Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 07:56

 

 

Orações de Fátima

Prières

Fátima Prayers

Preghiere

Gebete

Oraciones

Modlitwy

Prayers

 

 

Transmissão em direto de Santuário de Fátima Oficial

 

 

Sanctuaire officiel de Fatima

 

 

Consécration au Cœur Immaculé de Marie

 

Ô Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère, je me consacre à Votre Cœur Immaculé pour être pleinement offert(e) et consacré(e) au Seigneur.

Veuillez, s'il vous plaît, me prendre sous Votre protection maternelle ; défendez-moi contre les dangers, aidez-moi à vaincre les tentations, à fuir les péchés, et veillez, je vous en conjure, sur la pureté de mon corps et de mon âme.

Que Votre Cœur Immaculé soit mon refuge et le chemin qui conduit jusqu'à Dieu.

Donnez-moi la Grâce de prier et de me sacrifier par amour pour Jésus, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre Votre Cœur Immaculé.

En me confiant à Vous et en union avec le Cœur de Votre divin Fils, je veux vivre pour la Très Sainte Trinité en qui je crois, j’espère, que j'adore et que j'aime. Amen.

 

 

Acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie

 

Sainte Vierge Marie, ô toute immaculée ! Vous êtes la Mère de Dieu Jésus-Christ notre Seigneur, et la Mère de l’Église, dont nous sommes les membres. C’est pourquoi Vous êtes aussi ma Mère et ma Reine.

C’est à ce titre que moi,……., je m’adresse à Vous au milieu des combats que je livre pour Vous, afin de me confier à Vous pour le triomphe et l’avènement du Règne de Votre Fils et Seigneur.

Me souvenant des paroles que Vous avez dites à Lourdes : « Je suis l'Immaculée Conception », et plus encore de la grande promesse que Vous avez faite à Fatima : « Mais à la fin, mon Cœur Immaculé triomphera », me souvenant surtout de Votre part dans l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, qui fonde ces paroles, car c’est en Vous que le Verbe s’est incarné et ce n’est qu’en Vous associant à Son Sacrifice qu’Il a voulu me racheter du péché, Vous en ayant rachetée Vous-même en Vous préservant de toutes Ses traces, et sachant que je glorifie Dieu et que j’accomplie Sa Volonté en me tournant ainsi vers Vous, Je Vous en supplie, ô Mère et Reine de mon cœur, de ma vie et de mes travaux, regardez-moi, votre enfant qui suis aussi Votre serviteur.

Prenez-moi en pitié, moi qui ne veux au fond de moi-même que travailler à l’instauration dans nos cités du règne de Votre Fils, selon la prière que Lui-même nous a enseignée : « Que votre Règne arrive sur la terre comme au Ciel ».

Sachant que la Toute-Puissance du Christ repose entre Vos mains et que tout l’Amour de Son Cœur passe par le Vôtre pour se donner à nous, c’est à Vous que je m’adresse et, sûr(e) d’être accueilli(e) par Vous, ô Mère, je me consacre à Vous, à Votre Cœur Immaculé.

Par cet acte, je me livre à Vous, Vous priant de me considérer comme Vous appartenant entièrement et sans retour. C’est donc à Vous qu’il appartient de me défendre, de me protéger, de me purifier et de me conduire à la victoire en me faisant remplir dans l’Eglise et dans le monde la mission que Dieu, dans Sa Providence, m’a confiée.

A Vous, par conséquent, sera aussi la gloire de ce triomphe, c’est-à-dire du service que j’aurai accompli. Par là se réalisera le dessein de Dieu : le Règne du Christ par le Règne de Marie, puisqu’en réalité c’est un seul et même Règne, où tout nous est donné par le Christ, y compris Marie, et où tout nous est donné par Marie, et d’abord le Christ.

Que, donc, je Vous appartienne pour mieux appartenir à mon Seigneur, et que je comprenne toujours mieux que le Règne du Cœur du Christ ne peut être instauré que par le Règne de Votre propre Cœur. C’est pourquoi, ô notre Mère et notre Reine, en scellant avec Vous l’alliance de cette consécration, je m’engage à Vous prier et à Vous faire prier toujours davantage, spécialement par le chapelet quotidien, et d’abord à travailler à Vous connaître et à Vous faire connaître davantage, selon mes propres possibilités.

Mais dès maintenant, je m’engage à mieux vivre avec Vous, en Vous, par Vous et pour Vous, ma vie chrétienne et mon travail pour l’avènement de Votre Règne, par lequel et dans lequel s’instaurera celui de Votre Fils, notre Seigneur. Et que par là j’apporte ma contribution, telle que Dieu me la demande, à la paix dans le monde et au salut des hommes, à la Gloire de Vos deux Cœurs unis et de la Très Sainte Trinité, dès maintenant et pour l’éternité. Ainsi soit-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Sanctuaires mariaux Prières Vidéos Iberia Musique
commenter cet article
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:48

Salvator Mundi (~ 1500)

Léonard de Vinci

 

 

Salvator Mundi

Thomas Tallis

 

 

Partitions -Scores

 

 

Salvator mundi

Thomas Tallis

 

Salvator mundi, salva nos,

qui per crucem et sanguinem redemisti nos.

Auxiliare nobis, te deprecamur, Deus noster.

 

Save us O Savior of the world,

which by Thy cross and blood hast redeemed us.

Help us, we beseech Thee O our God.

or:

Saviour of the world, save us,

thou who by thy cross and blood hast redeemed us.

Come to our rescue, we beseech thee, our God.

 

Ô Sauveur du monde, sauve-nous,

Toi qui nous as rachetés par Ta Croix et Ton Sang.

Viens à notre secours, nous t’en prions, Ô notre Dieu !

 

Antiphona (Antienne - Antiphon), Horae Sanctae Crucis (Heures de la Sainte Croix - Hours of the Holy Cross), Ad completorium, Initium (Complies, début – Compline, Start).

 

Prière traduite de l’anglais et du latin par Patrick ROBLES, à Puget-Théniers le jeudi 12 octobre 2017.

 

 

« Domine Iesu, clementissime Salvator mundi »

 

Domine Iesu, clementissime Salvator mundi,

te per sacratissimum Cor tuum supplices exoramus,

ut omnes oves errantes ad te Pastorem et Episcopum

animarum suarum convertantur:

Qui vivis et regnas in saecula saeculorum.

Amen.

 

 

 

« Lord Jesus Christ, Merciful Savior of the world »

 

Lord Jesus Christ, merciful Savior of the world,

we humbly beseech Thee by Thy Most Sacred Heart

that all the straying sheep may turn unto Thee,

the Shepherd and Bishop of their souls:

Thou who lives and reignest forever and ever.

Amen.

 

 

 

« Seigneur Jésus, miséricordieux Sauveur du monde » 

 

Seigneur Jésus, miséricordieux Sauveur du monde ;

par Ton Très Sacré Cœur, nous t’implorons humblement

de ramener à Toi les brebis égarées,

Toi qui es le Pasteur et l’Évêque de leurs âmes !

Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.

Amen.

 

Prière traduite de l’anglais et du latin par Patrick ROBLES, à Puget-Théniers le jeudi 12 octobre 2017.

 

 

 

Interveniat pro nobis, quaesumus,

Domine Iesu Christe nunc et in hora mortis nostrae

apud tuam clementiam Beata Virgo Maria Mater tua,

cuius sacratissimam animam in hora tuae Passionis

doloris gladius pertransivit.

Per te, Iesu Christe, Salvator mundi,

qui cum Patre et Spiritu Sancto vivis et regnas

per omnia saecula saeculorum.

Amen.

Officium parvum de Septem Doloribus Beatae Mariae Virginis (« Oremus »).

