Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 08:36

 

 

Cantique « Oui, je le crois »

 

‘’Refrain’’

« Oui, je le crois ! elle est immaculée,

La Vierge d'Israël, mère du Roi des rois.

Le Ciel a prononcé, notre attente est comblée :

Oui, je le crois ! oui, je le crois ! »

 

« Ô jour trois fois heureux ! appelé par la terre,

Tu ne brillais encor qu'au sein de l'avenir ;

Aujourd’hui sur nos fronts rayonne ta lumière ;

Combien nous devons te bénir ! »

 

« En te donnant déjà ce beau titre, ô Marie,

De notre seul amour nous écoutions la loi ;

Aujourd’hui nous t’offrons, Mère aimable et chérie,

Notre amour avec notre foi. »

 

« Toi qui viens d’acclamer ce privilège insigne,

Église de mon Dieu, voix de sa vérité !

Lève les yeux en haut : tu vaincras par ce signe,

L’enfer recule épouvanté. »

 

« Et nous qui saluons cette aurore nouvelle,

Nous, que la voix de Pierre a rendus triomphants,

Espérons au Seigneur : la gloire maternelle

Fera le salut des enfants. »

 

« Puisse Jésus nous dire à notre heure dernière,

Quand nous comparaîtrons, muets et consternés :

Vous avez combattu pour l’honneur de ma Mère :

Vous ne serez pas condamnés. »

 

« Aux pieds de notre Reine, en ce jour d'allégresse,

Préludons par nos chants au cantique éternel.

Ah ! répétons encor, pleins d'une sainte ivresse,

Notre acte de foi solennel : » ……..

 

 

 

 

 

 

Sainte-Bernadette sur son lit de mort

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 07:23

Peinture de Raúl Berzosa

 

 

 

 

Manuscrit original en Nahuatl

Incipit "Ni can mo pohua"

(Antonio Valeriano, 1556, 16 pages)

Bibliothèque Publique de New York

New York Public Library

Traducción

 

 

 

 

Sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe

Site officiel

 

 

Version originale en japonais

オリジナルバージョンを

 

 

 

 

NICAN MOPOHUA

 

Version originale : Nicān mopōhua (Nāhuatl)


Récit des apparitions de décembre 1531

de Notre Dame de Guadalupe au Mexique
Auteur : Antonio Valeriano (1520-1605)


Traduit du Nahuatl à l’Espagnol par le Père Mario Rojas Sánchez en 1995


D'après une traduction de l'espagnol au francais par Soeur Marie-Astrid

Comunidad de las Bienaventuranzas (Communauté des Béatitudes)

(Atlixco, Puebla - Mexique)

 

 

 

 

NICAN MOPOHUA


Nous allons vous raconter, mettre en ordre, comment, il y a peu, la Parfaite Vierge Marie et Sainte Mère de Dieu, notre Reine, à qui on a donné le nom de GUADALUPE, est apparue miraculeusement là-bas, sur le Tepeyac.
Elle s'est montrée en premier lieu à un indien, du nom de Juan Diego ; puis plus tard sa précieuse Image s'est révélée devant le nouvel évêque, Don Fray Juan de Zumárraga(……)

 

 

 


