Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 08:50

Blason-de-Monaco--Deo-Juvante---devise-nationale---avec-l-a.png

Devise nationale "Deo Juvante"

« Avec l'aide de Dieu »

 

 

 

Monaco.gif

 

 

 

Ave Maria en Monégasque

 

Ave Maria,

Tüta de Graçia,

  U Signù è cun Tü.

Si Benedëta tra tüt'ë done

  E Gesü, u To Fiyu, è Benejiu.

Santa Maria, Maire de Diu,

Prega per nùi, pecatùi,

Aùra, e à l'ura d'a nostra morte.

Amen.

(Che sice cusci).

 

 

 

Monaco : le catholicisme religion d'État

 


 

Notre-Pere-en-Monegasque.jpg

Páire Nostru (Principatu de Múnegu)

Notre Père en Monégasque

 

 

 

 


Interview exclusive du prince Albert II
par France3 Côte d'Azur






prince,Albert,Monaco,Charlene Wittlock,gif,Monte Carlo,mariage,wedding

 

 

 

Albert-de-Monaco-et-Charlene-Wittlock--parousie.over-blog.f.jpg

S.A.S. le Prince Albert de Monaco et Charlene Wittstock

Mariage les 1er et 2 juillet 2011

Site officiel du mariage princier

 

 

 

 

 

 

Diocèse de Monaco

 

 

 

 

 

 

Trois mois avant son mariage, Charlene Wittstock a officiellement renoncé au protestantisme et s'est convertie au catholicisme :

« Mademoiselle Charlene Wittstock, qui professe la foi chrétienne, a été admise, par une décision libre et personnelle, à la pleine communion dans l’Église catholique ».

 

Communiqué du Palais princier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grace-Kelly-de-Monaco--parousie.over-blog--2-.jpg

Grace Patricia Kelly

née le 12 novembre 1929 à Philadelphie

morte le 14 septembre 1982 à Monaco

 

 

 

 

Palais Princier de Monaco, site officiel

 

 

 

 

"Monaco, le rocher des princes"

France 5, le 26 juin 2011

 

 

 

 

Autre version du Pater Noster de Monaco

Notre Père en Monégasque, parousie.over-blog.fr

 

Hymne Monégasque

 

Ohé, vous qui voisinez !

Ohé, vous qui nous regardez !

Il importe que chacun retienne bien ceci :

Depuis toujours, le même pavillon

Flotte joyeusement au vent de notre Pays ;

Depuis toujours, les couleurs rouge et blanc

Constituent le symbole de notre liberté ;

Grands et Petits l'ont toujours respecté,

Nous avons perpétué les mêmes traditions,

Nous célébrons la même religion,

Nous avons l'honneur

D'avoir toujours eu les mêmes Princes,

Et personne ne pourra nous faire changer

Tant que le soleil brillera dans le ciel ;

Dieu nous aidera

Et jamais personne ne pourra nous faire changer, Personne !

Nous ne sommes pas bien nombreux,

Mais nous veillons tous à la défense de notre identité ;

Nous ne sommes pas très puissants,

Mais s'Il le Veut, Dieu nous aidera.

Ohé, vous qui voisinez !

Ohé, vous qui nous regardez !

Que chacun prenne bien conscience de cela !

 

 

Inu Munegascu

Hymne de Monaco en Monégasque

 

Oilà cü ne toca !

Oilà cü ne garda !

Fò che cadün sace ben aiço d'aiçì

Despœi tugiù sciü d'u nostru paise

Se ride au ventu u meme pavayun

Despœi tugiù a curù russa e gianca

E stà r'emblema d'a nostra libertà !

Grandi e piciui r'an tugiù respetà !

Amu avüu sempre r'a meme tradiçiun ;

Amu avüu sempre r'a meme religiun ;

Amu avüu per u nostru unù

I meme Principi tugiù

E düsciün nun purà ne fa sciangià

Tantu ch'au cielu u suriyu lüjerà ;

Diu n'agiüterà

E mai düsciün nun purà ne fa scangià Düsciün

Nun sëmu pa gaïre,

Ma defendemu tüti a nostra tradiçiun ;

Nun sëmu pa forti,

Ma se Diu vœ n'agiüterà !

Oilà cü ne toca !

Oilà cü ne garda !

Fo che cadün sace ben ailo d'ailì.

 

 

Traditions Monégasques

Cumitàu Naçiunale d'ë Tradiçiùe Munegasche

 

 

Reliques-de-Sainte-Devote--Cathedrale-de-Monaco.jpg

Reliques de Sainte-Dévote

Cathédrale de Monaco

 

 

Timbre-Sainte-Devote--Croix-Rouge-monegasque.jpg

 

 

Prière à Sainte-Dévote,

Martyre Corse

 

« O bela Santa Vèrgine Devota,

Per min, nun ò paùra d’a morte,

Ma marcamè u camin che divu süive

Se ra vuruntà de Dìu è che te porte

Per dorme ün paije u senu de ra morte.

 

Tradition-de-Sainte-Devote-a-Monaco.jpg

 

Ô belle Sainte-Dévote,

Pour moi, je ne crains pas la mort,

Mais trace-moi le chemin que je dois suivre

Si la Volonté de Dieu est que je te mène

là où dormir en paix le sommeil de la mort... »

 

Timbre-Sainte-Devote-2--Croix-Rouge-monegasque.jpg

 

Morte pour avoir affirmé sa détermination face à la tyrannie romaine,

Dévote devient symbole de liberté pour toute la nation monégasque :

 

« Nun gh’è ren de ciü sacru ün mesu a nui, ren de ciü belu che l’independença. Il n’y a rien de plus sacré parmi nous, rien de plus beau que l’indépendance… ».

 

Timbre-Sainte-Devote-3--Croix-Rouge-monegasque.jpg

 

Hymne à Sainte-Dévote en Monégasque

 

« Corpu martirisau, cun üna barc'vela

I venti e a mar fint'a nui T'an purtau

Da chel'ura ün poei a To'Santa Tütela

U nostru Principatu ün paije à gardau.

 

Prutege u Suvran, a So'cara Famlya

U me picin Païse e cheli che ghe stan

Permet'a tüti nui de viv'ün armunia

Per iesse sempre prunti a se da üna man.

 

Pruteg'a zuventü e daghe u curage

A Fede a Sperança ünt'ün deman seren

Chela fraternita che voe che se partage

Cun chelu scunusciüu, u nostru fral tamben. »

 

 

Prières et Cantique à Sainte-Dévote

Preghera a Santa Devota

 

 

Prince-Albert-II-de-Monaco.jpg

 

 

Hymne à Sainte-Dévote

 

« Ô corps martyrisé, dans une barque à voile,

Les vents et les courants jusqu’à nous t’ont porté,

Et depuis cet instant, sous ta très sainte étoile,

Notre Principauté en paix est demeurée.

Garde le Souverain et sa chère Famille,

Notre petit pays et tous ses citoyens.

Permets que nous vivions en parfaite harmonie

Pour être toujours prêts à nous donner la main.

Protège nos enfants, donne-leur le courage,

La Foi et l’Espérance d’un avenir serein ;

Cette fraternité qui veut que l’on partage

Avec les inconnus, nos frères de demain. »

 

Sainte-Devote--Patronne-de-Monaco.JPG

 

italia1.gif

 

Inno a Santa Devota martire

Hymne à Sainte-Dévote en Italien

 

« Oh corpo martirizzato, in una barca a vela

I venti e le correnti fino a noi ti hanno portato

E da quest'attimo sotto la tua santissima stella

Il nostro Principato in pace dimora.

 

Custodisci il Sovrano e la sua cara famiglia

Il nostro piccolo paese e i suoi cittadini

Permetti che viviamo in perfetta armonia

Per essere sempre pronti a darci la mano.

 

Proteggi i nostri figli, dà loro il coraggio

La fede e la speranza di un avvenire sereno

Questa fraternità che vuole che si condivida

Con gli sconosciuti, i nostri fratelli di domani. »

 

Timbre-Sainte-Devote-4--Croix-Rouge-monegasque.jpg

 

N.B. : La Principauté de Monaco figure désormais sur la liste blanche des paradis fiscaux, après avoir été retirée en 2009 par l'OCDE de la liste noire, puis de la liste grise des "paradis fiscaux non coopératifs."

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 16:02

Christ-Roi--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Le « Notre Père » en SMS

 

Ntr pR kié ociE

ke tn nm swasanktFié

ke tn regn viN

keta volonT swafêt sr la tR como ciL

don-ns ojordwi ntr p1 2 c’jour

pardon-ns no ofenç cm ns pardonon oçi

à cE ki ns on ofenC

&ne ns soumé pa à latentation

mè Dlivr-ns dumal

amN.

 

Statue-de-la-Sainte-Gospa--Reine-de-la-Paix--parousie.over-.jpg

 

 

 

Notre Père en LSF

 


 

Traduction de l’Évangile de Luc en Langue des Signes française

Bande-annonce

 

 

 

Notre-Pere-en-Arameen-colorise--parousie.over-blog.fr.jpgNotre Père en Araméen

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 21:45

Manga-le-Messie.jpg

 

 

 

Texte et dessins : Kumai Hidenori et Kozumi Shinozawa.

 

"Née à Nagoya en 1970, Kozumi « Kelly » Shinozawa a fait ses débuts artistiques à l'âge de 19 ans dans des publications de séries dédiées aux jeunes adolescents japonais puis s’est tournée vers des séries mêlant suspense, mystère et horreur. Elle a désiré changer de vie car ses dessins ne lui correspondaient plus.

Elle est partie pour New York et fit alors sa première rencontre avec l’Eglise. Elle fut baptisée en juin 2004. Ses travaux furent marqués d’influence chrétienne à partir de 2005.

Son mari, ses parents et elle-même exploitent aujourd’hui une ferme à Takayama, dont Gifu est la préfecture. Elle se dit partagée entre sa vie de famille et son travail artistique."

 

 

KOZUMI-SHINOZAWA.jpg

Kozumi Shinozawa

 

 

"Le prix 2010 de la bande dessinée chrétienne a été décerné au manga Le Messie et la Métamorphose, de Kumai Hidenori et Kozumi Shinozawa." (Au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême).

 

Source : eglise.catholique.fr

 


Jesus--manga-le-Messie.gif

 

 

Volume 1 :  Cliquez pour lire un extrait

 

 

Volume 2

 

 

Manga-le-Messie--volume-2.jpg

 

 

Manga-la-Mutinerie.jpgVolume 3 : sortie le 13 septembre 2010

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 17:13

Louis-XIII--parousie.over-blog.fr.jpg

Louis XIII dit le Juste, Roi de France et de Navarre

Fils d'Henri IV et de Marie de Médicis

Père de Louis XIV

né le 27 septembre 1601 à Fontainebleau

mort le 14 mai 1643 à Saint-Germain-en-Laye

 

 

  Blason-Royal-de-France-et-de-Navarre.png

 

 

 

Voeu de Louis XIII

le 10 février 1638

 

« Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre.

À tous ceux qui ces présentes lettres verront, Salut.

Dieu qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l'esprit qu'il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre état, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d'effets merveilleux de sa bonté, que d'accidents qui nous pouvaient perdre.

Lorsque nous sommes entré au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d'en troubler la tranquillité ; mais cette main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause que l'on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins. En divers autres temps, l'artifice des hommes et la malice du diable ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour notre couronne que préjudiciables au repos de notre maison, il lui a plu en détourner le mal avec autant de douceur que de justice.

La rébellion de l'hérésie ayant aussi formé un parti dans l'Etat, qui n'avait d'autre but que de partager notre autorité, il s'est servi de nous pour en abattre l'orgueil, et a permis que nous ayons relevé ses saints autels en tous les lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques.

Quand nous avons entrepris la protection de nos alliés, il a donné des succès si heureux à nos armes, qu'à la vue de toute l'Europe, contre l'espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs états dont ils avaient été dépouillés.

Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne, se sont ralliées pour conspirer sa ruine, il a confondu leurs ambitieux desseins pour faire voir à toutes les nations que, comme sa providence a fondé cet Etat, sa bonté le conserve et sa puissance le défend.

Tant de grâces si évidentes font que pour n'en différer pas la reconnaissance, sans attendre la paix, qui nous viendra sans doute de la même main dont nous les avons reçues, et que nous désirons avec ardeur pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligés, nous prosternant aux pieds de sa majesté divine que nous adorons en trois personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée croix, où nous vénérons l'accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du fils de Dieu en notre chair, de nous consacrer à la grandeur de Dieu par son fils rabaissé jusqu'à nous, et à ce fils par sa mère élevée jusqu'à lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte-Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n'étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de le porter, les rendront hosties agréables et c'est chose bien raisonnable qu'ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces.

A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et de défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre du fléau de la guerre ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire. Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés en ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de la cathédrale de Paris avec une image de la Vierge qui tienne dans ses bras celle de son précieux Fils descendu de la Croix, et où nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère comme leur offrant notre couronne et notre sceptre.

Nous admonestons le sieur Archevêque de Paris et néanmoins lui enjoignons que tous les ans le jour et fête de l'Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la grand'messe qui se dira en son église cathédrale, et qu'après les vêpres du dit jour, il soit fait une procession en la dite église à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et le corps de ville, avec pareille cérémonie que celle qui s'observe aux processions générales les plus solennelles ; ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises tant paroissiales que celles des monastères de la dite ville et faubourg, et en toutes les villes, bourgs et villages du dit diocèse de Paris.

Exhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales et autres églises de leur diocèse ; entendant qu'à la dite cérémonie les cours de Parlement et autres compagnies souveraines et les principaux officiers de la ville y soient présents ; et d'autant qu'il y a plusieurs épiscopales qui ne sont pas dédiées à la Vierge, nous exhortons les dits archevêques et évêques en ce cas de lui dédier la principale chapelle des dites églises pour y être fait la dite cérémonie et d'y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre et d'admonester tous nos peuples d'avoir une dévotion particulière à la Vierge, d'implorer en ce jour sa protection afin que sous une si puissante patronne notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu'il jouisse largement d'une bonne paix ; que Dieu y soit servi et révéré si saintement à la dernière fin pour laquelle nous avons été créés ; car tel est notre bon plaisir.

