Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 18:57

 

Neuvaine au Sacré Cœur de Jésus

de Paray-le-Monial

 

Les événements de Paray-le-Monial

Entre 1673 et 1690, Jésus est apparu à Sainte Marguerite-Marie Alacoque à Paray-le-Monial, en lui dévoilant Son Sacré-Cœur et en lui donnant mission de propager au monde Son message d’amour pour tous les hommes.

Ces apparitions sont reconnues par l’Église.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque a été canonisée en 1920.

 

Prier la neuvaine au Sacré-Cœur

1. Méditation du jour

2. Prier une dizaine ou un chapelet

Après un « Notre Père », un « Je Vous salue Marie » et un « Gloire au Père », égrainer son chapelet avec ces deux prières :

  • Sur les grains de la dizaine : « Sacré Cœur de Jésus, j’ai confiance en Toi ! »
  • Sur les gros grains : « Jésus, doux et humble de cœur, rends mon cœur semblable au Tien ! »

3. Prier la consécration au Sacré-Cœur

« Seigneur Jésus, Toi qui es venu allumer un feu sur la terre, je m’abandonne aujourd’hui à la Volonté du Père et au Souffle de l’Esprit. Purifie mon cœur, embrase-le d’amour et de charité, fais grandir en moi le désir de la sainteté. Par le Cœur Immaculé de Marie, je me consacre tout entier à Ton Cœur pour T’aimer et pour Te servir. »

 

«Jésus, doux et humble de Cœur, rendez mon cœur semblable au Vôtre ! »

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

(« Des violettes blanches », parmi les « Fleurs Mystiques

destinées à former ma corbeille de noces »)

 

 

Premier jour

Confiance et Repos

« Jésus me fit reposer longuement sur Sa divine poitrine ». (Sainte Marguerite-Marie)

« Après, Il me demanda mon cœur, lequel je Le suppliai de prendre, ce qu’Il fit et le mit dans le Sien adorable, dans lequel Il me fit voir comme un petit atome qui se consumait dans cette ardente fournaise, d’où le retirant comme une flamme ardente en forme de cœur, Il le remit dans le lieu où Il l’avait pris. » (1ère grande apparition)

À Paray-le-Monial, Jésus invite à reposer sur Son Cœur. Saint Claude La Colombière nous montre le chemin, la confiance : « J’ai résolu de vivre sans aucun souci et de me décharger sur Vous de toutes mes inquiétudes ». Nous aussi, remettons nos soucis dans le Cœur de Jésus.

« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes » dit Jésus. (Mt 11, 28-29)

 

Deuxième jour

Miséricorde

« Mon Cœur est passionné d’amour pour les hommes et pour toi en particulier ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, Jésus montre que, si nous sommes des abîmes d’indignité, il descend et se penche sur notre misère. C’est ce que nous explique Saint Claude : « Je sais ce que peuvent les tentations les plus fortes contre les âmes les plus affermies. J’ai vu tomber des saints… J’aurais beau perdre la grâce par le péché, jamais je ne perdrai mon espérance. Je dirais à Dieu avec confiance : ‘Je Vous ai grièvement offensé, ô mon aimable Rédempteur ; mais ce serait bien encore pis, si je Vous faisais cet horrible outrage de penser que Vous n’êtes pas assez bon pour me pardonner’ ».

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle ». (Jn 3, 16)

 

Troisième jour

Croix

« Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’Il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner Son Amour ». (3ème apparition, Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, Jésus découvre « les merveilles inexplicables de Son pur Amour et jusqu’à quel excès Il l’avait porté d’aimer les hommes » dit Marguerite-Marie.

« Ce divin Cœur me fut présenté comme dans un trône de flammes, plus rayonnant qu’un soleil et transparent comme un cristal, avec cette plaie adorable, et Il était environné d’une couronne d’épines, qui signifiait les piqûres que nos péchés Lui faisaient, et une croix au-dessus qui signifiait que, dès les premiers instants de Son Incarnation, c’est-à-dire dès lors que ce Sacré-Cœur fut formé, la Croix y fut plantée, et Il fut rempli, dès ces premiers instants, de toutes les amertumes que Lui devaient causer les humiliations, pauvreté, douleurs et mépris que la sacrée Humanité devait souffrir, pendant tout le cours de Sa vie et en Sa Sainte Passion ».

« Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin ». (Jn 13, 1)

 

Quatrième jour

Disciple bien-aimé

« Si, jusqu’à présent, tu ne t’es attribué que le titre de Ma servante, Je veux faire de toi la disciple bien-aimée de Mon Sacré-Cœur ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, Jésus fait de Ses serviteurs Ses amis. « Je t’envoie Mon fidèle serviteur et parfait ami » dit Jésus, annonçant la venue de Saint Claude. Plus tard, un franciscain de Londres rendra ce témoignage : « Chaque fois que je suis en présence du Père Claude La Colombière, j’ai l’impression d’être en présence du disciple que Jésus aimait ». À notre tour, recevons cette grâce de disciple bien-aimé et redisons avec le saint jésuite : « Jésus, Vous êtes le seul et véritable ami. Vous prenez part à tous mes maux… Vous m’écoutez avec bonté… Je Vous trouve toujours et en tout lieu ; Vous ne vous éloignez jamais ; et si je suis obligé de changer de demeure, je ne laisse pas de Vous trouver où je vais… ».

« Près de la croix de jésus se tenait sa mère ; près d’elle, le disciple que Jésus aimait ». (Jn 19, 25-26)

 

Cinquième jour

Eucharistie

« J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au Saint-Sacrement, que cette soif me consume ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, à chaque grande apparition, « Jésus-Christ, mon doux maître, se présenta à moi… une fois entre les autres, que le Saint-Sacrement était exposé ». Eucharistie et Sacré-Cœur sont intimement liés : « Tu me recevras dans le Saint-Sacrement autant que l’obéissance te le voudra permettre. Tu communieras de plus tous les premiers vendredis de chaque mois ».

Un jour qu’elle reçut la communion des mains de Claude, Jésus dit également à Marguerite-Marie : « Désormais, ces trois cœurs sont à jamais unis ». Dans une vision, elle voyait le Cœur de Jésus, le sien et celui de Claude. Renouvelons notre conscience du trésor de la communion eucharistique pour nous et pour nos frères.

« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » dit Jésus. (Jn 6, 56)

 

Sixième jour

Réparation

« Les ingratitudes et les méconnaissances me sont beaucoup plus sensibles que tout ce que J’ai souffert en Ma Passion ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, Jésus nous révèle l’angoisse de Son agonie. Il propose de réparer ces ingratitudes en Lui manifestant notre gratitude et en L’accompagnant dans Son offrande pour les pécheurs, particulièrement en vivant l’Heure Sainte : « Toutes les nuits du jeudi au vendredi, Je te ferai participer à cette mortelle tristesse que J’ai bien voulu sentir au Jardin des Oliviers ; laquelle tristesse te réduira, sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d’agonie plus rude à supporter que la mort. Pour m’accompagner dans cette humble prière que je présentai à Mon Père parmi toutes Mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit pour te prosterner pendant une heure avec Moi… »

« J’ai soif » dit Jésus. (Jn 19, 28)

 

Septième jour

Fête

« Je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint-Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer Mon divin Cœur ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, « Les esprits bienheureux, les séraphins qui chantaient d’un concert admirable, m’invitèrent à m’unir avec eux dans les louanges de ce divin Cœur » : « Je n’osais pas le faire », dit la sainte, « mais ils m’en reprirent  et me dirent qu’ils étaient venus afin de s’associer avec moi pour Lui rendre un continuel hommage d’amour, d’adoration et de louanges ; et que, pour cela, ils tiendraient ma place devant le Saint-Sacrement, afin que je pusse aimer sans discontinuation par leur entremise… ». Avec eux, redisons : « L’amour triomphe, l’amour jouit, l’amour du saint Cœur réjouit ! ».

« Exultant de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut » dit le prophète Isaïe. (Is 12, 3)

 

Huitième jour

Mission

« Mon Cœur est si passionné d’Amour pour les hommes et pour toi… que ne pouvant plus contenir les flammes de Son ardente Charité, il faut qu’Il les répande par ton moyen ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

« Nous aimerons avec le Cœur du Christ » exhorta le Bienheureux Pape Paul VI. Nos défauts ne sont pas un obstacle à la mission : « Je t’ai choisie comme un abîme d’indignité et d’ignorance pour l’accomplissement de ce grand dessein, afin que tout soit fait par Moi » dit Jésus à Marguerite-Marie.

Avec Saint Claude, prions : « Sacré Cœur de Jésus, enseignez-moi ce que je dois faire pour parvenir à la pureté de Votre Amour, duquel Vous m’avez inspiré le désir. Je sens en moi une grande volonté de Vous plaire et une grande impuissance d’en venir à bout sans une grande lumière et un secours très particulier que je ne puis attendre que de Vous. Faites en moi Votre Volonté, Seigneur ; je m’y oppose, je le sens bien ; mais je voudrais bien, ce me semble, ne pas m’y opposer. C’est à Vous à tout faire, divin Cœur de Jésus-Christ… ».

« Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fût allumé ! ». (Lc 12, 49)

 

Neuvième jour

Jésus, Roi de gloire

« Si tu crois, tu verras la puissance de Mon Cœur » ». (Jésus à Sainte Marguerite-Marie)

À Paray-le-Monial, « Jésus-Christ, mon doux maître, se présenta à moi tout éclatant de gloire avec Ses Cinq Plaies brillantes comme cinq soleils, dit Marguerite-Marie, et de cette sacrée Humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de Son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise ; et s’étant ouverte, me découvrit Son tout Aimant et tout Aimable Cœur, qui était la vive source de ces flammes ».

« Voici, il vient avec les nuées ; chacun le verra, même ceux qui l’ont transpercé… ». (Ap. 1, 7)

 

Le mot du Père Benoît Guédas, Recteur des Sanctuaires de Paray-le-Monial

« Jésus nous a aimé avec un cœur d’homme » dit le concile Vatican II (GS24).

« Après la mort de Jésus, un soldat de sa lance lui perça le côté et il sortit aussitôt du sang et de l’eau. Celui qui a vu rend témoignage ! ». (Jn 19, 34)

Sainte Marguerite-Marie, bénéficiant des apparitions du Sacré Cœur de Jésus, écrit : « Jésus me découvrit les merveilles de Son Amour qu’Il m’avait toujours tenues cachées jusqu’à lors ; Il me fit reposer sur Sa divine poitrine ». Et le Pape Saint Jean Paul II nous interpelle : « Le Cœur de Jésus demeure à jamais ouvert sur le monde ».

Avec cette neuvaine, à la suite de Sainte Marguerite-Marie et de Saint Claude La Colombière, les Saints de Paray-le-Monial, plongeons-nous aussi dans le Cœur de Jésus et laissons-Le embraser nos cœurs de Son Amour.

 

Source : © Livret de la neuvaine au Sacré Cœur de Jésus édité par les :

Sanctuaires de Paray-le-Monial

BP 40 104

71 609 Paray-le-Monial cedex

Tél. : 03 85 81 90 22

Site officiel : www.sanctuaires-paray.com

Années 2015-2016

 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 06:44

Santo-Nino-Doctor-de-los-enfermos-de-Tepeaca-Puebla-parous.jpg

Santo Niño Jesús Doctor de los enfermos

(Tepeaca, Puebla - México)

Saint Enfant-Jésus, Médecin des malades

(Tepeaca, État de Puebla - Mexique)

 

La-Guadalupana-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Prière au Saint Enfant-Jésus

Médecin des malades

 

Prosterné devant Toi, Saint Enfant-Jésus, Médecin des malades, je Te demande un remède spirituel pour les maux de mon corps et de mon âme, si c’est conforme à Ta Divine Volonté.

