Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:51

Reverend-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

François Luyckx

"Père Paul de Moll", bénédictin (O.S.B.)

né le 15 janvier 1824 à Mol(l)

(Turnhout, Province d'Anvers (Mol, Antwerpen) - Belgique)

 

Blason-Mol-Anvers-Antwerp-Belgie-parousie.over-blog.fr.jpg

 

mort le lundi 24 février 1896 à l'Abbaye de Termonde

(Flandre-Orientale, Belgique)

(Dendermonde, Oost-Vlaanderen - België)

 

 

Croix-de-Saint-Benoit-parousie.over-blog.fr.png

 

 

"Je suis l'amour de Dieu."

 

"Moi, je ne suis que le portier de Saint Benoît."

 

"Tous les jours, c'est fête de Saint Benoît !"

 

"Un soupir d'amour pour Dieu vaut plus

que toute une année de pénitence !"

 

 

Livre-vie-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Sois guéri ! Désormais, tu vivras pour

la consolation d'un grand nombre de personnes.

Je t'accorde tout ce que tu me demanderas pour les autres."

 

Jésus au Père Paul de Moll

 

 

Banniere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.png

 

 

SALUTATION À MARIE

propagée par le Père Paul de Moll

 

Je Vous salue Marie, Fille de Dieu le Père.

Je Vous salue Marie, Mère de Dieu le Fils.

Je Vous salue Marie, Épouse du Saint-Esprit.

Je Vous salue Marie, Temple de la Sainte Trinité.

Je Vous salue Marie, Lys blanc de la resplendissante Trinité.

Je Vous salue Marie, Rose agréable de la Cour céleste.

Je Vous salue Marie, Vierge pleine de douceur et d'humilité, de qui le Roi du Ciel a voulu naître et être nourri de son lait.

Je Vous salue Marie, Vierge des Vierges.

Je Vous salue Marie, Reine des Martyrs, dont l'âme a été percée de douleurs.

Je Vous salue Marie, Dame et Maîtresse à qui toute puissance a été donnée au Ciel et sur la terre.

Je Vous salue Marie, Reine de mon cœur, ma douceur, ma vie, et toute mon espérance.

Je Vous salue Marie, Mère très aimable.

Je Vous salue Marie, Mère très admirable.

Je Vous salue Marie, Mère du bel amour.

Je Vous salue Marie, conçue sans péché.

Je Vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec Vous ; Vous êtes bénie entre toutes les femmes ; béni soit le fruit de Vos entrailles !

Béni soit Votre Époux Saint Joseph !

Béni soit Votre Père Saint Joachim !

Bénie soit Votre Mère Sainte Anne !

Béni soit Votre Ange Saint Gabriel !

Béni soit le Père Éternel, qui Vous a choisie !

Béni soit Votre Fils, qui Vous a aimée !

Béni soit le Saint-Esprit, qui Vous a épousée !

Que tous ceux qui Vous aiment Vous bénissent !

Ô Bienheureuse Vierge, bénissez-nous tous, au nom de Votre cher Fils. Ainsi soit-il !

 

Vidi Gandæ, 15 Octobris 1877.

F. DE VOS, C. L. C.

 

Scapulaire-bleu-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Père Paul disait à un ami que ceux qui récitent cette SALUTATION À MARIE peuvent se figurer que la Sainte Vierge leur donne en réalité sa bénédiction.

Donnant un exemplaire de cette SALUTATION à une demoiselle, Père Paul lui dit textuellement :

« Cette SALUTATION est si belle ! Récitez-la chaque matin. Du haut du Ciel, la Sainte Vierge vous donnera sa bénédiction et vous ferez le signe de la croix. Oui, oui, que ne vous est-il donné de voir ! La Sainte Vierge vous bénit alors, je le sais très bien. »

Il disait aussi qu'en récitant cette SALUTATION À MARIE pour la conversion d'un pécheur, il est impossible de n'être pas exaucé.

Prière composée par Saint Jean Eudes, et retrouvée dans un livre de Sainte Marguerite-Marie Alacoque à sa mort. Cette salutation était vivement recommandée par le saint Père Paul de Moll qui, comme Saint Jean Eudes, promettaient de la part de la Très Sainte Vierge des grâces spéciales à ceux qui réciteraient cette Salutation avec piété, et à ceux en faveur desquels on la réciterait.

 

Source principale : transiit-benefaciendo.be

 

 

Image-pieuse-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Transiit benefaciendo."

"Il est passé en faisant le bien."

 

Saint-Pierre au centurion Corneille

en lui parlant de Jésus (cf Actes 10 : 38)

 

 

Salutation-a-Marie-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Francois-Luyckx-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Manuscrit-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Lettre du Père Paul de Moll

 

"Par amour pour Jésus."


"Très chère pénitente ! 

Ô amour ! ô amour infini de Jésus ! ô excès d'amour ! Quand pourrai-je Vous aimer assez, quand ma volonté sera-t-elle embrasée d'amour pour Vous, ô océan sans bornes d'amour ? Quand tous mes désirs seront-ils des désirs d'amour, afin de pouvoir Vous aimer et ne plus rien aimer que Vous et Vous seul, ô mon Dieu, ô amour infini ? Je chercherai jusqu'à ce que je Vous trouve je frapperai jusqu'à ce que Vous m'ouvriez, je prierai jusqu'à ce que Vous me donniez un amour ardent, et que Vous étouffiez en moi tout autre sentiment. 

L'amour surpasse incomparablement, en valeur et en beauté, toute satisfaction. Dieu, de sa nature, est l'amour infini, et c'est de cet amour infini qu'Il aime tant l'homme. 

Pour comprendre, ou du moins se faire une idée de son amour infini, pensez à ses perfections infinies. Si vous voulez avoir une idée de amour avec lequel Il aime l'homme, voyez de quel amour Dieu aime Marie : Il a tant donné à Marie qu'elle est appelée Mère du bel amour. 

Ce grand amour lui revenait, comme Mère de Dieu. Marie étant notre véritable Mère, comment Dieu pourrait-il tant aimer notre Mère sans aimer ses enfants ? Si Dieu réservait uniquement cet ardent et grand amour à Marie, notre Mère, cet amour ne lui serait pas pleinement agréable, parce que Marie, comme Mère, ne serait pas heureuse de voir que ses enfants n'ont pas leur part de ce vrai bonheur. Que désire une mère, sinon de voir ses enfants partager son bonheur ? Pourrions-nous aimer une mère sans aimer en même temps ses bons enfants ? Dieu Lui-même, l'Amour infini, ne l'a pas pensé non plus, car voyez quel incompréhensible amour Il porte aux enfants de Marie ! 

N'est-ce pas pour les enfants de Marie que Jésus a tant souffert ? C'était pour prouver son amour pour les enfants de Marie. Jésus n'a pas souffert pour Marie, car jamais elle ne fut coupable aux yeux de Dieu : elle n'a jamais eu de compte à rendre ; mais, par le péché, ses enfants se sont rendus coupables devant Dieu, et c'est afin de satisfaire pour le péché que Jésus est venu. Mais Jésus à fait beaucoup plus qu'il n'était nécessaire ; tout ce qu'il a souffert de plus, Il l'endura par amour pour l'homme, pour lui prouver son amour. 

Toutes les fois que vous voyez un Crucifix, vous pouvez dire : Ô excès d'amour ! Chaque fois que Jésus flagellé vous revient à la pensée, vous pouvez dire : Ô amour ! ô amour infini ! Quand vous voyez Jésus portant la croix, vous pouvez dire : Ô excès d'amour infini de Jésus ! Dieu a tant donné d'amour à Marie, qu'avec raison elle est appelée Mère du bel amour, et tous les enfants de Marie sont également enfants du bel amour, et ceux qui ne le sont pas ont repoussé ce droit par le péché. Ce droit perdu peut être restitué par les mérites infinis de Jésus, mérites qu'il nous a acquis dans son amour pour nous. 

Quand donc vous voyez Jésus dans sa Passion, vous le voyez en même temps dans son excès d'amour. Contemplez souvent Jésus endurant les outrages, les humiliations, les moqueries, les railleries, et dites : Ô amour ! ô amour infini de Jésus ! Quand vous pensez au Très-Saint Sacrement, quand vous recevez Jésus, ou lorsque vous faites des communions spirituelles, ou quand vous adorez Jésus, vous pouvez dire : Ô amour infini de Jésus ! 

Ayez l'ardent désir d'être une enfant de l'amour de Jésus. L'amour pour Jésus est un grand trésor sans pareil. 

Je vous souhaite une bonne et heureuse année, une année d'amour, afin que, vous aussi, vous soyez une enfant du bel amour, comme votre Mère Marie est la Mère du bel amour."
 

"Par amour de Jésus."

 

Paul-of-Moll-belgian-Priest-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Chaque vendredi, le Père Paul venait à Bruges (Brugge)

pour vénérer la relique du Précieux Sang (Heilig Bloed)

(Saint Sang de la Basilique de Bruges - Basiliek van het Heilig Bloed)

 

Relique-Precieux-Sang-Bruges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Exhumation-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

germany.gif

 

Litanei zur allerseligsten Jungfrau Maria

Pater Paul von Moll, Benediktinermönch

 

Ich grüße Dich, Maria, Tochter Gott des Vaters.

Ich grüße Dich, Maria, Mutter Gott des Sohnes.

Ich grüße Dich, Maria, Braut des Heiligen Geistes.

Ich grüße Dich, Maria, Tempel der allerheiligsten Dreifaltigkeit.

Ich grüße Dich, Maria, reine Lilie der erhabenen Dreifaltigkeit.

Ich grüße Dich, Maria, angenehme Rose des himmlischen Hofes.

Ich grüße Dich, Maria, Jungfrau voll der Güte und Demut, von welcher der König des Himmels hat wollen geboren und ernährt werden.

Ich grüße Dich, Maria, Jungfrau aller Jungfrauen.

Ich grüße Dich, Maria, Königin der Märtyrer, deren Herz von Leiden ist durchbohrt worden.

Ich grüße Dich, Maria, Frau und Herrin, der alle Macht im Himmel und auf Erden ist gegeben worden.

Ich grüße Dich, Maria, Königin meines Herzens, meine Süßigkeit und meine Hoffnung.

Ich grüße Dich, Maria, liebenswürdigste Muter.

Ich grüße Dich, Maria, wunderbare Mutter.

Ich grüße Dich, Maria, Mutter der reinen Liebe.

Ich grüße Dich, Maria, ohne Erbsünde empfangen.

Ich grüße Dich, Maria, voll der Gnade, der Herr ist mit Dir, Du bist gebenedeit unter den Frauen und gebenedeit ist die Frucht Deines Leibes.

Gebenedeit sei Dein Bräutigam, der heilige Joseph.

Gebenedeit sei Dein Vater, der heilige Joachim.

Gebenedeit sei Deine Mutter, die heilige Anna.

Gebenedeit sei Dein Engel, der heilige Gabriel.

Gebenedeit sei der ewige Vater, der Dich auserkoren hat.

Gebenedeit sei Dein Sohn, der Dich geliebt hat.

Gebenedeit sei der Heilige Geist, der sich Dir vermählt hat.

Mögen alle, die Dich lieben, Dich benedeien!

O glückselige Jungfrau, segne uns alle im Namen Deines geliebten Sohnes. Amen.

 Vater-Paul-von-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

uk.gif

Salutation to the Glory of Mary

By St. John Eudes

 

This salutation was found in a book belonging to St. Margaret Mary after her death, and was promoted faithfully by Fr. Paul of Mall, O.S.B., Belgian Priest [1824-1896]

 

Hail Mary! Daughter of God the Father,

Hail Mary! Mother of God the Son,

Hail Mary! Spouse of God the Holy Ghost,

Hail Mary! Temple of the Most Blessed Trinity,

Hail Mary! Celestial Rose of the ineffable love of God.

Hail Mary! Virgin pure and humble, of whom the King of Heaven

willed to be born and with thy milk to be nourished.

Hail Mary! Virgin of virgins,

Hail Mary! Queen of Martyrs, whose soul a sword transfixed,

Hail Mary! Lady most Blessed! unto whom all power in

Heaven and earth is given,

Hail Mary! my Queen and my Mother! my Life,

my Sweetness, and my Hope,

Hail Mary! Mother most Amiable,

Hail Mary! Mother most Admirable,

Hail Mary! Mother of Divine Love,

Hail Mary! IMMACULATE; Conceived without sin!

Hail Mary! Full of Grace! the Lord is with thee!

Blessed art thou among women!

And blessed is the Fruit of thy womb, JESUS!

 

Blessed by thy Spouse, St. Joseph,

Blessed by thy Father, St. Joachim,

Blessed by thy Mother, St. Anne,

Blessed by thy Guardian, St. John,

Blessed by thy Holy Angel, St. Gabriel,

 

Glory be to God the Father, who chose thee,

Glory be to God the Son, who loved thee,

Glory be to God the Holy Ghost, who espoused thee,

 

Glorious Virgin Mary, may all men love and praise thee,

Holy Mary, Mother of God! pray for us and bless us, now

and at death in the Name of JESUS, thy Divine Son!

 

 

Tombe-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

The holy Benedictine, Père Paul de Moll, was born in 1824. His life was spent in great sanctity, in extraordinary virtue, and in working wonders. Early in his religious life, being at the point of death, Our Blessed Lord with Our Lady, St. Joseph and St. Benedict appeared to him and said:

"Be healed! . . . I will grant all that thou ask of Me for others." He died at the Abbey of Termonde in 1896, and three years later his body was found intact from corruption. His Cause is now in Rome.

 

At each recitation of this prayer so pleasing to Mary, let us offer to her through the hands of Père Paul, one of the Apostate Countries of today, begging her blessing upon it and her intercession for its conversion.

 

It is requested that all undertake to widely spread and make known this Salutation to the Glory of Mary.

 

"This Salutation is so beautiful! Recite it daily. From her throne in Heaven the Blessed Virgin will bless you, and you must make the sign of the Cross. Yes! Yes! if only you could see!... Our Lady blesses you. I know it."

 

"Offered for the conversion of a sinner, it would be impossible not to be granted."

 

Father Paul of Moll, O.S.B.

 

 

Father-Paul-of-Moll-prayer-1-parousie.over-blog.fr.jpg

Father-Paul-of-Moll-prayer-2-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Fr-Paul-of-Moll-Speybrouck-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Father Paul of Moll, by Edward Van Speybrouck (1914)

 

 

Lit-de-mort-Pere-Paul-de-Moll-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saints belges
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 14:27

Stigmatisee-Louise-Lateau-parousie.over-blog.fr.jpg

Anne-Louise Lateau

"L’Amoureuse de Dieu"

née le 29 janvier 1850 à Bois-d'Haine

(Hainaut, Belgique - Henegouwen, België)

morte le 25 août 1883 à Bois-d'Haine

(El Botinne ou El Bos d' Inne en wallon)

 

Blason-Bois-d-Haine-Belgique-19e-parousie.over-blog.fr.gif

 

Prière à la Servante de Dieu Louise Lateau

 

Seigneur, Vous avez donné à Votre Servante Louise Lateau de se distinguer au milieu de nous par une grande dévotion envers la Passion de Votre Fils Ressuscité, présent dans la Sainte Eucharistie, et par une charité héroïque envers son prochain ; Vous avez même voulu qu'à l'exemple de son patron Saint François d'Assise, elle soit stigmatisée et ce, tous les vendredis pendant douze ans.

Accordez-nous d'imiter son exemple et d'aimer passionnément Votre Fils pour que, comme elle, et à notre tour, fortifiés par le Pain Eucharistique, nous Le servions dans tous nos frères et surtout dans les souffrants.

Puissions-nous voir un jour en Louise Lateau, proposée à tous les chrétiens, un exemple à imiter de ferveur eucharistique et d'amour pour l'Église, aujourd'hui encore meurtrie et crucifiée.

Seigneur, par l'intercession de la Servante de Dieu Louise Lateau, accordez-nous la grâce.....

 

N.B. : En août 1991 (Wikipédia cite 1990), Mgr Jean Huard, Évêque de Tournai (Belgique), a ouvert officiellement la cause de béatification de Louise Lateau. La cause a été introduite pour vertus héroïques sous le n° 1947 de protocole CSS (Congrégation pour les Causes des SaintsCongregatio de Causis Sanctorum).

Le Diocèse de Tournai a demandé à la CCS d'émettre le décret Nihil Obstat le 11 janvier 1994.

 

Les postulateurs étaient :

- Évêché de Tournai, Place de l’Évêché, 1 - B-7500 Tournai, BELGIQUE.

- Les Amis de Louise Lateau, Place Roi Baudouin, 17 - B-7170 Bois d’Haine, BELGIQUE.

 

Malheureusement, Le Vatican a donné une réponse négative à la poursuite de la cause de Louise Lateau, le 5 mars 2009.

 

 

Louise Lateau, article de Joseph Delbœuf (1869)

 

 

Louise-Lateau-Pierre-Guelff-parousie.over-blog.fr.jpg

"Curieuse histoire d'une stigmatisée"

"Louise Lateau, un des plus grands mystères de l'Église"

Pierre Guelff (Jourdan Éditions, 15 février 2013)

 

 

 

 

Maison-natale-Louise-Lateau-parousie.over-blog.fr.jpg

Maison où est née et morte Louise Lateau,

située rue Saint Hubert, 60, à Bois-d'Haine

 

 

 

 

Tombe-Louise-Lateau-parousie.over-blog.fr.jpg

Tombe de Louise Lateau, adossée à l'église, à l'arrière.

Louise est enterrée avec ses parents.

La tombe de l'Abbé Niels, qui fut Curé de 1862 à 1890,

est située à côté de celle de Louise Lateau.

 

BELGIQUE.gif

 

In memoriam

Chanoine Eugène Collard

 

Il faut rendre hommage au Chanoine Eugène Collard qui, à la fin de sa vie, a effectué un important travail pour la Cause de Louise Lateau : classement des documents et archives, rédaction de plusieurs brochures et documents, séjour à Rome pendant une année pour introduire la Cause après avoir suivi des cours dans ce domaine.

Fondateur du journal "Dimanche" à Pâques 1946, le Chanoine Eugène Collard est décédé à l'âge de 93 ans, le jeudi 25 septembre 2008 à la Résidence Saint-François de Soignies. Ses funérailles ont été célébrées le lundi 29 septembre 2008 à 9h30 à la Collégiale de Mons.

 

Source : Site du Diocèse de Tournai

 

Agnus-Dei-o-salutaris-hostia-parousie.over-blog.fr.jpg

 

"Eugène Collard, messager de la Bonne Nouvelle"

Article de Charles Delhez

 

"Le 25 septembre, le chanoine Eugène Collard a quitté un “monde” dans lequel la maladie l’enfermait inexorablement depuis quelques années. Originaire de Liège, où il était né le 1er juillet 1905, il avait été ordonné prêtre à Tournai, après ses études au séminaire diocésain et à l’Université de Louvain (Droit civil, sciences politique et sociale). Vicaire à Farciennes avant la guerre, il avait été nommé directeur des OEuvres de propagande du diocèse de Tournai (service qui deviendra la Commission des Médias). À Pâques 1946, il relançait Dimanche, hebdomadaire créé en 1935 à Arlon, dont la parution avait été interrompue en 1940. Il en fera un journal paroissial interdiocésain, dont il restera le rédacteur en chef jusqu’en 1990, et il créera des éditions françaises (hebdomadaire en 1953 et mensuelle à partir de 1954) qui seront cédées à Bayard en 1987. Le tirage de ces périodiques paroissiaux atteindra des chiffres records.

Parallèlement à Dimanche, Eugène Collard fera plusieurs séjours de six mois dans le Nordeste du Brésil, pour s’y mettre au service des évêques de la région, et il enseignera la sociologie religieuse à Louvain. Après avoir cédé la responsabilité de Dimanche en 1991, il consacra une part importante de son temps à Louise Latteau (stigmatisée, 1850-1883) : classement des archives, rédaction de documents et brochures, études et séjour à Rome pour introduire la Cause de béatification… et à la rédaction d’un ouvrage comparatif sur les saints. Marie, à qui il avait une grande dévotion, et la “petite couturière de Bois d’Haine” ont certainement accueilli ce messager de la Bonne Nouvelle, pour le conduire à la table du Seigneur."

 

"Charles DELHEZ"

 

Source : site du journal "Dimanche" (Belgique).

