Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:06

Tombe-du-Christ-eglise-Saint-Sepulcre--Jerusalem-parousi.jpg

Gif-etoiles-stars-estrellas-parousie.over-blog.fr.gifSaint-SépulcreGif étoiles stars estrellas,parousie.over-blog.fr, tombeau du Christ à Jérusalem

 

 

 

Prière du Pape Paul VI

au Saint-Sépulcre

 


 

Pour que notre douleur ne soit ni lâche, ni téméraire, mais humble, pour qu’elle ne soit pas désespérée, mais confiante, pour qu’elle ne soit pas passive, mais priante, qu’elle s’unisse à Celle de Jésus-Christ, notre Seigneur, patient jusqu’à la mort et obéissant jusqu’à la Croix, et en évoquant Son émouvant souvenir, implorons Sa Miséricorde qui nous sauve.

 

Réciter 3 fois :

V. Nous T’adorons, Ô Christ, et nous Te bénissons,

R. Parce que, par Ta Sainte Croix, Tu as racheté le monde.

 

Là où Toi, Ô Seigneur Jésus,

l’innocent, Tu as été accusé,

le juste, Tu as été jugé,

le Saint, Tu as été condamné,

Toi, Fils de l’homme, Tu as été torturé, Crucifié et mis à mort,

Toi, Fils de Dieu, Tu as été blasphémé, moqué, renié,

Toi, la Lumière, Tu as connu les ténèbres,

Toi, le Roi, Tu as été élevé sur une Croix,

Toi, la Vie, Tu as subi la mort,

Et Toi, mort, Tu es Ressuscité à la vie.

 

V. Nous nous souvenons de Toi,

R. Ô Seigneur Jésus.

V. Nous T’adorons,

R. Ô Seigneur Jésus.

V. Nous T’invoquons,

R. Ô Seigneur Jésus.

 

 

Saint-Sepulcre-tombe-de-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Ici, Ô Seigneur Jésus,

Ta Passion a été offrande, (És. 53 : 7 ; Is. 53, 7)

Ta Passion a été prévue,

Ta Passion a été acceptée,

Ta Passion a été voulue,

Ta Passion a été a été sacrifice : Tu fus la Victime, Tu fus le Prêtre.

Ici, Ta mort fut l'expression, fut la mesure du péché humain,

Ici, Ta mort fut l’holocauste du plus grand des héroïsmes,

Ici, Ta mort fut le prix offert à la Justice Divine,

Ici, Ta mort fut la preuve du Suprême Amour,

Ici se combattirent la vie et la mort,

Ici, Tu remportas la victoire, Ô Christ, mort pour nous et Ressuscité pour nous.

 

Réciter 3 fois :

Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Saint et Immortel, aie pitié de nous !

Agios o Theós, Agios Ischyrós, Agios Athánatos, eléison imas !

 

 

Saint-Sepulcre--Jerusalem-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Nous voici, Ô Seigneur Jésus,

nous sommes venus comme les coupables retournent sur le lieu de leur faute,

nous sommes venus comme celui qui T’a suivi, mais qui T’a aussi trahi ; fidèles, infidèles, nous l’avons été tant de fois,

nous sommes venus pour confesser le mystérieux rapport entre nos péchés et Ta Passion : notre œuvre, Ton Œuvre,

nous sommes venus pour nous frapper la poitrine, pour Te demander pardon, pour implorer Ta Miséricorde,

nous sommes venus parce que nous savons que Tu peux, que Tu Veux nous pardonner,

parce que Tu as expié pour nous, Tu es notre Rédemption, Tu es notre Espérance.

 

V. Agneau de Dieu, qui ôtes les péchés du monde,

R. Pardonne-nous, Ô Seigneur.

V. Agneau de Dieu, qui ôtes les péchés du monde,

R. Écoute notre voix, Ô Seigneur.

V. Agneau de Dieu, qui ôtes les péchés du monde,

R. Aie pitié de nous, Ô Seigneur.

 

 

Saint-Sepulcre-a-Jerusalem-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Seigneur Jésus, notre Rédempteur,

ravive en nous le désir et la confiance en Ton Pardon, affermis notre volonté de conversion et de fidélité, fais-nous goûter la certitude et aussi la douceur de Ta Miséricorde.

Seigneur Jésus, notre Rédempteur et Maître,

donne-nous la force de pardonner aux autres, pour que nous soyons vraiment nous aussi pardonnés par Toi.

Seigneur Jésus, notre Rédempteur et Pasteur,

mets en nous la capacité d’aimer, comme Tu Veux que, à Ton exemple et avec Ta Grâce, nous T’aimions, ainsi que tous ceux qui sont nos frères en Toi.

Seigneur Jésus, notre Rédempteur et notre Paix,

qui nous as fait connaître Ton suprême désir : « Que tous soient un ! » (Jean 17 : 21), exauce ce désir que nous faisons nôtre et qui est devenu, ici, notre prière : « Que tous, nous soyons un ! ».

Seigneur Jésus, notre Rédempteur et notre Médiateur,

rends efficaces auprès du Père des Cieux les prières que nous Lui adressons maintenant dans le Saint-Esprit.

 

 

Saint-Sepulcre-Jerusalem-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Oremus!

Prions !

 

V. Flectamus genua.

R. Levate.

V. Fléchissons les genoux.

R. Levez-vous.

 

Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriam Tuam omnibus in Christo gentibus revelasti: custodi opera Misericordiæ Tuæ; ut Ecclesia Tua, toto orbe diffusa, stabili fide in confessione Tui nominis perseveret. Per eundem Dominum nostrum Iesum Christum, qui Tecum vivit et regnat in unitate Spiritus Sancti Deus per omnia sæcula sæculorum. Amen.

Dieu Tout-Puissant et Éternel qui, par le Christ, avez révélé Votre Gloire à toutes les nations, conservez l'Œuvre de Votre Miséricorde, afin que Votre Église, répandue par toute la terre, persévère avec une ferme Foi dans la confession de Votre Nom. Par le même Jésus-Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous, dans l’Unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

 

V. Flectamus genua.

R. Levate.

V. Fléchissons les genoux.

R. Levez-vous.

 

Omnipotens sempiterne Deus, mæstorum consolatio, laborantium fortitudo; perveniat ad Te preces de quacumque tribulatione clamantium; ut omnes sibi in necessitatibus suis Misericordiam Tuam gaudeant adfuisse* (* ou "affuísse"). Per Dominum nostrum Iesum Christum, qui tecum vivit et regnat in unitate Spiritus Sancti Deus per omnia sæcula sæculorum. Amen.

Dieu Tout-Puissant et Éternel, consolation des affligés et force de ceux qui sont dans la peine, laissez monter jusqu’à Vous les cris et les prières de ceux qui Vous invoquent dans leurs afflictions, afin qu’ils ressentent tous avec joie, dans leurs besoins, le secours de Votre Miséricorde. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Vous, dans l’Unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

 

V. Flectamus genua.

R. Levate.

V. Fléchissons les genoux.

R. Levez-vous.

 

Omnipotens sempiterne Deus, qui non mortem peccatorum, sed vitam semper inquiris: suscipe propitius orationem nostram, et libera eos ab errorum cultura; et aggrega eos Ecclesiæ Tuæ Sanctæ* (* ou "et líbera eos ab idolórum cultúra; et ággrega Ecclésiæ Tuæ Sanctæ"), ad Laudem et Gloriam Nominis Tui. Per Dominum nostrum Iesum Christum, qui tecum vivit et regnat in unitate Spiritus Sancti Deus per omnia sæcula sæculorum. Amen.

Dieu Tout-Puissant et Éternel, qui ne voulez pas la mort, mais la vie des pécheurs, exaucez la prière que nous Vous faisons en faveur des idolâtres ; délivrez-les du culte des idoles et donnez-leur place dans Votre Sainte Église pour l’Honneur et la Gloire de Votre Nom. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Vous, dans l’Unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

 

Source : "Pèlerinage du Pape Paul VI en Terre Sainte", extrait de la "Prière du Saint-Père au Saint Sépulcre" (I. Exhortation, II. Le Rappel - Mémorial de Sa Passion, III. La méditation - Comprendre ce que Sa souffrance nous enseigne, et IV. La Confession), le 4 janvier 1964.

 

N.B. : Ces 3 dernières prières en latin sont utilisées notamment pour la liturgie du Vendredi Saint.

 

 

Oración en la Basílica del Santo Sepulcro

 

 

Pape-Paul-6-Paulus-PP.-VI-parousie.over-blog.fr.jpg

Giovanni Battista Enrico Antonio Maria Montini

Pape Paul VI

1897–1978


 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:53

Icone-Jesus-Eucharistie-parousie.over-blog.fr.jpg 

 

Prières du matin

 

Je Te remercie, mon Dieu,

de m’avoir créé, racheté,

fait chrétien et conservé en vie.

Je T’offre mes pensées, mes paroles

et mes œuvres de cette journée,

en Ton Honneur et pour Ta Gloire.

Ne permets pas que je T’offense,

Garde-moi de toute occasion de pécher,

Fais-moi grandir en Ton Amour.

Amen.


Je T’adore, Ô mon Dieu, et je T’aime de tout mon cœur.

Je Te rends grâce de m’avoir créé, de m’avoir fait chrétien,

de m’avoir gardé pendant cette nuit.

Je T’offre toutes les actions de ma journée ;

fais qu’elles soient conformes à Ta Sainte Volonté

et accomplies pour Ta plus grande Gloire.

Préserve-moi du péché et de tout mal.

Que Ta Grâce soit toujours avec moi

et avec tous ceux qui me sont chers.

Amen.

 

Gif Les Prêtres de Gap,parousie.over-blog.fr

 

Jésus, nous Te donnons nos cœurs

et nous T’offrons toute notre journée

pour Te faire plaisir.

Vierge Marie, bénis-nous ;

nos bons Anges gardiens, protégez-nous.

Amen.


Seigneur notre Dieu,

qui nous as fait parvenir au début de cette journée,

sauve-nous aujourd’hui, par Ta Puissance.

Ne nous laisse pas tomber dans nos péchés,

mais fais que toutes nos pensées,

toutes nos paroles et tous nos actes

tendent à accomplir Ta Loi de Sainteté.

Par le Christ, Notre Seigneur.

Amen.

 

Padre-Pio--Rosaire-gagne-les-batailles-parousie.over-blog.f.jpg

 

 

 Sermon du Pasteur Shadrach Meshach (S.M.) Lockridge


Eglise-Mariahilf-Vienne-Anne-Marie-Th.-Avila-Ignace-parous.jpg

 

 

Mon Dieu,

je Vous offre cette journée,

toutes mes actions, toutes mes pensées,

toutes mes paroles, tous mes pas, tous mes gestes,

toutes mes joies et mes tristesses.

Tout ce que je pourrai faire de bien en ce jour,

Ô mon Dieu, je le dépose à Vos pieds,

pour Votre Gloire et le salut des âmes.

Amen.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 10:00

Mgr Bergoglio nouveau Pape,parousie.over-blog.fr

Jorge Mario Bergoglio

Pape François

né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires (Argentine)

 

 

Chapelle-Sixtine-oeil-de-boeuf-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Et tous, dans vos rapports mutuels,

revêtez-vous d'humilité ;

car Dieu résiste aux orgueilleux,

mais il fait grâce aux humbles.

 

1 Pierre 5 : 5 (Louis Segond)

 

 

Pape-Francois-et-Saint-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Litanies de l’humilité

 

Seigneur, ayez pitié de moi !

Ô Jésus, doux et humble de cœur, écoutez-moi !

Ô Jésus, doux et humble de cœur, exaucez-moi !

 

Du désir d’être remarqué, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être approuvé, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être admiré, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être estimé, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être recherché, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être consulté, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être honoré, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être préféré, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’être aimé, délivrez-moi, Jésus !

 

Du désir de m’excuser, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de répliquer, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de juger, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de parler, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de critiquer, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de paraître, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de plaire, délivrez-moi, Jésus !

Du désir de dominer, délivrez-moi, Jésus !

Du désir d’exceller, délivrez-moi, Jésus !