Envoie un rayon de lumière sur mon esprit chancelant afin de faire l’examen de conscience de ma vie passée, et savourer, plein de jubilation, la joie qu’éprouve un cœur repenti.

Libère-moi, Saint Enfant-Jésus, de toutes les maladies, des calomnies, des faux témoignages, de la mort soudaine et de la vie en état de péché mortel, et embrase mon cœur du Feu Sacré de Ton Amour pour Ta Très Sainte Mère et Son virginal époux Saint-Joseph. Amen.

 

Prière traduite de l’espagnol, le 18 juin 2014, d’après la prière quotidienne de la neuvaine au Saint Enfant-Jésus, Médecin des malades (oración para todos los días de la novena al Santo Niño Doctor de los Enfermos).

 

Santo-Nino-Doctor-de-los-enfermos-parousie.over-blog.fr.jpg

 

mexico.gif

Oración al Niño Doctor de los Enfermos

 

¡Divino Niño Doctor!

Tu que me curas todas las enfermedades,

al ver los innumerables peligros que me rodean

y las enfermedades de mi cuerpo y alma,

quisiste ser mi Jesús, es decir, mi Salud.

¡Gracias, Jesús Mío!

Concédeme, te lo ruego, la salud de cuerpo y alma,

a fin de que salga triunfante en la obra de mi salvación

a pesar de todos los males que padezco.

 

ND-de-Guadalupe-et-Juan-Diego-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Breve resumen de la historia del Santo Niño Jesús Doctor de los Enfermos.

Hacia el año de 1942, llegaron al Hospital de Tepeaca, cuatro religiosas como enfermeras, entre ellas se encontraba la Hermana Carmen Barrios Báez, quien traía consigo una hermosa imagen del Niño Jesús.

Se dice que esta Imagen fue regalada a una religiosa Josefina, la cual la cedió a la Comunidad de México, y dicha Imagen se rifó entre las hermanas, siendo la agraciada la Madre Carmelita.

Se sabe también que antes de venir a Tepeaca, esta imagen estuvo en el Hospital "Concepción Béistegui", atendido entonces por las hermanas Josefinas, y le daban un culto inicial con el nombre de "Niño Doctor de los Enfermos".

En Tepeaca, la Hermana Carmen Barrios quiso que se le diera culto público, dedicándole un pequeño salón que sirvió como capilla.

Se conocían muchos milagros que Dios concedía por medio de este Santo Niño, especialmente a los enfermos, por lo que la devoción fue creciendo por toda esta región.

El Párroco Rafael Espinosa mandó construir una pequeña pero hermosa Capilla anexa al mismo templo Parroquial para dedicarla al Santo Niño. Los restos de la Madre Carmen fueron trasladados y depositados a la entrada de dicha Capilla el 12 de Enero de 1991.

Cuentan que las mejillas del santo niño palidecen cuando está ayudando a un enfermo grave y se son rosan cuando el enfermo ha sanado. Se le gastan los zapatos porque en la noche sale a curar a los enfermos, y le han encontrado lodo en los mismos. Razón por la que le cambian un par nuevo cada mes.

Hermana-Carmen-Barrios-Baez-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Sœur (Hermana) Carmen Barrios Báez

 

Carmen-Barrios-Baez-y-el-Santo-Nino-Doctor-parousie.over-.jpg

 

FORMA DE REZAR LA NOVENA

 

Puestos de rodillas ante una imagen del Santo Niño Jesús, Doctor de los enfermos: se hace la señal de la Santa Cruz, se reza un Padrenuestro, Avemaría y Gloria Patri, y después se hará el siguiente Acto de contrición:

Dios mío que bajaste del Cielo por amor a nosotros, naciendo, viviendo y muriendo en la mayor pobreza, sólo para rescatarnos y para enseñarnos con tu vida y ejemplo el camino del Cielo... Me duele de todo corazón el haberte ofendido y propongo, ayudado con tu Divina gracia, no volver a disgustarte más con pecado mortal alguno. Amén.

 

ORACIÓN PARA TODOS LOS DIAS

 

Postrado ante tí Santo Niño Doctor de los Enfermos, te pido un remedio espiritual para los males de mi cuerpo y de mi alma, si es del agrado de tu Divina Voluntad.

Manda un rayo de luz a mi desfallecido espíritu, para examinar mi pasada vida, y saborear, lleno de júbilo, la alegría que experimenta el corazón arrepentido.

Líbrame Santo Niño, de todas las enfermedades, de las calumnias, falsos testimonios, muerte repentina y de vivir en pecado mortal, y enciende en mi corazón el Sagrado fuego de tu amor, a tu Santísima Madre, y a su virginal esposo San José. Amén.

 

Primer día

Tiernos afectos al Niño Jesús

¡Oh, alma!, ¿A qué preocuparte por lo que haz de decir al Santo Niño Jesús? No es buen amor el que prepara lo que ha de decir a un ser querido...

¿No sabes que tu silencio es su alabanza; que tu tartamudez, tu confusión, tu impotencia le habla? y entre todas estas maneras de hablar, ¿temes que el lenguaje te falte?

 

Oración

Al Santo Niño Jesús, nuestro Salvador, cantemos sus alabanzas y pidámosle su bendición. ¡Oh Santo Niño Doctor! hazme devotísimo de tu Santísimo Sacramento, de María Inmaculada y del Patriarca San José. Amén

Vuelve Niño Amable, tu rostro hacia mí, hazme que yo viva tan sólo para tí. Haz que en tu gracia, acierte a morir para que así pueda, por siempre decir, que no sé qué tengo desde que te ví...

Santo Niño Doctor Ten misericordia de nosotros.

Petición, Padrenuestro, Avemaría y Gloria.

 

Oración Final

 

¡Amadísimo Niño Jesús!. Me pides con ternura una limosna, y ¿qué podré darte, cuando tengo como única propiedad un corazón manchado con el pecado?¿Lo aceptas? ¿Sí? ¡No me digas que no Santo Niño, acepta y purifícalo, para que de hoy en adelante no lo empleé más que en amarte. Amén.

 

ND-Guadalupe-belles-couleurs-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Segundo día - Todo como el primer día.

El nombre de Jesús, dice San Juan Crisóstomo, es un nombre en donde están contenidos todos los bienes, y orígenes, que acredita la omnipotencia del que se distingue con Él.

Bendito sea para siempre este sagrado nombre, que aplaca la ira de Dios, nos libra de su maldición y atemoriza a los mismos demonios...

 

Oración

¡Oh Santo Niño Jesús! fuerte arrebatador y dulce cazador de corazones!, contigo nada he de temer aunque tiemble la tierra, y por furiosos se presenten mis enemigos, toma totalmente mi corazón y hazlo completamente tuyo, de María Santísima y del Patriarca San José. Amén.

Terminar igual que el primer día.

 

Tercer día - Todo como el primer día.

En Jesús nos ama el Padre; en Jesús nos oye; en Jesús nos perdona; en Jesús nos consuela; en Jesús nos ayuda; en Jesús nos corona y glorifica.

Viendo en nosotros el rasgo fisonómico de su dulce Jesús, reconoce el Eterno Juez a sus elegidos. Todos nosotros, viviendo en Jesús no somos para Él otra cosa, que su muy dulce y amado Jesús, en quien tiene desde la eternidad todas sus complacencias.

 

Oración

¡Oh Santo Niño Jesús afabilísimo y bondadosísimo!, cosas grandes se han dicho de Tí. Tú eres la Ciudad de Dios, los que habitan en Tí, viven con alegría y placer...haz que yo viva y muera en tu Corazón Eucarístico junto con María y José. Amén.

Terminar igual que el primer día.

 

Cuarto día - Todo como el primer día

¿Qué persona tan humilde llegó jamás a tal extremo de pobreza, que por falta de otro mejor abrigo, viniese a reclinar a su hijo en un pesebre?

¿Quién juntó en uno, dos extremos tan distantes como son Dios y pesebre? ¿Qué cosa más humilde que el pesebre, que es lugar de bestias, y qué cosa más alta, que Dios, que está asentado sobre querubines?

¿Cómo el hombre considera estos dos extremos tan distantes? ¿Dios en un establo, en un pesebre, llorando de frío y envuelto en pañales?

 

Oración

¡Oh Santo Niño Doctor, Encanto y Gloria del Cielo y de la Tierra!, eres nuestro dulce amparo y fortaleza...eres nuestra ayuda en las tribulaciones y trabajos...ayúdanos y concédenos un ardiente amor a tu Sagrada Eucaristía, a la Santísima Virgen María y al Patriarca San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

Quinto Día Todo como el primer día

Ven a éste corazón Santo Niño mío, toma los brazos que el deseo de esta alma te ofrece acepta el hospedaje que éste corazón desea hacerte. Aposéntate en mí, reina en mi. Muestra la hermosura y gracia de tu belleza, y con ésa, tu blandura de cordero, enternece la dureza de este corazón.

 

Oración

¡Oh Niño Santo! Haz que los montes de nuestra soberbia y vanidad, se derritan como si fueran cera, ante el fuego del amor inefable de tu Corazón dulcísimo. Derrítase mi corazón en el amor de una grande y constante devoción a tu Sagrada Eucaristía, a la Virgen Santísima y al Señor San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

Sexto díaTodo como el primer día.

¡El Sagrario! Ah, sí ahí está nuestro Belén ¡Ahí está! Vivo amoroso, no en figura, sino en realidad, el Niño del Portal....

Ahí está guardando para nuestros dolores eficaces consuelos...

Para nuestra tristeza, suave dulzura; para nuestros olvidos, amorosísima queja.

Ahí está esperándonos día y noche, sólo, casi siempre; humilde y pobre muchas veces, ofendido y ultrajado, con sobrada frecuencia.

 

Oración

¡Oh Santo Niño, lleno de bondad y misericordia! Cuida de mí y arráncame de los peligros que rodean a mi alma, y enciende en mi corazón el fuego de tu Eucaristía con el de la Santísima Virgen María y el Señor San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

St-Joseph-et-l-Enfant-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Séptimo díaTodo como el primer día

¡Santo Niño! ¡Santo Niño! ¿Quién, si la fe no se lo hubiese enseñado, imaginaría ser posible la unión de estas dos palabras, que tan dulcemente suenan siempre a nuestros oídos? y que aún hoy, con sólo su recuerdo traen alegre y regocijo a toda la sociedad cristiana.

 

Oración

¡Oh, pobrecito niño abandonado de los hombres ingratos! Haz que te ame sin cesar, y sea muy amante de tu Sagrada Eucaristía, de la Virgen Santísima y del Patriarca San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

Octavo díaTodo como el primer día

¡Amemos a Jesús y loemos a Jesús, tanto como le aman y ensalzan su Eterno Padre y su bondadosísima Madre y sus Ángeles y Santos en el Cielo!

¡Amemos a Jesús y loemos a Jesús, tanto como lo han amado y loado sus amigos y escogidos en toda la redondez de la Tierra!

¡Amemos a Jesús y loemos a Jesús, tanto como lo odian y blasfeman todos sus enemigos y de su Santo Nombre en la tierra y en el infierno!

 

Oración

¡Oh Niño tierno y hermoso! cuyo Corazón abrazado nos ama, encierrame en Él, y dame un tierno amor a tu Sagrada Eucaristía, a la Virgen Santísima y al Señor San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

Noveno díaTodo como el primer día.

Arrodíllate delante de aquel Santo Niño, abraza aquellos pies tiernos de tu Creador, sale uno y mil besos, venza el amor a la vergüenza y el afecto venza al temor.

Dile devoto, humilde y agradecido ¡Te adoramos dulcísimo Infante! ¡Te adoramos, oh Rey Emmanuel, Príncipe de la paz, Luz de las almas! A Ti sea dada la gloria por los siglos de los siglos. Amén.

