Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 23:09

Apocalypse--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

« 51 et dividet eum, partemque ejus ponet cum hypocritis: illic erit fletus et stridor dentium. »

 

Matthaeus 24:51 (Biblia Sacra Vulgata)

 

 

 

« 51 il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

 

Matthieu 24 : 51 (Louis Segond)

 

 

 

51 And shall cut him asunder, and appoint him his portion with the hypocrites: there shall be weeping and gnashing of teeth.”

 

Matthew 24:51 (King James Version)

 

 

 

Pere-Eternel-je-T-adore--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 18 mars 2012

 

 

 

Poème « Apocalypse »

 

Les anthropophages ont subitement surgi de leurs sarcophages,

Les carnivores que dévore l’avidité ont montré leurs vrais visages,

Les carnassiers aux crocs d’acier assassinent encore les sages,

Les faux mages génèrent fausses prophéties et mauvais présages,

Les cannibales d’Hannibal écrasent les autres sans défense de tous âges,

Les adorateurs du Veau d’Or et de l’Or Noir dénaturent les paysages,

Les bêtes hideuses et odieuses banalisent sans états d’âme leur vil héritage,

Elles répandent leurs livres de sexe et de sang par de perfides pages,

Les suppôts de Satan blasphèment et maudissent depuis leurs marécages,

Les enfants et les innocents sont pervertis par les fauves et jetés dans des cages,

Faussaires et fossoyeurs de la Foi, par leurs subterfuges et leurs satanés messages,

Influencent infiniment, sans scrupules, les pures et pieuses âmes à tous les étages,

Les fauteurs de guerre enfantent leurs méfaits et commanditent des carnages,

Les hypocrites et les menteurs critiquent et menacent la vérité par leur rage,

Les balayeurs de l’Espérance n’en finissent pas de commencer leur sinistre ménage,

Les mites et les mensonges ont changé les songes et les miracles en mirages,

L’hérésie et l’apostasie ont engendré chez les gens orgueil, vices et clivages,

Les barbares brandissent leurs bannières sous les réverbères des sauvages,

Les rapaces décapitent les passereaux pour les priver d’un saint passage,

Les cafards et les rats amassent sans cesse leurs richesses pour leur seul usage,

Les sombres silhouettes sont sorties des catacombes pour faire taire les babillages,

Les zombies ont quitté leurs tombes en hurlant sous la lune et le néant des nuages,

Les nécrophages agissent sans gêne et gangrènent l’Église jusque dans les ermitages ;

Il est encore temps de réagir avant mille pleurs et grincements de dents sous l’orage.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 21:43

Mystical-Rose-Mystique-Rosa-Mystica--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 11 mars 2012

 

 

 

Poème « Mon cœur dort »

 

Mon cœur était d’or et pourtant mon cœur dort,

Je pense même souvent qu’il est presque mort,

Parce que le mal des méchants me hante encore ;

Mon cœur erre désormais dans un long corridor,

À la recherche de la personne qui percera ce fort,

Qui saura éveiller mes sens en retirant ce mors.

Que perfidies et trahisons ne me causent plus de tort,

Que mes pulsations retrouvent l’unisson et le ressort,

Que le triste sort s’éloigne de moi et que je sois fort,

Et, si Dieu Veut, que renaisse l’amour par tous mes pores,

Que Son saint baume salvateur ressuscite mon corps,

Que ce sang neuf soit pour moi un céleste trésor,

Qui dévore à nouveau ce cœur d’or que je croyais mort.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 19:41

Panneau-amour--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 11 mars 2012

 

 

 

Poème « Où es-tu mon amour ? »

 

 

Où es-tu mon amour, toi que j’aime et que j’attends depuis toujours ?

Quand viendras-tu combler mon cœur chaque heure et chaque jour ?

Le Seigneur me fera-t-il la Grâce de te rencontrer à un détour ?

Mon rêve deviendra-t-il réalité sans rivalité sinon pleine d’amour ?

Te verrai-je de mes yeux de chair en plein soleil ou a contrejour ?

Prendrons-nous enfin, ma Dulcinée, un tendre aller sans retour ?

La Providence sera-t-elle une évidence pour nos existences sans secours ?