 

De la crainte d’être oublié, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être humilié, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être rebuté, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être blâmé, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être raillé, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être injurié, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être soupçonné, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être calomnié, délivrez-moi, Jésus !

De la crainte d’être méprisé, délivrez-moi, Jésus !

 

Que d’autres me soient préférés en tout, accordez-moi de le vouloir,

Jésus !

Que d’autres grandissent et que je diminue, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres, d’inférieurs me deviennent supérieurs ; accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient loués et que je sois repris, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient employés et que je sois mis de côté, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient encouragés et que je sois dédaigné, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient plus estimés que moi, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient plus aimés que moi, accordez-moi de le vouloir, Jésus !

Que d’autres soient plus saints que moi, pourvu que je le sois autant que je puis l’être ; accordez-moi de le vouloir, Jésus !

 

Je veux être humble en paroles, en actions, en pensées ; aidez-moi, Jésus !

Je veux agir pour Dieu seul, aidez-moi, Jésus !

Je veux me tenir caché, aidez-moi, Jésus !

Je veux faire estimer mon prochain, aidez-moi, Jésus !

Je veux me taire dans les contrariétés, aidez-moi, Jésus !

Je veux m’abaisser sincèrement, aidez-moi, Jésus !

Je veux préférer les critiques aux éloges, aidez-moi, Jésus !

Je veux me soumettre à mes inférieurs, aidez-moi, Jésus !

Je veux être humble comme vous, aidez-moi, Jésus !

 

Ô Marie, humble Mère de Dieu, priez pour moi !

Saint-Joseph, humble époux de la Mère de Dieu, priez pour moi !

Saint François d’Assise, vrai modèle d’humilité, priez pour moi !

Vous tous, Justes du ciel, sanctifiés surtout par l’humilité, intercédez pour moi !

 

Oraison

Ô jésus, qui m ‘avez donné cette grande leçon : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur »*, enseignez-moi à devenir doux et humble de cœur comme Vous. Ainsi soit-il !

 

Pape-Francois-Rome-13-mars-2013-parousie.over-blog.fr.jpg

 

40 jours d’indulgence aux fidèles qui la réciteront avec piété.

 Mgr Jules Denys Le Hardy du Marais, Évêque de Laval, 1879.

 

* Cf Matthieu 11 : 29

 

Habemus-Papam-Franciscum-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous

de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion,

mais de revêtir des sentiments modestes,

selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun."

 

Romains 12 : 3 (Louis Segond)


 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 17:40

"Bakhita" par Véronique Olmi

paru le 23 août 2017

Editions Albin Michel

464 pages

 

 

"Bakhita" frôle le Prix Goncourt le 6 novembre 2017

(4 voix contre 6 pour "L'ordre du jour" d'Eric Vuillard)

 
 
 
 

Santa-Giuseppina-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

Joséphine (Giuseppina) Bakhita ("La chanceuse")

جوزفين بخيتة "La petite Mère Noire"

Sœur de la Congrégation des

Filles de la Charité Canossiennes (F.d.C.C.)

née en 1869 ou en 1870, à Algoznei

ou Olgossa, ou Al-Gossa, près de Nyala

(Djebel Marra, Darfour du Sud - Soudan)

morte le 8 février 1947 à Schio (Vicenza, Veneto - Italie)

 

 

Gif drapeau Soudan Sudan,parousie.over-blog.fr

 

 

Enlevée à l'âge de 9 ans et vendue comme esclave 5 fois, maltraitée, torturée, traumatisée, la Providence la fait entrer un jour en religion catholique où elle pardonnera à ses nombreux bourreaux.

 

 

Armoiries-Soudan-parousie.over-blog.fr.gif 

 

"Si je rencontrais ces négriers qui m’ont enlevée et ceux-là qui m’ont torturée, je m’agenouillerais pour leur baiser les mains, car si cela ne fut pas arrivé, je ne serais pas maintenant chrétienne et religieuse."

 

Sainte Joséphine Bakhita

 

 

Soeur-Josephine-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prières à Sainte Joséphine Bakhita

 

Dieu de Bonté et de Miséricorde, qui récompensez les humbles, Vous avez comblé Sainte Joséphine Bakhita du Soudan de Charité et de patience. Puissent ses prières nous aider, et son exemple nous inspirer, à porter notre croix et à Vous aimer toujours.

(veuillez mentionner vos intentions)

Versez sur nous l'esprit de sagesse et d'amour avec lequel Vous avez rempli Sainte Joséphine Bakhita. En Vous servant comme elle, puissions-nous Vous plaire par notre Foi et nos actions. Exaucez-nous au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ, Votre Fils, qui vit et règne avec Vous et le Saint-Esprit, un seul Dieu, pour les siècles des siècles. Amen.

Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, marchez avec nous, tandis que nous nous approchons de Votre Fils Jésus.

Sainte Joséphine Bakhita, priez pour nous !

 

Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père.

 

Prière traduite de l’anglais par Patrick ROBLES, le 10 mars 2013.

 

N.B. : arrivée à Schio, Sœur Joséphine ne parlait que le patois vénitien

 

 


Agrandir le plan

 

 

Marche avec nous, Sainte Joséphine Bakhita, dans les moments où nous nous sentons incapables de pardonner aux autres. Aide-nous à trouver notre chemin à travers la douleur que nous avons expérimentée. Aide-nous à nous ouvrir à la transformation. Libère-nous de ce qui peut nous rendre esclaves. Marche avec nous vers un nouveau lieu de joie.

 

Prière traduite de l’anglais, le 10 mars 2013.

 

 

Josephine-Bakhita-et-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Ô Dieu, Père de Miséricorde, qui nous as donné en Sainte Joséphine Bakhita cette sœur universelle, modèle évangélique de Foi simple et de Charité, donne-nous aussi la volonté de grandir et d’aimer selon l’Évangile. Exauce les prières de toutes les personnes qui invoquent son intercession. Donne-nous la grâce d’un cœur miséricordieux comme le sien, un cœur capable de pardonner, même à ceux qui nous ont fait du mal, un cœur capable de vaincre le mal avec la puissante force du bien. Sainte Joséphine Bakhita, prie pour nous !

 

 

Filles de la Charité Canossiennes

fondées par Sainte Madeleine de Canossa

Canossian Daughters of Charity

Figlie della Carità Canossiane

Hijas de la Caridad Canosianas

Filhas da Caridade Canossianas

 

 

Ô Dieu notre Père, Liberté pour les opprimés et Consolateur des pauvres, qui appelles les hommes et les femmes de chaque nation à goûter la béatitude de la Liberté et de la Foi, allume en Tes fils le désir de la Sainteté dont Tu as comblé Sainte Joséphine Bakhita, Vierge, pour que, fidèles à Tes Commandements, nous Te servions avec la même pureté de cœur. Nous Te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

 

Sainte-Josephine-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

Châsse de Sainte Joséphine Bakhita

Couvent canossien de Schio (Vicence, Vénétie)

 

 

Sainte Joséphine Bakhita,

prie pour nous tous,

Prêtres et fidèles du Christ,

afin que nous restions dans la joie

de servir et d’aimer le Seigneur

en toute circonstance,

et que nous persistions, dans la Charité,

à répandre la bonté autour de nous.

Amen.

 

 

Homélie du Père Jean-Bernard Hayet,

Curé de la paroisse Saint Joseph des Falaises-Bidart,

le 8 février 2011

 

 

Seigneur, qui as conduit Sainte Joséphine Bakhita

de l’abaissement de l’esclavage à la dignité d’enfant de Dieu

et d’épouse du Christ, nous Te prions :

accorde-nous, à son exemple, de suivre Jésus Crucifié

d’un amour fidèle et de persister, dans la Charité,

à répandre la bonté autour de nous.

 

 

Josephine-Bakhita-fortunee-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière de Sainte Joséphine Bakhita

 

« Ô Seigneur, si je pouvais voler là-bas, auprès de mes gens et prêcher à tous à grands cris Ta bonté : Oh, combien d'âmes je pourrais Te conquérir ! Tout d'abord ma mère et mon père, mes frères, ma sœur encore esclave... Tous, tous les pauvres Noirs de l’Afrique, fais, ô Jésus, qu’eux aussi Te connaissent et T’aiment ! »

(Composée par Sainte Joséphine Bakhita dans le jour de sa donation totale à Dieu à travers le Profession Religieuse, le 8 décembre 1896).

 

 

"Cette sainte fille d'Afrique montre qu'elle est véritablement une enfant de Dieu : l'amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire."

Sa Sainteté, le Pape Jean-Paul II, lors de la canonisation de Joséphine Bakhitale, le 1er octobre 2000.

 

 

"La vie de Joséphine Bakhita inspire la détermination ferme de travailler de manière efficace pour libérer les personnes de l’oppression et de la violence."

Jean-Paul II

 

Medaillon-Sainte-Josephine-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Paroles de Sainte Joséphine Bakhita

 

"J'avais neuf ans, quand un matin, très tôt, je suis allée avec une compagne me promener dans les champs, un peu à l'écart de notre habitation. Soudain, nous avons vu surgir au-delà d'une petite vallée deux étrangers… L'un d'eux m'a attrapée brusquement d'une main, tandis qu'avec l'autre il tirait un couteau de sa ceinture, qu'il a pointé contre mes épaules et d'une voix forte a dit : "Si tu cries, tu mourras. Allons !" J'étais pétrifiée par la terreur et je n'ai réussi ni à crier ni à pleurer."

 

"Les Sœurs firent mon instruction avec beaucoup de patience, et me firent connaître ce Dieu que tout enfant je sentais dans mon cœur sans savoir qui il était. Voyant le soleil, la lune et les étoiles, je me disais en moi-même : Qui est donc le Maître de ces belles choses ? Et j'éprouvais une grande envie de le voir, de le connaître et de lui rendre mes hommages."

 

"Ici, je suis devenue fille de Dieu !" (en baisant les fonts baptismaux où elle avait été baptisée en 1890).

 

"Soyez bons, aimez le Seigneur, priez pour ceux qui ne le connaissent pas. Considérez cette grande grâce de connaître Dieu !"

 

"Et vous, Mère, vous êtes surprise que le Seigneur vous donne des tribulations ? S'il ne vient pas chez nous avec quelques peines, chez qui doit-il aller ? Est ce que nous ne sommes pas venues au couvent pour faire ce qu'il veut ? Oui, ma Mère, moi, pauvre misérable, je prierai beau­coup, mais pour que sa volonté soit faite !" (à sa Supérieure, Mère Térèse Martini, à la fin de la guerre de 39-45).

 

"Le Seigneur m'a aimée beaucoup... Il faut aimer tout le monde... Il faut être indulgent !"

 

"À ce temps-là, je ne connaissais pas le Seigneur ; j’ai perdu beaucoup de mérites, il faut que je les gagne maintenant... Si je me tenais à genoux pendant toute la vie, je ne dirais jamais assez toute ma gratitude au Bon Dieu."

 

"J'ai vécu dans la boue, mais je ne me suis jamais salie !"

 

 

La mort : 

"Si le Seigneur ne vous voulait pas au paradis, que feriez- vous ?"

- "Eh bien, qu'il me mette où il veut. Quand je suis avec Lui et où Lui le veut, je suis bien partout : c'est Lui le Maître, moi je suis sa pauvre créature."

 

"Lorsqu'une personne aime beaucoup une autre, elle désire ardemment l'approcher, donc pourquoi craindre tellement la mort ? La mort nous emmène à Dieu."

 

"Non, je n'ai pas peur, je suis dans les mains de Dieu. Il m'a libérée des mains des lions, des tigres et des panthères, ne voulez-vous pas qu'il me sauve aussi des bombes ?" (pendant la Seconde Guerre mondiale. La ville de Schio, où elle était religieuse, fut entièrement épargnée par les bombardements).

 

"Je crois que je ne suis pas morte par un miracle du Seigneur, qui me destinait à des choses meilleures."

