Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 08:23

Zoom-Eglise-Saint-Barthelemy--Nice--parousie.over-blog.fr.jpg

  Eglise Saint-Barthélémy, Nice (Alpes-Maritimes)

 

 

 

 

Prière à Saint-Berchaire,

moine, martyr et thaumaturge

 

Seigneur Jésus, source d'où déborde toute Miséricorde, me voici à Vos pieds, implorant le secours de Saint-Berchaire. Vous savez, Ô mon Dieu, combien je souhaite obtenir ma guérison pour la glorification de Votre bienheureux martyr, afin qu'après avoir éprouvé les effets de Votre Miséricorde, Vous me receviez au nombre des bienheureux. Nous Vous en prions par notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi soit-il.

"Notre Père", "Je Vous salue Marie" et "Gloire au Père".

 

Saint-Berchaire.jpg

 

Note : cette prière peut se faire sous forme de neuvaine, à réciter 9 jours consécutifs. Elle peut aussi être dite pour la guérison d'une autre personne.

Saint Romuald de Ravenne est aussi invoqué et vénéré pour la guérison des troubles psychiatriques et de toutes maladies mentales.

 

 

Prières à Saint-Romuald

 

 

Litanies de Saint-Romuald


 

Gif-Pape-Benoit-XVI--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

Saint Berchaire, ou Berenus, ou Bercharius

né vers 620, mort en 696

Moine de Luxeuil (Haute-Saône)

Fondateur des monastères d’Hautvillers (Marne)

et de Montier-en-Der (Haute-Marne)

Fêté le 16 octobre

 

Saint-Berchaire--2-.jpg

 

Bercharius ou Bercaire fait partie de l'apport aquitain fort important à cette époque, témoignant d'échanges étroits entre l'est et l'ouest de la Gaule. Les détails de sa vie sont connus grâce à Adson (Vita S.Bercharii vers 698) qui sera plus tard abbé d'un monastère fondé par lui.

Il était de race noble (on le disait même fils du duc d'Aquitaine) et fut baptisé par Nivard *, aquitain lui aussi, qui devint évêque de Reims en 657. Elevé par les moines de Saint-Hilaire de Poitiers (fondé au Vème siècle par l'Irlandais Fridolin), il y rencontra de saints personnages avec lesquels il demeura en relations étroites.

En 657-658 Nivard fit venir Berchaire à Reims pour parfaire son éducation et l'ordonna prêtre. Dans ses nombreux contacts à la cour de Sigebert III, à Metz, il rencontra Remacle, grand aumônier de la cour, qui sans doute lui vanta les mérites de Luxeuil.

En plus des cours qu'il suivait à l'école monastique de Luxeuil, il remplissait les fonctions de cellérier. Revenu à Reims vers 658, il reçut de Nivard la mission d'établir un monastère dans une villa qui appartenait à son diocèse et qui se nommait Altum Villare, aujourd'hui Hautvillers, sur une colline dominant Epernay et la Marne. L’archevêque se dépouillant de ses biens, les céda par une charte spéciale « à l'église d'Hautvillers, à Berchaire et à ses frères, qui se proposent d'y vivre sous la Règle de Colomban et de Benoît ». Le monastère connaîtra un nouveau renom avec la mise au point du vin de Champagne au XVIIe siècle qui rendit célèbre le moine Pérignon.

A la limite de la Neustrie, de l’Austrasie et de la Bourgogne, Berchaire édifia un autre monastère de femmes, à Mangevillers (Haute-Marne), qui deviendra Puellemontier puis au bord de la Soulaine il édifia le nouveau monastère d’hommes de Montier-en-Der. La superbe église de Montier-en-Der construite en 998 par l'abbé Adson y est toujours debout. Enfin, tout heureux de pouvoir réaliser un vieux rêve, il partit en pèlerinage à Jérusalem, dont il rapporta de nombreuses reliques pour ses fondations. Revenu à Montier-en-Der, il reprit la vie commune et assuma sa charge d'abbé lorsqu’un moine qu'il affectionnait puisqu'il était son filleul, Daguin, et qu'il avait puni de façon trop rigoureuse, vint le frapper au milieu de la nuit d'un coup de couteau. Il agonisa pendant deux jours, qui lui permirent de pardonner à son agresseur. La mort l'emporta le 26 (ou le 28) mars 696.

 

C'était le troisième martyr parmi les moines luxoviens (de Luxeuil).

 

 

Sources bibliographiques :

 

- Gilles Cugnier, Histoire du monastère de Luxeuil à travers ses abbés, 2004-2006, tome 1, pages 71-72, 146, 160, 173, 179-180, 216, édition Guéniot, Langres, en vente ici : Publications.

 

- Patrick Corbet, Les Moines du Der, actes du colloque international d’histoire, Joinville, Montier-en-Der, 1998.

 

- Isabelle Crété-Protin, Eglise et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe siècle au IXe siècle, 2002.

 

Source : Association "Les Amis de Saint Colomban de Luxeuil".

Site : www.amisaintcolomban.net

 

* Saint Nivard (ou Nivo), né en 657, mort en 673 (ou en 675), fut Archevêque de Reims de 655 à 669. Il fonda l'Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers en 662. Il était le beau-frère du roi Childeric II. Il est fêté le 1er septembre.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 12:47

San-Enrique-de-Osso-y-Cervello--sacerdote--parousie.over-b.jpg

Enrique de Ossó y Cervelló

né le 16 octobre 1840 à Vinebre

(Tortosa - Tarragona, Espagne)

mort le 27 janvier 1896 à Gilet

(Murviedro - Valencia, Espagne)

dans le Couvent des Pères Franciscains

 

 

Escut (no oficial) de Vinebre, parousie.over-blog.fr

 

 

Prière à Saint Henri de Ossó y Cervello

 

Ô Dieu qui, en Saint Henri de Ossó, prêtre, as uni merveilleusement une prière continuelle à une activité apostolique infatigable ; accorde-nous, par son intercession, persévérant dans l’amour du Christ, de servir Ton Église avec des mots et des actes. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.

 

Prière traduite de l'espagnol.

 

 

 

 

Escut Gilet, parousie.over-blog.fr

 

 

Saint Henri de Ossó y Cervello, Prêtre espagnol, fondateur de :

 

- La « Congrégation des Soeurs de la Compagnie de Sainte Thérèse de Jésus (d'Avila) » ou "Thérésiennes" ("Teresianas") , aujourd’hui « Mouvement Thérésien d’Apostolat, M.T.A. » ("Congregación de Hermanas de la Compañía de Santa Teresa de Jesús", hoy "Movimiento Teresiano de Apostolado MTA").

