Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 10:12
Adoration des bergers
Georges de la Tour

Chapitre 7

Comment saint François fit un carême dans l'île du lac de Pérouse, ou il jeûna quarante jours et quarante nuits et ne mangea rien de plus que la moitié d'un pain.

Le véritable serviteur de Dieu saint François, parce qu'en certaines choses il fut quasi un autre Christ, donné au monde pour le salut des hommes, Dieu le Père voulut le rendre sur beaucoup de point conforme et semblable à son fils Jésus-Christ, ainsi qu'il l'apparaît dans le vénérable collège des douze compagnons, et dans l'admirable mystère des Stigmates sacrés, et dans le jeûne continuel du saint carême, qu'il fit de la manière suivante .

Saint François se trouvant une fois, le jour du carnaval près du lac de Pérouse, dans la maison d'un de ses dévots avec qui il avait passé la nuit, fut inspiré de Dieu d'aller faire ce carême dans une île de ce lac. Ce pourquoi saint François pria ce sien dévot de le porter sur sa nacelle, pour l'amour du Christ, dans une île du lac où n'habitât personne, et de le faire la nuit du jour des Cendres pour que nul ne s'en aperçût. Celui-ci à cause de la grande dévotion qu'il avait pour saint François, satisfit diligemment à sa prière et le passa dans cette île ; et saint François n'emporta avec lui rien d'autre que deux petits pains. Arrivés dans l'île, comme son ami le quittait pour retourner chez lui, saint François le pria affectueusement de ne révéler à personne qu'il était là, et de ne revenir vers lui que le Jeudi-Saint. Et là-dessus l'autre s'en alla, et saint François resta seul.

Comme il n'y avait là aucun habitation où il pût se retirer, il entra dans un taillis très touffu, où beaucoup de ronces et d'arbustes avaient formé une sorte de petite cabane ou de tanière ; et en ce lieu il s mit en oraison et à contempler les choses célestes. Et il resta là tout le carême sans boire et sans manger rien d'autre que la moitié d'un de ces petits pains, comme le découvrit ce sien dévot le Jeudi-Saint, quand il retourna vers lui : des deux pains il trouva l'un entier et la moitié de l'autre. On croit que l'autre moitié, saint François la mangea par respect pour le jeûne du Christ béni, qui jeûna quarante jours et quarante nuits sans prendre aucune nourriture matérielle. Et ainsi avec ce demi-pain il chassa loin de lui le venin de la vaine gloire, et à l'exemple du Christ il jeûna quarante jours et quarante nuits.

Puis en ce lieu, où saint François avait fait une si merveilleuse abstinence, Dieu opéra beaucoup de miracles par ses mérites ; pour cette raison, les gens commencèrent à y édifier des maisons et à y habiter ; et en peu de temps, il se bâtit un bon et grand village, et là se trouve le couvent des frères qu'on appelle le couvent de l'Île ; et les hommes et les femmes de ce village ont encore grand respect et dévotion pour ce lieu où saint François fit ledit carême.

A la louange du Christ. Amen.

Chapitre 8

Comment Saint François, cheminant avec frère Léon, lui exposa ce qu'est la joie parfaite.

Comme saint François allait une fois de Pérouse à Sainte Marie des Anges avec frère Léon, au temps d'hiver, et que le froid très vif le faisait beaucoup souffrir, il appela frère Léon qui marchait un peu en avant, et parla ainsi : « O frère Léon, alors même que les frères Mineurs donneraient en tout pays un grand exemple de sainteté et de bonne édification, néanmoins écris et note avec soin que là n'est pas point la joie parfaite. » Et saint François allant plus loin l'appela une seconde fois : « O frère Léon, quand même le frère Mineur ferait les aveugles voir, redresserait les contrefaits, chasserait les démons, rendrait l'ouïe aux sourds, les marcher aux boiteux, la parole aux muets et, ce qui est plus grand miracle, ressusciterait des morts de quatre jours, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. » Marchant encore un peu, saint François s'écria d'une voix forte : « O frère Léon, si le frère Mineur savait toutes les langues et toutes les sciences et toutes le Écritures, en sorte qu'il saurait prophétiser et révéler non seulement les choses futures, mais même les secrets des consciences et des âmes, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. » Allant un peu plus loin, saint François appela encore d'une voix forte : « O frère Léon, petits brebis de Diu, quand même le frère parlerait la langue des Anges et saurait le cours des astres et les vertus des herbes, et que lui seraient révélés tous les trésors de la terre, et qu'il connaîtrait les vertus des oiseaux et des poissons, de tous les animaux et de hommes, des arbres et des pierres, des racines et des eaux, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. » Et faisant encore un peu de chemin, saint François appela d'une voix forte : « O frère Léon, quand même le frère Mineur saurait si bien prêcher qu'il convertirait tous les fidèles à la foi du Christ, écris que là n'est point la joie parfaite. »

Et comme de tels propos avaient bien duré pendant deux milles, frère Léon, fort étonné, l'interrogea et dit : « Père, je te prie, de la part de Dieu, de me dire où est la joie parfaite. » et saint François lui répondit : « Quand nous arriverons à Sainte-Marie-des-Anges, ainsi trempés par la pluie et glacés par le froid, souillés de boue et tourmentés par la faim, et que nous frapperons à la porte du couvent, et que le portier viendra en colère et
dira : « Qui êtes-vous ? » et que nous lui répondons : « Nous sommes deux de vos frères », et qu'ils dira : « Vous ne dites pas vrai, vous êtes même deux ribauds qui allez trompant le monde et volant les aumônes des
pauvres ; allez-vous en » ; et quand il ne nous ouvrira pas et qu'il nous fera rester dehors dans la neige et la pluie, avec le froid et la faim, jusqu'à la nuit, alors si nous supportons avec patience, sans trouble et sans murmurer contre lui, tant d'injures et tant de cruauté et tant de rebuffades, et si nous pensons avec humilité et charité que ce portier nous connaît véritablement, et que Diu le fait parler contre nous, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite. Et si nous persistons à frapper, et qu'il sorte en colère, et qu'il nous chasse comme des vauriens importuns, avec force vilenies et soufflets en disant : « Allez-vous-en d'ici misérables petits voleurs, allez à l'hôpital, car ici vous ne mangerez ni ne logerez », si nous supportons tout cela avec patience, avec allégresse, dans un bon esprit de charité, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite. Et si nous, contraints pourtant par la faim, et par le froid, et par la nuit, nous frapperons encore et appelons et le supplions pour l'amour de Dieu, avec de grands gémissements, ne nous ouvrir et de nous faire cependant entrer, et qu'il dise, plus irrité encore : « ceux-ci sont des vauriens importuns, et je vais les payer comme ils se méritent », et s'il sort avec un bâton noueux, et qu'il nous saisisse par le capuchon, et nous jette à terre, et nous roule dans la neige, et nous frappe de tus les nœuds de ce bâton, si tout cela nous supportons patiemment et avec allégresse, en pensant aux souffrances du Christ béni, que nous devons supporter pour son amour, ô frère Léon, écris qu'en cela est la joie parfaite. Et enfin, écoute la conclusion, frère Léon : au-dessus de toutes les grâces et dons de l'Esprit-Saint que le Christ accorde à ses amis, il y a celui de se vaincre soi-même, et de supporter volontiers pour l'amour du Christ les peines, les injures, les opprobres et les incommodités ; car de tous les autres dons de Dieu nous ne pouvons nous glorifier, puisqu'ils ne viennent pas de nous, mais de Dieu, selon que dit l'Apôtre : « Qu'as-tu que tu ne l'ais reçu de Dieu ? et si tu l'as reçu de lui, pourquoi t'en glorifies-tu comme si tu l'avais de toi-même ? ». Mais dans la croix de la tribulation et de l'affliction, nous pouvons nous glorifier parce que cela est à nous, c'est pourquoi l'Apôtre dit : « Je ne veux point me glorifier si ce n'est dans la croix de Notre-Seigneur Jésus Christ. »

A qui soit toujours honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen.

Chapitre 9

Comment Saint François enseignait à répondre à frère Léon, qui ne put jamais dire que le contraire de ce que voulait saint François.

