Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

RFI

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 08:52

       Stella splendens

      folio 22r

 

         Sequitur alia cantilena ad trepudium rotundum:

Stella splendens in monte ut solis radium miraculis serrato exaudi populum.

 

Concurrunt universi gaudentes populi

divites et egeni grandes et parvuli

ipsum ingrediuntur ut cernunt oculi

et inde revertuntur gracijis repleti.

 

Principes et magnates extirpe regia

saeculi potestates obtenta venia

peccaminum proclamant tundentes pectora

poplite flexo clamant hic: Ave Maria.

 

Prelati et barones comites incliti

religiosi omnes atque presbyteri

milites mercatores cives marinari

burgenses piscatores praemiantur ibi.

 

Rustici aratores nec non notarii

advocati scultores cuncti ligni

fabri sartores et sutores nec non lanifici

artifices et omnes gratulantur ibi.

 

Reginae comitissae illustres dominae

potentes et ancillae juvenes parvulae

virgines et antiquae pariter viduae

conscendunt et hunc montem et religiosae.

 

Coetus hic aggregantur hic ut exhibeant

vota regratiantur ut ipsa et reddant

aulam istam ditantes hoc cuncti videant

jocalibus ornantes soluti redeant.

 

Cuncti ergo precantes sexus utriusque

mentes nostras mundantes oremus devote

virginem gloriosam matrem clementiae

in coelis gratiosam sentiamus vere.

 

Traduction en français

 

N.B. : Stella splendens est une hymne mariale tirée du Livre Vermeil de Montserrat,(cf manuscrits d'époque online) un recueil de textes religieux et d'hymnes écrits en catalan, en latin ou en occitan au XIVe siècle à l'abbaye de Montserrat (Catalogne - Espagne), où il se trouve toujours encore aujourd'hui, et dont seulement une partie a traversé le temps jusqu'à nos jours. Seules dix œuvres subsistent actuellement :

  1. O virgo splendens
  2. Stella splendens
  3. Laudemus Virginem
  4. Mariam, matrem virginem, attolite
  5. Polorum Regina
  6. Cuncti simus concanentes (« Chantons ensemble »)
  7. Splendens ceptigera
  8. Los set gotxs
  9. Imperayritz de la ciutat joyosa / Verges ses par misericordiosa
  10. Ad mortem festinamus

Llibre Vermell de Montserrat

 

O virgo splendens

Canon à 3 voix

fol. 21v-22

 

O Virgo splendens hic in monte celso Miraculis serrato fulgentibus ubique

quem fideles conscendunt universi.

Eya pietatis occulo placato cerne ligatos fune peccatorum ne infernorum ictibus

graventur sed cum beatis tua prece vocentur.

 

 

Laudemus Virginem

Canon à 3 voix

fol. 23

 

Laudemus virginem mater est et ejus filius Ihesus est.

Plangemus scelera acriter Sperantes in Ihesum jugiter.

 

 

Mariam, matrem virginem, attolite

fol. 25

 

Mariam Matrem Virginem attolite Ihesum Christum extollite concorditer.

Maria seculi asilum defende nos. Ihesu tutum refugium exaudi nos.

Iam estis nos totaliter diffugium totum mundi confugium realiter.

Ihesu suprema bonitas verissima. Maria dulcis pietas gratissima.

Amplissima conformiter sit caritas ad nos quos pellit vanitas enormiter.

Maria facta saeculis salvatio. Ihesu damnati hominis redemptio.

Pugnare quem viriliter per famulis percussus duris iaculis atrociter.

 

 

Polorum Regina

fol. 24v

 

Polorum regina omnium nostra. Stella matutina dele scelera.

Ante partum virgo Deo gravida Semper permansisti inviolata.

Et in partu virgo Deo fecunda Semper permansisti inviolata.

Et post partum virgo mater enixa Semper permansisti inviolata.

 

 

Cuncti simus concanentes

fol. 24

 

Cuncti simus concanentes Ave Maria.

Virgo sola existente en affuit angelus Gabriel est appellatus atque missus celitus.

Clara facieque dixit: Ave Maria. Clara facieque dixit: audite karissimi.

En concipies Maria Pariesque filium audite karissimi Vocabis eum Ihesum.

 

 

Splendens ceptigera

Canon à 3 voix

fol. 23

 

Splendens ceptigera Nostris sis advocata Virgo puerpera.

Tundentes pectora Crimina confitentes Simus altissimo.

 

 

Los set gotxs

fol. 23v

 

Los set gotxs recomptarem et devotament xantant

humilment saludarem la dolça verge Maria.

Ave Maria gracia plena Dominus tecum Virgo serena.

Verge fos anans del part pura e sans falliment

en lo part e prés lo part sens negun corrumpiment.

Lo Fill de Déus Verge pia de vós nasque verament.

Verge tres reys d'Orient cavalcant amb gran corage

al l'estrella precedent vengren al vostré bitage.

Offerint vos de gradatge Aur et mirre et encenç.

Verge estant dolorosa per la mort del Fill molt car

romangues tota joyosa can lo vis resuscitar.

A vos madre piadosa prima se volch demostrar.

Verge lo quint alegratge que'n agues del fill molt car

estant al munt d'olivatge Al cell l'on vehes puyar.

