Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 08:09
Autel de la chapelle du 26, Boulevard du Bouscat à Bordeaux



 

 

Chapelet de Notre-Dame des Pleurs

À réciter sur un chapelet normal



Commencer par cette prière :


Sauveur Crucifié, prosternés à Vos pieds, nous Vous offrons les Larmes de Celle qui Vous a accompagné avec un tendre Amour dans Votre douloureuse voie du Calvaire. Exaucez, Ô Bon Maître, nos supplications, par les Larmes de votre Très Sainte Mère et faites-nous comprendre la leçon que nous donnent ces Pleurs, afin que nous puissions toujours accomplir Votre Sainte Volonté pour être dignes de Vous louer et de Vous glorifier pendant toute l'éternité.



Sur les gros grains :


Ô Jésus, regardez les Larmes de Celle qui, plus que tous, Vous a aimé sur la terre.
Et qui, plus que tous, Vous aime dans le Ciel.



Sur les petits grains :


Ô Jésus, écoutez nos supplications.
Par les Larmes de Votre Très Sainte Mère.



Terminer le chapelet en disant 3 fois :


Ô Jésus, regardez les Larmes de Celle qui, plus que tous, Vous a aimé sur la terre.
Et qui, plus que tous, Vous aime dans le Ciel.



Prière finale :


Ô Marie, Mère de l'Amour, des Douleurs et de la Miséricorde, nous Vous en prions, unissez nos supplications aux Vôtres, afin que Votre Divin Fils, à qui nous nous adressons, pleins de confiance, par les mérites de Vos Pleurs, daigne exaucer nos prières et nous accorder, en plus des Grâces que nous Lui demandons par ce chapelet, la Couronne de la Vie Éternelle. Amen.


Notre-Dame des Pleurs de Bordeaux



En 1904, la Sainte-Vierge a dévoilé à Marie Mesmin (dont Marie-Julie Jahenny avait déjà parlé) les "3 Ave fleuris" à réciter chaque jour en son honneur :

Je Vous salue Marie, Lys de Pureté. Je Vous salue Marie, pleine de Grâce...
Je Vous salue Marie, Violette d'Humilité. Je Vous salue Marie, pleine de Grâce...
Je Vous salue Marie, Rose de Charité. Je Vous salue Marie, pleine de Grâce...

 


Marie-Julie Jahenny commençait son chapelet en disant :


"Je Vous salue Marie, pleine de Grâce, Fille Bien-Aimée du Père, Lys de Pureté...
Je Vous salue Marie, pleine de Grâce, Mère du Verbe Incarné, Violette d'Humilité...
Je Vous salue Marie, pleine de Grâce, Épouse Virginale du Saint-Esprit, Rose de Charité..."


 

 

Lettre de Marie Mesmin au Cardinal Andrieu
adressée le 10 février 1916

« Que Jésus et Marie soient aimés de tous les coeurs ! Je suis la servante du Seigneur.