1. Dix ans après la conquête de la ville de Mexico, alors que l'on avait enfin déposé les flèches, les boucliers, et que la paix régnait, partout entre les peuples,
2. Et que de même, la foi et la connaissance de Celui par qui tout vit : Le Vrai Dieu, avait jailli, déjà verdoyait et ouvrait sa corolle.
3. Donc à cette époque, en l´an 1531, au début du mois de décembre, un indigène, un pauvre homme du peuple,
4. Qui s'appelait Juan Diego, d'après ce que l´on dit, voisin de Cuauhtitlan,
5. Mais quant aux choses de Dieu, en tout dépendant de Tlatilolco.
6. Marchait en pensant à Dieu et à ce qu'il devait faire. C'était un samedi, très tôt le matin.
7- En arrivant près de la petite montagne appelée Tepeyac, le jour pointait déjà.
8. Il entendit chanter là-haut sur la colline, comme un chant provenant de multiples oiseaux de grand prix ; et quand ils s'arrêtaient de chanter, il semblait que la colline elle-même leur répondait avec des chants incroyablement doux, captivants, surpassant le chant du coyoltototl ou celui du tzinitzcan ou celui d´autres oiseaux de grande classe.
9. Juan Diego s'arrêta pour regarder autour de lui. Il se demanda : "par quel hasard serais-je digne, mériterais-je d'écouter ce que j'entends ? Ne serais-je pas en train de rêver ? Est-ce que je le vis comme entre deux rêves ?
10. Où suis-je ? Où est-ce que je me trouve ? Serais-je pas par hasard en cet endroit dont nous parlèrent nos ancêtres, nos grands-parents : la terre des fleurs, la terre du maïs, de notre chair, de notre substance, ou peut-être en la terre céleste ?"
11. Et il regarda là-haut, en direction du sommet de la petite montagne, d'où provenait ce précieux chant céleste.
12. Quand le chant s'arrêta tout d´un coup, quand il ne l´entendit plus, alors il entendit qu'on l'appelait depuis le sommet de la colline, et qu'on lui disait : "Juanito, JUAN DIEGUITO".
13. Aussitôt, il osa aller là où on l'appelait ; pas la moindre inquiétude n'agitait son coeur, rien ne l'altérait, bien au contraire, il se sentait extrêmement gai et content, et il grimpa ainsi la petite montagne pour découvrir d'où on l'appelait.
14. En arrivant au sommet de la colline, il vit une Jeune Fille qui se tenait là debout,
15. Elle l'appela pour qu'il se rapproche d'Elle.
16. Quand il arriva près d'Elle, il admira avec émerveillement combien sa grandeur parfaite surpassait de loin tout ce qu'il y avait de plus beau :
17. Son vêtement brillait comme le soleil, comme s'il le réverbérait,
18. la pierre, le rocher sur lequel Elle se tenait, semblait lancer des éclairs ;
19. Et quant à Elle, son éclat ressemblait à celui des pierres précieuses, semblable à celui d´un bracelet (ce qu’il y a de plus beau).
20. La terre brillait avec la même splendeur que celle d'un arc-en-ciel irradiant dans la brume.
21. Les arbustes, les cactus et autres petites herbes qui poussent dans ce coin, ressemblaient à des émeraudes. Leur feuillage se voyait pareil à des turquoises. Leurs troncs, leurs épines, brillaient comme de l'or.
22. En sa présence, il se prosterna. Il écouta son souffle, sa parole, qui était au plus haut point glorifiant, extrêmement affable, comme celui de quelqu'un qui l'attirait, et l'estimait beaucoup.
23. Elle lui dit : "ECOUTE, MON FILS, LE PLUS PETIT, JUANITO, OÙ VAS-TU ?"
24. Il lui dit : "Ma Dame, ma reine, ma petite jeune fille, je vais aller à ta petite maison, à Mexico Tlatilolco, pour y apprendre les choses de Dieu que l'on nous donne là-bas, que nous enseignent ceux qui sont les images de Notre Seigneur : nos prêtres."
25. Et tout de suite, dans ce dialogue qu´Elle a avec lui, Elle lui révèle sa volonté précieuse ;
26. Elle lui dit : "SACHE-LE BIEN, ACCUEILLE-LE COMME VERITE, MON FILS LE PLUS PETIT, QUE JE SUIS LA PARFAITE, TOUJOURS VIERGE, SAINTE MARIE, MERE DU DIEU VRAIMENT VRAI, PAR QUI TOUT VIT, LE CREATEUR DES PERSONNES, LE PROPRIETAIRE DE CE QUI EST PROCHE ET LOINTAIN, MAITRE DU CIEL, MAITRE DE LA TERRE, ET JE SOUHAITE , JE DESIRE VRAIMENT, QU'ON ELEVE ICI MA PETITE MAISON SACREE ;
27. OU JE LE MONTRERAI ET JE L'EXALTERAI EN LE REVELANT :
28. JE LE DONNERAI A CEUX, A CEUX QUI SONT TOUT MON AMOUR, A CEUX QUI SONT MON REGARD COMPATISSANT, A CEUX QUI SONT MON SOUTIEN, A CEUX QUI SONT MON SALUT ;
29. PARCE QU'EN VERITE, JE M'HONORE D'ETRE POUR VOUS TOUS VOTRE MERE COMPATISSANTE,
30. LA TIENNE ET CELLE DE TOUS LES HOMMES QUI EN CETTE TERRE ETES UN,
31. ET DE TOUTES LES DIVERSES RACES D'HOMMES, CEUX QUI M'AIMENT, CEUX QUI CRIENT VERS MOI, CEUX QUI ME CHERCHENT, CEUX QUI SE CONFIENT EN MOI,
32. PARCE QU'ICI, J'ECOUTERAI LEURS PLEURS, LEUR TRISTESSE, POUR Y REMEDIER, POUR GUERIR TOUTES LEURS DIFFERENTES PEINES, LEURS MISERES, LEURS DOULEURS.
33. ET POUR REALISER CE QUE SOUHAITE MA MISERICORDE COMPATISSANTE, VA AU PALAIS DE L'EVEQUE DE MEXICO, ET TU LUI REVELERAS COMBIEN JE DESIRE QU'EN CE LIEU IL M'OFFRE UNE MAISON, IL ME CONSTRUISE UN TEMPLE DANS LA PLAINE ; TU LUI RACONTERAS TOUT CE QUE TU AS VU ET ADMIRE, ET CE QUE TU AS ECOUTE
34. ET SOIS ASSURE QUE JE T'EN SERAI TRES RECONNAISSANTE ET QUE JE TE LE PAIERAI,
35. QUE POUR CELA, JE T'ENRICHIRAI, JE TE GLORIFIERAI ;
36. TU MERITERAS QUE JE TE RECOMPENSE DE TA FATIGUE, DE TON SERVICE, EN ALLANT SOLLICITER CETTE AFFAIRE AUPRES DE QUI JE T'ENVOIE.
37. TU AS ECOUTE, MON FILS, LE PLUS PETIT, MON ESPRIT, MA PAROLE ; VA ET FAIS TOUT CE QUE TU PEUX."
38. Immédiatement en sa présence, il se prosterna et lui dit :"Ma Dame, Mon enfant, je vais réaliser ton esprit vénérable, ta parole vénérable ; et maintenant, je me sépare de toi, moi ton pauvre petit indien."
39. Et aussitôt, il descendit de la colline pour mettre en oeuvre la mission dont il était chargé ; il prit la route qui l'amenait directement à Mexico.
40. Quand il entra à l'intérieur de la cité, il alla tout droit au palais de l'Evêque, qui venait d'arriver il y a bien peu, c'était le "gouverneur des prêtres" ; son nom : Don Fray Juan de Zumárraga, prêtre de l'ordre de Saint-François.
41. En arrivant, il essaya aussitôt de le voir, suppliant ses serviteurs, ses assistants, pour qu'ils aillent le lui dire ;
42. Après une longue attente, quand le Seigneur Evêque donna l'ordre de le faire entrer, on vint l'appeler.
43. En entrant, il s'agenouilla aussitot devant lui, il se prosterna, et ensuite il lui révéla, il lui transmit le "souffle précieux", la précieuse parole de la Reine du Ciel, son message, et aussi il lui raconta tout ce qu'il avait admiré, tout ce qu'il avait vu et entendu.
44. Et ayant écouté tout son récit, son message, il semble qu'il n´y crut guère,
