Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • IHS. Parousie, blog de Patrick ROBLES
  • : Prières, neuvaines, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photobucket

 

 Chapelles virtuelles bénies

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Gif-Weborama.gif

 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Veni Sancte Spiritus

 

Logo-MessesInfo--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Patrick Robles

Créez votre badge

Visites

 


Icone-Toast.png

Facebook Fan Club

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 00:33

Supplication-crepusculaire--parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

Bless the Lord

 

Bless the Lord, my soul,

 

and bless God's Holy Name.

 

Bless the Lord, my soul,

 

who leads me into life.

 

 

Taizé, site officiel

 

 

Icone-de-Jesus-Eucharistie--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

Gif-Jesus-the-light-of-my-life--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

 

 

 

Coeur-ovale--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

Découvrez la playlist Taizé

 

 

 


Bless the Lord - Taizé, guitare et chant 


 

 

Imploration-orageuse--parousie.over-blog.fr.JPG

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Musique
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 22:48

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--parousie.over-blog.f.jpg

Maria "Maù" Gabriella Sagheddu

Soeur O.C.S.O.

née le 17 mars 1914 à Dorgali (Sardaigne)

morte le 23 avril 1939 à Grottaferrata

 

 

 

Dorgali-Stemma.png

 

 

 

Prière à la Bienheureuse

Marie-Gabrielle Sagheddu

 

Seigneur notre Dieu, Pasteur Éternel, Toi qui as inspiré à la Bienheureuse Maria Gabriella, Vierge, le désir d'offrir sa vie pour la cause de l'Unité des chrétiens ; par son intercession, daigne hâter le jour où tous les disciples de Ton Fils pourront se retrouver autour de la table où Tu leur partages Ta Parole et Ton Pain, pour Te louer d'un seul coeur et d'une seule voix. Par le Christ, notre Seigneur, qui vit et Règne avec Toi, dans l'Unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles.

 

Note : La Bienheureuse Marie-Gabrielle Sagheddu a fait l'offrande de sa vie au Christ pour l'Oecuménisme, l'Unité des Chrétiens.

 

Au cas où on obtiendrait des grâces par l'intercession de la Bienheureuse, prière d'en rendre compte à la :

 

Vice Postulazione

Monastero delle Trappiste

I - 01030 Vitorchiano (VT)

FAX : 0039-0761-370952

 

E-Mail : trappa@vitorchiano.org

 

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--2-.jpg

 

 

Paroles de Soeur

Maria Gabriella Sagheddu de l'Unité

 

« Dans la simplicité de mon coeur,

c'est avec joie que je T'offre tout, Seigneur ! »

 

« C'est le Seigneur qui m'a engagée sur cette route,

Il saura bien me protéger dans le combat ! »

 

« Je confie à Sa Miséricorde ma fragilité. »

 

« J'ai vu en face de moi un grand Crucifix...

J'ai pensé que mon sacrifice n'était rien comparé au Sien ! »

 

« C'est pleinement que je me suis offerte,

et je ne retire rien de la parole que j'ai donnée. »

 

« La Volonté de Dieu, quelle qu'elle puisse être,

c'est là ma joie, mon bonheur, ma paix. »

 

« Jamais, je ne pourrai remercier suffisamment ! »

 

« Je ne peux rien dire d'autre que ces paroles :

"Mon Dieu, Ta Gloire !". »

 

 

 

Bienheureuse Marie-Gabrielle Sagheddu

 

 

 

Abbaye Notre-Dame de Saint-Joseph à Vitorchiano

(anciennement Grottaferrata)

 

 

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--3-.jpg

 

 

italie.gif

 

Preghiera alla Beata

Maria Gabriella Sagheddu dell'Unità

 

O Dio, Pastore Eterno, che hai suscitato nella beata Maria Gabriella, vergine, il desiderio di offrire la propria vita per l'Unità di tutti i Cristiani, fa' che, per sua intercessione, si affretti il giorno in cui attorno alla Mensa della Parola e del Pane tutti i credenti Ti lodino con un cuore solo e un anima sola. Per il nostro Signore Gesù Cristo, Tuo Figlio, che è Dio, e vive e regna con Te, nell'Unità dello Spirito Santo, per tutti i secoli dei secoli. Amen.

 

In caso di grazie ottenute per intercessione della beata Gabriella, si prega di inviare notizie alla:

 

VICE POSTULAZIONE

MONASTERO DELLE TRAPPISTE

I 01030 VITORCHIANO ( VT.)

FAX: 0761 / 370952 

 

E / Mail: trappa@vitorchiano.org

 

 

Vitorchiano--ex-Grottaferrata-.jpg

 

 

La professione religiosa di Maù di Dorgali fu pronunciata il 31 ottobre 1937, il rito si svolse in chiesa, era il giorno della festa di Cristo Re:

«O Gesù, io mi offro a Te in unione con il Tuo Sacrificio e, sebbene sia indegna e da nulla, spero fermamente che il divin Padre guardi con occhi di compiacenza la mia piccola offerta, perché io sono unita a Te».

 

Wikipedia.


Fraternità Maria Gabriella 

 


Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--4-.jpg


Espagne.gif

 

Oración a la Beata Maria Gabriela Sagheddu

 

Oh Dios, Pastor Eterno, que has suscitado en la Beata María Gabriela, Virgen, el deseo de ofrecer la propia vida por la Unidad de todos los Cristianos, por su intercesión, apresura el día en que todos los creyentes Te glorifiquen alrededor de la Mesa de la Palabra y del Pan con un solo corazón y una sola voz. Por nuestro Señor Jesucristo, Tu Hijo, que contigo y el Espíritu Santo, vive y reina por los siglos de los siglos. Amén.

 

 En caso de gracias obtenidas por intercesión de la Beata María Gabriela, pídese informar a la:

 

VICE POSTULAZIONE- MONASTERO DELLE TRAPPISTE

01030 VITORCHIANO (VT)

Fax: 0039-0761-370952

 

E-mail: trappa@vitorchiano.org

 

 

 

Beata María Gabriella Sagheddu

 

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--5-.jpg


germany.gif

 

Gebet zur Seilgen Maria Gabriella Sagheddu

 

O Gott, Ewiger Hirte, der Du in der seligen Maria Gabriella das Verlangen geweckt hast, ihr eigenes Leben für die Einheit aller Christen aufzuopfern, gewähre auf ihre Fürsprache hin, daß bald der Tag kommt, an dem alle Gläubigen um den Tisch des Wortes und des Brotes versammelt, Dich aus einem Herzen und einer Seele loben. Darum bitten wir durch Jesus Christus unseren Herrn.

 

Bitte geben Sie im Falle von Gebetserhörungen durch die Fürsprache der seligen Gabriella Nachricht an die:

 

Vice Postulazione

Monastero delle Trappiste

01030 Vitorchiano (VT)

FAX: 0039-0761-370952

 

E-Mail: trappa@vitorchiano.org

 

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--7-.jpg

 

 

portugal.gif

 

Oração à Beata Maria Gabriela Sagheddu

 

Ó Deus, Pastor Eterno, que suscitaste na Beata Maria Gabriela, virgem, o desejo de oferecer a sua vida pela Unidade de todos os Cristãos, fazei que, por sua intercessão, se apresse o dia em que, ao redor da Mesa da Palavra e do Pão, todos os crentes Te louvem com um só coração e uma só alma. Por Nosso Senhor Jesus Cristo, teu Filho, que é Deus, e vive e reina contigo, na Unidade do Espírito Santo, por todos os séculos dos séculos. Amém.

 

No caso de graças obtidas por intercessão da Beata Maria Gabriela, pede-se enviar notícias à:

 

VICE POSTULAZIONE - MONASTERO DELLE TRAPPISTE

101030 VITORCHIANO (VT)

FAX: 0039-0761-370952

 

E-mail: trappa@vitorchiano.org

 

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu.jpg

 

 

uk.gif

 

Prayer to Blessed Mary-Gabrielle Sagheddu

 

Oh God, Eternal Shepherd, who inspired Blessed Maria Gabriella, to offer her life for the Unity of all Christians, grant that through her intercession, the day may be hastened in which all believers in Christ, gathered around the table of Your Word and of Your Bread, may praise You with one heart and one voice. Grant us the favor (here mention your request) which we seek through her intercession. Through our Lord, Jesus Christ. Amen.

 

Bienheureuse-Maria-Gabriella-Sagheddu--8-.jpg

 

  Another Prayer for Blessed Gabriella of Unity

 

Lord God, Eternal Shepherd,

You inspired the Blessed Virgin, Maria Gabriella,

generously to offer up her life

for the sake of Christian Unity.

At her intercession,

hasten, we pray, the coming of the day when,

gathered around the table of Your Word

and of Your Bread from Heaven,

all who believe in Christ

may sing Your praises

with a single heart, a single voice.

Through Christ, Our Lord,

who lives and reigns with You

and the Holy Spirit, one God,

for ever and ever.

Amen.

 

If you receive any Divine favors, please contact:

 

VICE POSTULAZIONE - MONASTERO DELLE TRAPPISTE

101030 VITORCHIANO (VT)

FAX: 0039-0761-370952

 

Email: trappa@vitorchiano.org

 

 

 

Blessed Maria Gabriella Sagheddu

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Italie mystique
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 21:45

Manga-le-Messie.jpg

 

 

 

Texte et dessins : Kumai Hidenori et Kozumi Shinozawa.