 

"Je m'en vais lentement, lentement, pas à pas vers l'éternité. Jésus est mon capitaine et moi, je suis son assistante. Je dois porter les valises. L'une contient mes dettes, l'autre, plus lourde, les mérites infinis de Jésus. Que ferai-je devant le tribunal de Dieu ? Je couvrirai mes dettes avec les mérites de Jésus et je dirai au Père Éternel : maintenant, juge ce que tu vois… Au Ciel, j'irai avec Jésus et j'obtiendrai beaucoup de grâces. Je viendrai te visiter dans tes rêves si le "Patron" me le permet.

Au paradis, j'aurai du pouvoir et j'obtiendrai pour tous beaucoup de grâces !" (à une religieuse près d'elle pendant son agonie).

 

"Lâchez un peu les chaînes !... Elles me font mal !" (lors de son agonie, revivant son esclavage).

 

"Notre Dame ! Notre Dame !" (ses dernières paroles avant de mourir).

 

 

Envers ses anciens bourreaux :

"Les pauvres, peut être ne savaient-ils pas qu’ils me faisaient si mal : eux, ils étaient les maîtres, et moi j’étais leur esclave. De même que nous sommes habitués à faire le bien, ainsi les négriers faisaient cela, par habitude, non par méchanceté."

 

"Pauvres, ils ne connaissaient pas le Seigneur !"

 

 

Peinture-Sainte-Josephine-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

italie.gif

 

 

“Se incontrassi quei negrieri che mi hanno rapita, e anche quelli che mi hanno torturata, mi inginocchierei a baciare loro le mani; perché, se non fosse accaduto ciò, non sarei ora cristiana e religiosa”.

 

 

Preghiera a Santa Giuseppina Bakhita

 

O Dio, Padre di misericordia,

che ci hai donato

Santa Giuseppina Bakhita

quale sorella universale,

 evangelico modello

di fede semplice

e di operosa carità,

 dona anche a noi

la volontà di credere ed amare

secondo il Vangelo,

 ed esaudisci le preghiere

di chiunque invoca

la sua intercessione

Per Cristo nostro Signore.

Amen.

 

Gloria al Padre

 

 

Novena a Santa Giuseppina Bakhita

 

 

Sainte-Giuseppina-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

 

uk.gif

 

 

“If I were to meet the slave-merchants who kidnapped me and even those who tortured me, I would kneel and kiss their hands. If what happened to me had never taken place, how could I become a christian and a religious?”

 

 

Prayer to Saint Josephine Bakhita

Canossian Daughter of Charity

Daughter of Africa

“Universal Sister”

 

“God of goodness and mercy, rewarder of the humble,

you blessed St. Josephine Bakhita of Sudan

with charity and patience. May her prayers help us,

and her example inspire us to carry our cross and to love you always.

(please mention your intentions)

Pour upon us the spirit of wisdom and love with which

you filled St. Josephine Bakhita. By serving you as she did,

may we please you by our faith and our actions.

Grant this through our Lord Jesus Christ,

your Son, who lives and reigns with you and the Holy Spirit,

one God, forever and ever. Amen.

Blessed Virgin Mary, Mother of God,

walk with us as we walk closer to your son Jesus.

St. Josephine Bakhita, pray for us.”

 

Our Father, Hail Mary and Glory Be.

 

solidgroundministry.com

 

Josephine-Bakhita-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Walk with us, St. Josephine Bakhita, at times when we feel unable to forgive others. Help us find our way through the pain we’ve experienced. Help us open ourselves to transformation. Free us from that which can enslave us. Walk with us into a new place of joy."

 

anunslife.org

 

Oración Josefina Bakhita by xolivas on Scribd

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 22:47

Sapientia edificavit sibi domum

 

 

10 Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.

11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.

12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

13 C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

14 Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;

15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix ;

16 prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ;

17 prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.

18 Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

 

Éphésiens 6 : 10-18 (Louis Segond)

 

 

 

Enoc, messager colombien de Jésus Bon Pasteur

 

 

 

Psaume 91

Louis Segond

 

1 Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut repose à l'ombre du Tout Puissant.

2 Je dis à l'Éternel : mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie !

3 Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, de la peste et de ses ravages.

4 Il te couvrira de ses plumes, et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour,

6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi.

7 Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint ;

8 De tes yeux seulement tu regarderas, et tu verras la rétribution des méchants.

9 Car tu es mon refuge, ô Éternel ! Tu fais du Très Haut ta retraite.

10 Aucun malheur ne t'arrivera, Aucun fléau n'approchera de ta tente.

11 Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies ;

12 Ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

13 Tu marcheras sur le lion et sur l'aspic, tu fouleras le lionceau et le dragon.

14 Puisqu'il m'aime, je le délivrerai ; je le protégerai, puisqu'il connaît mon nom.

15 Il m'invoquera, et je lui répondrai ; je serai avec lui dans la détresse, je le délivrerai et je le glorifierai.

16 Je le rassasierai de longs jours, et je lui ferai voir mon salut.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 13:20

Armoiries-Vatican-Sede-vacante-parousie.over-blog.fr.png

 

 

Prière à l’intention de Benoît XVI

et de son Successeur

 

« Dieu notre Père, nous te rendons grâce pour ton bon et fidèle serviteur, Benoît XVI, qui a servi et qui sert encore ton Église. Toi qui l’as appelé à ce service, soutiens-le dans ton amour et ta paix à cette étape de sa vie.

 

Jésus, Bon Pasteur, toi qui as dit à Pierre : « Lorsque tu seras revenu, confirme tes frères »*, prépare déjà le coeur du prochain Successeur de Pierre. Qu’il soit un homme de ta Parole, un pasteur selon ton coeur et un évangélisateur qui saura rejoindre toute personne, surtout les pauvres de notre monde.

 

Esprit Saint, souffle ton vent de Pentecôte sur les Pères Cardinaux qui auront à choisir le prochain Pape. Donne-leur paix et sérénité, discernement et courage pour désigner celui que tu veux pour gouverner la barque de saint Pierre.

 

Vierge Marie, dans ta bonté maternelle, assiste l’Église de ton Fils à cette heure décisive. Que nous puissions continuer notre marche ensemble dans l’unité afin de faire tout ce que Jésus nous dira. Amen. »

 

* Luc 22 : 32

 

Source : Église Catholique de Québec

 

 

Prayer for Benedict XVI and His Successor

 

 

Prayers for Pope Benedict,

for the Election and for His Successor

 

 

ORACIÓN A LAS INTENCIONES DE BENEDICTO XVI Y DE SU SUCESOR

 

 

 

Drapeau-Vatican-flag-bandera-parousie.over-blog.fr.png

 

 

Prière pour Benoît XVI et son Successeur

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 22:20

Claude-La-Colombiere-et-Sacre-Coeur-parousie.over-blog.fr.jpg

Claude (de) La Colombière, S.J.

né le 2 février 1641 à Saint-Symphorien-d'Ozon

(anciennement en Isère, dans le Rhône depuis 1967)

mort le 15 février 1682 à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire)

Confesseur de Marguerite-Marie Alacoque à Paray-le-Monial

Confesseur de la duchesse d'York

 

 

Jesus-parousie.over-blog.fr-copie-1.jpg

 

 

"Voilà celui que Je t'envoie !"

 

Jésus à Marguerite-Marie Alacoque le 15 février 1675

en parlant du Père Claude La Colombière

 

 

Claude-La-Colombiere-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Nous rendons grâce, aujourd’hui encore, pour le message confié aux saints de Paray et qui n’a cessé d’étendre son rayonnement. Au seuil de notre siècle, le Pape Léon XIII saluait “dans le Sacré Cœur de Jésus un symbole et une image claire de l’amour infini de Jésus Christ, amour qui nous pousse à nous aimer les uns les autres” (LEONIS XIII Annum Sacrum). Pie XI et Pie XII ont favorisé ce culte, y discernant une réponse spirituelle aux difficultés que rencontrent la foi et l’Église.

Certes, l’expression et la sensibilité évoluent, mais l’essentiel demeure. Lorsqu’on a découvert dans l’adoration eucharistique et la méditation le Cœur de Jésus “toujours brûlant d’amour pour les hommes” (CLAUDE LA COLOMBIÈRE, Retraites, n. 150), comment pourrait-on se laisser séduire par des formes de méditation qui replient sur soi sans accueillir la Présence du Seigneur ? Comment pourrait-on être attiré par la prolifération de conceptions du sacré qui ne font que masquer un tragique vide spirituel ?

Pour l’évangélisation d’aujourd’hui, il faut que le Cœur du Christ soit reconnu comme le cœur de l’Eglise : c’est Lui qui appelle à la conversion, à la réconciliation. C’est Lui qui entraîne sur les voies des Béatitudes les cœurs purs et les affamés de justice. C’est Lui qui réalise la communion chaleureuse des membres du Corps unique. C’est Lui qui permet d’adhérer à la Bonne Nouvelle et d’accueillir les promesses de la vie éternelle. C’est Lui qui envoie en mission. Le cœur à cœur avec Jésus élargit le cœur de l’homme aux dimensions du monde.

Puisse la canonisation de Claude La Colombière être pour toute l’Église un appel à vivre la consécration au Cœur du Christ, consécration qui est don de soi pour laisser la charité du Christ nous animer, nous pardonner et nous entraîner dans son ardent désir d’ouvrir à tous nos frères les voies de la vérité et de la vie !"

 

Homélie du Pape Jean-Paul II lors de la canonisation du Bienheureux Claude La Colombière, chapitre 7. ; Basilique Vaticane, le dimanche 31 mai 1992.

 

 

Frequente-Communion-Claude-La-Colombiere-parousie.over-Bl.jpg

"Réflexions chrétiennes"

 "De la fréquente Communion"

pages 102-103

Claude La Colombière

MDCLXXXIV (1684)

 

 

Jesus-4-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Offrande et Consécration au Sacré-Cœur

de Saint Claude La Colombière

Paray-le-Monial, le vendredi 21 juin 1675

 

« Cette offrande se fait pour honorer ce divin Cœur, le siège de toutes les vertus, la source de toutes les bénédictions, et la retraite de toutes les âmes saintes.

Les principales vertus qu'on prétend honorer en lui, sont : premièrement, un amour très ardent de Dieu son Père, joint à un respect très profond, et à la plus grande humilité qui fut jamais ; secondement, une patience infinie dans les maux, une contrition et une douleur extrêmes pour les péchés dont il s'était chargé, la confiance d'un fils très tendre alliée avec la confusion d'un très grand pécheur ; troisièmement, une compassion très sensible pour nos misères, un amour immense malgré ces misères, et nonobstant tous ces mouvements, dont chacun était au plus haut point qu'il pût être, une égalité inaltérable causée par une conformité si parfaite à la volonté de Dieu, qu'elle ne pouvait être troublée par aucun événement, quelque contraire qu'il parût à son zèle, à son humilité, à son amour même, et à toutes les autres dispositions où il était.

Ce Cœur est encore, autant qu'on le peut être, dans les mêmes sentiments, et surtout toujours brûlant d'amour pour les hommes, toujours ouvert pour répandre toute sorte de grâces et de bénédictions, toujours touché de nos maux, toujours pressé du désir de nous faire part de ses trésors, et de se donner lui-même à nous, toujours disposé à nous recevoir, et à nous servir d'asile, de demeure et de paradis, dès cette vie.

Pour tout cela, il ne trouve dans le cœur des hommes que dureté, qu'oubli, que mépris, qu'ingratitude ; il aime, et il n'est point aimé, et on ne connaît pas même son amour, parce qu'on ne daigne pas recevoir les dons par où il voudrait le témoigner, ni écouter les tendres et secrètes déclarations qu'il en voudrait faire à notre cœur.