 

Oración

¡Oh Santo Niño Doctor! Fortifícame contra las asechanzas del enemigo, del mundo y de la carne, perdona todos mis pecados e ingratitudes, recibe mis humildes acciones de gracias por los beneficios que cada día me haces. Y desde hoy y para siempre pido tu gracia para ser tu fiel devoto, mortificado y totalmente inflamado en tu divino amor a tu Sagrada Eucaristía, a la Santísima Virgen y al castísimo Patriarca San José. Amén.

Terminar igual al primer día.

 

ORACIÓN DEL ENFERMO

 

¡Oh Santo Niño Jesús! que al hacerte hombre, quisiste sufrir y morir por nosotros, y alcanzaste el triunfo sobre el pecado, el dolor y la muerte.

Acudo a ti lleno de confianza, pidiendo me concedas la salud del alma y del cuerpo, perdona mis pecados y remedia mis males, para que con todas mis fuerzas te conozca, te amé y te sirva y también a mi prójimo. Pero si me pides que con la enfermedad comparta tus sufrimientos, haz que la sobrelleve con paciencia, resignación y alegría, y ofrezca mis dolores para purificar mi alma y remedio de todas las necesidades del mundo. Así sea.

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 08:22

Pe-re-Lamy-mystique-parousie.over-blog.fr.jpg

Jean-Édouard Lamy

né le 23 juin 1853 au Pailly (Haute-Marne)

mort le 1er décembre 1931 à Jouy-en-Josas

(Seine-et-Oise à l'époque, Yvelines depuis 1968)

Fondateur de la Congrégation des

Serviteurs de Jésus et de Marie

 

Blason-Haute-Marne-Champagne-Ardenne-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Neuvaine pour la béatification du Père Lamy

 

"Très sainte Vierge Marie, qui avez eu en la personne de Jean-Édouard Lamy, un serviteur si respectueux, si zélé et si confiant, plaçant toute entreprise sous votre patronage et toujours désireux de faire en toute chose votre volonté qui n’est autre que celle de vote divin fils, accordez-nous, nous vous en prions, (telle faveur), qui contribue à la sanctification de nos âmes et puisse le faire placer un jour prochain par la sainte Église au rang des bienheureux.

 

Saint archange Gabriel, messager de la miséricorde de Dieu en faveur des pauvres humains, vous qui avez salué la très sainte Vierge par ces paroles : « Je vous salue Marie, pleine de grâce », et qui en avez reçu une réponse d’une si grande humilité, protecteur des âmes, aidez-nous à devenir les imitateurs de son humilité et de son obéissance."

 

Prière de bien vouloir signaler les faveurs reçues à l’abbaye d’Ourscamp :

Abbaye d’Ourscamp

60138 Chiry-Ourscamp

ou par email

 

"Apôtre et Mystique - Le Père Lamy"

Vie du Père Lamy par le comte Paul Biver 

 

 

Tombe-Jean-Edouard-Lamy-La-Courneuve-parousie.over-blog.fr.jpg

Tombe du Père Jean-Édouard Lamy

Cimetière paroissial de La Courneuve (Seine-Saint-Denis)

 

 

La guérison de Mademoiselle Lemoine

 

"En 1928, Henriette Lemoine âgée de 16 ans fut atteinte de paralysie de cordes vocale. Pendant deux mois et demi, une jeune fille ne put proférer aucun son. Après plusieurs consultations dans les hôpitaux de Paris, tous les docteurs déclarèrent la maladie inguérissable.

 

C’était une laryngite tuberculeuse, on ne lui donnait que quelques mois à vivre. Désespérée d’un diagnostic qui enlevait tout espoir de guérison, la pauvre mère ayant entendu parler du Père Lamy et des grâces multiples qu’il obtenait de la Très Sainte Vierge, résolut d’emmener sa fille à Notre Dame des Bois au pèlerinage le 4 juin 1928.

Après avoir prié longuement et avec confiance et reçu la bénédiction du Père Lamy, la mère se tournant vers l’humble prêtre dans un geste de douleur lui dit :

« Mon Père nous partons mais ma fille n’est pas guérie ».

Le Bon Père souriant répondit : « Quelquefois on guérit mais en s’en allant. »

 

Pleines de confiance, la mère et sa fille Henriette prirent le chemin du retour. Étant arrivées entre Chalindrey et Langres, la petite malade sentit un étouffement et fit signe à sa mère qu’elle étouffait. Désolée la mère dit à sa fille : « Mets toi à la portière ».

Mais Henriette de répondre : « Maman, maman il me semble que je suis guérie, c’est un miracle … je parle ».

La Sainte Vierge Notre Dame des Bois, venait en effet de répondre à la prière humble et confiante de son enfant. Que dire de la joie de la mère ?

 

A partir de ce moment la jeune Henriette complètement rétablie, put rependre la vie normale. Aujourd’hui Henriette toujours en parfaite santé, n’ayant jamais ressenti aucune atteinte de son mal ancien, est heureuse de publier la relation de sa guérison.

Henriette Lemoine travaillait depuis octobre 1926 à l’Ecole professionnelle. 32 rue Geoffrey Saint Hilaire, Paris Ve. J’ai été témoin de sa maladie et de sa guérison subite."

 

"Sœur Augustine"

"Fille de la Charité"

 

Biographie et spiritualité du Père Lamy

 

Vierge-Marie-et-bebe-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Certificat médical

 

"Je soussigné, Docteur en médecine de la Faculté de Paris P. J. J Contrastin, Chevalier de la Légion d’Honneur, certifie avoir donné mes soins à Mademoiselle Henriette Lemoine, pour paralysie des cordes vocales sans succès. La malade a ensuite suivi un traitement de deux mois et demi à Laennec sans résultat.

 

J’ai revu depuis cette malade, qui m’a déclaré avoir été subitement améliorée.

Elle parle maintenant très nettement, sans effort, ni fatigue, et je dois constater une guérison qui semble défier les pronostics par l’hôpital et par moi.

 

En foi de quoi, j’ai délivré le présent certificat pour valoir ce que de droit."

 

"Paris, 19 janvier 1929"

"J. Contrastin"

 

Source principale de cet article :

 Site des Serviteurs de Jésus et de Marie serviteurs.org

 

 

Father John Edward Lamy

 

 

Comunidad-Casa-Padre-Lamy-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Casa Padre Lamy

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 14:40

Vitrail-Le-Divin-Charpentier-la-Godivelle-63-parousie.over-.jpg

 

 

"Saint Joseph, intercède pour nous !"

 

Famille de Saint Joseph

 

© "Neuvaine à Saint Joseph"

 

"Introduction"

 

"A l'aube des temps nouveaux, c'est à toi saint Joseph, que fut révélé en premier le mystère inouï : le Verbe s'est fait chair dans le sein de ta fiancée. L'annonciation de l'Ange t'introduit dans l'intimité de Dieu dont tu deviens le confident : désormais Il compte sur toi comme sur nul autre patriarche ; Il t'accorde sa confiance sans limite et fait de toi le gardien de son projet d'amour sur le monde. Toi, l'humble charpentier, par ton consentement, te voilà devenu époux de la Vierge Mère et père du Fils de Dieu ! Pourtant tu n'es qu'un homme comme les autres ; certes le Seigneur t'a comblé de tous les charismes dont tu as besoin pour exercer ce ministère, mais la grâce ne supprime pas la nature, et tu as dû redire chaque jour ton "oui" à l'action de l'esprit.

Nul doute que si tu as été choisi par le "Père des pauvres", c'est parce qu'Il a contemplé en toi sa ressemblance. Ta vie simple et droite a séduit Celui qui rêvait de révéler à ses enfants sa paternité bienveillante et cherchait un homme assez pauvre pour accueillir son fils sans se l'approprier.

Aussi à qui irions-nous pour apprendre à connaître l'Emmanuel de la promesse sinon à toi, saint Joseph, dont la mission est de l'accueillir pour nous le présenter et nous apprendre à l'aimer à l'école de Marie ? Merci de nous recevoir dans ton humble maison et de nous donner plus que nos coeurs n'osent espérer."

 

 

Jour 1

"La discrétion des Evangiles à ton propos, saint Joseph, est sans doute le plus bel éloge qu'ils pouvaient te faire. Avec toi, tout est simple : Dieu parle, tu obéis.

La foi te suffit : c'est elle qui éclaire ta nuit ; sans tarder, tu te mets en route sur les chemins de l'espérance pour accomplir le ministère de charité que ton Seigneur te confie. Ta seule récompense : être le serviteur de la joie du Père en t'effaçant à l'ombre de sa gloire. Ce qu'a proclamé saint Jean-Baptiste, tu l'as vécu avant lui : "Qui a l'épouse est l'époux ; quant à l'ami de l'époux, il se tient là, il l'écoute, et la voix de l'Epoux le comble de joie. Telle est ma joie, elle est complète. Il faut que lui grandisse et que moi, je diminue."

Bien avant les Apôtres, tu es entré dans la joie parfaite d'une vie livrée par amour, dans la joie du Père, du Fils et de l'Esprit, Joie unique des trois Personnes qu'avec Marie ton Epouse, tu fus le premier à accueillir. Qu'elle était douce et pénétrante cette Joie de la sainte Famille !

Comme un soleil elle illuminait votre vie : plus ardente que la peur lorsque la vie de l'Enfant fut menacée, plus profonde que toutes les vicissitudes, dont vous ne fûtes pas épargnés, plus forte que l'habitude, dans le quotidien de la vie cachée.

Saint Joseph, apprends-nous à découvrir au coeur de nos vies cette perle précieuse de la Joie de l'Esprit. Que nous vivions comme toi dans la simplicité de la foi, ne cherchant rien d'autre que la volonté de Celui qui le premier nous a aimés."

 

 

Jour 2

"Saint Joseph, protège-nous ! Ce cri qui s'élève spontanément du coeur de tes enfants depuis tant de générations, résume si bien ta mission auprès de Jésus, de Marie et de chacun de nous. Lorsque l'Ange te fait signe, c'est pour te demander de prendre chez toi, sous ta protection virile et tendre, celle qui porte en son sein le Sauveur du monde.

Tu protèges la Mère de la honte de la répudiation et des curiosités indiscrètes, tu protèges l'Enfant de la jalousie meurtrière d'Hérode, tu protèges ton foyer des représailles d'Archélaüs, mais ton action protectrice ne se limite pas à ces moments essentiels de ta mission : c'est tous les jours que tu veilles, avec une vigilance de chaque instant, sur la Mère et son Enfant. Combien de fois Jésus ne s'est-il pas réfugié dans tes bras, et Marie ne s'est-elle pas abritée près de toi : ta simple présence rassure, ton regard apaise, ton sourire réconforte et donne courage. Avec toi, main dans la main, Jésus découvre le monde, de qui aurait-il peur puisque son papa l'accompagne ?

Marie peut s'abîmer en oraison : elle sait que veille son fidèle compagnon. Sous ta vigilance discrète et sûre, la vie peut s'écouler, simple et pure. Tu continues à protéger l'Eglise dans sa marche vers la patrie car elle est la famille de Dieu que le Père te confie ; aussi est-ce avec confiance que nous nous blottissons contre toi, sûrs que dans ton amour tu ne nous repousseras pas.

Garde-nous chaque jour de notre vie, protège-nous des embûches de l'Ennemi. Et quand viendra l'heure de la fin du voyage, que dans tes bras nous fassions le grand passage."

 

 

Jour 3

"Quand on connaît l'importance des parents dans la croissance psychologique de l'enfant, on ne peut qu'être émerveillé devant la grandeur de ta mission, saint Joseph.