On aurem tots alegratge Si per nos vos plau pregar.

Verge quan foren complitz los dies de pentecosta

Ab vos eren aunits los apostols et de costa.

Sobre tots sens nuylla costa devallà l'espirit sant.

Verge'l derrer alegratge que'n agues en aquest mon

vostre Fill ab coratge vos munta al cel pregon.

On sots tots temps coronada regina perpetual.

 

 

Imperayritz de la ciutat joyosa

Verges ses par misericordiosa

fol. 25v

 

Imperayntz de la ciudad joyosa

de paradis ab tot gaug eternal

neta de crims de virtutz habundosa

mayres de Dieu per obra divinal

verges plasen ab fas angelical

axi com sotz a Dieu molt graciosa

placaus estar als fizels piadosa

preyan per lor al rey celestial.

Rosa flagran de vera benenanca

fons de merce jamays no defallen

palays d'onor on se fech l'alianca

de deu e d'hom per nostre salvamen

e fo ver Dieus es hom perfetamen

ses defallir en alcuna substanca

e segons hom mori senes dubtanca

e com ver Dieus levech del monimen.

Flor de les flor dolca clement et pia

l'angel de Dieu vesem tot corrocat

e par que Dieus lamandat qu'ens alcia

don el es prest ab l'estoch affilat.

Donchos placa vos que'l sia comandat

qu'estoyg l'estoch e que remes nos sia

tot fallimen tro en lo presen dia

ens done gaug e patz e sanitat.

 

 

Ad mortem festinamus

fol. 26v

 

Ad mortem festinamus peccare desistamus.

Scribere proposui de contemptu mundano ut degentes seculi non mulcentur in vano.

Iam est hora surgere a sompno mortis pravo.

Vita brevis breviter in brevi finietur mors venit velociter quae neminem veretur.

Omnia mors perimit et nulli miseretur.

Ni conversus fueris et sicut puer factus et vitam mutaveris in meliores actus

intrare non poteris regnum Dei beatus.

Tuba cum sonuerit dies erit extrema et iudex advenerit vocabit sempiterna

electos in patria prescitos ad inferna.

Quam felices fuerint qui cum Christo regnabunt facie ad faciem sic eum adspectabunt

Sanctus Dominus Sabaoth conclamabunt.

Et quam tristes fuerint qui eterne peribunt pene non deficient nec propter has obibunt.

Heu heu miseri numquam inde exibunt.

Cuncti reges seculi et in mundo magnates advertant et clerici omnesque potestates

fiant velut parvuli dimitant vanitates.

Heu fratres karissimi si digne contemplemus passionem Domini amara et si flemus

ut pupillam oculi servabit ne peccemus.

Alma Virgo virginum in celis coronata apud tuum filium sis nobis advocata

Et post hoc exilium occurens mediata.

Vila cadaver eris cur non peccare vereris.

Cur intumescere quearis. Ut quid peccuniam quearis. Quid vestes pomposas geris.

Ut quid honores quearis. Cur non paenitens confiteris. Contra proximum non laeteris.

 

Le Livre Vermeil de Montserrat

La Camera delle Lacrime

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 09:47

Գրիգոր Նարեկացի

Saint Grégoire de Narek

Krikor ou Grigor Narekatsi, Naregatsi, Narekac'i ou Narekas'i
 
né vers 951 Andzevatsik (aujourd'hui en Turquie)
 
mort vers 1003 à Narek (Turquie actuelle)
 

proclamé 36e docteur de l’Église Universelle

par le Pape François le 21 février 2015

 

Saint Grégoire de Narek

"Du fond du cœur"

"Colloque avec Dieu"

 95e prière

 

I

 

O Soleil de justice 1,

Rayon béni 2,

Archétype de la lumière ;

ô ardemment Désiré 3,

Élevé, Impénétrable,

Puissant, Inénarrable ;

Allégresse du bien,

Espoir réalisé 4,

ô Loué, Céleste ;

Roi de gloire 5,

Christ créateur,

Vie proclamée 6 !

 

Et maintenant les lacunes et les erreurs de ma voix si faillible,

- ô misérable que je suis ! -

veuille par ta parole toute-puissante les combler 7

et présenter comme supplications agréables mes prières

à ton Père Très-Haut :

Car pour moi Tu es venu subir l'épreuve de la malédiction 8

ayant pris en vérité ma ressemblance 9,

ô totale Bénédiction de vie,

Providence attentive pour tous les êtres :

ceux d'en haut et ceux d'en bas.

 

Si, en effet, Tu as accepté de mourir pour moi 10,

ô Toi, Dieu et Seigneur de tous, 

combien plus consentiras-Tu maintenant aussi

à compatir à mes faiblesses, pleines de péril 11,

en intercédant toujours pour moi, coupable que je suis 12

par le corps que Tu as pris de notre race,

auprès de ton Père, pareil à Toi en honneur.

