Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 20:39

Saint-Kevin.jpg

Saint Cóemgen

(Irlandais moderne : Caoimhghin)

Kevin of Glendalough

(Irlandais : Gleann Dá Loch, Comté de Wicklow)

498 - 3 juin 618

 


Wicklow Crest   


Prière à Saint-Kevin


Tu as eu le privilège de vivre à l'Ère des Saints, Ô Père Kevin ; baptisé par un Saint, enseigné par un autre et enterré par un troisième.

Prie Dieu pour qu'Il suscite des saints afin de nous aider, nous soutenir et nous guider sur le chemin du salut.


Tropaire de Saint-Kevin, ton 8, composé par Isaac Lambertson, traduit de l'anglais.

   

Icone-de-Saint-Kevin--small.jpg


 Hymne à Saint-Kevin


Avec des hymnes de louange, nous bénissons tous le noble Kevin qui, par son amour de Dieu, répand la Grâce divine dans les cœurs de ceux qui l’honorent, car il demeure désormais avec les Saints et les Anges dans le Ciel, où il se tient devant le Trône du Très-Haut, priant sans cesse pour nous tous.


Tropaire, ton 4, composé par Isaac Lambertson, traduit de l’anglais.


Gif-Kevin-of-Glendalough.gif

 

 

Irlande.gif

 

 

 

 

uk.gif 


  

Saints-of-Britain-and-Ireland.jpg

 

Prayer to St. Kevin

 

Saint Kevin, We celebrate your saintly and holy life.

Help us to grow in our awareness of God’s gifts to us.

You lived a life filled with a wonderful reverence

and awe of the beauties of nature.

You held in high esteem the value of life in all forms.

Create in us an appreciation for the presence of God

in all creation.

We ask this in the name of Jesus,

our Lord and Saviour.

Amen.

 

Saint-Kevin-2.jpg

 


Month of June

 

THE 3RD DAY

 

 

Commemoration of Our Venerable Father Kevin,

Abbot of Glendalough,

Wonder-worker of All Ireland

Composed by Reader Isaac Lambertson

 


At Vespers


At Lord, I have cried, these stichera, in Tone VI: Spec. Mel.: On the third day


Noble of spirit was the God-bearing Kevin, the namesake of nobility; wherefore, full of love for God and neighbour, he withdrew into the wilderness, where in solitude he prayed earnestly on behalf of the sinful world.

Wondrous was the devotion of the venerable one for the sheep of the flock entrusted to his charge; wherefore, he traversed sea and land to obtain God's blessing upon them, bringing back with him the grace-filled relics of the saints.

The years of man's life are threescore and ten, or mayhap fourscore if he be in strength, but any more is toil and travail; yet our Savior granted sixscore years unto His favored one, wherein to exalt His holy name.


Glory: Idiomelon, in Tone II


Like as the two lakes of Glendalough water their vale, so was the glorious Kevin nourished with the twin springs of Orthodox doctrine and ascetic endeavor. Wherefore, all who honor him become like trees planted by the streams of the grace which dwelt in him, so that, nurtured thereby, their leaf doth not fall, and they prosper exceedingly in the Spirit, bringing forth in due season the goodly fruits of virtue and devotion.


Now & ever: Theotokion, or this stavrotheotokion, in the same tone: Spec. Mel.: When from the Tree


When thou didst behold hanging upon the Tree, the most ripe Cluster, Whom thou didst produce in thy womb without cultivation, O pure one, lamenting, thou didst exclaim and cry out: 'O my Child, let fall a drop of sweetness, whereby all the drunkenness of the passions may be banished! O Benefactor, be Thou entreated in Thy loving-kindness for the sake of me who gave Thee birth!'


Aposticha stichera from the Octoechos; and, Glory: Idiomelon, in Tone IV


Come, all ye who love the saints of God, and with the Christians of Ireland let us offer praise to the venerable Kevin, the precious receptacle of grace divine, the chosen instrument of the Lord's economy; for, as a sign of his favour with the Most High, creation made obeisance before him and willingly served him. Wherefore, let us lift up our voices in thanksgiving unto Christ, Who hath given us so great a mediator before His throne, who ever offereth entreaty to Him on behalf of our souls.


Now & ever: Theotokion, or this stavrotheotokion, in the same tone: Spec. Mel.: Called from on high


'Do not lament Me, O Mother, beholding, hanging upon the Tree, thy Son and God Who suspended the earth unsupported upon the waters and fashioned all creation; for I shall arise and be glorified, and shall crush the realms of hades with strength; I shall destroy its power and deliver those in bondage from its evil activity, for I am compassionate; and I shall bring them to My Father, in that I love mankind'.


Troparion, in Tone IV


With hymns of praise let us all bless the noble Kevin, who by his godly love poureth divine grace into the hearts of those who honor him; for he dwelleth now with the saints and angels in heaven, where he standeth before the throne of the Most High, praying unceasingly for us all.


Lit de Saint-KevinSt. Kevin's Bed

 


At Matins


At God is the Lord, the troparion of the saint, twice; Glory, Now & ever: Theotokion, or stavrotheotokion.

Canon of the saint, with 4 troparia, the acrostic whereof is Highly praised is the noble-born Kevin, in Tone II

 

Ode I


Irmos: Of old, Thou didst part the waters of the Red Sea with the staff of the law-giver, O Christ, saving the chosen people dryshod, who sang a hymn of triumph to Thy victorious right hand.

Help me to escape my sins, O Christ, parting the waters of mine iniquities, that, saved, I may sing a fitting hymn of victory to the venerable Kevin, who triumphed gloriously over all the passions.

In spiritual songs let us praise the noble-born Kevin, the fountain of God's mercies and compassions, who poureth forth in abundance the bright waters of divine grace for the New Israel.

Glory and honor let us render unto Kevin of great renown, who, though a scion of royal stock, betook himself to dwell alone in the wilderness, and became like a tree planted by streams of waters.


Theotokion: How can any man magnify thee worthily, O Virgin Theotokos? How can we praise thee as is meet? For thou dost rescue us by the grace of God which overfloweth from thee as thou standest at His right hand.


Ode III


Irmos: The desert, the barren Church of the nations, blossomed like a lily at Thine advent, O Lord; and therein hath my heart been established.

Let us honor the holy Cronan, who immersed the infant Kevin in the sacred waters of the font of enlightenment, establishing his heart in the Lord.

Ye pious and holy monastics, be glad in the Lord, for like a lily did the venerable Kevin blossom in your midst, wherein his heart was established.

Preferring to meditate in the law of the Lord day and night, the wondrous Kevin withdrew to the barren wilderness, far from the tumults of life.


Theotokion: Reigning on high, O Mistress of all, thou dost blossom like a lily in the heavenly abodes, and standest as Queen at the right hand of thine almighty Son.


Sessional hymn, in Tone : Spec. Mel.: O Thou Who wast lifted up


Great was the devotion of the venerable Kevin to his Master, for, though of noble birth and lineage, he forsook the world and all its delights, and fled into the wilderness, in solitude seeking to hear the still, small voice of Him Who in His loving-kindness ever forgiveth our iniquities.


Glory, Now & ever: Theotokion


I, the lowly one, have fled to thy divine refuge after God, and, falling down, I pray: Have mercy, O all-pure one, for my sins have passed over my head. O Mistress, I fear torments and tremble. Make supplication to thy Son, O pure one, that He deliver me therefrom.


Stavrotheotokion


She who in latter times gave birth in the flesh to Thee Who wast begotten of the unoriginate Father, O Christ, seeing Thee hanging upon the Cross cried out: 'Woe is me, O Jesus most beloved! How is it that Thou Who art glorified as God by the angels art now of Thine own will crucified by iniquitous men? O my long-suffering Son, I hymn Thee!'


Ode IV


Irmos: Purified by the fire of a mystical vision, the prophet praiseth the restoration of mortal men; and, filled with the inspiration of the Spirit, he lifteth up his voice to reveal the incarnation of the ineffable Word, Who hath broken the dominion of the mighty.

Angelic guidance and mystic vision led thee up into the solitary Vale of Glendalough, O wondrous Kevin, where, clad in skins and partaking only of nettles and sorrel, thou didst receive the inspiration of the Spirit, which filled thee with the sweet psalmody of nature.

In autumn and winter the plants whereon thou didst subsist remained green for thy use, O glorious one, ineffably maintained fresh for thy use by the incarnate Word; and betimes thou didst hear the branches and leaves of the trees sing sweet hymns of praise unto Him, their Creator.

Sleeping nightly by the waterside, and making thy bed upon stones, thou didst strive to purify thyself of the passions in the fiery crucible of ascetic feats, O Kevin; wherefore, to provide ease and consolation for thy soul, the Most High let fall heavenly music upon thine ear.


Theotokion: Even the most eloquent of orators findeth his art inadequate for the praise of Mary, the all-immaculate Maiden, Bride of God, as is meet.. How then can our feeble efforts produce hymnody fit for her praise? Yet spurn not our meagre offerings, O Lady, and accept them.


Ode V


Irmos: Dispelling the gloom of dark ignorance, O Christ God Who art life and light, illumine our thoughts, our spiritual senses, with the never-waning light of Thine understanding.

Dima the drover discovered thee abiding in a gloomy cave, seeking Christ, the true Light of knowledge and understanding, O Kevin; and he besought thee to leave thy fastness.

In Disert-Coemgen didst thou make thy dwelling, O venerable one, and didst attract a company of disciples, whose minds and spiritual senses thou didst illumine with spiritual light.

Salmon did an otter bring every day to thy habitation, O saint, feeding thee and thy disciples by God's will, like as the ravens fed Elijah with meat and bread by the Brook of Cherith.


Theotokion: Thy glory surpasseth that of even the most exalted created beings, O all-holy Lady; for, alone among God's creatures, thou gavest birth unto Him Who is our Life and never-waning Light.


Ode VI


Irmos: The great abyss of sin encompasseth me, and, imitating the prophet, I cry to thee: Lead me up from corruption, O Lord!

Higher in the Valley of the Two Lakes didst thou establish thy sacred community, O Kevin, and higher yet didst thou ascend through all the virtues.

Ever mindful of the well-being of thy flock, O holy one, thou didst make the long and perilous journey to Rome to obtain blessings for them.

Neither the great deep of the sea nor perils on land hindered Kevin from bringing to Ireland a sacred treasure of the relics of the saints.


Theotokion: Over all creatures art thou exalted, O glorious Maiden, for thou gavest birth in the flesh unto Him Who is the Author and Fashioner of all that is.


Kontakion, in Tone V


Forsaking thy noble inheritance, and shunning all the crooked ways of this sin-loving world, thou didst apply thine obedient feet to the straight and narrow path of Christ, eagerly hastening throughout thy life toward the heavenly Sion, where with all the saints and the bodiless hosts thou criest aloud in ecstasy: Let every breath praise the Lord!


Ikos: Ye lofty trees of Ireland, ever move your verdant branches, that with the rustling of your leafs, as with the strings of a multitude of harps, ye may make sweet music for the King of kings; for thus of old did ye delight His faithful servant, the venerable Kevin, with your melodious song, easing the severity of his ascetic life with the beauty of your hymnody, filling his soul with exultation, and causing him to cry aloud: Let every breath praise the Lord!


Ode VII


Irmos: The children from Jerusalem, equal in number to the thrice-radiant Trinity, trampled underfoot the edict of the ungodly king in Babylon; and, cast into the fire, they joined chorus, singing: Blessed art Thou, O God of our fathers!