 

Donné à Saint-Germain-en-Laye, le dixième jour de février, l'an de grâce mil six cent trente-huit, et de notre règne le vingt-huit. »

 

 

Le-Voeu-de-Louis-XIII--Ingres--1820---Montauban--Cathedral.jpg

Le Vœu de Louis XIII

Ingres, 1820

Cathédrale Notre-Dame, Montauban

 

 

 

 

Poème de Louis XIII "Tu crois, ô beau soleil"

"Chanson des bougies"

 

"Tu crois, ô beau soleil, qu'à ton éclat rien n'est pareil

En cet aimable temps que tu fais le printemps

Mais, quoi, tu pâlis auprès d'Amaryllis ?

 

Ores que le ciel est gai durant ce gentil mois de mai !

Les roses vont fleurir, les lys s’épanouir.

Mais que sont les lys aux yeux d'Amaryllis ?

 

De ses nouvelles pleurs, l'aube va ranimer les fleurs

Mais que fait leur beauté à mon cœur attristé

Quand des pleurs je lis aux yeux d'Amaryllis ?"

 

"Chanson des bougies" de Louis XIII, fichier midi

 

 

Le-voeu-de-Louis-XIII-a-la-Vierge--1638--Philippe-de-Champ.jpg

Le Voeu de Louis XIII à la Vierge

Philippe de Champaigne

1638

 

 

 

Chanson Des Bougies, Louis XIII

 

 

 

Louis-XVI--parousie.over-blog.fr.jpg

Louis Auguste de France

Louis XVI (Roi) de France

né le 23 août 1754 à Versailles

guillotiné le 21 janvier 1793

 

 

 

 

Consécration de la France au Sacré-Cœur

par Louis XVI à la prison du Temple

 

« Vous voyez, ô mon Dieu, toutes les plaies qui déchirent mon cœur et la profondeur de l’abîme dans lequel je suis tombé.

Des maux sans nombre m’environnent de toutes parts. A mes malheurs personnels et à ceux de ma famille, qui sont affreux, se joignent, pour accabler mon âme, ceux qui couvrent la face du royaume. Les cris de tous les infortunés, les gémissements de la religion opprimée retentissent à mes oreilles, et une voix intérieure m’avertit encore que peut-être, votre justice me reproche toutes ces calamités, parce que dans les jours de ma puissance, je n’ai pas réprimé la licence du peuple et l’irreligion qui en sont les principales sources ; parce que j’ai fourni moi-même des armes à l’hérésie qui triomphe, en la favorisant par des lois qui ont doublé ses forces et lui ont donné l’audace de tout oser. O Jésus-Christ, divin rédempteur de toutes nos iniquités, c’est dans votre Cœur adorable que je veux déposer les effusions de mon âme affligée. J’appelle à mon secours le tendre cœur de Marie, mon auguste protectrice et ma mère et l’assistance de saint Louis, mon patron et le plus illustre de mes aïeux.

Ouvrez-vous Cœur adorable et par les mains si pures de mes puissants intercesseurs, recevez avec bonté des vœux satisfactoires que la confiance m’inspire et que je vous offre comme l’expression naïve de mes sentiments. Si, par un effet de la bonté infinie de Dieu, je recouvre ma liberté, ma couronne et ma puissance royale, je promets solennellement :

1. De révoquer le plus tôt possible toutes les lois qui me seront indiquées soit par le Pape soit par un Concile, soit par quatre évêques choisis parmi les plus éclairés et les plus vertueux de mon royaume… notamment la Constitution Civile du Clergé.

2. D’établir, en suivant les formes canoniques, une fête solennelle en l’honneur du Sacré-Cœur de Jésus laquelle sera célébrée à perpétuité dans toute la France…

3. D’aller moi-même…, après ma délivrance, dans l’Eglise Notre-Dame de Paris… prononcer un acte solennel de consécration de ma personne, de ma famille et de mon royaume au Sacré-Cœur de Jésus.

4. D’ériger et de décorer à mes frais, dans l’église que je choisirai, une chapelle ou un autel qui sera dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

5. Enfin de renouveler tous les ans, au lieu où je me trouverai, le jour qu’on célébrera la fête du Sacré-Cœur, l’acte de consécration exprimé dans l’article troisième et d’assister à la procession générale qui suivra la messe de ce jour.

Je ne puis, aujourd’hui, prononcer qu’en secret cet engagement, mais je le signerais de mon sang s’il le fallait ; et le plus beau jour de ma vie sera celui où je pourrai le publier à haute voix dans le temple. O Cœur Adorable de mon Sauveur, que j’oublie ma main droite et que je m’oublie moi-même si jamais j’oublie vos bienfaits et mes promesses si je cesse de vous aimer et de mettre en vous ma confiance et ma consolation. »


Au moment de son exécution, Louis XVI dira encore :

« Français, je suis innocent ; je pardonne aux auteurs de ma mort,

je prie Dieu que le sang qui va être répandu

ne retombe jamais sur la France. »


« Fils de Saint-Louis, montez au Ciel. »

Abbé Henri Edgeworth de Firmont, Aumônier de la prison du Temple,

à Louis XVI, au moment de son exécution.


Derniere-entrevue-de-Louis-XVI-avec-sa-famille-dans-la-pri.jpg

 

 

Testament de Louis XVI

le 25 décembre 1792

 

« Au nom de la très sainte Trinité, du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Aujourd'hui, vingt-cinquième jour de décembre 1792, moi, Louis seizième du nom, Roi de France, étant, depuis plus de quatre mois, enfermé avec ma famille dans la tour du Temple, à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même, depuis le 11 courant, avec ma famille, de plus, impliqué dans un procès dont il est impossible de prévoir l'issue, à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m'adresser, je déclare ici, en sa présence, mes dernières volontés, et mes sentiments. Je laisse mon âme à Dieu, mon créateur, je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne la pas juger suivant ses mérites, mais par ceux de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui s'est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier. Je meurs dans l'union de notre sainte mère l'église catholique, apostolique et romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de saint Pierre, auquel Jésus-Christ les avait confiés, je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole, les Commandements de Dieu et de l'église, les Sacrements et les Mystères, tels que l'église catholique les enseigne et les a toujours enseignés, je n'ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d'expliquer les dogmes qui déchirent l'église de Jésus-Christ, mais je m'en suis rapporté, et je m'en rapporterai toujours, si Dieu m'accorde la vie, aux décisions que les Supérieurs ecclésiastiques, unis à la sainte Eglise catholique, donnent et donneront, conformément à la doctrine de l'église, suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon coeur nos frères qui peuvent être dans l'erreur, mais je ne prétends les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ, suivant ce que la charité chrétienne nous l'enseigne, et je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés. J'ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester, et à m'humilier en sa présence. Ne pouvant me servir du ministère d'un prêtre catholique, je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en eusse faite, et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l'église, à laquelle je suis toujours sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s'il m'accorde la vie, de me servir, aussitôt que je le pourrai, du ministère d'un prêtre catholique, pour m'accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence. Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d'avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j'aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu'ils croient que je peux leur avoir fait. Je prie tous ceux qui ont de la charité, d'unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés. Je pardonne de tout mon coeur à ceux qui se sont fait mes ennemis, sans que je leur en ai donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même qu'à ceux qui, par un faux zèle mal entendu, m'ont fait beaucoup de mal. Je recommande à Dieu ma femme et mes enfants, ma soeur, mes tantes, mes frères et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être ; je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma soeur, qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce, s'ils viennent à me perdre, et tant qu'ils resteront dans ce monde périssable. Je recommande mes enfants à ma femme : je n'ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux, je lui recommande surtout d'en faire de bons chrétiens et d'honnêtes gens ; de ne leur faire regarder les grandeurs de ce monde-ci (s'ils sont condamnés à les éprouver), que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire, solide et durable, de l'éternité. Je prie ma soeur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s'ils avaient le malheur de perdre la leur. Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu'elle souffre pour moi, les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle, si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher. Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu'ils doivent à Dieu, qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu'elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma soeur comme une seconde mère. Je recommande à mon fils, s'il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'éprouve, qu'il ne peut faire le bonheur des peuples qu'en régnant suivant les lois, mais, en même temps, qu'un Roi ne peut les faire respecter et faire le bien qui est dans son coeur qu'autant qu'il a l'autorité nécessaire, et qu'autrement, étant lié dans ses opérations, et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile. Je recommande à mon fils d'avoir soin de toutes les personnes qui m'étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c'est une dette sacrée que j'ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu'il y a plusieurs personnes de celles qui m'étaient attachées qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles devaient, et qui ont même montré de l'ingratitude, mais je leur pardonne (souvent dans les moments de trouble et d'effervescence on n'est pas maître de soi) ; et je prie mon fils, s'il en trouve l'occasion, de ne songer qu'à leur malheur. Je voudrais pouvoir témoigner ma reconnaissance à ceux qui m'ont montré un véritable attachement et désintéressé : d'un côté, si j'étais sensiblement touché de l'ingratitude et de la déloyauté de ceux à qui je n'avais jamais témoigné que des bontés, j'ai eu de la consolation à voir l'attachement et l'intérêt gratuit que beaucoup de personnes m'ont montrés, je les prie de recevoir mes remerciements : dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître. Je croirais calomnier cependant les sentiments de la nation si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM. de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s'enfermer dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes ; je lui recommande aussi Cléry, des soins duquel j'ai tout lieu de me louer depuis qu'il est avec moi, comme c'est lui qui est resté avec moi jusqu'à la fin, je prie messieurs de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse et les autres petits effets qui ont été déposés au conseil de la Commune. Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J'ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes : que celles-là jouissent, dans leur coeur, de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser. Je prie MM. Tronchet, de Malesherbes et de Sèze de recevoir ici tous mes remerciements et l'expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donnés pour moi. Je finis en déclarant devant Dieu, et prêt à paraître devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi. Fait en double, à la tour du Temple, le 25 décembre 1792. Louis. »


Derniere-page-du-manuscrit-du-Testament-politique-de-Louis.jpg16ème et dernière page du Manuscrit

du Testament politique de Louis XVI

 

 

 

Espagne.gif

 

Testamento de Luis XVI

 

 

 

uk.gif

 

 

 

 

    The Last Will and Testament of Louis XVI

 

"In the name of the Very holy Trinity, Father, Son and Holy Ghost.

To-day, the 25th day of December, 1792, I, Louis XVI King of France, being for more than four months imprisoned with my family in the tower of the Temple at Paris, by those who were my subjects, and deprived of all communication whatsoever, even with my family, since the eleventh instant; moreover, involved in a trial the end of which it is impossible to foresee, on account of the passions of men, and for which one can find neither pretext nor means in any existing law, and having no other witnesses, for my thoughts than God to whom I can address myself, I hereby declare, in His presence, my last wishes and feelings.

I leave my soul to God, my creator; I pray Him to receive it in His mercy, not to judge it according to its merits but according to those of Our Lord Jesus Christ who has offered Himself as a sacrifice to God His Father for us other men, no matter how hardened, and for me first.

I die in communion with our Holy Mother, the Catholic, Apostolic, Roman Church, which holds authority by an uninterrupted succession, from St. Peter, to whom Jesus Christ entrusted it; I believe firmly and I confess all that is contained in the creed and the commandments of God and the Church, the sacraments and the mysteries, those which the Catholic Church teaches and has always taught. I never pretend to set myself up as a judge of the various way of expounding the dogma which rend the church of Jesus Christ, but I agree and will always agree, if God grant me life the decisions which the ecclesiastical superiors of the Holy Catholic Church give and will always give, in conformity with the disciplines which the Church has followed since Jesus Christ.

I pity with all my heart our brothers who may be in error but I do not claim to judge them, and I do not love them less in Christ, as our Christian charity teaches us, and I pray to God to pardon all my sins. I have sought scrupulously to know them, to detest them and to humiliate myself in His presence. Not being able to obtain the ministration of a Catholic priest, I pray God to receive the confession which I feel in having put my name (although this was against my will) to acts which might be contrary to the discipline and the belief of the Catholic church, to which I have always remained sincerely attached. I pray God to receive my firm resolution, if He grants me life, to have the ministrations of a Catholic priest, as soon as I can, in order to confess my sins and to receive the sacrament of penance.

I beg all those whom I might have offended inadvertently (for I do not recall having knowingly offended any one), or those whom I may have given bad examples or scandals, to pardon the evil which they believe I could have done them.

I beseech those who have the kindness to join their prayers to mine, to obtain pardon from God for my sins.

I pardon with all my heart those who made themselves my enemies, without my have given them any cause, and I pray God to pardon them, as well as those who, through false or misunderstood zeal, did me much harm.

I commend to God my wife and my children, my sister, my aunts, my brothers, and all those who are attached to me by ties of blood or by whatever other means. I pray God particularly to cast eyes of compassion upon my wife, my children, and my sister, who suffered with me for so long a time, to sustain them with His mercy if they shall lose me, and as long as they remain in his mortal world.

I commend my children to my wife; I have never doubted her maternal tenderness for them. I enjoin her above all to make them good Christians and honest individuals; to make them view the grandeurs of this world (if they are condemned to experience them) as very dangerous and transient goods, and turn their attention towards the one solid and enduring glory, eternity. I beseech my sister to kindly continue her tenderness for my children and to take the place of a mother, should they have the misfortune of losing theirs.

I beg my wife to forgive all the pain which she suffered for me, and the sorrows which I may have caused her in the course of our union; and she may feel sure that I hold nothing against her, if she has anything with which to reproach herself.