Devise : « étendre le Royaume du Christ dans le monde entier », « en formant le Christ dans l’intelligence des enfants et des jeunes par l’instruction, et dans leurs coeurs par l’éducation » ("extender el reino de Cristo por todo el mundo", "formando a Cristo en la inteligencia de los niños y jóvenes por medio de la instrucción y en su corazón por medio de la educación").

 

 

Escudo-Teresianas--parousie.over-blog.fr.png

Blason des Thérésiennes

"Vive Jésus !" et "Seul Dieu suffit !"

"¡Viva Jesús!" y "¡Sólo Dios basta!"

 

 

 

- La “Congrégation Mariale” (“Congregación Mariana”).

 

- L’”Association des Filles de Marie Immaculée et de Sainte Thérèse de Jésus (“Asociación de Hijas de María Inmaculada y Santa Teresa de Jesús”).

 

- Le « petit Troupeau de l’Enfant-Jésus » (el « Rebañito del Niño Jesús »).

 

- La “Revue mensuelle de Sainte Thérèse de Jésus” (“Revista mensual Santa Teresa de Jesús”).

 

- La « Fraternité Joséphine » ("Hermandad Josefina").

 

- L’ « Association des "Congrégants" (Fraternité de la Congrégation) de la Très Pure Conception » (« Asociación de congregantes de la Purísima Concepción »).

 

- Il a publié en 1874 “le quart d’heure de prière” ("El cuarto de hora de oración").

 

 

Paroles du Père de Ossó y Cervello :

 

« Éduquer un enfant, c’est éduquer un homme ; et éduquer une femme, c’est éduquer une famille » (« Educar a un niño es educar a un hombre, y educar a una mujer, es educar una familia »).

 

“Tout pour Jésus !” (“Todo por Jesús").

 

“Penser, sentir, aimer comme le Christ Jésus” ("Pensar, sentir, amar como Cristo Jesús").

 

 

Note :

 

- Henri de Ossó y Cervelló est le premier Saint de cette Congrégation Thérésienne ("Teresianas").

 

Enrique de Ossó y Cervelló (1840 - 1896), fundador de la Compañía y primer santo de dicha congregación.

 

 

- Mercedes Prat est la première Bienheureuse de cette Congrégation.

 

Mercedes Prat, beatificada por el Papa Juan Pablo II es la primera beata de la Compañía.

 

 

- Saturnina Jassá, première Supérieure de la Compagnie : sa cause en béatification est très avancée.

 

Saturnina Jassá, primera superiora de la Compañía. Su causa de beatificación está muy avanzada.

 

Traduction d’après les termes espagnols.

 

 

San-Enrique-de-Osso-y-Cervello--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Catalunya

 

 

 

 

Sant Enric d'Ossó i Cervelló

 

Sant Enric d'Ossó i Cervelló (Vinebre, Ribera d'Ebre, 16 d'octubre de 1840 - Gilet, Camp de Morvedre, 27 de gener de 1896) fou un eclesiàstic català, fundador de la Companyia de Santa Teresa o Teresianes.

 

Biografia

 

Nascut a Vinebre, fill de Jaume d'Ossó i Català i Miquela Cervelló i Jové, pagesos acomodats que el van educar en la devoció cristiana i van fer que s'aficionés a les coses de l'església. Va manifestar el seu desig de ser mestre i ensenya, però el seu pare l'envià a Quinto (província de Saragossa) amb un oncle, perquè hi aprengués comerç. Allí cau greument malalt i atribueix la seva recuperació a la Mare de Déu del Pilar. En 1854, mor la seva mare pel còlera; aquesta sempre havia dit al seu fill que es fés sacerdot i Enric, llavors, decideix seguir la carrera eclesiàstica. Escapa a Montserrat i el seu germà gran el va a buscar, prometent-li que li donarà el seu suport perquè es pugui fer sacerdot.

Va entrar al seminari de Tortosa en 1854 i hi va estudiar humanitats, filosofia, física, química i teologia; seguí els estudis de teologia al Seminari Conciliar de Barcelona, acabant-los en 1866 i especialitzant-se en l'estudi de santa Teresa de Jesús. Fou ordenat sacerdot el 28 de setembre de 1867. Fins al 1878, serà professor al seminari de Tortosa, impartint classes de matemàtiques i física.

En 1870 organitza l'Asociación de Congregantes de la Purísima Concepción per a joves. El 1872 comença a publicar una revista titulada Santa Teresa de Jesús, que va dirigir durant 24 anys. El 1873 fundà una l'Associació de Filles de Maria Immaculada i Santa Teresa de Jesús, que en 1875 va convertir-se, per obra de Pius IX, en Arxiconfraria Teresiana. i avui és el Moviment Teresià d'Apostolat. Amb l'objectiu d'"ésser cristians autèntics en l'ambient propi", els seus membres havien de dedicar un quart d'hora diari a la pregària individual: va escriure l'opuscle El cuarto de hora de oración en 1874 i va tenir una gran difusió i nombroses edicions (quinze en vida de l'autor); l'associació arribà a tenir unes 100.000 membres i, des del 1874, una branca infantil: el Rebañito del Niño Jesús.

Enric d'Ossó creia en l'efectivitat de les publicacions per a difondre el pensament cristià: escrigué diversos opuscles sobre qüestions eclesiàstiques, amb ànim divulgatiu i didàctic. En promulgar-se la Rerum novarum, va escriure una obra per tal de difondre la doctrina social de l'Església: Catecismo de los obreros y de los ricos. Va finançar l'erecció d'un monestir de carmelites descalces a Tortosa.

El 23 de juny de 1876 fundà a Tarragona la Companyia de Santa Teresa de Jesús, societat de vida en comú femenina dedicada a l'ensenyament que es convertí en congregació religiosa i fou aprovada per la Santa Seu el 22 de setembre de 1888. El mateix 1888, Enric d'Ossó encarregà a Antoni Gaudí la construcció del Col·legi de les Teresianes a Sant Gervasi de Cassoles, com a casa mare de la congregació. També en 1876 va fundar la Germandat Josefina, associació per a homes de qualsevol estat i edat.

