Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 05:55

Medjugorje 10, parousie.over-blog.fr

 

 

 

GRANDE NEUVAINE À MARIE REINE DE LA PAIX

POUR QUE LA FRANCE S'OUVRE À MEDJUGORJE

 

Cette neuvaine a été officiellement récitée du vendredi 10 février 2012 (Introduction) au lundi 20 février 2012 (Conclusion). Mais bien sûr, elle peut être récitée à tout moment. Les prières d'amour sont éternelles !

 

Patrick, l'auteur de ce blog

 

 

Source de cet article : Étoile Notre Dame

http://www.etoilenotredame.net

http://www.etoilenotredame.org

 

 

 


 

"Individuellement, mes enfants,

vous ne pouvez pas arrêter le mal

qui désire gouverner le monde et le détruire.

Mais, selon la volonté de Dieu,

tous ensemble aux côtés de mon Fils,

vous pouvez tout changer et guérir le monde."

(Medjugorje, le 02/08/2011)

 

 

Gospa, parousie.over-blog.fr

 

Prière d'introduction

PRIÈRE À LA VIERGE MARIE, REINE DE LA PAIX

PRIÈRE DU PÈRE PETAR LJUBICIC, prêtre franciscain de Medjugorje

 

Très sainte Vierge Marie, aimante Mère de Jésus

Mère de l’Eglise, Mère de bonté, d’amour et de miséricorde !

Notre bonne Mère et Reine de la Paix,

Nous sommes persuadés que tu nous aimes comme tes enfants

Que ton amour pour nous est indéfectible.

Tu es notre puissante protectrice, notre médiatrice de toutes grâces.

Nous te prions ardemment :

Entends-nous et aide-nous dans nos difficultés !

Tu sais bien, Mère, que nous ne sommes pas tels que Dieu

voudrait que nous soyons.

Nous sommes écrasés par les soucis de la vie et les responsabilités,

Accablés par nos faiblesses et nos péchés.

Tu sais, Mère, combien nous avons besoin

De foi ardente, d’espérance solide, d’amour vrai,

De joie véridique, de bonheur et de salut miséricordieux !

Aussi, nous te prions, bonne Mère, d’intercéder pour nous

Auprès de Ton Fils Jésus, notre Sauveur et notre Rédempteur,

Pour qu’Il nous délivre de l’influence des forces des ténèbres.

Pour que notre peuple de France se libère de tout mal, de tout péché

Et soit protégé de toute tentation.

Qu’Il déverse la Force de l’Esprit Saint sur Son Eglise.

Qu’elle soit signe et sacrement de salut pour tous les hommes !

Aide-nous afin que nous soyons toujours prêts, le coeur purifié,

A écouter la Parole de Dieu et à vivre par la Volonté de Dieu !

Obtiens-nous, par la prière, d’être toujours capables

De dépasser le mal et de le remplacer par le bien !

Obtiens que nos pères et nos mères aient la force de ne pas avoir peur

De la vie et qu’ils puissent éduquer une meilleure génération à venir !

Protège notre jeunesse afin qu’elle sache résister à toutes les tentations

Et fais qu’elle suive toujours le chemin vers le bien du Christ !

Obtiens pour nous tous la consolation, l’aide, la force et le Salut !

Reine de la Paix, notre Mère, Protectrice et puissante Médiatrice,

Fais que, par ton intercession, nous puissions arriver au Salut

Que le père du Ciel a promis.

Par le Christ notre Seigneur. Amen !

 

 

Medjugorje-2--parousie.over-blog.fr.jpg


 

1er jour de la neuvaine

PRIÈRE DE CONSÉCRATION À LA VIERGE MARIE

PRIÈRE DU PÈRE PETAR LJUBICIC, prêtre franciscain de Medjugorje

 

Marie, Mère de mon Sauveur et Mère de la Paix,

Je t’offre aujourd’hui, par amour, toute ma vie.

Comme Jésus, en mourant sur la croix, t’a confié à moi,

Ainsi maintenant je me confie à Toi.

Prends-moi sous ton voile maternel.

Je voudrais aimer Jésus comme Toi Tu L’as aimé.

Je désire apprendre de Toi comment écouter la Parole de Dieu

Et faire en tout Sa sainte Volonté.

Marie, avec Toi, je désire apprendre à considérer tous les hommes

Comme mes frères et soeurs et à les aimer comme Tu les aimes,

Car ils t’appartiennent tous.

Je me consacre à Toi afin que ma prière

puisse devenir une prière du coeur

Dans laquelle je trouverai la paix et la force pour la réconciliation.

À Toi, ma Mère, j’offre mon passé, mon présent et mon futur,

Toutes mes capacités, tous mes talents.

Je désire, comme Jésus, grandir auprès de Toi.

Qu’à partir de maintenant, tout en moi rende grâce au Seigneur !

Que mon âme se réjouisse avec Toi

Et glorifie Son Amour, Sa Bonté et Sa Miséricorde.

Je me consacre à Toi, Mère, et je consacre ma famille,

Tous mes amis avec lesquels je vis et travaille.

Je Te consacre mon peuple de France, afin qu’il soit Ton peuple.

Marie, ma Mère, Tu avais infiniment confiance en Dieu

Et jamais tu n’as douté.

Je Te prie ardemment, Mère, de nous aider à être semblables à Toi !

Aide-nous à croire fermement en Dieu, comme Toi Tu as cru.

Aide-nous à aimer Dieu comme Tu L’aimes.

Aide-nous à écouter Dieu comme Tu L’écoutes.

Aide-nous à être patients et à accepter la Volonté de Dieu

Et, d’un coeur joyeux, la réaliser.

Aide-nous à vivre en faisant toujours plus

Pour la Gloire de Dieu et notre salut.

Marie, nous voudrions, comme Toi, avoir l’Esprit Saint,

Que notre coeur, comme le Tien, soit obéissant et suive Ses inspirations.

Reine de la Paix, par Ton intercession,

Puissent ces paroles m’aider à ne plus jamais pécher !

Chère Mère, prie pour nous et avec nous,

Guide-nous de Ta main sûre vers le paradis,

Afin qu’ensemble, nous puissions rendre grâce

Et louer Dieu pour les siècles des siècles.

Amen.

 

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père 

 

 Medjugorje-3--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

2ème jour de la neuvaine

FILLE AÎNEE DE L'ÉGLISE,

SOUVIENS-TOI DES PROMESSES DE TON BAPTÊME

PRIÈRE DE SABRINA COVIC-RADOJICIC ET MICHÈLE FISCHER,

les Éditions Sakramento

 

Vierge Marie, depuis juin 1981, tu apparais à Medjugorje et tu donnes au monde des messages de paix, d’espérance et de réconciliation, des messages qui donnent la vie. Tu nous demandes inlassablement de ne pas construire notre futur sans Dieu.

Vierge Marie, nous te supplions de venir au secours de la France, ce pays qui a été pendant des siècles l’un des plus fidèles à ton divin Fils. Ce pays qui, pourtant, a oublié ce qui a fait sa grandeur et qui tente en vain de construire son futur en rejetant son héritage chrétien, en fermant son coeur à l’Amour de Dieu.

Un monde sans Dieu est un monde qui ne peut exister, car il lui manque son Essentiel, ce qui le maintient en vie : la foi, la confiance en la Miséricorde de Dieu et la Paix. Cette Paix que Jésus veut donner à chacun et que tu nous apportes de sa part.

Reine de la Paix, toi qui es si souvent venue nous visiter dans des endroits aussi beaux que La Salette, le Laus, Pontmain, Pellevoisin, la Rue du Bac, Lourdes..., toi qui nous as offert tant de grâces, ne regarde pas nos péchés, nos infidélités, aide-nous ! Comme une mère aimante, intercède pour nous auprès de ton Fils pour que le pays qu’il a choisi de manière aussi particulière reprenne la place qui est la sienne et sache à nouveau être celui qui portera le flambeau, celui qui proposera aux nations du monde de s’unir pour combattre les puissances des ténèbres.

Mère du Ciel, entends notre appel !

Dépose en notre nom au pied de ton Fils, notre Seigneur, nos prières pour que la France te rencontre à nouveau, qu’elle comprenne enfin ses erreurs et qu’à l’instar du fils prodigue de l’Évangile, de Fille Aînée elle devienne aussi Fille prodigue !

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-5--parousie.over-blog.fr.jpg

 

3ème jour de la neuvaine

POUR QUE LA PLUIE REVIENNE SUR L'OCCIDENT

PRIÈRE D'ARNAUD DUMOUCH,

professeur de religion catholique et théologien

 

Élie dit au roi Achab : "Par Yahvé vivant, le Dieu d'Israël que je sers, il n'y aura ces années-ci ni rosée ni pluie sauf à mon commandement" (1 Rois 17, 1).

Vierge Marie, Notre Dame de Medjugorje, jusqu’à quand va durer cette grande épreuve du désert en Occident ?

Tu sais mieux que nous ce qui est bon pour nous, mais nous te supplions d’obtenir la pluie de l’Esprit Saint pour nos enfants angoissés.

Nos pères n'ont pas su faire fructifier les immenses grâces reçues. Nous ne pouvons considérer qu’avec douleur toutes les trahisons qui sont venues de nos vieilles terres chrétiennes depuis que tu es apparue à la rue du Bac en 1830. Nous pensons aux millions de morts répandus par nos dirigeants, et aujourd’hui à notre goût insensé pour le seul plaisir matériel. Nous pensons avec douleurs aux crimes actuels de notre hédonisme : les couples brisés, les enfants avortés, les personnes âgées délaissées, la tentation du suicide chez beaucoup...

Mais maintenant, considère les angoisses de nos enfants. Ils sont comblés de pain matériel, riches de tout le confort, et leur coeur est sans repos. Pour ne pas penser, ils s’étourdissent dans les loisirs et le travail, et la nourriture qui vient du Ciel leur manque. Nos enfants perdent peu à peu la foi, ne comprenant pas ces églises vides, cette absence de joie dans l’Esprit Saint.

Cette famine spirituelle – l’Esprit de ton Fils que l'on ne sent plus –, elle dure et elle s’étend depuis plus de 40 ans. Nous reconnaissons les fruits qu’elle a portés : les chrétiens sont plus modestes, l’Église a profondément réfléchi à sa mission...

Mais maintenant, nous te supplions pour nos enfants. Y aura-t-il encore la foi en ces terres si cette absence de pluie continue ?

Vierge Marie, Notre Dame de Medjugorje, comme Élie, supplie Dieu dans ton humilité et ton amour et il écoutera ta sagesse.

Notre Dame de Medjugorje, obtiens pour nous la fin de cette sécheresse.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-4--parousie.over-blog.fr.jpg

 

4ème jour de la neuvaine

PRIONS POUR L'ENSEMBLE DU MONDE FRANCOPHONE

PRIÈRE DE DARIA KLANAC, guide et auteure

 

Chère Gospa, quand tu parles au monde, tu t’adresses à tous tes enfants sans distinction de race de peuple, de culture, de religion.

Tu veux tous les attirer et les offrir, par ton Fils Jésus, au Père.

A travers des siècles de chrétienté, tu as visité beaucoup de pays, mais plus particulièrement la France. Tes prophètes, dans les moments de crises profondes que ce pays traversait, nous transmettaient tes doux avertissements et ton insistante invitation à la conversion. C’est pourquoi cette terre-là est bénie et parsemée de tes sanctuaires et de cathédrales.

Ce peuple de Dieu t’a aimée et t’aime encore. Sa foi n’est pas morte.

De nombreux Français ont senti l’appel à aller à ta rencontre à Medjugorje. Ils y ont goûté à tes grâces et à ton amour maternel inconditionnel.

Au retour, ils désirent ardemment les partager avec chacun et chacune d’entre nous pour construire dans l’espérance joyeuse un monde meilleur.

Nous te prions pour que la France retrouve son vrai visage de Fille Aînée de l’Eglise, qu’elle ne rejette pas son héritage chrétien millénaire, mais devienne pionnière de la culture de la vie dont le monde a tant besoin.

Nous te prions aussi pour toute la francophonie, partout où la France a évangélisé, notamment au Québec, à Montréal, ancienne Ville-Marie, ma ville.

Puissions-nous vivre dans la liberté des enfants de Dieu, si chère à Gospa, en apportant autour de nous, à nos frères et soeurs, l’amour fraternel, solidaire aussi bien de nos misères que de nos joies.

Touche nos coeurs afin que nous sachions aimer et être aimés, pardonner et nous faire pardonner.

Garde-nous tous aimables, humbles, persévérants et fidèles à l’écoute du message de la paix.

Merci, Chère Gospa, de répondre à notre prière du coeur.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-6--parousie.over-blog.fr.jpg


 

5ème jour de la neuvaine

UN TEMPS DE GRÂCES

PRIÈRE D'OLIVIER ALBERICI,

directeur de la revue catholique "L'Appel du Ciel"

 

Ô Marie Reine de la Paix, par un élan d’amour de Sa part, Dieu t'a permis de venir nous visiter chaque jour à Medjugorje depuis le 24 juin 1981, depuis plus de 30 ans maintenant.

Dans un excès de compassion maternelle de ta part, tu y as appelé tant et tant d’enfants pour les conduire à Jésus. Beaucoup en ont été eux-mêmes les premiers surpris, lorsqu’ils ont reçu ce don d’amour que tu leur as confié. Beaucoup ont été touchés, transformés, même parmi ceux qui n’avaient pas ou peu la foi. Tu appelles tes enfants du monde entier et nombreux sont ceux qui, aujourd’hui encore, répondent à ton appel quotidiennement. Parmi eux, tu appelles aussi les habitants de la Fille Aînée de l’Église : la France. Mais vois comme ils sont peu nombreux, ceux qui répondent à ton appel.

Fais, Ô Marie, que tombent leurs réserves et leurs préjugés. Ne te lasse pas, Mère de tous les hommes, d’appeler encore tous les jours tes enfants de France. Ne permets pas qu’ils refusent cet appel maternel afin qu’eux aussi comprennent combien tu nous aimes. Vois combien la France, par son orgueil, se prive des grâces du Ciel.

Souviens-toi combien cette nation t'a honorée et combien de saints y sont nés.

Envoie tes bons anges, Ô Marie Reine de la Paix, sillonner la France, afin que les Français se décident en faveur d’un OUI sincère pour Dieu. Fais que ce soient leurs coeurs qui parlent et non plus leurs esprits cartésiens. Qu’ils se mettent en marche et viennent grossir les rangs des millions de pèlerins étrangers qui se sont déjà rendus à Medjugorje. Ne permets pas qu’ils passent à côté de ce temps de grâces tout à fait spécial que nous accorde encore notre Père des Cieux.