Blessed wast thou, O holy one, by thy countrymen who, joining chorus, praised thee as a soldier of Christ in the land of Ireland, a high name over the sea's wave: Kevin the pure, bright warrior in the Glen of the Two Broad Lakes.

Lamentation's tears didst thou shed for the holy Kieran at Clonmacnois, O saint of God, but O the wonder! the holy abbot rose from the dead to engage thee in edifying discourse, and gave thee his sacred bell as a worthy parting gift.

Earnestly desiring to make another pilgrimage to the City of the Holy Apostles, Kevin besought the blessing of a saintly elder, who told him: Birds do not hatch their eggs when they are on the wing; wherefore, he remained with his flock.


Theotokion: Bemired in my sins and stuck fast in the slough of mine iniquities, I cry to thee for aid: O Lady, come quickly and extend to me a helping hand, rescuing me from my manifold offenses, that I may cry: Blessed art Thou, O God of our fathers!


Ode VIII


Irmos: God, Who descended into the fiery furnace for the Hebrew children and transformed the flame into dew, hymn ye as Lord, O ye works, and exalt Him supremely for all ages!

Over and beyond the span allotted to men's life didst thou live, O Kevin, attaining the age of sixscore years, as God was well-pleased to grant, Whom all His works exalt supremely for all ages.

Replete with all the Christian virtues, thou didst depart this vale of tears and hast taken thine allotted place at the right hand of the Most High, exalting Him supremely for all ages.

Now standest thou with boldness before the supernal throne of the Almighty, O wondrous Kevin, and makest intercession before the King of all, that He have mercy upon those who honour thee.


Theotokion: Kneeling down in reverence and devotion, let us exalt the Bride of God, whom the flame of the Godhead in no wise burnt or consumed when the Word became incarnate in her womb.


Ode IX


Irmos: O Theotokos, with hymns do we magnify thee, the spiritual and living ladder whereon our God established Himself, and whereby we have gained ascent to heaven.

Ever battling the passions which assail men's souls, and vanquishing the minions of Satan who lay siege without pity thereto, Kevin hath gloriously gained entry to heaven.

Valor and courage didst thou display in the arena of ascetic endeavor, O glorious Kevin, and the Judge of the contest hath bestowed the wreath of victory upon thee.

Ireland boasteth in thy mighty intercession, O wonder-worker; Dublin boasteth in thee exceedingly as its heavenly protector; and Glendalough magnifieth thee supremely.


Theotokion: Now let us bring an end to our hymns, magnifying the only Mother of God, the pure Ever-virgin Mary, into whose undefiled womb the Lord of all descended from heaven.


Exapostilarion: Spec. Mel.: Heaven with stars


In the fastness of the Vale of the Two Lakes didst thou make thine abode, O wondrous Kevin, heeding the call of Christ, our merciful Redeemer, to dwell in unity with thy faithful disciples.


Theotokion


Thou wast the cause of the good things given by God to the world, O Theotokos. Entreat God, Who is easily reconciled, for the salvation of us all.


Aposticha stichera; and Glory: Idiomelon, in Tone VIII


Singing psalms and spiritual songs, let us lift up our voices in praise of the God-bearing Kevin, the protector of Dublin and defender of all Ireland, the mighty champion of the one Church of Christ, the fervent intercessor for all who honor him with love, the bulwark and refuge of monastics, the insuperable wall of defense for his people, fending off the assaults of the demons, impregnable to their weaponry; for arrayed in the full armor of piety, wielding the sword of the Truth and the spear of righteousness, undaunted by the savage foe, he valiantly fought the good fight and emerged victorious.


Now & ever: Theotokion, or this stavrotheotokion, in the same tone: Spec. Mel.: O all-glorious wonder


'I cannot bear to see Thee, O my Child, Who givest vigilance unto all, asleep upon the Tree, that Thou mayest bestow divine and saving wakefulness upon those who of old fell into the sleep of perdition by eating the fruit of disobedience!', weeping, said the Virgin, whom we magnify.


 

At the Liturgy


At the Beatitudes, 8 troparia: 4 from Ode III and 4 from Ode VI of the canon of the venerable one.


Prokimenon, in Tone VII


Precious in the sight of the Lord is the death of His saints.


Stichos: What shall I render unto the Lord for all that He hath rendered unto me?


 

EPISTLE TO THE GALATIANS, § 213


Brethren: The fruit of the Spirit is love, joy, peace, long-suffering, gentleness, goodness, faith, meekness, temperance: against such there is no law. And those who are Christ's have crucified the flesh with the affections and lusts. If we live in the Spirit, let us also walk in the Spirit. Let us not be desirous of vain glory, provoking one another, envying one another. Brethren, if a man be overtaken in a fault, ye who are spiritual, restore such a one in the spirit of meekness; considering thyself, lest thou also be tempted. Bear ye one another's burdens, and so fulfill the law of Christ.


Alleluia, in Tone VI


Stichos: Blessed is the man that feareth the Lord; in His commandments shall he greatly delight.


Stichos: His seed shall be mighty upon the earth.


GOSPEL ACCORDING TO LUKE, § 24


At that time, Jesus stood in the plain, and the company of His disciples, and a great multitude of people out of all Judæa and Jerusalem, and from the sea coast of Tyre and Sidon, who came to hear Him, and to be healed of their diseases; and those who were vexed with unclean spirits: and they were healed. And the whole multitude sought to touch Him: for there went virtue out of Him, and healed them all. And He lifted up His eyes on His disciples, and said: Blessed be ye poor: for yours is the kingdom of God.

Blessed are ye that hunger now: for ye shall be filled. Blessed are ye that weep now: for ye shall laugh. Blessed are ye, when men shall hate you, and when they shall separate you from their company, and shall reproach you, and cast out your name as evil, for the Son of man's sake. Rejoice ye in that day, and leap for joy: for, behold, your reward is great in heaven.


Communion Verse


In everlasting remembrance shall the righteous be; he shall not be afraid of evil tidings. 

 

Eglise Saint-Kevin à Glendalough

St. Kevin's Church, Glendalough

 

   

 

The Saint Kevin song


The Glendalough Saint

In Glendalough lived an auld saint

Renowned for his learning and piety.

His manners was curious and quaint,

And he looked upon girls with disparity.

Fol-la-de-la-la-de-la-lay, fol-la-de-la-la-de-la-laddy

Fol-la-de-la-la-de-la-laaay ... fol-la-de-la-la-de-la-laddy

 

He was fond of reading a book

When he could get one to his wishes.

He was fond of casting his hook

In among all the young fishes.


Fol-la, etc.


Well one evening he landed a trout,

He landed a fine big trout, sir,

When Cathleen from over the way

Came to see what the auld monk was about, sir.


Fol-la, etc.


"Well, get out of me way," said the saint,

"For I am a man of great piety,

And me good manners I wouldn't taint

Not by mixing with female society."


Fol-la, etc.


Ah, but Kitty she wouldn't give in,

And when he got home to his rockery,

He found she was seated therein

A-polishing up his auld crockery.


Fol-la, etc.


Well, he gave the poor craythur a shake,

And I wish that a garda had caught him,

For he threw her right into the lake,

And she sank right down to the bottom.


Fol-la, etc.


Here is a ballad, probably from the 19th century, about the incident. This version is sung by Ronnie Drew of The Dubliners.


Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 12:16

John Henry Newman

1801-1890

 



"Domine dirige nos"

"Seigneur, guide-nous"




Prière pour la canonisation du

  Bienheureux Cardinal John Henry Newman


Père Éternel, Vous avez conduit John Henry Newman pour suivre la douce lumière de la Vérité, et il a docilement répondu à Vos appels célestes, quel qu’en fût le prix. Comme écrivain, prédicateur, conseiller et éducateur, comme pasteur, Oratorien et serviteur des pauvres, il a œuvré à la construction de Votre Royaume.

Par Votre Vicaire sur la Terre, accordez-nous de pouvoir entendre ces mots : « Bravo ô toi, bon et fidèle serviteur, entre dans la famille des saints canonisés ! »

Puissiez-Vous manifester la puissance d’intercession de Votre Serviteur en exauçant de façon éclatante les prières des fidèles à travers le monde. Nous prions en particulier pour nos intentions en son nom et au Nom de Jésus-Christ, Votre Fils, notre Seigneur. Amen.


Prière traduite de l'anglais.


Devise du Cardinal Newman : "Cor ad Cor loquitur"

Le Coeur parlant au Coeur



Le pape Benoît XVI a approuvé la guérison du diacre Jack Sullivan en 2001 comme miracle obtenu par l’intercession du Vénérable Serviteur de Dieu John Henry Newman.

Le Cardinal John Henry Newman a été béatifié le dimanche 19 septembre 2010 par le Pape Benoît XVI à Birmingham (Angleterre).



Prières du Cardinal John Henry Newman


1. Je t’adore, ô mon Dieu, avec Thomas ; et si, comme lui, j’ai péché par manque de foi, je t’adore d’autant plus. Je t’adore comme le Seul Être adorable, je t’adore comme étant plus glorieux dans tes humiliations, lorsque les hommes te méprisaient, que lorsque les anges t’adoraient. Deus meus et omnia. « Mon Dieu et mon tout. » Te posséder, c’est posséder tout ce que je puis posséder. Ô Père éternel, fais-moi don de toi. Je n’aurais pas osé formuler une requête aussi hardie (c’eût été de la présomption) si tu ne m’y avais pas exhorté. Tu m’as inspiré ces paroles, tu me les as mises dans la bouche, tu as revêtu ma nature, tu es devenu mon Frère, tu es mort comme meurent les autres hommes, quoique dans une bien plus grande amertume, au point qu’au lieu de te regarder de loin et craintivement, je puis avec confiance m’approcher de toi. Tu me parles comme tu as parlé à Thomas, et tu m’invites à m’attacher à toi. Mon Dieu et mon tout, que pourrais-je ajouter, dussé-je parler pendant toute l’éternité ! Quand je te possède, je suis plein, je regorge et je déborde ; mais sans toi, je ne puis rien - je languis, me dissous et péris. Mon Seigneur et mon Dieu, mon Dieu et mon tout, fais-moi le don de ta divinité et de rien d’autre.

2. Thomas s’est approché de toi et a touché tes vénérables plaies. Quand viendra le jour où il me sera permis de les voir et de les baiser avec mes yeux et mes lèvres de chair ? Ô quel jour que celui où, entièrement purifié de toute impu­reté et de tout péché, je pourrai m’approcher de mon Dieu incarné dans son palais de lumière ! Ô quel matin que celui où, en ayant fini avec les peines du purgatoire, je te verrai pour la première fois avec ces yeux qui sont les miens, où je verrai ton visage, où je contemplerai sans trembler tes yeux et tes lèvres, avant de m’agenouiller avec joie pour baiser tes pieds, et être accueilli dans tes bras. Ô mon unique et véritable Amant, l’unique Amant de mon âme, je veux maintenant t’aimer afin de pouvoir t’aimer alors et pour toujours. Quel jour que ce long jour sans fin, que ce long jour de l’éternité où je serai si dissemblable de l’être que je suis maintenant, avec ce corps mortel et la distraction de dix mille pensées dont chacune me tient éloigné du ciel. Ô mon Seigneur, quel jour que celui où j’en aurai fini une fois pour toutes avec le péché, tant véniel que mortel, et que je me tiendrai, parfait et acceptable à tes yeux, capable de supporter ta présence, capable d’affronter le pur regard des anges et des archanges dont je serai envi­ronné !

