Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 10:31

Baron-Fernand-Georges-Dunot-de-Saint-Maclou-parousie.over-b.jpg

Baron et Docteur Fernand-Georges Dunot de Saint-Maclou

né en 1828 dans le Calvados

mort le le 10 septembre 1891 à Lourdes

 

 

Blason-Hospitalite-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Le Baron Dunot de Saint-Maclou

Fondateur du Bureau des Constatations Médicales de Lourdes

Cofondateur des Hospitaliers de Lourdes

 

"Le fondateur du Bureau Médical de Lourdes s’appelle Fernand-Georges Dunot de Saint-Maclou. Il est né dans le Calvados en 1828. Jeune médecin, il épousa Marie-Sidonie de Gombault-Razac (parente avec la famille de Saint-Exupéry), et le couple s’installa à Nice. Durant l’été 1877, l’état de santé de Marie-Sidonie, malade depuis plus d’un an, devint très préoccupant. À la demande insistante de son épouse, Fernand se rendit à Lourdes avec elle au début juillet. Le dimanche 26 août, Marie-Sidonie décédait là-bas, après avoir reçu les sacrements. Fernand revint à Nice avec la dépouille de sa femme. Toutefois, cet événement, bien que triste, ne l’a pas découragé, ni ébranlé sa foi ; il était venu à Lourdes avec son épouse surtout pour lui tenir compagnie et rester auprès d’elle.

De retour à Nice, il alla se recueillir un moment à la Sainte Baume et prier la Vierge Marie pour laquelle il avait une profonde dévotion et auprès de laquelle il trouva du réconfort. Un peu plus tard, il demandait à être admis dans la congrégation des Oblats de la Vierge Marie. Le 15 décembre 1877, quatre mois après le décès de sa chère épouse, il était accepté dans la communauté oblate de Saint Pons, à Nice, en tant qu’associé séculier.

Fernand continua toutefois à fréquenter Lourdes assidûment. Après l’arrêt des activités des docteurs Vergez et Moure, qui collaboraient temporairement avec les Missionnaires de la Grotte pour vérifier les guérisons, c’est lui qui, en 1883, présida à l’examen des cas de guérison et rédigea les textes. En 1884, il s’installait à demeure à Lourdes, initiant ainsi la série des médecins permanents du Bureau Médical. À la fin de 1884, il fit construire, non loin des piscines, un pavillon adapté pour recevoir les déclarations des malades – soulagés ou guéris – et faire constater leur état par des médecins spécialistes. En effet, à Lourdes, comme le dira Monseigneur Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes de 1997 à 2012 : « L’esprit critique est une composante de Lourdes, de la même façon que l’esprit de foi ».

Ainsi commença le Bureau Médical de Lourdes, une construction simple, près de la rive du Gave, peu éloignée de la grotte. Le malade qui se sentait guéri était invité à se présenter au Bureau Médical pour un contrôle, avant de pouvoir déclarer certain le miracle et de faire publier les témoignages de guérison. Cette vérification se faisait devant un véritable collège médical composé de professionnels qui, en général, accompagnaient les malades dans les pèlerinages. « Théoriquement, le Docteur Dunot de Saint-Maclou se montrait plus rigoureux dans l’examen des cas de guérisons qui lui étaient soumis et auquel il associait tous les médecins qui se présentaient, quelles que soient leurs convictions religieuses. Personnellement, il distinguait les "miracles" proprement dits, caractérisés essentiellement par leur instantanéité et leur caractère inexplicable, des "grâces" dont tel patient pouvait bénéficier à l’occasion de son pèlerinage, et dont l’ensemble et la fréquence constituaient, "dans l’atmosphère privilégiée de la Grotte", ce qu’il appelait le "miracle du nombre". Pratiquement, ses examens manifestaient une sévérité susceptible d’échapper à toute critique et excluait impitoyablement toute guérison des maladies nerveuses, comme en a témoigné le Docteur Boissarie qui, depuis le Pèlerinage National de 1886, est devenu l’un de ses principaux collaborateurs. » (1)

Les autorités ecclésiastiques, quant à elles, acceptaient ou non de considérer les guérisons comme de possibles cas de miracles, seulement après avoir entendu l’opinion des hommes de science.

Les guérisons de Lourdes devinrent ainsi l’occasion d’un dialogue constructif entre science et théologie, raison et foi. Fernand se mit au service de cette mission particulière : réconcilier ces deux mondes qui ne sont pas opposés, mais complémentaires.

Fernand tint une correspondance importante qui nous laisse entrevoir quelques-uns des traits de cet homme : affable, rigoureux, collégial dans sa manière de travailler (il aimait confier à ses collègues – croyants ou non – les documents ou les cas pour qu’ils puissent les examiner profondément et scrupuleusement). De cette façon, il attira une quarantaine de médecins qui se rendaient à Lourdes pour l’examen des consultations. Il présidera le Bureau jusqu’à sa mort, survenue subitement, le 10 septembre 1891.

 

L’hospitalité de Notre-Dame de Lourdes

En plus de son apport déterminant pour la fondation du Bureau Médical, Fernand a beaucoup contribué à l’organisation de l’Hospitalité de Lourdes. En effet, il s’était rendu compte de la nécessité d’organiser un service hospitalier qui ne se limite pas au Pèlerinage National et qui couvre toute la saison des pèlerinages, du 6 mai au 28 octobre (1883). Il fallait des hospitaliers qui se mettent au service de tous les pèlerinages, aidant les malades et particulièrement les pauvres. C’est ainsi qu’est né le Comité permanent de l’Hospitalité de Notre-Dame de Lourdes, dont il fut membre dès le début. On lui confia la charge d’écrire un règlement qui établirait de façon claire les rapports entre les membres du Pèlerinage National et ceux de l’Hospitalité de Lourdes. Le 28 août 1888, Fernand devint président de l’Hospitalité Notre-Dame de Lourdes dont il avait été un des membres fondateurs.

Cet ami des Oblats et du Père Lanteri aura donc beaucoup contribué à établir la crédibilité des miracles de Lourdes et à mettre sur pied un service capable d’accueillir le flot incessant des pèlerins qui ne s’est pas tari depuis."

 

(1) Cf. Dom Bernard, Billet : « Les faits de lourdes – Données historiques », Acta Med Cathol 2001 ; 70 : 235-242.

 

P. Andrea BRUSTOLON, o.m.v.

Texte original en italien

Traduction de la Rédaction de la Revue Sainte Rita n° 620, décembre 2012, pages 22-23.

 

Note : La Congrégation des "Oblats de la Vierge Marie" (o.m.v.), ou "Pères Oblats de la Vierge Marie", a été fondée par le Vénérable Pio Bruno Lanteri en 1816.

 

 

Les débuts de la médecine catholique en France

 

 

 

Histoire et vocation de l'Hospitalité Notre-Dame de Lourdes

 

 

 

Hospitaliers-Lourdes-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

N.B. : "Le bureau des constatations médicales, fondé en 1884 par le docteur Dunot de Saint-Maclou, est quant à lui chargé d'informer les autorités ecclésiastiques sur les guérisons qui lui semblent médicalement inexplicables, l'Église se prononçant sur la qualité miraculeuse de celles-ci."

Wikipédia

 

 

Blason de la famille Dunot de Saint-Maclou : "D'azur, au chevron d'or, accompagné de trois canettes d'argent, et en chef trois roses rangées du même."

 

 

Hospitaliere-Notre-Dame-de-Lourdes-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Site officiel de l'Hospitalité

Notre-Dame de Lourdes (HNDL)

 

 

 

Hospitalité chartraine Notre-Dame de Lourdes

 

 

Rejoindre l'Hospitalité

Notre-Dame de Lourdes

 

"Des centaines de milliers de bénévoles de Lourdes sont appelés des hospitaliers et hospitalières. Attention ces termes ne sont pas à prendre dans le sens médical actuel, mais dans un sens premier : être hospitalier, c’est être accueillant, tout simplement. L’hospitalité est une institution ancienne originale et exceptionnelle fondée en 1885.

Des chiffres : 200 hospitalités d’accompagnement (dans les diocèses, dans certaines congrégations religieuses...), et une seule hospitalité d’accueil dans les Sanctuaires, l'Hospitalité Notre-Dame de Lourdes.

100 000 bénévoles hommes et femmes de tous âges et du monde entier viennent servir chaque année."

 

Contact :

Hospitalité Notre-Dame de Lourdes

BP 197

65106 Lourdes Cedex

 

Tél. : +33 (0)5 62 42 80 80

 

Envoyer un email

 

Source : Site officiel des Sanctuaires de Lourdes

 

 

Cour Hôpital ND des Douleurs (Saint-Frai),parousie.over-bl

Cour de l'Hôpital Notre-Dame des Douleurs (Saint-Frai)

 

 

 

Prière du brancardier

 

Quand nous aurons baigné le dernier malheureux,

Quand nous aurons sorti de la froide piscine

Le pauvre estropié que la maladie mine,

À sa maman rendu son enfant souffreteux ;

Quand nous aurons fini le bel alignement

Des brancards et tringlots, des bancs et des voitures,

Afin que ce carré ait enfin belle allure

Pour le regard de Dieu, pour le Saint-Sacrement ;

Quand nous aurons couché le dernier de la salle,

Quand nous aurons glissé le brancard sous son lit,

Et pour l'ultime fois, quand nous aurons redit

La prière du soir, à genoux sur la dalle ;

Quand nous n’en pourrons plus de porter nos malades,

Quand nous aurons lâché notre dernier timon,

Quand nous aurons chargé notre dernier fourgon,

Quand nous aurons donné la dernière accolade ;

Alors, nous espérons, Ô Vierge souveraine,

Vers qui sera monté notre dernier "Ave ",

Nous jeter confiants, sur le chant du " Salve ",

Dans Vos bras grands ouverts, Ô notre douce Reine.

 

 

Hospitaliers de Lourdes,parousie.over-blog.fr

 

Hospitalité Notre-Dame de Lourdes, Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 14:43

Gif-Antonia-d-Astonaco-et-St-Michel-Archange--parousie.over.gif

Sœur Antónia d'Astónaco et Saint Michel Archange

Illustration

 

 

 

Scapulaire-de-Saint-Michel-Archange--parousie.over-blog.fr.jpg

Scapulaire de Saint Michel Archange

 

 

 

"Quis ut Deus ?"

"Qui est comme Dieu ?"

 

Souvent écrit sur le bouclier

et le Scapulaire de Saint Michel Archange

 

 

 

Chapelet-a-Saint-Michel-Archange--ou-Couronne-Angelique--.png

 

La Couronne Angélique

 

La dévotion à la Couronne Angélique, appelée aussi Chapelet à Saint Michel Archange, a été pleinement approuvée par le Pape Pie IX en 1851, qui était un grand dévot de cette prière, et il a accordé à sa récitation de très nombreuses Indulgences.

La Sacrée Congrégation des Rites a formulé ce chapelet, avec ses 9 salutations et ses prières associées, par les décrets du 8 août 1851 et du 8 septembre 1852.

 

 

Scapulaire-Saint-Michel-Archange--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Cette dévotion est née d’une révélation privée de Saint Michel Archange à Sœur Antónia d'Astónaco (souvent francisé en Sœur Antonia d’Astonac), carmélite portugaise que l’on dit Vénérable, dont on ne sait presque rien, si ce n’est que cette révélation a notamment engendré, au début, une grande dévotion au Carmel de Vetralla, en Italie, surtout de Sœur Maria Angela Colomba, une « âme choisie » de Jésus (voir plus bas).

L’une des rares sources concernant cette révélation à Sœur Antonia d’Astonac se trouve dans un livre, sans doute édité en Italie, qui porterait le titre, en français, de « Vie de la vénérable Antonia d’Astonaco » (en particulier le livre II, chapitre 74). Dans l’extrait ci-dessous, l’Abbé Curicque y fait explicitement référence.

 

 

Pie-IX-et-Couronne-Angelique-parousie.over-blog.fr.jpg

Sa Sainteté, le Pape Pie IX


 

N.B. : La Sacrée Congrégation des Rites (Congregatio pro Sacri Ritibus et Caeremoniis) a été dissoute par Paul VI le 8 mai 1969. Avec la constitution Sacra Rituum Congregatio, Paul VI a divisé la Congrégation des Rites en Congrégation pour les Causes des Saints (« Congregatio de Causis Sanctorum »), qui en continue la tradition ; et en Congrégation pour le Culte Divin, fondue en 1975 avec celle pour la Discipline des Sacrements (Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, « Congregatio de Cultu Divino et Disciplina Sacramentorum »). Elles font partie des 9 Congrégations de la Curie romaine.

 

 

Michel-Archange-Quis-Ut-Deus-Universite-de-Bonn--parousie-jpg

 

Référence bibliographique

 

II. « Dans la seconde moitié d’avril de cette année 1872, écrit un pieux correspondant au Rosier de Marie (1), je reçus une lettre d’une âme qui m’est unie en Dieu et que le bon Maître éclaire surnaturellement.

Elle avait été frappée, dans son oraison, de la triste et universelle impuissance des gens de bien en face du mal toujours croissant. Les bonnes volontés catholiques encore nombreuses dans le monde, lui apparaissaient éparses et sans lien, et c’est ce qui rendait leurs efforts inutiles pour le bien général, faute d’un chef, un, fort, puissant, qui pût les concentrer et les coordonner.

Elle vit alors que ce chef, un, fort, puissant, était saint Michel, et que toutes ces volontés éparses, disséminées dans le monde entier, devaient être remises sous sa conduite. Il fallait pour cela faire la consécration de cette armée de bonnes volontés catholiques au seul chef capable de la diriger, de la gouverner, de la conduire, de la rendre invincible. Elle le fit, et elle acquit la conviction que saint Michel se chargeait de cette œuvre et qu’il devenait par là le généralissime des armées catholiques de la terre pour l’Église.

Cette communication est trop conforme à la tradition catholique, relativement au glorieux patronage de saint Michel sur l’Église universelle, pour qu’elle nous inspire quelque défiance. Si Notre-Dame des Anges est aujourd’hui plus que jamais la dépositaire de nos destinées, saint Michel devient comme son aide-de-camp général, réglant, sous les ordres de Marie, l’ordre des combats du Seigneur. »

 

III. « Disons un mot du Chapelet de saint Michel recommandé à la personne dont il vient d’être question, par l’inspiration du saint Archange, comme elle le conjurait, le jour de sa fête, le 29 septembre, de lui faire connaître une prière qui vînt de lui et par laquelle elle pût l’honorer.

Ce chapelet, ou Couronne Angélique, en l’honneur du glorieux saint Michel Archange, fut révélé par ce puissant chef de la Milice des cieux lui-même. « Apparaissant un jour, lisons-nous dans la Notice de cette dévotion, imprimée en 1860, à Lorette, avec permission de l’Ordinaire (2), apparaissant à la grande servante de Dieu, Antonia d’Astonaco, en Portugal, qui lui était très-dévouée, il lui dit qu’il voulait être révéré par neuf salutations correspondant aux neuf chœurs des Anges, salutations qui consisteraient dans la récitation d’un Pater et de trois Ave en l’honneur des trois hiérarchies angéliques, et qui se termineraient, à la dernière des neuf salutations, par quatre Pater : le premier en son honneur, le deuxième en l’honneur de saint Gabriel, le troisième à saint Raphaël, et le quatrième à l’Ange Gardien.

Tel est l’hommage que lui suggéra et que choisit pour lui-même le glorieux prince de la cour céleste. Il promit, en retour, à quiconque le vénérerait de cette manière avant la sainte communion, d’obtenir qu’un ange de chacun des neuf chœurs lui fût assigné pour l’accompagner à la sainte Table. De plus, à celui qui réciterait ces neuf salutations chaque jour, il promit son assistance continuelle pendant la vie ainsi que celle des saints Anges, et il ajouta qu’un tel fidèle obtiendrait après sa mort la délivrance de son âme et de celle de ses parents des peines du purgatoire. C’est là ce qui est rapporté dans la vie de la vénérable Antonia d’Astonaco, livre II, chapitre 74.

De précieuses indulgences ont été accordées à ce chapelet par le Saint-Siège Apostolique en 1851 et 1852. En tête du décret de la sacrée Congrégation des Rites, on lit (3) : « C’est une pieuse tradition des temps passés que l’Archange saint Michel, prince de la milice céleste, déclara à une pieuse femme qui avait l’habitude de l’honorer chaque jour par des actes particuliers de dévotion, qu’il lui serait agréable de voir introduire l’usage d’une certaine formule de prières en son honneur et en l’honneur de tous les saints Anges du Ciel ; qu’il récompenserait pour cela ses dévots serviteurs en venant à leur secours par les plus abondantes faveurs dans les besoins publics, surtout dans ceux de l’Église catholique dont il est le protecteur perpétuel, de même qu’il le fut autrefois de la Synagogue d’Israël. De là vient que cette formule de prières en l’honneur du saint Archange faisait les délices d’une carmélite du monastère de Vetralla, au diocèse de Viterbe, décédée en odeur de sainteté en 1715*, après beaucoup de maladies très-pénibles endurées par elle pendant de très longues années, avec une héroïque patience ; de sorte que cette pratique s’y étant maintenue sans interruption jusqu’à présent, y persévère avantageusement encore aujourd’hui. » (Formule et chapelet de la Couronne angélique se trouvent à la librairie catholique de A. Arnold, à Lille). »

 

(1) « N° du samedi 22 juin 1872, p. 462. Le Chapelet de saint Michel. »

 

(2) « Voir le Rosier de Marie, N° du samedi 29 juin 1872, 471. »

 

(3) « Voir Rosier de Marie, N° du 6 juillet 1872, p. 484. »

 

Source de l'extrait du livre : « Voix Prophétiques ou Signes, Apparitions et Prédictions modernes touchant les grands événements de la chrétienté au XIXe siècle et vers l’approche de la fin des temps, par l’Abbé J.-M. Curicque (Jean-Jules-Marie Curicque), Prêtre du diocèse de Metz, Membre de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Moselle, Membre correspondant de la Société Historique de Notre-Dame-de-France », Tome 1, Chapitre I. : « L’Archange Saint Michel, généralissime des forces catholiques dans la lutte actuelle. », alineas II. et III., pages 321-324. Victor PALMÉ, Éditeur - 25, rue de Grenelle-St-Germain, 25 - Paris (1872).

 

Voir livre ci-dessous

 

Notes : fautes d’accents et de ponctuations corrigées. Majuscules et traits d’union laissés en l’état.

 

* L’auteur parle de Sœur Maria Angela Colomba, du Carmel de Vetralla (Italie), grande dévote de la Couronne Angélique, morte en 1751, et non en 1715. Il s’agit sans doute d’une erreur de frappe dans cette édition.

Sœur Maria Angela Colomba, Maria Margherita dans le monde, est née à Lucques en 1685 (Lucca, Toscane – Italie), fille de Giovanni Battista Leonardi. Très jeune, elle devient carmélite, et fait sa profession religieuse en 1701.

Cette « âme-victime » du Christ est restée totalement paralysée pendant 34 ans, jusqu’à sa mort, en ayant le seul usage de ses mains. Elle été affectée par des « maux indicibles », d’après des documents du Passioniste Paolo della Croce (Saint Paul de la Croix, 1694-1775), qui était venu faire une prédication au Carmel de Vetralla en 1742, et qui vouait une admiration profonde à cette carmélite, et la voyait comme une victime d’holocauste au Christ, crucifiée par amour et pour l’Amour de Jésus.