Puisses-tu intercéder afin que des milliers de Français se mettent en route vers toi, vers Jésus et vers ce lieu béni : Medjugorje. Alors, ensemble, nous pourrons te dire : Merci de nous avoir appelés.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-7--parousie.over-blog.fr.jpg


6ème jour de la neuvaine

UN LIEU QUI PEUT CHANGER NOS VIES

PRIÈRE D'HERVÉ REYNAUD, site "Chère Gospa"

 

Vierge Marie, en juillet 2009, une histoire vraiment extraordinaire s'est passée à Medjugorje. Elle a été rapportée par le journal américain "Spirit Daily". Après avoir assisté à l'apparition du "2" de la voyante Mirjana, un jeune enfant italien a été guéri d'une terrible maladie. Âgé de seulement 2 ans, il avait 19 tumeurs cancéreuses et avait déjà subit 80 chimiothérapies et 17 radiothérapies.

Vierge Marie, nous n'avons pas de mot pour te dire notre admiration devant les prodiges tout à fait inouïs qui s'accomplissent à Medjugorje.

En pensant aux nombreux enfants français qui souffrent de maladies très graves ou très complexes (problèmes de santé, problèmes de renfermement sur eux-mêmes...), et en songeant également à tous les gens qui ne savent plus vers qui se tourner tellement les situations dans lesquelles ils se trouvent sont difficiles, nous nous disons que c'est vraiment triste que la France ne parle pas de cette espérance incroyable qu'est Medjugorje.

Bien sûr, Vierge Marie, nous savons que tes apparitions à Medjugorje ne sont pas encore reconnues par l'Église. Mais l'Église n'interdit pas à ses enfants de s'y intéresser. Elle permet même aux prêtres d'accompagner des pèlerinages privés à Medjugorje. D'ailleurs, si personne ne parlait de ce sanctuaire, il ne pourrait pas y avoir de fruits et, s'il n'y avait pas de fruits, sur quoi l'Église pourrait-elle bien se baser pour prononcer un jour son jugement définitif ? Il est donc nécessaire d'en parler. Des pays comme l'Italie, l'Irlande ou les États-Unis ont pris ce chemin.

Vierge Marie, nous te supplions du fond de notre coeur pour que, très vite, la France ouvre grand son coeur à Medjugorje et que, tout en restant fermement attachée à l'Église, elle ne reste pas muette devant un événement aussi important.

Il ne s'agit pas de chercher à faire de la "publicité" pour Medjugorje, Vierge Marie. Il s'agit surtout de ne pas priver les Français d'une information capitale qui pourrait bouleverser leur vie.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-8--parousie.over-blog.fr.jpg 

 

7ème jour de la neuvaine

COMME L'ETOILE DE LA NATIVITÉ

PRIÈRE DE FRANÇOIS-JEAN LUCCA, membre de l'association

"Apôtres de l'amour" (née du message de Medjugorje)

 

Vierge Marie, Dieu t'a choisie à travers les âges et missionnée à travers le monde pour conduire tes enfants à ton Fils Jésus, pour les guider vers la sainteté qui est source d'amour, source de vie éternelle.

Comme la France qui porta en son sein tant d'hommes et de femmes zélés qui n'hésitèrent pas à apporter l'Amour de Dieu et à annoncer Sa Parole au-delà de ses frontières, tu es venue, à nouveau, apporter la même semence.

À Medjugorje, sous l'apparence du semeur, tu as une fois de plus semé les grains du Rosaire qui ouvre les portes de la conversion aux coeurs les plus endurcis, te proposant comme toujours d'intercéder auprès de Dieu pour qu'Il nous touche et nous guérisse de cette lèpre de notre corps et de notre âme que sont nos carences envers Sa Loi d'Amour.

Sur des chemins rocailleux, couverts de ronces, nombreux sont ceux qui ont labouré leur coeur pour répondre à ton appel. Ils n’ont eu qu’à saisir ta main tendue, généreusement ouverte pour donner la paix et la joie.

Mais des oreilles sont restées sourdes à ton appel, des yeux sont restés impassibles au miracle de ta présence, des mains se sont fermées, nombre d'actes de charité n'ont pas fleuri au soleil de ton Amour. Et la France, grande par son Baptême, qui fut jadis l'étendard de la sainteté, tant par ses saints que par ses missionnaires, a même semblé insensible à ta Grâce.

Vierge Marie, Mère de Miséricorde, ne laisse pas celle qui t'est consacrée s'éloigner davantage de son titre de Fille Aînée de l'Église. Aussi, nous te supplions de la délier de toute attache, de toute retenue, de tout compromis, afin qu'elle s'ouvre à ton Appel.

Apporte la concorde à ses bergers, séculiers et religieux, et que Medjugorje, comme l'Étoile de la Nativité, leur montre ton Fils Jésus afin qu’ils soient la voix de tes messages qui nous appellent à la conversion et à la prière. Vierge couronnée d'étoiles, nous t'en prions.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-11--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

8ème jour de la neuvaine

UN PONT ENTRE MEDJUGORJE ET LA FRANCE

PRIÈRE DE THIERRY ET MYRIAM FOURCHAUD,

prédicateurs et fondateurs de la Cité de l’Immaculée (France)

 

Chère Marie, un très grand MERCI pour ta présence quotidienne depuis le 25 juin 1981. Oui, merci pour ta fidélité, ta patience et ton amour qui nous conduisent vers Jésus. Merci pour tes messages qui sont comme une école maternelle vers le Père.

Merci pour ta présence qui attire l’Esprit-Saint en nos coeurs, car comme l’a dit saint Louis-Marie Grignion de Monfort : "Quand l’Esprit-Saint voit Marie dans un coeur il s'y précipite !"

Nous implorons ta tendresse et ton amour pour la France, afin qu’elle continue d’apporter à travers tes serviteurs le feu de l’immense Amour de Dieu au plus grand nombre. Medjugorje est une fontaine de Miséricorde pour tes enfants. Nous voulons te prier pour tous tes enfants de France, afin que poussés par le Saint Esprit dont tu es l’Épouse, ils se rendent nombreux à Medjugorje pour boire à la source de ton Coeur Immaculé.

Que ta foi, ton espérance et ta charité soient un aimant irrésistible pour nos coeurs, et qu’ainsi renouvelés, réveillés par l’amour, à ta suite, nous proclamions la Bonne Nouvelle aux coeurs les plus refroidis.

Marie Reine de la Paix, étends cette paix au coeur des guerres visibles et invisibles, afin que tous les obstacles à cette demande soient anéantis, par le Précieux Sang de ton Fils versé pour nous. Marie Reine des Anges, étends de la France à Medjugorje un pont, sur lequel avec foi, nous croyons déjà que des millions d’âmes passeront.

Nous voulons continuer d'oeuvrer pour toi et pour ton Fils Jésus, pour être participants du triomphe de ton Coeur Immaculé !

Reste avec nous encore très longtemps car nous avons vraiment besoin de toi.

Tes petits enfants bien-aimés. Amen !

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-12--parousie.over-blog.fr.jpg 

 

9ème jour de la neuvaine

À MARIE, REINE DE LA PAIX

PRIÈRE DE JOCELYNE GENTON,

guide (association "Étoile Notre Dame")

 

Ô Marie, Sainte Mère de Dieu, posez votre regard de miséricorde sur vos enfants de France. Ils se sont endormis, mais votre Coeur veille (cf : Ct 5,2). Réveillez-les, préparez-les, il est grand temps.

Ô Marie, Mère de la Divine Grâce, intercédez pour tous les Français. Qu’ils entendent l’appel du Bien-Aimé : "Viens ma soeur, mon amie, ma colombe, ma parfaite, tu es mon unique et Je t’aime" (cf : Ct 5, 2).

Ô Marie, Mère du Sauveur, aidez tous les coeurs de France à s’ouvrir au Bien-Aimé qui frappe, à Celui que leur coeur aime. Donnez-leur de se lever et de Le chercher (cf: Ct 3, 1-2).

Ô Marie, Mère très pure, aidez-nous à nous mettre en route pour le lieu où vous allez nous révéler le Sauveur : Medjugorje ; ce lieu où vous allez nous réapprendre à prier, à aimer, à adorer, à nous abandonner ; ce lieu où vous voulez nous faire redécouvrir l’humilité, la confiance, la paix, la joie.

Ô Marie, Cause de notre joie, chassez toutes les peurs qui nous empêchent d'aller à Medjugorje. Nous voulons, en nous y rendant, aider votre Coeur Immaculé à triompher. Et parce que l'Amour Divin prédominera en nous, nous pourrons devenir des témoins de votre présence.

O Marie, Mère de l’Eglise, nous voulons vous suivre sur le chemin de la sainteté, de l’amour, de la purification de tous nos péchés, des commandements de Dieu et des sacrements de l’Eglise. Nous voulons vous donner notre coeur avec toutes ses joies, ses tristesses et ses maladies, pour que vous l’ouvriez à Jésus et qu'ainsi nous puissions triompher avec Lui et avec vous.

Ô Marie, Refuge des pécheurs, faites que nous nous mettions tous en route, et sans crainte, vers cette autre montagne sainte qu’est Medjugorje.

Faites que notre pays, la France, qui a déjà reçu tant de bénédictions de Dieu, y réentende la Bonne Nouvelle du Salut et la porte à nouveau jusqu’aux extrémités de la terre, selon la mission que Dieu lui a confiée. Amen.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

 

 

Medjugorje-13--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Prière de conclusion

UNE PERLE DANS UN ÉCRIN DE PRIÈRES

 

PRIÈRE DE DENISE VERJUS & CHRISTIANE SOUCILLE, fondatrice et présidente de la "Fraternité Sainte-Thérèse" (qui soutient notamment le "Village de la Mère" fondé par le Père Slavko Barbaric), HERVÉ REYNAUD, site "Chère Gospa", YOLAINE BIRONNEAU, organisatrice de convois humanitaires à Medjugorje pendant la guerre de Bosnie, ET JACQUES THOUVENOT, conseiller général de la Manche

 

Vierge Marie, aujourd'hui nous voudrions rendre grâce à Dieu pour tous les bienfaits qu'il a accordés à la France au cours de son histoire.

Merci pour tous ces hommes et toutes ces femmes qui ont permis à notre pays de se structurer et d'être représenté au niveau mondial.

Merci pour tous ceux qui, connus ou inconnus, ont lutté pour la paix et ont défendu les plus fragiles, avec pour compagnon de route la tolérance, le pardon et le respect de la personne humaine.

Merci également pour tous les saints et toutes les saintes qui nous ont transmis la foi, ont lutté contre les hérésies, ont permis à la France de reprendre courage dans les moments de doute, ont bâti des églises et des cathédrales et créé des congrégations religieuses qui, aujourd'hui encore, portent aux quatre coins du monde la joie de Jésus ressuscité.

Nous rendons grâce également pour tes venues chez nous, Vierge Marie. Les lieux où tu es apparue sont si nombreux que l'on ne peut les nommer tous !

Vierge Marie, en ce jour où notre neuvaine s'achève, nous te présentons la France, notre France, qui est si chère à ton coeur. Nous te la présentons comme une perle dans un écrin de prières.

La situation actuelle est difficile. La perle n'a plus l'éclat d'autrefois. Cela est surtout dû au fait que nous sommes nous-mêmes devenus moins purs.

À Medjugorje, tu as dit que le coeur de l'homme était comme une perle qui brillait même dans l'obscurité quand il appartenait au Seigneur. Mais tu as ajouté que quand il était divisé – un peu au péché, un peu à tout –, le coeur dépérissait et ne valait plus rien (juin 1985).

Vierge Marie, nous t'en prions : de la même manière que Dieu n'a jamais abandonné Son Église dans les périodes les plus sombres de son histoire, intercède auprès de Lui pour qu'Il n'abandonne pas la Fille Aînée de Son Église.

Oui, intercède pour la France, toi qui es la Patronne principale de notre pays. Jette un regard plein de tendresse sur les Français. Regarde tous les gens qui t'ont priée au cours de cette neuvaine et vois, chère Gospa, comme tu es aimée chez nous.

Nous te le demandons du fond de notre coeur : fais que la foi de ceux qui t'ont accueillie comme Mère s'étende au pays tout entier, de telle sorte qu'une pluie de bénédictions puisse tomber sur la France.

 

 

Medjugorje-14--parousie.over-blog.fr.jpg


Medjugorje

 

MESSAGE DE LA VIERGE DU 25 JANVIER 2012

 

« Chers enfants, avec joie, aujourd'hui encore, je vous invite à ouvrir vos coeurs et à écouter mon appel. À nouveau je désire vous rapprocher de mon Coeur Immaculé, où vous trouverez refuge et paix. Ouvrez-vous à la prière, jusqu'à ce qu'elle devienne joie pour vous. À travers la prière, le Très-Haut vous donnera une abondance de grâce, et vous deviendrez mes mains étendues dans ce monde inquiet qui languit après la paix. Témoignez de la foi, petits enfants, par votre vie, et priez pour que la foi croisse de jour en jour dans vos coeurs. Je suis avec vous. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

 

 

Medjugorje-wallpaper-1280-x-800--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Message de la Sainte Gospa du 25 février 2012

 

« Chers enfants, en ce temps, je vous invite de manière spéciale: priez avec le coeur. Petits enfants, vous parlez beaucoup mais vous priez peu. Lisez, méditez l'Écriture Sainte, et que les paroles qui y sont écrites soient vie pour vous. Je vous encourage et je vous aime, afin que vous trouviez en Dieu votre paix et la joie de vivre. Je suis avec vous. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

 


Mon âme exalte le Seigneur,

Exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s'est penché sur Son humble servante ;

Désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;

Saint est Son Nom !

Son Amour s'étend d'âge en âge

Sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de Son bras,

Il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes,

Il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,

Renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël Son serviteur,

Il se souvient de son amour,

De la promesse faite à nos pères

En faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

 

 

Sainte-Gospa---Medjugorje--montage-matrix--parousie.over-bl.png


NOTE

"Cette "grande neuvaine à Marie Reine de la Paix pour que la France s'ouvre à Medjugorje" est le fruit d'un travail collectif dans lequel chacun a eu un rôle essentiel à jouer.

En janvier 2012, Sabrina Covic et Hervé Reynaud ont lancé l'idée.

