Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 05:51

Notre-Dame-Our-Lady-Nossa-Senhora-Fatima-parousie.over-blog.jpg

 

Gif-drapeau-Portugal-parousie.over-blog.fr.gif

 

Ave de Fátima

"A treze de maio"

Chant traditionnel à

Notre-Dame de Fatima

"Le 13 mai"

 

I

1. A treze de maio

Na cova da íria,

Apareceu brilhando

A Virgem Maria.

 

Ave, ave, ave Maria

Ave, ave, ave Maria

 

2. A Virgem Maria

Cercada de luz,

Nossa Mãe bendita

E Mãe de Jesus.

 

3. Foi aos Pastorinhos

Que a Virgem falou.

Desde então nas almas

Nova luz brilhou.

 

4. Com doces palavras

Mandou-nos rezar

A Virgem Maria

Para nos salvar.

 

5. Mas jamais esqueçam

Nossos corações

Que nos fez a Virgem

Determinações.

 

6. Falou contra o luxo

Contra o impudor

De imodestas modas

De uso pecador.

 

7. Disse que a pureza

Agrada a Jesus

Disse que a luxúria

Ao fogo conduz.

 

8. A treze de Outubro

Foi o seu adeus

E a Virgem Maria

Voltou para os céus.

 

9. À Pátria que é vossa,

Senhora dos céus,

Dai honra, alegria

E a graça de Deus.

 

10. À Virgem bendita

Cante seu louvor

Toda a nossa terra

Num hino de amor.

 

11. Todo o mundo a louve

Para se salvar,

Desde o vale ao monte,

Desde o monte ao mar.

 

12. Ah! Dêmos-lhe graças

Por nos dar seu bem,

À Virgem Maria,

Nossa querida Mãe!

 

13. E para pagarmos

Tal graça e favor,

Tenham nossas almas

Só bondade e amor.

 

14. Ave, Virgem Santa

'Strela que nos guia!

Ave, Mãe da Igreja!

Oh! Virgem Maria!

 

 

Gif-bandeira-Portugal-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

NS-Fatima-procession-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Autre version

 

 

Centenaire-Fatima-1917-2017-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Gif-flag-Portugal-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

A-treze-de-Maio-chant-Fatima-13-mai-parousie.over-blog.fr.jpg

 

II

1. Ao peito sem mancha

Num doce clarão,

Maria nos mostra

O seu Coração.

 

2. Do seu Coração

Nos vem o penhor

De a terra deserta

Florir em amor.

 

3. Consagre-se o mundo

E espere que, um dia,

O salve um milagre

Da Virgem Maria.

 

4. Sigamos, orando,

De terço na mão,

A santa Mensagem

De reparação.

 

5. Se é belo cobrirmos

A Virgem de flores,

Mais belo é rezarmos

Pelos pecadores.

 

6. Deus manda os seus Anjos

E em guarda nos traz.

O Anjo da Pátria

É o Anjo da Paz.

 

7. Olhemos o Papa

Que sofre e que chora.

Por ele imploremos

A Nossa Senhora.

 

8. A Igreja não morre

Mas tem de contar

Com almas ardentes

Que a saibam amar.

 

9. Quem vem de romagem,

Em Fátima sente

Que, acima de tudo,

Jesus é presente.

 

10. Jesus é presente

Em luz e perdão

E, todo por todos

Se faz comunhão.

 

11. Cantemos. Quem canta

A vida alumia.

Cantemos! Cantemos

À Virgem Maria!

 

 

Autre version

 

 

Ave-de-Fatima-a-treze-de-maio-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Chant "Ave de Fatima"

 

Le 13 mai

À Cova da Iria,

Est apparue, brillante,

La Vierge Marie.

 

Ave, ave, ave Maria

Ave, ave, ave Maria

 

2. La Vierge Marie

Entourée de lumière,

Notre Mère bénie

Et la Mère de Jésus.

 

C’est aux Pastoureaux

Que la Vierge a parlé,

Depuis lors, dans les âmes

Une nouvelle lumière a brillé.

 

Avec de douces paroles,

Elle nous a demandé de prier

La Vierge Marie

Pour nous sauver.

 

Elle a parlé contre le luxe,

Contre l’impudeur

Des modes indécentes

En usage chez les pécheurs.

 

Elle a dit que la pureté

Plaît à Jésus,

Elle a dit que la luxure

Conduit au feu.

 

Le 13 octobre,

Elle a fait ses adieux,

Et la Vierge Marie

Est retournée au Ciel.

 

À la Patrie qui est la vôtre,

Dame du Ciel,

Donnez de l’honneur, de la joie

Et la Grâce de Dieu.

 

Extrait traduit du chant en portugais, le lundi 29 avril 2013.

 

 

 

 

Himno "El trece de Mayo"

 

 

Fatima-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

In Fatima's cove

 

 

AVE-MARIA-DE-FATIMA-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Ave de Fatima en Letton

 

1. Reiz trīspadsmitā maijā Kovā da Irijā

kā Jaunava skaista Tu nāci, Marija.

Ave Maria...

 

2. Ar gaismu virs koka ik mēnesi nāci,

ik dienas rožkroni mums lūgties Tu mā ci.

Ave Maria...

 

3. Tu solīji mieru virs zemes, Marija,

ja atmetam grēkot un ja gandarījam.

Ave Maria...

 

4. Tu sauli oktobrī pie debess rotāji,

ar brīnumu savu mūs pārliecināji.

Ave Maria...

 

5. Reiz Sirds Bezvainīgā šo pasauli valdīs,

tiks uzvarēts ļaunums, būs miers visās val stīs.

Ave Maria...

 

Source : catholic.lv

 

 

Ave-Fatimas-letton-latvian-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Ave de Fatima en Anglais

traduit par Mick Swithinbank

 

On 13 May in the Cova d'Iria

Mary, you appeared in radiance, a fair virgin.

 

Refrain: Ave, Ave, Ave Maria (x2)

 

With light above a tree, each month you come,

you teach us to pray the daily rosary. (Ref.)

 

You promised peace on earth, Mary,

if we cease to sin and if we atone. (Ref.)

 

In October you decorated the sun in the sky,

through your miracle you convinced us. (Ref.)

 

One day the Innocent Heart will conquer this world,

evil will be vanquished, peace will reign in all lands. (Ref.)

 

 

Chemin de Croix par Plinio Corrêa de Oliveira

Via Crucis (English, Português, Deutsch, Français)

 

 

 

CÂNTICOS MARIANOS DO SANTUÁRIO DE FÁTIMA

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 10:17

Saint-Michel met en déroute un démon

qui persécutait Saint-Romuald

Le Guercin (XVIIème)

Saint-Romuald (951-1027)


Prière à Saint-Romuald


Ami de Dieu, Romuald, que votre vie a été différente de la nôtre ! Nous aimons le monde et ses agitations ; c'est à peine si la pensée de Dieu traverse quelquefois nos journées d'un fugitif souvenir ; plus rarement encore est-elle le mobile de nos actions. Cependant chaque heure qui s'écoule nous approche de ce moment où nous nous trouverons en face de Dieu, chargés de nos œuvres bonnes et mauvaises, sans que rien ne puisse plus modifier la sentence que nous nous serons préparée. Vous n'avez pas entendu ainsi la vie, Ô Romuald ! Il vous a semblé qu'une pensée unique devait la remplir tout entière, un seul intérêt la préoccuper, et vous avez marché constamment en présence de Dieu. Pour n'être pas distrait de ce grand et cher objet, vous avez cherché le désert ; là, sous la règle du saint Patriarche des moines, vous avez lutté contre le démon et la chair ; vos larmes ont lavé vos péchés, si légers en comparaison des nôtres ; votre cœur, régénéré dans la pénitence, a pris son essor d'amour vers le Sauveur des hommes, et vous eussiez voulu lui offrir jusqu'à votre sang.
Vos mérites sont notre bien aujourd'hui, par cette heureuse communion que le Seigneur a daigné établir entre les plus saintes âmes et nous pécheurs. Aidez-nous donc dans la carrière de pénitence qui commencera bientôt ; nous avons tant besoin de mettre la faiblesse de nos œuvres à couvert sous la plénitude des vôtres ! Au fond de votre solitude, sous les ombrages de votre Eden de Camaldoli, vous aimiez les hommes vos frères, et jamais ils n'approchèrent de vous sans être captivés par votre aimable et douce charité : montrez-leur que vous les aimez toujours. Souvenez-vous aussi de l'Ordre que vous avez fondé ; fécondez ses restes vénérables, et faites qu'il soit toujours aux âmes que le Seigneur y appelle une échelle sûre pour monter jusqu'à lui.

Saint-Romuald enseignant

les religieux camaldules

Andrea Sacchi (XVIIème)


Prière de Saint-Romuald


« Ô cher Jésus, Ô mon Bien-Aimé, mon doux miel, mon ineffable désir, douceur des Saints, suavité des anges ! »

Saint-Romuald

Sebastiano del Piombo (XVème)






Prayer to Saint Romuald, Abbot


Father, through Saint Romuald You renewed the life of solitude and prayer in your Church. By our self-denial as we follow Christ bring us the joy of heaven. We ask this through our Lord Jesus Christ, Your Son, who lives and reigns with You and the Holy Spirit, one God, for ever and ever.


