuses ? Que vous dira-t-on ? « Misérables, est-ce parce que les autres faisaient mal, se damnaient et me faisaient souf-frir, qu'il fallait les imiter ? » Cependant, à vous entendre parler, vos mensonges ne portent perte à personne. Dites-vous cela avec bien de la réflexion ! Prenez tous vos marchés et toutes vos ventes les uns après les autres ; repassez dans votre mémoire tous les men-songes que vous avez dits. N'est-il pas vrai que vous n'avez jamais menti à votre désavantage ? et qu'au con-traire, toutes les fois que vous avez menti, c'était au désavantage de votre prochain en le trompant ? Com-bien de fois, M.F., en vendant vos marchandises, ou vos bêtes, ou autre chose, vous avez dit que vous en aviez trouvé tant..., tandis que, le plus souvent, cela n'était pas vrai. Si cela vous a fait vendre davantage, ne manquez pas, M.F., de vous examiner ; et si cela vous est arrivé, de rendre à la personne, si vous la connaissez, ou bien aux pauvres, si vous ne la con-naissez pas. Je sais bien que vous ne le ferez pas ; mais je vous dirai toujours ce que vous devez faire, car je ne serai pas damné parce que vous n'aurez pas bien fait ; mais seulement si je ne vous faisais pas connaître vos devoirs. - Mais, me direz-vous, je ne fais pas plus de mal que les autres, qui me trompent quand ils peuvent. - Mais si les autres se damnent, il ne faut pas vous damner pour si peu de chose. Laissez-les se perdre, puisque vous ne pouvez pas les en empêcher ; mais, pour vous, tâchez de sauver votre pauvre âme ; puisque Notre-Seigneur Jésus-Christ nous dit que si nous vou-lons nous sauver, il nous faut faire tout le contraire du monde. - Je fais comme les autres, dites-vous. - Mais si vous voyiez une personne courir dans un précipice, parce qu'elle va s'y jeter, iriez-vous vous-même ? Non, sans doute. Dites donc plutôt que vous n'avez point de foi ; que peu vous importe de tromper vos voisins, pourvu que vous y trouviez votre compte et de quoi rassasier votre avarice.
Mais, me direz-vous, comment faut-il donc nous com-porter quand nous vendons ou quand nous achetons ? - Comment ? M.F. Voilà ce que vous devez faire ; mais ce que vous ne faites presque jamais. C'est de vous mettre à la place de celui qui vend lorsque vous achetez, et à la place de celui qui achète lorsque vous vendez ; et ne jamais profiter de la bonne foi des personnes ou de leur ignorance pour leur vendre plus cher ou acheter meilleur marché. - Mais, me direz-vous, malgré toutes les précautions que l'on prend, souvent l'on est attrapé. - Cependant, M.F., je vous dirai que si vous désirez le ciel, quoique l'on vous trompe, vous ne devez pas vous servir de ce prétexte pour tromper les autres. - Mais, me direz-vous, d'après la manière dont la plupart des gens se conduisent, je crois qu'il y en aura bien peu de sauvés. - Cela est très véritable ; mais, bien qu'il soit vrai qu'il y en aura très peu de sauvés, il faut tâcher de l'être. Nous devons préférer plutôt n'être pas si riches, faire quelque perte et n'attraper personne tant moins que nous pouvons, et aller au ciel.

III. - Maintenant, pour vous donner, M.F., une grande horreur du mensonge, nous n'avons qu'à par-courir l'Écriture sainte de l'Ancien et du Nouveau Tes-tament, et nous y verrons combien sont grands les châtiments que le bon Dieu exerce, même dès cette vie, sur ceux qui se rendent coupables de ce péché ; et, en même temps, nous verrons combien les saints ont mieux aimé et préféré toutes sortes de tourments, même les plus rigoureux et la mort, plutôt que de dire un simple mensonge. Le Saint-Esprit nous dit : « Ne mentez jamais et ne trompez jamais personne . » Le Prophète nous dit « que le Seigneur fera périr tous ceux qui osent mentir . » Oui, M.F., les saints nous disent qu'il vaudrait mieux que tout le monde tombât en ruine que de dire un simple mensonge. Ils nous disent encore que, quand un seul mensonge devrait délivrer tous les damnés de leurs tourments et les conduire au ciel, nous ne devrions pas le dire. Nous lisons dans la vie de saint An-thime, qu'étant cherché par les archers de l'empereur, avec ordre de lui ôter la vie, ceux-ci s'étant adressés à lui-même sans le connaître, il leur fit faire bonne chère. Quand ils connurent, à ce qu'il leur dit, que c'était lui-même, ils n'eurent jamais le courage de le faire mourir après tant de bonté. « Non, lui dirent-ils, nous n'avons pas le courage de vous faire mourir, vous nous avez trop bien reçus ; restez-là, nous dirons à l'empereur que nous ne vous avons pas trouvé. » - « Non, mes frères, leur dit le saint, il n'est jamais permis de mentir ; j'aime mille fois mieux mourir que si je suis cause que vous dites un mensonge. » Il part avec eux pour souffrir la mort la plus cruelle.
Nous lisons dans l'histoire que l'empereur envoya des gens armés pour se saisir d'un homme nommé Phocas, qui était jardinier, avec ordre de le faire mou-rir ; mais comme personne ne le connaissait, l'ayant rencontré lui-même, ils lui demandèrent s'il connaissait un nommé Phocas qui était jardinier, ajoutant qu'ils venaient de la part de l'empereur pour le faire mourir. Il leur répondit, d'un ton de voix assuré et tranquille, que oui, qu'il le connaissait bien. Il les invita à venir chez lui en disant de se tenir en paix, qu'il se chargeait de cela. Pendant que ces gens faisaient bonne chère et qu'ils prenaient leur repas, il se fit une fosse dans son jardin. Le lendemain, il se présenta devant eux et leur dit : « C'est moi qui suis ce Phocas que vous cher-chez. » Mais ces soldats, tout étonnés de cela, lui dirent : « Eh ! comment pourrions-nous vous faire mourir, après que vous venez de nous traiter avec tant de bonté et de libéralité ? Non, nous ne le pouvons pas ; nous dirons à l'empereur que, malgré toutes nos recherches, nous n'avons pu vous trouver. » - « Non, mes amis, leur dit le saint, ne mentez pas, j'aime mieux mourir que si vous dites un mensonge. » Ils lui cou-pèrent la tête et l'enterrèrent dans son jardin où il avait fait lui-même sa fosse. Dites-moi, M.F., ces saints comprenaient-ils, oui ou non, la grandeur du mal que fait celui qui ment ? Mon Dieu, que celui qui a perdu la foi est misérable, puisqu'il ne connaît pas combien le péché est un grand malheur !
Le Saint-Esprit nous dit « que toute bouche qui ment tue son âme . » Notre-Seigneur disait aux Juifs « qu'ils étaient des enfants du démon, parce que la vérité n'était pas en eux . » Pourquoi cela, M.F. ? C'est que le démon est le père du mensonge. Nous lisons dans la vie du saint homme Job, que le Seigneur demanda à Satan d'où il venait. « Je viens, lui répondit le démon, de faire le tour du monde. » - « N'as-tu pas trouvé, lui dit le Seigneur, mon bon homme Job, qui est un homme simple et agissant avec une grande droiture de cœur, craignant Dieu, évitant le mal avec soin, et qui est ennemi du mensonge et de toute sorte de duplicité ? » Voyez-vous comment le bon Dieu prend plaisir à faire l'éloge d'une personne simple et droite dans toutes ses actions ? Voyez ce qui arriva à Aman, favori du roi Assuérus, pour avoir menti, en faisant passer les Juifs pour des perturbateurs. Ayant fait dresser une potence pour y attacher Mardochée, il y fut pendu lui-même . Voyez ce page de la reine Élisa-beth, qui ayant menti contre l'autre page, fut brûlé à sa place. Nous lisons dans l'Apocalypse que saint Jean vit, dans une vision, Notre-Seigneur assis sur un trône éclatant de gloire, qui lui dit : « Je renouvellerai toutes choses . » Il lui fit voir la céleste Jérusalem qui était d'une beauté inexplicable, et lui dit que celui qui se surmontera et vaincra le monde et la chair possédera cette belle Jérusalem ; mais pour ceux qui sont des homicides, des fornicateurs, des adultères et des menteurs, ils seront jetés dans un étang de soufre et de feu, qui est une seconde mort. Notre-Seigneur nous dit que les menteurs auront la même punition en enfer que les fornicateurs . Dites-moi, M.F., pourrons-nous traiter comme peu de chose ou comme une faute légère ce que le bon Dieu punit si rigoureusement, et même dès ce monde ?
Voyez ce qui arriva à Ananie et à Saphire sa femme, qui furent frappés de mort subite pour avoir menti à saint Pierre. Nous lisons dans l'Écriture sainte qu'ayant vendu une terre, ils voulurent garder une partie de l'argent et porter le reste aux Apôtres pour le distribuer aux pauvres, voulant faire penser qu'ils donnaient tout. Ils voulaient paraître pauvres et rester riches ; mais le bon Dieu fit connaître à saint Pierre qu'ils le trompaient. Saint Pierre leur dit : « Comment l'esprit de Satan vous a-t-il rempli le cœur jusqu'à vous faire mentir au Saint--Esprit ? Ce n'est pas aux hommes que vous mentez, mais à Dieu même. » A peine Ananie eut-il entendu ces paroles, qu'il tomba mort. Trois heures après, Saphire, sa femme, vint sans savoir ce qui était arrivé à son mari, elle se présenta devant les Apôtres. Saint Pierre lui dit : « Est-ce bien vrai que vous n'avez vendu le fonds de votre terre que cela ? » Elle lui répondit : « Oui, nous ne l'avons vendu que cela. » Alors saint Pierre lui dit : « Comme votre mari, vous vous êtes accordés à tromper l'Esprit du Seigneur ; pensez-vous que vous pouvez en imposer à l'Esprit du Seigneur ? Vous serez punie de votre mensonge comme votre mari. Voilà des gens qui viennent de porter votre mari en terre, et, maintenant, ils vont vous y porter aussi. » A peine eut-il dit cela, qu'elle tomba morte et fut em-portée par les mêmes personnes
Mais cependant, M.F., nous pouvons dire que les mensonges les plus mauvais sont ceux que nous disons lorsque nous nous confessons : c'est-à-dire, dans le tri-bunal de la pénitence. Par là, non seulement nous méprisons le commandement qui nous ordonne d'être sincères, mais encore nous profanons le sang adorable de Jésus-Christ. Nous changeons en poison mortel ce qui nous devait rendre la santé de notre pauvre âme, et nous outrageons même le bon Dieu dans la personne de ses ministres, qui sont placés sur le trône de sa mi-séricorde ; nous réjouissons l'enfer en attristant tout le ciel ; nous mentons à Jésus-Christ lui-même, qui voit et qui a compté tous les mouvements de notre cœur. Vous ne doutez pas, M.F., que, si vous aviez menti en vous confessant, et que vous vous contentiez de vous accuser que vous avez menti, cela ne vaudrait rien.
Je dis encore, M.F., que nous mentons par notre silence ou par quelque signe qui fait croire le contraire de ce que nous pensons. Nous lisons dans l'histoire un exemple qui nous fait voir combien le bon Dieu punit rigoureusement les menteurs. Il est rapporté dans la vie de saint Jacques, évêque de Nisibe en Mésopo-tamie, qui vivait dans le quatrième siècle, que, passant par une ville, il y eut deux pauvres qui vinrent lui demander de l'argent, en lui disant que leur camarade venait de mourir et qu'ils n'avaient rien pour le faire enterrer. Ces gens, sachant qu'il était bien charitable, avaient dit à l'un d'eux de faire semblant d'être mort, et qu'ils iraient demander à cet évêque de quoi se divertir. En effet, l'autre se couche par terre comme si, vérita-blement, il avait été mort. Le saint, plein de charité, leur donna ce qu'il put. Pleins de joie, revenant vers leur compagnon pour lui faire part de ce que l'évêque leur avait donné, ils le trouvèrent véritablement mort. Le saint évêque s'étant mis en prières pour demander le pardon des péchés de ce pauvre homme, dans le temps qu'il était en prières, il vit revenir ces deux jeunes gens qui étaient tout en larmes d'avoir été punis de leur mensonge. Ils se jetèrent aux pieds du saint en le priant de les pardonner ; que, s'ils l'avaient trompé, c'était la misère qui les avait portés à cela ; ils le con-jurèrent, en grâce, de prier le bon Dieu de ressusci-ter leur compagnon. Le saint, au lieu de les gronder, imita la charité de son divin Maître ; il y consentit vo-lontiers, pria pour lui, et le bon Dieu rendit la vie à celui auquel le mensonge avait donné la mort. « Mes enfants, leur dit le saint, pourquoi avez-vous menti ? Il fallait me demander ; je vous aurais donné, et le bon Dieu n'aurait pas été offensé. » (RIBADENEIRA, 15 juillet.)
Non, M.F., il n'est pas permis de mentir, comme le croient certaines personnes ignorantes et sans religion, pour éviter le bruit dans un ménage, soit les enfants envers père et mère, soit envers les domestiques. Vous ferez toujours moins de mal en laissant crier le mari ou la femme ou le voisin, que si vous mentez. Ne vaut-il pas mieux que vous supportiez les humiliations que si vous les faites supporter à Dieu même ? Nous ne devons pas même mentir pour cacher nos bonnes œuvres. Si quelqu'un vous demande si vous avez fait quelque bonne œuvre, si vous êtes obligé de parler, dites que oui, parce que votre mensonge outragerait plus le bon Dieu que votre bonne œuvre ne le glorifierait. En voici un bel exemple. Il est rapporté qu'un saint nommé Jean, était allé visiter un monastère ; lorsque les religieux furent réunis ensemble (il y avait là un diacre qui, par humilité, crainte qu'on eût quelque égard pour lui, n'a-vait jamais dit ce qu'il était), ce saint leur demanda s'il n'y avait point d'ecclésiastique parmi eux. Tous répondirent que non ; mais le saint, se tournant du côté de ce jeune homme, dit en le prenant par la main : « Mais, en voilà un qui est diacre. » Le supérieur lui répondit : « Mon père, il ne l'a dit à personne, sinon à un seul. » Lui baisant la main, le saint lui dit : « Mon ami, gardez--vous bien de désavouer la grâce que le bon Dieu vous a faite, de peur que vous ne tombiez dans un malheur, et que votre humilité ne vous fasse tomber dans le men-songe ; car il ne faut jamais mentir, non seulement en mauvais dessein, mais encore sous le prétexte d'un bien. » Le diacre le remercia et ne cacha plus ce qu'il était .
Saint Augustin nous dit qu'il n'est jamais permis de mentir, pas même quand il s'agirait de faire éviter la mort à quelqu'un. Il nous dit qu'il y avait dans la ville de Togaste en Afrique, un évêque nommé Firmin ; un jour il lui vint des gens de la part de l'empereur, lui deman-der un homme qu'il tenait caché chez lui. Il répondit à ceux qui l'interrogeaient, qu'il ne pouvait ni mentir ni leur dire où il était. Alors, voyant son refus de leur dire l'endroit où était celui qu'ils cherchaient, ils le prirent et lui firent souffrir tout ce que leur cruauté put leur inspirer. Ensuite, l'ayant présenté à l'empe-reur, celui-ci en fut si touché que, non seulement il ne le fit pas mourir, mais encore accorda la grâce à celui qui était chez lui. Hélas ! M.F., si le bon Dieu nous mettait à de pareilles épreuves, qui de nous ne succom-berait pas ? Que le nombre serait petit de ceux qui fe-raient comme ce saint évêque, qui préférait la mort plutôt que de dire un mensonge pour sauver sa vie et celle de son ami ! Hélas ! M.F., c'est que ce saint com-prenait combien le mensonge outrage le bon Dieu, et qu'il vaut bien mieux tout souffrir, et même perdre la vie, que de le commettre ; tandis que nous, dans notre aveuglement, nous regardons comme rien ce qui est bien grand aux yeux de Dieu, et qu'il punit bien rigoureuse-ment dans l'autre vie. Oui, M, F., il vaudrait bien mieux perdre, si vous voulez, votre santé, votre bien ou votre réputation et votre vie même, que d'offenser le bon Dieu et de perdre le ciel. Tous les biens ne sont que pour le temps présent, au lieu que le bon Dieu et notre âme sont pour l'éternité.
Si nous venons de voir combien le mensonge et la duplicité sont communs dans les ventes et les achats, ils ne se trouvent pas moins dans la conversation et dans les sociétés. Si le bon Dieu nous faisait voir et décou-vrir les cœurs de ceux qui composent une société ou une compagnie, nous verrions que presque toutes les pensées sont différentes des paroles qui sortent de leur bouche. L'on sait mettre le langage et tous les dehors de l'estime, de la bienveillance et de l'amitié, avec des sen-timents de haine et de mépris que l'on a dans le cœur, contre ceux avec qui l'on cause. Si vous entrez dans une maison, si vous paraissez dans une compagnie où l'on est occupé à diffamer votre réputation, aussitôt tous les visages changent de face ; l'on vous reçoit, l'on vous accueille avec un air gracieux et l'on vous accable, pour ainsi dire de politesses. Êtes-vous sorti ? aussitôt les railleries et les médisances sur votre compte recommen-cent. Dites-moi, M.F., peut-on trouver quelque chose de plus faux et de plus indigne d'un chrétien ? Hélas ! M.F., cependant rien de si commun dans le monde. Hélas ! M.F., ce monde si ingrat a beau nous trom-per, nous avons beau lui servir de risée, nous l'aimons, et nous nous trouvons infiniment heureux d'en être aimé. O aveuglement du cœur humain, jusques à quand te laisseras-tu séduire ? Jusques à quand tarderas-tu de te tourner du côté de ton Dieu qui ne t'a jamais trompé, pour quitter ce monde faux et hypocrite, qui ne peut te rendre que bien malheureux, même dès cette vie et en-core bien plus dans l'autre ? hélas ! M.F., que celui-là est insensé qui se réjouit d'en être applaudi et d'en être aimé, puisque ce monde est si faux et si trompeur ! Qui pourra jamais compter sur toutes les ruses et toutes les tromperies qui se forment dans le monde ?
Voyez encore, M.F., votre langage par rapport à Dieu. « Mon Dieu, dit cet avare lorsqu'il fait sa prière, je vous aime par-dessus toutes choses, je méprise les richesses, elles ne sont que de la boue en comparaison des biens que vous nous promettez dans l'autre vie. » Mais, hélas ! M.F., ce même homme, au sortir de sa prière ou d'une église, n'est plus le même ; ces biens qui dans sa prière étaient si vils, il les préfère à son Dieu et à son âme ; il ne pense ni aux pauvres ni aux infirmes, et, peut-être, il se détourne d'eux, par crainte qu'ils lui demandent quelque chose. Diriez-vous, M.F., que c'est le même homme, qui, tout à l'heure, disait au bon Dieu qu'il était tout à lui ? Appliquez, M.F., la même réflexion au vindicatif. « Je vous aime, mon Dieu, et tout le monde, » dit-il dans son acte de charité ; et à deux pas, il n'y a sorte de mal qu'il ne dise de son voisin. Voyez cet ambitieux, qui, dans sa prière, dit à Dieu : « Si j'ai le bonheur de vous aimer, je suis assez riche, je ne demande rien de plus ; » et un moment après, s'il aperçoit quelqu'un qui fasse quelque profit qu'il aurait pu faire, il est comme un désespéré. Écoutez cet impudique qui vous fait tant d'éloges de la sainte vertu de pureté ; d'ici à quelques moments, il vomira toutes sortes de saletés, ou s'y plongera. Voyez cet ivrogne, qui blâme tous ceux qui se mettent dans le vin, qui perdent la raison et dépensent mal à propos leur argent ; dans une heure, peut-être, à la première compagnie, il se laissera traîner dans les cabarets et se remplira de vin. Disons de même, M.F., de tous ceux qui joignent la pratique extérieure de la religion avec leurs inclinations vicieuses. Dans l'église, auprès du bon Dieu, tous sont bons chrétiens, du moins en apparence ; mais, répandus dans le monde, ils ne sont plus les mêmes, on ne les reconnaît plus.
Ouvrons les yeux, M.F., et reconnaissons combien tous ces mensonges et toutes ces fourberies sont indignes d'un enfant de Dieu, qui est la charité et la vérité même. Oui, M.F., soyons sincères dans tout ce que nous faisons pour le bon Dieu et pour le prochain, fai-sons pour les autres ce que nous voudrions que l'on fit pour nous, si nous ne voulons pas marcher dans le che-min de la perdition.
En troisième lieu, nous avons dit que souvent l'on ajoute au mensonge des serments et des malédictions, ce qui arrive presque tous les jours. Si quelqu'un ne veut pas vous croire, vous dites : « Si ce n'est pas vrai, que jamais je ne bouge ! C'est aussi vrai que le bon Dieu vous voit, que cette marchandise est bonne ou que cette bête n'a pas de défauts. » Prenez bien garde ; M.F., de ne jamais ajouter au mensonge des serments, même pour assurer une chose vraie. Jésus-Christ nous le défend : « Quand vous voudrez assurer une chose, dites : Cela est ou cela n'est pas ; oui ou non ; je l'ai fait ou je ne l'ai pas fait. Tout ce que vous dites de plus vient du démon . » Soyez bien persuadés, M.F., que ce ne sont ni vos mensonges, ni vos jurements, qui vous font vendre davantage, ni qui font croire ce que vous dites, c'est tout le contraire. Voyez par vous-mêmes si vous vous prenez à tous ces serments et ces mensonges que vous font et vous disent ceux de qui vous achetez. Vous dites : « Je sais que les mensonges et les jurements ne leur coûtent rien, ils n'ont que cela à la bouche. » Mais voilà le langage du monde : « Si je ne mens pas en ven-dant, je ne vendrai pas autant que les autres. » Vous vous trompez ; plus l'on voit une personne conter ses mensonges en louant sa marchandise, plus on lui entend faire ses serments, moins on la croit et plus on se méfie d'elle. Mais si, en vendant ou achetant, vous avez la crainte de Dieu, vous vendrez autant et vous achèterez aussi bon marché que les autres, et vous aurez le bon-heur de sauver votre âme. D'ailleurs. M.F., ne devons--nous pas préférer perdre quelque chose plutôt que de perdre notre âme, notre Dieu et notre paradis. Quand nous mourrons, de quoi vont nous servir toutes ces fourberies et ces duplicités dont nous nous sommes servis pendant notre vie ? Que de regrets d'avoir perdu le ciel pour si peu de chose !
Voyez ce que vous dit le cardinal Bellarmin. Il y avait, nous dit-il, dans Cologne, deux marchands, qui, pour vendre leurs marchandises, mentaient et juraient pres-que à tous les mots qu'ils disaient. Leur pasteur leur conseilla de quitter cette mauvaise habitude, parce que tous ces mensonges et ces jurements leur porteraient perte, qu'il croyait que s'ils disaient simplement la vé-rité, le bon Dieu les bénirait. Ils ne voulaient pas s'y résoudre ; cependant, pour obéir à leur pasteur, ils le firent enfin, et dirent à tous ceux qui venaient pour acheter leur marchandise qu'ils en voulaient tant, sans mentir ni jurer. Après quelque temps, leur pas-teur leur demanda s'ils avaient fait ce qu'il leur avait dit ; ils lui dirent que oui. Il leur demanda s'ils ne ven-daient pas autant qu'autrefois ; ils lui dirent : « Mon-sieur, depuis que nous avons quitté cette habitude de mentir et de jurer, nous vendons plus qu'auparavant. Nous voyons bien, maintenant, que tous ces mensonges et tous ces jurements ne sont que des ruses du démon pour tromper et perdre les marchands. A présent que les gens savent que nous ne mentons point et ne jurons plus, nous vendons le double d'autrefois, nous voyons que le bon Dieu bénit notre maison d'une manière vi-sible et que tout réussit bien chez nous. » Ah ! M.F., si nous avions le bonheur d'imiter ces marchands dans nos ventes et nos achats, que de péchés de moins, que de crainte de moins pour quand la mort viendra, alors, qu'il en faudra rendre compte, comme personne n'en doute ; puisque Jésus-Christ nous dit lui-même que nous rendons compte d'une parole inutile . Mais non, l'on ne pense pas à tout cela ; n'auriez-vous à vendre que pour un sol, vous mentez dès que l'occasion s'en pré-sente ; vous ne craignez ni de faire souffrir le bon Dieu, ni de perdre votre âme ; pourvu que vous gagniez deux sols, vous êtes contents, tout le reste n'est rien.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:19
Porziuncola, église Sainte-Marie des Anges, Assise