 

 

 

O Lord Jesus Christ, we beseech Thee

that the blessed Virgin Mary,

Thy Mother, whose most holy soul

was pierced by the sword of sorrow

in the hour of Thy passion,

may appeal for us to Thy clemency,

now and at the hour of our death.

Through Thee, Jesus Christ,

Savior of the world,

who with the Father and the Holy Spirit,

livest and reignest, forever and ever.

Amen.

Little Office of the Seven Sorrows of the Blessed Virgin Mary (« Let us pray »).

 

 

 

Ô Seigneur Jésus-Christ, nous Te prions

afin que la Bienheureuse Vierge Marie, Ta Mère,

dont l’âme Très Sainte a été transpercée

par le glaive des Douleurs

à l’heure de Ta Passion,

nous attire Ta clémence,

maintenant et à l’heure de notre mort.

Par Toi, Jésus-Christ, Sauveur du Monde,

qui vis et règnes avec le Père et le Saint-Esprit

pour les siècles des siècles.

Amen.

Petit Office des Sept Douleurs de la Sainte Vierge Marie (« Prions »).

Prière traduite de l’anglais et du latin par Patrick ROBLES, à Puget-Théniers le jeudi 12 octobre 2017.

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Prières Saintes et Saints Vidéos Musique Anglo-Saxons
commenter cet article
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 08:27

Tombes de Saint Benoît de Nursie

et de sa "soeur jumelle" Sainte Scholastique

Abbaye territoriale du Mont-Cassin - Latium

Abbazia territoriale di Montecassino

(Montecassino, Cassino, Lazio - Italie)

 

 

Médaille de Saint-Benoît

 

 

Crux sacra sit mihi lux!

non draco sit mihi dux!

Vade retro satana!

Numquam suade mihi vana!

Sunt mala quae libas!

Ipse venena bibas!

 

Puisse la Sainte Croix être ma lumière !

Fasse que le dragon ne soit pas mon guide !

Arrière, Satan !

Ne me tente jamais avec des choses futiles !

Ce que tu m'offres est mal !

Bois toi-même le poison !

ou :

Que la Sainte Croix soit ma lumière !

Que le dragon ne me soit pas mon guide !

Retire-toi satan !

Ne me conseille jamais tes vanités !

Les breuvages que tu offres, c'est le mal !

Bois toi-même tes poisons !

 

 

 

Le Père Paul de Moll, grand dévot de Saint-Benoît

 

Hymnes composées par Pierre le Vénérable :

"Inter aeternas superum coronas"

"Claris coniubula, Gallia, cantibus"

"Gemma caelestis pretiosa regis"

Translation de Saint-Benoît, Fête le 11 juillet

Brevarium monasticum

 

 

 

Hymnus « Inter aeternas Superum coronas »

Petrus Venerabilis, illustris abbas Monasterii Cluniacensis

In Festo Translationis S. P. Benedicti Abbatis Duplex, Die XI Julii

Breviarium monasticum Ordinis Sancti Benedicti…,

Parisiis MDCCI (Paris, 1701)

 

Inter aeternas Superum coronas,

Quas sacro partas retinent agone:

Emicas celsis meritis coruscus

O Benedicte.

Sancta te compsit puerum senectus:

Nil sibi de te rapuit voluptas:

Aruit mundi tibi flos ad alta Mente levato.

Hinc fuga lapsus, patriam, parentes

Deseris fervens eremi colonus,

Edomas carnem, subigisq;

Christo Tortor acerbus.

Ne diu tutus latebras foveres,

Signa te produnt operum piorum:

Spargitur felix celeri per orbem

Fama volatu.

Sit decus Patri, genitaeque Proli,

Et tibi compar utriusque virtus

Spiritus semper, Deus unus omni

Temporis aevo. Amen.

V. Justum deduxit dominus per vias rectas.

R. Et ostendit illi regnum Dei.

 

 

Hymne « Inter aeternas Superum coronas »

par Pierre de Montboissier « le Vénérable », Abbé de Cluny

Fête le 11 juillet de la Translation des reliques

du Saint Père Benoît de Nursie

Bréviaire monastique

 

Au milieu des héros qui portent dans les cieux la couronne immortelle qu’ils méritèrent dans leur lutte sacrée, tu brilles, ô Benoît, de l’éclat de tes mérites sublimes.

Dès l’enfance, la sagesse d’un vieillard régla ta vie ; l’amour des voluptés ne gagna rien sur toi, la fleur du monde sembla vile et fanée à tes yeux accoutumés à regarder le ciel.

Par une fuite généreuse, tu quittas patrie et famille ; courageux habitant du désert, tu triomphas de la chair, et devenu son tyran, tu l’assujettis au Christ ; mais le secret des antres ne couvrit pas longtemps ta gloire ; tes prodiges, tes saintes œuvres te trahirent bientôt, et l’heureuse renommée de tes mérites vola promptement par le monde.

Gloire au Père et au Fils qu’il engendre ! A vous honneur égal, Esprit de l’un et de l’autre ! Gloire au Dieu unique, dans tout le cours des siècles ! Amen !

 

 

Hymnus « Claris coniubula, Gallia, cantibus (laudibus) »

Petrus Venerabilis, illustris abbas Monasterii Cluniacensis

In Festo Translationis S. P. Benedicti Abbatis Duplex, Die XI Julii

Breviarium monasticum Ordinis Sancti Benedicti…,

Parisiis MDCCI (Paris, 1701)

 

Claris conjubula Gallia laudibus:

Laeteris Benedicti patria ossibus:

Felix, quae gremio condita proprio

Servas membra celebria.

Miris Italia fulserat actibus:

Gallos irradiat corpore mortuus;

Signis ad tumulum crebrius emicat,

Illustrans patriam novam.

Hinc vatum veterum facta resuscitat;

Morti, quod libuit, mortuus imperat:

Extinctum propriis ossibus excitat:

O quam mira potentia!

Jam caelo residens, o Pater optime!

Divinis famulos imbue regulis,

Angustum per iter scandere largiens,

Dona regna perennia.

Cunctorum dominans omnipotentia,

Tu, qui sede Poli conspicis omnia,

Psallentum placide suscipe cantica,

Votis, voce, precantia. Amen.

V. Amavit eum Dominus, & ornavit eum.

R. Stolam gloriae induit eum.

 

 

 

Hymnus «  Gemma caelestis pretiosa regis »

Petrus Venerabilis, illustris abbas Monasterii Cluniacensis

In Festo Translationis S. P. Benedicti Abbatis Duplex, Die XI Julii

Breviarium monasticum Ordinis Sancti Benedicti…

 

Gemma caelestis pretiosa regis,

Norma iustorum, via monachorum,

Nos ab immundi, Benedicte, mundi,

Subtrahe caeno.

 

Tuum solum spernens, cor in astra figens,

Cogis haeredes fieri parentes,

Vas Deo plenum reparare fractum

Promeruisti.

 

Magnus in parvis Eremetia membris,

Vincis aetatem, superas laborem;

Arcta districtae rudimenta vitae

Fervidus imples.

 

Strage saxorum puerum sepultum

Mox ut orasti, preces suscitasti,

Sensus hinc carni, caro sanitati

Redditur aeque.

 

Iure sub blandae specie columbae,

Nesciam fellis animarum sororis,

Summa stellati penetrare caeli

Culmina cernis.

 

Ipse post clarum referens triumphum,

Celsa devicto petis astra mundo,

Luce flammantem radiante cellam

Pallia sternunt.

 

Laus honor Patri, parilique Proli

Una Maiestas, eadem Potestas,

Cum quibus Sanctus simul implet omnem

Spiritus orbem.

Amen.