 

"Née à Nagoya en 1970, Kozumi « Kelly » Shinozawa a fait ses débuts artistiques à l'âge de 19 ans dans des publications de séries dédiées aux jeunes adolescents japonais puis s’est tournée vers des séries mêlant suspense, mystère et horreur. Elle a désiré changer de vie car ses dessins ne lui correspondaient plus.

Elle est partie pour New York et fit alors sa première rencontre avec l’Eglise. Elle fut baptisée en juin 2004. Ses travaux furent marqués d’influence chrétienne à partir de 2005.

Son mari, ses parents et elle-même exploitent aujourd’hui une ferme à Takayama, dont Gifu est la préfecture. Elle se dit partagée entre sa vie de famille et son travail artistique."

 

 

KOZUMI-SHINOZAWA.jpg

Kozumi Shinozawa

 

 

"Le prix 2010 de la bande dessinée chrétienne a été décerné au manga Le Messie et la Métamorphose, de Kumai Hidenori et Kozumi Shinozawa." (Au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême).

 

Source : eglise.catholique.fr

 


Jesus--manga-le-Messie.gif

 

 

Volume 1 :  Cliquez pour lire un extrait

 

 

Volume 2

 

 

Manga-le-Messie--volume-2.jpg

 

 

Manga-la-Mutinerie.jpgVolume 3 : sortie le 13 septembre 2010

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:26

Notre-Dame-de-Knock--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Prière à Notre-Dame de Knock

 

Notre-Dame de Knock, Reine d’Irlande,

Vous avez rendu espoir au peuple en des temps de détresse,

Vous avez consolé le peuple et Vous avez inspiré tant de pèlerins

à prier Votre Divin fils avec confiance.

Vous avez rappelé Ses promesses :

« Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez. »

Aidez-nous à nous souvenir que nous sommes tous

pèlerins sur la route du Ciel.

Remplissez-nous d’attention et d’amour

pour nos frères et sœurs dans le Christ,

et tout spécialement, ceux qui vivent dans notre entourage.

Réconfortez-nous quand nous sommes malades ou déprimés.

Apprenez-nous à suivre la Sainte Messe avec grande dévotion.

Priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen.

 

Notre-Dame-de-Knock-2--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière à Notre-Dame de Knock,

Mère de l'Eucharistie

 

Notre-Dame de Knock, Mère de l’Eucharistie, intercède auprès de Ton Divin Fils et obtiens-nous un esprit d’adoration en esprit et en vérité. Apprends-nous à ne pas chercher les consolations sensibles dans l’adoration, mais le Dieu de toute consolation Présent au Saint-Sacrement. Nous Te prions aussi pour ceux qui ignorent la Présence de l’Agneau de Dieu dans l’Eucharistie et refusent ainsi d’adorer le Roi des rois et Seigneur des seigneurs Présent au Saint-Sacrement. Là, Il répète Son éternel appel : « Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec Moi ? » (Mc 14, 37).

 

"37 Et il vint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et il dit à Pierre : Simon, tu dors ! Tu n'as pu veiller une heure !" (Marc 14:37, Bible Louis Segond).

 

Notre-Dame-de-Knock-3--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Irlande.gif

 

Prayer to Our Lady of Knock

 

Our Lady of Knock, Queen of Ireland, you gave hope to our people in a time of distress and comforted them in sorrow. You have inspired countless pilgrims to pray with confidence to your divine Son, remembering His promise: "Ask and you shall receive, Seek and you shall find". Help me to remember that we are all pilgrims on the road to heaven. Fill me with love and concern for my brothers and sisters in Christ, especially those who live with me. Comfort me when I am sick or lonely or depressed. Teach me how to take part ever more reverently in the holy Mass. Pray for me now, and at the hour of my death. Amen.

 

Knock-Shrine--parousie.over-blog.fr.jpg

 

Lady of Knock

by Dana (Rosemary Scallon)

 

There were people of all ages

gathered ‘round the gable wall

poor and humble men and women,

little children that you called

 

We are gathered here before you,

and our hearts are just the same

filled with joy at such a vision,

as we praise your name

 

Refrain:

Golden Rose, Queen of Ireland,

all my cares and troubles cease

as we kneel with love before you,

Lady of Knock, my Queen of Peace

 

Though your message was unspoken,

still the truth in silence lies

as we gaze upon your vision,

and the truth I try to find

 

here I stand with John the teacher,

and with Joseph at your side

and I see the Lamb of God,

on the Altar glorified

 

Refrain

 

And the Lamb will conquer

and the woman clothed in the sun

will shine Her light on everyone

 

and the lamb will conquer

and the woman clothed in the sun,

will shine Her light on everyone

 

Refrain

 

Notre-Dame-de-Knock--photo-Loci-B.-Lenar.jpgPhoto Loci B. Lenar

 

 

 

 

Banthiarna Cnoic

le Aideen as Cyprus

 

Bhí seandaoine is óige ann

Balaithe timpeall balla na binne bhí

Fír's mna umhail, leanaí óige

ar chuir tú ghlaoch,

 

Táimid balaithe anseo romhat

agus ár gcroíthe mar an gcéanna,

lán d'áthas ar a leithéid d'aisling

Feadh molaimíd t'ainm.

 

Cúrfa:

Róisin Oir, Banríon na hÉireann

Mo chúraim 's trioblóidí uile gan staonadh,

Is muid ar ár nglúine romhat le ghrá.

Bantíarna a' Chnoic, mo Bhanríon na hÉireann

 

Mar a raibh bhur scéal gan lua

Fós, ta an fhírinne faoi thost

Is muid ag breathnú ar bhur radharc

Is iarraim an fhírinne anseo

 

Táim im sheasamh le múinteoir Sheán

agus le Seosamh ar taobh

Cím Uan Dé

ar an altóir dhlóirithe bhinn

 

Curfá

 

Is beidh an bua ag an Uan

Is an bhean atá feistithe le'n ghrian

Is loinneoidh sí chách len a solas

 

Is beidh an bua ag an Uan

Is an bhean atá feistithe le'n ghrian

Is loinneoidh sí chách len a solas

 

Curfá

 

Lady-of-Knock.jpg

 

 

Hibernian Singers, Our Lady Of Knock mp3

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Sanctuaires mariaux
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:37

Bienheureux-Cyprien-Michel-Tanzi--parousie.over-blog.fr.jpgMichael Iwemmaduegbunam Tansi

Frère Cyprien (Cyprian)

Moine-Prêtre O.C.S.O.

né en septembre 1903 à

Igboezum, Aguleri - Anambra State (Nigéria)

mort le 24 janvier 1964 à Leicester (Angleterre)

 

 

 

Nigeria.gif

 

 

 

Prière au Bienheureux Cyprien Michel Iwene Tansi

 

Seigneur notre Dieu, dans l’âme du Bienheureux Cyprien-Michel, prêtre, Tu as joint le zèle apostolique du pasteur à l’idéal monastique. Accorde-nous, par son intercession, de persévérer dans la prière, et de nous dévouer avec courage à l’avènement de Ton Règne.

Par Jésus-Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi, dans l’Unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

 

Note : Son nom "Iwemmaduegbunam" signifie en dialecte : "Ne laissez pas la malice me tuer".

 

Blessed Cyprian Michael Tansi, parousie.over-blog.fr

 


uk.gif

 

Prayer to Blessed Cyprian Michael Tansi

 

O God, who granted many graces to Your servant, Priest and Monk, Cyprian Michael Tansi, choosing him as Your faithful instrument for evangelisation and sanctification of your people, grant also that I may spend my life, loving You and neighbour and serving the Church. Deign to glorify Your servant Cyprian Michael and through his intercession to grant me the favour I ask of You... (here add your personal intentions). Amen.

 

Our Father…

Hail Mary…

Glory be to the Father…

 

For private devotion.

 

 

Espagne.gif

 

Beato Cipriano Miguel Iwene Tansi

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Sainte Afrique
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:07

Adestes-fideles--partition--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Adeste fideles

Venite adoremus

 

Adeste fideles laeti triumphantes ; venite, venite in Bethlehem ; Natum videte Regem Angelorum :

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Deum de Deo, Lumen de Lumine, gestant puellae viscera, Deum verum, Genitum non factum.

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

En, grege relicto, humiles ad cunas, vocati pastores approperant ; et nos ovanti gradu festinemus.

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Stella duce, Magi Christum adorantes aurum, tus et myrrham dant munera. Iesu infanti corda praebeamus ;

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Aeterni Parentis splendorem aeternum, velatum sub carne videbimus ; Deum infantem pannis involutum.

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Pro nobis egenum et faeno cubantem, piis foveamus amplexibus. Sic nos amantem quis non redamaret ?

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Cantet nunc Io chorus Angelorum ; cantet nunc aula caelestium, gloria in excelsis Deo.

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.

Ergo qui natus die hodierna, Iesu, tibi sit gloria, Patris aeterni Verbum caro factum.

R. Venite, adoremus, venite, adoremus, venite, adoremus Dominum.


Adeste, fideles

 

Accourez, fidèles

Venez, adorons

 

Accourez, fidèles, joyeux, triomphants :

Venez, venez à Bethléem.

Voyez le roi des Anges qui vient de naître.

Venez, adorons, (3 fois)

Venez adorons le Seigneur.

Dociles à la voix céleste,

les bergers quittent leur troupeau

et s'empressent de visiter son humble berceau

Et nous aussi, hâtons-nous d'y porter nos pas.