Pour réparation de tant d'outrages et de si cruelles ingratitudes, ô très adorable et très aimable Cœur de mon aimable Jésus, et pour éviter autant qu'il est en mon pouvoir de tomber dans un semblable malheur, je vous offre mon cœur avec tous les mouvements dont il est capable, je me donne tout entier à vous, et, dès cette heure, je proteste très sincèrement que je désire m'oublier moi-même, et tout ce qui peut avoir du rapport avec moi, pour lever l'obstacle qui pourrait m'empêcher l'entrée de ce divin Cœur, que vous avez la bonté de m'ouvrir, et où je souhaite entrer pour y vivre et mourir avec vos plus fidèles serviteurs, tout pénétré et embrasé de votre amour. J'offre à ce Cœur tout le mérite, toute la satisfaction de toutes les messes, de toutes les prières, de toutes les actions de mortification, de toutes les pratiques religieuses, de toutes les actions de zèle, d'humilité, d'obéissance, et de toutes les autres vertus que je pratiquerai jusqu'au dernier moment de ma vie. Non seulement tout cela sera pour honorer le Cœur de Jésus et ses admirables dispositions, mais encore je le prie très humblement d'accepter la donation entière que je lui en fais, d'en disposer en la manière qu'il lui plaira, et en faveur de qui il lui plaira, et comme j'ai déjà cédé aux saintes âmes qui sont dans le purgatoire tout ce qu'il y a dans mes actions de propre à satisfaire la justice divine, je désire que cela leur soit distribué, selon le bon plaisir du Cœur de Jésus.

Cela n'empêchera pas que je ne m'acquitte des obligations que j'ai de dire des messes, et de prier pour de certaines intentions que l'obéissance me prescrit ; que je n'accorde par charité des messes à de pauvres gens ou à mes frères et amis qui m'en pourraient demander ; mais comme alors je me servirai d'un bien qui ne m'appartiendra pas, je prétends, comme il est juste, que l'obéissance, la charité et les autres vertus que je pratiquerai en ces occasions, soient toutes au Cœur de Jésus, où j'aurai pris de quoi exercer ces vertus, lesquelles par conséquent lui appartiendront sans réserve.

Sacré Cœur de Jésus, apprenez-moi le parfait oubli de moi-même, puisque c'est la seule voie par où l'on peut entrer en vous. Puisque tout ce que je ferai à l'avenir sera à vous, faites en sorte que je ne fasse rien qui ne soit digne de vous ; enseignez-moi ce que je dois faire pour parvenir à la pureté de votre amour, duquel vous m'avez inspiré le désir. Je sens en moi une grande volonté de vous plaire, et une plus grande impuissance d'en venir à bout sans une lumière et un secours très particuliers que je ne puis attendre que de vous. Faites en moi votre volonté, Seigneur ; je m'y oppose, je le sens bien, mais je voudrais bien ne pas m'y opposer : c'est à vous à tout faire, divin Cœur de Jésus-Christ, vous seul aurez toute la gloire de ma sanctification, si je me fais saint ; cela me paraît plus clair que le jour ; mais ce sera pour vous une grande gloire, et c'est pour cela seulement que je veux désirer la perfection. Ainsi soit-il. »

 

"P. de La Colombière, Offrande au Cœur Sacré de Jésus. Le Père Croiset affirme que cette formule d'offrande est, sauf quelques modifications, la consécration que Claude de La Colombière fit à Paray le 21 juin 1675. In Le Bienheureux Claude de La Colombière de la Compagnie de Jésus, Notes spirituelles et pages choisies, Paris, Spes, 1929."

 

Source : spiritualite-chretienne.com

 

 

Sacre-Coeur-Cracovie-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Autant qu’Il est grand, Dieu est Bon et Miséricordieux.

C’est un abîme de grandeur, il est vrai ;

mais aussi, c’est un abîme de Miséricorde !"

 

Saint Claude La Colombière

 

 

Communauté jésuite de Paray-le-Monial

 

 

Jesus-2-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« L’amour est douleur, l’Amour porte la Croix, l’Amour pleure de n’être pas aimé. Ton Amour, ô mon Dieu est un Amour de joie souvent baigné de larmes. Ton Amour, ô Jésus, est bonheur et douleur. Il est paix dans les peines et les bourrasques. Il est ma joie et il est ma tristesse. Il est calme dans les tempêtes. Mon cœur saigne, ô Seigneur, dans l’Amour de votre Cœur car Vous n’êtes pas aimé. Car Vous êtes incompris des hommes trop pécheurs, des hommes désespérés qui ont perdu l’espoir, qui ne peuvent plus accepter l’espérance, l’espérance que Vous apportez tandis que votre cri de détresse traverse les siècles et les mondes : "Père ! Pourquoi m’as-Tu abandonné ?" »

 

Saint Claude La Colombière

 

Source : voiemystique.free.fr

 

 

Jesus-Coeur-Heart-Herz-Corazon-Coracao-parousie.over-blog-jpg

 

 

"Les fruits spirituels abondants qu’a produits la dévotion au Cœur de Jésus sont largement reconnus. S’exprimant notamment par la pratique de l’heure sainte, de la confession et de la communion des premiers vendredis du mois, elle a contribué à inciter des générations de chrétiens à prier davantage et à participer plus fréquemment aux sacrements de Pénitence et de l’Eucharistie. Ce sont là des voies qu’il est souhaitable de proposer aux fidèles aujourd’hui encore."

 

Extrait de la Lettre du Pape Jean-Paul II au Préposé Général de la Compagnie de Jésus, Pèlerinage Apostolique en France ; Paray-le-Monial, le 5 octobre 1986.

 

 

St-Claude-La-Colombiere-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prières et spiritualité du Père

Claude La Colombière

sanctuaires-paray.com

 

 

Acte de confiance en Dieu

 

"Je suis si persuadé, mon Dieu, que vous veillez sur ceux qui espèrent en vous, je suis si persuadé qu’on ne peut manquer de rien, quand on attend tout de vous, que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci et de me décharger sur vous de toutes mes inquiétudes.

Les hommes peuvent me dépouiller et des biens et de l’honneur ; les maladies peuvent m’ôter les forces et les moyens de vous servir, je puis même perdre votre grâce par le péché ; mais jamais je ne perdrai mon espérance, je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie, et tous les démons de l’enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l’arracher.

Que les uns attendent leur bonheur, soit de leurs richesses soit de leurs talents ; que les autres s’appuient ou sur l’innocence de leur vie ou sur la rigueur de leur pénitence, ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leur prière ; pour moi, Seigneur, toute ma confiance, c’est ma confiance-même.

Cette confiance ne trompa jamais personne. Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux parce que j’espère éternellement de l’être et que c’est de vous, ô mon Dieu, que je l’espère.

Je connais, hélas ! et il n’est que trop vrai, combien je suis fragile et changeant ; je sais ce que peuvent les tentations contre les vertus les mieux affermies ; j’ai vu tomber les astres du ciel et les colonnes du firmament ; mais toutes ces chutes ne peuvent m’effrayer ; tant que j’espérerai, je me crois à couvert de tous les malheurs, et je suis sûr d’espérer toujours parce que j’espère encore de votre libéralité cette invariable espérance. Enfin, je suis intimement convaincu que je ne puis trop espérer en vous et que ce que j’obtiendrai de vous sera toujours au-dessus de ce que j’aurai espéré ; ainsi, j’espère que vous m’arrêterez sur les penchants les plus rapides, que vous me soutiendrez contre les plus furieux assauts et que vous ferez triompher ma faiblesse de mes plus redoutables ennemis.

J’espère que vous m’aimerez toujours, et qu’à mon tour, je vous aimerai sans relâche ; et pour porter tout d’un coup mon espérance aussi loin qu’elle peut aller, je veux espérer vous-même de vous-même, ô mon Créateur, et pour le temps et pour l’éternité.

Amen."

 

Sermon 68 sur la confiance.

 

 

ND-Sacre-Coeur-Cracovie-parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

Acte de confiance en la Miséricorde

 

"Seigneur, voici une âme qui est au monde pour exercer votre admirable miséricorde et pour la faire éclater en présence du ciel et de la terre.

Les autres vous glorifient, en faisant voir quelle est la force de votre grâce, par leur fidélité et par leur constance, combien vous êtes doux et libéral envers ceux qui vous sont fidèles ; pour moi, je vous glorifierai en faisant connaître combien vous êtes bon envers les pécheurs, et que votre miséricorde est au-dessus de toute malice, que rien n’est capable de l’épuiser, que nulle rechute, quelque honteuse et criminelle qu’elle soit, ne doit porter un pécheur au désespoir du pardon.

Je vous ai gravement offensé, ô mon aimable Rédempteur ; mais ce serait bien encore pis, si je vous faisais cet horrible outrage de penser que vous n’êtes pas assez bon pour me pardonner.

C’est en vain que votre ennemi et le mien me tend tous les jours de nouveaux pièges : il me fera tout perdre plutôt que l’espérance que j’ai en votre miséricorde.

Quand je serai retombé cent fois et que mes crimes seraient cent fois plus horribles qu’ils ne sont, j’espérerais encore en vous."

 

Lettre 96

 

 

Benoit-16-et-Saint-Sacrement-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Seigneur, donnez-moi Votre Cœur"

 

"Ô mon Dieu, il faut que vous nous donniez un autre cœur ; un coeur tendre, un cœur sensible, un cœur qui ne soit, ni de marbre, ni de bronze ; il nous faut donner votre Cœur même.

Venez, aimable Cœur de Jésus, venez vous placer au milieu de ma poitrine et allumez-y un amour qui réponde, s’il est possible, aux obligations que j’ai d’aimer Dieu.

Aimez Jésus en moi autant que vous m’avez aimé en lui ; faites que je ne vive qu’en lui, que je ne vive que pour lui, afin qu’éternellement je puisse vivre avec lui dans le ciel."

 

(S 20).

 

 

Madonna-Addolorata-Fr-Mario-Venzo-1970-parousie.over-blog.f.jpg

Via Crucis

"Notre-Dame des Douleurs"

"Madonna Addolorata" (1970)

Fratel Mario Venzo (1900-1989)

Peintre jésuite italien

 

 

 

Prière à Saint Claude La Colombière

 

"Ô fidèle serviteur et parfait ami de mon Seigneur Jésus-Christ, enseigne-moi le chemin de la confiance ; apprends-moi le parfait oubli de moi-même, à renoncer à me rechercher dans ce que je fais, pour que je puisse contempler en tout l’Amour de Dieu, établissant ma demeure dans le Cœur Sacré de mon divin Seigneur.

Apprends-moi à le servir avec tout ce que je suis, sans réserve, comme toi, afin que tout en moi et par moi contribue à sa gloire et au bien de mes frères, avec sa grâce et selon son dessein. Amen."

 

À Paray-le-Monial, le 1er novembre 2007, en la fête de tous les saints.

Père Antoine Bergeret, chapelain des sanctuaires de Paray-le-Monial.

 

 

Les-2-Trinites-parousie.over-blog.jpg

 

 

« Que Vous êtes heureuse, incomparable Marie »

 

"Que vous êtes heureuse, incomparable Marie, vous qui avez écrasé la tête de ce serpent infernal, vous qui êtes affranchie de toutes ces misères, par votre Conception Immaculée, qui entrez dans la vie avec toutes les prérogatives de la justice originelle, avec un esprit éclairé, une volonté droite, un courage mâle et des passions aussi souples, aussi raisonnables que la raison même ! Mon Dieu ! La belle vie que vous allez faire avec de si grands avantages ! Qu’elle sera tranquille ! Qu’elle sera pure ! Qu’elle sera semblable à celle des anges et des esprits bienheureux !"

 (S 26).

 

 

Saint-Claude-La-Colombiere-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Jésus, le véritable ami"

 

"Jésus, vous êtes le seul et véritable ami. Vous prenez part à tous mes maux, vous vous en chargez, vous savez le secret de me les tourner en bien, vous m’écoutez avec bonté, lorsque je vous raconte mes afflictions, et vous ne manquez jamais de les adoucir. Je vous trouve toujours et en tout lieu ; vous ne vous éloignez jamais ; et si je suis obligé de changer de demeure, je ne laisse pas de vous trouver où je vais. Vous ne vous ennuyez jamais de m’entendre ; vous ne vous lassez jamais de me faire du bien. Je suis assuré d’être aimé, si je vous aime.

Vous n’avez que faire de mes biens, et vous ne vous appauvrissez point en me communiquant les vôtres. Quelque misérable que je sois, un plus noble, un plus bel esprit, un plus saint même ne m’enlèvera point votre amitié ; et la mort qui nous arrache à tous les autres amis, me doit réunir avec vous. Toutes les disgrâces de l’âge ou de la fortune ne peuvent vous détacher de moi ; au contraire, je ne jouis jamais de vous plus pleinement, vous ne serez jamais plus proche que lorsque tout me sera le plus contraire.