 

Reliques de Saint-Benoît

Crypte de l'église abbatiale de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret)

Les reliques de Saint Benoît de Nursie,

mort au monastère du Mont-Cassin en 547,

ont été rapportées au bord de la Loire,

d'Orléans à Fleury, à la fin du VIIe siècle

 

 

Breviarum Monasticum - Bréviaire monastique (1777)

Breviarum monasticum - Bréviaire monastique (1701)

 

Hymnes à Saint-Benoît

 

Faites entendre, ô fidèles, des chants harmonieux ; temples, retentissez d’hymnes solennelles : aujourd’hui, Benoît s’élève dans les hauteurs des cieux. C’est à l’âge où la vie commence à fleurir qu’on le vit, enfant, quitter une patrie qui lui était chère, et se retirer seul au fond d’un antre silencieux.

Sur les buissons semés d’orties et d’épines, il terrassa les passions coupables de la jeunesse : par là, il devint digne d’écrire les règles admirables de la vie parfaite. Il renversa la statue d’airain du profane Apollon, il détruisit le bois consacré à Vénus ; et sur le sommet de la sainte montagne, il éleva un temple à Jean-Baptiste.

Maintenant, fixé dans l’heureuse région du Ciel, mêlé au chœur ardent des Séraphins, il voit encore ses protégés et ranime leurs âmes de ses douces influences.

Gloire au Père et au Fils qu’il engendre ! A vous honneur égal, Esprit de l’un et de l’autre ! Gloire au Dieu unique dans tout le cours des siècles ! Amen !

 

 

Prières en latin à Saint-Benoît

Latin-English Prayers to St. Benedict, Abbot

 

 

Tout ce que chantèrent les anciens Prophètes, tout ce que contiennent les livres de la loi éternelle, la vie de notre grand Patriarche l’a reproduit avec gloire.

La piété glorifia Moïse, le plus doux des hommes ; le grand Abraham s’est illustré dans son fils ; l’honneur d’Isaac parut dans la beauté de son épouse et dans sa soumission à l’ordre rigoureux de son père.

Chargé d’une ample moisson de vertus, l’auguste Patriarche de notre famille a réuni en lui Moïse, Abraham et Isaac. Qu’il daigne être propice à ceux qu'il a sauvés du naufrage du monde ; que son souffle bienfaisant les pousse au port où règne un doux repos que l’inquiétude ne trouble jamais.

Gloire au Père et au Fils qu’il engendre ! A vous honneur égal, Esprit de l’un et de l’autre ! Gloire au Dieu unique dans tout le cours des siècles ! Amen !

 

 

Saint-Benoît - Le blog d'Yves Daoudal

 

 

Cette journée qui resplendit d’un éclat nouveau est celle où notre grand chef entra dans son repos.

La grâce a visité l’âme filiale de ses enfants ; que leurs chants soient dignes de l’amour qui enflamme leurs cœurs !

Admirons notre Patriarche qui s’élève par un chemin céleste, à l’orient. L’innombrable famille sortie de lui l’a fait l’égal d’Abraham, semblable au soleil.

C’est Élie caché au fond de son antre ; un corbeau exécute ses ordres.

C’est Élisée, quand il retire la hache tombée au fond du lac.

Par la pureté de sa vie, il ressemble à Joseph ; par son esprit prophétique il retrace Jacob.

Qu’il daigne se souvenir des enfants dont il est le Père, et qu’il nous conduise aux joies éternelles du Christ qui demeure à jamais ! Amen !

 

 

Saint-Benoît,

un Père pour les moines,

un Père pour l'Europe

 

 

 

 

Gemma Caelestis - O Costly Gem

 

 

Laeta Quies - Joyful Rest

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Prières Saintes et Saints Italie mystique
commenter cet article
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:07

 

 

Poème « Spleen rose »

 

C’est la surdose, la sinistrose, la névrose, la nécrose en poésie ou en prose ;

Ce n’est pas rose et j’ose gloser à l’aide d’un glossaire grâce auquel je compose ;

J’ai besoin d’une pause sans couperose, d’une bonne dose d’Oz à l’eau de rose,

De rêver de Davos avec Devos et Bedos, de très belles choses loin de l’arthrose,

De réviser les clauses sans portes closes, de m’extasier devant des roses écloses,

D’encaustiquer les castors qui causent ma sclérose sous un sinistre ciel de Nivôse,

Sans avanie menteuse ni vilenie venteuse, sous les auvents d’une éventuelle cirrhose,

Sans scoliose de l’esprit pour que je me repose sans répit et que mon fardeau je dépose ;

Ma tête explose, mon cœur implose et les autres me méprisent du haut de leurs kolkhozes,

Aussi je supplie les cieux qu’une douce rosée m’irradie sans raideur et tendrement m’arrose.

 

Poème écrit par Patrick ROBLES à Puget-Théniers, le 9 octobre 2017.

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 15:37

Jean Rochefort

1930-2017

 

 

 

 

« Les animaux ont un mérite : ils ne déçoivent jamais ! »

Jean Rochefort

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Charismes d'aujourd'hui Réflexions
commenter cet article
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 09:59

 

 

"But the fruit of the Spirit is love, joy, peace,

longsuffering, gentleness, goodness, faith"...

Galatians 5:22 (King James Version)

 

 

"Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix,

la patience, la bonté, la bénignité,

la fidélité, la douceur, la tempérance"..

Galates 5:22 (Louis Segond 1910)

 

 

litteratureaudio.com

 

 

Proverbes lus d'après la version de la Bible Louis Segond 1910

 

21 Car les hommes droits habiteront le pays, les hommes intègres y resteront ;

22 Mais les méchants seront retranchés du pays, les infidèles en seront arrachés.

Proverbes 2:21-22 (Proverbs 2)

 

 

Ce qui fait le charme d'un homme, c'est sa bonté ; et mieux vaut un pauvre qu'un menteur.

Proverbes 19:22 (Proverbs 19)

 

 

Car il n'y a point d'avenir pour celui qui fait le mal, la lampe des méchants s'éteint.

Proverbes 24:20 (Proverbs 24)

 

 

Le commencement de la sagesse, c'est la crainte de l'Éternel ; et la science des saints, c'est l'intelligence.

Proverbes 9:10 (Proverbs 9)

 

 

Commencer une querelle, c'est ouvrir une digue ; avant que la dispute s'anime, retire-toi.

Proverbes 17:14 (Proverbs 17)

 

 

Celui qui méprise la parole se perd, mais celui qui craint le précepte est récompensé.

Proverbes 13:13 (Proverbs 13)

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saintes et Saints
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 09:58

Akash Bashir

ancien élève salésien

né le 22 juin 1994 à Risalpur

(District de Nowshera, Khyber-Pakhtunkhwa, Pakistan)

martyr "in odium fidei, uti fertur" (vraisemblablement par haine de la Foi)

le 15 mars 2015, à presque 21 ans, en stoppant un terroriste

à l'entrée de l'Eglise Catholique St John Youhanabad (Lahore, Pakistan)

 

 

 

 

"Je mourrai, mais tu n'entreras pas dans notre église"

Akash Bashir au kamikaze qu'il a empêché

de se faire exploser dans l'église bondée

 

 

"Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis."

Jean 15:13

 

"Greater love hath no man than this, that a man lay down his life for his friends."

John 15:13

 

 سب سے زیادہ محبت یہ ہے کہ آدمی اپنے دوستوں کے لئے اپنی جان دیدے۔

13:15 یوحنا

 

 

"Lahore, Pakistan, le 6 janvier 2017 – A Son Eminence Sebastian Francis Shaw, O.F.M., Archidiocèse de Lahore, Pakistan" :

"Youhanabad est l’une des plus grandes communautés chrétiennes au Pakistan. Cette localité a été fondée en 1963, il y a quelque 53 ans, par le Père Henry, un Prêtre catholique, pour les chrétiens pauvres de Lahore, et particulièrement pour les chrétiens des villages autour de la ville de Kasur qui étaient chaque année ravagés par les inondations. Il a travaillé dur pour la construction d’institutions ainsi que pour le développement spirituel des fidèles.