Venez, adorons, (3 fois)

Venez adorons le Seigneur.

Nous verrons celui qui est la splendeur éternelle du Père,

caché sous le voile d'une chair mortelle ;

Nous verrons un Dieu enfant enveloppé de langes

Venez, adorons, (3 fois)

Venez adorons le Seigneur.

Embrassons pieusement ce Dieu devenu pauvre pour nous

et couché sur la paille ;

Quand il nous aime ainsi,

Comment ne pas l'aimer à notre tour ?

Venez, adorons, (3 fois)

Venez adorons le Seigneur.

 

Benno-Furmann-dans--Joyeux-Noel---parousie.over-blog.fr.jpg

Benno Fürmann chantant "Adestes fideles" dans le film "Joyeux Noël"

de Christian Carion (2005)

Site officiel du film "Joyeux Noël"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partition Adeste fideles

 

 

uk.gif

 

 

 

 

O Come, all ye faithful

O come let us adore Him

 

O Come, all ye faithful, joyful and triumphant: o come ye to Bethlehem, come and behold Him, born the King of Angels.

R. O come let us adore Him; O come let us adore Him, O come let us adore Him, Christ the Lord.

God of God eternal, Light from Light proceeding, Lo, He deigns in the Virgin's womb to lie; God uncreated, very God begotten. R.

Forsaking the sheepfold, to his lowly cradle, obedient and swiftly run the shepherd throng, with exultation let our footsteps follow. R.

Lo! star led chieftains, Magi, Christ adoring, offer Him incense, gold, and myrrh; We to the Christ Child bring our hearts' oblations. R.

The splendor Immortal, Son of God Eternal, now hidden in mortal flesh our eyes shall view. See there the Infant, swaddling clothes enfold him. R.

For man poor and needy cradled in a manger, O let us in loving arms enfold Him fast! So true a lover shall we not requite Him? R.

Sing, choirs of Angels, sing in exultation, sing all ye citizens of heaven above, Glory to God in the highest. R.

Yea, Lord we greet Thee, born this happy morning; Jesu, to Thee be glory given; Word of the Father, now in flesh appearing. R.

 

 

 

Espagne.gif

 

 

Venid fieles todos

Venid y adoremos

 

Venid fieles todos, alegres y triunfantes

Venid, venid a Belén

 

Contemplad al niño, Rey de los ángeles

Venid y adoremos, venid y adoremos

Venid y adoremos al Señor.

 

Ved cómo, dejando el rebaño, humildemente hacia la cuna

rápidamente se acercan los pastores al ser llamados,

Y nosotros apresurémonos con paso alegre.

Venid y adoremos, venid y adoremos

Venid y adoremos al Señor.

 

El esplendor eterno del Padre Eterno

Lo veremos oculto bajo la carne

Al Dios Niño envuelto en pañales

Venid y adoremos, venid y adoremos

Venid y adoremos al Señor.

 

Por nosotros pobre y acostado en la paja

Démosle calor con nuestros cariñosos abrazos

A quien así nos ama ¿quién no le amará?

Venid y adoremos, venid y adoremos

Venid y adoremos al Señor.

 

 

germany.gif

 

 

 

 

Herbei, o ihr Gläubigen

O lasset uns anbeten

 

Herbei, o ihr Gläubigen, fröhlich triumphierend,

o kommet, o kommet nach Bethlehem!

Sehet das Kindlein, uns zum Heil geboren!

O lasset uns anbeten, o lasset uns anbeten,

o lasset uns anbeten den König, den Herrn!

 

Du König der Ehren, Herrscher der Heerscharen,

verschmähst nicht, zu ruhn in Marien Schoß,

du wahrer Gott von Ewigkeit geboren.

O lasset uns anbeten, o lasset uns anbeten,

o lasset uns anbeten den König, den Herrn!

 

Kommt, singet dem Herren, singt ihm, Engelchöre!

Frohlocket, frohlocket, ihr Seligen:

Ehre sei Gott im Himmel und auf Erden!

O lasset uns anbeten, o lasset uns anbeten,

o lasset uns anbeten den König, den Herrn!

 

Ja, dir, der du heute Mensch für uns geboren,

Herr Jesu, sei Ehre und Preis und Ruhm,

dir, fleischgewordnes Wort des ewgen Vaters!

O lasset uns anbeten, o lasset uns anbeten,

o lasset uns anbeten den König, den Herrn!

 

 

italie.gif

 

 

 

 

Venite, fedeli

Venite adoriamo

 

  Venite, fedeli, lieti e trionfanti,

venite, venite a Betlemme.

Nasce per noi Cristo Salvatore.

Venite adoriamo (ter)

il Signore Gesù.

La luce del mondo brilla in una grotta:

la fede ci guida a Betlemme.

Nasce per noi Cristo Salvatore.

Venite adoriamo (ter)

il Signore Gesù.

 

La notte risplende, tutto il mondo attende:

seguiamo i pastori a Betlemme.

Nasce per noi Cristo Salvatore.

Venite adoriamo (ter)

il Signore Gesù.

 

Il Figlio di Dio, Re dell’universo,

si è fatto bambino a Betlemme.

Nasce per noi Cristo Salvatore.

Venite adoriamo (ter)

il Signore Gesù.

 

Sia gloria nei cieli, pace sulla terra

un angelo annuncia a Betlemme.

Nasce per noi Cristo Salvatore.

Venite adoriamo (ter)

il Signore Gesù.


 

 

chine.gif

 

 

 

 

齊來崇拜歌

 

齊來!宗主信徒,快樂又歡欣,

齊來!一齊來,大家上伯利恆。

來朝見聖嬰,新生王已降生;

齊來虔誠同崇拜,齊來虔誠同崇拜,

齊來虔誠同崇拜主基督。

 

天上何其榮華,祂竟甘願捨,

虛心並不嫌,童貞女胎中生。

真主的真主,藉此生,成肉身;

齊來虔誠同崇拜,齊來虔誠同崇拜,

齊來虔誠同崇拜主基督。

 

天使結成樂隊,歡然同歌唱,

光明眾天軍,來高聲同讚揚。

至高的處所,榮耀歸與君王;

齊來虔誠同崇拜,齊來虔誠同崇拜,

齊來虔誠同崇拜主基督。

 

救主生於今晨,我眾來歡迎,

天人諸榮耀,完全歸主一身。

大哉!父本像,藉聖子來顯明;

齊來虔誠同崇拜,齊來虔誠同崇拜,

齊來虔誠同崇拜主基督。

 

 

哦來,歡欣敬拜祂

 

哦來,蒙恩群眾,快樂而又歡欣;

哦來,速速來,同到伯利恆,

歡然朝見祂—天國永遠君王。

哦來,歡欣敬拜祂;哦來,歡欣敬拜祂;

哦來,歡欣敬拜祂—基督我主。

 

祂是真神光輝,祂是光中之光,

祂是真神光輝,祂是光中之光,

歡然朝見祂—天國永遠君王。

哦來,歡欣敬拜祂;哦來,歡欣敬拜祂;

哦來,歡欣敬拜祂—基督我主。

 

唱阿!天使天軍,揚起歡樂歌聲;

唱阿!天使天軍,揚起歡樂歌聲;

“榮耀歸神,榮耀歸於至高神!”

哦來,歡欣敬拜祂;哦來,歡欣敬拜祂;

哦來,歡欣敬拜祂—基督我主。

 

歡迎!救主,歡迎!降生特為救贖;

願耶穌我恩主永受尊敬:

“奇哉,主真道;神藉肉身顯明!

哦來,歡欣敬拜祂;哦來,歡欣敬拜祂;

哦來,歡欣敬拜祂—基督我主。

 

 

哦來,蒙恩群眾

 

哦來,蒙恩群眾,釋放而歡騰,

同來稱謝主,歌祂恩何豐盛!

祂贖你罪過,又賜你神生命。

同來稱謝耶穌,同來稱謝耶穌,

同來稱謝耶穌,我救主基督。

 

哦來,蒙愛群眾,穩固不搖動,

同來頌揚主,唱祂愛何深泓!

祂已拯救你,又永住你心中。

同來頌揚耶穌,同來頌揚耶穌

同來頌揚耶穌,我救主基督。

 

哦來,蒙召群眾,聖潔又光榮,

哦來,蒙召群眾,聖潔又光榮,

祂是萬有主,又是王至高聳。

同來敬拜耶穌,同來敬拜耶穌,

同來敬拜耶穌,我救主基督。

  

 

 

Pays-Bas.gif

 

 

 

Komt allen tezamen

Komt laten wij aanbidden

 

Komt allen tezamen, onder 't sterrenblinken,

Een lied moet weerklinken, voor Bethlehem.

Christus geboren, zingen eng'lenkoren.

Komt laten wij aanbidden / Venite adoremus (3x),

Die godenzoon / Dominum.

 

Drie wijzen met wierook kwamen er van verre

zij volgden zijn sterre naar Bethlehem

Herders en wijzen komen Jezus prijzen.

Komt laten wij aanbidden / Venite adoremus (3x),

Die godenzoon / Dominum.

 

Ook wij uitverkoren, mogen U begroeten

en kussen uw voeten, Emmanuël

Wij willen geven hart en geest en leven.

Komt laten wij aanbidden / Venite adoremus (3x),

Die godenzoon / Dominum.