I most warmly enjoin my children that, after what they owe to God, which should come first, they should remain forever united among themselves, submissive and obedient to their mother, and grateful for all the care and trouble which she has taken with them, as well as in memory of me. I beg them to regard my sister as their second mother.

I exhort my son, should he have the misfortune of becoming king, to remember he owes himself wholly to the happiness of his fellow citizens; that he should forget all hates and all grudges, particularly those connected with the misfortunes and sorrows which I am experiencing; that he can make the people happy only by ruling according to laws: but at the same time to remember that a king cannot make himself respected and do the good that is in his heart unless he has the necessary authority, and that otherwise, being tangled up in his activities and not inspiring respect, he is more harmful than useful.

I exhort my son to care for all the persons who are attached to me, as much as his circumstances will allow, to remember that it is a sacred debt which I have contracted towards the children and relatives of those who have perished for me and also those who are wretched for my sake. I know that there are many persons, among those who were near me, who did not conduct themselves towards me as they should have and who have even shown ingratitude, but I pardon them (often in moments of trouble and turmoil one is not master of oneself), and I beg my son that, if he finds an occasion, he should think only of their misfortunes.

I should have wanted here to show my gratitude to those who have given me a true and disinterested affection; if, on the one hand, I was keenly hurt by the ingratitude and disloyalty of those to whom I have always shown kindness, as well as to their relatives and friends, on the other hand I have had the consolation of seeing the affection and voluntary interest which many persons have shown me. I beg them to receive my thanks.

In the situation in which matters still are, I fear to compromise them if I should speak more explicitly, but I especially enjoin my son to seek occasion to recognize them.

I should, nevertheless, consider it a calumny on the nation if I did not openly recommend to my son MM. De Chamilly and Hue, whose genuine attachment for me led them to imprison themselves with me in this sad abode. I also recommend Clery, for whose attentiveness I have nothing but praise ever since he has been with me. Since it is he who has remained with me until the end, I beg the gentlemen of the commune to hand over to him my clothes, my books, my watch, my purse, and all other small effects which have been deposited with the council of the commune.

I pardon again very readily those who guard me, the ill treatment and the vexations which they thought it necessary to impose upon me. I found a few sensitive and compassionate souls among them – may they in their hearts enjoy the tranquillity which their way of thinking gives them.

I beg MM. De Malesherbes, Tronchet and De Seze to receive all my thanks and the expressions of my feelings for all the cares and troubles they took for me.

I finish by declaring before God, and ready to appear before Him, that I do not reproach myself with any of the crimes with which I am charged.

Made in duplicate in the Tower of the Temple, the 25th of December 1792.

LOUIS."

 

 

italie.gif

 

  Testamento di S.M. Cristianissima

Luigi XVI di Francia

 

"Nel nome della Santissima Trinità, Padre, Figliuolo, e Spirito Santo. Oggi 25 dicembre 1792. Io Luigi XVI di nome, Re di Francia, chiuso da più di quattro mesi colla mia Famiglia nel Tempio a Parigi da coloro ch'eran miei sudditi, privo di ogni comunicazione qualunque, e dagli undici in qua del corrente, fino colla mia stessa Famiglia implicato di più in un processo, di cui è impossibile prevederne l'uscita a motivo delle passioni degli uomini, e di cui non si trova né pretesto, né mezzi di alcuna legge esistente, non avendo che Dio per testimonio dè miei pensieri, a cui possa rivolgermi: Io dichiaro qui in sua presenza le mie ultime volontà, e sentimenti.

Lascio la mia Anima a Dio mio Creatore, pregandolo ad accoglierla nella sua misericordia, di non giudicarla secondo i suoi meriti, ma da quelli bensì del nostro Signor Gesù Cristo che si è offerto in sacrifizio a Dio suo Padre per noi altri uomini, benché ne fossimo indegni, ed io più di tutti.

Muoio nell'unione della nostra Santa Madre la Chiesa Cattolica, Apostolica, e Romana, che ha la sua Podestà per una successione non mai interrotta dopo S.Pietro, a cui Gesù Cristo l'ha confidata.

Credo fermamente e confesso quanto è contenuto nel Simbolo, i Comandamenti di Dio e della Chiesa, i Sacramenti, e i Misterj come la Chiesa Cattolica gli insegna, e gli ha sempre insegnati. Non ho mai preteso di farmi Giudice nelle differenti maniere di spiegare i dogmi, che dividon la Chiesa di Gesù Cristo, ma sonomi riportato, e mi riporterò sempre se Dio mi dà vita alla decisioni che i Superiori Ecclesiastici uniti alla Santa Chiesa Cattolica danno, e daranno conformemente alla Disciplina della Chiesa costante da Gesù Cristo in poi.

Compiango di tutto cuore i nostri fratelli, che potessero essere in errore, ma non pretendo però giudicarli, e non gli amo tutti per questo di meno in Gesù Cristo, secondo che la Carità Cristiana ci insegna. Prego Dio a perdonarmi tutti i miei peccati: ho cercato scrupolosamente a conoscerli, a detestarli, e ad umiliarmi in sua presenza. Non potendo servirmi del ministero di un Sacerdote Cattolico, prego Dio di ricevere la confessione che gli ho fatta, e soprattutto il pentimento profondo che ho di aver messo il mio nome (benché ciò fosse contro mia voglia) ad atti che possan esser contrari alla disciplina, ed alla credenza della Chiesa Cattolica, alla quale sono sempre rimasto sinceramente unito di cuore. Prego Dio di ricevere la ferma risoluzione in cui sono, se mi dà vita, di servirmi tosto che il possa del Ministero di un Prete Cattolico per accusarmi di tutti i miei peccati, e ricevere il Sagramento della Penitenza.

Prego tutti coloro che potessi aver offesi per inavvertenza (poiché non mi ricordo di aver mai fatto scientemente offesa a veruno) o quelli a cui potessi aver dato cattivi esempj, o scandali di perdonarmi il male che credono possa loro aver fatto. Prego tutti coloro che han carità di unire le loro colle mie preghiere per ottenere da Dio il perdono dè miei peccati.

Perdono con tutto il mio cuore a coloro che si son fatti miei nimici, senza ch'io n'abbia loro dato motivo, e prego Dio di perdonare ad essi, come pure a coloro che per un falso zelo, o per un zelo malinteso mi hanno fatto assai male.

Raccomando a Dio mia Moglie, e i miei Figli, la mia Sorella, le mie Zie, e i miei Fratelli, e tutti coloro che mi sono uniti per vincolo di sangue, o per qualunque altro modo possa ciò essere. Prego Dio particolarmente a volgere un occhio di misericordia sopra la mia Moglie, i miei Figli, e mia Sorella che soffrono da lungo tempo con me, di sostenerli colla sua grazia se venissero a perdermi, e fino a tanto che resteranno in questo mondo peribile.

Raccomando i miei Figli a mia Moglie. Non ho mai dubitato della sua materna tenerezza per essi; le raccomando sopra tutto di farli buoni Cristiani, ed onest'Uomini, di non far loro riguardar le grandezze di questo mondo (se saran condannati a provarle) che come beni pericolosi, e transitorj, e di voltare i sguardi verso la sola Gloria solida, e durevole dell'Eternità: prego mia Sorella a voler continuare la sua tenerezza à miei Figli, e di tener loro luogo di Madre se mai avessero la disgrazia di perder la propria.

Prego mia Moglie a voler perdonarmi tutti i mali che soffre in grazia mia, e i dispiaceri che potrei averle recati nel corso della nostra unione, com'Ella può esser sicura che nulla ho contro di Lei, dov'ella credesse aver qualche cosa a rimproverarsi.

Raccomando vivissimamente à miei Figli dopo quel che devono a Dio che deve andare innanzi di tutto, di essere uniti sempre fra loro, sommessi, ed ubbidienti alla lor Madre, e grati a tutte le cure, e travagli, ch'ella si prende per essi, e per mia memoria. Li prego a riguardar mia Sorella come un'altra lor Madre.

Raccomando a mio Figlio, se avesse mai la disgrazia di esser Re, di pensare che deve tutto se stesso alla felicità dè suoi concittadini, che deve dimenticarsi d'ogni risentimento, d'ogni odio, e segnatamente di quanto ha rapporto alle disgrazie, ed ai dispiaceri che provo, che non potrà fare giammai il bene dei Popoli, fuorché regnando secondo le leggi; ma al tempo stesso che un Re non può far rispettarle, né fare il ben che vorrebbe se non è rivestito dell'autorità necessaria, e che altrimenti legato nelle sue operazioni, e non ispirando alcun rispetto farà più di danno, che di vantaggio.

Raccomando a mio Figlio di aver cura di tutte le Persone che m'erano attaccate quanto le circostanze in cui si troverà gli permetteranno di fare: di pensare ch'è un debito sacrosanto da me contratto verso i Figli, o i Genitori di quelli che son periti in grazia mia, e poscia di coloro che in grazia mia si trovano in uno stato infelice.

So che tra quelli che m'erano attaccati ve ne son molti, che non si sono condotti a mio riguardo, come doveano, e che mi hanno fino mostrata dell'ingratitudine; ma io perdono loro (spesso in momento di agitazione, e di effervescenza non si è padron di se stessi) e prego mio Figlio se ne ha l'occasione a non ricordarsi della loro disgrazia.

Vorrei poter qui attestare la mia riconoscenza a coloro, che mi hanno mostrato un vero attaccamento senza alcun interesse; se da un canto sono stato commosso sensibilmente alla slealtà, e sconoscenza di alcuni, a cui mai non avea dimostrato che bontà, ed essi personalmente, o ai loro parenti, o amici, sono stato dall'alto consolatissimo in vedere l'attaccamento, e l'interesse gratuito da molte persone mostratomi; li prego tutti a gradire i miei ringraziamenti. Nella situazione in cui tuttavia sono le cose temerei comprometterli se mai parlassi più chiaro; ma raccomando specialmente a mio Figlio di indagar le occasioni per poter riconoscerli.

Crederei calunniare ciò non ostante i sentimenti della Nazione se non raccomandassi apertamente a mio Figlio MM. de Chamilly e Huë che il vero loro attaccamento alla mia persona avea portato a richiudersi meco in questo tristo soggiorno, e che hanno creduto di divenire le vittime disgraziate. Gli raccomando ancora Cléry, delle attenzioni del quale ho avuto tutto il motivo di lodarmi dacché trovasi meco, essendo quegli che è restato con me sin alla fine: Prego i Signori della Comune di consegnargli i miei panni, i miei libri, il mio oriuolo, la mia borsa e gli altri piccoli effetti depositati ai Consiglio della Comune.

Perdono ancora volontierissimo a coloro che mi hanno fatta la sentinella i cattivi trattamenti, e malattie con cui han creduto dover usar meco. Ho ritrovato alcune anime sensibili, e compassionevoli; possano esse godere nel loro animo di quella tranquillità che il loro modo di pensare deve ad essi accordare.

Prego i Signori di Melesherbes, Tronchet, e de Séze a qui tutti ricevere i miei ringraziamenti, e l'espressione della mia sensibilità per tutte le cure, e fastidi che si son dati per me.

Finisco con dichiarare innanzi a Dio, e pronto a comparire alla sua presenza, ch'io non mi rimprovero alcun dei delitti che mi si sono opposti.

Dalla Torre del Tempio, li venticinque dicembre dell'anno mille settecento novanta due.

Luigi."

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 11:04

Sagrada-Familia--Barcelona--4-.jpgBasílica del Temple Expiatori de la Sagrada Família

Barcelona

 

 

 

« Soyez bénis, très Saint Père Benoît XVI, Vicaire du Christ ! Votre voyage en Espagne en novembre 2010, notamment à Barcelone, a été illustré par un symbole très fort : la Consécration de la Sagrada Familia, devenue Basilique, malgré les provocations et les outrages d’athées virulents et autres lobbies blasphémateurs et anticléricaux.

En effet, par ce saint geste de Consécration, vous avez voulu Consacrer, et que soit Consacrée la famille à Dieu, au Dieu de Bonté et de Miséricorde, à la Vierge Marie Immaculée, Mère et Reine de la famille. Que la « Famille Sacrée » (Sagrada Familia), soit une « Famille Consacrée » au Seigneur (Familia Consagrada), corps et âmes, chaque jour de sa vie terrestre, en attendant la plénitude et la béatitude éternelle de la Famille Céleste, dans la Communion des Saints, réunie dans le Saint Corps Mystique du Christ, qui est l’Église.

Que les époux, par le Saint Sacrement du mariage, ne fassent qu’un, en famille, avec leurs enfants ; que les familles unies dans l’amour, le respect et la fidélité, trouvent ou retrouvent la Foi ferme et indestructible de leur baptême et de leurs racines chrétiennes, et demeurent toujours unies aux Cœurs d’Amour de Jésus et Marie, sous la protection paternelle de Saint-Joseph. »

 

Patrick.

 

 

Sacre-Coeur--parousie.over-blog.fr--2-.jpg

 

Consécration de la famille à Marie,

Mère et Reine de la famille

 

Comme le Père Vous a choisie, Ô Marie, pour être Son enfant Immaculée, l’épouse de Joseph et la Mère de Son Fils Bien-Aimé et de toute l’Église, dans une communion plénière à l’Esprit Saint, nous Vous choisissons aujourd’hui comme Mère et Reine de toute notre famille, et nous Vous consacrons notre âme et notre corps, toutes nos activités et tout ce qui nous appartient sans exception.

Exercez sur chacun de nous Votre Miséricorde la plus Maternelle.

Apprenez-nous à aimer toujours plus Jésus et le Père et, par Eux, à nous aimer les uns les autres dans l’Esprit Saint, en nous découvrant toujours plus profondément dans la Lumière de Jésus, en nous respectant mutuellement et en nous choisissant chaque jour dans un amour plus divin et plus simple.