Je suis le Père Francis Gulzar, Vicaire Général de l’Archidiocèse de Lahore et Prêtre paroissial de l’Eglise Catholique Saint John à Youhanabad, Lahore, Pakistan. Je vous écris pour demander formellement à Votre Eminence d’entamer officiellement la procédure afin de déclarer Akash Bashir martyr en vue d’honorer son sacrifice pour sa Communauté de la Paroisse de Youhanabad.

Je suis le témoin de l’incident tragique de l’attaque suicide et de la déflagration contre ma propre église catholique, l’Eglise Catholique Saint John de Youhanabad, lors de la célébration de la Sainte Messe avec plus de 2500 fidèles, le 15 mars 2015. La sécurité et d’autres personnes ont tenté de stopper ces malfrats et de leur résister, mais comme prévu, ils se sont fait exploser, blessant quelque 80 personnes et tuant 20 autres.

Mr Akash Bashir, jeune garçon de 18 ans, était un membre du personnel de sécurité devant la porte d’entrée de l’église ; il a très courageusement retenu le kamikaze qui lui a montré sa ceinture d’explosifs et a demandé à Akash de le laisser entrer. Mais Akash était tellement rempli d’amour pour son église qu’avec la force de l’Esprit Saint, il n’a même pas songé à sauver sa propre vie. Il a continué à ceinturer la bombe humaine jusqu’à ce que le terroriste se fasse exploser. Akash est mort sur le coup mais il a sauvé de nombreux fidèles par cet acte d’amour courageux.

Je vous présente ici la cause de Mr Akash Bashir qui a sacrifié sa vie pour sauver tous les fidèles. Il était l’un des volontaires de notre Jeunesse, qui s’est dévoué au Groupe de Sécurité de l’Eglise Catholique.

Il a été un héros courageux de la Communauté Chrétienne Pakistanaise, qui a très courageusement accepté le défi des terroristes, et par son sacrifice, il a fait l’éloge des messages de paix de notre Seigneur Jésus-Christ, et de ceux de l’amour de Dieu et de ses semblables.

Nous, la Communauté Chrétienne de Youhanabad, nous sommes fiers de notre jeune héros Akash Bashir, et nous sollicitons Votre Eminence, Archevêque Sebastian Francis Shaw, de transmettre notre requête à notre Saint Père et à la Congrégation pour la cause de martyre.

Nous prions à cette intention dans notre communauté et nous Prions pour vous et pour l’Eglise tout entière du Pakistan."

"Union en Jésus-Christ. Père Francis Gulzar."

 

Traduction libre de l’anglais par Patrick ROBLES, le jeudi 5 octobre 2017.

 

Demandeur de la Cause d'Akash Bashir :

Archidiocèse de Lahore, 1 Lawrence Road, Lahore 54000, PAKISTAN.

 

Blessing of statue of Mary Help of Christians (September 2017)

Bénédiction de la statue de la Vierge Marie,

Secours des Chrétiens (septembre 2016)

Don Bosco Technical & Youth Centre (Lahore, Pakistan)

 

 

 

 

 

 

A letter addressed to Archbishop Sebastian Shaw and Pakistan Catholic bishops for the Cause of Akash Bashir (Don Bosco Past Pupil)

By Fr. Francis Gulzar « Lahore, Pakistan, 6 January 2017 - His Grace Sebastian Francis Shaw, OFM, Archdiocese of Lahore, Pakistan. »

« Youhannabad is one of the largest Christian communities in Pakistan. The foundation of this locality was laid down in the year 1963, 53 years back by Fr. Hennry, a Catholic Priest, for the poor Christians of Lahore and particularly those Christian from the villages of Kasur City who every year were ruined by floods. He worked hard for the construction of institutions as well as for spiritual development of the faithful.

I am Father Francis Gulzar the Vicar General of Archdiocese of Lahore and the parish Priest of St. John’s Catholic Church Youhanabad Lahore, Pakistan. I am writing to formally request your Grace to officially initiate the procedure to declare Akash Bashir MARTYR to honor his sacrifice for his Community of Yauhanabad Parish.

I am a witness of the tragic Incident of Suicide Bomb Blast and attack on my own Catholic Church, St. John’s Catholic Church Youhanabad while celebrating Holy Mass with more than 2500 faithful on March 15, 2015. The security and other people tried to stop and resisted these evil doers, but as intended they exploded themselves, injuring about eighty and killing twenty people.

Mr. Akash Bashir young boy of 18 years was one of those security persons on Church Gate; he very bravely held the suicide attacker and who showed his jacket, asking Akash to let him go. But Akash was so much filled with the love for his Church and with the strength of the Holy Spirit that he did not think of saving his own life. He kept holding the human bomb until the terrorist exploded himself. Akash died that very moment but he saved many faithful with this courageous act of love.

Here I am presenting the case of Mr. Akash Bashir who sacrificed his life to save all the faithful. He was one of the volunteer of our Youth, who dedicated himself for the Security Group of Catholic Church. He was a brave Hero of Pakistani Christian community, who very bravely accepted the challenge of the evil doers and through his sacrifice promoted the message of our Lord Jesus Christ of peace, love of God and love of our neighbors.

We the Christian Community of Youhanabad, are proud of Our Young Hero Akash Bashir and request His Grace Archbishop Sebastian Francis Shaw to forward our Request to the Holy Father and the Congregation for the cause of Martyrdom. We are praying for this purpose in our community and we do pray for you and the entire Church of Pakistan. »

« Yours in Jesus Christ, Fr. Francis Gulzar »

 

 

Lord's Father, Hail Mary, Glory be in Urdu

Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père en ourdou

 

 

 

 

 

Urdu Bible

 

 

 

 

Unforgettable Sacrifice

Sacrifice inoubliable

 

 

 

 

 

 

The Jesus Film in Western Punjabi

Le film Jésus en pendjabi

 

 

 

 

The Jesus Film in Urdu

Le film Jésus en ourdou

 

 

 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Enfants et jeunes "Saints" Vidéos
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 05:28

 

 

2e amendement ou 5e Commandement ?

 

"Tu ne tueras point."

"Non occides."

"Thou shalt not kill"

Ex 20:13

 

 

Note : De nos jours, le 5e Commandement est souvent appelé le 6e Commandement, mais le "Catéchisme de l'Eglise Catholique" du Vatican le nomme 5e Commandement :

 

 

Article 5

LE CINQUIEME COMMANDEMENT

Tu ne commettras pas de meurtre (Ex 20, 13).

Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : " Tu ne tueras pas. Celui qui tuera sera passible du jugement. " Et moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement (Mt 5, 21-22).

2258 La vie humaine est sacrée parce que, dès son origine, elle comporte l’action créatrice de Dieu et demeure pour toujours dans une relation spéciale avec le Créateur, son unique fin. Dieu seul est le maître de la vie de son commencement à son terme : personne en aucune circonstance ne peut revendiquer pour soi le droit de détruire directement un être humain innocent " (CDF, instr. " Donum vitæ "intr. 5).

Cf :

I. Le respect de la vie humain

II. Le respect de la dignité des personnes

III. La sauvegarde de la paix

EN BREF

 

Source : "CATECHISME DE L'EGLISE CATHOLIQUE" (Vatican), "DEUXIÈME SECTION LES DIX COMMANDEMENTS",  "CHAPITRE DEUXIEME", "TU AIMERAS TON PROCHAIN COMME TOI-MEME", "Article 5 LE CINQUIEME COMMANDEMENT".