 

 

Russia.gif

 

 

 

 

Придите к Младенцу

 

Придите к Младенцу,

Верные, с весельем!

Придите скорее к Нему в Вифлеем!

Царь нам родился,

Царь всего творенья!

Придите поклониться,

Придите поклониться,

Придите поклониться, Господу!

Небесные хоры,

Пойте с ликованьем,

Небесные силы, звучите хвалой!

Слава во веки,

Слава в вышних Богу!

Иисус наш, с молитвой

Мы к Тебе приходим,

Тебе честь и славу от сердца поём,

Вечное Слово

К нам пришло во плоти.

 

 

 

 

portugal.gif

 

Ó venham,todos os fiéis

Ó venham adorá-Lo!

 

Ó venham,todos os fiéis, Alegres e triunfantes

Ó venham, ó venham para Belém!

Venham e sigam-No, Nasceu O Rei dos anjos!

 

Ó venham adorá-Lo! Ó venham adorá-Lo!

Ó venham adorá-Lo! Cristo, o Senhor!

 

Ó venham,fiéis, Alegres e triunfantes

Ó vinde,Ó vinde à Belém!

Vejam, nasceu O Rei dos anjos

Ó vinde adoremos, ó vinde adoremos,

 

ó vinde adoremos O Senhor!

 

Cristãos, vinde todos

 

1. Cristãos. vinde todos, com alegres cantos

Oh! vinde, oh! vinde até? Belém.

Vêde nascido vosso Rei eterno.

 

Ref.: Oh! vinde adoremos!

Oh! vinde adoremos!

Oh! vinde adoremos Salvador!

 

2. Humildes pastores deixam seus rebanhos

E alegres acorrem ao Rei dos céus

Nós igualmente, cheios de alegria.

 

3. O Deus invisível de eternal grandeza,

Sob véus de humildade, podemos ver.

Deus pequenino, Deus envolto em faixas!

 

4. Nasceu em pobreza, repousando em palhas,

O nosso afeto lhe vamos dar.

Tanto amou-nos! Quem não há de amá-lo?

 

5. A estrela do Oriente conduziu os Magos

E a este Mistério envolve em luz.

Tal claridade, também, seguiremos.

 

 

 

pologne.gif

 

Przekład tekstu angielskiego Gotfryda V. Gray'a

 

Przybądźcie wierni

 

1. O przybywajcie wierni wesoło i z tryumfem,

O przybywajcie tutaj, do Betlejem.

Przyjdźcie zobaczyć Anielskiego Króla:

 

Padnijmy na kolana, padnijmy na kolana,

Padnijmy na kolana – to Chrystus Pan.

2. To Bóg jest z Boga, światłość ze światłości,

Z matki dziewicy zrodzony tu.

Bóg to prawdziwy na świat dzisiaj przyszedł:

 

Padnijmy na kolana, padnijmy na kolana,

Padnijmy na kolana – to Chrystus Pan.

3. Śpiewajcie teraz Panu wy anielskie chóry,

Śpiewajcie świętej Marii i Panu wraz.

Chwała na niebie Panu Najwyższemu:

 

Padnijmy na kolana, padnijmy na kolana,

Padnijmy na kolana – to Chrystus Pan.

4. Ten, kto się narodził dnia dzisiejszego,

Jezu, nasz ojcze wieczna chwała ci.

A słowo ciałem stało się dzisiaj:

 

Padnijmy na kolana, padnijmy na kolana,

Padnijmy na kolana – to Chrystus Pan.

 


Fairuz (Adeste fideles)

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Musique
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 17:13

Louis-XIII--parousie.over-blog.fr.jpg

Louis XIII dit le Juste, Roi de France et de Navarre

Fils d'Henri IV et de Marie de Médicis

Père de Louis XIV

né le 27 septembre 1601 à Fontainebleau

mort le 14 mai 1643 à Saint-Germain-en-Laye

 

 

  Blason-Royal-de-France-et-de-Navarre.png

 

 

 

Voeu de Louis XIII

le 10 février 1638

 

« Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre.

À tous ceux qui ces présentes lettres verront, Salut.

Dieu qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l'esprit qu'il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre état, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d'effets merveilleux de sa bonté, que d'accidents qui nous pouvaient perdre.

Lorsque nous sommes entré au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d'en troubler la tranquillité ; mais cette main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause que l'on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins. En divers autres temps, l'artifice des hommes et la malice du diable ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour notre couronne que préjudiciables au repos de notre maison, il lui a plu en détourner le mal avec autant de douceur que de justice.

La rébellion de l'hérésie ayant aussi formé un parti dans l'Etat, qui n'avait d'autre but que de partager notre autorité, il s'est servi de nous pour en abattre l'orgueil, et a permis que nous ayons relevé ses saints autels en tous les lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques.

Quand nous avons entrepris la protection de nos alliés, il a donné des succès si heureux à nos armes, qu'à la vue de toute l'Europe, contre l'espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs états dont ils avaient été dépouillés.

Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne, se sont ralliées pour conspirer sa ruine, il a confondu leurs ambitieux desseins pour faire voir à toutes les nations que, comme sa providence a fondé cet Etat, sa bonté le conserve et sa puissance le défend.

Tant de grâces si évidentes font que pour n'en différer pas la reconnaissance, sans attendre la paix, qui nous viendra sans doute de la même main dont nous les avons reçues, et que nous désirons avec ardeur pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligés, nous prosternant aux pieds de sa majesté divine que nous adorons en trois personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée croix, où nous vénérons l'accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du fils de Dieu en notre chair, de nous consacrer à la grandeur de Dieu par son fils rabaissé jusqu'à nous, et à ce fils par sa mère élevée jusqu'à lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte-Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n'étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de le porter, les rendront hosties agréables et c'est chose bien raisonnable qu'ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces.

A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et de défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre du fléau de la guerre ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire. Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés en ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de la cathédrale de Paris avec une image de la Vierge qui tienne dans ses bras celle de son précieux Fils descendu de la Croix, et où nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère comme leur offrant notre couronne et notre sceptre.

Nous admonestons le sieur Archevêque de Paris et néanmoins lui enjoignons que tous les ans le jour et fête de l'Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la grand'messe qui se dira en son église cathédrale, et qu'après les vêpres du dit jour, il soit fait une procession en la dite église à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et le corps de ville, avec pareille cérémonie que celle qui s'observe aux processions générales les plus solennelles ; ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises tant paroissiales que celles des monastères de la dite ville et faubourg, et en toutes les villes, bourgs et villages du dit diocèse de Paris.

Exhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales et autres églises de leur diocèse ; entendant qu'à la dite cérémonie les cours de Parlement et autres compagnies souveraines et les principaux officiers de la ville y soient présents ; et d'autant qu'il y a plusieurs épiscopales qui ne sont pas dédiées à la Vierge, nous exhortons les dits archevêques et évêques en ce cas de lui dédier la principale chapelle des dites églises pour y être fait la dite cérémonie et d'y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre et d'admonester tous nos peuples d'avoir une dévotion particulière à la Vierge, d'implorer en ce jour sa protection afin que sous une si puissante patronne notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu'il jouisse largement d'une bonne paix ; que Dieu y soit servi et révéré si saintement à la dernière fin pour laquelle nous avons été créés ; car tel est notre bon plaisir.

 

Donné à Saint-Germain-en-Laye, le dixième jour de février, l'an de grâce mil six cent trente-huit, et de notre règne le vingt-huit. »

 

 

Le-Voeu-de-Louis-XIII--Ingres--1820---Montauban--Cathedral.jpg

Le Vœu de Louis XIII

Ingres, 1820

Cathédrale Notre-Dame, Montauban

 

 

 

 

Poème de Louis XIII "Tu crois, ô beau soleil"

"Chanson des bougies"

 

"Tu crois, ô beau soleil, qu'à ton éclat rien n'est pareil

En cet aimable temps que tu fais le printemps

Mais, quoi, tu pâlis auprès d'Amaryllis ?

 

Ores que le ciel est gai durant ce gentil mois de mai !

Les roses vont fleurir, les lys s’épanouir.

Mais que sont les lys aux yeux d'Amaryllis ?

 

De ses nouvelles pleurs, l'aube va ranimer les fleurs

Mais que fait leur beauté à mon cœur attristé

Quand des pleurs je lis aux yeux d'Amaryllis ?"

 

"Chanson des bougies" de Louis XIII, fichier midi

 

 

Le-voeu-de-Louis-XIII-a-la-Vierge--1638--Philippe-de-Champ.jpg

Le Voeu de Louis XIII à la Vierge

Philippe de Champaigne

1638

 

 

 

Chanson Des Bougies, Louis XIII

 

 

 

Louis-XVI--parousie.over-blog.fr.jpg

Louis Auguste de France

Louis XVI (Roi) de France

né le 23 août 1754 à Versailles

guillotiné le 21 janvier 1793

 

 

 

 

Consécration de la France au Sacré-Cœur

par Louis XVI à la prison du Temple

 

« Vous voyez, ô mon Dieu, toutes les plaies qui déchirent mon cœur et la profondeur de l’abîme dans lequel je suis tombé.