Au commencement de l'ordre, saint François était une fois avec frère Léon dans un couvent où ils n'avaient pas de livres pour dire l'office divin ; quand vint l'heure des Matines, saint François dit a frère Léon : « Mon bien-aimé, nous n'avons pas de bréviaire avec lequel nous puissions dire Matines, mais pour employer le temps à louer Dieu, je parlerai et tu me répondras comme je te l'enseignerai : et prends bien gard de ne pas changer les paroles que je t'enseignerai. Je dirai ceci : « O frère François tu a fait tant de mal et tant de péchées dans le siècle, que tu es digne de l'enfer » ; et toi, frère Léon, tu répondras : « Il est bien vrai que tu mérites le plus profond de l'enfer. » Et frère Léon avec une simplicité de colombe répondit : « Volontiers, père ; commence au nom de Dieu. » Alors saint François commença à dire :  « O frère François, tu as fait tant de mal et tant de péchés dans le siècle que tu es digne de l'enfer. » et frère Léon répondit :
« Dieu fera par toi tant de bien que tu t'en iras en paradis. » Saint François
dit : « Ne parle pas ainsi, frère Léon, mais quand je dirai : " O frère François, tu as commis contre Dieu tant d'iniquités que tu es digne d'être maudit de Dieu" , toi réponds ainsi : "Vraiment, tu es digne d'être mis au nombre des maudits." » Et frère Léon répondit : « Volontiers, père. » Alors saint François, avec beaucoup de larmes et de soupirs et de coups sur sa poitrine, dit à haute voix : « O mon Seigneur, Dieu du cil et de la terre, j'ai commis contre toi tant d'iniquités et tant de péchés que je suis tout à fait digne d'être maudit de toi. » Et frère Léon répondit : « O frère François, Dieu te rendra tel que parmi les bénis tu seras béni singulièrement. »
Saint François, très étonné que frère Léon répondît le contraire de ce qu'il lui avait ordonné, le reprit en disant: « Pourquoi ne réponds-tu pas comme je te l'enseigne ? je te commande, au nom de la saint obéissance de répondre comme je te l'enseignerai. Je parlerai ainsi : "O mauvais petit frère François, penses-tu que Dieu te fera miséricorde, alors que tu as commis tant de péchés contre le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation que tu n'es pas digne de trouver miséricorde ?" et toi, frère Léon, petite brebis, tu répondras "En aucune manière tu n'es digne de trouver miséricorde". » Mais quand ensuite, Saint-François dit :
« O mauvais petit frère François.... » etc., frère Léon répondit : « Dieu le Père dont la miséricorde est infinie plus que ton péché, te fera grande miséricorde et t'y ajoutera beaucoup de grâces. »

À cette réponse, saint François doucement irrité et troublé sans impatience, dit à frère Léon : « Pourquoi as-tu la présomption de parler contre l'obéissance, et as-tu déjà tant de fois répondu le contraire de ce que je t'ai ordonné ? » Frère Léon répondit très humblement et
respectueusement : « Dieu le sait, mon père, que chaque fois j'ai résolu dans mon cœur de répondre comme tu me l'as commandé ; mais Dieu me fait parler comme il lui plaît et non comme il me plaît. » Saint François s'en étonna et dit à frère Léon : « Je te prie très affectueusement de me répondre cette fois comme je t'ai dit. » Frère Léon répondit : « Parle au nom de Dieu, car certainement je te répondrai cette fois comme tu le veux. » Et Saint François dit en pleurant : « O mauvais petit frère François, penses-tu que Dieu te fasse miséricorde ? » Frère Léon répondit : « Bien plus, tu recevras de grands grâces de Dieu, et il t'exaltera, et il te glorifiera dans l'éternité, parce que qui s'humilie sera exalté. Et je ne puis dire autre chose, car Dieu parle par ma bouche. »

Et ainsi en cet humble débat, avec beaucoup de larmes et de consolations spirituelles, il veillèrent jusqu'au jour.

À la louange du Christ. Amen.

Chapitre 10

Comment frère Massée dit a saint François, comme en plaisantant, que tout le monde courait après lui, et comment saint François lui répondit que c'était pour la confusion du monde et par la grâce de Dieu.

Saint François demeurait une fois au couvent de la Portioncule avec frère Massée de Marignan, homme de grande sainteté et sagesse, et doué de grâce pour parler de Dieu, ce pourquoi saint François l'aimait beaucoup ; un jour que saint François revenait du bois où il avait prié et qu'il était à l'orée du bois, ledit frère Massée voulut éprouver son humilité, alla à sa rencontre et lui dit comme en plaisantant : « Pourquoi à toi ? Pourquoi à toi ? Pourquoi à toi ? » Saint François répondit : Qu'est-ce que tu veux dire ? » Frère Massée dit : « Je dis : pourquoi tout le monde court-il après toi et pourquoi chacun semble-t-il désirer te voir, et t'entendre, et t'obéir ? De corps, tu n'est pas bel homme, tu n'as pas grande science, tu n'es pas noble ; d'où te vient-il donc que tout le monde après toi ? » Entendant cela, saint François, tout réjoui en esprit, leva son visage vers le ciel et resta longtemps l'âme élevée vers Dieu ; puis, rentrant en lui-même, il s'agenouilla et rendit louange et grâce à Dieu ; et dans une grande ferveur d'esprit il se tourna ensuite vers frère Massée et dit : « Tu veux savoir pourquoi à moi ? Tu veux savoir pourquoi à moi, tout le monde me court après ? Cela je tiens de ces yeux de Dieu très haut, qui en tous lieux contemplent les bons et les méchants : car ces yeux très saints n'ont vu parmi les pécheurs que moi ; et comme, pour faire l'œuvre merveilleuse qu'il entendait faire, il n'a pas trouvé sur la terre de plus vile créature, il m'a, pour cette raison, choisi pour confondre la noblesse et la grandeur et la force et la beauté et la science du monde, afin que l'on connaisse que toute vertu et tout bien viennent de lui et non de la créature, et que nul ne puisse se glorifie dans le Seigneur, à qui appartient tout honneur et gloire dan l'éternité. »
Alors frère Massée, à une si humble réponse, dite avec tant de ferveur, se troubla et reconnut avec certitude que saint François prenait appui sur la vrai humilité.

À la louange du Christ. Amen.

Chapitre 11

Comment Saint François fit tourner plusieurs fois frère Massée sur lui-même, puis s'en alla à Sienne.

Saint François cheminait un jour avec le frère Massée, et ledit frère Massée marchait un peu en avant ; arrivé à un carrefour d'où l'on pouvait aller à Florence, à Sienne et à Arezzo, frère Massée dit : « Père, quel chemin devons-nous prendre ? » Saint François répondit : « Celui que Dieu voudra. » Frère Massée dit : « Et comment pourrons-nous connaître la volonté de Dieu ? » Saint François répondit : « Par le signe que je te montrerai ; aussi par le mérite de la sainte obéissance, je t'ordonne de tourner sur toi-même, comme font les enfants, dans ce carrefour, à l'endroit où tu as les pied ; et ne cesse de tourner que je ne te le dise. » Alors frère Massée commença à tourner en rond ; et tant il tourna qu le vertige de tête qu'engendre ordinairement ce genre d mouvement, le fit plusieurs fois tomber à terre ; mais saint François ne lui disant pas de cesser, et lui voulant fidèlement obéir, il se relevait et recommençait.À la fin, quand il tournait bin fort, saint François dit : « Arrête-toi et ne bouge plus. » Il s'arrêta et saint François lui demanda : « De que côté tournes-tu la tête ? » Frère Massée répondit : « Vers Sienne. » Saint François dit : « C'est la route que Dieu veut que nous prenions. »
Tout en marchant par cette route, frère Massée s'étonnait grandement de ce que saint François l'eût fait tourner comme les enfants devant les séculiers qui passaient; néanmoins, il n'osait par respect en rien dire au père saint.

Comme ils approchaient de Sienne, les habitants de la ville apprirent l'arrivée de saint François, allèrent à sa rencontre et, par dévotion, le portèrent, lui et son compagnon, jusqu'à l'évêché, en sorte que leurs pieds ne touchèrent pas terre. Or à ce moment plusieurs Siennois se battaient entre eux, et il y avait déjà deux de morts ; arrivant parmi eux, saint François leur prêcha si pieusement et si saintement qu'il les ramena tous à la paix et à une grande union et concorde entre eux. C'est pourquoi l'évêque de Sienne apprenant cette oeuvre sainte que saint François avait accomplie, l'invita chez lui, et le reçut avec de très grands honneurs ce jour-là et aussi la nuit. Au matin suivant, saint François, vraiment humble, qui dans ses oeuvres ne cherchait que la gloire de Dieu, se leva de bonne heure avec son compagnon et partit à l'insu de l'évêque.