Oh ! M.F., quelle gloire vont avoir ceux qui auront communié souvent et dignement pendant leur vie !... Le corps adorable de Jésus-Christ et son sang précieux, qui seront répandus partout dans notre corps seront, semblables à un beau diamant dans une gaze, qui, quoique caché, n'en ressort que mieux. Si vous en doutez, écoutez saint Cyrille d'Alexandrie qui nous dit que celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion est telle-ment uni à lui, qu'ils sont semblables à deux morceaux de cire que l'on fait fondre et qui finissent par ne faire qu'un, et qui sont tellement mêlés et confondus ensem-ble qu'on ne peut plus les démêler. Oh ! M.F., quel bonheur pour un chrétien qui comprend cela !... Sainte Catherine de Sienne s'écriait dans ses transports d'amour : « O mon Dieu ! ô mon Sauveur ! ah ! quel excès de charité et de bonté pour les créatures de vous donner avec tant d'empressement ! Et, en vous donnant, vous donnez tout ce que vous avez et tout ce que vous êtes ! Mon tendre Sauveur, lui disait-elle, je vous en conjure, arrosez ma pauvre âme de votre sang précieux, nourrissez mon corps de votre corps adorable, afin que mon corps et mon âme ne soient que pour vous, et n'aspirent uniquement qu'à vous plaire et à vous possé-der. » Sainte Magdeleine de Pazzi nous dit qu'il ne fau-drait qu'une seule communion, faite avec un amour tendre et un cœur bien pur, pour nous élever à la plus haute perfection. La bienheureuse Victoire disait à ceux qu'elle voyait languir dans le chemin du ciel : « O mes enfants, pourquoi est-ce que vous vous traînez dans les voies du salut ? Pourquoi est-ce que vous avez si peu de courage pour travailler, pour mériter le grand bon-heur d'aller vous asseoir à la Table sainte et d'y manger le pain des anges qui donne tant de force aux faibles ? Oh ! si vous saviez combien ce pain céleste adoucit les misères de la vie ! Oh ! si une fois vous aviez goûté combien Jésus-Christ est bon et bienfaisant pour celui qui le reçoit dans la sainte communion !... Allez, mes enfants, mangez ce pain des forts, et vous reviendrez remplis de joie et de courage ; vous ne désirerez plus que la souffrance, les tourments et les combats, pour plaire à Jésus-Christ. » Sainte Catherine de Gênes était si affamée de ce pain céleste, qu'elle ne pouvait le voir entre les mains du prêtre sans se sentir mourir d'amour, tant était grand le désir qu'elle avait de le posséder elle s'écriait : « Ah ! Seigneur, venez en moi ! mon Dieu, venez à moi, je ne peux plus y tenir ! Ah ! mon Dieu, venez, s'il vous plait, dans le fond de mon cœur ; non, mon Dieu, je ne peux plus y tenir. Vous êtes toute ma joie, tout mon bonheur et toute la nourriture de mon âme ! »
Oui, M.F., si nous pouvions concevoir un petit peu la grandeur de ce bonheur, nous ne pourrions désirer la vie qu'autant que nous aurions le bonheur de faire de Jésus-Christ notre pain de chaque jour. Non, M.F., toutes les choses créées ne nous seraient plus rien, nous les mépriserions pour nous attacher à Dieu seul, et toutes nos démarches et nos actions ne tendraient qu'à nous rendre tous les jours plus dignes de le recevoir.

II. - Cependant, M.F., si nous avons le bonheur de recevoir tant de biens par la sainte communion, il faut, pour mériter tous ces dons, travailler aussi, de notre côté, à nous en rendre dignes ; ce que nous allons voir d'une manière bien sensible. Si je demandais à un enfant quelles sont les dispositions nécessaires pour bien com-munier, c'est-à-dire pour recevoir dignement le Corps adorable de Jésus-Christ et son Sang précieux, afin de recevoir les grâces accordées à tous ceux qui sont bien disposés, il me répondrait : « Il y a deux sortes de dispositions, les unes qui regardent l'âme, les autres qui regardent le corps. » Comme Jésus-Christ vient aussi bien dans notre corps que dans notre âme, nous devons donc les rendre l'un et l'autre dignes d'un tel bonheur.
1° Je dis que la première disposition est celle qui regarde le corps ; c'est-à-dire, être à jeûn, ne rien avoir mangé ni bu, ne rien avoir mis dans sa bouche, pas même..., depuis minuit. Si vous doutiez que ce fût plus de minuit, il faut renvoyer votre communion à un autre jour. II y en a qui communient quoiqu'ils doutent que ce fût plus de minuit ; vous vous exposez à commettre un gros péché, ou du moins, vous vous exposez à ne retirer aucun fruit de votre communion, ce qui est un grand malheur, quand même ce serait le dernier jour des pâques ou d'un jubilé, ou une grande fête ; c'est-à--dire qu'il ne faut jamais le faire, sous quelque prétexte que ce soit. Il y a des femmes qui goûtent le manger de leurs enfants, qui se le mettent à la bouche et qui croient ne rien avaler. Ne vous y fiez pas ; parce qu'il est bien difficile de faire ces choses-là sans qu'il en des-cende rien dans le gosier.
2° Je dis qu'il faut avoir des habillements propres, je ne veux pas dire riches, mais seulement qui ne soient point crasseux ni déchirés : c'est-à-dire, lavés et raccom-modés, à moins que l'on n'en ait point d'autres. Il y en a qui n'ont pas de quoi se changer, ou qui, par paresse, ne le font pas, ne changent pas de linge, c'est-à-dire de chemise. Pour ceux qui n'en ont point, il n'y a pas de mal ; mais ceux qui en ont font mal, puisque c'est manquer de respect à Jésus-Christ, qui veut bien venir dans leur cœur. Il faut s'être peigné, avoir le visage et les mains propres ; ne jamais venir à la sainte Table sans avoir des bas, bons ou mauvais. Ce n'est pas que l'on doive approuver ces jeunes personnes qui, en allant à la sainte Table, ne mettent point de différence d'avec l'instant où elles vont dans un bal ou une danse ; je ne sais pas comment elles peuvent aller avec tout leur éta-lage de vanité recevoir un Dieu humilié et méprisé. Mon Dieu, mon Dieu, quelle contradiction !...
La troisième disposition c'est la pureté du corps. Ce sacrement est appelé « le pain des anges », pour nous montrer que, pour le recevoir dignement, il faut appro-cher de la pureté des anges autant que nous le pouvons. Saint Jean Chrysostome nous dit que ceux qui ont le malheur de laisser traîner leur cœur sur quelque objet impur, doivent bien prendre garde de ne pas aller man-ger le pain des anges, parce que le Seigneur les puni-rait. Dans les commencements de l'Église, une personne qui avait péché contre la sainte vertu de pureté était condamnée à rester trois ans sans communier ; et, si elle y retombait, elle en était privée durant sept ans ce qui est facile à comprendre, puisque ce péché souille l'âme et le corps. Saint Jean Chrysostome nous dit que la bouche qui reçoit Jésus-Christ et le corps qui le ren-ferme, doivent être plus purs que les rayons du soleil. Il faut que tout notre extérieur annonce à tous ceux qui nous voient que nous nous préparons à quelque chose de grand.
Vous conviendrez avec moi que si, pour communier, les dispositions du corps sont déjà si nécessaires, je vous laisse à penser combien celles de l'âme le sont encore davantage pour mériter les grâces que Jésus--Christ vient nous apporter en venant en nous par la sainte communion. Oui, M.F., lorsque nous allons à la sainte Table, si nous voulons recevoir Jésus-Christ avec de bonnes dispositions, il faut que notre conscience ne nous reproche rien ; il faut que nous soyons con-vaincus que nous avons mis tout le temps qu'il fallait pour nous examiner, afin de bien connaître nos péchés ; il faut que notre conscience ne nous reproche rien sur l'accusation que nous avons faite de nos péchés et que nous soyons dans une véritable résolution de faire, avec la grâce de Dieu, tout ce qui dépend de nous pour ne pas retomber ; il faut que nous ayons un grand désir d'accomplir, autant bien que nous pouvons, la péni-tence que l'on nous a donnée. Pour bien nous pénétrer de la grandeur de l'action que nous allons faire, il faut, en commençant, regarder la sainte Table comme le tri-bunal de Jésus-Christ, où nous serons jugés. Si nous avons eu le malheur de ne pas bien accuser nos péchés, d'en avoir détourné ou déguisé quelques-uns ; soyons bien persuadés que ce n'est pas Jésus-Christ que nous allons loger, mais le démon. Oh ! M.F., quelle horreur de placer Jésus-Christ même aux pieds du démon !...
Nous lisons dans l'Évangile, que lorsque Jésus-Christ institua le sacrement adorable de l'Eucharistie, ce fut dans un appartement bien propre et bien meublé , pour nous montrer combien nous devons prendre soin d'embellir notre âme de toutes sortes de vertus pour recevoir Jésus-Christ dans la sainte communion. Et, bien plus, avant de donner son corps adorable et son Sang précieux, Jésus-Christ se leva de table et alla laver les pieds de ses apôtres , afin de nous faire concevoir com-bien il faut que nous soyons exempts des péchés, même les plus légers, c'est-à-dire n'avoir aucune affection aux péchés véniels. Le parfait renoncement de nous-mêmes dans tout ce qui n'est pas contraire à notre conscience ; ne faire aucune difficulté de parler à ceux qui nous ont fait quelque peine, ni de les voir, les porter dans le fond de nos cœurs... Disons encore mieux, M.F., lorsque nous allons recevoir le corps de Jésus-Christ dans la sainte communion, il faut que nous nous sentions en état de mourir et d'aller paraître avec confiance devant le tribunal de Jésus-Christ. Saint Augustin nous dit : « Si vous voulez communier de manière à bien plaire à Jésus-Christ, il faut que vous soyez détachés de tout ce qui peut tant soit peu déplaire au bon Dieu. » Saint Jean Chrysostome nous dit : « Lorsque vous serez tombés dans quelque péché mortel, il faut vous en con-fesser aussitôt ; mais, il faut rester quelque temps sans vous approcher de la sainte Table pour avoir le temps de faire pénitence. Déplorez, nous dit-il, le malheur de ces personnes qui, après avoir confessé de gros péchés mortels, demandent de suite la sainte communion, croyant que la confession seule suffit. I1 faut encore pleurer nos péchés et en faire pénitence, avant d'avoir le bonheur de recevoir Jésus-Christ dans nos cœurs. » Saint Paul nous dit à tous : « de bien purifier notre âme de ses péchés avant de manger le pain des anges, qui est le Corps adorable de Jésus-Christ et son Sang pré-cieux ; parce que, si notre âme n'était pas bien pure, nous nous attirerions toutes sortes de malheurs pour ce monde et pour l'autre. » Saint Bernard nous dit : « Pour communier dignement, il faut faire comme le serpent, quand il veut boire à son aise. Afin que l'eau lui profite, il quitte son venin. Pour nous, il faut faire de même : quand nous voulons recevoir Jésus-Christ, il faut quitter notre venin qui est le péché, qui est le poison de notre âme et de Jésus-Christ ; mais, nous dit ce grand saint, il faut le quitter pour tout de bon. Oh ! mes enfants, nous dit-il, n'empoisonnez pas Jésus-Christ dans votre cœur ! »
Oui, M.F., ceux qui vont à la sainte Table sans avoir bien purifié leur cœur, doivent grandement craindre d'éprouver le même châtiment que ce serviteur qui osa se mettre à table sans avoir la robe nuptiale. Le maître commanda à ses officiers de le prendre, de lui lier pieds et mains, de le jeter dans les ténèbres . De même, M.F., Jésus-Christ dira à l'heure de la mort, à ceux qui auront eu le malheur de le recevoir dans leur cœur sans être convertis : « Pourquoi avez-vous eu l'audace de me recevoir dans votre cœur, étant souillés de tant de péchés ? » Non, M.F., n'oublions jamais que pour communier il faut être converti et dans une véritable résolution de persévérer. Nous avons vu que quand Jésus-Christ voulut donner son Corps adorable et son Sang précieux à ses apôtres, pour leur montrer com-bien il fallait être pur pour le recevoir, il alla jusqu'à leur laver les pieds. C'est qu'il veut nous montrer par là, que nous ne saurions jamais être assez purifiés de nos péchés même véniels. Il est vrai que le péché véniel ne rend pas nos communions indignes ; mais il est cause que nous ne profitons presque rien de tant de bonheur. La preuve en est bien claire, voyez combien pendant notre vie nous avons fait de communions ; eh bien ! en sommes-nous devenus meilleurs ? - Non, sans doute, et la véritable cause de cela, c'est que nous conservons presque toujours nos mauvaises habitudes, et que nous ne nous corrigeons pas plus une fois que l'autre. Nous avons en horreur ces gros péchés qui donnent la mort à notre âme ; mais pour toutes ces petites impatiences, ces murmures lorsqu'il nous arrive quelques misères ou quelques chagrins, quelque contradiction, ces petits détours dans ce que nous disons : cela ne nous coûte guère. Vous convenez avec moi que, malgré tant de confessions et de communions, vous êtes toujours les mêmes, que vos confessions ne sont pas autre chose, depuis bien des années, qu'une répétition des mêmes péchés qui, quoique véniels, ne vous font pas moins perdre presque tout le mérite de vos communions. L'on vous entend dire, avec raison, que vous ne valez pas plus une fois que l'autre ; mais qui vous empêche de vous corriger de vos fautes ?... Si vous êtes toujours de même, c'est bien parce que vous ne voulez pas faire quelques petits efforts pour vous corriger ; vous ne voulez rien souffrir et n'être contredit en rien ; vous voudriez que tout le monde vous aimât et ait bonne opinion de vous, ce qui est bien difficile. Tâchons de travailler, M.F., à détruire tout ce qui peut tant soit peu déplaire à Jésus-Christ, et nous verrons combien nos communions nous feront marcher à grands pas vers le ciel ; et plus nous en ferons, plus nous nous senti-rons détachés du péché et portés à Dieu.
Saint Thomas nous dit que la pureté de Jésus-Christ est si grande, que le moindre péché véniel l'empêche de s'unir à nous aussi intimement qu'il le voudrait. Pour bien recevoir Jésus-Christ, il faut avoir dans l'es-prit et dans le cœur une grande pureté d'intention. Il y en a qui pensent au monde, ou qu'on les estimera ou qu'on les méprisera : cela ne vaut rien. D'autres, c'est par habitude d'y aller ces jours-là. Voilà, M.F., de pauvres communions, puisqu'elles manquent de pureté d'intention.
M.F., ce qui doit nous porter à nous approcher de la sainte Table : c'est 1° parce que Jésus-Christ nous le commande sous peine de ne pas avoir la vie éternelle ; 2° que nous en avons grandement besoin pour nous fortifier contre le démon ; 3° pour nous détacher de la vie et nous attacher à Dieu. Nous disons que pour avoir le grand bonheur de recevoir Jésus-Christ, bonheur si grand que tous les anges nous portent envie (ils peuvent l'aimer et l'adorer comme nous, mais ils n'ont pas le bonheur de le recevoir comme nous, ce qui semble nous élever au-dessus des anges) D'après cela, M.F., je vous laisse à penser avec quelle pureté, avec quel amour nous devons nous présenter à Jésus-Christ pour le recevoir. Nous devons communier pour recevoir les grâces dont nous avons besoin. Si nous avons besoin de l'humilité, de la patience et de la pureté ; eh bien ! M.F., nous trouverons tout cela dans la sainte communion, et toutes les vertus nécessaires à un chrétien. 4° Nous devons aller à la sainte Table, pour nous unir à Jésus-Christ, afin qu'il nous change en d'autres lui-même, ce qui arrive dans tous ceux qui le reçoivent saintement. Si nous communions souvent et dignement, nos pensées, nos désirs et aussi toutes nos actions et nos démarches ont la même fin que celles de Jésus-Christ lorsqu'il était sur la terre. Nous aimons Dieu, nous sommes touchés des misères spiri-tuelles et même temporelles du prochain, nous ne pen-sons nullement à nous attacher à la terre ; notre cœur et notre esprit ne pensent et ne respirent plus que le ciel.
Oui, M.F., pour faire une bonne communion, il faut avoir une foi vive touchant ce grand mystère ; ce sacre-ment étant un « mystère de foi, » il faut croire vérita-blement que Jésus-Christ est réellement présent dans la sainte Eucharistie, qu'il y est vivant et glorieux comme dans le ciel. Autrefois, M.F., avant de donner la sainte communion, le prêtre, tenant la sainte Eucharistie entre ses doigts, disait à haute voix : « Croyez, M.F., que le Corps adorable et le Sang précieux de Jésus-Christ est véritablement dans ce sacrement. » Alors tous les fidèles répondaient : « Oui, nous le croyons . » O quel bonheur pour un chrétien de venir s'asseoir à la table des vierges et de manger le pain des forts !... Non, M.F., il n'y a rien qui nous rende si redoutables au démon que la sainte communion, et, bien plus, elle nous conserve non seulement la pureté de l'âme, mais encore celle du corps. Voyez sainte Thérèse, qui était devenue si agréable à Dieu par la sainte communion qu'elle faisait si souvent et si dignement, qu'un jour Jésus-Christ lui apparut, et lui dit qu'elle lui plaisait tant que, quand il n'y aurait point de ciel, il en créerait un pour elle seule. Nous voyons dans sa vie qu'un dimanche de Pâques, après la sainte communion, elle fut si ravie en Dieu, qu'étant revenue à elle-même, elle se sentit la bouche toute pleine du sang adorable de Jésus-Christ qui semblait sortir de ses veines ; ce qui lui communiqua tant de douceur, qu'elle crut mourir d'amour. « Je vis, nous dit-elle, mon divin Sauveur qui me dit : Ma fille, je veux que ce sang adorable qui te cause tant d'amour soit employé à te sauver ; ne crains jamais que ma miséricorde te manque. Lorsque j'ai répandu ce sang précieux, je n'ai éprouvé que douleur et amertume ; mais, pour toi, en le recevant, il ne te communiquera que douceur et amour. » Plusieurs fois, lorsqu'elle avait le grand bonheur de communier, les anges descendaient en foule du ciel et semblaient faire leurs délices de s'unir à elle pour louer le Sauveur qu'elle avait le bonheur de porter dans son cœur. Bien des fois l'on a vu sainte Thérèse prise par les anges à la Table sainte, ils la portaient sur une haute tribune.
Oh ! M.F., si nous avions une fois bien compris combien ce bonheur est grand, nous n'aurions pas besoin d'être sollicités à venir partager ce bonheur. Sainte Gertrude demandait un jour à Jésus-Christ ce qu'il fallait faire pour le recevoir le plus dignement possible. Jésus-Christ lui répondit qu'il fallait avoir autant d'amour que tous les saints ensemble, et que son seul désir serait récompensé. Voulez-vous savoir, M.F., comment vous devez vous comporter quand vous voulez avoir le bonheur de recevoir le bon Dieu ? Faites comme ce bon chrétien qui communiait tous les huit jours ; il en employait trois en actions de grâces et trois à se préparer. Eh bien ! qui vous empêche de faire de même toutes vos actions pour cela. Pendant ce temps-là, entretenez-vous avec Jésus-Christ, qui règne dans votre cœur ; pensez qu'il va venir sur l'autel, et que, de là, il va venir dans votre cœur pour visiter votre âme et l'enrichir de toutes sortes de biens et de bonheur. Il faut implorer la sainte Vierge, les anges et les saints, afin qu'ils prient le bon Dieu pour nous, que nous le recevions autant dignement qu'il nous sera possible. Ce jour-là il faut venir plus de bonne heure à la sainte Messe, et l'entendre encore mieux que les autres fois. II faut que notre esprit et notre cœur soient sans cesse au pied du tabernacle, qu'ils soupirent con-tinuellement après cet heureux moment, il faut que nos pensées ne soient plus de ce monde, mais toutes pour le ciel, et que nous soyons tellement abîmés dans la pensée de Dieu que nous semblions être morts au monde. Il faut avoir vos Heures ou votre Chapelet et dire vos actes avec autant de ferveur que vous pourrez, pour ranimer en vous la foi, l'espérance et un grand amour pour Jésus-Christ qui va, dans un instant, de votre cœur faire son tabernacle, ou, si vous voulez, un petit ciel. Mon Dieu, quel bonheur et quel honneur pour des misérables comme nous ! Nous devons lui témoigner un grand respect. Être si misérable !... Mais nous espérons qu'il aura tout de même pitié de nous. Après avoir dit vos actes, il faut offrir votre communion pour vous ou pour d'autres ; vous vous levez pour aller à la sainte Table avec beaucoup de modestie, ce qui annonce que vous allez faire quelque chose de grand ; vous vous mettez à genoux et vous vous efforcez de ranimer en vous la foi qui vous fasse sentir la grandeur de votre bonheur. Il faut que votre esprit et votre cœur soient tout à Dieu. Vous prenez bien garde de ne pas tourner la tête, vous tenez vos yeux à moitié fermés, les mains jointes, et vous dites votre : « Je confesse à Dieu. » Si vous attendez pour communier, il faut vous exciter à un grand amour pour Jésus-Christ, en le priant bien humblement qu'il daigne venir dans votre pauvre et misérable cœur.
Après que vous avez eu le grand bonheur de commu-nier, il faut vous lever avec modestie, retourner à votre place, vous mettre à genoux et ne pas prendre de suite un livre ou votre chapelet ; il faut vous entretenir un moment avec Jésus-Christ, que vous avez le bonheur d'avoir dans votre cœur, où, pendant un quart d'heure, il est en corps et en âme, comme pendant sa vie mor-telle. O bonheur infini ! qui est celui qui pourra jamais le comprendre !... Hélas ! presque personne ne le com-prend !... Après que vous avez demandé au bon Dieu toutes les grâces que vous désirez pour vous et pour les autres, il faut reprendre vos Heures et continuer. Ayant dit vos actes après la communion, il faut inviter la sainte Vierge, tous les anges et tous les saints à remer-cier le bon Dieu pour vous. Il faut bien prendre garde de ne pas cracher, au moins d'une bonne demi-heure après la sainte communion. I1 ne faut pas sortir de suite après la sainte Messe, mais rester un instant pour demander au bon Dieu de bien vous affermir dans vos bonnes résolutions. Lorsque vous sortez de l'église, il ne faut pas vous arrêter à causer ; mais, pensant au bonheur que vous avez de renfermer Jésus-Christ, il faut vous en aller chez vous. Si vous avez un petit moment entre les offices, il faut l'employer à faire une bonne lecture ou à faire une visite au Saint-Sacrement, pour remercier le bon Dieu de la grâce qu'il vous a faite le matin, et vous entretenir des affaires du monde tant moins que vous pouvez. Il faut tellement veiller sur toutes vos pensées, vos paroles et vos actions, que vous conserviez la grâce du bon Dieu toute votre vie.
Que faut-il conclure de cela, M.F. ?... Rien autre, sinon que tout notre bonheur consiste à mener une vie digne de recevoir souvent Jésus-Christ, puisque c'est par là que nous pouvons espérer le ciel, que je vous souhaite...

7ème dimanche après la Pentecôte
Sur la fausse et vraie Vertu

A fructibus eorum cognoscetis eos.
Vous les connaîtrez à leurs fruits.
(S.Matth., VII,16.)

