Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 06:08

Holy-Family--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 7 mars 2011

 

 

 

Poème « Humble Carême d’amour »

 

Cendres sur mon front ceint de Ton tendre Amour,

Entrée en Carême, Hymen que j’aime toujours,

Amen ! Amène Jésus, mène-moi vers le jour,

Que Ta Lumière de Pâques me purifie sans détours.

 

Fais entrer Ton Esprit en moi et envoie Ta Puissance,

Qui me donne la patience et la persévérance,

Pour être digne de faire une sincère pénitence,

Et ne jamais trahir Ton éternelle confiance.

 

Ô Seigneur, je T’offre mes pauvres sacrifices,

Au pied de Ta Croix, je les unis à Ton Supplice,

Transforme ma souffrance en suaves délices

Afin de compatir à Ta Passion, de boire à Ton Calice,

Pour le salut de nos frères, que Ta Volonté s’accomplisse !

 

Jésus triste à en mourir, parousie.over-blog.fr

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Poèmes personnels
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 06:07

 

Infinite---Infini--symbole-maths--parousie.over-blog.fr.png

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 19 novembre 2011

 

 

 

 

Poème « Jésus mathématique »

 

1 + 1 + 1 = 

 

 

Équation parfaite, valeur absolue, nombre premier,

L’Alpha et l’Oméga, Tu es le Premier et le Dernier,

Tu es la racine carrée, le principe de toute créature créée,

Le triangle et le prisme, la base, la hauteur et l’Incréé,

Tu es le dénominateur commun, la plus belle addition,

Le plus grand commun multiple qui résout la division ;

Face à nos savants calculs, pour notre bien, Tu nous mates,

Devant les diagonales des fous, Tu fais échec et mat,

Par Ta légitime Justice, Tu nous purifies de nos scories,

Tu nous pardonnes sans mesure par Ta Miséricorde Infinie.

L’Univers entier Tu remplis, car Tu es l’Éternel et l’Infini,

Tu es le Commencement et la Fin, le Prince des rois de la terre,

Tu es la Fraction du Pain, joie perpétuelle de l’Église de Pierre.

Tu es la Toute-Puissance Infinie,

Tu es la Miséricorde Infinie,

Tu es L’Infinité et la Beauté,

Tu es L’Éternité et la Bonté,

Tu es la Sainteté Incarnée,

Tu es l’Amour Transfiguré,

Tu es l’Agneau Ressuscité,

Tu es la Parfaite Unité,

Tu es l’infinie Équité,

Tu es l’infinie Humilité,

Tu es la Paternité et la Fraternité,

Tu es Par Marie la Maternité,

Tu es infiniment Adorable,

Tu es infiniment Honorable,

Tu es infiniment Admirable,

Tu es infiniment Louable,

Tu es Tendresse et Pitié,

Tu es Déité et Charité,

Tu es Douceur et Aménité,

Tu es Patience et Immensité,

Tu es la lumineuse Intensité,

Tu es l’ineffable Polarité,

Tu es la surnaturelle Réalité,

TU ES, et de tout temps Tu as été,

Tu es la Vérité et l’Éternité,

Tu guéris notre triste cécité ;

Tu es le Roc dans notre perplexité,

Tu estompes sans cesse nos inimitiés,

Tu crois en nous malgré notre lâcheté,

Dans notre faiblesse, Tu viens nous assister,

De toutes nos forces, nous voulons T’imiter ;

De nos péchés, Tu nous as rachetés,

Par Ton Précieux Sang, jailli de Ton Côté,

Tu es Trois en Un dans la Sainte Trinité,

Donne-nous la dignité de Te mériter

Sans tenir compte de notre iniquité.

Tu es notre liberté à perpétuité,

Tu es la prospérité pour la postérité,

Sur l’amirauté Tu as la Primauté,

Tu es notre Trésor dans notre pauvreté,

Nous désirons de toute notre piété

Ton Amitié et Ton Intimité.