 

II

 

Et à cause de ton précieux Sang toujours offert

pour plaire à la volonté de Celui qui T'a envoyé,

que soient écartés de moi les dangers, pécheur condamné que je suis,

remises, les dettes,

effacée, la honte,

oubliés, les opprobres,

réformée, la sentence du jugement,

exterminés, les vers 13,

séchés, les pleurs,

calmé, le grincement des dents 14,

terminées les lamentations,

taries, les larmes ;

Que prenne fin le deuil ;

se dissipent les ténèbres,

s'éteigne le feu de la colère,

que soient rejetés tous les instruments de supplice !

 

III

 

Que viennent tes compassions,

ô Toi qui veux et dispenses la vie à tous.

fais lever ta lumière,

hâte ta rédemption,

envoie ton secours ;

devance l'heure de ta visite,

répands promptement la rosée de ta miséricorde :

qu'elle descende pour abreuver le champ altéré de mes os, plongés par le malheur dans l'abîme de la mort !

 

Que la Coupe céleste de ton Sang vivifiant

fasse fleurir et fructifier la terre (de mon corps),

préparée pour le jour de la lumière,

Sang qui, inépuisable, est toujours offert en sacrifice

comme mémorial de vie et de Rédemption

pour les âmes qui se sont endormies.

 

Ainsi mon âme, pleinement mortifiée par mon corps de péché, sera affermie en Toi par ta Grâce,

ô Compatissant,

et je serai par Toi renouvelé,

retranché du péché par la vie immortelle

au temps de la Résurrection des Justes

et béni par ton Père 15.

 

Avec Lui à Toi gloire,

et à ton Esprit-Saint louange

par une juste reconnaissance,

maintenant et toujours

et dans les siècles des siècles !

Amen.

 

1. Cf Mal.3, 20.

2. Cf Héb. 1, 3.

3. Cf Jn 8, 56. Matth. 13, 17.

4. Cf Lc 4, 21.

5. Cf I Cor. 2, 8.

6. Cf Jn 6, 68.

7. Cf Rom. 8, 26.

8. Cf Héb. 2, 18. Gal. 3, 13.

9. Cf Héb. 2, 17. Phil. 2, 17.

10. Cf Gal. 2, 20.

11. Cf Héb. 4, 15.

12. Cf Héb. 7, 25.

 13. Cf Mc 9, 48.

14. Cf Matth. 25, 30.

15. Cf Matth. 25, 34.

 

Source : "Le Livre de Prières", "Grégoire de Narek", Prière n° 95 (I, II et III), pages 523-525 ; Sources chrétiennes n° 78, Editions du Cerf, Paris, 1961 ; réédition 2000.

"Un nouveau Docteur de l'Eglise s'offre à nos intelligences et à notre foi : saint Grégoire de Narek. C'est la décision qu'a prise le pape François d'allonger la liste de ces saints qui, de façon éminente, ont contribué à approfondir la théologie et la doctrine de l'Eglise. A l'occasion de cette déclaration faisant de Grégoire de Narek un nouveau Docteur de l'Eglise, le dimanche 12 avril 2015, "La foi prise au Mot" revient sur la vie et les écrits de ce moine arménien de l'an mil, dont l'oeuvre fut si importante.
Pourquoi donc a-t-il été fait Docteur de l'Église ? Dans quel contexte vivait-il ? Quelles furent sa vie et son oeuvre ? Quelle est son influence aujourd'hui ? Pour mieux nous le faire découvrir, deux invités, grands connaisseurs du saint arménien, viennent nous éclairer : Philippe Sukiasyan, diacre de l'Église apostolique arménienne, et Jean-Pierre Mahé, membre de l'Institut, philologue et historien du Caucase, spécialiste des études arméniennes."


"La Foi prise au Mot", document ktotv.com du 19 avril 2015.

 

Paroles à Dieu de Grégoire de Narek

Jean-Pierre Mahé
éditions Peeters, 2007

Trésor des fêtes, Hymnes et Odes de Grégoire de Narek

éditions Peeters, 2014

 

Saint Grégoire de Narek

"Du fond du cœur

colloque avec Dieu"

3e prière (III et IV)

 

III

 

Avec ceux donc qui le liront avec un cœur pur,

opère la guérison de leurs âmes et la purification de leurs transgressions,

la remise de leurs dettes et la délivrance des liens de leurs péchés.

 

Qu’il y ait jaillissement de larmes pour ceux qui s’exerceront avec lui

et par son intermédiaire que leur soit octroyé

le don gratuit de la contrition désirée.

 

Qu’à moi aussi, Seigneur, avec eux soit de ta part accordée

la grâce de la componction de la volonté,

et à eux par ma voix des soupirs qui     T’agréent.

 

Que par ce Livre soient offertes pour moi leurs supplications,

et que par cette parole qui est mienne

leurs gémissements s’élèvent à ma place comme l’encens.

 

Qu’avec le goût agréable de ce chant de Lamentations

la grâce de la lumière pénètre et habite (en nous).

 

Si des âmes pieuses à ma suite viennent s’offrir à Toi par ce Livre-ci,

en même temps qu’elles, pour qui Tu es la cause de la vie,

ô Compatissant, reçois-moi aussi.

 

Si quelque mienne sainte douleur par contagion fait pleurer des yeux,

que par Toi, ô Providence, sur moi aussi ces larmes tombent en pluie.