 

 

uk.gif

 

Belgian Stigmatist Louise Lateau,parousie.over-blog.fr

 

 

Bibliography

 

 

 

 

Louise Lateau and the Experience

of Stigmata and Ecstasy

 

 

Louise-Lateau-Lefebvre-Northcote-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Servant of God Anne Louise Lateau

Stigmatic, Mystic and Victim Soul

 

germany.gif

 

Louise-Lateau-die-Stigmatisirte-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Anne Louise Lateau

geb. 29. Januar 1850 in Bois-d'Haine

gest. 25. August 1883 in Bois-d'Haine


 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saints belges
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 15:46

Dom-Pie-de-Hemptinne--4-.jpg

Jean-Benoît (Johannes Benoit "Ivan") « Yvan » de Hemptinne

Frère Pie à l'Abbaye de Maredsous

né le 21 avril 1880 à Temse (België) - Tamise (Belgique)

mort le 27 janvier 1907 à Genk (Genk - Limburg)

 

 

Temse--Tamise--Belgie---Belgique---parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Écrits

 

« Aspirations et Pensées »

« Carnet du Bon Dieu »

Nombreuses correspondances

 

 

 

Une-ame-benedictine--Dom-Pie-de-Hemptinne--moin-copie-1.jpg

 

 

 

Dates clés

 

- 21 avril 1880 : Baptême le même jour que sa naissance. Il aura 7 frères et 2 sœurs. Un de ses frères entrera à la Trappe de Chimay (Belgique), au moment de l’entrée du jeune Yvan à l’Abbaye de Maredsous le 8 décembre 1897.

- Avril 1896 : à 16 ans, après un pèlerinage, Yvan parle à ses parents de son projet de vie religieuse.

- 8 décembre 1897 : à 17 ans et demi, Yvan entre à l’Abbaye Saint-Benoît de Maredsous (Belgique). Maître des novices : Dom Benoît d’Hondt, mort en 1908.

- 16 décembre 1897 : prise d’habit bénédictin.

- 21 mars 1899 : Profession simple (premiers vœux monastiques).

- 24 septembre 1900 : début de la rédaction de « Carnet du Bon Dieu ».

- 21 mars 1902 : Profession solennelle.

- 17 août 1902 : ordonné diacre.

- 30 août 1903 : ordonné Prêtre.

- 27 janvier 1907 : mort à 26 ans et 9 mois.

 

 

 Abbaye-de-Maredsous--parousie.over-blog.fr.jpg

Abbaye de Maredsous

 

Diaporama

 

 

 

 

Prière d’abandon de Dom Pie de Hemptinne

 

« Ô Jésus, je m’abandonne entre Vos bras comme à la direction du Saint-Esprit ; faites de moi tout ce que Vous Voulez, directement ou par mes supérieurs, ou par les frères, et je tâcherai d’obéir parfaitement. Je ferai tout, Ô Amour, pour ne mettre aucun obstacle à Votre action. »

  

« Carnet du Bon Dieu », septembre 1900.

 

 

 Balance-de-la-Jusitice--Scales-of-Justice--parousie.over-bl.jpg

 

 

 

Prière d’amour de Dom Pie de Hemptinne

 

« Ô mon Dieu et mon unique Bien ! Mon cœur est plein de joie, parce que Vous venez de me faire comprendre que tout est amour, qu’en dehors de l’amour, il n’y a rien. Oui, Jésus ! Mon âme le comprend pratiquement, et désormais ne vivra plus que par l’amour… Pour me jeter plus entièrement sous la direction du Saint-Esprit, je ne veux plus qu’aimer en tout et partout. »

 

« Carnet du Bon Dieu », 2 octobre 1900.

 

 

 Sainte-Trinite--Trinity--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

« Très Sainte et très Aimable Trinité, Vous avez daigné jeter, en ce jour, un regard d’infinie Miséricorde sur ma très petite âme en l’appelant à Vous et en la recevant d’une façon solennelle, malgré son indignité et sa faiblesse ; mais, revêtue des mérites du Christ Jésus, et forte en Lui par Votre Divine Grâce, elle veut répondre à Votre appel, en toute plénitude d’amour. »

 

Jour de sa Profession solennelle, le 21 mars 1902.

 

 

 

« L’humble existence de ce jeune religieux ne se signale par aucune action d’éclat, par aucun phénomène mystique de nature à attirer l’attention des foules. Dans son monastère même, Dom Pie n’occupa aucune charge importante ; il fut simple religieux et ne se distingua que par la perfection de l’ordinaire : il sut obéir et aimer. Ce fut là toute sa grandeur : ce fut le secret de ce parfum divin qui embaume son souvenir, et qu’on respire encore dans ses modestes récits »…

« Sans effort, sans prétention aucune, il exerçait une salutaire influence sur ses compagnons, les entraînant, par exemple, à la Communion fréquente. »

 

Source : ouvrage des années 1920 (titre inconnu, peut-être "Dom Pie de Hemptinne", Éditions de Maredsous, 1963 (première édition : 1912), sur la vie de Dom Pie de Hemptinne, par « Dom Jean » (de Hemptinne ?).

 

 

 Vitrail-de-Jesus--parousie.over-blog.fr.png

 

 

 

Citations

 

« Aimer uniquement son excellent Maître. »

 

 

« Il n’y a de vraie vertu que dans l’amour absolu de Dieu ! »

 

Yvan de Hemptinne en classe de seconde.

 

 

« C’est le cœur qui chante le premier, les lèvres ne font que suivre ! »

 

 

« La relique vivante de mon bienheureux Père. »

 

Règle de Saint-Benoît qu’il portait toujours sur lui.

 

 

« Vivre au Ciel sur la terre, c’est demeurer en son âme : qui sait l’habiter y devient l’intime de Jésus et le contemplateur assidu de la Trinité bienheureuse. »

 

« Aspirations et Pensées », XXII.

 

 

« Oui, l’Amour divin est une sainte folie. Vous êtes la passion de nos âmes, Seigneur Jésus ! Vos dons les captivent, Vos tendresses les passionnent. »

 

« Aspirations et Pensées », XXIV.

 

 

« L’amour nous transporte là où il nous attire : qui aime Dieu s’élève donc à Lui : voilà la prière. Aimer beaucoup, c’est par conséquent beaucoup prier ; toujours aimer ou vivre d’amour, c’est donc prier sans cesse et ne point s’en lasser. »

 

« Aspirations et Pensées », XXIX.

 

 

« Rien ne satisfait mon âme sinon Vous, Dieu très bon. Je ne trouve de joie qu’en Vous, Vous êtes seul ma consolation, en Vous seul je puis me délecter, Ô souverain Bien de mon âme. »

 

« Carnet du Bon Dieu », 1er avril 1903.

 

 

« Les Personnes de l’Adorable Trinité s’aiment infiniment parce qu’Elles n’ont qu’une même Essence. Et nous, qui participons tous à la nature divine, comment ne serions-nous pas unis dans un seul amour, si profond qu’il bannisse l’égoïsme d’entre nous comme d’entre les Personnes de la Très Sainte Trinité ? »

 

Lettre à une parente religieuse, le 7 octobre 1901.

 

 

« Dans ton cœur comme dans le mien, Notre-Seigneur a déposé une étincelle que nous sentons, n’est-ce pas ? Eh bien ! le secret consiste à veiller à une seule chose, qui est de laisser grandir cette étincelle, sans jamais entraver son progrès. »

 

Lettre à une sœur, le 10 avril 1902.

 

 

 

Dom-Pie-de-Hemptinne--2-.jpg

 

 

« La raison d’être de l’homme, c’est d’aimer ; son unique besoin, c’est d’aimer ; sa seule force, toute sa joie, c’est d’aimer. Mais c’est pour Vous aimer, Ô Amour Incréé, que l’homme existe ; le besoin qui le presse, c’est Votre Amour ; il devient fort en Vous aimant ; le repos qu’il prend en Vous lui donne seul la vraie joie. Aussi ne cesse-t-il de chercher, tant qu’il ne se trouve à jamais perdu en Vous ! »

 

« Aspirations et Pensées », 1901.

 

 

« Je suis tourmenté par toutes sortes de pensées, et quoi que je fasse, elles ne me quittent que rarement. Papa me recommande de dire au Bon Dieu : "Je suis prêt, Seigneur, parlez et je viendrai" ; puis d’envoyer promener tous les tracas. Je trouve que, en théorie, le système est fort beau ; mais, en pratique, je ne parviens pas à le faire réussir. »

 

Avant son entrée à l’Abbaye de Maredsous où il était élève.

 

 

« Me voilà enfin à Maredsous. On ne m’a pas encore donné le saint habit et je suis pressé de le recevoir. Pour le moment, il m’épouvante encore et j’ai hâte de faire sa connaissance. En attendant, que le service de Dieu est aride, qu’il est triste ! On ne sait ce qu’on est ni ce qu’on fait, et si je ne voyais en tout cela la main de Dieu, je ne pourrais supporter une vie aussi pénible… Enfin, demandons à Dieu de nous embraser de Son Amour, c’est la seule chose désirable. Il faut nous y consumer entièrement. »

 

11 décembre 1897.

 

 

« Trois mots suffiront pour vous dire ce que mon âme ressent : je suis heureux… Je sens en moi quelque chose qui me dit que j’ai fait ce que je devais faire. Et puis, on voit qu’il faut aimer, aimer beaucoup, et que, sans l’amour, le moine est imparfait »…

« Quand on a l’ineffable bonheur de pouvoir y passer quelque temps (dans la chapelle du Saint-Sacrement) et qu’on se trouve là muet et comme fasciné par Jésus qui vous regarde de l’intérieur de Son Tabernacle, on y resterait des heures : encore faut-il un effort de volonté pour quitter cet endroit béni »…

« La paix y règne (dans sa cellule), on y est seul avec Dieu et, dans ce profond recueillement, on voit ce qu’on est. L’âme est alors saisie d’un véhément désir de la perfection et d’une union toute sainte avec son Dieu. »

 

À son Père Abbé Dom Hildebrand de Hemptinne.

 

 

 

Dom-Pie-de-Hemptinne-en-famille.jpg

Yvan en famille


 

 

« J’aime beaucoup ce beau nom (Pie (Pius), en rapport avec le Pape Pie V, grand dévot de la Vierge Marie). J’ai la conviction intime de la protection de la Sainte Vierge dans le choix de ce patron. Cette bonne Mère m’a obtenu la grâce de la vocation. C’est le jour de Son Immaculée Conception que j’ai embrassé la vie monastique et voilà qu’Elle me confie aux soins d’un de Ses plus fidèles enfants. Mon saint patron m’obtiendra l’amour de Celle par qui l’on va à Jésus. »

 

Lettre à son grand-père.

 

 

« Car vous ne croiriez pas le sentiment qu’on éprouve, le matin, au grand air, en pensant à Dieu : on Le trouve partout devant soi ; on tombe alors dans des considérations telles qu’on est suspendu dans le vague. »

 

Le jeune Yvan de Hemptinne, dans un écrit au Collège, exalte la Nature qu’il aime tant et qui le fascine, voyant Dieu jusque dans les plus petites choses de Sa Création.

 

 

« Je me suis abandonné entièrement entre les mains de mon bon père et je lui ai demandé de me donner cet amour divin qui seul peut remplir nos âmes. »

 

En parlant de Saint-Benoît, semble-t-il, lors d’une retraite annuelle prêchée par Dom Columba Marmion (1858-1923), Prieur du monastère du Mont-César de Louvain (Leuven, België - Belgique).

 

 

« Plus on connaît ce cher enfant, plus on l’aime. La divine sagesse habite dans son âme si pure. Il est d’une prudence qui m’étonne et d’une fraîcheur d’affection qui me ravit. »

 

Dom Columba Marmion, le Bienheureux Joseph Aloysius (Louis) Marmion, moine bénédictin irlandais, 3e Abbé de Maredsous, béatifié par Jean-Paul II le 3 septembre 2000.

 

 

 

Homélie du Saint Père Jean-Paul II

pour la béatification de Columba Marmion

 

 

 

 

« Cet enfant transpire le Bon Dieu ! »

 

Une tante de Dom Pie de Hemptinne

 

 

« Daignez, Ô mon Dieu, manifester dans cette petite âme les merveilles de Votre Saint Amour ! »

 

Sa mère l’offrant à Dieu dès avant sa naissance.

 

 

« Que de bonnes heures, trop courtes, hélas ! nous avons passées à causer du Bon Dieu. Oui, lorsqu’on aime Jésus, on se comprend bien vite. »

 

Une jeune fille écrivant à Dom Pie de Hemptinne, rencontré lors d’un séjour à « N... ».

 

 

 

Une-ame-benedictine--Dom-Pie-de-Hemptinne--moine-de-l-ab.jpg

 

 

 

« Je me souviens qu’un jour où mon âme était fort troublée, elle reprit son équilibre en regardant ce jeune frère qui, au chœur, se trouvait près de moi. Son attitude, son respect, sa dévotion me remuèrent profondément et me firent du bien. Souvent, je m’efforçai, sans qu’il le sût, de lui ressembler quelque peu. »

 

Témoignage d’un moine parlant de Dom Pie de Hemptinne.

 

 

 

Dom-Pie-de-Hemptinne--dession-Olivier-Schmidt--Nice-.jpg

Dom Pie de Hemptinne

Dessin d'Olivier Schmidt (Nice)

 

 

 

 

« Unissons-nous au Te Deum que,

pour la première fois, il chante au Ciel ! »

 

Son père, inondé de larmes, après la mort de son fils le 27 janvier 1907.

 

 

Sources principales de cet article : Revue « Sainte Rita », juin 2011 (n° 604) et juillet-août 2011 (n° 605).

 

 

 roblesjy.com--Vierge-Marie--etude--sanguine-de-Jean-Yves-R.jpg

Vierge Marie, "étude"

Sanguine de Jean-Yves Robles

Juin 2011

 

 

 

 

 

Marie Lataste et la Sainte Trinité

 

 

LIVRE PREMIER, Dieu, la Sainte Trinité.

 

Gloire et louange, amour et reconnaissance soient à jamais rendus à Jésus au saint sacrement de l’autel, au Père et au Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles, Amen.

 

Chapitre 1

Le Sauveur Jésus m’a ainsi parlé de la divinité : « Dieu est un en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Les trois personnes sont Dieu et ne forment pourtant qu’un seul Dieu. Le Père est le principe du Fils et du Saint-Esprit, mais non leur créateur, parce qu’ils sont éternels comme le Père et qu’ils n’ont jamais eu de commencement. De toute éternité, le Père engendre son fils par la connaissance qu’il a de lui-même. Le Père se comprend, et cette intelligence de Dieu le Père, c'est Dieu le Fils. Le Saint-Esprit n’est point engendré par le Père et le Fils, mais il procède de l’un et de l’autre. Dieu le Père se comprend, et se plaît dans son intelligence qu'il aime et dans laquelle il trouve son repos : cet amour du Père pour son intelligence, c'est le Saint-Esprit, union du Père et du Fils.

« Le Père est souverainement parfait et communique ses perfections au Fils, qui les communique avec le Père au Saint-Esprit. Ainsi le Fils est semblable au Père, le Saint-Esprit au Père et au Fils, les trois personnes semblables entre elles. Le Père est distinct du Fils, le Saint-Esprit distinct du Père et du Fils. Le Père est la première personne de la Trinité ou la personne sans principe autre qu’elle-même ; le Fils est l’intelligence du Père ou la deuxième personne; le Saint-Esprit, l’union amoureuse du Père et du Fils, ou la troisième personne ; et ces trois personnes ne font qu’un seul Dieu parce qu’elles n’ont qu’une même nature divine.

« Le Père est éternel, le Fils est éternel, le Saint-Esprit est éternel, et cette trinité d’éternités ne forme qu’une éternité, l’éternité de Dieu.

« Le Père est saint, le Fils est saint, le Saint-Esprit est saint, et cette trinité de saintetés ne forme qu’une sainteté, la sainteté de Dieu.

« Le Père est infiniment sage, le Fils infiniment sage, le Saint-Esprit infiniment sage, et cette trinité de sagesses ne forme qu’une sagesse, la sagesse de Dieu.

« Le Père est tout-puissant, le Fils tout-puissant, le Saint-Esprit tout-puissant, et cette trinité de toutes-puissances ne forme qu’une toute-puissance, la toute-puissance de Dieu.

« Le Père est miséricordieux, le Fils miséricordieux, le Saint-Esprit miséricordieux, et cette trinité de miséricordes ne forme qu’une miséricorde, la miséricorde de Dieu.

« Le Père est juste, le Fils juste, le Saint-Esprit juste, et cette trinité de justices, ne forme qu’une justice, la justice de Dieu.

« Le Père a une volonté, le Fils une volonté, le Saint-Esprit une volonté, et cette trinité de volontés ne forme qu’une volonté, la volonté de Dieu.

« Quant le Père veut une chose, le Fils et le Saint-Esprit la veulent aussi, et chacune des trois personnes divines coopère à toute action de la Divinité.

« Il n’y a point de lieu ni d’espace pour les trois personnes divines : elles occupent l’immensité. Elles sont partout au ciel et sur la terre ; mais elles manifestent plus particulièrement dans le ciel leur gloire et leur majesté aux êtres intelligents et raisonnables qu’elles ont créés. »

 

Chapitre 2

« Le Père est le principe du Fils et du Saint-Esprit, il est aussi le principe de tout ce qui a été fait, il doit en être, il en est aussi la fin.

« L’âme humaine vient de ce principe ; elle doit se le proposer pour dernière fin, diriger par conséquent vers lui ses pensées, ses désirs, ses affections, ses actions, ses prières, et ne rien désirer dans toutes ses œuvres que le parfait accomplissement de la volonté de Dieu le Père. En agissant ainsi, l'âme rend hommage au Père, au Fils et au Saint-Esprit, parce qu’en faisant la volonté du Père, elle fait aussi la volonté du Fils et du Saint-Esprit. »

Ces dernières paroles firent impression sur mon esprit qui cherchait, mais inutilement, à en connaître le sens. Le Sauveur Jésus s’en aperçut, et voyant ce qui se passait en moi, il ajouta :

« Après le péché de l'homme, Dieu envoya son Fils au monde pour le sauver. Le Fils, pendant sa vie, accomplit en tout la volonté du Père. Le Père veut que l'homme suive l’exemple de son Fils et qu'il lui rende hommage en l’imitant. Le Fils veut que l'homme suive la volonté du Père, comme il l’a suivie lui-même, et se trouve honoré de ce que l'homme marche sur ses traces quand il était sur la terre. Le Saint-Esprit, premier opérateur du bien dans les âmes, donne le mouvement à la volonté, éclaire l’esprit par ses lumières, et désire que l'homme corresponde à tout ce qu'il fait pour lui, en suivant l’exemple du Fils et se soumettant à la volonté du Père, par l’observation de ses commandements. Il se trouve honoré de ce que l'homme ne résiste pas à ce qu'il opère en lui. C'est ainsi que les trois volontés du Père, du Fils et du Saint-Esprit ne forment qu’une volonté, et en accomplissant celle du Père, on accomplit aussi celle du Fils et du Saint-Esprit. »

Telles sont les pensées qui, de la bouche du Sauveur Jésus, sont venues en mon esprit ; je les ai conservées par le souvenir ; mais je dois faire remarquer dès ce commencement que je ne puis exprimer tout ce qu'il m’a dit, tout ce qu'il lui a plu de me montrer, tout ce qu'il a voulu me faire sentir. Jésus est vraiment la parole de Dieu, et tout est parole en lui. Ce n’est point seulement quand il parle que je l’entends ; je l’entends aussi et le comprends dans son regard, dans son maintien, dans ses marques d’affection, de près, de loin, au ciel, sur la terre, dans mon cœur, partout. Cette parole n’est point comme la parole de l'homme ; voilà pourquoi la parole des hommes est insuffisante pour exprimer la parole de Jésus ; je tâcherai pourtant de l’exprimer de mon mieux et aussi bien qu'il me le permettra.

 

Soeur Marie Lataste, « Dieu, la Sainte Trinité », Livre Premier, chapitres 1 et 2.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saints belges
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 20:18

Our-Lady-of-Good-Help.jpg

Our Lady of Good Help

Notre-Dame de Bon Secours  

(de Bonne Aide)

 

 

 

Wisconsin,gif,flag,drapeau,bandera,USA,America,Amerique,United States,Estados Unidos,Etats Unis,bandiera,bandeira,flagge

 

 

 

 

 

Première reconnaissance officielle des Apparitions

de la Sainte-Vierge aux États-Unis

 

En 1859, la Sainte-Vierge est apparue à une jeune immigrante belge de Wallonie, Marie Adèle Joseph Brice (parfois orthographiée Brise ou Brisé), à Champion (anciennement Robinsonville), dans le Wisconsin.