Une douce mélodie bercera-t-elle nos oreilles de tambours de velours ?

Les vautours de la solitude et du silence cesseront-ils de nous rendre sourds ?

Reconnaîtrai-je dans ta prunelle la tour imprenable de notre éternel amour ?

Te ferai-je au point du jour une romantique et chevaleresque cour ?

Te déclarerai-je ma flamme à genoux, embrassant ta main et ses contours ?

Accepteras-tu de m’épouser sans hésiter afin que ce moment je savoure ?

Quand ferons-nous une famille unie et bénie qui suit l’onde paisible au long cours ?

Je chéris ce jour dans l’espoir qu’il approche à grands pas et que vers toi je coure !

 


 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 23:03

Grotte-de-Notre-Dame-de-Lourdes--parc-du-Chateau-de-Montbe.JPG

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 27 février 2012

 

 

 

Poème « Marie, armure d’amour »

 

Ô Marie, je Vous aime à midi comme à minuit,

Je Vous aime au milieu de la nuit aussi bien qu’en plein après-midi ;

Ô ma Mère, emparez-vous de mon âme en y imprimant Vos armoiries,

Voyez ma misère et mes maux, et transformez-les en tendre rêverie,

Ô Maman, demandez à l’Esprit Saint de demeurer en mon esprit,

Apprenez-moi à mépriser les chimères pour mériter le paradis ;

Magnifique Marie, mirifique Fille de notre Père qui donne la vie,

Miséricordieuse, merveilleuse, miraculeuse Mère de Jésus-Christ,

Émouvante, touchante, compatissante Fleur du Ciel,

Maternelle, éternelle, perpétuelle Ève Nouvelle,

Je Vous renouvelle mon amour pour toujours avec ma piété la plus belle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:53

Sacre-Coeur--eglise-de-Hochst--Vorarlberg---parousie.ove.jpg

 Sacré-Coeur de Jésus 

Église de Höchst (Vorarlberg - Autriche)

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 20 janvier 2012

 

 

 

Poème « coeur à coeur »

 

J’ai un cœur qui bat, un cœur qui se bat constamment pour être un cœur,

Pour réprimer mes peurs et mes envies d’ébats, sans débats, et sur l’heure,

Pour tendre la main à l’autre et détruire en moi la colère qui nuit au bonheur,

Pour apprendre à être humain sans attendre le lendemain avec l’âme sœur,

Pour tendre à la bonté et rendre captive l’animalité qui n’occasionne que pleurs,

Un cœur en or qui jamais ne dort, embrasé du feu ardent de l’Amour du Seigneur,

Un cœur doux pour apprivoiser la haine qui noircit la face de la terre de stupeur,

Un cœur humble pour m’abaisser devant les pauvres et les malades qui se meurent,

Un cœur pur pour y faire demeurer le Christ, comme un tendre cœur à cœur,

Un cœur lumineux pour communiquer le bien et en contaminer les créatures sans cœur,

Un cœur souffrant qui saisit aussitôt avec compassion toute lancinante douleur,

Un cœur priant, en communion avec les Saints, qui incite mes frères à la ferveur,

Un cœur sacrifié afin de sauver une foule d’âmes avant d’être saisies de terreur,

Un cœur sans rancœur, un cœur d’enfant qui transforme autrui et le sort de sa torpeur,

Un cœur qui console avec labeur la pâleur des hommes sans en attendre des honneurs,

Un cœur dont chaque pulsation sera une offrande éternelle pour notre Sauveur.

 

 

 


Jésus de Nazareth - Le Sermon sur la Montagne

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 20:36

Aumonier-1ere-Guerre-Mondiale--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 11 novembre 2011

 

 

 

 

Poème « Aumônier de guerre »

 

La dualité de l’homme et son animalité ont très tôt déclenché les hostilités,

L’animosité ambiante, la haine et la rancœur ont exacerbé la bestialité,

J’ai été le témoin de la mobilisation décrétée par les plus hautes autorités,

Retranché dans ma Foi tandis que les soldats s’enterraient dans les tranchées,

Je ne voulais pas prendre la vie d’autrui, fût-il mon prétendu ennemi,

J’ai alors pris la résolution de choisir le camp de celui qui sauve des vies,

De confier à Dieu sous la mitraille de jeunes âmes en partance pour la boucherie,