Sœur Colomba est morte le 15 juin 1751, dit-on, en odeur de sainteté.

 

Source, en italien :

"Suor Maria Angela Colomba"

"Maria Margherita, come si chiamava al secolo, nacque a Lucca nel 1685 dal Giovanni Battista Leonardi. Ancor giovanissima prese l'abito di carmelitana in Vetralla ed emise la professione religiosa nell'anno 1701. Di salute assai cagionevole, nel 1717, come ricorda un'antica memoria biografica: "si mise a letto per una paralisi generale di nervi e restò immobile come un legno, senza potersi piegare, avendo solo le mani libere, e stette così 34 anni continui, (cioè fino alla morte); in questo stato si perfezionò ed ebbe gran doni di Dio", tra cui la cronista ricorda casi di bilocazione e alcune "impressioni della Passione".(86)

Il primo incontro documentato tra questa carmelitana e s. Paolo della Croce avvenne nel 1742, quando, dopo aver predicata la missione in Vetralla, egli si portò al monastero per dettarvi gli esercizi spirituali. Avvenne nella cella ove, ormai da molti anni, si trovava sr Colomba "inchiodata in letto senza muoversi, con mali indicibili" e sopportati con pazienza cristiana. Da una testimonianza dell'epoca emerge, però, che sr Colomba abbia conosciuto, ma non si sa bene come, il Santo prima di questa occasione.(87)

A tale incontro ne seguirono altri. Le occasioni infatti non mancarono: gli esercizi spirituali predicati da Paolo nel 1748 (durante i quali, per un aggravarsi serio delle condizioni di salute dì sr Colomba, le diede il Viatico e l'olio Santo) e le altre occasioni che lo portarono al "Monte Carmelo" in quegli anni. (88) Inoltre la citata memoria biografica ricorda come sr Colomba e s. Paolo "si parlarono in spirito molte volte".(99)"

Spesso nelle lettere indirizzate al confessore del monastero, don Biagio Pieri, e ad altre persone amiche, Paolo esprime la sua altissima ammirazione per questa religiosa e sottolinea la consolazione che prova nel comunicare con lei e nel sapere che prega per lui e il suo nascente Istituto. Sempre tramite il confessore, don Pieri, non manca il Santo in varie occasioni di far giungere a sr Colomba i bigliettini cosidetti dell'Immacolata che usava mandare agli infermi. (90)

L'elogio più bello di lei Paolo l'ha fatto scrivendo al ricordato don Pieri, esprimendo vivamente i sentimenti provati verso quest'anima tutta di Dio: "... il mio cuore vorrebbe dire grandi cose alla nostra sr M.Colomba, vera serva dell'Altissimo e tutta segnata con il gran suggello dell'Amor Crocifisso, ma la mia penna non sa esprimere il concetto. Io miro questa Colomba benedetta sull'oliva fruttifera della Croce, che non porta il ramo in bocca, come quella che uscì dall'arca, ma succhia su questo grande albero di vita quell'olio divino che, acceso dalle fiamme della divina carità, l'arrostisce tutta, vittima di olocausto al Sommo Bene. Oh, fortunata Colomba! Invenisti gratiam coram oculis Domìni. Oh quanto vorrebbe dirti il mio cuore! ma tu sai che Paolo è il massimo peccatore! e credo che l'intendi in Dio.

Ora pro me, e consumati tutta sopra l'altare, arrostita, incenerita, in quell'olio che bolle, che tu (per tua gran ventura) succhi sull'albero fruttifero della cara Croce, di cui, per mia colpa, non so gustare...".(91)

Sr Colomba morì il 15 giugno 1751. S. Paolo della Croce, che, si era recato il giorno prima al monastero per la predicazione degli esercizi spirituali, l'assistette nel trapasso, amministrandole i SS. Sacramenti e suggerendole pii sentimenti, "stando in ginocchio orando al suo capezzale". Quando la religiosa spirò, egli rivolto alle sue consorelle esclamò: "Ecco terminati gli esercizi! ... Questo è il fine per cui Dio mi ha mandato per dare il buon viaggio per il Paradiso a questa sua serva!".(92)"

 

Stefano Possanzini, O.Carm. Emanuele Boaga, O.Carm., L'ambiente del monastero "Monte Carmelo" di Vetralla al tempo di s. Paolo della Croce, “III - ALCUNE FIGURE”, “1. Suor Maria Angela Colomba”, Nuova edizione ampliata ; Roma, 1994, Curia Generalizia Passionisti, P.zza SS. Giovanni e Paolo, 13 (Stampa: La Curia Generalizia dei Passionisti Roma, 1994).

 

Remarque : Dans la dévotion originelle provenant de la propre révélation de Saint Michel Archange à Sœur Antonia d’Astonac, les 4 « Notre Père », après la médaille, à Saint-Michel, Saint-Gabriel, Saint-Raphaël et à l’Ange Gardien, doivent être récités APRÈS les 9 salutations angéliques.

Il est également recommandé de faire bénir le Chapelet et d'embrasser la médaille avant de commencer.

 

 

San-Miguel-Arcangel-parousie.over-blog.fr.jpg

Saint Michel Archange


 

 

Signes et Apparitions Prophétiques, tome 1 - Abbé Jean-Marie Curicque (1872)

 

 

 

St-Michel-Archange-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Signes et Apparitions Prophétiques, tome 2 - Abbé Jean-Marie Curicque (1872)

 

 

 

Chapelet-Saint-Michel-Archange--Donna-Durelle--parousie.ove.jpg

Couronne Angélique

Création de © Donna Durelle, née Robichaud

© Donna Custom-made Rosaries

Je dédie cet article à Donna Durelle (Moncton - Canada)

qui m'a gentimment confectionné et offert ce chapelet en photo

 

 

 

Chapelet classique à Saint Michel Archange

 

 

 

Récitation de la Couronne Angélique

 

Les 4 gros grains en début de Chapelet doivent être laissés de côté, au début, afin d’être récités à la fin.

 

† Commencer par le Signe de Croix †

 

Puis, réciter le Psaume 70 en français, ou en latin (Psaume 69 de la Vulgate : "Deus, in adiutorium meum intende; Domine, ad adiuvandum me festina..."). Souvent, seule la 1ère phrase est prononcée :

 

« Ô Dieu, songez à me secourir ; Seigneur, hâtez-vous de me venir en aide.

Qu'ils soient confondus, et qu'ils soient couverts de honte, ceux qui cherchent mon âme.

Qu'ils retournent en arrière, et qu'ils rougissent, ceux qui me veulent du mal.

Qu'ils s'en retournent aussitôt en rougissant, ceux qui me disent : Triomphe, triomphe !

Mais qu'ils se livrent à des transports de joie, et qu'ils exultent d'allégresse tous ceux qui vous cherchent, et qu'ils disent sans cesse : Que le Seigneur soit glorifié, ceux qui aiment votre salut.

Pour moi je suis indigent et pauvre ; Dieu, aidez-moi.

C'est vous qui êtes mon Aide et mon Libérateur ; Seigneur, ne tardez pas. »

 

Dire 1 "Gloire au Père"

 

Après chaque Salutation à chacun des 9 Choeurs des Anges, terminer par un Pater sur le gros grain et 3 Ave sur les petits grains.

 

- Au 1er Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Séraphins, que le Seigneur nous rende dignes d'être enflammés d'une parfaite charité. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 2ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Chérubins, que le Seigneur nous fasse la grâce d'abandonner la voie du péché et de courir dans celle de la perfection chrétienne. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 3ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Trônes, que le Seigneur répande dans nos coeurs l'esprit d'une véritable et sincère humilité. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 4ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Dominations, que le Seigneur nous fasse la grâce de dominer nos sens et de nous corriger de nos mauvaises passions. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 5ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Puissances, que le Seigneur daigne protéger nos âmes contre les embûches et les tentations du démon. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 6ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Vertus célestes, que le Seigneur ne nous laisse pas succomber à la tentation, mais qu'Il nous délivre du mal. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 7ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Principautés, que le Seigneur remplisse nos âmes de l'esprit d'une véritable et sincère obéissance. Ainsi soit-il.

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 8ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste des Archanges, que le Seigneur nous accorde le don de la persévérance dans la Foi et dans les bonnes oeuvres, pour pouvoir arriver à la possession de la gloire du Paradis. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

- Au 9ème Choeur des Anges : Par l'intercession de Saint-Michel et du Choeur Céleste de tous les Anges, que le Seigneur daigne nous accorder d'être gardés par eux pendant cette vie mortelle, pour être conduits ensuite à la gloire éternelle du Ciel. Ainsi soit-il !

1 Pater et 3 Ave

 

 

Sur les gros grains, près de la médaille, réciter 4 Pater :

- Le 1er , en l'honneur de Saint Michel Archange.

- Le 2ème, en l'honneur de Saint Gabriel Archange.

- Le 3ème, en l'honneur de Saint Raphaël Archange.

- Le 4ème, en l'honneur de notre Ange Gardien.

 

 

Terminer par ces prières :

Antienne

Très glorieux Saint-Michel, Chef et Prince des Armées Célestes, gardien fidèle des âmes, vainqueur des esprits rebelles, favori de la Maison de Dieu, notre admirable guide après Jésus-Christ, vous dont l'excellence et la vertu sont suréminentes, daignez nous délivrer de tous les maux, nous tous qui recourons à vous avec confiance, et faites, par votre incomparable protection, que nous avancions chaque jour dans la fidélité à servir Dieu.

Priez pour nous, Ô Bienheureux Saint-Michel, Prince de l'Église de Jésus-Christ, afin que nous puissions être dignes de Ses promesses.

 

Oraison

Dieu Tout-Puissant et Éternel qui, par un prodige de Bonté et de Miséricorde pour le salut commun des hommes, avez choisi pour Prince de Votre Église le très glorieux Archange Saint-Michel, rendez-nous dignes, nous Vous en prions, d'être délivrés, par sa bienveillante protection, de tous nos ennemis, afin qu'à notre mort, aucun d'eux ne puisse nous inquiéter, mais qu'il nous soit donné d'être introduits par lui en la présence de Votre Puissante et Auguste Majesté. Par les Mérites de Jésus-Christ, notre Seigneur. Ainsi soit-il !

 

 

Saint-Michel-Archange-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Note : Selon une tradition répandue, les 4 Pater aux Archanges Saint Michel, Saint Gabriel, Saint Raphaël, et à notre Ange Gardien (4 gros grains près de la médaille), sont récités dès le début du Chapelet.

Voir notamment la mise à jour d'avril 2007 relative à la formule de prières de la Couronne Angélique, sur le très sérieux site spiritualite-chretienne.com

 

 

Chapelet-St-Michel-Archange--Donna-Durelle--parousie.over-b.jpg

 

 

The Crown of Saint Michael

 

 

Il Rosario di san Michele o Corona Angelica

 

 

A Coroa de São Miguel Arcanjo 

 

 

Couronne Angélique audio


 

 

Coronilla de San Miguel Arcángel revelada a la Sierva de Dios Antonia de Astónac

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 14:41

Chateaubriand-parousie.over-blog.fr.jpg

François-René, vicomte de Chateaubriand

né le 4 septembre 1768 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)

mort le 4 juillet 1848 à Paris

 

 

Blason-Saint-Malo-parousie.over-blog.fr.png

 

« Je veux être Chateaubriand ou rien ! »

 

Victor Hugo, à 14 ans

 

 

Genie-du-christianisme-Chateaubriand-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

François-René de Chateaubriand

« Génie du christianisme »

 

"Vers le temps de l’apparition du Rédempteur sur la terre, les nations étaient dans l’attente de quelque personnage fameux. " Une ancienne et constante opinion, dit Suétone, était répandue dans l’Orient, qu’un homme s’élèverait de la Judée et obtiendrait l’empire universel[1]. "Tacite raconte le même fait presque dans les mêmes mots. Selon cet historien, "la plupart des Juifs étaient convaincus, d’après un oracle conservé dans les anciens livres de leurs prêtres, que dans ce temps-là (le temps de Vespasien), l’Orient prévaudrait, et que quelqu’un, sorti de Judée, régnerait sur le monde[2]."

Josèphe, parlant de la ruine de Jérusalem, rapporte que les Juifs furent principalement poussés à la révolte contre les Romains par une obscure [NOTE 55] prophétie qui leur annonçait que vers cette époque un homme s’élèverait parmi eux, et soumettrait l’univers[3].

Le Nouveau Testament offre aussi des traces de cette espérance répandue dans Israël : la foule qui court au désert demande à saint Jean-Baptiste s’il est le grand Messie, le Christ de Dieu, depuis longtemps attendu : les disciples d’Emmaüs sont saisis de tristesse lorsqu’ils reconnaissent que Jean n’est pas l’homme qui doit racheter Israël.

Les soixante-dix semaines de Daniel, ou les quatre cent quatre-vingt-dix ans depuis la reconstruction du Temple, étaient accomplis. Enfin Origène, après avoir rapporté ces traditions des Juifs, ajoute "qu’un grand nombre d’entre eux avouèrent Jésus-Christ pour le libérateur promis par les prophètes [NOTE 56]."

Cependant le ciel prépare les voies du Fils de l’Homme. Les nations, longtemps désunies de mœurs, de gouvernement, de langage, entretenaient des inimitiés héréditaires ; tout à coup le bruit des armes cesse, et les peuples, réconciliés ou vaincus, viennent se perdre dans le peuple romain.

D’un côté, la religion et les mœurs sont parvenues à ce degré de corruption qui produit de force un changement dans les affaires humaines ; de l’autre, les dogmes de l’unité d’un Dieu et de l’immortalité de l’âme commencent à se répandre : ainsi les chemins s’ouvrent à la doctrine évangélique, qu’une langue universelle va servir à propager.

Cet empire romain se compose de nations, les unes sauvages, les autres policées, la plupart infiniment malheureuses : la simplicité du Christ pour les premières, ses vertus morales pour les secondes ; pour toutes, sa miséricorde et sa charité, sont des moyens de salut que le ciel ménage. Et ces moyens sont si efficaces que, deux siècles après le Messie, Tertullien disait aux juges de Rome : "Nous ne sommes que d’hier, et nous remplissons tout, vos cités, vos îles, vos forteresses, vos colonies, vos tribus, vos décuries, vos conseils, le palais, le sénat, le forum ; nous ne vous laissons que vos temples ; Sola relinquimus templa[4]."

A la grandeur des préparations naturelles s’unit l’éclat des prodiges : les vraies oracles, depuis longtemps muets dans Jérusalem, recouvrent la voix, et les fausses sibylles se taisent. Une nouvelle étoile se montre dans l’Orient, Gabriel descend vers Marie, et un chœur d’esprits bienheureux chante au haut du ciel, pendant la nuit : Gloire à Dieu, paix aux hommes ! Tout à coup le bruit se répand que le Sauveur a vu le jour dans la Judée : il n’est point né dans la pourpre, mais dans l’asile de l’indigence ; il n’a point été annoncé aux grands et aux superbes, mais les anges l’ont révélé aux petits et aux simples ; il n’a pas réuni autour de son berceau les heureux du monde, mais les infortunés ; et par ce premier acte de sa vie il s’est déclaré de préférence le Dieu des misérables.

Arrêtons-nous ici pour faire une réflexion. Nous voyons depuis le commencement des siècles, les rois, les héros, les hommes éclatants, devenir les dieux des nations. Mais voici que le fils d’un charpentier dans un petit coin de la Judée, est un modèle de douleurs et de misère : il est flétri publiquement par un supplice ; il choisit ses disciples dans les rangs les moins élevés de la société ; il ne prêche que sacrifices, que renoncement aux pompes du monde, au plaisir, au pouvoir : il préfère l’esclave au maître, le pauvre au riche, le lépreux à l’homme sain ; tout qui ce pleure, tout ce qui a des plaies, tout ce qui est abandonné du monde fait ses délices : la puissance, la fortune et le bonheur sont au contraire menacés par lui. Il renverse les notions communes de la morale ; il établit des relations nouvelles entre les hommes, un nouveau droit des gens, une nouvelle foi publique : il élève ainsi sa divinité, triomphe de la religion des césars, s’assied sur leur trône, et parvient à subjuguer la terre. Non, quand la voix du monde entier s’élèverait contre Jésus-Christ, quand toutes les lumières de la philosophie se réuniraient contre ses dogmes, jamais on ne nous persuadera qu’une religion fondée sur une pareille base soit une religion humaine. Celui qui a pu faire adorer une croix, celui qui a offert pour objet de culte aux hommes l’humanité souffrante, la vertu persécutée, celui-là, nous le jurons, ne saurait être qu’un Dieu.

Jésus-Christ apparaît au milieu des hommes, plein de grâce et de vérité ; l’autorité et la douceur de sa parole entraînent. Il vient pour être le plus malheureux des mortels, et tous ses prodiges sont pour les misérables. Ses miracles, dit Bossuet, tiennent plus de la bonté que de la puissance. Pour inculquer ses préceptes, il choisit l’apologue ou la parabole, qui se grave aisément dans l’esprit des peuples. C’est en marchant dans les campagnes qu’il donne ses leçons. En voyant les fleurs d’un champ, il exhorte ses disciples à espérer dans la Providence, qui supporte les faibles plantes et nourrit les petits oiseaux ; en apercevant les fruits de la terre, il instruit à juger l’homme par ses œuvres. On lui apporte un enfant, et il recommande l’innocence ; se trouvant au milieu des bergers, il se donne à lui-même le titre de pasteur des âmes, et se représente rapportant sur ses épaules la brebis égarée. Au printemps, il s’assied sur une montagne, et tire des objets environnants de quoi instruire la foule assise à ses pieds. Du spectacle même de cette foule pauvre et malheureuse, il fait naître ses béatitudes : Bienheureux ceux qui pleurent ; bienheureux ceux qui ont faim et soif, etc. Ceux qui observent ses préceptes et ceux qui les méprisent sont comparés à deux hommes qui bâtissent deux maisons, l’une sur le roc, l’autre sur un sable mouvant : selon quelques interprètes, il montrait, en parlant ainsi, un hameau florissant sur une colline, et au bas de cette colline des cabanes détruites par une inondation[5]. Quand il demande de l’eau à la femme de Samarie, il lui peint sa doctrine sous la belle image d’une source d’eau vive.

Les plus violents ennemis de Jésus-Christ n’ont jamais osé attaquer sa personne. Celse, Julien, Volusien[6], avouent ses miracles, et Porphyre raconte que les oracles mêmes des païens l’appelaient un homme illustre par sa piété[7]. Tibère avait voulu le mettre au rang des dieux[8] ; selon Lampridius, Adrien lui avait élevé des temples, et Alexandre Sévère le révérait avec les images des âmes saintes, entre Orphée et Abraham[9]. Pline a rendu un illustre témoignage à l’innocence de ces premiers chrétiens qui suivaient de près les exemples du Rédempteur. Il n’y a point de philosophie de l’antiquité à qui l’on n’ait reproché quelques vices : les patriarches mêmes ont eu des faiblesses ; le Christ seul est sans tache : c’est la plus brillante copie de cette beauté souveraine qui réside sur le trône des cieux. Pur et sacré comme le tabernacle du Seigneur, ne respirant que l’amour de Dieu et des hommes, infiniment supérieur à la vaine gloire du monde, il poursuivait, à travers les douleurs, la grande affaire de notre salut, forçant les hommes, par l’ascendant de ses vertus, à embrasser sa doctrine et à imiter une vie qu’ils étaient contraints d’admirer.