Des maux sans nombre m’environnent de toutes parts. A mes malheurs personnels et à ceux de ma famille, qui sont affreux, se joignent, pour accabler mon âme, ceux qui couvrent la face du royaume. Les cris de tous les infortunés, les gémissements de la religion opprimée retentissent à mes oreilles, et une voix intérieure m’avertit encore que peut-être, votre justice me reproche toutes ces calamités, parce que dans les jours de ma puissance, je n’ai pas réprimé la licence du peuple et l’irreligion qui en sont les principales sources ; parce que j’ai fourni moi-même des armes à l’hérésie qui triomphe, en la favorisant par des lois qui ont doublé ses forces et lui ont donné l’audace de tout oser. O Jésus-Christ, divin rédempteur de toutes nos iniquités, c’est dans votre Cœur adorable que je veux déposer les effusions de mon âme affligée. J’appelle à mon secours le tendre cœur de Marie, mon auguste protectrice et ma mère et l’assistance de saint Louis, mon patron et le plus illustre de mes aïeux.

Ouvrez-vous Cœur adorable et par les mains si pures de mes puissants intercesseurs, recevez avec bonté des vœux satisfactoires que la confiance m’inspire et que je vous offre comme l’expression naïve de mes sentiments. Si, par un effet de la bonté infinie de Dieu, je recouvre ma liberté, ma couronne et ma puissance royale, je promets solennellement :

1. De révoquer le plus tôt possible toutes les lois qui me seront indiquées soit par le Pape soit par un Concile, soit par quatre évêques choisis parmi les plus éclairés et les plus vertueux de mon royaume… notamment la Constitution Civile du Clergé.

2. D’établir, en suivant les formes canoniques, une fête solennelle en l’honneur du Sacré-Cœur de Jésus laquelle sera célébrée à perpétuité dans toute la France…

3. D’aller moi-même…, après ma délivrance, dans l’Eglise Notre-Dame de Paris… prononcer un acte solennel de consécration de ma personne, de ma famille et de mon royaume au Sacré-Cœur de Jésus.

4. D’ériger et de décorer à mes frais, dans l’église que je choisirai, une chapelle ou un autel qui sera dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

5. Enfin de renouveler tous les ans, au lieu où je me trouverai, le jour qu’on célébrera la fête du Sacré-Cœur, l’acte de consécration exprimé dans l’article troisième et d’assister à la procession générale qui suivra la messe de ce jour.

Je ne puis, aujourd’hui, prononcer qu’en secret cet engagement, mais je le signerais de mon sang s’il le fallait ; et le plus beau jour de ma vie sera celui où je pourrai le publier à haute voix dans le temple. O Cœur Adorable de mon Sauveur, que j’oublie ma main droite et que je m’oublie moi-même si jamais j’oublie vos bienfaits et mes promesses si je cesse de vous aimer et de mettre en vous ma confiance et ma consolation. »


Au moment de son exécution, Louis XVI dira encore :

« Français, je suis innocent ; je pardonne aux auteurs de ma mort,

je prie Dieu que le sang qui va être répandu

ne retombe jamais sur la France. »


« Fils de Saint-Louis, montez au Ciel. »

Abbé Henri Edgeworth de Firmont, Aumônier de la prison du Temple,

à Louis XVI, au moment de son exécution.


Derniere-entrevue-de-Louis-XVI-avec-sa-famille-dans-la-pri.jpg

 

 

Testament de Louis XVI

le 25 décembre 1792

 

« Au nom de la très sainte Trinité, du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Aujourd'hui, vingt-cinquième jour de décembre 1792, moi, Louis seizième du nom, Roi de France, étant, depuis plus de quatre mois, enfermé avec ma famille dans la tour du Temple, à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même, depuis le 11 courant, avec ma famille, de plus, impliqué dans un procès dont il est impossible de prévoir l'issue, à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m'adresser, je déclare ici, en sa présence, mes dernières volontés, et mes sentiments. Je laisse mon âme à Dieu, mon créateur, je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne la pas juger suivant ses mérites, mais par ceux de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui s'est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier. Je meurs dans l'union de notre sainte mère l'église catholique, apostolique et romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de saint Pierre, auquel Jésus-Christ les avait confiés, je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole, les Commandements de Dieu et de l'église, les Sacrements et les Mystères, tels que l'église catholique les enseigne et les a toujours enseignés, je n'ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d'expliquer les dogmes qui déchirent l'église de Jésus-Christ, mais je m'en suis rapporté, et je m'en rapporterai toujours, si Dieu m'accorde la vie, aux décisions que les Supérieurs ecclésiastiques, unis à la sainte Eglise catholique, donnent et donneront, conformément à la doctrine de l'église, suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon coeur nos frères qui peuvent être dans l'erreur, mais je ne prétends les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ, suivant ce que la charité chrétienne nous l'enseigne, et je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés. J'ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester, et à m'humilier en sa présence. Ne pouvant me servir du ministère d'un prêtre catholique, je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en eusse faite, et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l'église, à laquelle je suis toujours sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s'il m'accorde la vie, de me servir, aussitôt que je le pourrai, du ministère d'un prêtre catholique, pour m'accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence. Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d'avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j'aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu'ils croient que je peux leur avoir fait. Je prie tous ceux qui ont de la charité, d'unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés. Je pardonne de tout mon coeur à ceux qui se sont fait mes ennemis, sans que je leur en ai donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même qu'à ceux qui, par un faux zèle mal entendu, m'ont fait beaucoup de mal. Je recommande à Dieu ma femme et mes enfants, ma soeur, mes tantes, mes frères et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être ; je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma soeur, qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce, s'ils viennent à me perdre, et tant qu'ils resteront dans ce monde périssable. Je recommande mes enfants à ma femme : je n'ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux, je lui recommande surtout d'en faire de bons chrétiens et d'honnêtes gens ; de ne leur faire regarder les grandeurs de ce monde-ci (s'ils sont condamnés à les éprouver), que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire, solide et durable, de l'éternité. Je prie ma soeur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s'ils avaient le malheur de perdre la leur. Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu'elle souffre pour moi, les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle, si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher. Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu'ils doivent à Dieu, qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu'elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma soeur comme une seconde mère. Je recommande à mon fils, s'il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'éprouve, qu'il ne peut faire le bonheur des peuples qu'en régnant suivant les lois, mais, en même temps, qu'un Roi ne peut les faire respecter et faire le bien qui est dans son coeur qu'autant qu'il a l'autorité nécessaire, et qu'autrement, étant lié dans ses opérations, et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile. Je recommande à mon fils d'avoir soin de toutes les personnes qui m'étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c'est une dette sacrée que j'ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu'il y a plusieurs personnes de celles qui m'étaient attachées qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles devaient, et qui ont même montré de l'ingratitude, mais je leur pardonne (souvent dans les moments de trouble et d'effervescence on n'est pas maître de soi) ; et je prie mon fils, s'il en trouve l'occasion, de ne songer qu'à leur malheur. Je voudrais pouvoir témoigner ma reconnaissance à ceux qui m'ont montré un véritable attachement et désintéressé : d'un côté, si j'étais sensiblement touché de l'ingratitude et de la déloyauté de ceux à qui je n'avais jamais témoigné que des bontés, j'ai eu de la consolation à voir l'attachement et l'intérêt gratuit que beaucoup de personnes m'ont montrés, je les prie de recevoir mes remerciements : dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître. Je croirais calomnier cependant les sentiments de la nation si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM. de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s'enfermer dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes ; je lui recommande aussi Cléry, des soins duquel j'ai tout lieu de me louer depuis qu'il est avec moi, comme c'est lui qui est resté avec moi jusqu'à la fin, je prie messieurs de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse et les autres petits effets qui ont été déposés au conseil de la Commune. Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J'ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes : que celles-là jouissent, dans leur coeur, de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser. Je prie MM. Tronchet, de Malesherbes et de Sèze de recevoir ici tous mes remerciements et l'expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donnés pour moi. Je finis en déclarant devant Dieu, et prêt à paraître devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi. Fait en double, à la tour du Temple, le 25 décembre 1792. Louis. »


Derniere-page-du-manuscrit-du-Testament-politique-de-Louis.jpg16ème et dernière page du Manuscrit

du Testament politique de Louis XVI

 

 

 

Espagne.gif

 

Testamento de Luis XVI

 

 

 

uk.gif

 

 

 

 

    The Last Will and Testament of Louis XVI

 

"In the name of the Very holy Trinity, Father, Son and Holy Ghost.

To-day, the 25th day of December, 1792, I, Louis XVI King of France, being for more than four months imprisoned with my family in the tower of the Temple at Paris, by those who were my subjects, and deprived of all communication whatsoever, even with my family, since the eleventh instant; moreover, involved in a trial the end of which it is impossible to foresee, on account of the passions of men, and for which one can find neither pretext nor means in any existing law, and having no other witnesses, for my thoughts than God to whom I can address myself, I hereby declare, in His presence, my last wishes and feelings.

I leave my soul to God, my creator; I pray Him to receive it in His mercy, not to judge it according to its merits but according to those of Our Lord Jesus Christ who has offered Himself as a sacrifice to God His Father for us other men, no matter how hardened, and for me first.

I die in communion with our Holy Mother, the Catholic, Apostolic, Roman Church, which holds authority by an uninterrupted succession, from St. Peter, to whom Jesus Christ entrusted it; I believe firmly and I confess all that is contained in the creed and the commandments of God and the Church, the sacraments and the mysteries, those which the Catholic Church teaches and has always taught. I never pretend to set myself up as a judge of the various way of expounding the dogma which rend the church of Jesus Christ, but I agree and will always agree, if God grant me life the decisions which the ecclesiastical superiors of the Holy Catholic Church give and will always give, in conformity with the disciplines which the Church has followed since Jesus Christ.