Va morir durant una estada al convent franciscà de Sancti Spiritus a Gilet, el 27 de gener de 1896.

Fou beatificat per Joan Pau II el 14 d'octubre de 1979, i canonitzat el 16 de juny de 1993 a Madrid, en una visita de Joan Pau II. La seva festivitat se celebra el 27 de gener.

 

Viquipèdia

 


San-Enrique-de-Osso-y-Cervello-3----parousie.over-blog.fr-.JPG

 

 

Espagne.gif

 

 

 

 

Oración a San Enrique de Ossó y Cervello

 

Oh Dios, que en San Enrique de Ossó, presbítero, has unido maravillosamente una oración continua con una actividad apostólica incansable: concédenos por su intercesión que, perseverando en el amor de Cristo, sirvamos a tu Iglesia con la palabra y las obras. Por nuestro Señor Jesucristo que vive y reina por los siglos de los siglos. Amén.

 

 

San-Enrique-de-Osso-y-Cervello-5--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Los amigos de San Enrique de Ossó y Cervello

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 10:46

Denis-Tillinac--parousie.over-blog.fr.jpgDenis Tillinac

né le 26 mai 1947 à Paris

 

 

 

 

"Hors de l'Amour de Dieu, je me fous de tout"

 

Denis Tillinac

 

 

 

Denis Tillinac, écrivain et journaliste catholique de droite (personne n’est parfait !), vient ressusciter avec passion notre identité chrétienne millénaire, qui a fondé les valeurs de notre civilisation européenne en particulier.

En effet, dans son nouveau livre : « Dictionnaire amoureux du Catholicisme », qui sort le 7 février 2011, il proclame sa Foi de toujours dans ce monde déchristianisé, malade spirituellement, allant vers un nihilisme qui le mène imperceptiblement vers l’abîme du néant. L’homme contemporain a peu à peu tourné le dos à Dieu, et parfois l’a renié, pour mieux servir ses instincts de liberté effrénée, loin de la rigueur morale, se prenant même pour Dieu souvent, ou Le calomniant sans raison, injustement, pour mieux « s’en laver les mains ».

Comme le disait André Malraux : « Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas ». C’est plutôt visionnaire, quand on constate le succès de « Spiritus Dei » ("Les Prêtres") et « Des hommes et des dieux » (le film de Xavier Beauvois, avec Lambert Wilson et Michael Lonsdale, retraçant la vie des moines de Tibhirine).

Alors, avant d’avoir bouclé la boucle et de revenir à l’âge de pierre, prions pour que le monde, et notamment l’Europe, se souvienne de l’héritage de Pierre.

Patrick, du blog Parousie.

 

 

Denis-Tillinac--Dictionnaire-amoureux-du-catholicisme.jpg

Auteur : Denis Tillinac

Illustrations : Alain Bouldouyre

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

"Le catholicisme romain a enfanté puis mis en forme toutes les figures de l'imaginaire occidental. On lui doit notre éthique, notre métaphysique, notre esthétique, notre rapport à la féminité, nos aspirations idéales. Le cloître, le vitrail, Don Rodrigue et Don Quichotte, l'art depuis le roman jusqu'au baroque, le monachisme, les mystiques d'Avila et les docteurs des grandes universités, les semaines saintes à Séville, les anges, le grégorien, les utopies politiques : le patrimoine spirituel et culturel du catholicisme est d'une variété et d'une fécondité extraordinaires. Au-delà des apparences d'une institution aux péripéties historiques fabuleuses, son universalisme continue de rayonner. Cet abécédaire effeuille avec tendresse, humour et gratitude les aspects les plus insolites et les visages les plus émouvants de la religion catholique.

Écrivain, ancien journaliste, ancien éditeur, Denis Tillinac a publié des essais, des récits, des romans, des chroniques, de la poésie couronnés par de nombreux prix littéraires, dont un Dictionnaire amoureux de la France remarqué par la critique."

 

Sainte-Face--adeodata--parousie.over-blog.fr.jpg

Extrait de l'introduction

Copyright © éditions Plon

 

« C’est un sentiment de gratitude qui m’incite à chroniquer mes noces de naguère et de toujours avec le catholicisme romain. Ma liberté chérie, mon anarchisme invétéré, mes fringales d’harmonie, mes appétences pour les paroxysmes : toutes les instances de ma sensibilité ont éclos sur ce terreau d’une fertilité merveilleuse. Toutes les équivoques qui chahutent le cœur d’un mortel, et dans mon cas menaçaient de tourner à l’aigre, ont trouvé au sein du catholicisme un mode de cohabitation ; il en est résulté une manière d’équilibrisme de funambule qui m’a immunisé contre le désespoir, à tous les âges de ma vie. Même à l’adolescence, quand la foi bat de l’aile en rasant les murs. (...)

Sans le catholicisme, je n’aurais pas su, je n’aurais pas pu démêler l’écheveau des émotions qui tantôt m’éblouissent, tantôt me déroutent. Prendre sans billet le train d’un idéal et le lâcher sur les rails de l’infini ne va pas de soi. On risque de dérailler, ou bien de dériver d’une gare l’autre dans une nuit où elles se ressemblent toutes. Et pas de terminus à l’horizon. Toute la littérature « moderne », depuis la mélancolie des romantiques jusqu’à la nausée des personnages de Simenon, nous raconte l’errance de ce train fantôme cahotant sans fin au gré d’aiguillages sans manœuvrier. Toute la philosophie, toute l’esthétique, toute la psychologie « modernes » nous racontent l’histoire triste d’une quête éperdue dans les grisailles du désarroi. L’« idéal » : piège infernal si l’impétrant n’a pas de quoi l’armer et le nourrir. Au mieux, il rémunère ses aspirations en se faisant aventurier, esthète ou révolutionnaire. Avec, forcément, le nihilisme en ligne de mire. Sans le catholicisme, j’en serais là : un fétu humain tâtonnant en aveugle dans le maquis de mes désirs, y compris le moins fallacieux, le désir d’éterniser ce que j’ose appeler immodestement mon âme. (...)