 

Catechism of the Catholic Church

Article 5: The 5th Commandment

 

 

 

"A well regulated Militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed."

(Second Amendment to the United States Constitution, cf "Bill of Rights")

 

 

"Une milice bien organisée, étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes, ne sera pas transgressé."

(Deuxième amendement de la Constitution des États-Unis)

 

 

 

 

NRA, National Rifle Association

 

 

Tueries de masse

 

Je dédie cet article aux victimes innocentes de tueries de masse, et en particulier aux morts, aux blessés (et à leurs proches) du massacre de Las Vegas, le 1er octobre 2017.

Patrick ROBLES

Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Réflexions Anglo-Saxons Vidéos
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 10:24

 

 

Notre-Dame de la Bonne-Garde

marie-julie-jahenny.fr


La Très Sainte Vierge se révèle à Marie-Julie sous le vocable de Notre-Dame de la Bonne-Garde et en donne l’explication au cours de l’extase du 3 juillet 1880 : "Avant d’être venue la première fois parler ici, j’étais invoquée sous le nom de Notre-Dame de la Garde, mais j’ai voulu rajouter de la Bonne-Garde, parce que j’ai en vue de faire des protections si éclatantes que le mot Bonne m’appartient et c’est plus honorable." Extase du 23 octobre 1880 pour l’avenir : "Je n’ai pas encore fait tous mes prodiges. Mon enfant bien-aimée, quand le sanctuaire sera construit à la Fraudais, je serai portée en procession, pour faire éclater ma puissance merveilleuse à l’égard de deux criminels obstinés, possédés du démon, je les délivrerai. Je remuerai la main qui porte le sceptre, et je toucherai ces deux criminels qui rentreront dans la grâce et une Messe d’action de grâces sera dite, je la chanterai à haute voix et ma voix sera entendue dans le sanctuaire. Et les anges chanteront avec moi. Mes enfants bien-aimés, je suis Toute-Puissante et une Mère Protectrice."

 

 

Historique de la statue


En 1268, le Comte et la Comtesse de Blois firent vœu de fonder un monastère de Clarisses à Coulanges, près de Blois. Or l'année suivante, en 1269, sur un monceau de pierres et d'épines, une flamme de feu apparut aux bergers qui gardaient leurs troupeaux au lieu dit « La Guiche ». Cela dura plusieurs jours. Pour se réchauffer, ils coururent vers cette flamme, mais arrivés au lieu de l'apparition du feu, ils n'y trouvèrent ni chaleur, ni clarté - Ce que le Comte et la Comtesse de Blois ayant appris, ceux-ci pensèrent que Dieu leur manifestait ainsi le lieu où ils devaient construire le monastère promis. Ils firent dégager le tas de pierres, les ronces et les épines qui le recouvraient. Ils trouvèrent alors une arche de pierre qui, ouverte à son tour, fit découvrir une statue de Notre-Dame dont on ignorait l'origine et l'existence. Le Comte reçut la Statue et, en attendant la construction du monastère, la fit garder dignement et avec dévotion. Le maître-autel de l'église du monastère fut construit à l'emplacement où la Statue fut trouvée miraculeusement. Le monastère fut achevé et inauguré le 5 août 1273, en la fête de Notre-Dame des Neiges, et la Statue miraculeuse solennellement érigée et placée sur le Maître Autel. Lors de la révolution, par une intervention providentielle, cette précieuse Statue quitta le Monastère de "La Guiche" et fut successivement gardée dans plusieurs familles de la région de Tours jusqu'en novembre 1878. C'est alors que la pieuse personne qui en avait le dépôt eut le sentiment très net que le Bon Dieu lui demandait de s'en séparer et de la faire parvenir à la Fraudais, chez Marie-Julie, qui saurait bien mieux la prier. Aussitôt, au cours de l'extase du 28 novembre 1878, la Très Sainte Vierge révéla l'origine de la Statue en ces termes :
"Mon enfant, voici mon histoire" :
"J'ai été sculptée par un pauvre infirme qui, à la suite de grands maux corporels, devint boiteux et contrefait. Il était pauvre, mais religieusement élevé. Ne pouvant vivre sans travail, il s'offrit à une famille à l'aise pour garder les troupeaux. Pendant qu'il était aux pâturages, il se disait souvent : "Je n'ai jamais rien fait pour louer, pour honorer la Sainte Vierge qui m'a laissé la vie, malgré tant de souffrances." Un jour, il demanda à son maître le coeur d'un arbre, et celui-ci combla son désir. Il tailla le morceau de bois et, chaque jour, il avançait son travail. Je l'aidais et il acheva la Statue, il Me déposa dans son petit réduit où il prenait son sommeil. Après sa mort, la Statue resta longtemps dans la famille de ses maîtres."

"Dans les premiers temps, J'avais Mon petit oratoire, pauvre mais riche en visites ; les mères chrétiennes venaient Me consacrer leurs petits enfants, bien des Prêtres ont baisé Ma Statue. J'ai écarté bien souvent les dangers et les périls qui fondaient sur Mes enfants."

" Par la suite, Je fus donnée à un vieux Prêtre qui Me garda jusqu'à sa mort. Mais, peu auparavant, Je lui dis à trois reprises :

- Mon fils, tes héritiers ne sont pas chrétiens, ils ne Me rendront pas l'hommage que Je mérite ; avant de mourir, tu Me porteras dans un marécage à quelques milles d'ici où il passe un petit courant d'eau. Tu Me tourneras la tête du côté de Nazareth. Tu Me feras un petit sanctuaire en forme de tombeau. Sans faire connaître ton secret, tu Me porteras dans le silence de la nuit en Me récitant une prière. Tu M'enfermeras et tu mourras avec ton secret. Tu piqueras quelques plantes épineuses : elles grandiront rapidement, et Je resterai ensevelie dans ce lieu."

"La Sainte Vierge ajouta qu'après bien des années, le temps où Elle devait sortir arriva. C'est alors que Son Divin Fils fit tomber du Ciel, sur l'endroit où la Statue était enterrée, un flambeau lumineux qui attira l'attention. La pierre scellée fut ouverte avec respect et on conserva pour ce lieu une grande vénération. "J'étais intacte", dit la Sainte Vierge. "Sur-le-champ, on récita des prières et Je manifestais Ma gloire en rendant la santé à un petit enfant." "Mon nom est Notre-Dame de la Bonne-Garde."

 

Marie-Julie Jahenny

Visionnaire stigmatisée bretonne

French Mystic. Her life and prophecies

1850-1941

 

Neuvaine à Marie-Julie Jahenny


 

Le couronnement de Notre-Dame de la Bonne-Garde

Puisque le grand événement de cette journée est le couronnement de Notre-Dame de la Bonne-Garde, je pense que nos amis seront intéressés de connaître un peu l'histoire récente de cette couronne. Elle montre comment la Sainte Vierge nous conduit avec infiniment de délicatesse, à réaliser ses désirs miséricordieux sans que nous en soyons toujours conscients. L'idée première était de commémorer saintement, en honorant la Sainte Vierge, le double anniversaire de l'année 1991 : le cinquantième anniversaire de la mort de Marie-Julie et les 90 ans du marquis de la Franquerie. Quel ex-voto plus riche qu'une couronne pour Notre-Dame ?