Ce pourquoi frère Massée allait par ce chemin, murmurant en lui-même et disant : « Qu'est-ce qu'a fait ce brave homme ? Il m'a fait tourner comme un enfant, et à l'évêque, qui l'a comblé d'honneurs, il n'a même pas dit une bonne parole et il ne l'a pas remercié. Et il semblait à frère Massée que saint François s'était comporté sans discrétion.

Mais ensuite, rentrant en lui-mme par une inspiration divine et s'accusant, il dit dans son cœur : « Frère Massée, tu es trop orgueilleux, toi, qui juges les oeuvres divins, et tu es digne de l'enfer pour ton orgueil indiscret ; car dans la journée d'hier frère François a fait des oeuvres si saintes qu'elles n'auraient pas été plus merveilleuses, si l'ange de Dieu les avait accomplies. Aussi, s'il te commandait d jeter des pierres, tu devrais lui obéir, et ce qu'il a fait sur cette route est venu de l'ordre divin, comme il l'apparaît de la bonne issue qui s'en est suivie ; car s'il n'avait pas réconcilié ceux qui se battaient entre eux, non seulement beaucoup de corps, comme il l'était déjà commencé, seraient morts à corps de couteaux, mais encore le diable aurait entraîné beaucoup d'âmes dans l'enfer. Et tu es donc très sot et très orgueilleux, toi qui murmures de ce qui vient manifestement de la volonté de Dieu. »

Et toutes ces choses que frère massée disait dans son cœur, en marchant en avant, furent révélées par Dieu à saint François. Aussi, s'approchant de lui, saint François parla ainsi : « Tiens-toi à ces pensées que tu as maintenant, parce qu'elles sont bonnes, utiles et inspirées de Dieu ; mais le murmure que tu faisais d'abord était aveugle et vain et orgueilleux, et c'est le démon qui te l'avait mis dans l'âme. » Alors frère Massée s'aperçut clairement que saint François connaissait les secrets de son cœur, et que l'esprit de la sagesse divine dirigeait le père saint dans tout ses actes.

À la louange du Christ. Amen.

Chapitre 12

Comment saint François préposa frère Massée à l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine, puis l'en déchargea à la prière des autres frères.

Saint François voulut humilier frère Massée, pour que les nombreux dons et grâces que Dieu lui accordait ne le fassentpas s'exalter en vaine gloire, mais le fassent croître de vertu en vertu par la vertu d'humilité ; et une fois qu'il demeurait dans un couvent solitaire avec ses premiers compagnons véritablement saints, parmi lesquels était le dit frère Massée, il dit un jour à frère Massée devant tous ses compagnons : « O frère Massée, tous les compagnons que voici ont la grâce de la contemplation et de l'oraison, mais toi tu as la grâce de la manière de prêcher la parole de dieu qui satisfait le peuple. Aussi je veux, pour que ceux-ci puissent s'adonner à la contemplation, que tu te charges de l'office de la porte d l'aumône, et de la cuisine ; et quand les autres frères mangeront, tu mangeras hors de la porte du couvent, de façon qu'avant qu'ils ne frappent, tu satisfasses de quelques bonnes paroles de Dieu ceux qui viendront au couvent, et qu'il ne soit nécessaire à personne autre que toi de sortir pour eux. Et cela fais-le par le mérite de la sainte obéissance. » Alors frère Massée retira son capuchon, inclina la tête, reçut humblement cet ordre et l'exécuta pendant plusieurs jours, faisant l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine.

Ses compagnons, en hommes illuminés de Dieu, commencèrent à n éprouver dans leurs cœurs de grands regrets, considérant que frère Massée était, autant et plus qu'eux, homme de grande perfection, et que c'était à lui et non à eux qu'était imposée toute la charge du couvent. C'est pourquoi ils allèrent tous, mus par une même volonté, prier le père saint qu'il lui plût de distribuer entre eux ces offices, parce que leur conscience ne pouvait souffrir en aucune façon que frère Massée supportât tant de fatigues. Entendant cela, saint François s'en rapporta à leurs conseils et acquiesça à leurs désirs ; et appelant frère Massée il lui parla ainsi : « Frère Massée, tes compagnons veulent prendre part aux offices que je t'ai imposés, aussi je veux que lesdits offices soient divisés. » Frère Massée dit avec grande humilité et patience : « Père, ce que tu m'imposes, ou en n tout ou en partie, je le tiens comme venant entièrement de Dieu. » Alors saint François, voyant la charité de ces frères et l'humilité de frère Massé, leur fit un merveilleux sermon sur la très sainte humilité, leur enseignant que nous devons être d'autant plus humbles que sont plus grands les dons et grâces que Dieu nous accorde, car sans l'humilité, aucune vertu n'est acceptable à Dieu. Et après ce sermon, il repartit les offices avec une très grande charité.

À la louange du Christ. Amen.

Chapitre 13

Comment Saint François et frère Massée posèrent sur une pierre, près d'une fontaine, le pain qu'ils avaient mendié, et saint François loua fort la pauvreté ; comment il pria ensuite Dieu, saint Pierre, et saint Paul de lui faire aimer la sainte pauvreté, et lui apparurent saint Pierre et saint Paul.

L'admirable serviteur et imitateur de Christ Messire saint François, pour se conformer parfaitement en toute chose au Christ, qui selon ce que dit l'Évangile, envoya se disciples deux à deux dans toutes les villes et tous les lieux où il devait aller, après qu'il eut, à l'exemple du Christ, réuni douze compagnons, les envoya de même par le monde prêcher deux à deux. Et pour leur donner l'exemple de la vrai obéissance, il commença d'abord par aller lui-même, à l'exemple du Christ qui commença par agir avant d'enseigner. Ayant donc assigné à ses compagnons les autres parties du monde, il prit frère Massée pour compagnon et s'achemina vers la province de France.

Un jour qu'ils étaient parvenus très affamés dans un village, ils allèrent, selon la Règle, mendier du pain pour l'amour de Dieu ; et saint François alla dans un quartier et frère Massée dans un autre. Mais parce que saint François était un homme d'aspect trop misérable et petit de taille et que par ce motif il passait pour un vil petit pauvre près de qui ne le connaissait pas, il ne recueillit que quelques bouchées et restes de pain sec ; mais à frère Massée, parce qu'il était un homme grand et de belle prestance, on lui donna beaucoup de grands et bons morceaux, et des pains entiers.

Après qu'ils eurent mendié, ils se rejoignirent hors du village pour manger, dans un endroit où il y avait une belle fontaine, et à côté une belle pierre large, sur laquelle chacun d'eux posa toutes les aumônes qu'ils avait mendiées. Et saint François, voyant que les morceaux de pain de frère Massée étaient plus nombreux, plus beaux et plus grands que les siens, témoigna d'une très grande allégresse et parla ainsi : « O frère Massée, nous ne sommes pas dignes d'un aussi grand trésor que celui-là. » et, comme il répétait plusieurs fois ces paroles, frère Massée répondit : « Père bien-aimé, comment put-on parler de trésor, là où il y a tant de pauvreté et où il manque tout ce qui est nécessaire ? Ici il n'y a ni nappe, ni couteau, ni tranchoir ni écuelle, ni maison, ni table, ni serviteur, ni servante. » Saint François dit alors : « C'est précisément cela que je tiens pour un grand trésor, qu'il n'y ait rien de préparé par l'industrie humaine ; mais ce qui est ici est préparé par la divine providence, comme on le voit manifestement dans le pain mendié, dans la table de pierre si belle et dans la fontaine si limpide. Aussi je veux que nous priions Dieu de nous faire aimer de tout notre cœur le trésor si noble de la saint pauvreté qui a Dieu pour serviteur. » Ces paroles dites, après avoir prié et fait leur réfection corporelle de ces morceaux de pain et de cette eau, ils se levèrent pour s'acheminer vers la France.