Je les ai baptisé au Nom de Jésus avant qu’ils montent à l’assaut de leurs vis-à-vis,

J’ai célébré des Messes sous les obus et ils ont tous pris la Sainte Hostie avec avidité,

À genoux dans la boue, dans l’odeur de soufre, ils ont communié pour l’éternité,

La terreur dans leurs yeux a disparu en laissant place à une surnaturelle sérénité ;

Les balles traçantes sifflaient pendant que je confessais, avec le plus d’humanité,

Des agonisants gémissant et mutilés sur le point de quitter l’enfer pour le paradis,

Absous par un humble aumônier militaire épris d’amour dans la furie de la tuerie.

 

 

 

Messe-dans-une-tranchee--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

La-retraite-de-l-aumonier-ou-Le-breviaire--1886--par-Jule.jpg

"La retraite de l'aumônier" ou "Le bréviaire" (1886)

Jules-Alexis Muenier

Musée de Cambrai

 

 

 

 

Remise-Croix-de-guerre-abbe-Thellier--parousie.over-blog.f.jpg

 

 

 

 

"La Marseillaise"

Cérémonie du 11 novembre 2011 à Paris

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 11:50

Statue-de-la-liberte-pleurant--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Internet-anonyme--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Puget-Théniers, le 9 novembre 2011

 

 

 

 

Poème « Bonheur virtuel »

 

 

Devant ton écran, tu t’enfermes et tu t’enterres,

Tu t’entêtes à fuir la réalité et peu à peu, tu t’enferres,

Tu te crées un monde virtuel, un univers imaginaire,

Tu t’enivres de tout un cortège d’ombres et de chimères,

Tu en oublies même l’essentiel de tes tâches sur cette terre,

Tu te recroquevilles, tes chevilles enflent et guette l’adultère,

Tu te laisses griser par des pièges et des illusions délétères,

Ça commence à te submerger et à te faire perdre tes repères,

Le jour devient ténèbres, tes pensées sont plus sombres qu’un cimetière,

L’obsession t’assaille, l’esclavage t’asservit des chaînes de l’enfer,

Tu t’es changée en transfuge, affamée d’un subterfuge éphémère,

La Toile assassine et sournoise a tissé sur ton esprit une soie de fer,

Le mensonge hante désormais tes songes et tu en es presque fière.

Tu étais si tendre jadis, et c’est à présent la colère que tu vénères,

À la tendre créature que tu étais s’est substituée une virulente vipère,

À la famille et aux amis, c’est la sinistre solitude que tu préfères ;

La pieuse demoiselle prend maintenant pour modèle Lucifer,

Aux esprits, aux spirites, aux impies tu crois dur comme fer,

Dans ton pays de laids et de mails, la nuit entière tu déblatères

Des tirades sordides, nuisibles et altières qui irritent et exaspèrent.

En ayant pris ta liberté, tu cherches un prince charmant et prospère,

Celui à qui tu serais prête à te donner sans cœur pour fuir ta misère,

Mais c’est devant ton miroir que tu te retrouves et que tu désespères.

Tu courais après le bonheur, du moins le croyais-tu, avec tous ces mystères,

Finalement, ton sourire t’a quittée et tu es malheureuse comme une pierre,

Tu t’aperçois bien tard que c’est l’amour qui te manque, surtout celui d’un père ;

Prends quand même conscience de ceux qui t’aiment avec ton caractère,

Qui t’entourent avec patience et qui, pour toi, persévèrent dans la prière.

 

 

 

Ondes-negatives--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 


Calogero - Pomme C

 

 

 

 

Ordinateur-fantome--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 16:17

St. Francis of Assisi, Preaches to the Birds, Mark Sanislo,Saint François d'Assise

Le Sermon aux oiseaux

Mark Sanislo

 

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 31 octobre 2011

 

 

 

 

Poème « Mes nuits sans insomnie »

 

 

J’ai récité un Pater et dix Ave

Et je me suis endormi comme un bébé.

Mon plus puissant somnifère,

C’est le Rosaire et la prière ;

Souvent, je n’ai pas le temps de terminer

Que déjà, je tombe dans les bras de Morphée.