Si ses sources sont en Orient, et si elle a rayonné en Occident, l’aventure du catholicisme n’a pas de frontières. L’espérance qu’il véhicule depuis 20 siècles transcende les attaches du sol et du sang, de la mémoire, de la culture. Rome n’est pas le chef-lieu d’un canton de l’Histoire, mais le siège d’une majesté qui ne doit rien à César. C’est l’autre versant de ma gratitude : un accès direct à l’Universel par le biais de la religion que m’ont inculquée des clercs à la mode de leur temps et de leur pays. J’ai assisté à des messes sous toutes les latitudes ; elles commémoraient la même Cène en récitant un Credo qui n’a pas changé depuis le concile de Nicée (354). En latin ou en langue vernaculaire, ce qui n’a aucune importance. Accompagnement des cantiques aux grandes orgues, à la guitare ou au tam-tam, ce qui n’en a pas davantage. (...)

Dans 20 siècles peut-être, les âmes percevront la présence divine sur un registre conceptuel et émotionnel qu’on ne peut même pas imaginer. On honorera Dieu dans un autre langage, on théologisera avec d’autres syntaxes. Peut-être les fidèles

s’étonneront-ils de notre dénuement pour exprimer les attendus de notre foi. Sans doute, notre culture religieuse rejoindra la profane dans les cryptes de la mémoire des civilisations qui ont précédé la nôtre. L’universalisme de la catholicité romaine exige que nous relativisions la part affective de notre lien avec l’Église. Exigence douloureuse, qui m’inonde de nostalgie en m’infligeant un sentiment de dépossession.

De cette nostalgie, l’écrivain que je tâche d’être fait son miel, faute de mieux. Car le fait est qu’en Occident, où elle a connu ses floraisons majeures, la culture catholique impulsée par l’emprise temporelle de l’Église, entre la fondation des premiers monastères et les ultimes bisbilles qui opposent don Camillo et Peppone, semble au bout d’un rouleau. L’État du Vatican est réduit aux acquêts d’une symbolique, et les clercs n’animent plus la vie sociale. Surtout dans mon pays où les liens entre Rome et Paris ont toujours été compliqués. Mais partout où, il y a moins d’un demi-siècle, le cléricalisme sévissait encore, pour le meilleur et pour le pire, une minorité va à la messe le dimanche, une autre minorité s’agrippe à un « laïcisme » qui entretient la fiction d’une influence de la calotte pour occulter sa propre agonie. La majorité silencieuse est indifférente. Pas tout à fait déchristianisée puisque, dans les sondages de popularité, mère Teresa, sœur Emmanuelle ou l’abbé Pierre l’emportent encore sur les divinités païennes, stars du cinéma, du foot ou du show-biz. Le compassionnel inoculé par les médias et entretenu par les politiques est un ersatz pâlichon de l’amour évangélique ; il témoigne malgré tout d’une sollicitude pour les humbles que les mœurs ambiantes n’encouragent, ni ne cautionnent, c’est le moins qu’on puisse dire. En outre, elles récusent par principe toute autorité verticale adossée à une tradition. À cet égard, l’Église écope une lame de fond historique : la désacralisation du pouvoir. César est nu. C’est au christianisme que l’on doit ce refus de diviniser l’autorité d’un homme sur ses semblables. Ou d’une institution. Or, l’Église est hiérarchisée, elle respecte des rites immémoriaux, et en outre son message heurte de front l’alliance du rationalisme, de l’hédonisme, du mercantilisme et du scepticisme, scellée sous le règne sans frein de l’ego. Autant de raisons qui expliquent la désaffection vis-à-vis du catholicisme sur ses terres d’élection initiales. (...)

Confesser sans fausse pudeur mon enracinement dans le catholicisme ne me conduit pas à dédaigner le judaïsme, l’islam, les christianismes séparés de l’Église, les sagesses issues de l’hindouisme ou du bouddhisme. Dieu le Père ne fait pas d’exclusive, la promesse de salvation de Son Fils vaut pour la multitude éparpillée sur le globe, et l’Esprit saint habite les âmes qui le méritent, de quelque chapelle qu’elles se réclament. Voire d’aucune. J’ai du respect pour toute piété, pourvu qu’elle soit sincère et ne jette pas d’anathème. Même respect pour les us et coutumes des croyants de toutes obédiences, leurs références traditionnelles et les morales qui s’ensuivent. Leur invocation du divin, si éloignée soit-elle de la mienne, la rejoint de quelque façon dans l’économie mystérieuse du Salut. Rien ne m’est plus étranger que le mol relativisme d’un jouisseur – et Dieu sait mon goût pour le bonheur, et Dieu sait aussi que l’Église ne l’a pas contrarié. Mettons qu’elle l’ait canalisé, à défaut d’une sanctification dont je n’ai pas les moyens. C’est dire ma sympathie pour quiconque met la barre de son existence un peu plus haut que le nombril de ses pulsions. Quoi qu’on ait prétendu, les religions y prédisposent, chacune selon son genre. L’Histoire les a enrôlées pour couvrir des haines de tribus, mais c’était de la fraude grossière ; foncièrement, les spiritualités préconisent toutes l’oubli de soi et le respect d’autrui en parallèle à l’éveil des consciences. Le message du Christ est d’une simplicité lumineuse : amour de Dieu et du prochain jusqu’au sacrifice de soi, indifférence au reste. Aucun pouvoir ne saurait l’invoquer pour couvrir son incurie, ses abus ou ses exactions. Dois-je rappeler que les deux totalitarismes du XXe siècle, celui de Lénine et celui de Hitler, ont pareillement misé sur la mort de Dieu, érigeant l’athéisme en doctrine officielle et persécutant les clergés avec une obstination maniaque ? On ne peut pas dire que « l’homme nouveau » censé émerger des ruines du christianisme se soit montré très avenant, tant à Moscou qu’à Berlin. Mieux vaut respecter les attachements religieux qui depuis la nuit des temps aident les hommes à ne pas se sentir trop orphelins sous ce faux plafond qu’on appelle le ciel. »

 

Gif-stained-glass-window-depicting-christ--parousie.over-bl.gif

 

Autre extrait

 

« AMOUR »

 