Je ne m'étendrai pas sur les péripéties qui firent aboutir Notre-Dame de la Bonne-Garde chez un orfèvre catholique ; c'était la moindre des choses, penserez-vous ; mais nous n'en connaissions pas. Il fallut donc que Notre-Dame s'en occupe. Je passerai encore rapidement sur l'établissement du projet pour lequel des concours qualifiés et désintéressés nous furent assurés. Je pense que la Sainte Vierge qui a si bien arrangé toutes choses, récompensera ses bienfaiteurs beaucoup mieux que nous ne pourrions jamais le faire. Le projet ainsi fixé, nous nous en tenions à un choix de pierres assez modestes lorsque, le 11 novembre dernier, en la fête de Saint Martin - un grand confident de Marie-Julie - la description d'une couronne au cours d'une extase nous tombait sous les yeux. Si nous avions lu ce texte un an plus tôt, sans doute aurions-nous apprécié la poésie qui s'en dégage, mais nous n'y aurions certainement pas vu des indications pour un ouvrage qui nous serait confié ! Simple hasard, penserez-vous ? Et pourtant, si nous l'avions lu 24 heures plus tard, il eut été trop tard ! La commande des pierres retenues aurait été expédiée au fournisseur et il serait devenu bien difficile d'en changer - notre orfèvre ici présent peut en témoigner. Ayant vécu ces faits, nous y avons vu le doigt de Dieu. Ceci nous incite à lire cette extase avec beaucoup d'attention, vous verrez que cela en vaut la peine.

 

Extase du 10 mai 1904

Marie-Julie : "Je vois s'élever sur le sommet du Coeur de Marie, Notre Bonne Mère Immaculée, une couronne qui se détache d'un éclat de gloire éclatante, formée des rayons de diamants blancs entremêlés d'émeraudes." La Très Sainte Vierge : "Mes enfants, cette couronne est entrelacée des plus abondantes richesses de mon Coeur maternel."

Marie-Julie : "II y a des soleils où est empreinte la Face du Divin Rédempteur, où brille le visage de la Sainte Vierge Immaculée, où il y a des lumières entrelacées et des grains de perles si beaux et si blancs qu'on lit dans les éclats qui en sortent : amour, récompenses généreuses, souffrances couronnées, combats finis." "Ô Ciel, ne tarde plus !" Je dis exactement, mais tout passe sans m'en laisser aucun souvenir. "Cette première couronne, oh ! quel éclat de beauté ! c'est l'annonce, c'est comme un éclair devancier qui vient préparer le chemin, le sanctifier, le remplir de lumières et d'éblouissantes jubilations. C'est le soleil d'une prochaine aurore qui vient, radieuse, éclatante de gloire, préparer les voies du Ciel vers la Terre." "Cette riche couronne, c'est une bénédiction qui se répand dans les voies que doivent suivre les autres. C'est elle qui vient d'abord préparer les trônes où doivent se reposer toutes celles qui la suivent. La voie est resplendissante, c'est une clarté semblable aux clartés du Ciel ; on entend dans cette voie très large des chants harmonieux qui font tressaillir l'âme de joie, d'une joie qui l'enivre, d'une joie qui l'assouvit dans un transport qu'elle ne peut décrire et elle dit" : "Pour laisser entendre mes exclamations sublimes, j'attends que l'heure soit encore plus proche ; cette heure plus proche me donnera de m'exclamer de jubilation et de joie. Dans une extase de ravissement et de bonheur, je laisserai mon exil de tristesse et de larmes. Dans le sein très pur de mon Époux Bien-Aimé, j'irai plonger et m'enivrer."

La Très Sainte Vierge : "Mes enfants, cette première couronne glorieuse qui vient comme un soleil d'espérance et de gloire préparer le chemin et la douce voie de bien d'autres qui la suivent lentement, doucement balancées sur les flots d'un amour tout pur : les flammes de ma pureté. C'est la première lueur qui doit réjouir vos douces espérances, vous raviver dans une joie délicieuse et qui vous dit : mes bien-aimés, que le chemin s'avance et que le Ciel s'apprête ! Je vous aime tendrement, je vous ai ouvert la voie bien claire. La couronne des splendeurs prépare sa gloire et les voies glorieuses ; elle sanctifie jusqu'aux amis." "C'est mon Divin Fils qui veut réjouir vos âmes en vous laissant comprendre que l'heure vient et que le Ciel ouvert pavoise déjà le chemin radieux qui vient du Ciel à la Terre."

À cette extase assistait monsieur Hermary. Les personnes qui ont lu le récit de l'arrivée de Notre-Dame de la Bonne-Garde chez Marie-Julie, savent que c'est monsieur Hermary qui apporta de Tours la précieuse statue. Notre-Dame, qui n'oublie pas le dévouement de ses serviteurs, ne pouvait manquer d'adresser un sourire à cet homme généreux. En sa présence, elle révélait sa couronne de gloire. Cependant, il pensa, comme beaucoup d'autres, qu'il s'agissait de la couronne de Marie-Julie. Certains passages doivent effectivement se rapporter à la gloire de Marie-Julie dans le Ciel, en particulier lorsque celle-ci s'exclame : "Dans une extase de ravissement et de bonheur, je laisserai mon exil de tristesse et de larmes. Dans le sein très pur de mon Époux Bien-Aimé, j'irai me plonger et m'enivrer."

La couronne de Marie-Julie sera l'achèvement de sa longue vie de souffrance, ce sera un passage de la Terre vers le Ciel. Or, que lisons nous  ? : "Cette première couronne, c'est l'annonce, c'est le soleil d'une prochaine aurore qui vient, préparer les voies du Ciel vers la Terre." "Cette riche couronne, c'est elle qui vient d'abord". Cette première couronne, qui vient comme un soleil d'espérance."

Il s'agit bien de prémices et non d'un achèvement. Quant à l'adjectif "riche", il semble davantage convenir à un objet terrestre qu'à un ornement céleste. Et pourquoi vient-elle cette première couronne ? : "C'est une bénédiction qui se répand dans les voies que doivent suivre les autres. C'est elle qui vient d'abord préparer les trônes où doivent se reposer toutes celles qui la suivent". "Qui vient préparer le chemin et la douce voie de bien d'autres qui la suivent lentement." Couronne du Roi, du Pape et des autres monarques catholiques ? Et l'extase se termine par cette réconfortante promesse :

"L'heure vient et le Ciel pavoise déjà le chemin radieux qui vient du Ciel à la Terre". Il est surprenant de constater avec quelle insistance reviennent certains termes. Outre l'idée de prémices, de première couronne, nous lisons 11 fois qu'elle prépare le chemin, la voie, les voies, et aussi qu'elle vient, que les chemins s'avancent (7 fois). Remarquons enfin que la Très Sainte Vierge s'adresse à "ses" enfants, aux "amis", ce ne serait pas le cas s'il s'agissait uniquement du passage de Marie-Julie de son exil terrestre à la céleste patrie.

Les circonstances nous ont conduits à établir un lien entre cette révélation et la couronne de Notre-Dame de la Bonne-Garde, mais il peut paraître présomptueux d'attribuer à la petite couronne qui vient d'être réalisée, si riche soit-elle, un rôle aussi éclatant. Cependant ne serait-elle pas le signe avant-coureur d'un événement infiniment important et glorieux qui doit nous combler d'une joie indicible ?

N'aurait-elle pas quelque relation mystérieuse avec cet événement ? N'oublions pas que Notre-Dame de la Bonne-Garde, bien que de modeste apparence par ses proportions, n'en est pas moins une statue extraordinaire ; elle a déjà fait de nombreux miracles dans le passé, dont celui de sa propre conservation pendant au moins 7 ou 8 siècles. Mais depuis son passage chez Marie-Julie, la Très Sainte Vierge étant apparue sous son vocable, nous savons que son avenir sera encore plus glorieux.

À partir d'aujourd'hui, 22 août 1992, Fête du Coeur Immaculé de Marie, la couronne de Notre-Dame ne nous appartient plus, elle lui a été consacrée solennellement : "Je vois la couronne s'élever sur le sommet du Coeur de Marie, Notre Bonne Mère Immaculée", nous dit Marie-Julie. L'introït de ce jour appelle le Coeur Immaculé de Marie le Trône de la Grâce, n'est-il pas convenable qu'une couronne s'élève sur ce trône ? : "C'est elle qui vient d'abord préparer les trônes où doivent se reposer toutes celles qui la suivent."