Son caractère était aimable, ouvert et tendre, sa charité sans bornes. L’Apôtre nous en donne une idée en deux mots : Il allait faisant le bien. Sa résignation à la volonté de Dieu éclate dans tous les moments de sa vie ; il aimait, il connaissait l’amitié : l’homme qu’il tira du tombeau, Lazare, était son ami ; ce fut pour le plus grand sentiment de la vie qu’il fit son plus grand miracle. L’amour de la patrie trouva chez lui un modèle : "Jérusalem ! Jérusalem ! s’écriait-il, en pensant au jugement qui menaçait cette cité coupable, j’ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes ; mais tu ne l’as pas voulu !" Du haut d’une colline, jetant les yeux sur cette ville condamnée, pour ses crimes, à une horrible destruction, il ne put retenir ses larmes : "Il vit la cité, dit l’Apôtre, et il pleura !" Sa tolérance ne fut pas moins remarquable quand ses disciples le prièrent de faire descendre le feu sur un village de Samaritains qui lui avait refusé l’hospitalité. Il répondit avec indignation : Vous ne savez pas ce que vous demandez !

Si le Fils de l’Homme était sorti du ciel avec toute sa force, il eut eu sans doute peu de peine à pratiquer tant de vertus, à supporter tant de maux ; mais c’est ici la gloire du mystère : le Christ ressentait des douleurs ; son cœur se brisait comme celui d’un homme ; il ne donna jamais aucun signe de colère que contre la dureté de l’âme et l’insensibilité. Il répétait éternellement : Aimez-vous les uns les autres. Mon père, s’écriait-il sous le fer des bourreaux, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Prêt à quitter ses disciples bien aimés, il fondit tout à coup en larmes ; il ressentit les terreurs du tombeau et les angoisses de la croix : une sueur de sang coula le long de ses joues divines ; il se plaignit que son Père l’avait abandonné. Lorsque l’ange lui présenta le calice, il dit : O mon Père ! fais que ce calice passe loin de moi ; cependant, si je dois le boire, que ta volonté soit faite. Ce fut alors que ce mot, où respire la sublimité de la douleur, échappa à sa bouche : Mon âme est triste jusqu’à la mort. Ah ! si la morale la plus pure et le cœur le plus tendre, si une vie passée à combattre l’erreur et à soulager les maux des hommes, sont les attributs de la divinité, qui peut nier celle de Jésus-Christ ? Modèle de toutes vertus, l’amitié le voit endormi dans le sein de saint Jean, ou léguant sa mère à ce disciple ; la charité l’admire dans le jugement de la femme adultère : partout la pitié le trouve bénissant les pleurs de l’infortuné ; dans son amour pour les enfants, son innocence et sa candeur se décèlent ; la force de son âme brille au milieu des tourments de la croix, et son dernier soupir est un soupir de miséricorde."

 

1. ↑ Percrebuerat Oriente toto vetus et constans opinio esse in fatis ut eo tempore Judaea profecti rerum potirentur. (Suet., in Vespas., c. IV.) (N.d.A.)

2. ↑ Pluribus persuasio inerat antiquis sacerdotum litteris contineri eo ipso tempore fore ut valesceret Oriens, profectique Judaea rerum potirentur. (Tacit., Hist., lib. V, c. XIII.) (N.d.A.)

3. ↑ Joseph., de Bell. Judaic., p. 183. (N.d.A.)

4. ↑ Tertull., Apologet., cap. XXXVII. (N.d.A.)

5. ↑ Fortin., on the truth of the Christ. Relig., p. 218. (N.d.A.)

6. ↑ Orig., cont. Cels., I. II ; Jul., ap. Cyril., liv. VI ; Aug., ep. III, IV, t. II. (N.d.A.)

7. ↑ Euseb., Dem. III, ev. 3. (N.d.A.)

8. ↑ Tert., Apologet. (N.d.A.)

9. ↑ Lamp., in Alex. Sev., cap. IV et XXXI. (N.d.A.)

 

Source : « Génie du christianisme, ou beautés de la religion chrétienne », 1802, François-René de Chateaubriand, Quatrième Partie « Culte », Livre 3 « Vue générale du clergé », Chapitre I « De Jésus-Christ et de sa vie ».

 

 

Breezy Point, ouragan Sandy, parousie.over-blog.fr

Breezy Point (Queens - New York), après le passage de l'ouragan Sandy

le 29 octobre 2012, où 80 maisons ont brûlé (aucune victime humaine)

(AP Photo/©Frank Franklin II)


 

 

« Je suis devenu chrétien.

Je n’ai point cédé, je l’avoue,

à de grandes lumières surnaturelles ;

ma conviction est sortie de mon cœur :

j’ai pleuré et j’ai cru. »

 

Chateaubriand, « Génie du Christianisme »,

préface de la première édition

 

 

 

La-Salette--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

« Chose admirable ; la religion chrétienne,

qui ne semble avoir d’autre objet

que la félicité de l’autre vie,

fait encore notre bonheur dans celle-ci. »

 

« De l’esprit des lois », 1748, Montesquieu, LIVRE XXIV « Des loix, dans le rapport qu’elles ont avec la religion établie dans chaque pays, considérée dans ses pratiques, & en elle-même », Chapitre III « Que le gouvernement modéré convient mieux à la religion chrétienne, & le gouvernement despotique à la mahométane », édition Nourse, 1772.

 

 

 

Bom-Jesus-Basilica-Braga-Vitor-Fonseca--parousie.over-blog-jpg

 

 

« La "Poétique du Christianisme" de Chateaubriand, Communication de M. Pierre CHRISTOPHOROV (Université de la Ruhr-Bochum) au XXe Congrès de l'Association, le 26 juillet 1968. »


 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 10:27

Enfant-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"6 Jesus saith unto him,

I am the way, the truth, and the life:

no man cometh unto the Father, but by me."

King James Version: John Chapter 14:6

 

 

Arche-alliance-0.gif

 

"6 Jésus lui dit :

Je suis le chemin, la vérité, et la vie.

Nul ne vient au Père que par moi."

Jean 14 : 6 (Louis Segond)

 

 

Personnage-23.gif

 

"6 Dicit ei Iesus:

Ego sum via et veritas et vita;

nemo venit ad Patrem nisi per me."

Evangelium secundum Ioannem 14:6

 

 

One-direction-Icone-Christ-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

3 Blessed are the poor in spirit: for theirs is the kingdom of heaven.

4 Blessed are they that mourn: for they shall be comforted.

5 Blessed are the meek: for they shall inherit the earth.

6 Blessed are they which do hunger and thirst after righteousness: for they shall be filled.

7 Blessed are the merciful: for they shall obtain mercy.

8 Blessed are the pure in heart: for they shall see God.

9 Blessed are the peacemakers: for they shall be called the children of God.

10 Blessed are they which are persecuted for righteousness' sake: for theirs is the kingdom of heaven.

11 Blessed are ye, when men shall revile you, and persecute you, and shall say all manner of evil against you falsely, for my sake.

12 Rejoice, and be exceeding glad: for great is your reward in heaven: for so persecuted they the prophets which were before you.

 

King James Version: Matthew Chapter 5:3-12

 

 

 

 

 

 

One-Direction-Liam-Payne-Harry-Styles-Zayn-Malik-Niall-Hora.jpg

Boys Band "One Direction"

 

 

 

3 Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux.

4 Heureux les doux : ils auront la terre en partage.

5 Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés.

6 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés.

7 Heureux les miséricordieux : il leur sera fait miséricorde.

8 Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu.

9 Heureux ceux qui font œuvre de paix : ils seront appelés fils de Dieu.

10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux.

11 Heureux êtes-vous lorsque l'on vous insulte, que l'on vous persécute et que l'on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi.

12 Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ; c'est ainsi en effet qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

 

Matthieu 5 : 3-12 (Bible TOB)

 

 

St-Philomena--parousie.over-blog.fr.jpg

Sainte-Philomène

 

 

 

3 Beati pauperes spiritu: quoniam ipsorum est regnum cælorum.

4 Beati mites: quoniam ipsi possidebunt terram.

5 Beati qui lugent: quoniam ipsi consolabuntur.

6 Beati qui esuriunt et sitiunt justitiam: quoniam ipsi saturabuntur.

7 Beati misericordes: quoniam ipsi misericordiam consequentur.

8 Beati mundo corde: quoniam ipsi Deum videbunt.

9 Beati pacifici: quoniam filii Dei vocabuntur.

10 Beati qui persecutionem patiuntur propter justitiam: quoniam ipsorum est regnum cælorum.

11 Beati estis cum maledixerint vobis, et persecuti vos fuerint, et dixerint omne malum adversum vos mentientes, propter me:

12 gaudete, et exsultate, quoniam merces vestra copiosa est in cælis. Sic enim persecuti sunt prophetas, qui fuerunt ante vos.

 

Evangelium secundum Matthaeum 5:3-12

 

 

 

 

 

 

Green-Justin-Bieber-parousie.over-blog.fr.jpg

Justin Bieber


 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 11:23

J.-de-Cronstadt-adhesion-a-la-nation-russe-parousie.over-.jpg

Sergiev Ivan Ilitch dit Jean de Cronstadt (ou Kronstadt)

Иван Ильич Се́ргиев - Иоанн Кронштадтский

Archiprêtre de l’Église orthodoxe russe

né le 19 octobre 1829 à Sura (Goubernia d'Arkhangelsk)

(Сура, Архангельская губерния)

mort le 20 décembre 1908 à Kronstadt (Goubernia de Saint-Pétersbourg)

(КронштадтСанкт-Петербургская губерния)

Canonisé par le Concile de l'Église russe réuni à Zagorsk

(Serguiev Possad - Сергиев Посад), le 8 juin 1990 

 

 

Armoiries-Cronstadt--St-Petersbourg--parousie.over-blog.fr.png

 

 

« Nous ne cesserons jamais, Ô Sainte Mère de Dieu,

tout indignes que nous sommes, de louer Votre puissance ;

car si Vous ne nous assistiez pas de Vos prières,

quel est celui qui nous aurait délivré de nos calamités ? »

 

Saint Jean de Cronstadt

« Le Serviteur des exclus et des déshérités »

 

 

-------------------parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Слава в вышних Богу и на земле мир,

людям Его благоволения.

 

Gloria in excélsis Deo et in terra

pax homínibus bonæ voluntátis.

 

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,

 et paix sur la terre aux hommes qu'il aime.

 

 

Acathiste à Saint Jean de Cronstadt

 

 

Peinture-Jean-de-Cronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"MA VIE EN JÉSUS-CHRIST"

"МОЯ ЖИЗНЬ ВО ХРИСТЕ"

d'après le journal spirituel de Jean de Cronstadt

Chapitre 2

« De la Prière »

 

 

--------------------parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

1. De l’esprit de la prière

La prière, c'est l'élévation de l'esprit et du coeur vers Dieu. D'où il suit que ceux dont l'intelligence et le coeur sont trop attachés aux choses terrestres, comme l'argent, les honneurs, ou adonnés aux passions telles que la haine ou l'envie, ceux-là ne sont pas capables de prier ; car les passions en général captivent le coeur, autant que Dieu le dilate et lui donne la vraie liberté.

- Lorsqu'un homme mauvais s'adresse à un homme de bien pour le prier de lui venir en aide, il fait tout son possible pour lui ressembler en apparence, afin que sa demande soit couronnée de succès. Il faut qu'il en soit de même lorsqu'il adresse sa prière au Seigneur, ou à sa très pure Mère, ou aux anges, ou aux saints. Pour que notre prière soit exaucée, il faut tâcher de ressembler autant que possible au Seigneur, ou à sa très pure Mère, ou aux anges, ou aux saints. C'est là qu'est le secret de notre rapprochement de Dieu et du prompt succès de nos prières.

- Il y a des gens qui disent : Nous nous lassons bien vite de prier. Et pourquoi ? Parce que vous ne vous représentez pas vivement le Seigneur comme étant toujours auprès de vous. Contemplez-Le continuellement des yeux de la foi, et vous passerez alors toute une nuit à prier sans éprouver la moindre fatigue. Que dis-je, une nuit ! Vous resterez trois jours et trois nuits à prier et vous ne serez pas fatigué. Rappelez-vous les stylites. Ils sont restés des années entières en état de prière sur une colonne et triomphaient de la chair qui, chez eux aussi, comme chez nous, était sujette à la paresse. Et vous, vous trouverez pénible quelques heures, que dis-je, une petite heure de prière en commun avec vos frères !

 

 

-.---------.---------------------.jpg

 

 

- Dans la prière qui contient une demande, l'essentiel, c'est la foi en Dieu, un désir sincère et ferme d'obtenir les biens que nous demandons, ainsi que le désir de ne plus retomber dans les péchés dont nous nous repentons. Or, souvent ce désir est sur nos lèvres et dans notre pensée, mais notre coeur reste insensible ; ou, autrement dit, nous nous détournons du péché dans nos paroles, mais le coeur ne le fait pas et nous continuons à persévérer dans les péchés, dont nous demandons à être délivrés. C'est ainsi que la prophétie d'Isaïe s'accomplit sur nous : Ce peuple M'honore du bout de ses lèvres, et son coeur est loin de Moi. (Is 29,13).

- Notre Père, qui êtes aux cieux ! Quel sublime, émouvant et religieux spectacle, lorsque nous entendons dans une réunion nombreuse à l'église, ou dans un cercle de famille, ou dans une réunion d'élèves ou de militaires, ces paroles prononcées du fond de l'âme et sortant, on le dirait, véritablement d'un seul coeur et d'une seule bouche ! Quel sublime spectacle, lorsque nous voyons que ces paroles se réalisent dans la vie même des hommes ! Et en vérité, elles se réalisent quand chacun a pour les autres un sentiment d'amour fraternel ; que tous vivent en paix, les cadets obéissant à leurs aînés, ceux qui ont moins d'esprit à ceux qui en ont plus, rendant l'un à l'autre ce qui leur est dû, se respectant mutuellement, et toujours prêts à céder l'un à l'autre quand il s'agit d'honneur et de préséance : Prévenez-vous par des témoignages d'honneur. (Rom 12,10). Quel spectacle véritablement céleste, lorsque les membres nombreux d'une famille, en se mettant à table, répètent tous de la bouche et du coeur : Notre Père ! confessant le seul Père céleste comme leur très saint Maître, désirant que sa Volonté soit uniquement faite sur la terre et le considérant comme celui qui seul nourrit toutes les créatures ! Quel spectacle imposant lorsque le maître de la maison attribue tout ce dont il dispose en fait de nourriture et de boisson non à lui-même, mais à Dieu ; lorsque, regardant les dons de Dieu comme appartenant à tous, il estime le moindre comme son égal et se croit l'obligé de celui qui lui fait l'honneur de s'asseoir à sa table ! Mais quel saisissant et émouvant spectacle se produirait, si toute la terre, tous les peuples, de leurs bouches et de leurs coeurs unis, s'écriaient, les regards tournés au ciel : Notre Père ! qui êtes aux cieux ! que votre nom soit sanctifié - en nous tous ! Que votre règne arrive, tel qu'il était au commencement, avant le péché ; que votre Volonté clémente et parfaite soit faite sur la terre éternellement, comme elle se fait au ciel, et que l'abus de liberté disparaisse ! Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour, pardonnez-nous nos offenses, etc. Oh ! si tous les hommes avaient ces mêmes pensées et ces mêmes désirs ! Mais il en sera ainsi un jour : Oui, ce jour viendra où tout le genre humain ne formera qu'un seul troupeau, où il n'y aura qu'un bercail et qu'un Pasteur. (Jn 10,16).

 

 

-------------------Cronstadt-parousie.over.jpg

 

 

- Moyen de réussir dans une bonne oeuvre. - Lorsque tu fais ta prière du soir ou du matin, demande-toi bien ce que tu as à faire pour accomplir cette oeuvre et désire sincèrement d'en venir à bout pour la gloire de Dieu. Le Seigneur et sa très pure Mère éclaireront ton esprit, inspireront à ton coeur une pensée lumineuse qui te fera voir comment tu dois agir pour l'accomplir. Si tu veux par exemple écrire un discours ou un sermon et ne sais quel sujet choisir dans ton coeur en ce moment aride et privé des eaux vives de la grâce, penses-y bien sincèrement pendant ta prière et le Seigneur, ainsi que sa très pure Mère, te montreront clairement le sujet que tu dois prendre avec tous ses détails, au point que ton coeur soudainement éclairé verra nettement tous les côtés du sujet que tu auras à traiter.

- Lorsque tu vois que ton prochain a des défauts et des passions, prie pour lui. Prie pour chacun, même pour tes ennemis. Si tu vois que ton frère est fier et acariâtre, qu'il se comporte envers toi ou envers les autres avec orgueil, prie pour lui, afin que Dieu éclaire sa raison et réchauffe son coeur du feu de sa grâce. Dis : "Seigneur, enseignez à votre serviteur tombé dans l'orgueil du démon la douceur et l'humilité, et bannissez de son coeur l'obscurité et le fardeau de l'orgueil satanique !" - Si tu vois qu'il est méchant, prie ainsi : "Seigneur, faites que votre serviteur devienne bon, par l'effet de votre grâce !" - S'il est avide d'argent et cupide, dis : "Ô notre trésor impérissable, ô notre richesse inépuisable, faites que votre serviteur que vous avez créé à votre image et à votre ressemblance, comprenne le mensonge trompeur de la richesse et sache que tout ce qui est terrestre n'est que vanité, ombre et rêve, que la vie de chaque homme n'est qu'une herbe éphémère, une toile d'araignée, et que vous seul êtes notre richesse, notre paix et notre joie !" -Si tu vois un envieux, prie de la manière suivante : "Seigneur, éclairez la raison et le coeur de votre serviteur en lui apprenant les dons sublimes innombrables et ineffables qu'il a reçus de votre inépuisable Générosité. Dans l'aveuglement de sa passion, il vous a oublié, ainsi que vos dons précieux, et se croit pauvre, étant même au sein de l'abondance dont vous l'avez comblé, et il regarde d'un oeil d'envie les biens qui appartiennent à vos serviteurs et dont, ô bienfaiteur inexprimable, vous nous comblez tous, chacun selon nos forces et selon les vues de votre Volonté. Ôtez, ô Seigneur très miséricordieux, le voile du démon des yeux du coeur de votre serviteur et accordez-lui la componction et les larmes du repentir et de la reconnaissance, afin que l'ennemi ne se réjouisse pas de s'être emparé de lui pour le détourner de votre Volonté." - Si tu vois un homme ivre, dis du fond du coeur : "Seigneur, jetez un regard de bonté sur votre serviteur, séduit par les désirs de ses entrailles et de la jouissance charnelle, faites-lui connaître la douceur de la sobriété et de l'abstinence ainsi que celle des fruits spirituels qu'elles apportent." - Lorsque tu vois quelqu'un qui est adonné à la bonne chère et en fait son unique bonheur, dis : "Seigneur, vous êtes notre meilleur régal, le régal à jamais impérissable et qui donne la vie éternelle ! Purifiez votre serviteur de l'impureté de la gourmandise, qui le rend entièrement charnel et étranger à votre Esprit, et faites-lui connaître la douceur de votre régal céleste et vivifiant, le régal de votre Corps et de votre Sang, ainsi que celui de votre sainte, vivante et agissante Parole." - Prie en ces termes ou autres pareils pour tous les coupables et ne te permets pas de mépriser qui que ce soit pour son péché ou de te venger de lui, car tu n'aurais fait par là qu'augmenter la plaie qui le ronge. Au contraire, corrige-le à force de conseils, de menaces et de punitions, combinés de façon à enrayer le mal, ou l'arrêter dans des limites modérées.