I pity with all my heart our brothers who may be in error but I do not claim to judge them, and I do not love them less in Christ, as our Christian charity teaches us, and I pray to God to pardon all my sins. I have sought scrupulously to know them, to detest them and to humiliate myself in His presence. Not being able to obtain the ministration of a Catholic priest, I pray God to receive the confession which I feel in having put my name (although this was against my will) to acts which might be contrary to the discipline and the belief of the Catholic church, to which I have always remained sincerely attached. I pray God to receive my firm resolution, if He grants me life, to have the ministrations of a Catholic priest, as soon as I can, in order to confess my sins and to receive the sacrament of penance.

I beg all those whom I might have offended inadvertently (for I do not recall having knowingly offended any one), or those whom I may have given bad examples or scandals, to pardon the evil which they believe I could have done them.

I beseech those who have the kindness to join their prayers to mine, to obtain pardon from God for my sins.

I pardon with all my heart those who made themselves my enemies, without my have given them any cause, and I pray God to pardon them, as well as those who, through false or misunderstood zeal, did me much harm.

I commend to God my wife and my children, my sister, my aunts, my brothers, and all those who are attached to me by ties of blood or by whatever other means. I pray God particularly to cast eyes of compassion upon my wife, my children, and my sister, who suffered with me for so long a time, to sustain them with His mercy if they shall lose me, and as long as they remain in his mortal world.

I commend my children to my wife; I have never doubted her maternal tenderness for them. I enjoin her above all to make them good Christians and honest individuals; to make them view the grandeurs of this world (if they are condemned to experience them) as very dangerous and transient goods, and turn their attention towards the one solid and enduring glory, eternity. I beseech my sister to kindly continue her tenderness for my children and to take the place of a mother, should they have the misfortune of losing theirs.

I beg my wife to forgive all the pain which she suffered for me, and the sorrows which I may have caused her in the course of our union; and she may feel sure that I hold nothing against her, if she has anything with which to reproach herself.

I most warmly enjoin my children that, after what they owe to God, which should come first, they should remain forever united among themselves, submissive and obedient to their mother, and grateful for all the care and trouble which she has taken with them, as well as in memory of me. I beg them to regard my sister as their second mother.

I exhort my son, should he have the misfortune of becoming king, to remember he owes himself wholly to the happiness of his fellow citizens; that he should forget all hates and all grudges, particularly those connected with the misfortunes and sorrows which I am experiencing; that he can make the people happy only by ruling according to laws: but at the same time to remember that a king cannot make himself respected and do the good that is in his heart unless he has the necessary authority, and that otherwise, being tangled up in his activities and not inspiring respect, he is more harmful than useful.

I exhort my son to care for all the persons who are attached to me, as much as his circumstances will allow, to remember that it is a sacred debt which I have contracted towards the children and relatives of those who have perished for me and also those who are wretched for my sake. I know that there are many persons, among those who were near me, who did not conduct themselves towards me as they should have and who have even shown ingratitude, but I pardon them (often in moments of trouble and turmoil one is not master of oneself), and I beg my son that, if he finds an occasion, he should think only of their misfortunes.

I should have wanted here to show my gratitude to those who have given me a true and disinterested affection; if, on the one hand, I was keenly hurt by the ingratitude and disloyalty of those to whom I have always shown kindness, as well as to their relatives and friends, on the other hand I have had the consolation of seeing the affection and voluntary interest which many persons have shown me. I beg them to receive my thanks.

In the situation in which matters still are, I fear to compromise them if I should speak more explicitly, but I especially enjoin my son to seek occasion to recognize them.

I should, nevertheless, consider it a calumny on the nation if I did not openly recommend to my son MM. De Chamilly and Hue, whose genuine attachment for me led them to imprison themselves with me in this sad abode. I also recommend Clery, for whose attentiveness I have nothing but praise ever since he has been with me. Since it is he who has remained with me until the end, I beg the gentlemen of the commune to hand over to him my clothes, my books, my watch, my purse, and all other small effects which have been deposited with the council of the commune.

I pardon again very readily those who guard me, the ill treatment and the vexations which they thought it necessary to impose upon me. I found a few sensitive and compassionate souls among them – may they in their hearts enjoy the tranquillity which their way of thinking gives them.

I beg MM. De Malesherbes, Tronchet and De Seze to receive all my thanks and the expressions of my feelings for all the cares and troubles they took for me.

I finish by declaring before God, and ready to appear before Him, that I do not reproach myself with any of the crimes with which I am charged.

Made in duplicate in the Tower of the Temple, the 25th of December 1792.

LOUIS."

 

 

italie.gif

 

  Testamento di S.M. Cristianissima

Luigi XVI di Francia

 

"Nel nome della Santissima Trinità, Padre, Figliuolo, e Spirito Santo. Oggi 25 dicembre 1792. Io Luigi XVI di nome, Re di Francia, chiuso da più di quattro mesi colla mia Famiglia nel Tempio a Parigi da coloro ch'eran miei sudditi, privo di ogni comunicazione qualunque, e dagli undici in qua del corrente, fino colla mia stessa Famiglia implicato di più in un processo, di cui è impossibile prevederne l'uscita a motivo delle passioni degli uomini, e di cui non si trova né pretesto, né mezzi di alcuna legge esistente, non avendo che Dio per testimonio dè miei pensieri, a cui possa rivolgermi: Io dichiaro qui in sua presenza le mie ultime volontà, e sentimenti.

Lascio la mia Anima a Dio mio Creatore, pregandolo ad accoglierla nella sua misericordia, di non giudicarla secondo i suoi meriti, ma da quelli bensì del nostro Signor Gesù Cristo che si è offerto in sacrifizio a Dio suo Padre per noi altri uomini, benché ne fossimo indegni, ed io più di tutti.

Muoio nell'unione della nostra Santa Madre la Chiesa Cattolica, Apostolica, e Romana, che ha la sua Podestà per una successione non mai interrotta dopo S.Pietro, a cui Gesù Cristo l'ha confidata.

Credo fermamente e confesso quanto è contenuto nel Simbolo, i Comandamenti di Dio e della Chiesa, i Sacramenti, e i Misterj come la Chiesa Cattolica gli insegna, e gli ha sempre insegnati. Non ho mai preteso di farmi Giudice nelle differenti maniere di spiegare i dogmi, che dividon la Chiesa di Gesù Cristo, ma sonomi riportato, e mi riporterò sempre se Dio mi dà vita alla decisioni che i Superiori Ecclesiastici uniti alla Santa Chiesa Cattolica danno, e daranno conformemente alla Disciplina della Chiesa costante da Gesù Cristo in poi.

Compiango di tutto cuore i nostri fratelli, che potessero essere in errore, ma non pretendo però giudicarli, e non gli amo tutti per questo di meno in Gesù Cristo, secondo che la Carità Cristiana ci insegna. Prego Dio a perdonarmi tutti i miei peccati: ho cercato scrupolosamente a conoscerli, a detestarli, e ad umiliarmi in sua presenza. Non potendo servirmi del ministero di un Sacerdote Cattolico, prego Dio di ricevere la confessione che gli ho fatta, e soprattutto il pentimento profondo che ho di aver messo il mio nome (benché ciò fosse contro mia voglia) ad atti che possan esser contrari alla disciplina, ed alla credenza della Chiesa Cattolica, alla quale sono sempre rimasto sinceramente unito di cuore. Prego Dio di ricevere la ferma risoluzione in cui sono, se mi dà vita, di servirmi tosto che il possa del Ministero di un Prete Cattolico per accusarmi di tutti i miei peccati, e ricevere il Sagramento della Penitenza.

Prego tutti coloro che potessi aver offesi per inavvertenza (poiché non mi ricordo di aver mai fatto scientemente offesa a veruno) o quelli a cui potessi aver dato cattivi esempj, o scandali di perdonarmi il male che credono possa loro aver fatto. Prego tutti coloro che han carità di unire le loro colle mie preghiere per ottenere da Dio il perdono dè miei peccati.

Perdono con tutto il mio cuore a coloro che si son fatti miei nimici, senza ch'io n'abbia loro dato motivo, e prego Dio di perdonare ad essi, come pure a coloro che per un falso zelo, o per un zelo malinteso mi hanno fatto assai male.

Raccomando a Dio mia Moglie, e i miei Figli, la mia Sorella, le mie Zie, e i miei Fratelli, e tutti coloro che mi sono uniti per vincolo di sangue, o per qualunque altro modo possa ciò essere. Prego Dio particolarmente a volgere un occhio di misericordia sopra la mia Moglie, i miei Figli, e mia Sorella che soffrono da lungo tempo con me, di sostenerli colla sua grazia se venissero a perdermi, e fino a tanto che resteranno in questo mondo peribile.

Raccomando i miei Figli a mia Moglie. Non ho mai dubitato della sua materna tenerezza per essi; le raccomando sopra tutto di farli buoni Cristiani, ed onest'Uomini, di non far loro riguardar le grandezze di questo mondo (se saran condannati a provarle) che come beni pericolosi, e transitorj, e di voltare i sguardi verso la sola Gloria solida, e durevole dell'Eternità: prego mia Sorella a voler continuare la sua tenerezza à miei Figli, e di tener loro luogo di Madre se mai avessero la disgrazia di perder la propria.