45. Il lui répondit, en disant :"Mon fils, tu viendras une autre fois, et je t'écouterai avec plus de patience, et j'examinerai, je considérerai la raison pour laquelle tu es venu, ta volonté, ton désir."
46. Il sortit, il était triste parce qu'il n'avait pas pu réaliser tout de suite sa mission.
47. A la fin du jour, il prit le chemin du retour, et se dirigea directement au sommet de la colline.
48. Il eut la joie de revoir la Reine du Ciel : en ce même endroit où Elle lui était apparue la première fois, Elle l´attendait.
49. En la voyant, il se prosterna face contre terre et lui dit :
50. "Ma petite Maîtresse, ma Dame, ma Reine, ma petite fille bien-aimée, ma petite Vierge, je suis allé là où tu m'as envoyé pour accomplir "ton aimable souffle", "ton aimable Parole"; difficilement, je suis entré dans le lieu où habite le "gouverneur des prêtres", je l'ai vu, et je lui ai transmis "ton souffle", "ta Parole" comme tu me l'as demandé.
51. Il m'a reçu aimablement et je l'ai écouté parfaitement, et de la manière dont il m'a répondu, il semblerait qu'il n'ait pas compris, qu'il n´y ait pas cru.
52. Il m'a dit : "tu viendras une autre fois, et avec calme je t'écouterai, et j'examinerai dès le début ce pourquoi tu es venu, ton désir, ta volonté".
53. Et j'ai bien vu, quand il m'a répondu, qu'il pensait que la maison que tu désires qu'ils te fassent ici, je l'avais inventée ou que cela ne venait peut-être pas de tes lèvres.
54. Vraiment, je te supplie, ma Dame, ma Reine, ma petite Vierge, que tu demandes plutôt à un de ces nobles, estimés, qui soit connu, respecté, honoré, et que tu le charges de mener à bien ton "aimable souffle", ton "aimable Parole" pour qu'il soit cru.
55. Parce qu'en vérité, je suis un homme de la campagne, je suis la dernière roue de la charrette, je suis un mulet de charge ; j´ai besoin moi-même d'être conduit, porté sur des épaules, là où tu m'envoies n'est pas un lieu pour moi, ma petite Vierge, ma petite fille bien-aimée, ma Dame, ma Reine ;
56. Excuse-moi s'il te plait : je vais affliger avec peine ton visage et ton coeur ; je vais tomber sous ton courroux, dans ton mépris, ma Dame, ma Maîtresse".
57. La Parfaite Vierge, digne d´honneur et de vénération, lui répondit :
58. "ECOUTE, TOI LE PLUS PETIT DE MES FILS ,CROIS BIEN QUE JE NE MANQUE NI DE SERVITEURS, NI DE MESSAGERS QUI PUISSENT SE CHARGER DE TRANSMETTRE MON SOUFFLE, MA PAROLE, POUR QU'ILS ACCOMPLISSENT MA VOLONTE ;
59. MAIS IL EST ABSOLUMENT NECESSAIRE QUE TOI PERSONNELLEMENT, TU AILLES, QUE TU SUPPLIES, QUE PAR TON INTERCESSION SE REALISE ET SE MENE A BIEN MON DESIR, MA VOLONTE.
60. ET JE TE SUPPLIE GRANDEMENT MON FILS LE PLUS PETIT, ET AVEC RIGUEUR JE TE DONNE L'ORDRE UNE FOIS DE PLUS D'ALLER VOIR L'EVEQUE DEMAIN .
61. FAIS-LUI SAVOIR DE MA PART, FAIS-LUI ENTENDRE MA VOLONTE, MON DESIR, POUR QU'IL REALISE ET FASSE ICI MON TEMPLE, QUE JE LUI DEMANDE.
62. ET DIS-LUI BIEN, DE NOUVEAU, DE QUELLE MANIERE JE T'ENVOIE, MOI, PERSONNELLEMENT, LA TOUJOURS VIERGE SAINTE MARIE, MOI, LA MERE DE DIEU."
63. Juan-Diego, quant à lui, répondit, il lui dit :"Ma Dame, ma Reine, ma petite Vierge, que je n'afflige pas ton vénérable visage, ton coeur bien-aimé ; j'irai avec joie mettre en oeuvre "ton souffle", "ta Parole"; et en aucune façon je n'abandonnerai le chemin ni le considérerai comme pénible.
64. J'irai mettre en oeuvre ta volonté, mais il est possible que l'on ne m´écoute pas, et si l'on m´écoute, il est possible que l'on ne me croie pas.
65. Demain, dans l'après-midi, au coucher du soleil, je viendrai te donner la réponse du "gouverneur des prêtres " à "ton souffle", à "ta parole".
66. Maintenant, je prends respectueusement congé de Toi, ma petite Fille bien-aimée, ma petite Vierge, Ma Dame, ma Reine. Je t'en prie, sois tranquille.
67. Et il s'en alla à sa maison pour se reposer.
68. Le jour suivant, Dimanche, alors qu'il faisait encore nuit, tout était encore obscur, il sortit de sa maison, et se dirigea droit à Tlatilolco, pour aller étudier tout ce qui concerne les affaires de Dieu et être pointé sur la liste ; ensuite, il alla voir le Seigneur Evêque.
69. Il était environ dix heures, quand il fut prêt : il avait suivi la messe, répondu à la liste d'appels et la foule s'était dispersée.
70. Juan Diego alla aussitôt au palais du Seigneur Evêque.
71. Quand il arriva, il fit tout son possible pour le rencontrer, et après beaucoup d'efforts, il le vit de nouveau ;
72. Il s´agenouilla à ses pieds, il pleura, et devint tout triste en lui parlant et en lui révélant la "parole"," le souffle" de la Reine du Ciel,
73. Pour qu´enfin soit cru le message, la volonté de la "parfaite Vierge" qu'on lui fasse, qu'on lui édifie, qu'on lui élève son temple, là où Elle a daigné l'indiquer ;
74. Et le gouverneur évêque lui demanda beaucoup de choses, le questionna, pour pouvoir s´assurer de l'endroit où il l'avait vue, à quoi Elle ressemblait, il raconta tout, absolument tout, au Seigneur évêque.
75. Et bien qu'il lui déclarât absolument tout, et qu'en toute chose il pût voir, admirer avec clarté qu'il apparaissait qu´Elle était La Parfaite Vierge, l'Aimable, la Merveilleuse Mère de Notre Sauveur, de Notre Seigneur Jésus-Christ,
76. Cela, cependant, ne se réalisa pas tout de suite.
77. Il lui dit que cela ne se réaliserait pas sur sa seule Parole, sur sa seule demande,
78. Qu'il était fort nécessaire d'obtenir un autre signe pour croire qu'il était l´envoyé de la Reine du Ciel en personne.
79. Dès qu'il eut entendu ces paroles, Juan Diego dit à l'Evêque :
80. "Seigneur gouverneur", considérez bien quel doit être le signe que vous demandez, car je vais immédiatement en faire la demande à la Reine du Ciel qui m'a envoyé".
81. Et voyant que l´Evêque acquiesçait, et qu´il ne doutait ni vacillait, il se retira.
82. Dès qu'il sortit, l´Evêque ordonna tout de suite à des gens d'absolue confiance de sa maison de le suivre et de bien observer où il irait, qui il verrait et avec qui il parlerait.
83. Et ainsi fut fait. Juan Diego partit directement suivant la route.
84. Et ceux qui le suivaient, arrivés au ravin près du Tepeyac, sur le pont de bois, le perdirent. Et bien qu'ils le cherchèrent de tous côtés, ils ne le virent plus.
85. Et ils s'en retournèrent. Non seulement parce qu'ils étaient grandement fatigués, mais aussi parce qu'ils échouèrent dans leur mission, et cela les mit en colère.
86. Et dans cet état ils firent leur rapport à l´Evêque, ils lui mirent en tête de ne pas le croire, ils racontèrent des mensonges disant que tout ce qu'il venait de dire et demander n'était qu'inventions qu'il avait rêvées ou imaginées.