Jésus-Christ pouvait-il, M.F., nous donner des preuves plus claires et plus certaines pour nous faire connaître et distinguer les bons chrétiens d'avec les mauvais qu'en nous disant que nous les connaîtrons, non à leurs paroles, mais à leurs œuvres. « Un bon arbre, nous dit-il, ne peut porter de mauvais fruits, comme un mauvais arbre n'en peut porter de bons. » Oui, M.F., un chrétien qui n'a qu'une fausse dévotion, une vertu affectée et qui n'est qu'extérieure, malgré toutes les précautions que prendra pour se contrefaire, ne tardera pas de laisser paraître de temps en temps les dérèglements de cœur, soit dans ses paroles, soit dans ses actions. Non, M.F., rien de si commun que ces vertus en apparences c'est-à-dire cette hypocrisie. Ce qui est d'autant plus déplorable, c'est que presque personne ne veut le reconnaître. Faudra-t-il, M.F., les laisser dans un état malheureux qui les conduit sûrement en enfer ? Non, M.F., non, essayons du moins de leur en faire apercevoir quelque chose. Mais, mon Dieu ! qui sont ceux qui vont se reconnaître coupables ? Hélas ! presque per-sonne ! Cette instruction va donc être encore pour les aveugler davantage ? Cependant, malgré cela, M.F., je vais vous parler comme si vous deviez tous en profiter.
Pour bien vous faire connaître l'état malheureux de ces pauvres chrétiens, qui peut-être se damnent en fai-sant le bien, ne connaissant pas bien la manière de le faire, je vais vous montrer 1° quelles sont les conditions pour avoir une véritable vertu ; 2° quels sont les défauts de celle qui n'a que l'apparence. Écoutez bien cette ins-truction, qui peut grandement vous servir dans tout ce que vous ferez par rapport à Dieu.
Si vous me demandez, M.F., pourquoi est-ce qu'il y a si peu de chrétiens qui agissent uniquement dans la vue de plaire à Dieu ? En voici la raison toute pure. C'est que la plus grande partie des chrétiens sont ensevelis dans l'ignorance la plus épouvantable, qu'ils font humainement tout ce qu'ils font. De sorte que si vous compariez leurs intentions avec celles des païens, vous ne trouveriez aucune différence. Eh ! mon Dieu ! que de bonnes œuvres perdues pour le ciel ! D'autres, qui ont quelques lumières de plus, ne cherchent que l'estime des hommes, et tâchent de se contrefaire autant qu'ils peuvent : leur extérieur semble être bon, tandis que « leur intérieur est rempli d'ordures et de dupli-cité » Oui, M.F., nous verrons au jugement que la plus grande partie des chrétiens n'ont eu qu'une religion de caprice ou d'humeur, c'est-à-dire, de penchants, et que très peu n'ont cherché que Dieu seul dans ce qu'ils ont fait.
Nous disons d'abord qu'un chrétien qui veut travailler
sincèrement à son salut, ne doit pas se contenter de faire de bonnes œuvres ; mais il lui faut encore savoir pour qui il les fait et comment il doit les faire.
En second lieu, nous disons qu'il n'est pas assez de paraître vertueux aux yeux du monde, mais qu'il faut encore l'être dans le cœur. Si, maintenant, M.F., vous me demandez comment nous pourrons connaître qu'une vertu est véritable et qu'elle nous conduira au ciel, M.F., le voici : écoutez-le bien, gravez-le bien dans votre cœur ; afin que chaque action que vous ferez, vous puissiez connaître si elle sera récompensée pour le ciel. Je dis que pour qu'une action plaise à Dieu, il faut qu'elle ait trois conditions : la première, qu'elle soit intérieure et parfaite ; la deuxième, qu'elle soit humble et sans retour sur soi-même ; la troisième, qu'elle soit constante et persévérante : si dans tout ce que vous faites, vous trouvez ces conditions, vous êtes sûrs de travailler pour le ciel.

I. - Nous avons dit qu'il faut qu'elle soit intérieure : il ne suffit donc pas qu'elle paraisse au dehors. Non, sans doute, M.F., il faut qu'elle prenne naissance dans le cœur, et que la charité seule en soit l'âme et le principe, puisque saint Grégoire nous dit que tout ce que Dieu demande de nous doit être fondé sur l'amour que nous lui devons ; notre extérieur ne doit donc être que comme un instrument pour manifester ce qui se passe au--dedans de nous. Aussi, M.F., toutes les fois que nos paroles et nos actions ne sont pas produites par le mouvement de notre cœur, nous ne sommes que des hypocrites aux yeux de Dieu.
Ensuite, nous disons que notre vertu doit encore être parfaite : c'est-à-dire, que ce n'est pas assez de nous attacher à la pratique de quelques vertus, parce que notre penchant nous y porte ; mais nous devons les embrasser toutes, c'est-à-dire, toutes celles qui sont compatibles avec notre état. Saint Paul nous dit, que nous devons faire d'abondantes provisions de toutes sortes de bonnes œuvres pour notre sanctification. Allons plus loin, M.F., et nous verrons combien de personnes se trompent en faisant le bien et marchent du côté de l'enfer. Il y en a qui se rassurent dans quelques vertus qu'ils pratiquent, parce que leur penchant les y porte, comme par exemple : une mère se refiera sur ce qu'elle fait quelques aumônes, qu'elle est assidue à faire ses prières, fréquenter les sacrements, à faire même des lectures de piété ; mais elle voit, sans chagrin, ses en-fants s'éloigner des sacrements. Ses enfants ne font point de pâques ; mais cette mère leur donne de temps en temps la permission pour aller dans les plaisirs, les danses, les mariages et quelquefois les veillées ; elle aime à faire paraître ses filles, elle croit que si elles ne fréquentent pas ces lieux de débauches, elles seront inconnues, qu'elles ne trouveront pas à s'établir. Oui, sans doute, qu'elles seront inconnues, mais aux libertins ; oui, M.F., elles ne pourront pas trouver à s'établir avec des personnes qui les maltraiteront comme de viles esclaves. Mais cette mère aime à les voir bien parées ; mais cette mère aime à les voir en la compagnie de quel-ques jeunes gens qui sont plus riches qu'elles. Après quelques prières et quelques bonnes œuvres qu'elle fera, elle se croit dans le chemin du ciel. Allez, ma mère, vous n'êtes qu'une aveugle et une hypocrite, vous n'avez qu'une apparence de vertu. Vous vous rassurez de ce que vous faites quelques visites au Saint-Sacrement sans doute, cela est bon ; mais votre fille est à la danse ; mais elle est au cabaret avec des libertins, et il n'y a sorte de saletés qu'ils ne vomissent ; mais votre fille, la nuit, est dans des lieux où elle ne devrait pas être. Allez, mère aveugle et réprouvée, sortez et quittez votre prière ; ne voyez-vous pas que vous faites comme les Juifs, qui ployaient les genoux devant Jésus-Christ pour faire semblant de l'adorer ? Eh ! quoi, vous venez adorer le bon Dieu, tandis que vos enfants sont après le cruci-fier ! Pauvre aveugle, vous ne savez pas ce que vous dites ni ce que vous faites ; votre prière n'est qu'une injure que vous faites à Dieu. Commencez à aller cher-cher votre fille qui perd son âme ; ensuite, vous revien-drez demander à Dieu votre conversion.
Un père croit que c'est assez que de maintenir le bon ordre dans sa maison, il ne veut pas que l'on jure ni que l'on prononce des paroles sales : cela est très bien ; mais il ne se fait pas scrupule de laisser ses garçons dans les jeux, les foires et les plaisirs. Mais ce même père laisse travailler ses ouvriers le dimanche, sous le moindre prétexte, ou même pour ne pas contrarier ses moissonneurs ou ses batteurs. Cependant, vous le voyez à l'église adorer le bon Dieu, même bien prosterné ; il tâche de renvoyer les moindres distractions. Dites-moi, mon ami, de quel œil pensez-vous que le bon Dieu puisse regarder ces personnes ? Allez, mon ami, vous êtes un aveugle ; allez vous instruire de vos devoirs, et ensuite vous viendrez présenter vos prières à Dieu. Ne voyez-vous pas que vous faites les fonctions de Pilate, qui reconnaît Jésus-Christ et qui le condamne. Vous verrez ce voisin qui est charitable, qui fait des aumônes, qui est touché de la misère de son prochain : cela est assez bien ; mais il laisse vivre ses enfants dans la plus grande ignorance ; peut-être ne savent-ils pas même ce qu'il faut faire pour être sauvé. Allez, mon ami, vous êtes un aveugle ; vos aumônes et votre sensibilité vous conduisent à grands pas en enfer. Celui-ci a assez de bonnes qualités, il aime même à rendre service à tout le monde ; mais il ne peut plus souffrir sa pauvre femme ni ses pauvres enfants, qu'il accable d'injures et peut--être même de mauvais traitements. Allez, mon ami, votre religion ne vaut rien. Celui-là se croit assez sage parce qu'il n'est pas un blasphémateur, un voleur, ni même un impudique ; mais il ne se met pas en peine de se corriger de ces pensées de haine, de vengeance, d'envie et de jalousie qui le travaillent presque chaque jour. Mon ami, votre religion ne peut que vous perdre. Nous en verrons d'autres, qui sont de toutes les pratiques de piété, qui se font un grand scrupule de laisser quel-ques prières qu'ils ont coutume de dire ; ils se croiront perdus de ne pas communier en certains jours où ils ont l'habitude de le faire ; mais un rien les impatiente, les fait murmurer ; une parole qui n'aura pas été dite comme ils voudraient leur fait naître une froideur ; ils ont peine à voir de bonne grâce leur prochain, ils aiment à n'avoir rien à faire avec vous, sous différents prétextes ils évitent votre compagnie, ils trouveront qu'on agit mal à leur égard. Allez, pauvres hypocrites, allez vous convertir ; ensuite vous aurez recours aux sacrements, que, dans cet état, sans le savoir, vous ne faites que pro-faner avec votre dévotion mal entendue.
Un père est sans doute louable de corriger ses enfants lorsqu'ils offensent le bon Dieu ; mais peut-on le louer de ce qu'il ne se corrige pas lui-même des vices qu'il reprend dans ses enfants ? Non, sans doute : ce père n'a qu'une religion fausse qui le jette dans l'aveuglement ! L'on ne peut que louer un maître qui reprend ses domes-tiques de leurs vices ; mais peut-on le louer lorsqu'on l'entend jurer et blasphémer lui-même dans quelque chose fâcheuse qui lui arrive ? Non, M.F., non, c'est un homme qui n'a jamais connu sa religion ni ses devoirs.
Celui-ci fera l'homme sage, instruit, il reprendra les défauts qu'il apercevra dans son voisin : cela est bon ; mais que penserez-vous de lui en lui voyant beaucoup plus de défauts qu'à celui qu'il reprend ? « D'où vient cette conduite, nous dit saint Augustin, si ce n'est de ce qu'il n'est qu'un hypocrite, qui ne connaît nullement sa religion. » Allez, mon ami, vous n'êtes qu'un pharisien, toutes vos vertus ne sont que de fausses vertus ; tout ce que vous faites, que vous croyez être bien, ne sert qu'à vous tromper. Nous verrons bien encore ce jeune homme fréquenter les offices et même, peut-être, les sacrements ; mais nous le voyons aussi fréquenter les cabarets et les jeux. Cette jeune fille paraîtra bien aussi, de temps en temps, à la sainte Table ; mais elle paraîtra aussi dans les danses, les assemblées où les bons chrétiens ne se trouvent jamais. Allez, pauvre hypocrite, allez, fantôme de chrétienne, un jour viendra où vous verrez que vous n'aurez travaillé qu'à vous perdre. Un chrétien, M.F., qui veut se sauver ne se contente pas d'observer un commandement, de remplir une ou deux de ses obliga-tions ; mais il observe tous les commandements de Dieu, et ensuite il remplit toutes les obligations de son état.

II. - En deuxième lieu, nous avons dit qu'il fallait que notre vertu fût humble, sans retour sur soi-même. Jésus-Christ nous dit de « ne jamais faire nos actions avec l'intention d'être loué des hommes : » si nous vou-lons en recevoir la récompense, il faut cacher autant que nous pouvons le bien qu'il a mis en nous, crainte que le démon d'orgueil ne nous ravisse le mérite du bien que nous faisons. - Mais, peut-être, pensez-vous, le bien que nous faisons, nous le faisons bien pour le bon Dieu et non pour le monde. - Mon ami, je ne le sais pas : il y en a beaucoup qui se trompent là-dessus ; je crois qu'il serait facile de vous montrer que vous n'avez qu'une religion extérieure, et non dans l'âme. Dites--moi, n'est-ce pas que vous éprouveriez moins de peine si l'on savait que vous jeûnez aux jours prescrits par l'Église que si l'on savait que vous ne jeûnez pas ? N'est--ce pas que vous éprouveriez moins de chagrin si l'on vous voyait faire l'aumône que si l'on vous voyait pren-dre quelque chose à votre voisin ? Laissons le scandale de côté. N'est-ce pas que vous aimeriez mieux que l'on vous vit prier que de vous entendre jurer (supposons que vous ayez fait l'un et l'autre) ? N'est-ce pas que vous préféreriez que l'on vous vît faire la prière ou donner de bons conseils à vos enfants, que si l'on vous entendait leur conseiller de se venger de leurs ennemis ? - Oui, sans doute, me direz-vous, cela ne ferait pas autant de peine. - Et pourquoi cela ? sinon parce que nous n'a-vons qu'une fausse religion, et que nous ne sommes que des hypocrites et rien autre.
Cependant nous voyons que les saints faisaient tout le contraire ; pourquoi encore ? sinon parce qu'ils con-naissaient leur religion, et qu'ils ne cherchaient qu'à s'humilier ; afin d'attirer sur eux les miséricordes du Seigneur. Hélas ! que de pauvres chrétiens qui n'ont qu'une religion de penchants, de caprices et d'habitude, et rien autre ! - Mais, me direz-vous, cela est bien un peu fort. - Oui, sans doute, c'est un peu fort ; mais ce n'en est pas moins la vérité. Pour vous donner une hor-reur infinie de ce maudit péché d'hypocrisie, je vais vous montrer où ce malheureux péché nous conduit, par un exemple qui est bien digne d'être gravé dans vos cœurs.
Nous lisons dans l'histoire que saint Palémon et saint Pacôme vivaient dans une grande sainteté. Une nuit qu'ils veillaient et qu'ils avaient fait le feu, il survint un solitaire qui voulait demeurer avec eux. L'ayant reçu près d'eux pour s'unir ensemble afin de prier le bon Dieu, au milieu de leur discours, il leur dit : « Si vous avez la foi, avancez-vous hardiment et tenez-vous de-bout sur ces charbons ardents, et prononcez lentement l'Oraison dominicale. » Ces bons saints, voyant que ce solitaire leur faisait une telle proposition, et pen-sant qu'il n'y avait qu'un orgueilleux ou un hypocrite qui pût dire cela : « Mon frère, lui dit saint Palémon, priez Dieu ; vous êtes tenté, gardez-vous bien de faire cette folie ni de nous jamais rien proposer de sem-blable. Notre Sauveur ne nous a-t-il pas dit qu'il ne faut jamais tenter Dieu, et c'est vraiment le tenter que de lui demander un miracle de cette manière. » Ce pauvre aveugle et ce pauvre hypocrite, au lieu de pro-fiter de ce bon conseil, son esprit s'élève encore davan-tage par la vanité de ses prétendues bonnes œuvres ; il s'avance hardiment et se tient sur le feu sans que personne le lui commande, le démon coopérant avec lui, comme étant l'ennemi des hommes... Le bon Dieu, que son orgueil avait fait retirer de lui, permit au dé-mon, par un jugement secret et effroyable, qu'il fût garanti du feu, ce qui l'aveugla encore davantage, se croyant être déjà parfait et un grand saint. Le lende-main matin, il quitta les deux solitaires en leur repro-chant leur peu de foi : « Vous avez vu, leur disait-il, ce que peut faire celui qui a la foi. » Mais, hélas ! peu de temps après, le démon, voyant, que cet homme était à lui et craignant de le perdre, voulut s'assurer sa vic-time et lui faire mettre le sceau à sa réprobation. Il prit la figure d'une femme richement parée, frappa à la porte de sa cellule, lui disait qu'il était poursuivi par ses créanciers, qu'il craignait de tomber dans quelque mal-heur, n'ayant pas de quoi les payer, et qu'il avait re-cours à lui comme bien charitable. « Je vous supplie, lui dit-elle, de me recevoir dans votre cellule, afin que je sois garantie de ce péril. » Ce pauvre homme, ayant abandonné le bon Dieu, le démon lui ayant tiré les yeux de l'âme, ne voyait plus le danger auquel il s'ex-posait ; il la reçut dans sa cellule. Un moment après, il se sentit horriblement tenté contre la sainte vertu de pureté, et il s'arrêta à ces pensées. Il s'approcha même de cette prétendue femme, qui n'était autre chose que le démon, pour lui parler plus familièrement, et même il la toucha. Le démon lui tombe dessus, le prend, le traîne dans le chemin, où il le bat avec tant de force que son corps fut tout fracassé. Il le laissa sur le pavé où il resta fort longtemps comme mort. Quelques jours après, il reprit un peu de force, et se repentant de sa faute, il retourna trouver les deux saints pour leur faire part du malheur qui lui était arrivé. Après leur avoir conté tout cela avec beaucoup de larmes, il leur dit « Ah ! mes Pères, je confesse bien que tout ne m'est arrivé que par ma faute ; c'est bien moi qui suis cause de ma perte, parce que je n'étais qu'un orgueilleux et un hypocrite, qui voulais passer pour plus sage que je n'étais. Je vous prie bien, en grâce, de m'assister du secours de vos prières, car je crains que si le démon me reprend, il ne me mette en pièces. » Pendant qu'ils pleuraient tous les trois ensemble, tout à coup, voilà le démon qui se saisit de lui, l'emporte avec une rapi-dité épouvantable à travers les forêts jusqu'à la ville de Panople, où il y avait un fourneau. Il le précipita de-dans, où il fut brûlé à l'heure même . Eh bien ! M.F., d'où lui vint ce châtiment si affreux ? Hélas ! c'est que son cœur manquait d'humilité, il est vrai ; mais il était un hypocrite et ne connaissait pas sa religion.
Hélas ! que de personnes qui font beaucoup de bonnes œuvres, et, qui ne laissent pas d'être perdues, parce qu'elles ne connaissent pas leur religion. Un certain nombre feront bien des prières, fréquentent même sou-vent les sacrements ; mais conservent toujours les mê-mes habitudes et finissent par se familiariser avec le bon Dieu et avec le péché. Hélas ! que le nombre en est grand ! Voyez cet homme qui semble être un bon chré-tien, faites-lui apercevoir qu'il a fait tort à quelqu'un, faites-lui apercevoir ses défauts ou quelque injustice dont il s'est rendu coupable dans son cœur, de suite il se monte et ne peut plus vous voir. La haine et la rancune s'ensuivent... Voyez un autre : vous ne jugerez pas bon de le faire approcher de la sainte Table, il vous répondra grossièrement et conservera de la haine contre vous, comme si l'on était cause qu'il ait fait mal. D'autres, s'il leur arrive quelque chagrin, de suite ils abandonnent les sacrements, les offices. Si un habitant a quelque diffi-culté avec son pasteur, qui lui aura dit quelque chose pour le bien de son âme ; de suite, voilà la haine ; il en parlera mal, il aimera à en entendre dire du mal, il tour-nera tout en mal ce qu'on lui dira. D'où peut venir tout cela, M.F. ? Hélas ! c'est que cette personne n'a qu'une fausse dévotion et rien autre. Une autre fois ce sera une personne à qui vous aurez refusé l'absolution ou la sainte communion ; elle se révolte contre son confesseur, vous serez à ses yeux pire qu'un démon. Cependant, dans un temps de paix, vous la voyez servir Dieu avec ferveur ; elle vous parlera de Dieu comme un ange revêtu d'un corps humain. Et pourquoi donc, M.F., cette incons-tance ? Hélas ! c'est qu'elle n'est qu'une hypocrite, qui ne se connaît pas, qui peut-être ne se connaîtra jamais et qui ne veut pas même qu'on la regarde comme telle. L'on en voit d'autres qui, sous prétexte qu'elles ont quelque apparence de vertu, si on se recommande à leurs prières pour obtenir quelques grâces ; dès qu'elles auront fait quelques prières, elles leur demanderont s'ils ont obtenu ce qu'ils demandaient. Si elles ont été exaucées, vous les voyez qui redoublent leurs prières elles pensent que peut-être elles peuvent bien faire des miracles. Mais, si elles n'ont pas obtenu ce qu'elles demandaient, vous les voyez se décourager, perdre le goût de la prière. Allez, pauvre aveugle, vous ne vous êtes jamais connue, vous n'êtes qu'une hypocrite. Une autre parlera du bon Dieu avec empressement ; si vous applaudissez, les larmes même tomberont de ses yeux ; mais si vous lui dites un mot qui la pique un peu, vous la voyez se monter la tête ; elle a peur de se montrer telle qu'elle est, et elle vous conservera une haine dans son cœur, combien de temps. Pourquoi cela ? sinon parce que sa religion n'est qu'une religion de caprice et de penchant. Vous trompez le monde, et vous vous trompez vous-même ; mais vous ne tromperez pas le bon Dieu, qui, un jour, vous fera bien voir que vous n'avez été qu'une hypocrite.
Voulez-vous savoir ce que c'est qu'une fausse vertu ? en voici un bel exemple. Nous lisons dans l'histoire, qu'un solitaire étant venu trouver saint Sérapion pour se recommander à ses prières, saint Sérapion lui dit de prier pour lui ; mais l'autre lui dit avec des paroles qui annonçaient l'humilité la plus profonde, qu'il ne méritait pas ce bonheur, qu'il était trop pécheur. Le saint lui dit de s'asseoir à côté de lui, mais l'autre lui répondit qu'il en était indigne. Le saint, pour connaître si vraiment ce solitaire était tel qu'il voulait bien le faire croire, lui dit : « Mon ami, je crois que vous feriez beaucoup mieux de rester dans votre solitude que de courir le désert. » Ceci le mit dans une colère épou-vantable. « Mon ami, lui dit le saint, vous me disiez tout à l'heure que vous êtes un si grand pécheur que vous ne voulez pas même vous asseoir à côté de moi, et maintenant, parce que je vous dis une parole pleine de charité, vous vous mettez en colère. Allez, mon ami, vous n'avez qu'une fausse vertu ou, plutôt, vous n'en avez point . » Hélas, M.F., qu'il y en a qui sont de ce nombre ! qui semblent, à leurs paroles, être des saints, et qui, à la moindre parole qui ne leur convient pas, s'emportent et se font connaître tels qu'ils sont dans l'âme.
Si nous voyons que ce péché est si mauvais, voyons aussi que le bon Dieu le punit bien rigoureusement, comme vous allez le voir dans un exemple. Nous lisons dans l'Écriture sainte que le roi Jéroboam envoya sa femme vers le prophète Ahias, pour le consulter sur la maladie de son fils, l'ayant fait déguiser, avec toute l'apparence d'une personne de piété. Il usait de cet artifice, crainte que le peuple ne s'aperçût qu'il consul-tait le prophète du vrai Dieu et qu'on ne remarquât le peu de confiance qu'il avait en ses idoles. Il est vrai que nous pouvons bien quelquefois tromper les hom-mes, mais jamais le bon Dieu. Lorsque cette femme entra dans le logis du prophète, sans même qu'il la vit, il lui cria : « Femme de Jéroboam, pourquoi feignez--vous d'être une autre que vous n'êtes ? Venez, hypo-crite, je vais vous annoncer une méchante nouvelle de la part du Seigneur. Oui, une méchante nouvelle, écou-tez-là : le Seigneur m'a commandé de vous dire qu'il va faire tomber sur la maison de Jéroboam toutes sortes de maux ; il en fera périr jusqu'aux animaux même ; ceux de sa maison qui mourront dans les campagnes seront mangés des oiseaux, ceux qui mourront dans la ville seront mangés des chiens. Allez, femme de Jéroboam, allez annoncer cela à votre mari. Et dans le moment même que vous mettrez le pied dans la ville, votre enfant mourra. » Tout cela arriva comme le prophète l'avait dit : pas un n'échappa à la vengeance du Seigneur.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:18
Il faut encore examiner si vous aviez résolu de jurer ou bien de faire des serments faux, et combien de jours vous aviez eu cette pensée : c'est-à-dire, combien de temps vous avez été disposé à le faire. Une bonne partie des chrétiens n'y fait pas seulement attention, quoique ce soit un gros péché. - Mais, me direz-vous, j'y ai bien pensé, mais je ne l'ai pas fait. - Vous ne l'avez pas fait, mais votre cœur l'a fait ; et, puisque vous êtes dans la disposition de le faire, vous êtes coupable aux yeux du bon Dieu. Hélas ! pauvre religion, que l'on te connaît peu !
Nous voyons dans l'histoire un exemple frappant de la punition de ceux qui font de faux serments. Du temps de saint Narcisse, évêque de Jérusalem, trois jeunes libertins qui s'abandonnaient à l'impureté, ca-lomniaient horriblement leur saint évêque, en l'accu-sant des crimes dont ils étaient coupables eux-mêmes, dans l'espérance qu'il n'oserait pas les reprendre. Ils allèrent devant les juges en disant que l'évêque avait commis tel péché ; et ils assurèrent leurs jurements par des serments affreux. Le premier dit : « Si ce que je dis n'est pas vrai, je veux être étouffé. » Le deuxième : « Si cela n'est pas, je veux être brûlé tout vif. » Le troi-sième : « Si cela n'est pas, je veux perdre les yeux. » Hélas ! la justice du bon Dieu ne tarda pas de les punir : le premier fut étouffé et mourut misérablement ; le deuxième, le feu se mit dans sa maison par une fusée d'un feu de joie que l'on faisait dans la ville : il brûla tout vivant ; le troisième, quoique puni, fut plus heureux que les autres : il reconnut sa faute, en fit péni-tence, et pleura tant qu'il en perdit la vue. En voici un autre exemple, qui n'est pas moins frappant. Nous lisons dans l'histoire que saint Édouard étant roi d'An-gleterre, le comte Gondevin, qui était beau-père du roi, était si jaloux et si orgueilleux, qu'il ne voulait souffrir personne auprès du roi. Le roi lui dit un jour qu'il avait participé à la mort de son frère. « Si cela est, lui dit le comte, je veux que ce morceau m'étrangle. » Le roi prit ce morceau de pain, fit le signe de la croix dessus sans se douter de rien. L'autre le mangea ; mais il lui resta au gosier, l'étrangla, et il mourut sur-le-champ. Vous conviendrez avec moi, M.F., d'après ces effroyables exemples, combien il faut que ce péché soit affreux aux yeux du bon Dieu, pour qu'il veuille le punir d'une manière si terrible.
Il y a encore des pères et mères et des maîtres et maîtresses qui ont à tout moment à la bouche ces paroles : « Ah ! charogne d'enfant !... ah ! bête d'en-fant !... ah ! imbécile d'enfant !... que tu crèves donc une fois, tant vous me tourmentez !... Je voudrais être aussi loin que je suis près !... Le bon Dieu ne vous punira donc pas une fois !.,.. » et en prononçant le b... et le f..., ceci a rapport aux malédictions : je vous le dis tandis que j'y pense. Oui, M.F., il y a des parents qui ont si peu de religion, qu'ils ont toujours ces mots à la bouche. Hélas ! combien de pauvres enfants sont infirmes et faibles d'esprit, revêches, vicieux, à cause des malédictions que leurs père et mère leur ont don-nées ! Nous lisons dans l'histoire, qu'il y avait une mère qui dit à son enfant : « Tu ne crèveras donc pas, tant tu me tourmentes ? » Ce pauvre enfant tomba mort à ses pieds. Un autre qui dit à son fils : « Le démon ne t'emportera donc pas ? » L'enfant disparut sans qu'on pût savoir où il passa. Mon Dieu ! quel malheur ! malheur pour l'enfant et la mère ! Il y avait dans la province de Vallerie, un homme très respectable par sa bonne conduite. Étant un jour revenu de voyage, il appelle son domestique d'une manière assez négligée, il lui dit : « Viens donc, diable de valet, viens donc me déchausser ! » De suite sa chaussure commence à se défaire sans que personne ne la tirât. Tout épouvanté, il se mit à crier : « Retire-toi, Satan, ce n'est pas toi que j'appelle, mais c'est mon valet », de sorte que le démon s'enfuit sur-le-champ, et sa chaussure resta à moitié retirée. Cet exemple nous prouve, M.F., combien le démon roule autour de nous, pour nous tromper et nous perdre, dès que l'occasion s'en présente. C'est pour cela que nous voyons que les premiers chrétiens avaient tant d'horreur du démon, qu'ils n'osaient pas même en prononcer le nom. Vous devez donc bien prendre garde de ne jamais le prononcer, ni le laisser prononcer à vos enfants et à vos domestiques : lorsque vous les entendrez, il faut les reprendre, jusqu'à ce que vous voyez qu'ils sont corrigés.
Non seulement, M.F., il est mal fait de jurer mais encore de faire jurer les autres. Saint Augustin nous dit que celui qui est cause qu'une autre personne a juré faussement en justice est plus coupable que celui qui commet un homicide, « parce que, nous dit-il, qui tue un homme ne tue que le corps, au lieu que celui qui fait jurer faussement un autre en justice, tue son âme. » Pour vous donner une idée de la grandeur de ce péché, je vais vous montrer combien l'on est coupable, lorsque l'on prévoit que les personnes que l'on appelle en justice jureront faussement. Nous lisons dans l'histoire, qu'il y avait dans la ville d'Hippone, un bourgeois qui était un homme de bien, mais un peu trop attaché à la terre. Il voulut contraindre un homme qui lui devait quelque chose d'aller en justice. Ce misérable jura faus-sement, c'est-à-dire, assura qu'il ne devait rien. La nuit suivante, celui qui avait fait conduire l'autre en justice pour être payé, fut présenté lui-même devant un tribu-nal, où il vit un juge qui lui parla d'une voix terrible et menaçante, en lui demandant pourquoi il avait fait par-jurer cet homme ; s'il ne fallait pas plutôt perdre sa dette que de damner cette âme ; qu'il lui faisait grâce pour cette fois à cause de ses œuvres ; mais il le con-damna à être fouetté avec des verges. En effet, le lende-main, il vit son corps tout en sang. - Mais, me direz--vous, si je ne fais pas jurer, je perdrai ce qu'il me doit. - Mais vous aimez donc mieux perdre son âme et la vôtre que de perdre votre argent ? D'ailleurs, M.F., soyez bien sûrs que si vous faites un sacrifice pour ne pas faire offenser le bon Dieu, vous verrez que le bon Dieu ne manquera pas de vous récompenser d'un autre côté. Cependant ceci n'arrive pas bien souvent ; mais il faut bien prendre garde de ne jamais donner des cadeaux, ni solliciter ceux qui doivent déposer contre vous en jus-tice de ne pas dire la vérité : vous les damneriez et vous aussi. Si vous aviez fait cela, et que l'on eût condamné quelqu'un qui ne le méritât pas, parce que vous avez dit un mensonge, vous seriez obligés de réparer tout le mal que cela a fait et de dédommager la personne, soit dans son bien, soit dans sa réputation, et autant que vous le pourrez, sans quoi vous serez damnés. Il faut encore voir si vous n'avez pas eu la pensée de jurer à faux, et combien de temps cette pensée vous est restée dans l'esprit. Il y en a qui croient que parce qu'ils ne l'ont pas dit, il n'y a point de mal. Mon ami, quoique vous ne l'ayez pas dit, votre péché est commis, puisque vous êtes dans la disposition de le faire. Voyez encore si vous n'avez pas donné des demi-conseils. Une personne vous dira : « Je crois que je vais être appelée en justice pour un tel ; qu'en penses-tu ? J'ai envie de ne pas dire ce que j'ai vu, pour ne pas le faire condamner : l'autre a bien plus de quoi payer ; cependant je vois que je vais faire mal. » Vous lui direz : « Ah ! le mal n'est pas bien grand... Tu vas trop lui porter perte... » Si d'après cela il jure à faux, vous êtes obligé, si celui à qui vous avez conseillé n'a pas de quoi dédommager l'autre, de le faire vous-même. Voulez-vous, M.F., savoir ce qu'il vous faut faire en justice et ailleurs ? Écoutez Jésus-Christ lui-même, qui nous dit : « Plutôt que de plaider, si l'on vous demande votre robe de dessus, donnez celle de dessous , parce que cela vous est beaucoup plus avan-tageux que de plaider. » Hélas ! qu'un procès fait commet-tre de péchés ! que d'âmes les procès damnent par ces ser-ments faux, ces haines, ces tromperies et ces vengeances !
Mais, voici, M.F., les serments qui se font le plus souvent, ou plutôt, à tout bout de champ. Quand nous disons quelque chose à quelqu'un, s'il ne veut pas nous croire, nous jurons même avec serment. Les pères et mères, les maîtres et maîtresses doivent bien prendre garde à cela : souvent leurs enfants ou leurs domesti-ques ont fait quelque faute, ils les pressent de leur dire, si c'est eux ; et les enfants ou les domestiques, crainte d'être battus ou grondés, jureront combien de fois que ce n'est pas vrai, qu'ils veulent bien ne pas bouger de la place, si cela est. Il vaut bien mieux ne rien dire et en souffrir la perte, que de les faire damner. D'ailleurs, qu'avancez-vous ? Vous offensez tous le bon Dieu, et puis, c'est tout ce que vous avez. Quel regret, M.F., si, au jour du jugement, vous voyez ces pauvres enfants damnés pour une bagatelle et une chose de rien.
Il y en a encore d'autres qui jurent ou promettent de faire ou de donner quelque chose à un autre, sans avoir l'intention de le faire. Il faut bien examiner avant de promettre une chose, si on pourra la faire. Avant de la promettre, il ne faut jamais dire : « Si je ne fais pas cela, je veux bien ne jamais voir le bon Dieu, ne pas bouger de la place. » Prenez garde, M.F., ce sont des péchés plus horribles que vous ne pouvez le compren-dre. Si, par exemple, vous avez, dans un accès de colère, promis de vous venger, il est bien certain qu'il ne faudrait pas le faire ; mais, au contraire, bien en demander pardon au bon Dieu. Le Saint-Esprit nous dit que celui qui jurera sera puni...