 

Si ce livre a quelque valeur et qu’il soit ordonné

au salut de ceux qui communieront à ces sentiments de vie,

que ta volonté, ô Béni, daigne accorder

qu’il le soit pour moi aussi.

 

Si mon gémissement divinement agréable,

grâce à ces paroles tirées du secret (de mon cœur),

vient au devant de quelque âme,

que moi aussi par Toi, ô Très-Haut, j’en tire profit avec elle.

 

Si une main pure avec un fin mélange d’encens s’élève vers Toi,

qu’à ma voix vienne s’unir aussi la requête offerte par les suppliants.

 

Si ma demande multiforme vient à naître chez d’autres que chez moi,

qu’en raison de ce Livre elle me soit aussi par Toi une deuxième fois accordée.

 

Si ce sacrifice d’oraison personnelle trouve faveur devant Toi et Te plaît,

fais aussi que celui de nos aïeux Te soit offert par mon intermédiaire.

 

Si quelqu’un languit par l’ennui de quelque tristesse,

qu’il se dresse à nouveau en prenant ferme appui sur ces soupirs,

en espérant en Toi.

 

Si le rempart de la confiance est rasé par les péchés,

qu’avec ces blocs de pierre, taillés par ta Droite,

ô Protecteur, il soit bâti de nouveau.

 

Si le fil de l’espérance, tranché par le glaive des fautes, est rompu,

qu’il soit renoué derechef par ta volonté, ô Tout-Puissant, avec un nœud bien noué.

 

Si un danger mortel de maladie spirituelle assiège quelqu’un,

qu’il trouve par ce Livre le salut dans l’espérance de la vie,

tandis qu’il Te priera, ô Vivificateur.

 

Si par l’angoisse du doute quelqu’un a le cœur transpercé,

que, grâce à ta suavité, par ce Livre il en soit délivré et guéri.

 

Si quelqu’un, perdu de dettes insolvables,

vient à être englouti dans les profondeurs des abîmes,

qu’il vienne à la lumière, pris à l’hameçon de ces (pieuses) industries,

protégé par Toi.

 

Si quelqu’un, après s’être laissé engourdir par des tromperies,

vient par les œuvres de ténèbres à subir des torts,

qu’à nouveau il reprenne force par Toi, unique Asile,

une fois qu’auprès de Toi il aura trouvé refuge.

 

Si la cuirasse de la confiance se détache de l’âme de quelqu’un,

que par l’intermédiaire de ce Livre ta main la retienne

et la reboucle en même solidité.

 

Si, solitaire, loin de la vigilance des gardiens, quelqu’un erre,

qu’il attende par ce Livre Ton retour même en Personne, ô Rénovateur.

 

Si un frisson de fièvre démoniaque

de je ne sais quel tremblement trouble quelqu’un,

qu’il revienne à soi par ce Livre qui lui fait signe,

une fois qu’il aura confessé et adoré le mystère de ta Croix.

 

Si une tempête d’iniquité d’un vent dévastateur frappe soudain,

le château du bâtiment qu’est le corps sur cette mer terrestre,

qu’elle se calme derechef quand le (bâtiment) T’aura rejoint

grâce au gouvernail de ces ailes.

 

IV

 

Fais donc de la composition de ce Livre de Lamentations,

Commencé en ton nom, ô Très-Haut,

un remède de vie pour guérir les maladies

des âmes et des corps de tes créatures.

 

Ce que j’ai commencé, Toi, parachève-le.

 

Que ton Esprit y soit intimement uni.

Que le souffle de ta grande puissance s’unisse

aux poèmes qui sont tiens et que ta grâce m’a inspirés.

 

C’est Toi, en effet, qui donnes force aux cœurs découragés,

et qui reçois gloire de tous.

 

Amen.

 

Source : "Le Livre de Prières", "Grégoire de Narek", Prière n° 3 ( III et IV), pages 70-73 ; Sources chrétiennes n° 78, Editions du Cerf, Paris, 1961 ; réédition 2000.

 

"Prière au Saint-Esprit de Saint Grégoire de Narek"

 

"Je supplie ta Seigneurie immuable, très puissante, ô Esprit puissant,

envoie la rosée de ta suavité,

accorde à mon âme et à mon esprit qui domine sur les sens,

le bienfait de la plénitude des grâces de ton abondante miséricorde.

 

Et laboure le champ intelligent de mon cœur de chair, endurci,

pour qu’il reçoive et fasse fructifier la semence spirituelle.

 

Nous confessons que c’est par ta sagesse suprême

que tous les dons fleurissent en nous et croissent.

 

C’est Toi qui consacres les Apôtres, qui inspires les prophètes,

instruis les Docteurs, fais parler les muets

et ouvres les oreilles fermées des sourds.

 

C’est pourquoi Celui qui est de même nature que Toi,

celui qui est consubstantiel au Père

celui qui est le Fils premier-né,

par ta coopération accomplissant toutes ces choses,

t’a proclamé Dieu, égal à l’essence du Père.

 

Donne-moi la grâce à moi aussi, pécheur, de parler avec assurance

du mystère vivifiant de la Bonne Nouvelle de ton Evangile,

de marcher par la course et l’essor rapide de l’esprit

à travers les espaces infinis des Testaments inspirés par Toi.

