Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 17:13

Leconte-de-Lisle--parousie.over-blog.fr.jpg

Charles Marie René Leconte de Lisle

né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul

("Île Bourbon", la Réunion)

mort le 17 juillet 1894 à Voisins

(Louveciennes, Yvelines)

 

 


 

 

"LA RÉSURRECTION"

 

« Jésus monte au Ciel.

Il est ressuscité ! Dans un flot de lumière

Du sépulcre en éclats il fait voler la pierre,

Il s’élève, il s’élance, il est ressuscité !

Hosanna dans l’espace et dans l’éternité !

Un jour éblouissant succède à la nuit noire ;

Il monte, enveloppé d’un tourbillon de gloire,

Et sa face revêt, au sortir du sommeil,

O neige, la blancheur, et ta flamme, ô soleil !

Il est ressuscité ! Dans son divin suaire

Le Saint des Saints retourne au triple Sanctuaire ;

Mais il lègue le pain et l’eau vive, son sang

Et sa chair, et sa Croix à l’homme renaissant,

Cent miracles sacrés, son amour, sa justice,

Et le dernier pardon du haut de son supplice !

Et tout est accompli : le monde est racheté !

Hosanna dans l’espace et dans l’éternité !

 

O Justes, qui dormiez, attendant sa venue,

Le jour libérateur éclate à votre vue !

De vos tombeaux glacés, patriarches anciens,

Levez-vous ! Le Seigneur a brisé vos liens !

Accourez ! saluez d’ineffables cantiques

Celui dont on parlait aux siècles prophétiques,

Le Dieu par Isaïe aux peuples annoncé :

Un rejeton naîtra de ta tige, ô Jessé !

Dans la crèche rustique, humble et nu dans ses langes,

Adoré des trois Rois, des Bergers et des Anges,

Comme il était écrit, le Verbe s’est fait chair !

Il est né d’une Vierge, il a vécu, souffert,

Il est mort sur la croix, descendu dans l’abîme,

Et voici que, trois jours passés, d’un vol sublime,

Il surgit de la tombe, il est ressuscité !

Hosanna dans l’espace et dans l’éternité !

 

Par delà les sept cieux où palpitent vos ailes,

Exhalez l’hosanna des fêtes éternelles,

O Dominations, ô Vertus, ô Splendeurs,

Trônes, Princes, Gardiens et mystiques Ardeurs,

Et vous, ô Séraphins, et vous, pures Essences,

Vous, brûlants Chérubins, Louanges et Puissances,

Echelle de Jacob, vivants degrés de feu

Qui, de la terre au ciel et de l’homme à son Dieu,

Dans la beauté, l’amour et la force sereine,

Formez de l’univers l’harmonie et la chaîne !

Et vous, ô fils aînés de Celui qui fit tout,

Qui, plus près de sa face, éclatants et debout,

Ecoutez les premiers ses paroles fécondes,

Archanges immortels qui veillez sur les mondes,

Allumez le Calvaire aux foudres du Sina !

Chantez le Saint des Saints, Archanges ! Hosanna !

Gloire au Verbe incréé ! Par un divin mystère

Il a racheté l’homme, il a sauvé la terre,

Il a vaincu la mort, il est ressuscité !

Hosanna dans l’espace et dans l’éternité ! »


Source : Leconte de Lisle, "La Passion", "Derniers Poèmes", Alphonse Lemerre, éditeur, 1895 (pages 163 à 210).

 

 

LA PASSION DU CHRIST, poème de Leconte de Lisle

 


Liste des poèmes de Leconte de Lisle


French poet Leconte de Lisle


Rayons-celestes--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"La Recherche de Dieu" (Poèmes divers)


 

IHS--Jesus-Sauveur-des-hommes--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Les Ascètes" (Poèmes divers)


 

"La Mort du Moine" (Derniers Poèmes)

 


"Le Nazaréen" (Poèmes barbares)


Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 20:02

Croix de feu, parousie.over-blog.fr

 

Chapelet de libération

sur un chapelet traditionnel


Commencer par le "Je crois en Dieu"

(Credo)


À la place du "Notre Père", sur les gros grains, dire :


"Si Jésus me libère, je serai vraiment libre"

(référence à Jean 8 : 36)

 

À la place du "Je Vous salue Marie", sur les petits grains, dire :


"Jésus, aie pitié de moi !

Jésus, guéris-moi !

Jésus, sauve-moi !

Jésus, libère-moi !"