3. Ô mon Dieu, quoique indigne encore de te voir ou de te toucher, je ne cesserai jamais de m’approcher de toi ni de désirer ce qui ne m’est pas encore donné dans sa pléni­tude. Ô mon Sauveur, tu seras mon seul Dieu ! Je n’aurai pas d’autre Seigneur que toi. Je briserai en morceaux toutes les idoles qui dans mon cœur rivalisent avec toi. Je n’aurai que Jésus et Jésus crucifié. Ma vie sera de te prier, de m’offrir à toi, de t’avoir toujours devant les yeux, de t’adorer dans ton Saint Sacrifice, et de m’abandonner à toi dans la Sainte Communion.


John Henry Newman, "Méditations sur la Doctrine Chrétienne", Ad Solem 2000, pages 77-79.


 

1. Je t’adore, mon Dieu, pour avoir doté de fins et de moyens tous les êtres que tu as créés. Tu as créé toutes choses en vue d’une fin qui lui est propre, et c’est vers elle que tu les conduis. La fin que tu as assignée à l’homme en le créant, c’est de t’adorer et de te servir - adoration et service qui feraient son bonheur et lui vaudraient (âme et corps) une éternité bienheureuse auprès de toi. Et tu as pourvu à cette fin, et ce pour chaque être humain. Ta main et ton œil sont posés sur nous, comme sur la création animale. Tu maintiens en vie tout ce qui existe et tu diriges tout être vers sa fin appropriée. Il n’y a pas un reptile, un insecte, que tu ne voies et ne fasses vivre le temps qu’il doit durer. Le pécheur, l’athée, l’idolâtre, le blasphémateur, tu les conserves en vie afin qu’ils puissent se repentir. Tu prends soin de chacun des êtres que tu as créés, comme s’il était unique au monde. Car tu peux voir chacun d’entre eux à tout moment, dans cette vie mortelle, et tu les aimes tous, et tu t’occupes de chacun d’entre eux pour lui-même, dans toute la plénitude de tes attributs. Mon Dieu, j’aime à te contempler, j’aime à t’adorer, toi le merveilleux artisan de toutes choses chaque jour et en tout lieu.

2. Tous les actes de ta Providence sont des actes d’amour. Si tu nous envoies le malheur, c’est par amour. Tous les maux du monde physique sont soit les agents du bien de tes créatures, soit les inévitables ministres de ce bien. Et toi tu tournes ce mal en bien. Tu frappes de malheurs les hommes afin de les amener à se repentir, d’accroître leur vertu et de leur faire acquérir un plus grand bien dans le monde à venir. Rien n’est fait en vain, tout tend gracieuse­ment vers sa fin. Tu envoies le châtiment, mais dans ta colère tu demeures miséricordieux. Même ta justice, quand elle frappe le pécheur impénitent qui a épuisé le trésor de tes grâces, est une miséricorde pour autrui, qu’elle agisse comme un avertissement, ou qu’elle le sauve de la contamination. Je reconnais avec une foi ferme et entière, ô Seigneur, la sagesse et la bonté de ta Providence, jusque dans tes inscrutables jugements et dans tes incompréhensibles décrets.

3. Ô mon Dieu, ma vie tout entière n’a été qu’une longue suite de grâces et de bénédictions. Je n’ai pas besoin de croire, car j’ai de longue date l’expérience de ce que ta Providence a fait pour moi, malgré mes indignités. Année après année, tu m’as porté - tu as ôté les obstacles de mon chemin, tu m’as relevé quand je tombais, tu m’as désaltéré quand j’avais soif, tu m’as supporté, tu m’as dirigé, tu m’as soutenu. Oh ! ne m’abandonne pas quand mes forces me manquent. Mais je sais que tu ne m’abandonneras jamais. Je puis en toute assurance me reposer sur toi. Pécheur que je suis, si je te reste fidèle, jusqu’à la fin, tu me resteras surabon­damment fidèle. Je puis m’appuyer sur ton bras ; je puis m’endormir sur ton sein. Accrois seulement en moi cette vraie loyauté qui m’attache à toi, et qui est le lien de l’alliance contractée entre toi et moi, et la garantie pour mon cœur et pour ma conscience que toi, le Dieu suprême, tu ne m’abandonneras pas, moi le plus misérable et le plus chétif de tes enfants.


John Henry Newman, "Méditations sur la Doctrine Chrétienne", Ad Solem 2000, pages 139-141.


 

 

(1) Les souffrances mentales de Notre Seigneur


1. Quand il eut achevé tous ses discours (Matthieu 26, 1), Jésus dit :

« Le Fils de l’Homme sera livré pour être cru­cifié. » Comme une armée se range en ordre de bataille, comme des marins, avant le combat, dégagent les ponts, comme des mourants rédigent leur testament avant de se tourner vers Dieu, de même Notre Seigneur, ayant résumé et achevé son enseignement, entra dans sa passion. Puis, il leva de sa propre volonté la défense qu’il avait faite à Satan de s’approcher de lui, et laissa entrer dans son cœur toutes les tentations auxquelles sont sujets les hommes. Aussitôt Satan, qui attendait, saisit son moment.

2. Murmures et critiques se répandirent parmi les disciples. La pensée de sa mort était devant lui, et il y pensait ainsi qu’à sa sépulture. Une femme s’approcha de lui et répandit un parfum sur sa tête sacrée. Ce geste suscita un sentiment de tendresse dans son âme très pure. C’était un signe de sympathie muette, et tous ceux qui étaient réunis dans la pièce en ressentirent la douceur. Mais ce climat fut bruta­lement altéré par la voix du traître qui pour la première fois donnait cours à la dureté et à la secrète malice de son cœur. Ut quid perditio haec ? « A quoi bon cette perte ? » Le mauvais intendant croit-il pouvoir se faire pardonner ses propres larcins en lésinant sur les honneurs dus à son maître ? C’est ainsi que la douce et calme harmonie du festin de Béthanie est troublée par une discorde : l’aigre méconten­tement et la méfiance s’installent, car le démon est à l’œuvre.

3. Judas, ayant montré ce qu’il était, se dépêcha d’accom­plir sa mauvaise action. Il alla trouver les principaux parmi les prêtres à qui il proposa de livrer son Seigneur pour une somme d’argent. Notre Seigneur vit tout ce qui se passait dans le cœur de Judas ; il vit Satan frapper à la porte de son cœur et y être admis comme un hôte attendu, honoré et chéri. Il le vit aller trouver les prêtres et entendit la conver­sation qui s’engagea entre eux. Il avait toujours su, en vertu de sa prescience, que Judas le trahirait ; mais c’est une chose que de prévoir le coup qui nous sera porté et c’en est une autre que de le ressentir au moment où il s’abat sur nous. Notre Seigneur ressentit alors et, si j’ose dire, s’autorisa à ressentir toute la cruauté de l’ingratitude dont il était la vic­time. Il avait traité Judas comme l’un de ses plus proches amis ; il lui avait donné des preuves de la plus étroite intimité. Il en avait fait son trésorier ainsi que celui de ses disciples. Il lui avait conféré le pouvoir d’accomplir des miracles. Il l’avait initié à la connaissance des mystères du royaume des cieux. II l’avait envoyé prêcher et avait fait de lui l’un de ses représentants spéciaux, au point qu’on jugeait le Maître par la conduite de son serviteur. Un païen, frappé par son ami, s’est exclamé : « Et tu Brute ! » Quel sentiment de désolation un tel acte d’ingratitude ne doit-il pas nous inspirer ! Dieu, qui de notre part rencontre continuellement l’ingratitude, ne peut l’éprouver de par sa Nature. Aussi a-t-il pris un cœur humain afin d’en éprouver toute l’amertume. Et maintenant, mon Dieu, ne ressens-tu pas, quoiqu’au ciel, l’ingratitude que je te témoigne ?

4. Je vois la figure d’un homme, jeune ou vieux, je ne saurais dire. Il a peut-être cinquante ou trente ans. Tantôt il a l’air plus âgé, tantôt moins. Son visage est comme une énigme que je n’arrive pas à déchiffrer. Puisqu’il porte tous les fardeaux, peut-être porte-t-il aussi celui de la vieillesse. Mais le fait est que son visage est à la fois très vénérable et très enfantin, très serein, très doux, très modeste, rayonnant de sainteté, d’amour et de bonté. Ses yeux me captivent et émeuvent mon cœur. Son souffle est parfumé et me trans­porte hors de moi-même. Oh, je ne pourrai jamais détacher mes yeux de ce visage, jamais.

5. Et tout à coup je vois quelqu’un s’approcher de lui, lever la main et frapper rudement son visage. C’est une main forte, la main d’un homme rude, et peut-être tient-elle un objet en fer. Mais celui qui connaît toutes choses passées et futures n’a pu être surpris par ce geste, quelque soudain qu’il ait été ; aussi ne montre-t-il aucun signe de ressenti­ment, et reste calme et grave comme avant, mais l’expression de son visage en est altérée ; on y voit une meurtrissure et bientôt ce visage tout de grâce m’est caché par les marques de cet affront, comme si un nuage l’avait enveloppé.

6. Une main s’est levée contre le visage du Christ. À qui appartenait cette main ? Ma conscience me dit : « Tu es cet homme. » J’espère que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Mais, mon âme, contemple ce fait épouvantable. Représente-toi le Christ devant toi, et imagine que tu lèves la main sur lui pour le frapper ! Ne diras-tu pas : « C’est impossible, je ne pourrais pas faire ce geste. » Et cependant tu l’as fait. Chaque fois que tu as péché volontairement, tu l’as fait. Il est au-delà de la douleur désormais ; mais tu l’as néanmoins frappé ; et si tu l’avais fait aux jours de sa chair, il aurait senti la douleur. Fouille ta mémoire, et rappelle-toi le moment, le jour, l’heure où, en commettant volontairement un péché mortel, en se gaussant des choses sacrées, en proférant des impiétés, en le haïssant, lui ton Frère, en te livrant à des actes impurs, en fermant tes oreilles à la voix de Dieu, ou de quelque autre manière (démoniaque, tu le sais) que ce soit, tu as frappé le Très-Saint.

Ô Seigneur meurtri, que puis-je dire ? J’ai péché contre toi, mon frère ; et je descendrai dans un morne désespoir, si tu ne me relèves pas. Je ne puis te regarder ; je fuis ta présence ; je cache mon visage dans mes mains ; je me pros­terne à terre. Satan me terrassera si tu n’as pas pitié. Il est douloureux de me retourner vers toi ; mais tourne-moi, toi, et je serai ainsi tourné. Te regarder, toi le Très-Saint, me regarder moi si vil, quel purgatoire ; mais encore une fois oblige-moi à te regarder, toi que j’ai blessé si incompréhensiblement, car ta face est ma seule vie, mon seul espoir, et je serai guéri si je puis te regarder, ô toi que j’ai meurtri. Aussi je me tourne vers toi ; je te regarde à nouveau ; et j’endure la douleur afin d’être purifié.

Ô mon Dieu, comment puis-je te fixer quand je pense à mon ingratitude, si coutumière, si profondément ancrée en moi qu’elle semble indéracinable, tellement elle va croissant ! Jour après jour tu me combles de tes faveurs et me nourris de ta chair, comme tu fis pour Judas ; et, loin d’en profiter, je suis même incapable de t’en remercier sur le moment. Seigneur, combien de temps encore ? Quand serai-je libéré de cette terrible, de cette fatale captivité ? Celui qui fit de Judas sa proie a prise sur moi dans mon vieil âge, et je ne puis lui échapper. C’est la même chose jour après jour. Quand m’accorderas-tu une grâce encore plus grande que celles que tu m’as déjà accordées : la grâce de profiter de celles que tu m’as données ? Quand m’accorderas-tu ta grâce efficace, celle qui seule peut rendre vie et vigueur à cette âme misérable, stérile, agonisante, qui est la mienne ? Mon Dieu, j’ignore de quelle manière je puis te blesser dans ton état glorifié, mais je sais que chaque nouveau péché, chaque nouvelle ingratitude que je commets actuellement représente l’un des coups qui te frappèrent dans ta passion. Oh, fais que ma part prise à tes souffrances passées soit aussi minime que possible. Les jours suivent les jours et je découvre à chaque nouveau péché qu’elle fut plus grande que je veux bien me l’avouer, ô stupeur ! Me laisseras-tu croire que j’ai augmenté la somme de tes souffrances, souffrances du corps ou de l’âme ? Oh non. Mon Dieu, qui me tirera de cette captivité ? Ô Marie, priez pour moi. Philippe, prie pour moi, quoique je ne mérite pas ta pitié.