 

Et à l’heure où j’entreprends d’expliquer ta parole en public,

que ta miséricorde me devance

pour me dire intérieurement en temps opportun

ce qui est digne, utile et agréable à Toi,

pour la gloire et la louange de ta Divinité,

et pour la plénitude de l’édification de l’Eglise catholique.

 

Et étends sur moi ta droite très proche,

et fortifie-moi par la grâce de ta compassion ;

dissipe de mon esprit le sombre brouillard de l’oubli,

en dispersant avec lui les ténèbres du péché,

afin de m’élever, avec l’acuité de mon intelligence,

de la vie de cette terre vers les hauteurs.

 

Irradie en moi de nouveau le lever sans ombre et merveilleux

de la connaissance de ta Divinité, ô Puissant,

afin que je sois digne de faire et d’enseigner

pour être un bon exemple aux auditeurs, amis de Dieu.

 

A Toi toute gloire en tout

avec le Père tout-puissant et avec le Fils unique et bienfaisant,

maintenant et dans les siècles sans fin.

Amen."

 

"(Le Livre de Prières, Prière n° 34, II ; Sources chrétiennes n° 78, Editions du Cerf, Paris, 2000)"

 

Source : vatican.va, semaine de prière pour l’Unité des chrétiens 2004.

 

Message du Saint-Père François aux Arméniens

 

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS À SA SAINTETÉ KARÉKINE II,

PATRIARCHE SUPRÊME ET CATHOLICOS DE TOUS LES ARMÉNIENS 

 

Grigor Narekatsi, "Prayer Book", Constantinople,

the Printing House of Hovhannes and Poghos, 1782

 
Speaking with God from the Depths of the Heart




Sun of justice, 
ray of blessings, 
form of light, 
cherished desire,
1 
exalted beyond understanding, 
mighty beyond telling, 
joy of goodness, 
hope realized,
2 
praised by heaven, 
king of glory,
3 
Christ creator, 
life proclaimed,
4 
finish, I pray, 
the meanderings 
of my wretched, errant voice 
with your own mighty words.
5 
Help me to polish 
a pleasing prayer, 
to bring before your Father on high. 
You who took on my likeness 
submitting for my sake to trial and condemnation,
6 
take pity on me. 
You who bless all life, 
God of Goodness, 
who provide all things above and below, 
who were willing to die for me,
7 
God and lord of all, 
who have borne the pangs of mortal flesh, 
take pity on me, 
for I am wracked with pain.
8 
Take pity on me, stay with me, a wretched sinner, 
and pray with me to your Father, your equal in glory.
9 



By your noble and glorious blood, 
offered unceasingly to please God who sent you, 
       may the dangers be lifted from me, the condemned, 
       may my transgressions be forgiven, 
       may my vices be pardoned, 
       may my shamelessness be forgotten, 
       may my sentence be commuted, 
       may the worms shrivel,
10 
       may the wailing stop, 
       and the gnashing of teeth fall silent.
11 
Let the laments lessen and tears dry. 
Let mourning end and darkness be banished. 
May the vengeful fire be tamped out 
and torments of every kind be exiled. 




May you who grant life to all be compassionate now. 
Let your light dawn, your salvation be swift, 
your help come in time, and the hour of your 
arrival be at hand. 
May the dew of your mercy quench the parched field 
where my bones have fallen into the pit of death. 
Prepare the earth for the day of light 
and let the soil bloom and bring forth fruit, 
heavenly cup of life-giving blood, 
ever sacrificed, never running dry 
all for the salvation and life of the souls in eternal rest. 
And though my body die in sin, 
with your grace and compassion, 
may I be strengthened in you, cleansed of sin 
through you, and renewed by you with life everlasting, 
and at the resurrection of the righteous 
be deemed worthy of your Father’s blessing.
12 
To him together with you, all glory, 
and with the Holy Spirit, praise and resounding thanks, 
now, always and forever, 
Amen.

Notes

 

  1 ...... Mt. 13:17, Jn. 8:56.
 
  2 ...... Lk. 4:21.
 
  3 ...... 1 Cor. 2:8.
 
  4 ...... Jn. 6:68.
 
  5 ...... Rom. 8:26.
 
  6 ...... Heb. 2:18, Gal. 3:13, Phil. 2:7.
 
  7 ...... Gal. 2:20.
 
  8 ...... Heb. 4:15.
 
  9 ...... Heb. 7:25.
 
  10 ...... Mk. 9:48.
 
  11 ...... Mt. 25:30.
 
  12 ...... Mt. 25:34.
 

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Prières
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 11:23

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Réseaux sociaux
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:45

 

 

 

 

"Ô Dieu Saint, Ô Dieu Fort, Ô Dieu Immortel"

 

Refrain

Ô Dieu Saint,

Ô Dieu Fort,

Ô Dieu Immortel,

aie pitié de nous !

 

1. Ô Toi le longanime qui fais sans fin miséricorde,

fais-nous grâce en Ton Amour ;

en Ta tendresse guéris-nous !

 

2. Nous n’avons porté ni le poids du jour,

ni la brûlure du soleil :

à la onzième heure, nous venons à Toi :

sauve-nous, prends pitié de nous !