Éminence,

Je suis la fille obéissante de l'Église, dont vous êtes en ce diocèse l'unique représentant et où, en cette qualité, tout le monde vous doit obéissance. Plaise à Dieu que ce ne soit pas moi qui manque à ce devoir !
Vous avez défendu, Éminence, que les prêtres assistent à nos réunions de prières. En conséquence, aucun prêtre n'y assistera plus désormais, malgré la satisfaction que j'avais de voir en eux des témoins pouvant constater que l'unique but de ces réunions est de prier en esprit de pénitence et de réparation pour éviter les fléaux qui, ayant commencé par la guerre, vont devenir de plus en plus terribles, de prier aussi pour la conversion des pécheurs, le retour des âmes à Dieu, la délivrance des âmes du Purgatoire et l'extension du règne du Sacré-Coeur dans le monde entier, de prier enfin pour l'Eglise, le pape, la France, pour votre Eminence et tout votre diocèse. C'est la Très Sainte Vierge qui a demandé ces prières.
Beaucoup de nos amis y viennent aussi pour remercier la Très Sainte Vierge d'avoir été témoins de ses larmes, de ses parfums et de nombreuses grâces obtenues par l'invocation de Notre-Dame des Pleurs.
Nombreux aussi ont été les soldats préservés visiblement sur les champs de bataille, où plus d'une fois, les porteurs de son image sont restés seuls debout et intacts, alors que la mitraille avait fauché tous leurs compagnons autour d'eux. Mais ce n'est qu'après la guerre qu'on les verra venir en nombre, témoigner leur reconnaissance pour de si grandes faveurs.
Je suis heureuse de vous dire, Éminence, dès à présent que les miracles de guérisons, de conversions, de protections et de grâces de toutes sortes opérées déjà par Notre-Dame des Pleurs sont innombrables. Mais si, pour obéir à votre Éminence je n'admets plus les prêtres à nos réunions, puis-je prendre sur moi d'en interdire l'accès à toutes les personnes, objet de ces faveurs, qui viennent, par leur présence, témoigner leur reconnaissance à notre bonne Mère du Ciel ? Si vous l'ordonnez, Éminence, je me soumettrai, certaine que si la Très Sainte Vierge est privée de ces hommages et les âmes des grâces qu'elles reçoivent, je n'en porterai pas la faute. C'est pourquoi je n'ose le faire que sur un ordre formel de votre Éminence, qui me dégagera devant la Sainte Vierge, de toute responsabilité. Je n'aurai alors qu'à me soumettre, en fille obéissante de la sainte Église.
Si même, vous décidez que pour des raisons qu'il ne m'appartient pas d'apprécier, je doive m'éloigner de Bordeaux, je suis encore à vos ordres. Mais je vous ferai remarquer, Éminence, que j'ai mon mari mobilisé comme infirmier aux Chantiers de la Gironde, où il est depuis dix neuf ans, que j'ai quatre orphelines que j'ai prises pour correspondre aux demandes de la Très Sainte Vierge.
J'ai reçu une mission, il est vrai, mais il ne m'appartient pas de choisir les moyens de la remplir. Je dois avant tout obéir, et je dirai à la Sainte Vierge que, n'ayant pas été entendue, je n'ai pu mieux faire. Alors nul doute que, dans sa sagesse, Elle avisera et prendra des moyens qui ne sont pas en mon pouroir.
Votre Éminence sait mieux que moi, qu'aujourd'hui c'est la lutte entre le bien et le mal et que l'esprit du mal, plus que jamais, use de tous les artifices pour dominer le monde entier et se rendre maître de tous les coeurs.
Que Dieu demande-t-il à chacun de nous dans cette grande bataille spirituelle ? Simplement de faire chacun son devoir : au chef de commander, au soldat d'obéir. Je suis comme le simple soldat, je n'ai qu'à obéir. Le rôle des généraux est bien plus difficile car ils ont, non seulement le devoir de connaître les mouvements de l'ennemi et de deviner ses ruses, mais aussi la responsabilité de maintenir la discipline à tous les degrés de la hiérarchie militaire et de bien prendre garde de ne pas laisser les officiers subalternes influencer le commandement, car faute d'unité dans le commandement, on court à la défaite.
Dans ce combat spirituel, qui se livre aujourd'hui, Éminence, et qui se livre pour le Roi du Ciel, sous les yeux de sa Sainte Mère vous saurez faire respecter par tous le haut commandement qu'il vous a confié, auquel est attaché une responsabilité infiniment plus grande que celle qui incombe au petit soldat ; et je suis ce petit soldat humblement soumis à vos ordres.
Je sais que depuis longtemps, Éminence, il y en a qui cherchent à enterrer la Vierge des Pleurs, mais réfléchissons que nous ne pourrons point enterrer la Mère de Dieu, mais que des milliers d'hommes sont déjà enterrés et que tout n'est pas encore fini. On ne peut point toucher aux reines de la terre, comment oserions-nous toucher à la Reine du Ciel ? Elle est notre Mère et surtout la Reine du Clergé.
Un jour la Sainte Vierge me disait "Ma fille, si les prêtres savaient la responsabilité qu'ils ont, ils en mourraient de frayeur. Prie pour eux". Et vous en ce moment, Éminence, vous avez une grande responsabilité. C'est pourquoi, de tout coeur, je prie la Sainte Vierge pour vous.
Je sais, Éminence, que depuis quelques années, vous êtes persécuté par ceux de votre diocèse et d'autres, pour la cause de Notre-Dame des Pleurs et Dieu vous a donné la grâce de lutter jusqu'à ce jour. Au moment où la Très Saint Vierge a demandé le plus de prières, pourriez-vous abandonner sa défense ? Je vous promets, Éminence, de bien prier pour vous et de demander les lumières du Saint-Esprit, afin que vous soyez éclairé. Je vous dis tout cela comme étant une pauvre petite esclave de la Très Sainte Vierge.
Éminence, ne fermons pas la porte de la Très Sainte Vierge des Pleurs, car j'ai peur qu'Elle ne nous ferme à tous la porte de son coeur.
Avant de terminer ma lettre, je tiens à vous dire, Éminence, que la cause de la Très Sainte Vierge, Notre-Dame des Pleurs, est entre vos mains. Notre pèlerinage ici-bas est de bien courte durée et bientôt dans l'éternité, notre cause à tous sera entre ses mains.
Daignez, Éminence, pardonner à votre humble servante de vous écrire si longuement ; et humblement prosternée à vos genoux, j'ose implorer votre bénédiction apostolique.
De votre Éminence la très humble servante.


Marie MESMIN, Esclave de Marie. »


 

La Vierge en Pleurs de Bordeaux

 

 

Partager cet article

Published by Parousie Franche-Comté - dans Prières
commenter cet article

commentaires