« A l'orée de l'âge adulte, je n'imaginais pas de destin plus enviable que celui d'un contemplatif reclus dans un monastère. Faire converger vers les crimes l'embrouillamini d'aspirations et de désirs qui me chahutaient ; peuple le temps de rituels aux fins de l'apprivoiser : alors, me disais-je naïvement, mes émois trouveront un sens et, accessoirement, mes nerfs un exutoire. J'admirais les moines et les moniales, je les admire encore, et plus l'observance est rigoureuse, plus me fascine l'absolutisme de leur renoncement : une carmélite, un chartreux, un cistercien incarnent pour moi le plus grandiose des héroïsmes. Je les enviais de psalmodier leur existence. L'idée même de cloître avait pour moi de grandes séductions. L'idée et la forme, ce carré de verdure à ciel ouvert, serti dans une guirlande de pierre. Mais outre un naturel enclin à l'escapade et rétif à la discipline, un attrait invincible pour le cotillon m'interdisait la bure. Je m'amourachais comme on s'enrhume, tout en déplorant de ne pouvoir étreindre les égéries éventuelles qui traversaient mon regard. Don, ma libido. Oh ! je n'étais pas dupe. Si peu théologien que je fusse, je mesurais l'abîme qui sépare l'amour dit de concupiscence et l'amour de charité. Celui qui désire l'effusion pour le vertige et celui qui s'oublie dans une offrande à autrui. Donc à Dieu. L'amour qui soulève les jupes, j'aurais voulu qu'il favorisât une envolée de l'âme, ou à défaut qu'il la conviât à ses jeux de mains et autres égarements. Pas très loin du panthéisme, j'avais tendance à associer dans un même hymne au divin mes émotions esthétiques, mes frissons érotiques et les élans passionnels assaisonnés de romantisme à l'eau de rose dont je souhaitais l'immortalité. C'était confus au possible. Tout de même, le catéchisme aidant, je pressentais que l'Amour, avec une majuscule, était le fin mot de ma religiosité. De ma recherche de l'absolu. De ma quête du bonheur. De ma destinée, pour tout dire. L'Amour embrasé par le sacrifice du Christ, apuré et ennobli par un culte de la Vierge intact depuis mon enfance. Je croyais percevoir une connivence mystérieuse entre l'amitié (virile, celle des vestiaires sportifs), la compassion (envers les pauvres), le sentiment de la beauté (poésie, nature, etc.), et cette fièvre qui me nouait la gorge quand survenait une minette bien contournée. Avec ce barda incommode, l'Eglise pouvait faire un fidèle lambda, pas un saint. Ni un moine. Elle a fait un écrivain qui se confesse sur des pages blanches, tout à fait conscient des limites du genre. Sans elle j'aurais succombé à l'absolutisme le plus stérile, celui qui divinise l'art littéraire en lui vouant une passion sacerdotale. Je n'écris que pour meubler mes trous d'air en en peignant les vertiges. Pour suggérer en creux cet Amour innommable que je consume dans une boulimie épuisante. Mais pas tout à fait vaine car, grâce à Dieu, et à Son Eglise, je sais au moins vers où, vers quoi, vers qui il doit converger. »

 

 

Revoir pendant 7 jours Denis Tillinac dans l'émission de Franz-Olivier Giesbert : "Semaine critique", du 4 février 2011

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 07:48

 

 

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 21:26

 

Gif Jesus Misericordieux 1

 

 

 

Psaume 23

Louis Segond

 

"1 Cantique de David. L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien.

2 Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.

3 Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom.

4 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi : Ta houlette et Ton bâton me rassurent.

5 Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; Tu oins d'huile ma tête, et ma coupe déborde.

6 Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie, et j'habiterai dans la maison de l'Éternel jusqu'à la fin de mes jours."

 

 

 

 

Psaume 23

La Bible du Semeur

 

"1 Psaume de David.

L'Eternel est mon berger.

Je ne manquerai de rien.

 

2 Grâce à lui, je me repose dans des prairies verdoyantes,

et c'est lui qui me conduit au bord des eaux calmes.

 

3 Il me rend des forces neuves,

et, pour l'honneur de son nom,

il me mène pas à pas sur le droit chemin.

 

4 Si je devais traverser la vallée où règnent les ténèbres de la mort,

je ne craindrais aucun mal, car tu es auprès de moi:

ta houlette me conduit et ton bâton me protège.

 

5 Pour moi, tu dresses une table

aux yeux de mes ennemis,

tu oins de parfums ma tête,

tu fais déborder ma coupe.

 

6 Oui, toute ma vie,

ta bonté et ton amour m'accompagneront

et je pourrai retourner au temple de l'Eternel

tant que je vivrai."

 

 

Misericorde 1

 

 

 

 

 

 

Israël, parousie.over-blog.fr

 

 

 

 

תהילים 23

Tanach (Hebrew)

 

1 ‏"מִזְמ֥וֹר לְדָוִ֑ד יְהוָ֥ה רֹ֝עִ֗י לֹ֣א אֶחְסָֽר׃

 

2 ‏בִּנְא֣וֹת דֶּ֭שֶׁא יַרְבִּיצֵ֑נִי עַל־מֵ֖י מְנֻח֣וֹת יְנַהֲלֵֽנִי׃

 

3 ‏נַפְשִׁ֥י יְשׁוֹבֵ֑ב יַֽנְחֵ֥נִי בְמַעְגְּלֵי־צֶ֝֗דֶק לְמַ֣עַן שְׁמֽוֹ׃

 

4 ‏גַּ֤ם כִּֽי־אֵלֵ֨ךְ בְּגֵ֪יא צַלְמָ֡וֶת לֹא־אִ֘ירָ֤א רָ֗ע כִּי־אַתָּ֥ה עִמָּדִ֑י שִׁבְטְךָ֥ וּ֝מִשְׁעַנְתֶּ֗ךָ הֵ֣מָּה יְנַֽחֲמֻֽנִי׃

 

5 ‏תַּעֲרֹ֬ךְ לְפָנַ֨י׀ שֻׁלְחָ֗ן נֶ֥גֶד צֹרְרָ֑י דִּשַּׁ֖נְתָּ בַשֶּׁ֥מֶן רֹ֝אשִׁ֗י כּוֹסִ֥י רְוָיָֽה׃

 

6 "‏אַ֤ךְ׀ ט֤וֹב וָחֶ֣סֶד יִ֭רְדְּפוּנִי כָּל־יְמֵ֣י חַיָּ֑י וְשַׁבְתִּ֥י בְּבֵית־יְ֝הוָ֗ה לְאֹ֣רֶךְ יָמִֽים׃

 

 

JPEG-Sacre-Coeur--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Translittération

 

"1 mizəmwōr ləḏāwiḏ yəhwâ rō‘î lō’ ’eḥəsār:

 