Bien sûr, tu n'as pas agi seul : il y avait à tes côtés Marie, l'Immaculée. Mais vos missions étaient complémentaires et si l'exemple de la Vierge-Mère a pu t'inspirer, c'est néanmoins à toi seul que revenait d'assurer la paternité de cet Enfant nouveau-né.

Quel vertige : c'est en réponse à ton appel que s'éveille la conscience humaine du Verbe de Dieu ; c'est toi qui l'invite à oser l'aventure de l'altérité, de la liberté et de la responsabilité.

C'est par ta parole que tu éveilles sa parole, et il te répond comme un fils à son père. C'est en t'écoutant qu'il structure sa pensée, c'est à ton école qu'il forme sa volonté, c'est en vivant avec toi qu'il canalise son affectivité, c'est dans le dialogue avec toi qu'il oriente son imagination ; c'est dans ton regard et ta parole qu'il puise la confiance qui fait de lui un homme.

Marie et Joseph, vous savez combien nous sommes blessés dans ces relations fondamentales de notre humanité. Venez guérir en nous les blessures de la maternité et de la paternité qui nous empêchent d'accéder à la vraie liberté et à la pleine maturité.

Que ton regard plein de bonté et ta parole empreinte de douce fermeté, saint Joseph, nous redonnent espérance et nous libèrent pour la mission que le Seigneur nous a confiée. Qu'à travers ta bienveillante paternité, notre Père des cieux nous recrée comme ses fils bien-aimés à l'image et à la ressemblance de son Premier-Né."

 

 

Jour 4

"Ce n'est pas nonobstant l'oeuvre de Dieu en ta fiancée que tu es invité néanmoins à la prendre chez toi, mais au contraire, c'est parce que ce qui est engendré en elle vient de l'Esprit que le Seigneur te la confie. Moïse fit un détour au désert pour mieux voir un buisson qui brûlait sans se consumer, mais le Seigneur ne lui permit pas de s'approcher, car la terre sur laquelle il se tenait était sainte. Toi Joseph, tu contemplais quotidiennement Marie la pleine de grâce, véritable Buisson ardent dont Dieu voulut qu'il soit planté sur ta terre virginale.

Dieu se fit connaître à Moïse comme le Dieu des Pères, et lui révéla le tétragramme sacré, gage de sa présence bienveillante auprès de son peuple ; mais c'est à toi que revint, Joseph, de nommer le Verbe fait chair et de faire connaître au monde le seul nom donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés.

Si Moïse eut la mission de faire sortir le peuple d'Israël du pays de servitude, par toi, Joseph, s'accomplit la prophétie d'Osée"D'Égypte j'appelai mon fils". En ramenant l'Enfant divin en Terre promise, tu annonçais l'événement de la Résurrection, dans lequel Dieu révèle pleinement cette paternité que tu as si bien préfigurée.

Nous n'en finirons pas de proclamer tes grandeurs, ô saint Joseph ; l'Ecriture dit de Moïse qu'il était le plus humble des hommes, mais il ne fait pas de doute qu'en ceci encore il ne faisait qu'annoncer ton humilité.

Grand saint Joseph, dispose-nous à accueillir comme toi, dans nos vies, Jésus et Marie ; apprends-nous à les contempler et à nous rassasier de leur présence ; ramène-nous sur notre terre lorsque nous nous égarons loin d'eux et de l'Evangile. Enseigne-nous comment invoquer avec respect et amour le doux Nom du Sauveur pour qu'il soit toujours sur nos lèvres et dans nos coeurs comme il le fut dans le tien et celui de Marie."

 

 

Jour 5

"L'Esprit de joie et de paix reposait en plénitude sur ton humble demeure, saint Joseph, et la tristesse ne trouvait pas d'abri sous ton toit. Pourtant les épreuves ne te furent pas épargnées, mais tu puisais ta consolation en Jésus et Marie, et ta force dans l'obéissance au dessein de Dieu.

L'Esprit consolateur t'a visité bien avant les Apôtres pour que tu puisses à ton tour consoler ceux qui t'étaient confiés. Ainsi ton épouse trouva-t-elle auprès de toi la chaste consolation dont elle avait besoin dans les moments difficiles de la vie cachée, et Jésus lui-même voulut-il chercher consolation dans les bras de son papa tout au long de son cheminement d'enfant et d'adolescent.

A travers toi, ô bon saint Joseph, c'est le visage de tendresse de notre Père des cieux qui se révèle en transparence.

Aussi venons-nous, comme Marie et Jésus, pleins de confiance, chercher auprès de toi la consolation dont nous avons besoin pour porter dans la paix et le courage les épreuves de notre vie quotidienne.

Aide-nous à garder au fond de nos coeurs cette joie qui ne te quitta jamais, et apprends-nous à demeurer comme toi, disponibles à tous nos frères qui cherchent un peu de réconfort et de consolation au long de la route vers la Cité Sainte où notre Père essuiera toutes larmes de nos visages et nous introduira dans la joie parfaite de ses enfants."

 

 

Jour 6

"Tu aimais ton métier, saint Joseph, et tu étais fier d'appartenir à la corporation des charpentiers : n'est-ce pas parmi eux que Dieu s'était choisi ses meilleurs rabbins ? Mais la situation économique d'un artisan de village n'était guère brillante ; aussi devais-tu travailler dur pour apporter à ta famille ce dont elle avait besoin pour vivre décemment.

Quelle émotion cependant pour toi de nourrir le Fils de Dieu, le vrai Pain du ciel dont le Père voulait rassasier ses enfants, de pourvoir aux besoins de la Parole de vie dont il voulait nous combler, sans oublier Marie, sa Mère immaculée !

Très tôt tu pris avec toi l'enfant divin pour lui enseigner ton art ; tu lui transmis le goût du travail bien fait, et ta parole tomba dans une bonne terre, puisque saint Justin rapporte au second siècle qu'on vantait en Palestine, la qualité des charrues sorties de l'atelier de Jeshoua ben Youssef de Nazareth.

O bon saint Joseph, protège les jeunes de notre temps de la technolâtrie ; apprends-leur à aimer le travail manuel et à respecter la condition ouvrière en se souvenant que le Fils de Dieu pendant près de trente ans a exercé l'humble métier d'artisan charpentier.

Souviens-toi enfin de tes angoisses dans les moments de disette et les temps de chômage, et viens en aide à tous ces pères humiliés qui ne parviennent plus à subvenir aux besoins de ceux qui leur sont confiés."

 

 

Jour 7

"L'Evangile nous dit que tu étais "juste", Joseph, c'est-à-dire ajusté à Dieu, à sa loi, à ses commandements. Par ton obéissance scrupuleuse aux préceptes du Seigneur, tu voulais lui témoigner ton amour et ta fidélité. Et c'est parce qu'il savait qu'il pouvait compter sur toi que le Seigneur te choisit pour être le père de son Fils dans des conditions qui exigeaient une confiance sans borne.

Tu avais appris, en juif pieux, à t'en remettre en toutes choses à la fidélité de ton Dieu ; et puisqu'Il voulait te confier ce ministère, tu ne doutais pas qu'Il te donnerait le moyen de l'assurer. Tu t'es donc appuyé sur ce don présumé pour devenir ce que Dieu attendait de toi. Et c'est ainsi, par cet acte de confiance, que tu participas réellement pour la part qui t'échut, à la paternité de Dieu à l'égard de son Fils.

Tu avais accueilli avec les paroles de l'Ange ton identité profonde, celle qui s'enracine en Dieu ; et c'est encore en Lui que tu puisais la force de la fidélité, demeurant ferme dans toutes les nuits et toutes les épreuves.

T'identifiant entièrement à ta mission, tu t'enracinais chaque jour davantage dans la vérité de ton être et le sens de ta vie, découvrant ainsi la paix que nul ne pourrait te ravir.

Serviteur fidèle qui es entré pour toujours dans la joie de ton Maître, apprends-nous comme toi à nous recevoir de Dieu, à nous ouvrir toujours plus à la mission qu'il nous confie et à puiser dans le regard de Jésus et de Marie la force de la fidélité qui conduit à la vraie liberté et à la vie."

 

 

Jour 8

"Sans doute, tu n'as pas beaucoup dû intervenir pour redresser et corriger Jésus, bon saint Joseph ; mais tu auras tout le loisir d'exercer ce ministère en faveur de ceux qui se reconnaissent pour tes enfants !

Nous n'avons pas l'innocence de ton divin Fils, mais, du haut du ciel, c'est en lui que tu nous vois, et c'est vers lui que tu nous conduis à travers ta patiente pédagogie paternelle.

Certes la correction fait toujours un peu peur, mais nous sommes tellement sûrs que venant de toi elle ne dépassera pas ce qui convient ; aussi osons-nous te demander de nous corriger et de nous reprendre chaque fois que nous nous écartons du droit chemin.

Ouvre nos yeux pour que nous puissions reconnaître ces châtiments salutaires que nous recevrons de ta bonté, comme des signes de ta paternité et des invitations à la conversion.

Ne te décourage pas devant nos rebellions et nos aveuglements : nous sommes des enfants à la nuque raide et bien blessés par le péché ; mais souviens-toi du Sang que Jésus, pour nous, a versé et de la gloire qu'il veut nous partager.

Merci Saint Joseph de nous conduire avec douceur et fermeté à travers les ombres et clartés de notre temps jusqu'au jour où nous reposerons enfin en sécurité dans la Jérusalem céleste où tu nous attends."

 

 

Jour 9

"Bon saint Joseph, toi qui veillas avec tant de sollicitude sur la Sainte Famille, nous te confions nos familles naturelles et religieuses : garde-nous dans l'unité de l'Esprit par le lien de la paix (Ep 4,3). Eloigne de nous le Diviseur et le Menteur, et apprends-nous à demeurer dans la lumière de la charité.

Tu sais combien nos coeurs blessés sont portés à juger et à critiquer ; combien ils sont menacés par les vers de la jalousie et de l'envie ; la colère est tapie à notre porte, et les sombres nuages de l'amertume et de la rancœur obscurcissent le ciel de notre âme. Apprends-nous à partager le pain quotidien du pardon sans lequel aucune fraternité ne peut subsister ; fais de nous des artisans de paix en étant des serviteurs de ta miséricorde ; aide-nous à obéir au précepte du Seigneur : "aimez vos ennemis, faites du bien sans rien espérer de retour" (Lc 6, 35) afin de devenir fils de "votre Père qui est aux cieux" (Mt 5, 44-47). 

Saint Joseph nous te confions encore nos coeurs, et nos âmes, nos communautés et nos familles, afin qu'y règne toujours la paix du Christ puisque tel est le terme de l'appel qui nous a rassemblés en un même Corps (Col 3, 15). Réveille en nous le sens de notre responsabilité, et fais de nous des serviteurs fidèles et dévoués de cette unité pour laquelle Jésus priait si instamment son Père : "Qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux et toi en moi, afin qu'ils soient parfaits dans l'unité, et que le monde reconnaisse que tu m'as envoyé" (Jn 17, 22-23)."

 

 

St-Joseph-et-Jesus-Eglise-Mariahilf-Vienne-parousie.over-.jpg

 

 

"Consécration"

 

"Au terme de cette neuvaine, ô bon saint Joseph, nous venons te renouveler notre consécration. A qui mieux qu'à toi pourrions-nous confier notre vie ?

Tu sauras nous faire grandir en grâce et en sagesse sous le regard de Dieu notre Père et des hommes nos frères. Tu nous protégeras des embûches de l'Ennemi et de tous ceux qui en veulent à notre vie. Tu prendras soin de nos besoins spirituels et temporels, nous apprenant à tout faire pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Apprends-nous à contempler Jésus et Marie et à leur consacrer nos vies. Comme eux nous voulons t'aimer et t'obéir comme un père, pour vivre dans la paix, la confiance et l'abandon à la Providence.