Adèle Brice avait émigré vers la péninsule de Green Bay, à Red River, avec ses parents et ses 3 frères et soeurs début juin 1855, à l'âge de 24 ans.

La famille avait acheté 240 acres de terre pour s'y établir (environ 971 245 m², soit quelque 97 hectares).

 

 

Soeur-Marie-Adele-Joseph-Brice--1831-1896---parousie.over-.jpg

Soeur Marie Adèle Joseph Brice

Fille de Lambert et Marie-Catherine Brice

née le 30 janvier 1831 à Dion-le-Val

Commune de Chaumont-Gistoux, Brabant wallon (Belgique)

morte dans la Chapelle du Sanctuaire le 5 juillet 1896 (USA)

 

 

Brabant wallon - Walloon Brabant 1

 

 

Tombe-de-Soeur-Adele-Brice--2---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Épitaphe sur la tombe de Sœur Adèle Brice

près du Sanctuaire

 

« Sacred Cross

Under Thy shadow I rest and hope

Sister Marie Adele Joseph Brice

Died july 5 1896

At the age of 66 »

 

« Croix Sacrée,

(Sainte Croix)

sous Ton ombre je repose et j’espère.

Sœur Marie Adèle Joseph Brice.

Morte le 5 juillet 1896

à l’âge de 66 ans. »

 

 

Le jour de sa mort, Sœur Adèle Brice a prononcé ces mots :

« Je me réjouis de ce qui m’a été dit. Nous irons dans la Maison du Seigneur. »

“I rejoiced in what was said to me. We shall go into the house of the Lord”.

 

Tombe-de-Soeur-Adele-Brice--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Le 8 décembre dernier, en la fête de l’Immaculée Conception, Mgr David Ricken, évêque de Green Bay (Wisconsin), faisait paraître un décret officiel stipulant notamment :

 

« Je déclare avec certitude morale et en conformité avec les normes de l’Église que les événements, apparitions et locutions adressées à Adèle Brise en octobre 1859 manifestent la substance d’un caractère supranaturel et en conséquence je reconnais ces apparitions comme dignes d’être crues (mais sans obligation) par les fidèles chrétiens. »

 

C’est la première apparition mariale officiellement reconnue aux États-Unis.

À trois reprises, en octobre 1859, la Vierge Marie apparut à une jeune immigrée belge de 28 ans,Adèle Brise, vivant avec ses parents dans le Wisconsin à Robinsonville (rebaptisée Champion en 1890, six ans avant la naissance au Ciel de la voyante). Lors de la troisième apparition la Vierge Marie s’identifia comme « la Reine des Cieux qui prie pour la conversion de pécheurs », lui demanda de faire de même et lui donna aussi une autre mission : « Rassemble les enfants de ce pays à l’état sauvage, et enseigne-leur ce qu’ils devront savoir pour obtenir le salut (…) Va et ne crains rien. Je t’aiderai ». Une double mission que la jeune fille devenue tertiaire franciscaine accomplit scrupuleusement. Sur le lieu de cette apparition fut édifiée une chapelle placée sous l’invocation de Notre-Dame du Bon Secours (Our Lady of Good Help) à Champion : ce sanctuaire attire depuis 150 ans de très nombreux et fervents pèlerins.

Après deux années d’enquêtes, Mgr Ricken a donc reconnu la véracité de ces apparitions mariales.

Une autre apparition mariale, serait celle accordée par la Vierge Marie à la religieuse Mildred Neutzille 25 septembre 1956 dans son couvent de Rome City (Indiana). Cette apparition est connue et révérée aux États-Unis comme celle de « Notre Dame d’Amérique » (Our Lady of America). « Rien, pour le moment, ne s’oppose » à la dévotion des fidèles quant a cette apparition précisait la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais ce n’est pas, pour autant, sa reconnaissance officielle comme celle à laquelle vient de procéder Mgr Ricken pour Our Lady of Good Help, l’évêque de Green Bay qui vient, assez providentiellement, d’être élu, en novembre dernier, président de la commission de la conférence épiscopale pour l’évangélisation et la catéchèse…

 

Source : http://www.americatho.org

 

 

Note : D'autres apparitions et révélations privées de la Sainte-Vierge (Our Lady of America) ont été rapportées par Soeur Mary Mildred Neuzil (utilisant alors le nom de Soeur Mary Ephrem).

Les messages de Notre-Dame d'Amérique ont notamment eu lieu en 1956 dans la Chapelle "Our Lady Mother of Mercy Chapel in Rome City", dans l'Indiana.

 

 

Bishop-Ricken-of-Green-Bay---WI--parousie.over-blog.fr.jpg

Évêque de Green Bay (Wisconsin), Mgr Ricken

Bishop David Ricken of Green Bay, WI

 

 

 

 

Source principale de l'article : http://www.zenit.org

 

 

 

USA : APPROBATION DIOCÉSAINE

D'UNE APPARITION DE LA VIERGE

 

"150 ans de dévotion populaire dans le Wisconsin

 

ROME, Vendredi 10 décembre 2010 (ZENIT.org) - Au cours de la fête de l'Immaculée Conception, patronne des Etats-Unis, a été approuvé officiellement au niveau diocésain, le culte des apparitions de la Vierge dans le Wisconsin.

La lecture du décret a été faite au d'une messe spéciale, mercredi dernier, au sanctuaire de Champion, par l'évêque du lieu, Mgr David Ricken. « Je déclare avec certitude morale et conformément aux normes de l'Eglise que le contenu des faits, des apparitions et des propos reçus par Adele Brise en octobre 1859 sont de nature surnaturelle, et par la présente, approuve ces apparitions comme dignes de foi - bien que non obligatoires - pour les fidèles chrétiens ».

 

Par cette déclaration du 8 décembre, le sanctuaire de Notre-Dame du Bon Secours à Champion devient le seul et unique lieu des Etats-Unis où une apparition de la Vierge Marie est approuvée officiellement.

 

Récit des apparitions

Ces apparitions, qui se sont vérifiées à trois reprises en 1859, ont été rapportées par une jeune immigrée de Belgique, Adele Brise (1831-1896).

La première apparition de la Vierge a eu lieu en octobre. Adèle raconte avoir vu une femme vêtue de blanc, un blanc aveuglant, portant une ceinture jaune autour de la taille et une couronne d'étoiles sur la tête.

 

Après quelques instants, la vision s'était estompée et la Vierge avait disparu sans dire un mot à la jeune femme.

 

Le dimanche suivant, nouvelle apparition de la vierge à Adèle tandis que celle-ci se rend à la messe. A l'issue de la célébration, la jeune femme raconte ces apparitions à son confesseur. Ce dernier lui dit que si cette dame est une messagère du ciel elle reviendra. Il l'invite donc à lui demander au nom de Dieu qui elle et ce qu'elle attend d'elle.

 

Sur le chemin de retour chez elle, la Vierge lui apparaît à nouveau et Adèle lui pose ses questions.

La Vierge lui répond alors : « Je suis la Reine du Ciel qui prie pour la conversion des pécheurs, et je désire que tu fasses comme moi ». « Tu as reçu la sainte communion ce matin et c'est bien mais tu dois faire davantage. Fais une confession générale et offre la Communion pour la conversion des pécheurs. S'ils ne se convertissent pas et ne font pas pénitence, mon Fils se verra obligé de les punir ».

 

Une des femmes qui se trouvaient avec Adèle lui demande à qui elle parle et pourquoi elles ne voient personne.

 

« Agenouillez-vous », leur dit Adèle, « la dame dit qu'elle est la Reine du Ciel ». Devant cette scène, la Vierge pose son regard sur les amies de la jeune femme et dit : « Heureux ceux qui croient sans voir ».

 

La Dame en blanc continue : « Que fais-tu ici à ne rien faire alors que tes amies travaillent dans la vigne de mon Fils ? ».

 

« Que puis-je faire d'autre, ma bien aimée Dame ? », demande Adèle.

 

« Réunis les enfants de ce pays sauvage et apprends-leur ce qu'ils devraient savoir pour avoir la vie sauve ».

 

« Comment puis-je leur apprendre ce que je connais si peu moi-même? », réplique Adèle.

 

« Enseigne-leur le catéchisme, à faire le signe de la croix et à avoir recours aux sacrements ; tel est mon souhait », dit la dame. « Vas et ne crains rien. Je t'aiderai ».

 

Le père d'Adèle élèvera une petite chapelle sur le lieu de l'apparition. La jeune femme quant à elle continuera à faire ce que Notre-Dame lui a demandé, jusqu'à sa mort, survenue en 1896.

 

Approbation

 

L'approbation des apparitions par Mgr Ricken est arrivée après une enquête qui aura duré près de deux ans, son lancement ayant eu lieu en janvier 2009.

Le diocèse de Green Bay a publié sur son site des informations sur les apparitions dans l'Eglise.

 

Les documents expliquent que c'est l'évêque diocésain et non le Saint-Siège ou la conférence épiscopale qui a la responsabilité de juger de l'authenticité des apparitions survenues dans son diocèse.

 

Il est également dit que les apparitions présumées ne sont pas toutes approuvées par l'Eglise, et qu'aux Etats-Unis, par exemple, de prétendus événements de ce type à Necedah (Wisconsin) et Bayside (New York) ont été déclarés faux après examens.

 

« Personne ne peut prouver le surnaturel », rappelle la déclaration. « L'Eglise juge les apparitions sur la base de leur conformité aux Ecritures, à la sainte tradition et aux enseignements de l'Eglise, aux bénéfices spirituels qui en découlent dans la vie des personnes, évaluant s'il y a quelque chose dans la vie du voyant qui dément la crédibilité du récit »."

 

 

Our-Lady-of-Good-Remedy--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière à Notre Dame de Bon Secours

ou du Bon Secours

 

Ô Sainte Vierge Marie qui, pour nous inspirer une confiance sans bornes, avez voulu prendre le nom si doux de Mère de Bon Secours, je Vous supplie de me secourir en tout temps et en tout lieu, dans mes tentations, après mes chutes, dans mes difficultés, dans toutes les misères de la vie et surtout au moment de ma mort.

Donnez-moi, Ô Charitable Mère, la pensée et l'habitude de recourir toujours à Vous, car je suis sur que si je Vous invoque fidèlement, Vous serez fidèle à me secourir. Procurez-moi donc cette Grâce des grâces, la Grâce de Vous prier sans cesse et avec la confiance d'un enfant, afin que, par la vertu de cette prière fidèle, j'obtienne Votre Perpétuel Secours et la persévérance finale.

Bénissez-moi, Ô tendre et secourable Mère, et priez pour moi, maintenant, et à l'heure de ma mort.

Ainsi soit-il.

 

Soeur-Adele-Brice---en-bas-a-droite--parousie.over-blog.f.png

Soeur Marie Adèle Joseph Brice

en bas à droite

 

 

 

Sanctuaire Notre-Dame de Bon Secours

Shrine of Our Lady of Good Help

4047 Chapel Drive

New Franken, WI 54229

 

Phone: (920) 866-2571

 

E-mail: chapel000@centurytel.net

 

Web site: http://www.shrineofourladyofgoodhelp.com

 

 

 

usa.gif

 

Decree on the Authenticity of the Apparitions of 1859 in Champion, WI

 

 

The following is Adèle's own narrative in the words of Sister Pauline LaPlante to whom she had often told her story, and who in turn has recorded it for prosperity. (The original manuscript of this account of Sister Adèle written by Sister Pauline is preserved in the archives of the Sisters of Saint Francis of Bay Settlement.)

 

"It was in the early part of October that Adèle saw our Blessed Mother for the first time. Reverend William De Kelver told me that it was in 1858. Adèle was going to a small grist mill about four miles from here with a sack of wheat on her head. She was following an Indian trail that passed here where the Chapel now stands. The trail led towards Dykesville and branched off to Bay Settlement. At that time this was all a wilderness. As she came near the place where the Chapel now stands, she saw a lady all in white standing between two trees, one a maple and the other a hemlock. Adèle was frightened and stood still. The vision slowly disappeared leaving a little white cloud after it. Adèle continued on her errand, and returned home without seeing anything more. She told her parents what had happened, and they wondered what it could be; maybe a Poor Soul who needed prayers.

On the following Sunday she had to pass here again on her way to Mass at Bay Settlement which was the nearest place she had to attend Mass, and that was about eleven miles from her home. Despite the great distance or the inclemency of the weather, Adèle would never miss Mass on Sunday. This time she was not alone, but was accompanied by her sister, Isabella, and a Mrs. Theresa Vander Niessen. When they came near the trees the same lady in white was at the place where Adèle had seen her before. Adèle was again frightened, and said as a reproach, "Oh, that Lady is there again!" Adèle had not the courage to go on. The other two did not see anything, but they could tell by Adèle's looks that she was afraid. They thought it must be a Pour Soul that needed prayers. They waited a few minutes and Adèle told them that it was gone. It had disappeared as the first time, and all she could see was a little mist or white cloud. They went to Mass and Adèle went to confession, and told the priest how she had been frightened at the sight of the lady in white. He bade her not to fear, and asked her to speak of it out of the confessional, and so she did. Reverend William Verhoeff told her not to be troubled, that it would not harm her, and that if it were something from God she would see it again, and not to be afraid, but to ask in God's name who it was and what it desired of her? After that Adèle had more courage. She started homeward with her two companions and a man who was clearing land for the Holy Cross Fathers at Bay Settlement.

When they came near this place, Adèle's heart beat fast for this time through the trees she could clearly see a beautiful lady all clothed in dazzling white, with a yellow sash around her waist. Her dress fell to her feet in graceful folds. She had a crown of stars around her head, and her long wavy golden hair fell loosely over her shoulders; such a heavenly light shone round her that Adèle could hardly look at her sweet face.

This time Adèle was not frightened, but was filled with joy and peace. As soon as she came near enough, she knelt and spoke as the Father had advised her to do.

"In God's name, who are you and what do you desire of me?"

Our Blessed Mother answered, "I am the Queen of the Heavens, who prays for the conversion of sinners, and I wish you to do the same." She continued in her soft, sweet voice, "You were at Holy Communion this morning?"

"Yes, dear Lady," answered Adèle.

"You have done well, but I wish you to do more. Pray for nine days. Go and make a general confession, and offer your Holy Communion for the conversion of sinners. If they do not convert themselves, and do penance, my Son will be obliged to punish them."

In the meantime her companions were anxious to know to whom she was speaking.

"Who is it, Adèle?" they inquired. "Is it a Poor Soul from Belgium, or who is it?"

Adèle told them to kneel because the Lady said she was the Queen of the Heavens. one of the women commenced to cry and lament saying, "Oh, why are we so unhappy not to see her as you do?"

Adèle saw our Blessed Mother turn and look kindly at the women and say, "Blessed are they that believe and do not see."

Then turning to Adèle she said, "What are you doing here in idleness, while your companions are working in the vineyard of my Son?"

Adèle answered weeping, "What more can I do, dear Lady?"

"Teach the children," replied the Lady.

"How shall I teach them who know so little myself," said Adèle.

"I do not mean the science of the world; teach them their catechism, that they may know and love my Son; otherwise the people here will lose their faith," answered the Lady.

"With God's grace, and the help of your intercession I promise, dear Lady, to be faithful to what you bid me," answered Adèle.

"Go and fear nothing. I will help you," replied the Lady.

Then our dear Mother raised her eyes and hands heavenward, and slowly rose upward, surrounded by a light smokelike incense. The last Adèle saw of her was as if she were asking a blessing on those that were kneeling at her feet. Adèle saw nothing more, but fell on her face in a faint. Her companions tried to soothe and revive her. The man went to a little creek nearby to wet a cloth and fetch her some water.

As soon as she came to herself, they walked on toward home and because Adèle was still weak they rested at the first house to which they came. The people were all astonished at the news. Most of them believed it, but some thought she was out of her mind. It was not long, however, before Adèle, faithful to her promise, commenced to gather the children about her and to instruct them in their religion.

Shortly afterwards her father, Lambert Brice, built a little log chapel ten by twelve feet near the place of the apparition. As a young girl I knelt in the dear little chapel, and sang with Adèle her favorite hymn in French; "Chantons le nom admirable de la Reine des Cieux", or "Let Us Sing the Praises of the Admirable Name of the Queen of Heaven."

Sister Adèle used to go from here to Little Sturgeon and gather the children together and instruct them in all that was necessary for their First Holy Communion. Then she would bring them to Bay Settlement to Father Daems who would admit them to their first Holy Communion. I remember as a child, she would come with her little band of children to Bay Settlement, and kneel at the foot of our Lady's altar, and sing with them sweet hymns to our Blessed Mother in French. Adèle had a sweet voice and possessed a charm that drew the young to her. I would kneel behind her and listen with a burning desire to follow her, but had not the courage to leave my dear Mother that I loved next to God for she was my all as my dear Father died when I was a child of three. After my dear Mother died, May 11, 1863, I visited Adèle oftener, but it is always a pleasure to look back to my first visit to the dear little chapel, when there was only a small log chapel ten by twelve, and only a small picture of the Immaculate Heart of Mary pinned on the wall. This picture was given to Adèle by her confessor, Reverend William Verhoeff, who had great regard for her.

For seven years Adèle continued to gather the children around her for religious instructions, but in 1864 Reverend Philip Crud advised her to ask the people to help her build a home, so that they could come to her instead of her going to seek them. He also advised her to induce other girls to join her as he thought it was our Blessed Mother's desire that she should start a community of Sisters that would continue her work after her death. So she did. Some girls came to her aid, and they did accomplish a great deal for thousands of children have been instructed by Sister Adèle and her helpers. I think she commenced in a farm house with a few companions.

One thing more must be said about good Sister Adèle. She often told us how grieved she was to leave Belgium because she intended to join some Sisters to whom she had gone to school when she made her First Holy Communion. She and five or six of her age had promised our Blessed Mother at their First Holy Communion that they would become religious and go to distant countries to instruct poor children. The other girls followed their vocations.

In the fifties, Adèle's parents took the notion to come to America, but would not hear of her staying back.

She prayed and begged them to let her remain to become a Sister, but her Mother said it would cause her death if she did not come with them. So Adèle went to the priest and asked what to do. He told her to mind her parents and that later on, if God so willed, she could become a Sister in America, and he promised to pray for her. So poor Adèle had to come to America to help and cheer her parents, who though poor were good God - fearing people. That was why Adèle felt so sorry when our Blessed Mother said to her, "What are you doing here in idleness when your companions are working in the vineyard of my Son?"

So many times we would gather around Sister Adèle and have her tell us of the apparition of our Blessed Mother. She would always tell in the self-same way how she saw her twice without our Blessed Mother saying a word, but that the third time she spoke to her, and gave her the message of instructing the children in their religion lest they should lose their faith.

I shall never forget my last meeting with Sister Adèle. We went into the chapel and prayed. I can still see the calm, serene, and happy look on the face of the good Sister as if a light from Heaven shone upon her.

Dear Sister had a great deal to suffer from some misunderstandings, especially from some of the clergy; but all this was to make her feel that this is not our true home, and she took it in good faith. I never heard her say an unkind word against them. She was always charitable and obedient. Her work prospered and she did a great deal of good. So she continued her loved mission until on July ,5, 1896, aged 66, her beautiful soul returned to its Maker.

Dear Sister Adèle, from your happy home above remember us.

SISTER PAULINE."

 

 

 

 

 

Diocesan-Shrine-Decree

 

 

“I encourage the faithful to frequent this holy place as a place of solace and answered prayer.” (Bishop Ricken).

 

 

 

 

MARIAN APPARITION IN US

DECLARED WORTHY OF BELIEF

 

"Our Lady Appeared in 1859 to Belgian Immigrant in Wisconsin

 

GREEN BAY, Wisconsin, DEC. 8, 2010 (Zenit.org).- On today's feast of the Immaculate Conception, patroness of the United States, apparitions of Our Lady in Wisconsin have been given official diocesan approval.

 

Reading from his decree at a special Mass today at the Champion, Wisconsin, shrine, Bishop David Ricken of Green Bay stated, "I declare with moral certainty and in accord with the norms of the Church that the events, apparitions and locutions given to Adele Brise in October of 1859 do exhibit the substance of supernatural character, and I do hereby approve these apparitions as worthy of belief -- although not obligatory -- by the Christian faithful."

 

Today’s declaration makes Our Lady of Good Help at Champion the first and only site in the United States of an approved apparition of the Blessed Virgin Mary.

 

Dazzling

 

The apparitions -- there were three -- occurred in 1859. Our Lady spoke with Adele Brise (1831-1896), a young immigrant from Belgium.