La Fête d'aujourd'hui a été instituée par Pie XII afin d'obtenir, par l'intercession du Coeur Immaculé de Marie, la paix pour l'humanité et la liberté pour l'Église. Dans cette grande espérance, la vision que nous venons de lire ne rejoint-elle pas cette autre, où Notre Seigneur, s'adressant au Roi, lui dit : "Entends-tu ma voix, Ô Fils bien-aimé ? Toi, qui depuis si longtemps, foules la terre étrangère, ne vois-tu pas le chemin où J'enverrai à ta rencontre les princes des Armées Célestes, mes séraphins, mes chérubins avec leurs ailes, afin que ce triomphe soit beau comme celui d'un Roi de prédilection et de bénédiction ? Mon Fils bien-aimé, sèche tes pleurs, le Lys sera ton frère (le Saint Pape), et Ma Mère sera ta Mère, et c'est sur ton front que le Lys s'épanouira toujours. Puis, de ton front, il s'épanouira sur ton Trône, de ton Trône sur la France, ton Royaume réservé, et de là, au-dehors des frontières françaises, jusque sur la Ville Éternelle."

Et Marie-Julie, le 6 octobre 1877 : "Le triomphe des vivants sera beau quand la Sainte Église, aujourd'hui entourée d'épines, se verra entourée d'une couronne de Lys d'or !" Expliquant cette parole, monsieur de la Franquerie écrivait : "Le Saint Pape, le Grand Roi et les autres Princes des Lys qui doivent régner sur le monde et assurer le triomphe de Dieu et de l'Église."

 

 

Notre-Dame de la Bonne-Garde,

Maîtresse, gouvernante, directrice de l'Oeuvre de la Croix

Madame Le Camus et Notre-Dame de la Bonne-Garde.

Le 15 août 1883, la Très Sainte Vierge révèle à Marie-Julie l'étendue du culte qu'Elle recevra dans l'avenir. Le 15 septembre, Madame Le Camus étant présente ; Notre-Dame s'adresse à elle tout au long de cette extase, ordonnant à Marie-Julie de lui communiquer les révélations qu'Elle avait faites le 15 août sur l'avenir de son culte. C'est pour sa grande générosité que cette bonne dame reçut tant de faveurs ; faveurs accordées dès ici-bas, mais aussi, participation annoncée aux grands événements futurs de l'oeuvre de la Croix, après sa mort - les mêmes promesses furent faites pour l'abbé David (Première Victime).

Au cours de l'extase, Notre-Dame appelle madame Le Camus "Ma Rose" (sa Sainte Patronne est Sainte Rose de Lima) ou "Ma chère enfant" ; Marie-Julie la nomme "ma bonne mère" ou "ma chère mère adoptive". Madame Le Camus, qui avait détenu la statue de Notre-Dame de la Garde avant de la donner à Marie-Julie, avait entendu une voix intérieure lui demander d'en faire l'offrande au Sanctuaire de la Croix. Dans l'extase du 28 novembre 1878, la Très Sainte Vierge s'exprimait ainsi : "Oh ! si tu savais combien Mon Divin Fils et Moi, nous avons été contents de ce don ! Je la récompenserai, cette âme généreuse, ta mère adoptive." Dans le commentaire qui accompagne cette extase, nous lisons : "Madame Le Camus a été constituée dès le principe, mère adoptive de Marie-Julie. Dieu l'a voulu sans doute pour récompenser cette dame de ses immenses bonnes oeuvres et de sa grande piété, jamais elle n'a eu d'enfants et son veuvage a dû être un état de grande sanctification personnelle."

 

Prier avec Marie-Julie Jahenny

 

 

Extase du 15 septembre 1883

Marie-Julie : "Ma bonne Mère adoptive, préparez-vous à voir venir Notre-Dame de la Bonne-Garde, partie du Ciel ; elle vient nous consoler. Jamais je ne l'ai vue si belle et si éblouissante, ma Bonne Mère de la Bonne-Garde."

Notre-Dame : "Ma bien-aimée enfant, Rose, si tu savais comme Je t'aime, de plus en plus tu m'es agréable parce que, Ma Rose, tu fais toutes choses en vue de me plaire et de me consoler. Ma chère enfant, j'ai goûté tant de charmes sous ton toit béni, en sortant, pour venir m'établir Maîtresse, Gouvernante, Directrice de l'oeuvre de la Croix".

Marie-Julie raconte : "Ma chère mère adoptive, le 26 juin de cette année, je me trouvais si souffrante que je ne pouvais pas faire un mouvement. Notre-Dame de la Bonne-Garde, dans la matinée de ce jour, sans se déranger de dessus sa stalle, me tendit la main ; sa douce main me paraissait si grasselette et toute brûlante d'amour. Elle me parlait et je pus m'asseoir un peu sur ma couche, et elle me dit " : "Ma fille, de grandes grâces sous peu vont s'opérer par mon Nom."

Le 15 août, Elle m'a ordonné de vous révéler ces belles choses qui vont vous ravir ainsi que le père, ma bonne mère. Depuis quelques temps, un nombre considérable d'amis de la Croix invoquent, prient et saluent Notre-Dame de la Bonne-Garde, jusqu'à des billets qui lui sont adressés, beaucoup ! Le 15 août, Notre-Dame de la Bonne-Garde me fit de longues révélations. Elle me dit :

Notre-Dame : "Ma chère enfant, tu feras passer à ma Rose, ta chère mère, mes paroles. Mon culte, ma fille, va devenir florissant, mon Nom va se répandre partout, mon Coeur va s'ouvrir comme une source intarissable pour tous les pèlerins de la Croix. Ma fille, Je vais être honorée grandement par tous les visiteurs de l'oeuvre, commençant ma dévotion populaire... Les peuples viendront me vénérer, me prier, m'offrir les ex-voto de reconnaissance."

À ces mots, ma Bonne Mère s'éleva radieuse sur une nuée bienfaisante, si merveilleuse que Notre-Dame de la Bonne-Garde était comme perdue dans les chants d'actions de grâces et de reconnaissance des pauvres humains... Elle me dit encore : "Je verrai à mes pieds la France entière avec ses souverains. Ma fille, cette grande dévotion va commencer avec les faveurs du dernier temps de ta vie sur la Terre". "Ma fille, J'opérerai de grands prodiges pendant que ma Première Victime et ses pères prêcheront la gloire de la Croix ; ma Rose sera là avec d'autres amis". "Ma fille, Je serai couronnée bien plus glorieusement que Je ne le suis aujourd'hui, couronnée, ma fille, par la Sainte Église immortelle et infaillible dans ses lumières. Ma Première Victime et ma Rose seront à mes pieds dans ce jour solennel où l'Église me fera une couronne de prières et de cantiques."

Voilà, ma bonne mère adoptive, une parole qui mettait tout le Ciel en harmonie de louange et de gloire à Notre-Dame de la Bonne-Garde. La Sainte Vierge, notre Mère chérie m'a dit encore : "Je me dispose à aller chercher ma bien-aimée Première Victime triomphalement. Dans ma puissance, avec elle, J'amènerai joyeusement plusieurs autres victimes prisonnières, et ma Rose avec d'autres amis, pour chanter le Te Deum. C'est là, ma fille, que Je descendrai de l'estrade pour voler dans leurs bras et Je serai remontée sur un trône plus large et plus digne de mon Nom."