II - 1° Si vous me demandez ce que l'on entend par ce mot de blasphème... Ce péché, M.F., est si horrible, qu'il semble que des chrétiens ne devraient pas avoir la force de le proférer. Le blasphème est un mot qui veut dire maudire et détester une beauté infinie, ce qui indi-que que ce péché s'attaque directement au bon Dieu. Saint Augustin nous dit : « Nous blasphémons lorsque nous attribuons au bon Dieu quelque chose qu'il n'a pas ou qui ne lui convient pas, ou bien qu'on lui ôte ce qui lui convient, ou enfin, quand on s'attribue, à soi-même ce qui convient à Dieu, et qui n'est dû qu'à lui seul. » Je dis donc que nous blasphémons : 1° lorsque nous disons que le bon Dieu n'est pas juste d'en faire de si riches et qui ont tout en abondance, tandis que tant d'autres sont si misérables, qu'ils ont à peine du pain à manger ; 2° qu'il n'est pas si bon que l'on dit, puisqu'il laisse tant de personnes dans le mépris et les infirmités, tandis que d'autres sont aimées et respectées de tout le monde. ; 3° ou bien en disant que le bon Dieu ne voit pas tout, qu'il en fait pas attention à ce qui se passe sur la terre : 4° ou encore en disant : « Si le bon Dieu fait miséricorde à un tel, il n'est pas juste ; il en a trop fait ; » 5° ou bien, quand nous faisons quelque perte, et que nous nous emportons contre le bon Dieu en disant : « Ah ! que je suis malheureux ! le bon Dieu ne m'en peut pas faire davantage ! je crois qu'il ne me sait pas au monde, ou s'il me sait, ce n'est que pour me faire souffrir ! » C'est aussi un blasphème que de se moquer de la sainte Vierge et des saints, en disant : « En voilà un qui n'a pas grand pouvoir : j'ai fait tant de prières, je n'ai jamais rien obtenu. »
Saint Thomas nous dit encore que le blasphème est une parole injurieuse, outrageuse contre le bon Dieu ou contre les saints ; ce qui se fait en quatre manières : 1° Par affirmation, en disant : « Le bon Dieu est un cruel et un injuste de permettre que je souffre tant de maux, que l'on me calomnie de la sorte, que l'on me laisse perdre cet argent ou ce procès. Ah ! que je suis malheu-reux ! tout périt chez moi, je ne puis rien avoir ; tandis que tout réussit chez les autres. » 2° On blasphème en disant que le bon Dieu n'est pas tout-puissant, et que l'on peut faire quelque chose sans lui. Ce fut ce blasphème que Sennachérib, roi des Assyriens, pro-féra, lorsqu'il assiégea la ville de Jérusalem, en disant que, malgré le bon Dieu, il prendrait la ville. Il se mo-quait de Dieu, en disant qu'il n'était pas assez puissant pour lui empêcher d'entrer et de mettre tout à feu et à sang. Mais le bon Dieu, pour punir ce misérable de son blasphème et lui montrer qu'il était tout-puissant, lui envoya un ange qui, dans une seule nuit, lui tua cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Le roi, le lende-main, voyant toute son armée égorgée, sans savoir par qui, s'enfuit, tout épouvanté à Ninive, où il fut tué lui--même par ses deux enfants. 3° On blasphème, lorsqu'on attribue à une créature ce qui n'est dû qu'à Dieu, comme ces misérables qui diront à une créature infâme qui sera l'objet de leur passion : « Je vous aime de toute la tendresse de mon cœur... Je vous suis si attaché, que je vous adore ! » Crime qui fait horreur, et cependant bien commun, du moins dans l'action. 4° On blasphème, en disant : « Ah ! S... N... de D... » Cela fait horreur !
Ce péché est si grand et si affreux aux yeux de Dieu, qu'il attire toutes sortes de malheurs sur la terre. Les Juifs avaient tant d'horreur des blasphèmes, que, quand ils entendaient quelqu'un qui blasphémait, ils déchiraient leurs habits. Ils n'osaient pas même prononcer ce mot, ils l'appelaient : Bénédiction. Le saint homme Job avait si peur que ses enfants eussent blasphémé, qu'il offrait des sacrifices au Seigneur dans le cas qu'ils eussent blas-phémé ... Saint Augustin dit que ceux qui blasphèment Jésus-Christ étant dans le ciel, sont plus cruels que ceux qui l'ont crucifié étant sur la terre. Le mauvais larron blasphémait Jésus-Christ étant sur la croix, en disant : « S'il est Tout-Puissant, qu'il se délivre et nous aussi. » Le prophète Nathan dit au roi David : « Parce que vous avez été cause que l'on a blasphémé le nom du bon Dieu, votre enfant mourra, et le châtiment ne sor-tira point de votre maison de toute votre vie. » Le bon Dieu nous dit : « Celui qui blasphèmera le nom du Sei-gneur, je veux qu'il soit mis à mort. » Nous lisons dans l'Écriture sainte qu'on amena à Moïse un homme qu avait blasphémé. Moïse consulta le Seigneur, qui lui dit qu'il fallait le mener dans un champ, et le faire mourir c'est-à-dire, l'assommer à coup de pierres .
Nous pouvons dire que le blasphème est vraiment le langage de l'enfer. Saint Louis, roi de France, avait tellement en horreur ce crime, qu'il avait ordonné que tous les blasphémateurs seraient marqués d'un fer rouge au front. Lui ayant amené un bourgeois de Paris qui avait blasphémé, plusieurs voulurent solliciter sa grâce ; mais le roi leur dit qu'il voudrait mourir lui-même pour détruire ce maudit péché, et ordonna qu'il fût puni. L'empereur Justin faisait arracher la langue à ceux qui avaient eu le malheur de commettre un si grand crime. Pendant le règne du roi Robert, le royaume de France était accablé de toutes sortes de malheurs, et le bon Dieu révéla à une sainte que tant que les blasphèmes dureraient, les châtiments dureraient. L'on porta une loi, qui condamnait tous ceux qui blasphémaient à avoir la langue percée d'un fer rouge pour la première fois, et ordonnait que, la deuxième fois, on les ferait mourir.
Prenez bien garde, M.F., que si le blasphème règne dans vos maisons, tout ira en périssant. Saint Augustin nous dit que le blasphème est un plus grand péché que le parjure ; parce que, nous dit-il, par le parjure, nous prenons le nom du bon Dieu à témoin d'une chose fausse, au lieu que par le blasphème, nous disons une chose fausse du bon Dieu. Quel crime ! qui de nous a pu jamais le comprendre ? Saint Thomas nous dit encore qu'il y a une autre sorte de blasphème contre le Saint-Esprit, qui se commet en trois façons : 1° en attri-buant au démon les œuvres du bon Dieu, comme fai-saient les Juifs, qui disaient que Jésus-Christ chassait les démons au nom du prince des démons ; comme fai-saient les tyrans et les bourreaux, qui attribuaient à la magie et au démon les miracles que les saints faisaient ; 2° L'on blasphème contre le Saint-Esprit, nous dit saint Augustin, « quand on meurt dans l'impénitence finale. » L'impénitence est un esprit de blasphème ; puisque la rémission de nos péchés se fait par la charité, qui est le Saint-Esprit ; 3° Quand nous faisons des actions qui sont directement opposées à la bonté de Dieu, comme lorsque nous désespérons de notre salut, et que nous ne voulons pas prendre tous les moyens de l'obtenir ; comme lors-que nous sommes fâchés de ce que d'autres reçoivent plus de grâces que nous. Prenez bien garde de ne jamais vous laisser aller à ces sortes de péchés, parce qu'ils sont si affreux ! Nous traitons le bon Dieu d'in-juste, en disant qu'il donne plus aux autres qu'à nous.
N'avez-vous pas blasphémé, M.F., en disant qu'il n'y a de Providence que pour les riches et les méchants ? N'avez-vous pas blasphémé, quand il vous arrive quelque perte, en disant : « Mais qu'ai-je donc fait au bon Dieu de plus qu'un autre, pour que j'aie tant de malheurs ? » - Ce que vous avez fait, mon ami ! levez les yeux et vous verrez que vous l'avez crucifié. N'avez-vous pas encore blasphémé en disant que vous êtes trop tenté, que vous ne pouvez pas faire autrement, que c'est votre sort ?... Eh quoi ! M.F., vous n'y pensez pas ?... C'est que le bon Dieu vous aurait fait vicieux, colères, empor-tés, fornicateurs, adultères, blasphémateurs ! Vous n'avez pas la foi du péché originel qui a dégradé l'homme de l'état de droiture et de justice, dans lequel nous avons d'abord été créés ! C'est plus fort que vous... Mais, mon ami, la religion ne vient donc pas à votre aide pour vous faire connaître toute la corruption originelle ? Et vous osez, misérable, blasphémer encore contre celui qui vous l'a donnée comme le plus grand don qu'il pou-vait vous faire !
N'avez-vous pas encore blasphémé contre la sainte Vierge et les saints ? Ne vous êtes-vous pas moqué de leurs vertus, de leurs pénitences et de leurs miracles ? Hélas ! dans ce malheureux siècle, combien ne trouvons--nous pas d'impies qui portent leur impiété jusqu'à mépriser les saints qui sont dans le ciel et les, justes qui sont sur la terre ; combien de personnes qui se raillent des austérités qu'ont faites les saints, et qui ne veulent ni servir le bon Dieu, ni souffrir que les autres le ser-vent. Voyez encore, M.F., si vous n'avez pas fait répéter vos jurements et vos blasphèmes aux enfants. Ah ! malheureux, quels sont les châtiments qui vous atten-dent dans l'autre vie !
2° Mais, me direz-vous, quelle différence y a-t-il entre le blasphème et le reniement de Dieu ? - Il y a, M.F., une grande différence entre les blasphèmes et les reniements de Dieu. En parlant de reniement, je ne veux pas parler de ceux qui renient le bon Dieu en quittant la véritable religion : nous appelons ces personnes-là des renégats, ou des apostats. Mais je veux parler de ceux qui, en parlant, ont cette maudite habitude, par colère et par emportement, de renier le saint nom de Dieu : comme une personne qui perdra dans un marché qu'elle fera, ou au jeu, elle s'emporte contre Dieu, comme voulant faire croire qu'il en est la cause. Lorsque cela vous ar-rive, il faut que le bon Dieu essuie toutes les fureurs de votre colère, comme s'il était la cause de votre perte, ou de l'accident qui vous est arrivé. Ah ! malheureux, celui qui vous a tiré du néant, qui vous conserve et qui vous comble continuellement de biens, vous osez encore le mépriser, profaner son saint nom et le renier ; tandis que, s'il avait écouté sa justice, depuis longtemps vous seriez abîmés dans les enfers ! Nous voyons ordinaire-ment qu'une personne qui a le malheur de commettre ces gros crimes fait une fin malheureuse. Il est rapporté dans l'histoire, qu'il y avait un homme malade et réduit à la misère. Un missionnaire étant entré chez lui pour le voir et le confesser, le malade lui dit : « Ah ! mon père, le bon Dieu me punit de mes colères, de mes emportements, de mes blasphèmes et de mes reniements de Dieu. Je suis malade depuis bien longtemps, je suis extrêmement pauvre, tout mon bien a fait une mauvaise fin ; mes enfants me méprisent et m'abandonnent, ils ne valent rien, à cause des mauvais exemples que je leur ai donnés ; il y a déjà bien longtemps que je souffre sur ce pauvre grabat ; ma langue est toute pourrie, je ne peux rien avaler sans ressentir des douleurs incroyables. Hé-las ! mon père, je crains bien, qu'après avoir bien souf-fert en ce monde, il me faille encore souffrir dans l'autre vie. » Nous voyons même de nos jours, que ces jureurs et ces renieurs du saint nom de Dieu font presque tou-jours des fins malheureuses. Prenez bien garde, M.F., si vous avez cette mauvaise habitude, il faut vite vous corriger, crainte que si vous ne faites pas pénitence en ce monde, vous n'alliez la faire dans les enfers. Ne per-dez jamais de vue que votre langue ne doit être employée que pour prier le bon Dieu et chanter ses louanges. Si vous avez la mauvaise coutume de jurer, il faut souvent prononcer le saint nom de Jésus avec bien du respect, pour purifier vos lèvres.
3° Si, maintenant, vous me demandez ce que l'on en-tend par malédiction et par imprécation ; c'est, M.F., dans un moment de colère ou de désespoir, maudire une personne, une chose ou une bête ; c'est vouloir l'anéantir ou la rendre malheureuse. Le Saint-Esprit nous dit que celui qui a souvent la malédiction à la bou-che doit bien craindre que le bon Dieu ne lui accorde ce qu'il souhaite. Il y en a qui ont toujours le démon à la bouche, qui lui donnent tout ce qui les fâche. Si une bête, en travaillant, ne va pas comme ils veulent, ils la maudissent, ou la donnent au démon. Il y en a qui, quand le temps est mauvais, disent : « Maudit temps ! maudite pluie ! ah ! maudit froid ! ah ! maudits enfants ! ... » N'ou-bliez jamais que le Saint-Esprit nous dit qu'une malédiction prononcée en vain et légèrement, tombera sur quel-qu'un. Saint Thomas nous dit que si nous prononçons une malédiction contre quelqu'un, c'est un péché mor-tel, si l'on souhaite ce que l'on dit. Saint Augustin nous dit qu'une mère avait maudit ses enfants, qui étaient au nombre de sept ; ils furent tous possédés du démon. L'on voit que plusieurs enfants, pour avoir été maudits de leurs parents, avaient été infirmes et misé-rables toute leur vie. Nous lisons qu'il y avait une fois une mère que sa fille avait fait mettre en colère, elle lui dit : « Je voudrais que le bras te séchât ! » En effet, à cette enfant, le bras lui sécha presque tout de suite .
Les gens mariés doivent bien prendre garde de ne jamais se maudire. II y en a qui, s'ils sont malheureux dans leur ménage, maudissent la femme, les enfants, les parents et ceux qui se sont mêlés du mariage. Hélas ! mon ami, tout votre malheur vient de ce que vous y êtes entré avec une conscience toute couverte de péchés. Pensez à cela devant le bon Dieu, et vous verrez que c'est la vérité. Les ouvriers ne doivent jamais maudire leur travail, ni ceux qui les font travailler ; d'ailleurs, vos malédictions ne font pas mieux aller vos affaires : au contraire, si vous preniez patience, si vous saviez bien offrir toutes vos peines au bon Dieu, vous gagneriez beaucoup pour le ciel. N'avez-vous pas encore maudit les instruments dont vous vous servez pour travailler, en disant : « Maudite bêche, maudite serpe, maudite charrue ! » et le reste. Voilà, M.F., ce qui attire toute sorte de malédictions sur vos bêtes, vos travaux et vos terres, qui souvent sont ravagées par les grêles, ou les pluies et les gelées. Ne vous êtes-vous pas maudit vous même : « Ah ! si, au moins, je n'avais jamais vu le jour !... si j'étais mort en venant au monde !... Ah ! si j'étais encore dans le néant !... » hélas ! que de péchés, dont une bonne partie ne s'accusent nullement, et n'y pensent pas même ! Je vous dirai encore que vous ne devez jamais maudire ni vos enfants, ni vos bêtes ! ni votre travail, ni le temps, parce qu'en tout cela, vous maudissez de ce que le bon Dieu fait sa sainte volonté. Les enfants doivent bien prendre garde de ne jamais donner à leurs parents occasion de les maudire, ce qui est le plus grand de tous les malheurs ; souvent un enfant maudit de ses parents est maudit du bon Dieu. Lorsque quelqu'un vous aura fait quelque chose qui vous fâchera, eh bien ! au lieu de le donner au démon, ne feriez-vous pas mieux de lui dire : « Que le bon Dieu vous bénisse ! » Alors vous seriez véritablement les bons serviteurs du bon Dieu, qui rendent le bien pour le mal.
Il y aurait encore à vous parler, sur ce commande ment, des vœux que l'on fait. Il faut bien prendre garde de ne jamais faire des vœux sans consulter. Il y a des personnes qui, quand elles sont malades, se vouent à tous les saints, et ensuite, ne se mettent pas en peine d'accomplir leurs vœux. I1 faut encore voir si vous les avez bien faits comme il faut, c'est-à-dire, étant en état de grâce, si vous les avez.... les dimanches, les fêtes d'obligation. Hélas ! que de péchés se commettent dans ces vœux ! ce qui, loin de plaire au bon Dieu, ne peut que l'offenser !
Si vous me demandiez pourquoi est-ce qu'il y en a tant maintenant qui jurent, qui font des serments faux, qui prononcent des malédictions et des imprécations affreuses et des reniements de Dieu ; je vous dirais que ceux qui se livrent à ces sortes d'horreurs sont ceux qui n'ont ni foi, ni religion, ni conscience, ni vertu, ce sont des gens en partie abandonnés du bon Dieu. Que nous serions plus heureux si nous avions le bonheur de n'em-ployer notre langue, qui a été consacrée au bon Dieu par le saint Baptême, qu'à prier un Dieu si bon, si bien-faisant, et à chanter ses louanges ! Puisque c'est pour cela que le bon Dieu nous a donné une langue, tâchons, M F., de la lui consacrer ; afin qu'après cette vie, nous ayons le bonheur d'aller le bénir pendant toute l'éternité dans le ciel. C'est ce que je vous souhaite.