Vous souffrez mes défauts avec une patience admirable ; mes infidélités mêmes, mes ingratitudes ne vous blessent point tellement que vous ne soyez toujours prêt à revenir, si je veux." (R. C. 39).

 

"Ô Jésus, le plus parfait et le plus passionné de tous les amants ! Ô amour, amour excessif, amour ineffable, amour incompréhensible !

Pardonnez-nous, mon adorable Rédempteur, si nous hésitons quelquefois à croire le mystère de l’Eucharistie.

Ce n’est point faute de soumission que nous avons peine à nous soumettre à cette croyance. Notre peu de foi est une suite comme nécessaire de votre excessive bonté !" (S. 20).

 

 

Haec-sunt-ossa-Claude-La-Colombiere-parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

Prière de confiance

début de la lettre écrite par Saint Claude à une religieuse

 

"Si j’étais en votre place, voici comme je me consolerais. Je dirais à Dieu avec confiance :

"Ô Seigneur, voici une âme qui est au monde pour exercer votre admirable miséricorde et pour la faire éclater en présence du ciel et de la terre. Les autres vous glorifient, en faisant voir quelle est la force de votre grâce, par leur fidélité et leur constance, combien vous êtes doux et libéral envers ceux qui vous sont fidèles : pour moi, je vous glorifierai en faisant connaître combien vous êtes bon envers les pécheurs, et que votre miséricorde est au-dessus de toute malice, que rien n’est capable de l’épuiser, que nulle rechute, quelque honteuse et criminelle qu’elle soit, ne doit porter un pêcheur au désespoir du pardon.

Je vous ai gravement offensé, ô mon aimable Rédempteur ; mais ce serait bien encore pis, si je vous faisais cet horrible outrage de penser que vous n’êtes pas assez bon pour me pardonner. C’est en vain que votre ennemi et le mien me tend tous les jours de nouveaux pièges : il me fera tout perdre plutôt que l’espérance que j’ai en votre miséricorde. Quand je serais retombée cent fois et que mes crimes seraient cent fois plus horribles qu’ils ne sont, j’espèrerais encore en vous." (L. 96).

 

"Pour moi, mon Dieu, je suis si persuadé que vous veillez sur ceux qui espèrent en vous et qu’on ne peut manquer de rien, quand on attend de vous toutes choses, que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci et de me décharger sur vous de toutes mes inquiétudes : "En paix, aussitôt, je me couche et m’endors. Toi seul, Seigneur, me mets à part dans l’espérance". Les hommes peuvent me dépouiller, et des biens, et de l’honneur ; les maladies peuvent m’ôter les forces et les moyens de vous servir ; je puis même perdre votre grâce par le pêché ; mais jamais je ne perdrai mon espérance ; je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie, et tous les démons de l’enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l’arracher : "En paix, aussitôt, je me couche et m’endors". Les autres peuvent attendre leur bonheur, ou de leurs richesses ou de leurs talents ; les autres s’appuient, ou sur l’innocence de leur vie, ou sur la rigueur de leurs pénitences, ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leurs prières : "Toi seul, Seigneur, me mets à part dans l’espérance".

Que vos miséricordes sont grandes envers moi, Dieu de majesté ! Hà ! Qui suis-je, que vous daigniez agréer le sacrifice de mon cœur ! Il sera donc tout à vous : les créatures n’y auront plus de part ; aussi n’en valent-elles pas la peine. Soyez donc, aimable Jésus, mon père, mon ami, mon maître, mon tout.

Puisque vous voulez bien être content de mon cœur, ne serait-il pas lui-même déraisonnable, s’il n’était pas content du vôtre ? Je ne veux donc désormais vivre que pour vous, et vivre longtemps, si c’est votre bon plaisir, pour souffrir davantage...

Recevez donc, aimable Sauveur des hommes, ce sacrifice que le plus ingrat des hommes vous fait, pour réparer le tort que jusqu’à cette heure je n’ai cessé de vous faire en vous offensant." (R. 39).

 

"...Pour moi, Seigneur, toute ma Confiance, c’est ma Confiance même. Cette Confiance ne trompa jamais personne : "Aucun de ceux qui espèrent en toi n’a été confondu". Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux, parce que j’espère fermement de l’être et que c’est de vous, ô mon Dieu, que je l’espère : "En toi, Seigneur, j’ai mis mon espérance, je ne serai pas confondu pour toujours". Je connais, hélas ! Je ne le connais que trop, que je suis fragile et changeant ; je sais ce que peuvent les tentations contre les vertus les plus affermies ; j’ai vu tomber les astres du ciel et les colonnes du firmament. Mais tout cela ne peut m’effrayer tandis que j’espèrerai ; je me tiens à couvert de tous les malheurs et je suis assuré d’espérer toujours parce que j’espère encore cette invariable espérance.

Enfin, je suis sûr que je ne puis trop espèrer en vous et que je ne puis avoir moins que ce que j’aurai espéré de vous. Ainsi j’espère que vous me tiendrez dans les penchants les plus rapides, que vous me soutiendrez contre les plus furieux assauts et que vous ferez triompher ma faiblesse de mes plus redoutables ennemis. J’espère que vous m’aimerez toujours et que je vous aimerai aussi sans relâche ; et, pour porter tout d’un coup mon espérance aussi loin qu’elle peut aller, je vous espère vous-même de vous-même, ô mon Créateur, et pour le temps, et pour l’éternité. Amen." (S. 68).

 

 

St-Claude-de-la-Colombiere-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Sa Sainteté, le Pape Jean-Paul II

en pèlerinage à Paray-le-Monial

 

« “Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son Amour”.

Avec émotion, je voudrais rendre grâce pour ce message reçu et transmis ici par sainte Marguerite-Marie Alacoque. Auprès de son tombeau, je lui demande d’aider sans cesse les hommes à découvrir l’amour du Sauveur et à s’en laisser pénétrer.

Rendons grâce pour le rayonnement de ce Monastère, nous souvenant de ce que disait déjà saint François de Sales des Filles de la Visitation : “Elles auront le Cœur de Jésus, leur époux crucifié, pour demeure et séjour en ce monde...” Je sais que toute une pléiade de moniale ont été ici des âmes données au Cœur de Jésus.

Rendons grâce pour l’expérience mystique de sainte Marguerite Marie. Il lui a été donné, avec un éclat particulier mais dans une existence cachée, de connaître la puissance et la beauté de l’amour du Christ. Dans l’adoration eucharistique, elle a contemplé le Cœur transpercé pour le salut du monde, blessé par le péché des hommes, mais aussi “source vive” comme en témoigne la lumière qui rayonne des plaies de son corps ressuscité.

Rendons grâce pour l’intimité de l’humble religieuse avec le Sauveur. La souffrance, qui l’a atteinte sous bien des formes, elle l’a généreusement offerte en union avec la Passion du Christ, en réparation pour le péché du monde. Elle s’est reconnue à la fois témoin du salut opéré par le Fils de Dieu, et appelée à s’associer par l’offrande d’elle-même à l’œuvre de sa miséricorde.

Rendons grâce pour la rencontre privilégiée de la sainte religieuse avec le Bienheureux Claude La Colombière. Le soutien de ce fidèle disciple de saint Ignace a permis à Marguerite-Marie de surmonter ses doutes et de discerner l’authentique inspiration de son extraordinaire expérience. Leurs échanges sont un modèle d’équilibre dans le conseil spirituel. Le Père La Colombière, dans de grandes épreuves, a lui-même reçu les avis éclairés de celle qu’il conseillait.

Rendons grâce pour le vaste développement de l’adoration et de la communion eucharistiques qui ont pris d’ici un nouvel essor, grâce au culte du Sacré-Cœur favorisé notamment par la Visitation et les Pères jésuites, approuvé ensuite par les Papes. La dévotion particulière des premiers vendredis du mois a porté beaucoup de fruits, à la suite des messages pressants reçus par Marguerite-Marie. Et je ne puis oublier que les évêques de Pologne avaient obtenu de Clément XIII l’office et la messe du Sacré-Cœur près d’un siècle (1765) avant que la fête soit étendue à l’Eglise universelle (1856).

Rendons grâce pour tant d’initiatives pastorales et de fondations religieuses qui ont trouvé ici une source d’inspiration décisive.

Avec vous qui m’accueillez dans cette Chapelle des Apparitions, les Sœurs de la Visitation unies aux autres religieuses contemplatives du diocèse, avec Monseigneur Gaidon et les chapelains des sanctuaires, invoquons pour toute l’humanité, consacrée au Sacré-Cœur par mon prédécesseur Léon XIII ; la grâce inépuisable de l’amour rédempteur qui découle du Cœur de Jésus." »

 

Discours du Saint-Père Jean-Paul II au Monastère de la Visitation, Pèlerinage Apostolique en France ; Paray-le-Monial, le dimanche 5 octobre 1986.

 

 

Bibliographie

 

 

Jesus-pleure-dans-les-nuages-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Histoire du Vénérable P. de la Colombière, par le P. Eugène Séguin (1891)

 

 

Collection

 

 

Saint-Claude-la-Colombiere-Georges-Guitton-parousie.over-b.jpg

"Saint Claude La Colombière"

"Apôtre du Sacré-Cœur"

"1641-1682"

Georges Guitton (2006)

 

 

Jesus-8-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 17:04

Saint-Vincent-Ferrier-parousie.over-blog.fr.jpg

San Vicente Ferrer

"Sant Vicent el del ditet"

Saint Vincent Ferrier, O.P.

né le 23 janvier 1350 à Valence (Espagne)

mort le 5 avril 1419 à Vannes (Morbihan)

 

 

 

Voici l’édifiant passage, sorti de l’oubli, d’un livre de 1855 écrit par le pieux, docte et besogneux Abbé Antoine Marc Bayle (1825-1877), Aumônier du Lycée Impérial de Marseille et Docteur en Théologie.

 

 

 

Prière de guérison des malades

de Saint Vincent Ferrier

en imposant avec Foi les mains sur les malades

 

« Que Jésus, Fils de Marie,

Salut du monde et Seigneur,

qui t’a amené à la Foi Catholique,

te conserve dans cette Foi ;

qu’Il te rende bienheureux

et qu’Il daigne te délivrer

de cette infirmité.

Ainsi soit-il ! »

 

 

St-Vincent-Ferrier-Vannes-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Prière de Saint Vincent Ferrier en vieux français :

"Jesus, Fils de Marie, Salut & Seigneur du monde, qui vous a attiré à la Foy Catholique, vous conserve en icelle & vous rende bien-heureux & vous daigne délivrer de cette maladie dont vous estes affligez. Ainsi soit-il."