 

3. Qui nous rendra la beauté du premier jour,

où Tu nous façonnas à Ton image ?

Toi, le Créateur de l’Eglise, sauve-nous !

 

4. Nous avons péché contre le Ciel et contre Toi,

et comme le prodigue nous Te supplions :

en Ton pardon, accueille-nous !

 

5. Ô Christ, ne nous laisse pas engloutir par les Enfers,

de Ta Chair et de Ton Sang souviens-Toi :

Ils ont nourri nos âmes et nos corps.

 

6. J’ai entendu Ta grâce dire aux païens :

frappez et l’on vous ouvrira !

Comme la pécheresse et le publicain,

vers Toi je supplie !

 

7. Nous nous prosternons devant Ta Croix glorieuse,

nous implorons, Ô Christ, le pardon de nos péchés ;

Tu as tout rempli de joie, Ô notre Sauveur,

en sauvant le monde.

 

8. Gloire au Père Tout-Puissant,

Gloire à Son Fils Jésus-Christ le Sauveur,

Gloire à l’Esprit, le Consolateur !

 

Note : auteur : A. Gouzes, compositeur : D. Bourgeois et J.-P. Revel (répons de Carême - Vêpres de semaine). Année 1983, éditeur : Syvanès, cote Secli : SYLK834 (ancienne cote : GX834).

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:45

 

 

 

"Ô Dieu Saint, Ô Dieu Fort, Ô Dieu Immortel"

 

Refrain

Ô Dieu Saint,

Ô Dieu Fort,

Ô Dieu Immortel,

aie pitié de nous !

1. Ô Toi le longanime qui fais sans fin miséricorde,

fais-nous grâce en Ton Amour ;

en Ta tendresse guéris-nous !

2. Nous n’avons porté ni le poids du jour,

ni la brûlure du soleil :

à la onzième heure, nous venons à Toi :

sauve-nous, prends pitié de nous !

3. Qui nous rendra la beauté du premier jour,

où Tu nous façonnas à Ton image ?

Toi, le Créateur de l’Eglise, sauve-nous !

4. Nous avons péché contre le Ciel et contre Toi,

et comme le prodigue nous Te supplions :

en Ton pardon, accueille-nous !

5. Ô Christ, ne nous laisse pas engloutir par les Enfers,

de Ta Chair et de Ton Sang souviens-Toi :

Ils ont nourri nos âmes et nos corps.

6. J’ai entendu Ta grâce dire aux païens :

frappez et l’on vous ouvrira !

Comme la pécheresse et le publicain,

vers Toi je supplie !

7. Nous nous prosternons devant Ta Croix glorieuse,

nous implorons, Ô Christ, le pardon de nos péchés ;

Tu as tout rempli de joie, Ô notre Sauveur,

en sauvant le monde.

8. Gloire au Père Tout-Puissant,

Gloire à Son Fils Jésus-Christ le Sauveur,

Gloire à l’Esprit, le Consolateur !

 

Note : auteur : A. Gouzes, compositeur : D. Bourgeois et J.-P. Revel (répons de Carême - Vêpres de semaine). Année 1983, éditeur : Syvanès, cote Secli : SYLK834 (ancienne cote : GX834).

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:45

 

 

 

"Ô Dieu Saint, Ô Dieu Fort, Ô Dieu Immortel"

 

Refrain

Ô Dieu Saint,

Ô Dieu Fort,

Ô Dieu Immortel,

aie pitié de nous !

1. Ô Toi le longanime qui fais sans fin miséricorde,

fais-nous grâce en Ton Amour ;

en Ta tendresse guéris-nous !

2. Nous n’avons porté ni le poids du jour,

ni la brûlure du soleil :

à la onzième heure, nous venons à Toi :

sauve-nous, prends pitié de nous !

3. Qui nous rendra la beauté du premier jour,

où Tu nous façonnas à Ton image ?

Toi, le Créateur de l’Eglise, sauve-nous !

4. Nous avons péché contre le Ciel et contre Toi,

et comme le prodigue nous Te supplions :

en Ton pardon, accueille-nous !

5. Ô Christ, ne nous laisse pas engloutir par les Enfers,

de Ta Chair et de Ton Sang souviens-Toi :

Ils ont nourri nos âmes et nos corps.

6. J’ai entendu Ta grâce dire aux païens :

frappez et l’on vous ouvrira !

Comme la pécheresse et le publicain,

vers Toi je supplie !

7. Nous nous prosternons devant Ta Croix glorieuse,

nous implorons, Ô Christ, le pardon de nos péchés ;

Tu as tout rempli de joie, Ô notre Sauveur,

en sauvant le monde.

8. Gloire au Père Tout-Puissant,

Gloire à Son Fils Jésus-Christ le Sauveur,

Gloire à l’Esprit, le Consolateur !

 

Note : auteur : A. Gouzes, compositeur : D. Bourgeois et J.-P. Revel (répons de Carême - Vêpres de semaine). Année 1983, éditeur : Syvanès, cote Secli : SYLK834 (ancienne cote : GX834).