Tu chéris l’infiniment petit,

Tu trouves Ta Gloire en lui,

Tu détruis celui qui se grandit

Pour en faire un pieux converti,

Prodiges et miracles Tu multiplies,

Pour édifier les trop tièdes esprits ;

Tôt ou tard, à Toi nous serons unis,

Par la Douce Marie et le Saint-Esprit.

 

 

Mother-Teresa-of-Calcutta-Missionaries-of-Charity--Mark-San.jpg

"Mother Teresa of Calcutta"

 Mark Sanislo

 

 


 

"Ô le Bien-Aimé de mon âme !"

D'après l'acte d'offrande de Marthe Robin

chanté par le Foyer de Charité de Tressaint

 

 

 

 

 

Ave Maria chanté par Janet Baker

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 11:26

Tourrette-Levens, le 1er juillet 2005

 

 

 

La nymphe

 

La nymphe féline a surgi, venant du levant,

Telle une céleste sylphide a resplendi de sa grâce,

Elle a irradié mille soleils vermeils en arrivant,

Reine des merveilles, sertie d’effluves de Grasse,

Mon coeur a aussitôt tressailli d’une joie ineffable,

A la vue de l’angélique colombe si affable,

Douce flaveur mêlée d’un miel de mélancolie.

Elle s’est approchée et a regardé l’aquarelle,

Tandis que je la contemplais dans mon corps démoli,

Elle resplendissait d’une myriade d’étincelles,

Mes mots futiles masquaient mal mon émoi discret,

Et paralysaient mon cœur dans la geôle du secret,

Elle est repartie dans un parfum de ravissement,

Depuis lors, la flamme de l’amour me consume doucement.



N.B. : ce coup de foudre a vraiment existé, il a eu lieu sur le Cours Saleya à Nice, en juin 2005. J'ai discuté avec cette fille pendant 5 minutes. Je sais juste qu'elle préparait une formation à Grasse et qu'elle venait de Bourg Saint-Andéol en Ardèche...Je ne l'ai jamais revue.
Repost 0
Published by parousie - dans Poèmes personnels
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 11:25

 

 

Puget-Théniers, le 5 septembre 2015

 

 

Poème « Résurrection amoureuse »

 

Hélas habité par l’hébétude de l’habitude d’une telle solitude,

Terrassé par la platitude et la lassitude d’une existence sans latitude,

Démantibulé tel un pantin sans but dans une attitude sans altitude,

Allongé vers la mauvaise longitude en scrutant le soleil du sud,

Seul et désespéré sous la lune et tendant cependant à la rectitude,

C’est une lugubre libellule des Bermudes qui démolit mon amplitude,

Je hurle avec les loups et j’hulule avec les grands ducs en désuétude,

J’exsude des sueurs angoissées en espérant sans cesse quelque sollicitude,

Et je supplie le Ciel et tous les Saints pour une once de mansuétude ;

C’est alors que soudain apparaît une providentielle silhouette si prude,

Et je saisis enfin que la femme de ma vie est là, ma terrestre béatitude ;

Aussi, en sanglots, je me prosterne vers le Seigneur avec une immense gratitude,

Car l’abîme insondable de Sa Miséricorde se déverse constamment sur la multitude.

 

Poème écrit les 5 et 6 septembre 2015 par Patrick ROBLES

 
Repost 1
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 08:14

Chambers-Charles-Bosseron---Thy-Will-be-done---parousie.ove.jpg

"Thy Will be done"

Que Ta Volonté soit faite

Charles Bosseron Chambers

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 21 mars 2011

 

 

Poème « Ayez pitié de vos petits vieux ! »

 