 

It was early October when Brise saw Our Lady the first time: a lady clothed in dazzling white, with a yellow sash around her waist and a crown of stars around her head.

 

The vision slowly disappeared after several moments, without speaking to Brise.

 

The following Sunday, Oct. 9, Brise was on her way to Mass when the Lady returned. After Mass, Brise had the chance to ask her confessor about the apparitions, and he told her that if it were a heavenly messenger, she would see it again. He encouraged her to ask in God’s name who it was and what it desired of her.

 

On the return trip home, Our Lady again appeared and Brise did as her confessor had recommended.

 

“I am the Queen of Heaven who prays for the conversion of sinners, and I wish you to do the same," the Lady responded to Brise's question. "You received Holy Communion this morning and that is well. But you must do more. Make a general confession and offer Communion for the conversion of sinners. If they do not convert and do penance, my Son will be obliged to punish them."

 

One of the women with Brise asked her with whom she was speaking and why they couldn't see anyone.

 

“Kneel,” said Brise, “the Lady says she is the Queen of Heaven.” At this, the Lady looked kindly at Brise's companions and said, "Blessed are they that believe without seeing.”

 

The Lady continued, “What are you doing here in idleness while your companions are working in the vineyard of my Son?”

 

“What more can I do, dear Lady?” Brise asked.

 

“Gather the children in this wild country and teach them what they should know for salvation.”

 

“But how shall I teach them who know so little myself?” Brise replied.

 

“Teach them their catechism, how to sign themselves with the sign of the cross, and how to approach the sacraments; that is what I wish you to do," the Lady said. "Go and fear nothing. I will help you.”

 

Brise's father built a small chapel on the site and Brise went about fulfilling Our Lady's mandate, a mission she continued until her death in 1896.

 

Approval

 

Bishop Ricken's approval comes after an almost two-year investigation of the events and their consequences, which he initiated in January 2009.

 

The Diocese of Green Bay has published information on its Web site regarding apparitions in the Church.

 

The statements clarify that it is a diocesan bishop and not the Holy See nor the episcopal conference that is responsible for judging the authenticity of apparitions that are said to have occurred in his diocese.

 

The statements further noted that not all alleged apparitions are given Church approval, and in the United States, for example, supposed apparitions at Necedah, Wisconsin, and Bayside, New York, were examined and declared to be false.

 

"No one can prove the supernatural," the statement recalled. "The Church judges apparitions on the basis of their consistency with sacred Scripture, sacred Tradition and the teachings of the Church, the subsequent spiritual benefits in the lives of people, and whether there is anything in the life of the seer that detracts from the credibility of the account."

 

 

Our-Lady-of-America.jpg

 

 

 

 

 

 

Shrine-History-Brief-1.jpg

 

 

Shrine-History-Brief-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Prayer To Our Lady Of Perpetual Help

 

Mother of Perpetual Help, You have been blessed and favored by God. You became not only the Mother of the Redeemer, but the Mother of the redeemed as well. We come to You today as your loving children. Watch over us and take care of us. As You held the Child Jesus in Your Loving arms, so take us in Your arms. Be a mother ready at every moment to help us. For God who is mighty has done great things for You, and His Mercy is from age to age on those who love Him. Our greatest fear is that in time of temptation, we may fail to call out to You, and become lost children. Intercede for us, dear Mother, in obtaining pardon for our sins, love for Jesus, final perseverance, and the Grace always to call upon you, Mother of Perpetual Help. Amen.

 

 

 

 

 

Our Lady of Good Help - WI, Shrine Brochure

 

 

Tree-of-the-apparition-in-1859--Champion---WI--parousie.ove.jpg

 

 

Espagne.gif

 

UNA APARICIÓN DE MARÍA EN ESTADOS UNIDOS,

APROBADA PARA EL CULTO

 

"La Virgen se apareció a una inmigrante belga en 1859 en Wisconsin

 

GREEN BAY, jueves 9 de diciembre de 2010 (ZENIT.org).- Durante la fiesta de la Inmaculada Concepción, patrona de Estados Unidos, se dio la aprobación diocesana oficial a las apariciones de Nuestra Señora en Wisconsin.

Durante la lectura del decreto, ayer durante una misa especial en el santuario de Champion, monseñor David Ricken, obispo de Green Bay, afirmó: "declaro con certeza moral y de acuerdo con las normas de la Iglesia que los acontecimientos, apariciones y locuciones dadas a Adele Brise en octubre de 1859 presentan la sustancia de carácter sobrenatural, y yo por la presente apruebo estas apariciones como dignas de fe - aunque no obligatorias - para los fieles cristianos".

La declaración de ayer convierte al santuario de Nuestra Señora del Socorroo en Champion el primer y único lugar en Estados Unidos de una aparición de la Virgen María aprobada oficialmente.

Deslumbrante

Las apariciones – hubo tres – tuvieron lugar en 1859. Nuestra Señora habló con Adele Brise (1831-1896), una jovene inmigrante de Bélgica.

Fue a principios de octubre cuando Brise vio a la Virgen por primera vez: una señora vestida de blanco deslumbrante, con una banda amarilla alrededor de su cintura y una corona de estrellas en torno a su cabeza.

La visión desapareció lentamente después de unos momentos, sin hablar con Brise.

El siguiente domingo, 9 de octubre, Brise iba a Misa cuando la Señora volvió. Después de la Misa, Brise tuvo la oportunidad de preguntar a su confesor sobre las apariciones, y él le dijo que si era un mensajero del cielo, volvería a verlo. Le animó a preguntarle en el nombre de Dios quien era y qué quería de ella.

En el camino de vuelta a casa, Nuestra Señora volvió a aparecerse y Brise hizo como su confesor le había recomendado.

“Soy la Reina del Cielo que reza por la conversión de los pecadores, y deseo que tu hagas lo mismo”, respondió la Señora a la pregunta de Brise. “Recibiste la Santa Comunión esta mañana y eso está bien. Pero debes hacer más. Haz una confesión general y ofrece la Comunión por la conversión de los pecadores. Si no se convierten y hacen penitencia, mi Hijo se verá obligado a castigarles”.

Una de las mujeres que estaban con Brise le preguntaron con quién hablaba y por qué ellas no podían ver a nadie.

“Arrodillaos”, dijo Brise, “la Señora dice que es la Reina del Cielo”. Ante eso, la Señora miró amablemente a las compañeras de Brise y dijo: “Bienaventurados los que creen sin ver”.

La Señora prosiguió: “¿Qué haces aquí ociosa mientras tus compañeras trabajan en la viña de mi Hijo?”

 

“¿Qué más puedo hacer, querida Señora?” preguntó Brise.

 

“Reúne a los niños de este salvaje país y enséñales lo que deberían saber para salvarse”.

 

“¿Pero cómo les enseñaré lo que yo misma conozco tan poco?” replicó Brise.

“Enséñales su catecismo, cómo signarse con el signo de la cruz, y cómo acercarse a los sacramentos; esto es lo que deseo que hagas”, dijo la Señora. “Ve y no temas nada. Yo te ayudaré”.

El padre de Brise construyó una pequeña capilla en el lugar y Brise siguió cumpliendo el mandato de Nuestra Señora, una misión que siguió hasta su muerte en 1896.

 

Aprobación

 

La aprobación de monseñor Ricken llega después de una investigación de casi dos años sobre los acontecimientos y sus consecuencias, que comenzó en enero de 2009.

 

La diócesis de Green Bay ha publicado en su página web material sobre apariciones en la Iglesia.

Los documentos aclaran que es el obispo diocesano y no la Santa Sede ni la conferencia episcopal, el responsable de juzgar la autenticidad de las apariciones que presuntamente tienen lugar en su diócesis.

También se observa que no todas las supuestas apariciones son aprobadas por la Iglesia, y que en Estados Unidos, por ejemplo, supuestas apariciones en Necedah (Wisconsin), y Bayside (Nueva York), fueron examinadas y declaradas falsas.

"Nadie puede probar lo sobrenatural" recuerda la declaración. “La Iglesia juzga las apariciones en base a su consistencia con la sagrada Escritura, la sagrada Tradición y las enseñanzas de la Iglesia, los sibsiguientes beneficios espirituales en las vidas de las personas, y si hay algo en la vida del vidente que desmiente la credibilidad del relato”."

 

 

Procession--Champion--Wisconsin---parousie.over-blog.fr.png

 

 

germany.gif

 

MARIENERSCHEINUNGEN IN DEN USA:

ORTSBISCHOF BESTÄTIGT GLAUBWÜRDIGKEIT

 

"Die Muttergottes erschien im Jahre 1859 einer belgischen Immigrantin in Wisconsin

 

GREEN BAY, Wisconsin, 10. Dezember 2010 (Zenit.org).- Am Festtag der Unbefleckten Empfängnis, Patronin der Vereinigten Staaten, wurden die Erscheinungen Unserer Lieben Frau in Wisconsin von der Diözese offiziell anerkannt.

 

Bischof David Ricken von Green Bay verkündete diese Entscheidung im Rahmen einer besonderen Messe im Wallfahrtsort Champion, Wisconsin, indem er aus dem Dekret vorlas: „Mit moralischer Gewissheit und in Übereinstimmung mit den Normen der Kirche erkläre ich, dass die Ereignisse, Erscheinungen und Reden an Adele Brise im Oktober des Jahres 1859 übernatürlichen Charakter aufweisen, und hiermit bestätige ich den Gläubigen, dass diese Erscheinungen glaubwürdig sind - wenngleich der Glaube an sie nicht obligatorisch ist."

 

Mit dieser Erklärung wurde das Marienheiligtum von Unserer Lieben Frau von der Guten Hilfe in Champion zum ersten und einzigen Wallfahrtsort in den Vereinigten Staaten erklärt, wo die Erscheinungen der heiligen Jungfrau Maria kirchlich anerkannt sind.

 

Die drei Erscheinungen ereigneten sich im Jahre 1859. Die Jungfrau Maria sprach mit Adele Brise (1831-1896), einer jungen Immigrantin aus Belgien. Es war Anfang Oktober, als Brise die Muttergottes das erste Mal sah: eine Frau in blendend weißem Gewand, mit einer gelben Schärpe um die Taille und einer Sternenkrone um ihr Haupt. Die Vision verschwand langsam nach einigen Momenten, ohne Brise anzusprechen.

Am darauffolgenden Sonntag, den 9. Oktober, war Brise auf dem Weg zur Messe, als die Dame ihr wieder erschien. Nach der Messe nahm Brise die Gelegenheit wahr, um ihren Beichtvater über die Erscheinungen zu befragen, und er sagte zu ihr, dass sie sie wiedersehen werde, wenn es sich um eine Himmelsbotin handelte. Er ermutigte sie, die Person in Gottes Namen zu fragen, wer sie sei und was sie von ihr wünsche. Auf dem Nachhauseweg erschien ihr Unsere Liebe Frau erneut und Brise tat, wie es ihr Beichtvater empfohlen hatte.

Auf die Frage von Brise antwortete die Frau, „ich bin die Königin des Himmels, die für die Bekehrung der Sünder betet, und ich möchte, dass du dasselbe tust. Heute Morgen hast du die heilige Kommunion empfangen, und das ist gut so. Aber Du musst noch mehr tun. Leg eine Generalbeichte ab, und biete Gott deinen Kommunionempfang für die Bekehrung der Sünder an. Wenn sie sich nicht bekehren und Buße tun wollen, wird mein Sohn genötigt sein, sie zu bestrafen."

Eine der Frauen, die mit Brise unterwegs waren, fragte, mit wem sie spreche und warum sie niemanden sehen könne. Brise sagte zu ihnen: „Kniet nieder, denn die Frau sagt, sie ist die Königin des Himmels." Dann blickte die Frau freundlich auf die Gefährten von Brise und sagte:„Selig sind, die nicht sehen und doch glauben."

Die Frau fuhr fort: „Was machst du hier in Müßiggang, während deine Gefährten im Weinberg meines Sohnes arbeiten?" „Was kann ich noch mehr tun, liebe Frau?" fragte Brise. „Sammle die Kinder in diesem wilden Land und lehr sie, was sie für ihr Seelenheil wissen müssen." Brise antwortete ihr: „Aber wie kann ich sie unterrichten, wenn ich selbst so wenig weiß?" „Lehr sie ihren Katechismus, wie sie das Kreuz machen und die Sakramente empfangen müssen; das ist es, was ich von dir erbitte. Geh nur, und hab keine Angst. Ich werde dir helfen", sagte die Frau.

Brises Vater baute eine kleine Kapelle auf dem Gelände, und sie machte sich an die Arbeit, den Auftrag, den sie von der Muttergottes erhalten hatte, zu erfüllen. Sie lebte ihre Sendung bis zu ihrem Tode im Jahre 1896.

Die Anerkennung dieser Erscheinungen durch Bischof Ricken erfolgte nach einer fast zweijährigen Untersuchung der Ereignisse und deren Folgen, die im Januar 2009 eingeleitet worden sind. Die Diözese von Green Bay hat auf ihrer Website Informationen zu den Erscheinungen in der Kirche veröffentlicht.

Diese Aussagen verdeutlichen, dass der Diözesanbischof für die Beurteilung der Echtheit der Erscheinungen in seiner Diözese verantwortlich ist und nicht der Heilige Stuhl oder die Bischofskonferenz. Ferner weisen sie darauf hin, dass nicht alle vorgeblichen Erscheinungen von der Kirche anerkannt werden. So wurden zum Beispiel in den Vereinigten Staaten andere Erscheinungen in Necedah, Wisconsin, und Bayside, New York, untersucht und für unecht erklärt.

Das Dekret erinnert daran, dass „niemand das Übernatürliche beweisen kann. Die Kirche beurteilt Erscheinungen anhand ihrer Übereinstimmung mit der Heiligen Schrift, Tradition und Lehre der Kirche sowie ihrem späteren geistlichen Nutzen im Leben der Menschen, und ob es im Leben des Sehers etwas gibt, was das Ganze unglaubwürdig macht."

 

 

Our-Lady-of-Good-Help-2--WI--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

portugal.gif

 

APARIÇÃO DE MARIA NOS ESTADOS UNIDOS,

APROVADA PARA O CULTO

 

"A Virgem Maria apareceu a uma imigrante belga em 1859, em Wisconsin

 

GREEN BAY, quinta-feira, 9 de dezembro de 2010 (ZENIT.org) - Durante a festa da Imaculada Conceição, padroeira dos Estados Unidos, foi dada a aprovação diocesana oficial às aparições de Nossa Senhora em Wisconsin.

Durante a leitura do decreto, ontem, durante uma Missa especial no Santuário de Champion, Dom David Ricken, bispo de Green Bay, disse: "Declaro, com certeza moral e de acordo com as normas da Igreja, que os acontecimentos, aparições e locuções dadas a Adele Brise, em outubro de 1859, apresentam a substância de caráter sobrenatural, e eu, pela presente, aprovo tais aparições como dignas de fé - ainda que não obrigatórias - para os fiéis cristãos".

A declaração de ontem converteu o santuário de Nossa Senhora do Socorro de Champion no primeiro e único lugar nos Estados Unidos de uma aparição da Virgem Maria oficialmente aprovada.

Deslumbrante

As aparições - foram três - ocorreram em 1859. Nossa Senhora falou com Adele Brise (1831-1896), uma jovem imigrante de origem belga.

Foi no começo de outubro quando Brise viu a Virgem pela primeira vez: uma Senhora vestida de branco deslumbrante, com uma faixa amarela na cintura e uma coroa de estrelas na cabeça.

A visão desapareceu lentamente depois de alguns instantes, sem falar com Brise.

No domingo seguinte, 9 de outubro, Brise estava indo à Missa quando a Senhora voltou. Depois da Missa, Brise teve a oportunidade de perguntar ao seu confessor sobre as aparições, e ele lhe disse que, se era uma mensageira do céu, ela a veria novamente. Ele a encorajou a perguntar-lhe, em nome de Deus, quem era e o que queria dela.

No caminho de volta para casa, Nossa Senhora apareceu novamente e Brise fez o que seu confessor tinha recomendado.

"Eu sou a Rainha do Céu, que reza pela conversão dos pecadores, e desejo que faças o mesmo - respondeu a Senhora à pergunta de Brise. Recebeste a Sagrada Comunhão nesta manhã e isso é bom. Mas deves fazer mais. Faze uma confissão geral e oferece a Comunhão pela conversão dos pecadores. Se não se converterem e fizerem penitência, meu Filho vai ser obrigado a castigá-los."

Uma das mulheres que estavam com Brise lhe perguntou com quem ela estava falando e por que elas não conseguiam ver ninguém.

"Ajoelhem-se - disse Brise -, a Senhora disse que é a Rainha do Céu." Diante disso, a Senhora olhou amavelmente para as companheiras de Brise e disse: "Bem-aventurados os que creem sem ver".

A Senhora continuou: "O que fazes aqui parada, enquanto tuas companheiras trabalham na vinha do meu Filho?".

"O que mais posso fazer, querida Senhora?", perguntou Brise.

"Reúne as crianças deste país selvagem e mostra-lhes o que deveriam saber para salvar-se."

"Mas como lhes ensinarei o que eu mesma sei tão pouco?", replicou Brise.

"Ensina-lhes seu catecismo, como fazer o sinal da cruz e como se aproximar dos sacramentos; isso é o que eu desejo que faças - disse a Senhora. Vai e não tenhas medo. Eu te ajudarei."

O pai de Brise construiu uma pequena capela no local e ela continuou cumprindo o mandato de Nossa Senhora, uma missão que continuou até sua morte, em 1896.

A aprovação de Dom Ricken chegou depois de uma investigação de quase dois anos - desde janeiro de 2009 - sobre os acontecimentos e suas consequências.

A diocese de Green Bay postou em seu site material sobre aparições na Igreja.

Os documentos esclarecem que é o bispo diocesano, e não a Santa Sé ou a conferência episcopal, o responsável por julgar a autenticidade das aparições que supostamente acontecem em sua diocese.

Também se observa que nem todas as supostas aparições são aprovadas pela Igreja, e que nos Estados Unidos, por exemplo, supostas aparições em Necedah (Wisconsin) e Bayside (Nova York) foram examinadas e declaradas falsas.

"Ninguém pode provar o sobrenatural - recorda a declaração. A Igreja julga as aparições com base na sua coerência com as Sagradas Escrituras, com a Sagrada Tradição e com os ensinamentos da Igreja, nos benefícios espirituais subsequentes na vida das pessoas, e se há algo na vida do vidente que desmente a credibilidade do relato."

 

Our-Lady-of-Good-Help--WI--parousie.over-blog.fr.png

 

 

italie.gif

 

UN'APPARIZIONE DELLA MADONNA NEGLI USA

APPROVATA PER IL CULTO

 

"Apparve a un'immigrata belga nel 1859 nel Wisconsin

 

GREEN BAY, giovedì, 9 dicembre 2010 (ZENIT.org).- Durante la festa dell'Immacolata Concezione, patrona degli Stati Uniti, è stata data l'approvazione diocesana ufficiale alle apparizioni della Madonna nel Wisconsin.

 

Durante la lettura del decreto, questo mercoledì nel corso di una Messa speciale nel Santuario di Champion, monsignor David Ricken, Vescovo di Green Bay, ha affermato: “Dichiaro con certezza morale e in base alle norme della Chiesa che gli eventi, le apparizioni e i discorsi ricevuti da Adele Brise nell'ottobre 1859 presentano sostanza di carattere soprannaturale, e io con la presente approvo queste apparizioni come degne di fede – anche se non obbligatorie – per i fedeli cristiani”.

 

La dichiarazione di questo mercoledì trasforma il santuario di Nostra Signora del Soccorso a Champion nel primo e unico luogo negli Stati Uniti di un'apparizione della Vergine Maria approvata ufficialmente.

 

Abbagliante

 

Le apparizioni – se ne sono verificate tre – hanno avuto luogo nel 1859. La Madonna parlò ad Adele Brise (1831-1896), una giovane immigrata del Belgio.

 

All'inizio di ottobre la Brise vide la Vergine per la prima volta: una signora vestita di un bianco abbagliante, con una fascia gialla intorno alla vita e una corona di stelle sulla testa.

 

La visione scomparve lentamente dopo qualche momento, senza parlare alla Brise.

 

La domenica successiva, il 9 ottobre, la donna si stava recando a Messa quando la Signora tornò Dopo la celebrazione, la Brise ebbe l'opportunità di chiedere al suo confessore delle apparizioni, e egli le disse che se era una messaggera del cielo l'avrebbe rivista. La esortò a chiederle nel nome di Dio chi fosse e che cosa voleva da lei.