Ô Marie, donnez à chacun de nous d’accomplir chaque jour, dans un don personnel, la Volonté du Père, pour que toute notre famille témoigne au milieu du monde de l’Amour de Jésus victorieux du mal. Amen.

 

 

Consécration au Sacré-Cœur de Saint Pie X sur

trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com

 

 

 

Sagrada-Familia--Barcelona--2-.jpg

Basilique la "Sagrada Familia"

la Famille Sacrée

Barcelone (Catalogne - Espagne)

Fin des travaux prévue en 2026

 

 

 

 

 

Consécration des familles aux Saints Cœurs

de Jésus et Marie

 

Cœurs très Saints de Jésus et Marie, qui ne formez qu’un seul Cœur par Votre parfaite ressemblance et Votre Union intime, vrai modèle de l’Amour qui doit régner dans la famille chrétienne, nous voici devant Vous pour Vous consacrer solennellement nos cœurs, afin que nous soyons, à l’exemple des premiers fidèles, « un seul cœur et une seule âme ».

Vous avez manifesté le désir de régner sur nos familles et Vous nous avez enseigné, à Nazareth, l’idéal de la paix et du bonheur domestique.

Pour Vous imiter, nous voulons, avec Votre secours, faire de notre foyer :

- le royaume de l’ordre, où chacun soit à la place qui lui convient ;

- le royaume de la joie, où l’affection sincère, la compréhension mutuelle et l’entraide triomphent sans peine de toutes les difficultés ;

- le royaume de la piété, et pour cela nous Vous promettons de demeurer fidèles à la Foi de nos pères, à la prière en commun, spécialement à la récitation quotidienne du chapelet ; nous voulons observer les Lois de Dieu et de l’Église et alimenter notre vie surnaturelle par la réception des Sacrements ;

- le royaume de la Charité et, dans ce but, nous voulons consoler et assister ceux qui sont éprouvés ; nous voulons écarter tout esprit de critique et de médisance dans nos conversations ;

- le royaume de la pureté, en écartant soigneusement tout ce qui pourrait troubler cette belle vertu ;

- le royaume de la justice, en étant équitables et en ayant le courage de réparer nos fautes.

Daignez bénir nos résolutions et nos vœux, nos joies et nos douleurs, nos intérêts spirituels et temporels.

Bénissez les présents et les absents, les vivants et les morts ; conservez la paix dans la famille et donnez-nous, au temps de l’épreuve, de rester fidèles à la Volonté de Dieu.

Cœurs très Saints de Jésus et Marie, nous savons que Vous avez sur nous des desseins de Miséricorde, et que Vous Vous laissez toucher par nos supplications. Comme gage de Votre protection particulière dans les difficultés de la vie, et surtout au moment de la mort, inscrivez le nom de nos familles dans Vos Cœurs.

Nous demandons à Saint-Joseph, modèle des pères de famille, de Vous présenter lui-même notre acte de Consécration, et de nous obtenir de Votre Bonté de parvenir, avec nos enfants, à la joie du bonheur éternel.

Ainsi soit-il.

Dire 3 fois : « Très Saints Cœurs de Jésus et Marie, rendez nos cœurs semblables aux Vôtres. »

 

 

Vidéo ktotv.com du voyage apostolique de Benoît XVI

à Saint-Jacques de Compostelle le 6 novembre 2010

 

 

Sagrada-Familia--Barcelona.jpg

 

 

Consécration de la Famille

au Cœur Immaculé de Marie

 

Ô Vierge Marie, nous consacrons aujourd’hui notre foyer et tous ceux qui l’habitent à Votre Cœur Immaculé.

Que notre maison soit comme celle de Nazareth, une demeure de paix et de bonheur simple, par l’accomplissement de la Volonté de Dieu, la pratique de la Charité et le plein abandon à la Divine Providence.

Veillez sur ceux qui l’habitent, aidez-les à vivre toujours chrétiennement ; enveloppez-les tous de Votre Maternelle Protection et daignez, dans Votre Bonté, Ô Vierge Marie, reformer au Ciel notre foyer d’ici-bas Consacré à jamais à Votre Cœur Immaculé. Amen.

 

 

Vidéo ktotv.com du voyage apostolique de Benoit XVI

à Barcelone le 7 novembre 2010

 

 

Sacre-Coeur--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière de Consécration familiale

 

Coeur de Jésus, Toi qui T’es Consacré au Père par Amour pour nous, nous voulons, dans le souffle de Ton Esprit Saint, Te rendre amour pour Amour en nous Consacrant à Toi. Nous voulons Te Consacrer la vie de notre famille dans la situation où elle se trouve aujourd’hui. Nous Te Consacrons notre passé, notre présent et notre avenir, notre maison, notre travail et nos gestes les plus simples. Nous Te Consacrons nos joies comme nos épreuves pour que l’Amour dont Tu nous as aimés nous garde en Toi et demeure en nous à jamais, et pour que le Feu de Ton Amour embrase le monde entier. Amen !

 

Foto-oficial-de-Gaudi-para-la-exposicion-de-Paris-de-191.jpg

Antoni Gaudí i Cornet

né le 25 juin 1852 à Reus ou Riudoms

mort le 10 juin 1926 à Barcelone

 

 

 

Vidéo ktotv.com "Gaudi, le dernier bâtisseur" (52 mn)

 

 

 

Consecration-de-la-Sagrada-Familia--Basilique-de-Barcelone.jpgConsécration de la Sagrada Familia,

Basilique de Barcelone,

le 7 novembre 2010

 

 

 

 

Acte de Consécration de la famille

au Sacré-Coeur de Jésus

 

Coeur Sacré de Jésus, Vous qui avez manifesté à Sainte Marguerite-Marie le désir de régner sur les familles chrétiennes, nous venons aujourd’hui proclamer Votre Royauté la plus absolue sur la nôtre.

Nous voulons vivre désormais de Votre vie, nous voulons faire fleurir dans notre sein les vertus auxquelles Vous avez promis la paix dès ici-bas, nous voulons bannir loin de nous l’esprit mondain que Vous avez maudit.

Vous régnerez sur nos intelligences par la simplicité de notre Foi. Vous régnerez sur nos coeurs par l’amour sans réserve dont ils brûleront pour Vous, et dont nous entretiendrons la flamme par la réception fréquente de Votre Divine Eucharistie.

Daignez, Ô Divin Coeur, présider nos réunions, bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, écarter nos soucis, sanctifier nos joies, soulager nos peines.

Si jamais l’un de nous avait le malheur de Vous affliger, rappelez-lui, Ô Coeur de Jésus, que Vous êtes Bon et Miséricordieux pour le pécheur pénitent.

Et quand sonnera l’heure de la séparation, quand la mort viendra jeter le deuil au milieu de nous, nous serons tous, et ceux qui partent, et ceux qui restent, soumis à Vos décrets éternels. Nous nous consolerons par la pensée qu’un jour viendra où toute la famille, réunie au Ciel, pourra chanter à jamais Vos Gloires et vos bienfaits.

Daigne le Coeur Immaculé de Marie, daigne le Glorieux Patriarche Saint-Joseph, Vous présenter cette Consécration, et nous la rappeler tous les jours de notre vie !

 

Sagrada-Familia--Barcelona--6-.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 13:59

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--7-.jpgJacques Fesch

né le 6 avril 1930 à Saint-Germain-en-Laye

guillotiné le 1er octobre 1957 à Paris (Prison de la Santé)

 

 

Blason-Saint-Germain-en-Laye.png

 

 

Jacques Fesch, braqueur, assassin malgré lui, sera condamné à mort et guillotiné le 1er octobre 1957, à 27 ans et demi, le jour de la fête de Sainte-Thérèse de Lisieux, qu'il vénérait temps, comme son "Pranzini" à elle, criminel converti. Sa courte vie et ses écrits bouleversants illustrent sa conversion en prison, la Grâce de la rédemption d'un pauvre pécheur dont Jésus, par la Vierge Marie, lui a fait Grâce, comme le Bon Larron des temps nouveaux.

"Dans cinq heures je verrai Jésus" : rien que le titre de son journal de prison fait frémir, comme un Christ qui vécut la nuit de la Passion avant Sa Crucifixion.

Jésus est venu pour les malades, les pécheurs malades du péché, pas pour les justes !

Sa Miséricorde est inconcevable !

Gloire à Dieu pour les siècles des siècles !

 

Patrick

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--5-.jpg

 

"17 Ce que Jésus ayant entendu, il leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs."

 

Marc 2:17 (Bible Louis Segond).

 

 

"12 Ce que Jésus ayant entendu, il dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.

 

13 Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs."

 

Matthieu 9:12-13 (Bible Louis Segond).

 

 

 

« J'espère qu'il sera un jour vénéré

comme une figure de sainteté. »

 

Cardinal Lustiger, Archevêque de Paris, décembre 1993.

Une instance en béatification a été déposée le 21 septembre 1987 par l'Archevêché de Paris, dont le Postulateur de la Cause était le Père Moreau.

Monseigneur Lustiger a ouvert l'enquête préliminaire à la béatification de Jacques Fesch en décembre 1993.

 

 

 

La petite Thérèse de Lisieux, troisième dévotion de Jacques Fesch, après Jésus et Marie :

 

"Je lui parle tous les soirs comme si c’était une sœur bien-aimée."

 

 

"Le 6 avril 1930, Dimanche de la Passion, naît Jacques Fesch. Le 6 avril 1957, veille de la Passion, il est condamné à mort."

 

 

Le mercredi 3 décembre 2009, le Pape Benoît XVI a rencontré la soeur aînée de Jacques Fesch : Monique Fesch, avec le biographe Ruggiero Francavilla, en présence du Cardinal Angelo Comastri qui a déclaré : "C'est un prisonnier, quand j'étais aumônier à Regina Coeli (la prison de Rome), qui m'a fait connaître l'histoire fascinante de Fesch."... "C'est un témoignage unique : jeune décalé d'une famille riche, il devient assassin et est condamné à mort. Il avait 27 ans. En prison, il connaît une conversion radicale, fulgurante, atteignant des sommets de spiritualité."

Monique Fesch a déclaré : "Avec mon frère, nous nous entendions très bien. De 8 ans plus âgée que lui, j'ai été sa marraine de baptême et, en lui rendant visite en prison, j'ai suivi de près son extraordinaire conversion."

 

Traduit de l'espagnol d'après zenit.org du 3 décembre 2009.


-Assasaint---livre-de-Gilbert-Collard--Serviteur-de-Dieu-Ja.jpg

"Assasaint", livre de Gilbert Collard

 

 

 

Paroles de Jacques Fesch

 

"Je vais pouvoir offrir ma mort pour tous ceux que j’aime."

 

"La croix que je porte, infamante aux yeux des hommes,

est aussi glorieuse que celle du moine ou du missionnaire."

 

"En aurais-je la possibilité que je ne changerais pas mon sort

contre celui d’un roi du pétrole !"

 

"Tu es appelée à la sainteté, comme moi, comme tous, ne l’oublie pas."

Jacques à sa belle-mère.

 

"Chaque journée est tellement riche en Dieu

que j’ai l’impression de vivre un an en vingt-quatre heures."

 

 

Prison-de-la-Sante--2e-division--Serviteur-de-Dieu-Jacques.jpg

Prison de la Santé, 2e division, à l'époque

 

 

 

Biographie sur Wikipédia

 

Jacques Fesch (né le 6 avril 1930 à Saint-Germain-en-Laye - mort guillotiné le 1er octobre 1957 à Paris) condamné pour un braquage commis le 25 février 1954 à Paris, suivi par son meurtre d'un policier.

 

 

Sommaire

 

* 1 L'origine sociale

* 2 Le meurtre

* 3 Le procès

* 4 La prison

* 5 La sentence

* 6 La postérité

* 7 Bibliographie

* 8 Filmographie

* 9 Théâtre

* 10 Lien externe : site Internet du spectacle

* 11 Association

* 12 Notes et références

 

 

L'origine sociale

 

Il est le fils de Georges Fesch, directeur de banque et artiste belge (issu de la même famille que le cardinal Joseph Fesch, oncle maternel de Napoléon Bonaparte) [1] et de Marthe Hallez. Son père, qui dirige une banque belge pour étrangers, s'installe avec sa famille dans les années 20 à Paris puis à Saint-Germain-en-Laye. Jacques reçoit dans son enfance une éducation religieuse dont il se détache assez tôt. Il fait ses études à l’école Saint-Erembert de 1938 à 1947, puis intègre le lycée Claude-Debussy. Tout au long de son enfance, il reste marqué par la forte personnalité de son père, par sa profonde érudition ainsi que par son affirmation d'homme athée. Les rapports difficiles entre ses parents instaurent dans la durée un climat familial instable. De 1950 à 1951, il accomplit son service militaire dont il sort avec le grade de caporal et un certificat de bonne conduite. De son mariage il eut une fille Véronique et, à la suite d'une aventure, un fils prénommé Gérard.

 

 

Le meurtre

 

En rupture avec son environnement immédiat, en quête d'évasion et d'horizons lointains, il projette d'acheter un voilier. Le 25 février 1954 à Paris, il attaque le changeur Silberstein pour lui voler des pièces d'or, et tente de l'assommer. Mais la victime a le temps d'appeler à l'aide, et Fesch est poursuivi dans la rue par un agent de police, Jean-Baptiste Vergne. Perdant ses lunettes dans sa fuite, Fesch, malgré sa forte myopie, se retourne et tire au jugé de la poche de son imperméable [2], touchant en plein cœur le policier qui décède. Fesch est arrêté quelques minutes plus tard dans le métro.

 

 

Le procès

 

La mort d'un agent de police est l'un des crimes les plus sévèrement réprimés par la Justice, le procès a lieu dans un climat particulier, l'opinion publique, entretenue par les articles des journaux, se prononce pour l'exécution de Jacques Fesch qui est défendu par l'avocat Paul Baudet [3].