Très vite, des personnes ont commencé à écrire des prières : le Père Petar Ljubicic, Sabrina Covic, Michèle Fischer, Arnaud Dumouch, Daria Klanac, Olivier Alberici, Hervé Reynaud, François-Jean Lucca, Thierry et Myriam Fourchaud, Jocelyne Genton (Étoile Notre Dame), Denise Verjus, Christiane Soucille, Yolaine Bironneau et Jacques Thouvenot.

L'ordre dans lequel les prières ont été présentées dans la neuvaine a été tiré au sort.

Notez aussi qu'avant que cette neuvaine ne soit envoyée aux participants et diffusée sur Internet, tous les textes ont été lus par le théologien Arnaud Dumouch qui n'a relevé aucune erreur de théologie.

N'hésitez pas à faire connaître cette neuvaine et à la diffuser autour de vous. En priant tous ensemble, nous sommes plus forts et la Vierge peut accomplir des miracles dans le monde et dans nos vies !"

 

 

5-armes-contre-satan.JPG


 

LETTRE DU P. LJUBICIC AUX PARTICIPANTS

 

"Bien-aimés frères et soeurs en Christ !

Je salue cordialement toutes les personnes qui ont été inspirées par la force de l’Esprit et ont lancé cette Neuvaine de prière pour la France. C’est un mouvement qui est digne d’être salué et un encouragement à faire quelque chose pour le salut des âmes.

Le plus important dans la vie, c’est de trouver et rencontrer Dieu, croire fermement en Lui, L’aimer sincèrement et par-dessus tout. Tout ce que l’homme fait est vain s’il n’a pas rencontré Dieu. Dieu peut le plus facilement et le plus sûrement être rencontré dans la prière.

La prière est avant tout une aspiration secrète : le mystère de l’aspiration de l’homme à rencontrer Dieu, à s’unir à Lui et à vivre dans l’amour, à trouver en Dieu la paix et la joie désirées, le bonheur et le salut. C’est pourquoi la prière est un besoin de notre psyché et de notre âme. La prière est une rencontre miséricordieuse et une conversation joyeuse avec le Dieu vivant et personnel.

La Vierge Marie apparaît à Medjugorje depuis plus de 30 ans et elle ne cesse de nous appeler : Priez, priez, priez avec le coeur… Personne comme Elle n’a été aussi proche de Jésus. Elle n’a jamais cessé d’avoir ce lien avec le Seigneur. Chaque jour et chaque instant. Sa vie entière a été une prière incessante comme l’a été aussi la vie de Jésus. C’est pourquoi, avec Jésus, personne ne peut être meilleur instructeur de la prière.

Patiemment et humblement, la Vierge Marie répète plusieurs fois : « Ainsi, vous comprendrez pourquoi je suis restée avec vous depuis longtemps. Je veux vous apprendre à prier…» (12 juin 1986) – « Soyez conscients, mes bien-aimés, que je suis votre Mère et que je suis venue sur terre pour vous apprendre à être obéissants par amour et à prier par amour (…) ! » (29 novembre 1984). C’est son désir ardent que l’on prie avec le coeur.

Prier avec le coeur signifie, avant tout, prier avec amour. Consciencieusement. Cela signifie prier avec tout notre être : corps et esprit, avec le coeur pur. Cela signifie s’ouvrir entièrement à Dieu. Lui donner la première place dans nos vies ; se donner entièrement à Lui. Avoir tellement confiance en Lui et attendre tout le bien de Lui. Dieu ne nous donne que ce qui est bon.

Cela signifie prier de manière recueillie et humble, offerte et confiante, constante et pieuse.

J'appelle la bénédiction de Dieu sur toutes les personnes qui ont créé cette Neuvaine et sur toutes les personnes qui la prieront et qui, ainsi, contribueront à ce que, par l'intercession de la Vierge Marie – la Reine de la Paix – descende l'Esprit Saint sur toute la France et sur le monde entier.

La Vierge Marie priera avec nous et son intercession puissante nous aidera.

Je vous salue de tout coeur.

Père Petar Ljubicic"

 

 

Sainte-Gospa--parousie.over-blog.fr--2-.jpg


 

 


 

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:46

Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-latin--Saint-Jean-Ba-Ha.JPG

Benedictus

Incipit du Cantique de Zacharie

Luc 1 : 68-79

Song of Zechariah

 

 

 

In Te credo

I believe in Thee

Je crois en Toi

 

In Te credo, in Te spero, Te amo, Te adoro, Beata Trinitas unus Deus, miserere mei nunc et in hora mortis meæ et salva me. Amen.

 

I believe in Thee, I hope in Thee, I love Thee, I adore Thee, O Blessed Trinity, one God; have mercy on me now and at the hour of my death and save me. Amen.

From the Raccolta, #40, S. P. Ap., June 2, 1921

 

Je crois en Toi, j’espère en Toi, je T’aime, je T’adore, Ô Sainte Trinité, un seul Dieu ; aie pitié de moi, maintenant et à l’heure de ma mort, et sauve-moi. Amen.

Traduit de l’anglais et du latin

 

Source : http://www.preces-latinae.org


 

Alexandre-Ivanov--apparition-de-l-Archange-Gabriel-a-Zacha.jpg

Apparition de l'Archange Gabriel à Zacharie

Galerie Tretyakov, Moscou

Alexandre Ivanov

"Архангел Гавриил поражает Захарию немотой" (1857)

Третьяковская галерея, Москва

Алекса́ндр Андре́евич Ива́нов

1806—1858

 

 

Zechariah-Prophet--icone-russe-du-Prophete-Zacaharie--par.jpg

Prêtre et Prophète Zacharie

ΖαχαρίαςСвященник Захарияזכריה - زكريا

Père de Saint Jean-Baptiste

Icône russe

 

 

 

Canticum Benedictus

Cantique de Zacharie en latin

 

"67 Et Zacharias pater eius impletus est Spiritu Sancto et prophetavit dicens:

68 “ Benedictus Dominus, Deus Israel,

quia visitavit et fecit redemptionem plebi suae

69 et erexit cornu salutis nobis

in domo David pueri sui,

70 sicut locutus est per os sanctorum,

qui a saeculo sunt, prophetarum eius,

71 salutem ex inimicis nostris

et de manu omnium, qui oderunt nos;

72 ad faciendam misericordiam cum patribus nostris

et memorari testamenti sui sancti,

73 iusiurandum, quod iuravit ad Abraham patrem nostrum,

daturum se nobis,

74 ut sine timore, de manu inimicorum liberati,

serviamus illi

75 in sanctitate et iustitia coram ipso

omnibus diebus nostris.

76 Et tu, puer, propheta Altissimi vocaberis:

praeibis enim ante faciem Domini parare vias eius,

77 ad dandam scientiam salutis plebi eius

in remissionem peccatorum eorum,

78 per viscera misericordiae Dei nostri,

in quibus visitabit nos oriens ex alto,

79 illuminare his, qui in tenebris et in umbra mortis sedent,

ad dirigendos pedes nostros in viam pacis ”.

80 Puer autem crescebat et confortabatur spiritu et erat in deserto usque in diem ostensionis suae ad Israel."

 

NOVUM TESTAMENTUM, Nova Vulgata, Bibliorum Sacrorum Editio, Evangelium secundum Lucam 1.

 

 

 

Arabic-Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-arabe--Saint-Jea.JPG

Cantique de Zacharie en arabe

1 ﻟﻮﻗﺎ

 

 

 

"Benedictus"

Cantique de Zacharie

 

"67 Son père Zacharie fut rempli du Saint-Esprit et prophétisa en ces termes :

68 « Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu'il a visité et racheté son peuple.

69 Il nous a donné un puissant Sauveur dans la famille de son serviteur David.

70 C’est ce qu’il avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens :

71 un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la domination de tous ceux qui nous détestent !

72 Ainsi, il manifeste sa bonté envers nos ancêtres et se souvient de sa sainte alliance,

73 conformément au serment qu'il avait fait à Abraham, notre ancêtre :

74 il avait juré qu'après nous avoir délivrés de nos ennemis il nous accorderait de le servir sans crainte,

75 en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras sous le regard du Seigneur pour préparer ses chemins

77 et pour donner à son peuple la connaissance du salut par le pardon de ses péchés,

78 à cause de la profonde bonté de notre Dieu. Grâce à elle, le soleil levant nous a visités d'en haut

79 pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort (1), pour diriger nos pas sur le chemin de la paix.»"

 

(1) Luc 1:79 : « … éclairer… mort » : citation d’Ésaïe 9:1 :

« 1 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort une lumière a brillé. » 

 

Source : Bible Segond 21

 


Annunciation-to-Zechariah--Saint-Gabriel-apparait-a-Zacha.jpg

Saint-Gabriel Archange apparaît à Zacharie

 

 

 

 

 

 

 

Greek-Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-grec--Saint-Jean-.JPG

 

 

Cantique de Zacharie en grec

 ΚΑΤΑ ΛΟΥΚΑΝ 1 

 

"67 καὶ ζαχαρίας ὁ πατὴρ αὐτοῦ ἐπλήσθη πνεύματος ἁγίου καὶ ἐπροφήτευσεν λέγων,

68 εὐλογητὸς κύριος ὁ θεὸς τοῦ ἰσραήλ, ὅτι ἐπεσκέψατο καὶ ἐποίησεν λύτρωσιν τῶ λαῶ αὐτοῦ,

69 καὶ ἤγειρεν κέρας σωτηρίας ἡμῖν ἐν οἴκῳ δαυὶδ παιδὸς αὐτοῦ,

70 καθὼς ἐλάλησεν διὰ στόματος τῶν ἁγίων ἀπ᾽ αἰῶνος προφητῶν αὐτοῦ,

71 σωτηρίαν ἐξ ἐχθρῶν ἡμῶν καὶ ἐκ χειρὸς πάντων τῶν μισούντων ἡμᾶς·

72 ποιῆσαι ἔλεος μετὰ τῶν πατέρων ἡμῶν καὶ μνησθῆναι διαθήκης ἁγίας αὐτοῦ,

73 ὅρκον ὃν ὤμοσεν πρὸς ἀβραὰμ τὸν πατέρα ἡμῶν, τοῦ δοῦναι ἡμῖν

74 ἀφόβως ἐκ χειρὸς ἐχθρῶν ῥυσθέντας λατρεύειν αὐτῶ

75 ἐν ὁσιότητι καὶ δικαιοσύνῃ ἐνώπιον αὐτοῦ πάσαις ταῖς ἡμέραις ἡμῶν.

76 καὶ σὺ δέ, παιδίον, προφήτης ὑψίστου κληθήσῃ, προπορεύσῃ γὰρ ἐνώπιον κυρίου ἑτοιμάσαι ὁδοὺς αὐτοῦ,

77 τοῦ δοῦναι γνῶσιν σωτηρίας τῶ λαῶ αὐτοῦ ἐν ἀφέσει ἁμαρτιῶν αὐτῶν,

78 διὰ σπλάγχνα ἐλέους θεοῦ ἡμῶν, ἐν οἷς ἐπισκέψεται ἡμᾶς ἀνατολὴ ἐξ ὕψους,

79 ἐπιφᾶναι τοῖς ἐν σκότει καὶ σκιᾷ θανάτου καθημένοις, τοῦ κατευθῦναι τοὺς πόδας ἡμῶν εἰς ὁδὸν εἰρήνης."

 

 

 

 

 

Benedictus (Song of Zechariah)

 King James Version: Luke Chapter 1


"67 And his father Zacharias was filled with the Holy Ghost, and prophesied, saying,

68 Blessed be the Lord God of Israel; for he hath visited and redeemed his people,

69 And hath raised up an horn of salvation for us in the house of his servant David;

70 As he spake by the mouth of his holy prophets, which have been since the world began:

71 That we should be saved from our enemies, and from the hand of all that hate us;

72 To perform the mercy promised to our fathers, and to remember his holy covenant;

73 The oath which he sware to our father Abraham,

74 That he would grant unto us, that we being delivered out of the hand of our enemies might serve him without fear,

75 In holiness and righteousness before him, all the days of our life.

76 And thou, child, shalt be called the prophet of the Highest: for thou shalt go before the face of the Lord to prepare his ways;

77 To give knowledge of salvation unto his people by the remission of their sins,

78 Through the tender mercy of our God; whereby the dayspring from on high hath visited us,

79 To give light to them that sit in darkness and in the shadow of death, to guide our feet into the way of peace."

 

 

 

 

 

 

Russian-Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-russe--Saint-Je.JPG

Cantique de Zacharie en russe

 

 

 

Cantique de Zacharie en araméen

Aramaic Canticle of Zechariah

 

 

 

-------------------Saint-Jean-dans-les-Mont.jpg

כנסיית יוחנן בהרים

עין כרם - عين كارم

Église Saint Jean Ba Harim ("dans les Montagnes")

"Église Saint Jean-Baptiste"

Ein Kerem (Jérusalem)

Village natal de Saint Jean-Baptiste et lieu de la Visitation

Church of St. John the Baptist

"St. John in the Mountains"

Ein Karem (Israel)

 

 

 

 

הַבְּשׂוֹרָה הַקְּדוֹשָׁה עַל־פִּי לוּקָס פֶּרֶק א

Cantique de Zacharie en hébreu 

 

בָּרוּךְ יְהוָֹה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל כִּי פָקַד אֶת־עַמּוֹ וַיִּשְׁלַח לוֹ פְּדוּת 68

וַיַּצְמַח לָנוּ קֶרֶן יְשׁוּעָה בְּבֵית דָּוִד עַבְדּוֹ 69

כַּאֲשֶׁר דִּבֶּר בְּפִי־נְבִיאָיו הַקְּדוֹשִׁים אֲשֶׁר מֵעוֹלָם 70

יְשׁוּעָה מֵאֹיְבֵינוּ וּמִיַּד כָּל־שׂנְאֵינוּ 71

לַעֲשׂוֹת חֶסֶד עִם־אֲבוֹתֵינוּ וְלִזְכֹּר אֶת־בְּרִית קָדְשׁוֹ 72

אֶת־הַשְּׁבוּעָה אֲשֶׁר נִשְׁבַּע לְאַבְרָהָם אָבִינוּ 73

לְהַצִּילֵנוּ מִיַּד אֹיְבֵינוּ וּלְתִתֵּנוּ לְעָבְדוֹ בְּלִי־פָחַד 74

בְּתָמִים וּבִצְדָקָה לְפָנָיו כָּל־יְמֵי חַיֵּינוּ 75

וְאַתָּה הַיֶּלֶד נְבִיא עֶלְיוֹן יִקָּרֵא לָךְ כִּי לִפְנֵי יְהוָֹה תֵּלֵךְ לְפַנּוֹת אֶת־דְּרָכָיו 76

וּלְהוֹרוֹת דֶּרֶךְ הַיְשׁוּעָה לְעַמּוֹ בִּסְלִיחַת חַטֹּאתֵיהֶם 77

בְּחֶסֶד אֱלֹהֵינוּ וּבְרַחֲמָיו אֲשֶׁר בָּהֶם יִפְקְדֵנוּ הַנֹּגַהּ מִמָּרוֹם 78

לְהָאִיר לְישְׁבֵי חשֶׁךְ וְצַלְמָוֶת וּלְהָכִין אֶת־רַגְלֵינוּ אֶל־דֶּרֶךְ הַשָּׁלוֹם 79

 

 

 

Hebrew-Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-hebreu--Saint-J.JPG

Benedictus en hébreu

 

 

 

"11 Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie, et se tint debout à droite de l'autel des parfums.