Terminer par le "Salut, Ô Reine"

(Salve Regina)

 

 

Note : Si vous priez pour une ou plusieurs personnes, remplacez "moi" par le(s) nom(s) de votre intention de prière.

 

N.B. : J'ai moi-même ressenti des bienfaits immédiats lors de la récitation de ce chapelet, dès la 1ère fois.

Patrick, l'auteur du site.

 

 

Jean 8 : 36 :

 

"Si le Fils vous libère, vous serez alors vraiment libres." (La Bible en français courant).

 

"Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres." (La Nouvelle Bible Segond).

 

"Dès lors, si c'est le Fils qui vous affranchit, vous serez réellement des hommes libres." (Bible T.O.B., Traduction Œcuménique de la Bible).

 

"Si donc c'est le Fils qui vous donne la liberté, alors vous serez vraiment des hommes libres." (La Bible du Semeur).

 

"Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres." (La Bible de Jérusalem).


Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Prières
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 22:45

grotte de sainte Marie-Madeleine,la Sainte Baume,Saint-Maximin,Croix,Crucifix,church,eglise,basilique,dominicains,Var,France,Cross

 

 

 

Laudes Divinae

 

Benedictus Deus.

Benedictum Nomen Sanctum eius.

Benedictus Iesus Christus, verus Deus et verus homo.

Benedictum Nomen Iesu.

Benedictum Cor eius sacratissimum.

Benedictus Sanguis eius pretiosissimus.

Benedictus Iesus in sanctissimo altaris Sacramento.

Benedictus Sanctus Spiritus, Paraclitus.

Benedicta excelsa Mater Dei, Maria sanctissima.

Benedicta sancta eius et immaculata Conceptio.

Benedicta eius gloriosa Assumptio.

Benedictum nomen Mariae, Virginis et Matris.

Benedictus sanctus Ioseph, eius castissimus Sponsus.

Benedictus Deus in Angelis suis, et in Sanctis suis.

Amen.

 

 

Benedicite Dominum


 

Immaculata Mater Dei

 

 

Ermitage-de-la-Sainte-Baume--Lirac--Gard---Languedoc-Roussi.jpg

Ermitage de la Sainte-Baume à Lirac

Gard, Languedoc-Roussillon, France

 

 

 

Louanges Divines

en réparation des blasphèmes

 

Dieu soit Béni.

Béni soit Son Saint Nom.

Béni soit Jésus-Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme.

Béni soit le Nom de Jésus.

Béni soit Son Sacré-Cœur.

Béni soit Son Précieux Sang.

Béni soit Jésus au Très Saint-Sacrement de l’Autel.

Béni soit l'Esprit Saint consolateur.

Bénie soit l’Auguste Mère de Dieu, la Très Sainte Vierge Marie.

Bénie soit Sa Sainte et Immaculée Conception.

Bénie soit Sa Glorieuse Assomption.

Béni soit le Nom de Marie, Vierge et Mère.

Béni soit Saint-Joseph, Son très chaste époux.

Béni soit Dieu dans Ses Anges et dans Ses Saints.

Amen.

 

Ces louanges auraient été composées par Louis (Luigi) Felici en 1797.

 

 

usa.gif


 

 

 

The-Holy-Trinity.jpg


Divine Praises

 

Blessed be God.

Blessed be His Holy Name.

Blessed be Jesus Christ, true God and true man.

Blessed be the name of Jesus.

Blessed be His Most Sacred Heart.

Blessed be His Most Precious Blood.

Blessed be Jesus in the Most Holy Sacrament of the Altar.

Blessed be the Holy Spirit the Paraclete.

Blessed be the great Mother of God, Mary Most Holy.

Blessed be her holy and Immaculate Conception.

Blessed be her glorious Assumption.

Blessed be the name of Mary, Virgin and Mother.

Blessed be St. Joseph, her most chaste spouse.

Blessed be God in His Angels and in His Saints.

Amen.

 

The Divine Praises are a series of acclamations praising God, Jesus Christ, the Holy Spirit, the Blessed Mother, St. Joseph and all the angels and saints. It was written originally in Italian in 1797 by Luigi Felici, S.J. to make reparations against blasphemy and profanity. Since then it has been added to by recent Popes giving us this present form. The Divine Praises are often used at Benediction of the Blessed Sacrament.


Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Prières
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 20:54

Saint-Herve.gif

Saint-Hervé

né ~ 521

† ~ 556 ou 568

 

 

 

 

Cantique du Paradis de Saint-Hervé

 

Jésus, qui vis aux Cieux

et règnes près de Dieu,

j'attends Ton Paradis

car Tu me l'as promis.