 

 

La prison

 

Pendant son incarcération, il retrouve la foi perdue dans sa jeunesse, change complètement, devient mystique et pieux, écrit des textes spirituels et regrette son crime [4]. Il s'entretient régulièrement avec le Père Devoyod, aumônier de la prison. Malgré une culpabilité établie lors du procès, cet acte commis dans un moment de panique n'avait pas été intentionnel [5]. Pendant ses années de détention, il entretient une correspondance régulière avec des proches, notamment le frère Thomas, sa belle-mère et recueille ses pensées dans un journal. En 1956, il apprend, en détention, le décès de sa mère à la suite d'une maladie [6]. La demande de grâce auprès du président René Coty est rejetée. Il accepte son sort avec sérénité [7]. À la veille de son exécution, conformément à sa foi et au lien qu'il entend consacrer avec son épouse au-delà même de la mort, il complète son mariage civil par un mariage religieux.

 

 

La sentence

 

Condamné le 6 avril 1957 à la peine de mort par la cour d'assises de la Seine, il est guillotiné le 1er octobre dans la cour de la prison de la Santé par le bourreau André Obrecht [8].

 

 

La postérité

 

Depuis sa mort, Fesch est considéré par certains catholiques et par l'Eglise comme un exemple de rédemption par la religion. Pendant des années, sa veuve et sa fille respectent et défendent sa mémoire. Avec leur accord, et grâce au travail effectué par le Père Augustin-Michel Lemonnier dans les années 70, par une carmélite, Sœur Véronique dans les années 80, elles font publier les écrits de Jacques Fesch afin de transmettre ce témoignage au public [9]. Le 21 septembre 1987, une instance en béatification est mise en place par l'archevêché de Paris afin d'étudier les faits relatifs à la vie et à la conversion de Jacques Fesch. Selon le Père Moreau, postulateur de la cause en béatification, ce qui distingue particulièrement le cas de Jacques Fesch, en comparaison d'autres conversions, et qui en constitue la singularité et fait que l'on en parle encore plus de cinquante ans après sa disparition, est, qu'en plus d'une grande force spirituelle manifestée dans ses écrits, la personne de Jacques Fesch a bénéficié d'une réputation de sainteté qui est apparue dès le départ, au moment même de son incarcération, et qui a perduré de façon continue et avec la même intensité, jusqu'à nos jours. L'autre point important assez significatif est le caractère actuel du personnage de Jacques Fesch auquel il est possible de s'identifier, motif qui a incité le cardinal Lustiger à en parler pour la première fois publiquement auprès des détenus de la prison de la Santé lors d'une visite dans cette prison en novembre 1986.

 

En décembre 1993, le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, ouvre l'enquête préliminaire à la béatification de Jacques Fesch : « J'espère, a-t-il dit, qu'il sera un jour vénéré comme une figure de sainteté. »

 

 

Bibliographie

 

Ecrits de Jacques Fesch :

 

* Lumière sur l'échafaud : lettres de prison de Jacques Fesch, guillotiné le 1er octobre 1957 à 27 ans (présentées par Augustin-Michel Lemonnier), Éditions Ouvrières, coll. « Visages du Christ » n° 9, Paris, 1972, 144 p.

* Lumière sur l'échafaud ; suivi de Cellule 18 : lettres de prison de Jacques Fesch, guillotiné le 1er octobre 1957 à 27 ans (présentées par Augustin-Michel Lemonnier), Éditions Ouvrières, coll. « Á pleine vie », Paris, 1991, 320 p. (ISBN 2-7082-2833-1)

 

Réédition en 2007 chez Pierre Téqui éditeur.

 

* Dans cinq heures je verrai Jésus (Journal de prison)

* Première édition avec préface du père André Manaranche (Éditions Sarment-Fayard, Paris ,1989) ; deuxième édition avec préface du père Daniel-Ange (Éditions Sarment-Jubilé).

o Edition en disque CD de quelques extraits de lettres interprétés par Luc Reydel, avec la participation de Claire Meunier et de Michael Lonsdale, par les Éditions Jade (1994-2007).

 

Ouvrages traitant du sujet :

 

* Francisque Oeschger, Jacques Fesch : le guillotiné de Dieu, Éditions du Rocher, coll. « Investigations », Monaco et Paris, 1994, 187 p.-[16] p. de pl. (ISBN 2-268-01805-9)

* Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994, 248 p. (ISBN 2-87706-220-1)

* André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse (contient un choix de textes de Jacques Fesch)

o 1re édition : Le Sarment-Fayard, coll. « Lumière », série « Témoins de la lumière », Paris, 1995, 289 p. (ISBN 2-86679-188-6)

o 2e édition revue et augmentée : Éditions du Jubilé, coll. « Trésors de la spiritualité chrétienne », Paris, 2003, 346 p. (ISBN 2-86679-365-X)

* Gilbert Collard, Assasaint : Jacques Fesch : l'histoire du bon larron moderne, Presses de la Renaissance, Paris, 2002, 225 p. (ISBN 2-85616-734-9)

 

 

Filmographie

 

* 1989 : Le glaive et la balance de Charles Villeneuve, émission diffusée sur M6. Entretien avec Pierrette Fesch, veuve de Jacques Fesch.

* 1995 : Retour en grâce de José Dessart et Léon Michaux, film documentaire diffusé sur Planète. Critique dans Télérama du 28 juin 1995. Présentation de l'histoire de Jacques Fesch et ensemble d'entretiens sur ce sujet dont un avec Pierrette Fesch.

* 2000 : L' Affaire Jacques Fesch de Dominique Adt, film documentaire diffusé sur France 3.

* 2009 - 2010 : L' Affaire Jacques Fesch de Patricia Valeix, film documentaire diffusé sur 13ème rue. Histoire de l'affaire Fesch et ensemble d'entretiens avec différents intervenants tels le Frère Thomas, Pierrette et Véronique Fesch. Critique dans Télérama datée de la semaine du 2 au 8 janvier 2010.

 

 

Théâtre

 

* 2009 : Lumière sur l'échafaud avec Alain Sportiello. Mise en scène de Maria Blanco. Des représentations ont été données à Paris dans la crypte de l'église Saint-Sulpice puis au théâtre du Ménilmontant. La pièce est jouée à Paris au théâtre Essaion du 10 mai au 1er juillet 2010.

 

 

Lien externe : site Internet du spectacle

 

* Site

 

 

Association

 

* 2009 : création de l’association Les Amis de Jacques Fesch en souvenir du parcours spirituel d’exception de Jacques Fesch, de son exemple de rédemption et de son message d’espoir pour les autres. Association de loi 1901 à caractère culturel, social, éducatif et caritatif. Site internet de l’Association en cours de construction.

 

 

Notes et références

 

1. ↑ Le Cardinal Fesch [archive]

2. ↑ Francisque Oeschger, Jacques Fesch : le guillotiné de Dieu, Éditions du Rocher, coll. « Investigations », Monaco et Paris, 1994, 187 p.-[16] p. de pl. (ISBN 2-268-01805-9) ; page 16. Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994, 248 p. (ISBN 2-87706-220-1) page 21. André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse (contient un choix de textes de Jacques Fesch) ; page 128. 1re édition : le Sarment-Fayard, coll. « Lumière », série « Témoins de la lumière », Paris, 1995, 289 p. (ISBN 2-86679-188-6) 2e édition revue et augmentée : Éditions du Jubilé, coll. « Trésors de la spiritualité chrétienne », Paris, 2003, 346 p. (ISBN 2-86679-365-X) Gilbert Collard, Assasaint : Jacques Fesch : l'histoire du bon larron moderne, Presses de la Renaissance, Paris, 2002, 225 p. (ISBN 2-85616-734-9) ; page 70.

3. ↑ Plaidoirie de Maître Baudet lors du procès: "Jacques Fesch est un être que le hasard a pris dans une action tragique. Il a agi dans l'affolement. Il a tiré dans la folie de la poursuite. Est-ce que, vraiment, il doit être promis à la mort ? La mort que l'on souhaite pour lui est-elle proportionnée à celle qu'il a donnée ? Hier, lorsqu'on le poursuivait, c'était la mort dans le tumulte, dans la déraison. Demain, à l'échafaud, ce sera la mort raisonnée et froide. Hier, c'était la faillite de la volonté trompée par l'instinct animal. Demain, ce sera la froide détermination de vos volontés qui conduira à la guillotine." Plaidoirie reproduite dans l'ouvrage de Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994, à la page 140.

4. ↑ Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994: page 81 "Ce que j'ai fait est abominable...", "J'ai perdu la tête, je ne comprends pas pourquoi j'ai fait cela, comment j'en suis arrivé là..." Jacques Fesch. - André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse (contient un choix de textes de Jacques Fesch) Page 129 : "J'étais complètement affolé. J'avais complètement perdu le contrôle de moi-même. Tout cela est du noir pour moi. Quant à l'agent de police, c'était une vague forme pour moi. Je mourais de peur." Jacques Fesch. Page 184 : "Que de malheurs j'ai pu provoquer ! Que de drames pour en arriver là. Que de conséquences ne dois-je pas et ne devrai-je pas supporter toute ma vie : la mort d'un homme, le malheur d'une femme et d'une jeune fille, deux enfants qui vont souffrir, une orpheline ! Que de mal ai-je pu faire autour de moi par mon égoïsme et mon inconscience !" Page 276 : "Je présente mes excuses à Madame Vergne. Oh Madame ! Vous êtes en droit de me haïr, mais je vous dis mes regrets les plus sincères, comme à tous ceux à qui j'ai fait..." Jacques Fesch.

5. ↑ Plaidoirie de Maître Baudet : "Vous laisserez-vous prendre à la fable que l'on veut vous imposer ? Croyez-vous que tout s'est passé avec la volonté de meurtre que l'on prête aujourd'hui à mon client ? Qu'il a voulu tuer un agent ? Où aurait-il pris la haine de cet agent ?" ..."Il s'agit de faire un exemple. Le mot n'est pas de moi, mais de l'avocat général."

6. ↑ Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994. Page 104 : "...la mort de Madame Fesch mère, survenue le 7 juin 1956." Jacques Fesch : le guillotiné de Dieu, Éditions du Rocher, coll. « Investigations », Monaco et Paris, 1994. Page 86 : "En juin 1956, sa mère est au plus mal. Elle souffre d'un cancer et va bientôt mourir." André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse (contient un choix de textes de Jacques Fesch) Page 75 : "Je t'écris juste un petit mot pour te faire part de la grande perte et douleur que j'éprouve : ma mère est morte hier matin à l'aube..." (Lettre de Jacques Fesch au Frère Thomas datée du 8 juin 1956).

7. ↑ Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994. Page 205: "Je me sens en paix." (Jacques Fesch ; lettre du mardi 24 septembre 1957).

8. ↑ André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse Page 308: Lettre et témoignage de Monsieur Mariani, directeur de la prison de la Santé de 1954 à 1960, au sujet du détenu Jacques Fesch : "...Jacques a été exécuté le 1er octobre 1957 : je peux affirmer que, lors des derniers moments de son existence, il a fait preuve d'un formidable courage et d'une grande correction vis-à-vis des personnes obligées d'assister à l'exécution ; je me rappelle qu'il a tenu à adresser ses remerciements à Maître Baudet, au Père Devoyod et à moi-même. (...) Il m'est arrivé, lorsque je faisais ma tournée en détention et au quartier des condamnés à mort, de bavarder avec Fesch et d'essayer de remonter son moral. Je peux donc dire que son comportement vis-à-vis du personnel a été exemplaire et que tous ceux qui l'ont côtoyé avaient le même sentiment que moi, c'est-à-dire que Fesch regrettait sincèrement son crime et était parfaitement amendable. C'est également l'avis de Maître Baudet et du Père Devoyod qui connaissaient mieux Fesch que moi et avaient avec lui des rapports plus fréquents que les miens. Je crois aussi me rappeler... que Fesch a reçu le soutien total de sa famille. Pour terminer, je voudrais vous faire part de ce que je pense encore aujourd'hui au sujet de Fesch : c'est qu'il aurait été grâcié si sa victime n'avait pas été un agent de la force publique."

9. ↑ Jean Duchesne et Bernard Gouley, L'Affaire Jacques Fesch, Éditions de Fallois, Paris, 1994 ; page 228 à 235: "Avec Paul Baudet et le Père Thomas, la famille de Jacques Fesch a tout de suite commencé à dépouiller et à lire les écrits transmis par l'administration pénitentiaire (...) Une religieuse carmélite vient heureusement prendre le relais (...) .Il est fait appel à un religieux de la même famille spirituelle : le Père carme Augustin-Michel Lemonnier. Il rédige quatre premiers chapitre sobres, rappelant les faits et les origines du condamné, en utilisant quelques coupures de presse de l'époque... Les chapitres suivants permettent de suivre l'évolution spirituelle du prisonnier, à travers ce qu'il confie à son ami bénédictin (Lettres de Jacques Fesch au Frère Thomas)"... Les Éditions Ouvrières, où le Père Lemonnier est connu, acceptent le manuscrit. Un titre est trouvé. Ce sera Lumière sur l'échafaud. (...). L'écho rencontré par Lumière sur l'échafaud conduira Pierrette et Véronique Fesch, Soeur Véronique, le Père Lemonnier et les Éditions Ouvrières à préparer un second volume, non sans scrupules, mais pour répondre à une attente. Ce sera en 1980, Cellule 18. Ce sont cette fois des lettres à sa belle-mère, Marinette Polack, la Maman de Pierrette, qui constituent l'essentiel." Page : 234-235 : "Père salésien,... Giacomo Maria Medica s'est passionné pour Jacques Fesch. Il fera la connaissance de Sœur Véronique et de la famille. Il accédera ainsi aux documents inédits et obtiendra le premier, dès 1982, une traduction italienne du dernier Journal de Jacques. (...) Le Journal sera finalement édité en France par les éditions Le Sarment-Fayard en 1989, sous le titre "Dans Cinq heures je verrai Jésus". Et le cas de Jacques Fesch gagnera à cette occasion le soutien d'un avocat d'envergure, à la fois enthousiaste et conscient des difficultés, en la personne du Père jésuite André Manaranche." - André Manaranche, Jacques Fesch : du non sens à la tendresse ; Éditions du Jubilé ; Paris, 2003. Au sujet de la parution du journal spirituel intitulé "Dans cinq heures je verrai Jésus". Page 314 : "Merci à Véronique Fesch d'avoir, après trente ans de silence, estimé en son âme et conscience, qu'elle pouvait, qu'elle devait, sans trahir Jacques, livrer à de nombreux lecteurs le réconfort de ces pages bouleversantes."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catalunya

 

 

 

 

Jacques Fesch (6 abril 1930 - 1 octubre 1957) va ser fill de bona família, era fill de Georges Fesch, banquer i artista belga (de la mateixa família que el cardenal Joseph Fesch, oncle matern de Napoleó Bonaparte) i Marthe Hallez. El seu pare, cap d'un banc belga als estrangers, es van instal·lar amb la seva família en 20 anys a París y Saint-Germain-en-Laye.