(3) Les souffrances corporelles de Notre Seigneur


1. Les douleurs corporelles du Christ furent plus grandes que celles de n’importe quel martyr, car il les voulut telles. Le degré de souffrance ressenti par un corps dépend de la nature de l’esprit vivant qui l’habite. Les plantes ne ressentent rien, car en elles n’habite aucun esprit vivant. Les bêtes ressentent la douleur selon le degré d’intelligence dont elles sont pourvues. L’homme a plus de sensibilité que la bête, parce qu’il a une âme ; l’âme du Christ possédait une plus grande sensibilité que celle des autres hommes, parce que son âme était exaltée par son union hypostatique avec le Verbe de Dieu. Et de même que l’homme ressent la douleur physique avec plus d’intensité que la bête, de même le Christ la ressentait-il plus vivement que l’homme.

2. C’est un soulagement pour ceux qui souffrent que d’avoir l’esprit distrait. C’est ainsi que les soldats sur le champ de bataille ignorent souvent quand ils sont blessés. Les personnes atteintes d’une fièvre violente semblent beau­coup souffrir ; mais quand plus tard on les interroge, elles ne se souviennent que d’un malaise général et d’une agitation. L’excitation et l’enthousiasme sont de grands adoucissements de la douleur physique ; c’est ainsi que les sauvages meurent au milieu des tourments sur le bûcher, en chantant ; il s’agit là d’une sorte d’ivresse mentale. De même une douleur instantanée est-elle relativement supportable ; c’est la conti­nuation de la douleur qui fait tant souffrir. Et si nous n’avions aucun souvenir de la douleur que nous avons ressentie il y a une minute, et que nous souffrions à nouveau dans le moment présent, nous supporterions plus facilement la douleur ; mais ce qui rend le second choc douloureux, c’est qu’il y en a eu un premier, et ce qui rend le troisième encore plus douloureux, c’est qu’il y en a eu un premier et un second ; la douleur semble s’aggraver du fait qu’elle est prolongée. Or le Christ a souffert, non dans le délire ou la fièvre, ni même par inadvertance, mais comme quelqu’un qui affronte la douleur et qui la regarde en face ! Il se l’est pour ainsi dire incorporée, et l’a comme épousée, souffrant tout ce qu’il souffrit avec une conscience parfaite de ses souffrances.

3. Le Christ n’a pas voulu boire le calice qui lui était offert comme on boit une drogue pour engourdir son esprit. Il l’a en quelque sorte savouré jusqu’à la lie. Son âme était si concentrée sur ses douleurs que rien n’eût pu l’en distraire ; il a souffert non passivement mais activement, et dans cha­cune de ses souffrances étaient comme ramassées toutes ses souffrances passées et à venir ; et tout ce qu’il avait souffert et tout ce qu’il allait souffrir aggravaient pour ainsi dire ce qu’il était en train de souffrir. Cependant, son âme était calme, sobre, tranquille, au point de paraître passive et de porter en elle l’entier fardeau de la douleur, sans avoir le pouvoir de le rejeter. Le sentiment de son innocence et la conscience que ses souffrances auraient une fin auraient pu, semble-t-il, le réconforter ; mais il repoussa le réconfort et détourna ses pensées de ces adoucissements afin de se livrer tout entier à la souffrance.

Ô mon Dieu et Sauveur, toi qui as voulu souffrir pour moi avec une conscience si parfaite, si aiguë, si précise, si entière, si courageuse de la souffrance, fais qu’une parcelle de ton calme m’aide à la supporter, si jamais je dois moi aussi en éprouver les affres. Obtiens pour moi cette grâce, ô Vierge Marie, toi qui vis souffrir ton Fils et qui souffris avec lui, afin que lorsque je souffrirai, je puisse associer mes souffrances aux siennes et aux tiennes, et que grâce à sa Passion, à tes mérites et à ceux de tous les Saints, elles puissent, étant l’expiation de mes péchés, me procurer la vie éternelle.

4. Les souffrances de Notre Seigneur ne furent si grandes que parce que son âme était dans l’angoisse. Ce qui le montre, c’est que son âme commença de souffrir avant qu’il ne souffrît dans sa chair, comme nous le voyons au jardin d’agonie. La première angoisse que ressentit son corps ne vint pas de l’extérieur - elle ne fut pas due aux verges, aux épines ou aux clous -, mais de son âme. Son âme est « triste jusqu’à la mort ». L’angoisse était telle qu’elle fit pour ainsi dire sauter les vannes de son corps ; et les flots d’un autre déluge brisèrent les fenêtres du ciel. Le sang, jailli de son cœur tourmenté, se fraya de toutes parts un chemin, se distribuant en mille ruisselets, remplissant ses pores et finissant par suer sur sa peau en grosses gouttes, qui tombaient lourdement sur le sol.

5. Il demeura dans cette mort vivante depuis le moment de son agonie dans le jardin ; et sa dernière agonie vint de son âme comme l’était venue la première. Les verges et la croix qui n’avaient pas commencé ses souffrances ne les terminèrent pas non plus. Ce fut l’agonie de son âme, et non celle de son corps, qui fut la cause de sa mort. Ses bourreaux furent surpris d’entendre qu’il était mort. Comment mourut-il donc ? Ce cœur tourmenté, agonisant qui, au commence­ment, s’était soulagé dans l’émission de sang et l’éclatement de ses pores, finit par se briser. Il se brisa et il mourut. Il se serait brisé tout de suite s’il ne l’en avait pas empêché. Le moment était enfin venu. Il proféra le mot et son cœur se rompit.

6. Ô cœur tourmenté, ce fut l’amour, et le chagrin et la crainte qui te brisèrent. Ce fut le spectacle du péché humain, ce fut l’impression qu’il produisit sur toi ; ce fut le zèle de la gloire de Dieu, l’horreur de voir le péché t’environner, d’en respirer l’odeur écœurante et suffocante, le dégoût, la honte, la répugnance et la révolte qu’il suscita en toi, la pitié que t’inspirèrent les âmes qu’il a précipitées en enfer - c’est à tous ces sentiments mêlés que tu t’abandonnas. Tu t’assu­jettis à leurs pouvoirs, et ils te donnèrent la mort. Ce cœur résolu, noble, généreux, tendre et pur, fut tué par le péché.

Ô très tendre et très doux Seigneur Jésus, quand est-ce que mon cœur recevra une portion de tes perfections ? Quand est-ce que mon cœur dur et pierreux, fier et froid, impur, étroit, égoïste, mécréant, quand sera-t-il, une fois fondu, rendu enfin conforme au tien ? Apprends-moi à te contempler afin que je puisse te ressembler et t’aimer sin­cèrement et simplement comme tu m’as aimé.

 


(4) Tout est consommé


1. Nous en avons fini maintenant, ô Seigneur, toi de tes souffrances, et nous de nos humiliations. Nous t’avons suivi depuis ton jeûne dans le désert jusqu’à ta mort sur la Croix. Pendant quarante jours nous avons fait profession de faire pénitence. Le temps a été long et il a été court ; mais, long ou court, il est maintenant derrière nous. Il est passé, et nous sommes contents qu’il le soit ; c’est un soulagement et une libération. Nous te remercions qu’il soit terminé. Nous te remercions pour ce temps d’épreuves, et nous te remer­cions encore plus pour ce temps de fête vers lequel nous tournons maintenant nos regards. Pardonne nos imperfections en temps de Carême et récompense-nous à Pâques.

2. Nous avons en vérité fait très peu de choses pour toi, ô Seigneur. Nous nous remémorons notre distraction et notre lassitude ; notre aversion à nous mortifier quand nous n’avions pas l’excuse de la maladie ; notre répugnance à prier et à méditer ; le désordre de notre esprit, notre moro­sité, notre paresse. Cependant certains d’entre nous ont peut-être fait quelque chose pour toi. Regarde-nous comme un tout, ô Seigneur, regarde-nous comme une communauté, et permets que ce que certains ont fait intercède pour nous tous.

3. Ô Seigneur, le dénouement est proche. Nous sommes conscients de notre langueur et de notre tiédeur ; nous ne méritons pas de nous réjouir à Pâques, et cependant nous ne pouvons pas nous en empêcher. Nous nous réjouissons plus en toi que ne le justifie notre humiliation passée ; puisse cependant cette joie même être sa propre justification. Oh ! témoigne-nous de l’indulgence par les mérites de ta toute-puissante Passion, et par les mérites de tes saints. Accepte-nous comme ton petit troupeau, nous qui vivons dans un pays déchu, occupés de petites choses, et dans un siècle où la foi et l’amour sont rares. Aie pitié de nous, épargne-nous et donne-nous la paix.

Ô mon Sauveur, dans le tombeau maintenant mais qui demain ressusciteras, tu as payé le prix ; c’est fait - c’est assuré - consummatum est. Accomplis en nous ta résurrection, et de même que tu nous as rachetés, réclame-nous, prends posses­sion de nous, fais-nous tiens.


John Henry Newman, "Méditations sur la Doctrine Chrétienne", Ad Solem 2000, pages 33-37, 48-52.


 


N.B. : Le 14 septembre 2010, le "Catholic News Service" (CNS), annonce un 2ème miracle du Cardinal Newman. En effet, un bébé anglais, sévèrement déformé dans le diagnostic prénatal, est né parfaitement normal, après que la mère de l'enfant, une fervente catholique, a demandé un miracle en priant le Cardinal John Henry Newman.

 




 

Prayer for the Canonization of

Blessed John Henry Newman


Eternal Father, You led John Henry Newman to follow the kindly light of Truth, and he obediently responded to your heavenly calls at any cost. As writer, preacher, counsellor and educator, as pastor, Oratorian, and servant of the poor he laboured to build up your Kingdom.

Grant that through your Vicar on Earth we may hear the words, ‘Well done, thou good and faithful servant, enter into the company of the canonized saints.’