Saint-Romuald

et l'ermitage de Camaldoli

Peintre anonyme






ORACIÓN A SAN ROMUALDO, ABAD


Haced, os suplicamos, Señor, que la intercesión de San Romualdo, abad, nos haga agradables ante Vuestra Majestad, y que obtengamos, por sus oraciones, las gracias que no podemos esperar de nuestros méritos. Por J. C. N. S. Amén.

Repost 0
Published by parousie - dans Italie mystique
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 10:16
1786-1859

Prière au Saint Curé d'Ars

Saint Curé d'Ars, tu as fait de ta vie une offrande sans partage à Dieu pour le service des hommes ; que l'Esprit-Saint, par ton intercession, nous conduise aujourd'hui à répondre, sans défaillance, à notre vocation personnelle.

Tu as été un adorateur assidu du Christ au tabernacle. Apprends-nous à nous approcher avec foi et respect de l'Eucharistie, à goûter la présence silencieuse dans le Saint-Sacrement.

Tu as été l'ami des pécheurs. Tu leur disais : « Vos fautes sont comme un grain de sable en comparaison de la grande montagne de la Miséricorde de Dieu ». Dénoue les liens de la peur qui nous retiennent parfois loin du pardon de Dieu ; augmente en nous le repentir de nos fautes. Découvre-nous le vrai visage du Père qui attend inlassablement le retour du fils prodigue.

Tu as été le soutien des pauvres : « Mon secret est bien simple, c'est de tout donner et de ne rien garder ». Apprends-nous à partager avec ceux qui sont dans le besoin ; rends-nous libres vis-à-vis de l'argent et de toutes les fausses richesses.

Tu as été un fils aimant de la Vierge Marie, « ta plus vieille affection ». Apprends-nous à nous tourner vers elle avec la simplicité et la confiance de l'enfant.

Tu es devenu le témoin exemplaire des Curés de l'univers. Que ta charité pastorale conduise les pasteurs à rechercher la proximité avec tous sans acception des personnes ; donne-leur l'amour de l'Église, l'élan apostolique, la solidité dans les épreuves.

Inspire aux jeunes la grandeur du ministère sacerdotal et la joie de répondre à l'appel du Bon Berger.

Saint Curé d'Ars, sois notre intercesseur auprès de Dieu. Obtiens-nous ce que nous te demandons (préciser ici telle demande particulière), toi le pasteur humble et fidèle, infatigable dans le service de Dieu et des hommes. Amen.

 


Prière pour les vocations avec le Saint Curé d'Ars

Seigneur Jésus, Guide et Pasteur de ton peuple, tu as suscité en ton Église Saint Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars. Sois bénis pour la sainteté de sa vie et l'admirable fécondité de son ministère.
Avec une persévérance et une patience humble, il surmonta tous les obstacles sur les chemins du sacerdoce. Prêtre, il puisait, dans la célébration eucharistique et l'adoration silencieuse, l'ardeur de sa charité pastorale et le dynamisme de son zèle apostolique.

Par son intercession,

* Touche le cœur des jeunes ; qu'ils trouvent dans l'exemple de sa vie l'élan de marcher à ta suite, avec le même courage, sans regarder en arrière.

* Renouvelle le cœur des prêtres ; qu'ils s'attachent à toi avec ferveur et profondeur. Qu'ils édifient l'unité des communautés sur l'Eucharistie et le pardon, dans l'amour mutuel.

* Affermis les familles chrétiennes ; qu'elles soutiennent ceux de leurs enfants que tu as appelés.

Aujourd'hui encore, Seigneur, envoie des ouvriers à ta moisson pour que soit relevé le défi évangélique de notre temps. Que les jeunes soient nombreux à faire de leur vie un "Je t'aime" au service de leurs frères, comme Saint Jean-Marie Vianney. Toi, le Berger pour l'éternité.
Amen.

(Ces deux prières sont de Mgr Guy Bagnard, Évêque de Belley-Ars).


Prière pour les prêtres

Seigneur Jésus, avec Saint Jean-Marie Vianney, nous te confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que tu nous donnes aujourd'hui comme pères.

Tu as appelé chacun par son nom ; pour chacun, nous te louons et nous te supplions : garde-les dans la fidélité à Ton nom ; Toi qui les as consacrés pour qu'en Ton nom, ils soient nos pasteurs, donne leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que l'Eucharistie qu'ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s'offrir avec Toi pour les brebis que nous sommes ; qu'ils soient plongés dans Ton cœur de Miséricorde pour qu'ils soient toujours les témoins de ton pardon ; qu'ils soient de vrais adorateurs du Père pour qu'ils nous enseignent le véritable chemin de la sainteté.

Père, avec eux, nous nous offrons au Christ pour l'Église : qu'elle soit missionnaire dans le souffle de ton Esprit; apprends-nous simplement à les aimer, à les respecter et à les recevoir comme un don qui vient de Ta main, pour qu'ensemble nous accomplissions davantage Ton œuvre pour le salut de tous. Amen.



Acte d'amour du Saint Curé

Je Vous aime, Ô mon Dieu,
et mon seul désir est de Vous aimer
jusqu'au dernier soupir de ma vie.

Je Vous aime, Ô Dieu infiniment aimable,
et j'aime mieux mourir en Vous aimant
que de vivre un seul instant sans Vous aimer.

Je Vous aime, Ô mon Dieu,
et je ne désire le Ciel que pour avoir le bonheur
de Vous aimer parfaitement.

Je Vous aime, Ô mon Dieu,
et je n'appréhende l'enfer que parce qu'on y aura jamais
la douce consolation de Vous aimer.

Ô mon Dieu,
si ma langue ne peut dire à tout moment que je Vous aime,
du moins je veux que mon cœur
Vous le répète autant de fois que je respire.

Ah ! Faites-moi la grâce de souffrir en Vous aimant,
de Vous aimer en souffrant,
et d'expirer un jour en Vous aimant
et en sentant que je Vous aime.

Et plus j'approche de ma fin,
plus je Vous conjure d'accroître mon amour
et de le perfectionner.

Ainsi soit-il.


Sanctuaire d'Ars


 

Paroles du Saint Curé d'Ars

« Il y en a qui disent : "J'ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner". C'est un gros blasphème. C'est mettre une borne à la Miséricorde de Dieu, et elle n'en a point : elle est infinie. »

 

« Nos fautes sont des grains de sable à côté de la grande montagne des Miséricordes de Dieu. »

« Quand le prêtre donne l'absolution, il ne faut penser qu'à une chose ; c'est que le sang du bon Dieu coule sur notre âme pour la laver, la purifier et la rendre aussi belle qu'elle était après le baptême. »

« Le bon Dieu, au moment de l'absolution, jette nos péchés par-derrière ses épaules, c'est-à-dire il les oublie, il les anéantit : ils ne reparaîtront plus jamais. »

« Il ne sera plus parlé des péchés pardonnés. Ils ont été effacés, ils n'existent plus ! »


 

Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 20:29

Misericordias-Domini-parousie.over-blog.fr.png

Misericordias Domini de Taizé

 

 

"Misericordias Domini in æternum cantabo;

in generationem et generationem

annuntiabo veritatem tuam in ore meo."

 

Psaume 88:2 (Vulgate)

 

 

"Je chanterai toujours les bontés de l'Éternel ;

ma bouche fera connaître à jamais ta fidélité."

 

Psaume 89:2 (Bible Louis Segond)

 

 

 

 

 

 

 

 

Carl Christian Vogel von Vogelstein,parousie.over-blog.fr

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 13:37

LES QUINZE SOUFFRANCES ET DOULEURS
SECRÈTES DE NOTRE SEIGNEUR

 


Jésus, Roi des martyrs, est abandonné de tous Ses amis... Une troupe inhumaine s'empare de Lui pour Le torturer...

 

Pilate L'a condamné au supplice des soixante coups de fouets. Mais les juifs, eux, veulent la mort de Jésus ; ils payent et enivrent les six bourreaux pour qu'ils augmentent le supplice, si possible jusqu'à une issue fatale.

 

C'est ainsi que deux religieuses stigmatisées, Maria d'Agreda et Catherine Emmerich, affirment que Jésus fut affreusement flagellé pendant trois quarts d'heure, par six bourreaux, et reçut alors 5115 coups de fouets.

 

Puis, on Le frappa à coups de bâtons, pour enfoncer dans Sa tête les terribles épines de Sa couronne...

 

Vint le portement de la Croix...

 

Jésus révéla à Saint-Bernard que lors des chutes sous le fardeau de la Croix, Son épaule meurtrie fut déchirée et que trois os de cette épaule furent mis à nu...

 

(À ce propos, Jésus promit à Saint-Bernard des grâces supplémentaires à ceux qui invoqueraient les mérites de cette plaie méconnue... mais, la plus douloureuse de Sa Passion...)

 

Ensuite, Jésus S'allongea sur la Croix... Les bourreaux attachèrent chacun de Ses membres avec des cordes, et L'écartelèrent réellement avant de Le clouer, dans ce terrible état de dislocation, réalisant la prophétie de David : "Ils ont percé Mes mains et Mes pieds ; ils ont compté tous Mes os..."