Et comme ils arrivaient à une église, saint François dit à son compagnon :
« Entrons dans cette église pour prier. » Et saint François s'en alla derrière l'autel, et se mit en prière ; et dans cette prière il reçut de la visite de Dieu une ardeur si intense, qui embrasa tellement son âme de l'amour de la sainte pauvreté, qu'il paraissait, par l'éclat de son visage et par sa manière d'ouvrir la bouche, jeter des flammes d'amour. Et venant ainsi enflammé à son compagnon, il lui dit : « Ah ! ah ! ah ! frère Massée, abandonne-toi à moi. » Et il parla ainsi trois fois, et la troisième fois saint François, de son souffle, souleva frère Massée dans les airs et le projeta devant lui à la distance d'une grande lance, ce dont frère Massée éprouva une très grande stupeur. Et il raconta ensuite à ses compagnons qu'ainsi soulevé et projeté par le souffle de saint François, il éprouva une telle douceur d'âme et consolation de l'Esprit-Saint que jamais dans sa vie il n'en avait éprouvé de pareille.

Et cela fait, saint François dit : « Mon compagnon bien-aimé, allons à saint Pierre et à saint Paul, et prions-les de nous enseigner et de nous aider à posséder le trésor infini de la très sainte pauvreté ; car elle est un trésor si précieux et si divin que nous ne sommes pas dignes de le posséder dans nos vases très vils ; car c'est elle qui est cette vertu céleste, par laquelle toutes les choses terrestres et transitoires sont foulées aux pieds, et par laquelle tous les obstacles sont abattus devant l'âme pour qu'elle puisse s'unir librement au Dieu éternel. C'est elle qui est cette vertu qui permet à l'âme encore attachée à la terre, de s'entretenir dans le ciel avec les anges. C'est quelle qui accompagna le Christ sur la croix, qui fut ensevelie avec le Christ, qui ressuscita avec le Christ, qui monta au ciel avec le Christ ; elle aussi qui dès cette vie, accorde aux âmes qui s'enamourent d'elle, le pouvoir de s'envoler au ciel, parce qu'elle garde les armes de la vrai humilité et de la charité. Prions donc les très saints Apôtres du Christ, qui furent des amoureux parfaits de cette perle évangélique, de nous obtenir de Notre-Seigneur Jésus-Christ la grâce qu'il nous concède, par sa très sainte miséricorde, de mériter d'être de vrais amoureux, observateurs et humbles disciples de la très précieuse très aimée et évangélique pauvreté. »

Et en parlant de la sorte ils arrivèrent à Rome et entrèrent dans l'église de saint Pierre ; et saint François se mit en prière dans un coin de l'église, et frère Massée dans un autre. Ils restèrent longtemps en prière avec beaucoup de larmes et de dévotion, et les très saints apôtres Pierre et Paul apparurent à saint François dans une grande splendeur et lui dirent : « Parce que tu demandes et désires d'observer ce que le Christ et les saints Apôtres ont observé, Notre-Seigneur Jésus-Christ nous envoie vers toi pour t'annoncer que ta prière est exaucée, et qu'il t'est concédé par Dieu, en toute perfection, à toi et à tes disciples, le trésor de la très sainte pauvreté. Et nous t'annonçons encore de sa parteque quiconque, à ton exemple, embrassera parfaitement ce désir, est assuré de la béatitude de la vie éternelle ; et toi et tous tes disciples vous serez bénis de Dieu. » Et après ces paroles ils disparurent, laissant saint François rempli de consolation.

Il se releva de sa prière, revint vers son compagnon et lui demanda si Dieu ne lui avait rien révélé ; celui-ci lui répondit que non. Alors saint François lui dit comment les saints Apôtres lui étaient apparus et ce qu'ils lui avaient révélé. De quoi pleins de joie, il décidèrent de retourner dans le val de Spolète, renonçant au voyage de France.

À la louange du Christ. Amen .

Chapitre 14

Comment, pendant que saint François parlait de Dieu avec ses frères, le Christ apparut au milieu d'eux.

Au commencement de l'Ordre, saint François était une fois réuni, dans un couvent, avec ses compagnons pour parler du Christ, et , dans la ferveur de son esprit, il commanda à l'un d'eux qu'au nom de Dieu il ouvrît la bouche et parlât de Dieu merveilleusement, saint François lui imposa silence et commanda la même chose à un autre. Celui-ci obéissant et parlant de Dieu avec pénétration, saint François lui imposa pareillement silence et commanda à un troisième de parler de Dieu. Celui-ci commença semblablement à parler avec tant de profondeur des choses secrètes de Dieu, que saint François connut avec certitude qu'il parlait ainsi que les deux autres sous l'inspiration de l'Esprit-Saint.

Et cela fut aussi démontré par un signe exprès, car pendant qu'ils s'entretenaient ainsi, le Christ béni apparut au milieu d'eux sous l'aspect et la figure d'un très beau jeune homme ; et en les bénissant tous il les remplit d'une telle douceur qu'ils furent tous ravis hors d'eux-memes et qu'ils gisaient à terre comme morts, ne sentant plus rien de ce monde. Comme ils revenaient à eux-mêmes, saint François leur dit : « Mes frères bien-aimés, remerciez Dieu qui a voul révéler par la bouche des humbles les trésors de la science divine, car Dieu est celi qui ouvre la bouche des muets et qui fait parler très savamment la langue des simples. »

À sa louange. Amen.

Chapitre 15

Comment sainte Claire mangea à Sainte-Marie des Anges avec saint François et les frères ses compagnons.

Quand saint François demeurait à Assise, il visitait souvent sainte Claire et lui donnait de saints enseignements. Et elle avait un désir extrême de manger une fois avec lui et elle l'en priait souvent, et jamais il ne voulait lui accorder cette consolation. Ce pourquoi ses compagnons, voyant le désir de sainte Claire, dirent à saint François : « Père il nous semble que cette rieur n'est pas selon la divine charité, de ne pas vouloir exaucer sœur Claire, vierge si sainte et aimée de Dieu, dans une chose aussi petite que de manger avec toi, et surtout si tu considères qu'à ta prédication elle a abandonné les richesses et les pompes du monde. En vérité, si elle te demandait une faveur encore plus grande que celle-là, tu devrais l'accorder à ta petite plante spirituelle. » Alors saint François répondit : « Vous semble-t-il que je doive l'exaucer ? » Et ses compagnons : « Oui, père, c'est une chose juste que tu lui accordes cette consolation. » Saint François dit alors : « Puisqu'il vous le semble, il me le semble aussi. Mais pour qu'elle soit plus consolée, je veux que ce repas se fasse à Sainte-Marie des Anges : parce qu'il y a longtemps qu'elle est recluse à Saint-Damien, ce lui sera un joie pour cela de revoir un peu le couvent de Sainte-Marie, où elle eut les cheveux coupés et fut faite épouse de Jésus-Christ ; nous y mangerons ensemble au nom de Dieu. »

Le jour choisi étant donc arrivé, sainte Claire sortit du monastère avec une compagne, et escortée des compagnons de saint François, elle vint à Sainte-Marie des Anges. Après qu'elle eut salué pieusement la Vierge Marie devant son autel, où elle avait eu les cheveux coupés et avait reçu le voile, ils la menèrent voir le couvent jusqu'à ce qu'il fût l'heure de repas. Pendant ce temps, saint François fit préparer la table à même la terre, comme il était accoutumé. Et l'heure du repas venue, ils s'assirent ensemble, saint François et sainte Claire, et l'un des compagnons de saint François avec la compagne de sainte Claire : pis tous les autres compagnons prirent humblement place à table. Au premier mets, saint François commença à parler de Dieu avec tant de suavité, avec tant d'élévation, si merveilleusement, que la grâce divine descendant sur eux en abondance, ils furent tous ravis en Dieu.

Et pendant qu'ils étaient ainsi ravis, les yeux et les mains levés au ciel, les gens d'assise et de Bettona et ceux de la contrée environnante voyaient que Sainte-Marie des Anges, en tout le couvent, et le bois qui était alors à côté du couvent, étaient en train de brûler complètement, et il leur semblait qu'un unique brasier occupait la place et de l'église et du couvent et du bois. Ce pourquoi les gens d'Assise coururent là en grande hâte pour éteindre le feu, croyant fermement que tout brûlait. Mais arrivés au couvent et voyant que rien ne brûlait, ils y pénétrèrent et trouvèrent saint François avec sainte Claire et tous les compagnons ravis en Dieu dans la contemplation et assis autour de cette humble table. D'où ils comprirent avec certitude que c'était là un feu divin et non matériel, que Dieu avait fait apparaître miraculeusement pour montrer et représenter le feu du divin amour, dont brûlaient les âmes de ces saints frères et saintes moniales ; aussi partirent-ils le cœur rempli d'un grande consolation et saintement édifiés.