87. Et ainsi ils le déterminèrent, s'il revenait, à le chasser, à l´empoigner, et à le châtier fermement, pour qu'il ne revienne plus dire de mensonges, ni troubler la population.
88. Entre temps, Juan Diego était avec la Sainte Vierge, lui rapportant la réponse de l'Evêque.
89. Et quand Elle l'eut écouté, Elle lui dit :
90. "C´EST BIEN, MON ENFANT, TU REVIENDRAS ICI DEMAIN POUR DONNER A L'EVEQUE LE SIGNE QUE TU M´AS DEMANDE :
91. ET AVEC CELA IL TE CROIRA ET IL NE DOUTERA PLUS DE TOI NI NE TE SOUPÇONNERA POUR LE RESTE ;
92. ET SACHE, MON FILS, QUE JE PAIERAI TON ATTENTION, TON TRAVAIL, ET TA FATIGUE, QUE TU AS DEPENSES POUR MOI ;
93. ALLONS, VA MAINTENANT ; DEMAIN, JE T´'ATTENDRAI ICI."
94. Et le jour suivant, lundi, alors que Juan Diego devait apporter un signe pour être cru, il n'y retourna pas.
95. Car lorsqu'il revint chez lui, un de ses oncles du nom de Juan Bernardino était tombé gravement malade.
96. Il partit chercher un médecin, il s'occupa de lui mais il était déjà trop tard, son état était très grave.
97. Et quand la nuit tomba, son oncle le supplia qu'au point du jour, quand il fait encore nuit, il aille là-bas, appeler un des prêtres de Tlatilolco pour qu'il puisse le confesser, et qu'íl puisse se préparer,
98. Car il était sûr que l'heure et le lieu étaient venus de mourir, et qu'il ne se lèverait plus et qu'il ne guérirait pas.
99. Et le mardi, alors qu'il faisait encore bien nuit, Juan Diego sortit de sa maison pour aller chercher le Prêtre à Tlaltilolco,
100. Et quand il arriva dans les environs de la petite colline de Tepeyac, au pied où commence le chemin, là où le soleil se couche, d'où avant il était sortit, il se dit :
101. "si je vais tout droit, je risque fort que la Dame me voie et certainement, comme avant, Elle m'arrêtera pour que j'aille porter le signe au gouverneur ecclésiastique comme Elle me l'a demandé ;
102. qu'Elle nous laisse d'abord à notre tribulation ; qu'avant tout, j'appelle rapidement le prêtre religieux que mon oncle ne fait plus qu'attendre.
103. De suite, il fit un détour et grimpa par le milieu de la colline et de là, coupant vers la partie orientale, il sortit pour arriver rapidement à Mexico, afin que la Reine du Ciel ne le retienne pas.
104. Il pensait que par ce détour, Elle ne le verrait pas, Celle qui regarde parfaitement en tout lieu.
105. Il la vit, alors qu'il descendait de la colline, et que de là d'où Elle l'avait vu antérieurement, Elle était en train de l'observer.
106. Et Elle vint à sa rencontre, par un côté de la colline, Elle vint arrêter ses pas ; Elle lui dit :
107. "QUE SE PASSE T-IL, LE PLUS PETIT DE MES FILS ?
OU VAS–TU ? OU TE DIRIGES-TU ?
108. Et lui, peut-être éprouva t-il de la gêne ou peut-être de la honte, ou peut-être s'effraya t-il ? il se mit à trembler.
109. En sa présence, il se prosterna, il la salua, et lui dit :
110. "Ma petite Vierge, ma Fille bien-aimée, ma Reine, j'espère que tu es contente ; comment t'es tu réveillée ? Es-tu en bonne santé, ma Dame, ma petite Enfant adorée ?
111. C'est avec peine que je chagrinerai ton visage, ton coeur : j'ai a te dire, ma petite Vierge, qu'un de tes serviteurs, mon oncle, est dans un état très grave.
112. Une grave maladie le tient couché, et certainement il ne tardera pas à en mourir.
113. Et maintenant j'irai rapidement à ta maison de Mexico, pour appeler un des aimés de notre Seigneur, un de nos prêtres pour qu'il puisse aller le confesser et le préparer,
114. Car en réalité c'est pour cela que nous sommes nés, nous sommes venus préparer le travail de notre mort.
115. Dès que je lui aurai apporté ce secours, je reviendrai ensuite pour aller porter ton "souffle", Ta Parole, ma Dame, ma petite Vierge.
116. Je te supplie de me pardonner, d'avoir un peu de patience, car en aucune façon je ne cherche par là à te tromper, ma Fille bien-aimée, ma petite Princesse adorée, car ce que je ferai en premier lieu demain, sera de me dépêcher pour venir."
117. Quand Elle eut entendu les explications de Juan Diego, la très Pieuse et Vierge Parfaite, lui répondit :
118. ECOUTE, METS-LE BIEN DANS TON COEUR, MON FILS BIEN-AIME, CE N'EST RIEN, CE QUI TE FAIT PEUR, CE QUI T´AFFLIGE ; QUE TON VISAGE ET TON COEUR NE SE TROUBLENT PAS, NE CRAINS PAS CETTE MALADIE,
NI AUCUNE AUTRE MALADIE, NI RIEN DE DOULOUREUX NI D'AFFLIGEANT.
119. NE SUIS-JE PAS ICI, MOI QUI SUIS TA MERE ?
N'ES TU PAS SOUS MON OMBRE ET MA PROTECTION ?
NE SUIS-JE PAS LA SOURCE DE TA JOIE ?
N'ES-TU PAS DANS LE CREUX DE MON MANTEAU, DANS LE CREUX DE MES BRAS ?
AS-TU BESOIN D'AUTRE CHOSE ?
120. QUE RIEN D'AUTRE NE T'AFFLIGE, NE TE TROUBLE : QUE LA MALADIE DE TON ONCLE NE TE TOURMENTE PAS, CAR EN AUCUNE FACON IL NE MOURRA DE CETTE MALADIE. SOIS CERTAIN QU'IL EST DEJA GUERI."
121. Et en cet instant, son oncle guérit comme plus tard il l'apprit.
122. Et quand Juan Diego entendit cette aimable Parole, cet aimable souffle de la Reine du Ciel, il en fut consolé et son coeur pacifié,
123. Il la supplia de l'envoyer aussitôt auprès du "gouverneur évêque", pour lui apporter un signe, une preuve afin qu'il croie.
124. Et la Reine du Ciel lui ordonna de grimper au sommet de la colline, là où il l'avait vue auparavant ;
125. Elle lui dit : "MON FILS BIEN-AIME, MONTE AU SOMMET DE LA COLLINE, OU TU M'AS VUE ET LA OU JE T'AI DONNE MES ORDRES ;
126. LA TU VERRAS QU'IL Y A UNE VARIETE DE FLEURS : COUPE-LES, REUNIS-LES, RASSEMBLE-LES ; ET ENSUITE, REDESCENDS ET APPORTE-LES MOI ICI, EN MA PRESENCE.
127. Et Juan Diego se mit aussitôt à grimper la colline,
128. Quand il arriva au sommet, il admira la grande variété de fleurs épanouies, aux corolles ouvertes, belles et précieuses, alors que ce n'était pas leur saison :
129. Parce qu'en vérité, en cette saison, il y avait des gelées fréquentes ;
130. Elles émettaient un parfum très suave ; comme des perles précieuses, comme remplies de la rosée nocturne.
131. Aussitôt, il commença à les cueillir, il les réunit, les déposa dans le creux de son poncho.
132. Certainement, le sommet de la colline n'était vraiment pas un lieu où poussaient les fleurs, car les rochers, les arbustes, les épines abondaient ; cactus et faux poivrier,
133. Et si par hasard il poussait quelques petites herbes, ce n'était certainement pas en décembre où le gel détruisait et brûlait tout.
134. Il redescendit ensuite, pour amener à l'Enfant Céleste les différentes fleurs qu'il avait cueillies,
135. Et quand Elle les vit, Elle les prit entre ses vénérables mains ;
136. Ensuite, Elle les remit, toutes ensemble, dans le creux de son poncho et lui dit :
137. "MON FILS BIEN-AIME, TOUTES CES FLEURS SONT LA PREUVE, LE SIGNE QUE TU PORTERAS A L'EVEQUE ;