Ainsi s’envolent mes soucis

Et se fracassent mes angoisses

Tout contre le Cœur de Marie,

Et mes bas instincts de rapace

Disparaissent par l’Amour de Jésus-Christ.

 

 


 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 23:21

Padre-Pio--la-nuit-du-prophete--film-de-Jean-Marie-Benjami.jpg

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 28 octobre 2011

 

 

 

 

Poème « Pauvre de moi »

 

 

Je voudrais ne plus pécher, et pourtant, je ne puis m’en empêcher,

Je désire être droit et pétri de vertus, alors que je n’ai de cesse que de tricher,

J’aimerais faire preuve de patience ; cependant, je ne fais que me dépêcher,

Je rêve de trouver la vraie humilité ; néanmoins, je passe mon temps à m’afficher,

J’ai hélas conscience de mon abîme de péchés, mais c’est la sainteté que je veux dénicher,

J’ai présomptueusement cru en mes forces, tandis que je ne fais que pleurnicher.

Ô Seigneur de Tendresse et de Pitié, je T’offre mon iniquité, Ô Dieu d’Amour caché,

Par Ta Miséricorde, pardonne-moi et délivre-moi des chaînes du mal qui m’ont attaché,

Par Ton Précieux Sang versé pour nous, viens à mon secours et consens à vite me repêcher,

Ne me laisse pas sombrer davantage dans les maux qui ont rendu mon cœur ébréché,

Ne tolère pas une seconde de plus que je m’enlise en laissant mon âme desséchée ;

Je veux demeurer en Toi pour l’Éternité et, par Marie, à Ton Sacré-Cœur m'accrocher.

 

 

 

Reflet-navire--parousie.over-blog.fr.png

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:27

Papa-et-moi--Patrick-ROBLES--10-decembre-1967--parousie.ov.jpg

Papa et moi, le 10 décembre 1967, 4 jours après ma naissance

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 6 octobre 2011

 

 

 

 

Poème « Papa, tu me manques »

 

 

Il fallut hélas que je perdisse mon père terrestre prématurément,

Et qu’après une longue période de deuil, je découvrisse Abba, mon Père.

Papa, tu es parti si tôt, j’avais à peine fêté mes vingt ans,

Nous avions tant de choses à nous dire pour percer le mystère,

Cet amour discret, ce jardin secret qui nous caractérisaient ;

Ces découvertes que j’ai faites depuis, mettant à jour tes souffrances,

Ces traumatismes qui te mutilaient, ces plaies à vif de ton enfance,

Tu avais autant d’amour à donner que celui que tu n’as pas reçu ;

C’était si insurmontable pour toi de dévoiler

le moindre de tes sentiments,

Tu les exprimais à ta façon, afin de ne jamais être à nouveau déçu ;

Derrière ta carapace, tu dissimulais un cœur qui ne mentait nullement,

Tu gardais même pour toi ta tendre dévotion

pour le Doux Cœur de Marie,

Tu avais reçu la Grâce de naître le jour de la fête de

Notre-Dame du Très Saint Rosaire ;

Du pays où tu avais grandi, et d’où tu avais été déraciné

le jour de la grande tragédie,

Notre-Dame de Santa Cruz t’a aidé à porter ta croix

comme une Bonne Mère,

Et puis tu es monté auprès de Jésus le premier jour du mois de mai,

Tu as enfin compris que l’exil était terminé

et que le Ciel tout entier t’aimait.

Tu ne me les as jamais dit, ni moi non plus,

ces trois mots essentiels ici-bas,

Alors je les proclame bien haut, pour toi et pour moi :

 Je t’aime mon petit papa !

 

 

 

 

 

 

À mon papa Henri ROBLES, né le 7 octobre 1941 à Oran (Algérie), décédé le 1er mai 1988 à Marseille.

 

J’offre mon chagrin au Sacré-cœur de Jésus transpercé, par les Saintes Larmes de La Vierge Marie, pour la conversion des pécheurs et la libération des âmes du Purgatoire.

 

Patrick ROBLES, l’auteur de ce site.

 

 

 

Communion-de-papa--Henri-ROBLES--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 Les-Pieds-Noirs--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0