Puis, après une longue durée, saint François et sainte Claire revinrent à eux en même temps que les autres, et se sentant bien réconfortés par la nourriture spirituelle, peu se soucièrent de la nourriture corporelle. Et ce repas béni ainsi terminé, sainte Claire revint bien accompagné à Saint-Damien. De quoi les sœurs eurent, en la voyant, grande
allégresse ; car elles craignaient que saint François ne l'eût envoyée gouverner quelque autre monastère, comme déjà il avait envoyé sœur Agnès, sa sainte sœur, gouverner comme abbesse le monastère de Monticelli de Florence ; et saint François avait dit quelquefois à sainte Claire : « Tiens-toi prête, pour le cas où il serait nécessaire que je t'envoie dans quelque couvent » ; et elle, en fille de la sainte obéissance avait répondu : « Père, je suis toujours prête à aller partout où vous m'enverrez. » C'est pourquoi les sœurs se réjouirent beaucoup quand elles l'eurent de nouveau parmi elles ; et sainte Claire depuis lors demeura très consolée.

À la louange du Christ. Amen

Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 10:01
Saint-François d'Assise, José de Ribera

Saint François d'Assise

les "Fioretti"

Au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ crucifié et de sa Mère la Vierge Marie. Il y a dans ce livre certaines petites fleurs, miracles et pieux exemples du glorieux petit Pauvre du Christ Messire Saint-François et de quelques-uns de ses saints compagnons.

A la louange de Jésus-Christ. Amen.

Chapitre Premier

Des Douze premiers compagnons de Saint-François

D'abord, il faut considérer que le glorieux Messire Saint-François dans tous les actes de sa vie, fut conforme au Christ béni : car, comme le Christ, au début de sa prédication appela douze apôtres à mépriser tout ce qui est du monde et à la suivre en pauvreté et dans les autres vertus, ainsi saint François, au début de la fondation de son Ordre, choisit douze compagnons qui embrassèrent la très haute pauvreté.

Et comme un des douze apôtres du Christ, réprouvé de Dieu, finalement se pendit par la gorge, ainsi un des douze compagnons de saint François, du nom de frère Jean de la Chapelle, apostasia et finalement se pendit lui-même par la gorge. Et ceci est pour les élus un grand exemple et un motif d'humilité et de crainte, lorsqu'ils considèrent que nul n'est assuré de devoir persévérer jusqu'à la fin dans la grâce de Dieu.

Et comme ces saints apôtres furent pour le monde entier admirables de sainteté et remplis de l'Esprit saint, ainsi ces très saints compagnons de saint François furent des hommes de telle sainteté que, depuis le temps des apôtres, le monde n'eut pas d'hommes aussi admirable et aussi saints : car l'un d'eux fut ravi jusqu'à troisième ciel comme saint Paul, et celui-là fut Gilles ; un autre, frère Philippe le Long, fut touché aux lèvres par l'ange d'un charbon ardent, comme le prophète Isaïe ; un autre, frère Sylvestre, parlait à Dieu, comme un ami à son ami, à la manière de Moïse ; un autre volait par la subtilité de son intelligence jusqu'à la lumière de la divine Sagesse, comme l'aigle, c'est-à-dire comme Jean l'Évangéliste, et celui-là fut le très humble frère Bernard qui expliquait avec une très grande profondeur la sainte Écriture ; un autre fut sanctifié par Dieu et canonisé dans le ciel alors qu'il vivait encore sur la terre, et celui-là fut frère Rufin, gentilhomme d'Assise.

Et ainsi ils reçurent tous le privilège de signes singuliers de sainteté, comme il se verra par la suite.

Chapitre 2

De Frère Bernard de Quintavalle, premier compagnon de saint François

Le premier compagnon de saint François fut frère Bernard d'Assise, qui se convertit en cette manière.

Saint François portait encore l'habit séculier, bien qu'il se fût déjà détourné du monde, et il allait tout méprisable et mortifié par la pénitence, au point que beaucoup le tenaient pour insensé et qu'il était berné et pourchassé comme un fou, sous les pierres et la boue, par ses parents et les étrangers, et il passait parmi toutes ces injures et moqueries aussi patient que s'il eût été sourd et muet ; Messire Bernard d'Assise, qui était des plus nobles, riches et sages de la ville, commença à considérer avec sagesse en saint François son mépris si excessif du monde, sa grande patience sous les injures, et que depuis déjà deux ans, ainsi abominé et méprisé de tous, il paraissait toujours plus constant et plus patient ; il commença à penser et à se dire en lui-même : « En aucune façon il ne se peut qu ce François n'ait un grande grâce de Dieu. » et ainsi il l'invita le soir à souper et à loger ; saint François accepta, et soupa le soir et logea chez lui.

Alors Messire Bernard se mit dans l'esprit d'examiner sa sainteté ; pour cela il lui fit préparer un lit dans sa propre chambre, dans laquelle une lampe brûlait toujours pendant la nuit. Et saint François, pour cacher sa sainteté, aussitôt qu'il fut entré dans la chambre, se jeta sur le lit et fit semblant de dormir ; et Messire Bernard, après quelque temps, se coucha de même et commença à ronfler vigoureusementcomme s'il dormait très profondément. Alors saint François, croyant vraiment que Messire Bernard dormait, se leva du lit sur le premier sommeil et se mit en prière, les yeux et les mains levés au ciel, et il disait avec très grande dévotion et ferveur : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! ». Et il demeura jusqu'à Matines parlant ainsi et pleurant abondamment, répétant toujours : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! » et rien d'autre. Et saint François disait cela en contemplant et admirant l'excellence de la divine Majesté, qui daignait s'abaisser sur le monde en perdition, et se préparait à remédier, par son petit Pauvre François, au salut de son âme à lui et de celle des autres ; et pour cela, illuminé d'esprit de prophétie, prévoyant les merveilles que Dieu devait accomplir par lui et son Ordre, et considérant son insuffisance et son peu de vertu, il invoquait et priait Dieu pour que, par sa pitié et sa toute puissance, sans laquelle ne peut rien la faiblesse humaine, il suppléât, aidât et accomplît ce qu-il ne pouvait par lui-même. Messire Bernard voyant, à la lumière de la lampe, les actes très pieux de saint François, et considérant attentivement les paroles qu'il prononçait, fut touché et inspiré par le Saint-Esprit à changer sa vie.

Aussi dès le matin, il appela saint François et lui parla ainsi : « J'ai complètement décidé dans mon coeur d'abandonner le monde et de te suivre en ce que tu m'ordonneras. » A ces mots, saint François se réjouit en esprit et parla ainsi : « Messire Bernard, ce que vous dites est chose si grave et difficile qu'il nous faut demander là-dessus le conseil de Notre Seigneur Jésus Christ et le prier qu'il lui plaise de nous montrer sur ce point sa volonté et nous enseigner comment nous pouvons l'exécuter. Allons pour cela ensemble à l'évêché où il y a un bon prêtre, et nous y ferons dire la messe ; puis nous resterons en oraison jusqu'à Tierce, priant Dieu qu'au moyen de trois ouvertures du missel il nous montre la voie qu'il lui plaît que nous choisissions. » Messire Bernard répondit que cela lui plaisait beaucoup ; ce pourquoi ils se mirent alors en route et se rendirent à l'évêché.

Après qu'ils eurent entendu la messe et qu'ils furent restés en oraison jusqu'à Tierce, le prêtre, à la prière de saint François,prit l missel, et ayant fait le signe de la croix, l'ouvrit trois fois au nom de Notre Seigneur Jésus Christ. A la première ouverture, se présenta cette parole que dit le Christ dans l'Évangile au jeune homme qui l'interrogea sur la voie de la perfection : « Si tu veux être parfait, va vends ce que tu as et donne-le aux pauvres, puis viens et suis-moi. ». A la seconde ouverture, se présenta cette parole que le Christ dit aux apôtres quand il les envoya prêcher : « Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni besace, ni chaussures, ni argent », voulant leur enseigner par là qu'ils doivent s'en remettre à Dieu de tout leur espoir d'avoir de quoi subsister, et n'avoir d'autre volonté que de prêcher le saint Évangile. A la troisième ouverture du missel, se présenta cette parole que dit le Christ : « Qui veut venir après moi, qu'il renonce à soi-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. » Alors saint François dit à Messire Bernard : « Voilà le conseil que le Christ nous donne ; va donc et fais jusqu'au bout ce qu tu as entendu ; et que béni soit Notre Seigneur Jésus Christ qui a daigné nous montrer sa voie évangélique. » A ces mots, Messire Bernard s'en alla et vendit ce qu'il avait, car il était fort riche, et en grande allégresse il distribua le tout aux pauvres, aux veuves, aux orphelins, aux pèlerins, aux monastères et aux hôpitaux ; et saint François l'aidait en tout cela avec fidélité et sollicitude.