2 binə’wōṯ deše’ yarəbîṣēnî ‘al-mê mənuḥwōṯ yənahălēnî:

 

3 nafəšî yəšwōḇēḇ yanəḥēnî ḇəma‘əgəlê-ṣeḏeq ləma‘an šəmwō:

 

4 gam kî-’ēlēḵə bəḡê’ ṣaləmāweṯ lō’-’îrā’ rā‘ kî-’atâ ‘immāḏî šiḇəṭəḵā ûmišə‘anəteḵā hēmmâ yənaḥămunî:

 

5 ta‘ărōḵə ləfānay| šuləḥān neḡeḏ ṣōrərāy diššanətā

ḇaššemen rō’šî kwōsî rəwāyâ:

 

6 ’aḵə| ṭwōḇ wāḥeseḏ yirədəfûnî kāl-yəmê ḥayyāy wəšaḇətî

bəḇêṯ-yəhwâ lə’ōreḵə yāmîm:"

 

 

 

 

 

amadou-mariam.com--gif-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

uk.gif

 

AA gif

Psalms Chapter 23

King James Version

 

AA gif

 

"1 The LORD is my shepherd; I shall not want.

2 He maketh me to lie down in green pastures: he leadeth me beside the still waters.

3 He restoreth my soul: he leadeth me in the paths of righteousness for his name's sake.

4 Yea, though I walk through the valley of the shadow of death, I will fear no evil: for thou art with me; thy rod and thy staff they comfort me.

5 Thou preparest a table before me in the presence of mine enemies: thou anointest my head with oil; my cup runneth over.

6 Surely goodness and mercy shall follow me all the days of my life: and I will dwell in the house of the LORD for ever."

 

 

 

 

 

Saint-Joseph--Shrine-of-St-Joseph--1220-North-Eleventh-Stre.jpg

Saint-Joseph

Shrine of St Joseph

1220 North Eleventh Street

Saint Louis, Missouri 63106

USA

 

 

Grece--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

 

Ψαλμός 23

Septuagint

 

"1 ψαλμὸς τῷ Δαυιδ τῆς μιᾶς σαββάτων τοῦ κυρίου ἡ γῆ καὶ τὸ πλήρωμα αὐτῆς ἡ οἰκουμένη καὶ πάντες οἱ κατοικοῦντες ἐν αὐτῇ

 

2 αὐτὸς ἐπὶ θαλασσῶν ἐθεμελίωσεν αὐτὴν καὶ ἐπὶ ποταμῶν ἡτοίμασεν αὐτήν

 

3 τίς ἀναβήσεται εἰς τὸ ὄρος τοῦ κυρίου καὶ τίς στήσεται ἐν τόπῳ ἁγίῳ αὐτοῦ

 

4 ἀθῷος χερσὶν καὶ καθαρὸς τῇ καρδίᾳ ὃς οὐκ ἔλαβεν ἐπὶ ματαίῳ τὴν ψυχὴν αὐτοῦ καὶ οὐκ ὤμοσεν ἐπὶ δόλῳ τῷ πλησίον αὐτοῦ

 

5 οὗτος λήμψεται εὐλογίαν παρὰ κυρίου καὶ ἐλεημοσύνην παρὰ θεοῦ σωτῆρος αὐτοῦ

 

6 αὕτη ἡ γενεὰ ζητούντων αὐτόν ζητούντων τὸ πρόσωπον τοῦ θεοῦ Ιακωβ διάψαλμα

 

7 ἄρατε πύλας οἱ ἄρχοντες ὑμῶν καὶ ἐπάρθητε πύλαι αἰώνιοι καὶ εἰσελεύσεται ὁ βασιλεὺς τῆς δόξης

 

8 τίς ἐστιν οὗτος ὁ βασιλεὺς τῆς δόξης κύριος κραταιὸς καὶ δυνατός κύριος δυνατὸς ἐν πολέμῳ

 

9 ἄρατε πύλας οἱ ἄρχοντες ὑμῶν καὶ ἐπάρθητε πύλαι αἰώνιοι καὶ εἰσελεύσεται ὁ βασιλεὺς τῆς δόξης

 

10 τίς ἐστιν οὗτος ὁ βασιλεὺς τῆς δόξης κύριος τῶν δυνάμεων αὐτός ἐστιν ὁ βασιλεὺς τῆς δόξης"

 

  Sainte-Croix--photo-de-Loci-Lenar.jpg

Photo Loci B. Lenar

 

 

 

 

 

 

 

Vatican, parousie.over-blog.fr

 

Psalmus  23

Vulgata

 

"1 Prima sabbati. Psalmus David.

[Domini est terra, et plenitudo ejus;

orbis terrarum, et universi qui habitant in eo.

 

2 Quia ipse super maria fundavit eum,

et super flumina præparavit eum.

 

3 Quis ascendet in montem Domini?

aut quis stabit in loco sancto ejus?

 

4 Innocens manibus et mundo corde,

qui non accepit in vano animam suam,

nec juravit in dolo proximo suo:

 

5 hic accipiet benedictionem a Domino,

et misericordiam a Deo salutari suo.

 

6 Hæc est generatio quærentium eum,

quærentium faciem Dei Jacob.

 

7 Attollite portas, principes, vestras,

et elevamini, portæ æternales,

et introibit rex gloriæ.

 

8 Quis est iste rex gloriæ?

Dominus fortis et potens,

Dominus potens in prælio.

 

9 Attollite portas, principes, vestras,

et elevamini, portæ æternales,

et introibit rex gloriæ.

 

10 Quis est iste rex gloriæ?

Dominus virtutum ipse est rex gloriæ.]"

 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:33

Dessin-Sacre-Coeur-kaleidoscope--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« 13 Je suis l'alpha et l'oméga,

le premier et le dernier,

le commencement et la fin. »

 

Apocalypse 22 : 13 (Louis Segond)

 

  Sacre-Coeur--5---parousie.over-blog.fr.jpg 

 

Le "Pari de Pascal" :

 

- Si Dieu existe : −b + 0 = −b

- Si Dieu n'existe pas : +b −∞ = −∞

 

 

Saints Coeurs battant

 

 

« 27 Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois.

28 Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! Jésus lui dit :

29 Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru ! »

 

Jean 20 : 27-29 (Louis Segond).

 

 

Sacre-Coeur--11---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Si vous gagnez, vous gagnez tout ;

si vous perdez, vous ne perdez rien."