6ème dimanche après la Pentecôte
Sur la Communion

Panis quem ego dabo, caro mea est pro mundi vita.
Le pain que je vous donnerai, c'est ma propre chair pour la vie du monde.
(S.Jean, VI, 52.)

Qui de nous, M.F., aurait jamais pu comprendre que Jésus-Christ eût porté son amour envers ses créatures jusqu'à leur donner son Corps adorable et son Sang précieux pour servir de nourriture à nos âmes, si ce n'était lui-même qui nous le dise ? Eh quoi ! M.F., une âme se nourrir de son Sauveur !... et cela autant de fois qu'elle le désire !... O abîme de bonté et d'amour d'un Dieu pour ses créatures ! ... Saint Paul nous dit, M.F., que le Sauveur, en se revêtant de notre chair, a caché sa divinité et a porté l'humiliation jusqu'à l'anéantisse-ment. Mais, en instituant le sacrement adorable de l'Eucharistie, il a voilé jusqu'à son humanité, il n'a laissé paraître que les entrailles de sa miséricorde. Oh ! M.F., voyez de quoi est capable l'amour d'un Dieu pour ses créatures !... Non, M.F., de tous les sacrements, il n'y en a point qui puisse être comparé à celui de l'Eucha-ristie. Dans celui du Baptême nous recevons, il est vrai, la qualité d'enfants de Dieu et, par conséquent, nous avons part à son royaume éternel ; dans celui de la Pénitence, les plaies de notre âme sont guéries et l'amitié de notre Dieu nous est rendue ; mais dans le sacrement adorable de l'Eucharistie, non seulement nous recevons l'application de son Sang précieux, mais encore l'auteur de toute grâce. Saint Jean nous dit que Jésus-Christ « ayant aimé les hommes jusqu'à la fin , » trouva le moyen de monter au ciel sans quitter la terre il prit du pain entre ses mains saintes et vénérables, le bénit et le changea en son Corps ; il prit du vin et le changea en son Sang précieux, et donna à tous les prêtres, dans la personne de ses apôtres, le pouvoir de faire le même miracle, toutes les fois qu'ils prononce-raient les mêmes paroles ; afin que, par ce miracle d'amour, il pût rester avec nous, nous servir de nourri-ture, nous consoler et nous tenir compagnie. « Celui, nous dit-il, qui mange ma chair et qui boit mon sang vivra éternellement ; mais celui qui ne mange pas ma chair et qui ne boit pas mon sang n'aura pas la vie en lui . » Oh ! M.F., quel bonheur pour un chrétien d'aspirer à un si grand honneur que de se nourrir du pain des anges !... Mais, hélas ! qu'il y en a peu qui le com-prennent !... Ah ! M.F., si nous comprenions la grandeur du bonheur que nous avons de recevoir Jésus-Christ, ne travaillerions-nous pas continuellement à le mériter ? Pour vous faire concevoir une idée de la grandeur de ce bonheur, je vais vous montrer : 1° combien est grand le bonheur de celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion et 2° les fruits que nous en devons tirer.

I. - Vous savez tous, M.F., que la première dispo-sition pour recevoir dignement ce grand sacrement, c'est d'avoir bien examiné sa conscience, après avoir imploré les lumières du Saint-Esprit ; et d'avoir bien avoué ses péchés, avec toutes les circonstances qui peuvent les rendre plus graves ou en changer l'espèce, les faisant connaître tels que Dieu nous les fera connaître quand il nous jugera. C'est d'avoir une grande douleur de les avoir commis, et même d'être prêts à sacrifier tout ce que nous avons de plus cher plutôt que de les recom-mettre. C'est enfin d'avoir un grand désir de nous unir à Jésus-Christ. Voyez l'empressement des mages à cher-cher Jésus-Christ dans sa crèche ; voyez la sainte Vierge ; voyez sainte Magdeleine, comme elle s'empresse à cher-cher le Sauveur ressuscité.
Je ne veux pas, M.F., entreprendre de vous montrer toute la grandeur de ce sacrement, ceci n'est pas donné à un homme ; il faudrait être Dieu lui-même pour vous raconter les grandeurs de ces merveilles ; car ce qui nous jettera dans l'étonnement pendant toute l'éternité, c'est que nous, étant si misérables, ayons reçu un Dieu si grand. Cependant, M.F., pour vous en donner une idée, je vais vous montrer que Jésus-Christ n'a jamais passé dans un lieu, pendant sa vie mortelle, sans y ré-pandre ses bénédictions les plus abondantes, et, par conséquent, combien doivent être grands et précieux les biens que reçoivent ceux qui sont si heureux que de le recevoir dans la sainte communion ; ou que, si nous disions mieux, tout notre bonheur en ce monde consiste à recevoir Jésus-Christ dans la sainte communion ; ce qui est très facile à comprendre : car la sainte commu-nion est profitable, non seulement à notre âme en la nourrissant, mais encore à notre corps, comme nous allons le voir.
Nous lisons dans l'Évangile que Jésus-Christ, entrant dans la maison de sainte Élisabeth, quoiqu'il fût ren-fermé dans le sein de sa mère, la mère et l'enfant furent remplis du Saint-Esprit, et saint Jean fut même purifié du péché originel, et la mère s'écria : « Ah ! d'où me vient un bonheur si grand que la mère de mon Dieu daigne venir à moi ? » Je vous laisse à penser, M.F., combien est plus grand encore le bonheur de celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion, non dans sa maison, comme Élisabeth, mais dans le fond de son cœur ; maître de le garder, non six mois, comme Élisabeth, mais toute notre vie. Lorsque le saint vieillard Siméon qui, depuis tant d'années, soupirait après le bonheur de voir Jésus-Christ, le reçut seulement entre ses mains ; il en fut si transporté de joie et si ravi que, ne se possé-dant plus, il s'écria dans ses transports d'amour : « O Seigneur, que puis-je désirer maintenant sur la terre, puisque mes yeux ont vu le Sauveur du monde ?... Je puis maintenant mourir en paix ! » Mais encore une fois, M.F., quelle différence entre le recevoir entre ses bras, le contempler quelques instants, et le recevoir dans son cœur ?... O mon Dieu ! que nous connaissons peu notre bonheur !... Lorsque Zachée, entendant parler de Jésus-Christ, désira grandement le voir, en étant empêché par la foule du monde qui accourait de toute part, il monta sur un arbre. Mais le Seigneur, le voyant, lui dit : « Zachée, descendez, parce que je veux aller aujourd'hui loger chez vous. » II se hâte de descendre et court préparer tout ce qu'il peut pour recevoir le. Sau-veur. En entrant dans sa maison, celui-ci dit : « C'est au-jourd'hui que cette maison a reçu le salut. » Zachée, voyant la grande charité de Jésus-Christ d'être venu loger chez lui, dit : « Seigneur, je donnerai la moitié de mon bien aux pauvres, et je rendrai au double à tous ceux à qui j'ai fait quelques torts . » De sorte que, M.F., la seule visite de Jésus-Christ, d'un grand pécheur en fit un grand saint, puisqu'il eut le bonheur de persévérer, jusqu'à la mort. Nous lisons dans l'Évangile que, lorsque Jésus-Christ entra dans la maison de saint Pierre, celui-ci le pria de gué-rir sa belle-mère, qui était travaillée d'une violente fièvre. Jésus-Christ commanda à la fièvre de la quitter, à l'instant même elle fut guérie, au point qu'elle les servit à table . Voyez encore cette femme, qui était atteinte d'une perte de sang, elle se disait à elle-même : « Si je puis, si j'a-vais seulement le bonheur de toucher le bas de sa robe, je serais guérie ; » et, en effet, lorsque le Sauveur passa, elle se jeta à ses pieds et fut parfaitement guérie . Qui fut encore la cause que le Sauveur alla ressusciter Lazare, mort depuis quatre jours ?... N'est-ce pas parce que celui-ci l'avait souvent reçu chez lui, qu'il lui mon-tra un si grand attachement qu'il en versa des larmes. Les uns lui demandaient la vie, les autres, la guérison de tout leur corps ; et personne ne se retirait sans avoir obtenu ce qu'il désirait. Je vous laisse à penser s'il veut bien accorder tout ce qu'on lui demande. Quels torrents de grâces ne doit-il pas accorder, lorsque c'est lui-même qui vient dans nos cœurs, pour y fixer sa demeure pour le reste de nos jours ? Oh ! M.F., quel bonheur pour celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion, étant bien disposé ! ... Ah ! qui pourra jamais comprendre le bonheur du chrétien qui reçoit Jésus-Christ dans son cœur, qui, par là, devient un petit ciel ; lui seul est aussi riche que tout le ciel ensemble.
Mais, me direz-vous, pourquoi donc la plupart des chrétiens sont-ils si insensibles à ce bonheur, que plu-sieurs même le méprisent, et raillent ceux qui sont si heureux de le recevoir ? - Hélas ! mon Dieu, quel mal-heur est comparable à celui-là ! C'est que ces pauvres malheureux n'ont jamais connu ni goûté la grandeur de ce bonheur. En effet, M.F., un homme mortel, une créa-ture, se nourrir, se rassasier de son Dieu, en faire son pain quotidien ! ô miracle des miracles ! ô amour des amours !... ô bonheur des bonheurs, qui n'est pas même connu des anges !... O mon Dieu ! quelle joie pour un chrétien qui a la foi, qui, en se levant de la Table sainte, s'en va avec tout le ciel dans son cœur !... Ah ! heureuse maison où ces chrétiens habitent ! ... quel respect ne doit-on pas avoir pour eux, pendant toute la journée. Avoir, dans sa maison, un second tabernacle où le bon Dieu a résidé véritablement en corps et en âme !...
Mais, peut-être me direz-vous encore, si ce bonheur est si grand, pourquoi donc l'Église nous fait-elle un com-mandement de communier tous les ans une fois ? - Ce commandement, M.F., n'est pas pour les bons chrétiens, il n'est que pour les chrétiens lâches et indifférents pour le salut de leur pauvre âme. Du commencement de l'Église, la plus grande punition que l'on pouvait impo-ser aux chrétiens était de les priver de ce bonheur ; toutes les fois qu'ils avaient le bonheur d'assister à la sainte Messe, ils avaient le bonheur de communier. Mon Dieu ! comment se peut-il faire, que des chré-tiens restent trois, quatre ou cinq et six mois, sans donner cette nourriture céleste à leur pauvre âme ? Ils la laissent mourir de misère !... Mon Dieu ! quel malheur et quel aveuglement !... ayant tant de remèdes pour la guérir et une nourriture si capable de lui con-server la santé !... Hélas ! M.F., disons-le en gémissant, l'on n'épargne rien pour un corps qui tôt ou tard sera détruit et mangé des vers ; et une âme créée à l'image de Dieu, une âme qui est immortelle, est méprisée et traitée avec la dernière cruauté !... L'Église, voyant déjà combien les chrétiens perdaient de vue le salut de leurs pauvres âmes, espérant que la crainte du péché leur ferait ouvrir les yeux, leur fit un commandement qui les obligerait de communier trois fois chaque année, à Noël, à Pâques et à Pentecôte. Mais, par la suite, voyant que les chrétiens devenaient toujours plus insensibles à leur malheur, l'Église a fini par ne plus les obliger de s'ap-procher de leur Dieu qu'une fois tous les ans. O mon Dieu ! quel malheur et quel aveuglement qu'un chrétien soit forcé par des lois à chercher son bonheur ! De sorte que, M.F., quand vous n'auriez point d'autres péchés sur votre conscience que celui de ne pas faire vos pâques, vous seriez damnés. Mais, dites-moi, M.F., quel profit pou-vez-vous trouver en laissant votre âme dans un état si malheureux ?... Vous êtes tranquilles et contents, dites--vous, si toutefois il faut vous croire ; mais, dites-moi où vous pouvez trouver votre tranquillité et votre contente-ment ? Est-ce parce que votre âme n'attend que le mo-ment où la mort la frappera pour être traînée en enfer ? Est-ce parce que le démon est maître de nous ? Mon Dieu ! quel aveuglement et quel malheur pour celui qui a perdu la foi !
Pourquoi encore, M.F., l'Église a-t-elle établi l'usage du pain béni, que l'on distribue pendant la sainte Messe, et qui, par la bénédiction que l'Église lui donne, est distingué des choses ordinaires ? Si vous ne le savez pas, M.F., je vais vous le dire. C'est pour consoler les pécheurs, et en même temps pour les couvrir de con-fusion. Je dis, c'est pour consoler les pécheurs, parce que, au moins, en prenant ce pain qui est béni, il leur fait avoir quelque part au bonheur de ceux qui reçoi-vent Jésus-Christ, en s'unissant à eux par un grand désir de le recevoir et une foi bien vive. Mais aussi, c'est pour les couvrir de confusion : en effet, quelle con-fusion, si leur foi n'était pas encore éteinte, de voir aller un père ou une mère, un frère ou une sœur, un voisin ou une voisine, à la table sainte, se nourrir du corps adorable de Jésus-Christ, et de s'en voir priver soi-même ! O mon Dieu ! quel malheur, et d'autant plus grand qu'on ne le comprend pas !... Oui, M.F., tous les saints Pères nous disent qu'en recevant Jésus-Christ dans la sainte communion, nous recevons toutes sortes de bénédictions pour le temps et pour l'éternité ; en effet, si je demandais à un enfant : « Doit-on désirer de communier ? - Oui, me répondrait-il. - Et pourquoi ? - A cause des excellents effets que la sainte commu-nion produit en nous. - Mais quels sont ces effets ? - Il me dirait : la sainte communion nous unit intime-ment à Jésus-Christ, elle affaiblit notre penchant au mal, elle augmente en nous la vie de la grâce, elle est pour nous le principe et « le gage de la vie éter-nelle. »
Je dis 1° que la sainte communion nous unit intime-ment à Jésus-Christ ; union si intime, M.F., que Jésus-Christ nous dit lui-même : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi et moi en lui ; ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang un véri-table breuvage ; » de sorte que, M.F., par la sainte communion, le sang adorable de Jésus-Christ coule vé-ritablement dans nos veines, sa chair est vraiment mêlée avec la nôtre ; ce qui fait dire à saint Paul : « Ce n'est pas moi qui agis, qui pense ; mais c'est Jésus-Christ qui agit et qui pense en moi. Ce n'est pas moi, nous dit-il, qui vis, mais c'est Jésus-Christ qui vit en moi . » Saint Léon nous dit que, quand nous avons le grand bonheur de communier, nous renfermons véri-tablement le corps adorable et le sang précieux de Jésus-Christ et sa divinité dans nous-mêmes. Dites-moi, comprenez-vous bien toute la grandeur de ce bonheur ? Ah ! non, non, M.F., ce ne sera que dans le ciel que nous le comprendrons. O mon Dieu ! une créature enrichie d'un tel don ! ...
2° Je dis qu'en recevant Jésus-Christ dans la sainte communion, nous y recevons une augmentation de grâces, ce qui est facile à comprendre ; puisqu'en rece-vant Jésus-Christ, nous recevons la source de toutes sortes de bénédictions spirituelles, qui prennent nais-sance dans nos âmes. En effet, M.F., celui qui reçoit Jésus-Christ sent en lui la foi se ranimer ; nous sommes plus pénétrés des vérités de notre sainte religion ; nous sentons mieux la grandeur du péché et ses dangers ; la pensée du jugement nous effraie davantage, la perte de Dieu nous devient plus sensible. En recevant Jésus-Christ, notre esprit se fortifie ; nous sommes fermes dans les combats, nos intentions sont plus pures dans tout ce que nous faisons et notre amour s'enflamme de plus en plus. La pensée que nous possédons Jésus-Christ dans nos cœurs, le plaisir que nous éprouvons dans ce moment heureux semble nous unir et nous lier tellement à Dieu, que notre cœur ne peut penser et ne peut désirer que Dieu seul. La pensée de la possession parfaite de Dieu nous remplit tellement que notre vie nous parait longue ; nous portons envie, non à ceux qui vivent longtemps, mais à ceux qui partent de bonne heure pour aller se réunir à Dieu pour jamais. Tout ce qui nous annonce la destruction de notre corps nous réjouit. Voilà, M.F., le premier effet que la sainte com-munion produit en nous, quand nous sommes si heu-reux que de recevoir Jésus-Christ dignement.
3° Nous disons que la sainte communion affaiblit notre penchant au mal, ce qui est très facile à comprendre. Le sang précieux de Jésus-Christ, qui coule dans nos veines, et son corps adorable qui se mêle avec le nôtre, ne peut pas moins faire que de détruire ou, du moins, d'affaiblir grandement le penchant au mal que le péché d'Adam y avait fait naître. Cela est si vrai, M.F., que quand l'on vient de recevoir Jésus-Christ, on sent un nouveau goût pour les choses du ciel et un nouveau mépris pour les choses créées. Dites-moi, M.F., com-ment voulez-vous que l'orgueil puisse trouver entrée dans un cœur qui vient de recevoir un Dieu, qui, en descendant dans son âme, s'est humilié jusqu'à l'anéan-tissement ? Pourrait-il consentir à croire que, de soi--même, il est quelque chose ? Au contraire, pourra-t-il trouver assez de quoi s'humilier et se mépriser ? Un cœur qui vient de recevoir un Dieu qui est si pur, qui est la sainteté même, ne sent-il pas naître en lui l'horreur la plus exécrable pour tout péché d'impureté ? Ne serait--il pas plutôt prêt à se laisser couper en morceaux, que de consentir, je ne dis pas à une mauvaise action, mais même à une mauvaise pensée ? Un cœur qui vient de recevoir, dans la sainte communion, Celui à qui tout appartient, et qui a passé sa vie dans la plus grande pauvreté ; qui « n'avait pas même où reposer sa tête » sainte et sacrée, sinon sur une poignée de paille ; qui est mort tout nu sur une croix ; dites-moi, ce cœur pourrait-il bien s'attacher aux biens du monde en voyant la manière dont Jésus-Christ s'est conduit ? Une langue qui, depuis un instant, a été si heureuse que de porter son Créateur et son Sauveur, pourrait-elle bien oser s'employer à des paroles sales, à des baisers impurs ? Non, sans doute, elle n'oserait jamais le faire. Des yeux qui, depuis peu, désiraient si vivement de contempler leur Créateur qui est plus pur que les rayons du soleil, pourraient-ils bien, M.F., après un tel bonheur, se fixer sur des objets impurs ? Cela semble n'être pas possible. Un cœur, qui vient de servir de trône à Jésus-Christ, pourrait-il bien le chasser, pour y placer le péché ou plutôt le démon lui-même ? Voyez même : un cœur, qui serait une fois saisi des chastes embrassements de son Sauveur, ne pourrait point trouver d'autre bonheur qu'en lui. Un chrétien qui vient de recevoir Jésus-Christ mort pour ses ennemis, pourrait-il en vouloir à ceux qui lui ont fait quelque peine ? Non, sans doute ; son plaisir, sera de leur faire du bien autant qu'il pourra. Aussi saint Bernard disait à ses religieux : « Mes enfants, si vous vous sentez moins portés au mal, et plus au bien, remerciez- en Jésus-Christ, qui vous accorde cette grâce dans la sainte communion. »
4° Nous disons que la sainte communion est pour nous « le gage de la vie éternelle , » de sorte que la sainte communion nous assure le ciel ; ce sont des arrhes que le ciel nous envoie pour nous dire qu'il sera un jour notre demeure ; et, bien plus, Jésus-Christ ressuscitera nos corps d'autant plus glorieux, à proportion que nous l'aurons souvent et dignement reçu. Oh ! M.F., si nous pouvions bien comprendre combien Jésus-Christ aime à venir dans notre cœur !... Une fois qu'il y est, il ne vou-drait plus en sortir, il ne peut plus se séparer de nous pendant notre vie ni après notre mort !... Nous lisons dans la vie de sainte Thérèse, qu'étant apparue après sa mort à une religieuse, en compagnie de Notre-Sei-gneur ; cette religieuse, étonnée de voir Jésus-Christ apparaître avec elle, demanda à Jésus-Christ pourquoi il lui apparaissait ainsi. Le Sauveur lui-même répondit que Thérèse, pendant sa vie, lui avait été si unie par la sainte communion, qu'il ne pouvait s'en séparer. Non, M.F., nous n'avons point d'actions qui embellissent plus nos corps pour le ciel que la sainte communion.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:17
Saint-Maurice