Marie-Julie : Quand je ne serai plus avec vous, ma bonne mère, sur la Terre, Elle vous donnera un signe consolant de sa douce tendresse par le soulèvement de sa main droite, comme pour vous bénir avec les ouvriers de l'oeuvre. Elle m'a chargée de vous le dire sept fois différentes. Elle me dit encore, la Sainte Vierge "qu'elle avait nos trois coeurs et qu'elle désirait, ma bonne mère, qu'ils ne lui soient jamais enlevés, pas même au couronnement solennel de l'Église". Elle me dit, la Sainte Vierge, que notre père directeur était un saint... qu'aucune âme ne connaissait la sainteté de ce Père, Première Victime... en combien peu de temps il se ferait par lui de grandes choses et de grands miracles. Elle me dit que c'était une vive lumière plantée dans les desseins des trois Personnes Divines.

Notre-Dame : "Ma fille, que mon Coeur jubile d'ineffable joie à cause de ces grandes choses qui vont s'accomplir ! Mon Fils fera éclater ses prodiges et Moi, Je ferai éclater les miens !"

Marie Julie : "Que c'est beau, Jésus et Marie faisant les miracles dans la même heure, que c'est beau !"

Les révélations que nous donnons ci-dessus, perdues dans le grand nombre des dossiers, nous sont tombées sous les yeux, "par hasard", le 25 août dernier, fête de Saint-Louis, soit 3 jours après le couronnement solennel de Notre-Dame de la Bonne-Garde. Ce n'est donc pas pour nous y conformer que monsieur l'abbé Bonneterre a entonné le "Te Deum" ! À propos de l'abbé David, mademoiselle Imbert a dicté les renseignements suivants : "II y eut deux miracles sur sa tombe qui ne furent pas enregistrés. L'un fut en faveur d'un enfant qui, porté sur la tombe de monsieur le curé par sa mère, reçut immédiatement l'usage de ses membres."

 

 

Marie-Julie Jahenny et Notre-Dame des Lys,

Mère de Pureté, Mère de Puissance, Mère de Prodiges,

Reine des Lys, Reine de la Paix,

Reine des Prodiges, Reine des Miracles,

Lys de Pureté sans tache

 

 

 

 

 

 

Prière à Notre-Dame de Bonne Garde de Longpont

(Longpont-sur-Orge, Essone)

 

Ô Marie, Mère du Christ et de l’Eglise, des générations de croyants sont venues Vous prier ici, depuis des siècles. Me voici avec eux devant Vous, plein de confiance en Votre Bonté et en Votre Puissance. C’est par Vous que le Père a voulu nous donner Son Fils.

Je Vous prie pour le monde et pour l’Eglise. Notre-Dame de Bonne Garde, gardez leur la paix promise par Jésus.

Je Vous prie aussi, Mère de Bonté et de Miséricorde, par la Passion et la Résurrection de Votre Fils, pour tous ceux que j’aime et pour moi-même. Gardez-nous dans la Foi, l’Espérance et la Charité. Prenez pitié de moi et présentez mes supplications à Dieu notre Père.

Demandez pour moi, je Vous en supplie, la grâce de.......

Bénissez moi, ma Mère ; j’espère en Vous, je ne serai pas confondu.

Amen.

Notre-Dame de Bonne Garde, priez pour nous !

 

 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Saintes et Saints Sanctuaires mariaux Prières
commenter cet article
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 16:15

 

 

Orationes Ante Missam

Prayers Before Mass

 

 

Prières avant la Sainte Messe

« Extrait de la préparation privée du célébrant »

Missel quotidien et vespéral (éd. Brepols, 1960)

 

« Doux Seigneur Jésus-Christ : pécheur, je ne puis m’appuyer sur mes propres mérites, je me confie cependant en votre miséricorde et en votre bonté pour m’approcher, avec crainte et tremblement, de la table de votre bienheureux banquet. Mon cœur et mon corps, je les ai, en effet, souillés de crimes nombreux ; mon esprit et ma langue, je ne les ai pas soigneusement gardés. Ô Bonté divine, ô Majesté redoutable, voilà pourquoi, bien qu’indigne et arrêté par toutes sortes d’entraves, je recours à vous, Source de la miséricorde, je me hâte de venir à vous pour être guéri ; je me réfugie sous votre protection. N’osant vous approcher comme Juge, je désire vous avoir comme Sauveur. C’est à vous, Seigneur, que je montre mes plaies, à vous que j’avoue ma honte. Je sais que mes péchés sont nombreux et grands ; c’est à cause d’eux que je suis saisi de crainte ; mais j’espère en vos miséricordes, car elles sont infinies. Jetez donc sur moi un regard de pitié, Seigneur Jésus-Christ, Roi éternel, Dieu et Homme, vous qui avez été crucifié à cause de l’homme. Exaucez celui qui espère en vous ; ayez pitié de moi qui suis rempli de misères et de péchés, car vous êtes la source intarissable de la miséricorde. Je vous salue, ô victime du salut, immolée sur le gibet de la croix, pour moi comme pour tout le genre humain. Je vous salue, sang noble et précieux, jaillissant des plaies de mon Seigneur Jésus-Christ crucifié, ce sang qui lave les péchés du monde entier. Seigneur, souvenez-vous de votre créature que vous avez rachetée par ce sang. Je me repens d’avoir péché, je désire ardemment corriger ma conduite. Otez donc de moi, Père très bon, toutes mes iniquités et mes péchés, afin que, purifié de cœur et de corps, je mérite de jouir du Saint des Saints. Faites que l’offrande de votre corps et de votre sang, dont, tout indigne, je vais m’approcher, me procure le pardon de mes péchés, me purifie entièrement de mes fautes, dissipe les mauvaises pensées et suscite les bons sentiments ; qu’elle me fasse produire d’une façon salutaire des œuvres qui vous plaisent, et qu’enfin elle soit pour mon âme et pour mon corps un refuge assuré contre les tentations que me causent mes ennemis. Amen. »

« 3 ans d’indulgence. Pie XI, 3 octobre 1936. »

 

 

Devotio Eucharistica

Eucharistic Devotion

 

 

 

 

Prières de Saint-Ambroise avant,

pendant et après la Sainte Communion

 

 

 

 

« Dieu tout-puissant et éternel, voici que je vais m’approcher du mystère de votre Fils unique, notre Seigneur Jésus-Christ : infirme, je viens au médecin de la vie ; impur, à la fontaine de miséricorde ; aveugle, à la lumière de l’éternelle clarté ; pauvre et indigent, au Seigneur du ciel et de la terre. J’implore donc l’abondance de votre générosité sans bornes, afin que vous daigniez guérir mon infirmité, laver mes souillures, illuminer mon aveuglement, enrichir ma pauvreté, vêtir ma nudité ; en sorte que je reçoive le pain des Anges, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, avec beaucoup de respect et d’humilité, avec une contrition et une piété très vives, avec une pureté et une foi très grandes, avec un ferme propos et une intention pure, comme le demande le salut de mon âme. Accordez-moi, je vous en prie, de recevoir non seulement le sacrement du corps et du sang du Seigneur, mais aussi la grâce et la vertu de ce sacrement. Dieu très bon, faites que je reçoive de telle manière le corps de votre Fils unique, notre Seigneur Jésus-Christ, né de la Vierge Marie, que je mérite d’être incorporé à son corps mystique et compté parmi ses membres. Père très aimant, accordez-moi de contempler enfin face à face, durant toute l’éternité, votre Fils bien-aimé, que maintenant sur mon chemin terrestre, je me prépare à recevoir sous les voiles du sacrement : Lui qui, étant Dieu, vit et règne avec vous, en l’unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles. Amen. »

« Indulgence de 3 ans. Plénière une fois le mois. Pie XI, 10 décembre 1936. »

 

 

Orationes Post Missam

Prayers After Mass

 

 

 

 

 
 
Repost 0
Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Prières Musique Vidéos
commenter cet article