A ton école nous voulons apprendre la sainte obéissance, l'humilité et la douceur des disciples du Seigneur, la transparence de cœur dans l'esprit d'enfance, la pureté de ceux qui ont tout donné, le zèle discret des artisans de paix, et la joie des fils de Dieu.

Ainsi jour après jour nous voulons nous préparer à contempler dans la pleine clarté les merveilles que Jésus a préparées pour ceux qui se laissent transformer à l'école où lui-même est passé.

Comme le fit Jésus à l'aube de sa vie, comme le fit la très sainte Vierge Marie, nous te confions, saint Joseph, nos coeurs, nos âmes et nos vies : nous voulons passer nos jours ici-bas en ta compagnie afin de passer avec toi dans la céleste Patrie où nous ne formerons plus qu'une seule Famille : celle de notre Père des cieux, en qui nous serons tous bienheureux."

 

 

Famille de Saint Joseph

B.P. 16

69380 CHASSELAY

Tél : 04 78 47 35 26

Fax : 04 78 47 36 78

Internet : www.fsj.fr

 

© Méditations : Famille de saint Joseph

 

 

Homélie du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine
après lecture de Luc 2 : 41-51

Solennité de la Fête de Saint-Joseph

Marseille, le samedi 19 mars 2011


 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:16

Therese-de-Lisieux-enfant-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Neuvaine poétique à la Rose

 

Ô Petite Thérèse de l’Enfant-Jésus,

je t’en prie, cueille pour moi

une rose du jardin céleste

et envoie-la-moi comme message d’amour.

 

Ô Petite Fleur de Jésus,

demande à Dieu de m’accorder les faveurs

que je place maintenant,

avec confiance, dans tes mains.

(mentionnez ici votre intention de prière particulière)

 

Sainte-Thérèse, aide-moi à toujours croire,

comme tu l’as fait, au grand Amour de Dieu pour moi,

afin que je puisse imiter ta "Petite Voie" chaque jour.

Amen.

 

Neuvaine traduite de l’anglais, le mercredi 6 mars 2013, d’après "My Novena Rose Prayer" sur le site littleflower.org

 

 

Gif-reflect-rose-pink-rosa-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

usa.gif

 

"My Novena Rose Prayer"

littleflower.org

 

"O Little Therese of the Child Jesus,

Please pick for me a rose

from the heavenly garden

and send it to me

as a message of love.

 

O Little Flower of Jesus,

ask God to grant the favors

I now place with confidence

in you hands.

(mention your special prayer request here)

 

St. Therese, help me to always believe

as you did, in God's great love for me,

so that I may imitate your "Little Way" each day."

 

"Amen."


 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 09:01

Bapteme-de-Clovis--peinture-Maitre-de-Saint-Gilles--parou.jpg

Baptême de Clovis

(Chlodovechus, Clovis Ier, Chlodowech, Chlodowig ou Chlodovigh)

Toile de Maître de Saint Gilles, peintre anonyme

XVème siècle 

 

 

Blason-Archeveques-de-Reims--parousie.over-blog.fr.png

 

 

Neuvaine pour la France de

Monseigneur Paul-Marie Guillaume

 

"Père tout puissant et miséricordieux, Vous appelez toutes les nations divisées par le péché à se rassembler sous le joug très doux de Votre Fils bien-aimé, Jésus, le Roi de l’univers.

Nous croyons que, seul, Votre Esprit d’Amour et de Vérité peut renouveler la face de la terre et tout restaurer dans le Christ ; qu’Il vienne au secours de notre patrie qui Vous offense et s’éloigne de Vous. Faisant appel à votre miséricorde infinie, nous Vous demandons pardon pour elle.

Quant à nous, ayant une fois pour toutes remis à Notre-Dame ce que nous sommes et ce qui nous appartient, nous confessons nos infidélités et nous reconnaissons que la conversion de notre pays passe par notre propre conversion. Nous confions à Marie nos prières, nos pénitences, toutes nos actions. Qu ‘Elle nous garde du parjure et de toute faiblesse.

Père tout-puissant et miséricordieux, nous Vous en supplions, sauvez notre pays.

Cœur Sacré de Jésus, ayez pitié de nous qui mettons notre confiance en Vous.

Cœur Immaculé de Marie, intercédez pour nous."

 

Imprimatur : Épinal, 10 juillet 1990,

Paul-Marie Guillaume, Évêque de Saint-Dié.

 

Neuvaine notamment récitée lors d'une "neuvaine d'années pour la France", de Noël 1987 à Noël 1996, commémorant le 1500ème anniversaire du Baptême de la France à Reims.

 

 

Diocèse de Reims

 

 

Enluminure-Bapteme-de-Clovis--parousie.over-blog.fr.jpg

Enluminure du Baptême de Clovis

par Saint Remi, Évêque de Reims

Grandes Chroniques de France de Charles V

Paris, XIVème siècle

Bibliothèque nationale de France

 

 

 

Le Baptême de Clovis Ier

selon Grégoire de Tours

 

« La reine fait alors venir en secret Remi, évêque de la ville de Reims, en le priant d’insinuer chez le roi la parole du salut. L’évêque l’ayant fait venir en secret commença à lui insinuer qu’il devait croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et abandonner les idoles qui ne peuvent lui être utiles, ni à lui, ni aux autres. Mais ce dernier lui répliquait : « Je t’ai écouté très volontiers, très saint Père, toutefois il reste une chose ; c’est que le peuple qui est sous mes ordres, ne veut pas délaisser ses dieux ; mais je vais l’entretenir conformément à ta parole. »

Il se rendit donc au milieu des siens et avant même qu’il eût pris la parole, la puissance de Dieu l’ayant devancé, tout le peuple s’écria en même temps : « Les dieux mortels, nous les rejetons, pieux roi, et c’est le Dieu immortel que prêche Remi que nous sommes prêts à suivre ». Cette nouvelle est portée au prélat qui, rempli d’une grande joie, fit préparer la piscine. […] Ce fut le roi qui le premier demanda à être baptisé par le pontife. Il s’avance, nouveau Constantin, vers la piscine pour se guérir de la maladie d’une vieille lèpre et pour effacer avec une eau fraîche de sales taches faites anciennement.

Lorsqu’il fut entré pour le baptême, le saint de Dieu l’interpella d’une voix éloquente en ces termes : « Courbe doucement la tête, ô Sicambre ; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré ». Remi était un évêque d’une science remarquable et qui s’était tout d’abord imprégné de l’étude de la rhétorique. Il existe de nos jours un livre de sa vie qui raconte qu'il était tellement distingué par sa sainteté qu’il égalait Silvestre par ses miracles, et qu’il a ressuscité un mort. Ainsi donc le roi, ayant confessé le Dieu tout puissant dans sa Trinité, fut baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et oint du saint chrême avec le signe de la croix du Christ. Plus de trois mille hommes de son armée furent également baptisés. […] »

 

Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre II, chapitre XXXI.

 

Source : Wikipédia

 

 

 

La France, fille aînée de l'Église

 

 

 

Dans le livre "Le Baptême de la France"ci-dessous, faisant partie du 13ème Volume de "Les Fastes de l'Église", éditions Casterman, Imprimatur 1911 ; Louis Le Leu nous raconte le Baptême de Clovis dans le chapitre X, "L'EAU SAINTE", pages 68 à 73.

 

 

Le Baptême de la France, par Louis Le Leu (1911)

 

 

 

 


Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:43

Notre-Dame-du-Tres-Saint-Sacrement--parousie.over-blog.f.jpg

 

 

 

"Qu'il est bon, Jésus sacramentel ! Il vous reçoit à toute heure du jour et de la nuit ; son amour n'a jamais de repos. Il est toujours plein de douceur pour vous. Il oublie vos péchés, vos imperfections, quand vous allez Le voir, pour ne vous dire que sa joie, sa tendresse et son amour. En vous recevant, on dirait qu'Il a besoin de vous pour être heureux. Oh ! remerciez-Le donc, ce bon Jésus, avec toute l'effusion de votre âme. Remerciez le Père de vous avoir donné son Fils ; remerciez le Saint-Esprit de L'avoir incarné de nouveau sur l'autel, par le ministère du prêtre, et pour vous personnellement. Invitez le ciel et la terre, les anges et les hommes à vous aider à remercier, à bénir et à exalter tant d'amour pour vous."

 

"Saint Pierre-Julien Eymard (1811-1868), La Divine Eucharistie, Sujets pour l'adoration du Très-Saint-Sacrement, Poussielgue, Paris, 1881."

 

Source : spiritualite-chretienne.com

 

 

 

Reliques-chasse-Saint-Pierre-Julien-Eymard--parousie.over-.JPG

 

 

Conseils spirituels de

Saint Pierre-Julien Eymard

 

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--5---parousie.over-blog.fr.jpg

Pierre-Julien Eymard

né le 4 février 1811 à La Mure (Isère)

mort le 1er août 1868 à La Mure

Fondateur de la Société du Saint-Sacrement et de la

Société des Servantes du Saint-Sacrement

 

 

 

Icone-Saint-Pierre-Julien-Eymard--parousie.over-blog.fr.jpg


 

Saint Pierre-Julien Eymard,

un grand dévot de Notre-Dame du Laus

 

 

"Le Laus ou la tendresse d'une mère"

 

"Le premier sanctuaire en date, et le plus cher à son coeur, c'est Le Laus. Situé à 80 kilomètres de La Mure, dans le diocèse de Gap, Notre-Dame du Laus est, depuis le 17e siècle, un centre de pèlerinage qui rayonne dans la Provence, le Dauphiné et bien au-delà. A l'âge de onze ans, Pierre-Julien s'y rend seul, à pied et en mendiant son pain. C'est là, notera-t-il plus tard, où, pour la première fois, j'ai connu et aimé Marie. Madeleine Pelorce, sa mère, n'avait pas manqué de lui inculquer une tendre dévotion envers Marie. Sans nul doute, au Laus il s'agit alors d'une expérience spirituelle qui le marquera de façon durable. Les conditions de vie en Matheysine étaient dures, et non moins rudes les formes de piété en ce début de 19e siècle encore marqué par le rigorisme janséniste. Au Laus, Marie apprend à Pierre-Julien à s'ouvrir à l'amour. Il fait sa première communion à l'âge de douze ans, et il manifeste alors son propos de devenir prêtre, même si son père s'oppose à son désir. Nouveau pèlerinage au Laus où Pierre-Julien reçoit, du Père Touche, la confirmation de sa vocation et la grâce de communier tous les dimanches — une faveur à cette époque..."

 

Source : Site Européen des Religieux du Saint Sacrement

 

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Site dédié à Saint Pierre-Julien Eymard

 

 

 

Biographie d'après le site omiworld.org

 

Biography in English

 

"Naissance à La Mure (Isère), le 4 février 1811

Prise d'habit à Saint-Just, le 7 juin 1829

Sortie en novembre 1829

Ordination sacerdotale à Grenoble, le 20 juillet 1834

Fondateur de la Congrégation des Prêtres du Saint Sacrement, en 1856

Décès à La Mure, le 1er août 1868

Canonisation, le 9 décembre 1962.