May you manifest your Servant’s power of intercession by even extraordinary answers to the prayers of the faithful throughout the world. We pray particularly for our intentions in his name and in the name of Jesus Christ your Son our Lord. Amen.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéos ktotv.com

 

Messe de béatification du Cardinal Newman et Angélus

 

"La Foi prise au mot" : Cardinal Newman (03/10/2010)

 

Veillée de prière pour la béatification du Cardinal Newman

 

"Églises du monde" : Grande-Bretagne

 

"La Foi prise au Mot" : Newman (17/02/2008)

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 12:30
Adelia McAlpin Pyle
née le 17 avril 1888 à New York, West 45th St (USA)
 baptisée le 15 septembre 1888
morte le 26 avril 1968 à San Giovanni Rotondo (Italie)






Prière pour la Béatification de Mary Pyle,
« l'Américaine » de San Giovanni Rotondo


Dieu de Miséricorde, Père Tout-Puissant, nous Vous rendons grâce pour le Don de nous avoir donné Votre apôtre Mary Pyle. Elle qui fut la fille spirituelle du Saint Padre Pio de Pietrelcina, elle a été un modèle de perfection chrétienne et une sœur charitable pour ses frères, en pratiquant l'idéal franciscain de pauvreté évangélique, en donnant toutes ses richesses pour mieux suivre le Christ.
Dans le service pour Votre Saint Nom et par la prière fervente, elle a pris le chemin difficile et sublime de la sanctification.
Par sa tendre dévotion en Jésus Eucharistie et en la Sainte-Vierge Marie, par sa confiance en son ange gardien, elle Vous a fidèlement servi, en cherchant avec zèle Votre plus grande Gloire et le salut des âmes.
Seigneur, par les vertus et les mérites de notre sœur Mary Pyle, daignez nous accorder la Grâce que nous Vous demandons, humblement prosternés à Vos pieds (formuler sa prière).
Nous Vous prions de Vous glorifier en la comptant bientôt parmi les Saintes au Ciel, afin qu'elle puisse être également honorée par Votre Église sur terre.
Nous Vous en prions par Jésus-Christ Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous et le Saint-Esprit, maintenant et pour l'Éternité, dans les siècles des siècles. Amen.

 

 http://www.marypyle.info


 

 

Née dans une famille protestante, fille d'un riche industriel, Mary Pyle s'est convertie au Catholicisme avant 1916.
Le jour de sa première rencontre avec le Saint Padre Pio, à San Giovanni Rotondo, alors âgée de 35 ans, elle est tombée à genoux devant lui en disant : « Padre ! ». Il a répondu, en posant sa main stigmatisée sur la tête de Mary : « Ma fille, ne voyagez plus, restez ici ! ».
Elle a pris l'habit du Tiers-Ordre Franciscain ; elle est restée à San Giovanni Rotondo jusqu'à sa mort, peu avant celle de son Père spirituel, le Padre Pio.

 


 

 

Elle a financé sur ses propres fonds cette belle église consacrée à la Sainte-Famille, ainsi qu'un couvent Capucin, en 1926. Elle aidera aussi au financement de nombreux projets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 16:59
Thomas More
London, 1478-1535


Litanies de Saint-Thomas More


V. Seigneur, prenez pitié
R. Seigneur, prenez pitié
V. Christ, prenez pitié
R. Christ, prenez pitié
V. Seigneur, prenez pitié
R. Seigneur, prenez pitié
V. Christ, entendez-nous

R. Christ, entendez-nous avec bienveillance.


V. Saint-Thomas More, Saint et Martyr
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Patron des Chefs d'états, des Politiciens et des Avocats
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Patron des Grands Chanceliers, des Juges et des Magistrats
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Modèle d'Intégrité et Vertu dans la Vie Publique et Privée
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Serviteur de la Parole de Dieu et du Corps et du Sang du Christ
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Modèle de Sainteté dans le Sacrement de Mariage
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Enseignant de ses Enfants dans la Foi Catholique
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Défenseur du Faible et du Pauvre
R. Priez pour nous
V. Saint-Thomas More, Promoteur de la Vie et de la Dignité Humaines
R. Priez pour nous.


V. Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde
R. Épargnez-nous, Ô Seigneur
V. Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde
R. Entendez-nous avec bienveillance, Ô Seigneur
V. Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde

R. Ayez pitié de nous.


Prions :

Ô Glorieux Saint-Thomas More, Patron des Chefs d'états, des Politiciens, des Juges et des Avocats, votre vie de prière et de pénitence et votre zèle pour la justice, votre intégrité et vos principes fermes dans la vie publique et familiale vous ont mené vers le chemin du martyre et de la sainteté. Intercédez pour nos Chefs d'états, nos Politiciens, nos Juges et nos Avocats, afin qu'ils puissent être courageux et efficaces dans la défense et la promotion de la dimension sacrée de la vie humaine - fondement de tous les autres droits de l'homme. Nous vous le demandons par le Christ notre Seigneur. AMEN.


Traduit de l'anglais de « Michael Saltarelli's brochure, Bishop of Wilmington, September 30, 2004 ».
Les Majuscules ont été laissées conformément à la prière originale.


Le 31 octobre 2000, le Pape Jean-Paul II a proclamé Saint-Thomas More Patron des Chefs d'états et des Politiciens. Il est aussi connu comme Patron des Avocats.



L
ors de sa condamnation à mort, Saint-Thomas More déclara à ses juges :

« J'ai peu de choses à dire, sauf ceci : le bienheureux Apôtre Paul était présent et consentant au martyre de Saint-Étienne. Maintenant, tous deux sont des saints dans le Ciel. Bien que vous ayez concouru à ma condamnation, je prierai avec ferveur pour que vous et moi, nous nous retrouvions ensemble au Ciel. De même, je désire que le Dieu Tout-Puissant préserve et défende Sa Majesté le Roi, et lui envoie un bon conseil. »

Amis de Saint-Thomas More

Dialogue avec sa femme, peu avant sa décapitation :


« Voulez-vous m'abandonner, moi et ma malheureuse famille ? Voulez-vous renoncer à cette vie du foyer domestique, dont naguère vous étiez si épris ? - Combien d'années, ma chère Alice, croyez-vous que je puisse encore jouir ici-bas de ces plaisirs terrestres que vous me peignez avec une éloquence si persuasive ? - Vingt ans, au moins, s'il plaît à Dieu. - Ma très chère femme, vous n'êtes pas une habile marchande : qu'est-ce qu'une vingtaine d'années comparées à une éternité bienheureuse ? »



Prière à Saint-Thomas More


Collecte


Père,
Vous avez confirmé la vraie Foi
avec la couronne du martyre.
Puissent les prières de Saint John Fisher et de Saint-Thomas More
Nnus donner le courage de proclamer notre Foi
par le témoignage de nos vies.
Daignez nous l'accorder par notre Seigneur Jésus-Christ, Votre Fils,
Qui vit et règne avec Vous et le Saint-Esprit,
Un seul Dieu, pour l'éternité
Dans les siècles des siècles.
Amen.


Première Lecture : Pierre I, 4 : 12-19

4.12
« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver.
4.13
Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra.
4.14
Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous.
4.15
Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s'ingérant dans les affaires d'autrui.
4.16
Mais si quelqu'un souffre comme chrétien, qu'il n'en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom.
4.17
Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu?
4.18
Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur?
4.19
Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien. »


Lecture de l'Évangile, Matthieu 10 : 34-39

10.34
« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée.
10.35
Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;
10.36
et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison.
10.37
Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi;
10.38
celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi.
10.39
Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera. »



Prière « de bonne humeur »
de Saint-Thomas More


Seigneur ,
donnez-moi, Seigneur, une bonne digestion
et aussi quelque chose à digérer.
Donnez-moi la santé du corps, avec le sens
qu'il faut pour la garder au mieux.
Donnez-moi une âme saine, Seigneur,
qui conserve devant sa vue ce qui est bon
et pur afin que, voyant le péché,
elle ne s'épouvante pas, mais qu'elle trouve
le moyen de redresser la situation.
Donnez-moi une âme qui ne connaisse pas
l'ennui, qui ignore le murmure,
le gémissement et le soupir.
Et ne permettez pas que je me fasse
trop de souci pour cette chose
encombrante que j'appelle " moi ".
Seigneur, donnez-moi le sens de l'humour,
donnez-moi la Grâce de savoir
discerner une plaisanterie
pour que je tire quelque bonheur de la vie
et que j'en fasse part aux autres.


St. Thomas More confronts Wolsey




LITANY OF ST. THOMAS MORE


Martyr and Patron Saint of Statesmen, Politicians and Lawyers.

On October 31, 2000, Pope John Paul II proclaimed St. Thomas More, martyred in 1535, to be the patron of statesmen and politicians. He has also been known as the patron of Lawyers.

The Pope said,
"There are many reasons for proclaiming Thomas More Patron of statesmen and people in public life. Among these is the need felt by the world of politics and public administration for credible role models able to indicate the path of truth at a time in history when difficult challenges and crucial responsibilities are increasoing. Today in fact strongly innovative economic forces are reshaping social structures; on the other hand, scientific achievements in the area of biotechnology underline the need to defend human life at all its different stages, while the promises of a new society - successfully presented to a bewildered public opinion - urgently demand clear policital decisions in favor of the family, young people, the elderly and the marginalized. In this context, it is helpful to turn to the example of St. Thomas More, who distinguished himself by his constant fidelity to legitimate authority and institutions precisely in his intention to serve not power, but the supreme ideal of justice. His life teaches us that government is above all an exercise of virtue."


V. Lord, have mercy
R. Lord have mercy
V. Christ, have mercy
R. Christ have mercy
V. Lord, have mercy
R. Lord have mercy
V. Christ hear us
R. Christ, graciously hear us.


V. St. Thomas More, Saint and Martyr

R. Pray for us (Repeat after each invocation)


St. Thomas More, Patron of Statesmen, Politicians and Lawyers
St. Thomas More, Patron of Justices, Judges and Magistrates
St. Thomas More, Model of Integrity and Virtue in Public and Private Life
St. Thomas More, Servant of the Word of God and the Body and Blood of Christ
St. Thomas More, Model of Holiness in the Sacrament of Marriage
St. Thomas More, Teacher of his Children in the Catholic Faith
St. Thomas More, Defender of the Weak and the Poor
St. Thomas More, Promoter of Human Life and Dignity.


V. Lamb of God, you take away the sin of the world
R. Spare us O Lord
V. Lamb of God, you take away the sin of the world
R. Graciously hear us O Lord
V. Lamb of God, you take away the sin of the world
R. Have mercy on us.


Let us pray:


O Glorious St. Thomas More, Patron of Statesmen, Politicians, Judges and Lawyers, your life of
prayer and penance and your zeal for justice, integrity and firm principle in public and family life led
you to the path of martyrdom and sainthood. Intercede for our Statesmen, Politicians, Judges and
Lawyers, that they may be courageous and effective in their defense and promotion of the sanctity of
human life - the foundation of all other human rights. We ask this through Christ our Lord. AMEN.


From Bishop Michael Saltarelli's brochure, September 30, 2004.


St. Thomas More says farewell to daughter


A Prayer to St. Thomas More


Thomas More , counselor of law and statesman of integrity, merry martyr and most human of saints:


Pray that, for the glory of God and in the pursuit of His justice, I may be trustworthy with confidences, keen in study, accurate in analysis, correct in conclusion, able in argument, loyal to clients, honest with all, courteous to adversaries, ever attentive to conscience. Sit with me at my desk and listen with me to my clients' tales. Read with me in my library and stand always beside me so that today I shall not, to win a point, lose my soul.

Pray that my family may find in me what yours found in you: friendship and courage, cheerfulness and charity, diligence in duties, counsel in adversity, patience in pain-their good servant, and God's first.

Amen.



Novena to Saint Thomas More

First Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model of prudence. You never thrust yourself rashly into any serious undertaking; instead, you tested the strength of your powers and waited on God's will in prayer and penance, then boldly carried it out without hesitation. Through your prayers and intercession, obtain for me the virtues of patience, prudence, wisdom and courage.


Our Father... Hail Mary... Glory Be...


Glorious St. Thomas More, I beg you to take up my cause, confident that you will advocate for me before God's Throne with the same zeal and diligence that marked your career on earth. If it be in accord with God's will, obtain for me the favor I seek, namely _______.


V. Pray for us, O Blessed St. Thomas More.
R. That we may faithfully follow you on the hard road that leads to the narrow gate of eternal life.