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 08:46

 

 

Puget-Théniers, le 10 novembre 2014

 

 

Poème « Par la puissance de Saint-Michel »

 

Cessez angoisses mortelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez peines perpétuelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez larmes continuelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez réclusions éternelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez pathologies nouvelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez fausses hirondelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez cruelles coccinelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez immondes ritournelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez persécutions pestilentielles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez paroles pleines de fiel, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez pensées infidèles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez doutes démentiels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez tentations torrentielles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez paradis artificiels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez illusions et faux ciels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez calomnies criminelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez accusations irrationnelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez insensés sensationnels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez dépressions résiduelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez Gargantua et Pantagruel, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez encenseurs d’Azazel, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez Asmodées qui ensorcellent, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez mauvais sorts habituels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez châtiments occasionnels, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez plaies sempiternelles, par la puissance de Saint-Michel !

Cessez solitudes officielles, par la puissance de Saint-Michel !

 

Par le Saint Nom de Jésus, Notre Seigneur Immortel,

Le Grand Prêtre Éternel, le Rédempteur providentiel ;

Par le Cœur Immaculé de Marie et Sa Tendresse Maternelle,

Qui écrase la tête de satan et nous revêt d’une aube nouvelle,

Que tristesses et tourments disparaissent aux pieds de l’autel !

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Poèmes personnels
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 16:35

Ricardo Baliardo

"Manitas de Plata"

né le 7 août 1921 à Sète (Hérault)
mort le 5 novembre 2014 à Montpellier (Hérault)
 
 
 

 

 


Manitas de Plata - Sangre Flamenco

 

 

Prières à Sainte Sara

 

This div will be replaced

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Vidéos
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 21:26

 

 

 

 

 

 

Prières en occitan

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Musique
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 18:05

 

Biographies du Vatican de

Mgr de Laval et Marie de l'Incarnation

 

Saint François de Montmorency-Laval

premier Évêque de Québec

 

"François de Laval, issu d’une famille seigneuriale, naît le 30 avril 1623 à Montignysur-Avre, dans le diocèse de Chartres, en France.
Il étudie chez les Jésuites, au collège de La Flèche, où éclôt son intérêt pour les missions du Canada. Il poursuit ses études au collège de Clermont à Paris. Au décès de son père et de ses deux frères aînés, il assume la gestion du patrimoine familial dont il devenait l’héritier. Il est ordonné prêtre en 1647. Il poursuit son perfectionnement spirituel, prend soin des malades et veille à l’instruction des enfants délaissés. Nommé archidiacre du diocèse d’Évreux, il visite plus de 150 paroisses qu’il réforme dans l’esprit du concile de Trente. En 1653, après l’échec d’un projet missionnaire au Tonkin (Viet-Nam), renonçant à la pension à laquelle il avait droit, il démissionne de l’archidiaconat d’Évreux et cède à son frère son patrimoine et ses droits d’aînesse.
À Caen, il vit à l’Ermitage de Jean de Bernières, un des grands mystiques de son temps. Joignant à la prière les oeuvres de charité, il s’occupe aussi de la réforme d’un monastère et des affaires d’une communauté d’hospitalières.
Le 3 juin 1658, François de Laval est nommé vicaire apostolique au Canada, contre les prétentions de l’archevêque de Rouen qui veut y exercer sa juridiction. Il est sacré évêque secrètement à Paris le 8 décembre et arrive à Québec le 16 juin 1659. Prenant en charge la colonie qui ne compte que 5 paroisses et moins de 2 500 personnes, il doit imposer son autorité contre l’archevêque de Rouen qui favorisait le supérieur des sulpiciens de Montréal, et aussi contre les tendances gallicanes d’une partie de la colonie. Il a des ennuis avec les gouverneurs : querelle de préséance, mais surtout, opposition au trafic de l’eau-de-vie avec les Amérindiens, source de revenus pour la colonie mais cause de meurtres, viols et autres actes de violence.
En 1663, Mgr de Laval fonde le Séminaire de Québec destiné à être le coeur de l’Église du Canada: lieu de formation des prêtres, centre d’affiliation pour les ecclésiastiques, chapitre diocésain, lieu de réserve d’où l’èvêque pourrait « tirer des sujets pieux [...] pour les envoyer [...] dans les paroisses, [...] afin d’y faire les fonctions curiales », centre de distribution des dîmes. En 1668, il fonde un petit séminaire et, plus tard, une école d’arts et métiers. Nommé évêque de Québec par Louis XIV en 1663, Mgr de Laval sera confirmé par Rome dans cette fonction en 1674.
Mgr de Laval consacre des sommes élevées pour aider les pauvres et instruire les enfants. Il administre la confirmation aux colons et aux Amérindiens et encourage les associations de piété. En 1681, il entreprend sa dernière visite pastorale et remet sa démission en 1684.
En 25 ans, le nombre de paroisses passe de 5 à 35, celui des prêtres de 25 à 102, celui des religieuses de 32 à 97 ; 13 prêtres et 50 religieuses sont nés au pays. De retour à Québec en 1688, Mgr de Laval se retire au Séminaire. Il se consacre à la prière et au soin des pauvres.
Malgré la maladie, il remplace son successeur durant ses absences et meurt dans l’exercice de ces fonctions le 6 mai 1708. Il est proclamé bienheureux par Jean-Paul II le 22 juin 1980 et canonisé par décret du pape François le 3 avril 2014."
 