 

 

Pierre Julien Eymard

Né à La Mure, diocèse de Grenoble, le 4 février 1811, Pierre Julien connut les Oblats à Notre-Dame du Laus où il alla en pèlerinage en 1821 et 1824. Lors d'une mission prêchée par les Oblats à La Mure en mai 1829, il rencontra le père Guibert qui l'envoya à Saint-Just près de Marseille où Pierre Julien prit l'habit le 7 juin. Tout en suivant les exercices du noviciat, il continuait son cours secondaire. Il travailla trop, tomba malade et dut quitter le noviciat après cinq mois. C'était quelques mois après le sacrilège commis dans l'église Saint-Théodore, le 10 mars 1829. Les vases sacrés avaient été volés et les hosties dispersées. Le père de Mazenod, vicaire général, fit faire des expiations solennelles et la dévotion à l'eucharistie fut alors très vive à Marseille et dans les maisons de formation oblate. Le père Eymard écrira plus tard : « Il me fallait Marseille pour me donner l'amour exclusif de l'Eucharistie et en faire le centre de ma vie. »

 

Rentré chez lui, son père meurt. Il veut entrer au séminaire de Grenoble, mais il lui faut une lettre de recommandation. Il rencontre par hasard en septembre 1831 le père de Mazenod de passage à Grenoble. Celui-ci le recommande au supérieur du séminaire, où Pierre Julien étudie jusqu'à son ordination le 20 juillet 1834. Il célèbre sa première messe à Notre-Dame de l'Osier, le 22 juillet. Le père Toussaint Dassy, son confrère de noviciat alors à l'Osier, l'invite à revenir dans la Congrégation, mais l'abbé Eymard préfère rester dans le clergé diocésain et est nommé vicaire à la paroisse de Chatte.

 

Il entre chez les Maristes en 1839 et demeure religieux dans cette congrégation jusqu'en 1856. Il en sort pour fonder la Congrégation des Prêtres du Saint Sacrement. En 1858, le père de Cuers, ordonné prêtre à Marseille le 24 juin 1855 et premier associé du père Eymard, commence des démarches en vue d'une fondation à Marseille. Il achète en 1859 une maison sur la rue Nau que vient de fermer le père Beuf, qui a échoué dans son essai d'une fondation des religieux Minimes à Marseille. Mgr de Mazenod est très favorable à cette fondation car, écrit-il à l'abbé Brunello, le 7 mars 1859, cela « me mettra à même d'établir dès cette année l'adoration solennelle et perpétuelle, ce qui est l'objet de mes désirs depuis bien des années ». Afin d'aider à payer les frais d'établissement, Mgr de Mazenod invite le père Eymard à donner un sermon de charité dans l'église de la Trinité, le vendredi 3 juin 1859. La maison est inaugurée le 9 novembre et, le 21 décembre, Mgr de Mazenod publie une lettre pastorale dans laquelle il annonce l'établissement, dès le 1er janvier 1860, de l'exposition solennelle et perpétuelle du saint sacrement dans le diocèse de Marseille.

 

Dans son journal, en 1860, Mgr de Mazenod parle souvent de ses visites dans les églises où le saint sacrement est exposé et, avec une grande variété d'expressions, il dit le bonheur que lui procurent ces visites et la présence de nombreux adorateurs. Il écrit par exemple le 16 janvier : À l'église de Saint-Laurent, « il y avait de quoi pousser des cris de joie en voyant d'abord la magnificence de l'illumination de l'autel sur lequel était placé le trône de notre Seigneur », puis ensuite en voyant la foule des fidèles. Le 23 janvier il écrit encore : « Adoration à Saint-Lazare. Que dirais-je de la beauté de cette magnifique exposition et de ce concours de toute la journée, de ce zèle pour l'adoration de la nuit. C'est à en mourir de joie. Oh ! que notre Seigneur est glorifié ! », etc.

 

Yvon Beaudoin, o.m.i.

 

Bibliographie

Baffie, Eugène, o.m.i., « Le vénérable père Eymard... et les Oblats de Marie », dans Missions (1899), p. 313-328.

Pielorz, Jósef, o.m.i., « Le rôle des Oblats de Marie Immaculée dans la vie de saint Pierre Julien Eymard », dans Études oblates, 22 (1963), p. 407-428."

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--3---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Adoration Eucharistique perpétuelle

 

 

 

Louanges et neuvaine à Notre-Dame du Très Saint Sacrement

 

 

 Saint-Pierre-Julien-Eymard--4---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prières indulgenciées à

Notre-Dame du Très Saint Sacrement

 

 

Oraison jaculatoire

 

« Notre-Dame du Très Saint Sacrement, priez pour nous. »

 

"Par un Rescrit du 30 décembre 1905, Sa Sainteté Pie X a accordé une indulgence de trois cents jours à tous ceux qui réciteront cette oraison jaculatoire devant le Très Saint-Sacrement exposé."

 

 

Prière à Notre-Dame

du Très Saint Sacrement

 

« O Vierge Marie, Notre-Dame du Très Saint Sacrement, qui êtes la gloire du peuple chrétien, la joie de l'Eglise universelle et le salut du monde, priez pour nous, et réveillez dans tous les fidèles la dévotion envers la très sainte Eucharistie, afin qu'ils se rendent dignes de communier tous les jours. »

 

"Un Rescrit de la Sacrée Congrégation des Indulgences et Saintes Reliques porte que, dans une audience du 9 décembre 1906, Notre Saint-Père le Pape Pie X a accordé à tous les fidèles une indulgence de trois cents jours, applicables aux défunts, chaque fois que, contrits de coeur et dévotement, ils réciteront la prière ci-dessus."

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--8---parousie.over-blog.fr.jpg

 

« Adorons, remercions, supplions et consolons,

avec Marie Immaculée,

le très sacré et très aimé

Cœur Eucharistique de Jésus. »

 

"(Indulgence de 200 jours chaque fois, Pie X, 19 décembre 1904.)"

 

Source de ces trois prières : « Mois de Notre-Dame du T.S. Sacrement - Méditations extraites des écrits du Vénérable Pierre-Julien Eymard – Fondateur de la Congrégation du T.S. Sacrement », par le R. P. Albert Tesnière, 7ème édition ; Imprimatur « Virduni, die 21 Aprilis, 1909 – LIZET, vic. gén. », page 265 et 267. (Neuvaine pages 266 à 271). 

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--2---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Œuvres complètes de

Saint Pierre-Julien Eymard

 

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--6---parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Novena with Saint Peter Julian Eymard

for Prayer in the Presence of the Blessed Sacrament

 

 

 

Saint-Pierre-Julien-Eymard--9---parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

 

CONGRÉGATION DU SAINT-SACREMENT

CONGREGATION OF THE BLESSED SACRAMENT

CONGREGACIÓN DEL SANTÍSIMO SACRAMENTO

CONGREGAZIONE DEL SANTISSIMO SACRAMENTO

 

 

 

Notre-Dame du T.S. Sacrement, méditations extraites des écrits du Vénérable Pierre Julien Eymard (1909)

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 07:08

Mgr-Eugene-de-Mazenod-a-Marseille--parousie.over-blog.fr.jpg

Charles Joseph Eugène de Mazenod

né le 1er août 1782 à Aix-en-Provence

mort le 21 mai 1861 à Marseille

Évêque de Marseille (1837-1861)

Fondateur des « Oblats de Marie-Immaculée » (OMI)

 

 

Saint-Eveque-Eugene-de-Mazenod--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« Il m'a envoyé évangéliser les pauvres. »

 

Credo de Saint Eugène de Mazenod

 

 

Pere-Eugene-de-Mazenod--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière à Saint Eugène de Mazenod

 

Ô Dieu, qui dans Ta Miséricorde,

as voulu enrichir le Saint Évêque Eugène de Mazenod

de grandes vertus apostoliques

pour annoncer l’Évangile au monde,

concède-nous, par son intercession,

de brûler du même esprit

et de tendre uniquement

au service de l’Église

et au salut des âmes.

 

D'après la Collecte de la fête de Saint Eugène de Mazenod

 

 

 

Statue-Mgr-de-Mazenod--entree-crypte-Notre-Dame-de-la-Gard.jpg

Statue de Mgr de Mazenod, à l'entrée de la Crypte de

Notre-Dame de la Garde à Marseille

 

 

 

 

 

 

 

Neuvaine à Saint Eugène de Mazenod

 

Ô Dieu Tout-Puissant, qui par la Grâce de Votre Saint Esprit,

avez suscité Votre Serviteur Eugène de Mazenod

pour fonder une Congrégation destinée à évangéliser,

sous le patronage de l'Immaculée, les âmes les plus abandonnées,

daignez, nous Vous en supplions, allumer en nos âmes,

avec l'amour de Marie, la flamme apostolique dont il était animé,

et, pour glorifier sa mémoire, nous accorder la Grâce spéciale

que nous Vous demandons humblement,

par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

 

Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père

 

 

 

Statue-de-Saint-Eugene-de-Mazenod-a-Lubliniec--Pologne---.jpg

Statue de Mgr Eugène de Mazenod à Lubliniec (Pologne)

 

 

 

 

 

Saint Eugène de Mazenod, OMI (Français, English, Italiano, Español)

 

 

 

 

St-Eveque-Eugene-de-Mazenod--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

La Règle de Saint Eugène de Mazenod, O.M.I. (1825)

 

 

 

Écrits Oblats

 

 

 

Saint-Eugene-de-Mazenod--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

Le Père de Mazenod parle de l'impiété

de Napoléon Bonaparte

 

 

"25 avril 1813"

 

"Il n'est pas difficile de s'apercevoir que le dessein de l'impie Buonaparte et de son infâme gouvernement est de détruire entièrement la religion catholique dans les Etats qu'il a usurpés. L'attachement du plus grand nombre des peuples opprimés à la foi de leurs pères lui paraissant un obstacle pour la prompte exécution de l'exécrable projet qu'il a conçu comme devant être utile à son infernale politique, il semble s'être réduit à en attendre la réussite du temps et des moyens qu'il emploie, en attendant, pour parvenir à ses fins.

Celui de tous les moyens sur lequel il compte le plus, c'est de démoraliser la jeunesse.

Le succès de ses mesures est effrayant. Déjà la surface de la France est couverte de lycées, d'écoles militaires et d'autres établissements où l'impiété est encouragée, les mauvaises mœurs pour le moins tolérées, le matérialisme inspiré et applaudi.

Toutes ces horribles écoles se peuplent de jeunes gens que l'avarice des parents sacrifie à l'appât d'une place gratuite ou d'une demi-bourse, à l'espérance d'un avancement qui n'est promis qu'aux adeptes. Les vides sont remplis par de malheureuses victimes que le tyran arrache impitoyablement du sein de leurs familles pour les forcer de boire à cette coupe empoisonnée où ils doivent trouver le germe de leur inévitable corruption. Déjà l'œuvre est en grande partie consommée. Un lycéen de 15 ans, un élève d'une école préparatoire, d'une école militaire, de l'école polytechnique, un page, etc. [p. 2] sont autant d'impies dépravés qui ne laissent presque plus d'espoir à leur retour aux bonnes mœurs, aux bons principes religieux et politiques. Ils sont élevés à ne reconnaître d'autre Dieu que Napoléon. La volonté de cette nouvelle Providence qui leur promet impunité pour leurs vices, et avancement pour leur ambition est l'unique règle de leur conduite, l'unique mobile de toutes leurs actions. Aussi les voit-on au moindre signe de leur Idole voler où sa voix les appelle, disposés à commettre tous les crimes qu'il lui plaira d'exiger de leur sacrilège dévouement.

Ce tableau est effrayant, mais il est vrai, et je pourrais le rembrunir encore sans craindre d'être taxé d'exagération. Outre ce qui est sensible à tous les yeux et qui peut être aperçu de tout le monde, j'ai par devers moi mille preuves de ce que j'avance.

Le mal est à son comble et nous marchons à grands pas vers une dissolution totale si Dieu ne vient pas au plus tôt à notre secours, car l'exemple a gagné parmi la jeunesse, parmi ceux mêmes qui vivent sous les yeux de leurs parents, et on ne voit que trop souvent l'impiété forcenée du fils faire un effrayant contraste avec les principes du père dont l'impuissante autorité, ou la coupable faiblesse est obligée de céder et souvent même de conniver à ses désordres et à son apostasie. Mais comment déplorer assez la malheureuse rencontre qui devient tous les jours plus commune de jeunes pères élevés dans la Révolution qui ne valent pas mieux que leurs fils élevés par Buonaparte!