 

("Vies des saints de la Bretagne Armorique", par Alber Le Grand (1636), chapitre VI - Vème édition de 1901 – Quimper)


 

Texte complet : « VI. Estant à Rennes, un Gentil-homme Anglois le fut trouver de la part du Roy d'Angleterre, Henry, qui, au mois d'Aoust de cette année, estoit descendu, avec toute son Armée, à la Toucque en Normandie, & le pria de venir trouver ce Prince à Caën ; ce qu'il fit ; &, ayant séjourné quelques jours en sa Cour, pour tascher de moyenner une bonne paix entre les deux Couronnes, voyant qu'il ne pouvoit rien avancer en cette affaire, il s'en retourna en Bretagne, passa à Mont-fort, Josselin & Ploërmel, & se rendit à Vennes. Il seroit difficile d'exprimer le grand fruit qu'il fit en Bretagne, durant ce voyage & le reste de sa vie qu'il y séjourna ; car si, passant seulement par les autres Royaumes, il a opéré des merveilles si grandes, que n'aura-t-il fait en cette Province, en laquelle il a passé deux années entieres ? On a remarqué souvent qu'estant si foible & debile, tant à cause de sa vieillesse, que pour les austéritez dont il mattoit son corps, neant-moins, estant en Chaire, il avoit l'estomach autant sain, le geste & mouvement du corps autrant libre, la parole aussi forte & à commandement, comme il avoit en sa jeunesse ; ce qu'à bon droit on tenoit en rang de miracle. Allant par pays, il guerissoit les malades par l'imposition de ses mains, specialement ceux qui estoient incommodez de fiévre ; il usoit ordinairement de cette forme d'Oraison tirée du texte de l'Evangile Marc, 16, : Signa autem eos qui crediderint hæc sequentur : Super ægros manus imponent & bené habebunt. Et puis il ajoûtoit aussi en Latin : Jesus, Mariæ Filius, mundi Salus & Dominus, qui te traxit ad fidem Catholicam, te in eo conservet & beatum faciat, & ab hac infirmitate te liberare dignetur. Amen. C'est à dire en François : "Jesus, Fils de Marie, Salut & Seigneur du monde, qui vous a attiré à la Foy Catholique, vous conserve en icelle & vous rende bien-heureux & vous daigne délivrer de cette maladie dont vous estes affligez. Ainsi soit-il." »

 

 

16 Qui crediderit, et baptizatus fuerit, salvus erit: qui vero non crediderit, condemnabitur.

17 Signa autem eos qui crediderint, hæc sequentur: in nomine meo dæmonia ejicient: linguis loquentur novis:

18 serpentes tollent: et si mortiferum quid biberint, non eis nocebit: super ægros manus imponent, et bene habebunt.

19 Et Dominus quidem Jesus postquam locutus est eis, assumptus est in cælum, et sedet a dextris Dei.

20 Illi autem profecti prædicaverunt ubique, Domino cooperante, et sermonem confirmante, sequentibus signis.

 

Vulgata, Novum Testamentum, Evangelium secundum Marcum 16:16-20

 

 

 

16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ;

18 ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

19 Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de Dieu.

20 Et ils s'en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l'accompagnaient.

 

Marc 16 : 16-20 (Louis Segond)

 

 

Prière de Saint Vincent Ferrier en latin :

« Jesus, Mariæ Filius, mundi Salus et Dominus, qui te traxit ad Fidem Catholicam, te in ea conservet et beatum faciat et ab hac infirmitate liberare dignetur. Amen. »

 

 

St-Louis-Bertrand-Zurbaran-parousie.over-blog.fr.jpg

San Luis Beltrán i Eixarch

Sant Lluís Bertran Eixarch

Saint Louis Bertrand, O.P.

Saint Patron de la Colombie

Francisco de Zurbarán (1640)

 

 

 

Prière transformée par Saint Louis Bertrand :

« Que Jésus, Fils de Marie, Salut du monde et Seigneur, qui t’a amené à la Foi Catholique, te conserve dans cette Foi, qu’Il te rende bienheureux, et par les mérites de la Bienheureuse Marie et de notre père, le bienheureux Dominique, et du bienheureux Vincent Ferrier, et de tous les saints, qu’Il daigne te délivrer de cette infirmité. Ainsi soit-il ! »

 

 

Prière transformée par Saint Louis Bertrand en latin :

« Jesus, Mariæ Filius, mundi Salus et Dominus, qui te traxit ad Fidem Catholicam, te in ea conservet et beatum faciat, et meritis Beatæ Mariæ et Beati Dominici patris nostri et Beati Vincentii Ferrarii et omnium sanctorum, te ab hac infirmitate liberare dignetur. Amen. »

 

 

Mort-de-St-Louis-Bertrand-J.-J.-de-Espinosa-parousie.over-b.jpg

Mort de Saint Louis Bertrand (San Luis Bertrán)

Jerónimo Jacinto de Espinosa,

peintre baroque espagnol né à Cocentaina (1600-1667)

 

 

 

Texte d'origine :

« Ordinairement, pour obtenir la guérison des malades, saint Vincent récitait la prière suivante, formée de quelques paroles de la sainte Écriture, qui excitaient sa foi, et d’autres paroles, qui exprimaient son désir (1) : « Voici quels signes suivront ceux qui croiront : ils imposeront les mains sur les malades et les malades se trouveront bien. Que Jésus, fils de Marie, salut du monde et Seigneur, qui t’a amené à la foi catholique, te conserve dans cette foi, qu’il te rende bien heureux et qu’il daigne te délivrer de cette infirmité. Ainsi soit-il. » Il variait les derniers mots de cette prière lorsqu’il désirait rendre la vie à quelque défunt ou chasser le démon du corps de quelque possédé. »

 

(1) « Signa autem eos qui crediderint hæc sequentur : Super ægros manus imponent et bene habebunt. Jesus, Mariæ filius, mundi salus et Dominus, qui te traxit ad fidem catholicam, te in ea conservet et beatum faciat et ab hac infirmitate liberare dignetur. Amen. – Saint Louis Bertrand se servit de cette prière, en y ajoutant, après le mot faciat : Et meritis Beatæ Mariæ et Beati Dominici patris nostri et Beati Vincentii Ferrarii et omnium sanctorum te* ab hac… Cette prière, ainsi modifiée, est encore récitée sur les malades par les Frères-Prêcheurs. »

 

Erreur de frappe dans le texte d’origine : il est écrit "te" au lieu de "et".

 

Source : « Vie de Saint Vincent Ferrier de l’Ordre des Frères-Prêcheurs (1350-1419) » (livre ci-dessous), par l'Abbé A. Bayle, Aumônier du Lycée impérial de Marseille, pages 80-81 - Paris. Ancienne Maison Sagnier et Bray, Ambroise Bray, libraire-éditeur, rue des Saints-Pères, 66. (1855).

 

 

Miracles Vincent Ferrier,parousie.over-blog.fr

 

Vie de Saint Vincent Ferrier, par l'Abbé A. Bayle (1855)

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 07:50

Sacre-Coeur-et-Sainte-Marguerite-Marie-parousie.over-blog-jpg

 

 

« Ne pleure pas, si tu m'aimes »

Saint-Augustin

 

Ne pleure pas, si tu m'aimes !

Si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le Ciel !

Si tu pouvais d'ici entendre le chant des Bienheureux et me voir au milieu d'eux !

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les immenses horizons et les nouveaux sentiers où je marche !

Si un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent !

Quoi ? Tu m'as vu, tu m'as aimé dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me revoir ni m'aimer dans le pays des immuables réalités ?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient, et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu'il a fixé, ton âme viendra dans ce Ciel où l'a précédé la mienne ; ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée.

À Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse, je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie et sois devenu moins aimant !

Tu me reverras donc, transfiguré dans l'extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant, d'instant en instant, avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie !

Alors, essuie tes larmes, et ne pleure plus, si tu m'aimes !

 

 

Si-tu-m-aimes-St-Augustin-parousie.over-blog.fr.jpg

© « Devant la mort - Textes non bibliques pour les funérailles

- Vivre, Croire, Célébrer », page 17,

 Diocèse de LyonLes éditions de l’Atelier (2007)

 

 

 

« Ne pleure pas, si tu m'aimes »

Autre version

 

Ne pleure pas, si tu m'aimes !

Si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le Ciel ! (ou : et ce qu’est le ciel !)

Si tu pouvais d'ici entendre le chant des Anges et me voir au milieu d'eux !

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels, les nouveaux sentiers où je marche !

Si, un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent ! (ou : Si tu pouvais un instant contempler… )

Quoi ? Tu m’as vu, tu m'as aimé dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me revoir, ni m'aimer dans le pays des immuables réalités ? (ou : ni m'aimer encore dans le pays des innombrables réalités ?)

Crois-moi, quand la mort viendra briser les liens comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient,

quand un jour que Dieu connaît et qu’il a fixé, ton âme viendra dans ce Ciel où l’a précédé(e) la mienne ; ce jour-là, tu me reverras, tu retrouveras mon affection épurée. (ou : ce jour-là, tu verras celui qui t’aimait et qui t’aime encore ; tu trouveras les tendresses épurées.)

À Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse, infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie, je sois devenu moins aimant !

Tu me reverras donc, transfiguré dans l'extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant d'instant en instant avec toi dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie !

Essuie tes larmes, et ne pleure pas, si tu m'aimes ! (ou : Essuie tes larmes, et ne pleure plus, si tu m'aimes !)

 

 

Priere-St-Augustin-ed-larroque-parousie.over-blog.fr.jpg

© Éditions Larroque

 

 

"Ne pleure pas si tu m'aimes"

Robert Charlebois

 

 

 

 

 

Expérience de Mort Imminente (EMI)

 

Near-Death Experience (NDE)

 

 

 Ne-restez-pas-Stevenson-parousie.over-blog.fr.jpg

© « Devant la mort », p. 15

 

 

 

Les 7 Sacrements

 

 

 

"Les Vieux"

Jacques Brel

 

 

Que-tout-soit-accompli-Philippe-Grignard-parousie.over-blog.jpg

© « Devant la mort », p. 21

 

 

 

L'Enfer, le Purgatoire et le Paradis

par Dante Alighieri

"La Divine Comédie"

 

 

 

Demain-des-l-aube-Manuscrit--V.-Hugo-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Demain, dès l’aube"

Victor Hugo

 

"Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

 

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

 

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur."

 

"3 septembre 1847."

 

Les Contemplations, Livre quatrième "Pauca Meæ", chapitre XIV,

poème écrit le 4 septembre 1847 d'après le manuscrit

 

 

Multiportraits-JP-2-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prières de préparation à la mort

Saint Alphonse de Liguori

 

« Ô Jésus, mon Rédempteur, soyez béni de ne m'avoir pas fait mourir, quand je me trouvais dans votre disgrâce ! Depuis combien d'années ne devrais-je pas souffrir au fond des enfers ? Ah ! Seigneur, quelles actions de grâces je vous rends !

 

Afin d'expier mes péchés, j'accepte ma mort ; et je l'accepte telle qu'il vous plaira de me l'envoyer. Mais, puisque vous m'avez attendu jusqu'à cette heure, attendez-moi encore un peu. « Laissez-moi, un moment, donner libre cours à ma douleur » (Job 10, 20). Oui, avant que vous ayez à me juger, donnez-moi le temps de pleurer les offenses dont je me suis rendu coupable envers vous. Je ne veux plus résister à votre choix. Et qui sait, si, dans cette méditation, vous ne venez pas de m'adresser votre dernier appel ?

 

Je ne mérite point de pitié, je l'avoue, moi qui tant de fois ai reçu mon pardon et qui tant de fois ensuite me suis montré si ingrat en recommençant à vous offenser. Mais, « Seigneur, vous ne méprisez jamais un coeur contrit et humilié » (Psaume 50, 19). Puisqu'il en est ainsi, voici un pécheur, un traître qui vient, poussé par le repentir, se jeter à vos pieds. « De grâce, ne me rejetez pas de devant vous ». Vous l'avez dit vous-même : « Je ne rejetterai pas celui qui vient à moi » (Jean 6, 37). À la vérité, je suis plus coupable que les autres ; car plus que les autres, j'ai été favorisé de vos lumières et de vos grâces. Mais le sang que vous avez répandu pour moi m'encourage, et, en échange de mon repentir, il m'offre mon pardon. Oui, ô mon souverain Bien, je me repens de vous avoir méprisé ; je m'en repens de tout mon coeur. Pardonnez-moi et accordez-moi la grâce de vous aimer à l'avenir. Je ne vous ai que trop outragé jusqu'ici. Les années qui me restent à vivre ne seront plus comme autrefois de malheureuses années de péché. Je veux, ô mon Jésus, les employer uniquement à pleurer sans cesse les déplaisirs que je vous ai causés et à vous aimer de tout mon coeur, ô Dieu, digne d'un amour infini.

 

Ô Marie, mon espérance, priez Jésus pour moi. »

 

 

 

« Ô mon bien-aimé Rédempteur ! Je vous remercie de m'avoir attendu jusqu'à ce soir. Qu'en serait-il de moi, si vous m'aviez frappé lorsque je me trouvais dans votre disgrâce. Bénies soient donc éternellement votre miséricorde et cette patience divine qui m'a si longtemps attendu ! Bénie soit également la bonté avec laquelle vous m'accordez maintenant votre lumière et votre grâce ! Par le passé je ne vous ai pas aimé et je me suis fort peu soucié d'être aimé de vous. Mais maintenant je vous aime de tout mon coeur; et rien ne m'afflige autant que d'avoir déplu à un Dieu si bon. Cependant quelque grande que soit mon affliction, combien je la trouve douce ! Car, grâce à elle, j'ose en ce moment espérer que déjà vous m'avez pardonné.