J'irai vers Ta clarté,

Ô Christ Ressuscité ;

je crois que Ton regard

ne peut me décevoir.

Plus d'ombre, plus de pleurs,

ni larmes, ni douleurs,

Jésus, car près de Toi,

tout n'est que paix, que joie !

Qu'à l'heure de ma mort,

Ta voix me dise encore :

ami, dès aujourd'hui,

viens dans Mon Paradis.

 

 

 

Autre version

extrait attribué à Saint-Hervé

 

Jésus, comme il est grand

le plaisir de l’âme

quand elle est dans la Grâce de Dieu

et dans Son Amour.

 

Je trouve court le temps

et les souffrances misérables

en pensant, jour et nuit,

à la Gloire du Paradis.

 

Quand je regarde aux Cieux

vers mon vrai pays,

j’aimerais y voler

comme une colombe blanche.

 

J’attends avec joie

l’heure dernière,

j’ai hâte de voir Jésus,

mon vrai Époux.

 

Aussitôt que seront

brisées mes chaînes,

je m’élèverai dans l’air

comme une alouette.

 

Je passerai la lune

pour monter à la gloire ;

au-delà du soleil, des étoiles,

je serai porté.

 

Quand je serai loin de la terre,

vallée pleine de peines,

alors je jetterai un regard

  à mon pays, la Bretagne.

 

Je lui dirai

"Adieu, mon pays,

adieu, monde douloureux,

avec tes biens trompeurs.

 

Adieu à jamais,

pauvreté et angoisse,

adieu péchés,

afflictions et maladies."

 

Après l’instant de la mort,

avec joie, je chanterai :

"ma chaîne est brisée,

je suis libre à jamais."

 

Les portes du Paradis,

ouvertes pour m’attendre ;

les Saints et les Saintes,

venus m’accueillir.

 

Je pourrai, pour de bon,

voir Dieu le Père,

avec Son Fils Éternel

et l’Esprit-Saint.

 

Qu’il sera beau d’entendre

Jésus disant :

"Viens, mon bon serviteur,

rencontrer Dieu ton Père."

 

Là, il sera beau de contempler

la Vierge Bénie,

avec douze étoiles

formant Sa Couronne.

 

Je verrai en plus,

avec chacun, une harpe,

Anges et Archanges,

tous louant Dieu.

 

Les heureux Apôtres,

avec les disciples de Jésus,

et tous les Martyrs,

Honneur des chrétiens.

 

Acathiste à Saint-Hervé, le Barde du Christ

 

Saint-Hervé est aussi connu sous les noms suivants : Hwarno, Houarno, Houarneau, Houarnaou, Houarné, Hoarnec, Harvey, Herveus, Hervues, Houarniaule, Huva...

 

Cantiques bretons

 

 

Partition

 

 

Saint-Herve.jpg

 

 

Cantiques bretons audio

 

 

Breizh.--parousie.over-blog.fr.gif

 

Herve, Brezhoneg

 


Saint-Herve--2-.jpg

 

 

Kantig - Ar Baradoz

 

 

1

Berr 'kavan an amzer,

Hag ar poanioù, dister,

O soñjal deiz ha noz

E gloar ar Baradoz.

 

2

Pa sellan en Neñvoù,

Etrezek ma gwir vro,

Nijal di a garfen

Evel eur goulmig wenn.

 

3

Gant joa e c'hortozan

An tremen diweza(ñ)

Hast am eus da welet

Jezuz ma gwir bried.

 

4

Kerkent ha ma vezo

Torret ma chadenno(ù),

Me a savo en aer

Evel eun alc'houeder.

 

5

Tremen a rin al loar

Evit monet d'ar c'hloar,

Dreist an heol, ar stered.

Me a vezo douget.

 

6

Pa vin '-us d'an douar,

Traonienn leun a c'hlac'har,

Neuze me ray eur sell

Ouz ma Bro Breiz-Izel.

 

7

D'ezi me lavaro :

Kenavo d'it, ma bro ;

Nag a zaeroù skuilhet

Ennout, bro vinniget !

 

8

Kenavo, da viken,

Paourentez hag anken,

Kenavo, pec'hejoù,

Trubuilh ha kleñvejoù.

 

9

Pelloc'h ne zoujin ket

Ardoù an drouk-spered

Netra ken n'am sponto

Goude taol ar maro.