Fallait-il, triste spectateur de ce déluge de maux, se contenter d'en gémir en silence sans y apporter aucun remède? Non certes; et dusse-je être persécuté, dusse-je échouer dans la sainte entreprise d'opposer une digue à ce torrent d'iniquité [p. 3], du moins je n'aurai pas à me reprocher de ne l'avoir pas tenté. Mais quel moyen employer pour réussir dans une aussi grande entreprise? Point d'autres que celui que met en œuvre le séducteur lui-même. Il croit ne pouvoir parvenir à corrompre la France qu'en pervertissant la jeunesse, c'est vers elle qu'il dirige tous ses efforts. Eh bien! ce sera aussi sur la jeunesse que je travaillerai; je tâcherai, j'essaierai de la préserver des malheurs dont elle est menacée, qu'elle éprouve même déjà en partie, en lui inspirant de bonne heure l'amour de la vertu, le respect pour la religion, le goût pour la piété, l'horreur pour le vice.

Ce moyen, quelque excellent qu'il soit, paraîtra faible et inefficace si on le considère isolément, mis en œuvre par moi seul, j'en conviens, mais quel effet ne produirait-il pas s'il était exécuté en même temps sur tous les points de notre malheureuse France!

L'entreprise est difficile, je ne me le dissimule pas, elle n'est même pas sans danger puisque je ne me propose rien moins que de contrarier de tout mon pouvoir les vues sinistres d'un Gouvernement soupçonneux qui persécute et détruit tout ce qui ne le seconde pas; mais je ne crains rien, parce que je mets toute ma confiance en Dieu, que je ne cherche que sa gloire, et le salut des âmes qu'il a rachetées par son Fils Notre Seigneur Jésus-Christ à qui seul honneur et gloire et puissance dans tous les siècles des siècles."

 

"117. Journal des délibérations, lois et coutumes de l'Association de la Jeunesse Chrétienne, établie à Aix sous les auspices de la très s[ain]te Vierge, le 25 avril 1813. [1]"

 

"[1] Orig.: Rome, arch. de la Post. DM VIII-2a, pp. 1-3. Nous conservons quelques centaines de pages écrites par Eugène de Mazenod au sujet de l'Association de la Jeunesse chrétienne d'Aix: le Règlement et les Statuts (rédactions de 1813 et de 1815-1816), Acte de consécration des Congrégationistes et Journal des délibérations... Nous publions ici les pages de l'introduction de ce Journal et, plus loin, quelques extraits où Eugène parle de lui-même, cf. [mai] 1814 et 23 juin 1818."

 

Source : omiworld.org - "Écrits Oblats, Vol. 15 - Ecrits Spirituels - 1812-1856"

 

 

 

Armoiries-et-devise-des-Oblats-de-Marie-Immaculee--OMI---p.jpg

 

 

Armoiries et devise des

Oblats de Marie Immaculée (OMI)

d'après Luc 4 : 18

"Evangelizare pauperibus misit me"

"Pauperes Evangelizantur"

 

 

Armoiries-de-Mgr-de-Mazenod--Notre-Dame-de-la-Garde--Marsei.jpg

 

 

"18 Spiritus Domini super me: propter quod unxit me, evangelizare pauperibus misit me, sanare contritos corde,"

 

Biblia Sacra Vulgata (Vulgate), Lucas 4:18


 

"18 L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé,"

 

Luc 4 : 18 (Louis Segond)

 

 

 

Eugene-de-Mazenod-a-25-ans--parousie.over-blog.fr.jpg

Eugène de Mazenod à 25 ans

 

 

 

Espagne.gif

 

San Eugenio de Mazenod nos habla

 

Misioneros Oblatos de María Inmaculada

 

San Eugenio de Mazenod

 

 

 

La Regla de San Eugenio de Mazenod (1825)

 

 

 

 

 

 

 

germany.gif

 

Wer ist Eugen von Mazenod?

 

Karl Joseph Eugen von Mazenod

 

Oblaten der unbefleckten Jungfrau Maria

 

 

 

italie.gif

 

Pregare con Sant’Eugenio de Mazenod

 

Charles-Joseph-Eugène de Mazenod

 

Missionari Oblati di Maria Immacolata

 

 

 

uk.gif

 

St. Eugene de Mazenod speaks to us

 

Charles-Joseph-Eugene de Mazenod

 

The Missionary Oblates of Mary Immaculate (OMI)

 

Oblati Mariae Immaculatae 


 

 

The Rule of Saint Eugene de Mazenod (1825)

 

 

 

 

Mgr-de-Mazenod--Carolus-Josephus-Eugenius-Episcopus-Massili.jpg

+ C.(arolus) J.(osephus) Eugenius

Episcopus Massiliensis

C.(harles) J.(oseph) Eugène

Évêque de Marseille

C.(harles) J.(oseph) Eugene

Bishop of Marseilles


 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 11:51

Vierge-Noire--Cathedrale-ND-de-Laon--Notre-Dame-de-Liesse-.jpg

 

 

 

Prière à Notre-Dame-de-Liesse

 

Ô Seigneur notre Dieu, accordez à Vos serviteurs les joies d’une parfaite et continuelle santé de corps et d’esprit ; et, par la Glorieuse intercession de la Bienheureuse Marie toujours Vierge, l’exemption de toute tristesse pendant cette vie, et après notre mort la jouissance des joies éternelles. Nous Vous demandons ces Grâces par Jésus-Christ notre Seigneur et Votre Fils, lequel vit et règne avec Vous en l’Unité du Saint-Esprit pendant les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame-de-Liesse, source et cause de toute joie, priez pour nous.

 

40 jours d’indulgence accordés par Mgr l’Évêque de Soissons et Laon (1er avril 1862) pour chaque récitation de cette prière.

 

 

 

ND-de-Liesse--Vierge-Noire--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

Histoire de Notre-Dame de Liesse, par les Abbés E. et A. Duployé (1862)

 

 

 

Cathedrale-Notre-Dame-de-Laon--parousie.over-blog-copie-1.jpg

 

 

 

Élinand, Évêque de Laon méconnu (1052-1098)

 

 

 

Diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin

 

 

 

Partition-et-Chant-a-Notre-Dame-de-Liesse--parousie.over-b.jpg

 

 

Neuvaine à Notre-Dame de Liesse

 

Vierge Sainte, Votre Naissance a été pour le monde l'Aurore de la Lumière et du Salut ; Vous avez été la Joie d'Israël, la Gloire de Jérusalem et la Fierté de Votre peuple ; Vous n'avez jamais cessé d'être l'Espérance des pécheurs et la Consolation des affligés. Continuez de faire éclater toute la puissance que Vous confèrent ces beaux titres.

Soyez notre Joie dans nos peines, notre Force dans nos faiblesses, notre Soulagement dans nos souffrances. Obtenez-nous les biens matériels nécessaires. Accordez à notre corps la santé, à notre cœur les joies légitimes de la tendresse humaine. Mais surtout, Très Sainte Vierge, laissez déborder en nos âmes un peu de cette plénitude de Grâces dont Vous avez été comblée, Grâces qui sanctifient et sauvent. Ô Mère de Dieu, souvenez-Vous que Vous êtes aussi notre Mère. Priez pour les pauvres pécheurs que nous sommes. Intercédez pour nous dès maintenant, puisqu'à tout instant Votre secours nous est nécessaire. Et, à notre mort, entourez-nous d'une attention toute particulière alors que l'Esprit du Mal redoublera d'efforts pour nous perdre. Ô Marie, donnez-nous Votre Fils. Faites que par Vous nous allions à Lui, comme Lui, par Vous, a bien voulu venir jusqu'à nous. Car c'est Lui seul, avec le Père et l'Esprit Saint, qui peut remplir pleinement nos cœurs insatisfaits. Amen.

Notre-Dame de Liesse, Source et Cause de notre Foi, priez pour nous.

 

 

 

Cathedrale-Notre-Dame-de-Laon--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Notre-Dame de Liesse de Montréal, Mère de Grâce (1886)

 

 

 

Procession-Notre-Dame-de-Liesse--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

qcflag.gif

 

Église du Gesù à Montréal

 

 

"Dans cette église, on retrouve la statue de Notre-Dame-de-Liesse, rapportée de France en 1877, qui contient les cendres de la statue originale brûlée au cours de la Révolution française." (Wikipédia) 

 


 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 04:57

Madeleine-Sophie-Barat--villa-Lante--parousie.over-blog.fr.jpg

Madeleine-Sophie Barat

née le 12 décembre 1779 à Joigny (Yonne - Bourgogne)

morte le 25 mai 1865 à Paris

Fondatrice de la Société du Sacré-Cœur de Jésus

à l'initiative du Père Joseph Varin (1769-1850)

 

 

Blason-de-JOIGNY--Yonne---parousie.over-blog.fr.jpg 

 

 

 "Les gouvernements s'effondrent, l'Église demeure" .

 

Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

 

 

Madeleine-Sophie-Barat--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

"Journal de Poitiers" de Sainte Madeleine-Sophie Barat

Texte intégral (1806-1808)

 

 

 

Neuvaine de confiance

au Sacré-Cœur de Jésus

par l'intercession de

Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

Ô Jésus,

par l'intercession de Sainte Madeleine-Sophie,

à Ton Cœur, je confie

(telle personne, telle intention, telle guérison…)

 

Regarde,

puis fais ce que Ton Cœur Te dira.

Laisse agir Ton Cœur.

Ô Jésus, je compte sur Toi.

Je me fie en Toi.

Je m'abandonne à Toi.

Je suis sûr de Toi.

 

Neuvaine composée il y a presque 100 ans par une Religieuse du Sacré-Cœur.

 

Source : home.scarlet.be/madeleinesophie.barat

 

 

 

Sainte-Madeleine-Sophie-Barat--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Dévotion au Sacré-Coeur de Jésus

 

 

 

Prière préférée de

Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

Cœur Sacré de Jésus,

je cours et je viens à Toi

parce que Tu es mon unique refuge,

ma seule mais certaine Espérance.

 

Tu es le remède à tous mes maux,

le soulagement de toutes mes misères,

la réparation de toutes mes fautes,

le supplément à tout ce qui me manque,

la certitude de toutes mes demandes,

la source infaillible et intarissable pour moi

de lumière, de force, de constance,

de paix et de bénédiction.

 

Je suis sûre que Tu ne te lasseras pas de moi

et que Tu ne cesseras de m'aimer,

de m'aider et de me protéger,

parce que Tu m'aimes d'un Amour Infini.

 

Aie donc pitié de moi, Seigneur,

selon Ta grande Miséricorde,

et fais de moi, en moi et pour moi,

tout ce que Tu Voudras,

car je m'abandonne à Toi

avec la pleine et entière confiance

que Tu ne m'abandonneras jamais.

 

 

 

Paris--Eglise-Saint-Francois-Xavier--chasse-de-Sainte-Mad.JPG

Châsse du corps incorrompu de Sainte Madeleine-Sophie

Église Saint François-Xavier (Paris VIIème)

 

 

 

 

Déplacements successifs de son corps

"À sa mort, Madeleine-Sophie Barat fut inhumée le 29 mai 1865 au cimetière de Conflans, un quartier de la ville de Charenton-le-Pont aux portes de Paris où elle avait l'habitude de se rendre à la fin de sa vie.

Durant l'instruction du dossier permettant l'introduction de sa cause de canonisation, une première exhumation de son corps pour permettre l'examen de ses restes eut lieu le 2 octobre 1893. Grande fut la surprise quand on constata la conservation inexpliquée de son corps11. Après avoir été installé dans la Chapelle ND-des-Sept-Douleurs de Conflans, le corps est de nouveau inhumé à Conflans dans un nouveau cercueil le 26 octobre 1893.