El jove Jacques es troba en els seus inicis amb educació religiosa que es separaria amb el temps. Va estudiar a l'Escola Sant Erembert de 1938 a 1947 i després es va sumar el Liceu Claude Debussy. Al llarg de la seva infància, continua sent marcat per la forta personalitat del seu pare, per la seva profunda erudició i la seva afirmació d'home ateu. La difícil relació entre els seus pares amb el temps crear un ambient familiar inestable. De 1950 a 1951, compleix el seu servei militar amb el rang de terme i un certificat de bona conducta. El 5 de juny de 1951, es va casar amb Pierrette Estrasburg. Va ser pare d'una filla Veronique.

Trencant amb el seu entorn immediat a la recerca d'escapament i llunyans horitzons, que projecta la idea de comprar un veler. El 25 de febrer de 1954 a París, el canviador d'atacs per robar Sylberstein monedes d'or, i tracta de cridar. No obstant això, la víctima té temps per demanar ajuda, Fesch i es continua al carrer per un oficial de policia, el Sr Vergne. Fesch, tornejat, manté la seva arma a la butxaca i dispara va celebrar (és molt curta de mires i la pèrdua de les seves ulleres). Per desgràcia, mata el policia al cor. Va ser detingut minuts després al metro.

Durant el seu empresonament, canvia totalment, convertint-se en una profunda pietat i lamentant amargament el seu delicte. Aquest acte comès en un moment de pànic, mai havia estat intencional. Però la mort d'un agent de policia és un dels més severament castigats per la Justícia. El judici té lloc en un clima detestable. L'opinió pública, alimentada pels articles als diaris, és obertament per la seva execució. Jacques Fesch és defensat per advocat Paul Baudet.

A la presó, es va convertir en un místic i autor d'escrits espirituals. Va trobar la fe perduda en la seva joventut i va viure durant tres anys i mig un veritable místic viatge cap a l'interior d'una revolució completa. Durant aquests anys de detenció, que manté una correspondència regular amb els seus familiars, incloent el Germà Tomàs, i la seva madrastra, i recull els seus pensaments en un diari. El 1956, es va assabentar de la mort en custòdia de la seva mare, es va produir després d'una malaltia. La petició de clemència al president René Coty va ser rebutjada, Fesch accepta el seu destí. Va demostrar valentia excepcional en la cara dels fets, deixant la imatge d'un home serè i alleujada. Alumne de la mort, religiosament units amb la seva dona Pierrette la vigília de la seva execució.

Condemnat el 6 d'abril de 1957 a la pena de mort pel Tribunal del Sena, va ser guillotinat l'1 d'octubre al pati de la presó de la Santé pel botxí André Obrecht.

Des de la seva mort, Fesch va ser considerat pels catòlics com un exemple de la redempció a través de la religió. Durant anys, la seva vídua i filla, amb dignitat i discreció, respecte i valentia va defensar la seva memòria. Ho van fer des del principi, quan la seva imatge pública es honnie, i poca gent volia. A través dels seus acords i al treball efectuat per una monja carmelita, Sor Verònica, els escrits de Jacques Fesch es van publicar. Aquests textos han provocat una gran comoditat i suport, moral o espiritual, a un nombre dels seus lectors.

El 21 de setembre de 1987, un cas de beatificació està configurat per estudiar els fets de la vida i la conversió de Jacques Fesch. El desembre de 1993, el cardenal Jean-Marie Lustiger, arquebisbe de París, va obrir la investigació preliminar de la beatificació de Jacques Fesch: "Espero, va dir, que un dia es venera com una figura de la santedat."

 

 

Bibliografia i correspondència

 

Augustin-Michel Lemonnier: Llum sobre el patíbul i Cèl 18. Cartes des de la presó de Jacques Fesch. Collecció: varis pastoral i catequesi; Editions Ouvrières (1972 i 1991).

Diari de Presó de Jacques Fesch: «D'aquí a cinc hores veuré a Jesús». Edicions Paraula / Astor (Madrid, 1995).

 

Viquipèdia

 

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--2-.jpg


 

germany.gif

 

Jacques Fesch (* 6. April 1930 in Saint-Germain-en-Laye; † 1. Oktober 1957 in La Santé) war der Sohn eines vermögenden Bankiers aus Belgien. Am 24. Februar 1954 überfiel Fesch die Wechselstube von Alexandre Silberstein in Paris. Silberstein wehrte sich und alarmierte die Polizei. Fesch schoss wild um sich und tötete dabei den Polizisten Jean Vergne. Er konnte zwar zunächst in die Metro entkommen, wurde dort aber von der Polizei verhaftet. Am 6. April 1957 verurteilte ihn ein Pariser Gericht zum Tod durch die Guillotine. Am 1. Oktober 1957 wurde er im Gefängnishof von Santé vom Scharfrichter André Obrecht hingerichtet und auf dem alten Friedhof von Saint-Germain-en-Laye[1] beigesetzt. In den drei Jahren seines Gefängnisaufenthalts bis zur Vollstreckung der Todesstrafe fand Jacques Fesch nach eigenen Angaben zum christlichen Glauben zurück.[2] 36 Jahre nach seiner Hinrichtung eröffnete der damalige Kardinal und Erzbischof von Paris, Jean-Marie Lustiger, ein Seligsprechungsverfahren für ihn.

 


Inhaltsverzeichnis


1 Familie und Bildung

2 Beantragte Seligsprechung

3 Auf der Bühne und im Film

4 Werke

5 Literatur

6 Weblinks

7 Einzelnachweise

 


Familie und Bildung

 

Zu den Vorfahren der Familie Fesch zählten auch Verwandte von Kardinal Joseph Fesch, einem Onkel von Napoleon Bonaparte. Von 1938 bis 1947 erhielt Fesch seine Schulausbildung an der Ecole Saint-Erembert und später am Lycée Claude Debussy in Paris. Von 1950 bis 1951 leistete er seinen Militärdienst bei den Französischen Streitkräften in Deutschland.

1951 heiratete Fesch und wurde Vater einer Tochter. Später gab er seine Arbeit in der Bank des Vaters auf und verließ seine Frau wegen einer anderen, mit der er einen Sohn namens Gérard[3] hatte. Sein Traum war eine Reise mit einem Boot in den Südpazifik. Seine vermögenden Eltern weigerten sich aber, ihm eine solche Reise zu finanzieren.

 


Beantragte Seligsprechung

 

In den drei Jahren seines Gefängnisaufenthalts bis zur Vollstreckung der Todesstrafe verfasste Jacques Fesch mystische Schriften. Im Gefängnis versöhnte er sich mit seiner Familie. Sein letzter Tagebucheintrag endete mit den Worten: In fünf Stunden werde ich Jesus Christus sehen.

Seit seinem Tod wird Fesch von manchen Katholiken als ein Beispiel für die Erlösung durch die christliche Religion betrachtet. Seine Witwe und seine Tochter Veronique verwalten den Nachlass seiner Schriften, die er in seiner Gefängniszeit schrieb. Mit ihrer Zustimmung bearbeiteten Pater Augustin-Michel Lemonnier, die Karmelitin Schwester Veronika und Pater Giacomo Maria Medica SDB Feschs literarischen Nachlass. In den 70er Jahren wurden Feschs Schriften erstmals veröffentlicht und seither öfter neu aufgelegt und in viele Sprachen übersetzt. Am 21. September 1987 reichte seine Witwe Schriften und Petitionen beim Erzbischof von Paris ein, um ein Seligsprechungsverfahren einleiten zu lassen. Dieses Verfahren eröffnete Jean-Marie Lustiger im Dezember 1993.

 


Auf der Bühne und im Film

 

Die Geschichte seiner Konversion wurde in Frankreich zweimal verfilmt: Le glaive et la balance (1989) und Retour en grâce (1995).

2009 wurde in Paris ein Theaterstück unter der Regie Maria Blanco uraufgeführt, das seine Konversion zum Thema hat. Den Jacques spielte Alain Sportiello.[4][5]

 


Werke

 

Jacques Fesch: Lumière sur l'échafaud ; suivi de Cellule 18 : lettres de prison de Jacques Fesch, guillotiné le 1er octobre 1957 à 27 ans. Paris: Éditions Ouvrières 1991, ISBN 978-2-7082-2833-7

(englisch): Light over the Scaffold and Cell 18: The Prison Letters of Jacques Fesch. Alba House, New York 1996. ISBN 9780818907500

(deutsch): Du nimmst mich an: Briefe aus d. Todeszelle. Hrsg. von Augustin-Michel Lemonnier. Vorwort von Michel Quoist. Herder, Freiburg 1975 (2. Aufl.). ISBN 3-451-17086-8

weitere Übersetzungen ins Polnische, Slowenische und Spanische

Jacques Fesch: Dans 5 heures je verrai Jésus!: Journal de prison, 3rd, Fayard - Le Sarment 1998, ISBN 978-2-86679-168-1

 

 

Literatur

 

Gilbert Collard: Assasaint : L'histoire du bon larron moderne. Presses de la Renaissance, Paris 2007, ISBN 978-2750903688.

André Manaranche: Jacques Fesch, du non-sens à la tendresse. Editions le Sarment, Paris 2003, ISBN 978-2866793654.

Francisque Oeschger: Jacques Fesch, le guillotiné de Dieu. Editions du Rocher, Monaco 1994, ISBN 978-2268018058.

Jean Duchesne, Bernard Gouley: L'affaire Jacques Fesch. Editions de Fallois, Paris 1994, ISBN 978-2877062206.

Gérard Droniou: Fesch, mon nom guillotiné. Editions du Rocher, Monaco 2001. ISBN 978-2268039473 (Buch des unehelichen Sohnes, der um die Namensführung kämpfte)

Gérard Fesch (= Gérard Droniou): Mon enfance guillotiné. Récit. Archipel, Paris 2009, ISBN 2-8098-0197-5

 


Weblinks

 

„Bekehrung in der Todeszelle“ (Biographie von 2006)

Website über sein Leben und das Theaterstück Lumière sur l'échafaud (französisch)

Saints Misbehavin'. Wiedergabe eines Artikel aus dem Wall Street Journal von 2006 (englisch)

Biographie von 2002 (englisch)

ZENIT: Papst begrüßt Schwester eines Mörders im Seligsprechungsprozeß

 


Einzelnachweise

 

↑ Find A Grave

↑ ZENIT: Papst begrüßt Schwester eines Mörders im Seligsprechungsprozeß abgerufen 9. Dezember 2009

↑ Süddeutsche Zeitung: Frankreich - Mein Vater, der Mörder vom 30. Januar 2007 abgerufen 8. Dezember 2009

↑ Rezension: Assa-saint aus Les Trois Coups

↑ Rezension:Théâtre: Lumière sur l'échafaud - Jacques Fesch

 

Wikipedia

 

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--3-.jpg

 

 

portugal.gif

 

Jacques Fesch (1930-1957) foi um jovem crimonoso francês e um caráter místico, encarcerado durante três anos à prisão da Santé, célebre prisão de Paris, e guilhotinado aos 27 anos, 1 de Outubro de 1957, para um duplo crime em fevereiro de 1954: assalto de um cambista acompanhamento ea morte de um polícia.

Jacques Fesch nasceu em 6 de Abril de 1930 em Saint-Germain-en-Laye. Ele é de origem belga e da mesma família como do Cardeal Joseph Fesch. O pai, Georges Fesch, era diretor de um banco belga para estrangeiros instalada em França.

Aos vintes anos, prestando serviço militar na Alemanha, casa-se como uma moça de Saint Germain-en-Laye, sua cidade natal. Nasce uma menina, Verónica.

Decepcionado por uma vida sem ideal, consciente de sua decadência, tendo perdido tudo, acha que enontrará a salvação numa viagem em volta ao mundo. Queria comprar un barco para navegar.

O sonho se transforma em idéia fixa, que vai levá-lo a trágica agressão.

Na prisão, despetertou-se-ihe a fé, há muito adormecida. Fé que cresceu com sua conversão, vivificouse interiormente e, passo e passo, conduzui-o por ásperas veredas no ascendente caminho da ascese, até fazê-lo atingir os cumes da mística. Sua ascensão espiritual é realmente excepcional.

Em 1987, um processo de beatificação foi aberto pelo Cardeal Jean-Marie Lustiger, Arcebispo de Paris.

 


Bibliografia

Jacques Fesch, cartas da prisão: Luz sobre o andaime e célula 18

Jacques Fesch, diário de prisão: Em cinco horas eu vou ver Jesus.

 

Wikipédia

 

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--4-.jpg

 

 

uk.gif

 

Jacques Fesch (April 6, 1930, Saint-Germain-en-Laye – October 1, 1957, La Santé Prison, Paris) was the murderer of a French police officer, who became such a devout Roman Catholic while in prison awaiting execution that he has been proposed for canonization as a saint.