 

10

Goude taol ar maro,

Joaüs me a gano :

Torret eo ma chadenn,

Dizalc'h oun da viken.

 

11

A bep tu pa sellin,

Kement tra a welin

A ray d'am daoulagad

Ha d'am c'halon mil vad.

 

12

Dorioù ar Baradoz

Digor ouz ma gortoz;

Ar sent, ar sentezed

War o zroñ azezet.

 

13

Me ’vo degemeret

E palez an Drinded

E-kreiz an enorioù

Hag ar meuleudioù.

 

14

Me 'c'hallo, evit mat,

Gwelout Doue an Tad,

Gant e Vab eternel,

Hag ar Spered-Santel.

 

15

Me a welo Jezuz,

Gant eur c'hoarz dudius,

O lakaat war ma fenn,

Eur gaer a gurunenn.

 

16

Pegen brao vo klevout

Jezuz o lavarout :

« Deut, ma servijer mat,

Da gaout Doue ho Tad.

 

17

Eus bered an iliz,

Ho korf, bev war e giz,

Amañ, hep pell dale,

A vo douget ive(z).

 

18

C'houi zo em Baradoz

Evel bokedoù roz,

A zivleugn d'ar mare,

Hag a vleugn adarre.

 

19

Gwenn evel al lili,

Gwennoc'h n'eus ket hini,

Setu c'houi em falez,

Eürus gant an aelez.

 

20

Evit poanioù dister,

Evit ankenioù berr,

Me a vo paeet-mat

Gant Doue ma gwir Dad.

 

21

Eno e vo gwelet

Ar Werc'hez vinniget,

Gant daouzek (1) steredenn

A ra he c'hurunenn.

 

22

Gwelout a rin ivez

An aelez, arc'haelez,

Ma tregern an Neñvoù,

Gant o meuleudioù.

 

23

Hag eno unanet,

An holl batriarked,

Ganto ar brofeted,

Holl, o fenn kurunet.

 

24

An ebestel eürus,

Gant diskibien Jezuz,

Hag an holl verzerien,

Enor ar gristenien.

 

25

Tud salvet, a bep bro,

A welin c'hoaz eno

'kichen ma zadoù koz

Pell'zo ouz ma gortoz.

 

26

Gwerc'hezed a bep oad.

Sentezed a bep stad,

Gwragez, intañvezed

Er bed-mañ disprizet.

 

27

Bugale diniver

Tro-war-dro d'o Salver,

Gant sae o badeziant,

O nijal skañv ha drant.

 

28

Eürusted hep he far

A-vremañ me ho kar

Hag ennoc'h pa soñjan

Dinec'h en em gavan.

 

29

Em holl boanioù kalet

A gorf hag a spered,

Soñjal 'rin deiz ha noz,

E gloar ar Baradoz.

 

 

 

"O Sant Houarnaou, sant beniget ;

A zoh en droug hag er hlenued

Goarantet ni hag hun ronset."

 

 

Ô Saint-Hervé, Saint béni ;

du mal et de la maladie,

protége-nous et nos chevaux

 

 

Saint-Hervé, protecteur des chevaux

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Prières
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 22:36

St-Vladimir-2.jpgVladimir Ier « le Grand »

ou « Soleil Rouge »

Володимир-Василій I Святославич

Влади́мир I Святосла́вич

958-1015

 

 

Croix-Orthodoxe--2-.gif

 

 

Panégyrique de Saint-Vladimir de Kiev,

"Égal-aux-Apôtres"

 

« Les pays romains louent Pierre et Paul par qui ils ont cru en Jésus-Christ fils de Dieu. L’Asie, Éphèse et Pathmos louent Jean le Théologien ; l’Inde loue Thomas, l’Égypte, Marc : tous les pays, toutes les villes, tous les peuples louent et glorifient quelque maître qui leur a enseigné la foi orthodoxe. Louons, nous aussi, suivant nos forces, de nos humbles louanges, notre maître et instituteur qui a fait des choses grandes et merveilleuses, le grand Khan (1) de notre pays, Vladimir, petit-fils du vieil Igor, fils du célèbre Sviatoslav, qui pendant son règne est devenu célèbre par sa vaillance et son courage dans beaucoup de pays, dont les victoires et la force sont mentionnées et célébrées encore aujourd’hui. Or, ce n’est pas dans une contrée misérable et inconnue qu’il a régné, mais dans la terre russe qui est fameuse et renommée jusqu’à toutes les extrémités de la terre.