 

Mon doux Sauveur, que ne suis-je mort mille fois avant de vous avoir offensé ! Je tremble qu'il ne m'arrive de vous offenser encore. Ah ! Faites-moi mourir, fût-ce de la mort la plus cruelle, avant que j'en vienne de nouveau à perdre votre grâce. Trop longtemps esclave de l'enfer, j'ai maintenant, ô Dieu de mon âme, le bonheur d'être votre serviteur.

« J'aime ceux qui m'aiment » (Proverbe 8, 17), avez-vous dit. Or je vous aime ; je suis donc à vous et vous êtes à moi. Mais je puis vous perdre de nouveau. C'est pourquoi, je vous le demande en grâce, faites-moi mourir avant que j'ai le malheur de vous perdre encore une fois. Que de grâces vous m'avez accordées, sans que je vous les eusse demandées ! Je ne puis donc pas craindre de me voir refuser celle que je vous demande en ce moment. Non ; ne permettez pas que je vous perde encore ; donnez-moi votre amour; c'est tout ce que je désire.

 

Ô Marie, ô mon espérance, intercédez pour moi. »

 

 

 

« Ô mon bien-aimé Rédempteur, je n'aurais pas l'audace de paraître en votre présence, si je ne vous voyais suspendu à cette croix, tout déchiré de coups, accablé d'outrages et mort pour moi. Grande a été mon ingratitude ; mais plus grande est votre miséricorde. Mes iniquités aussi ont été bien grandes ; mais vos mérites les surpassent encore ! Vos plaies, votre sang, votre mort, sont toute mon espérance. Déjà, après mon premier péché, je méritais l'enfer. Que de fois j'ai recommencé ensuite à vous offenser ! Et vous, au lieu de me frapper à mort, avec quelle bonté et quel amour vous m'avez appelé au repentir et offert la paix ! Comment puis-je craindre que vous me chassiez de votre présence, maintenant que je vous aime et que je désire uniquement votre grâce ?

 

Oui, je vous aime de tout mon coeur, ô mon bien-aimé Seigneur, et je ne désire que de vous aimer. Je vous aime, et je me repens de vous avoir méprisé, sans doute parce que je me suis ainsi condamné à l'enfer, mais surtout parce que je vous ai offensé, vous, mon Dieu, qui m'avez tant aimé. Et maintenant, ouvrez-moi, ô mon Jésus, votre coeur plein de bonté, et ajoutez une nouvelle miséricorde à toutes vos miséricordes passées. Faites que je ne sois plus un ingrat et changez entièrement mon coeur. Ce coeur, autrefois, il osa compter pour rien votre amour et l'échanger contre les misérables plaisirs du monde ; faites que désormais il vous appartienne tout entier que sans cesse il brûle d'amour pour vous.

 

Un jour, je l'espère, je serai admis dans le ciel pour vous aimer à jamais. Ma place n'y sera pas parmi les âmes innocentes, mais parmi celles qui ont suivi les sentiers de la pénitence. Là, je veux surpasser en amour même les âmes innocentes. Oui, qu'à la gloire de votre miséricorde, le ciel voie brûler d'un grand amour pour vous, un pécheur qui vous a tant offensé ! Je prends la résolution de vous appartenir tout entier et de ne plus penser désormais qu'à vous aimer. Vous-même, venez à mon secours avec votre lumière et votre force, afin que ce désir, inspiré à mon coeur par votre bonté, se réalise par votre grâce.

 

Ô Marie, ô Mère de la persévérance, obtenez-moi la fidélité à mes promesses. »

 

 

 

« Ô Dieu de mon âme ! Par le passé je vous ai déshonoré en vous abandonnant ; mais votre divin Fils vous a honoré en vous offrant sa vie sur l'autel de la Croix. Par cet honneur que vous a rendu votre Fils bien-aimé, pardonnez-moi le déshonneur que je vous ai causé ; Ô souverain Bien, je me repens de vous avoir offensé et je vous promets de n'aimer désormais que vous seul. C'est de vous que j'espère mon salut. Tout ce que j'ai de bien en ce moment, je le tiens de votre grâce ; oui, je reconnais que tout me revient de vous. « C'est par la grâce de Dieu que je suis tout ce que je suis » (I Corinthiens 15, 10). Si, par le passé, je vous ai déshonoré, j'espère vous honorer éternellement, en bénissant à jamais votre miséricorde. Je me sens un grand désir de vous aimer. Ce désir, c'est vous qui me le donnez ; je vous en remercie, ô mon Amour. Continuez, continuez de m'aider comme vous avez commencé de le faire: j'espère être désormais à vous et tout à vous. Je renonce à tous les plaisirs du monde. Et quel plus grand plaisir puis-je avoir de vous être agréable, à vous, Seigneur, qui êtes si aimable et qui m'avez tant aimé ? Je vous demande seulement votre amour, ô mon Dieu ; oui, votre amour, rien que votre amour. Et cette demande, j'espère vous l'adresser toujours et toujours vous demander votre amour, jusqu'à ce qu'enfin, expirant dans votre amour, je parvienne au royaume de l'amour, pour y être rempli d'amour, sans avoir besoin de le demander encore et sans jamais cesser durant toute l'éternité de vous aimer un seul instant de toutes mes forces.

 

Ô Marie, ma Mère, vous qui aimez tant votre Dieu et qui désirez tant de le voir aimé, faites que je l'aime beaucoup en cette vie afin que je l'aime beaucoup en l'autre et pour toujours. »

 

 

 

« Ainsi, ô mon bien-aimé Jésus, vous demeurez sur les autels pour écouter les demandes des malheureux qui ont recours à vous. Écoutez donc celle qu'un pauvre pécheur vous adresse en ce moment. Ô Agneau de Dieu, offert en sacrifice et immolé sur la croix, je suis une âme rachetée par votre sang. Pardonnez-moi toutes les injures que je vous ai faites et aidez-moi, afin que, moyennant votre grâce, je ne vous perde plus. Donnez-moi, ô mon Jésus, un peu de cette douleur que, dans le jardin de Gethsémani, vous avez ressentie à cause de mes péchés. Pourquoi faut-il que je vous aie offensé, ô mon Dieu ? Hélas ! Si j'étais mort dans mon péché, je me verrais déjà, ô mon bien-aimé Seigneur, dans l'impossibilité de vous aimer. Mais vous m'avez attendu, précisément pour que je vous aime. Soyez béni de m'en donner le temps ; et puisque je peux maintenant vous aimer, je veux vous aimer. Vous-même accordez-moi le don de votre saint amour, mais d'un amour tel qu'il me fasse oublier toutes les créatures et que je m'applique uniquement à contenter votre Coeur très aimant. Ah ! Mon Jésus, vous m'avez consacré toute votre vie, faites qu'au moins je vous consacre le reste de ma vie. Attirez-moi tout entier à votre amour et ne me laissez pas mourir avant que je vous appartienne entièrement. C'est dans les mérites de votre Passion que je place toutes mes espérances.

 

Et c'est aussi dans votre intercession, ô Marie, que je mets ma confiance. Vous savez que je vous aime, ayez pitié de moi. »

 

 

Préparation à la mort, par Saint Alphonse de Liguori

 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 08:23

Elevation-hostie-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

1 Louange. De David.

'aleph

Je t'exalterai, mon Dieu, toi qui es le roi ; pour toujours, à jamais je bénirai ton nom.

beth

2 Je te bénirai sans cesse ; pour toujours, à jamais je louerai ton nom.

gimel

3 Le SEIGNEUR est grand et digne de toute louange, sa grandeur est insondable.

daleth

4 De génération en génération, qu'on fasse l'éloge de tes œuvres, qu'on raconte tes hauts faits,

5 la magnificence éclatante de ta gloire ; je méditerai le récit de tes actes étonnants.

waw

6 On parlera de ta force redoutable, et je raconterai tes hauts faits.

zaïn

7 On proclamera le souvenir de ton immense bonté, on criera ta justice.

heth

8 Le SEIGNEUR est clément et compatissant, patient et grand par la fidélité.

teth

9 Le SEIGNEUR est bon envers tous, sa compassion s'étend sur toutes ses œuvres.

yod

10 Toutes tes œuvres te célébreront, SEIGNEUR, et tes fidèles te béniront.

kaph

11 Ils diront la gloire de ton règne, et ils parleront de ta puissance,

lamed

12 pour faire connaître aux humains tes hauts faits et la gloire magnifique de ton règne.

mem

13 Ton règne s'étend sur tous les âges, ta domination sur toutes les générations.

samek

14 Le SEIGNEUR soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous ceux qui sont courbés.

`aïn

15 Tous, avec espoir, tournent les yeux vers toi, c'est toi qui leur donnes leur nourriture en son temps.

16 Tu ouvres ta main et tu rassasies à souhait tout être vivant.

tsadé

17 Le SEIGNEUR est juste dans toutes ses voies et fidèle dans toutes ses œuvres.

qoph

18 Le SEIGNEUR est proche de tous ceux qui l'invoquent, de tous ceux qui l'invoquent avec loyauté ;

resh

19 il réalise les souhaits de ceux qui le craignent, il entend leurs appels au secours et il les sauve.

shîn

20 Le SEIGNEUR garde tous ceux qui l'aiment, il détruit tous les méchants.

taw

21 Que ma bouche dise la louange du SEIGNEUR ! Que pour toujours, à jamais, tout être bénisse son nom sacré !

 

Psaume 145 (La Nouvelle Bible Segond)

 

 

 

 

 

La-Salette-statue-Sainte-Philomene--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

Sacre-Coeur-apparait-a-Marguerite-Marie-Alacoque-parousi.jpg

 

 

1 Laudes. David.

ALEPH. Exaltabo te, Deus meus, rex,

et benedicam nomini tuo

in saeculum et in saeculum saeculi.

2 BETH. Per singulos dies benedicam tibi

et laudabo nomen tuum

in saeculum et in saeculum saeculi.

3 GHIMEL. Magnus Dominus et laudabilis nimis,

et magnitudinis eius non est investigatio.

4 DALETH. Generatio generationi laudabit opera tua,

et potentiam tuam pronuntiabunt.

5 HE. Magnificentiam gloriae maiestatis tuae loquentur

et mirabilia tua enarrabunt.

6 VAU. Et virtutem terribilium tuorum dicent

et magnitudinem tuam narrabunt.

7 ZAIN. Memoriam abundantiae suavitatis tuae eructabunt

et iustitia tua exsultabunt.

8 HETH. Miserator et misericors Dominus,

longanimis et multae misericordiae.

9 TETH. Suavis Dominus universis,

et miserationes eius super omnia opera eius.

10 IOD. Confiteantur tibi, Domine, omnia opera tua;

et sancti tui benedicant tibi.

11 CAPH. Gloriam regni tui dicant

et potentiam tuam loquantur,

12 LAMED. ut notas faciant filiis hominum potentias tuas

et gloriam magnificentiae regni tui.

13 MEM. Regnum tuum regnum omnium saeculorum,

et dominatio tua in omnem generationem et generationem.

NUN. Fidelis Dominus in omnibus verbis suis

et sanctus in omnibus operibus suis.

14 SAMECH. Allevat Dominus omnes, qui corruunt,

et erigit omnes depressos.

15 AIN. Oculi omnium in te sperant,

et tu das illis escam in tempore opportuno.

16 PHE. Aperis tu manum tuam

et imples omne animal in beneplacito.

17 SADE. Iustus Dominus in omnibus viis suis

et sanctus in omnibus operibus suis.

18 COPH. Prope est Dominus omnibus invocantibus eum,

omnibus invocantibus eum in veritate.

19 RES. Voluntatem timentium se faciet

et deprecationem eorum exaudiet et salvos faciet eos.