 

12 Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur s'empara de lui.

 

13 Mais l'ange lui dit : Ne crains point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t'enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean.

 

14 Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance.

 

15 Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l'Esprit Saint dès le sein de sa mère ;

 

16 il ramènera plusieurs des fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu ;

 

17 il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener les coeurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé.

 

18 Zacharie dit à l'ange : À quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge.

 

19 L'ange lui répondit : Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu ; j'ai été envoyé pour te parler, et pour t'annoncer cette bonne nouvelle.

 

20 Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, qui s'accompliront en leur temps."

 

Luc 1 : 11-20 (Louis Segond)

 

 

 

Benedictus--Cantique-de-Zacharie-en-esperanto--Saint-Jean-B.JPG

Cantique de Zacharie en Esperanto

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:23

Jean-Racine--parousie.over-blog.fr.jpg

Jean Racine

1639-1699

 

 

Blason-de-La-Ferte-Milon--Aisne---parousie.over-blog.fr.png 

 

 

CANTIQUES SPIRITUELS

 

 

Medjugorje-15--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Cantique premier

"À la louange de la Charité"

Tiré de 1 Corinthiens 13

1 Co 13

 

"Les méchants m’ont vanté leurs mensonges frivoles ;

Mais je n’aime que les paroles

De l’éternelle vérité.

Plein du feu divin qui m’inspire,

Je consacre aujourd’hui ma lyre

À la céleste Charité.

 

En vain je parlerais (1) le langage des anges ;

En vain, mon Dieu, de tes louanges

Je remplirais (2) tout l’univers :

Sans amour, ma gloire n’égale

Que la gloire de la cymbale

Qui d’un vain bruit frappe les airs.

 

Que sert à mon esprit de percer les abîmes

Des mystères les plus sublimes,

Et de lire dans l’avenir ?

Sans amour, ma science est vaine

Comme le songe dont à peine

Il reste un léger souvenir.

 

Que me sert que ma foi transporte les montagnes,

Que dans les arides campagnes

Les torrents naissent sous mes pas,

Ou que ranimant la poussière,

Elle rende aux morts la lumière,

Si l’amour ne l’anime pas ?

 

Oui, mon Dieu, quand mes mains de tout mon héritage

Aux pauvres feraient (3) le partage ;

Quand même pour le nom chrétien

Bravant les croix les plus infâmes,

Je livrerais (4) mon corps aux flammes,

Si je n’aime, je ne suis rien.

 

Que je vois de vertus qui brillent sur ta trace,

Charité, fille de la Grâce !

Avec toi marche la Douceur,

Que suit, avec un air affable,

La Patience inséparable

De la Paix, son aimable sœur.

 

Tel que l’astre du jour écarte les ténèbres,

De la nuit compagnes funèbres,

Telle tu chasses d’un coup d’œil

L’Envie aux humains si fatale,

Et toute la troupe infernale

Des Vices, enfants de l’Orgueil.

 

Libre d’ambition, simple, et sans artifice,

Autant que tu hais l’injustice,

Autant la vérité te plaît.

Que peut la colère farouche

Sur un cœur, que jamais ne touche

Le soin de son propre intérêt ?

 

Aux faiblesses (5) d’autrui loin d’être inexorable,

Toujours d’un voile favorable

Tu t’efforces de les couvrir.

Quel triomphe manque à ta gloire ?

L’Amour sait tout vaincre, tout croire,

Tout espérer, et tout souffrir.

 

Un jour Dieu cessera d’inspirer des oracles ;

Le don des langues, les miracles,

La science aura son déclin.

L’Amour, la Charité divine,

Éternelle en son origine,

Ne connaîtra (6) jamais de fin.

 

Nos clartés ici-bas ne sont qu’énigmes sombres ;

Mais Dieu, sans voiles et sans ombres,

Nous éclairera dans les cieux ;

Et ce Soleil inaccessible,

Comme à ses yeux je suis visible,

Se rendra visible à mes yeux.

 

L’Amour sur tous les dons l’emporte avec justice.

De notre céleste édifice

La Foi vive est le fondement ;

La sainte Espérance l’élève,

L’ardente Charité l’achève,

Et l’assure éternellement.

 

Quand pourrai-je t’offrir, ô Charité suprême,

Au sein de la lumière même,

Le cantique de mes soupirs ;

Et toujours brûlant pour ta gloire,

Toujours puiser, et toujours boire

Dans la source des vrais plaisirs ?"

 

Source principale de cet article : « Œuvres de Jean Racine », "Poésies diverses", tome quatrième, « par M. Paul Mesnard », « librairie de L. Hachette et Cie - Boulevard Saint-Germain, n° 77 », Paris (1865).

Jean Racine a composé ces 4 Cantiques à Fontainebleau de septembre 1694 à décembre 1694 (MDCXCIV).

 

 

Cantiques spirituels audio de Jean Racine

 

 

 

Les-Pretres-de-Gap--belle-photo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Le titre original des "Cantiques spirituels" de Racine était :

 

« CANTIQUES SPIRITUELS

Faits par Monsieur R…, pour estre mis en musique.

A Paris,

Chez Denys THIERRY, rüe S. Jaques, devant la rüe

du Plâtre, à la Ville de Paris.

M.DC.XCIV. »

 

Ils ont été imprimés en caractères italiques sur 8 feuillets (16 pages), et mis en musique par Jean-Baptiste Moreau (1656-1733), maître de musique de Louis XIV.

Extraits de l'album "Les Cantiques spirituels de Jean Racine"de Pascal Collasse (1992), avec les voix de Jacqueline Mayeur, Isabelle Poulenard et Miriam Ruggeri.

 

Dans l'édition de 1865, nous trouvons les termes suivants :

 

(1) "parlerois"

(2) "remplirois"

(3) "feroient"

(4) "livrerois"

(5) "foiblesses"

(6) "connoîtra"

 

 

Grenoble--Saint-Hugues-et-Saint-Bruno--parousie.over-blog.f.JPG

Saint-Hugues de Grenoble (de Châteauneuf)

et Saint-Bruno le Chartreux

Cathédrale Notre-Dame de Grenoble

 

 

 

 

Cantique II

 

"Sur le bonheur des justes, et sur le malheur des réprouvés"

Tiré du Livre de la Sagesse 5

Wisdom 5

 

"Heureux qui de la sagesse

Attendant tout son secours,

N’a point mis en la richesse

L’espoir de ses derniers jours !

La mort n’a rien qui l’étonne ;

Et, dès que son Dieu l’ordonne,

Son âme prenant l’essor,

S’élève d’un vol rapide

Vers la demeure où réside

Son véritable trésor.

 

De quelle douleur profonde

Seront un jour pénétrés

Ces insensés qui du monde,

Seigneur, vivent enivrés,

Quand par une fin soudaine,

Détrompés d’une ombre vaine

Qui passe et ne revient plus,

Leurs yeux du fond de l’abîme

Près de ton trône sublime

Verront briller tes élus !

 

Infortunés que nous sommes,

Où s’égaraient (7) nos esprits ?

Voilà, diront-ils, ces hommes,

Vils objets de nos mépris.

Leur sainte et pénible vie

Nous parut une folie ;

Mais aujourd’hui triomphants,

Le ciel chante leur louange,

Et Dieu lui-même les range

Au nombre de ses enfants.

 

Pour trouver un bien fragile

Qui nous vient d’être arraché,

Par quel chemin difficile,

Hélas ! nous avons marché !

Dans une route insensée

Notre âme en vain s’est lassée,

Sans se reposer jamais,

Fermant l’œil à la lumière

Qui nous montrait (8) la carrière

De la bienheureuse paix.

 

De nos attentats injustes

Quel fruit nous est-il resté ?

Où sont les titres augustes,

Dont notre orgueil s’est flatté ?

Sans amis et sans défense,

Au trône de la vengeance

Appelés en jugement,

Faibles (9) et tristes victimes,

Nous y venons de nos crimes

Accompagnés seulement.

 

Ainsi d’une voix plaintive,

Exprimera ses remords

La pénitence tardive

Des inconsolables morts.

Ce qui faisait (10) leurs délices,

Seigneur, fera leurs supplices ;

Et par une égale loi

Tes saints trouveront des charmes

Dans le souvenir des larmes

Qu’ils versent ici pour toi."

 

 

(7) "s'égaroient"

(8) "montroit"

(9) "foibles"

(10) "faisoit"

       

 Cantiques-Spirituels-de-Jean-RACINE-p-148--parousie.over-bl.jpg

 

 

Cantique III

 

"Plainte d’un chrétien, sur les contrariétés

qu’il éprouve au-dedans de lui-même"

Tiré de Romains 7

Romans 7

 

"Mon Dieu, quelle guerre cruelle !

Je trouve deux hommes en moi :

L’un veut que plein d’amour pour toi

Mon cœur te soit toujours fidèle.

L’autre à tes volontés rebelle

Me révolte contre ta loi.

 

L’un tout esprit, et tout céleste,

Veut qu’au ciel sans cesse attaché,

Et des biens éternels touché,

Je compte pour rien tout le reste ;

Et l’autre par son poids funeste

Me tient vers la terre penché.

 

Hélas ! en guerre avec moi-même,

Où pourrai-je trouver la paix ?

Je veux, et n’accomplis jamais.

Je veux, mais, ô misère extrême !

Je ne fais pas le bien que j’aime,

Et je fais le mal que je hais.

 

Ô grâce, ô rayon salutaire,

Viens me mettre avec moi d’accord ;

Et domptant par un doux effort

Cet homme qui t’est si contraire,

Fais ton esclave volontaire

De cet esclave de la mort."

 

 

 Diligam te, Domine. ode Jean Racine Ps. 17, parousie.over-b

 

 

Ode de Jean Racine tirée du Psaume 17

"Oeuvres de Jean Racine", p. 318-319

éd. Didot (Paris, 1854)

Ps 17

 

 

Diligam te, Domine 2, ode Jean Racine Ps. 17, parousie.over

 

 

Cantique IV

 

"Sur les vaines occupations des gens du siècle"

"Tiré de divers endroits d’Isaïe et de Jérémie"

Isaiah (Ésaïe) - Jeremiah

 

"Quel charme vainqueur du monde

Vers Dieu m’élève aujourd’hui ?

Malheureux l’homme qui fonde

Sur les hommes son appui !

Leur gloire fuit, et s’efface

En moins de temps que la trace

Du vaisseau qui fend les mers,

Ou de la flèche rapide

Qui loin de l’œil qui la guide,

Cherche l’oiseau dans les airs.

 

De la Sagesse immortelle

La voix tonne, et nous instruit.

Enfants des hommes, dit-elle,

De vos soins quel est le fruit ?

Par quelle erreur, âmes vaines,

Du plus pur sang de vos veines

Achetez-vous si souvent,

Non un pain qui vous repaisse,

Mais une ombre qui vous laisse

Plus affamés que devant ?

 

Le pain que je vous propose

Sert aux anges d’aliment :

Dieu lui-même le compose

De la fleur de son froment.

C’est ce pain si délectable

Que ne sert point à sa table

Le monde que vous suivez.

Je l’offre à qui veut me suivre.

Approchez. Voulez-vous vivre ?

Prenez, mangez, et vivez.

 

Ô Sagesse, ta parole

Fit éclore l’univers,

Posa sur un double pôle

La terre au milieu des mers.

Tu dis, et les cieux parurent,

Et tous les astres coururent

Dans leur ordre se placer.

Avant les siècles tu règnes ;

Et qui suis-je, que tu daignes

Jusqu’à moi te rabaisser ?

 

Le Verbe, image du Père,

Laissa son trône éternel,

Et d’une mortelle mère

Voulut naître homme et mortel.

Comme l’orgueil fut le crime

Dont il naissait (11) la victime,

Il dépouilla sa splendeur,

Et vint pauvre et misérable,

Apprendre à l’homme coupable

Sa véritable grandeur.

 

L’âme heureusement captive,

Sous ton joug trouve la paix,

Et s’abreuve d’une eau vive

Qui ne s’épuise jamais.

Chacun peut boire en cette onde :

Elle invite tout le monde ;

Mais nous courons follement

Chercher des sources bourbeuses

Ou des citernes trompeuses

D’où l’eau fuit à tout moment."

 

(11) "naissoit"

 

 

Medjugorje--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Cantique de Jean Racine (Opus 11), de Gabriel Fauré

paraphrase de l'hymne médiévale

"Consors paterni luminis"

attribuée à Saint-Ambroise

 

"O Light of Light"

 

 

The-Light-of-The-World-by-William-Holman-Hunt--from-a-windo.jpg

"The Light of The World"

"La Lumière du Monde"

d'après une peinture de William Holman Hunt

Vitrail de l'église de Freshwater (Île de Wight - Angleterre)

avec l'aimable autorisation de Martin Beek ©

 

 

 

William-Holman-Hunt--The-Light-of-the-World--mars-1851--Man.jpg

"The Light of the World" (mars 1851)

William Holman Hunt

Manchester Art Gallery

 

 

 

 

« STANCE »

« À LA LOUANGE DE LA CHARITÉ »

 

« Quand tu saurais parler le langage des anges ;

Quand ta voix prédirait tous les succès futurs,

Et que, perçant du ciel les voiles plus obscurs,

Tu verrais du Seigneur les mystères étranges ;

Quand ta foi te rendrait le maître des démons,

Qu’elle aurait le pouvoir de transporter les monts,

Et que de tous tes biens tu ferais des largesses ;

Quand aux tourments du feu tu livrerais ton corps,

Tu possèdes en vain tant de saintes richesses,

Si la charité manque à tes rares trésors. »

 

Jean Racine

 

 

Source : "Œuvres de Jean Racine précédées des Mémoires sur sa vie, par Louis Racine", "Paris, chez Firmin Didot Frères, libraires, imprimeurs de l'Institut de France, rue Jacob, 56". "M DCC LIV" (1854), "Épitaphes", page 335.