 

Eglise-de-Vladimir-Egal-aux-Apotres-a-Moscou-------.jpgÉglise de Vladimir Égal-aux-Apôtres à Moscou,

Храм Святого равноапостольного

князя Владимира в Старых Садеx

 

 

… Elle rend bon témoignage de ta piété, ô bienheureux prince, cette sainte Église de la sainte Mère de Dieu, Marie, que tu as construite sur la base de l’orthodoxie, où ton corps vaillant repose aujourd’hui attendant les trompettes de l’archange.

Il rend bon et fidèle témoignage ton fils Georges (2), que le Seigneur a fait l’héritier de ton pouvoir ; il n’a pas détruit les institutions, mais il les a confirmées ; il ne les a point diminuées, mais il les a augmentées ; il ne les a point gâtées, mais complétées ; il a achevé ce que tu avais laissé inachevé, comme Salomon a achevé l’œuvre de David : il a construit une grande et sainte maison du Seigneur en l’honneur de la Sagesse divine (3) pour sanctifier ta ville ; il a embelli cette maison de tous les ornements d’or, d’argent, de pierres précieuses, de vases sacrés ; cette église est merveilleuse et célèbre dans tous les pays d’alentour, on n’en trouve aucune semblable dans tout le nord ; de l’Orient à l’Occident ; il a décoré ta ville de Kiev de magnificence comme d’une couronne ; il a confié ton peuple et ta ville à la sainte, à la glorieuse Vierge, toujours prête à secourir les chrétiens ; il lui a élevé une église sur la porte de la ville en l’honneur de l’Annonciation afin que le salut de l’Archange à la Vierge soit aussi sur cette ville. L’Archange a dit : « Je te salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. » Il a dit à la ville : « Cité fidèle, le Seigneur est avec toi. »

Lève-toi de ta tombe, ô tête glorieuse, secoue ton sommeil. Tu n’est pas mort, mais endormi jusqu’au jour de la commune résurrection. Lève-toi : tu n’es pas mort car tu ne peux pas mourir, ayant cru en Dieu qui est la vie de l’Univers. Secoue ton sommeil, afin de voir de quel honneur le Seigneur t’a comblé, comme il a légué ton souvenir à tes fils. Lève-toi ! Vois ton fils Georges, vois le fruit de tes entrailles, ton bien-aimé, vois-le embellir le trône de ton pays, réjouis-toi, exulte. Vois ta pieuse belle-fille Irène, vois tes fils et tes petits-fils comme ils vivent, comme ils sont protégés par le Seigneur, comme ils suivent pieusement la tradition, comme ils participent aux sacrements de la sainte Église, comme ils célèbrent le Christ, comme ils honorent son nom. Vois ta ville grande et splendide, vois tes églises florissantes, vois le christianisme se développer, vois ta ville illuminée par les nuages des saints, rayonnante, embaumée par l’encens, retentissante des louanges et des chants sacrés. Et après avoir vu tout cela, réjouis-toi et bénis le Dieu bon auteur de tous ces biens. »

 

St-Vladimir.jpg

 

« (1) L’auteur songeant aux peuples mongols voisins de la Russie (Petchénègues, Polovtses et autres), donne au prince russe le titre de Khan. Ils portaient en réalité celui de Kniaz (prince). (N.d.t.)

 

(2) Nom chrétien du prince Iaroslav, fils de Vladimir et de Rognieda. Il régna à Kiev de 1024 à 1054. Une des filles de Iaroslav épousa le roi de France Henri 1er. (N.d.t.)

 

(3) L’église de Sainte-Sophie, à Kiev. (N.d.t.) »

 

« Panégyrique de saint Vladimir (Péroraison). – Dernière partie du Sermon* sur l’Ancien et le Nouveau Testament, ce discours fut prononcé devant la tombe de Vladimir et de son épouse Anne, en présence du prince Iaroslav de Kiev, de sa famille et de toute sa cour. C’est le plus bel exemple de l’éloquence ecclésiastique du XIe siècle, fortement imprégnée de rhétorique byzantine. »

 

* « Sermon sur la loi et la grâce », par Hilarion.