Le 30 avril 1904, les congrégations religieuses quittent la France à la suite du vote de la loi du 5 juillet leur interdisant l'enseignement et les expropriant. Le cercueil de Madeleine-Sophie est transporté dans l'établissement de la congrégation près de Bruxelles, à Jette en Belgique. Madeleine-Sophie est alors inhumée dans la crypte de la grande chapelle de cette localité.

Entre le 27 juillet 1908 et le 13 août 1908, le cercueil est ouvert à plusieurs reprises en vue de la béatification. Cette fois encore, son corps est trouvé intact. Un masque du visage est alors réalisé. Le 30 avril 1909, le corps est déposé dans la châsse en bronze doré où elle repose depuis.

Début 1934, une chapelle consacrée à sainte Madeleine-Sophie Barat est construite près de la chapelle de Jette. La châsse y est transférée le 11 septembre 1934.

Le 2 octobre 1982, la congrégation quitte Jette, seules quelques sœurs restent au « Petit château », bâtiment qui avait été acheté par Madeleine-Sophie, et assurent l'entretien de la châsse.

Fin 1993, la grande chapelle néogothique de Jette est démolie, la petite chapelle consacrée à Madeleine-Sophie n'est plus accessible. Le 17 février 1994, la châsse est alors déménagée provisoirement dans un salon du Petit château.

Le 24 mai 1998, la châsse est transportée à Bruxelles, rue de l'Abondance, dans la maison provinciale de Belgique-Pays-Bas."

 

 

Retour de Madeleine-Sophie à Paris, juin 2009

"De façon à éviter de nouveaux déplacements de la châsse, la direction de la congrégation décide d'installer la châsse dans un lieu définitif. En septembre 2007, la décision est prise de l'installer dans la chapelle du Sacré-Cœur de l'église Saint-François-Xavier à Paris. Cette église se trouve à côté des bâtiments où Madeleine-Sophie a vécu : le siège de la congrégation (aujourd'hui musée Rodin) et l'établissement d'enseignement pour les jeunes filles (aujourd'hui lycée Victor-Duruy). La date est fixée au vendredi 19 juin 2009, fête du Sacré-Cœur. C'est donc ce jour-là qu'eut lieu une très importante cérémonie, présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, entouré de Mgr Georges Gilson, archevêque émérite de Sens-Auxerre, Mgr Yves Patenôtre, archevêque titulaire de Sens-Auxerre, Mgr Antoine Hérouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France, Mgr Patrick Chauvet, curé de Saint-François-Xavier, d'une quarantaine de prêtres, de quelques centaines de religieuses de la Société du Sacré-Cœur de Jésus, et de plus de 1 000 fidèles."

"La châsse contenant le corps de sainte Madeleine-Sophie Barat, fondatrice en 1800 de la Société du Sacré-Cœur de Jésus (Congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur) a été transféré dans cette église le vendredi 19 juin 2009, fête du Sacré-Cœur. C'est donc ce jour-là qu'eut lieu une très importante cérémonie, présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, entouré de Mgr Georges Gilson, archevêque émérite de Sens-Auxerre, Mgr Yves Patenôtre, archevêque titulaire de Sens-Auxerre, Mgr Antoine Hérouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France, Mgr Patrick Chauvet, curé de Saint-François-Xavier, d'une quarantaine de prêtres, de quelques centaines de religieuses de la Société du Sacré-Cœur de Jésus, et de plus de 1 000 fidèles. La direction de la congrégation avait en effet décidé d'installer la châsse dans cette église qui se trouve à côté des bâtiments où Madeleine-Sophie a vécu : le siège de la congrégation (aujourd'hui musée Rodin) et l'établissement d'enseignement pour les jeunes filles (aujourd'hui lycée Victor-Duruy)."

 

Source : Wikipédia

 

 

Madeleine-Sophie-Barat-par-Savinien-Petit--parousie.over-bl.JPG

 


1800 : Le 21 novembre, en se consacrant au Sacré-Cœur, guidée par le Père Varin S.J., Madeleine Sophie Barat fonde la Société du Sacré-Cœur de Jésus (ou Société des Dames du Sacré-Cœur), qui œuvre dans l'éducation pastorale. Implantée en Amérique du Nord en 1818 par Rose Philippine Duchesne (1769-1852, canonisée le 3 juillet 1988), elle est aujourd'hui présente dans au moins 45 pays (2008). La Société sera approuvée par un bref de Léon XII en date du 22 décembre 1826.

 

« Si le monde connaissait la beauté de Jésus, s'il savait combien son Cœur est brûlant d'amour pour nous, il ne pourrait s'empêcher de l'aimer. Quelle folie que de vouloir mettre des bornes à l'infinie miséricorde de Dieu ! […]

Ce n'est pas sans un dessein spécial de la Providence que dans un âge si enclin à l'égoïsme vous portez le titre "d'Enfants du Sacré-Cœur", de ce Cœur brûlant de zèle et de charité. Ce nom vous indique la mission qui vous est confiée. Votre tâche est de continuer, je pourrais même dire de compléter notre mission en vous dévouant à l'amour de Jésus-Christ et au salut des âmes qui ne le connaissent pas. Et pour le faire connaître au monde, vos paroles seront moins éloquentes que vos exemples ; mais pour qu'il en soit ainsi il faut profiter des innombrables grâces que vous recevez maintenant. Votre désir d'être ainsi fidèles est l'offrande qui me plaît le plus et en retour je prierai de tout cœur Jésus-Christ et sa divine Mère de vous bénir. Je leur demanderai que pas une d'entre vous ne soit indigne du nom qu'elle porte ni ne manque au rendez-vous où la Mère et les enfants seront réunies dans l'unique centre de leur amour. »

Madeleine Sophie Barat, extraits de ses Lettres, Vie de la Bienheureuse, Montréal, Librairie Beauchemin, 1913.

 

 

 

Madeleine-Sophie-Barat-sur-son-lit-de-mort-1865--parousie.o.jpg

Madeleine-Sophie Barat sur son lit de mort

 

 

 

« Dieu dont la Providence dispose de tout avec sagesse pour le bien de l'Eglise, lui a donné, dans tous les temps, des secours proportionnés à ses besoins. Mais c'est surtout dans ce dernier siècle qu'Il a fait éclater envers elle sa bonté et sa magnificence, en lui montrant les immenses trésors de grâce renfermés dans le Cœur de son Fils. Il a voulu par là, non seulement faire rendre à ce Divin Cœur le culte d'amour et d'adoration qui lui est dû à tant de titres, mais aussi ranimer le flambeau de la foi et le feu sacré de la charité, que l'impiété s'efforçait d'éteindre dans tous les cœurs.

La dévotion au Sacré-Cœur est marquée à des caractères qui ne permettent pas de méconnaître le doigt de Dieu. La rapidité avec laquelle elle s'est répandue dans tout le monde chrétien, l'empressement des fidèles à en embrasser les saintes pratiques, le zèle des souverains pontifes et des évêques à en favoriser les progrès ; les fruits de grâce qu'elle a produits en tant de lieux, mais surtout dans la France qui en est le berceau ; enfin la nature de cette dévotion, si propre à toucher le cœur des pécheurs et à ranimer la ferveur des justes ; tout prouve combien elle est agréable au Seigneur et que c'est Lui-même qui l'inspire.

C'est pour entrer dans ses desseins si clairement manifestés de nos jours que cette petite Société, formée sous l'autorité des évêques, avec le désir et l'espoir d'obtenir du Souverain pontife une approbation solennelle, s'est consacrée au Divin Cœur de Jésus et à la propagation de son culte.

La fin de cette Société est donc de glorifier le Sacré-Cœur de Jésus - d'abord en travaillant au salut et à la perfection de ses membres par l'imitation des vertus dont ce divin Cœur est le centre et le modèle - puis en se consacrant, autant que cela peut convenir à des personnes du sexe, à la sanctification du prochain, comme à l'œuvre la plus chère au Cœur de Jésus. Elle se propose aussi d'honorer d'un culte particulier le très saint Cœur de Marie, si parfaitement conforme en tout au Cœur adorable de Jésus, son divin Fils. »

Prologue des statuts de la Société, 1815, in Gaëtan Bernoville, La Société du Sacré-Cœur de Jésus, Paris, E. Grasset, 1940.

 

 

 

Madeleine-Sophie-Barat-et-les-enfants--parousie.over-blog.f.jpg

 

 

 

« J'ai lu par devoir les constitutions de presque tous les ordres, soit anciens, soit modernes. Toutes sont belles, admirables, marquées du sceau de Dieu. Mais celle-ci m'a paru exceller entre toutes, parce qu'elle renferme l'essence de la perfection religieuse, et qu'elle est en même temps un chef d'œuvre d'unité. Le Sacré-Cœur de Jésus est à la fois le pivot sur lequel tout se meut, et le terme où tout aboutit. »

Cardinal Recanati, in Histoire de Mme Barat, par Abbé Baunard, Paris, Poussielgue, 1876.

 

 

 

Madeleine-Sophie-Barat--broderie-a-18-ans--parousie.over-b.jpg

Broderie du Sacré-Coeur de Jésus confectionnée à l'âge de 18 ans

par Madeleine-Sophie Barat et envoyée à sa mère à Joigny

 


 

 

 "Depuis si longtemps que Dieu frappe à la porte de notre cœur,

ne Lui ouvrirons-nous pas ?"

 

Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

 

 

Lettre-de-Madeleine-Sophie-Barat--parousie.over-blog.fr.jpg

Manuscrit d'une lettre de Mère Madeleine-Sophie

 

 

 

 

Prière de Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

Ô Jésus, ma très douce vie,

Faisons s’il Vous plaît, un pacte ensemble :

Que je meure si parfaitement à moi-même,

Que Vous viviez seul en moi,

Que je garde un si profond silence,

Que Vous parliez seul à mon cœur,

Que je m’abandonne si pleinement à Vous

Que Vous seul opériez en mon âme,

Selon Votre bon plaisir.

Amen !

 

 

Madeleine-Sophie-Barat--Villa-Lante-a-Rome--parousie.over-.jpg

 

 

Prière à Sainte Madeleine-Sophie Barat

de Marie-Thérèse Théry, r.s.c.j.

 

J'aime en vous, Madeleine-Sophie,

la femme fragile et forte,

la femme de tendresse et de fermeté,

la femme exigeante et compatissante.

 

J'aime en vous

la femme active dont l'activité

prend son inspiration dans le Coeur du Christ.

 

J'aime en vous la femme des contrastes :

amie des humbles,

vous abordez avec simplicité des grands de ce monde ;

amie du silence et de la prière,

vous courez les routes d'Europe pour faire naître

et soutenir votre Communauté.

Vous savez aimer fortement,

vous savez aussi séparer.

 

J'aime en vous, Madeleine Sophie,

votre ardeur au service des familles,

des jeunes et des enfants,

au service de l'Église.

 

J'aime votre créativité, votre dynamisme,

cette capacité à vous renouveler

qui vous faisait dire à 83 ans :

"Le monde change ;

il faut changer notre plan d'études".

 

Merci, Madeleine Sophie,

de ne pas vous être arrêtée à votre faiblesse,

mais d'avoir laissé oeuvrer en vous

la Force de Dieu.

 

À votre suite,

nous découvrons que c'est d'un coeur blessé

que jaillit la source de la Vie !

 

Note : R.S.C.J. signifie "Religiosa Sanctissimi Cordis Jesus"

 

 

 

Histoire de Mère Madeleine-Sophie Barat, par l'Abbé Baunard (1883)

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Neuvaines
commenter cet article