2° Nous avons dit que la vertu d'espérance nous con-sole et nous soutient dans les épreuves que le bon Dieu nous envoie. Nous en avons un bel exemple dans la per-sonne du saint homme Job, sur son fumier, couvert d'ul-cères depuis les pieds jusqu'à la tête. Il avait perdu tous ses enfants, qui avaient été écrasés sous les ruines de sa maison. Lui-même se vit traîné de son lit sur un fu-mier dans le coin des rues, abandonné de tout le monde ; son pauvre corps était tout couvert de pourriture ; les vers le mangeaient tout vivant ; il était obligé de les ôter avec des morceaux de pots cassés ; insulté même de sa femme qui, au lieu de le consoler, l'accablait d'injures, en lui disant : « Le vois-tu, ton Dieu que tu sers avec tant de fidélité ? Vois-tu comment il te récom-pense ? Demande-lui donc la mort ; au moins tu seras délivré de tes maux. » Ses meilleurs amis ne semblaient venir le voir que pour augmenter ses douleurs. Cepen-dant, malgré cet état si pitoyable où il est réduit, il ne laisse pas de toujours espérer en Dieu. « Non, mon Dieu, disait-il, je ne cesserai jamais d'espérer en vous ; quand vous m'ôteriez même la vie, je ne laisserais pas d'espérer en vous, et d'avoir une grande confiance en votre charité. Pourquoi, mon Dieu, voudrais-je me décourager et m'abandonner au désespoir ? J'ac-cuserai devant vous mes péchés qui sont la cause de mes maux ; mais j'espère que vous serez vous-même mon Sauveur. Mon espérance est que vous me récom-penserez un jour des maux que j'endure pour votre amour. » Voilà, M.F., ce que nous pouvons appe-ler une véritable espérance : puisque, malgré qu'il lui semblât que toute la colère de Dieu fût tombée sur lui, il ne laissait pas que d'espérer en Dieu. Sans examiner pourquoi il souffrait tant de maux, il se contente seule-ment de dire que ce sont ses péchés qui en sont la cause. Voyez-vous, M.F., les grands biens que là vertu d'espérance nous procure ? Tout le monde le trouve malheureux, et lui seul, sur son fumier, abandonné des siens et méprisé des autres, se trouve heureux, parce qu'il met toute sa confiance en Dieu. Ah ! si, dans nos peines, nos chagrins et nos maladies, nous avions cette grande confiance en Dieu, que de biens nous ramasse-rions pour le ciel ! Hélas ! que nous sommes aveugles, M.F. ! Si, au lieu de nous désespérer dans nos misères, nous avions cette ferme espérance que le bon Dieu nous en-voie tout cela comme autant de moyens pour nous faire mé-riter le ciel, avec quelle joie ne les souffririons-nous pas !
Mais, me direz-vous, que veut dire ce mot : espérer ? - Le voici, M.F. C'est soupirer après quelque chose qui doit nous rendre heureux dans l'autre vie ; c'est désirer ardemment la délivrance des maux de cette vie, et désirer la possession de toutes sortes de biens capables de nous contenter pleinement. Lorsque Adam eut péché et qu'il se vit accablé de tant de misères, toute sa con-solation était que, non seulement ses souffrances lui mériteraient le pardon de ses péchés, mais encore lui procureraient des biens pour le ciel. Quelle bonté de Dieu, M.F., de récompenser de tant de biens la moindre de nos actions, et cela, pendant toute l'éternité ! Mais, pour nous faire mériter ce bonheur, le bon Dieu veut que nous ayons une grande confiance en lui, comme des enfants envers un bon père. C'est pour cela que nous le voyons, dans plusieurs endroits de l'Ecriture sainte, prendre le nom de Père, afin de nous inspirer une plus grande confiance. Il veut que nous ayons recours à lui dans toutes nos peines, soit de l'âme, soit du corps. Il nous promet de nous secourir toutes les fois que nous aurons recours à lui. S'il prend le nom de père, c'est pour nous inspirer une plus grande confiance en lui. Voyez combien il nous aime : il nous dit par son prophète Isaïe, qu'il nous porte tous dans son sein. « Une mère, nous dit-il, qui porte son enfant dans son sein, ne peut pas l'oublier et, quand même elle serait assez barbare que de le faire, pour moi, je n'oublierai jamais celui qui met sa confiance en moi . » Il se plaint même que nous n'avons pas assez confiance en lui ; il nous avertit de « ne plus mettre notre confiance dans les rois et les princes, parce que notre espérance sera trompée . » Il va plus loin, puisqu'il nous menace de sa malédiction, si nous n'avons pas grande confiance en lui ; il nous dit par son prophète Jérémie : « Maudit soit celui qui ne met pas sa confiance en son Dieu ! » et plus loin, il nous dit : « Béni soit celui qui a confiance au Seigneur ! » Voyez la parabole de l'Enfant prodigue, qu'il nous cite avec tant de plaisir, afin de nous inspirer une grande confiance en lui. « Un père, nous dit-il, avait un enfant qui lui demanda ce qui pouvait lui reve-nir de son héritage. Ce bon père lui donna son bien. Ce fils abandonne ce bon père, part dans un pays étranger, et là, se livre à toutes sortes de désordres. Mais, quel-que temps après, ses débauches l'avaient réduit à la plus grande misère ; sans argent et sans aucune res-source, il aurait voulu se nourrir des restes des pour-ceaux ; mais personne ne lui en donnait. Se voyant accablé de tant de maux, il se rappela qu'il avait aban-donné un bon père, qui n'avait cessé de le combler de toutes sortes de bienfaits tout le temps qu'il avait été auprès de lui ; il se dit en lui-même : « Je me lèverai et j'irai, les larmes aux yeux, me jeter aux pieds de mon père ; il est si bon, j'espère qu'il aura encore pitié de moi. Je lui dirai : « Mon tendre père, j'ai péché contre vous et contre le ciel, je n'ose plus vous regarder ni le ciel ; je ne mérite plus d'être placé au nombre de vos enfants ; mais je serai trop heureux si vous vou-lez bien me mettre parmi vos esclaves. » Mais que fait ce bon père ? nous dit Jésus-Christ, qui est lui-même ce tendre père ; bien loin d'attendre qu'il vienne se jeter à ses pieds, d'aussi loin qu'il le voit, il court pour l'em-brasser. L'enfant veut avouer ses péchés ; mais le père ne veut plus qu'il lui en parle. « Non, non, mon fils, il n'est plus question de péchés, ne pensons qu'à nous réjouir. » Ce bon père invite toute la cour céleste à remercier le bon Dieu de ce que son fils qui était mort, est ressuscité, de ce qu'il l'avait perdu et l'a retrouvé. Pour lui témoigner combien il l'aime, il lui rend tous ses biens et son amitié .
Eh bien ! M.F., voilà la manière dont Jésus-Christ reçoit le pécheur toutes les fois qu'il revient à lui : il le pardonne et lui rend tous les biens que le péché lui avait ravis. D'après cela, M.F., qui de nous n'aura pas une grande confiance en la charité du bon Dieu ? Il va plus loin, puisqu'il nous dit que quand nous avons le bonheur de quitter le péché pour l'aimer, tout le ciel se réjouit. Si vous lisez plus loin, voyez avec quel empressement il court chercher sa brebis égarée ? Une fois qu'il l'a trou-vée, il en a tant de joie qu'il veut même la prendre sur ses épaules pour lui éviter la peine de voyager . Voyez avec quelle bonté il reçoit Madeleine à ses pieds , voyez avec quelle tendresse il la console ; non seulement il la console, mais encore, il la défend contre les insultes des pharisiens. Voyez avec quelle charité et quel plaisir il pardonne à la femme adultère ; elle l'offense, et c'est lui-même qui veut être son protecteur et son sauveur . Voyez son empressement à courir après la Samaritaine ; pour sauver son âme, il va lui-même l'attendre auprès du puits de Jacob ; il veut lui adresser le premier la parole, afin de lui faire voir d'avance combien il est bon ; il fait semblant de lui demander de l'eau, pour lui donner sa grâce et le ciel .
Dites-moi, M.F., quelles excuses aurons-nous pour nous excuser, lorsqu'il nous fera voir combien il était bon à notre égard, et comment il nous aurait reçus, si nous avions voulu revenir ? avec quel plaisir il nous au-rait pardonné et rendu sa grâce ? Ne pourra-t-il pas nous dire : Ah ! malheureux, si tu as vécu et si tu es mort dans le péché, c'est bien parce que tu n'as pas voulu en sortir ; moi qui désirais tant te pardonner ! Voyez, M.F., combien le bon Dieu veut que nous venions à lui avec confiance dans nos maux spirituels. Il nous dit, par son prophète Michée, que quand nos péchés seraient aussi nombreux que les étoiles du firmament et que les gouttes d'eau de la mer, que les feuilles des forêts et que les grains de sable qui bordent l'Océan, si nous nous convertissons sincèrement, il nous promet de les oublier tous ; et il nous dit que, quand ils auraient rendu notre âme aussi noire que le charbon, « aussi rouge que l'écar-late, il nous la rendra aussi blanche que la neige . » Il nous dit qu'il jette nos péchés dans les chaos de la mer, afin qu'ils ne paraissent jamais plus. Quelle charité, M.F., de la part de Dieu ! Avec quelle confiance ne devons-nous pas nous adresser à lui ! Mais quel désespoir pour un chrétien damné, de savoir combien le bon Dieu aurait désiré le pardonner, s'il avait voulu lui demander pardon ! Dites-moi, M.F., si nous sommes damnés, ce sera bien parce que nous l'aurons voulu, puisque le bon Dieu nous a tant de fois dit qu'il voulait nous pardonner. Hélas ! M.F., combien de remords de conscience, com-bien de bonnes pensées, combien de désirs cette voix n'a--t-elle pas fait naître en nous ! O mon Dieu ! que l'homme est malheureux de se damner, tandis qu'il peut si bien se sauver ! Hélas ! M.F., pour nous confirmer dans tout cela, nous n'avons qu'à examiner ce qu'il a fait pour nous, pendant les trente-trois ans qu'il a vécus sur la terre.
En deuxième lieu, je dis que nous devons avoir une grande confiance en Dieu, même pour nos besoins tem-porels. Pour nous exciter à nous adresser à lui avec une grande confiance pour ce qui regarde le corps, il nous assure qu'il aura soin de nous ; et nous voyons nous--mêmes combien il a fait de miracles, plutôt que de nous laisser manquer du nécessaire. Nous voyons dans l'Écri-ture sainte qu'il a nourri son peuple pendant quarante ans, dans le désert, avec de la manne qui tombait tous les jours avant le soleil levé. Pendant les quarante ans qu'ils restèrent dans le désert, leurs habits ne s'usèrent rien du tout. Il nous dit dans l'Évangile de ne pas nous mettre en peine pour ce qui regarde la nourriture et le vêtement : « Considérez, nous dit-il, les oiseaux du ciel ; ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils ne mettent rien dans les greniers ; voyez avec quel soin votre Père céleste les nourrit ; n'êtes-vous pas plus qu'eux ? vous êtes les enfants de Dieu. Gens de peu de foi, ne vous mettez donc pas en peine de ce que vous mangerez et de quoi vous vous vêtirez. Considérez les lys des champs, comment ils croissent ; et cependant ils ne labourent point ni ne filent : voyez comme ils sont vêtus ; je vous déclare que Salomon, dans toute sa gloire, n'a jamais été vêtu comme l'un d'eux. Si donc, conclut ce divin Sauveur, le Seigneur prend tant de soin de vêtir une herbe qui est aujourd'hui et que demain on jette dans le four, à combien plus forte raison prendra-t-il soin de vous, qui êtes ses enfants ? Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné avec abondance » Voyez encore combien il veut que nous ayons confiance : « Quand vous me prierez, nous dit-il, ne dites pas : Mon Dieu, mais Notre Père ; parce que nous voyons qu'un enfant a une confiance sans borne à son père. » Lorsqu'il fut ressuscité, il apparut à sainte Madeleine, et lui dit : « Allez trouver mes frères, et dites-leur que je vais monter à mon Père, qui est aussi votre Père . » Dites-moi, M.F., ne con-viendrez-vous pas avec moi que si nous sommes si mal-heureux sur la terre, cela ne peut venir que de ce que nous n'avons pas assez de confiance en Dieu ?
En troisième lieu, nous disons que nous devons avoir une grande confiance en Dieu dans nos peines, nos cha-grins et nos maladies. Il faut, M.F., que cette grande espérance du ciel nous soutienne et nous console ; voilà ce qu'ont fait tous les saints. Nous lisons dans la vie de saint Symphorien, qu'étant conduit au martyre, sa mère, qui l'aimait véritablement pour le bon Dieu, monta sur un mur pour le voir passer, et élevant la voix autant qu'elle put : « Mon fils, mon fils, lui cria-t-elle, regarde le ciel ; mon fils, courage ! que l'espérance du ciel te soutienne ! mon fils, courage ! Si le chemin du ciel est difficile, il est bien court. » Cet enfant, animé par le langage de sa mère, endura les tourments et la mort avec une grande intrépidité. Saint François de Sales avait une si grande confiance en Dieu, qu'il semblait être insensible aux persécutions qu'on lui faisait ; il se disait à lui-même : « Puisque rien n'arrive que par la permission de Dieu, les persécutions ne sont donc que pour notre bien. » Nous lisons dans sa vie, qu'une fois il fut horriblement calomnié ; malgré cela, il ne perdit rien de sa tranquillité ordinaire. Il écrivit à un de ses amis que quelqu'un venait de l'avertir qu'on le déchirait d'une belle façon ; mais qu'il espérait que le bon Dieu arrangerait tout cela pour sa gloire et pour le salut de son âme. Il se contenta de prier pour ceux qui le calom-niaient. Voilà, M.F., la confiance que nous devons avoir en Dieu. Lorsque nous sommes persécutés ou qu'on nous méprise, ce sont là les marques que nous som-mes véritablement chrétiens, c'est-à-dire, enfants d'un Dieu méprisé et persécuté.
En quatrième lieu, M.F., je vous disais que, si nous devons avoir une confiance aveugle envers Jésus-Christ, parce que nous sommes sûrs que jamais il ne manquera de venir à notre secours dans toutes nos peines, si nous allons à lui comme des enfants à leur père ; je dis aussi que nous devons avoir une grande confiance envers sa sainte Mère, qui est si bonne, qui désire tant nous aider dans tous nos besoins spirituels et temporels, mais surtout, lorsque nous voulons revenir au bon Dieu. Si nous avons quelque péché qui nous donne de la honte à l'accuser, allons nous jeter à ses pieds, nous sommes sûrs qu'elle nous obtiendra la grâce de bien le con-fesser, et, en même temps, elle ne manquera pas de demander notre pardon. Pour vous le prouver, en voici un exemple admirable. Il est rapporté dans l'histoire qu'un homme, pendant longtemps, avait mené une vie assez chrétienne, de manière à espérer le ciel. Mais le démon, qui ne travaille qu'à notre perte, le tenta si souvent et si longtemps, qu'il le fit tomber dans un péché grave. Étant ensuite rentré en lui-même, il com-prit toute l'énormité de son péché, et sa première pensée fut de recourir au remède salutaire de la péni-tence. Mais il conçut tant de honte de son péché, qu'il ne put jamais se déterminer à le confesser. Bourrelé par les remords de sa conscience, qui ne lui laissaient pas un moment de repos, il prit la résolution insensée d'aller se noyer, espérant par là mettre fin à ses peines. Mais, quand il fut arrivé au bord de la rivière, il frémit à la vue du malheur éternel où il allait se précipiter, et s'en retourna en pleurant à chaudes larmes, et priant le Seigneur de lui pardonner sans qu'il fût obligé de se confesser. Il crut recouvrer la paix de l'âme en visitant plusieurs églises, en faisant des prières et des péni-tences ; mais, malgré toutes ses prières et ses péni-tences, ses remords le poursuivaient toujours. Le bon Dieu ne voulait lui accorder son pardon que par la pro-tection de sa sainte Mère. Une nuit qu'il était plongé dans une grande tristesse, il se sentit fortement inspiré d'aller se confesser, et, pour cela, il se leva de grand matin et se rendit à l'église ; mais quand il fut près de se confesser, il se sentit tourmenté plus que jamais par la honte de son péché, et n'eut jamais la force de faire ce que la grâce du bon Dieu lui avait inspiré. Quelque temps après, la même chose lui arriva ; il se rendit à la même église ; mais il fut encore arrêté par la honte, et, dans ce moment de désespoir, il prit la résolution de mourir plutôt que de jamais déclarer son péché à un confesseur. Cependant, il lui vint en pensée de se recommander à la sainte Vierge. Avant de rentrer chez lui, il alla se prosterner au pied de l'autel de la Mère de Dieu ; il lui représenta le grand besoin qu'il avait de son secours, et la conjura avec larmes de ne le pas abandonner. Quelle bonté de la part de la Mère de Dieu, quel empressement à le secourir ! A peine se fut-il mis à genoux, que toutes ses peines disparurent, son cœur fut tout changé, il se leva plein de courage et de con-fiance, alla trouver son confesseur, lui déclara tous ses péchés en versant des torrents de larmes. A mesure qu'il déclarait ses péchés, il lui semblait ôter un poids énorme de dessus sa conscience. Il avoua ensuite que, quand il reçut l'absolution, il éprouva plus de contente-ment que si on lui eût fait présent de tout l'or de l'uni-vers. Hélas ! M.F., quel malheur pour cet homme, s'il n'avait pas eu recours à la sainte Vierge ! Il brûlerait maintenant en enfer.
Oui, M.F., après le bon Dieu, dans toutes nos peines, soit de l'âme, soit du corps, il nous faut une grande confiance envers la sainte Vierge. En voici un autre exemple, qui va nous inspirer une tendre confiance envers la sainte Vierge, surtout quand nous voulons avoir une grande horreur du péché. Le bienheureux Liguori rapporte qu'une grande pécheresse appelée Hélène, étant entrée dans une église, le hasard, ou plutôt la Providence, qui dispose de tout pour le bien de ses élus, voulut qu'elle entendît un sermon sur la dévotion au saint Rosaire. Elle fut si frappée de tout ce que le prédicateur dit de l'excellence et des admirables effets de cette sainte pratique, qu'elle prit envie d'avoir un chapelet. Elle fut l'acheter après le sermon ; mais, pendant quelque temps, elle avait soin de bien le cacher, de peur qu'on ne le vît et qu'on ne la tournât en ridicule. Elle commença ensuite à le réciter, mais sans guère de dévotion ni de plaisir. Quelque temps après, la sainte Vierge lui fit trouver tant de dévotion et de plaisir, qu'elle ne pouvait plus se lasser de le dire ; et, par cette pratique de piété, qui est si agréable à la sainte Vierge, elle en mérita un regard de compassion qui lui fit concevoir une telle horreur de sa vie passée, que sa conscience devint pour elle un enfer, ne lui donnant de repos ni jour ni nuit. Déchirée continuelle-ment par ses remords cuisants, elle ne pouvait plus résister à la voix intérieure qui lui disait que le sacre-ment de Pénitence était le seul remède pour avoir la paix qu'elle désirait tant, qu'elle cherchait partout et qu'elle ne trouvait pas ; que le sacrement de Pénitence était le seul remède pour les maux de son âme. Invitée par cette voix, conduite et pressée par la grâce, elle va se jeter aux pieds du ministre du Seigneur, et lui fait l'aveu de toutes les misères de son âme, c'est-à-dire, de tous ses péchés ; ce qu'elle fit avec tant de contrition et avec une si grande abondance de larmes, que le confes-seur était dans un étonnement admirable, ne sachant à quoi attribuer ce miracle de la grâce. La confession étant finie, Hélène alla se prosterner au pied d'un autel de la sainte Vierge, et là, pénétrée des sentiments de la plus vive reconnaissance : « Ah ! très-sainte Vierge, il est vrai que j'ai été un monstre jusqu'ici ; mais vous, dont le pouvoir est si grand auprès de Dieu, aidez-moi, s'il vous plaît, à me corriger ; je veux employer le reste de mes jours à faire pénitence. » Dès ce moment, elle rentra chez elle, et brisa pour jamais les liens des funestes compagnies qui l'avaient retenue dans ses désordres ; elle donna tous ses biens aux pauvres, et se livra à toutes les rigueurs de la pénitence que son amour pour Dieu et le regret de ses péchés purent lui inspirer. Le bon Dieu, pour marquer sa reconnaissance de la grande confiance que cette fille avait eue envers sa très sainte Mère... dans sa dernière maladie, ils lui apparurent tous les deux (c'est-à-dire, le bon Dieu avec la sainte Vierge) ; elle rendit entre leurs mains sa belle âme, qu'elle avait si bien purifiée par la pénitence et par les larmes, de sorte que, après le bon Dieu, c'est à la protection de la très sainte Vierge que cette grande pénitente dut son salut.
Voici un autre exemple de confiance envers la sainte Vierge, qui n'est pas moins admirable, et qui montre combien la dévotion à la sainte Vierge est favorable pour nous aider à sortir du péché. Il est rapporté dans l'histoire qu'un jeune homme, qui avait été bien ins-truit par ses parents, eut le malheur de contracter une habitude criminelle, qui devint pour lui la source d'une infinité de péchés. Comme il avait encore la crainte de Dieu et désirait renoncer à ses désordres, il faisait de temps en temps quelques efforts pour en sortir ; mais le poids de ses mauvaises habitudes l'entraînait tou-jours. Il détestait son péché, et, malgré cela, il y retom-bait à chaque instant. Voyant qu'il ne pouvait pas se corriger, il s'abandonna au découragement et prit la résolution de ne plus se confesser. Son confesseur, qui ne le voyait plus venir au temps marqué, voulut faire un nouvel effort pour ramener cette pauvre âme au bon Dieu. Il va le trouver dans un moment où il était seul à travailler. Ce pauvre jeune homme, voyant venir le prê-tre, se mit à pousser des soupirs et des cris lamenta-bles. « Qu'avez-vous, mon ami, lui dit le prêtre ? - Oh ! jamais je ne me corrigerai, et j'ai résolu de tout abandonner. - Que dites-vous, mon cher ami ? je sais, au contraire, que si vous voulez faire ce que je vais vous dire, vous vous corrigerez et vous obtiendrez votre pardon. Allez, dès ce moment, vous jeter aux pieds de la sainte Vierge pour lui demander votre con-version et venez ensuite me trouver. Le jeune homme va dans ce moment se jeter, c'est-à-dire se prosterner aux pieds d'un autel de la sainte Vierge, et arrosant le pavé de ses larmes, il la supplia d'avoir pitié d'une âme qui a coûté tout le sang de Jésus-Christ, son divin Fils, et que le démon veut entraîner en enfer. Dans ce moment, il sentit naître en lui une si grande confiance, qu'il se leva et alla se confesser. Il se convertit sincèrement ; toutes ses mauvaises habitudes furent entièrement détruites, et il servit le bon Dieu toute sa vie. Conve-nons tous ensemble que, si nous restons dans le péché, c'est bien parce que nous ne voulons pas prendre les moyens que la religion nous présente, ni avoir recours avec confiance à cette bonne Mère, qui aurait aussi bien pitié de nous que tous ceux qui l'ont priée avant nous.
En cinquième lieu, nous avons dit que la vertu d'es-pérance nous fait faire toutes nos actions dans la seule vue de plaire à Dieu, et non au monde. Nous devons, M.F., commencer à pratiquer cette belle vertu, en nous éveillant, en donnant notre cœur au bon Dieu avec amour, avec ferveur, pensant combien sera grande la récompense de notre journée si nous faisons bien tout ce que nous faisons dans la seule vue de plaire au bon Dieu. Dites-moi, M.F., si, dans tout ce que nous fai-sons, nous avions le bonheur de penser à la grande récompense que le bon Dieu attache à chacune de nos actions, de quels sentiments de respect et d'amour pour le bon Dieu ne serions-nous pas pénétrés ! Voyez combien nous aurions des intentions pures en faisant toutes nos aumônes. - Mais, me direz-vous, quand je fais quelque aumône, c'est bien pour le bon Dieu et non pour le monde. - Cependant, M.F., nous som-mes bien contents quand on nous voit, quand on nous en loue, nous aimons même à le dire aux autres. Dans notre cœur nous aimons à y penser, nous nous applaudissons au dedans de nous-mêmes ; mais si nous avions cette belle vertu dans l'âme, nous ne chercherions que Dieu seul, le monde n'y serait pour rien, ni nous--mêmes. Ne soyons pas étonnés, M.F., de ce que nous faisons si mal nos actions. C'est que nous ne pensons pas véritablement à la récompense que le bon Dieu y attache si nous les faisons bien pour lui plaire. Lorsque nous rendons service à quelqu'un qui, bien loin d'être reconnaissant, nous paie d'ingratitude, si nous avions cette belle vertu d'espérance, nous en serions bien con-tents en pensant que notre récompense sera bien plus grande auprès du bon Dieu. Saint François de Sales nous dit que, si deux personnes se présentaient à lui pour recevoir quelque bienfait, et qu'il ne pût rendre service qu'à une, il choisirait celle qu'il penserait lui être la moins reconnaissante, parce que le mérite serait plus grand auprès du bon Dieu. Le saint roi David disait que quand il faisait quelque chose, il le faisait toujours en la présence de Dieu, comme s'il devait être jugé de suite après pour en recevoir la récompense ; ce qui le portait à bien faire, tout ce qu'il faisait pour plaire à Dieu seul. En effet, ceux qui n'ont pas cette vertu d'es-pérance font tout ce qu'ils font pour le monde, ou pour se faire aimer et estimer, et, par là, en perdent toute la récompense.
Nous disons que nous devons avoir une grande confiance en Dieu dans nos maladies et nos chagrins ; c'est précisément là où le bon Dieu nous attend pour voir si nous lui montrerons une grande confiance. Nous lisons dans la vie de saint Elzéar, que les gens du monde faisaient publiquement une raillerie de sa dévo-tion, et les libertins en faisaient un jeu. Sainte Delphine lui dit un jour que le mépris qu'on faisait de sa per-sonne rejaillissait sur sa vertu. « Hélas ! lui dit-il en pleurant, quand je pense à tout ce que Jésus-Christ a souffert pour moi, je suis si touché, que, quand on me crèverait les yeux, je n'aurais point de paroles pour me plaindre, en pensant à la grande récompense de ceux qui souffrent pour l'amour de Dieu : c'est là toute mon espérance et ce qui me soutient dans toutes mes pei-nes. » Ce qui est bien facile à comprendre. Qu'est-ce qui peut consoler dans ses maux une personne malade, sinon la grandeur de la récompense que le bon Dieu lui promet dans l'autre vie ?
Nous lisons dans l'histoire, qu'un prédicateur étant allé prêcher dans un hôpital, son sermon fut sur les souffrances. Il montra combien les souffrances nous ac-quièrent de grands mérites pour le ciel, et combien une personne qui souffre avec patience est agréable au bon Dieu. Dans ce même hôpital, il y avait un pauvre ma-lade qui, depuis bien des années, souffrait beaucoup, mais, malheureusement, toujours en se plaignant ; il comprit par ce sermon combien il avait perdu de biens pour le ciel, et, après le sermon, il se mit à pleurer et à sangloter d'une manière extraordinaire. Un prêtre qui le vit, lui demanda pourquoi il se livrait à un tel chagrin, si quelqu'un lui avait fait quelque peine, ajoutant que, en sa qualité d'administrateur, il pouvait lui faire rendre justice. Ce pauvre homme lui dit : « Oh ! non, monsieur, personne ne m'a fait tort, mais c'est moi-même qui me suis fait grandement tort. - Comment ? lui dit le prêtre. - Ah ! monsieur, que de biens j'ai perdus depuis tant d'années que je souffre, où j'aurais tant mérité pour le ciel, si j'avais eu le bonheur de souffrir les maladies avec patience. Hélas ! que je suis malheu-reux ! moi qui me croyais si à plaindre ; si j'avais bien compris mon état, j'étais le plus heureux du monde. » Hélas, M.F., que de personnes vont tenir le même langage à l'heure de la mort, et que leurs peines, si elles avaient eu le bonheur de les souffrir bien pour le bon Dieu, auraient conduites au ciel ; au lieu qu'elles n'ont servi qu'à les perdre par le mauvais usage qu'elles en ont fait. L'on demandait un jour à une pauvre femme qui, depuis bien longtemps, était dans un lit où elle souffrait des maux affreux, et qui cependant paraissait toujours contente, on lui demandait ce qui pouvait la soutenir dans un état si pitoyable, elle répondit : « Quand je pense que le bon Dieu est témoin de mes souffrances et qu'il m'en récompensera pour l'éternité, j'en ai tant de joie, je souffre avec tant de plaisir, que je ne chan-gerais pas mon état avec tous les empires du monde ! » Convenez avec moi, M.F., que ceux qui ont le grand bonheur d'avoir cette belle vertu dans le cœur, ont bien-tôt changé leur douleur en douceur.
Hélas ! M.F., si nous voyons tant de personnes mal-heureuses dans le monde, maudire leur existence, et passer leur pauvre vie dans une espèce d'enfer, par les chagrins et le désespoir qui les poursuivent partout ; hélas ! tous ces malheurs ne viennent que de ce qu'elles ne mettent pas leur confiance en Dieu et ne pensent pas à la grande récompense qui les attend dans le ciel. Nous lisons dans la vie de sainte Félicité que, craignant que le plus jeune de ses enfants n'eût pas le courage de souf-frir le martyre, elle lui cria : « Mon fils, regarde le ciel qui sera ta récompense ; encore un moment, et tes souf-frances seront finies. » Ces paroles, sorties de la bouche d'une mère, fortifièrent tellement ce pauvre enfant qu'il livra, avec une joie incroyable, son pauvre petit corps à tous les tourments que les bourreaux voulurent lui faire souffrir. Saint François Xavier nous dit qu'étant chez les Barbares, il eut à souffrir, sans recevoir aucune consolation de personne, tout ce que ces idolâtres pouvaient inventer mais qu'il avait tellement mis sa confiance en Dieu, qu'il avait reconnu que le bon Dieu l'avait tou-jours secouru d'une manière visible.
Jésus-Christ, pour nous montrer combien nous devons avoir confiance en lui, et ne jamais craindre de lui de-mander tout ce qui nous est nécessaire pour l'âme et pour le corps, nous dit dans l'Évangile, qu'un homme étant allé pendant la nuit, demander à un de ses amis trois pains pour donner à un homme qui était venu le voir ; l'autre lui répondit qu'il était couché avec ses enfants, qu'il ne fallait pas le déranger. Mais le premier continua de le prier, en disant qu'il n'avait point de pain pour son ami. L'autre lui donna ce qu'il lui deman-dait, non parce que c'était son ami, mais pour se déli-vrer de son importunité. De là, conclut Jésus-Christ « Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira ; et vous êtes sûrs que toutes les fois que vous demanderez à mon Père en mon nom, vous obtiendrez. »
En sixième lieu, je dis qu'il faut que notre espérance soit universelle, c'est-à-dire, qu'il faut avoir recours au bon Dieu dans tout ce qui peut nous arriver. Si nous som-mes malades, M.F., ayons une grande confiance en lui, puisque c'est lui-même qui a guéri tant de malades pen-dant qu'il était sur la terre, et si notre santé peut contri-buer à sa gloire et au salut de notre âme, nous sommes sûrs de l'obtenir ; si, au contraire, la maladie nous est plus avantageuse, il nous donnera la force de la souffrir avec patience, pour nous en donner la récompense pen-dant l'éternité. Si nous nous trouvons dans quelque danger, imitons les trois enfants que le roi avait fait jeter dans la fournaise de Babylone ; ils mirent tellement leur confiance en Dieu, que le feu ne fit que brûler les cordes qui les liaient, de sorte qu'ils se promenaient tranquillement dans la fournaise comme dans un jardin de délices. Sommes-nous tentés, M.F. ? Mettons notre confiance en Jésus-Christ, et nous sommes sûrs de ne pas succomber. Il nous a, ce tendre Sauveur, mérité la victoire dans nos tentations en se laissant tenter lui-même. Sommes--nous, M.F., plongés dans quelque mauvaise habitude, craignons-nous de ne pas pouvoir en sortir ? ayons seu-lement confiance en Dieu, puisqu'il nous a mérité toutes sortes de grâces pour vaincre le démon. Voilà bien, M.F., de quoi nous consoler dans les misères qui sont inséparables de la vie. Mais voici ce que nous dit saint Jean Chrysostome : « Pour mériter ce bonheur, il ne faut pas avoir de présomption, en nous exposant volontaire-ment au danger de pécher. Le bon Dieu ne nous a pro-mis sa grâce qu'autant que, de notre côté, nous ferons tout ce que nous pourrons pour éviter les dangers du péché. II faut encore prendre garde de ne pas abuser de la patience du bon Dieu en restant dans le péché, sous prétexte que le bon Dieu nous pardonnera, quoique nous retardions de nous confesser. Prenons bien garde, M.F., tant que nous sommes dans le péché, nous sommes en grand danger de tomber en enfer, et tout le repentir que nous avons à la mort, quand nous sommes restés volontairement dans le péché, ne nous assure guère notre salut ; parce que, pouvant en sortir, nous ne l'avons pas fait. Ah ! malheureux que nous sommes ; comment osons-nous rester dans le péché, puisque nous n'avons pas une minute de sûreté pour notre vie ? Notre-Seigneur nous dit qu'il viendra dans le moment que nous y pen-serons le moins.
Je dis que si nous ne devons pas trop espérer, il ne faut pas désespérer de la miséricorde de Dieu, puisqu'elle est infinie. Le désespoir est un plus grand péché que tous les péchés que nous avons commis, puisque nous sommes sûrs que jamais le bon Dieu ne nous refusera notre pardon, si nous revenons à lui avec sincérité. Ce n'est pas la grandeur de nos péchés qui doit nous faire craindre de ne pas pouvoir obtenir notre pardon, puis-que tous nos péchés sont moins envers la miséricorde de Dieu, qu'un grain de sable envers une montagne. Si Caïn, après avoir tué son frère, avait voulu demander pardon au bon Dieu, il était sûr de son pardon. Si Judas s'était jeté aux pieds de Jésus-Christ, pour le prier de lui par-donner, Jésus-Christ lui aurait remis son péché aussi bien qu'à saint Pierre.
Mais, en finissant, voulez-vous que je vous dise pour-quoi l'on reste si longtemps dans le péché, et que l'on se tourmente tant pour le moment qu'il faut s'en accu-ser ? C'est, M.F., que nous sommes des orgueilleux, et rien autre. Si nous avions l'humilité pour partage, nous ne resterions jamais dans le péché, nous ne craindrions nullement de les accuser. Demandons au bon Dieu, M.F., le mépris de nous-mêmes, nous craindrons le péché et nous le confesserons aussitôt que nous l'aurons commis. Je conclus en vous disant qu'il nous faut souvent de-mander au bon Dieu cette belle vertu d'espérance, qui nous fera faire toutes nos actions dans l'intention de plaire à Dieu seul. Prenons bien garde dans nos mala-dies, dans nos chagrins, de jamais nous désespérer. Pen-sons que toutes ces choses sont des biens que le bon Dieu nous envoie pour être la matière de notre récom-pense éternelle. Je vous la souhaite...