 

Source : « La littérature russe : notice et extraits des principaux auteurs depuis les origines jusqu’à nos jours, par Louis Léger. – Paris ; A. Colin, 1892. – (Pages 2-4). »

 

 

Saint-Vladimir-3.jpg

 

 

 

usa.gif

 

 

Croix-Orthodoxe.gif

 

 

Prayers to St. Vladimir,

the Equal-to-the-Apostles

 

 

Apolytikion of St. Vladimir in the Fourth Tone

Thou wast like a merchant who seeketh a goodly pearl, O glorious Sovereign Vladimir, sitting on the height of the throne of the mother of cities, God-protected Kiev. Searching and sending to the imperial city to know the Orthodox Faith, thou didst find Christ, the priceless Pearl, Who chose thee as a second Paul, and Who did shake off thy spiritual and bodily blindness in the holy font. Wherefore, we who are thy people celebrate thy falling asleep. Pray that thy land of Russia be saved, and that Orthodox people be granted peace and great mercy.

 

Kontakion in the Plagal of the Fourth Tone

Like the great Apostle Paul, O most glorious Vladimir, in thy maturity thou didst forsake all zeal for idols and a childish sophism, and as a full-grown man thou wast adorned with the royal purple of divine Baptism. And now as thou standest in joy in the presence of Christ our Saviour, pray that thy land of Russia be saved, and that Orthodox people be granted peace and great mercy.

 

Through the prayers of our Holy Fathers, Lord Jesus Christ our God, have mercy on us and save us! Amen!

 

Pan-Orthodox-Hierarchical-Divine-Liturgy-at-the-Hill-of-St-jpgCommemoration of the 1020th anniversary

of the baptism of Russia,

Hill of St. Vladimir, Kiev

 

 

Saint-Vladimir-4.jpg

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Saints slaves
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 20:12

chantfromavignon.com.jpg

 

 

 

Sous le Patronage très spécial de Saint-Joseph, des Bénédictines de l'Abbaye Notre-Dame de l'Annonciation du Barroux, dans le Vaucluse, ont gagné un concours international parmi 70 couvents dans le monde.

Elles ont signé un contrat avec Decca (groupe Universal) pour enregistrer l'album de chants Grégoriens "Voices - Chant from Avignon", prévu pour novembre 2010.


 




"Au début, nous avions peur que cela puisse remettre en cause notre vie cloîtrée. Nous en avons parlé à Saint-Joseph dans nos prières et elles ont été exaucées. Nous avons pensé que cet album pourrait être une bonne chose s'il touche les gens dans leur vie et les aide à trouver la paix"

 

Révérende Mère Placide Devillers (communiqué Decca Records).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Soeurs Bénédictines du Barroux sur Facebook

 

 

-In-Paradisum---Les-Soeurs---album-CD-des-Benedictines-du.jpgAlbum distribué en France

 

 

 

Consécration de la chapelle de l'abbaye et de l'autel

le 12 mai 2005 par le Cardinal Jorge Arturo Medina Estévez,

Envoyé spécial du Pape Benoît XVI

 

 

 

Abbaye Notre-Dame de l'Annonciation (Sainte-Madeleine)

La Font de Pertus - 84330 LE BARROUX

Tél. : +33 (0)4 90 62 56 31

Fax : +33 (0)4 90 62 56 05

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parousie - dans Musique
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 06:25

20.12.08--160e-anniversaire-de-l-abolition-de-l-esclavage.jpg

 

 

"Resse pas dan’ fénoir viens dans la Lumière. Mette par côté çaq l’a pas bon et marche droite avec zot conscience droite. Soleil y lève, soleil y dort, la lune y lève, la lune y dort ; zot même la lumière y éteinde pas."

 

Traduction : "Ne restez pas dans les ténèbres ; venez à la lumière. Laissez de coté ce qui n’est pas bon et allez tout droit avec votre conscience droite. Le soleil se lève et puis il se couche ; la lune se lève et puis elle se couche ; mais vous êtes la lumière qui ne s’éteint pas."

 

Extrait de la Messe pour la béatification de Frère Scubilion, Homélie du Saint-Père Jean-Paul II lors de son voyage apostolique à Saint Denis (La Réunion) le mardi 2 mai 1989.

 

Bienheureux-Frere-Scubilion.jpg

Jean Bernard Rousseau

Frère Scubilion

né le 21 mars 1797 à Annay-la-Côte (Yonne)

mort le 13 avril 1867 à Sainte-Marie (la Réunion)

 

 

Flag-of-la-Reunion.png

 

 

Sainte-Marie--Frere-Scubilion--5-.jpg

 

 

Prière au Bienheureux Frère Scubilion

 

Seigneur,

 

Tu as fait du Frère Scubilion,

 

un éducateur plein d’esprit de foi et de zèle

 

pour évangéliser les pauvres,

 

conduire les esclaves à l’Espérance,

 

appeler les pécheurs à la réconciliation ;

 

accorde-nous de suivre son exemple,

 

pour qu’avec l’aide de la Vierge Marie,

 

nous puissions vivre de Ton Amour

 

dans la lumière de l’Eucharistie

 

et le rayonnement de la Croix glorieuse.