 

Jésus nous dit, qu'en tant que Victime infiniment Pure et Parfaite, il Lui suffisait de donner une seule goutte de Son Sang pour racheter toute l'humanité...

 

Mais Il accepta de verser tout Son Sang, jusqu'à la dernière goutte, pour servir d'Exemple aux millions de martyrs qui L'imiteraient...

 

Ce ne fut pas sans raison qu'Il supplia Son Père d'éloigner de Lui le terrible Calice qui s'approchait... qu'Il versa des larmes de sang...
disant : "Mon Âme est triste jusqu'à la mort..." Cependant Il voulait sauver les âmes ! "Mon Père, que Votre Volonté soit faite, et non la Mienne..."

 

 

 

LES QUINZE SOUFFRANCES ET DOULEURS SECRÈTES

 

De Notre Seigneur dans la nuit précédent la Passion, que Jésus a communiquées "verbalement" à la pieuse et très aimante Sœur Marie Magdalena, de l'Ordre de Sainte-Claire, qui vivait à Rome en grande sainteté, Jésus exauça le désir de cette Sœur qui désirait connaître ses souffrances secrètes, en lui apparaissant et en lui révélant des souffrances inconnues qu'Il avait endurées dans la nuit précédent sa mort.

 

Le Christ lui dit : "Les Juifs Me considéraient comme l'homme le plus dangereux de leur temps et Me traitèrent ainsi :

 

1 - Ils nouèrent Mes pieds avec une corde et Me traînèrent en bas d'un escalier, dans une cave puante et immonde ;

 

2 - Ils Me dévêtirent et trouèrent Mon Corps avec des pointes de fer ;

 

3 - Ils nouèrent une corde autour de Mon Corps et Me traînèrent aller et retour à travers la cave ;

 

4 - Ils Me suspendirent à une poutre et M'y laissèrent jusqu'à ce que Je glisse et tombe par terre ; cette souffrance fit jaillir de Mes yeux des larmes sanglantes ;

 

5 - Ils Me fixèrent à un pieu et Me martyrisèrent avec toutes sortes d'armes, en perçant Mon Corps ; ils Me jetèrent des pierres et me brûlèrent au brasier avec des torches ;

 

6 - Ils Me percèrent d'alênes et de piques et arrachèrent la peau et la chair de Mon Corps et de Mes veines ;

 

7 - Ils Me lièrent à une colonne, et placèrent Mes pieds sur une tôle incandescente ;

 

8 - Ils Me couronnèrent avec une couronne en fer et Me bandèrent les yeux avec des linges très sales ;

 

9 - Ils M'assirent sur une chaise, garnie de clous très pointus, qui creusèrent des trous très profonds dans Mon Corps ;

 

10 - Ils arrosèrent Mes plaies avec de la poix et du plomb en fusion, et Me renversèrent de la chaise ;

 

11 - Pour Mon supplice et Ma honte, ils enfoncèrent en Mon Corps des aiguilles et des clous dans les trous de Ma barbe arrachée ;

 

12 - Ils Me jetèrent sur une croix, sur laquelle ils Me ligotèrent avec tant de force et de dureté que Je faillis être étouffé ;

 

13 - Ils Me piétinèrent la tête ; l'un d'eux, en mettant son pied sur Ma poitrine, enfonça une pointe de Ma couronne d'épines à travers Ma langue ;

 

14 - Ils Me versèrent les plus horribles immondices dans la bouche ;

 

15 - Ils déversèrent sur Moi des flots d'injures infâmes, Me lièrent les mains au dos, Me conduisirent, en Me frappant, hors de la prison, en Me donnant des coups de verges".

 


 

 

Et Jésus continuait : "Ma chère fille ! Je te demande de faire connaître Mes quinze souffrances et douleurs secrètes à beaucoup d'âmes, afin qu'elles soient contemplées et honorées. Au jour du dernier Jugement, J'accorderai l'éternité bienheureuse à ceux qui, par amour et avec recueillement, M'offriront chaque jour une de Mes souffrances et en accomplissant pieusement la prière suivante" :

 

 

PRIÈRE 


"Mon Seigneur et mon Dieu ! C'est ma volonté irrévocable de Vous honorer, de Vous louer et de Vous adorer, à travers Vos quinze souffrances secrètes et l'effusion de Votre Sang.

 

Autant il y a de grains de sable dans la mer, de grains de terre dans les champs, de brins d'herbe sur toute la terre, de fruits sur les arbres, de feuilles sur les branches, de fleurs dans les champs, d'étoiles au firmament, d'anges au Ciel, et de créatures sur la terre ; autant de milliers de fois béni, adoré, loué et glorifié le Seigneur Jésus-Christ ; Son Cœur très Saint, Son Sang précieux, le Divin Sacrifice de la Sainte Messe, le Saint-Sacrement de l'Autel, la très Sainte-Vierge Marie, les glorieux neuf Chœurs des Anges et la multitude des Saints ; par moi et par tous les hommes, maintenant et dans toute l'Éternité.

 

Je désire autant de fois, bien-aimé Jésus, Vous remercier, Vous servir et Vous plaire, réparer tous les outrages qui Vous sont faits, et Vous appartenir corps et âme.

 

Je veux autant de fois me repentir de mes péchés, et Vous demander, à Vous mon Dieu, pardon et Miséricorde.

 

Je désire aussi offrir Vos mérites infinis au Père Éternel, en réparation de mes fautes et de mes péchés, et de mes punitions méritées. Je suis fermement résolu à changer de vie et je Vous demande que la dernière heure de ma vie soit heureuse et en paix.

 

Je veux aussi prier pour la délivrance des pauvres âmes du purgatoire.

 

Je désire renouveler cette louange d'amour et de réparation à chaque heure du jour et de la nuit, fidèlement, jusqu'au dernier instant de ma vie.

 

Je Vous prie, très bon et très aimable Jésus, de confirmer au Ciel mon très sincère désir. Ne tolérez pas qu'il soit anéanti par les hommes et encore moins par l'esprit malin." Amen !

 

Repost 0
Published by parousie - dans Prières
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:51

Reverend-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

François Luyckx

"Père Paul de Moll", bénédictin (O.S.B.)

né le 15 janvier 1824 à Mol(l)

(Turnhout, Province d'Anvers (Mol, Antwerpen) - Belgique)

 

Blason-Mol-Anvers-Antwerp-Belgie-parousie.over-blog.fr.jpg

 

mort le lundi 24 février 1896 à l'Abbaye de Termonde

(Flandre-Orientale, Belgique)

(Dendermonde, Oost-Vlaanderen - België)

 

 

Croix-de-Saint-Benoit-parousie.over-blog.fr.png

 

 

"Je suis l'amour de Dieu."

 

"Moi, je ne suis que le portier de Saint Benoît."

 

"Tous les jours, c'est fête de Saint Benoît !"

 

"Un soupir d'amour pour Dieu vaut plus

que toute une année de pénitence !"

 

 

Livre-vie-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Sois guéri ! Désormais, tu vivras pour

la consolation d'un grand nombre de personnes.

Je t'accorde tout ce que tu me demanderas pour les autres."

 

Jésus au Père Paul de Moll

 

 

Banniere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.png

 

 

SALUTATION À MARIE

propagée par le Père Paul de Moll

 

Je Vous salue Marie, Fille de Dieu le Père.

Je Vous salue Marie, Mère de Dieu le Fils.

Je Vous salue Marie, Épouse du Saint-Esprit.

Je Vous salue Marie, Temple de la Sainte Trinité.

Je Vous salue Marie, Lys blanc de la resplendissante Trinité.

Je Vous salue Marie, Rose agréable de la Cour céleste.

Je Vous salue Marie, Vierge pleine de douceur et d'humilité, de qui le Roi du Ciel a voulu naître et être nourri de son lait.

Je Vous salue Marie, Vierge des Vierges.

Je Vous salue Marie, Reine des Martyrs, dont l'âme a été percée de douleurs.

Je Vous salue Marie, Dame et Maîtresse à qui toute puissance a été donnée au Ciel et sur la terre.

Je Vous salue Marie, Reine de mon cœur, ma douceur, ma vie, et toute mon espérance.

Je Vous salue Marie, Mère très aimable.

Je Vous salue Marie, Mère très admirable.

Je Vous salue Marie, Mère du bel amour.

Je Vous salue Marie, conçue sans péché.

Je Vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec Vous ; Vous êtes bénie entre toutes les femmes ; béni soit le fruit de Vos entrailles !

Béni soit Votre Époux Saint Joseph !

Béni soit Votre Père Saint Joachim !

Bénie soit Votre Mère Sainte Anne !

Béni soit Votre Ange Saint Gabriel !

Béni soit le Père Éternel, qui Vous a choisie !

Béni soit Votre Fils, qui Vous a aimée !

Béni soit le Saint-Esprit, qui Vous a épousée !

Que tous ceux qui Vous aiment Vous bénissent !

Ô Bienheureuse Vierge, bénissez-nous tous, au nom de Votre cher Fils. Ainsi soit-il !

 

Vidi Gandæ, 15 Octobris 1877.