Second Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model of diligence. You shunned procrastination, applied yourself with fervor to your studies, and spared no effort in achieving mastery in any skill. Through your prayers and intercession, obtain for me the virtue of diligence and persistence in my preparations for all undertakings.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Third Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model of industriousness. You threw yourself wholeheartedly into everything you did, and you found enjoyment even in the most serious things. Through your prayers and intercession, obtain for me the grace of always having suitable employment, the grace to find interest in everything fitting, and the fortitude always to pursue excellence in whatever task God gives me to do.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Fourth Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a brilliant lawyer and a just and compassionate judge. You attended to the smallest details of your legal duties with the greatest care, and you were unflagging in your pursuit of justice tempered by mercy. Through your prayers and intercession, obtain for me the grace to overcome every temptation to laxity, arrogance, and rash judgment in my (legal) duties.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Fifth Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model of humility. You never allowed pride to lead you to take on enterprises beyond your abilities; even in the midst of earthly wealth and honor, you never forgot your total dependence on your Heavenly Father. Through your prayers and intercession, obtain for me the grace of an increase in humility, and the wisdom not to overestimate my own powers.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Sixth Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model husband and father. You were loving and faithful to both of your wives, and a diligent provider and example of virtue for your children. Through your prayers and intercession, obtain for me the grace of a happy home, peace in my family, and the strength to persevere in chastity according to my state of life.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Seventh Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a model of Christian fortitude. You suffered bereavement, disgrace, poverty, imprisonment and a violent death; yet you bore all with the strength and good cheer for which you were known throughout your life. Through your prayers and intercession, obtain for me the grace to bear all the crosses that God sends me with patience and joy.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Eighth Day

Dear St. Thomas More, in your earthly life, you were a loyal child of God and a steadfast son of the Church, never taking your eyes off the crown for which you strove. Even in the face of death, you trusted in God to give you the victory, and He rewarded you with the palm of martyrdom. Through your prayers and intercession, obtain for me and mine the grace of final perseverance and protection from sudden and unprovided death, so that we may one day enjoy the Beatific Vision in your glorious company.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


Ninth Day

Dear St. Thomas More, you spent your whole earthly life preparing for the life to come. Everything you endured prepared you not only for the glory God wished to bestow upon you in heaven, but for your work as the patron of lawyers, judges and statesmen, and steadfast friend to all who call upon you. Through your prayers and intercession, obtain for us aid in all our necessities, both corporal and spiritual, and the grace to follow in your footsteps, until at last we are safely home with you in the mansions our Father has prepared for us in heaven.


Our Father... Hail Mary... Glory Be... Glorious St. Thomas More...


February 7, 2003.



N.B. :

"Dear Ms. Moore (Anita):

Thank you for your letter of April 23, 2007 regarding your composition of a novena to St. Thomas More. I apologize for the great delay in responding to you.

After review, and after speaking with Mr. Mark Raper, Director of the Office of Canonical Affairs about this matter, I find no doctrinal or moral errors contained within the novena. That being the case, and in accord with the norms of law, I do hereby grant my permission to you, as its author, to publish the novena for public and private devotion in the Church.

Sincerely yours in Christ,

Most Reverend Michael P. Driscoll, MSW, DD
Bishop of Boise."



Partager cet article
Repost0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 07:22


Canon de Saint-Patrick (Lorica)
"Le cri du daim" ("Faed Fiada" en gaélique)

Je me lève aujourd'hui

par une Force Puissante,
l'invocation à la Trinité,
la croyance à la Trinité,
la confession de l'unité du Créateur du monde.

Je me lève aujourd'hui,
par la force de la naissance du Christ et de Son Baptême,
la force de Sa Crucifixion et de Sa mise au tombeau,
la force de Sa Résurrection et de Son Ascension,
la force de Sa Venue au jour du Jugement.

Je me lève aujourd'hui,
par la force des ordres des Chérubins,
dans l'obéissance des Anges,
dans le service des Archanges,
dans l'espoir de la Résurrection,
dans les prières des Patriarches,
dans les prédictions des Prophètes,
dans les prédications des Apôtres,
dans les fidélités des Confesseurs,
dans l'innocence des Vierges Saintes,
dans les actions des Hommes Justes.

Je me lève aujourd'hui,
par la force du Ciel,
lumière du Ciel,
lumière du Soleil,
éclat de la Lune,
splendeur du Feu,
vitesse de l'Éclair,
rapidité du Vent,
profondeur de la Mer,
stabilité de la Terre,
solidité de la Pierre.

Je me lève aujourd'hui,
par la Force de Dieu pour me guider,
Puissance de Dieu pour me soutenir,
Intelligence de Dieu pour me conduire,
Oeil de Dieu pour regarder devant moi,
Oreille de Dieu pour m'entendre,
Parole de Dieu pour parler pour moi,
Main de Dieu pour me garder,
Chemin de Dieu pour me précéder,
Bouclier de Dieu pour me protéger,
Armée de Dieu pour me sauver :
des filets des démons,
des séductions des vices,
des inclinations de la nature,
de tous les hommes qui me désirent du mal,
de loin et de près,
dans la solitude et dans une multitude.

J'appelle aujourd'hui toutes ces forces
entre moi et le mal,
contre toute force cruelle impitoyable
qui attaque mon corps et mon âme,
contre les incantations des faux prophètes,
contre les lois noires du paganisme,

contre les lois fausses des hérétiques,
contre la puissance de l'idolâtrie,
contre les charmes des sorciers,
contre toute science qui souille le corps et l'âme de l'homme.

Que le Christ me protège aujourd'hui :
contre le poison, contre le feu,
contre la noyade, contre la blessure,
pour qu'il me vienne une foule de récompenses.

Le Christ avec moi,
le Christ devant moi,
le Christ derrière moi,
le Christ en moi,
le Christ au-dessus de moi,
le Christ au-dessous de moi,
le Christ à ma droite,
le Christ à ma gauche,
le Christ en largeur,
le Christ en longueur,
le Christ en hauteur,
le Christ dans le coeur de tout homme qui pense à moi,
le Christ dans tout oeil qui me voit,
le Christ dans toute oreille qui m'écoute.
Je me lève aujourd'hui,
par une Force Puissante,
l'invocation à la Trinité,
la croyance à la Trinité,
la confession de l'unité du Créateur du monde.

Au Seigneur est le Salut,
au Christ est le Salut,
que Ton Salut, Seigneur, soit toujours avec nous.

Amen ! Amen ! Amen !





Prière de Saint Patrick, Patron des Irlandais

J'avance sur ma route,
avec la Force de Dieu comme appui,
la Puissance de Dieu pour me protéger,
la Sagesse de Dieu pour me guider,
l'Oreille de Dieu, témoin de mon langage.
Christ devant moi, derrière moi,
Christ sur moi, sous moi,
Christ en moi et à mes côtés,
Christ autour et alentour,
Christ à ma gauche et Christ à ma droite,
Christ avec moi le matin et le soir,
Christ dans chaque cœur qui pensera à moi,
Christ dans chaque regard qui se posera sur moi,
Christ dans chaque oreille qui m'écoutera.


Maewyn Succat

385-461



Extraits de la Confession de Saint-Patrick

« C'est pourquoi je Lui rends grâce, à Lui qui me fortifia en tout, car Il ne frustra ni la route que j'avais choisie, ni l'oeuvre que m'avait enseignée le Christ mon Seigneur ; mais je sentis plutôt, après cela, une grande force et ma confiance s'est avérée fondée devant Dieu et les hommes. »

« Soyez donc émerveillés, vous, petits et grands qui craignez Dieu, et vous, hommes de lettres dans vos domaines, écoutez et considérez ceci. Qui était Celui qui m'éleva, l'insensé que je suis, du milieu de ceux qui, aux yeux des hommes, sont sages et experts dans la loi et puissants en paroles et en toutes choses ? Et Il m'inspira - moi, le rebut du monde - avant d'autres, pour que je sois l'homme (si seulement je le pouvais !) qui, avec crainte et vénération et sans reproche, serve le peuple auquel l'Amour du Christ m'a conduit et m'a donné de les servir ma vie durant avec humilité et droiture. »

« Car je suis bien en dette envers Dieu qui me donna une telle Grâce que beaucoup de gens naquirent à nouveau en Dieu par moi et furent confirmés ensuite, et des prêtres furent ordonnés pour eux partout, pour un peuple qui venait juste d'acquérir la foi, peuple que le Seigneur prit des extrémités de la terre, comme Il l'avait promis autrefois par ses prophètes : "Les nations viendront à Toi des extrémités de la terre et diront : qu'elles sont fausses, les idoles que nos pères s'étaient faites et il n'y a pas de profit en eux" ; et encore : "Je T'ai établi comme une lumière parmi les nations pour que Tu puisses être leur salut jusqu'aux extrémités de la terre."
Et c'est là que je souhaite attendre l'accomplissement de Sa Promesse, à Lui qui ne trompe certainement jamais, comme Il le promet dans l'Évangile : "Ils viendront de l'orient et de l'occident et vont s'asseoir avec Abraham, Isaac et Jacob - comme nous croyons que les fidèles viendront de tous les coins du monde". »

« Que lui rendrai-je pour toute Sa Bonté envers moi ? Que puis-je dire ou que puis-je promettre à mon Seigneur puisque toute aptitude que j'ai vient de Lui ? Qu'il Lui suffise de regarder dans mon coeur et ma raison ; car je suis prêt et en vérité, je désire beaucoup qu'Il me donne Sa coupe à boire, comme Il l'a donné à d'autres qui L'ont aimé. Ma seule prière à Dieu est qu'il n'arrive jamais que je laisse son peuple qu'Il a gagné pour Lui au bout de la terre. Je prie Dieu pour la persévérance, qu'Il m'accorde à rester son témoin fidèle par amour pour Lui jusqu'à mon départ de cette vie. »


Saint-Patrick en photos




Confession de Foi de Saint-Patrick

« Sans relâche, je rends grâce à mon Dieu, qui m'a gardé fidèle au jour de ma tentation, si bien qu'aujourd'hui je peux avec confiance offrir mon âme en sacrifice, comme une hostie vivante, au Christ mon Seigneur, qui m'a gardé dans tous les passages difficiles de ma vie.

D'où me vient cette sagesse, qui n'était pas en moi, car je ne connaissais pas le nombre de mes jours, et je n'avais pas le goût de Dieu ? D'où m'est venu par la suite le don si grand et si salutaire de connaître Dieu et de l'aimer, au point de perdre patrie et famille, et de venir parmi les Irlandais prêcher l'Évangile ? Oui, d'où vient que j'aie pu supporter les outrages de la part des incroyants, endurer la peine de ma périgrination, et de nombreuses persécutions, y compris l'emprisonnement, et renoncer à ma libération pour être utile aux autres ?

Et si j'en suis digne, me voilà prêt à donner jusqu'à ma vie, sans hésitation et de très bon coeur, pour Son Nom ; oui, je souhaite la mettre à Son service jusqu'à la mort, si le Seigneur me le permet. Car je suis infiniment débiteur à l'égard de Dieu, Lui qui m'a accordé cette Grâce exceptionnelle de faire renaître en Dieu de nombreuses peuplades par mon intermédiaire, puis de les conduire à la plénitude de la Foi ; Il m'a permis aussi d'ordonner en tout lieu des ministres pour ce peuple venu récemment à la Foi, ce peuple que le Seigneur s'est acquis des extrémités de la terre, comme Il en avait fait autrefois la promesse par ses prohètes : "À toi viendront les nations des extrémités de la terre !". »




Prière à Saint-Patrick

Pour Te faire connaître, Seigneur,

aux peuples d'Irlande,

Tu as choisi l'Évêque Saint-Patrick ;

à sa prière et par ses mérites,

accorde à tous ceux

qui ont la joie d'être Chrétiens

d'annoncer aux hommes

les merveilles de Ton Amour.