Ayez pitié de vos petits vieux, souvent abandonnés de leurs enfants,

Ayez pitié d’eux, de leurs cheveux blancs, de leurs yeux luisants,

Ayez pitié d’eux, cheminant lentement, indolents ou impotents,

Ayez pitié d’eux, même quand ils sont insolents ou révoltants,

Ayez pitié d’eux, pauvres et dépendants, une main tendue attendant,

Ayez pitié d’eux, puisqu’ils sont vos parents ou vos grands-parents,

Ayez pitié d’eux, vous serez bientôt à leur place dans quelque temps,

Ayez pitié d’eux, car vous voudrez vous aussi être entourés longtemps,

Ayez pitié d’eux, qui ploient difficilement sous le poids des ans,

Ayez pitié d’eux, de leur isolement et de leur enfermement,

Ayez pitié d’eux, pleurant seuls dans la pénombre de leur divan,

Ayez pitié d’eux, qui serrent contre leur poitrine des photos d’antan,

Ayez pitié d’eux, qui de leur tombe s’approchent doucement,

Ayez pitié d’eux, qui appellent au secours désespérément,

Ayez pitié d’eux, ne les assassinez pas par votre délaissement,

Ayez pitié d’eux, qui angoissent en pensant au rendez-vous imminent,

Ayez pitié d’eux, qui tôt ou tard, vous diront « je t’aime » en agonisant,

Ayez pitié d’eux, priez pour qu’ils demandent les derniers Sacrements,

Ayez pitié d’eux, qui par leur maladie, sont redevenus des enfants,

Ayez pitié d’eux, avant d’avoir des regrets à leur enterrement,

Ayez pitié d’eux, et faites la paix pour renoncer à une rancune de trente ans,

Ayez pitié d’eux, qui se repentent sincèrement et amèrement,

Ayez pitié d’eux, qui veulent avec vous faire la paix éternellement,

Ayez pitié d’eux, même s’ils ont commis envers vous les pires agissements,

Ayez pitié d’eux, car le Christ vous interrogera au Jour du Dernier Jugement,

Ayez pitié d’eux ; par votre Charité, vous faites briller des joyaux au firmament,

Ayez pitié d’eux, et consacrez-les à la Tendresse de notre Céleste Maman,

Ayez pitié d’eux, qu’ils soient hélas sans Dieu ou de fervents croyants,

Ayez pitié d’eux ; bientôt au Ciel, ils prieront pour vous et vos enfants,

Ayez pitié d’eux, célébrez des Messes pour eux quand ils auront traversé l’Océan,

Ayez pitié d’eux, parce qu’ils connaîtront peut-être de terribles tourments,

Ayez pitié d’eux, respectez-les sans oublier le cinquième Commandement*,

Ayez pitié d’eux, ayez de nobles sentiments, soyez compatissants et patients,

Ayez pitié d’eux, bonnes gens, comme nous aurons pitié de vous prochainement,

Ayez pitié de nos petits vieux, Seigneur, serrez-les contre Votre Cœur tendrement.

 

 

* Exode 20 : 12 (5ème des 10 Commandements) :

 

« 12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne. » (Louis Segond).

 

« 12 Respecte ton père et ta mère, afin de jouir d'une longue vie dans le pays que moi, le Seigneur ton Dieu, je te donne. » (La Bible en français courant).

 

 

www.francealzheimer.org--Annie-Girardot--1931-2011---parous.jpgAnnie Girardot (1931-2011)

 

 

 

 

 

"Les vieux"

Jacques Brel

 

Les vieux ne parlent plus, ou alors seulement parfois, du bout des yeux;

Même riches, ils sont pauvres, ils n’ont plus d’illusions,

et n’ont qu’un cœur pour deux ;

Chez eux, ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan ;

Que l’on vive à Paris, on vit tous en province quand on vit trop longtemps ;

Est-ce d’avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d’hier,

Et d’avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières ?

Et s’ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d’argent,

Qui ronronne au salon, qui dit oui, qui dit non, qui dit : je vous attends ?

 

Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s’ensommeillent, leurs pianos sont fermés ;

Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter ;

Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit,

Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil, et puis du lit au lit ;

Et s’ils sortent encore bras dessus, bras dessous, tout habillés de raide ;

C’est pour suivre au soleil l’enterrement d’un plus vieux,

l’enterrement d’une plus laide ;

Et le temps d’un sanglot, oublier toute une heure la pendule d’argent,

Qui ronronne au salon, qui dit oui, qui dit non, et puis qui les attend.