 
 
Prière à Mgr de Laval

 

Dieu, notre Père,

Béni sois-Tu pour François de Laval,

premier pasteur de l’Église

en Amérique du Nord ;

qu’il nous guide vers Ton Royaume !

 

Témoin de la Bonne Nouvelle de Ton Fils

en parcourant les espaces de ce continent,

qu’il nous aide à marcher ensemble avec audace

à la suite du Christ, notre Seigneur.

 

Homme de prière et d’attention à Ton Mystère,

qu’il nous apprenne à recevoir et à méditer Ta Parole

dans la fidélité à Ton Esprit.

 

Apôtre de l’unité et de la paix,

qu’il nous inspire les gestes du pardon mutuel,

dans le respect des personnes.

 

Attentif au bonheur de chaque famille,

qu’il nous fasse découvrir dans Ton Alliance

la source et le sommet de nos amours.

 

Dieu notre Père,

Béni sois-Tu pour François de Laval !

Gloire à Toi pour les siècles des siècles !

Amen !

 

"Messe d'action de grâce célébrée par le Pape François, après la canonisation "équipollente" (sans miracle et sans célébration formelle) de deux missionnaires français au Québec au 17e siècle, Marie Guyart (en religion Soeur Marie de l'Incarnation), et Mgr François de Montmorency-Laval, ainsi que d'un 3e missionnaire, le jésuite espagnol José de Anchieta." (diffusée le 12 octobre 2014, durée : 90 mn. Source : Ktotv.com).

 

 
 
"Marie Guyart naît à Tours, en France, le 28 octobre 1599. À sept ans, elle répond « oui » au Seigneur qui, dans un songe, lui demande d’être à lui. À 17 ans, malgré son attrait pour le cloître, elle épouse Claude Martin, maître ouvrier en soie, pour respecter
la volonté de ses parents. Veuve à 19 ans, avec un fils de six mois, elle liquide le commerce de son mari voué à la faillite. Dépouillée, elle retourne chez son père et voit à l’éducation de son fils Claude.
À compter de cette époque, elle est favorisée de grâces mystiques qui intensifient son union avec Dieu à qui elle parle « avec une grande privauté ». Elle mène une profonde vie contemplative tout en déployant ses talents pour l’administration. En 1621, son beaufrère
lui confie la direction de son entreprise de transport. Elle passe ses jours dans l’écurie qui sert de magasin et d’abri pour les débardeurs. On la trouve encore debout à minuit, sur les quais, à faire charger et décharger les marchandises.
Poursuivie par son appel à la vie religieuse, elle confie à sa soeur la charge et l’éducation de son fils de 12 ans et entre au monastère des Ursulines de Tours en 163l. Elle y prend le nom de Marie de l’Incarnation.
En 1639, elle répond à l’appel de Dieu de venir au Canada pour « y faire une maison à Jésus et à Marie » et s’embarque à Dieppe le 4 mai, avec deux autres Ursulines et trois Hospitalières. Les accompagne Madeleine Chauvigny de la Peltrie qui a choisi de mettre sa fortune au service d’une fondation en Nouvelle-France. Arrivée à Québec, Marie de l’Incarnation écrit : « La première chose que nous fîmes fut de baiser cette terre en laquelle nous étions venues pour y consommer nos vies pour le service de Dieu et de nos pauvres sauvages ». Elle ne retournera jamais en France.
Elle bâtit et rebâtit un petit monastère pour loger la communauté ainsi que les Indiennes et Françaises que les Ursulines reçoivent et éduquent ensemble. Elle accueille et nourrit les Hurons et les Algonquins qui frappent à sa porte, les instruit et les encourage à partager la Bonne Nouvelle avec leurs tribus. Sa porte est ouverte aux gouverneurs, aux notables, aux habitants du pays comme aux coureurs de bois, aux Français comme aux Indiens. Tous y trouvent conseil, soutien et, au besoin, nourriture et refuge.
Elle rédige les Constitutions et Règlements des Ursulines de Québec (1647), puis entreprend d’écrire des dictionnaires et grammaires, des catéchismes et prières dans les principales langues indigènes.
À la demande de son fils et à son intention, elle rédige une relation autobiographique de « ses états d’oraison et de grâce », qui la placent parmi les grands maîtres de vie spirituelle. On a aussi conservé d’elle un recueil des enseignements aux novices de Tours. La qualité mystique de ses écrits a amené Bossuet à la surnommer « la Thérèse de la Nouvelle France ».
Au coeur de ces activités, elle entretient avec ses parents, amis et bienfaiteurs de France une correspondance d’intérêt historique et spirituel dont près de 300 lettres ont été retrouvées et conservées.
Marie de l’Incarnation meurt à Québec le 30 avril 1672. Elle est déclarée bienheureuse par le pape Jean Paul II le 22 juin 1980 et sainte par le pape François le 3 avril 2014."
 
 
 
 
Source des photos : sainte-rita.net
 
 

Partager cet article

Published by Patrick ROBLES le Franc-Comtois - dans Pieux Québec
commenter cet article