138. TU LUI DIRAS DE MA PART QU'IL VOIE EN ELLES MON DESIR, ET QUE PAR CELA, IL REALISE MON VOULOIR, MA VOLONTE.
139. ET TOI…,TOI QUI EST MON MESSAGER…, EN TOI JE DEPOSE MA CONFIANCE ABSOLUE ;
140. ET JE T'ORDONNE AVEC FERMETE, QUE SEULEMENT EN PRESENCE DE L'EVEQUE TU OUVRES TON PONCHO ET MONTRES CE QUE TU PORTES.
141. TU LUI RACONTERAS AVEC PRECISION, TU LUI DIRAS QUE JE T'AI ORDONNE DE MONTER AU SOMMET DE LA COLLINE POUR CUEILLIR LES FLEURS, ET TOUT CE QUE TU AS VU ET CONTEMPLE,
142. AFIN QUE TU PUISSES CONVAINCRE LE GOUVERNEUR-PRETRE, ET QU'IL METTE DU SIEN POUR QUE SE FASSE, S´ EDIFIE LE TEMPLE QUE JE LUI AI DEMANDE."
143. Dès que la Reine du Ciel lui donna son ordre, il prit la route directe pour Mexico, et il se sentait heureux.
144. Il marchait le coeur en paix, car tout allait bien se passer, et s´achever parfaitement bien.
145. Il prenait grand soin de ce qui était dans le creux de son vêtement pour que rien ne puisse en tomber ;
146. chemin faisant, il jouissait du parfum de toutes ces fleurs précieuses.
147. Quand il arriva au palais de l´Evêque, le concierge et les autres serviteurs du "gouverneur des prêtres" vinrent à sa rencontre,
148. Il les supplia de lui dire qu'il souhaitait le rencontrer, mais aucun ne voulut, ils faisaient semblant de ne pas comprendre, ou peut-être était-ce parce qu'il faisait encore nuit.
149. Ou peut-être parce qu'ils le connaissaient déjà et qu'il les ennuyait et les dérangeait,
150. Et les compagnons qui l'avaient perdu de vue alors qu'ils le poursuivaient, avaient déjà parlé.
151. Il attendit très longtemps, espérant une réponse.
152. Et quand ils virent qu'il restait ainsi très longtemps, debout, la tête basse, sans rien faire, se tenant prêt à être appelé, et qu´il semblait porter quelque chose, qu'il avait dans le creux de son poncho ; ils s´approchèrent alors pour voir ce qu'il apportait et vérifier ainsi.
153. Quand Juan Diego vit qu'il ne pouvait plus leur cacher ce qu'il portait et qu'à cause de ça, ils l'ennuieraient, le chasseraient, et même le maltraiteraient, il leur fit entrevoir alors qu'il s´agissait de fleurs.
154. Lorsqu’ils virent que toutes étaient fines et de différentes espèces, et que ce n'était pas la saison pour qu'elles fleurissent, ils admirèrent avec étonnement leur fraîcheur, l'épanouissement des corolles, le parfum délicieux, leur beauté.
155. Ils voulurent s'en emparer pour en saisir quelques unes ;
156. Par trois fois, ils essayèrent, mais ils n'y réussirent absolument pas,
157. Car lorsqu'ils tentaient de les prendre, ils ne voyaient plus les fleurs, ils les voyaient comme si elles étaient peintes, ou bordées, ou cousues sur le poncho.
158. Ils allèrent dire immédiatement au "gouverneur-évêque" ce qu'ils avaient vu,
159. Et combien désirait le voir le pauvre indien, qui était déjà venu, qu'il y avait déjà longtemps qu'il attendait la permission de le rencontrer.
160. Et le "gouverneur-évêque", dès qu'il les entendit, comprit qu'il s´agissait de la preuve qu'il attendait pour le convaincre de mettre en oeuvre ce que lui demandait ce pauvre homme.
161. Il donna l'ordre aussitôt pour qu'il passe le voir.
162. Et entrant en sa présence, il se prosterna comme il l'avait fait auparavant.
163. De nouveau, il raconta ce qu'il avait vu, admiré ainsi que son message.
164. Il lui dit : "Mon Seigneur, Gouverneur, j'ai fait, j'ai mené à bien ce que tu m'as ordonné ;
165. Je suis allé dire à la Dame, ma Maitresse, l'Enfant Céleste, l'Aimable Mère de Dieu, que tu demandais une preuve pour pouvoir me croire, pour que tu puisses lui faire son petit temple, à l´endroit où Elle te demande de l'édifier ;
166. Je lui ai également dit que je t'avais donné ma parole de venir t'apporter un signe, une preuve de sa volonté, comme tu m'en as chargé.
167. Elle a bien écouté ton "souffle", "ta Parole", et Elle a reçu avec plaisir ta demande de signe, de preuve, pour que se réalise, se vérifie son aimable volonté.
168. Et alors qu'il faisait encore nuit, Elle m'a envoyé pour que je revienne te voir une fois de plus ;
169. Je lui ai demandé la preuve pour être cru, comme Elle avait promit de me la donner, et aussitôt Elle s'exécuta.
170. Elle m'envoya au sommet de la colline, où je l'avais vue auparavant, pour que je cueille diverses roses de Castille.
171. Quand je les eus cueillies, je descendis les lui amener ;
172. Elle les prit de ses saintes mains,
173. Et les déposa de nouveau dans le creux de mon poncho,
174. Pour que je te les apporte, pour que je te les remette personnellement.
175. Bien que je sache parfaitement que ce n'est pas le lieu où les fleurs poussent, là-haut, au sommet de la colline, parce qu'il y a trop de rochers, de ronces, de cactus, de faux-poivriers, je n'ai pas douté un instant, je n´ai pas hésité.
176. Quand je suis arrivé au sommet, j'ai vu que c'était un paradis.
177. Il y avait là la perfection de toutes les variétés de fleurs les plus précieuses, les plus fines qui puissent exister, remplies de rosée, splendides, et je me suis mis à les cueillir,
178. Elle me dit de te les donner de sa part, et qu'ainsi je te donnerai la preuve ; que tu y verrais le signe que tu as demandé pour réaliser son aimable volonté,
179. et pour que resplendisse la vérité de ma parole, de mon message,
180. les voici ; fais-moi la faveur de les recevoir."
181. Et aussitôt, il étendit son blanc poncho, dans le creux duquel il avait déposé les fleurs.
182. Et au moment où toutes les fleurs précieuses tombaient à terre,
183. Le poncho se transforma en signe au même instant, tout à coup apparut l'Image vénérée de la toujours Vierge Marie, Mère de Dieu, en la forme et l'aspect que l'on voit encore aujourd’hui,
184. Et qui est conservée, maintenant, dans sa maison de prédilection, son temple du Tepeyac, et que l´on appelle Guadalupe.
185. Quand l'Evêque-gouverneur, et tous ceux qui se trouvaient là, la virent, ils s'agenouillèrent tous, et l'admirèrent profondément,
186. Ils se mirent debout pour la voir, ils se remplirent de tristesse et s'affligèrent, le coeur et la pensée suspendus.
187. L'Evêque-gouverneur en larmes, avec tristesse, le supplia, lui demanda pardon de ne pas avoir réalisé aussitôt sa volonté, son vénérable souffle, sa vénérable parole.
188. Quand il se leva, il ôta le poncho, le vêtement de Juan-Diego
189. Sur lequel Elle était apparue et qui s'était transformé en signe de la Reine Céleste.
190. Et de là, il l'emmena et l'installa dans son oratoire.
191. Et Juan-Diego passa encore un jour dans la maison de l'Evêque qui le retint encore.
192. Et le jour suivant, il lui dit :
- "Eh bien, allons ensemble pour que tu nous montres où la Reine du Ciel désire que l'on érige son temple."
193. Aussitôt, on invita des gens pour le faire, pour le construire.
194. Et Juan-Diego, quand il eut montré où la Dame du Ciel lui avait ordonné de lui édifier son petit temple, demanda une permission :
195. Il voulait aller chez lui pour voir son oncle Juan-Bernardino qui était au plus mal quand il l'avait laissé pour aller appeler un prêtre de Tlatilolco, afin qu´il puisse se confesser et se préparer, et qui selon la Reine du Ciel était déjà guéri.
196. Mais ils ne le laissèrent pas s'en aller seul, et ils l'accompagnèrent à sa maison.
197. En arrivant, ils virent que son oncle était guéri et n'avait plus aucune douleur.
198. Et il fut très surpris devoir son neveu escorté et honoré de la sorte ;
199. Il demanda à son neveu la raison pour laquelle il était tant honoré ;
200. Il lui raconta comment la Dame du Ciel lui était apparue sur le Tepeyac, alors qu'il était parti cherché un prêtre pour le confesser et le préparer ;
201. Comment Elle l'avait envoyé à Mexico pour voir le gouverneur-évêque, afin qu'il lui construise une maison sur le Tepeyac.
202. Elle lui avait dit de ne pas être triste, car son oncle était déjà heureux, et grâce à ces paroles, il avait été très consolé.
203. Son oncle lui répondit que c'était vrai, qu'à ce moment précis, Elle l´avait guéri,
204. Et qu'il l'avait vue exactement de la même façon qu'Elle était apparue à son neveu,
205. il lui dit qu'à lui aussi, Elle lui avait demandé d'aller à Mexico pour voir l'Evêque ;
206. Et quand il le verrait, qu'il lui révèle absolument tout, qu'il lui raconte tout ce qu'il avait vu
207. la manière merveilleuse par laquelle il avait été guéri,
208. Et qu'elle considérerait comme une faveur que sa précieuse image, précisément, porte le nom et soit connue comme :
LA TOUJOURS VIERGE, SAINTE MARIE DE GUADALUPE.
209. Par la suite, ils amenèrent Juan Bernardino en présence du "gouverneur- évêque", pour qu'il puisse lui parler et lui donner son témoignage,
210. et l'Evêque lui offrit l'hospitalité avec son neveu Juan Diego, durant quelques jours,
211. pendant que s'érigeait le petit temple de la Souveraine Dame, sur le Tepeyac où Elle s'était montrée à Juan Diego.
212. Le Seigneur Evêque fit transférer la précieuse et vénérée image de la précieuse Enfant du Ciel dans l'Eglise Principale,
213. Il la sortit de son palais, de son oratoire où elle se trouvait, pour que tous puissent voir et admirer son image aimée.
214. Et absolument toute la ville, sans qu´une seule personne ne manque, s´émue en voyant et contemplant son image merveilleuse.
215. Ils venaient reconnaître son caractère divin.
216. Ils venaient lui présenter leurs prières.
217. Beaucoup admirèrent la manière miraculeuse par laquelle Elle était apparue,
218. puisqu'absolument aucun homme de la terre n'avait peint son image aimée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nican Mopohua publié par dozule