 

Par Jésus-Christ, Ton Fils,

 

notre Seigneur et notre Dieu,

 

qui règne avec Toi et le Saint-Esprit,

 

maintenant et pour les siècles des siècles.

 

Amen.

 

Avec l'aimable autorisation de Frère Vincent (des Frères des Écoles Chrétiennes), auteur de cette prière. Remerciements chaleureux à Frère Vincent et aux responsables du site du diocèse de la Réunion.

 

 

Sainte-Marie--Frere-Scubilion--3-.jpg

 

 

Homélie pour la fête du Bienheureux Frère Scubilion,

le dimanche 11 juin 2007, à Tharoiseau,

par Mgr François Tricard, curé-recteur de Vézelay.


Nous célébrons la fête du Corps et du Sang du Christ, la "Fête-Dieu" en ce lieu (l'église actuelle a été entièrement reconstruite au XIXe siècle) où Jean Bernard Rousseau a fait sa première communion, sans doute avec le vieux curé l'abbé Petitier de Chaumail (curé de Tharoiseau de 1754 à 1811). Il prit ensuite l'habitude de la communion fréquente sous l'influence de l'abbé Darcy qui n'était pas janséniste. Les jansénistes exigeaient une grande perfection pour communier. Dans l'Yonne, en Puisaye, on parle encore de ce prêtre qui avait écrit à son évêque : "grâce à Dieu, Mgr, il n'y aura eu aucune communion sacrilège cette année" parce qu'il n'avait donné la communion à personne.

Dans la mouvance de la Confrérie du Sacré-Coeur de Notre Seigneur Jésus Christ, le 25 octobre 1819 – il avait 22 ans – il fit une consécration au Sacré Coeur en son église paroissiale. Il s'était engagé à une heure d'adoration de 5h à 6h du matin chaque Jeudi-Saint. Il sera fidèle à cette heure, mais surtout à l'adoration de Jésus dans le Saint Sacrement jusqu'à sa mort – pendant 48 ans. Nous retiendrons de cette période de sa vie, en cette fête, une première orientation pour nous : que notre communion soit fréquente et qu'elle soit une affaire de coeur. Le Pape Benoît XVI aimait à redire ces derniers jours que la communion était pour tous, pour tout l'univers.

Notre frère Scubilion nous invite aussi à vivre de l'Eucharistie de désir. Il n'est pas toujours possible d'aller à la messe selon les circonstances de la vie. Lorsqu'il partit pour l'Île Bourbon, le voyage en bateau durait près de trois mois. Il n'y avait pas de prêtre pour célébrer sur le bateau. Le jour de la Fête-Dieu il voulut fêter le Seigneur à sa manière. Il entreprit de discuter avec le capitaine du bateau sur des sujets religieux. Il nous invite à notre tour à donner à notre vie eucharistique une dimension missionnaire.

A Saint-Leu, à la Possession, il eut souci de permettre aux esclaves, puis aux affranchis d'être catéchisés, baptisés et surtout de recevoir la communion. Il vivait la parole du psaume 21, 27 : "les pauvres mangeront et seront rassasiés". Toute sa vie il a fait le lien entre le service des pauvres et l'Eucharistie. Dans l'évangile de saint Jean (ch 13) là où les autres évangélistes et saint Paul que nous venons de lire (première lecture) font le récit de la Cène, nous trouvons le lavement des pieds des apôtres par Jésus. Le frère Scubilion a vécu dans la foi au Christ présent dans l'Eucharistie et dans les plus malheureux. Il nous demande de le suivre sur ce chemin.

Il avait le souci de la fidélité à la messe du dimanche : "Quiconque les dimanches la messe entendra, dans toutes ses activités Dieu le bénira".

Il proposait le salut du Saint Sacrement et lorsqu'il adorait – comme le Curé d'Ars - son visage était irradié.

"Qui regarde vers le Seigneur, resplendira, sera illuminé". Le frère faisait à pied et à jeun les 12 km qui séparent Sainte-Marie de Saint-Denis. C'est un exemple qu'il nous laisse à nous qui parfois voudrions la messe à notre porte.