 

 

 

Marie-qui-defait-les-noeuds--Procession-a-Manille--Philip.jpg

"Marie qui défait les noeuds"

Procession à Manille (Philippines), le 5 décembre 2010

avec l'aimable autorisation de "saint freak" ©

 

 

 

 

 

Élégie « AD CHRISTUM »

« Au Christ »

"Pro Portus Regii salute votum"

 

« O toi qui règles le cours incessant des astres, qui, la foudre en main, gouvernes la terre par ta loi, Dieu souverain, puissant consolateur de l’affliction, toi en qui tes serviteurs trouvent leur unique salut et tout leur secours, Père saint, prête à ceux qui t’implorent une oreille favorable ; apaisant ton courroux, accueille nos humbles prières ; assiste-nous ; vois de plus près nos douleurs ; et laisse tomber un regard de miséricorde sur ces lieux désolés. Protège cette maison, qui, parmi tant de périls, parmi tant d’embûches, peut à peine subsister. Regarde à quels affreux dangers elle est en butte, à quelles craintes sans repos la condamnent ses ennemis conjurés. Pour elle pas un jour n’est exempt de terreur ; une hostilité croissante renouvelle ses alarmes. De toutes parts les cruels ont conspiré sa ruine, et ils s’apprêtent à détruire de fond en comble cette malheureuse demeure. Tu es, ô mon Dieu, la seule espérance d’une maison infortunée. C’est à toi que nuit et jour, au milieu de calamités sans mesure, elle adresse ses vœux et ses prières. Quelle fin, maître tout-puissant, donneras-tu à d’implacables souffrances ? Quand mettras-tu un terme à la guerre et à la haine ? Après de longs troubles ne faut-il espérer aucun repos ? Aucune joie qui puisse calmer nos douleurs ne nous est-elle réservée ? Est-ce donc ainsi que la piété est persécutée par le vice impuni ? Le crime jouit des récompenses que méritait la vertu. Tourne les yeux, époux plein de bonté, vers la troupe virginale qui habite le chaste cloître, vers ces chœurs dévoués à ton service. Ici, fidèles à la loi sainte d’une inviolable chasteté, ces vierges t’invoquent à l’heure où le jour se lève, t’invoquent encore à l’heure où il s’enfuit ; ici elles font retentir de tes louanges les bois *, le désert qu’autrefois nul édifice n’avait fait connaître, et les antres pleins d’horreur. C’est dans ces lieux que ta Grâce a amené la troupe de tes bien-aimées ; que la fureur des tempêtes de l’enfer ne puisse les en arracher. Permets à leurs prières de fléchir le céleste époux : il est juste qu’elles sentent le puissant secours de ton divin Père. Nous aussi, après tant d’orages dont nous avons été le jouet, les flammes saintes de la Grâce nous ont emportés jusque dans cet asile ; mais la mauvaise fortune continue à nous y assaillir des mêmes cruels dangers ; mais l’impitoyable tempête sévit jusque dans le port. La paix, grand Dieu, nous te demandons tous la paix. Qu’à de longues épreuves succèdent la paix et le repos. Sous ta conduite, Israël s’est frayé un chemin à travers les ondes qui se sont écartées ; sous ta conduite, que le vrai salut habite ce port. »

 

* Ici, il faut sans doute comprendre « les bois » dans le sens de la famille d’instruments de musique à vent.

 

 

Oeuvres complètes de Jean Racine

 

 

 

Gauguin--Christ-jaune--automne-1889---parousie.over-blog.fr.jpg

Paul Gauguin

"Christ jaune"

Automne 1889

 

 


 

« Ad Christum »

« Au Christ » en latin

Jean Racine

 

“O qui perpetuo moderaris sidera motu,

Fulmine qui terras imperioque regis,

Summe Deus, magnum rebus solamen in arctis,

Una salus famulis præsidiumque tuis,

Sancte parens, facilem præbe implorantibus aurem,

Atque humiles placida suscipe mente preces ;

Huc adsis tantum, et propius res adspice nostras,

Leniaque afflictis lumina mitte locis.

Hanc tutare domum, quæ per discrimina mille,

Mille per insidias vix superesse potest.

Aspice ut infandis jacet objectata periclis,

Ut timet hostiles irrequieta manus.

Nulla dies terrore caret, finemque timoris

Innovat infenso major ab hoste metus.

Undique crudelem conspiravere ruinam,

Et miseranda parant vertere tecta solo.

Tu spes sola, Deus, miseræ. Tibi vota precesque

Fundit in immensis nocte dieque malis.

Quem dabis æterno finem, Rex magne, labori ?

Quis dabitur bellis invidiæque modus ?

Nullane post longos requies speranda tumultus ?

Gaudia sedato nulla dolore manent ?

Sicne adeo pietas vitiis vexatur unultis ?

Debita virtuti præmia crimen habet.

Aspice virgineum castis penetralibus agmen,

Aspice devotos, sponse benigne, choros.

Hic sacra illæsi servantes jura pudoris,

Te veniente die, te fugiente vocant ;

Hic nemora, hic nullis quondam loca cognita muris,

Hic horrenda tuis laudibus antra replent.

Huc tua dilectas deduxit Gratia turmas,

Hinc ne unquam stygii moverit ira Noti.

Cœlestem * liceat sponsum superare precando :

Fas sentire tui numina magna Patris.

Huc quoque nos quondam tot tempestatibus actos

Abripuit flammis Gratia sancta suis ;

Ast eadem insequitur mœstis * fortuna periclis ;

Ast ipso in portu sæva procella furit.

Pacem, summe Deus, pacem te proscimus omnes :

Succedant longis paxque quiesque malis.

Te duce disruptas pertransiit Israël undas :

Hos habitet portus, te duce, vera salus.”

 

 

* On voit plus couramment l’orthographe “cælestem” et “mæstis”.

 

 

Source : « Œuvres de Jean Racine », tome quatrième, « par M. Paul Mesnard », « librairie de L. Hachette et Cie - Boulevard Saint-Germain, n° 77 », Paris (1865), « Premier appendice aux poésies diverses », chapitre IX, pages 208 à 210.

 

 

Paul-Gauguin--autoportrait-avec-le-Christ-jaune--1889-1890-.jpg

Paul Gauguin

Autoportrait avec le Christ jaune

1889-1890

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 15:26

Lara-Fabian-et-Gregory-Lemarchal---Un-Ave-Maria--parousie-jpg

 

 

"Un Ave Maria"

Lara Fabian

Album "9"

Février 2005

 

Avant même que l'on ne soit vie, on est pris

Dans un nid de chair et de tendresse,

Une étreinte infinie qui nous lie,

Nous délivre, une sagesse.

Tout déjà est acquis,

Mais pour qui dès ce cri ?

Trahissons-nous le geste d'amour qui unit,

Désunit et nourrit les regrets ?

 

Un Ave Maria dont l'enfant ne serait pas

Une statuette, une prière sans foi,

Mais une lettre offerte

À ceux qui n'écrivent pas,

Pour que les mots résonnent enfin

Comme un Ave Maria.

 

À vous, à nous, à ceux qui

Trouveront une paix, une terre, une harmonie,

Une infinie raison, sans raison d'être, sans être honni,

Et ceux qui "mal y pensent", qu'ils le pensent.

À bientôt, mais dans une autre vie ;

Dans celle-ci, qu'on se donne

Une chance de tout recommencer.

 

Un Ave Maria dont l'enfant ne serait pas

Une statuette, une prière sans foi,

Mais une lettre offerte

À ceux qui n'écrivent pas,

Pour que les mots résonnent enfin

Comme un Ave Maria.

 

Un Ave Maria

Pour ceux qui ne prient pas,

Pour que la musique soit à nouveau la voix

D'un aveu impudique pour ceux qui ne croient pas,

Pour tous ceux qui méritent enfin

Un Ave Maria

 

 

 

 

Duo avec Grégory Lemarchal (1983-2007)


 

Association Grégory Lemarchal

Ensemble contre la mucoviscidose


 

Site officiel de Grégory Lemarchal

 

 

 

Immaculee-Conception--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Sainte-Therese-de-l-Enfant-Jesus-et-de-la-Sainte-Face--m.jpg

 

 

 

 


Lara Fabian - Ave Maria

 

 


Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 18:08

Sans-domicile-fixe-etendu-sur-le-trottoir--parousie.over-b.jpg    

 

 

Poème « Mes larmes sur le bitume »

© Myriam Ghibaudo

 

Le bitume est ma maison,

Personne n'y prête attention.

Je suis le prisonnier condamné,

À respirer vos pas pressés.

 

Le bitume est mon lit,

Le carton froid de mes nuits,

Je suis l'homme sali, qui ne rêve plus.

Ma vie, c'est la rue.

 

Mais regarde-moi, je suis ton frère,

Ouvre tes yeux sur ma misère.

Si ta vie te condamne,

Moi, je serai le sauveur de ton âme...

 

Le bitume me tue.

Vos bruits de klaxon, je ne les entends plus.

Ma tête s'est exposée

Le jour où j'ai perdu la dignité.

 

Le bitume est ma souffrance,

Ma force est dans l'espérance,

Je suis l'âme qui survit,

De mon passé que je maudis.

 

Mais regarde-moi, je suis ton frère,

Sèche tes yeux sur ma misère.

Ta vie te condamne,

Moi, je suis le sauveur de ton âme...

 

 

Poème écrit par Myriam Ghibaudo le 21 janvier 2012, et publié avec son aimable autorisation.

 

 

 

SDF-dormant-sur-le-trottoir--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

Cédric Lebert et Brann du Senon, deux anciens Sans Domicile Fixe,

ont créé "115 DU PARTICULIER", un groupe sur Facebook

pour mettre en relation des SDF avec des hébergeurs potentiels

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 12:09

Cantique-de-Careme--Oui-je-me-leverai--parousie.over-blog.jpg

 

 

"Oui, je me lèverai"

 

Oui, je me lèverai et j'irai vers mon Père !

 

1. Vers Toi Seigneur, j'élève mon âme ;

Je me confie en Toi, mon espoir.

2. Vois mon malheur, regarde ma peine :

Tous mes péchés, pardonne-les moi.

3. Mon coeur a dit : je cherche Ta Face ;

Entends mon cri, pitié, réponds-moi.

4. Vers Toi, Seigneur, je crie et j'appelle :

Ne sois pas sourd, ô toi mon Rocher.

5. Ne ferme pas pour moi Tes tendresses,

Que Ton Amour me garde à jamais.

6. Guéris mon coeur et guéris mon âme,

Car j’ai péché envers Ton Amour.

7. Pitié pour moi, ô Dieu de Tendresse,

Purifie-moi de tous mes péchés.

8. Ô Dieu, Tu sais toute ma folie,

Et mes péchés sont tous devant Toi.

9. Reviens vers nous malgré nos offenses,

Prends en pitié, Seigneur, Tes enfants.

10. Rends-moi la joie de la délivrance,

Ouvre mes lèvres pour Te chanter.

11. Heureux celui à qui Dieu pardonne

Toutes ses fautes, tous ses péchés.

12. Tu es ma joie, Tu es mon refuge,

Tous les coeurs droits loueront le Seigneur.

13. Mon coeur Te chante, mon coeur exulte,

Je Te bénis pour l’éternité.

 

 

Cantique pour le Carême « Oui, je me lèverai » (cote Secli G48, fiche n° 6465, paroles et musique de Lucien Deiss). Dans l'édition du "petit livre rouge" de la liturgie de la Messe édité en 1978, on ne trouve que les 7 premiers couplets.

 

 

 

 

 

 

 

Cadran-Garde-d-honneur-du-Sacre-Coeur-de-Jesus-Ass.-l.jpg

 

 

Psaume 25 (Louis Segond)

Ps 24 (25) en hébreu, latin, grec et anglais


1 De David. Éternel ! j'élève à toi mon âme.

2 Mon Dieu ! En toi je me confie : que je ne sois pas couvert de honte ! Que mes ennemis ne se réjouissent pas à mon sujet !

3 Tous ceux qui espèrent en toi ne seront point confondus ; ceux-là seront confondus qui sont infidèles sans cause.

4 Éternel ! Fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes sentiers. 

5 Conduis-moi dans ta vérité, et instruis-moi ; car tu es le Dieu de mon salut, tu es toujours mon espérance.

6 Éternel ! souviens-toi de ta miséricorde et de ta bonté ; car elles sont éternelles.

7 Ne te souviens pas des fautes de ma jeunesse ni de mes transgressions ; souviens-toi de moi selon ta miséricorde, à cause de ta bonté, ô Éternel !

8 L'Éternel est bon et droit : c'est pourquoi il montre aux pécheurs la voie.

9 Il conduit les humbles dans la justice, il enseigne aux humbles sa voie.

10 Tous les sentiers de l'Éternel sont miséricorde et fidélité, pour ceux qui gardent son alliance et ses commandements.

11 C'est à cause de ton nom, ô Éternel ! que tu pardonneras mon iniquité, car elle est grande.

12 Quel est l'homme qui craint l'Éternel ? L'Éternel lui montre la voie qu'il doit choisir.

13 Son âme reposera dans le bonheur, et sa postérité possédera le pays.

14 L'amitié de l'Éternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction.

15 Je tourne constamment les yeux vers l'Éternel, car il fera sortir mes pieds du filet.

16 Regarde-moi et aie pitié de moi, car je suis abandonné et malheureux.

17 Les angoisses de mon coeur augmentent ; tire-moi de ma détresse.

18 Vois ma misère et ma peine, et pardonne tous mes péchés.

19 Vois combien mes ennemis sont nombreux, et de quelle haine violente ils me poursuivent.

20 Garde mon âme et sauve-moi ! Que je ne sois pas confus, quand je cherche auprès de toi mon refuge !

21 Que l'innocence et la droiture me protègent, quand je mets en toi mon espérance !

22 O Dieu ! délivre Israël De toutes ses détresses !


 

Saint-Padre-Pio-Persona-De-Christi--Mark-Sanislo--parousie-jpg

"Saint Padre Pio, Persona de Christi"

Mark Sanislo

 

 

 

Psaume 50 (Louis Segond)

Ps 49 (50) en hébreu, latin, grec et anglais

 

1 Psaume d'Asaph. Dieu, Dieu, l'Éternel, parle, et convoque la terre, depuis le soleil levant jusqu'au soleil couchant.

2 De Sion, beauté parfaite, Dieu resplendit.

3 Il vient, notre Dieu, il ne reste pas en silence ; devant lui est un feu dévorant, autour de lui une violente tempête.

4 Il crie vers les cieux en haut, et vers la terre, pour juger son peuple :

5 Rassemblez-moi mes fidèles, qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice !

6 Et les cieux publieront sa justice, car c'est Dieu qui est juge. (Pause)

7 Écoute, mon peuple ! et je parlerai ; Israël ! et je t'avertirai. Je suis Dieu, ton Dieu.