 

 

Ioann-of-Kronstadt-icon-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

- Notre Père ! que votre règne arrive. Le Seigneur règne partout, dans tout le monde visible. Il règne dans tous les coeurs des anges ; il règne aussi par sa puissance infinie et par sa justice sur les esprits du mal et sur les hommes adonnés au mal et à l'injustice. Les premiers sont par sa Volonté suprême enchaînés d'éternels liens et plongés dans les ténèbres jusqu'au jour du jugement, et les seconds sont condamnés à subir diverses punitions sur cette terre en attendant d'en subir encore dans l'éternité au milieu du feu inextinguible. Mais, comme il est la Verité, Il ne règne pas par sa Vérité ni dans les démons, ni dans les hommes du mal, ni dans les injustes, parce qu'ils renferment le mensonge. Il ne règne pas en eux par l'amour, parce qu'ils renferment la méchanceté. Il ne règne pas non plus dans les impies ni par la foi, ni par l'espérance et l'amour, ni par l'esprit d'obéissance absolue à ses lois : Mais pourquoi m'appelez-vous Seigneur, Seigneur, et ne faites-vous pas ce que Je dis ? (Luc 6,46). Si vous m'aimez, gardez mes commandements. (Jn 14,15). Dieu règne sur moi, sur le moindre mouvement de mon âme et de mon corps, par exemple sur ma parole. Il règne sur mon corps et le fait obéir à ses lois pour tout ce qui concerne la nourriture, le repos, le sommeil, l'accroissement, le mouvement. Il règne sur mon âme par la pensée et la parole qui se produisent d'après ses lois. Mais Il ne règne pas toujours dans mon coeur, dans mes inclinations intimes et dans ma liberté. Je suis souvent enclin au mal et je commets le mal au lieu de faire le bien. Je m'oppose souvent au Seigneur et à ses lois. Je manque souvent de foi, je suis incrédule, égoïste, orgueilleux, je méprise les autres, je leur porte envie, j'ouvre mon âme à l'avarice, à la cupidité, à la soif de l'argent, à la sensualité ; je remplis tous les désirs de ma chair coupable ; je suis ambitieux, impatient, irascible, paresseux, je fais peu de bien, et s'il m'arrive d'en faire quelquefois, c'est grâce moins à ma volonté qu'à des circonstances étrangères à ma volonté et à mon cœur ; je ne compatis pas aux souffrances de mes semblables, qui sont comme moi membres d'un seul et même corps, c'est-à-dire de l'Église. En un mot, le Seigneur ne règne pas toujours en moi ni par mes pensées, ni par mes sentiments, ni par mes actions dans le domaine de la foi, de l'espérance et de l'amour.

- Rappelez-vous, au milieu de toutes vos affaires, de toutes vos occupations particulières ou officielles, que votre force, votre lumière, votre succès se trouve dans Jésus Christ et dans sa croix. C'est pourquoi n'oubliez jamais d'invoquer le Seigneur. En commençant n'importe quelle chose, dites : Jésus, prêtez-moi votre appui ! Jésus, éclairez-moi ! - Vous soutiendrez et vous réchaufferez par là votre foi et votre espérance en Jésus Christ, dont la force et la gloire réside dans les siècles des siècles.

 

 

----------------------------parous.jpg

 

 

2. Des qualités de la prière

- Une prière sincère peut nous faire obtenir de la Bonté et de la Mansuétude de Dieu tous les biens spirituels, de même que les biens matériels qui nous sont indispensables, pourvu que nous les désirions du fond du coeur et que notre prière soit ardente. Quelles prières sublimes nous dicte à cet effet la sainte Église ! Des prières qui sont bien faites pour disposer le Seigneur à nous accorder tout ce que nous Lui demandons. L'ennemi, qui connaît la Bonté de Dieu et la force de la prière, fait tout son possible pour nous en détourner. Tantôt, à l'heure de la prière, il nous suggère la distraction ou soulève nos passions et nos convoitises ; tantôt il nous inspire l'idée de nous hâter, et ainsi de suite.

La prière qui se fait par contrainte engendre la bigoterie, rend l'homme incapable de s'occuper de choses où la réflexion est nécessaire. Elle le remplit de mauvaise volonté, même pour les fonctions dont il est investi. Pour éviter ce malheur de la bigoterie pharisaïque, il faut prier de bonne volonté, avec énergie, avec coeur. Garde-toi de prier le Seigneur ni à cause du chagrin, ni à cause de la nécessité (c'est-à-dire par contrainte) : car Dieu aime celui qui donne avec joie. (2 Cor 9,7).

Il n'y a rien d'impossible pour un homme qui croit. Une foi vive et inébranlable peut opérer de grands miracles. Cependant, il y a des miracles qui se font indépendamment d'une ferme et sincère foi de notre part ; tels sont les miracles des sacrements, même si nous sommes incrédules ou infidèles en les célébrant ou les administrant : notre incrédulité anéantira-t-elle la Fidélité de Dieu ? (Rom 3,3). Notre méchanceté ne peut pas diminuer la Clémence et la Miséricorde inénarrable de Dieu ; notre ignorance ne peut pas affaiblir sa suprême sagesse, de même que notre faiblesse n'est pas capable d'amoindrir sa toute-puissance.

 

 

Jean-de-Cronstadt-a-l-orphelinat-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

- Lorsque tu récites tes prières, surtout d'après un livre, ne te hâte pas de les réciter sans te pénétrer de la vérité de toutes les paroles qu'elles renferment et que tu prononces et mets-les avant tout dans ton coeur. Tâche de faire tout ton possible pour arriver à ressentir sincèrement la vérité de ce que lu dis. Ton coeur pousse, tantôt par la paresse et par l'indifférence, tantôt par le doute et l'incrédulité, tantôt par la distraction et par le souci des objets et des soins terrestres, tantôt par le souvenir d'une offense survenue de la part de quelqu'un et par le désir de la venger, tantôt par l'idée des plaisirs mondains ou du charme éprouvé à la lecture d'un roman et autres livres pareils, - ton coeur, dis-je, pourra contrarier l'efficacité de ta prière. Rends-toi maître de ton coeur, donne-le généreusement à Dieu, comme une offrande agréable au Seigneur : mon fils, donne-moi ton coeur. (Prov 23,26). Et alors ta prière te rapprochera de Dieu, t'unira à Lui et au ciel entier, et te remplira de l'Esprit divin et des fruits qu'il apporte, tels que la vérité, la paix, la joie, la douceur, la patience, la tendresse du coeur. Il se peut pourtant qu'il te tarde de terminer ta prière pour donner le repos à ton corps fatigué ? Fais que ta prière soit sincère et tu t'endormiras d'un sommeil doux, tranquille et réconfortant. Ne te hâte donc pas de la faire tant bien que mal. Une demi-heure que tu y consacres te fera gagner trois heures du sommeil le plus suave, et avant d'aller à ton emploi ou à ton travail, lève-toi de meilleure heure, ne dors pas longtemps et fais tout de même une fervente prière : tu te sentiras tranquille, énergique, et tout ce que tu entreprendras dans la journée sera couronné de succès. Ton coeur éprouve-t-il le désir de se livrer à la vanité mondaine ? Brise ce désir et que son trésor soit non la vanité, mais Dieu. Apprends à ton coeur, avant tout, à s'attacher à l'Éternel par la prière et non à la vanité du monde, afin que tu ne sois pas livré à la honte aux jours de ta maladie et à l'heure de ta mort : tout riche que tu puisses être aux yeux du monde, tu te présenterais à Dieu pauvre de foi, d'espérance et d'amour. Si tu ne pries pas comme je viens de le dire, ta vie manquera de perfection, car tu ne pourras pas acquérir la foi sans cet entendement spirituel.

 

 

Ioann-of-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpeg

 

 

- Nous voyons parfois quelqu'un avoir l'air de prier, mais ne faire par là que travailler pour le démon caché dans son coeur, parce qu'il ne prie que de la bouche, tandis que son coeur reste froid, et éloigné du Seigneur, sans ressentir, sans désirer ce que la bouche demande et profère. Il y a de même beaucoup de communiants, qui communient peu sincèrement, sans apporter au pied de l'autel tout l'amour dont ils devraient être pénétrés, mais venant communier de la bouche seule, lorsqu'ils ont dans le coeur l'incrédulité, l'indifférence, la passion du boire et du manger, l'amour de l'argent, l'orgueil, la colère, l'envie, la paresse, et que ce coeur est bien loin de Celui qui est tout amour, toute sainteté, toute perfection, toute sagesse et toute bonté. De pareils hommes doivent examiner leur conscience, se repentir sincèrement, et se rendre bien compte de l'importance de la prière en général et de la communion en particulier. L'indifférence envers Dieu et la froideur dans la prière viennent du démon, c'est de lui que vient ce froid glacial des âmes. Quant à nous, aimons le Seigneur ardemment, aimons-Le autant que doivent l'aimer ses enfants. Donnez-nous cet amour, ô Seigneur, car sans vous, nous ne pouvons rien faire. (Jn 15,5). Vous êtes tout pour nous, et nous, nous ne sommes rien. Vous nous avez appelé du néant à l'existence, et c'est Vous qui nous donnez tout.

- Observe comme règle dans la prière qu'il vaut mieux dire cinq mots qui partent du coeur que d'en dire une infinité qui ne seraient proférés que des lèvres. Si tu remarques que ton coeur est froid, que tu n'es pas disposé à prier, arrête-toi ; dispose ton coeur à prier par une pensée touchante quelconque, par exemple par la pensée de ton iniquité, de ta pauvreté spirituelle, de la misère et de la pauvreté de ton âme, ou en pensant aux immenses et incessants bienfaits dont Dieu te comble et qu'il prodigue à tout le genre humain, mais surtout aux chrétiens : commence alors ta prière sans te hâter et avec un sentiment sincère. Si tu n'arrives pas à réciter toutes tes prières en un temps donné, ne t'en désole pas, car une seule prière dite lentement et avec ferveur est infiniment plus utile que si tu récitais toutes tes prières, mais vite et sans attention. J'aimerais mieux ne dire dans l'église que cinq paroles dont j'aurais l'intelligence que d'en prononcer dix mille inconnues. (1 Cor 14,19). Sans doute, il serait bon si nous pouvions, en priant, prononcer dix mille paroles avec ferveur. Le Seigneur tient compte aussi des heures de labeur qui lui sont consacrées et de l'intensité du labeur ; il les pèse, et c'est selon la quantité de paroles sincères dites dans notre prière qu'il nous envoie la quantité de lumière et de chaleur spirituelle de paix et de joie que notre âme demande. C'est bien si l'on peut prier longtemps et souvent ; mais tous n'entendent pas, mais ceux à qui il est donné ; que celui qui peut entendre entende. (Mt 19,12). Ceux qui ne peuvent pas faire une longue prière feront mieux de prier moins longtemps, mais avec toute l'ardeur de leur âme.

 

 

Procession-Cronstadt-2010-parousie.over-blog.fr.JPG

Procession à Kronstadt (2010)

 


- Te voilà à ta prière. Tu pries avec recueillement et ferveur, tu ressens intérieurement quelque chose qui te dit que le Seigneur t'entend et t'accueille favorablement. Tes pensées abondent de paix, ton coeur est tranquille et joyeux. Subitement, vers la fin de ta prière, tu faiblis, la paix disparaît, ton coeur se refroidit, ta pensée sommeille, et tu te sens sous le poids d'un énorme fardeau qui oppresse ton coeur. Tu éprouves une peine énorme, une sorte de répulsion même pour la prière, au lieu de la facilité et de la disposition que tu avais pour elle auparavant. Ne te laisse pas abattre ; par ce changement, mon ami, ce sont les embûches de l'ennemi, qui aime à se jouer de nous, surtout lorsque nous sommes sur le point de terminer nos pieuses occupations. Il veut nous faire tomber dans le découragement et nous faire croire que toute notre persévérance à poursuivre notre sainte oeuvre n'a abouti à rien. Apprends par là à ne pas laisser faiblir ton esprit, ne fût-ce que pour un instant pendant la prière ; apprends à prier en esprit et en vérité, sans défaillir, sans te permettre aucune supercherie envers le Seigneur, c'est-à-dire à ne pas prononcer un seul mot dissimulé ou hypocrite, mais à faire en sorte que toute ta prière ne soit que l'expression de la vérité, l'interprète du saint Esprit, et qu'aucune de tes paroles ne serve au mensonge de l'ennemi et ne devienne l'organe du démon. Si ce malheur t'arrivait, tu sentirais comme un feu infernal brûler ton coeur. Oh ! alors prie sincèrement le Seigneur de t'en délivrer et reconnais devant Lui du fond de ton coeur ta faute, c'est-à-dire ton hypocrisie durant la prière. Tu verras que le soulagement et la paix ne tarderont pas à se produire en toi. Ne te presse pas, dis tout et fais tout tranquillement ; tu en auras le temps. C'est l'ennemi qui presse et qui trouble, car la précipitation est toujours troublante et ne mène à rien de bon.

 

 

J.-von-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Si tu veux, dans ta prière, demander quelque grâce à Dieu, prépare-toi d'abord à ressentir une foi ferme et inébranlable, et prends toutes les précautions pour écarter le doute et le manque de foi. Il va de soi que la foi aussi parfaite que possible est la condition sine qua non d'une bonne prière. En effet, sans la foi, il serait insensé de s'attendre à recevoir de Dieu ce que tu Lui demandes. Une telle manière de demander est une véritable offense envers Dieu, car c'est L'offenser que douter de Lui et Il ne prodigue pas ses dons à ceux qui L'injurient. Le Seigneur dit : Tout ce que vous demanderez dans la prière avec foi, vous le recevrez. (Mt 21,22). Ce qui veut dire : si vous demandez sans croire ou avec doute, vous ne recevrez pas. Si vous aviez la foi, dit-il encore, et si vous ne doutiez pas, vous diriez à cette montagne d'aller se jeter dans la mer et la montagne vous obéirait ! (Mt 21, 21). Cela veut dire que si vous ne croyez pas absolument et si vous donnez au doute le moindre accès dans votre âme, vous ne serez pas en état de faire le prodige. Demandez donc avec foi, sans le moindre nuage de doute, dit l'apôtre Jacques. Que celui qui doute ne s'attende pas à recevoir quelque chose du Seigneur. L'homme dont le coeur est partagé est inconstant dans toutes ses voies. Le coeur qui doute que Dieu puisse lui donner ce que nous lui demandons, est puni pour avoir douté par une angoisse douloureuse. N'offense donc pas Dieu, ton Maître suprême, par l'ombre même d'un doute et surtout toi qui as eu personnellement des preuves innombrables de la toute Puissance de Dieu ! Le doute est un blasphème envers Dieu, un audacieux mensonge du coeur ou de l'esprit mauvais que le démon glisse en nous contre l'Esprit de vérité. Crains-le comme un serpent venimeux; mais que dis-je ! non, méprise-le, ne fais pas attention à lui. Rappelle-toi dans ta prière que Dieu attend ta réponse affirmative à cette question qu'il adresse à ton coeur : Crois-tu que je puis le faire ? Et tu dois répondre du fond de ton coeur : Oui, Seigneur, je le crois (cf. Mt 9,28). Tu recevras alors selon ta toi. La réflexion suivante pourra t'aider à dissiper ton doute : Je demande à Dieu

1° un bien non pas imaginaire ou fantastique, mais un bien réel ; or, tout ce qui est réel, tout ce qui existe a revu son existence de Dieu, car rien de ce qui a été fait n'a été fait sans Lui. (Jn 1,3). Ce qui veut dire que rien de ce qui se fait ne se fait sans Lui, mais que tout a reçu son existence de Lui, ou, en d'autres termes, existe d'après sa Volonté et se produit par les forces et les aptitudes dont il a doué ses créatures. Donc, au-dessus de tout ce qui est ou qui se produit, il y a le Seigneur, c'est-à-dire Celui qui est le Maître absolu. En outre, Il appelle ce qui n'est point comme ce qui est. (Rom 4,7). Cela veut dire que si je demandais une chose qui n'existe pas, Il pourrait la créer exprès pour me la donner ;

2° Je demande une chose possible ; or Dieu peut tout, et ce qui nous paraît même impossible est possible pour Lui. Donc, de ce coté non plus, il n'y a pas d'obstacle, car Dieu peut faire pour moi ce qui me semble impossible. Ce qui fait notre malheur, c'est que notre raison à vue courte veut se mêler de notre foi, et que cette araignée veut saisir la vérité dans le filet de ses théories, de ses déductions et de ses analogies. La foi embrasse du regard et voit instantanément, tandis que la raison arrive à la vérité par des voies détournées…

 

 

Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Un moyen efficace d'être agréable à Dieu, c'est I'avoir, par amour pour Lui, une indifférence complète pour notre corps, par exemple : lorsque pendant notre prière, malgré une paresse et une envie de dormir qui nous prend, nous ne cédons pas et nous obligeons nos lèvres et notre coeur à prier, nous prouvons par là notre indifférence pour notre corps. Cette indifférence dans toute sa grandeur a été le privilège des martyrs et des ascètes.

Tâchez d'arriver à ressentir, mais à ressentir sincèrement, le besoin d'obtenir ce que vous demandez dans votre prière, pénétrez-vous d'une croyance sincère que tout don est un bienfait, que tout don est parfait, qu'il vient de Dieu et non des hommes, non du hasard, non des circonstances, ni de la destinée non plus. Croyez fermement que le Seigneur voit et entend chaque besoin, chaque mouvement de votre coeur et de vos pensées, qu'Il est souverainement clément, puissant et sage, qu'Il peut, sans la moindre difficulté, tout faire pour vous, en un instant, par le seul mouvement de sa Pensée, par son Fils en son Esprit saint, - et vous obtiendrez tout. Car s'il y a beaucoup de choses impossibles aux hommes, il n'en existe pas pour Dieu : tout est possible à Dieu. (Luc 18,27).

 

 

Cathedrale-Saint-Andre-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

Кронштадт, Андреевский собор. Открытка 1910-х гг.