 

Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps,

Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant ;

Et l’autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère,

Cela n’importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer ;

Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin,

Traverser le présent en s’excusant déjà de n’être pas plus loin,

Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d’argent,

Qui ronronne au salon, qui dit oui, qui dit non, qui leur dit : je t’attends,

Qui ronronne au salon, qui dit oui, qui dit non et puis qui nous attend.

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Poèmes personnels
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 16:49

Jeune-vieux-main-dans-la-main-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Puget-Théniers, le 4 février 2014

 

 

Poème « Seul l’amour guérit »

 

Je ne suis qu’un modeste agent dans un établissement

Accueillant toutes sortes de gens âgés dépendants.

Je ne suis pas un soignant, mais j’aime les patients

Que je côtoie chaque jour avec un cœur compatissant.

En dépit du rythme effréné de mes tâches de chaque instant,

J’accorde une oreille attentive à leurs appels incessants,

Car c’est pour combler leur quotidien angoissant

Qu’ils cherchent chez l’autre des propos rassurants.

Je pleure sur leur solitude et leurs maux au crépuscule blanc,

Eux qui ont été abandonnés de tous et qui vont vacillant.

Je leur donne une seconde, une minute, un moment

Où ils oublient pour un temps l’océan de leurs tourments,

Et c’est comme un soleil qui éclaire leur regard chancelant.

Je veux toujours trouver la bonne heure en leur souriant,

Pour leur donner du bonheur et les attirer comme un aimant

Par mon petit cœur aimant, plein d’empathie et bienveillant.

Et le soir en rentrant, je m’en vais pensant et méditant

Sur leur chemin de croix, même inconsciemment.

Et sur leur lit de mort, ils oublieront sûrement

Les affres de l’agonie en se souvenant de mes mots apaisants,

De mon sourire et de mes humbles conseils sécurisants.

La vraie joie consiste à donner sincèrement en s’oubliant,

Et l’on amasse ainsi des joyaux pour le firmament !

En faisant fi des jalousies et calomnies de son environnement.

Je ne suis pas un soignant, je ne suis qu’un modeste agent,

Mais grâce à Dieu, j’aime particulièrement les petites gens,

Et malgré une multitude de thérapies et de médicaments,

C’est par l’amour pur qu’on guérit l’infirme et le mourant.

 

Patrick ROBLES

 

Gif-reflet-croix-bleue-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 14:44

L'aumônier Thomas M. Conway célébrant

la Messe à bord de l'USS Indianapolis

© Photo de Rob DORR

 

 

Le Père Thomas M. Conway (cf l'article en anglais très complet de Bill Milhomme sur son blog), aumônier militaire et lieutenant sur l'USS Indianapolis, s'est comporté de façon héroïque, pendant les 4 jours de naufrage qu'a duré le calvaire de quelque 1200 marins américains, dont le navire a été torpillé et coulé en 12 mn par la marine impériale japonaise le 30 juillet 1945 en pleine mer des Philippines (317 survivants).

En effet, le Père Conway, né le 5 avril à Waterbury (Connecticut, USA), et mort au matin du 4ème et dernier jour de naufrage et de carnage, le 2 août 1945, après avoir nagé de naufragé en naufragé, de canots de survie en radeaux improvisés, pour réconforter les marins terrorisés par les requins, blessés, mutilés, déshydratés, affamés, désespérés, perdant même la raison pour certains. Il a tout fait pour les rassurer, leur redonner l'espoir d'un sauvetage rapide, en administrant les derniers sacrements aux mourants et aux morts, en priant sans cesse avec et pour ses frères d'armes.

Avant lui, l'aumônier ("chaplain") Cmdr. ("Commander") George Snavely Rentz (1882-1942) s'était comporté de façon similaire après la destruction par les Japonais de l'USS Houston le 1er mars 1942, lors de la "bataille (navale) du détroit de la Sonde" ("Battle of Sunda Strait"). Le Père George Rentz s'est vu attribué, à titre posthume, la Navy Cross pour héroïsme extraordinaire.