8 Ce n'est pas pour tes sacrifices que je te fais des reproches ; tes holocaustes sont constamment devant moi.

9 Je ne prendrai pas de taureau dans ta maison, ni de bouc dans tes bergeries.

10 Car tous les animaux des forêts sont à moi, toutes les bêtes des montagnes par milliers ;

11 Je connais tous les oiseaux des montagnes, et tout ce qui se meut dans les champs m'appartient.

12 Si j'avais faim, je ne te le dirais pas, car le monde est à moi et tout ce qu'il renferme.

13 Est-ce que je mange la chair des taureaux ? Est-ce que je bois le sang des boucs ?

14 Offre pour sacrifice à Dieu des actions de grâces, et accomplis tes voeux envers le Très Haut.

15 Et invoque-moi au jour de la détresse ; je te délivrerai, et tu me glorifieras.

16 Et Dieu dit au méchant : Quoi donc ! tu énumères mes lois, et tu as mon alliance à la bouche,

17 Toi qui hais les avis, et qui jettes mes paroles derrière toi !

18 Si tu vois un voleur, tu te plais avec lui, et ta part est avec les adultères.

19 Tu livres ta bouche au mal, et ta langue est un tissu de tromperies.

20 Tu t'assieds, et tu parles contre ton frère, tu diffames le fils de ta mère.

21 Voilà ce que tu as fait, et je me suis tu. Tu t'es imaginé que je te ressemblais ; mais je vais te reprendre, et tout mettre sous tes yeux.

22 Prenez-y donc garde, vous qui oubliez Dieu, de peur que je ne déchire, sans que personne délivre.

23 Celui qui offre pour sacrifice des actions de grâces me glorifie, et à celui qui veille sur sa voie Je ferai voir le salut de Dieu.

 

 

 

Cantique-de-Careme--Christ-le-Fils-du-Pere--parousie.over.jpg

 

 

"Christ, le Fils du Père"

 

1. Christ, le Fils du Père, qui vins pour sauver ce qui était perdu :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

2. Toi, pour qui les anges ont chanté Noël à l’aube du salut :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

3. Toi, qui de Ton Père voyais le reflet dans un regard d’enfant :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

4. Toi, dont la tendresse ne repoussait pas le cri du malheureux :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

5. Toi, vers qui les pauvres venaient, pleins de Foi, chercher le réconfort :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

6. Toi, l’ami des humbles, qui ne craignais pas de partager leur pain :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

7. Toi, que les infirmes entouraient de cris, quêtant leur guérison :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

8. Toi, qui savais poursuivre la brebis perdue, errante dans la nuit :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

9. Toi, que le prodigue * trouvera toujours au bout de son chemin :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

10. Toi, dont la présence apaisait soudain la mer et les démons :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

11. Toi, dont Madeleine, par son repentir, a su toucher le cœur :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

12. Toi, qui fis de Pierre, malgré son péché, le chef de ton troupeau :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

13. Toi, sur qui nos fautes ont pesé si lourd quand Tu portais Ta Croix :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

14. Toi, dont Véronique vit les traits sanglants revivre dans ses mains :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

15. Toi, dont la promesse ouvrit au larron la joie du Paradis :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

16. Toi, dont la parole fit lever Lazare au fond de son tombeau :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

17. Toi, dont la Puissance a cloué la mort sur l’arbre de la Croix :

Vois notre misère, daigne avoir pitié !

 

* Voir Parabole du Fils Prodigue dans Luc 15 (Luke 15)

 

Cantique pour le Carême « Christ, le Fils du Père » (cote Secli GY 50, ancienne cote G 50, fiche n° 601, chant de Bernard Geoffroy, mélodie provençale).

 

 

 

Partition "Christ, le Fils du Père" (G 50), courtoisie de Soeur Marie-Pascale du Diocèse d'Amiens

 

 

 

Padre-Pio-lisant--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

L’eau vive coulera

 

L’eau vive coulera sur un peule racheté,

Son front resplendira d’un éclat d’éternité.

 

1.

Sur l’eau primordiale et féconde

Repose encor l’Esprit-Saint ;

D’En-Haut va renaître le monde ;

Le Christ est monté au Jourdain.

 

2.

Dans l’eau diluviale * et terrible

S’abîme toute laideur :

L’Église est notre arche paisible,

Le Christ est plus fort que la mort.

 

3.

Chemin vers la Terre Promise,

La mer écarte ses eaux ;

Cantique nouveau pour l’Église,

Le Christ est sorti du tombeau.

 

4.

Lépreux, par cette eau innocente,

Voici ton corps purifié ;

Toute âme devient transparente,

Le Christ est chargé du péché.

 

Synonyme de diluvienne

 

 

Small--Padre-Pio-tenant-la-Sainte-Eucharistie.JPG

 

Cantique pour le Carême « L’eau vive coulera » (cote Secli I 87, ex BS 66), page 141, "petit livre rouge" de la liturgie de la Messe, éditions du Chalet, 1978. Imprimatur, Lyon, 25 juin 1977 – P. Bony, Cens. Dep.

 

 

 

Cantique--Au-puits-de-Jacob---3e-dimanche-de-Careme--parou.jpg

 

 

Jésus et la (Bonne) Samaritaine dans la Bible

Jean 4 (Louis Segond)

Jn 4 (latin, grec, anglais)

 

1 Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu'il faisait et baptisait plus de disciples que Jean.

2 Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c'étaient ses disciples.

3 Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée.

4 Comme il fallait qu'il passât par la Samarie,

5 il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils.

6 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C'était environ la sixième heure.

7 Une femme de Samarie vint puiser de l'eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire.

8 Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

9 La femme samaritaine lui dit : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? - Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. -

10 Jésus lui répondit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive.

11 Seigneur, lui dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond ; d'où aurais-tu donc cette eau vive ?

12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ?

13 Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau aura encore soif ;

14 mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

15 La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.

16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici.

17 La femme répondit : Je n'ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n'ai point de mari.

18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.

19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

20 Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.

21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité.

25 La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

26 Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle.

27 Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu'il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit : Que demandes-tu ? ou : De quoi parles-tu avec elle ?

28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens :

29 Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; ne serait-ce point le Christ ?

30 Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui.

31 Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant : Rabbi, mange.

32 Mais il leur dit : J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.

33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres : Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ?

34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre.

35 Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.

36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.

37 Car en ceci ce qu'on dit est vrai : Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne.

38 Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n'avez pas travaillé ; d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.

39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme : Il m'a dit tout ce que j'ai fait.

40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d'eux. Et il resta là deux jours.

41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole ;

42 et ils disaient à la femme : Ce n'est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons ; car nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'il est vraiment le Sauveur du monde.

43 Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée ;

44 car il avait déclaré lui-même qu'un prophète n'est pas honoré dans sa propre patrie.

45 Lorsqu'il arriva en Galilée, il fut bien reçu des Galiléens, qui avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem pendant la fête ; car eux aussi étaient allés à la fête.

46 Il retourna donc à Cana en Galilée, où il avait changé l'eau en vin. Il y avait à Capernaüm un officier du roi, dont le fils était malade.

47 Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir.

48 Jésus lui dit : Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point.

49 L'officier du roi lui dit : Seigneur, descends avant que mon enfant meure.

50 Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla.

51 Comme déjà il descendait, ses serviteurs venant à sa rencontre, lui apportèrent cette nouvelle : Ton enfant vit.

52 Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux ; et ils lui dirent : Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté.

53 Le père reconnut que c'était à cette heure-là que Jésus lui avait dit : Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison.

54 Jésus fit encore ce second miracle lorsqu'il fut venu de Judée en Galilée.

 

 

Statue-bronze-dore-Vierge-Marie-et-l-Enfant-Jesus--parous.jpg

 


 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 10:05

Marthe-Robin-martyre--parousie.over-blog.fr--2-.gif

Marthe Robin

1902-1981

 

 

 

"Ô Mère Bien-Aimée"

Prière de Marthe Robin

 

« Ô Mère Bien-Aimée, Vous qui connaissez si bien les voies de la Sainteté et de l’Amour, apprenez-nous à élever souvent notre esprit et notre cœur vers la Trinité, à fixer sur Elle notre respectueuse et affectueuse attention.

Et puisque Vous cheminez avec nous sur le chemin de la Vie éternelle, ne demeurez pas étrangère aux faibles pèlerins que Votre Charité veut bien recueillir. Tournez vers nous Vos regards miséricordieux, attirez-nous dans Vos clartés, inondez-nous de Vos douceurs, emportez-nous dans la Lumière et dans l'Amour, emportez-nous toujours plus loin et très haut dans les splendeurs des Cieux.

Que rien ne puisse jamais troubler notre paix, ni nous faire sortir de la pensée de Dieu ; mais que chaque minute nous emporte plus avant dans les profondeurs de l’auguste Mystère, jusqu’au jour où notre âme, pleinement épanouie aux illuminations de l’Union divine, verra toutes choses dans l’éternel Amour et dans l’Unité. Amen. »

 

Marthe Robin

 

Cette prière est dite chaque jour dans les Foyers de Charité.

Au Foyer de Charité de Tressaint, elle achève la prière du soir.

 

 

 

Marthe-Robin-2--parousie.over-blog.fr--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

Marthe-Robin-167--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

"Ô le Bien-Aimé de mon âme", chanson inspirée par l'Acte d'Offrande et d'Abandon de Marthe Robin, chantée par le Foyer de Charité de Tressaint.

 

 

 

Marthe-Robin-sur-son-lit-de-mort--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Tombe-de-Marthe-Robin-dans-le-cimetiere-de-Saint-Bonnet-de.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:59

Mere-Therese-Marie-Couderc--parousie.over-blog.fr.jpg

Marie-Victoire Couderc

Soeur Thérèse

Cofondatrice des Sœurs du Cénacle

née le 1er février 1805 au Mas (Sablières- Ardèche)

morte au Cénacle de Fourvière, à Lyon le 26 septembre 1885

enterrée dans la chapelle du Cénacle

à Lalouvesc (anciennement La Louvesc)

 

 Blason-Ardeche--parousie.over-blog.fr.png

 

 

"Se livrer"

Sainte Thérèse Couderc

 

"Déjà plusieurs fois Notre-Seigneur m'avait fait connaître combien il était utile pour l'avancement d'une âme qui désire sa perfection de se livrer sans réserve à la conduite de l'Esprit Saint. Mais ce matin il a plu à sa divine Bonté de m'en donner encore une vue toute particulière. Je me disposais à commencer ma méditation lorsque j'ai entendu le son de différentes cloches qui appelaient les fidèles à l'assistance aux divins Mystères. Dans ce moment, j'ai désiré m'unir à toutes les messes qui se disaient et ai pour cela dirigé mon intention afin d'y participer. Alors, j'ai vu d'une vue générale, tout l'univers catholique et une multitude d'autels où s'immolait en même temps l'adorable Victime. Le sang de l'Agneau sans tache coulait en abondance sur chacun de ces autels qui m'apparaissaient environnés d'une fumée fort légère qui s'élevait vers le ciel. Mon âme était saisie et pénétrée d'un sentiment d'amour et de reconnaissance à la vue de cette satisfaction si abondante que Notre-Seigneur offrait pour nous. Mais j'étais aussi dans un grand étonnement de ce que le monde entier n'en était pas sanctifié. Je demandai comment il se faisait que le sacrifice de la Croix n'ayant été offert qu'une seule fois ait été suffisant pour racheter toutes les âmes, et que, renouvelé tant de fois, il ne suffit pas à les sanctifier toutes. Voici la réponse que j'ai cru entendre : Le sacrifice est sans doute suffisant par lui même, et le sang de Jésus-Christ plus que suffisant pour la sanctification d'un million de mondes, mais les âmes manquent de correspondance et de générosité. Or, le grand moyen d'entrer dans la voie de la perfection et de la sainteté, c'est de se livrer à notre bon Dieu.

Mais qu'est-ce que "se livrer" ? Je comprends toute l'étendue du sens de ce mot : se livrer, mais je ne puis l'expliquer.

Je sais seulement qu'il est très étendu, qu'il embrasse le présent et l'avenir.

Se livrer, c'est plus que se dévouer, c'est plus que se donner, c'est même quelque chose de plus que s'abandonner à Dieu.

Se livrer enfin, c'est mourir à tout et à soi-même, ne plus s'occuper du moi que pour le tenir toujours tourné vers Dieu.

Se livrer, c'est encore ne plus se chercher en rien, ni pour le spirituel, ni pour le temporel, c'est-à-dire ne plus chercher de satisfaction propre mais uniquement le bon plaisir divin.

Il faut ajouter que se livrer, c'est aussi cet esprit de détachement qui ne tient à rien, ni pour les personnes, ni pour les choses, ni pour le temps, ni pour les lieux. C'est adhérer à tout, accepter tout, se soumettre à tout.

Mais on va croire peut-être que cela est bien difficile à faire. Qu'on se détrompe, il n'y a rien de si facile à faire et rien de si doux à pratiquer. Le tout consiste à faire une seule fois un acte généreux, en disant avec toute la sincérité de son âme :

"Mon Dieu, je veux être tout à vous, daignez accepter mon offrande". Et tout est dit. Avoir soin désormais de se tenir dans cette disposition d'âme et ne reculer devant aucun des petits sacrifices qui peuvent servir à notre avancement dans la vertu. Se rappeler que l'on s'est livré.