Cathédrale Saint-André de Kronstadt (1910)

 


Pendant ta prière, sois semblable à un enfant qui balbutie, en te confondant dans un même esprit avec l'esprit de la prière que tu récites. Considère-toi comme un néant. Quant à la prière, envisage-la comme un don sublime de Dieu. Renonce entièrement à tes connaissances naturelles et ne leur obéis pas, car la science enfle, (1 Cor 8,1) fait naître le doute, l'illusion, le blasphème. Si pendant ou en dehors de la prière, l'ennemi remplit ton âme de blasphèmes ou d'abominations quelconques, ne te laisse pas abattre, mais dis avec fermeté en toi-même : c'est pour nous purifier de ces mêmes péchés ou d'autres péchés semblables que notre Seigneur Jésus Christ est venu sur la terre ; c'est pour nous secourir dans ces mêmes faiblesses ou d'autres faiblesses pareilles que le très miséricordieux Sauveur est venu. Et dès que tu auras prononcé avec foi ces paroles, ton coeur deviendra tranquille à l'instant, car le Seigneur aura purifié ton coeur. En général, il ne faut jamais se décourager à cause d'un péché quelconque... mais il faut placer son espérance dans notre Sauveur. Ô Bonté sans borne du Coeur divin ! ô fonction sublime de l'Homme-Dieu au service de l'homme pécheur ! et cette fonction, ce service, notre Seigneur les continue jusqu'aujourd'hui, et avec quel amour Il les remplit en nous purifiant, en nous sauvant ! Que la puissance de l'ennemi soit donc confondue !

 

 

--.-----.---------------------parou.jpg

 

 

3. Des obstacles à la prière

Il nous arrive quelquefois, à l'église ou chez nous, de ressentir pendant la prière une si grande faiblesse d'esprit et de corps que notre âme devient impuissante, froide et stérile, à l'instar d'un temple païen. Mais dès que nous faisons un effort pour prier Dieu sincèrement, dès que nos pensées et notre coeur se tournent vers Lui avec une foi ardente, notre âme se ranime, se réchauffe et redevient féconde à l'instant. Oh ! alors, quelle tranquillité subite, quelle légèreté, quel attendrissement, quel feu sacré intérieur, quelles chaudes larmes de repentir, quel sincère regret d'avoir offensé notre Seigneur très clément, quelle lumière dans le coeur et dans l'intelligence, quel torrent abondant d'eau vive surgit dans notre coeur et coule librement de notre bouche ou de notre plume ! Le désert de l'âme se revêt de fleurs pareilles au lis avec la venue du Seigneur dans le coeur. Ah ! pourquoi n'élevons-nous pas plus souvent nos coeurs vers le Seigneur ! Que de paix et de consolation Il nous réserve toujours ! Qu'ils sont grands, les biens que vous avez réservés à ceux qui vous craignent ! (Ps 31,20 ; voir Vulgate, Ps. 30-20).

L'homme, même pendant la prière, n'est pas entièrement libre et dégagé des soucis et des soins vulgaires de ce monde. Tous les hommes en sont là, tous et même le prêtre. Y en a-t-il beaucoup qui prient avec un coeur libre, tout à Dieu, avec une foi ardente et avec amour ?

 

 

-------------------------------.jpg

 

 

Souvent, au cours de notre prière, nous avons des moments ou l'obscurité et l'angoisse pèsent sur notre âme. Ces moments proviennent de l'incrédulité, mère des ténèbres. Ne te décourage pas en de pareils moments, mais rappelle-toi que si la lumière divine s'est éteinte pour toi, elle brille de tout son éclat et de toute sa splendeur dans Dieu, dans son Église céleste et terrestre et dans tout l'univers matériel où nous vivons, où éclate son éternelle Puissance et sa Divinité. (Rom. 1,20). Ne pense pas que la vérité ait perdu sa force ; cela ne saurait arriver, puisque la vérité, c'est Dieu même. Tout ce qui existe en Dieu, a son fondement et sa raison d'être ; seul, ton coeur faible, coupable et enténébré, défaille en face de la vérité dont il ne peut soutenir l'éclat et la pureté à cause de ses péchés qui l'obscurcissent et l'empêchent d'en refléter les rayons. Telle est la première cause de l'obscurité de l'âme. Pour en trouver la preuve, tu n'as qu'à regarder en toi-même. Quand la lumière divine réside dans ton coeur, il est paisible, ferme, fort, vigoureux ; mais dès qu'elle s'éteint, ton coeur devient trouble et faible comme un roseau secoué par le vent ; alors il est, pour ainsi dire, privé de vie. N'attache pas d'importance à ces ténèbres qui sont l'oeuvre de Satan. Fais le signe de la croix et elles seront dissipées !

 

 

Statue-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

Ne néglige pas la prière, si même tu avais passé toute la journée à travailler. Ne pense pas à la fatigue une fois que tu as commencé à prier ; dis avec ferveur au Seigneur tout ce que tu veux Lui demander, et considère ta prière comme une oeuvre obligatoire prescrite par Dieu. Il y a un proverbe russe qui dit : "La besogne une fois entamée, ne dis pas que tu n'en peux plus." L'Évangile exprime la même idée en disant : celui qui met la main à la charrue ne doit pas regarder derrière soi. (cf. Luc 9,62). S'il t'arrive le soir de faire ta prière d'un coeur distrait, si tu n'y mets pas toute la force de ton âme, il t'arrivera souvent de ne pas pouvoir t'endormir jusqu'à ce que tu aies, à force de larmes, expié ta faute devant le Seigneur. Sans doute ces scrupules n'arrivent pas au plus grand nombre, mais ils sont fréquents chez ceux qui ont acquis un certain degré de perfection dans la vie spirituelle. Garde-toi donc bien de mettre ta chair au-dessus de Dieu, et méprise, pour Le servir, le repos même de ton corps. Quel que soit le nombre de prières que tu te proposes de réciter, dis-les consciencieusement et en entier, sans laisser ton attention et ton coeur se partager de sorte qu'une partie se porte vers Dieu et l'autre vers les convoitises de la chair. La Justice du Seigneur ne souffrira pas ta malice ; elle te livrera au démon, et le démon ne laissera pas ton coeur tranquille pour avoir dédaigné Celui qui est la véritable paix de ton coeur et qui Le sera toujours pour ton propre bien. Ton coeur ne doit jamais s'éloigner de Dieu dans la prière, car toute prière qui n'est pas sincère, éloigne notre coeur de Dieu et excite son Courroux. Au contraire, une prière sincère rapproche notre coeur de Dieu et nous met au nombre de ses fidèles enfants. Crois à ces paroles et sois bien sûr que si tu fais ta prière à la hâte pour laisser plus vite ton corps goûter les douceurs du repos, tu perdras à la fois et le repos du corps et celui de l'âme. Ah ! qu'il nous en coûte de fatigues, de sueur et de larmes pour que notre coeur se rapproche de Dieu ! Eh bien ! après avoir fait tant d'efforts, permettrons-nous à un moment d'oubli de nous replonger dans un état où la prière ne nous servirait qu'à nous éloigner de Dieu ? oh ! non ; le Seigneur aura pitié de nous et des efforts que nous faisons pour obtenir sa pitié. C'est pourquoi Il veut que nous revenions à Lui de tout notre coeur et que nous ne L'abandonnions jamais.

 

 

Icone-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

4. De l’action de grâces

Notre âme est involontairement portée à glorifier Dieu quand nous contemplons le ciel étoilé ; mais elle y est encore plus portée lorsque nous songeons à tout ce que la Providence divine fait pour l'humanité, lorsque nous nous rappelons l'amour infini de Dieu pour les hommes, les moyens dont Dieu use pour leur faire obtenir la félicité éternelle, au point qu'Il n'a pas épargné son Fils unique pour nous sauver et nous mériter le royaume des cieux. Il est impossible de ne pas glorifier Dieu, si nous songeons que dès l'origine du monde, nous sommes prédestinés à la félicité éternelle, et cela vraiment sans que nous la méritions ; si nous reconnaissons que pendant toute notre vie, nous recevons de Dieu la grâce pour travailler à notre salut, si nous pensons quel nombre infini de péchés nous sont pardonnés et cela - non une fois ou deux fois, mais continuellement, quelle abondance de dons naturels nous sont accordés, depuis la santé du corps jusqu'au souffle de l'air et jusqu'à la goutte d'eau qui tombe du ciel. Nous sommes involontairement portés à glorifier Dieu lorsque, d'un oeil stupéfait, nous contemplons la variété infinie de la création sur la terre dans le règne animal, dans le règne végétal et dans le règne minéral. Quelle sage organisation existe partout, dans les êtres les plus grands comme dans les plus petits ! Une glorification involontaire s'échappe du coeur et l'on s'écrie : ô Dieu, que vos oeuvres sont magnifiques; Vous avez tout accompli dans votre Sagesse. (Ps 104,24). Gloire vous soit rendue, ô Seigneur, qui avez tout créé !

 

 

--------------------parousie.ove-copie-1.jpg 

 

 

Seigneur ! que puis-je vous donner, comment puis-je vous remercier pour les faveurs immenses et incessantes dont vous me comblez, moi et tous mes semblables ? À tout moment, je me sens animé par l'action de votre saint Esprit, je respire à tout moment l'air que vous avez créé, cet air qui est doux, agréable, sain et fortifiant ; je m'éclaire de votre lumière spirituelle pleine de joie et de vie, ainsi que de la lumière matérielle qui est aussi votre création. Je jouis par la communion de la très douce et vivifiante nourriture du Corps et du Sang du Sauveur, et je me sustente en outre d'aliments matériels. Vous me revêtez d'un splendide vêtement royal, c'est-à-dire de vous-même, selon ces paroles : Vous tous qui avez été baptisés en Jésus Christ, vous êtes revêtus de Jésus Christ. (Gal 3,27). Vous me donnez aussi mon vêtement matériel. Vous purifiez mes péchés, vous me guérissez et me délivrez de mes nombreuses et violentes passions, vous faites disparaître ma corruption spirituelle par la puissance de votre Bonté sans borne, de votre sagesse et de votre force, vous pénétrez mon coeur de votre saint Esprit,- Esprit de sainteté et de grâce, - vous remplissez mon âme de vérité, de paix, de joie, d'espoir, de force, de courage, de hardiesse, de résistance, et vous rendez mon corps robuste et bien portant. Vous instruisez mon bras à la guerre et mes mains au combat (Ps 144,1), à ce combat éternel contre les ennemis invisibles de mon salut et de ma félicité, avec les ennemis de la sainteté et de la puissance de votre Gloire, avec les esprits abjects du mal, et vous couronnez de succès toutes les oeuvres que j'entreprends en votre Nom... - Pour tant de faveurs je vous rends grâces, je glorifie et bénis votre très clémente, très grande et paternelle Puissance, ô mon Dieu, ô mon Sauveur et Bienfaiteur ! Que les autres le conçoivent aussi comme moi-même je le conçois. Ô sublime amour de l'humanité ! Qu'ils apprennent à vous connaître, vous le Père de tous les hommes ; qu'ils comprennent votre Bonté,…, votre Sagesse et votre Force, et qu'ils vous rendent gloire avec le Père et le saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

 

 

St-Jean-de-Kronstadt-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Source : « Ma vie en Jésus-Christ, ou moments de recueillement et de contemplation spirituelle, de pieuse méditation, de purification de l’âme et paix en Dieu », Saint Jean de Cronstadt ; d’après le manuscrit traduit du russe de Monsieur de Longuinoff ; Pau, le 8 Septembre 1901 - Dom Antoine Staerk, 0.S.B. ; Imprimatur de Mgr François, Évêque de Bayonne, le 3 janvier 1902.

 

 

J.-DE-CRONSTADT-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Bibliographie en langue française :

 

- « Ma vie en Christ », traduction du P. Louis-Albert Lassus o.p., Abbaye de Bellefontaine, 1979.

- « La Joie au cœur », textes choisis et présentés par Michel Evdokimov, Éditions Arfuyen, 2012.

 

 

-------------------------------.JPG

Памятник в г. Кронштадте работы скульптора Андрея Соколова

Statue du sculpteur Andreï Sokolov à Kronstadt

(Île de KotlineSaint-Pétersbourg)

 

 


 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 10:25

Bapteme-de-Jesus-by-Ki-Chang-parousie.over-blog.fr.jpg

Baptême de Jésus

주의 세례주일

Peinture de Ki Chan

 

 

Korean-Pater-Noster-Notre-Pere-coreen-parousie.over-blog-jpg

주님의 기도 - Notre Père en Coréen

 

 

Coree-du-Sud-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Chon Jin Am, The Birthplace of the Catholic Church in Korea

Chon Jin AM, berceau de l'Église Catholique en Corée

 

 

Coree-du-Sud-2-parousie.over-blog.fr.gif

 

Catholic Church continues to grow in Korea

L'Église Catholique continue à croître en Corée

 

 

Coree-du-Sud-3-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

---PSY-Gangnam-style-parousie.over-blog.fr.jpg

Park Jae-Sang dit "Psy"

né le 31 décembre 1977 en Corée du Sud

박재상 "싸이"

 

 

 

Coree-du-sud-parousie.over-blog.fr.gif

+

15.gif

+

Coree-du-nord-North-Korea-flag-parousie.over-blog.fr.gif

=

Coeur-colombes-parousie.over-blog.fr.gif

 

 

찬송가 70

 

70:1 ( 다 윗 의 기 념 케 하 는 시. 영 장 으 로 한 노 래 ) 하 나 님 이 여, 속 히 나 를 건 지 소 서 여 호 와 여, 속 히 나 를 도 우 소 서

 

70:2 내 영 혼 을 찾 는 자 로 수 치 와 무 안 을 당 케 하 시 며 나 의 상 함 을 기 뻐 하 는 자 로 물 러 가 욕 을 받 게 하 소 서

 

70:3 아 하, 아 하, 하 는 자 로 자 기 수 치 를 인 하 여 물 러 가 게 하 소 서

 

70:4 주 를 찾 는 모 든 자 로 주 를 인 하 여 기 뻐 하 고 즐 거 워 하 게 하 시 며 주 의 구 원 을 사 모 하 는 자 로 항 상 말 하 기 를 하 나 님 은 광 대 하 시 다 하 게 하 소 서

 

70:5 나 는 가 난 하 고 궁 핍 하 오 니 하 나 님 이 여, 속 히 내 게 임 하 소 서 주 는 나 의 도 움 이 시 요 나 를 건 지 시 는 자 시 오 니 여 호 와 여, 지 체 치 마 소 서

 

Korean Bible online - Bible en Coréen en ligne

 

Psalm 70 - Psaume 70 en Coréen - Psalmus 70 (69)

 

 

 

Korean New Testament - Nouveau Testament en Coréen

 

 

 

 

Notre Père chanté en Coréen

 

 

 

Korean-Hail-Mary-Ave-Maria-coreen-parousie.over-blog.fr.jpg

성모송 - Je Vous salue Marie en Coréen

 


 

천주교 번역

Ave Maria

Version Catholique

 

은총이 가득하신 마리아님, 기뻐하소서!

주님께서 함께 계시니 여인 중에 복되시며

태중의 아들 예수님 또한 복되시나이다.

천주의 성모 마리아님,

이제와 저희 죽을 때에

저희 죄인을 위하여 빌어주소서.

아멘.

 

 

 

 

 

Je Vous salue Marie chanté en Coréen

 

 

 

Coeur-Adorable-de-Jesus-parousie.over-blog.fr.JPG

예수 - Jésus

 

 

 

Archdiocese of Seoul

 

 

Prières en Coréen

Korean Prayers

 

 

사도신경

The Apostles' Creed

Credo - Symbole des Apôtres

 

전능하신 천주 성부

천지의 창조주를 저는 믿나이다.

그 외아들

우리 주 예수 그리스도님

성령으로 인하여

동정 마리아께 잉태되어 나시고

본시오 빌라도 통치 아래서 고난을 받으시고

십자가에 못박혀 돌아가시고 묻히셨으며

저승에 가시어 사흗날에 죽은 이들 가운데서 부활하시고

하늘에 올라

전능하신 천주 성부 오른편에 앉으시며

그리로부터 산 이와 죽은 이를 심판하러 오시리라 믿나이다.

성령을 믿으며

거룩하고 보편된 교회와

모든 성인의 통공을 믿으며

죄의 용서와

육신의 부활을 믿으며 영원한 삶을 믿나이다.

아멘.

 

 

Croix-d-Amour-Cruz-de-Amor-Kreuz-der-Liebe-Cross-of-Love-pa.jpg

 

 

사도신경

Another version of The Apostles' Creed

Autre version du Credo

 

전능하사 천지를 만드신 하나님 아버지를 내가 믿사오며,

그 외아들 우리 주 예수 그리스도를 믿사오니, 이는

성령으로 잉태하사 동정녀 마리아에게 나시고, '본디오

빌라도'에게 고난을 받으사, 십자가에 못박혀 죽으시고,

장사한지 사흘 만에 죽은 자 가운데서 다시 살아나시며,

하늘에 오르사, 전능하신 하나님 우편에 앉아 시다가,

저리로서 산 자와 죽은 자를 심판하러 오시리라. 성령을

믿사오며, 거룩한 공회와 성도가 서로 교통하는 것과, 죄를

사하여 주시는 것과, 몸이 다시 사는 과, 영원히 사는 것을

믿사옵니다. 아멘.

 

 

Genealogie-de-l-Ordre-Conceptionniste--parousie.over-blog.jpg

 

 

하늘에 계신 우리 아버지

Lord's Prayer - Our Father

Pater Noster - Notre Père

 

하 늘에 계신 우리 아버지,

아버지의 이름이 거룩히 빛나시며,

아버지의 나라가 오시며,

아버지의 뜻이 하늘에서와 같이 땅에서도 이루어지소서.

오늘 저희에게 일용할 양식을 주시고,

저희에게 잘못한 이를 저희가 용서하오니

저희 죄를 용서하시고,

저희를 유혹에 빠지지 않게 하시고,

악에서 구하소서.

 

 

Purgatoire.jpg

 

영광송

Doxology

Doxologie

 

주님께 나라와 권능과 영광이

영원히 있나이다.

 

 

Sainte-Brigitte.jpg

 

 

Hanure kyesin uri abôjiyô

Our Father - Pater Noster

Translittération du Notre Père en Coréen

 

Hanure kyesin uri abôjiyô

Irumi kôruki yôgimul padusiomyô

Narai imhaopssimyô

Ttusi hanuresô irun'gôt kachi

Ttang'esôdo iruô chiida

Onullal uriege irryonghal yangsigul chuopssigo

Uriga uriege choejiun charul sahayô chun'gôtkachi

Uri choerul sahayô chuopssigo

Urirul sihôme tulgehaji maopssigo

Taman agesô kuhaopssosô

Narawa kwonsewa yônggwang'i

Abôjikke yông'wonhi

Itssaomnaida

Amen.

 

 

Sainte-Mechtilde.jpg

 

은총이 가득하신 마리아님

Hail Mary- Ave Maria

Je Vous salue Marie

 

은총이 가득하신 마리아님, 기뻐하소서!

주님께서 함께계시니 여인중에 복되시며

태중의 아들 예수님 또한 복되시나이다.

천주의 성모 마리아님,

이제와 저희죽을 때에

저희 죄인을 위하여 빌어주소서.

아 멘.

 

 

Badia-Fiorentina-Florence--parousie.over-blog.fr.jpg

Santa Maria Assuntanella "Badia Fiorentina"

Église Sainte Marie de l'Assomption

Florence (Firenze - Italie)

 

 

 

니케아 신경

The Nicene Creed

Credo - Symbole de Nicée

 

우리는 한 분이신 하나님을 믿나이다.