Or un homme qui s'appelait Messire Sylvestre, voyant que saint François donnait et faisait donner tant d'argent aux pauvres, mordu par l'avarice, dit à saint François : « Tu ne m'as pas entièrement payé de ces pierres que tu m'as achetées pour réparer les églises ; aussi, maintenant que tu as de l'argent, paie-moi. » Alors saint François, surpris de son avarice et ne voulant pas contester avec lui, en véritable observateur de l'Évangile, mit les mains dans le giron de Messire Bernard, et pleines d'argent les mit dans le giron de Messire Sylvestre, disant que s'il voulait davantage il lui en donnerait davantage. Messire Sylvestre, satisfait de ce qu'il avait eu, les quitta et retourna chez lui.

Le soir repensant à ce qu'il avait fait le jour, il se reprocha son avarice et considéra la ferveur de Messire Bernard et la sainteté de saint François ; la nuit suivante et les deux autres, il eut de Dieu cette vision : de la bouche de saint François sortait une croix d'or dont le sommet touchait le ciel et dont les bras s'étendaient de l'orient jusqu'à l'occident. A l'appel de cette vision, il donna pour Dieu ce qu'il avait et se fit frère Mineur ; et il eut dans l'Ordre tant de sainteté et de grâce qu'il parlait à Dieu comme à un ami, ainsi que saint François le constata plusieurs fois et qu'il se verra plus loin.

Messire Bernard, pareillement, eut de Dieu tant de grâce que souvent il était ravi dans la contemplation de Dieu ; et saint François disait de lui qu'il était digne de tout respect et qu'il avait fondé l'Ordre, car il était le premier à avoir abandonné le monde sans rien se réserver, mais en donnant tout aux pauvres du Christ, et il avait inauguré la pauvreté évangélique, en s'offrant tout nu aux bras du Crucifié, lequel soit béni de nous dans les siècles des siècles.

Amen.

Chapitre 3

Comment, pour une mauvais pensée que saint François eut contre Frère Bernard, il ordonna audit frère Bernard de lui marcher trois fois sur la gorge et sur la bouche.

Le très pieux serviteur du Christ, Messire saint François, par la rigueur de sa pénitence et ses larmes continuelles, était devenu presque aveugle et voyait à la peine la lumière.

Une fois entre autres, il quitta la couvent où il était et se rendit à un couvent où était frère Bernard, pour s'entretenir avec lui des choses divines ; et il découvrit,en arrivant dans ce couvent, qu'il était en prière dans le bois, tout élevé vers Dieu et uni à Lui. Alors saint François alla dans le bois et l'appela : « Viens, dit-il, et parle à cet aveugle. » Et frère Bernard ne lui répondit rien, car, étant homme de grande contemplation, il avait l'esprit ravi en Dieu et élevé vers Lui. Et parce qu'il avait une grâce singulière en parlant de Dieu, comme l'avait plusieurs fois éprouvé saint François, qui pour cela désirait s'entretenir avec lui, il l'appela. Après quelque intervalle, en la même manière, une seconde puis une troisième fois ; et aucune fois frère Bernard ne l'entendit ; ce pourquoi il ne lui répondit pas et n'alla point vers lui. De quoi saint François s'en alla un peu affligé, et il s'étonnait et se désolait en lui-même que frère Bernard trois fois appelé, ne fût pas venu vers lui.

Parti avec cette pensée, saint François, quand il fut un peu éloigné, dit à son compagnon : « Attends-moi ici » ; et il se rendit près de là dans un lieu solitaire, où il se jeta en oraison, priant Dieu de lui révéler pourquoi frère Bernard ne lui avait pas répondu. Comme il se tenait ainsi, une voix lui vint de Dieu qui lui dit ces paroles : « O pauvre misérable petit homme, de quoi te troubles-tu ? L'homme doit-il quitter Dieu pour la créature ? Frère Bernard, quand tu l'appelais, était uni à moi : il ne pouvait pour cela ni venir vers toi ni te répondre ; ne t'étonne donc pas s'il n'a pu te parler, car il était à ce point hors de soi qu'il n'entendait rien de tes paroles. » Saint François, ayant reçu cette réponse de Dieu, retourna aussitôt en grande hâte vers frère Bernard, pour s'accuser humblement à lui de la pensée qu'il avait eue à son égard.

Le voyant venir vers lui, frère Bernard alla à sa rencontre et se jeta à ses pieds ; alors saint François le fit se relever et lui raconta avec grande humilité la pensée et le trouble qu'il avait eus à son égard, et comment Dieu l'en avait repris ; puis il conclut ainsi : « Je te commande, au nom de la sainte obéissance, de faire ce que je t'ordonnerai. » Frère Bernard, craignant que saint François ne lui commandât quelque chose d'excessif, comme il en avait coutume, voulut esquiver loyalement cette obéissance ; ce pourquoi il lui répondit ainsi : « Je suis prêt à vous obéir, si vous me promettez de faire ce que je vous ordonnerai. » Sur la promesse de saint François, frère Bernard dit : « Dites, père, ce que vous voulez que je fasse. » Alors saint François dit  : « je te commande, au nom de la sainte obéissance, que, pour punir ma présomption et l'audace de mon coeur, dès que je me jetterai à terre sur le dos, tu me poses un pied sur la gorge et l'autre sur la bouche, et que tu passes ainsi trois fois sur moi d'un côté à l'autre, en me faisant honte et en m'injuriant ; et dis-moi en particulier : "Reste étendu, rustre, fils de Pierre Bernadone ; d'où te vient tant de superbe, ò toi qui es la plus vile des créatures ?" » Ce qu'entendant, frère Bernard, bien qu'il lui fût très dur de faire cela, en raison cependant de la sainte obéissance, exécuta, le plus courtoisement qu'il le put, ce que saint François lui avait commandé. Cela fait, saint François lui dit : « Maintenant, commande-moi ce que tu veux que je fasse, puisque je t'ai promis obéissance. » Frère Bernard dit : « Je te commande, au nom de la sainte obéissance, que chaque fois que nous serons ensemble tu me reprennes et me corriges durement de mes défauts. » de quoi saint François s'étonna beaucoup, parce que frère Bernard était d'un telle sainteté qu'il le tenait en grand respect te ne le trouvait répréhensible en rien. Aussi depuis ce jour, saint François évitait de rester longtemps avec lui, qu'il savait être d'une telle sainteté ; mais quand il avait désir de le voir ou de l'entendre parler de Dieu, il se séparait de lui le plus tôt possible et s'en allait. Et c'était un sujet de très grande édification de voir avec quelle charité, quel respect et quelle humilité le saint père François en usait et parlait avec frère Bernard son fils premier-né.

A la louange du Christ. Amen.


Chapitre 4

Comment l'ange de Dieu proposa une question à frère Élie, gardien d'un couvent du val de Spolète ; et, parce que frère Élie lui répondit avec superbe, comment il partit et s'en alla sur le chemin de Saint-Jacques, où il trouva frère Bernard et lui raconta cette histoire.

Au commencement et à l'origine de l'Ordre, quand il y avait pu de frères et qu'il n'y avait pas encore de couvents établis, saint François, pour sa dévotion, alla à Saint-Jacques de Galice, et emmena avec lui quelques frères dont l'un était frère Bernard. Comme ils allaient ainsi ensemble par le chemin il trouvèrent dans un certain pays un pauvre malade ; saint François, ayant pitié de lui, dit à frère Bernard : « Mon fils je veux que tu restes ici pour servir ce malade. » Et frère Bernard, s'agenouillant humblement et inclinant la tête, reçu l'ordre du père saint et resta en ce lieu ; et saint François avec ses autre compagnons alla à Saint-Jacques.

Arrivés là, comme saint François était une nuit en prière dans l'église de Saint-Jacques, il lui fut révélé par Dieu qu'il devait établir beaucoup de couvents par le monde, parce que son Ordre devait s'étendre et croître en comptant une grande multitude de frères. Et à cause de cette révélation, saint François commença à établir des couvents en ces contrées. Et saint François, revenant par le même chemin, retrouva frère Bernard et le malade avec qu'il l'avait laissé et qui était parfaitement guéri ; ce pourquoi saint François permit l'année suivante à frère Bernard d'aller à Saint-Jacques.