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Amen.







Bénédiction irlandaise
An Irish Blessing


ay the road rise up to meet you,

ay the wind be always at your back,

the sun shine warm upon your face,

the rain fall soft upon your fields,

and until we meet again may God

hold you in the hollow of His hand.



Prayer of Saint Patrick

Christ be with me, Christ within me,
Christ behind me, Christ before me,
Christ beside me, Christ to win me,
Christ to comfort and restore me.

Christ beneath me, Christ above me,
Christ in quiet, and in danger,
Christ in hearts of all that love me,
Christ in mouth of friend and stranger.





Prayer to St. Patrick

God our Father,

you sent Saint Patrick to preach

your glory to the people of Ireland.

By the help of his prayers,

may all Christians proclaim your love to all men.

Grant this through our Lord Jesus Christ, your Son,

who lives and reigns with you and the Holy Spirit,

one God, for ever and ever.



 "St. Patrick's Breastplate"

"The Deer's Cry" or "The Lorica"


I arise today
Through a mighty strength, the invocation of the Trinity,
Through the belief in the threeness,
Through the confession of the oneness
Of the Creator of Creation.

I arise today
Through the strength of Christ's birth with his baptism,
Through the strength of his crucifixion with his burial,
Through the strength of his resurrection with his ascension,
Through the strength of his descent for the Judgment Day.

I arise today
Through the strength of the love of Cherubim,
In obedience of angels,
In the service of archangels,
In hope of resurrection to meet with reward,
In prayers of patriarchs,
In predictions of prophets,
In preaching of apostles,
In faith of confessors,
In innocence of holy virgins,
In deeds of righteous men.

I arise today
Through the strength of heaven:
Light of sun,
Radiance of moon,
Splendor of fire,
Speed of lightning,
Swiftness of wind,
Depth of sea,
Stability of earth,
Firmness of rock.

I arise today
Through God's strength to pilot me:
God's might to uphold me,
God's wisdom to guide me,
God's eye to look before me,
God's ear to hear me,
God's word to speak for me,
God's hand to guard me,
God's way to lie before me,
God's shield to protect me,
God's host to save me
From snares of demons,
From temptations of vices,
From everyone who shall wish me ill,
Afar and anear,
Alone and in multitude.

I summon today all these powers between me and those evils,
Against every cruel merciless power

that may oppose my body and soul,
Against incantations of false prophets,
Against black laws of pagandom
Against false laws of heretics,
Against craft of idolatry,
Against spells of witches and smiths and wizards,
Against every knowledge that corrupts man's body and soul.

Christ to shield me today
Against poison, against burning,
Against drowning, against wounding,
So that there may come to me abundance of reward.
Christ with me, Christ before me, Christ behind me,
Christ in me, Christ beneath me, Christ above me,
Christ on my right, Christ on my left,
Christ when I lie down, Christ when I sit down, Christ when I arise,
Christ in the heart of every man who thinks of me,
Christ in the mouth of everyone who speaks of me,
Christ in every eye that sees me,
Christ in every ear that hears me.

I arise today
Through a mighty strength, the invocation of the Trinity,
Through belief in the threeness,
Through confession of the oneness,
Of the Creator of Creation.


Éamon de Valera
George De Valero
1882-1975


St. Patrick's "Letter To Coroticus"

...I am forced by the zeal for God; and the truth of Christ has wrung it from me...With my own hand I have written and composed these words...

I, Patrick, a sinner, unlearned, resident in Ireland, declare myself to be a bishop. Most assuredly I believe that what I am I have received from God. And so I live among barbarians, a stranger and exile for the love of God. He is witness that this is so. Not that I wished my mouth to utter anything so hard and harsh; but I am forced by the zeal for God; and the truth of Christ has wrung it from me, out of love for my neighbors and sons for whom I gave up my country and parents and my life to the point of death. If I be worthy, I live for my God to teach the heathen, even though some may despise me.

With my own hand I have written and composed these words, to be given, delivered, and sent to the soldiers of Coroticus; I do not say, to my fellow citizens, or to fellow citizens of the holy Romans, but to fellow citizens of the demons, because of their evil works. Like our enemies, they live in death, allies of the Scots and the apostate Picts. Dripping with blood, they welter in the blood of innocent Christians, whom I have begotten into the number for God and confirmed in Christ!

...the newly baptized, anointed with chrism, in white garments (had been slain) - the fragrance was still on their foreheads when they were butchered and slaughtered with the sword...

The day after the newly baptized, anointed with chrism, in white garments (had been slain) - the fragrance was still on their foreheads when they were butchered and slaughtered with the sword by the above-mentioned people - I sent a letter with a holy presbyter whom I had taught from his childhood, clerics accompanying him, asking them to let us have some of the booty, and of the baptized they had made captives. They only jeered at them.

Hence I do not know what to lament more: those who have been slain, or those whom they have taken captive, or those whom the devil has mightily ensnared. Together with him they will be slaves in Hell in an eternal punishment; for who commits sin is a slave and will be called a son of the devil.

...let every God-fearing man know that they are enemies of me and of Christ my God, for whom I am an ambassador.

Wherefore let every God-fearing man know that they are enemies of me and of Christ my God, for whom I am an ambassador. Parricide! fratricide! ravening wolves that "eat the people of the Lord as they eat bread!" As is said, "the wicked, O Lord, have destroyed Thy law," which but recently He had excellently and kindly planted in Ireland, and which had established itself by the grace of God.

I make no false claim. I share in the work of those whom He called and predestinated to preach the Gospel amidst grave persecutions unto the end of the earth, even if the enemy shows his jealousy through the tyranny of Coroticus, a man who has no respect for God nor for His priests whom He chose, giving them the highest, divine, and sublime power, that whom "they should bind upon earth should be bound also in Heaven."

...it is not permissible to court the favor of such people, nor to take food or drink with them, nor even to accept their alms, until they...set free the baptized servants of God and handmaids of Christ, for whom He died and was crucified.

Wherefore, then, I plead with you earnestly, ye holy and humble of heart, it is not permissible to court the favor of such people, nor to take food or drink with them, nor even to accept their alms, until they make reparation to God in hard-ships, through penance, with shedding of tears, and set free the baptized servants of God and handmaids of Christ, for whom He died and was crucified.

"The Most High disapproves the gifts of the wicked ... He that offers sacrifice of the goods of the poor, is as one that sacrifices the son in the presence of his lather. The riches, it is written, which he has gathered unjustly, shall be vomited up from his belly; the angel of death drags him away, by the fury of dragons he shall be tormented, the viper's tongue shall kill him, unquenchable fire devours him." And so - "woe to those who fill themselves with what is not their own;" or, "What does it profit a man that he gains the whole world, and suffers the loss of his own soul?

How much more guilty is he that has stained his hands with blood of the sons of God whom He has of late purchased in the utmost part of the earth...

It would be too tedious to discuss and set forth everything in detail, to gather from the whole Law testimonies against such greed. Avarice is a deadly sin. "Thou shalt not covet thy neighbour's goods." "Thou shalt not kill." A murderer cannot be with Christ. "Whosoever hates his brother is accounted a murderer." Or, "he that loves not his brother abides in death." How much more guilty is he that has stained his hands with blood of the sons of God whom He has of late purchased in the utmost part of the earth through the call of our littleness!

Did I come to Ireland without God, or according to the flesh? Who compelled me? I am bound by the Spirit not to see any of my kinsfolk. Is it of my own doing that I have holy mercy on the people who once took me captive and made away with the servants and maids of my father's house? I was freeborn according to the flesh. I am the son of a decurion. But I sold my noble rank, I am neither ashamed nor sorry, for the good of others. Thus I am a servant in Christ to a foreign nation for the unspeakable glory of life everlasting which is in Christ Jesus our Lord.

It is not my grace, but God who has given this solicitude into my heart...

And if my own people do not know me, a prophet has no honor in his own country. Perhaps we are not of the same fold and have not one and the same God as father, as is written: "He that is not with me, is against me, and he that gathers not with me, scatters." It is not right that one destroys, another builds up. I seek not the things that are mine.

It is not my grace, but God who has given this solicitude into my heart, to be one of His hunters or fishers whom God once foretold would come in the last days.

...the sons and daughters of kings were monks and virgins of Christ - I cannot count their number.

I am hated. What shall I do, Lord? I am most despised. Look, Thy sheep around me are tom to pieces and driven away, and that by those robbers, by the orders of the hostile-minded Coroticus. Far from the love of God is a man who hands over Christians to the Picts and Scots. Ravening wolves have devoured the flock of the Lord, which in Ireland was indeed growing splendidly with the greatest care; and the sons and daughters of kings were monks and virgins of Christ - I cannot count their number. Wherefore, be not pleased with the wrong done to the just; even to hell it shall not please.

Who of the saints would not shudder to be merry with such persons or to enjoy a meal with them? They have filled their houses with the spoils of dead Christians, they live on plunder. They do not know, the wretches, that what they offer their friends and sons as food is deadly poison, just as Eve did not understand that it was death she gave to her husband. So are all that do evil: they work death as their eternal punishment.

...the Roman Christians of Gaul...ransom baptized captives. You prefer to kill and sell them to a foreign nation that has no knowledge of God.

This is the custom of the Roman Christians of Gaul: they send holy and able men to the Franks and other heathen with so many thousand solidi to ransom baptized captives. You prefer to kill and sell them to a foreign nation that has no knowledge of God. You betray the members of Christ as it were into a brothel. What hope have you in God, or anyone who thinks as you do, or converses with you in words of flattery? God will judge. For Scripture says: "Not only them that do evil are worthy to be condemned, but they also that consent to them."

I do not know why I should say or speak further about the departed ones of the sons of God, whom the sword has touched all too harshly. For Scripture says: "Weep with them that weep;" and again: "If one member be grieved, let all members grieve with it." Hence the Church mourns and laments her sons and daughters whom the sword has not yet slain, but who were removed and carried off to faraway lands, where sin abounds openly, grossly, impudently. There people who were freeborn have, been sold, Christians made slaves, and that, too, in the service of the abominable, wicked, and apostate Picts!

Perhaps they do not believe that we have received one and the same baptism, or have one and the same God as Father. For them it is a disgrace that we are Irish.

Therefore I shall raise my voice in sadness and grief - O you fair and beloved brethren and sons whom I have begotten in Christ, countless of number, what can I do you for? I am not worthy to come to the help of God or men. The wickedness of the wicked hath prevailed over us. We have been made, as it were, strangers. Perhaps they do not believe that we have received one and the same baptism, or have one and the same God as Father. For them it is a disgrace that we are Irish. Have ye not, as is written, one God? Have ye, every one of you, forsaken his neighbor?

Therefore I grieve for you, I grieve, my dearly beloved. But again, I rejoice within myself. I have not labored for nothing, and my journeying abroad has not been in vain. And if this horrible, unspeakable crime did happen - thanks be to God, you have left the world and have gone to Paradise as baptized faithful. I see you: you have begun to journey where night shall be no more, nor mourning, nor death; but you shall leap like calves loosened from their bonds, and you shall tread down the wicked, and they shall be ashes under your feet.

...Coroticus with his criminals, rebels against Christ, where will they see themselves, they who distribute baptized women as prizes - for a miserable temporal kingdom, which will pass away in a moment...