(C'est une parenthèse, mais je pense à un homme vénéré tout près d'ici, à 20 km, Vauban. Il ne voulait pas que les ouvriers travaillent à ses fortifications le dimanche pour respecter le jour du Seigneur. Il avait le souci d'avoir des prêtres en nombre suffisant pour que les soldats puissent se confesser et communier.)

À Sainte-Marie, le frère Scubilion accompagnait le curé lorsqu'il allait porter le viatique. Lui-même reçu six ou sept fois la communion pendant les trente derniers jours de sa vie. S'il avait vécu aujourd'hui, il n'aurait pas hésité à porter la communion aux malades. Il nous inviterait à le faire.

Un de ses frères avait échangé avec le frère Scubilion son manteau. Ce frère, Charles Vourron, fut pris pendant la messe d'une grande dévotion pour Notre Seigneur dans l'Eucharistie. En cette fête, échangeons notre vêtement avec lui et demandons à notre bienheureux frère de nous revêtir de son amour pour le Christ dans l'Eucharistie. Amen.

 

 Diocèse de Sens-Auxerre


 

Sainte-Marie--Frere-Scubilion--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Sainte-Marie--Frere-Scubilion--4-.jpg

 

 

Sainte-Marie--Frere-Scubilion--2-.jpg

Repost 0
Published by Parousie - dans Réunion-Madagascar
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 21:04

 

 

 

 

"la maladie sans l'amour, c'est la mort...

La vie sans l'amour, c'est la mort."

 

 

 

La Maison du cancer

 

 

 

Bernard Giraudeau dans son livre "Cher amour" (prix Pierre Mac Orlan 2009), paru le 7 mai 2009, éditions Métailié.

 


Repost 0
Published by Parousie - dans Réflexions
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 20:45

Gif,Haine,Hate,Odio,Hass,parousie.over-blog.fr,feu,fire,feuer,fovo,fuego

 

 

 

Puget-Théniers, le 14 juillet 2010



Poème "la haine"


Laisse tomber ta haine, tu as vu où elle te mène ?

Chimère déchirée à cause d'une belle Chimène,

amours fracassées, tu veux être une légion romaine,

aubaines et problèmes, tu récoltes et tu sèmes,

joins les mains, mets les freins et constate qu'on t'aime,

les fidèles, les amis, la famille, ceux qui apaisent ta haine,

qui t'aident encore à traverser la rivière qui se déchaîne,

vers un gué providentiel qui éteint le feu de ta peine,

et qui te donne enfin l'envie de pardonner à ces hyènes,

et toi-même demander qu'on t'excuse d'être parfois une teigne ;

comprends bien que seul l'amour est une bonne graine,

qui donne de beaux fruits et construit un bonheur pérenne,

où tu deviens le roi de la joie, où tu tiens la main de ta reine,

sous le regard bienveillant du Seigneur qui pour toujours règne !

Amen !

 

 

 

Repost 0
Published by Parousie - dans Poèmes personnels
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 22:20

 

 


 

 

Acte de Consécration à Saint-Michel Archange

Prince des Milices Célestes


Ô grand Prince du Ciel, gardien très fidèle de l'Église, Saint-Michel Archange, moi, ......., quoique très indigne de paraître devant vous, confiant néanmoins dans votre spéciale bonté, touché de l'excellence de vos admirables prières et de la multitude de vos bienfaits, je me présente à vous, accompagné de mon Ange gardien ; et en présence de tous les Anges du Ciel que je prends à témoin de ma dévotion envers vous, je vous choisis aujourd'hui pour mon protecteur et mon avocat particulier, et je me propose fermement de vous honorer toujours et de vous faire honorer de tout mon pouvoir. Assistez-moi pendant toute ma vie, afin que jamais je n'offense les yeux très purs de Dieu, ni en oeuvres, ni en paroles, ni en pensées. Défendez-moi contre toutes les tentations du démon, spécialement pour la foi et la pureté, et, à l'heure de la mort, donnez la paix à mon âme et introduisez-la dans l'éternelle patrie. Ainsi soit-il.

 


Litaniae Sancti Michaelis - Litany of St. Michael


Litanies de Saint-Michel Archange avec Imprimatur


Prières à Saint-Michel Archange


Chapelet de Saint-Michel Archange


Neuvaine à Saint-Michel Archange

 

Repost 0
Published by Parousie - dans Saintes et Saints
commenter cet article