 

Tornando a casa, la Madonna apparve di nuovo, e Adele Brise fece come le aveva raccomandato il suo confessore.

 

“Sono la Regina del Cielo che prega per la conversione dei peccatori, e desidero che tu faccia lo stesso”, rispose la Signora alla domanda della Brise. “Hai ricevuto la Santa Comunione questa mattina e questo va bene, ma devi fare di più. Fai una confessione generale e offri la Comunione per la conversione dei peccatori. Se non si convertono e non fanno penitenza, mio Figlio si vedrà costretto a punirli”.

 

Una delle donne che erano con la Brise le chiese con chi parlasse e perché loro non riuscivano a vedere nessuno.

 

“Inginocchiatevi”, disse la Brise, “la Signora dice di essere la Regina del Cielo”. Di fronte a questo, la Signora guardò gentilmente le compagne della donna e disse: “Beati coloro che credono senza vedere”.

 

La Signora proseguì: “Che fai qui in ozio mentre le tue compagne lavorano nella vigna di mio Figlio?”.

 

“Che cos'altro posso fare, amata Signora?”, chiese la Brise.

 

“Riunisci i figli di questo Paese selvaggio e insegna loro quello che dovrebbero sapere per salvarsi”.

 

“Come potrò insegnare loro ciò che io stessa conosco così poco?”, replicò la donna.

 

“Insegna loro il catechismo, come fare il segno della croce e come avvicinarsi ai sacramenti; è questo che voglio che tu faccia”, disse la Signora. “Vai e non temere nulla. Io ti aiuterò”.

 

Il padre della Brise costruì una piccola cappella in quel luogo, e la donna continuò a fare ciò che Nostra Signora le aveva detto, missione che portò avanti fino alla morte, nel 1896.

 

Approvazione

 

L'approvazione del Vescovo Ricken arriva dopo un'indagine sugli eventi e le loro conseguenze durata quasi due anni, essendo iniziata nel gennaio 2009.

 

La Diocesi di Green Bay ha pubblicato sul suo sito web materiale sulle apparizioni nella Chiesa.

 

I documenti spiegano che è il Vescovo diocesano e non la Santa Sede o la Conferenza Episcopale ad avere la responsabilità di giudicare l'autenticità delle apparizioni che si dice siano avvenute nella sua Diocesi.

 

Si osserva anche che non tutte le presunte apparizioni sono approvate dalla Chiesa, e che negli Stati Uniti, ad esempio, presunti eventi di questo tipo a Necedah (Wisconsin) e Bayside (New York) sono stati esaminati e dichiarati falsi.

 

“Nessuno può provare il soprannaturale”, ricorda la dichiarazione. “La Chiesa giudica le apparizioni in base alla loro conformità alla Sacra Scrittura, alla sacra Tradizione e agli insegnamenti della Chiesa, e ai benefici spirituali derivanti nella vita delle persone, considerando se ci sia qualcosa nella vita del veggente che smentisce la credibilità del racconto”."

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Saints belges
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 13:23

Herman-Wijns-enfant-de-choeur--parousie.over-blog.fr.jpg

Herman Ludovicus Wijns

né le 15 mars 1931 à Merksem, district d'Anvers (Belgique)

Merksem - District van de stad Antwerpen, Vlaanderen (België)

mort le 26 mai 1941 à Merksem

 

 

 

Blason-de-Merksem--Belgique-.png

 

 

 

Herman Wijns,

victime d'oblation à Jésus pour les Prêtres

 

« Prêtre... sinon rien. »

 

« C'est merveilleux de se trouver en dessous

du manteau d'un prêtre ! »

   

Le Père Janssens abritant de son manteau

Herman Wijns lors d'un orage.

 

 

 

Odeur de Sainteté

 

Herman Wijns, à partir de sa première Communion, communiera chaque jour, même malgré la guerre, la famine et les grands froids. Il était fervent adepte et propagateur de la Sainte Eucharistie, de la prière et de la pénitence, notamment avec ses petits camarades. Il était doté d'un coeur profondément compatissant et charitable pour les pauvres et les plus démunis, et a fait preuve d'un zèle précoce et surprenant pour le salut des âmes.

À l'hôpital où il agonise, une infirmière lui demande s'il n'aimerait pas rentrer chez ses parents. Il répond : "D'abord si, ma soeur, mais plus maintenant que j'ai vu Notre-Dame, Elle est si belle !"

Le jour de ses funérailles, plus de mille personnes suivent le cortège funéraire, le vendredi 30 mai 1941, en pleine guerre de 39-45, après s'être bousculés pour toucher le cercueil de l'enfant avec toutes sortes d'objets de dévotion ou de simples mouchoirs.

Il a également été constaté après sa mort une incorruption du corps d'Herman Wijns : le corps était souple, les bras retombaient le long du corps, le sang ne coagulait pas et ses yeux s'ouvraient sans arrêt.

Il a par ailleurs été rapporté par de nombreuses personnes de fortes odeurs de roses accompagnant des Grâces reçues.

 

 

Vlaanderen---Flandre---Flanders--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Herman Wijns,

enfant de Choeur, "enfant de coeur"

 

« Quand je me suis retourné pour le "Orate Fratres",

je l'ai vu dans une auréole de lumière. »

 

Le Père Janssens rendant visite aux parents d'Herman Wijns.

 

« Je dois Lui (1) donner ma vie en réparation des péchés du monde,

pour ceux qui sont appelés au sacerdoce. »

 

Herman Wijns, mort en odeur de sainteté.

Cause de béatification en cours pour ce petit ange de 10 ans.

Demandeur/Petitioner :

Herman Wijns Huis, Van Heybeeckstraat 23,

2170 Merksem, BELGIUM.

 

(1) à Jésus.

 

Anvers---Antwerpen-1--parousie.over-blog.fr.gif

 

« Wyns Herman (2), né à Merksem le 15 mars 1931 (Anvers, Belgique), mort à Merksem le 26 mai 1941, à l’âge de 10 ans. Jeune écolier, il assiste à la Messe tous les matins, fait sa première Communion à 6 ans. Sa vocation est nette : "prêtre… sinon rien". Il progresse dans sa vie de prière, dans le service à l’autel : "une sainte messe, c’est tout". Fidèle à sa Messe, à sa Communion, à son école, même quand ses pieds sont couverts de plaies. Blessé à la suite d’un accident, opéré plusieurs fois, il meurt. Plus de 1 400 ex-voto venant de plus de 20 pays sur la tombe du petit apôtre de la Messe et du Sacerdoce. Plusieurs grâces ont été déjà obtenues par son intercession (820). »

 

(2) Wyns dans le texte.


Source : (Abbé) Thierry Lelièvre : "Même les enfants peuvent être canonisés !", Paris, Pierre Téqui éditeur, octobre 2005, page 265.

 

 

Anvers---Antwerpen-2--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Prière pour la Béatification

du petit Croisé de l’Eucharistie

Herman Wijns

 

Ô Dieu, Père de toute Bonté, nous Vous remercions pour tous les Saints que Vous nous avez donnés comme exemples et intercesseurs.

Votre Fils Jésus, pendant Sa vie apostolique terrestre, a pris un enfant et l’a placé au milieu de Ses disciples en les exhortant à devenir de petits enfants.

Nous croyons que notre ami Herman Wijns, lors de sa courte vie, Vous a servi avec une fidélité totale et s’est donc retrouvé très tôt près de Vous, confirmé dans Votre Amour.

Nous prions pour que Votre Serviteur Herman Wijns soit promptement élevé à la gloire des autels par l’Église, afin que ses vertus, qui ont été un exemple pendant sa vie, puissent aussi inciter des dévots à le suivre et qu’ainsi, davantage de personnes en détresse ressentent sa puissante intercession.

Assurés de l’angélique privilège que ce tendre enfant possède auprès de Vous, nous Vous prions de daigner exaucer les prières que nous Vous adressons, par les Saints Cœurs Unis de Jésus et Marie..... (Exprimez votre demande).

Puisse Votre Règne d’Amour croître de plus en plus, et puissions-nous tous nous sentir plus en sécurité dans Votre main.

Marie, Secours dans toutes les détresses, veillez sur nous, Chrétiens, disciples de Votre Fils Jésus.

Notre Dame du Refuge (1), priez pour nous !

Notre Dame, Aide des Chrétiens (2), priez pour nous !

Amen.

 

(1) "Onze-Lieve Vrouw Toevlucht" : À l'âge de 3 ans, lors d'une promenade du dimanche, le petit Herman Wijns était entré à la chapelle Notre Dame du Refuge avec son père. Le pieux enfant avait été béni par un Évêque qui lui avait donné une image, ce qui avait profondément marqué le petit Herman.

 

(2) "O.L. Vrouw Hulp der Christenen", qu'Herman Wijns honorait particulièrement.

 

Traduction inspirée d'une prière en anglais.


Anvers---Antwerpen-3--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Prières à Herman Wijns

du site officiel

 

 

Prière pour obtenir la Béatification

du jeune Herman Wijns

 

"Dieu, Père de toute Bonté, nous Te remercions pour les saints que Tu nous as donnés comme des exemples et des intercesseurs.

Ton Fils Jésus, durant sa vie apostolique terrestre, a placé un enfant au milieu de Ses disciples, en leur recommandant de devenir semblable à lui.

Nous croyons que notre ami Herman Wijns, durant sa courte vie, T'a servi avec une fidélité totale, et que, par suite de cela, il a été reçu si jeune dans Ton Amour auprés de Toi.

Nous prions que ceci soit reconnu par l'Église, afin que les vertus, qui ont brillé dans sa vie, puissent connaître par son exemple un rayonnement nouveau ; puissent également plus d'hommes en détresse ressentir sa puissante intercession auprès de Toi.

Que Ton Règne d'Amour s'élargisse. Puissions-nous toujours davantage nous sentir en sécurité dans Ta main.

Marie, Secours dans toutes les détresses, veille sur nous, Chrétiens, disciples de Ton Fils Jésus. Amen."

 

 

Herman-Wijns--17-.jpg

 

 

Prière pour demander l’intercession

du petit Herman Wijns

 

"Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.

Herman, durant ta courte vie, tu as compati à la souffrance des autres et tu as connu toi-même de près la douleur, la détresse et l'épreuve.

Tu as prié Dieu avec une confiance inébranlable et tu as été exaucé.

Faisant allusion à ton service à l'autel, tu encourageais ta mère, en lui disant :

"Si tu veux demander une faveur à notre Seigneur, parle-m'en : j'en suis le plus proche..."

Nous espérons que le Bon Dieu t'a admis tout près de Lui dans le Ciel. Nous te demandons d'intercéder pour nous là-bas : pour les besoins de l'Église et du Royaume de Dieu, mais aussi pour ce qui nous tient à coeur et ce qui nous préoccupe...

Puissons-nous ressentir ta puissante intercession auprès de Dieu, qui aime tant les petits.

Que nous puissions t'imiter dans ta confiance inébranlable ; que nous puissions toujours remercier Dieu avec toi pour Sa Bonté et nous sentir en sécurité dans Sa main.

Marie, Secours des Chrétiens, priez pour nous."


Herman-Wijns--5-.jpg

 

Prière pour les personnes en grande détresse

 

"Mon Dieu, Père infiniment Bon, je viens implorer Ton secours dans l'angoisse qui me serre le coeur.

Tu sais comme je suis mis à l'épreuve en ces jours et quel poids de chagrin et de soucis m'oppresse. il me fait grand mal ; la peur me poursuit sans répit.

Pourtant je ne veux pas douter de Ta Bonté, mais confesser que dans chaque tourment, Tu restes auprès de moi comme un père et comme une mère.

À qui pourrions-nous remettre, sinon à Toi, la Source de toute Bonté ? Je vient Te recommander avec insistance ce problème qui me presse tant et pour lequel je me rends totalement à Ton Amour...

Éveille dans mon coeur une grande confiance en Ta Bonté. Fais-moi voir clairement ce que je peux faire moi-même et aide-moi à le réaliser. Et là où je suis impuissant, prends Toi-même l'affaire en main et fortifie entre-temps ma patience et ma confiance.

J'en appelle en cette matière à l'intercession de Marie, la Mère de Jésus, qui Elle aussi a souffert tant d'angoisses, et du petit Herman Wijns, qui T'était si cher et à qui Tu as permis de résoudre déjà tant de problèmes."

 

Herman-Wijns--14-.jpg

 

 

belgique.gifPays-Bas.gif


Gebed om de Zaligverklaring te bekomen

van de jonge Herman Wijns

 

"God, goede Vader, wij danken u om uw heiligen die Gij ons als voorbeelden en voorsprekers hebt gegeven.

Uw zoon Jezus heeft, tijdens zijn aards apostolisch optreden, een kind in het midden geplaatst, met de aanmaning te worden als kinderen.

Wij geloven dat onze vriend Herman Wijns tijdens zijn kort leven U met een totale trouw heeft gediend en daarom zo vlug dicht bij U in uw liefde werd bevestigd.

Wij bidden U dat dit ook door de Kerk moge erkend worden, opdat de deugden die in zijn leven oplichtten, door zijn voor-

beeld een nieuwe uitstraling mogen kennen en ook meer mensen in nood zijn machtige voorspraak bij U mogen ondervinden.

Moge uw Rijk van liefde groeien; mogen wij ons steeds meer veilig weten in uw hand.

Maria, Hulp in alle nood, waak over ons, Christenen, volgelingen van uw Zoon Jezus."

 

Herman Wijns, 'petit Prêtre' belge, parousie.over-blog.fr

 

Gebed om Hermans Voorspraak

 

"In de Naam van de Vader, en de Zoon en de Heilige Geest.

Herman, ge hebt tijdens uw korte leven meegevoeld met het leed van de anderen en hebt zelf van nabij kennis gemaakt met nood, pijn en beproeving.

Ge hebt met een onwrikbaar kinderlijk vertrouwen tot God gebeden om hulp en hebt verhoring gevonden.

Ge hebt, doelend op uw dienst bij het altaar, bemoedigend uw moeder gezegd: "Als ge iets aan O.-L.-Heer wilt vragen, zeg het tegen mij: ik zit er het dichtste bij."

Wij hopen dat de goede god u thans dicht bij zicht heeft opgenomen in de hemel.

Wij vragen u daar voor ons te bepleiten: de belangen van Gods rijk en van de Kerk, ... maar ook wat ons na aan het hart ligt en ons zorgen baart...

Mogen wij uw machtige voorspraak ondervinden bij God, Wie de kleinen zo dierbaar zijn.

Laat ons U navolgen in uw nooit aflatend vertrouwen.

Dat wij met U altijd God mogen danken om zijn goedheid en ons veilig weten in zijn hand.

Maria, Hulp der Christenen, bid voor ons!"

 

Herman-Wijns--B-NL--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Gebed in grote Nood

 

"Goede God, ik kom in grote nood uw hulp afsmeken.

Gij weet hoe ik deze laatste tijd pijnlijk word beproefd en hoe groot leed en zorg mijn deel is geworden. Het valt me zeer hard; ik word door angst bevangen.

Toch wil ik niet twijfelen aan uw Goedheid en belijden dat Gij nu hierin voor mij Vader en ook Moeder blijft.

Tot wie zouden wij ons kunnen wenden, tenzij tot U, Bron van alle goed.

Ik kom U dan met aandrang deze zaak aanbevelen die zo op mij weegt (.......), en waarbij ik mij ten volle aan Uw liefde overgeef.

Wek in mijn hart een groot vertrouwen in uw goedheid!

Geef me inzicht om te weten wat ik zelf kan doen en help me dit uit te voeren.

En waar ik onmachtig ben, breng Gij daar zelf de zaken terecht en sterk me intussen in geduld en vertrouwen.

Ik beroep me hierbij op de voorspraak van Maria, Jezus' Moeder, die ook zwaar werd beproefd, en eveneens op uw vriend, de kleine Herman Wijns, die U zo dierbaar was en die van U reeds zoveel kwesties mocht oplossen.

(Neem een gebed om Hermans voorspraak en een ander gebed.)"

 

Herman-Wijns-enfant-de-choeur---2--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Gebed tot Herman Wijns

 

"Herman,

U zelf nodigt ons uit tot u te komen. U hebt immers zelf gezegd : "Als u iets te vragen hebt, aan 0nze Lieve Heer, vraag het aan mij, ik zit er toch het dichtste bij. U bedoelde dit, omdat u geknield aan het altaar de Heilige Mis diende.

Welnu dan, Herman, zie naar ons hier beneden, U die zo goed weet, wat wij hier nodig hebben. Gaat u voor ons eens naar 0nze Lieve Heer, die toch gezegd heeft :"Laat de kleintjes tot Mij komen, want hen behoort het rijk der Hemelen". Voor die voorspraak danken wij u Herman, en wij voelen U van uit de Hemel, dicht bij ons.

Amen."

 

Affiche-Herman-Wijns--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Liedjes

 

"HERMAN WIJNS"

 

"Refrein:

Wie is Herman Wijns?

Een jongen van tien jaar.

Gewoon en alledaags

stond hij voor allen klaar.

Hij werd door God gekozen

om dicht bij Hem te zijn.

De liefde werd ontstoken

in zijn hartje klein en teer

 

Een jongen zoals jij en ik

geroepen door Onze Heer.

Wilde Hem graag navolgen,

iedere dag telkens weer.

Hij had al snel begrepen

waar het in het leven om draait.

Dienend en zichzelf vergetend,

gehoorzaamde hij aan Gods plan.

Dienend en zichzelf vergetend,

gehoorzaamde hij aan Gods plan.

 

Refrein

 

Een jongen nog heel jong en klein

geroepen door Onze Heer.

Wilde graag een dienaar zijn

in de kerk van de Heer.

Iedere dag de eerste mis,

Herman stond altijd voor Hem klaar.

Ondanks kou of zere voeten

verlangde hij naar Gods altaar.

Ondanks kou of zere voeten

verlangde hij naar Gods altaar."

  

Herman-Wijns--4-.jpg

 

 

"AAN HERMANKE WIJNS"

 

Tekst: Eerwaarde Zuster Ermelindis, maricol

Muziek: De Heer De Wit

Gezongen door het koor der

Eerwaarde Zusters Annuntiaten, Westmalle

 

1.

"Hermanke Wijns, lieftallig kind,

Door iedereen zo teer bemind,

Onschuldig knaapke, engelrein,

Dat eenmaal "Priester" wilde zijn!...

 

2.

Ge leerde bidden op de schoot

Van uw Papa, die na uw dood

Maar eerst beseft, wat kostbare schat

Hij in dat enig kind bezat!...

 

3.

Door U spreekt Gods Geest onverwacht,

Wanneer Ge van 't gebed de kracht

En de betekenis ontvouwt!...

Zó had het "Vake" niet doorschouwd!

 

4.

Vereerder van de Lieve Vrouw

Als "Hulp der Krist'nen" teer en trouw!

Van 's morgens vroeg badt g'Haar ter eer,

Uw rozenhoedje, keer op keer!

 

5.

Als misdienaar altijd op post!

Wat heeft het U soms veel gekost!

Aan 't Altaar als een serafijn!...

Kruistochter, lijk er zelden zijn!

 

6.

Communie, heilige Mis en Lof,

Was juist wat U het meeste trof:

En thuis stondt ge met vroom gebaar,

Zo ernstig aan uw klein altaar!

 

7.

Op school een knap en blij student,

Uw werk correct, uw les gekend...

Bij 't spel een vlugge kameraad,

Vol offergeest, maar steeds kordaat!

 

8.

Gij waart gedienstig voor elkeen;

G'hieldt meer van lachen dan geween...

Ge minde Moeke, Vake, bei...

Ge waart hun troost in oorlogstij...

 

9.

Zo zijt Ge - op die zaterdag

Van Maria "Hulp der Kristenen" ... ach

Heel smartelijk verongelukt!...

En 's maandags was de Bloem geplukt!

 

10.

Uw lichaam rust in 't heerlijk graf,

Dat zoveel hulp en troost reeds gaf!

Maar in de hemel, dicht bij God,

Geniet uw ziel het puurst genot!

 

11.

Hermanke, bid, dat wij zó rein

Zó plichtsgetrouw, godvruchtig zijn!

Spreek gij voor ons, in alle nood...

Bekom ons ook zo'n zaal'ge dood!

verlangde hij naar Gods altaar."

  

Herman-Wijns--petit-Pretre-de-Dieu--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"TE MERKSEM OP HET KERKHOF"

 

Muziek: Op de melodie van Te Lourdes op de bergen.

 

"1. Te Merksem op het kerkhof, ligt in een mooi graf

een jongen begraven, die misdienaar was.