You then, will reign with the apostles, and prophets, and martyrs. You will take possession of an eternal kingdom, as He Himself testifies, saying: "They shall come from the east and from the west, and shall sit down with Abraham, and Isaac, and Jacob in the kingdom of heaven." "Without are dogs, and sorcerers, ...and murderers; and liars and perjurers have their portion in the pool of everlasting fire." Not without reason does the Apostle say: "Where the just man shall scarcely be saved, where shall the sinner and ungodly transgressor of the law find himself?"

Where, then, will Coroticus with his criminals, rebels against Christ, where will they see themselves, they who distribute baptized women as prizes - for a miserable temporal kingdom, which will pass away in a moment? As a cloud or smoke that is dispersed by the wind, so shall the deceitful wicked perish at the presence of the Lord; but the just shall feast with great constancy with Christ, they shall judge nations, and rule over wicked kings for ever and ever. Amen.

I ask earnestly that whoever is a willing servant of God be a carrier of this letter, so that on no account it be suppressed or hidden by anyone, but rather be read before all the people, and in the presence of Coroticus himself.

I testify before God and His angels that it will be so as He indicated to my ignorance. It is not my words that I have set forth in Latin, but those of God and the apostles and prophets, who have never lied. "He that believes shall be saved; but he that believes not shall be condemned," God hath spoken.

I ask earnestly that whoever is a willing servant of God be a carrier of this letter, so that on no account it be suppressed or hidden by anyone, but rather be read before all the people, and in the presence of Coroticus himself. May God inspire them sometime to recover their senses for God, repenting, however late, their heinous deeds - murderers of the brethren of the Lord! - and to set free the baptized women whom they took captive, in order that they may deserve to live to God, and be made whole, here and in eternity! Be peace to the Father, and to the Son, and to the Holy Spirit. Amen.




Irish Blessings



Partager cet article
Repost0
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 12:42
1844-1905


Prière de Teresa Higginson pour la Diffusion
de la Dévotion au Chef Sacré de Jésus



"Ô Sagesse du Chef Sacré, guidez-nous dans toutes nos voies."
"Ô Amour du Sacré-Coeur, consumez-nous par votre feu."

(Invocations préférées de Teresa Higginson)

Imprimatur + Clément, évêque d'Aire et de Dax

Sagesse infinie, Amour immense, Vos Voies sont insondables. Faites, Seigneur que, suivant Votre Désir, Votre Chef Sacré, Temple de la Divine Sagesse, soit honoré et adoré pour Votre consolation...
Ah ! levez-Vous, Seigneur, montrez que Vous êtes le Dieu Tout-Puissant. Faites connaître l'ardent Désir de Votre Sacré-Coeur. Hâtez-vous pour Votre propre Gloire...
Ne tardez pas, Seigneur, je Vous en supplie, au Nom de Votre très Précieux Sang, en considération de Votre douloureuse Passion...
Je Vous prie, Très Sainte Trinité, au Nom de Jésus, pour l'honneur du Temple de la Divine Sagesse, et par l'Amour ardent du Sacré-Coeur. Je vous le demande, au nom de la Vierge Marie, de Saint-Joseph : pour le salut des âmes, veuillez faire connaître au monde entier cette Dévotion. Ansi soit-il.


Extrait de "Vie Merveilleuse d'une Institutrice" par Lady Kerr,
- ouvrage revêtu de l'Imprimatur de E.C. Surmont, Vic. G. du diocèse de Westminster.
Permis d'imprimer, 26 février 1937, G. Puyo, Vic. G. du diocèse d'Aire et de Dax. -



Walshingham



Notre-Dame de Walsingham



Saint-Suaire


Prière de Teresa Higginson
au Chef Sacré de Jésus


Mon Seigneur et mon Dieu, humblement prosternée devant Vous, j'adore Votre Chef Sacré, comme le Siège de la Divine Sagesse, le Siège des Puissances de Votre très Sainte Âme et des Facultés Intellectuelles et le Centre des cinq Sens de Votre Corps adorable.
Lorsque je regarde dans les profondeurs de cet abîme insondable de Bonté, de Puissance et de Sagesse, qui a inventé et institué tant de manières et tant de moyens inouïs de prouver Votre Amour infini et de répandre à profusion Vos dons les plus choisis sur moi, Votre pauvre enfant, je suis perdue d'étonnement et d'admiration.
Ô Lumière des lumières, par Vos rayons si glorieux, je vois dans le Sacré-Coeur des sources de richesses nouvelles. Ô Soleil de Justice, dans Votre chaleur intense, je ressens l'Amour brûlant qui consume le Sacré-Coeur.
Ô Volonté, qui fut toujours dans une humble soumission à Votre Père Céleste, dirigez-moi en toutes choses, comme Vous avez gouverné toutes les affections et mouvements du Sacré-Coeur du Dieu fait homme.
Ô Intelligence qui connaissez toutes choses, guidez-moi toujours par Votre Lumière.
Ô Mémoire dans laquelle le passé, le présent et le futur sont réfléchis en même temps, Ô Mémoire qui pensez sans cesse à moi et qui semblez toujours chercher quelque nouveau moyen d'accorder de nouvelles faveurs, faites que je Vous aime de plus en plus.
Oh ! par la lumière vive et éclatante de Vos Yeux, apprenez-moi à Vous voir en toutes choses ; et par Vos Oreilles qui sont toujours ouvertes à la prière de celui qui est dans le besoin, accordez-moi de toujours entendre la voix de Votre Eglise et d'être docile à Vos Saintes inspirations. Oh ! Donnez-moi sans cesse d'aimer et de goûter ce qui est juste et bon. Faites-moi sentir combien Vous êtes doux. Faites que je sois attirée par le parfum de Vos Vertus et que je jouisse pour toujours de la joie intense de Vous voir, de Vous aimer, de Vous louer et de Vous glorifier pour toute l'éternité.
Ô Jaillissement de Lumière ! Source de toute Richesse ! Océan de Bonté ! Mer de Miséricorde ! Fontaine d'Eau Vive ! Feu d'Amour ! Source de tout Bien ! Je me consacre à Vous avec tout ce que je suis et tout ce que j'ai, Ô Chef Sacré, Siège de la Divine Sagesse, Tabernacle de Dieu avec les hommes ; en Vous j'aperçois un Paradis tout à la fois céleste et terrestre, de nouveaux Cieux et une nouvelle Terre : la nouvelle Jérusalem qui descend du Ciel d'auprès de Dieu, préparée et ornée comme une épouse, brillante de lumière et de gloire : et dans ses cristaux étincelants, j'aperçois réfléchis comme dans une mer vitrifiée tous les attributs de la Divinité ! Ô Arc-en-ciel de paix ! Ô Buisson ardent ! Ô Perle incomparable ! Ô Dépôt de tous les Trésors de Dieu ! Ô Lampe d'où jaillit une lumière éclatante et inextinguible ! Soleil étincelant pour toujours ! Ô Arbre de Vie ! Vie et Lumière de ceux qui t'appartiennent ! Ô Sceau des Elus !
Ô Sagesse sans commencement et sans fin ! Science infinie ! Amour si grand que nous ne pouvons le comprendre ! Vers Vous, je fais monter mon chant d'amour, mes prières de réparation et de gratitude, du centre du Sacré-Coeur où je trouve un sûr refuge ; et je Vous demande, Ô mon Jésus, d'accepter tous les trésors de ce mystère infini de richesses et d'Amour de Votre Sacré-Coeur en réparation pour ma froideur, ma misère et ma pauvreté. Ô Jésus, mon bien-aimé Jésus, je Vous aime infiniment plus que je ne peux le dire.
Ô Jésus, mon Epoux et mon Trésor, je suis affligée que Vous soyez si peu connu et tant offensé. Ô Jésus, ma Vie et ma Lumière, puissent tous les esprits Vous connaître, tous les coeurs Vous aimer et toutes les langues Vous louer maintenant et à jamais. Amen.
Jésus ! Jésus ! Jésus ! Ô Siège de la Divine Sagesse, ayez pitié de moi. Ô Chef Sacré, Ô Coeur très aimant, guidez-moi par Votre Lumière et consumez-moi par Votre feu. Amen.

Avec approbation ecclésiastique.
Extrait du Message de Notre-Seigneur à Teresa Higginson


Litanies du Chef Sacré de Jésus



Saint-Suaire

 





link

prayer

link















Paroles de Teresa Higginson


« Je considérais l'Amour excessif du Sacré-Cœur, j'offrais à mon Divin Epoux ce même amour en réparation de notre froideur, ainsi que son immutabilité et ses infinies richesses en dédommagement de notre pauvreté et misère, quand, soudainement, Notre-Seigneur me présenta la Divinité comme une très grande pierre précieuse de cristal, dans laquelle toutes choses sont réfléchies ou existent, passé, présent, avenir, en telle manière qu'elles sont toujours présentes en Lui. Cette immense pierre précieuse envoyait des flots de lumière richement colorée, plus étincelante sans comparaison que dix mille soleils, que je compris représenter les Attributs infinis de Dieu. Ce grand joyau paraissait aussi être recouvert d'yeux innombrables, que j'ai compris représenter la Sagesse et la Science de Dieu... Notre-Seigneur me montra cette Divine Sagesse, ainsi que je le disais, comme la Puissance directrice qui régla les mouvements et les affections du Sacré-Cœur, me faisant voir qu'elle a, sur le moindre de ses actes, en l'élevant, le même effet et le même pouvoir que le soleil faisant monter la vapeur de l'océan. Il m'a donné à entendre qu'une adoration et vénération spéciales devaient être rendues au Chef Sacré de Notre-Seigneur, en qualité de Temple de la Divine Sagesse et Puissance directrice des sentiments du Sacré-Cœur, et qu'ainsi serait complétée cette céleste dévotion. [...]
C'est la Volonté de Notre-Seigneur que sa Tête Sacrée soit adorée comme le sanctuaire de la Divine Sagesse : non pas la Tête Sacrée toute seule (je veux dire comme nous honorons les Mains et les Pieds Sacrés) non, mais la Tête comme le Temple des puissances de l'âme et des facultés de l'esprit et, dans celles-ci, la Sagesse qui a guidé chaque affection du Sacré-Cœur et tous les mouvements de l'Être entier de Jésus, notre Seigneur et notre Dieu. Ce n'est pas sa Divine Volonté que les attributs ou qualités abstraites de l'âme ou de l'esprit, ou que cette Divine Sagesse qui guidait, gouvernait et dirigeait tout en Lui (l'Homme-Dieu) reçoivent une adoration distincte, mais Il veut qu'ils soient tous ensemble l'objet d'un culte spécial et que son Chef Sacré soit adoré comme leur Temple. Notre-Seigneur m'a montré aussi comment la tête est le point de ralliement de tous les sens du corps et comment cette dévotion est non seulement le complément de la dévotion au Sacré-Cœur, mais encore le couronnement et la perfection de toutes les dévotions . »

Teresa Helena Higginson, in Cecil Kerr, Teresa Helena Higginson, trad. par l'Abbé V. Billé, Saint-Cénéré, Ed. Saint-Michel, 1971 (éd. originale Desclée, 1935).


Prière pour obtenir la béatification
de la Servante de Dieu

Ô Jésus, Dieu caché,

par les mérites de Votre douloureuse Passion,

au nom de l'Amour si grand que Vous portez aux hommes

dans le Très Saint Sacrement,

accordez-nous, nous Vous en supplions humblement,

de voir bientôt, pour Votre plus grande gloire et le bien des âmes,

l'auréole des Bienheureux briller sur le front de Teresa Higginson,

Votre Servante.

Amen.



Prières et dévotions


Dévotion au Sacré-Coeur

Partager cet article
Repost0