F. DE VOS, C. L. C.

 

Scapulaire-bleu-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Père Paul disait à un ami que ceux qui récitent cette SALUTATION À MARIE peuvent se figurer que la Sainte Vierge leur donne en réalité sa bénédiction.

Donnant un exemplaire de cette SALUTATION à une demoiselle, Père Paul lui dit textuellement :

« Cette SALUTATION est si belle ! Récitez-la chaque matin. Du haut du Ciel, la Sainte Vierge vous donnera sa bénédiction et vous ferez le signe de la croix. Oui, oui, que ne vous est-il donné de voir ! La Sainte Vierge vous bénit alors, je le sais très bien. »

Il disait aussi qu'en récitant cette SALUTATION À MARIE pour la conversion d'un pécheur, il est impossible de n'être pas exaucé.

Prière composée par Saint Jean Eudes, et retrouvée dans un livre de Sainte Marguerite-Marie Alacoque à sa mort. Cette salutation était vivement recommandée par le saint Père Paul de Moll qui, comme Saint Jean Eudes, promettaient de la part de la Très Sainte Vierge des grâces spéciales à ceux qui réciteraient cette Salutation avec piété, et à ceux en faveur desquels on la réciterait.

 

Source principale : transiit-benefaciendo.be

 

 

Image-pieuse-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Transiit benefaciendo."

"Il est passé en faisant le bien."

 

Saint-Pierre au centurion Corneille

en lui parlant de Jésus (cf Actes 10 : 38)

 

 

Salutation-a-Marie-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Francois-Luyckx-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Manuscrit-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Lettre du Père Paul de Moll

 

"Par amour pour Jésus."


"Très chère pénitente ! 

Ô amour ! ô amour infini de Jésus ! ô excès d'amour ! Quand pourrai-je Vous aimer assez, quand ma volonté sera-t-elle embrasée d'amour pour Vous, ô océan sans bornes d'amour ? Quand tous mes désirs seront-ils des désirs d'amour, afin de pouvoir Vous aimer et ne plus rien aimer que Vous et Vous seul, ô mon Dieu, ô amour infini ? Je chercherai jusqu'à ce que je Vous trouve je frapperai jusqu'à ce que Vous m'ouvriez, je prierai jusqu'à ce que Vous me donniez un amour ardent, et que Vous étouffiez en moi tout autre sentiment. 

L'amour surpasse incomparablement, en valeur et en beauté, toute satisfaction. Dieu, de sa nature, est l'amour infini, et c'est de cet amour infini qu'Il aime tant l'homme. 

Pour comprendre, ou du moins se faire une idée de son amour infini, pensez à ses perfections infinies. Si vous voulez avoir une idée de amour avec lequel Il aime l'homme, voyez de quel amour Dieu aime Marie : Il a tant donné à Marie qu'elle est appelée Mère du bel amour. 

Ce grand amour lui revenait, comme Mère de Dieu. Marie étant notre véritable Mère, comment Dieu pourrait-il tant aimer notre Mère sans aimer ses enfants ? Si Dieu réservait uniquement cet ardent et grand amour à Marie, notre Mère, cet amour ne lui serait pas pleinement agréable, parce que Marie, comme Mère, ne serait pas heureuse de voir que ses enfants n'ont pas leur part de ce vrai bonheur. Que désire une mère, sinon de voir ses enfants partager son bonheur ? Pourrions-nous aimer une mère sans aimer en même temps ses bons enfants ? Dieu Lui-même, l'Amour infini, ne l'a pas pensé non plus, car voyez quel incompréhensible amour Il porte aux enfants de Marie ! 

N'est-ce pas pour les enfants de Marie que Jésus a tant souffert ? C'était pour prouver son amour pour les enfants de Marie. Jésus n'a pas souffert pour Marie, car jamais elle ne fut coupable aux yeux de Dieu : elle n'a jamais eu de compte à rendre ; mais, par le péché, ses enfants se sont rendus coupables devant Dieu, et c'est afin de satisfaire pour le péché que Jésus est venu. Mais Jésus à fait beaucoup plus qu'il n'était nécessaire ; tout ce qu'il a souffert de plus, Il l'endura par amour pour l'homme, pour lui prouver son amour. 

Toutes les fois que vous voyez un Crucifix, vous pouvez dire : Ô excès d'amour ! Chaque fois que Jésus flagellé vous revient à la pensée, vous pouvez dire : Ô amour ! ô amour infini ! Quand vous voyez Jésus portant la croix, vous pouvez dire : Ô excès d'amour infini de Jésus ! Dieu a tant donné d'amour à Marie, qu'avec raison elle est appelée Mère du bel amour, et tous les enfants de Marie sont également enfants du bel amour, et ceux qui ne le sont pas ont repoussé ce droit par le péché. Ce droit perdu peut être restitué par les mérites infinis de Jésus, mérites qu'il nous a acquis dans son amour pour nous. 

Quand donc vous voyez Jésus dans sa Passion, vous le voyez en même temps dans son excès d'amour. Contemplez souvent Jésus endurant les outrages, les humiliations, les moqueries, les railleries, et dites : Ô amour ! ô amour infini de Jésus ! Quand vous pensez au Très-Saint Sacrement, quand vous recevez Jésus, ou lorsque vous faites des communions spirituelles, ou quand vous adorez Jésus, vous pouvez dire : Ô amour infini de Jésus ! 

Ayez l'ardent désir d'être une enfant de l'amour de Jésus. L'amour pour Jésus est un grand trésor sans pareil. 

Je vous souhaite une bonne et heureuse année, une année d'amour, afin que, vous aussi, vous soyez une enfant du bel amour, comme votre Mère Marie est la Mère du bel amour."
 

"Par amour de Jésus."

 

Paul-of-Moll-belgian-Priest-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Chaque vendredi, le Père Paul venait à Bruges (Brugge)

pour vénérer la relique du Précieux Sang (Heilig Bloed)

(Saint Sang de la Basilique de Bruges - Basiliek van het Heilig Bloed)

 

Relique-Precieux-Sang-Bruges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Exhumation-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

germany.gif

 

Litanei zur allerseligsten Jungfrau Maria

Pater Paul von Moll, Benediktinermönch

 

Ich grüße Dich, Maria, Tochter Gott des Vaters.

Ich grüße Dich, Maria, Mutter Gott des Sohnes.

Ich grüße Dich, Maria, Braut des Heiligen Geistes.

Ich grüße Dich, Maria, Tempel der allerheiligsten Dreifaltigkeit.

Ich grüße Dich, Maria, reine Lilie der erhabenen Dreifaltigkeit.

Ich grüße Dich, Maria, angenehme Rose des himmlischen Hofes.

Ich grüße Dich, Maria, Jungfrau voll der Güte und Demut, von welcher der König des Himmels hat wollen geboren und ernährt werden.

Ich grüße Dich, Maria, Jungfrau aller Jungfrauen.

Ich grüße Dich, Maria, Königin der Märtyrer, deren Herz von Leiden ist durchbohrt worden.

Ich grüße Dich, Maria, Frau und Herrin, der alle Macht im Himmel und auf Erden ist gegeben worden.

Ich grüße Dich, Maria, Königin meines Herzens, meine Süßigkeit und meine Hoffnung.

Ich grüße Dich, Maria, liebenswürdigste Muter.

Ich grüße Dich, Maria, wunderbare Mutter.

Ich grüße Dich, Maria, Mutter der reinen Liebe.

Ich grüße Dich, Maria, ohne Erbsünde empfangen.

Ich grüße Dich, Maria, voll der Gnade, der Herr ist mit Dir, Du bist gebenedeit unter den Frauen und gebenedeit ist die Frucht Deines Leibes.

Gebenedeit sei Dein Bräutigam, der heilige Joseph.

Gebenedeit sei Dein Vater, der heilige Joachim.

Gebenedeit sei Deine Mutter, die heilige Anna.

Gebenedeit sei Dein Engel, der heilige Gabriel.

Gebenedeit sei der ewige Vater, der Dich auserkoren hat.

Gebenedeit sei Dein Sohn, der Dich geliebt hat.

Gebenedeit sei der Heilige Geist, der sich Dir vermählt hat.

Mögen alle, die Dich lieben, Dich benedeien!

O glückselige Jungfrau, segne uns alle im Namen Deines geliebten Sohnes. Amen.

 Vater-Paul-von-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

uk.gif

Salutation to the Glory of Mary

By St. John Eudes

 

This salutation was found in a book belonging to St. Margaret Mary after her death, and was promoted faithfully by Fr. Paul of Mall, O.S.B., Belgian Priest [1824-1896]

 

Hail Mary! Daughter of God the Father,

Hail Mary! Mother of God the Son,

Hail Mary! Spouse of God the Holy Ghost,

Hail Mary! Temple of the Most Blessed Trinity,

Hail Mary! Celestial Rose of the ineffable love of God.

Hail Mary! Virgin pure and humble, of whom the King of Heaven

willed to be born and with thy milk to be nourished.