Ave, ave, ave Maria (bis)

 

2. Zijn naam was Hermanneke, een nederig kind,

hij was altijd vrolijk en blij-ij gezind.

Ave, ave, ave Maria (bis)

 

3. Hij bad alle dagen, tot God onze Heer,

en ging de mis dienen, ja elke dag weer.

Ave, ave, ave Maria (bis)

 

4. Nu is hij in de hemel, een priester bij God,

hij werd uitverkoren, want dit was zijn lot.

Ave, ave, ave Maria (bis)

 

5. Zo zingen wij samen, voor jou dit mooi lied,

wij blijven voor u bidden en vergeten u niet.

Ave, ave, ave Maria (bis)."

 

Statue-de-Jesus-pleurant--parousie.over-blog.fr.jpg 

Biografie

 

Herman Wijns, de kleine pastoor, werd geboren op zondag 15 maart 1931, als de zoon van een slagersechtpaar. Hij stierf reeds op 10-jarige leeftijd en zou een aantal wonderen verricht hebben. Er is een aanvraag lopende voor zijn zaligverklaring door de Kerk. Herman is ook een neef van de Vlaamse meesterkomiek Gaston Berghmans, de zoon van de zus van de moeder van Gaston. Ze noemden hem "ons Hermanneke".

 

Hij was een zacht en volgzaam jongetje, de steeds met een blijde en attentievolle aandacht voor zijn makkers bezield was. Zeer vroeg al werd hij door de genade begunstigd en vertoonden zijn kwaliteiten een hemels karakter.

De genade bloeide in hem open onder de vorm van een diep geloof, een grenzeloos vertrouwen en een vurige liefde tot God, samen met een serene en fijngevoelige liefde voor allen die hem benaderden, en een panische vrees voor al wat zondig is.

Op de leeftijd van twee en een half jaar bidt hij dagelijks, zonder ertoe geroepen te zijn, samen met zijn vader het rozenhoedje. Als hij negen jaar oud is, heeft hij reeds de gewoonte aangenomen dagelijks de Rozenkrans te bidden. De vijftien mysteries worden uit het hoofd geformuleerd en elke wees gegroet wordt voorafgegaan door een korte vrome overweging.

Vanaf zijn vierde jaar gaat hij zich elke morgen naar de mis van 6.30 uur. Zijn eerste communie, op 4 juli 1937, betekent het begin van zijn dagelijkse deelname aan het Sacrament-Offer van Christus-Priester, de Maaltijd voor de ziel : hij is een vurige Eucharistische Kruistochter. Men ziet hem op de foto, trots het kenteken te mogen dragen.

Wanneer hij negen jaar oud is, wordt hij op zijn aandringen een jaar vóór de « officiële » leeftijd tot misdienaar bevorderd, en vervult hij met heldhaftige trouw deze functie alle dagen zonder uitzondering tot aan zijn dood. Van dit ogenblik af heeft hij nog slechts één verlangen : "priester zijn". Maar God bestemde hem voor een andere «bediening».

Door een fatale val door een glazen koepel kreeg hij een slagaderlijke bloeding in zijn linker knie. Omdat die bloeding te laat gestopt werd, werd hem dit fataal. Zonder een klacht verdroeg hij twee dagen lang vreselijke pijnen. Zijn mooie ziel vertrouwde hij aan God toe met de volgende woorden : « .....et in saecula saeculorum... A--men ! » Aldus beeindigde hij de « dienst» van zijn laatste mis hier op aarde om de eeuwige Mis te beginnen in een stemming van vrede en geluk zonder einde. Herman Wijns overleed op 26 mei 1941, 10 jaar oud. Zijn wonderbaarlijke uitspraken als kleine jongen en de vreemde uitstraling van zijn graf op de oude begraafplaats in de Van Heybeeckstraat in Merksem bij Antwerpen (België), hebben er een pelgrimsoord van gemaakt. Reeds werden talrijke gunsten van allerlei soort verkregen op voorspraak van deze beminnelijke kindervriend.

Herman Wijns kreeg na zijn overlijden geen lijkstijfheid, zijn ogen “braken” niet, hij bleef de blos behouden op zijn wangen en zijn lippen bleven vuurrood ondanks het grote bloedverlies door zijn ongeval. Veel mensen geloven dat Herman geneest en rond zijn graf zijn meer dan 4.000 dankbetuigingen te lezen van mensen die van hun kwalen verlost zijn. Nog dagelijks wordt zijn graf door tientallen mensen bezocht en nog elke eerste vrijdag van de maand vindt er een massaal bezochte plechtigheid plaats.

 

Icone-Ave-Maris-Stella--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Herman Wijns (Merksem, 15 maart 1931 - Antwerpen, 26 mei 1941) was een Rooms-katholieke jongen, die een aantal wonderen zou verricht hebben. Er is een aanvraag lopende voor zijn zaligverklaring door de Kerk.


Biografie 

Wijns werd geboren op zondag 15 maart 1931, als de zoon van een slagersechtpaar wonende in de Bredabaan 422 te Merksem.

De dag erna werd hij reeds gedoopt in de St-Bartolomeuskerk. Hij werd naar de kerk gereden in een Limosine van een bevriende groothandelaar in vleeswaren.

In de school liet hij zich opmerken door zijn goede schoolresultaten. Hierdoor kreeg hij veel aandacht door de broederleraars.

Zijn vader kwam uit een heel vroom gezin en Herman ging altijd met hem naar de mis.

Hij deed zijn eerste communie op 4 juli 1937.

In 1938 liet hij zich door een broeder leraar overtuigen om bij de Sobriëtas te gaan , drankbestrijdingsbeweging. Hij kreeg daarvan een opspeltteken.

Hij werd misdienaar op 6 april 1940 en zag het als zijn taak om een eucharistisch kruistochter te worden (= een kind dat anderen nauwer in contact brengen met Christus brengt). Ook was hij lid van de jeugdbond van het Heilig Hart

Door de crisis midden de jaren ' 30 gingen de zaken slechter en uiteindelijk ging de slagerij dicht. Het gezin verhuisde naar het eerste verdiep van de Wuytslei 23.

Aldaar 's nachts biddende kreeg hij last van de voeten door onderkoeling. De voeten bleven gezwollen. Uiteindelijk heeft men meel van bloemen van het graf van E.P. Paul van de Benedictijnerabdij te Dendermonde erop gestrooid. De gezwollen voeten bleken de dag erna genezen. .

Gedurende de oorlog en de bombardementen bleef hij steeds rustig en bad tot de heer. Vele mensen hebben hier een voorbeeld aangenomen en verklaarden achterna dat ze door hem zich terug tot het geloof gericht hebben in die jaren.

Een maand voor zijn dood op 25 maart, het feest van O.L.Vrouwboodschap, werd Wijns definitief opgenomen in de Eucharistische Kruistocht en kreeg zijn diploma. Hiervoor werd ook zijn laatste foto genomen, met de EK spel op de borst.

Tijdens het spel viel hij door een glazenplaat en sneef hiermee de slagader aan de knieschijf door.

Tijdens de operatie liep hij een hersenvliesontsteking op. Hij stierf op 26 mei 1941 met als laatste woorden : In Saecula saeculorum. Amen (=in aller eeuwen eeuwigheid)

Hij werd thuis opgebaard. Uitzonderlijk in die tijd als men in het ziekenhuis stierf. En op 30 mei 1941 begraven na een dienst in de St-Bartholomeus parochiekerk.

Volgens het boek door de Katholiek kerk aan hem opgedragen werd zijn uitvaart door meer dan 1400 mensen bijgewoond en was politie en rijkswacht aanwezig om de goede orde te bewaren. [1]

Wijns ligt begraven aan de zuidzijde van het oude kerkhof van Merksem.

Wijns' neef is de Vlaamse komiek Gaston Berghmans (hun moeders zijn zussen).


Externe link

HermanWijns.be: Website met alle informatie over Herman Wijns

Merksem.net: Hermanneke Wijns


Referentie

[1] Hermans wijns, Van L.Avents (Boekhandel Conscience Berchem Antwerpen."


Wikipedia.

 

 

Herman-Wijns-a-6-ans--1ere-Communion--parousie.over-blog-jpg

Herman Wijns à 6 ans

Première Communion

 

 

germany.gif

 

 

 

 

Gebete des Dieners Gottes Herman Wijns

 

"Liebe Herman, noch so jung wurdest du mit Gnaden reich beschenkt:

- mit wahrem Gebetsgeist

- mit Freude im Opfer

- mit Nächstenliebe

- mit grossem Fleiss und Arbeitseifer als Schüler.

- mit einem ausstrahlenden, lebendigen Glauben an die hl. Eucharistie.

Hilf uns, dass wir durch die Fürsprache der allerseligsten Jungfrau Maria, die Hilfe der Christen, dem Gebete treubleiben, 'das so überaus wichtig ist'.

Mache besonders, dass wir zum Kreuz zurückkehren, zur hl. Messe, 'diesem wunderbaren Geheimnis, das sich täglich aus unseren Altären vollzieht'.

Und dann erbitten wir von JESUS, durch deine Fürsprache, für alle Priester und Gottgeweihten: Heiligkeit, brennender Eifer für ihr Apostolat, Beharrlichkeit und neue Berufungen; das sie ganz und für immer ihrer wunderbaren Aufgabe treu bleiben. Amen."

 

Herman-Wijns--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

uk.gif

 

Prayer to obtain the Beatification of

Herman Wijns

 

"God, good Father, we thank You for all the saints You have given us as examples and intercessors.

Your son Jesus, during his earthly apostolic life, took a child and placed him in the middle of his disciples, with the exhortation that they - and we - become like children.

We believe that our friend, Herman Wijns, during his short life, served You with total fidelity and therefore was so soon close to You, confirmed in your love.

We pray that this also may be recognised by the Church, so that his virtues, which were an example during his life, may also find followers now and that more people in distress may experience his powerful intercession.

May your reign of Love grow more and more, and may we all feel more secure in your hand.

Mary, help in all distress, watch over us, Christians, followers of your Son Jesus. Amen."

 

Herman-Wijns--15-.jpg

 

 

Prayer for Herman's intercession

 

"In the name of the Father, and of the Son, and of the Holy Spirit.

Herman, during your short life, you sympathized with the sufferings of others and you suffered yourself pain, distress and trials. You prayed to God with an unshakable confidence, and you were heard.

Referring to your service at the altar, you said encouragingly to your mother: 'If you want to ask the Lord a favour, tell it to me, I'm closest to Him.'

We hope that the good God has admitted you quite close to Him in heaven. We ask you to plead for us there for the needs of the Kingdom of God and of the Church, but also for what is close to our hearts, and preoccupies us...

May we experience your powerful intercession with God, who so fervently loves children.

May we imitate you in your unshakable confidence and may we, with you, thank God for his kindness and feel secure in his hand.

Mary, Aid of Christians, pray for us!"

 

Herman-Wijns--ex-voto.jpg

 

Prayer in great distress

 

"My dear Lord, I come in great distress imploring your help. You know that I presently have to face great difficulties. Heavy grief and sorrow have become my share. It is very hard for me to bear all this; I am right now overwhelmed with anguish.

Still I will not doubt your goodness and profess that even now you are my Father and also Mother. To whom could we turn, but to you, source of all Good.

I come to recommend urgently to You this affair which weighs so heavily on my heart..., and in which I surrender myself to your Love.

Create in my heart a great confidence in your goodness. Enlighten me to know what I can do myself, and help me to fulfil it.

And where I am powerless, help me and strengthen me in patience and confidence.

Therefore I implore the intercession of Mary, Mother of Jesus, who was also tried, and that of your friend Herman Wijns, who was so dear to you and whom You have enabled to solve so many problems."

 

Tombe-d-Herman-Wijns.jpg

 

 

italie.gif

 

 

Herman Wijns, nasce il 15 marzo 1931 a Merksen, presso Anversa (Belgio). Fin da bambino diceva che voleva farsi sacerdote.

Il 24 maggio 1941, come ogni altro giorno, serve la Messa al suo parroco. Al termine, il parroco gli domanda: "Davvero vuoi farti sacerdote?". Gli risponde deciso: "Sì, solo sacerdote". Al pomeriggio dello stesso giorno, trova per la strada un Crocifisso, lo porta a casa, lo pulisce, lo bacia lo appende nella sua camera, dicendo: "Devo offrire a Lui la vita in riparazione dei peccati del mondo, per i chiamati al sacerdozio".

Verso sera, giocando con alcuni amici, cade e si ferisce gravemente a una gamba, perdendo molto sangue. All’ospedale, subisce due interventi assai dolorosi. Il 26 maggio 1941 - in piena conoscenza - fa la sua ultima confessione, riceve Gesù Eucaristico come Viatico, l’Unzione degli infermi. È tranquillo, con una grande gioia sul volto, come chi va incontro a una festa lungamente attesa. Mormora: "Vado da Gesù, starò con Lui per sempre".

 

Herman-Wijns--carte-priere-en-neerlandais.jpg

 

"Herman Wijns"

"Fanciullo Testimoni"

 

"Merksen, Belgio, 15 marzo 1931 - 26 maggio 1941"

 

"Herman Wijns nacque il 15 marzo 1931 a Merksen, presso Anversa, in Belgio. Sin da bambino manifestò il desiderio di farsi sacerdote. Il 24 maggio 1941, come ogni giorno, servì la Messa al suo parroco ed al termine questi gli domandò: “Davvero vuoi farti sacerdote?”. Il ragazzino gli risponde deciso: “Sì, solo sacerdote”. Nel pomeriggio dello stesso giorno trovò per strada un Crocifisso, lo portò a casa, lo ripulì, lo baciò e lo appese nella sua camera dicendo: “Devo offrire a Lui la vita in riparazione dei peccati del mondo, per i chiamati al sacerdozio”. Verso sera, giocando con alcuni amici, cadde e si ferì gravemente ad una gamba, perdendo molto sangue. All’ospedale subì due interventi assai dolorosi. Il 26 maggio 1941, in piena conoscenza, fa la sua ultima confessione, ricette Gesù Eucaristico come Viatico, l’Unzione degli infermi. Tranquillo, una grande gioia traspariva sul suo volto, come chi va incontro ad una festa tanto attesa. Spirò mormorando: “Vado da Gesù, starò con Lui per sempre”. (a cura di Don Damiano Marco Grenci)

 

 

L'esempio

 

Herman Wijns era nato il 15 marzo 1931 in Belgio, nel paese di Merksem, presso Anversa in una famiglia benestante. Suo padre era un commerciante di successo, che viveva la sua professione con entusiasmo e gioia, convinto che si può diventare santi anche lavorando: l’importante è lavorare bene, fare bene il proprio dovere, essere onesti e leali.

Il papà di Herman sapeva che molti suoi colleghi e amici lavoravano “semplicemente”, ma contenti, nervosi, facendo il minimo o addirittura imbrogliando gli altri. Invece lui credeva che si può lavorare “con amore”, mettendo il meglio di noi stessi, sapendo che chi lavora “con amore” realizza la missione che Dio ha affidato ad Adamo ed Eva – e dunque ad ogni uomo , quella di trasformare il mondo e di renderlo un poco di più il Paradiso di Dio. Chi lavora diventa “immagine e somiglianza di Dio”, perché come lui crea e plasma la realtà. Il papà di Herman voleva diventare “santo” nel posto in cui lo aveva posto Dio, per questo cercava di essere un “santo commerciante”.

Per essere stato sul lavoro, il papà di Herman metteva in pratica la “ricetta” della santità: ogni giorno faceva la comunione, ogni giorno recitava il rosario, ogni mattina ed ogni sera recitava le preghiere insieme a sua moglie ed ai suoi figli.

Se Herman diventerà santo lo dobbiamo poco a suo padre, al suo esempio, al suo stile di vita. È l’esempio che trascina: pensate a quanta gente trascinereste a Gesù, se foste di esempio con la vostra vita, con il vostro amore per Gesù.

 

 

Rosario e Comunione quotidiani

 

Accade così a Herman. Un giorno, rientrando a casa dai suoi giochi, vide suo padre con la corona del rosario in mano; gli chiese cosa stesse facendo. Suo padre gli rispose: “parlo con la Madonna, la mamma di Gesù e li affido tutti voi, la mamma, tutti coloro che soffrono”. Herman – allora aveva cinque annisi sedette accanto al papà e gli disse: “voglio pregare anch’io con te. Voglio pregare anche io per mamma e per i miei fratelli. Voglio pregare anche io la Madonna per tutti”. Da allora ogni giorno recitò il rosario, anche da solo: per i suoi cari e per tutti quelli che avevano bisogno di aiuto. La stessa cosa accade per la comunione. Herman vedeva che ogni giorno suo padre usciva di casa molto presto. Lui si svegliava, perché voleva salutarlo: non l’avrebbe rivistoche a sera e talvolta lui, il piccolo, era già a letto. Una mattina Herman chiese a suo padre perché uscisse di casa così presto: i genitori dei suoi amici andavano al lavoro più tardi.

Papà gli rispose che, prima di andare al lavoro,voleva partecipare alla messa e fare la comunione, per avere Gesù nel cuore e con lui nel cuore lavorare. Herman disse subito: “papà, posso venire anch’io?”. Il babbo non riuscì a dirgli di no e, tenendolo per mano, lo portò in chiesa. Herman chiese cosa fosse la messa e papà li spiegò che era il rinnovarsi del sacrificio di Gesù per la salvezza degli uomini. Da quel giorno, ogni mattina Herman faceva una domanda sulla messa e papà spiegava una cosa nuova: che nella messa Gesù si rendeva presente, che nel pane e nel vino Gesù si rendeva presente “realmente”, che Gesù si faceva pane e vino perché gli uomini potessero diventare una sola cosa con lui, fare comunione con lui, diventare santi come lui. Herman giorno per giorno si affascinava: “allora è una cosa grandissima!”, diceva. E domandava: “papà, quando potrò ricevere anche io Gesù nel mio cuore?”.

 

Herman-Wijns-a-2-ans-avec-Mus--parousie.over-blog.fr.jpg

Herman Wijns à 2 ans avec le chien Mus

 

 

 

Dare il meglio di sé

 

Aveva appena sei anni, ma il suo desiderio divenne così insistente che il Papà ed il parroco decisero di accontentarlo: era il 14 luglio 1937. Da allora partecipò ogni giorno alla messa e fece la comunione. Cominciava a prepararsi la sera prima: le sue preghiere, dette in ginocchio ai piedi del letto, già dicevano a Gesù quello che gli avrebbe chiesto nella comunione.

Nel pomeriggio tornava velocemente in chiesa, per ringraziare Gesù di averlo ricevuto nel cuore la mattina e promettergli che avrebbe vissuto “con lui nel cuore”. In effetti Herman si impegnava per dare il meglio di sé in tutto: a scuola studiava con passione ed era sempre tra i primi e, se gli chiedevano perché studiasse sempre tutto e bene, rispondeva che un cristiano deve sempre realizzare bene quello che fa. Non era un “secchione”: studiava, ma era anche capace di stare con i suoi compagni, anzi era un ragazzo che aveva molti amici, perché era allegro e sapeva aiutare i compagni meno bravi senza umiliarli. Era allegro e, insieme, rispettoso: non prendeva in giro ne umiliava alcuno, non c’erano parole offensive o cattive sulla sua bocca e per questo i suoi compagni stavano bene con lui: si sentivano voluti bene, sentivano che per lui erano dei veri “amici”. Voi sareste capaci di essere così?

 

 

“Cosa farai da grande?”

 

Un giorno suo padre gli fece la domanda che prima o poi tutti i papà fanno: “che cosa farai da grande ?”. Herman – allora aveva sette anni-rispose con voce sicura: “Prima imparerò a servire la messa, poi diventerò prete”. Papà aggiunse: “allora devi prepararti diventando ogni giorno migliore e offrendo a Dio i tuoi sacrifici”.

Come sempre, Herman prese sul serio le parole di suo padre e cominciò ad offrire al Signore i suoi piccoli sacrifici di ogni giorno “per essere unito al sacrificio della messa e convertire i peccatori”.

Qualche volta esagerava, come quando ricevette in regalo dalla zia un paio di scarpe nuove, belle… ma strette. La era tutta contenta e gli propose di andare a fare una passeggiata con le scarpe nuove. Herman pensò che sarebbe rimasta male se le avesse detto che le scarpe gli facevano male. Senza dire nulla, soffocando nel cuore il dolore, uscì con la zia, che non fece una “passeggiata” ma una “passeggiatona”. Fu un vero martirio, che procurò ad Herman delle grosse piaghe ai piedi: la mamma, vedendole, si spaventò, lui invece sorrise, dicendole che aveva messo nel “calice” di Gesù quei “dolorini”. Era ancora un bambino e doveva imparare a distinguere tra i sacrifici inutili e quelli importanti.