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 10:54

Ida Peerdeman

née le 13 août 1905 à Alkmaar (Pays-Bas)

morte le 17 juin 1996 à l'hôpital (à Amsterdam ?)

 

 

 

Position du Vatican à propos des apparitions d'Amsterdam

à Ida Peerdeman de 1945 à 1959 (56 messages de la Vierge Marie)

 

 

 

 

Derniers avis de l'Eglise Catholique

(non sourcés sur Wikipédia)

 

 

 

 

Chapelle de la Dame de Tous les Peules à Amsterdam

En direct - Live Stream

 

 

 

 

 

 

La Dame de Tous les Peuples

 

 

« Parce que Marie était destinée à être Corédemptrice, Médiatrice et Avocate, elle vient à présent, en ce temps, en tant que Dame de tous les Peuples. Parce que Marie reçoit le titre de "la Dame de tous les Peuples", elle est venue sous ce titre en différents endroits, en différents pays. »

47e Message du 11 octobre 1953

Cf messages des 20 mars et 10 mai 1953, et du 31 mai 1955

 

 

 

 

Institution de la Fête solennelle de Marie Reine le 31 mai

par le Pape Pie XIIle 11 octobre 1954

Encyclique "Ad Caeli Reginam" (IV)

 

 

 

 

 

 

Prière quotidienne d’Ida Peerdeman

 

« Ô (Seigneur) apprends-moi à joindre les mains,

que je sois heureuse ou que je souffre.

Apprends-moi à croire et à avoir confiance

et à être patiente toute ma vie.

Apprends-moi à toujours discerner ce que Toi,

ô mon Dieu, Tu désires de moi.

Apprends-moi à oublier ma volonté propre

pour faire en silence ce que Tu m’apprends. Amen. »

 

N.B. : Ida écrivit cette prière d'abandon à sa nièce Helena van der Heijden-Peerdeman dans un recueil de poésies, le 25 février 1950.

(Copie de l’original en néerlandais ci-dessus).

Elle l’avait reçue des mains du Père Teppema O.P., le jour de ses 16 ans, le 13 août 1921, et elle l’a priée, dès lors, tous les jours.

 

 

Tombe où est enterrée Ida Peerdeman, cimetière Sainte-Barbara

(Sint Barbara, Amsterdam)

 

 

 

"Répète après moi... Prie donc devant la Croix"

Prière donnée par "La Dame, Mère" de Tous les Peuples à Ida

27e Message du 11 février 1951

 

 

"Vous ne connaissez ni la grandeur ni l’importance

qu’a cette prière auprès de Dieu."

51e Message du 31 mai 1955

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 02:39

Chapelle en bois de Notre-Dame du Très Saint Rosaire construite en 1897

sur le "champ Lepetit", du nom de son propriétaire, sur les lieux des apparitions

 

 

Basilique demandée par Marie

 

 

Marie Martel (1872-1913),

voyante principale de Notre-Dame

 

 

 

1ère apparition de Notre-Dame

à Tilly-sur-Seulles (Calvados) le 18 mars 1896

 

 

 

Prière de Marie Martel à Notre-Dame de Tilly

 

Ô Notre-Dame du Très Saint Rosaire,

voyez notre misère.

Nous sommes courbés

sous le poids de nos péchés.

Nous Vous confions

toutes nos actions,

toutes nos souffrances,

toutes nos espérances.

 

Ô Notre Dame du Très Saint Rosaire,

daignez nous satisfaire,

nous réconforter,

nous assister.

Intercédez auprès de votre Fils,

Reine du Ciel et de la terre.

 

Vierge Marie toute couronnée de gloire,

éclairez-nous, guidez-nous

et conduisez-nous selon la Volonté

de Dieu tout-puissant, sur le chemin

qui mène à la gloire de Votre divin Fils.

 

Amen.

 

« Lourdes est l’Alpha, Tilly est l’Oméga ! »

Notre-Dame le 17 juillet 1899

 

 

 

 

Rosaire de Notre-Dame de Tilly

Imprimatur Mgr François-Marie Picaud,

Evêque de Bayeux, le 13 avril 1954

 

 

Neuvaine à Notre-Dame du Très Saint Rosaire

 

 

 

 

Apparitions of Our Lady of Tilly (Calvados, Normandy)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 15:26
Partager cet article
Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 18:22

 

 

 

8 Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.

9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.

10 Mais le septième jour est le jour du repos de l'Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes.

11 Car en six jours l'Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour : c'est pourquoi l'Éternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié.

 

Exode 20, 8-11 (Bible Louis Segond)

 

 

 

 

Dimanche 8 juin 1873

Saint-Bauzille-de-la-Sylve

Canton de Gignac (Hérault)

 

Dialogue en occitan

 

« Cal sès bous ? »

(Auguste ARNAUD)

« Qui êtes-vous ? »

 

« Souï la Sainta Vierja, n’ajiés pas pôou ! »

(la Vierge Marie)

« Je suis la Sainte Vierge, n’ayez pas peur ! »

 

 

 

Mardi 8 juillet 1973

Marie à Auguste

 

« Cal pas trabaya lou dimenché ! »

« Il ne faut pas travailler le dimanche ! »

 

 

En 1876, Mgr Anatole de Cabrières reconnaît l’authenticité des apparitions de la Sainte Vierge en 1873 à Saint-Bauzille-de-la-Sylve.

 

N.B. : La Vierge de la Salette parlait déjà du dimanche à Mélanie et Maximin le 19 septembre 1846.