전능하신 아버지, 하늘과 땅과 유형무형한 만물의

창조주를 믿나이다.

 

또한 한 분이신 주 예수 그리스도, 하느님의 외아들

영원으로부터 성부에게서 나신 분을 믿나이다.

하느님에게서 나신 하느님, 빛에서 나신 빛, 참 하느님

에게서 나신 참하느님으로서, 창조되지 않고 나시어

성부와 한 본체로서 만물을 창조하셨음을 믿나이다.

성자께서는 저희 인간을 위하여, 저희 구원을 위하여

하늘에서 내려오셨음을 믿나이다. 또한 성령으로

인하여 동정녀 마리아에게서 육신을 취하시어 사람이

되셨음을 믿나이다.

본디오 빌라도 통치 아래서 저희를 위하여 십자가에

못박혀 수난하고 묻히셨으며 성서말씀대로 사흗날에

부활하시어 하늘에 올라 성부 오른편에 앉아 계심을

믿나이다.

그 분께서는 산 이와 죽은 이를 심판하러 영광 속에

다시 오시리니 그 분의 나라는 끝이 없으리이다.

 

또한 주님이시며 생명을 주시는 성령을 믿나이다.

성령께서는 성부(와 성자)에게서 발하시고 성부와

성자와 더불어 영광과 흠숭을 받으시며 예언자들을

통하여 말씀하셨나이다.

하나이고 거룩하고 보편되며 사도로부터 이어오는

교회를 믿나이다.

죄를 씻는 유일한 세례를 믿으며 죽은 이들의 부활과

내세와 삶을 기다리나이다. 아멘.

 

 

Francisco-de-Zurbaran-Cristo-en-la-Cruz-parousie.over-blog.jpg

Francisco de Zurbarán

"La Crucifixion" (1627)

Oil on canvas - Huile sur toile

114 5/16 x 65 3/16 in. (290,3 x 165,5 cm)

Art Institute of Chicago

 

 

 

 

아다나시우스 신경

The Athanasian Creed

Credo - Symbole d'Athanase

 

누구든지 구원받기 원하는 사람은 무엇보다도 세계교회의 신앙을 보유해야 한다.

이 신앙을 완전무결하게 유지하지 못하는 사람은 의심의 여지없이 영원한 멸망에 이를 것이다.

이것이 바로 세계교회의 신앙이니, 우리는 삼위일체의 하나님, 즉 하나이신 삼위 하나님을 예배한다.

인격을 혼동해서도 안되고, 본질을 분리해서도 안된다.

한 분 성부와 또 다른 분 성자와 또 다른 분 성령이 존재한다.

그러나 성부와 성자와 성령은 동일한 신성과 동등한 영광과 함께 영원한 위엄을 가진다.

성부의 본성이 바로 성자와 성령의 본성이다.

성부도 피조되지 않았고, 성자도 피조되지 않았고, 성령도 피조되지 않았다.

성부도 무한하고, 성자도 무한하고, 성령도 무한하다.

성부도 영원하고, 성자도 영원하고, 성령도 영원하다.

그러나, 영원한 본질은 셋이 아니라 하나만 존재한다.

그와 같이, 피조되지 않은 본질이나 무한한 본질도 셋이 아니라 하나만 존재한다.

마찬가지로, 성부도 전능하고, 성자도 전능하고, 성령도 전능하다.

그러나 전능한 본질은 셋이 아니라 하나만 존재한다.

이와 같이, 성부도 신이고, 성자도 신이고, 성령도 신이다.

그러나 신은 셋이 아니라 하나만 존재한다.

이와 같이, 성부도 주님이고, 성자도 주님이고, 성령도 주님이다.

그러나 주님은 셋이 아니라 하나만 존재한다.

기독교 진리가 우리에게 세분이 각기 신이며 주님임을 인정하도록 요구하지만, 동시에 세계교회의 신앙은 우리에게 세 신이나 세 주님이 있다고 말하는 것을 금한다.

성부는 타자에 의해 만들어지거나 피조되거나 출생되지 않았다.

성자는 만들어지거나 피조되지 않았지만, 오로지 성부에 의해 출생되었다.

성령은 만들어지거나 피조되지 않았지만, 성부와 성자로부터 나왔다.

그러므로, 세 아버지가 아니라 한 아버지가 있으며, 세 아들이 아니라 한 아들이 있으며, 세 성령이 아니라 한 성령이 있다.

이 삼위일체에서 선후나 대소가 없다. 세 분 모두 다른 분과 같이 영원하고 동등하다.

따라서, 상술한 대로, 일체가 삼위로, 삼위가 일체로 예배되어야 한다.

그러므로, 누그든지 구원받기 원하는 사람은 삼위일체를 믿어야 한다.

또한, 영원한 구원을 받으려면 반드시 우리 주 예수 그리스도의 성육신을 확실히 믿어야 한다.

따라서, 올바른 신앙은 우리 주 예수 그리스도가 하나님의 아들이며 동시에 신과 인간임을 우리가 믿고 고백하는 것이다.

그는 신으로서 시간이 시작되기 이전에 출생하였으며, 인간으로서 시간안에서 그 어머니의 본성을 가지고 탄생하였다.

그는 완전한 신이며, 이성적 영혼과 인간의 육체를 가진 완전한 인간이다.

그가 신성에 있어서는 성부와 동등하지만, 인성에 있어서는 성부보다 열등하다.

비록 그가 신과 인간이지만, 그는 둘이 아니라 하나의 그리스도이다.

그가 하나인 것은 그의 신성이 육신으로 변화되었기 때문이 아니라, 그의 인성이 신에게 덧입혀졌기 때문이다.

그가 하나인 것은 본성의 혼합에 의한 것이 아니라, 하나의 인격에 의한 것이다.

이성적인 영혼과 육체가 한 인간인 것처럼, 신과 인간이 하나의 그리스도이다.

그는 우리의 구원을 위해 죽어 음부에 내려갔으며, 사흘만에 죽은 자로부터 살아나셨다.

그는 하늘에 올라가 전능하신 하나님 아버지의 우편에 앉으셨으며, 거기에서 산 자와 죽은 자를 심판하러 오실 것이다.

그가 오시면, 모든 인간이 자기 육체와 함께 부활될 것이며, 자기 자신의 행동에 따라 심판받게 될 것이다.

선행을 한 사람은 영원한 삶에, 악행을 한 사람은 영원한 불에 들어갈 것이다.

이것이 세계교회의 신앙이다. 모두가 그것을 확실히 그리고 지속적으로 믿어야 한다. 그렇지 않으면 구원받을 수 없다. 아멘.

 

 

Sainte-Philomene-La-Salette--parousie.over-blog.fr.jpg

Statue de Sainte-Philomène

Sanctuaire Notre-Dame de la Salette

 


 


Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 10:54

Jean-Baptiste-Maillard-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Dans ce monde déchristianisé et de plus en plus matérialiste, en plein vide spirituel, des « nouveaux croisés de la Foi » ont pris les armes de l’Amour du Christ en se servant des nouvelles technologies, et notamment d’Internet.

Jean-Baptiste Maillard est une illustration de cette nouvelle évangélisation, dans la droite ligne des préceptes de la Sainte Église . Il s’est très tôt intéressé, de façon instinctive, à la « cyber-évangélisation ». VRP du Seigneur, il n’hésite pas à faire du porte-à-porte sur le Net, aussi à l’aise sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, qu’avec son avatar de Second Life. Il interpelle les internautes, leur partage la Bonne Nouvelle, leur offre Jésus, répond sans faiblir à leurs arguments sceptiques et désabusés, angoissés ou provocateurs.

« Missionnaire immobile », « chevalier des e-apôtres », « porte-flambeau de la contre-offensive de la Croix », Jean-Baptiste Maillard ose, partage, témoigne, combat avec des armes nouvelles, et crie sur tous les toits que Dieu n’est que Miséricorde, Amour et Paix, Espérance et renaissance.

Blogueur, écrivain, conférencier, il multiplie les témoignages et les chroniques, en se ressourçant dans la Sainte Eucharistie, et son action fait boule de neige, et le buzz abuse les athées et résonne sur la Toile mondialisée, même aux antipodes.

La « reconquista » est en marche, notamment sur le Web, 6ème continent d’une ampleur exponentielle, où l’autisme de l’homme l’enferme chaque jour davantage devant son écran, son téléphone portable, sa tablette numérique, avec tous les risques et les dangers du côté obscur d’Internet, et l’illusion d’un bonheur virtuel aussi faux que frustrant, aussi désespérant que trompeur. L’esclavage insidieux de la recherche d’adrénaline procure une joie éphémère, mais la descente est aussi brutale que douloureuse. Seul notre Seigneur peut combler cet abîme spirituel, ce néant, ce chaos, cette recherche éperdue de joie et de paix, d’amour et de bonheur. Jésus, quand on le découvre, quand on le redécouvre, devient une sainte addiction, la seule qui ne déçoit jamais ; et Ses Saints et Ses Anges s’avèrent être de vrais amis fidèles qui ne trahissent jamais.

 

Patrick, le 11 novembre 2012

 

 

 

"Anuncioblog"

nouvelle-evangelisation.com

 

 

 

Logo-Annee-de-la-Foi-2012-2013--parousie.over-blog.fr.jpg

 

LETTRE APOSTOLIQUE

EN FORME DE MOTU PROPRIO

"PORTA FIDEI"

 

Symboles-logo-Annee-de-la-Foi-2012-2013--parousie.over-blo.jpg

 

 

XIIIème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

DU SYNODE DES ÉVÊQUES (7-28 OCTOBRE 2012)

 

 

II

AU SUJET D'INTERNET

 

7. Internet possède un certain nombre de caractéristiques frappantes. Internet est instantané, immédiat, mondial, décentralisé, interactif, il peut être développé à l'infini dans son contenu et sa portée, et possède un remarquable degré de flexibilité et de faculté d'adaptation. Il est égalitaire, dans la mesure où quiconque disposant du matériel nécessaire et d'un minimum de capacités techniques peut avoir une présence active dans l'espace cybernétique, déclarer son message au monde et exiger d'être entendu. Il permet de rester anonyme, de jouer un rôle, de développer son imagination, permet un sens de communauté et de partage. Selon les goûts de chaque personne, il se prête aussi bien à la participation active qu'à l'absorption passive « dans un monde de stimulations narcissiques et centrées sur soi, dont les effets s'assimilent à ceux des narcotiques ».15 Il peut être utilisé pour briser l'isolement des personnes et des groupes ou pour l'accroître.

 

8. La configuration technologique qui sous-tend Internet est étroitement liée à ses aspects éthiques: les personnes ont eu tendance à l'utiliser de la façon dont il avait été projeté, et à le projeter de façon à l'adapter à ce type d'utilisation. En effet ce « nouveau » système date de l'époque de la guerre froide, dans les années 60, lorsqu'il fut projeté pour déjouer les attaques nucléaires en créant un réseau décentralisé d'ordinateurs contenant des données vitales. La décentralisation était la clé du projet, car de cette façon, pensait-on, la perte d'un ou même de plusieurs ordinateurs n'entraînerait pas la perte de toutes les données.

 

Une vision idéaliste du libre échange d'informations et d'idées a joué un rôle considérable dans le développement d'Internet. Toutefois, sa configuration décentralisée et le projet également décentralisé du « World Wide Web » de la fin des années 80 se sont également révélés être le fruit d'une mentalité libertaire opposée à tout ce qui touche de près ou de loin la règlementation légitime en vue de la sécurité publique. Un individualisme exacerbé est donc apparu en ce qui concerne Internet : voilà ; disait-on, un nouveau royaume, le merveilleux pays de l'espace cybernétique, où toute sorte d'expression était autorisée et où la seule loi était la liberté individuelle totale de faire ce que l'on voulait. Bien sûr, cela signifiait que la seule communauté dont les droits et les intérêts étaient véritablement reconnus dans l'espace cybernétique était la communauté des libertaires radicaux. Cette façon de penser a conservé une influence dans certains milieux, soutenus par les arguments libertaires familiers utilisés pour défendre la pornographie et la violence dans les médias en général.16

 

Bien que les individualistes radicaux et les entrepreneurs représentent certes deux groupes très différents, il existe une convergence d'intérêts entre ceux qui veulent qu'Internet soit un lieu pour quasiment toute sorte d'expression, quelque ignoble et destructive qu'elle soit, et ceux qui veulent qu'Internet soit un vecteur d'activité commerciale libre, fondé sur un modèle néo-libéral « qui considère le profit et les lois du marché comme des paramètres absolus au détriment de la dignité et du respect de la personne et du peuple ».17

 

9. L'explosion de la technologie de l'information a multiplié les possibilités de communication de certaines personnes et groupes favorisés. Internet peut servir les personnes dans leur utilisation responsable de la liberté et de la démocratie, étendre la gamme de choix disponibles dans divers domaines de la vie, accroître les possibilités éducatives et culturelles, briser les divisions, promouvoir le développement humain d'une multitude de façons. « Le libre afflux des images et des mots à l'échelle mondiale est en train de transformer non seulement les relations entre les peuples au niveau politique et économique, mais aussi la compréhension même du monde. Ce phénomène offre de multiples potentialités, autrefois impensables ».18 Lorsqu'il se fonde sur des valeurs partagées, ancrées dans la nature de la personne, le dialogue interculturel rendu possible par Internet et d'autres moyens de communication sociale peut être « un instrument privilégié pour édifier la civilisation de l'amour ».19

 

Mais ce n'est pas tout. « Paradoxalement, les forces mêmes qui peuvent conduire à une meilleure communication peuvent également conduire à l'augmentation de l'égocentrisme et de l'aliénation ».20 Internet peut unir les personnes, mais peut aussi les diviser, en tant qu'individus et que groupes que des soupçons mutuels séparent au niveau des idéologies, de la politique, de la richesse, de la race, de l'ethnie et de la religion. Il a déjà été utilisé de façon agressive, presque comme un arme de guerre, et on parle du danger d'un « terrorisme cybernétique ». Il serait tristement ironique que cet instrument de communication, ayant une si grande capacité de réunir les personnes, retourne à ses origines lors de la guerre froide et devienne la scène d'un conflit international.

 

 

IV 

RECOMMANDATIONS ET CONCLUSION

 

... Internet peut apporter une contribution extrêmement précieuse à la vie humaine. Il peut promouvoir la prospérité et la paix, la croissance intellectuelle et esthétique, la compréhension mutuelle entre les peuples et les nations à l'échelle mondiale.

 

Il peut également aider les hommes et les femmes dans leur recherche séculaire de la connaissance de soi. À toute époque, y compris la nôtre, les personnes se posent la même question fondamentale : « Qui suis-je ? D'où viens-je et où vais-je ? Pourquoi la présence du mal ? Qu'y aura-t-il après cette vie ? ».42 L'Eglise ne peut imposer ses réponses mais elle peut — et elle doit — proclamer au monde la réponse qu'elle a reçue ; et aujourd'hui, comme toujours, elle offre l'unique réponse ultimement satisfaisante aux questions les plus profondes de la vie — Jésus-Christ qui « manifeste pleinement l'homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation ».43 Comme le monde contemporain lui-même, le monde des médias, y compris Internet, a été introduit par le Christ, de façon incomplète mais vraie, au sein du du Royaume de Dieu et mis au service de la Parole de salut. Pourtant, « l'attente de la nouvelle terre, loin d'affaiblir en nous le souci de cultiver cette terre, doit plutôt le réveiller : le corps de la nouvelle famille humaine y grandit, qui offre déjà quelque ébauche du siècle à venir ».44

 

(15) Ethique dans les communications sociales, n. 2.

(16) Conseil pontifical pour les communications sociales, Pornographie et violence dans les médias : une réponse pastorale, n. 20.

(17) Ecclesia in America, n. 56.

(18) Message pour la Journée mondiale de la paix 2001, n. 11.

(19) Ibid., n. 16.

(20) Jean-Paul II, Message pour la XXXIIIe Journée mondiale des communications sociales, n. 4, 24 janvier 1999.

(42) Jean-Paul II, Lettre encyclique Fides et ratio, n. 1.

(43) Gaudium et spes, n. 22.

(44) Ibid., n. 39.

 

CONSEIL PONTIFICAL POUR LES COMMUNICATIONS SOCIALES, "ÉTHIQUE EN INTERNET", Cité du Vatican, le 22 février 2002 ; John P. Foley, Président ; Pierfranco Pastore, Secrétaire.

 

 

 

CONSEIL PONTIFICAL

POUR LES COMMUNICATIONS SOCIALES

"L'ÉGLISE ET INTERNET"

 

 

 

Jean-Baptiste-Maillard-Do-U-want-2-be-happy-parousie.over-b.jpg

 

 

SYNODE DES ÉVÊQUES 2012

LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION

POUR LA TRANSMISSION DE LA FOI CHRÉTIENNE

INSTRUMENTUM LABORIS

 

 

Biographie de Jean-Baptiste Maillard

sur amazon.fr

 

Né le 20 juin 1979 à Toulon (Var), Jean-Baptiste Maillard a conjugué de bonne heure son goût de l'écriture et sa passion d'Internet. Il commence ces deux activités dès 1991, à Moscou, où son père a été nommé attaché naval juste avant la chute de l'URSS (Cf chroniques moscovites, Place de Kalouga, Editions AkR, Madeleine Maillard, septembre 2004). En Russie, après une époque fondée sur l'athéisme, un retour du religieux est largement pressenti et les églises se remplissent, souvent sous l'oeil des caméras du KGB. Cette expérience moscovite le marquera profondément, comme il l'expliquera lors de son passage dans l'émission Chemin de vie sur KTO en 2006 (Emission Chemins de vie, présentée par Frédéric Jakovlev, KTO, 11 septembre 2006). De retour en France, Jean-Baptiste croit que le retour de Dieu est également possible dans son pays.

 

L'évangélisation sur le net

Jean-Baptiste Maillard crée son premier site Internet en 1998. Croyant au potentiel de ce média qu'il découvre, il passe de longues heures à parler du Christ dans les forums de discussion. En 2002, suite à la sortie au cinéma du film peu historique Amen de Costa-Gavras, il rédige une critique du film très documentée (cf Une critique du film Amen) et lance un site Internet pour ouvrir un débat sur l'affiche, qui amalgame la croix nazie et la croix du Christ. L'équipe de Christicity.com, alors le 1er portail chrétien francophone, relaye l'initiative. Il rejoint ensuite leur équipe. Cette aventure voit naître un nouveau site, Catholique.org.

 

 

 

dieuetinternet.com

 

 

 

Jean-Baptiste-Maillard-Dieu-est-de-retour-parousie.over-blo.jpg

"Dieu est de retour : La nouvelle évangélisation de la France"

Jean-Baptiste Maillard

Éditions de l'Oeuvre

380 pages (25 mai 2009)

 

 

 

SYNODE DES ÉVÊQUES 2011

LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION POUR LA

TRANSMISSION DE LA FOI CHRÉTIENNE

LINEAMENTA

 

 

 

"Parmi les devoirs spécifiques du Conseil figurent :"

 

"1. l’approfondissement du sens théologique et pastoral de la nouvelle évangélisation ;

 

2. la promotion et l’encouragement, en étroite collaboration avec les Conférences épiscopales concernées, qui pourront avoir un organisme ad hoc, de l’étude, la diffusion et la mise en œuvre du Magistère pontifical relatif aux thèmes liés à la nouvelle évangélisation ;

 

3. la divulgation et le soutien des initiatives liées à la nouvelle évangélisation déjà en cours dans les différentes Eglises particulières et la promotion de la mise en œuvre de nouvelles initiatives, en sollicitant également la participation active des ressources présentes dans les Instituts de vie consacrée et dans les Sociétés de vie apostolique, ainsi que dans les rassemblements de fidèles et dans les communautés nouvelles ;

 

4. l’étude et l’encouragement de l’utilisation des formes modernes de communication, comme instruments pour la nouvelle évangélisation ;

 

5. la promotion de l’utilisation du Catéchisme de l’Eglise catholique, comme formulation essentielle et complète du contenu de la foi pour les hommes de notre temps."