5ème dimanche après la Pentecôte.
Sur le deuxième Commandement de Dieu

« Dieu en vain tu ne jureras, Ni autre chose pareillement. »

Il est bien étonnant, M.F., que le bon Dieu soit obligé de nous faire un commandement pour nous défendre de profaner son saint nom. Peut-on bien concevoir, M.F., que des chrétiens puissent se livrer au démon, au point de lui être un instrument dont il se serve pour maudire un Dieu si bon et si bienfaisant ? Peut-on bien concevoir qu'une langue, qui a été consacrée au bon Dieu par le saint Baptême, et tant de fois arrosée par son sang ado-rable, soit employée à maudire son Créateur ? Le pourrait-il faire, celui qui croirait véritablement que le bon Dieu ne la lui a donnée que pour le bénir et chanter ses louanges ? Vous conviendrez avec moi que c'est là un crime épouvantable, qui semble forcer le bon Dieu à nous accabler de toutes sortes de malheurs, et à nous abandonner au démon, à qui nous obéissons avec tant de zèle. Ce crime fait dresser les cheveux de la tête à toute personne qui n'a pas encore entièrement perdu la foi. Cependant, malgré la grandeur de ce péché, son horribilité et sa noirceur, y a-t-il un péché plus commun que le jurement, les blasphèmes, les imprécations et les malédictions ? N'a-t-on pas la douleur de voir sortir même de la bouche des enfants, qui à peine savent leur Notre Père, ces sortes de jurements, capables d'attirer toutes sortes de malheurs sur une paroisse ? Je vais donc, M.F., vous montrer ce que l'on entend par jure-ments, blasphèmes, reniements, imprécations et malé-dictions. Tâchez, pendant ce temps-là, de bien dormir : afin qu'au jour du jugement, vous ayez fait le mal sans savoir ce que vous faisiez, et que vous soyez damnés parce que votre ignorance sera toute votre faute.