 

 

 

 

Cantique à Notre-Dame du Dimanche

XIXe siècle

 

« Vierge du dimanche,

Bénis tes enfants !

Daigne, Vierge blanche,

Sourire à leurs chants ! »

 

 

Neuvaine à Notre-Dame du Dimanche

 

 

 

 

Prière à Notre-Dame du Dimanche

 

Notre-Dame du Dimanche,

faites que mon âme soit comme une belle vigne,

préservée de la maladie,

des soucis trop matériels,

débarrassée de la mauvaise herbe,

du péché et porteuse de fruits éternels.

 

 

 

 

Épitaphe sur la tombe d’Auguste

 

« Aux pieds de la Vierge qu’il a tant aimée et si fidèlement servie,

ici repose en attendant la bienheureuse résurrection

le corps d’Auguste Arnaud,

pieusement endormi dans la paix du Seigneur

le 8 février 1936 à l’âge de 92 ans. R.I.P. »

 

Note : né le 12 mars 1843, Auguste Grégoire Philippe ARNAUD serait donc mort à près de 93 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Lettre apostolique du Pape Jean-Paul II

"Dies Domini"

 sur la sanctification du dimanche, le 31 mai 1998

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 12:45

Servante de Dieu Constance Estelle Faguette

née le 12 septembre 1843 à Saint-Memmie (Marne)

morte le 23 août 1929 à Pellevoisin (Indre)

15 apparitions de la Sainte-Vierge à Pellevoisin

entre le 14 février et le 8 décembre 1876

 

 

 

 

Acte d’abandon d’Estelle Faguette

 

« Mon Dieu, je ne sais ce que je dois vous demander ; vous connaissez mes besoins, vous savez ce qu’il me faut, vous m’aimez mieux que je ne le fais moi-même. Donnez-moi, ô mon Dieu, ce que je ne sais pas vous demander : je ne veux et n’ose vous demander ma guérison ; je viens seulement à vous, je vous ouvre mon cœur. Frappez-moi ou guérissez-moi.

J’adore et j’adorerai toujours votre volonté sans la connaître ; je me résigne, je me tais, je me sacrifie, je me donne et je m’abandonne ; plus désormais d’autre désir que de faire en tout votre volonté sainte.

Aidez-moi à souffrir avec patience ; que les plaintes qui pourraient s’échapper de mes lèvres soient une prière sortie de mon cœur et qu’elle monte vers vous.

Votre cher Fils Jésus, mon Sauveur, a souffert pour moi, il est bien juste que je m’oublie pour Lui*. Il avait la force d’un Dieu et moi, je n’ai que la faiblesse d’une créature**. Apprenez-moi donc à prier, ou plutôt veuillez prier vous-même pour moi qui ne puis. »

"Cœur Sacré de Jésus, j’ai confiance en Vous."

"Notre-Dame de Pellevoisin, priez pour l’Église, pour la France et pour le monde entier."

"Ô Marie, Mère de toute Miséricorde, priez pour nous."

 

 

Acte d’abandon composé par Estelle Faguette à Pellevoisin en décembre 1875

 

 

N.B. : Dans la « Feuille du Pèlerin » de Pellevoisin, nous trouvons cette autre version :

* Votre cher Fils Jésus, mon Sauveur, a souffert pour moi, il est bien juste que je souffre pour Lui.

** Il avait la force d’un Dieu et moi, je n’ai que la faiblesse d’une pauvre créature.

 

 

 

 

 

Neuvaine à Notre-Dame de Pellevoisin

 

 

 

"Lettre d'Estelle" à Notre-Dame, glissée dans la grotte de Montbel,

reproduction de Notre-Dame de Lourdes à Pellevoisin

 

 

 

 

 

 

Acte de consécration au Sacré-Cœur de Jésus

 

Par le Cœur Immaculé de Marie, Mère de miséricorde, je donne et consacre au Cœur de Jésus, ma personne et ma vie, mon cœur, mon intelligence, ma mémoire et ma volonté, mes joies et mes peines, mon passé et mon avenir, afin que tout ce que je ferai et souffrirai soit pour l’amour et la gloire de Dieu.

Seigneur Jésus, je choisis votre Cœur pour ma demeure, afin qu’il soit ma force dans la lutte, mon soutien dans la faiblesse, ma lumière et mon guide dans les heures de ténèbres, le réparateur de mes fautes.

Cœur de Jésus, brûlez en moi tout ce qui vous déplaît ou vous résiste, que jamais je ne vous oublie, que jamais je ne sois séparé(e) de vous, et que je demeure toujours votre serviteur/servante. Amen !

 

 

Prière d’action de grâce d’Estelle après sa guérison

 

 

"Je suis toute miséricordieuse..."

3e apparition du 17 février 1876

 

 

 

 

 

 

Prière pour la béatification d’Estelle Faguette

 

« Père très bon, Toi, dont la gloire est de « manifester à tes enfants les fruits de ta grâce que l’Esprit Saint produit en eux », je Te remercie d’avoir montré Ta Miséricorde en guérissant par l’intercession de Marie, Ta servante, Estelle Faguette.

(…)

Mère toute miséricordieuse, daigne glorifier Ta servante, Estelle, et accorde-moi, à sa prière, la faveur que je Te demande (dire la demande), par Jésus, le Christ, notre Seigneur. »

 

« Mgr Plateau »

« Avec la permission de l’Ordinaire, 25 mars 1986 »

 

Signaler au Sanctuaire Notre-Dame de Miséricorde de Pellevoisin les grâces obtenues.

 

 

 

 

 

Prières au Sacré-Cœur de Jésus

 

 

 

Prière ancienne à Notre-Dame de Pellevoisin

 

« Ô Mère toute miséricordieuse, vous venez à nous les mains tendues et pleines de grâces pour nous attirer et nous combler de vos faveurs. Nous accourons donc à l’odeur de vos parfums plus suaves que les roses. Couvrez nos yeux du voile de la modestie ; ceignez nos reins du cordon de la pureté et de la pénitence ; attachez-nous à vos pieds par les liens d’un amour fidèle, et étendez sur nos cœurs l’image bénie du Cœur de votre divin Fils. Qu’elle soit pour nous comme le bouclier de la plus large et de la plus puissante protection, jusqu’au jour où nous irons nous reposer dans le sein de Dieu pour toute l’éternité. Ainsi soit-il. »

« (200 jours d’indulgence accordés par S. S. Léon XIII) »

 

« Cœur Sacré de Jésus, ayez pitié de nous. »

« (100 jours d’indulgence) »

 

« Mère toute miséricordieuse, priez pour nous. »

 

 

 

 

 

Prière officielle à Notre-Dame de Toute Miséricorde

de Pellevoisin par Mgr Pierre Plateau

(Imprimatur du 19 février 2000)

 

 

 

 

 

Cause en béatification d'Estelle Faguette ouverte

(Diocèse de Bourges)

 

 

 

 

Frères de Saint-Jean

 

 

 

 

Sœurs Contemplatives de Saint-Jean

 

 

 

 

"Provinciales", roman de Jean Giraudoux (1909, éd. Grasset)

 

 

 

 

 

 

Le Scapulaire du Sacré-Cœur, Estelle et Marie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prière à Notre Dame de Pellevoisin de Mgr Plateau

 

Vierge Marie, Mère de Miséricorde, Mère du Sauveur et notre Mère, nous Vous supplions d’être présente au cœur de nos vies.