 

Blaise Pascal

 

 

Blaise-Pascal--parousie.over-blog.fr.jpg

Blaise Pascal

né le 19 juin 1623 à Clairmont (Clermont-Ferrand)

mort le 19 août 1662 à Paris

 

 

 

Sacre-Coeur--7---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Agnosticisme

 

Agnosticismus

Αγνωστικισμός

אגנוסטיות

 

 

Sacre-Coeur-de-Jesus-23--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Paganisme

 

 

Gif-Jesus-triangle--parousie.over-blog.fr--3-.gif

 

 

« Examinons donc ce point et disons : Dieu est, ou il n’est pas. Mais de quel côté pencherons-nous ? La raison n’y peut rien déterminer. Il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu, à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile : que gagerez-vous ? Par raison vous ne pouvez faire ni l’un ni l’autre, par raison vous ne pouvez défendre nul des deux.

Ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix, car vous n’en savez rien ! - « Non, mais je les blâmerai d’avoir fait, non ce choix, mais un choix. Car encore que celui qui prend croix et l’autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute. Le juste est de ne point parier ». Oui, mais il faut parier. Cela n’est pas volontaire, vous êtes embarqué. Lequel prendrez-vous donc ? Voyons. Puisqu’il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude, et votre nature a deux choses à fuir : l’erreur et la misère. Votre raison n’est pas plus blessée, puisqu’il faut nécessairement choisir, en choisissant l’un que l’autre. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est sans hésiter ! - « Cela est admirable. Oui, il faut gager. Mais je gage peut-être trop. » »

 

Blaise Pascal, "Pensées", L.418, S.680.

 

 

Relaps, apostasie, hérésie

 

  Gif-Jesus-triangle--parousie.over-blog.fr--2-.gif

 

 

Athéisme

 

 

Benie-sois-adeodata--OCDS--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Témoignage

"À la Tendresse du Père"

d'« Adeodata »

 

 

« DIEU EXISTE, JE L’AI RENCONTRE »

 

 

Dieu-le-Pere-etreinte--adeodata--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« A l’époque, j’ai 13 ans. Je vais à la messe tous les dimanches, seule. Maman ne m'accompagne pas, mais tient à ce que j’y aille. Elle a sans doute raison. Et puisque j’aime y aller, pourquoi m’en priver? J’y trouve une paix et une joie que je ne trouve pas ailleurs…

 

J’ai fait ma première communion à 11 ans. Je ne me pose même pas la question de l’existence de Dieu. Pour moi, il existe : c’est évident.

 

Un jour au catéchisme, on nous propose de faire une retraite à la montagne. J’espère que maman me laissera y aller, car elle est très sévère et ne me laisse jamais sortir avec mes copains, ni participer aux activités extrascolaires. C’est moins la retraite que le fait de faire enfin la foire qui m’intéresse. Et puis il y a un certain garçon… !

 

……………………….

 

Ça y est, nous y sommes, à la retraite ! Le prêtre nous réunit tous dans une salle et nous annonce le programme : il va faire une petite introduction et nous nous disperserons en petits groupes pour réfléchir aux thèmes qu’il nous a donnés.

 

Il dit une chose qui me frappe : « Vous savez, les aveugles ne voient pas ce qui les entoure, les couleurs, la nature, les fleurs… mais ça ne veut pas dire que toutes ces choses n’existent pas ! Eh bien Dieu, c’est pareil… »

 

Pendant l’échange à l’extérieur, je m’aperçois qu’on parle de tout sauf du thème proposé.

 

Mes copines font les imbéciles et la responsable du groupe a l’air de s’en ficher pas mal.

 

Soudain cela m’exaspère, je suis VRAIMENT FURIEUSE! Je me souviens de la comparaison du prêtre à propos des aveugles et je HURLE intérieurement : Seigneur ! Pour une fois que j’ai VRAIMENT envie de parler DE TOI !!! »

 

Tout à coup je ne suis plus avec le groupe, mais au-dessus des montagnes, dans le ciel. Je suis plongée dans un silence, une lumière, une paix, un AMOUR… infinis… un AMOUR qui est QUELQU’UN.

 

Je regarde en bas : la CREATION ! (c’est le mot qui me vient à l’esprit). Je vois les montagnes en dessous de moi, alors qu’avant elles me surplombaient. Je vois l’arrondi de la terre, le bleu du ciel et les nuages. Je m’écrie intérieurement « Seigneur ! Alors c’est VRAIMENT TOI qui as fait TOUT ÇA ?!

 

J’ai l’impression qu’IL sourit tendrement à mon émerveillement. Mais je ne LE vois pas, je LE « sens »… je suis EN LUI…

 

IL me dit : « Ne t’inquiète pas… Je suis là… tu me trouveras… Je t’aime… »

 

IL dit EXACTEMENT ces paroles-là, toutes dans le même temps et très distinctement. Je ne L’entends pas avec mon ouïe, mais mon âme tout entière L’entend. Je « suis » pleinement… dans l’ÊTRE MÊME. Je baigne dans une Plénitude inexprimable…

 

Et puis soudain, « paf ! », me revoilà dans mon corps, au milieu de mes copines. Je regarde autour de moi : on grille des saucisses dans un coin, et je n’ai qu’une envie : fuir tout ce brouhaha et retourner là-haut, EN LUI.

 

"Seigneur! Mais Qu'est-ce qui m'arrive?!!!"

 

Le reste de la retraite est une véritable torture, car tout me paraît futile, superficiel, vide de sens…

 

J’apprendrai plus tard, en lisant des vies de saints, que j’ai vécu une « extase »: de « ex- stare », « être en dehors » (de son corps).

 

Je n’oserai pas le raconter durant des années, pensant soit que tous ont vécu une expérience semblable et que ce n’est pas important, soit que personne n’a rien vécu de pareil et qu’on ne me croira pas.

 

Je n’oserai pas non plus trop y penser, car à chaque souvenir de cette extase, je me sentirai comme « aspirée » en Dieu, à m’en éclater le cœur de désir de Lui…

 

Cela s’est passé il y a 32 ans et c’est la première fois que je « publie » ce récit, en témoignage et hommage à La Tendresse du Père, qui m’a fait l’immense Grâce de cette Rencontre, et dont j’ai si souvent trahi l’immense Amour…

 

Puisse ce partage conforter et encourager votre Foi. De même que les aveugles ne voient pas toutes les merveilles qui les entourent, nous sommes souvent aveugles au Dieu d’Amour, pourtant bien Présent dans chacune de nos vies! Qu’Il nous bénisse et nous aide à mieux Être, à Son image et à Sa ressemblance…

 

Adeodata, en la Fête de la Présentation du Seigneur, Lumière du monde, 2011.