Je prie Notre-Seigneur de donner l'intelligence de ce mot à toutes les âmes désireuses de lui plaire, et de leur inspirer un moyen de sanctification si facile. Oh ! si l'on pouvait comprendre à l'avance quelles sont les douceurs et la paix que l'on goûte quand on ne met pas de réserve avec le Bon Dieu ! Comme il se communique à l'âme qui le cherche sincèrement et qui a su se livrer. Que l'on en fasse l'expérience et l'on verra que c'est là où se trouve le vrai bonheur que l'on cherche en vain sans cela.

L'âme livrée a trouvé le paradis sur la terre, puisqu'elle y jouit de cette douce paix qui fait en partie le bonheur des élus."

 

Sainte Thérèse Couderc, écrit à Montpellier le dimanche 26 juin 1864

 

 

 

 

 

Fragment-du-Manuscrit--SE-LIVRER--de-Sainte-Therese-Coude.jpg

Fragment du Manuscrit "SE LIVRER"

de Sainte Thérèse Couderc

 

 

 

Prières de Sainte Thérèse Couderc


Puissance du Père,

communiquez-vous à ma faiblesse

et daignez la relever de sa profonde misère,

afin qu’elle puisse faire des œuvres

dignes d’être offertes à votre divine Majesté

et de procurer sa Gloire.

 

Sagesse du Fils,

présidez à toutes mes pensées, paroles et actions

afin qu’elles soient toutes faites

selon les règles de cette Sagesse éternelle

qui est Vous-même, ô mon Dieu.

 

Amour de l’Esprit-Saint,

soyez le principe de toutes

les opérations de mon âme,

afin qu’elles soient toutes conformes

au bon plaisir Divin ! Amen !

 

Cette version est la seule qui existe dans les Archives écrite de la main de Mère Thérèse. Cependant, une version plus courte fut soumise à l’autorité ecclésiastique, reçut l’imprimatur et fut largement répandue. On ignore qui prépara cette version abrégée et pour quelles raisons.

 

 

Sainte-Therese-Couderc--de-Lalouvesc--Ardeche-.jpg

 

 

La Bonté

 

J'ai eu, il y a quelques jours,

une vue qui m'a bien consolée.

C'était pendant mon action de grâces

que je fis quelques réflexions sur la bonté de Dieu...

J'étais extrêmement touchée de ces réflexions,

lorsque je vis écrit comme en lettres d'or

ce mot Bonté,

que je répétais depuis longtemps avec une indicible douceur.

Je le vis, dis-je, écrit sur toutes les créatures

animées et inanimées, raisonnables ou non,

toutes portaient ce nom de bonté,

je le voyais même sur la chaise qui me servait de prie-Dieu.

Je compris alors que tout ce que ces créatures ont de bon

et tous les services et les secours que nous recevons de chacune d'elles

est un bienfait que nous devons à la bonté de notre Dieu,

qui leur a communique quelque chose de sa bonté infinie,

afin que nous la rencontrions en tout et partout.

 

Sainte Thérèse Couderc, fondatrice des Religieuses du Cénacle, 10 août 1866

 

 

 

 

ACTE D’OFFRANDE DE MÈRE THÉRÈSE COUDERC

 

Seigneur Jésus, je m’unis à votre sacrifice perpétuel, incessant, universel. Je m’offre a vous pour tous les jours de ma vie et pour chaque instant du jour, selon votre très sainte et très adorable volonté.

Vous avez été la victime de mon salut, je veux être la victime de votre amour.

Agréez mon désir, acceptez mon offrande, exaucez ma prière : que je vive d’amour, que je meure d’amour et que le dernier battement de mon cœur soit un acte du plus parfait amour.

 

 

Chambre-de-Sainte-Therese-Couderc-a-Lyon--parousie.over-.jpg

Chambre de Sainte Thérèse Couderc à Lyon

 


 

INVOCATIONS POUR LA FRANCE

 

Mon Dieu, convertissez votre peuple.

Mon Dieu, pardonnez à votre peuple.

Mon Dieu, faites miséricorde à votre peuple.

Mon Dieu, jetez un regard de compassion sur votre peuple.

Mon Dieu, n’abandonnez pas votre peuple.

Mon Dieu, soyez touché des maux de votre peuple.

Mon Dieu, venez au secours de votre peuple.

Mon Dieu, combattez pour votre peuple.

Mon Dieu, faites éclater votre puissance

Et votre bonté en faveur de votre peuple ;

Votre puissance en le secourant,

Et votre bonté en lui pardonnant.

 

 

PRIER-15-JOURS-AVEC-THERESE-COUDERC--Helene-Caumeil--Ch.gif

 

 

"CONSÉCRATION À LA SAINTE VIERGE"

"faite par Mère Thérèse (Couderc)

le jour de l'Assomption, 15 août 1837

dans l'église de Notre-Dame d'Ây

A.M.D.G." *

 

Signature-de-Sainte-Therese-Marie-Victoire-Couderc.gif

 

Glorieuse Vierge Marie, Mère de mon Dieu, reine du ciel et de la terre, ma protectrice, mon avocate et ma mère, ce dernier titre remplit de confiance et enflamme mon cœur d'amour pour vous. Daignez jeter un regard de bonté et de miséricorde sur la plus indigne et la plus ingrate de vos filles, et agréez l'offrande que je vous fais de moi-même et de tout ce qui m'appartient. Je vous consacre mon corps, mon âme, mon esprit et mon cœur : je veux que désormais ils soient tout occupés de vous aimer et de vous faire aimer. Mille et mille fois je me suis consacrée à vous, et mille et mille fois je me suis reprise et ai oublié que je n'étais plus à moi. Pardonnez, je vous prie, ma bonne et tendre Mère, pardonnez mon inconstance et ma légèreté ; c'en est fait, je ne vous oublierai jamais plus. Je veux au contraire qu'à dater de ce jour 15 août 1837 on puisse dire que mon amour pour vous et ma confiance en votre protection puissante ont été toujours croissant. Mais, ma bonne Mère, je ne vous consacre pas seulement ce qui me regarde personnellement ; je vous consacre aussi et vous prie de recevoir au nombre de vos filles toutes mes chères Sœurs que j'aime et dont je désire le salut et la perfection comme la mienne ; daignez les prendre toutes sous votre aimable et puissante protection, servez leur de Mère ; vous voyez que j'en porte le nom et n'en fais les fonctions que d'une manière trop imparfaite ; daignez vous souvenir, ô mon auguste princesse, que cette petite communauté et toutes les filles qui la composent vous ont été déjà consacrées une fois par votre fidèle serviteur, notre bon Père Terme. Ne nous désavouez pas, je vous en conjure, quelque indignes que nous soyons de vos faveurs : je sens, ma bonne Mère, que le présent que je vous fais est bien indigne de vous, puisque nous sommes toutes remplies de défauts, de misères, d'imperfections. C'est précisément cette pauvreté spirituelle, ce dénuement de toutes les vertus, qui attirera vos regards de compassion sur nous, ô Mère pleine de bonté ; daignez nous corriger de nos défauts et nous instruire dans la science des vertus solides et nous faire marcher dans la voie de la perfection religieuse afin que nous devenions toutes des épouses dignes du Cœur de Jésus.

Je vous prie encore, ma bonne Mère, de couvrir de votre protection et de venir au secours de toutes les âmes qui viendront pratiquer les saints Exercices de la retraite dans votre maison. Je dis dans votre maison : je ne la regarderai plus désormais que comme vous appartenant, et si vous voulez que je porte encore le nom de Supérieure, je veux que ce ne soit que pour vous représenter ; car je me démets aujourd'hui de la supériorité ; et lorsque je serai obligée de me livrer à quelqu'une des fonctions que cette charge exigera de moi, je vous demanderai la permission, n'ayant aucun droit d'agir par moi-même, puisque je vous ai tout donné.

En terminant cette consécration, ô ma bonne Mère, prosternée encore au pied de votre autel, je vous conjure pour l'honneur de votre saint nom et la gloire de votre divin Fils, de m'obtenir la grâce d'agir toujours dans toutes mes actions par des motifs surnaturels, d'obéir et d'être fidèle à la grâce, et d'être toujours animée de l'esprit de Jésus-Christ afin que l'esprit propre n'y soit pour rien, que j'écoute toujours et que j'obéisse à la voix de la grâce, et jamais à celle de la nature ; enfin, ô grande Reine du ciel et de la terre, protégez-nous, aidez-nous, priez pour nous dans ce lieu de pèlerinage et d'exil et obtenez-nous la grâce de jouir un jour de votre aimable présence et de celle de Jésus, mon Divin Epoux ; c'est là ma fin et celle de tous les chrétiens. Puissions-nous travailler avec zèle à y parvenir.

Amen. Amen. Amen.

Soyez bénie et louée mille fois, ô Sainte Mère de Dieu de m'avoir permis de venir aujourd'hui vous faire ma consécration dans cette église spécialement consacrée à votre honneur.

 

* A.M.D.G., devise des Jésuites, signifie en latin "Ad Maiorem (ou Majorem) Dei Gloriam" (Pour la Plus Grande Gloire de Dieu).

 

 

Pere-Etienne-TERME---Copie.jpg

Père Jean-Pierre-Étienne Terme

Fondateur de la Congrégation

des Sœurs de Saint-Régis

né le 25 décembre 1791 au Plagnal (Ardèche)

mort le 12 décembre 1834 au Plagnal

 

 

 

Blason-Lalouvesc--Ardeche---parousie.over-blog.fr.png

 

 

De même que la Divine Providence a uni pour toujours Marthe Robin et le Père Georges Finet pour la mise en oeuvre des Foyers de Lumière, de Charité et d'Amour (Foyers de Charité), Elle a aussi étroitement lié pour l'éternité Mère Thérèse Couderc et le Père Étienne Terme afin qu'ils créent une oeuvre de l'Amour de Dieu, d'abord dans une sainte partie de l'Ardèche, puis dans le monde entier de nos jours.

En effet, le Bon Père Terme est le fondateur de la Congrégation des Sœurs de Saint-Régis. Dès l'hiver 1825-1826, il parvient à organiser un premier accueil, et entreprend la construction d'une maison dédiée à cet accueil des femmes en pèlerinage, et qui sera la première maison de la Congrégation Notre-Dame du Cénacle, ou "le Cénacle" (Sisters of the Cenacle - Suore di Nostra Signora del Ritiro al Cenacolo).

Marie-Victoire Couderc, devenue Soeur Thérèse, sera appelée par le Père Terme en 1827, avec deux de ses sœurs, pour prendre en charge cette nouvelle fondation. À moins de 23 ans, Soeur Thérèse va devenir Mère Thérèse en assumant, avec une grande humilité, les fonctions de Mère Supérieure.

L'institution s'est divisée en deux branches, les Sœurs des écoles (Sœurs de Saint-Régis) et les Sœurs de la retraite qui seront appelées plus tard Sœurs de Notre-Dame du Cénacle.

 

Patrick, l'auteur de ce blog, à partir notamment de sources du site Wikipédia

 

 

Reliques-de-Saint-Regis--Basilique-de-Lalouvesc--parousie-JPG

Reliques de Saint-Régis

Jean-François Régis (1597 - 1640)

« L'Apôtre du Velay »

Basilique de Lalouvesc


 

 

 

 

Père Étienne Terme, le 2e Apôtre du Vivarais, d'après le livre "The Household of God" Marie Thérèse Couderc, par C.C. Martindale (1921)

 

 

 Mere-Therese-Marie-Victoire-Couderc--parousie.over-blog-jpg

 

 

uk.gif

 

St Therese Couderc

Mother Marie Victoire Thérèse Couderc

 

1805: Birth in Le Mas, (Sablières-Ardèche), France; February 1

1826: Foundation, with Fr. Stephen Terme, of the Congregation of Our Lady of the Retreat in the Cenacle, in La Louvesc, France

1885: Death in Lyon, France, September 26

1970: Canonization

Feast Day, September 26

The writings of Saint Therese Couderc have until now not been readily accessible.

 

 

Mere-Therese-Couderc--parousie.over-blog.fr.jpg

 

TO SURRENDER ONESELF

"Se livrer"

 

I was preparing to begin my meditation, when I heard the pealing of the church bells calling the faithful to attend the divine Mysteries. At that moment the desire came over me to unite myself with all the masses which were being said, and to that end I directed my intention so that I might participate in them.

Then I had an overall view of the whole Catholic world and a multitude of altars upon which at one and the same time the adorable Victim was being immolated. The blood of the Lamb without stain was flowing abundantly over every one of these altars, which seemed to be surrounded by a light cloud of smoke ascending toward heaven. My soul was seized and penetrated with a feeling of love and gratitude on beholding this most abundant satisfaction that Our Lord was offering for us.

But I was also greatly astonished that the whole world was not sanctified by it. I asked how it could be that the sacrifice of the Cross having been offered only once was sufficient to redeem all souls, while now being renewed so often it was not sufficient to sanctify them all.

This is the answer I thought I heard: The sacrifice is without any doubt sufficient by itself, and the Blood of Jesus Christ more than sufficient for the sanctification of a million worlds, but souls fail to correspond, they are not generous enough. Now the great means by which one may enter into the path of perfection and of holiness is to surrender oneself to our good God.

But what does it mean to surrender oneself?

I understand the full extent of the expression to surrender oneself, but I cannot explain it. I only know that it is very vast, that it embraces both the present and the future.

To surrender oneself is more than to devote oneself, more than to give oneself, it is even something more than to abandon oneself to God. In a word, to surrender oneself is to die to everything and to self, to be no longer concerned with self except to keep it continually turned toward God.

To surrender oneself is, moreover, no longer to seek oneself in anything, either for the spiritual or the physical, that is to say, no longer to seek one's own satisfaction, but solely the divine good pleasure.

It should be added that to surrender oneself is also to follow that spirit of detachment which clings to nothing, neither to persons nor to things, neither to time nor to place. It means to adhere to everything, to accept everything, to submit to everything.

But perhaps you will think that this is very difficult to do. Do not let yourself be deceived. There is nothing so easy to do, nothing so sweet to put into practice. The whole thing consists in making a generous act once and for all, saying with all the sincerity of your soul: "My God, I wish to be entirely thine; deign to accept my offering." And all is said. But from then on, you must take care to keep yourself in this disposition of soul and not to shrink from any of the little sacrifices which can help you advance in virtue. You must always remember that you have surrendered yourself.

I pray to our Lord to give an understanding of this word to all souls desirous of pleasing him and to inspire them to take advantage of so easy a means of sanctification. Oh! If people could just understand ahead of time the sweetness and peace that are savored when nothing is held back from the good God! How he communicates himself to the one who seeks him sincerely and has known how to surrender herself. Let them experience it and they will see that here is found the true happiness they are vainly seeking elsewhere.