 

 

Contents


1 Early life

2 The Crime

3 Religious conversion

4 Legacy

5 Bibliography

6 References

 

 

Early life

 

Fesch's father was a wealthy banker of Belgian origin, an artist and atheist, distant from his son and unfaithful to his wife, whom he ultimately divorced. Jacques was an idler; brought up a Roman Catholic, he abandoned religion by the age of 17. At 21, he married his pregnant girlfriend Pierrette in a civil ceremony. He gave up a position at his father's bank, lived the life of a playboy, left his wife and their daughter, and fathered an illegitimate son with another woman. Disillusioned with his life, he dreamed of escaping to sail around the South Pacific Ocean, but his parents refused to pay for a boat.

 

 

The Crime

 

On 24 February 1954, to fund the purchase of a boat, he went to rob Alexandre Sylberstein, a money changer, of gold coins. Sylberstein was struck but not unconscious, and raised the alarm. Fesch fled, losing his glasses, and shot wildly at Jean Vergne, a pursuing police officer, killing him. Minutes later he was arrested. Murdering a police officer was a heinous crime and public opinion, inflamed by newspaper reports, was strongly in favour of his execution. The Cour d'assises of Paris condemned him to death on 6 April 1957.

 

 

Religious conversion

 

At first Fesch was indifferent to his plight and mocked his lawyer's Catholic faith. However, after a year in prison, he experienced a profound mystical conversion, became very pious, and bitterly regretted his crime. He corresponded regularly with his family, notably his brother and stepmother, and kept a spiritual journal. He accepted his punishment serenely and was reconciled to his wife the night before his execution. His last journal entry was "In five hours, I will see Jesus!". An appeal for clemency to President René Coty failed, and he was guillotined.

 

 

Legacy

 

After his death his wife and daughter honoured his memory as an example of redemption. At first he was excoriated by the public, but with the work of Soeur Véronique, a Carmelite nun, and Fathers Augustin-Michel Lemonnier, the family effected publication of his writings, and from the 1970s these served as an inspiration to many.

On September 21, 1987 the Archbishop of Paris, Cardinal Jean-Marie Lustiger, opened a diocesan inquiry into his life; the cause for his beatification was formally opened in 1993. This has proved controversial, with those who feel his early crimes make him unfitting as a role model opposed to those who emphasize the hope of his final conversion.

 

 

Bibliography

 

Translation: Light over the Scaffold and Cell 18: The Prison Letters of Jacques Fesch. Alba House, 1996.

Fesch, Jacques; preface Père Daniel-Ange (1998) (in French). Dans 5 heures je verrai Jésus!: Journal de prison (3rd ed.). Fayard - Le Sarment. ISBN 978-2-86679-168-1.

Translation: In five hours I will see Jesus (spiritual diary) of Jacques Fesch.

 

 

References

 

Craughwell, Thomas J. (October 27, 2006). "Saints Misbehavin'". Wall Street Journal. Retrieved 2007-04-03. republished on Catholic Education Resource Center

"A Saint who killed:Jacques Fesch was executed for murder in 1957. Now the Church is considering his beatification.". Retrieved 2007-04-04. by Fr. Oliviero Bruno, Catholic Chaplain in Poggioreale Jail in Naples

 

Wikipedia

 

 

 

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--9-.JPG

 


italie.gif

 

Jacques Fesch (Saint-Germain-en-Laye, 6 aprile 1930 – Parigi, 1 ottobre 1957) è stato un criminale francese, che in carcere si convertì al punto che è stato introdotto il processo di canonizzazione da parte della Chiesa Cattolica.

 


Indice


1 Biografia

2 Note

3 Bibliografia

4 Voci correlate

5 Altri progetti

6 Collegamenti esterni

 


Biografia

 

Nasce in una famiglia dell'alta borghesia (annovera tra i suoi avi il cardinale Joseph Fesch) ed i suoi genitori si erano trasferiti recentemente dal Belgio. Cresciuto ed educato nella fede cristiana, all'età di 17 anni abbandona la fede.

Chiamato al servizio militare viene assegnato ad una caserma della città di Strasburgo. Qui incontra Pierrette Polack e nel 1951 si sposano. Da questa unione nasce Véronique.

Per l'acquisto di una barca, il 25 febbraio 1954 tenta una rapina in un negozio di cambiavalute di rue Vivienne 9. Nella colluttazione anche Jacques viene ferito leggermente poi fugge con una cospicua somma di danaro. Il quartiere viene circondato e, braccato, cerca di aprirsi un varco a colpi di rivoltella. Ferisce un passante, un agente di polizia ed, infine, un altro, quest'ultimo però colpito mortalmente. Al processo, tuttavia, disse agli inquirenti di avere mirato alle gambe e che non c'era una vera e propria volontà di uccidere.

Acciuffato poche ore più tardi all'uscita del metrò, viene rinchiuso in carcere e processato. Il verdetto non lascia appello e l'esecuzione della pena capitale tramite ghigliottina, come era uso in Francia, viene eseguita nel 1957, anno del suo ventisettesimo compleanno.

Dopo la sua morte sono state date alle stampe il suo diario in Italia Il Giornale Intimo (LDC Torino-Leumann), tenuto in carcere e le lettere inviate agli amici e parenti dal carcere, che testimoniano la sua conversione. Giacomo Maria Medica (padre Salesiano) fu il primo a credere in questa Santità ne fu anche il Promotore per la Beatificazione nel 1986 inviando molte lettere a vescovi e Cardinali. Un giovane per cui ebbe una forte amicizia al Don Medica e di rilievo sostegno su Jacques Fesch fu Ruggiero Francavilla (postulante Carmelitano),dopo un periodo di solitudine e riflessione nella Certosa di Farneta.

Le testimonianze raccontano che nel momento di salire il patibolo Jacques Fesch non pronunciò che queste parole a mezza voce: "Signore, non abbandonarmi". L'eccezionale nobiltà del suo atteggiamento, la calma del volto e dello sguardo parvero soprannaturali.

Uno scrittore [senza fonte] ebbe a scrivere contro questa giustizia e contro la pena di morte in generale:

« Jacques Fesch, in prigione, è stato rivoltato dal suo interno come un guanto, dallo Spirito Santo. E quando si è letta la sua fine, prima del momento supremo sul patibolo, ci si chiede ora se la società non ha ghigliottinato un uomo nuovo,...forse un santo »

Il 2 dicembre 2009,dopo l'incontro avutosi con il Cardinale Angelo Comastri, in Piazza San Pietro il Papa Benedetto XVI al termine dell'udienza ha salutato Monique Fesch, sorella di Jacques, e Ruggiero Francavilla, suo amico e biografo. Hanno donato al Santo Padre il libro Jacques Fesch Le Mystére (2004 ed.P.Téqui) e Jacques Fesch" L'avventura della fede di un condannato a morte (Ed.Paoline 2006). Inoltre un libro in lingua tedesca su Jacques Fesch (Du nimmst mich an, Verlag Herder, 1974) che Ruggiero Francavilla teneva nel suo archivio. Al termine hanno mostrato al Santo Padre, lettere che Jacques scrisse durante la sua prigionia per le sue sorelle Monique e Nicole, e i suoi genitori[1].

 


Note

 

Notizia su zenit.org

 


Bibliografia

 

Luce sul patibolo di Jacques Fesch in attesa della ghigliottina, Edizione LDC 1978

Jacques Fesch Cella 18, Edizione LDC 1981

Jacques Fesch,Giornale intimo, Edizione LDC 1982

Giacomo Maria Medica, Jacques Fesch,Racconta la sua vita, Edizione LDC 1988

Ruggiero Francavilla, Jacques Fesch. L'avventura della fede di un condannato a morte, Edizione Paoline, febbraio 2006

Voci correlate

 

Pena di morte in Francia

Altri progetti

 

Wikiquote contiene citazioni di o su Jacques Fesch

Collegamenti esterni

 

Appunti sulla vita di Jacques Fesch

 

Wikipedia

 

 

Il Papa Benedetto XVI ha salutato Monique Fesch, sorella di Jacques

 

 

Jacques Fesch, da ghigliottinato a Beato

 


 

 

 

 

 

 

Serviteur-de-Dieu-Jacques-Fesch--parousie.over-blog.fr--8-.jpg

 

 

Espagne.gif

 

Jacques Fesch (6 de abril de 1930, Saint-Germain-en-Laye - 1 de octubre de 1957, Prisión de La Santé, en París) fue el asesino de un policía francés, que se convirtió en un devoto católico romano, mientras se encontraba en la cárcel a la espera de ejecución y que se ha propuesto para su canonización como santo.

 


Contenido


1 Primeros años

2 El Crimen

3 Conversión religiosa

4 Legado

5 Bibliografía y correspondencia

 

 

Primeros años

 

Fesch padre era un rico banquero de origen belga, artista y ateo, distante de su hijo e infiel a su esposa, de quien en última instancia, se divorció. Jacques era un ocioso; educado como católico romano, abandonó la religión a la edad de 17 años. A los 21 años, se casó con su novia embarazada, Pierrette, en una ceremonia civil. El padre de ella le consiguió un puesto en su banco, viviendo la vida de un playboy. Dejó a su esposa y su hija y fue padre de un hijo ilegítimo con otra mujer. Desilusionado con su vida, soñaba con escapar a navegar alrededor del Pacífico Sur, pero sus padres se negaron a pagarle un barco.

 


El Crimen

 

El 24 de febrero de 1954, para financiar la compra de su barco, fue a robar a Alexandre Sylberstein, un cambista, unas monedas de oro. Sylberstein fue golpeado, pero aún consciente, logró dar la alarma. Fesch huyó, perdiendo sus gafas. Durante la huida disparó contra Jean Vergne, un oficial de policía que le perseguía, matandole. Minutos más tarde fue detenido. Asesinar a un oficial de policía era un crimen atroz y la opinión pública, inflamada por los informes de prensa, se manifestó decididamente a favor de su ejecución. La Cour d'Assises de París lo condenó a muerte el 6 de abril de 1957.

 


Conversión religiosa

 

Al principio a Fesch le era indiferente su situación y se burló de la fe católica de su abogado. Sin embargo, después de un año de prisión, en la que experimentó una conversión mística profunda, se hizo muy piadoso, y se arrepintió amargamente de su crimen. Se carteaba regularmente con su familia, en particular, su hermano y su madrastra y llevaba un diario espiritual. Él aceptó su castigo con serenidad y se reconcilió con su esposa la noche antes de su ejecución. Su última entrada del diario fue "En cinco horas, voy a ver a Jesús". Un llamamiento a la clemencia al presidente René Coty fracasó, y fue guillotinado.

 


Legado

 

Después de su muerte, su esposa y su hija honraron su memoria como un ejemplo de redención. Al principio fue despreciada por el público, pero con el trabajo de la hermana Véronique, una monja carmelita, y el Padre Augustin-Michel Lemonnier, la familia llevó cabo la publicación de sus escritos, y desde la década de 1970 estos servido de inspiración para muchos.

El 21 de septiembre de 1987, el arzobispo de París, Cardenal Jean-Marie Lustiger, ha abierto una investigación diocesana sobre su vida; la causa de su beatificación fue abierta formalmente en 1993. Ha sido objeto de controversia por los que sienten que sus crímenes lo hacen indigno como modelo a seguir frente a quienes hacen hincapié en la esperanza de su conversión final.

 


Bibliografía y correspondencia

 

Diario de Prisión de Jacques Fesch : « Dentro de cinco horas veré a Jesús ». Ediciones Palabra / Astor (Madrid, 1995)

Augustin-Michel Lemonnier: Luz sobre el patíbulo y Célula 18. Cartas desde la cárcel de Jacques Fesch. Colección: varios pastoral y catequesis; Editions Ouvrières (1972 y 1991).

http://www.fluvium.org/textos/dolor/dol68.htm

http://www.alfayomega.es/Revista/1996/037/desdelafe/reportaje2.htm

Libro sobre la vida de Jacques Fesch: Javier Sicilia. El reflejo de lo oscuro. Colección Tierra Firme ; (México, 1997)

 

Wikipedia

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 08:47

Hyacinthe-Rigaud--1659-1743---Portrait-de-Jacques-Benigne-.jpgJacques-Bénigne Bossuet

né le 27 septembre 1627 à Dijon

mort le 12 avril 1704 à Paris

 

 

 

Blason-de-la-ville-de-Dijon--Cote-d-Or-.png

 

 

 

Louange des anges de Bossuet

 

"Venez donc, anges célestes, honorer cette bonté souveraine : venez tous ensemble chercher sur la terre les victimes qu'elle demande, vous ne les pouvez trouver dans le ciel (a). « On n'y peut exercer de miséricorde, parce qu'il n'y a point de misères » : Ibi nulla miseria est, in quâ fiat misericordia (1). Peut-on consoler les affligés, où toutes les larmes sont essuyées ? Peut-on secourir ceux qui travaillent, où tous les travaux sont finis ? Peut-on visiter les prisonniers, où tout le monde jouit de la liberté ? Peut-on recueillir les étrangers, où nul n'est reçu que les citoyens ? Ici toutes les misères abondent ; c'est leur pays, c'est leur lieu natal. O mes Frères, la riche moisson pour ces esprits bienfaisants, qui cherchent à exercer la miséricorde ! Il n'y a que des misérables, parce qu'il n'y a que des hommes (b). Tous les hommes sont des prisonniers, chargés des liens de ce corps mortel : esprits purs, esprits dégagés, aidez-les à porter ce pesant fardeau, et soutenez l’âme qui doit tendre au ciel contre le poids de la chair qui l'entraîne en terre. Tous les hommes sont des ignorants qui marchent dans les ténèbres : esprits qui voyez la lumière pure, dissipez les nuages qui nous environnent. Tous les hommes sont attirés par les biens sensibles : vous qui buvez à la source même des voluptés chastes et intellectuelles, rafraîchissez notre sécheresse par quelques gouttes de cette céleste rosée. Tous les hommes ont au fond de leurs âmes un malheureux germe d'envie, toujours fécond en procès, en querelles, en murmures, en médisances, en divisions : esprits charitables, esprits pacifiques, calmez la tempête de nos colères, adoucissez l'aigreur de nos haines, soyez des médiateurs invisibles pour réconcilier en Notre-Seigneur nos cœurs ulcérés."