Dédié à P., ma chère petite âme sœur. »

 

 

 

Hypapante - Candelaria

 

 

  Présentation de Jésus au Temple

 

 

 

 

Pensées de Pascal

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 06:14

Gif-jesus-with-children--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Acte pour la Communion spirituelle

 

« ADORABLE Jésus, je crois fermement

que Vous êtes réellement Présent

dans le Saint-Sacrement :

je Vous y adore, je Vous aime

par-dessus toutes choses,

et je Vous désire

de toute l’ardeur de mon âme.

Mais puisque je ne puis maintenant

Vous recevoir sacramentellement,

venez du moins spirituellement

dans mon cœur.

Je m’unis à Vous comme si Vous

y étiez déjà venu en effet,

et je me consacre tout à Vous ;

ne permettez pas

que je m’en sépare jamais.

Jésus, tout mon amour ;

Jésus, tout mon bonheur ;

de Votre Feu céleste,

embrasez tout mon cœur ! »

 

Source : « Visites au Saint Sacrement et à la Sainte Vierge », « XXVIIème Visite à la Sainte Vierge », par S. Liguori, page 18 ; Alfred MAME et fils, éditeurs, Tours, 1896.

 

 

Visites-au-Saint-Sacrement-et-a-la-Sainte-Vierge--Communio.jpg

 

 

 

Visites au Saint-Sacrement et a la Sainte-Vierge

 

 

 

 

Heures de Notre-Dame Du Mont-Carmel

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 21:41

Gif Misericorde Lumineuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 16:48

Gif-jesus--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Prière de Saint-Bernard

« Offrez Votre Fils, Vierge consacrée »

 

« Offrez Votre Fils, Vierge consacrée, et présentez au Seigneur le fruit béni de Vos entrailles (Lc 1 : 42). Offrez pour notre réconciliation à tous, la victime Sainte, qui plaît à Dieu.

Dieu acceptera totalement cette offrande nouvelle, cette victime très précieuse, de laquelle Il dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; j'ai mis en lui toutes mes complaisances. » (Mt 3 : 17)

Mais cette offrande-ci, mes frères, semble assez douce ; elle est seulement présentée au Seigneur, rachetée par des oiseaux et remportée aussitôt.

Viendra le jour où ce Fils ne sera plus offert dans le Temple, ni dans les bras de Siméon, mais hors de la cité, dans les bras de la Croix.

Viendra le jour où Il ne sera plus racheté par le Sang d'une victime, mais rachètera les autres par Son propre Sang, parce que Dieu L'a envoyé comme rédemption pour son peuple.

Ce sera le sacrifice du soir ; celui-ci est le sacrifice du matin ; celui-ci est plus joyeux, mais celui-là sera plus plénier ; car celui-ci est offert au temps de la naissance, et celui-là sera offert à la plénitude de l'âge.

À l'un et à l'autre, cependant, peut s'appliquer ce qu'avait prédit le prophète : « Il s'est offert, parce que lui-même l'a voulu. » (Is 53 : 7)

En effet, à ce moment-ci, Il s'est offert, non parce qu'Il avait besoin de l'être, non parce qu'il était sujet de la Loi, mais parce que Lui-même l'a Voulu ; et sur la Croix, de même, Il s'est offert, non parce qu'Il l'avait mérité, non parce que le Juif avait puissance sur Lui, mais parce que Lui-même l'a Voulu.

C'est volontairement que je Vous offrirai un sacrifice, Seigneur (Ps 53 : 8), parce que c'est volontairement que Vous vous êtes offert pour mon salut, non pour Votre utilité.

Mais qu’offrons-nous, mes frères, que Lui rendons-nous pour tous les biens qu’Il nous a donnés ? Lui, Il a offert pour nous la victime la plus précieuse qu’Il avait ; en réalité, Il ne pouvait y en avoir de plus précieuse.

Nous aussi, dons, faisons ce que nous pouvons, offrons-Lui ce que nous avons de meilleur, c'est-à-dire ce que nous sommes, nous-mêmes. Lui, Il s'est offert Lui-même : et toi, qui es-tu pour hésiter à t'offrir toi-même ?

Qui pourrait m’accorder qu’une si grande Majesté daigne recevoir mon offrande ? Je n’ai que deux petites choses à offrir, Seigneur, mon corps et mon âme : puissé-je Vous les offrir parfaitement en sacrifice de louange !

C’est un bien pour moi, et c’est beaucoup plus glorieux et plus utile d’être offert à Vous, que d’être laissé à moi-même. Car en moi-même, mon âme est troublée, mais en Vous, mon esprit tressaillira de joie, s’il Vous est véritablement offert. »

 

Saint-Bernard de Clairvaux

 

 

Gif-Croix-Jesus.gif

 

 

Oratio Sancti Bernardi ad Deiparam Virginem 

Prayer of St. Bernard to the Virgin Mother of God

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 19:55

Sacre-Coeur-de-Jesus-87--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Puget-Théniers, le 28 janvier 2011

 

 

Poème « God Bless »


Que le Seigneur m’abaisse et me donne ainsi un semblant de noblesse,

Malgré ma mollesse et ma paresse, qu’il m’élève vers la hardiesse,

Que par sa seule Grâce le péché je délaisse sans nulle cesse,

Qu’Il me redresse et me dirige avec adresse pour détruire ma bassesse,

Que je soupire après la sainteté et respire le parfum de la Sainte Messe,

Que jamais je ne le délaisse, que je meure plutôt pour éviter l’Hadès,

Qu’Il me blesse sans fin de Son Amour afin de pallier mes faiblesses,

Que je reconnaisse Sa Royauté de Souverain universel plein de tendresse,

Que la Sainte-Vierge me presse contre Son Saint Cœur et me berce,

Comme un enfant rassuré et comblé de bonheur par de douces caresses,

Que je sois en liesse dans la seule félicité possible qui dépasse la tristesse.

 

ROBLES, God Bless !

 

Gif--parousie.over-blog.fr--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Partager cet article
Repost0