I. - Pour vous faire comprendre la grandeur de ce péché, M.F., il faudrait pouvoir vous faire comprendre la grandeur de l'outrage qu'il fait au bon Dieu ; ce qui ne sera jamais donné à un mortel. Non, M.F., il n'y a que l'enfer, il n'y a que la colère, la puissance et la fureur d'un Dieu, toutes réunies sur ces monstres infer-naux qui puissent faire sentir la grandeur de son atro-cité ; non, non, M.F., n'allons pas plus loin, il faut pour cela un enfer éternel. D'ailleurs, ce n'est pas mon dessein : je vais seulement vous faire connaître la diffé-rence qu'il y a entre les jurements, les blasphèmes, les reniements, les imprécations, les malédictions et les paroles grossières. Une bonne partie les confondent et prennent une chose pour l'autre ; ce qui est cause que, presque jamais vous ne vous accusez de vos péchés comme il faut, ce qui vous expose à faire de mauvaises confessions, et par conséquent, à vous damner. Le deuxième commandement, qui nous défend de faire des serments faux, inutiles et de se parjurer, s'exprime en ces termes : « Vous ne prendrez point le nom du Seigneur, votre Dieu, en vain. » C'est comme si le Seigneur nous disait : « Je vous ordonne et vous commande de révérer ce nom, parce qu'il est saint et adorable ; je vous défends de le profaner en l'employant pour autoriser le mensonge, l'injustice et même la vérité, sans une raison suffisante ; » et Jésus-Christ nous dit de ne le jurer en aucune manière.
Je dis 1° que les personnes peu instruites confondent souvent les blasphèmes avec les jurements. Un malheu-reux, dans un moment de colère, ou plutôt de fureur, dira : « Le bon Dieu n'est pas juste de me faire souffrir ou perdre cela. » Par ces mots, il a renié le bon Dieu ; il s'accusera en disant : « Mon père, je m'accuse d'avoir juré, » or, ce n'est pas un jurement, mais un blasphème qu'il a proféré. Une personne sera accusée faussement d'une faute qu'elle n'a pas faite ; elle dira pour se justi-fier : « Si j'ai fait cela, je ne veux jamais voir la face de Dieu ! » Ce n'est pas un jurement, mais une horrible imprécation. Voilà deux péchés qui sont bien aussi mau-vais que les jurements. Un autre, qui aura dit à son voisin qu'il est un voleur, un coquin, s'accusera « d'avoir juré après son voisin. Ce n'est pas jurer, mais c'est lui dire des injures. Un autre dira des paroles sales et déshonnêtes, et s'accusera d'avoir dit de mauvaises raisons. » Vous vous trompez, il faut dire que vous avez dit des obscénités. Voici, M.F., ce que c'est que jurer : c'est prendre le bon Dieu à témoin de ce que l'on dit ou promet ; et le parjure est un serment qui est faux : c'est-à-dire, c'est quand on jure pour un mensonge.
Le nom du bon Dieu est si saint, si grand et si ado-rable que les anges et les saints, nous dit saint Jean, disent sans cesse dans le ciel : « Saint, saint, saint, est le grand Dieu des armées ; que son saint nom soit béni dans tous les siècles des siècle ! Lorsque la sainte Vierge alla visiter sa cousine Elisabeth, et que cette sainte lui dit : « Que vous êtes heureuse d'avoir été choisie pour être la mère de Dieu ! » la sainte Vierge lui répondit : « Celui qui est tout-puissant, et dont le nom est saint, a fait en moi de grandes choses. » Nous devrons donc, M.F., avoir un grand respect pour le nom du bon Dieu, et nous ne le prononcerons qu'avec une grande vénération et jamais en vain. Saint Thomas nous dit que de prononcer le nom du bon Dieu en vain, c'est un grand péché ; qu'il n'en est pas de ce péché comme des autres : dans les autres péchés, la légèreté de la matière en diminue la noirceur et la malice, et, bien souvent, ce qui serait de sa nature péché mortel, n'est plus que véniel : comme le larcin, qui est un péché mor-tel ; mais, si c'est de peu de chose, comme un ou trois sous, ce ne sera qu'un péché véniel. La colère et la gour-mandise sont des péchés mortels ; mais une petite colère, une petite gourmandise ne sont plus que des péchés véniels. Mais pour le jurement, il n'en est plus de même : plus la matière est légère, plus la profana-tion est grande. La raison en est que, plus la matière est légère, plus le mépris est grand ; comme si une per-sonne priait le roi de lui servir de témoin pour une bagatelle, ce serait se moquer de lui et le mépriser. Le bon Dieu nous dit que celui qui jurera son nom sera puni rigoureusement. Nous lisons dans l'Écriture sainte que du temps de Moïse, il y avait deux hommes, dont l'un jura le saint nom de Dieu ; on le prit et on le mena à Moïse, qui demanda au bon Dieu ce qu'il en fallait faire. Le Seigneur lui dit de le conduire dans un champ, et d'ordonner à tous ceux qui avaient été témoins de ce blasphème, de lui mettre la main sur la tête et de l'as-sommer, afin d'ôter le blasphémateur du milieu de son peuple .
Le Saint-Esprit nous dit encore que celui qui est accoutumé de jurer, sa maison sera remplie d'iniquités, et que la malédiction ne sortira point de sa maison, jusqu'à ce qu'elle soit détruite . Notre-Seigneur Jésus-Christ nous dit, dans l'Évangile, de ne point jurer ni par le ciel, ni par la terre, parce que ni l'un ni l'autre ne nous appartiennent. Quand vous voudrez assurer une chose, dites : « Cela est, ou n'est pas ; oui ou non ; je l'ai fait, ou je ne l'ai pas fait ; et tout ce que vous direz de plus, ne vient que du démon . » D'ailleurs, une per-sonne qui a l'habitude de jurer, c'est une personne emportée, attachée à ses propres sentiments, et toujours elle jure, aussi bien pour le mensonge que pour la vérité. - Mais, dira-t-on, si je ne jure pas, on ne me croira pas. - Vous vous trompez ; jamais l'on ne croit une personne qui jure, parce que cela suppose une personne qui n'a point de religion, et une personne sans religion n'est pas digne d'être crue. Il y en a souvent qui ne savent pas vendre la moindre chose sans jurer, comme si leur jurement bonifiait leur marchandise. Si l'on voit un marchand qui jure en vendant, tout de suite l'on pense que cette personne n'a point de foi, qu'il faut prendre garde qu'elle ne nous trompe. Ses jurements font hor-reur, et on ne la croit pas. Au contraire, une personne qui ne jurera pas, nous ajouterons foi à ce qu'elle nous dit.
Nous lisons dans l'histoire un exemple rapporté par le cardinal Bellarmin, qui va vous montrer que les jure-ments n'avancent de rien. Il y avait, nous dit-il, dans Cologne, deux marchands qui semblaient ne pouvoir rien vendre sans jurer. Leur pasteur les engagea fort à quitter cette mauvaise habitude, parce que, bien loin d'y perdre, ils y gagneraient beaucoup ; ils suivirent son conseil. Cependant, pendant quelque temps, ils ne ven-dirent pas beaucoup. Ils allèrent trouver leur pasteur, en lui disant qu'ils ne vendaient pas autant qu'il leur avait fait espérer. Le pasteur leur dit : « Prenez patience, mes enfants, vous êtes sûrs que le bon Dieu vous bénira. » En effet, au bout de quelque temps, le concours fut si grand, qu'il semblait que l'on donnait la marchandise pour rien. Ils voyaient eux-mêmes que le bon Dieu les bénissait d'une manière particulière. Le même cardinal nous dit qu'il y avait une bonne mère de famille, qui avait une grande habitude de jurer ; à force qu'on lui représenta combien ces jurements étaient indignes d'une mère, et qu'elle ne pouvait qu'attirer la malédiction sur sa maison ; s'étant bien corrigée, elle avoua elle-même que depuis qu'elle avait perdu sa mauvaise habitude, elle voyait que tout réussissait chez elle, et que le bon Dieu la bénissait d'une manière particulière.
Voulez-vous, M.F., être heureux pendant votre vie, et que le bon Dieu bénisse vos maisons ? Prenez garde de ne jamais jurer, et vous verrez que tout ira bien chez vous. Le bon Dieu nous dit que dans la maison où le jurement règnera, la malédiction du Seigneur y tombera, et elle sera détruite. Et pourquoi, M.F., vous laissez--vous aller au jurement, puisque le bon Dieu le défend sous peine de nous rendre malheureux en ce monde et réprouvés dans l'autre ? Hélas ! que nous connaissons peu ce que nous faisons ! Nous le connaîtrons, mais trop tard.
En deuxième lieu, nous disons qu'il y a encore un autre jurement bien plus mauvais : c'est lorsqu'on ajoute au jurement des serments d'exécration, ce qui fait trem-bler. Comme les malheureux qui disent : « Si ce que je dis n'est pas vrai, je veux bien ne jamais voir la face de Dieu. » Ah ! malheureux, vous ne risquez que trop de ne jamais la voir !... D'autres disent : « Si ce n'est pas vrai, je veux perdre ma place dans le paradis ! que le bon Dieu me damne ! ou, que le démon m'emporte !... » Ah ! vieil endurci ! le démon ne t'emportera que trop, sans que tu te donnes si longtemps d'avance à lui. Combien d'autres qui ont toujours le démon à la bouche, à la moindre chose qui ne va pas comme ils veulent !. « Ah ! le diable d'enfant, la diable de bête ou d'ou-vrage !... Que tu crèves donc une fois, tant tu m'en-nuies !... » Hélas ! une personne qui a si souvent le nom du démon dans la bouche, il est bien à craindre qu'elle l'ait dans le cœur ! Combien d'autres qui sont toujours après dire : « Oh ! ma foi, oui... oh ! ma foi, non... ; ah ! mâtin d'enfant ! » ou bien encore : « Pardi !... mardi !... sur ma conscience !... sur la foi des chrétiens !... »
Il y a une autre sorte de jurements, de malédictions qu'on ne pense pas de confesser, ce sont les jurements que l'on fait dans son cœur : il y en a qui croient que, parce qu'ils ne le disent pas de bouche, il n'y a point de mal : vous vous trompez grandement, mes amis. Il vous est arrivé que quelqu'un vous a fait quelque dégât dans vos terres, ou ailleurs ; vous leur jurez après dans votre cœur, et vous les maudissez en disant : « Au moins si le démon les avait emportés !... que le tonnerre les eût écrasés !... ou que ces raves ou ces truffes les eussent empoisonnés en les mangeant !... » Et vous con-serverez ces pensées combien de temps dans votre cœur ! Et vous croyez que, parce que vous ne les dites pas de bouche, ce n'est rien : mon ami, c'est un gros péché ; il faut bien vous en accuser, sans quoi vous serez perdu. Hélas ! qu'il y a peu de personnes qui con-naissent l'état de leur pauvre âme, telle qu'elle est aux yeux du bon Dieu !
En troisième lieu, nous disons qu'il y en a d'autres, encore plus coupables, qui jurent non seulement pour des choses véritables, mais encore pour des chose fausses. Si vous pouviez comprendre combien votre impiété méprise le bon Dieu, vous n'auriez jamais le courage de la commettre. Vous vous comportez en-vers le bon Dieu comme un vil esclave qui dirait au roi : « Sire, il faut que vous me serviez de faux témoin ; » cela ne vous fait-il pas horreur, M.F. ? Le bon Dieu nous dit dans l'Écriture sainte : « Soyez saints, parce que je suis saint. Ne mentez point, et ne trompez point votre prochain, et ne vous parjurez point en prenant le Seigneur votre Dieu à témoin pour un men-songe, et ne profanez point le nom du Seigneur. » Saint Jean Chrysostome nous dit : « Si c'est déjà un grand crime que de jurer pour une chose véritable, quelle est la grandeur du crime de celui qui jure faussement, pour assurer un mensonge ! » Le Saint-Esprit nous dit que celui qui dit des mensonges périra. Le prophète Zacharie nous assure que la malédiction viendra dans la maison de celui qui jurera pour assurer un mensonge, et qu'elle y restera jusqu'à ce que cette maison soit renversée et détruite. Saint Augustin nous dit que le parjure est un grand crime et une bête féroce, qui fait un ravage effroyable. Voici ce qui augmente encore ce péché, c'est qu'il y en a qui ajoutent au jurement faux un serment d'exécration, en disant : « Si cela n'est pas vrai, je ne veux jamais voir la face de Dieu !... que Dieu me damne !... ou : que le démon m'emporte !... » Ah ! malheureux ! si le bon Dieu vous prenait au mot, où en seriez-vous ? Depuis déjà combien d'années vous brûleriez dans les enfers ! Dites-moi, M.F., peut-on bien concevoir qu'un chrétien puisse se rendre coupable d'un tel crime et d'une telle horribilité ? O mon Dieu ! un ver de terre pousse la barbarie à un tel excès ! Non, M.F., non, cela n'est pas concevable dans un chrétien.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 18:16
Veut-il, ce Dieu de miséricorde, punir les hommes au temps du déluge à cause des crimes horribles dont ils s'étaient rendus coupables ? il ne le fait qu'à regret, dit l'Écriture. Ce repentir que Dieu témoigne, dit saint Am-broise, nous montre l'énormité des crimes dont les hommes avaient souillé la terre. Cependant, il se con-tente de dire : « Je les détruirai . » Pourquoi parler comme d'une chose à venir ? Est-ce que sa sagesse man-quait de moyens ? Non, sans doute ; mais il parle de cette punition comme chose à venir, afin de donner aux coupables le temps de désarmer sa colère. Il les avertit du malheur dont il les menace cent vingt ans avant qu'il arrive, afin de leur donner le temps de le détourner par la pénitence. II leur envoie Noé pour leur prêcher cette pénitence ; pour les assurer que s'ils changent de vie, lui-même changera de résolution. Le saint patriar-che demeure cent ans à bâtir cette arche ; afin que les hommes, voyant ce nouveau bâtiment, lui en deman-dent la raison et rentrent en eux-mêmes. Combien de délais ! combien de remises ! Dieu attend leur péni-tence. Enfin ils lassent sa patience. C'est ainsi que Dieu attend encore aujourd'hui à la pénitence ce misérable pécheur, qui sans cesse en voit mourir devant ses yeux un nombre infini des morts les plus effrayantes. Les uns sont précipités dans les eaux, les autres écrasés par la foudre du ciel ; d'autres, enlevés à la fleur de leur âge ; d'autres, arrachés du sein des plaisirs et d'une fortune florissante. Ce Dieu de bonté et de tendresse, qui désire, la conversion du pécheur avec empressement, permet, que ces bruits se répandent dans différentes parties du monde, comme une trompette qui annonce à tous les pécheurs de se tenir prêts, que leur tour sera bientôt venu, et que s'ils ne profitent pas de ces exemples pour rentrer en eux-mêmes, hélas ! peut-être, hélas ! vont-ils dans peu servir d'exemple aux autres. Mais ces miséra-bles pécheurs sont semblables à ces hommes dont parle l'Écriture, qui n'étaient nullement émus des menaces que Dieu leur faisait par la bouche du saint patriarche Noé .
« Ah ! pécheur, s'écrie un saint Père, pourquoi ne te rends-tu pas à la voix de ton Dieu qui t'appelle ? Il te tend la main pour t'arracher de cet abîme où tes péchés t'ont précipité ; reviens, il te promet ton pardon. » O qu'il est triste, M.F., de ne pas connaître son état déplorable ! Rendons-nous donc à la voix de celui qui ne nous appelle que pour nous guérir de ces maux dont notre pauvre âme est défigurée.
Nous disons que Dieu invite lui-même le pécheur à la pénitence. « O Jérusalem, tu as été une infidèle, tu t'es prostituée à l'amour impur des créatures ; néan-moins, reviens à moi et je te recevrai . » Ainsi par-lait le Seigneur, par la bouche du prophète Jérémie, à une pécheresse de l'Ancien Testament. Écoutons ce que nous dit encore ce divin Sauveur : « Pécheurs, vous vous êtes lassés dans la voix de l'iniquité, cependant, venez à moi et je vous soulagerai. Venez goûter et éprouver combien le Seigneur est doux, combien son joug est léger, combien ses commandements sont aima-bles . » O le bon Pasteur de nos âmes ! non content de rappeler ses brebis égarées, il va les chercher. Voyez-le, accablé de lassitude auprès du puits de Jacob, poursuivant une de ses brebis, dans la personne de la Sa-maritaine . Voyez-le dans la maison de Simon le lépreux, la poursuivant dans la personne de Madeleine car si elle vint trouver le Sauveur dans la maison de ce pharisien, ce ne fut que par un attrait de la grâce qui toucha son cœur et conduisit ses pas . Voyez-le dans Jéricho, faisant d'un Zachée, d'un pécheur public, un parfait pénitent . Voyez encore ses entrailles émues sur tous les pécheurs en général. « Je veux la miséri-corde et non le sacrifice, dit-il ; je suis venu appeler le pécheur et non le juste . » « O combien de fois, s'écrie-t-il, ô ingrate Jérusalem, n'ai-je pas voulu rassembler tes petits sous les ailes de ma miséricorde, comme une poule rassemble ses petits poussins sous les siennes, et tu n'as pas voulu . » N'est-ce pas encore cette même grâce, qui, tous les jours, presse et sollicite le pécheur de se convertir ?
3° Je dis que si le pécheur est assez heureux pour retourner à Dieu, il le recevra à la pénitence et lui par-donnera sans délai. Oui, M.F., si ce pécheur quitte ses crimes d'iniquités et revient sincèrement à Dieu, Dieu est tout prêt à lui pardonner. Voyons-le dans le plus consolant de tous les exemples que l'Évangile nous pro-pose, qui est celui de l'enfant prodigue. Il avait dissipé tout son bien en vivant comme un libertin et un débau-ché. Sa mauvaise vie le réduisit à une si grande misère qu'il était content de se nourrir des restes des pour-ceaux ; cependant personne ne lui en donnait. Enfin, vivement touché de sa misère, il tourne les yeux sur son malheureux état : il prend la résolution de retourner dans la maison de son père, où le dernier des esclaves était infiniment mieux que lui. Le voilà qui part. Il est encore fort éloigné lorsque son père l'aperçoit. Le voyant, il en est touché de compassion, il oublie son grand âge, court au-devant de lui, se jette à son cou et l'embrasse. « Ah ! mon père, que faites-vous ? J'ai péché contre le ciel et devant vous, je ne mérite plus d'être appelé votre fils, mettez-moi seulement au nombre de vos esclaves. - Non, non, mon fils, lui dit ce bon père, j'ou-blie tout le passé. Qu'on apporte sa première robe pour l'en revêtir, qu'on lui mette un anneau au doigt et des souliers à ses pieds ; qu'on tue le veau, qu'on se réjouisse ; mon fils était mort, il est ressuscité ; il était perdu, il est retrouvé . » Voilà la figure et voici la réalité. Dès que le pécheur prend la résolution de retourner à Dieu et de se convertir, à sa première démarche, la miséricorde est touchée de compassion ; elle court au-devant de lui, en le prévenant par sa grâce, elle le baise, en le favori-sant de ses consolations spirituelles, elle le rétablit dans son premier état, en lui pardonnant tous ses dérègle-ments passés.
« Mais, dira ce pécheur converti, Seigneur, j'ai dissipé tout le bien que vous m'aviez donné, je ne m'en suis servi que pour vous offenser. - N'importe, dira ce bon Père, je veux oublier tout le passé. Qu'on rende à ce pécheur converti sa première robe en le revêtant de Jésus-Christ, de sa grâce, de ses vertus, de ses mérites. » Voilà, M.F., la manière dont la justice de Dieu traite le pécheur. Avec quelle confiance et avec quel empresse-ment ne devons-nous pas retourner à Dieu, lorsque nous avons eu le malheur de l'abandonner en suivant les désirs corrompus de notre cœur. Pouvons-nous craindre d'en être rebuté, après tant de marques de tendresse et d'a-mour pour les plus grands pécheurs ?
Non, M.F., ne différons plus de retourner à Dieu ; les temps présent et à venir doivent nous faire trembler.
D'abord, le temps présent : si malheureusement nous sommes en état de péché mortel, nous sommes dans un danger imminent d'y mourir. L'Esprit-Saint nous dit : « Celui qui s'expose au danger y périra . » Ainsi, en vivant dans la haine de Dieu, nous avions bien lieu de craindre que la mort ne nous y surprenne. Puisque Dieu vous offre aujourd'hui sa grâce, pourquoi n'en pro-fitez-vous pas ? Dire que rien ne presse, que vous avez le temps, n'est-ce pas, M.F., raisonner comme des insen-sés ? Voyez, de quoi êtes-vous capables quand vous êtes malades ? Hélas ! de rien du tout ; vous ne pouvez pas seulement faire comme il faut un acte de contrition, parce que vous êtes tellement absorbés par vos souffrances, que vous ne pensez nullement à votre salut.
Eh bien, M.F., ne sommes-nous pas trop malheureux d'attendre à la mort pour nous convertir ? Faites du moins pour votre pauvre âme ce que vous faites pour votre corps qui n'est cependant qu'un monceau de pour-riture et qui, dans quelques moments, sera la pâture des plus vils animaux. Lorsque vous êtes dangereusement blessés, attendez-vous six mois ou un an pour y appli-quer les remèdes que vous croyez être nécessaires pour vous guérir ? Lorsque vous êtes attaqués par une bête féroce, attendez-vous d'être à moitié dévorés pour crier au secours ? N'implorez-vous pas, de suite, le secours de vos voisins ? Pourquoi, M.F., n'agissez-vous pas de même lorsque vous voyez votre pauvre âme souillée et défigurée par le péché, réduite sous la tyrannie des démons ? Pourquoi n'employez-vous pas aussitôt l'assis-tance du ciel et n'avez-vous pas recours à la pénitence ?
Oui, M.F., quelque grands pécheurs que vous soyez, vous ne voudriez pas mourir dans le péché. Eh bien ! puisque vous désirez quitter un jour le péché, pourquoi ne le quitteriez-vous pas aujourd'hui, puisque Dieu vous donne le temps et les grâces pour cela ? Croyez-vous que, dans la suite, Dieu sera plus disposé à vous pardonner, et que vos mauvaises habitudes seront moins difficiles à rompre ? Non, non, M.F., plus vous différerez votre retour à Dieu, plus votre conversion sera malaisée. Le temps, qui affaiblit tout, ne fait que fortifier nos mau-vais penchants.
Peut-être que vous vous rassurez sur le temps à venir. Hélas ! M.F., ne vous y trompez pas : les juge-ments de Dieu sont si redoutables que vous ne pouvez pas différer votre conversion d'une seule minute, sans vous exposer à être perdus pour jamais. L'Esprit-Saint nous dit, par la bouche du Sage, « que le Seigneur sur-prendra le pécheur dans sa colère . » Jésus-Christ nous dit lui-même « qu'il viendra comme un voleur de nuit, qui arrive dans le moment où l'on n'y pense pas . » I1 nous répète aussi ces paroles : « Veillez et priez continuellement, de crainte que quand je viendrai, je ne vous trouve endormis . » Jésus-Christ veut nous montrer par ces paroles que nous devons constamment veiller à ce que notre âme ne soit point trouvée en état de péché, quand la mort nous frappera. Faisons, M.F., comme les vierges sages, qui firent leurs provisions d'huile pour attendre l'arrivée de l'époux, afin d'être prêtes à partir lorsqu'il les appellerait. De même, faisons provision de bonnes œuvres, avant que Dieu nous appelle devant son tribunal. N'imitons pas ces vierges folles, qui attendirent l'arrivée de l'époux pour aller chercher de l'huile ; lorsqu'elles furent arrivées, la porte était fermée ; elles eurent beau prier l'époux de leur ouvrir ; il leur répondit qu'il ne les connaissait pas . Figure triste, mais bien sensible, M.F., du pécheur qui renvoie son retour à Dieu de jour en jour. Arrivé à la mort, il voudrait encore profiter de ce moment, mais il est trop tard, il n'y a plus de remède.
Oui, M.F., la seule incertitude du moment où Dieu nous citera à paraître devant lui, nous devrait faire trem-bler et nous engager à ne pas perdre un seul instant pour assurer notre salut. D'ailleurs, M.F., savons-nous le nombre de péchés que Dieu veut souffrir de nous, la mesure des grâces qu'il veut nous accorder, et enfin, jusqu'où doit aller sa patience ? Ne devons-nous pas craindre que le premier péché que nous commettrons ne mette le sceau à notre réprobation ! Puisque nous vou-lons nous sauver, pourquoi différer plus longtemps ? Combien d'anges et de millions d'hommes, qui n'ont commis qu'un seul péché mortel ! Cependant, ce seul péché sera cause qu'ils souffriront pendant toute l'éter-nité. Non, M.F., les voleurs ne sont pas punis égale-ment ; les uns vieillissent dans le brigandage ; d'autres, au premier crime, sont surpris et punis. Ne devons-nous pas craindre que la même chose ne nous arrive ? Il est vrai que vous vous rassurez sur ce que Dieu ne vous punit pas, quoique vous l'offensiez continuellement. Mais aussi, peut-être que c'est au premier péché que vous commettrez, qu'il vous attend pour vous frapper et vous précipiter dans les abîmes. Voyez un aveugle qui marche vers un précipice, le dernier pas qu'il fait n'est pas plus grand que le premier ; cependant, c'est ce pas qui le jette dans le précipice. Non, M.F., pour tomber en enfer, il n'est pas nécessaire de commettre de grands crimes, il suffit de continuer à vivre dans l'éloignement des sacrements pour être perdu à jamais. Allons, M.F., ne lassons plus la patience de Dieu, hâtons-nous de correspondre à sa bonté, qui ne veut que notre bonheur. Mais voyons, d'une manière encore plus particulière, ce que nous devons faire pour correspondre aux desseins que la miséricorde de Dieu a sur nous.

II. - Nous disons que si la miséricorde de Dieu attend le pécheur à la pénitence, il ne faut pas lasser sa patience ; elle nous appelle, elle nous invite, nous de-vons aller au-devant d'elle ; elle nous reçoit et nous pardonne, nous devons lui demeurer fidèles. Ce sont là des devoirs de reconnaissance qu'elle demande de nous. Oui, Dieu attend et souffre le pécheur. Mais, hélas ! combien de pécheurs qui, au lieu de profiter de sa patience, pour rentrer en eux-mêmes, ajoutent péché sur péché ? Il y a dix, vingt ans, que Dieu attend ce misérable pécheur à la pénitence ; mais qu'il tremble, il n'y a plus qu'un petit filet par lequel la miséricorde suspend l'exécution de ses vengeances. Ah ! misérable pécheur, mépriserez-vous toujours les richesses de sa patience, de sa bonté et de sa longue tolérance ? Est-ce parce que Dieu vous attend à la pénitence, que vous ne la ferez jamais ? N'est-ce pas, au contraire, dit le saint Apôtre, cette bonté divine qui doit vous engager à ne plus différer ? « Cependant, dit-il, par la dureté et l'impé-nitence de votre cœur, vous vous amassez des trésors de colère pour le jour de la manifestation du Sei-gneur . » En effet, quelle dureté pareille à celle d'un homme qui n'est point amolli par la douceur et la ten-dresse d'un Dieu qui, depuis tant d'années, l'attend à la pénitence ? C'est donc le pécheur seul qui est cause de sa perte. Oui, Dieu a fait tout ce qu'il devait faire pour son salut, il lui a fait la grâce de le connaître, il lui a appris à discerner le bien d'avec le mal, il lui a mani-festé les richesses de son cœur pour l'attirer à lui, il l'a même menacé des rigueurs de son jugement pour l'en-gager à se convertir ; si donc le pécheur meurt dans l'impénitence, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Profitons, M.F., de la miséricorde que Dieu met à nous attendre à la pénitence. Ah ! ne lassons plus sa patience par des délais continuels de conversion.
2° Nous disons que quand la miséricorde de Dieu nous appelle, il faut que nous allions au-devant d'elle. « Dieu, dit saint Ambroise, s'engage à nous pardonner ; mais il faut que notre volonté s'unisse à celle de Dieu ; il veut nous sauver, il faut que nous le voulions aussi, parce que l'une de ces volontés n'a son effet que conjointe-ment unie à l'autre : celle de Dieu commence l'ouvrage, le conduit et le consomme ; et celle de l'homme doit concourir à l'accomplissement de ses desseins. Nous devons être dans la même disposition que saint Paul au commencement de sa conversion, ainsi qu'il nous l'apprend dans son épître aux Galates. « Vous avez ouï parler de ma conduite et de mes actions toutes crimi-nelles. Avant que Dieu m'eût fait la grâce de me convertir, je persécutais l'Église de Dieu d'une manière si cruelle que j'en ai horreur toutes les fois que j'y pense ; qui eût cru que la miséricorde divine eût choisi ce moment pour m'appeler à elle ? Ce fut pour lors que je me vis tout environné d'une lumière éclatante, et que j'entendis une voix qui me dit : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Je suis ton Sauveur et ton Dieu, contre qui tu tournes ta rage et tes persécutions . » Oui, M.F., nous pouvons dire que ce qui arriva une fois, d'une manière si éclatante à saint Paul, arrive encore tous les jours en faveur du pécheur. Sa grâce le cherche et le poursuit, même lorsque ce misérable l'offense. S'il veut avouer la vérité, il sera forcé de convenir que toutes les fois qu'il est prêt à faire le mal, la voix de Dieu se fait entendre au fond de son cœur, pour s'op-poser à ses desseins criminels. Que doit faire ce pécheur ? Il doit obéir à la voix du ciel, et dire comme le saint homme Job : « Seigneur, vous avez comptez mes pas dans mes égarements ; mais voici que je reviens à vous, daignez me faire miséricorde . »
3° Nous disons que si Dieu reçoit le pécheur et lui pardonne, ce pécheur doit lui demeurer fidèle. Plus de rechutes dans ses désordres : il doit renoncer entièrement aux péchés qui lui ont été pardonnés ; n'être plus à charge à la miséricorde divine, qui condamne autant les conversions inconstantes qu'elle se réjouit de celles qui sont solides et persévérantes ; il doit gémir le reste de ses jours, pour avoir tant attendu de se donner à Dieu ; il doit continuellement bénir le nom du Seigneur, d'avoir fait éclater en lui son infinie miséricorde, en l'arrachant de cet abîme où ses péchés l'avaient précipité. Tels doivent être les sentiments d'un pécheur véritablement converti.
Nous venons de voir combien est grande la miséri-corde de Dieu ; ainsi, quelque pécheurs que nous soyons, ne désespérons jamais de notre salut, parce que la bonté de Dieu surpasse infiniment notre malice. Mais aussi n'en abusons pas ; « car, dit le Prophète, la miséricorde divine est pour ceux qui la craignent et non pour ceux qui la méprisent . » Le juste doit espérer en la misé-ricorde de Dieu ; mais il lui faut persévérer, afin qu'elle recouvre en lui ses droits en récompensant ses mérites. Le pécheur doit pareillement espérer à la miséricorde de Dieu ; mais, qu'il fasse pénitence. Afin que notre conversion soit sincère, nous devons joindre l'espérance à la pénitence : car faire pénitence sans espérer, c'est le partage des démons, et espérer sans faire pénitence, la présomption du libertin. Heureux, M.F., si nous corres-pondons aux soins, à l'empressement et aux grâces que Dieu ne cesse de nous prodiguer pour nous faire opérer notre salut ! Ce que je vous souhaite.

4ème dimanche après la Pentecôte
Sur l'Espérance

Diliges Dominant Deum tuum.
Vous aimerez le Seigneur votre Dieu.
(S.Matthieu, XXII, 37.)

Il est vrai, M.F., que saint Augustin nous dit que, quand il n'y aurait point de ciel à espérer, point d'enfer à craindre, il ne laisserait pas que d'aimer le bon Dieu, parce qu'il est infiniment aimable et qu'il mérite d'être aimé ; cependant le bon Dieu, pour nous encourager à nous attacher à lui et à l'aimer par-dessus toutes choses, nous promet une récompense éternelle. Si nous nous acquittons dignement d'une si belle fonction, qui fait tout le bonheur de l'homme sur la terre, nous préparons notre félicité et notre gloire dans le ciel. Si la foi nous apprend que Dieu voit tout, et qu'il est témoin de tout ce que nous faisons et souffrons, la vertu d'espérance nous fait endurer nos peines avec une entière soumission à sa sainte volonté, par la pensée que nous en serons récompensés pendant toute l'éternité. Nous voyons aussi que ce fut cette belle vertu qui soutint les martyrs au milieu de leurs tourments, les solitaires dans les rigueurs de leurs pénitences, et les saints infirmes et malades dans leurs maladies. Oui, M.F., si la foi nous découvre partout Dieu présent, l'espérance nous fait faire tout ce que nous faisons dans la seule vue de plaire au bon Dieu, par la pensée heureuse d'une récompense éternelle. Puisque, M.F., cette vertu adoucit tant nos maux, voyons tous ensemble en quoi consiste cette belle et précieuse vertu d'espérance.
Si, M.F., nous avons le bonheur de connaître par la foi, qu'il y a un Dieu qui est notre Créateur, notre Sau-veur et notre souverain Bien, qui ne nous a créés que pour le connaître, l'aimer, le servir et le posséder ; l'es-pérance nous apprend que, quoique indignes de ce bonheur, nous pouvons l'espérer par les mérites de Jésus-Christ. Pour rendre, M.F., nos actions dignes d'être récompensées, il faut trois choses, que voici : la foi, qui nous y fait voir Dieu présent ; l'espérance, qui nous les fait faire dans la seule vue de lui plaire, et l'amour, qui nous attache à lui comme à notre souverain Bien. Oui, M.F., nous ne connaîtrons jamais le degré de gloire que chaque action nous procurera dans le ciel, si nous la faisons bien purement pour le bon Dieu ; les saints mêmes qui sont dans le ciel ne le comprennent pas. En voici un exemple bien frappant. Nous lisons dans la vie de saint Augustin, qu'écrivant à saint Jérôme pour lui demander de quelle expression il fallait se servir pour mieux faire sentir la grandeur du bonheur dont les saints jouissent dans le ciel ; dans le moment qu'il mettait, selon sa coutume, au commencement de toutes ses lettres : « Salut en Jésus-Christ Notre-Seigneur », sa chambre fut éclairée d'une lumière tout extraordinaire qui était plus belle que le soleil dans son midi et très odoriférante ; il en fut si charmé, qu'il manqua mourir de plaisir. Dans le même instant, il entendit sortir de cette lumière une voix qui lui dit : « Ah ! mon cher ami Augustin, tu me crois encore sur la terre ; grâce à Dieu, je suis dans le ciel. Tu veux me demander de quel terme l'on pourrait se servir pour mieux faire sentir le bonheur dont jouissent les saints ; sache, mon cher ami, que ce bonheur est si grand, et si au-dessus de tout ce qu'une créature peut penser, qu'il te serait plus facile de compter toutes les étoiles qui sont au firmament, de mettre l'eau de toutes les mers dans une fiole, et de tenir toute la terre dans ta main, que de pouvoir comprendre la félicité du moindre des bienheureux dans le ciel. Il m'est arrivé ce qui arriva à la reine de Saba ; elle avait conçu une grande idée du roi Salomon d'après le bruit de sa réputation ; mais, après avoir vu par elle-même le bel ordre qui régnait dans son palais, la magnificence sans égale, la science et les connaissances de ce roi, elle en fut si étonnée et si ravie, qu'elle s'en retourna chez elle en disant que tout ce qu'on lui avait dit n'était rien en com-paraison de ce qu'elle avait vu elle-même. J'en ai fait de même pour la beauté du ciel et le bonheur dont jouissent les saints ; je croyais avoir compris quelque chose de ces beautés qui sont renfermées dans le ciel et du bonheur dont les saints y jouissent ; malgré toutes les pensées les plus sublimes que j'ai pu produire, tout cela n'est rien en comparaison de ce bonheur qui est le partage des bienheureux. »
Nous lisons dans la vie de sainte Catherine de Sienne, que le bon Dieu lui fit voir quelque chose de la beauté du ciel et de sa félicité. Elle en fut si ravie qu'elle tomba en extase. Étant revenue à elle-même, son confes-seur lui demanda ce que le bon Dieu lui avait fait voir. Elle lui dit que le bon Dieu lui avait fait voir quelque chose de la beauté du ciel et du bonheur dont les saints y jouissent ; mais qu'il était impossible d'en dire la moindre chose, tant cela surpassait tout ce que nous pouvons penser. Eh bien ! M.F., voilà où nous conduisent nos bonnes actions si nous les faisons dans la vue de plaire à Dieu ; voilà les biens que la vertu d'espérance nous fait désirer et attendre.

Partager cet article

Repost0