Hail Mary! Virgin of virgins,

Hail Mary! Queen of Martyrs, whose soul a sword transfixed,

Hail Mary! Lady most Blessed! unto whom all power in

Heaven and earth is given,

Hail Mary! my Queen and my Mother! my Life,

my Sweetness, and my Hope,

Hail Mary! Mother most Amiable,

Hail Mary! Mother most Admirable,

Hail Mary! Mother of Divine Love,

Hail Mary! IMMACULATE; Conceived without sin!

Hail Mary! Full of Grace! the Lord is with thee!

Blessed art thou among women!

And blessed is the Fruit of thy womb, JESUS!

 

Blessed by thy Spouse, St. Joseph,

Blessed by thy Father, St. Joachim,

Blessed by thy Mother, St. Anne,

Blessed by thy Guardian, St. John,

Blessed by thy Holy Angel, St. Gabriel,

 

Glory be to God the Father, who chose thee,

Glory be to God the Son, who loved thee,

Glory be to God the Holy Ghost, who espoused thee,

 

Glorious Virgin Mary, may all men love and praise thee,

Holy Mary, Mother of God! pray for us and bless us, now

and at death in the Name of JESUS, thy Divine Son!

 

 

Tombe-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

The holy Benedictine, Père Paul de Moll, was born in 1824. His life was spent in great sanctity, in extraordinary virtue, and in working wonders. Early in his religious life, being at the point of death, Our Blessed Lord with Our Lady, St. Joseph and St. Benedict appeared to him and said:

"Be healed! . . . I will grant all that thou ask of Me for others." He died at the Abbey of Termonde in 1896, and three years later his body was found intact from corruption. His Cause is now in Rome.

 

At each recitation of this prayer so pleasing to Mary, let us offer to her through the hands of Père Paul, one of the Apostate Countries of today, begging her blessing upon it and her intercession for its conversion.

 

It is requested that all undertake to widely spread and make known this Salutation to the Glory of Mary.

 

"This Salutation is so beautiful! Recite it daily. From her throne in Heaven the Blessed Virgin will bless you, and you must make the sign of the Cross. Yes! Yes! if only you could see!... Our Lady blesses you. I know it."

 

"Offered for the conversion of a sinner, it would be impossible not to be granted."

 

Father Paul of Moll, O.S.B.

 

 

Father-Paul-of-Moll-prayer-1-parousie.over-blog.fr.jpg

Father-Paul-of-Moll-prayer-2-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Fr-Paul-of-Moll-Speybrouck-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Father Paul of Moll, by Edward Van Speybrouck (1914)

 

 

Lit-de-mort-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saints belges
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 06:13

 

   


http://www.mariequidefaitlesnoeuds.net/


http://neuvaine.canalblog.com/

http://www.salve-regina.com/Spiritualite/Prieres/Marie_qui_defait_les_noeuds.htm


 

 

Acte de contrition

Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé
Parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable,
Et que le péché Vous déplaît.
Je prends la ferme résolution,
Avec le secours de Votre Sainte Grâce,
De ne plus Vous offenser et de faire pénitence.



Prière à « Marie qui défait les noeuds »
 
Vierge Marie, Mère du bel Amour, Mère qui n'avez jamais abandonné un enfant qui crie au secours, Mère dont les mains travaillent sans cesse pour vos enfants bien aimés, car elles sont poussées par  l'Amour divin et l'infinie Miséricorde qui déborde de votre coeur, tournez votre regard plein de compassion vers moi. Voyez le paquet de « noeuds » qui étouffent ma vie. Vous connaissez mon  désespoir et ma douleur. Vous savez combien ces noeuds me paralysent. Marie, Mère que Dieu a  chargée de défaire les « noeuds » de la vie de vos enfants, je dépose le ruban de ma vie dans vos
mains. Personne, pas même le Malin, ne peut le soustraire à votre aide miséricordieuse.
Dans vos mains, il n'y a pas un seul noeud qui ne puisse être défait. Mère toute puissante, par votre grâce et par votre pouvoir d'intercession auprès de votre Fils Jésus, Mon Libérateur, recevez aujourd'hui ce « noeud »...... (le nommer, si possible). Pour la gloire de Dieu, je vous demande de le défaire et de le défaire pour toujours. J'espère en Vous. Vous êtes l'unique Consolatrice que Dieu m'a donnée, vous êtes la forteresse de mes forces fragiles, la richesse de mes misères, la délivrance  de tout ce qui m ‘empêche d'être avec le Christ. Accueillez mon appel. Gardez-moi,  guidez-moi, protégez-moi. Vous êtes mon refuge assuré.
Marie, Vous qui défaites les noeuds, priez pour nous.


Neuvaine à « Marie qui défait les noeuds » 

Comment prier

1) Faire le signe de croix
2) Réciter l'acte de contrition. Demander pardon pour ses péchés et, surtout, prendre la ferme
résolution de ne plus jamais les commettre.
3) Réciter les trois premières dizaines du chapelet.
4) Lire la méditation propre à chaque jour de neuvaine (du premier au neuvième jour).
5) Réciter ensuite les deux dernières dizaines de chapelet.
6) Terminer avec la « Prière à Marie qui défait les noeuds ».
7) Faire le signe de croix.


Méditation


Premier jour

Sainte Mère bien aimée, très Sainte Marie, Vous qui défaites les « noeuds » qui étouffent vos enfants, étendez vos mains miséricordieuses vers moi. Je vous remets aujourd'hui ce « noeud » ...  (le nommer, si possible) et toutes les conséquences négatives qu'il entraîne dans ma vie. Je vous donne ce « noeud » qui me tourmente, me rend malheureux(se) et m'empêche de m'unir à Vous et à Votre Fils Jésus, mon Sauveur. J'ai recours à Vous, « Marie qui défaites les noeuds » car j'ai  confiance en vous et je sais que vous n'avez jamais dédaigné un enfant pécheur qui vous supplie de l'aider. Je crois que vous pouvez défaire ce « noeud » car Jésus vous donne tout pouvoir. J'ai  confiance que vous accepterez de défaire ce noeud, car vous êtes ma Mère. Je sais que vous le ferez parce que vous m'aimez de l'amour même de Dieu. Merci ma Mère bien-aimée.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Qui recherche une grâce, la trouvera dans les mains de Marie.

Deuxième jour

Marie, Mère très aimée, source de toutes les grâces, mon coeur se tourne vers Vous aujourd'hui. Je reconnais que je suis pécheur (pécheresse) et que j'ai besoin de votre aide. A cause de mes  égoïsmes, de mes rancunes, de mes manques de générosité et de mes manques d'humilité, j'ai  négligé très souvent les grâces que vous m'obtenez. Je me tourne vers Vous aujourd'hui, « Marie qui défaites les noeuds », afin que vous demandiez, pour moi, à votre Fils Jésus la pureté du coeur, le  détachement, l'humilité et la confiance. Je vivrai cette journée en pratiquant ces vertus. Je vous les offrirai comme preuve de mon amour pour Vous. Je remets dans Vos mains ce « noeud »... (le nommer, si possible), qui m'empêche de refléter la gloire de Dieu.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Marie offrit à Dieu chaque instant de sa journée.

Troisième jour

Mère médiatrice, Reine du Ciel, Vous dont les mains reçoivent et distribuent toutes les richesses du  Roi, tournez vers moi vos yeux miséricordieux. Je dépose dans vos mains saintes ce « noeud » de  ma vie ..., toute la rancune, tout le ressentiment dont il est la source. Je vous  demande pardon, Dieu Père, pour mes fautes. Aidez-moi maintenant à pardonner à toutes les personnes qui, consciemment ou inconsciemment, ont provoqué ce « noeud ». C'et dans la mesure de mon abandon que Vous pourrez le défaire. Devant Vous, Mère bien-aimée, et au nom de Votre Fils Jésus, mon Sauveur, qui a été si offensé, et qui a su pardonner, je pardonne maintenant à ces personnes ..., et je me pardonnea ussi, pour toujours. Merci, « Marie qui défaites les noeuds » de défaire dans mon coeur le noeud dela rancune et le noeud que je vous présente maintenant.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Celui qui veut des grâces se tourne vers Marie.

Quatrième jour

Sainte Mère bien-aimée, accueillante pour tous ceux qui vous cherchent, ayez pitié de moi. Je dépose dans vos mains ce « noeud » ... Il m'empêche d'être en paix, il paralyse mon âme,  m'empêche de marcher jusqu'à mon Seigneur et de mettre ma vie à Son service. Défaites ce  « noeud » de ma vie, ô ma Mère. Demandez à Jésus la guérison de ma foi paralysée qui se laisse abattre par les pierres du chemin. Marchez avec moi, Mère bien-aimée, pour que je prenne  conscience que ces pierres sont en fait des amies, que je cesse de murmurer et que j'apprenne à  rendre grâce à tout instant et à sourire , confiant dans votre pouvoir.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Marie est le soleil et tout le monde bénéficie de sa chaleur.