The surrendered soul has found paradise on earth, since she enjoys that sweet peace which is part of the happiness of the elect.

Saint Thérèse Couderc

June 26, 1864

 

 

 

 

Prayers of Saint Therese Couderc

 

Mighty strength of the Father,

Infuse my weakness

and graciously lift it up

from the depth of its poverty;

so that even this weakness may perform deeds

worthy of being offered

to your divine Majesty

and of bringing you glory.

 

Wisdom of the Son,

Direct all my thoughts, words, and actions.

so that they may all be in accord

with that eternal Wisdom –

which is You yourself, O my God.

 

Love of the Holy Spirit,

Be the origin of all

the workings of my soul,

so that all may be in harmony

with the divine good pleasure! Amen!

 

 

Drapeau-Ardeche--parousie.over-blog.fr.png

 

 

ACT OF OBLATION

 

Lord Jesus, I unite myself to your perpetual, unceasing, universal sacrifice.

I offer myself to you every day of my life and every moment of every day, according to your most holy and adorable will.

You have been the victim of my salvation, I wish to be the victim of your love.

Accept my desire, take my offering, graciously hear my prayer: let me live by love, let me die of love, and let my last heartbeat be an act of the most perfect love.

 

 

 

 

INVOCATIONS FOR FRANCE

 

My God, convert your people.

My God, pardon your people.

My God, be merciful to your people.

My God, look with compassion on your people.

My God, do not abandon your people.

My God, be moved by the troubles of your people.

My God, come to the aid of your people.

My God, fight for your people.

My God, make your power and your kindness

shine forth for your people:

your power in helping them,

and your kindness in pardoning them.

 

 

Basilique-Saint-Regis--Saint-Regis-secouru-par-son-ange-g.JPG

St. Regis helped by his guardian angel

St John Francis Regis Basilica (Ardèche-France)

Saint-Régis secouru par son ange gardien

Basilique Saint-Régis de Lalouvesc


 

 

 

Letters of Saint Therese Couderc

 

 

Goodness

"La Bonté"

 

A few days ago, I saw something that consoled me very much. It was during my thanksgiving, when I was making a few reflections on the goodness of God — and how would it be possible not to think of this in such moments: of this infinite goodness, uncreated goodness, source of all goodness! And without which there would be no goodness, neither in people nor in other creatures.

I was extremely touched by these reflections, when I saw written as in letters of gold this word Goodness, which I repeated for a long while with an indescribable sweetness. I saw it, I say, written on all creatures, animate and inanimate, rational or not — all bore this name of goodness. I saw it even on the chair which I was using for a kneeler. I understood then that all that these creatures have of good and all the services and help that we receive from each of them are a blessing that we owe to the goodness of our God, who has communicated to them something of his infinite goodness, so that we may meet it in everything and everywhere.

Saint Thérèse Couderc,

Letter of August 10, 1866

 

 

Brief quotations

These are excerpts taken from the letters of the Cenacle's Mother Therese.


CONFIDENCE IN THE GOODNESS OF GOD'S WILL

The best plan, it seems to me, would therefore be to wait a little longer, but to wait with patience, with sweetness, withpeace; the Lord's times are not always our times, it is true, but what does it matter so long as we are doing His will. At such times, we may say with Our Lord in the garden of olives: Let not my will be done, but Thine. Now the will of God manifests itself by the events He ordains or permits; let us adore His designs and submit to them with love, persuaded that all will be for our greater good.

Letter to her nephew, Abbé Léon Couderc,

Lyon, January 15, 1881

 

... not my will be done, but His. This is my prayer of preference which I mean to make every day so long as the breath of life is left to me, because it is the one which gives me and leaves with me the greatest peace of soul.

Letter to Mother Marie Aimée Lautier,

Lyon, October 16, 1881

 

 

THE CROSS

The Cross in any form is always the tree of life and the hope which faith gives us of gathering its fruits of life reanimates our courage in accepting it in all its rigors from the hand of Our Lord, who has Himself chosen that which will serve our sanctification most efficaciously.

Letter to M Dambuent,

Fourvière, December 20, 1867

 

... I knew that I could say nothing and do nothing to arrest your pain or even sweeten it. So then I confined myself to imploring the divine Consoler who knows an about it, to do by Himself what others cannot. He alone possesses remedies for all ills, consolations for all troubles. It is He who gives the cross and it is He also who teaches and helps us to bear it.

Letter to M de Larochnégly,

Lyon, June 15, 1878

 

The Cross in any form is always the tree of life and the hope which faith gives us of gathering its fruits of life reanimates our courage in accepting it in all its rigors from the hand of Our Lord, who has Himself chosen that which will serve our sanctification most efficaciously.

Letter to M Dambuent,

Fourvière, December 20, 1867

 

 

POVERTY OF SPIRIT

Speaking of her retreat: I made them all [i.e., all the meditations] and followed the subjects in the order in which they were placed and in all of them, even those upon the great truths like sin and punishment I saw a God kind and merciful to me, to Whom I owed my whole love. So I allowed myself to follow that attraction of love which is always the dominant and most frequent of my moods .... So I allowed the good God and His grace to work, gratefully receiving each day what He deigned to give me, well knowing that I possessed nothing and that all things came to me from Him.

Letter to M de Larochnégly,

Montpellier, February 13, 1864

 

I see in myself nothing but poverty, powerlessness, uselessness in my life and a total destitution of every virtue which covers me with confusion. I no longer ask God that I may know myself better, since a day during this Lent He gave me so clear a view of my deep poverty and my nothingness that I even prayed He would show me no more of it, fearing lest discouragement should take possession of my soul. Yet He always gave me the grace not to be discouraged and not to lose peace, abandoning myself to Him and desiring nothing else than to love Him and to be united to Him more and more, and He gave me this grace by often drawing me to Himself in an almost irresistible manner.

Letter to M de Larochnégly,

Montpellier, April 23, 1865 (dated 1866)

 

But I find myself quite destitute of virtue, I may even say that I see none in myself and it seems to me that, if the Good God should call me to render to Himself an account of my works, I would find myself empty-handed with no other recourse than His great Mercy. With this I hope, I have confidence and I abandon myself to His good pleasure with a calmness, a peace that nothing can trouble and which seems to me that He alone can give.

Letter to M de Larochnégly,

Lyon, August 7, 1867

 

All my virtue is only in desires and in sterile desires: I do no more one day than another and when I have to appear before God, I shall have hands empty of good works, for I have never done anything that could promote His glory. I thought of this many times during this retreat, however I do not want to become discouraged and since the good God has made me realize so clearly that I can do nothing, I hope and want to hope that He will do all, and then rely n the divine mercy: the most wretched have more claim to it than others.

To Mother de Larochnégly,

Lyon, December 23, 1968

 

In the moments of despair I offer the merits of Our Lord which are more than sufficient to supply a poverty so extreme, an indigence so great and, in this way, the good God has given me the grace not to become discouraged.

To Mother de Larochnégly,

Lyon, October 19, 1873

 

... how can I not feel it, this extreme poverty, when the proofs are there to convince us? At night, when I want to cast my eyes over my day, I see nothing but uselessness; even more than that, I see nothing but failure, defects, imperfections. Prayer, labor, rest, everything is imperfect, there is nothing good. What shall I do then? Well, so that I may not get discouraged, for I fear discouragement, I cast all this into the heart of Jesus which is an abyss of mercy, and I beg Him to deign, in His bounty, kindly to repair all, to perfect all, to sanctify all, since of my own accord I am able only to do evil.

Here, my very Reverend Mother, is where I am, I resolve to do better the next day and I do no better; it seems to me that I no longer know how to pray or meditate. At these times, my cry of distress, "My God, have pity on us," serves me for meditation. These few words express many things for me.

Letter to Mother Marie Aimée Lautier,

Lyon, October 17, 1882

 

 

 

The Household of God Marie Thérèse Couderc, by C.C. Martindale (1921)

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:53

Sacre-Coeur--eglise-de-Hochst--Vorarlberg---parousie.ove.jpg

 Sacré-Coeur de Jésus 

Église de Höchst (Vorarlberg - Autriche)

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 20 janvier 2012

 

 

 

Poème « coeur à coeur »

 

J’ai un cœur qui bat, un cœur qui se bat constamment pour être un cœur,

Pour réprimer mes peurs et mes envies d’ébats, sans débats, et sur l’heure,

Pour tendre la main à l’autre et détruire en moi la colère qui nuit au bonheur,

Pour apprendre à être humain sans attendre le lendemain avec l’âme sœur,

Pour tendre à la bonté et rendre captive l’animalité qui n’occasionne que pleurs,

Un cœur en or qui jamais ne dort, embrasé du feu ardent de l’Amour du Seigneur,

Un cœur doux pour apprivoiser la haine qui noircit la face de la terre de stupeur,

Un cœur humble pour m’abaisser devant les pauvres et les malades qui se meurent,

Un cœur pur pour y faire demeurer le Christ, comme un tendre cœur à cœur,

Un cœur lumineux pour communiquer le bien et en contaminer les créatures sans cœur,

Un cœur souffrant qui saisit aussitôt avec compassion toute lancinante douleur,

Un cœur priant, en communion avec les Saints, qui incite mes frères à la ferveur,

Un cœur sacrifié afin de sauver une foule d’âmes avant d’être saisies de terreur,

Un cœur sans rancœur, un cœur d’enfant qui transforme autrui et le sort de sa torpeur,

Un cœur qui console avec labeur la pâleur des hommes sans en attendre des honneurs,

Un cœur dont chaque pulsation sera une offrande éternelle pour notre Sauveur.

 

 

 


Jésus de Nazareth - Le Sermon sur la Montagne

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 23:23

roblesjy.com--aquarelle-grenades--Pomegranate-watercolor--p.jpg

Grenades

Aquarelle de Jean-Yves Roblès

 

 

 

 

 

Métaphores de mort et métamorphoses d’amour

 

Aux armes ! Aux armes de l’amour pour essuyer les larmes des orphelins et des veuves éplorées par des guerres fratricides et des actes d’une cruauté sans nom, d’une barbarie inimaginable.

Aux armes les croisés de l’Amour, revêtus de l’armure rutilante de Dieu et du Saint Nom de Jésus.

Priez pour changer les loups en agneaux, pour que cessent les atrocités de ceux qui échafaudent le plan de destruction massive dicté par Satan lui-même, priez pour ceux qui sont en théorie voués à l’enfer et qui s’en vantent, pour ceux qui exécutent les basses besognes sans foi ni loi, sans Dieu ni maître, sans cœur et sans pitié, et qui perpètrent des crimes abominables, priez pour ceux qui tuent le corps et l’esprit par un harcèlement machiavélique et qui exercent une funeste emprise sur les plus vulnérables, dans le but de tuer l’âme même.

Plantez des graines d’amour qui grandiront éternellement et contrecarreront les plans du Grapin, qui persécutait le Saint Curé d’Ars, et qui ne cherche qu’à diviser pour mieux régner en semant la haine, la destruction et la mort.

Semez la vie, la bienveillance, l’unité et la tolérance, la solidarité et la confiance, le pardon et l’espérance, et vous récolterez pour le monde entier, et pour l’éternité, l’Amour pur et vrai tout droit venu du Ciel, et qui se déverse en cascades étincelantes sur les âmes, même les plus froides ou tièdes.

Irradiez la lumière du Christ, devenez la transparence du Père, faites suinter l’Esprit Saint par tous les vaisseaux de votre corps et par les pores de votre peau, et vous voguerez alors sur le vaisseau du Ciel qui arrive à bon port, sur le navire qui jamais ne chavire, en chemin vers la Patrie Céleste !

Bombez le torse de votre Foi, transformez les bombes à neutrons en bombes de neutralité, les sombres tombes en beautés sans nombre.

Métamorphosez les missiles Tomahawk en calumets de la paix, les faucons en colombes, les adeptes du casus belli en zélés pacificateurs, en fervents repentis, en ardents convertis.

Semez encore et encore des semences d’amour dans le jardin d’Éden en les arrosant chaque jour, et le chiendent de la haine n’aboiera plus et sera aboli, l’homme sera transfiguré, les fruits seront innombrables et ne seront plus interdits ni pervertis, et les anges se demanderont si la terre n’est pas devenue un autre Ciel !

Évitez les torpilles du sous-marin maudit en lançant vos contre-mesures indestructibles, portant le sceau de la Sainte Vierge, de la Bienheureuse Marie Immaculée qui écrase la tête de satan.

Gravez Saint Michel Archange dans votre cœur et il vous protégera perpétuellement des légions malfaisantes par son bouclier très saint.

Offrez d’énormes géraniums aux pauvres exterminés par l’uranium appauvri des bombes assassines.

Gardez le Cap du Saint-Siège encore garant de la Vérité du Très-Haut et Dieu merci, fidèle vigile de la morale et de la vertu, envers et contre tout depuis plus de deux millénaires, et malgré la laideur des diviseurs et des libertins à la solde de l’ennemi.

Lancez des grenades à fragmentation d’amour, dont les éclats convertiront instantanément la multitude, des grenades quadrillant le monde entier de la Tendresse du Seigneur à travers vous.

Demeurez des sentinelles sans ailes, avant de rejoindre la cohorte des anges célestes, en emmenant à votre suite une kyrielle d’âmes qui rendront grâce à Dieu avec vous d’avoir été sauvés et bienheureux à perpétuité.

Propulsez des missiles d’amour avec des sous-munitions de joie et d’espérance pour consoler le peuple de Dieu désespéré et sans repères, qui erre sans spiritualité ni respect pour notre Créateur Miséricordieux.

Apprenez l’humilité à autrui avec patience et murmurez aux oreilles des jeunes et des enfants avec douceur, pour ne pas les brusquer et réveiller leur cœur endormi ou endurci.

Répandez la nouvelle Pentecôte d’Amour, devenez des apôtres de la paix, suppliez le Ciel afin de devenir de saints temples vivants agréables à Dieu, et de vos anciennes chrysalides jailliront des êtres surnaturels transcendés par l’amour pour la Sainte Trinité et pour autrui, et alors, conformément aux Saintes Écritures, en gardant la Parole de Dieu et Ses Commandements, et avant Son dernier Avènement, vous serez appelés fils de Dieu et vous verrez Dieu !

 

Patrick, l’auteur de ce blog

 

 

 

www.sousmunitions.fr--BSM--bombe-a-sous-munitions--parousi.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0