Consolatrice des affligés, Vous venez à nous les mains pleines de grâces ; faites que nous soyons fidèles aux grâces qui nous sont données.

Refuge des pécheurs, daignez recueillir, sous Votre maternelle protection, Vos enfants qui se reconnaissent pécheurs et implorent la Miséricorde du Seigneur.

Reine des Apôtres, enveloppez-nous de Votre Sainte Miséricorde pour que nous puissions témoigner comme eux de cet amour plus fort que la mort.

 

 

 

 

N.B. : L'écrivain Georges Bernanos est également enterré dans le cimetière de Pellevoisin.

 

 

 

 

 

 

 
 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 06:46

 

 

Je dédie ces litanies à Nicolas Portal, ancien coureur cycliste professionnel puis directeur sportif, décédé tragiquement chez lui, à l’âge de 40 ans, le 3 mars 2020.

Mes condoléances compatissantes à sa famille et à ses amis qui l’ont aimé et qui le pleurent.

 

 

 

 

"Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon."

Cantiques des Cantiques 1:5 (Bible Louis Segond)

 

 

"Nigra sum sed formosa, filiae Ierusalem, sicut tabernacula Cedar, sicut pelles Salma."

Canticum Canticorum 1,5 (Vetus Testamentum, Nova Vulgata)

 

 

"I am black, but comely, O ye daughters of Jerusalem, as the tents of Kedar, as the curtains of Solomon."

Song of Solomon (Canticles) 1,5 (King James Version)

 

 

 

 

 

 

Litanies à la Vierge Noire

(« Notre-Dame de Roc-Amadour »)

par Francis Poulenc

 

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

 

Dieu le Père, créateur, ayez pitié de nous.

Dieu le Fils, rédempteur, ayez pitié de nous.

Dieu le Saint-Esprit, sanctificateur, ayez pitié de nous (bis).

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Sainte Vierge Marie, priez pour nous,

Vierge, Reine et Patronne, priez pour nous.

Vierge que Zachée le publicain nous a fait connaître et aimer,

Vierge à qui Zachée ou Saint-Amadour éleva ce sanctuaire, priez pour nous.

 

Reine du sanctuaire, que consacra Saint-Martial, et où il célébra ses saints mystères,

Reine, près de laquelle s’agenouilla Saint-Louis, vous demandant le bonheur de la France, priez pour nous (bis).

Reine, à qui Roland consacra son épée, priez pour nous.

Reine, dont la bannière gagna les batailles, priez pour nous.

Reine, dont la main délivrait les captifs, priez pour nous.

 

Notre-Dame, dont le pèlerinage est enrichi de faveurs spéciales.

Notre-Dame, que l’impiété et la haine ont voulu souvent détruire.

Notre-Dame, que les peuples visitent comme autrefois, priez pour nous (bis).

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous (bis).

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous (bis).

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous (bis).

 

Notre-Dame, priez pour nous.

Afin que nous soyons dignes de Jésus-Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diocèse de Cahors

https://cahors.catholique.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prayers to the Black Virgin

(Litany to the Black Virgin)

‘’Our Lady of Rocamadour’’, Lot, France

by Francis Poulenc

 

Lord, have pity on us.

Jesus Christ, have pity on us.

Jesus Christ, hear us.

Jesus Christ, grant our prayers.

 

God the Father, Creator, have pity on us.

God the Son, Redeemer, have pity on us.

God the Holy Spirit, sanctifier, have pity on us.

Holy Trinity, who are one single God, have pity on us.

 

Holy Virgin Mary, Pray for us.

Virgin, Queen and Patron, Pray for us.

Virgin, whom Zacchaeus the tax-collector made us know and love,

Virgin, to whom Zacchaeus or Saint Amadour raised this sanctuary, Pray for us.

 

Queen of the sanctuary, which Saint Martial consecrated,

And where he celebrated his holy mysteries,

Queen, before whom knelt Saint Louis,

Asking of you good fortune for France, Pray for us.

Queen, to whom Roland consecrated his sword, Pray for us.

Queen, whose banner won the battles, Pray for us.

Queen, whose hand delivered the captives, Pray for us.

 

Our Lady, whose pilgrimage is enriched by special favours,

Our Lady, whom impiety and hate have often wished to destroy,

Our Lady, whom the peoples visit as of old, Pray for us.

 

Lamb of God, who wipes out the sins of the world, pardon us.

Lamb of God, who wipes out the sins of the world, grant our prayers.

Lamb of God, who wipes out the sins of the world, have pity on us.

 

Our Lady, pray for us.

To the end that we may be worthy of Jesus Christ.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 02:42

 

 

Ave Maria de Caccini

Enregistrement de Vladimir Vavilov

Arrangements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 14:35

 

 

Prière de Francis Jammes « Je Vous salue, Marie »

 

"Agonie"

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère

Tandis que des enfants s’amusent au parterre ;

Et par l’oiseau blessé qui ne sait pas comment

Son aile tout à coup s’ensanglante et descend,

Par la soif et la faim et le délire ardent :

Je Vous salue, Marie.

 

"Flagellation"

Par les gosses battus par l’ivrogne qui rentre,

Par l’âne qui reçoit des coups de pied au ventre

Et par l’humiliation de l’innocent châtié,

Par la vierge vendue qu’on a déshabillée,

Par le fils dont la mère a été insultée :

Je Vous salue, Marie.

 

"Couronnement d'épines"

Par le mendiant qui n’eut jamais d’autre couronne

Que le vol des frelons, amis des vergers jaunes,

Et d’autre sceptre qu’un bâton contre les chiens ;

Par le poète dont saigne le front qui est ceint

Des ronces des désirs que jamais il n’atteint :

Je vous salue, Marie.

 

"Portement de Croix"

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids,

S’écrie : « Mon Dieu ! » Par le malheureux dont les bras

Ne purent s’appuyer sur une amour humaine

Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène ;

Par le cheval tombé sous le chariot qu’il traîne :

Je Vous salue, Marie.

 

"Crucifiement"

Par les quatre horizons qui crucifient le Monde,

Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe,

Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains,

Par le malade que l’on opère et qui geint

Et par le juste mis au rang des assassins :

Je Vous salue, Marie.

 

"Invention de Notre Seigneur au Temple"

(rajouté dans la récitation de Philippe Torreton)

Par la mère apprenant que son fils est guéri,

Par l’oiseau rappelant l’oiseau tombé du nid,

par l’herbe qui a soif et recueille l’ondée,

Par le baiser perdu par l’amour redonné

Et par le mendiant retrouvant sa monnaie :

Je Vous salue, Marie.

 

Source : Francis Jammes in « L’Église habillée de feuilles », du recueil « Clairières dans le Ciel », 1902-1906 ; (chapitre "ROSAIRE" – "33. Agonie", dernière strophe : "ROSAIRE" - "31. Annonciation"), 1905.

 

 

 

 

Lecture de Philippe Torreton

Vendredi Saint 10 avril 2020

Notre-Dame de Paris

 

 

 

 

Reprise du poème de Francis Jammes

par Georges Brassens, "La Prière" (1953)

 

 

"Usque ad mortem obœdiens factus"

"Il s'est fait obéissant jusqu'à la mort"

cf Philippiens 2 : 8

 

 

Vidéo ktotv.com

 

 

Diocèse de Paris

 

 

 

Partager cet article
Repost0