Cinquième jour

« Mère qui défaites les noeuds », généreuse et pleine de compassion, je me tourne vers vous pour remettre, une fois de plus, ce « noeud » entre vos mains... Je vous demande la sagesse de Dieu, pour  que j'agisse sous la lumière du l'Esprit Saint pour dénouer toutes ces difficultés. Personne ne vous a jamais vu en colère ; au contraire, vos paroles étaient tellement pleines de douceur que l'on voyait  en vous le coeur de Dieu. Délivrez-moi de l'amertume, de la colère et de la haine que ce « noeud » a  fait naître en moi. Mère bien-aimée, donnez-moi votre douceur et votre sagesse et que j'apprenne à tout méditer en silence dans mon coeur. Et, comme vous le fîtes à la Pentecôte, intercédez auprès de  Jésus pour que je reçoive dans ma vie une nouvelle effusion de l'Esprit Saint. Esprit de Dieu, venez  sur moi !
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Marie est riche en puissance auprès de Dieu.

Sixième jour

Reine de Miséricorde, je vous remets ce « noeud » de ma vie ... et je vous demande de me donner un coeur qui sache être patient tandis que vous défaites ce « noeud » Apprenez-moi à persévérer à  l'écoute de la Parole de votre Fils, à me confesser, à communier, enfin, restez avec moi. Préparez mon coeur pour fêter avec les anges la grâce que vous êtes en train de m'obtenir.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Vous êtes toute belle, Marie et aucune tâche ne vous a souillée.

Septième jour

Mère très Pure, je me tourne vers vous aujourd'hui : je vous supplie de défaire ce « noeud » dans ma vie ...... et de me libérer des emprises du Mal. Dieu vous a concédé un grand pouvoir sur tous les  démons. Je renonce aujourd'hui aux démons et à tous les liens que j'ai eus avec eux. Je proclame que Jésus est mon unique Sauveur, mon unique Seigneur.
Ô « Marie qui défaites les noeuds »,  écrasez la tête du Malin. Détruisez les pièges qui ont provoqué ces noeuds dans ma vie. Merci, Mère  très aimée. Saigneur, libérez-moi par votre précieux Sang !
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi. « Vous êtes la gloire de Jérusalem, vous êtes l'honneur de notre peuple »

Huitième jour

Vierge Mère de Dieu, riche en miséricorde, ayez pitié de votre enfant et défaites ce « noeud » ...... dans ma vie. J'ai besoin que vous me visitiez, tout comme vous avez visité Elisabeth. Apportez-moi Jésus pour qu'Il m'apporte l'Esprit Saint. Enseignez-moi à pratiquer les vertus de courage, de joie, d'humilité, de foi, et, comme Elisabeth, obtenez-moi d'être rempli de l' Esprit Saint. Je veux que vous soyez ma Mère, ma Reine et mon amie. Je vous donne mon coeur et tout ce qui m'appartient : ma maison, ma famille, mes biens extérieurs et intérieurs. Je vous appartiens pour toujours. Mettez en moi Votre coeur pour que je puisse faire tout ce que Jésus me dit de faire.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour moi.
Marchons alors, pleins de confiance, vers le trône de la grâce.

Neuvième jour

Mère très Sainte, notre Avocate, Vous « qui défaites les noeuds », je viens aujourd'hui vous remercier de bien vouloir défaire ce « noeud » dans ma vie. Vous savez la douleur qu'il me cause.
Merci, ô ma Mère, de sécher dans votre miséricorde, les larmes de mes yeux. Merci de m'accueillir dans vos bras et de me permettre de recevoir une autre grâce de Dieu. « Marie qui défaites les noeuds », ô ma Mère bien aimée, je vous remercie de défaire les « noeuds » de ma vie. Enveloppez-moi de votre manteau d'amour, gardez-moi sous votre protection, illuminez-moi de votre paix.
« Marie qui défaites les noeuds », priez pour nous

 

 

Images Saintes

 

 

 

 

 

 

 




Repost 0
Published by parousie - dans Neuvaines
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 08:55

 

 

Jésus leur dit : Je suis le pain de vie.

Celui qui vient à moi n'aura jamais faim,

et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

Jean 6:35 (Bible Louis Segond)

 

And Jesus said unto them, I am the bread of life:

he that cometh to me shall never hunger;

and he that believeth on me shall never thirst.

John 6, 35 (King James Version)

 

 

« Ô pur Ostensoir,

À travers le cristal limpide encerclé,

Tu laisses entrevoir

Le fruit de vie

Aux âmes inanimées.

Que toutes viennent fixer

La Divine Beauté et recevoir la vie ! »

 

Prière inspirée par Jésus à Sœur Olive Danzé, Sœur Marie du Christ-Roi, « à réciter à Marie notre Mère, le pur Ostensoir qui nous donne Jésus-Hostie. »

 

 

Dom Miłosierdzia Live

Maison de la Miséricorde en direct

 

 

 

 

Adoración Perpetua Online

Señal en vivo desde Key Biscayne, FL

Capilla de Adoración Perpetua, Parroquia de Sta. Agnes

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Soeur Olive Danzé - Sancta Oliva Galliae
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 05:52

 

Trente-deux ans après la mort de Saint Antoine de Padoue, en 1263, sa langue fut retrouvée incorrompue. Enchâssée dans un reliquaire très précieux, elle est toujours conservée et vénérée dans la Basilique de Padoue. Sa fête est célébrée le 15 février.

Saint-Antoine fut canonisé en 1232, soit moins d’un an après sa mort.

 

Basilique de Saint Antoine de Padoue

("La Basilica del Santo")

 

Autel et tombe de Saint-Antoine à la Basilique de Padoue

Statues par Tiziano Aspetti (fin XVIe)

 

 

Padova – La Cappella della tomba di Sant’Antonio

 

 

Invocation à la Langue sainte

de Saint-Antoine de Padoue

 

Ô Langue bienheureuse de Saint-Antoine, il était convenable que Dieu, par un insigne privilège, vous préservât de la corruption du tombeau, puisque vous aviez été l’instrument de la Toute-Puissance divine dans l’accomplissement de tant de prodiges, puisque vous aviez été honorée des entretiens familiers de Jésus, de Marie et des Esprits bienheureux.

Ô Langue sainte, l’humilité vous tenait dans le silence et l’obscurité, mais la

charité vous avait remplie de science ; l’obéissance vous ayant ordonné de parler, vous avez éclairé l’hérétique et converti le pécheur ; vous vous êtes emparée des cœurs, vous êtes devenue un objet d’admiration pour les princes, de terreur pour

les tyrans, le fléau des démons, les délices des justes, la consolation des affligés ; vous avez enseigné à tous les voies de la sainteté.

Ô Langue sainte, vous avez révélé le secret des cœurs, vous avez prédit les choses futures, vous vous êtes fait entendre à d’énormes distances, et tous vos  auditeurs, bien que de nations diverses, entendaient votre parole. Dieu vous avait choisie pour remuer l’Italie et la France. Le grand Saint-François, apprenant ces merveilles, vous a bénie et a loué le Seigneur !

Ô Langue sainte, langue d’un savant maître des choses divines, d’un interprète

autorisé des saintes Écritures, d’un docteur inspiré de la sainte Église, d’un apôtre zélé, du plus glorieux thaumaturge qui ait été jamais vu ! Langue justement appelée Arche du Testament et porte-voix retentissant du Saint-Esprit : la mort a arrêté votre mouvement, mais vous n’en faites pas moins éprouver votre douce influence à ceux qui ont placé leur confiance en vous.

Puissé-je, comme vous, ô Saint bien-aimé, ne me servir de ma langue que pour louer le Seigneur ou édifier mon prochain ; puissé-je, comme vous, répéter en mourant les Saints Noms de Jésus et de Marie ! Ainsi soit-il !

 

V. Priez pour nous, glorieux Saint-Antoine.

R. Afin que nous devenions digne des promesses du Christ.

 

Prions :

Ô Dieu Tout-Puissant, Vous qui seul accomplissez miracles et prodiges, Vous qui avez conservé intacte après sa mort la Langue de Saint-Antoine, Votre confesseur ; faites, nous Vous en supplions, que nous puissions à notre tour Vous bénir et Vous louer toujours à son exemple. Par le Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il !