20 SIN. Custodit Dominus omnes diligentes se

et omnes peccatores disperdet.

21 TAU. Laudationem Domini loquetur os meum,

et benedicat omnis caro nomini sancto eius

in saeculum et in saeculum saeculi.

 

Psalmus 145 (Psaume 144 dans la Vulgate)

 

 

Chiesa-di-Santa-Croce-a-Firenze--parousie.over-blog.fr.JPG

Basilique de la Sainte Croix (Florence - Italie)

Chiesa di Santa Croce (Firenze, Italia)

 

 

 

1 I will extol thee, my God, O king; and I will bless thy name for ever and ever.

2 Every day will I bless thee; and I will praise thy name for ever and ever.

3 Great is the LORD, and greatly to be praised; and his greatness is unsearchable.

4 One generation shall praise thy works to another, and shall declare thy mighty acts.

5 I will speak of the glorious honour of thy majesty, and of thy wondrous works.

6 And men shall speak of the might of thy terrible acts: and I will declare thy greatness.

7 They shall abundantly utter the memory of thy great goodness, and shall sing of thy righteousness.

8 The LORD is gracious, and full of compassion; slow to anger, and of great mercy.

9 The LORD is good to all: and his tender mercies are over all his works.

10 All thy works shall praise thee, O LORD; and thy saints shall bless thee.

11 They shall speak of the glory of thy kingdom, and talk of thy power;

12 To make known to the sons of men his mighty acts, and the glorious majesty of his kingdom.

13 Thy kingdom is an everlasting kingdom, and thy dominion endureth throughout all generations.

14 The LORD upholdeth all that fall, and raiseth up all those that be bowed down.

15 The eyes of all wait upon thee; and thou givest them their meat in due season.

16 Thou openest thine hand, and satisfiest the desire of every living thing.

17 The LORD is righteous in all his ways, and holy in all his works.

18 The LORD is nigh unto all them that call upon him, to all that call upon him in truth.

19 He will fulfil the desire of them that fear him: he also will hear their cry, and will save them.

20 The LORD preserveth all them that love him: but all the wicked will he destroy.

21 My mouth shall speak the praise of the LORD: and let all flesh bless his holy name for ever and ever.

 

Psalms, Chapter 145 (King James Version) - Psaume 145 en anglais.

 

 

 

 

‎1 ‏תְּהִלָּ֗ה לְדָ֫וִ֥ד אֲרוֹמִמְךָ֣ אֱלוֹהַ֣י הַמֶּ֑לֶךְ וַאֲבָרֲכָ֥ה שִׁ֝מְךָ֗ לְעוֹלָ֥ם וָעֶֽד׃

‎2 ‏בְּכָל־י֥וֹם אֲבָרֲכֶ֑ךָּ וַאֲהַלְלָ֥ה שִׁ֝מְךָ֗ לְעוֹלָ֥ם וָעֶֽד׃

‎3 ‏גָּ֘ד֤וֹל3 יְהוָ֣ה וּמְהֻלָּ֣ל מְאֹ֑ד וְ֝לִגְדֻלָּת֗וֹ אֵ֣ין חֵֽקֶר׃

‎4 ‏דּ֣וֹר לְ֭דוֹר יְשַׁבַּ֣ח מַעֲשֶׂ֑יךָ וּגְב֖וּרֹתֶ֣יךָ יַגִּֽידוּ׃

‎5 ‏הֲ֭דַר כְּב֣וֹד הוֹדֶ֑ךָ וְדִבְרֵ֖י נִפְלְאוֹתֶ֣יךָ אָשִֽׂיחָה׃

‎6 ‏וֶעֱז֣וּז נוֹרְאֹתֶ֣יךָ יֹאמֵ֑רוּ וגדולתיךוּגְדוּלָּתְךָ֥ אֲסַפְּרֶֽנָּה׃

‎7 ‏זֵ֣כֶר רַב־טוּבְךָ֣ יַבִּ֑יעוּ וְצִדְקָתְךָ֥ יְרַנֵּֽנוּ׃

‎8 ‏חַנּ֣וּן וְרַח֣וּם יְהוָ֑ה אֶ֥רֶךְ אַ֝פַּ֗יִם וּגְדָל־חָֽסֶד׃

‎9 ‏טוֹב־יְהוָ֥ה לַכֹּ֑ל וְ֝רַחֲמָ֗יו עַל־כָּל־מַעֲשָֽׂיו׃

‎10 ‏יוֹד֣וּךָ יְ֭הוָה כָּל־מַעֲשֶׂ֑יךָ וַ֝חֲסִידֶ֗יךָ יְבָרֲכֽוּכָה׃

‎11 ‏כְּב֣וֹד מַלְכוּתְךָ֣ יֹאמֵ֑רוּ וּגְבוּרָתְךָ֥ יְדַבֵּֽרוּ׃

‎12 ‏לְהוֹדִ֤יעַ׀ לִבְנֵ֣י הָ֭אָדָם גְּבוּרֹתָ֑יו וּ֝כְב֗וֹד הֲדַ֣ר מַלְכוּתֽוֹ׃

‎13 ‏מַֽלְכוּתְךָ֗ מַלְכ֥וּת כָּל־עֹֽלָמִ֑ים וּ֝מֶֽמְשֶׁלְתְּךָ֗ בְּכָל־דּ֥וֹר וָדֽוֹר׃

‎14 ‏סוֹמֵ֣ךְ יְ֭הוָה לְכָל־הַנֹּפְלִ֑ים וְ֝זוֹקֵ֗ף לְכָל־הַכְּפוּפִֽים׃

‎15 ‏עֵֽינֵי־כֹ֭ל אֵלֶ֣יךָ יְשַׂבֵּ֑רוּ וְאַתָּ֤ה נֽוֹתֵן־לָהֶ֖ם אֶת־אָכְלָ֣ם בְּעִתּֽוֹ׃

‎16 ‏פּוֹתֵ֥חַ אֶת־יָדֶ֑ךָ וּמַשְׂבִּ֖יעַ לְכָל־חַ֣י רָצֽוֹן׃

‎17 ‏צַדִּ֣יק יְ֭הוָה בְּכָל־דְּרָכָ֑יו וְ֝חָסִ֗יד בְּכָל־מַעֲשָֽׂיו׃

‎18 ‏קָר֣וֹב יְ֭הוָה לְכָל־קֹרְאָ֑יו לְכֹ֤ל אֲשֶׁ֖ר יִקְרָאֻ֣הוּ בֶאֱמֶֽת׃

‎19 ‏רְצוֹן־יְרֵאָ֥יו יַעֲשֶׂ֑ה וְֽאֶת־שַׁוְעָתָ֥ם יִ֝שְׁמַ֗ע וְיוֹשִׁיעֵֽם׃

‎20 ‏שׁוֹמֵ֣ר יְ֭הוָה אֶת־כָּל־אֹהֲבָ֑יו וְאֵ֖ת כָּל־הָרְשָׁעִ֣ים יַשְׁמִֽיד׃

‎21 ‏תְּהִלַּ֥ת יְהוָ֗ה יְֽדַבֶּ֫ר־פִּ֥י וִיבָרֵ֣ךְ כָּל־בָּ֭שָׂר שֵׁ֥ם קָדְשׁ֗וֹ לְעוֹלָ֥ם וָעֶֽד׃

 

תהילים 145 תנ"ך

Psaume 145 en hébreu

 

 

Le Tétragramme YHWH par Frank Lalou,

artiste en calligraphie hébraïque

Psaume 145 récité par Didier Douet, comédien, compositeur

(à 7'05'' du début de la vidéo)

 

 

 

YHWH-------parousie.over-blog.fr.png

Yahvé en hébreu

 השם המפורש - יהוה

Yahweh Tetragrammaton

 

 

 

1 αἴνεσις τῷ Δαυιδ ὑψώσω σε ὁ θεός μου ὁ βασιλεύς μου καὶ εὐλογήσω τὸ ὄνομά σου εἰς τὸν αἰῶνα καὶ εἰς τὸν αἰῶνα τοῦ αἰῶνος

2 καθ᾽ ἑκάστην ἡμέραν εὐλογήσω σε καὶ αἰνέσω τὸ ὄνομά σου εἰς τὸν αἰῶνα καὶ εἰς τὸν αἰῶνα τοῦ αἰῶνος

3 μέγας κύριος καὶ αἰνετὸς σφόδρα καὶ τῆς μεγαλωσύνης αὐτοῦ οὐκ ἔστιν πέρας

4 γενεὰ καὶ γενεὰ ἐπαινέσει τὰ ἔργα σου καὶ τὴν δύναμίν σου ἀπαγγελοῦσιν

5 τὴν μεγαλοπρέπειαν τῆς δόξης τῆς ἁγιωσύνης σου λαλήσουσιν καὶ τὰ θαυμάσιά σου διηγήσονται

6 καὶ τὴν δύναμιν τῶν φοβερῶν σου ἐροῦσιν καὶ τὴν μεγαλωσύνην σου διηγήσονται

7 μνήμην τοῦ πλήθους τῆς χρηστότητός σου ἐξερεύξονται καὶ τῇ δικαιοσύνῃ σου ἀγαλλιάσονται

8 οἰκτίρμων καὶ ἐλεήμων ὁ κύριος μακρόθυμος καὶ πολυέλεος

9 χρηστὸς κύριος τοῖς σύμπασιν καὶ οἱ οἰκτιρμοὶ αὐτοῦ ἐπὶ πάντα τὰ ἔργα αὐτοῦ

10 ἐξομολογησάσθωσάν σοι κύριε πάντα τὰ ἔργα σου καὶ οἱ ὅσιοί σου εὐλογησάτωσάν σε

11 δόξαν τῆς βασιλείας σου ἐροῦσιν καὶ τὴν δυναστείαν σου λαλήσουσιν

12 τοῦ γνωρίσαι τοῖς υἱοῖς τῶν ἀνθρώπων τὴν δυναστείαν σου καὶ τὴν δόξαν τῆς μεγαλοπρεπείας τῆς βασιλείας σου

13 ἡ βασιλεία σου βασιλεία πάντων τῶν αἰώνων καὶ ἡ δεσποτεία σου ἐν πάσῃ γενεᾷ καὶ γενεᾷ

πιστὸς κύριος ἐν τοῖς λόγοις αὐτοῦ καὶ ὅσιος ἐν πᾶσι τοῖς ἔργοις αὐτοῦ

14 ὑποστηρίζει κύριος πάντας τοὺς καταπίπτοντας καὶ ἀνορθοῖ πάντας τοὺς κατερραγμένους

15 οἱ ὀφθαλμοὶ πάντων εἰς σὲ ἐλπίζουσιν καὶ σὺ δίδως τὴν τροφὴν αὐτῶν ἐν εὐκαιρίᾳ

16 ἀνοίγεις σὺ τὴν χεῖρά σου καὶ ἐμπιπλᾷς πᾶν ζῷον εὐδοκίας

17 δίκαιος κύριος ἐν πάσαις ταῖς ὁδοῖς αὐτοῦ καὶ ὅσιος ἐν πᾶσιν τοῖς ἔργοις αὐτοῦ

18 ἐγγὺς κύριος πᾶσιν τοῖς ἐπικαλουμένοις αὐτόν πᾶσι τοῖς ἐπικαλουμένοις αὐτὸν ἐν ἀληθείᾳ

19 θέλημα τῶν φοβουμένων αὐτὸν ποιήσει καὶ τῆς δεήσεως αὐτῶν ἐπακούσεται καὶ σώσει αὐτούς

20 φυλάσσει κύριος πάντας τοὺς ἀγαπῶντας αὐτὸν καὶ πάντας τοὺς ἁμαρτωλοὺς ἐξολεθρεύσει

21 αἴνεσιν κυρίου λαλήσει τὸ στόμα μου καὶ εὐλογείτω πᾶσα σὰρξ τὸ ὄνομα τὸ ἅγιον αὐτοῦ εἰς τὸν αἰῶνα καὶ εἰς τὸν αἰῶνα τοῦ αἰῶνος

 

ψαλμός 144 (Μετάφραση των Εβδομήκοντα) - Psaume 144 en grec dans la Septante.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0