Prego mia Moglie a voler perdonarmi tutti i mali che soffre in grazia mia, e i dispiaceri che potrei averle recati nel corso della nostra unione, com'Ella può esser sicura che nulla ho contro di Lei, dov'ella credesse aver qualche cosa a rimproverarsi.

Raccomando vivissimamente à miei Figli dopo quel che devono a Dio che deve andare innanzi di tutto, di essere uniti sempre fra loro, sommessi, ed ubbidienti alla lor Madre, e grati a tutte le cure, e travagli, ch'ella si prende per essi, e per mia memoria. Li prego a riguardar mia Sorella come un'altra lor Madre.

Raccomando a mio Figlio, se avesse mai la disgrazia di esser Re, di pensare che deve tutto se stesso alla felicità dè suoi concittadini, che deve dimenticarsi d'ogni risentimento, d'ogni odio, e segnatamente di quanto ha rapporto alle disgrazie, ed ai dispiaceri che provo, che non potrà fare giammai il bene dei Popoli, fuorché regnando secondo le leggi; ma al tempo stesso che un Re non può far rispettarle, né fare il ben che vorrebbe se non è rivestito dell'autorità necessaria, e che altrimenti legato nelle sue operazioni, e non ispirando alcun rispetto farà più di danno, che di vantaggio.

Raccomando a mio Figlio di aver cura di tutte le Persone che m'erano attaccate quanto le circostanze in cui si troverà gli permetteranno di fare: di pensare ch'è un debito sacrosanto da me contratto verso i Figli, o i Genitori di quelli che son periti in grazia mia, e poscia di coloro che in grazia mia si trovano in uno stato infelice.

So che tra quelli che m'erano attaccati ve ne son molti, che non si sono condotti a mio riguardo, come doveano, e che mi hanno fino mostrata dell'ingratitudine; ma io perdono loro (spesso in momento di agitazione, e di effervescenza non si è padron di se stessi) e prego mio Figlio se ne ha l'occasione a non ricordarsi della loro disgrazia.

Vorrei poter qui attestare la mia riconoscenza a coloro, che mi hanno mostrato un vero attaccamento senza alcun interesse; se da un canto sono stato commosso sensibilmente alla slealtà, e sconoscenza di alcuni, a cui mai non avea dimostrato che bontà, ed essi personalmente, o ai loro parenti, o amici, sono stato dall'alto consolatissimo in vedere l'attaccamento, e l'interesse gratuito da molte persone mostratomi; li prego tutti a gradire i miei ringraziamenti. Nella situazione in cui tuttavia sono le cose temerei comprometterli se mai parlassi più chiaro; ma raccomando specialmente a mio Figlio di indagar le occasioni per poter riconoscerli.

Crederei calunniare ciò non ostante i sentimenti della Nazione se non raccomandassi apertamente a mio Figlio MM. de Chamilly e Huë che il vero loro attaccamento alla mia persona avea portato a richiudersi meco in questo tristo soggiorno, e che hanno creduto di divenire le vittime disgraziate. Gli raccomando ancora Cléry, delle attenzioni del quale ho avuto tutto il motivo di lodarmi dacché trovasi meco, essendo quegli che è restato con me sin alla fine: Prego i Signori della Comune di consegnargli i miei panni, i miei libri, il mio oriuolo, la mia borsa e gli altri piccoli effetti depositati ai Consiglio della Comune.

Perdono ancora volontierissimo a coloro che mi hanno fatta la sentinella i cattivi trattamenti, e malattie con cui han creduto dover usar meco. Ho ritrovato alcune anime sensibili, e compassionevoli; possano esse godere nel loro animo di quella tranquillità che il loro modo di pensare deve ad essi accordare.

Prego i Signori di Melesherbes, Tronchet, e de Séze a qui tutti ricevere i miei ringraziamenti, e l'espressione della mia sensibilità per tutte le cure, e fastidi che si son dati per me.

Finisco con dichiarare innanzi a Dio, e pronto a comparire alla sua presenza, ch'io non mi rimprovero alcun dei delitti che mi si sono opposti.

Dalla Torre del Tempio, li venticinque dicembre dell'anno mille settecento novanta due.

Luigi."

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 09:29

Father-Solanus-at-the-monastery-on-Oct.-23--1956--parousie-jpg

Bernard Francis Casey

né le 25 novembre 1870 à

Oak Grove - Pierce County - (Wisconsin, USA)

mort le 31 juillet 1957 à Détroit, Michigan (USA)

 

 

 

Wisconsin--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

Prière pour la béatification du Vénérable

Père Solanus Casey

 

  Ô mon Dieu, je Vous adore et me remets entre Vos mains

afin d'être la personne que Vous désirez que je sois,

et que j'accomplisse Votre Volonté aujourd'hui.

Je Vous remercie des dons que Vous avez donnés au Père Solanus.

Si cela est Votre Volonté, veuillez nous bénir avec la béatification du

Vénérable Solanus pour que nous puissions imiter

et transmettre son amour aux pauvres

et ceux qui souffrent dans notre monde.

Comme il a accepté avec joie Vos Plans Divins,

je Vous demande, selon Votre bonne Volonté,

d'entendre ma prière pour . . . (votre intention)

  par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

« Que Dieu soit béni dans tous Ses desseins. »

 

Imprimatur : Adam Cardinal Maida, Archevêque de Détroit,

le 31 mars 2007 © F.S.G. 3/07.

 

 

Note : Hormis la Bienheureuse Amérindienne Kateri Tekakwitha, le Frère Solanus Casey est le premier américain, né aux États-Unis, à avoir été déclaré Vénérable par l'Église Catholique (en 1995, par le Pape Jean Paul II).

 

 

Venerable Father Solanus Casey

 

 

Fr-Solanus-Casey.jpg

 

Prière pour obtenir la glorification du

Vénérable Solanus Casey

 

Je Vous adore mon Dieu et je me donne entièrement à Vous. Faites que j'accomplisse Votre Volonté pour Votre plus grande Gloire. Merci mon Dieu, d'avoir comblé Votre Serviteur, le Vénérable Solanus Casey, de tant de mérites. Daignez le glorifier sur la terre et, qu'à son exemple, des apôtres surgissent pour continuer son oeuvre de dévouement et d'amour auprès des plus pauvres, des délaissés et des miséreux de ce monde. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Imprimatur : John Cardinal, Archevêque de Détroit, le 27 août 1979.

 

Father-Solanus-Casey.gif

 

 

usa.gif

 

Prayer for the Beatification of

Venerable Solanus Casey

 

O God, I adore You. I give myself to You.

May I be the person You want me to be,

and may Your Will be done in my life today.

I thank You for the gifts You gave to Father Solanus.

If it is Your Will, bless us with the beatification of

Venerable Solanus so that others may imitate

and carry on his love for all the poor and suffering of our world.

As he joyfully accepted Your Divine Plans,

I ask You, according to Your Will,

to hear my prayer for . . . (your intention)

through Jesus Christ our Lord. Amen.

“Blessed be God in all His designs.”

 

Imprimatur: Adam Cardinal Maida, Archbishop of Detroit

March 31, 2007 © F.S.G. 3/07.

 

Venerable-Pere-Solanus-Casey--photo-de-famille-en-1892--.jpg

Photo de famille en 1892, Solanus Casey à 22 ans

(3ème en haut à gauche), la plus ancienne de lui

The earliest known photo of the Venerable

Father Solanus Casey is this 1892 family photo

(the third from the left in the top row)

 

Venerable-Pere-Solanus-Casey-a-22-ans--photo-de-famille.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Anglo-Saxons
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 11:04

Sagrada-Familia--Barcelona--4-.jpgBasílica del Temple Expiatori de la Sagrada Família

Barcelona

 

 

 

« Soyez bénis, très Saint Père Benoît XVI, Vicaire du Christ ! Votre voyage en Espagne en novembre 2010, notamment à Barcelone, a été illustré par un symbole très fort : la Consécration de la Sagrada Familia, devenue Basilique, malgré les provocations et les outrages d’athées virulents et autres lobbies blasphémateurs et anticléricaux.

En effet, par ce saint geste de Consécration, vous avez voulu Consacrer, et que soit Consacrée la famille à Dieu, au Dieu de Bonté et de Miséricorde, à la Vierge Marie Immaculée, Mère et Reine de la famille. Que la « Famille Sacrée » (Sagrada Familia), soit une « Famille Consacrée » au Seigneur (Familia Consagrada), corps et âmes, chaque jour de sa vie terrestre, en attendant la plénitude et la béatitude éternelle de la Famille Céleste, dans la Communion des Saints, réunie dans le Saint Corps Mystique du Christ, qui est l’Église.

Que les époux, par le Saint Sacrement du mariage, ne fassent qu’un, en famille, avec leurs enfants ; que les familles unies dans l’amour, le respect et la fidélité, trouvent ou retrouvent la Foi ferme et indestructible de leur baptême et de leurs racines chrétiennes, et demeurent toujours unies aux Cœurs d’Amour de Jésus et Marie, sous la protection paternelle de Saint-Joseph. »

 

Patrick.

 

 

Sacre-Coeur--parousie.over-blog.fr--2-.jpg

 

Consécration de la famille à Marie,

Mère et Reine de la famille

 

Comme le Père Vous a choisie, Ô Marie, pour être Son enfant Immaculée, l’épouse de Joseph et la Mère de Son Fils Bien-Aimé et de toute l’Église, dans une communion plénière à l’Esprit Saint, nous Vous choisissons aujourd’hui comme Mère et Reine de toute notre famille, et nous Vous consacrons notre âme et notre corps, toutes nos activités et tout ce qui nous appartient sans exception.