 

 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Italie mystique
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 11:27

PERE-ZANOTTI-SORKINE--ET-LE-SAINT-SACREMENT-parousie.over-b.jpg

Michel-Marie Zanotti-Sorkine

né le 8 janvier 1959 à Nice

 

 

 

Nativite-P.-Michel-Zanotti-Sorkine-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Site officiel du Père Zanotti-Sorkine :

delamoureneclats.fr

 

 

 

Nativite-Pere-Zanotti-Sorkine-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Homélie du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Solennité de la Nativité du Seigneur

Messe de minuit 2011

Église Saint-Vincent-de-Paul de Marseille ("Les Réformés")

 

 

"Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Luc II, 1-14"

"En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre — ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. — Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L'ange du Seigneur s'approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d'une grande crainte, mais l'ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l'ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. »"

 

 

Diocèse de Marseille

 

 

Nativite-Pere-Michel-Zanotti-Sorkine-parousie.over-blog.f.jpg

 

 

Homélie audio du Père Zanotti-Sorkine

 

 

Homélie

 

« Mes frères bien-aimés, Noël est INIMITABLE : qu’on ait la Foi ou qu’on ne l’ait pas, qu’on l’ait perdue ou qu’on la garde ; chaque année, Noël revient avec la même joie, le même élan, la même saveur, le même parfum de poésie. Jusqu’à la fin du monde, sur un lit de paille, sous le souffle bienveillant de bêtes charitables, l’Enfant-Jésus, entouré de Marie et de Joseph, frappe à la porte de nos vies, suppliant l’humanité de Lui ouvrir grands les bras, et de se laisser vaincre enfin par cet Amour Infini qui, sur le visage d’un nouveau-né endormi, raconte toute la beauté de l’univers. Noël n’a vraiment pas son pareil, et même si certains veulent anéantir cette fête, sortir la société de tout contexte religieux, ils ne pourront rien faire : Noël restera Noël, car ils ont contre eux, et dans cet ordre : les enfants, les poètes, et les êtres sensibles qui, grâce à Dieu, peuplent la terre, et se partagent la beauté du monde. En cette nuit, prenons-en bien la mesure : dans les églises du monde entier, sous les cantiques qui soulèvent une larme, et la conduise au coin de l’œil, mais aussi aux tables des familles, en ouvrant tout à l’heure nos cadeaux, sous les yeux mouillés de tendresse des êtres qui nous sont chers, nous redevenons des hommes capables d’intelligence et d’émotion ; et justement mes frères, Noël est là, Noël existe, et chaque année, Il revient sous la voûte étoilée pour reconstruire et réparer notre humanité, qui a la mauvaise tendance de tourner sur elle-même, prisonnière de ses intérêts égoïstes jusqu’à la moelle. Il faut, au moins, qu’une fois par an, - et c’est cette nuit -, le ciel s’entrouvre, et que l’homme redevienne un homme, avec un cœur qui bat pour autre chose que son portefeuille ; et que les douleurs, parlons-en, les douleurs, les souffrances, les peines, les humiliations, les dévalorisations en tous genres, et jusqu’aux bruits des choses de la vie que nous avons essuyés, en cette année qui s’achève, il faut que tout cela meure ! Et, je vous le promets, tout cela va mourir cette nuit grâce à l’Enfant-Dieu qui, les yeux clos, prétend, - et Il l’a montré -, être le Prince de l’Amour, l’inventeur du bonheur, l’Unique Sauveur du monde.

Mes frères, si donc vous voulez, avec moi, renaître ce soir, renaître à une vie nouvelle, mettre à mort toutes les formes de désespoir, et même rajeunir, alors que les jours s’enfuient, en gardant sur les lèvres l’inestimable sourire dont Dieu n’a gratifié que les humains ; il n’y a qu’un seul chemin : c’est celui qui conduit à Bethléem, et qui écrit en lettres d’or, sur fond de pauvreté, la plus belle histoire jamais racontée. Cette histoire, mes frères, elle est VRAIE ! Ce n’est pas un mythe, nous ne célébrons pas une légende imaginée par la Sainte Église, qui n’a pas l’habitude de mentir ; nous célébrons un fait historique, advenu en terre de Judée, au temps de l’empereur Auguste qui, par bonheur, avait la passion des statistiques, et qui donc ordonna un recensement de ce que l’on croyait être, à l’époque, tout l’univers. À la suite de Jules César, en procédant au cadastre de tout l’empire, Auguste, sans le savoir, va jeter sur la route les êtres les plus extraordinaires qui soient : Joseph et Marie, en direction de Bethléem, et il va ainsi contribuer à la poésie de l’histoire.

À travers ce fait, retenons bien ceci, mes frères, car la leçon est précieuse : c’est un recensement administratif, par nature aveugle, et peu soucieux des personnes, car il faut se mettre en route pour se faire inscrire dans sa ville d’origine, quel que soit l’état de santé, la fatigue ressentie, l’âge ou les empêchements de toute sortes ; c’est ce recensement, cet événement, - aussi plat que peut l’être un imprimé de la Sécurité Sociale -, mais déstabilisant aussi pour la vie quotidienne, qui va causer les circonstances merveilleuses de la Naissance de Jésus.

 

 

AU-DIABLE-LA-TIEDEUR--PERE-ZANOTTI-SORKINE-parousie.over-bl.jpg

 

 

Mes frères, disons-le tout de suite, les événements, de quelque nature qu’ils soient, sont une toile sur laquelle Dieu écrit notre histoire personnelle, et ces événements, si nous les contournons, - parce qu’ils nous déplaisent, parce qu’ils semblent contrarier l’idée que nous avions l’intention de servir, le projet auquel nous tenions par-dessus tout -, nous risquons alors de passer tout simplement à côté de notre bonheur le plus profond, celui que Dieu a pensé pour nous, celui qu’Il a rêvé depuis toute éternité.

J’insiste, mes frères, il a fallu ce recensement, il a fallu que Joseph et Marie soient bousculés dans leur existence et, par la suite, rejetés, puisque les portes d’une auberge se sont fermées devant eux, pour que l’étable de Bethléem, - reproduite en cette nuit dans toutes les églises du monde, et dans des multitudes de maisons -, devienne le palais de Dieu ; et une mangeoire, Son berceau.

Si Jésus était né tranquillement à Nazareth, bien au chaud, sur la couche de Marie ou, plus dignement, eu égard à Son état, dans la demeure du grand prêtre ; croyez-moi, Noël n’aurait pas reçu le pouvoir de fasciner les hommes : nos crèches et nos santons n’auraient jamais vu le jour et, plus encore, le Christ n’aurait pas pu montrer, dès la première heure, - et cela eût été grandement dommage -, jusqu’où Dieu était capable d’aller pour nous manifester Son Amour fou ? Car il fallait, en premier lieu, que Jésus dise au monde, en poussant Son premier cri, qu’Il venait pour sauver, en épousant leurs conditions, les plus oubliés de la terre !

Chateaubriand l’a magnifiquement exprimé, dans un lyrisme inégalé, et voici ses mots : « Jésus n’est point né dans la pourpre, mais dans l’asile de l’indigence, et par ce premier acte de Sa vie, Il s’est déclaré, de préférence, le Dieu des misérables. » Mais surtout, mes frères, ne vous inquiétez pas : les misérables, c’est nous ! C’est au fond TOUTE l’humanité ! Mais tout de même, tout de même, il est vrai qu’il y a chez Dieu une sorte d’attrait, de préférence, pour les pauvres, pour les laissés-pour-compte, pour les moins lotis. C’est ainsi, on ne changera pas Son goût ! Et puis reconnaissons objectivement que l’humble condition que Jésus a épousée n’offusque pas, en principe, les êtres les plus nantis ; tandis que si le Christ était né dans un contexte d’abondance, les pauvres se seraient sentis gênés et, peut-être même, lâchés par Dieu.

Par conséquent, j’y reviens, qu’il s’agisse de ce fameux recensement ou des conditions difficiles, voire pénibles, et inattendues surtout, dans lesquelles le Sauveur est né, souvenons-nous que ces faits, humainement peu favorables au Christ, ont servi Sa cause.

Et si cette nuit, nous comprenons que Dieu nous conduit, en créant de toutes pièces des circonstances, des situations, des événements, ou en les permettant, les années qui nous restent à vivre seront heureuses ! Parce qu’au lieu de nous constituer en arbitres de la vie, nous en serons les humbles serviteurs, et mille surprises seront alors possibles, venant directement de Dieu notre Père, Lui qui sait mieux que personne ce qu’il nous faut en matière de bonheur. C’est dire qu’il faut se laisser conduire par Dieu, mes frères, comme on se laisse emporter par un amour.

Marc-Aurèle, empereur et philosophe du IIème siècle après Jésus-Christ, possédait déjà la juste lumière, lorsqu’il donnait ce conseil à l’un de ses disciples, - écoutez l’empereur ! - : « Réfléchis, disait-il, réfléchis souvent à l’enchaînement de toutes choses dans le monde et à leurs rapports réciproques. Les choses sont, pourrait-on dire, entrelacées les unes aux autres et, partant de là, elles ont les unes pour les autres une mutuelle amitié, en vertu de la connexion qui les entraîne. Nous, mes frères, cette connexion, nous l’appelons Dieu, et seize siècles plus tard, Balzac ne craignait pas d’annoncer, haut et fort, que l’homme supérieur, c’est celui qui épouse les événements et les circonstances.

Malheureusement, mes frères, nous n’en sommes plus là, n’est-ce pas ? Je ne vous apprends rien, ça fait longtemps que cette sagesse nous a quittés. Les hommes, c’est-à-dire nous, NOUS voulons tout maîtriser, tout organiser, tout tenir, tout décider par nous-mêmes, et le présent, et l’avenir ; nous voulons tout obtenir, et tout de suite, n’être contrariés en rien. Et tout ce qui nous gêne aux entournures de la vie nous met dans des états de révolte, de mécontentement, de tristesse, et c’est grave ! Nous ne sommes plus capables d’adaptation ! La voiture ne démarre pas, un train a du retard, on crie comme des putois que c’est inadmissible ! Et il y a peut-être pourtant, derrière ces circonstances, que nous jugeons négatives, pas moins qu’une intervention divine, voulant peut-être nous préserver d’un danger imminent.