 

"(1) S. August., Enar. in Psal. CXLVIII, n. 8.

 

(a) Var. : Comme Jésus-Christ, ils suivent les mouvements de leur Maître : Ascendentes et descendentes.

Quelle beauté nous veulent-ils ? Celle qu'ils ont : la charité. Car ils aiment la charité, parce que la charité vient de Dieu. Les hommes commencent par l'amour fraternel, pour aller à Dieu : les anges par l'amour de Dieu, pour aller aux hommes. Ils voient Dieu dans les âmes quand ils y voient la charité : ils voient le ruisseau dans la source, ils voient comment il n'en est pas séparé : ils voient ce Dieu amour, faisant en nous l'amour : Intùs inhabitat Deus.

(b) Autant d'hommes que vous voyez, autant d'infirmes et de misérables, dont l'extrême nécessité a besoin de votre secours. Ils y viennent, n’en doutez pas, et c'est pour cela qu'ils descendent : Vidi angelos descendentes. Et quelle œuvre de miséricorde ne pratiquent-ils pas parmi nous ?"

 

Hyacinthe-Rigaud--1659-1743---Portrait-de-Bossuet.jpg

Source : "Panégyrique pour la Fête des Anges Gardiens", Oeuvres complètes de Bossuet, F. Lachat, Volume XII (pages 343-344), Paris, Librairie de Louis Vivès Éditeur, rue Delambre 5, 1862.


Note : l'annotation de l'auteur [(1), (a) et (b)] a simplement été déplacée à la fin pour garder un texte initial compact.

Deux fautes de frappe ont été corrigées et certaines ponctuations ont été espacées pour mieux aérer cet extrait.


Grand-monument-de-Bossuet--statue-sculptee-par-Ernest-Henr.jpg

 


Share

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:54

Loving-Savior-by-Jon-McNaughton.jpg"Loving Savior" by Jon McNaughton

 

 

 

Nouveau site : http://www.jonmcnaughton.com


 

 

Article "Peintures religieuses de Jon McNaughton 1"

 

 

 

Lord-Is-My-Shepherd-by-Jon-McNaughton.jpg

"Lord Is My Shepherd" by Jon McNaughton

 

 

No-Greater-Love-by-Jon-McNaughton.jpg

"No Greater Love" by Jon McNaughton

 

 

Parting-the-Veil--The-Second-Coming--by-Jon-McNaughton.jpg

"Parting the Veil (The Second Coming)" by Jon McNaughton

 

 

Path-of-Peace-by-Jon-McNaughton.jpg

"Path of Peace" by Jon McNaughton

 

 

Road-to-Bethlehem-by-Jon-McNaughton.jpg

"Road to Bethlehem" by Jon McNaughton

 

 

Road-To-Emmaus-by-Jon-McNaughton.jpg

"Road To Emmaus" by Jon McNaughton

 

 

Sacred-Grove-by-Jon-McNaughton.jpg

"Sacred Grove" by Jon McNaughton

 

 

Shepherd-s-Whisper-by-Jon-McNaughton.jpg

"Shepherd's Whisper" by Jon McNaughton

 

 

Son-of-God-by-Jon-McNaughton.jpg

"Son of God" by Jon McNaughton

 

 

Star-of-Bethlehem-by-Jon-McNaughton.jpg

"Star of Bethlehem" by Jon McNaughton

 

 

Tending-His-Flock-by-Jon-McNaughton.jpg

"Tending His Flock" by Jon McNaughton

 

 

The-Good-Shepherd-by-Jon-McNaughton.jpg

"The Good Shepherd" by Jon McNaughton

 

 

The-Nativity-by-Jon-McNaughton.jpg

"The Nativity" by Jon McNaughton

 

 

Touched-by-the-Scriptures-by-Jon-McNaughton.jpg

"Touched by the Scriptures" by Jon McNaughton

 

 

Tree-Of-Life-by-Jon-McNaughton.jpg

"Tree Of Life" by Jon McNaughton

 

 

Ye-Are-Not-Forgotten.jpg

"Ye Are Not Forgotten" by Jon McNaughton

 

 

Planting-Seeds-of-Greatness-by-Jon-McNaughton.jpg

"Planting Seeds of Greatness" by Jon McNaughton

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 22:49

 

 

 

Prière quotidienne de Dozulé

dictée par Jésus à Madeleine Aumont

 

Jésus de Nazareth a triomphé de la mort, Son Règne est éternel, Il vient vaincre le monde et le temps.

 

Pitié mon Dieu pour ceux qui Te blasphèment, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font.

 

Pitié mon Dieu pour le scandale du monde, délivre-les de l'esprit de satan.

 

Pitié mon Dieu pour ceux qui Te fuient, donne-leur le goût de la Sainte Eucharistie.

 

Pitié mon Dieu pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, qu'ils y trouvent la paix et la joie en Dieu notre Sauveur.

 

Pitié mon Dieu pour que Ton Règne arrive, mais sauve-les, il en est encore temps, car le temps est proche et voici que Je viens. Amen.

 

Viens, Seigneur Jésus !

 

Réciter 1 "Notre Père" et 10 "Je Vous salue Marie".

 

Puis dire :

 

Seigneur, répands sur le monde entier les Trésors de Ton Infinie Miséricorde.

 

"Je désire qu'ils disent chaque jour la prière, suivie d'une dizaine de chapelet. Chaque foyer qui la dira avec une grande confiance sera protégé de tout cataclysme, puis Je verserai dans les coeurs Ma Miséricorde."

 

"... le péché est venu dans le monde à cause de l'homme. C'est pourquoi Je demande à l'homme de faire élever la Croix Glorieuse."

 

Jésus à Madeleine Aumont, en particulier lors des 10ème et 28ème apparitions de Dozulé (Calvados), le vendredi 7 septembre 1973 et le Vendredi Saint 28 mars 1975.

Pour la neuvaine, voir de la 36ème à la 44ème apparition.

 

 

 

 

Vexilla regis prodeunt

O Crux ave, spes unica

 

Vexilla regis prodeunt

Fulget crucis mysterium

Quo carne carnis conditor

Suspensus est patibulo.

 

Quo vulneratus insuper

Mucrone diro lanceae

Ut nos lavaret crimine

Manavit unda et sanguine.

 

Impleta sunt quae concinit

David fideli carmine

Dicens In nationibus

Regnavit a ligno Deus.

 

Arbor decora et fulgida

Ornata Regis purpura

Electa digno stipite

Tam sancta membra tangere.

 

Beata, cujus brachiis

Saecli pependit pretium

Statera facta corporis

Praedamque tulit tartari.

 

O Crux ave, spes unica

In hac triumphi gloria

Auge piis justitiam

Reisque dona veniam.

 

Te summa Deus Trinitas

Collaudet omnis spiritus :

Quos per crucis mysterium

Salvas, rege per saecula.

Amen.

 

Saint Venance Fortunat (Venantius Honorius Clementianus Fortunatus).

 

 

 

Les étendards du roi s’avancent

Salut Ô Croix, unique espérance *

 

Les étendards du roi s’avancent,

le mystère de la Croix resplendit :

au gibet fut pendu, en Sa chair,

le créateur de toute chair.

 

C’est là qu’Il reçut la blessure

d’un coup de lance très cruel,

pour nous laver du péché,

Il ruissela d’eau et de sang.

 

Ils sont accomplis les oracles

véridiques chantés par David,

lorsqu’il a dit « Sur les nations,

Dieu a régné par le bois. »

 

Bel arbre resplendissant,

paré de la pourpre du Roi,

choisi comme tronc digne

de toucher des membres si Saints.

 

Bienheureux arbre, au bras duquel

  a pesé la rançon du monde,

devenu balance d’un corps,

Il arrache sa proie aux enfers.

 

Croix, salut, notre seule espérance !

En ce glorieux triomphe,

augmentez la Grâce pour les bons,

et donnez le pardon aux coupables.

 

Dieu, Trinité suprême,

que tout esprit Vous célèbre ;

gouvernez sans fin ceux que Vous sauvez

par le mystère de la Croix. Amen.

 

* Comme traduction du latin "O Crux ave, spes unica", on trouve aussi : "Croix, salut, (notre) seule espérance", ou "Salut Ô Croix, unique espérance", ou "Salut Ô Croix, (Ô) notre unique espoir"...

 

 

Latin-English prayers

 

 

Croix-abstraite--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Hymnus in Honore Sanctae Crucis

 

Vexilla regis prodeunt,

fulget crucis mysterium,

quo carne carnis conditor

suspensus est patibulo.

 

Confixa clavis viscera

tendens manus, vestigia

redemptionis gratia

hic inmolata est hostia.

 

Quo vulneratus insuper

mucrone diro lanceae,

ut nos lavaret crimine,

manavit unda et sanguine.

 

Inpleta sunt quae concinit

David fideli carmine,

dicendo nationibus :

regnavit a ligno deus.

 

Arbor decora et fulgida,

ornata regis purpura,

electa, digno stipite

tam sancta membra tangere !

 

Beata cuius brachiis

pretium pependit saeculi !

statera facta est corporis

praedam tulitque Tartari.

 

Fundis aroma cortice,

vincis sapore nectare,

iucunda fructu fertili

plaudis triumpho nobili.

 

Salve ara, salve victima

de passionis gloria,

qua vita mortem pertulit

et morte vitam reddidit.

 

 Venantius Fortunatus.

 

 

Hymnes de Saint Venantius Fortunatus

 

 

Croix-lumineuse-dans-la-nuit--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Ave, Crux Sancta, virtus nostra

 

Ave, Crux Sancta, virtus nostra.

Ave, Crux adoranda, laus et gloria nostra.

Ave, Crux, auxilium et refugium nostrum.

Ave, Crux, consolatio omnium moerentium ;

Salve, Crux, victoria et spes nostra ;

Salve, Crux, defensio et vita nostra.

Salve, Crux, redemptio et liberatio nostra.

Salve, Crux, signum salutis,

atque inexpugnabilis murus contra omnem virtutem inimici.

Sit mihi Crux semper spes Christianitatis meae.

Sit mihi Crux resurrectio mortis meae.

Sit mihi Crux triumphus adversus daemones.

Sit mihi Crux mater consolationis meae.

Sit mihi Crux requies tribulationis meae.

Sit mihi Crux baculus senectutis meae.

Sit mihi Crux medicina aegrotationis meae.

Sit mihi Crux protectio nuditatis meae.

Sit mihi Crux consolatio vitae meae.

Sit mihi Crux in omnibus angustiis meis solatium.

Sit mihi Crux remedium in tribulationibus meis.

Sit mihi Crux in infirmitatibus meis medicamentum,

atque contra omnia adversa tutamentum.

Amen.

 

Prière attribuée à Saint-Anselme.

 

Hail, Holy Cross, Our Strength

 

Autel-et-recueillement--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Crux ave benedicta

 

Crux ave benedicta !

Per te mors est devicta,

In te pependit Deus,

Rex et Salvator meus.

 

O arborum regina,

Salutis medicina,

Pressorum es levamen

Et tristium solamen.

 

O sacrosanctum lignum,

Tu vitae nostrae signum,

Tulisti fructum Iesum,

Humani cordis esum.

 

Dum Crucis inimicos

Vocabis et amicos,

O Iesu, Fili Dei,

Sis, oro, memor mei.

 

 

 

Salut, Croix bénie

 

Salut, Croix bénie !

Par toi la mort est vaincue,

sur Toi fut pendu mon Dieu,

mon Roi et mon Sauveur.

 

  Ô Reine des arbres,

remède de salut,

soulagement des opprimés,

et consolation des affligés.

 

  Ô bois sacro-saint,

Tu es l’étendard de notre vie ;

Tu as porté pour fruit Jésus,

l’aliment du coeur humain.

 

Lorsque Tu appelleras les ennemis

et les amis de la Croix,

  Ô Jésus, Fils de Dieu,

souviens-Toi de moi, je Te prie.

 

Croix-rayonnante--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Antiennes

 

"O Crux, splendidior cunctis astris, mundo celebris, homínibus multum amábilis, sanctior univérsis : quæ sola fuísti digna portáre taléntum mundi, dulce lignum, dulces clavos, dúlcia ferens pondera; salva præsentem catervam in tuis hódie láudibus congregatam."

 

Ô Croix, radieuse parmi les astres, Glorieuse dans l'univers, précieuse à l'humanité, Sainte parmi toute les créatures, Toi seule fus digne de porter le prix du monde ! Ô douceur de ce bois, de ces clous, de ce fardeau qu'ils portent ! Sauve ce peuple, assemblé aujourd'hui pour T'acclamer.

 

Antienne du Magnificat aux premières vêpres.

 

 

 

"O Crux benedicta, quae sola fuisti digna portare Regem caelorum et dominum, alleluia."

 

Toi seule, Ô Croix bénie, fus digne de porter le Seigneur, le Roi des Cieux, alleluia.

 

Antienne du Magnificat aux deuxièmes vêpres.

 

 

Hymne de la Croix Glorieuse de l'Abbaye de Maumont

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 20:18

Gif-Mosaique-Laurent-Fignon--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

Puget-Théniers, le 31 août 2010

 

 

Le cancer qui ronge a cessé et s'est changé en concert des anges,

courageux Laurent, chante en choeur avec eux d'éternelles louanges.

 

 

Partager cet article
Repost0