 

LETTRE APOSTOLIQUE SOUS FORME DE MOTU PROPRIO "UBICUMQUE ET SEMPER", Article 3, BENOÎT XVI, INSTITUANT LE CONSEIL PONTIFICAL POUR LA PROMOTION DE LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION ; donné à Castel Gandolfo, le 21 septembre 2010. 

 

 

ainsisoientils.com

 

 

 


Jean-Baptiste Maillard auteur de "Dieu et... par Editions_Beatitudes

 

 

 

linquisitionpourlesnuls.com

 

 

 

Jean-Baptiste-Maillard-Dieu-et-internet-parousie.over-blog-jpg

"Dieu et Internet"

"40 questions pour mettre le feu au web"

Jean-Baptiste Maillard

Éditions des Béatitudes

299 pages (6 octobre 2011)

 

 

 

padreblog.fr


 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 16:46

Marguerite-de-Baviere-huile-sur-bois-16e-siecle-anonyme--.jpg

Duchesse et comtesse Marguerite de Bavière

épouse de Jean 1er de Bourgogne, dit Jean sans Peur, duc de Bourgogne

entrée dans le Tiers Ordre de Saint-François

probablement née en 1363 à La Haye (Den Haag - Pays Bas)

morte le 23 janvier 1423 à Dijon (Côte-d'Or - Bourgogne)

Huile sur bois, XVIème siècle (anonyme)

 

 

Blason-Ducs-de-Valois-Bourgogne-depuis-1364-parousie.over-b.png

 

"Le Rosaire – Les Équipes du Rosaire"

"La prière du Rosaire est née à Marienfloss, en Moselle"

article publié le 18 mai 2004 (archives du Diocèse de Metz)

 

 

Origine de la prière du Rosaire

En Occident, dès le VIIIème siècle, la liturgie de l’Avent a réuni en une seule prière les deux versets de l’Évangile de Saint-Luc : La salutation de l’ange Gabriel et la salutation d’Élisabeth. La première partie du « Je Vous salue » est constituée.

Cette prière à la Vierge s’est progressivement élaborée au Moyen- Âge. Elle a été popularisée au XIIème siècle par Saint-Bernard, puis au XIIIème siècle par Saint-Dominique. Il prescrivit même à ses religieux de porter un chapelet à leur ceinture.

 

MARIENFLOSS : Le berceau du Rosaire

Vers 1415, à MARIENFLOSS, à Sierck-lès-Bains (Moselle), 3 personnages se trouvent réunis au couvent des Chartreux :

Alfred d’Essen, recteur du couvent, Dominique de Prusse* et Marguerite de Bavière, l’épouse du Duc de Lorraine.

En 1398, Marguerite de Bavière, jeune princesse palatine, épouse Charles II, duc de Lorraine.

Rapidement, la jeune duchesse découvre que son mari la trompe. Humiliée, elle se résout à quitter le palais et cherche refuge au château de Sierck. Seule, abandonnée dans un château fort à vocation militaire, elle éprouve le besoin d’un soutien. La prière ? Sa jeunesse insouciante et dorée ne l’a guère préparée à cette démarche de dévotion.

Elle se rappelle qu’elle avait rencontré naguère, à la cour, un jeune noble promis à une brillante carrière, mais qui, à l’étonnement de tous, avait préféré revêtir la bure des Chartreux. Il se nomme Adolphe d’Essen, alors prieur au Couvent des Chartreux à Trèves ; celui-ci accepte de devenir son directeur spirituel et s’installe au Couvent de Marienfloss.

Il y emmène Dominique de Prusse, entré dans la Communauté des Chartreux après des années d’errance, et qui était devenu un collaborateur apprécié.

Pour aider la duchesse à surmonter ses épreuves, Adolphe d’Essen lui propose la prière à Marie. Jésus n’a-t-il pas confié ses disciples à sa Mère ?

Mais quelle prière faire pour s’adresser à Marie ?

La plus belle, celle que Marie préfère entre toutes : l’Ave Maria !

« Personne, dit la Sainte Vierge, n’a encore trouvé et ne trouvera de paroles plus belles que celles prononcées par l’ange Gabriel : Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ! Personne pour m’honorer ne s’est mieux exprimé que ma cousine Élisabeth : Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni ! »

Pour éviter le reproche adressé autrefois à Israël ("Ce peuple m’honore des lèvres, mais son coeur est loin de moi !"), Adolphe d’Essen suggère d’unir le Chapelet à l’Évangile.

La duchesse se remémorera les événements de la vie de Jésus auxquels Sa Mère, la Vierge Marie, était si intimement associée, pendant que ses lèvres murmureront les Ave.

Un Ave relié à l’Évangile est aux yeux du moine une rose offerte à Notre-Dame. Les 150 Ave du Psautier plantent autour d’elle un superbe jardin, une roseraie, un Rosaire.

Rosaire, voilà le nouveau nom donné désormais au « Psautier de Marie » par Adolphe d’Essen.

 

Les Mystères du Rosaire

Dominique de Prusse est le troisième personnage clé. Éprouvant des difficultés pour se concentrer pendant la prière, Dominique inscrit noir sur blanc cinquante formules (ou clausules). Comme chaque clausule résume un passage d’Évangile, toute la vie de Jésus défile pendant la prière. Ainsi, il dispose d’un aide-mémoire qui lui permet de prier avec profit le Rosaire. Dominique de Prusse vient d’inventer les mystères du Rosaire.

À partir de 1460, sous l’impulsion d’un Dominicain breton, Alain de la Roche, le Rosaire prend une dimension communautaire. Des confréries se multiplient et le peuple transforme petit à petit les 150 Ave qui se présentaient à la file, sans interruption, en les groupant en 15 dizaines, chacune séparée par un « Gloire au Père » et un « Notre Père ». Des clausules inventées par Dominique de Prusse, la piété populaire n’en retient qu’une pour chacune des 15 dizaines et prend désormais le nom de « Mystère » :

 

Les Mystères Joyeux :

(Voir les références dans la Bible)

- L’Annonciation : l’Ange Gabriel annonce à Marie qu’Elle aura un fils, texte : Luc 1, 26-38

- La Visitation : visite de Marie à Sa cousine Élisabeth, texte : Luc 1, 39-56

- La Nativité, texte : Luc 2, 1-20

- La Présentation de Jésus au Temple: Marie et Joseph emmènent Jésus au Temple de Jérusalem pour Le présenter au Seigneur, comme tous les garçons premiers-nés de son époque, texte : Luc 2, 22-35

- Le Recouvrement : Marie et Joseph ont cherché Jésus pendant trois jours. Il était au Temple avec les docteurs de la Loi, texte : Luc 2, 41-52

 

Les Mystères Douloureux :

- L’Agonie : prière de Jésus au mont des Oliviers, la veille de Son arrestation, textes : Matthieu 26,36-46 ; Marc 14,32-42 ; Luc 22,40-46

- La flagellation : après Son arrestation, Jésus est flagellé, textes : Matthieu 26,67-68 ; Marc 14, 65 ; Luc 22, 63-66

- Le Couronnement d’épines, textes : Matthieu 27, 27-31 ; Marc 15, 16-20 ; Jean 19, 2-3

- Le Portement de la Croix, textes : Matthieu 27,32-33, Marc, 15, 16-20 ; Luc 23,26 ; Jean 19,17

- La Crucifixion et la mort de Jésus : les soldats crucifient Jésus au Golgotha, textes : Matthieu 27, 32-43 ; Marc 15, 21-27 ; Luc 23, 33-34 ; Jean 19, 17-24

 

Les Mystères Glorieux :

- La Résurrection, textes : Matthieu 28, 1-8, Marc 16,1-8 ; Luc 24, 1-10 ; Jean 20,11-18

- L’Ascension, textes : Marc 16, 19 ; Luc 24, 50-52 ; Actes 1,3-14

- La Pentecôte, textes : Actes 2, 1-13

- L’Assomption de Marie : Apocalypse 12, 1

- Le Couronnement de Marie au Ciel : Apocalypse 12, 1

Mais il manque encore au « Je Vous salue » sa seconde partie : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort ».

Le 15 septembre 1569, une Bulle du Pape Pie V ajoute ce complément et confère au Rosaire sa consécration officielle. Ainsi, le Rosaire est devenu une prière d’Église.

Le 16 octobre 2002, le Pape Jean-Paul II proclame l’année qui va d’octobre 2002 à octobre 2003 « Année du Rosaire ». Il publie la lettre apostolique « Rosarium Virginis Mariae » (« le Rosaire de la Vierge Marie »). Afin de donner une consistance nettement plus christologique, il ajoute un quatrième Mystère aux trois existants : Les Mystères Lumineux.

 

Les mystères Lumineux :

- Le Baptême au Jourdain, textes : Saint Paul aux Corinthiens 2 Co 5, 21, Matthieu 3, 17

- Les Noces de Cana, texte : Jean 2, 1-12

- L’Annonce du Royaume, textes : Marc 1,15 ; Marc 2, 3-13 ; Luc 7, 47-48 ; Jean 20, 22-23

- La Transfiguration, texte : Luc 9,35

- L'Institution de l'Eucharistie, texte : Jean 13,1

 

L’importance de cette prière

Grâce au Rosaire, des communautés chrétiennes ont gardé la Foi pendant de longues périodes de persécutions (Japon, Madagascar par exemple).

Le pape Jean-Paul II dit qu’elle est sa prière préférée, une prière merveilleuse de simplicité et de profondeur. « Prier le Rosaire, dit-il, n’est rien d’autre que contempler avec Marie le visage du Christ ; cheminer avec Marie à travers les scènes du Rosaire, c’est comme se mettre à « l’école » de Marie pour lire le Christ, pour en pénétrer les secrets, pour en comprendre le message… Par nature, la récitation du Rosaire exige que le rythme soit calme et que l’on prenne son temps, afin que la personne qui s’y livre puisse mieux méditer les mystères de la vie du Seigneur… Le Rosaire exerce sur celui qui prie une action pacificatrice qui le dispose à recevoir cette paix véritable qui est un don spécial du Ressuscité (Jean 14, 27 et 20, 21), et à en faire l’expérience au fond de son être, en vue de la répandre autour de lui ».

 

Les Équipes du Rosaire

Nous sommes les héritiers du Rosaire Vivant de Pauline Jaricot.

Cette jeune Lyonnaise a vécu de 1799 à 1862. Née dans un milieu chrétien aisé, elle fait à 17 ans le vœu de pauvreté, et le voeu de se consacrer entièrement au service de Dieu tout en restant dans le monde. Elle invente un système pour venir au secours des missions lointaines. Pour cela, elle organise des groupes de 10 filles qui, chaque semaine, recueillent un sou pour le soutien financier des missions. Cette méthode donne naissance à l’œuvre de la Propagation de la Foi (OPM).

À 22 ans, elle lance l’œuvre du Rosaire Vivant car elle sait que toute œuvre chrétienne est fondée sur la prière. Elle organise alors des groupes de 15 personnes. Chaque personne d’une quinzaine s’engage à prier une dizaine du Rosaire en méditant le Mystère qui lui échoit par tirage au sort, chaque mois. Pauline conseille de composer chaque groupe par « du bon, du médiocre et quelques autres personnes qui n’ont que la bonne volonté ». Ainsi, sur les 15 morceaux de charbon réunis, « un seul est bien allumé, 3 ou 4 le sont à demi, et les autres pas. Rapprochez-les, c’est un brasier ! ».

« Voilà le caractère propre de votre Rosaire Vivant », lui écrit le Provincial des Jésuites, le Père Ramière, enthousiaste. En 1862, à la mort de Pauline, le Rosaire Vivant compte plus de 150 000 quinzaines (soit 2 250 000 inscrits). Avec beaucoup d’humilité, elle disait : « Je ne suis que la première allumette pour allumer le feu ».

En octobre 1955, le Père Joseph Eyquem, Dominicain, eut l’intuition d’actualiser le Rosaire Vivant de Pauline Jaricot. Deux ans plus tard, avec la collaboration de Colette Couvreur (laïque), il crée « Les Équipes du Rosaire ». Déjà, la perspective est universelle. Ce n’est pas étonnant quand on sait que le Père Eyquem avait confié ce nouvel élan missionnaire.

 

Les Équipes du Rosaire dans le Diocèse de Metz

Membre de la Famille du Rosaire, ce Mouvement d’Église participe à la mission du peuple de Dieu tout entier. Il a trois missions : Annoncer la Bonne Nouvelle, Proposer la Foi, Vivre l’Évangile. C’est un Mouvement de spiritualité mariale et missionnaire.

En France, les Équipes du Rosaire comptent environ 108 000 membres, réunis dans plus de 10 000 équipes.

Dans notre diocèse, 790 membres se réunissent dans 75 équipes réparties en 6 secteurs.

 

Le présent et l’avenir ?

Il serait hautement souhaitable que, dans chaque paroisse de notre diocèse, une personne regroupe autour d’elle des voisins, voisines (4 à 15 personnes), qui se réuniraient une fois par mois. C’est la démarche communautaire.

Le lancement et l’animation d’une « Équipe du Rosaire » est un apostolat des laïcs, pour une « Nouvelle Évangélisation » dans la vie d’une paroisse.

La deuxième démarche est individuelle et quotidienne. Elle consiste tout simplement à prier, chez soi, à la maison ou ailleurs, seul, à n’importe quel moment de la journée. (1 « Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père » en méditant l’un des 20 mystères, ceci à l’aide d’un calendrier d’équipe).

Ainsi, comme des petites lumières éparpillées à travers le monde, nous sommes une foule de priants, dont la louange et les prières d’intercession montent sans cesse vers le Trône du Dieu Vivant, pour Sa plus grande Gloire et le salut de tous les hommes.

 

Renseignements en Moselle

 

* Dominique de Prusse est aussi appelé Dominique de Trèves (Trier - Allemagne actuelle).

 

N.B. : "Marienfloss" est quelquefois orthographiée "Marienflos", parfois même "Marienfluss".

 

 

 

Histoire détaillée du Rosaire

 

 

 

Philippe-le-Hardi--au-fond--Jean-sans-Peur-et-Marguerite-de.JPGTombeaux de Philippe le Hardi (au fond) et de

Jean sans Peur et Marguerite de Bavière (au premier plan)

 Salle des Gardes du Musée des Beaux-Arts de Dijon


 

 

Château des Ducs de Lorraine

à Sierck les Bains

 

 

 

Note : 

"Des Pays-Bas bourguignons aux Pays-Bas espagnols"

"Les provinces formant actuellement les Pays-Bas furent progressivement rassemblées, par mariage, achat ou conquête par les ducs de Bourgogne. Cet ensemble passa par héritage aux Habsbourg, Marie de Bourgogne, la fille de Charles le Téméraire, ayant épousé l'empereur Maximilien Ier. La Frise, l'Utrecht, le Groningue et les Ommelanden, Drenthe et la Gueldre sont rattachés progressivement au domaine des Habsbourg après des décennies de relations conflictuelles avec le duc de Gueldre. Sous le règne de Charles Quint, empereur du Saint-Empire romain germanique et roi d'Espagne, la région faisait partie des 17 provinces des Pays-Bas espagnols qui comprenait également la Belgique et le Nord-Pas-de-Calais actuels."

 

Source : Wikipédia

 

 

Marguerite-de-Baviere--duchesse-de-Bourgogne--parousie.ove.jpg

Marguerite de Bavière, duchesse de Bourgogne

Margaret of Bavaria

spouse of John the Fearless, Duke of Burgundy

 

 

 

Le Père Jean-Jules-Marie Curicque,

né en 1827 à Sierck (Moselle),

"Un bâtisseur de mémoire"

 

 

 

Vie de la Bienheureuse Princesse Marguerite de Bavière, par l'Abbé Jean-Marie Curicque (1859)

 

 

 

L'Abbé Jean-Jules-Marie Curicque,

Curé de Haute-Kontz de 1866 à 1892

 

 

 

Marienfloss--parousie.over-blog.fr.jpg

Statue de la Vierge

Sanctuaire de Marienfloss

Sierck-les-Bains (Moselle)

anciennement Sierck-sur-Moselle

 

 

 

"Marienfloss,

source d'eau vive,

d'où jaillit le Rosaire"

 

 

 

Dominique de Trèves (Dominikus von Preußen) (v.1384-1461), chez qui le Cœur de Jésus apparaît comme le centre de la pratique de toutes les vertus. Il écrit : "C'est dans le Cœur très doux de Jésus que nous trouverons la force, la miséricorde, la justice, la paix, la vertu et le salut éternel. C'est de Lui que nous viendront la vie, la consolation, et aussi la lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde, mais surtout celui qui est dans la tribulation et le besoin, et qui recourt à Lui en toute confiance. […] C'est pourquoi vous baiserez fréquemment avec reconnaissance ce Cœur très pieux de Jésus inséparablement uni au Cœur divin, où sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science de Dieu, une image, dis-je, soit de ce Cœur, soit du crucifix. Vous aspirerez sans cesse à le contempler face à face, en lui confiant vos peines ; de là vous attirerez dans votre cœur son esprit et son amour, ses grâces et ses vertus ; à lui vous vous remettrez, dans les biens et dans les maux, en lui vous aurez confiance, à lui vous vous attacherez ; en lui vous habiterez…, afin que lui en retour daigne faire sa demeure en votre cœur ; là enfin vous vous endormirez doucement et reposerez dans la paix. Car quand les cœurs de tous les mortels vous tromperaient ou vous abandonneraient, ce Cœur très fidèle jamais ne vous trompera ni ne vous abandonnera… Vous ne négligerez pas non plus d'honorer dévotement et d'invoquer la glorieuse Mère de Dieu… et très douce Vierge Marie, afin qu'elle daigne vous obtenir du très doux Cœur de son Fils tout ce qui vous sera nécessaire. En retour, vous offrirez tout au Cœur de Jésus par ses mains bénies".