En 2013, le Sénat américain a été saisi pour recommander la Navy Cross au Père Thomas M. Conway à titre posthume.

En 2016, un film américain est sorti : "USS Indianapolis: Men of Courage", retraçant l'histoire de ce bâtiment de guerre américain et son tragique destin.

 

 

"Il n'y a pas de plus grand amour

que de donner sa vie pour ses amis."

Jean 15:13 (Louis Segond)

 

 

 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Anglo-Saxons
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 15:25

Anne-Lorraine Schmitt

"martyre de la pureté"

assassinée dans le RER D

le 25 novembre 2007

à l'âge de 23 ans

 

Ses parents l'attendaient pour aller à la Messe.

Elle ne viendra jamais !

 

Le dimanche 25 novembre 2007, jour de la Fête du Christ-Roi,"Anne-Lo", étudiante chrétienne en journalisme, est poignardée à 34 reprises par son violeur récidiviste pour s'être débattue dans le RER D, "in defensum castitatis", en défendant sa chasteté.

Comme Sainte Maria Goretti avant elle, poignardée 14 fois par le poinçon de son agresseur ; comme la Bienheureuse Lindalva Justo de Oliveira, poignardée 44 fois le Vendredi Saint 9 avril 1993 par son bourreau, comme Jeanne-Marie Kegelin, enlevée le 18 juin 2004, en la Fête du Sacré-Coeur de Jésus et retrouvée assassinée peu après, comme la Bienheureuse Albertina Berkenbrock, comme Santa Scorese ou comme :

 

 

Prière en l'honneur
d'Anne-Lorraine Schmitt

 

Seigneur, n'oublie pas ce que Tu es pour les tiens :

un Père qui aime à pardonner,
un ami qui ne ferme jamais son coeur.


Écoute-nous quand nous T'implorons pour Anne-Lorraine

que Tu viens de à rappeler Toi.


Tant qu'elle a vécu au milieu de nous,
Tu as été son espérance et sa foi :
maintenant, reçois-la dans Ta maison 
à la place que Tu as préparée ;
ouvre-lui Tes bras,
et donne-lui le bonheur que rien ne peut détruire.

 

Par Jésus-Christ Notre Seigneur.


Amen.

 

 

Prière universelle à la mémoire

d'Anne-Lorraine Schmitt

 

1 « Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu. » Nous vous rendons grâce Seigneur, pour l’exemple qu’Anne-Lorraine donne à notre monde. En défendant sa chasteté jusqu’au martyre, elle nous exhorte à vivre nos valeurs sans compromis. A son image, accordez-nous, Fils de l’Immaculée, de toujours préserver notre âme de la souillure du péché.

2 « Tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’Homme va venir. » Nous vous prions Seigneur, pour que le Semper parati de la promesse scoute d’Anne-Lorraine soit nôtre.Venez habiter chacune de nos paroles, chacune de nos pensées et chacune de nos actions pour qu’elles soient autant d’occasions de nous sanctifier. Préparez-nous vous-même à nous recevoir dans votre éternité.

3 « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Nous vous supplions Seigneur, vous qui faites toute chose nouvelle, d’accueillir la peine et la colère qui nous habitent. Déversez en nos cœurs asséchés les flots de votre infinie miséricorde afin que nous puissions pardonner, ce à quoi notre seule humanité ne saurait se résigner.

4 « Amen, je te le déclare, aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis. » Seigneur, nous vous confions tout particulièrement la famille d’Anne-Lorraine. Puisse-t-elle trouver son réconfort dans la certitude que du ciel lui viendra tout secours, par son intercession. Gardez-nous aussi l’espérance que d’auprès de Dieu, elle oeuvrera en faveur de toutes ces intentions qui lui tenaient à cœur : les prêtres, la France et l’unité de l’Eglise, autour de notre pape.

 

"Anne-Lorraine, un dimanche dans le RER D"

Editions CLD (2008), 215 pages

Emmanuelle Dancourt et Frédéric Pons

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Enfants et jeunes "Saints"
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 18:16
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Vidéos
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 12:49
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Vidéos
commenter cet article