Un’altra volta accadde in estate. Herman pensò a Gesù che sulla croce aveva chiesto da bere, dicendo: “ho sete”, ma i soldati gli avevano dato dell’aceto. Pensò che lui allora poteva unirsi a Gesù nel salvare gli uomini (come Gesù sulla croce), se avesse sopportato la sete senza lamentarsi, offrendo la sua sete a Gesù. Per giorni e giorni si limitava a bere durante i pasti, anche se la sete era fortissima, soprattutto nel pomeriggio: ad Anversa l’estate è calda e afosa. Smise di essere “assetato” come Gesù solo quando il parroco li chiese di smettere quel sacrificio. Qualche altra volta non era esagerato, ma semplicemente coraggioso, innamorato di Gesù.

 

 

Regola di vita

 

Inverno tra il 1940 e il 1941: la temperatura era terribilmente bassa e gli erano venuti anche dei grossi geloni ai piedi. La mamma lo scongiurò di stare a casa, ma Herman rispose sereno e fermo: “mamma, non posso non uscire: Gesù mi attende a Messa”.

Herman rispose così, perché si era dato una “regola di vita”, cui cercava di essere fedele sempre, anche se aveva appena nove anni. Si alzava ogni mattina alle cinque per andare a servire la messa (allora si celebrava verso le 5.30/6.00), ma Herman faceva in modo di arrivare in chiesa almeno 20 min prima, per poter recitare un rosario: gli sembrava un bel modo di prepararsi alla messa, affidandosi alla mamma di Gesù, che avrebbe incontrato sull’altare. Alla messa non rinunciava mai, piuttosto rinunciava ad altre cose pur belle: in estate preferiva rinunciare ad una gita, che alla messa; preferiva “stare accanto a Gesù che viene sull’altare” che divertirsi, lasciando solo il suo Don, mentre diceva le parole di Gesù.

Dopo pranzo, prima di cominciare i compiti, Herman pregava ancora la Madonna e al tramonto recitava ancora il rosario, possibilmente con la mamma, il papà e i fratelli.

Come si vede, era un programma esigente non a caso il titolo che gli aveva dato era: “preghiera e penitenza”. D’altra parte Herman ripeteva una frase, che diceva spesso anche don Carlo Gnocchi: “i giovani sono fatti per l’eroismo, non per la mediocrità”.

 

 

Il tempo della prova

 

Venne anche per la famiglia di Herman il tempo della prova, che sembra non mancare mai nella vita dei santi, dei credenti. Forse tutti quelli che credono in Gesù devono fare, almeno un poco, l’esperienza di Giobbe che perse tutto – tutti i suoi figli e le sue figlie e tutti i suoi beni – e che, però, ebbe la forza di dire sempre: “il Signore ha dato; il Signore ha tolto; sia benedetto il nome del Signore” (Gb 1,21).

Accade anche al signor Wijns: un amico commerciante gli chiese un prestito per non fallire ed egli glielo fece subito: la carità non si tira mai indietro, se può aiutare. Purtroppo l’amico perse tutto, anche i soldi del papà di Herman. Anch’ egli fallì: perse tutto il suo patrimonio, il negozio, l’attività, la casa: gli amici dei tempi fortunati scomparvero e papà rimase senza lavoro. Talvolta mancava anche il cibo sufficiente per tutti. Ma papà non si scoraggiò: continuò ad avere fiducia in Dio, a pregarlo con fedeltà. Qualche volta – è ovvio – c’erano momenti di scoraggiamento. Allora Herman dava coraggio a suo padre: “preghiamo, papà, e tutto si aggiusterà” e accompagnava suo padre in Chiesa, per la quotidiana visita a Gesù nel Santissimo sacramento: qualche volta il papà era triste, allora Herman gli proponeva di andare a “trovare Gesù nel tabernacolo”. Passava almeno mezz’ora, fissando il tabernacolo, come se vedesse realmente Gesù e il papà lo sentiva ripetere con entusiasmo: “Gesù, ti voglio bene”. Lo diciamo anche noi, ogni volta che fissiamo il tabernacolo?

 

Herman-Wijns-dans-son-cercueil-avec-son-pere-Jozef--parous.jpg

Herman Wijns dans son cercueil avec son papa Jozef

 

 

 

Capace di dare coraggio

 

Qualche volta bisognava dare coraggio alla mamma, che si disperava, quando vedeva mancare il cibo per i suoi figli. E, come succede spesso, lo scoraggiamento la spingeva a ribellarsi a Dio, a rifiutarsi di pregarlo: “a che serve pregare? – diceva – tanto Dio non ci ascolta”. Allora Herman le rispondeva con la solita voce ferma e serena: “mamma, la forza della preghiera sta nel continuare a pregare, nel pregare sempre. Io continuo a pregare. Il Signore mi esaudirà”. Un altro giorno, Herman le propose: “mamma, perché non vieni anche tu a messa con noi? ”. Ella li rispose irritata: “ non ti interessa quello che faccio o non faccio io”. Herman replicò sereno: “mamma, un giorno papà e io andremo in paradiso e vorrei che ci fossi anche tu con noi, per fare festa tutti insieme per tutta l’eternità”.

In ogni caso, Herman non si limitava a pregare: cominciò a fare dei piccoli servizi per le persone e i negozi del vicinato, così guadagnava qualche soldo, che consegnava tutto sorridente ai genitori, per aiutarli a fare la spesa.

Herman era un piccolo eroe, capace di dare coraggio ai grandi: è il segreto dei santi, che sanno perseverare nella preghiera e nell’impegno. Anche Herman perseverò: siccome la situazione non migliorava e papà continuava ad essere senza lavoro, decise di “fare sul serio con Dio” e cominciò una Novena e poi una terza. E poi ancora. Arrivò alla venticinquesima Novena. L’ultimo giorno papà Wijns fu chiamato a lavorare in un ministero: era un lavoro sicuro, finalmente. Herman commentò il fatto: “vedete che quando si persevera, si ottiene tutto da Dio”. In effetti, lui aveva perseverato: per 225 giorni aveva insistito nella preghiera, sicuro che Dio e la Madonna lo avrebbero ascoltato: “la Madonna è la nostra mamma – diceva – e ci aiuterà sempre”. E, parlando della bontà di Dio: “se hai qualche grazia da ottenere dal Signore, dillo a me, che sono il più vicino a lui, perché servo la messa e sono vicino al suo altare”. Chissà se i nostri chierichetti sanno che, stando vicino all’altare, sono i “più vicini” a Gesù e possono chiedere a lui grandi cose, per tutti quelli che hanno bisogno.

 

 

“O sacerdote o nulla!”

 

Il 24 maggio 1941 Herman andò come al solito a servire la messa. Al termine, in sacrestia, il parroco gli chiese: “Davvero vuoi diventare sacerdote?”. Herman ancora una volta rispose sereno e convinto: “sì, o sacerdote o nulla!”.

Nel pomeriggio, camminando lungo la strada trovò a terra un crocifisso: lo raccolse, lo baciò, lo portò a casa, lo pulì ben bene e lo appese nella sua camera. Era un poco triste, pensando dove lo aveva trovato: per terra, abbandonato e sporco. Guardando quel crocifisso smarrito, pensò: “povero Signore!”. E fece un proposito: “devo offrirgli la mia vita in riparazione dell’offesa che ha ricevuto per la salvezza di chi lo ha abbandonato per terra”.

Poi corse fuori, a giocare come al solito con gli amici. Scendeva la sera, quando, urtato involontariamente, cadde per terra, ferendosi gravemente la gamba: il sangue sgorgava copioso e inarrestabile. Fu portato di corsa all’ospedale ed operato d’urgenza, senza anestesia per fare più in fretta. Il giorno dopo fu operato una seconda volta, ma l’emorragia non si arrestava.

Il 26 maggio 1941 chiese di confessarsi e di fare la comunione. Poi chiese anche il sacramento dell’unzione degli infermi, che allora si riceveva per prepararsi a morire e, in effetti, era chiamata “estrema unzione”, rispondeva lui stesso alla preghiera del sacerdote, rispondeva sereno. Al termine del rito sorrise e il suo volto divenne luminoso di gioia. Mormorò: “papà,mamma, vado da Gesù. Starò con lui per sempre. Vi aspetto”. Chiuse gli occhi, come per dormire. E fu per sempre.

Herman, tu hai desiderato diventare sacerdote e lo sei: “sacerdote di desiderio”. Dal Cielo prega per i chierichetti, perché sappiano amare Gesù e Maria come li hai amati e li ami tu.

 

Autore: Don Ennio Apeciti."

 

Fonte: http://www.santiebeati.it

 

 

Herman-Wijns--18-.jpg

 

 

portugal.gif

 

 

"Nasceu no dia 15 março de 1931 em Merksen em Antuérpia, na Bélgica. Em 24 de Maio de 1941, tal como todos os dias, servia a seu pároco, como coroinha na missa. Após a missa o Padre lhe pergunta: “Você não gostaria de ser padre?". O menino decidido respondeu: "Sim, somente padre." Na tarde do mesmo dia, ele encontrou um crucifixo na rua e o levou para casa. Lá ele o limpou, o beijou e pendurou no quarto dizendo: "Devo te dar a vida e reparar os pecados do mundo, por todos que são chamados ao sacerdócio." Rumo à tarde, brincando com alguns amigos, ele caiu gravemente e feriu uma das pernas, perdendo muito sangue. No hospital ele sofreu dores muito dolorosas. Em 26 de maio 1941, com apenas 10 anos e com pleno conhecimento, faz sua última confissão, recebe a Jesus Eucarístico como Viático e a Unção dos Enfermos. Tranqüilo e com uma grande alegria estampada em seu rosto, como quem vai para uma festa, diz suas ultimas palavras: “Vou a Jesus, ficar com ele eternamente.”.

Rezemos pela sua beatificação!

 

Fonte: www.santiebeati.it

 

Traduzido por Marcos Vinicius-Coord Acólitos do Rosário."

 

 

Herman-Wijns--13-.jpg

 

 

Espagne.gif

 

 

"De padres muy cristianos, aprendió a amar a Dios desde pequeñito.

Desde los cinco años acompañaba a su papá a la Misa diaria.

A los 6 años de edad se le permite hacer su Primera Comunión,

luego entra a la Cruzada Eucarística.

Le llaman el “pequeño sacerdote.”

 

Herman-Wijns--parousie.over-blog.jpg

 

Un ejemplo para los niños."

 

Herman-Wijns-a-2-ans--parousie.over-blog.fr.jpg

Herman Wijns à 2 ans

 

 

Gif-drapeau-esperanto--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

HERMANO WIJNS, DEKJARA KRISTANO

 

"Herman Wijns (Ŭejns) naskiĝis en Merksem-Antwerpen (Belgio) la 15-an de marto 1931. La unuajn jarojn de sia vivo li pasigis en la multmoveco de l’ buĉista butiko de siaj gepatroj.

Ankoraŭ tre juna li ĉiutage akompanis sian patron al la Sankta Meso kaj jam lernis respekte preĝi. Li pri tio persistis kun ne ŝancelebla konfido kiam dum la krizojaroj la komerca entrepreno tute pereis, kaj eĉ kiam pli poste ĉiaj malprosperoj pli kaj pli ekpezis sur la familio.

Ekde sia kvina jaro li frekventis la lernejon de la Fratoj de la Karitato en Merksen. Kiel membro de la “Eŭkaristia Kampanjo” li baldaŭ vivadis fidele laŭ la intencoj de sacerdoto Eduardo Poppe, la belga propagandisto de la Eŭkaristia Kampanjo.

En 1940, apenaŭ naŭjara, Herman estis akceptita kiel mesoservanto, kaj li plene sin dediĉis al tiu honora tasko. Tiel, iom post iom kreskis en li intima amo al Jesuo, kiun li tenis vigla per longdaŭra persona preĝado, per eŭkaristia vivo, per amoferoj kaj memdisciplino, per amo afabla al ĉiuj homoj, per gaja, fervora sindediĉo al la lerneja vivo.

Jen kio maturigis lin por la ĉielo, kiam en sabato la 24-a de majo 1941 li estis grave vundita per vitra fragmento. Du tagojn pli poste Herman mortis en kliniko. Unu el liaj lastaj paroloj estis jena: “Nun mi sentas des pli kiel mi amegas ĉiujn homojn”. Ni povas supozi ke lia Ĉiela Patrino estis aperinta al li por kuraĝigi lin, ĉar al demando ĉu li deziras iri hejmen, li respondis: “Nun ne plu, mi ja vidis Nian Sinjorinon!”.

Lia morto tre impresis ĉiujn. Lia enterigo estis vera triumfa procesio. Ĉiam pli da homoj apelacias al lia propeto ĉe la Sinjoro kaj centoj da dankesprimoj atestas pri la ĝojo kaj danko de tiuj, kiuj sin scias elaŭditaj pro lia propeto. Li precipe akiras favorojn por la gepatroj kiuj preĝas pro siaj infanoj, ĉu por ilia bonfarto, ĉu por ilia konduto. Se vi aŭ aliaj personoj akiras ian gracon post alvoko de Herman Wijns, bonvolu tion sciigi al mi. Dankon.

 

Fr. G. De Ruyver, Brakel, Belgio."

 

Johanna-Dens--epouse-Wijns--la-maman-d-Herman-Wijns--parou.jpg

Johanna Dens, épouse Wijns,

la maman d'Herman Wijns

 


"Preĝo laŭ propeto de Herman Wijns"

 

"Kara Herman, dum via mallonga vivo vi intense partoprenis la suferojn de aliaj homoj kaj ankaŭ vi mem konatiĝis de proksime kun mizero, doloro kaj malprospero.

Kun neskuebla infana konfido vi preĝis al Dio kaj fine akiris elaŭdon. Aludante al via servado apud la altaro vi iam diris al via patrino: “Kiam vi volas ion peti de l’ Sinjoro, diru tion al mi. Mi ja sidas plej proksime al Li”.

Nu, ni esperas ke la bona Dia vin prenis ankaŭ tre proksime al Si en la ĉielo. Kaj ni petas ke tie vi pledu por ni, por la interesoj de la Dia Regno kaj de la Sankta Eklezio, kaj ankaŭ por io, kio kaŭzas al ni gravajn zorgojn:...

Mi esperas povi sperti vian potencan propeton ĉe Dio, al Kiu la infanoj estis tiel karaj.

Imitante vian neniam ĉesantan konfidon, ni esperas, ĉiam povi danki al Dio por lia boneco kaj ĉiam senti nin sekuraj en liaj manoj.

Maria, Helpo de la Kristanoj, preĝu por ni."

 

Source : http://www.esperokatolika.org

 

Enterrement-d-Herman-Wijns--Begrafenisstoet-met-Bloemen--pa.jpg

 

 

Gif drapeau Herman Wijns 2

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Saints belges
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 09:42

Bienheureuse-Marie-de-Jesus-Deluil-Martiny.JPGMarie Deluil-Martiny

Mère Marie de Jésus

née à Marseille le 28 mai 1841

morte à Marseille (La Servianne) le 27 février 1884

Fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus

 

 

 

Blason de Marseille

 

 

 

Prière pour la canonisation de la Bienheureuse

Mère Marie de Jésus Deluil–Martiny

 

Ô Jésus, Prêtre Éternel, au Nom de Ton Sang Divin répandu sur le Calvaire, au nom des Larmes de Marie, Mère des Douleurs, protège notre Saint Père le Pape, répands une nouvelle effusion de Grâces dans les âmes de Tes Prêtres, rends vains les efforts des sectes, et fais que la Sainte Église soit victorieuse de tous ses ennemis.

C’est dans ce but que la Bienheureuse Mère Marie de Jésus, après s'être sacrifiée pendant sa vie, versa son sang, victime d’un anarchiste.

Cœur de Jésus, par l’intercession de la Bienheureuse Mère Marie de Jésus, accorde-nous la Grâce d’imiter sa vie de don total, et la Grâce de..... si c'est pour Ta plus grande Gloire et le bien de nos âmes. Amen.

 

Dire 3 "Gloire au Père".

 

 

Sa mort :

 

Le 27 février 1884, est assassinée par le jardinier du couvent dans le jardin du Monastère de la Servianne (dans une maison de famile près de Marseille, troisième monastère de la Congrégation ouvert par Mère Marie de Jésus le 24 juin 1879).

En agonisant, elle dit : « Je lui pardonne, pour l’œuvre, pour l’œuvre ! »


Bienheureuse-Marie-de-Jesus-Deluil-Martiny--2--copie-1.JPG

 

 

Selige Mutter Maria von Jesus Deluil-Martiny

 

 

De Zalige Moeder Marie de Jésus Deluil-Martiny

 

 

Blessed Marie de Jésus

 

 

"Au service de cette spiritualité exigeante, Marie de Jésus institua une vie religieuse simple et austère, rythmée par le grand office, pénétrée par l’adoration et où la vie consacrée est véritable don de soi pour que l’amour du Christ soit connu et honoré."

 

Pape Jean-Paul II.

 

Bienheureuse-Marie-de-Jesus-Deluil-Martiny-3.jpg

 

 

Paroles de Mère Marie de Jésus

 

"En invoquant Marie de nos lèvres,

pendant que notre âme se rendra présents

tous ces divins mystères,

nous lui demanderons d’intervenir en notre faveur

et de parler à Dieu pour empêcher la ruine de Son peuple.

Allons à Jésus par Marie.

Que cette Divine Mère forme nos cœurs selon le Sien,

et qu’Elle nous obtienne de connaître Jésus,

d’aimer Jésus, d’imiter Jésus,

et de devenir d’autres Jésus.

C’est ce que nous Lui demanderons

avec d’humbles instances,

en La suppliant en même temps

de faire triompher dans le monde

les intérêts sacrés de Son Divin Fils."

 

 

"Les âmes de l'Institut futur seront des miroirs vivants de Jésus immolé." (septembre 1868, après un pèlerinage à la Salette).

 

"Chaque battement de nos cœurs devrait âtre un acte d’offrande de Jésus, et d’union à son sacrifice perpétuel pour la gloire du Père."

 

Mère Marie de Jésus.


 

Écrits de la Bienheureuse Mère Marie de Jésus

 


"La figure de Marie de Jésus mérite d’être honorée et je souhaite que vous méditiez le message de ses notes spirituelles et la fondation de son Institut religieux.

L’attachement de Marie de Jésus à l’Eucharistie est exemplaire ; elle a compris en profondeur l’offrande que le Christ fait de lui-même au Père pour le salut du monde."

 

Sa Sainteté le Jean-Paul II aux pèlerins, le 23 octobre 1989.

 

 

Uit de geschriften van de Gelukzalige Moeder Maria van Jezus

 

 

Les-Filles-du-Coeur-de-Jesus--Antwerpen.jpg

Les Filles du Coeur de Jésus

De Dochters van het Heilig Hart van Jezus

De Merodelei 12

2600 Berchem-Antwerpen

België - Belgique

 

Tel. 03/ 230 81 70.

 

 

Berchem-Basiliek--Basilique-du-Sacre-Coeur-a-Berchem-lez-.JPG

Basiliek van het Heilig Hart, Berchem (Antwerpen), België

Basilique du Sacré-Cœur à Berchem-lez-Anvers (Belgique)

où se trouve le corps de Mère Marie de Jésus


 

 


Agrandir le plan

 

 


Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Saints belges
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 15:04

Julienne de Cornillon, parousie.over-blog.frJulienne de Cornillon

"Julienne de Liège"

née à Retinne vers 1192

morte à Fosses-la-Ville le 5 avril 1258

Belgique - België



Flag-of-Wallonia.png



Prière à Sainte-Julienne de Cornillon

 

"Sainte-Julienne, tu aimais répéter après la Vierge Marie, "voici la Servante du Seigneur" ; ton âme, malgré les épreuves, chantait sans cesse le "Magnificat" et ton coeur brûlait d'amour pour Jésus dans l'Eucharistie. Apprends-nous à "honorer la très douce présence du Christ parmi nous" (Office liégeois) et prie pour nous."


Source : "Sainte-Julienne de Cornillon, Promotrice de la Fête Dieu"

 


Juliana van Cornillon, nederlands 

 

 

Eve-de-Liege.jpg


Julienne de Cornillon, Ève de Saint-Martin (Ève de Liège) et Isabelle de Huy en extase dans la Collégiale Saint Martin. Cette peinture d'Englebert Fisen (1690) servait de retable d'Autel dans la chapelle du Saint Sacrement. Huile sur Toile (H. 215 x L. 148).