Et saint François s'en retourna ainsi dans le val de Spolète, et il demeurait dans un lieu désert, lui, frère Massée, frère Élie et quelques autre ; tous ils se gardaient beaucoup d'importuner saint François ou de le distraire de l'oraison ; il agissaient ainsi par le grand respect qu'ils lui portaient et parce qu'ils savaient qu Dieu lui révélait de grandes choses pendant ses prières.

Il advint un jour que, Saint François étant en oraison dans le bois, un beau jeune homme, en habit de voyage, vint à la porte du couvent et frappa avec une telle précipitation, et si fort, et si longtemps, que les frères s'étonnèrent beaucoup d'une aussi étrange manière de frapper. Frère Massée alla à la porte, l'ouvrit et dit à ce jeune homme : « D'où viens-tu, mon fils, car il ne semble pas que tu sois jamais venu ici, tellement tu as frappé d'étrange façon ? » Le jeune homme répondit : « Et comment faut-il frapper ? » Frère Massée dit : « Frappe trois fois l'une après l'autre, lentement, puis attends assez pour que le frère ait le temps de dire le Pater noster et de venir à toi ; et si dans cet intervalle il ne vient pas, frappe un autre fois. » Le jeune homme répondit : « J'ai grande hâte, c'est pourquoi je frappe aussi fort ; car j'ai à faire un long voyage et je suis venu ici pour parler à frère François ; mais il est maintenant dans le bois en contemplation, et pour cela je ne veux pas le distraire ; mais va et envoie-moi frère Élie, car je veux lui poser une question parce que je sais qu'il est très sage. » Frère Massée va et dit à frère Élie d'aller trouver ce jeune homme. Mais frère Élie se fâche et ne veut y aller, en sorte que frère Massée ne sait que faire ni qu répondre au visiteur ; car s'il disait : « Frère Élie ne peut venir », il mentait, et s'il disait qu'il était en colère et ne voulait venir, il avait à craindre de lui donner un mauvais exemple. Et pendant que frère Massée hésitait pour cela à retourner, le jeune homme frappa de nouveau comme la premier fois ; peu après frère Massée retourna à la prte et dit au jeune homme : « Tu n'as pas tenu compte de ma leçon sur la manière de frapper. » Le jeune homme répondit : « Frère Élie ne veut pas venir à moi ; mais va et dis à frère François que je suis venu pour m'entretenir avec lui, mais parce que je ne veux pas interrompe son oraison, dis-lui de m'envoyer frère Élie. »

Alors frère Massée s'en alla vers saint François qui priait dans le bois, la face levée vers le ciel, et lui rapporta tout le message du jeune homme et la réponse de frère Élie. Et ce jeune homme était l'ange de Dieu sous forme humaine. Alors saint François, sans changer de place ni baisser le visage, dit à frère Massée : « Va et dis à frère Elie d'aller immédiatement au nom de la sainte obéissance, trouver ce jeune homme. »

Frère Elie, ayant reçu l'ordre de saint François, alla, fort en colère, à la porte, l'ouvrit avec grande impétuosité et fracas, et dit au jeune homme : « Que veux-tu ? » Le jeune homme répondit : « Prends garde, frère Élie, de n'être point en colère, comme tu le parais, car la colère trouble l'esprit et ne laisse pas discerner la vérité. » Frère Élie dit : « Dis-moi ce que tu veux de moi. » Le jeune homme répondit : « Je te demande s'il est permis aux observateurs du saint Évangile de manger de ce qui leur est servi, comme le Christ l'a dit à ses disciples. Et je te demande encore s'il est permis à qui que ce soit d'établir rien de contraire à la liberté évangélique. » Frère Élie répondit avec superbe : « Je le sais bien, mais je ne veux pas répondre ; va à tes affaires. » Le jeune homme dit : « Je saurais mieux répondre à cette question que toi. » Alors frère Élie, en colère, ferma la porte avec violence et s'en alla. Puis il commença à réfléchir à cette question et à hésiter en lui-même ; et il ne savait pas la résoudre. Car il était Vicaire de l'ordre, et il avait ordonnée et prescrit par une constitution, au delà de l'Évangile et de la Règle de saint François, qu'aucun frère de l'Ordre ne mangeât de la viande, de sort que la dite question était expressement dirigée contre lui. Ne sachant s'en éclaircir lui-même, et considérant la modestie du jeune homme et qu'il avait dit qu'il saurait répondre à cette question mieux que lui, il retourna à la porte et l'ouvrit pour demander au jeune homme la réponse à ladite question ; mais il était déjà parti, car la superbe de frère Élie n'était pas digne d'un entretien avec un ange,

Cela fait, saint François, à qui tout avait été révélé par Dieu, revint du bois, et reprit âprement frère lie à haute voix en disant : « Vous agissez mal, orgueilleux frère Élie, vous qui chassez loin de nous les saints anges qui viennent nous instruire. Je te déclare que je crains fort que ta superbe ne te fasse finir hors de cet Ordre. » Et ainsi lui advint dans la suite, comme saint François le lui prédit, car il mourut hors de l'ordre.

Le même jour et à la même heure où cet ange s'en était allé, il apparut sous cette même forme à frère Bernard qui revenait de Saint-Jacques et qui se trouvait sur la rive d'un grand fleuve ; et il le salua dans sa langue en disant : « Que Dieu te donne la paix, ô bon frère ! » Frère Bernard fut fort étonné, et considérant la beauté du jeune homme, et le salut de paix qu'il lui donnait dans la langue de sa patrie et avec un visage joyeux, il lui demanda : « D'où viens-tu, bon jeune homme ? »  L'ange répondit : « Je viens de tel couvent où demeure saint François, et l'allais pour lui parler, et je ne l'ai pu, car il était dans le bois à contempler les choses divines, et je n'ai pas voulu le distraire. Dans ce couvent demeurent frère Massée, frère Gilles et frère Élie ; et frère Massée m'appris à frapper à la porte à la manière des frères. Quant à frère Élie, il n'a pas voulu répondre à la question qu je lui ai posée, et il s'en est ensuite repenti ; il a voulu m'entendre et me voir et il ne l'a pas
pu. » Après ces paroles, l'ange dit à frère Bernard : « Pourquoi ne passes-tu pas sur l'autre rive ? » Frère Bernard répondit : « Parce que je crains le danger, à cause de la profondeur de l'eau que je vois. » Et il lui prit la main et en un clin d'oeil il le déposa de l'autre côté du fleuve. Alors frère Bernard connut que c'était l'ange de Dieu, et avec grand respect et grande joie il dit à haute voix : « O ange béni de Dieu, dis-moi quel est ton nom ? » L'ange répondit : « Pourquoi demandes-tu mon nom, qui est merveilleux ? »

Cela dit, l'ange disparut et laissa frère Bernard si rempli de consolation qu'il fit tout le reste du chemin dans l'allégresse. Et il nota le jour et l'heure où l'ange lui était apparu ; et arrivé au couvent où était saint François avec ses susdits compagnons, il leur raconta tout cela en détail. Et ils connurent avec certitude que ce même ange, le même jour, et à la même heure, était apparu à eux et à lui. Et ils rendirent grâce à Dieu.

Amen

Chapitre 5

Comment le saint frère Bernard d'Assise fut envoyé à Bologne par Saint François et y établit un couvent

Parce que saint François et ses compagnons étaient appelés et élus par Dieu pour porter la croix du Christ dans leurs coeurs et leurs oeuvres et pour la prêcher dans leurs discours, il paraissaient et il étaient des hommes crucifiés par leur habit et par leur vie austère, par leurs actes et leurs oeuvres ; aussi désiraient-ils plus supporter les hontes et les opprobres pour l'amour du Christ qu'obtenir les honneurs du monde ou le respect ou de vaines louanges ; ils se réjouissaient même des injures et s'attristaient des honneurs. Et ainsi il s'allaient par le monde comme des pèlerins et des étrangers, n'emportant avec eux rien d'autre que le Christ crucifié ; et parce qu'ils étaient de vrais rameaux de la vrai vigne, c'est-à-dire du Christ, il produisaient de grands et bons fruit dans les âmes qu'ils gagnaient à Dieu.