Et nous, mes frères, qui sommes des amis de Jésus, il y a aussi cette parole extraordinaire de Saint-Paul, qui ne doit pas cesser de nous habiter, parce qu’elle est pleine d’Espérance ; on la trouve dans la Lettre aux Romains, chapitre 8, verset 28, écoutez-la : « Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu », TOUT, tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu ! Et Saint-Augustin, en commentant ce verset, ira même jusqu’à dire : « Même le péché ! » Tout concourt, ou, si vous préférez, tout finit par concourir au bien de ceux qui aiment Dieu. C’est dire que les événements, mes frères, quels qu’ils soient, positifs ou négatifs à nos propres yeux, mais aussi nos rencontres, nos liens, nos amitiés, entrent mystérieusement dans un plan qui nous échappe. Voyez : même une relation amoureuse, qui ne s’est pas continuée sur le temps, - c’est certes regrettable ! -, mais un enfant a vu le jour, et cet enfant, qui est un bien, Dieu le Voulait. C’est Dieu qui recycle le mal, et qui en fait jaillir un bien.

Mes frères, si cette nuit, nous gardons cette lumière de sagesse dans notre cœur, et surtout, si nous nous décidons à prendre la vie comme elle nous est donnée, avec ses joies, ses douleurs, ses limites, ses grâces ; croyez-moi, la sérénité sera au rendez-vous de nos journées ; nous ne perdrons jamais la paix intérieure. Et progressivement, alors que les années nous auront offert le recul nécessaire, pour regarder notre vie, nous comprendrons à quel point nous avons été conduits par Dieu, avec Intelligence et Amour.

Les événements de notre vie sont VOULUS par Dieu, et confiés à notre garde. C’est à la fin seulement que nous y verrons clair ; la preuve, eh bien, la voici, miraculeusement présente en cette Nuit Sainte. Après bien des épreuves et la fatigue du voyage, Dieu met sous les yeux de Joseph, qui était perdu, ne savait plus où aller ; sa femme était enceinte, sur le point d’accoucher ; Dieu met sous ses yeux une pauvre étable, et là, rien ne va manquer : de la paille fraîche, un âne, un bœuf, au souffle puissant, une mangeoire, facilement adaptable en berceau. Et pour couronner le tout, par-delà la tendresse infinie de Joseph et de Marie, l’arrivée inattendue des bergers qui, au chant du Gloria, alertés par les anges, ont laissé leurs moutons et se sont précipités vers la Crèche, plus pauvres que Job, mais plus heureux que Crésus. Et les voilà maintenant, ces bergers, devant la grotte, nos chers bergers, - c’est ainsi que je les imagine -, recoiffant de leurs doigts leurs cheveux noirs et frisés, ajustant leur tunique, pour paraître plus dignes devant un enfant, dont les yeux ne sont pas encore ouverts.

 

 

Croire-Questions-eternelles--reponses-actuelles-PERE-ZANO.jpg

 

 

Mes frères, redisons-nous ce soir, comme jamais, et cela nous fait du bien, que ces hommes, ces bergers, étaient méprisés par leurs concitoyens, voilà la vérité ! Leurs coutumes rustres, leur vie de nomades, les mettaient dans l’impossibilité de pouvoir fréquenter le Temple et la Synagogue ; ils étaient exclus ! Et par conséquent, ils ne pouvaient pas vivre les observances légales, et c’est pourquoi personne n’enviait leur sort, c’était les rebuts de la société ! Eh bien, laissez-moi, ce soir, vous dire ceci : sans doute, parmi ces bergers, certains devaient trouver leur vie bien rude, et voulaient en changer. Eh bien, en la Nuit Sainte de Noël, je suis sûr que pas un seul parmi eux n’a regretté son propre destin, apparemment méprisable. En voyant Dieu venir les chercher, EN PREMIER, pour qu’ils assistent, aux premières loges, au sommeil de l’Enfant-Jésus, ils ont dû comprendre, comme jamais, que leur existence difficile, leur profession méprisée, et peu enviable, avait du prix, et n’était donc pas un empêchement au bonheur.

Partout, mes frères, on peut être heureux ! Puissions-nous, en cette Nuit de Noël, ne pas oublier cette grande vérité, car le bonheur n’est pas dans le rêve, dans la nouveauté à tout prix, dans l’accumulation des biens, dans l’usage immodéré de l’argent, dans la position sociale, dans l’idolâtrie du bien-être, non ! Le bonheur, il est dans le contentement de ce que l’on a, il est dans une certaine habitude de vie qui rassure et stabilise, il est dans l’acceptation de nos limites et de notre condition sociale, il est dans la volonté de faire suinter la joie du présent. Il est dans les petits plaisirs de la vie, il est dans la petite omelette que l’on partage à deux sur un coin de table, il est dans un engagement que l’on tient, il est dans un amour que l’on continue d’estimer sur le temps, il est dans l’admiration que l’on porte à l’être cher, il est dans la volonté de le soutenir à tout prix, il est dans la conscience de la chance que l’on a d’être aimé. Il est dans un simple baiser, bien pensé, que l’on donne uniquement pour combler, il est dans un regard prolongé que l’on porte avec attention sur celle ou celui que l’on aime. Il est dans une harmonie que l’on veut à tout prix construire, ou préserver, au sein de la famille. Il est dans le désir d’aimer, même celui qui nous déçoit, il est dans la volonté de pardonner, si aiguë qu’ait été l’offense. Il est dans le parfait oubli de soi-même, et dans la mort de nos égoïsmes, il est dans les yeux du vieillard, qui est heureux de recevoir un baiser de ses petits-enfants, il est dans le sourire immaculé de vos fils et de vos filles, qui se pendent à votre cou avec confiance. Il est dans le temps que l’on consacre à ses enfants, pour les écouter ou jouer avec eux.

Eh oui, le bonheur, il est pour nous ! Si nous avons compris, comme l’a dit si joliment Diderot, que l’homme le plus heureux, c’est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres.

Tout est là, il n’y a rien à faire ! Le bonheur se cache dans l’amour que nous éprouvons les uns pour les autres, et plus précisément encore, dans l’amour que nous partageons. Oui, grâce à l’amour, mais écoutez-moi bien mes frères, en cette Nuit Sainte ; grâce à l’amour que nous jetons dans les actes les plus quotidiens, le plus banal de notre vie peut devenir le plus sublime ! D’ailleurs, regardez, contemplez, ça CRÈVE les yeux ! Marie, la Mère de Dieu, l’Immaculée Conception, la plus belle et la plus parfaite créature que le monde ait connue, qu’a-t-Elle fait d’extraordinaire, en cette Nuit Sainte ? Après avoir mis au monde Son Enfant, Elle L’a emmailloté, comme font toutes les mères, pour que leur petit soit bien au chaud, protégé par l’amour le plus concret qui soit.

Oui, mes frères, je vous le dis parce que je vous aime, et qu’avec le Christ, - pardonnez cette prétention -, je veux vous sauver du désespoir, du non-sens, du mal-être !

Je vous le dis ce soir, mes frères, au nom de toute la Sainte Église, aimez votre vie quotidienne ; c’est en l’aimant qu’elle vous apparaîtra plus belle qu’elle ne semblait.

Oui, livrons-nous à l’amour, qui est la seule réalité capable de transfigurer la vie, et puis surtout, n’oublions jamais que notre drame à nous, pauvres humains, c’est que l’on a souvent peur d’un bonheur trop simple ; alors on se complique, et on le perd.

Mes frères bien-aimés, je vous souhaite de passer de bonnes et Saintes fêtes de Noël, dans la Foi indéfectible en notre Seigneur Jésus-Christ, qui est DIEU, qui nous attend après la mort, et qui, en venant parmi les hommes, en épousant notre condition humaine, nous supplie d’aimer notre vie, telle qu’elle est, et de faire confiance, plus que jamais, à Dieu notre Père, qui la conduit, jour après jour, magnifiquement, quoi qu’on en pense. Amen. »

 

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

 

 

Père Zanotti-Sorkine - Noël 2009

 

 

Père Zanotti-Sorkine - Noël 2010

 

 

Père Zanotti-Sorkine - Noël 2012

 

 

 

Prédications mp3

du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

 

 

 

Eglise-Les-Reformes-Marseille-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Paroisse Saint-Vincent de Paul

("Les Réformés")

8, Cours Franklin Roosevelt

13001 Marseille

 

Adresse postale :

BP 90 003

13191 Marseille Cedex 20

 

Tél. : 04 91 48 57 45

 

Email : paroisse.st-vincentdepaul@orange.fr

 

ACCUEIL :

 Tous les jours (sauf le dimanche)

de 9h00 à 12h00 et de 13h à 16h30 dans l’église

 

 

Consecration-Pere-Michel-Zanotti-Sorkine-parousie.over-bl.jpg

 

MESSES DU DIMANCHE :

Messe du samedi à 18h30

Messe du dimanche à 10h30

 

 

PERE-ZANOTTI-SORKINE-ET-LA-MESSE-ET-SAINT-SACREMENT-parousi.jpg

 

MESSES EN SEMAINE :

Tous les jours à 18h30

Messe du samedi à 12h10

 

Prêtre : Michel-Marie ZANOTTI-SORKINE

 

 

PERE-ZANOTTI-SORKINE-ET-SAINT-SACREMENT-parousie.over-blog-jpg

 


Agrandir le plan

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Charismes d'aujourd'hui
commenter cet article