Oeuvre d'art visible dans le Diocèse de Liège.

 

Repost 0
Published by Patrick Parousie - dans Saints belges
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 20:31

Saints-Coeurs-Unis-de-Jesus-et-Marie-d-apres-notre-Seigne.jpg

 


Image dessinée par Berthe Petit, à la demande expresse de Jésus : "C'est Mon désir que cette image soit répandue largement et loin, en même temps que l'invocation. Partout où elle sera vénérée, Ma Miséricorde et Mon Amour seront manifestés et la vue de Nos Coeurs, blessés par la même blessure, encouragera les âmes faibles et tièdes  à revenir à leur devoir". (Traduit de l'anglais).

 

 

 

 

Prière de Berthe Petit


Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, Demeure Divine et purifiante, enveloppez mon âme de Votre Maternité afin que, toujours fidèle à la voix de Jésus, elle réponde à Son Amour et accomplisse Sa Divine Volonté.

Je veux, Ô ma mère, me souvenir sans cesse de Votre Co-rédemption, afin de vivre dans l'intimité de Votre Cœur, unie en tout au Cœur de Votre Divin Fils.

Rivez-moi à ce Cœur par les Vertus et les Douleurs du Vôtre. Gardez-moi toujours.


100 jours d'indulgences. Carolus Maria, Episc. Tornacii - 12-3-1956 - Cum approb. eccles. Mechl. J. Naulaerts, can. lib. cens.


Coeur-Douloureux-et-Immacule-de-Marie.jpg

Notre-Dame Miraculeuse d'Ollignies

 

 

 

Invocation


Cœur Douloureux et Immaculé de Marie,

priez pour nous qui avons recours à Vous.


200 jours d'indulgences, Card. van Roey.

 


Saints-Coeurs-Unis-de-Jesus-et-Marie--2-.jpg

 

 

Consécration universelle au

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie


Ô Notre-Dame, nous Vous en supplions par les mérites de Votre Cœur Douloureux et Immaculé, daignez nous obtenir, ainsi qu'à tous nos frères, la Grâce de croire à l'Amour de Dieu et de Lui vouer un indéfectible attachement, une parfaite soumission, une fidélité sans réserve.

Montrez-nous Votre Cœur percé par le glaive de nos péchés et maintenez-nous sans cesse dans l'horreur du mal et la hantise de la réparation.

Que la pensée de Votre Cœur Immaculé, triomphant de toutes les séductions et ouvert à tous les sacrifices, nous élève au-dessus de nos égoïsmes et de nos médiocrités. Que la flamme de ce foyer brûlant de Charité Divine allume et entretienne en nous un ardent amour pour Dieu et pour nos frères.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, nous Vous consacrons nos personnes, notre diocèse, toutes les paroisses, tous les prêtres, les familles, la jeunesse, les malades, tous ceux qui souffrent. Nous Vous confions la relève des âmes consacrées et nous implorons de Votre Maternelle Puissance le retour de nos frères égarés.

Ô Reine de l'Univers, daignez Vous servir de Vos enfants pour assurer le Règne de Votre Fils Jésus et le Vôtre sur notre pays et sur le monde entier. Amen.

 

100 jours d'indulgences chaque fois. Tournai, le 20 Janvier 1959 + Charles-Marie, Évêque de Tournai.


Berthe-Petit--parousie.over-blog.fr.jpgFrançoise Marie Ghislaine Berthe Petit

née le 23 janvier 1870 à Enghien, Hainaut (Belgique)

morte le 26 mars 1943


BELGIQUE.gif



Saints-Coeurs-Unis-de-Jesus-et-Marie.jpg


Berthe Petit, Tertiaire Franciscaine, a eu une vision de Jésus lors d'un pèlerinage en 1910 à Sainte-Anne, en Alsace, lors de laquelle Il lui a dit que sa mission serait la Consécration du monde au Cœur Douloureux et Immaculé de Marie.

Pendant sa jeunesse, elle a eu une autre vision de l'Enfant-Jésus venant vers elle et lui disant : "Tu souffriras toujours, mais Je serai avec toi". (Traduit de l'anglais).

 

 

"Le Monde de demain vu par les Prophètes d'aujourd'hui", livre d'Albert Marty

 

 

Saints-Coeurs-Unis-de-Jesus-et-Marie--8-.jpg

 

 

 

usa.gif



"It is hearts that must be changed. This will be accomplished only by the Devotion proclaimed, explained, preached and recommended everywhere. Recourse to My Mother under the title I wish for her universally, is the last help I shall give before the end of time."


"The Sorrowful and Immaculate Heart of Mary":


Book on the Messages from the Sacred Heart of Jesus Christ and the Blessed Virgin Mary to Berthe Petit on the Devotion to the Sorrowful and Immaculate Heart of Mary, along with a biography of the messenger, Berthe Petit. Jesus states, "Recourse to my Mother under the title I wish for her universally, is the last help I shall give before the end of time." Many black and white photographs. Imprimatur; Nihil Obstat. (136 pages).


The Words of Our Lord to Berthe Petit:


"The title of Immaculate belongs to the whole being of My Mother and not specially to Her Heart. The title flows from my gratuitous gift to the Virgin who was to give me birth. My Mother has acquired from her Heart the title of 'Sorrowful' by sharing generously in all the sufferings of My Heart and My Body from the crib to the cross. There is not one of these Sorrows which did not pierce the Heart of My Mother. Living image of My crucified Body, her virginal flesh bore the invisible marks of My wounds as her Heart felt the Sorrows of My own. Nothing could ever tarnish the incorruptibility of her Immaculate Heart. The title of ‘Sorrowful’ belongs therefore to the Heart of My Mother, and more than any other, this title is dear to Her because it springs from the union of her Heart with Mine in the redemption of humanity. This title has been acquired by her through her full participation in My Calvary, and it precedes the gratuitous title ‘Immaculate’ which My love bestowed upon her by a singular privilege."


The following revelations were made by Our Lord to his spiritual daughter, Berthe Petit:


"The worst calamities which I had predicted are unleashed. The time is now ripe and I wish mankind to turn to the Sorrowful and Immaculate Heart of My Mother. Let this prayer be uttered by every soul: ‘Sorrowful and Immaculate Heart of Mary, pray for us.’ Let this prayer dictated by My Love as a supreme succor be approved and indulgenced, no longer partially and for a small portion of My flock, but for the whole universe, so that it may spread as a refreshing and purifying balm of reparation that will appease My anger. This Devotion to the Sorrowful and Immaculate Heart of My Mother will restore faith and hope to broken hearts and to ruined families: it will help to repair the destruction: it will sweeten sorrow. It will be a new strength for My Church, bringing souls, not only to confidence in My Heart, but also to abandonment to the Sorrowful Heart of My Mother."

Cardinal Bourne granted, to all those who will devoutly say: ‘Sorrowful and Immaculate Heart of Mary, pray for us’ an indulgence of 200 days each time.


Sacred Hearts of Jesus and Mary Picture:


"The two Hearts were seen fused together surmounted by the symbolical dove of the Holy Spirit on February 7, 1910, and surmounted by luminous rays of light on the following day. The picture is a facsimile of the one drawn by Berthe Petit at the express command of Our Lord." (From the book, "The Sorrowful and Immaculate Heart of Mary").

Digital Art Print of the Vision of the Two Hearts as sketched by Berthe Petit, Belgian mystic and the apostle of the Devotion to the Sorrowful and Immaculate Heart of Mary. The Digital Art Print contains the following words from Our Lord spoken to Berthe Petit.

"It is My desire that this picture, guided by My hand, be spread far and wide, simultaneously with the invocation. Wherever it will be venerated, My Mercy and My Love will be made manifest and the sight of Our Hearts, wounded by the same wound, will encourage tepid and weak souls to come back to their duty."


The Words of Our Lord to Berthe Petit:


"Teach souls to love the Heart of My Mother pierced with sorrow that transfixed My Own Heart."

"My desire flows from My love on Calvary. In giving John to My Mother as a son, I entrusted the whole world to her Sorrowful Motherhood."

"Let every soul cry out: Sorrowful and Immaculate Heart of Mary, pray for us."


Picture of Our Lady of Ollignies:


"This picture of Our Lady of Ollignies is of a mysterious origin. It was discovered under peculiar circumstances in 1918 - the year of the Armistice, in the Convent of the Bernardine nuns by whom Berthe Petit had been educated. After the withdrawal of the German troops from Belgium, consequent on the closure of the war, one of the sisters was asked to put up the cellar in order. Among the various papers, she found a piece of cardboard wrapped in an old newspaper, which she immediately tore off as useless, to be burnt along with other rubbish; but to her astonishment she found, underneath the cardboard, a beautiful picture of Our Lady. This was reported to the Mother Superior; the whole Community felt that their safety during the war was due to the special protection of Our Lady manifested by that picture within the precincts of the Convent. But in spite of a thorough investigation, they were never able to trace its origin. When it was shown to Berthe [Petit] in 1919, after her return from Switzerland, she at once recognized it as the picture of the two-fold symbol of the Sorrowful and Immaculate Heart of Mary.

The image in the picture represents the Mother of God, holding in her left hand a lily, symbol of her Immaculate purity - the gratuitous gift of her Divine Son; the finger of the right hand points out to her Sorrowful Heart surmounted by flames and pierced with a sword. The far-away gaze of the penetrating eyes seems as if the Blessed Virgin is beholding with sorrow the sins of mankind, which have caused the suffering expressed on the gentle countenance of her head, slightly inclined to the right. The gentle expression of the face is not quite unlike that of the "Pieta," so often seen in our Churches. At first, copies of this picture were distributed with discretion; but soon it came to be widely known and eagerly sought after all over Belgium. It bore "au verso," the Act of Consecration dictated by Our Lord Himself to Berthe Petit, and used by His Eminence Francis Cardinal Bourne, Primate of England, during and after the Great War, and the Imprimatur of the Bishop of Tournai."


From "The Art of Divine Love or Berthe Petit (Franciscan Tertiary, 1870-1943) " by Rev. I. Duffner, M.S.C. Adapted from the French by Rev.Louis M. Shouriah; Printed at Don Bosco Press, Tanjore; 1955.

"The Sorrowful and Immaculate Heart of Mary" Translated from the French by a nun of Kylemore Abbey; Prow Books, Franciscan Marytown Press; 1974.

"Sorrowful and Immaculate Heart of Mary" World Apostolate of Fatima; Washington, N.J. (6) From "Berthe Petit Apotre du Coeur douloureux et Immacule de Marie" by R. P. Colin, C.S.S.R., Nouvelles Editions Latines; Paris 1967.

"Berthe Petit und das schmerzvolle Herz Mariens" by Irmgard Hausmann; Christiana-Verlag Stein Am Rhein; printed in Switzerland, 1970.

"Novena of Confidence and Thanksgiving to the Sorrowful and Immaculate Heart of Mary" Franciscan Marytown Press; Revised Edition, 1989.

 

 

Berthe-Petit-en-1941--parousie.over-blog.fr---Copie.jpg

 

 

"The Art of Divine Love Or Berthe Petit"

 

 


Repost 0
Published by Patrick Parousie - dans Saints belges
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 10:35
Saint-Ghislain
Gislenus
mort en 681




Neuvaine à Saint-Ghislain de Mons

À réciter pendant 9 jours consécutifs. D'après la tradition, laisser une bougie allumée à l'église et une copie de la prière.


 

 

Dieu soit loué !
Ô Reine du Très Saint Rosaire, priez pour nous !
Saint-Ghislain, j'ai recours à votre protection et comme preuve de ma foi et de mon affection pour vous, je vous offre cette bougie.
Saint-Ghislain, je vous en supplie, voyez la situation où je me trouve, réconfortez-moi dans ma détresse, intercédez pour moi et ma famille auprès du Sauveur Jésus-Christ.
Que nous conservions toujours l'Amour de Dieu dans nos coeurs.
Assistez-nous dans les nécessités de la vie. Écoutez mes prières, ayez pitié de moi, accordez-moi les faveurs que je vous demande (formulez vos requêtes).
Je vous en prie, aidez-moi à surmonter toutes les difficultés que je viens déposer à vos pieds ; je crois en vous, j'ai confiance en vous !
3 Pater, 3 Ave, 3 Gloria. Amen !


Enluminure de Saint-Ghislain tirée

d'un livre de prière néerlandais ~1450

 

  

Prière à Saint-Ghislain de Mons

Patron de ceux qui se confient à vous, Grand Saint-Ghislain, je viens vous demander non l'abondance et non pas aussi la pauvreté, craignant que l'une ne m'entraîne à la vanité et l'autre à l'impatience, au chagrin et au désespoir, mais je vous demande une honnête suffisance des choses nécessaires à l'entretien de ma vie et de ma famille.
Je suis composé de corps et d'âme ; le corps a besoin de nourriture et de vêtements ; la Grâce nécessaire à l'âme pour vivre d'esprit et servir Dieu qui est Esprit.
Tous deux sont exposés à beaucoup d'infirmités. Saint-Ghislain, Père des pauvres, assistez-moi, délivrez-moi de tout ce qui peut me nuire de l'un et de l'autre. Amen !


Repost 0
Published by Parousie Franche-Comté - dans Saints belges
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 17:31
Joseph de Veuster
né en 1840 à Tremelo (Belgique)
mort en 1889 à Molokai (Hawaii)


Prière à Saint Damien de Molokaï
Moloka'i en langue hawaiienne

Dieu, notre Père,

nous Te rendons grâce pour

Damien notre frère.

  À la suite de Jésus, Ton Fils,

il a rejoint les lépreux de Molokaï,

il est devenu l'un des exclus

jusqu'à en mourir ;

il leur a montré

que Tu les aimais :

il leur a rendu

la fierté d'être homme,

et l'espérance d'un avenir.

Aussi, nous Te demandons :

que Ton Esprit nous ressuscite

pour marcher sur les pas de Damien,

animés d'une même foi que la sienne.

Ouvre nos yeux,

ouvre nos coeurs,

pour rejoindre ceux et celles

qui sont exclus, méconnus, oubliés :

fais qu'à travers nous,

ils découvrent qui Tu es.

Suscite des hommes et des femmes

prêts à prendre le chemin qu'il a suivi.

Telle est la prière

que nous T'adressons,

Père plein de Tendresse et d'Amour,

Toi, notre Dieu, depuis toujours

et pour l'éternité.

Amen.

 


Prière pour la Canonisation
du Bienheureux Damien

(Canonisé le 11 octobre 2009)

 

Oh Seigneur,
Tu as enflammé le cœur de Ton Serviteur,
le Bienheureux Damien de Molokaï,
avec un amour ardent
pour les Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie.

Tu l'as rempli de zèle pour l'adoration eucharistique,
et pour le service des lépreux de Molokaï,
dernier entre les derniers,
lépreux entres les lépreux.

Comme lui,
enseigne-nous à vivre généreusement,
à Te servir avec amour,
à nous donner sans réserve,
à travailler sans repos,
annonçant Ton Amour à tous les hommes,
sans rien espérer en retour
sinon de pouvoir contempler, vivre et annoncer
les merveilles de Ta Miséricorde.

En Te remerciant pour la Béatification,
nous Te demandons que Tu sois glorifié en lui
par sa Canonisation.

Amen.

"Notre Père", "Je Vous salue Marie", "Gloire au Père"

Bienheureux Damien de Molokai, priez pour nous.

Aux Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie, Honneur et Gloire.


Canonisation le dimanche 11 octobre 2009



 


Hymne à Damien de Molokaï

Oración al Santo Padre Damián de Molokai
composée par le Père Guillermo Rosas (Chili)


1. Bendito seas, Señor, por los testigos
de Tu Amor sin preguntas ni medida,
los que a la vera de todos los caminos
se paran a curarte las heridas.

► Sois béni, Seigneur, pour les témoins
de Ton Amour sans demandes ni mesure,
ceux qui au bord de tous les chemins
sont prêts à soigner Tes blessures.


2. Como Damián, Tu Servidor y amigo,
que no volvió su rostro ante el espanto
de Tu Cuerpo sufriente y malherido,
de Tus Llagas amargas, de Tu llanto.

► Comme Damien, Ton Serviteur et ami,
qui n'a pas détourné son regard de l'horreur
de Ton corps souffrant et grièvement blessé,
de Tes Plaies douloureuses, de Tes gémissements.


3. Señor, Tú estabas leproso y Te cazaron
como a las alimañas de los montes,
y en un infierno ausente Te arrojaron
para olvidar Tu Rostro y Tus hedores.

► Seigneur, Tu étais lépreux et ils Te chassèrent
Comme les bêtes nuisibles des montagnes,
et au fond d'un enfer, ils Te précipitèrent
afin d'oublier Ton Visage et Tes puanteurs.


4. Pasó Damián, el buen samaritano,
miró de frente y sin temor Tu lepra,
y besando Tus Llagas como hermano
halló su propia cruz en esa entrega.

► Damien passa, le bon samaritain,
regarda en face et sans peur Ta lèpre,
et embrassant Tes Plaies comme un frère
découvrit sa propre croix dans ce geste de dévouement.


5.Señor, Tú estás a la vera del camino
esperando una mano compasiva,
que hoy sepamos en cada hermano nuestro
sanar Tu soledad y Tus heridas.

► Seigneur, Tu étais au bord du chemin,
guettant une main compatissante,
que nous sachions, en chacun de nos frères
guérir Ta solitude et Tes blessures.


6. En Damián, grano de trigo fértil,
en Molokai sembrado y triturado,
el Padre Bueno, el Hijo y el Espíritu,
por siempre sean benditos y alabados.
Amén.

► En Damien, grain de blé fertile
à Molokaï semé et broyé
le Père de Bonté, le Fils et l'Esprit,
pour toujours soient bénis et loués.
Amen.

 


Prières de la Congrégation des
Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie

 


Prière à Dieu le Père


Dieu de Miséricorde
nous Te rendons grâce pour Damien,
frère universel,
père des lépreux,
fils des Sacrés-Cœurs.

Tu as suscité en lui
un amour passionné pour la vie,
pour la santé et la dignité
de ceux qui sont tombés
au bord du chemin.

Merci car, comme Jésus,
il a aimé jusqu'à l'extrême.
Merci car, comme Marie,
il s'est donné sans réserve.

Merci, Père, de continuer
à susciter en Damien
la sainteté et la passion
pour Ton Règne.
Amen.

 


Prière à Damien de Molokaï


Damien, notre frère,
tu as entendu l'appel et tu t'es mis en route,
missionnaire heureux et généreux,
tu as aimé l'Évangile plus que ta vie,
pour amour de Jésus, tu as quitté ta famille et ton pays,
tes sécurités et tes rêves à toi.

Enseigne-nous à donner notre vie avec ta joie,
à être lépreux avec les lépreux d'aujourd'hui,
à célébrer et à contempler l'Eucharistie
comme la source du don de nous-mêmes.

Aide-nous à aimer jusqu'à l'extrême,
et à persévérer, avec la force de l'Esprit,
dans la compassion des pauvres et des oubliés
pour être de vrais disciples de Jésus et de Marie.
Amen.


Père Pamphile, frère de Damien

 

"Que le Seigneur nous accorde en bénédiction cette même joie qui remplissait le cœur de Damien, et répande sur nous son Esprit d'Amour et de Courage qui nous aide à répondre généreusement au don de notre frère, lui qui mourut heureux d'être enfant des Sacrés-Cœurs.


Le Père Damien avec les filles de l'orphelinat

 

Fraternellement dans les SS.CC.

Rosa Mª Ferreiro ss.cc, Supérieure Générale.
Javier Álvarez-Ossorio ss.cc, Supérieur Général."


Damien mourant


Source : Lettre des Supérieurs Généraux aux frères et aux sœurs de la Congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie (Picpus).


La Bienheureuse Marianne Cope

près de Damien sur son lit de mort


 

 

 


Prayer for the Canonization of Blessed Damien

(Canonization: October 11, 2009)

 


Our Father, while Your Son Jesus walked among us on earth, He taught us by work and example to love one another. We pray that You glorify Your Servant Damien, in order that inspired by the example of his love for You, and for his fellow human beings, we too, might live Your Great Commandment and reach out to our brothers and sisters in their spiritual and temporal needs.

Inspired by Your Love, Damien gave his life for the most wretched of his brothers and sisters.

May we, in Your Goodness, soon see him honored as Saint.

Grant this through our Lord Jesus Christ Your Son, who lives and reigns with You and the Holy Spirit, one God, forever and ever. Amen.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parousie Franche-Comté - dans Saints belges
commenter cet article