 

 

Benoit-XVI--Basilique-Saint---Paul-hors-les-murs-a-Ro.jpg

 

Voici le texte des 50 clausules de Dominique de Trèves :

 

1. Jésus, conçu de l'Esprit Saint à l'Annonce de l'Ange.

2. Jésus, qui avec toi qui le conçus, visita Sainte Élisabeth.

3. Jésus, que, vierge de corps et d'âme, tu as mis au monde avec joie.

4. Jésus, que tu as allaité de ton sein virginal, adorant en lui ton Créateur.

5. Jésus, que tu as enveloppé de langes et couché dans une crèche.

6. Jésus, que les Anges célébrèrent en chantant le Gloria in excelsis, et les bergers visitèrent à Bethléem.

7. Jésus, qui fut circoncis le huitième jour, et reçut le nom de Jésus.

8. Jésus, que les Mages adorèrent en le comblant de présents.

9. Jésus, porté par toi au Temple et présenté à Dieu, son Père.

10. Jésus, reçu dans les bras du vieux Siméon, et reconnu par la sainte veuve Anne.

11. Jésus, avec lequel tu fuis en Égypte, à cause de la persécution d'Hérode.

12. Jésus, avec lequel tu es retournée sept années après, à ta patrie, avertie par l'Ange.

13. Jésus, perdu à Jérusalem quand il avait douze ans, et retrouvé au Temple par toi après trois jours.

14. Jésus, qui croissait chaque jour en âge et grâce devant Dieu et les hommes.

15. Jésus, que Jean baptisa dans le Jourdain et désigna comme l'Agneau de Dieu.

16. Jésus, qui, ayant jeûné pendant quarante jours dans le désert, triompha des tentations de l'Ennemi.

17. Jésus, qui, après avoir choisi ses disciples, annonça le Règne de Dieu.

18. Jésus, qui ouvrit les yeux des aveugles, guérit les lépreux, releva les paralytiques et délivra les possédés du démon.

19. Jésus, dont les pieds furent baignés de larmes par Marie-Madeleine, séchés de ses cheveux, oints de son parfum.

20. Jésus, qui ressuscita Lazare et d'autres défunts.

21. Jésus, reçu en triomphe par le peuple au jour des Rameaux.

22. Jésus, qui à la dernière Cène institua le sacrement de son Corps et de son Sang.

23. Jésus, qui dans le jardin, après avoir longtemps prié, sua abondamment du sang.

24. Jésus, qui, allant à la rencontre de ses ennemis, se livra volontairement entre leurs mains.

25. Jésus, lié et attaché avec force par les envoyés des Juifs, et conduit ainsi au grand-prêtre.

26. Jésus, qui, accusé faussement, eut la face voilée, fut frappé et couvert de crachats.

27. Jésus, déclaré devant Caïphe et Pilate condamnable au supplice de la croix comme un malfaiteur.

28. Jésus, dépouillé de ses vêtements et flagellé cruellement par ordre de Pilate.

29. Jésus, couronné d'épines, revêtu d'un manteau de pourpre et salué comme un roi de farce par les soldats.

30. Jésus, condamné à une mort infâme et conduit au supplice entre deux larrons.

31. Jésus, cloué sur la croix et abreuvé de fiel et vinaigre.

32. Jésus, qui, priant pour ses bourreaux, dit : "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

33. Jésus, qui dit au larron crucifié à sa droite : "En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis."

34. Jésus, qui te dit à toi, sa Mère : "Mère, voici ton fils" ; et à Jean : "Voici ta Mère."

35. Jésus, qui du haut de la croix cria : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?"

36. Jésus, qui dit : "J'ai soif !", et après avoir goûté le vinaigre s'écria : "Tout est accompli."

37. Jésus, qui pour finir clama : "Père, entre tes mains, je remets mon esprit."

38. Jésus, qui pour nous autres, pauvres pécheurs, souffrit une cruelle et douloureuse mort.

39. Jésus, dont le côté transpercé par la lance fit jaillir le Sang et l'Eau pour la rémission de nos fautes.

40. Jésus, dont le sacré Corps descendu de la croix fut déposé dans tes bras selon une pieuse croyance.

41. Jésus, dont le corps enveloppé d'un linceul et parfumé d'aromates fut déposé au sépulcre par des hommes pieux.

42. Jésus, dont le sépulcre fut scellé et que les juifs ont fait gardé.

43. Jésus, dont la sainte âme descendit aux enfers, pour conduire au paradis les saints patriarches.

44. Jésus, qui ressuscita le troisième jour, te remplissant, sa douce Mère, d'une joie ineffable.

45. Jésus, qui après sa Résurrection apparut souvent à ses disciples et amis pour fortifier leur foi.

46. Jésus, qui, en ta présence et celle des saints apôtres, monta au ciel et s'assit à la droite du Père.

47. Jésus, qui, selon sa promesse, envoya sur ses disciples l'Esprit Saint au jour de la Pentecôte.

48. Jésus, qui t'a enfin appelée à lui, sa douce Mère, te plaçant à sa droite et te couronnant de gloire.

49. Jésus, qui veuille bien nous appeler aussi après cette misérable vie, nous ses serviteurs et les tiens, et nous placer dans le Royaume de son Père.

50. Jésus, qui règne avec le Père et le Saint Esprit, et avec toi sa très sainte Mère, triomphant et glorieux pour toujours.

 

 

Notre-Dame-des-Doms-a-Avignon--parousie.over-blog.fr.jpg

Notre-Dame-des-Doms (Avignon)

 

 

 

Sources principales de cet article :

 

Diocèse de Metz, archives

 

http://www.petit-patrimoine.com

 

http://www.chateau-sierck.com

 

http://www.otsierck.com

 

http://nominis.cef.fr

 

http://www.lepaysdesierck.info

 

http://www.siercklesbains.fr

 

http://www.histoire-genealogie.com

 

http://www.certosini.info

 

http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com

 

http://abbayes-de-france.asso-web.com

 

http://www.missa.org

 

http://www.academia.edu

 

http://www.patrimoine-histoire.fr

 

 

Vie d'Adolphe d'Essen,parousie.over-blog.fr

Adolf von Essen

 

 

 

"Fater unsēr thu in himilom bist giuuīhit sī namo thīn"

"Père notre toi dans cieux es sanctifié soit nom ton"

 

Extrait du Notre Père

en ancien haut francique rhénan méridional

 

 

Écrits en dialectes franciques

 

 

Dialectes-en-Moselle--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Notre Père en Francique Luxembourgeois

 

 

 

Le-mecenat-bibliophilique-de-Jean-sans-Peur-et-de-Marguer.jpg

 

 

 

Le mécénat bibliophilique de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière - Delphine Jeannot (résumé de thèse)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:45

Padre-Pio-Notre-Dame-des-Graces--parousie.over-blog.fr.jpg

Francesco Forgione, "Padre Pio"

Frère Capucin le 22 janvier 1903 à Morcone

Prêtre le 10 août 1910 (Cathédrale de Benevento)

Couvent de San Giovanni Rotondo du 4 septembre 1916 à sa mort

né le 25 mai 1887 à Pietrelcina (Benevento, Campania - Italie)

mort le 23 septembre 1968 à San Giovanni Rotondo (Foggia, Puglia - Italie)

 

 

Blason-San-Giovanni-Rotondo--parousie.over-blog.fr.png 

 

Supplique à Notre-Dame des Grâces

de San Giovanni Rotondo

 

1. Ô Céleste Trésorière de toutes les Grâces, Mère de Dieu et Marie ma Mère, Vous êtes la Fille du Père Éternel, Vous tenez en main Sa Puissance : je Vous en supplie, prenez en pitié mon âme et accordez-moi la grâce que je Vous demande si ardemment.

Je Vous salue, Marie

 

2. Ô Miséricordieuse Dispensatrice des Grâces Divines, Très Sainte Vierge Marie, Vous êtes la Mère de l'Éternel Verbe Incarné qui Vous a couronnée de Son immense Sagesse : regardez la grandeur de ma douleur et accordez-moi la grâce dont j'ai tant besoin.

Je Vous salue, Marie

 

3. Ô Très Aimante Dispensatrice des Grâces Divines, Épouse Immaculée de l'Éternel Esprit Saint, Très Sainte Vierge Marie, qui avez reçu de Lui un Cœur qui prend en pitié les malheurs humains, et qui ne peut s'empêcher de consoler les affligés, hâtez-Vous de Vous occuper de mon âme et accordez-moi la grâce que j'attends avec pleine confiance de Votre immense Bonté.

Je Vous salue, Marie

 

4. Oui, oui, Ô ma Mère, Trésorière de Toutes les Grâces, Refuge des pauvres pécheurs, Consolatrice des affligés, Espérance de ceux qui désespèrent et Aide très puissante des chrétiens, je mets en Vous toute ma confiance et je suis certain que Vous m'obtiendrez de Jésus la grâce que je désire ardemment, si elle doit servir au bien de mon âme.

Salve Regina

 

200 jours d’indulgences à ceux qui réciteront dévotement cette prière, vénérée dans l'église des Frères Mineurs Capucins de San Giovanni Rotondo (Foggia - Italie).

 

† Mgr Andrea Cesarano, Archevêque

Manfredonia, le 25 novembre 1946

 

 

Padre-pio-visitant-le-chantier-du-Sanctuaire-ND-des-Graces.jpg

Le Padre Pio visitant le chantier du

Sanctuaire Notre-Dame des Grâces

à San Giovanni Rotondo

 

 


"Abandonnez-vous totalement sur le Divin Coeur de Jésus

de même qu’un nouveau-né dans les bras de sa mère."

Saint Padre Pio

 

 

 

Notre-Dame-des-Graces--San-Giovanni-Rotondo--parousie.over.jpg

 

 

Le 1er Juillet 1959, Mgr Paolo Carta, Évêque de Foggia, consacra l'église originelle de Sainte Marie des Grâces de San Giovanni Rotondo ("Chiesa di S. Maria delle Grazie"), ainsi que le maître-autel, en la dédiant à Notre-Dame des Grâces ("S. Maria delle Grazie").

Mgr Cirillo Zohrabian, prélat capucin arménien, le même jour, consacra les autels latéraux et ceux se trouvant sur les matroneums.

Le lendemain, le Cardinal Federico Tedeschini couronna le cadre de Notre-Dame des Grâces.

 

 

ND-des-Graces--San-Giovanni-Rotondo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« ... Lors de ses funérailles, alors que son cadavre reposait déjà dans la crypte, la foule des fervents se rendit dans le terrain vague, à l’heure habituelle du "signe du mouchoir". Et, après un moment de prière vocale, ils chantèrent des cantiques particulièrement aimés du Padre. Soudain, on entendit des exclamations de joie : le Padre Pio apparaissait, souriant, le visage tourné vers la gauche, sur la vitre de ce qui avait été sa cellule ! On voyait nettement sa bure, jusqu’au ventre, et la cordelière, tels que je les avais vus. Aux cris de Miraculo de la foule, le père gardien du couvent dépêcha un moine sur les lieux. Et ce dernier revint avec l’information incroyable : le Padre apparaissait sur la vitre. Alors, pour donner une bonne leçon de réalisme à tous ceux qu’il pouvait considérer comme des exaltés, des fanatiques, il donna l’ordre d’ouvrir la fenêtre de la cellule du Padre et de tendre un drap blanc. Eh bien ! après un "Ah" de déception de la foule, retentirent soudain des "Oh ! Oh !" joyeux et amusés : la "photo vivante" du Padre apparaissait à la fois sur toutes les vitres de cette façade du couvent de Sainte-Marie-des-Grâces (1). »

 

(1) « Henri Bourdeau, le Dernier des fils du Padre Pio (ms. inédit), p. 18. »

 

Source : « Padre Pio - Le stigmatisé », Yves Chiron, collection Tempus, éditions Perrin (2004), pages 326-327.

 

 

Corps-Padre-Pio-crypte-chiesa-di-S.-Pio-S-G-Rotondo-parousi.jpg

 

 

Châsse du Saint Padre Pio dans la crypte

de l'église inférieure du Sanctuaire de Saint Pio

("Chiesa di Padre Pio", ou "Santuario di San Pio da Pietrelcina")

à San Giovanni Rotondo

 

 

Chasse-Padre-Pio-San-Giovanni-Rotondo-parousie.over-blog.f.jpg

 

 

Le Sanctuaire de Saint Pio ("Santuario di San Pio") est une église de conception moderne, construite en 1994 et inaugurée le 1er juillet 2004. Elle est située à San Giovanni Rotondo, a été commandée par l'Ordre des Frères Mineurs Capucins de la province de Foggia, et conçue par l'architecte italien Renzo Piano.

Elle accueille chaque année des milliers de pèlerins, venant pour honorer la mémoire de Padre Pio de Pietrelcina. L'oeuvre a été presque entièrement financée par les dons des pèlerins.

Avec une surface de 6000 m² , l'église peut contenir 7000 personnes ; elle est l'une des plus grandes églises d'Italie.

Elle a été inaugurée en présence de plus de 30 000 personnes, le 1er juillet 2004, avec une dédicace à Saint Pio de Pietrelcina.

Cette construction contemporaine a suscité de nombreuses critiques, tant par son style qui manquerait de qualité artistique, que par sa taille qui serait plus adaptée à un stade qu'à un lieu de culte, décevant les adeptes d'un édifice plus classique.

 

 

Padre-Pio-celebrant-la-Messe--parousie.over-blog.fr.jpg


 

italie.gif

 

Supplica a Maria SS. delle Grazie

che si venera nella Chiesa dei Cappuccini di S. Giovanni Rotondo

 

1. O Celeste Tesoriera di tutte le grazie, Madre di Dio e Madre mia Maria, poiché sei la Figlia Primogenita dell'Eterno Padre e tieni in mano la Sua onnipotenza, muoviti a pietà dell'anima mia e concedimi la grazia di cui fervidamente Ti supplico.

Ave Maria.

 

2. O Misericordiosa Dispensatrice delle grazie divine, Maria Santissima, Tu che sei la Madre dell'Eterno Verbo Incarnato, il quale Ti ha coronata della Sua immensa Sapienza, considera la grandezza del mio dolore e concedimi la grazia di cui ho tanto bisogno.

Ave Maria.

 

3. O Amorosissima Dispensatrice delle grazie divine, Immacolata Sposa dell'Eterno Spirito Santo, Maria Santissima, Tu che da Lui hai ricevuto un cuore che si muove a pietà delle umane aventure e non può restare senza consolare chi soffre, muoviti a pietà dell'anima mia e concedimi la grazia che io aspetto con piena fiducia della Tua immensa bontà.

Ave Maria.

 

4. Si, si, o Madre mia, Tesoriera di tutte le grazie, Rifugio dei poveri peccatori, Consolatrice degli afflitti, Speranza di chi dispera e Aiuto potentissimo dei cristiani, io ripongo in Te ogni mia fiducia e sono sicuro che mi otterrai da Gesù la grazia che tanto disidero, qualora sia per il bene dell'anima mia.

Salve Regina.

 

Si concedono 200 giorni di Indulgenza a chi devotamente reciterà la suddetta preghiera.

 

Manfredonia, 25 novembre 1946. † Andrea Cesarano, Arcivescovo

 

 

Sanctuaire-Notre-Dame-des-Graces--S-G-Rotondo--parousie.ov.jpg

 

Il 1 luglio 1959, Mons. Paolo Carta, Vescovo di Foggia, consacrò la chiesa, insieme con l’altare maggiore, dedicandola a S. Maria delle Grazie. Mons. Cirillo Zohrabian, presule cappuccino armeno, lo stesso giorno, ne consacrò gli altarini laterali e quelli sui matronei. Il giorno dopo, il Card. Federico Tedeschini incoronò il quadro di S. Maria delle Grazie.

 

Chiesa di Padre Pio

 

 

Autel-Notre-Dame-des-Graces-S.G.-Rotondo--parousie.over-bl.JPG

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 18:55

Vble-Leon-Papin-Dupont--parousie.over-blog.fr.jpg

Léon Papin Dupont

"Mr Dupont"

"Le Saint Homme de Tours"

"L'Apôtre de la Sainte Face de Jésus"

né le 24 janvier 1797 au Lamentin (Martinique)

mort le 18 mars 1876 à Tours (Indre-et-Loire)

 

 

Blason-Martinique--parousie.over-blog.fr.png

 

"Je versais un torrent de larmes

et mon cœur fut inondé de joie."

Léon Papin-Dupont

Première Comunion

 

 

Sainte-Face-Adorable-de-Jesus--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière pour la béatification du

Vénérable Léon Papin-Dupont

 

Seigneur Jésus qui, par la dévotion à Votre Sainte Face, avez répandu tant de faveurs sur les corps et les âmes, dans la maison et grâce aux prières de Votre serviteur Léon Dupont ; Vous qui l’avez rendu si admirable par la vivacité de sa Foi et son grand esprit de réparation, accordez-nous que bientôt, par l’autorité de Votre Sainte Église, nous puissions l’invoquer comme bienheureux, afin de développer, par son culte, l’esprit d’apostolat chez les hommes et, chez tous les fidèles, l’amour et la pratique de la réparation.

 

« Notre Père », « Je Vous salue Marie ».

 

Saint-Martin, priez pour nous.

 

 

Diocèse de Tours

 

 

Leon-Dupont.jpg

 

 

Introduction de la cause en béatification :

Oratoire de la Sainte-Face

8, rue Bernard Palissy

37000 Tours

FRANCE

 

 

Oratory of the Holy Face

 

 

Triduum-de-la-Sainte-Face-Oratoire-Tours--parousie.over-blo.jpg

 

Note : Le nouveau Couvent de Tours est chargé, parmi beaucoup d'autres activités, d'animer l'Oratoire de la Sainte-Face. Cet Oratoire fut érigé en 1876 dans la maison de Léon Papin Dupont, le "Saint Homme de Tours", grand dévot de Saint Martin de Tours et de Sainte-Philomène.

Léon Papin Dupont a contribué au renouveau spirituel de la Touraine au milieu du XIXème siècle et a donné une grande impulsion aux pèlerinage martiniens.

Les Frères du Couvent de Tours, fondé en 1222, puis repris le 6 Juillet 1972, ont notamment la charge du Sanctuaire de la Sainte-Face.

L'Oratoire et le Couvent ont été rénovés récemment.

 

 

ST-de-la-Sainte-Face---parousie.over-blog.fr.jpg

 

Archiconfrérie de la Sainte Face de Tours

érigée canoniquement par le Pape Léon XIII

Le 26 avril 1885, Monsieur Louis Martin et toute sa famille :

Marie, Léonie, Céline et Thérèse,

s’étaient inscrits à l’Archiconfrérie de la Sainte Face de Tours

 

 

Jean-Paul-II-blog-Parousie.jpg

 

"La Sainte Face est ma vie"

Bienheureux Gaetano Catanoso

 

 

Positive-et-negatif-Saint-Suaire-de-Turin--parousie.over-b.jpg

Positive et négatif du Saint Suaire de Turin

 

 

 

"Par ma Sainte Face, vous ferez des prodiges."

Jésus à Soeur Marie de Saint Pierre

 

 

 

The-Holy-Man-of-Tours-The-Life-of-Leo-Dupont-Dorothy-Scalla.jpg

 

 

"Personne ne me donne un baiser d'amour sur ma Face,

pour réparer le baiser de Judas ?"

Jésus à Soeur Maria Perina

 

 

 

Dévotion à la Sainte Face de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

 

 

Devotion-Sainte-Face-Jesus-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Vie de M. Dupont, tome 1 - Abbé Pierre-Désiré Janvier (1882)

 

 

 

Leon-Papin-Dupont-Tours--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Vie de M. Dupont, tome 2 - Abbé Pierre-Désiré Janvier (1882)

 

 

 

L.-Papin-Dupont--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

The Life of Léon Papin-Dupont, the Holy Man of Tours (1882)

 

 

 

Partager cet article
Repost0