Il advint, au commencement de l'Ordre, que saint François envoya frère Bernard à Bologne, afin que là, selon la grâce que Dieu lui avait donnée, il produisît des fruits pour Dieu ; et frère Bernard, ayant fait le signe de la croix au nom de la sainte obéissance, s'en alla et arriva à Bologne. Et les enfants, le voyant en habit étrange et misérable, l'abreuvaient de moqueries et d'injures comme l'on fait à un fou ; et frère Bernard supportait tout cela avec patience et allégresse pour l'amour du Christ. Bien plus, afin d'être mieux bafoué, il vint se mettre tout exprès sur la place de la ville ; et donc, comme il était assis là, beaucoup d'enfants et d'hommes se rassemblèrent autour de lui, et qui lui tirait le capuchon par derrière et qui par devant, qui lui jetait de la poussière et qui des pierres, qui le poussait deçà et qui delà ; et frère Bernard, toujours de la même manière et avec la même patience, le visage joyeux, ne se plaignait pas et ne se troublait pas. Et plusieurs jours durant il retourna en ce même lieu, pour supporter semblable traitement.

Et parce que la patience est oeuvre parfaite et preuve de vertu, un savant docteur ès lois, voyant et considérant que la constance et la vertu du frère Bernard étaient telles que, depuis tant de jours, elles n'avaient pu être troublées ni par aucun outrage, ni par aucun injure, se dit en lui-même : « Il est impossible que celui-ci ne soit pas un saint homme. » Et s'approchant de lui, il lui demanda : « Qui es-tu, et pourquoi es-tu venu ici ? » Et frère Bernard, pour toute réponse, mit la main dans son sein, en tira la Règle de saint François et la lui donna pour qu'il la lût. Et l'autre, après l'avoir lue, considérant son très haut degré de perfection, se tourna avec un très grand étonnement et une très grande admiration, vers ses compagnons et dit :
« Vraiment, voici l'état religieux l plus sublime dont j'aie jamais entendu parler, et par suit celui-ci et ses compagnons sont des plus saintes gens de ce monde, et qui lui fait injure commet un très grand péché, lui qu'il faudrait honorer à l'extrême, parce qu'il est un grand ami de Dieu. » Puis il dit à frère Bernard : « Si vous voulez établir un couvent dans lequel vous puissiez convenablement servir Dieu, je vous donnerai volontiers pour le salut de mon âme. » Frère Bernard répondit : « Seigneur, je crois que ceci c'est Notre-Seigneur Jésus-Christ qui vous l'a inspiré ; aussi votre offre je l'accepte volontiers pour l'amour du Christ. » Alors ledit juge, avec grande allégresse et charité, mena frère Bernard chez lui ; puis il lui donna le local promis, et l'arrangea complètement et le mit en état à ses frais ; et depuis lors il devint le père et le défenseur spécial de frère Bernard et de ses compagnons.

Frère Bernard, par la sainteté de sa vie, commença à être très honoré du peuple, au point que se tenait pour heureux quiconque pouvait le toucher ou le voir. Mais lui, en vrai et humble disciple du Christ et de l'humble François, craignant que l'honneur du monde ne nuisît à la paix et au salut de son âme, s'en alla de ce lieu, retourna près de saint François et lui dit : « Père, le couvent est établi dans la ville de Bologne ; envoyez-y des frères qui le gardent et y restent, car moi je n'y faisais plus de profit ; et même, par le trop grand honneur qui m'était fait, je crains d'y avoir perdu plus que je n'y ai gagné. »

Alors saint François, entendant dans leur ordre toutes les choses que Dieu avait accomplies par frère Bernard, remercia Dieu qui commençait à répandre les pauvres petits disciples de la croix ; et alors il envoya de ses compagnons à Bologne et en Lombardie, qui établirent beaucoup de couvents en divers lieux.

A la louange et à la révérence du bon Jésus. Amen.

Chapitre 6

Comment Saint François, quand il vint a passer de cette vie, bénit le saint frère Bernard et le laissa son vicaire.

Frère Bernard était d'une si grande sainteté que saint François lui portait grand respect et le louait souvent. Un jour que saint François était dévotement en prière, il lui fut révélé par Dieu, que frère Bernard devait, avec la permission divine, soutenir contre les démons de nombreuses et poignantes batailles ; aussi saint François, ayant grande compassion dudit frère Bernard, qu'il aimait comme un fils, pria plusieurs jours dans les larmes, suppliant Dieu pour lui et le recommandant à Jésus-Christ pour qu'il lui donnât la victoire sur le démon. Comme saint François priait ainsi dévotement, Die lui répondit un jour : « François, n'aie crainte, car toutes les tentations dont frère Bernard doit être assailli sont permises par Dieu, en exercice de vertu et en couronne de mérite ; et finalement, il remportera la victoire sur tous ses ennemis, car il est un des commensaux du royaume de Dieu. » De cette réponse saint François éprouva une très grande allégresse et il en rendit grâce à Dieu. Et depuis lors il porta toujours à frère Bernard plus grand amour et plus grand respect.

Et il le lui montra bien, non seulement pendant sa vie, mais encore à sa mort. Car saint François, à l'approche de la mort, tel le saint patriarche Jacob, comme ses dévots fils l'entouraient, affligés et éplorés du départ d'un père si aimable, demanda : « Où est mon premier-né ? Viens à moi, mon fils, pour que mon âme te bénisse avant que je meure. » Alors frère Bernard dit en secret à frère Élie, qui était Vicaire de l'Ordre : Père, va à la main droite du Saint pour qu'il te bénisse. » Et frère Élie s'étant placé à sa droite, saint François, qui avait perdu la vue pour avoir trop pleuré, posa la main sur la tête de frère Élie : « Ce n'est pas la tête de mon premier-né Bernard. » Alors frère Bernard alla près de lui à main gauche, et saint François alors fit comme un treillis de ses bras en croix, et posa la main droite sur la tête de frère Bernard, et la gauche sur la tête dudit frère Élie, et il dit à frère Bernard : « Que le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ te bénisse de toute bénédiction spirituelle et céleste dans le Christ, comme tu es le premier élu en cet Ordre saint pour donner l'exemple évangélique, pour suivre le Christ dans la pauvreté évangélique : car non seulement tu as donné tes biens et tu les as distribués entièrement et généreusement aux pauvres pour l'amour du Christ, mais encore tu t'es offert toi-même à Dieu dans cet Ordre en un doux sacrifice. Béni sois-tu donc par Notre-Seigneur Jésus-Christ, et par moi son pauvre petit serviteur, de bénédictions éternelles, en marche et en repos, dans les veilles et dans le sommeil, dans la vie et dans la mort. Qui te bénira sera comblé de bénédictions, et qui te maudirait ne resterait pas sans punition. Sois le maître de tous les frères, et que tous le frères obéissent à ton commandement ; aie licence de recevoir dans cet Ordre et d'en chasser qui tu voudras ; qu'aucun frère n'ait autorité sur toi, et qu'il te soit permis d'aller et de demeurer où il te plaira. »

Après la mort de saint François, les frères aimaient et révéraient frère Bernard comme un père vénérable. Et comme il approchait de la mort, beaucoup de frères vinrent à lui de diverses parties du monde ; parmi eux vint ce séraphique et divin frère Gilles, qui voyant frère Bernard, dit en grande allégresse : « Haut les coeurs, frère Bernard, haut les coeurs ! » Et le saint frère Bernard dit en secret à un frère de préparer à frère Gilles un lieu propre à la contemplation, et ainsi fut fait.

Et quand frère Bernard fut à l'heure suprême de la mort, il se fit redresser et parla aux frères qui l'entouraient, disant : « Mes frères bien-aimés, je ne veux point vous dire beaucoup de paroles ; mais vous devez considérer que l'état religieux où j'ai vécu, vous y vivez, et que l'état où je suis maintenant, vous y serez aussi. Et je découvre ceci dans mon âme que, pour mille mondes égaux à celui-ci, je ne voudrais pas ne pas avoir servi Notre-Seigneur Jésus-Christ et à vous. Je vous supplie, mes frères bien-aimés, de vous aimer les uns les autres. » Et après ces paroles et d'autres bons enseignements, il se recoucha sur son lit ; son visage devint extraordinairement resplendissant et joyeux, ce dont tous les frères s'émerveillèrent fort ; et au milieu de cette joie son âme très sainte, couronnée de gloire, passa de la vie présente à la vie bienheureuse des anges.

À la louange et à la gloire du Christ. Amen.

Repost 0