Exercez sur chacun de nous Votre Miséricorde la plus Maternelle.

Apprenez-nous à aimer toujours plus Jésus et le Père et, par Eux, à nous aimer les uns les autres dans l’Esprit Saint, en nous découvrant toujours plus profondément dans la Lumière de Jésus, en nous respectant mutuellement et en nous choisissant chaque jour dans un amour plus divin et plus simple.

Ô Marie, donnez à chacun de nous d’accomplir chaque jour, dans un don personnel, la Volonté du Père, pour que toute notre famille témoigne au milieu du monde de l’Amour de Jésus victorieux du mal. Amen.

 

 

Consécration au Sacré-Cœur de Saint Pie X sur

trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com

 

 

 

Sagrada-Familia--Barcelona--2-.jpg

Basilique la "Sagrada Familia"

la Famille Sacrée

Barcelone (Catalogne - Espagne)

Fin des travaux prévue en 2026

 

 

 

 

 

Consécration des familles aux Saints Cœurs

de Jésus et Marie

 

Cœurs très Saints de Jésus et Marie, qui ne formez qu’un seul Cœur par Votre parfaite ressemblance et Votre Union intime, vrai modèle de l’Amour qui doit régner dans la famille chrétienne, nous voici devant Vous pour Vous consacrer solennellement nos cœurs, afin que nous soyons, à l’exemple des premiers fidèles, « un seul cœur et une seule âme ».

Vous avez manifesté le désir de régner sur nos familles et Vous nous avez enseigné, à Nazareth, l’idéal de la paix et du bonheur domestique.

Pour Vous imiter, nous voulons, avec Votre secours, faire de notre foyer :

- le royaume de l’ordre, où chacun soit à la place qui lui convient ;

- le royaume de la joie, où l’affection sincère, la compréhension mutuelle et l’entraide triomphent sans peine de toutes les difficultés ;

- le royaume de la piété, et pour cela nous Vous promettons de demeurer fidèles à la Foi de nos pères, à la prière en commun, spécialement à la récitation quotidienne du chapelet ; nous voulons observer les Lois de Dieu et de l’Église et alimenter notre vie surnaturelle par la réception des Sacrements ;

- le royaume de la Charité et, dans ce but, nous voulons consoler et assister ceux qui sont éprouvés ; nous voulons écarter tout esprit de critique et de médisance dans nos conversations ;

- le royaume de la pureté, en écartant soigneusement tout ce qui pourrait troubler cette belle vertu ;

- le royaume de la justice, en étant équitables et en ayant le courage de réparer nos fautes.

Daignez bénir nos résolutions et nos vœux, nos joies et nos douleurs, nos intérêts spirituels et temporels.

Bénissez les présents et les absents, les vivants et les morts ; conservez la paix dans la famille et donnez-nous, au temps de l’épreuve, de rester fidèles à la Volonté de Dieu.

Cœurs très Saints de Jésus et Marie, nous savons que Vous avez sur nous des desseins de Miséricorde, et que Vous Vous laissez toucher par nos supplications. Comme gage de Votre protection particulière dans les difficultés de la vie, et surtout au moment de la mort, inscrivez le nom de nos familles dans Vos Cœurs.

Nous demandons à Saint-Joseph, modèle des pères de famille, de Vous présenter lui-même notre acte de Consécration, et de nous obtenir de Votre Bonté de parvenir, avec nos enfants, à la joie du bonheur éternel.

Ainsi soit-il.

Dire 3 fois : « Très Saints Cœurs de Jésus et Marie, rendez nos cœurs semblables aux Vôtres. »

 

 

Vidéo ktotv.com du voyage apostolique de Benoît XVI

à Saint-Jacques de Compostelle le 6 novembre 2010

 

 

Sagrada-Familia--Barcelona.jpg

 

 

Consécration de la Famille

au Cœur Immaculé de Marie

 

Ô Vierge Marie, nous consacrons aujourd’hui notre foyer et tous ceux qui l’habitent à Votre Cœur Immaculé.

Que notre maison soit comme celle de Nazareth, une demeure de paix et de bonheur simple, par l’accomplissement de la Volonté de Dieu, la pratique de la Charité et le plein abandon à la Divine Providence.

Veillez sur ceux qui l’habitent, aidez-les à vivre toujours chrétiennement ; enveloppez-les tous de Votre Maternelle Protection et daignez, dans Votre Bonté, Ô Vierge Marie, reformer au Ciel notre foyer d’ici-bas Consacré à jamais à Votre Cœur Immaculé. Amen.

 

 

Vidéo ktotv.com du voyage apostolique de Benoit XVI

à Barcelone le 7 novembre 2010

 

 

Sacre-Coeur--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Prière de Consécration familiale

 

Coeur de Jésus, Toi qui T’es Consacré au Père par Amour pour nous, nous voulons, dans le souffle de Ton Esprit Saint, Te rendre amour pour Amour en nous Consacrant à Toi. Nous voulons Te Consacrer la vie de notre famille dans la situation où elle se trouve aujourd’hui. Nous Te Consacrons notre passé, notre présent et notre avenir, notre maison, notre travail et nos gestes les plus simples. Nous Te Consacrons nos joies comme nos épreuves pour que l’Amour dont Tu nous as aimés nous garde en Toi et demeure en nous à jamais, et pour que le Feu de Ton Amour embrase le monde entier. Amen !

 

Foto-oficial-de-Gaudi-para-la-exposicion-de-Paris-de-191.jpg

Antoni Gaudí i Cornet

né le 25 juin 1852 à Reus ou Riudoms

mort le 10 juin 1926 à Barcelone

 

 

 

Vidéo ktotv.com "Gaudi, le dernier bâtisseur" (52 mn)

 

 

 

Consecration-de-la-Sagrada-Familia--Basilique-de-Barcelone.jpgConsécration de la Sagrada Familia,

Basilique de Barcelone,

le 7 novembre 2010

 

 

 

 

Acte de Consécration de la famille

au Sacré-Coeur de Jésus

 

Coeur Sacré de Jésus, Vous qui avez manifesté à Sainte Marguerite-Marie le désir de régner sur les familles chrétiennes, nous venons aujourd’hui proclamer Votre Royauté la plus absolue sur la nôtre.

Nous voulons vivre désormais de Votre vie, nous voulons faire fleurir dans notre sein les vertus auxquelles Vous avez promis la paix dès ici-bas, nous voulons bannir loin de nous l’esprit mondain que Vous avez maudit.

Vous régnerez sur nos intelligences par la simplicité de notre Foi. Vous régnerez sur nos coeurs par l’amour sans réserve dont ils brûleront pour Vous, et dont nous entretiendrons la flamme par la réception fréquente de Votre Divine Eucharistie.

Daignez, Ô Divin Coeur, présider nos réunions, bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, écarter nos soucis, sanctifier nos joies, soulager nos peines.

Si jamais l’un de nous avait le malheur de Vous affliger, rappelez-lui, Ô Coeur de Jésus, que Vous êtes Bon et Miséricordieux pour le pécheur pénitent.

Et quand sonnera l’heure de la séparation, quand la mort viendra jeter le deuil au milieu de nous, nous serons tous, et ceux qui partent, et ceux qui restent, soumis à Vos décrets éternels. Nous nous consolerons par la pensée qu’un jour viendra où toute la famille, réunie au Ciel, pourra chanter à jamais Vos Gloires et vos bienfaits.

Daigne le Coeur Immaculé de Marie, daigne le Glorieux Patriarche Saint-Joseph, Vous présenter cette Consécration, et nous la rappeler tous les jours de notre vie !

 

Sagrada-Familia--Barcelona--6-.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 13:25

Bienheureuse Marie de l'Incarnation

Marie Guyart, épouse Martin

Bienheureuse Marie de l'Incarnation

née le 28 octobre 1599 à Tours

morte le 30 avril 1672 à Québec

 

 

Blasonn de Tours

 

qcflag.gif

 

 

Prière pour demander la canonisation

de la Bienheureuse Marie de l’Incarnation

 

Ô Verbe Incarné, brûlant de zèle pour le salut des âmes, qui avez embrasé de ce même feu la Bienheureuse Marie de l’Incarnation, écoutez les vœux suppliants de ses deux patries, la France et le Canada, qui Vous demandent avec instance de la glorifier ici-bas. Souvenez-Vous de cette douce invitation que le Père Céleste lui fit un jour entendre : « Demande-moi par le Cœur de Mon Fils : c’est par Lui que Je t’exaucerai. » Daignez donc, Ô Divin Cœur, manifester de plus en plus la puissance d’intercession de Votre épouse bien-aimée, et nous permettre bientôt de l’appeler Sainte. Amen.

Mon Dieu, glorifiez Votre Servante, la Bienheureuse Marie de l’Incarnation ; nous Vous le demandons par le Cœur Sacré de Jésus.

 

Note : Il ne faut pas la confondre avec Madame Acarie, née Barbe Jeanne Avrillot, épouse de Pierre Acarie, la Bienheureuse Carmélite Marie de l'Incarnation, née à Paris le 1er février 1566, décédée à Pontoise le 18 avril 1618, première stigmatisée française reconnue.

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation (2)

 

 

Prière au Verbe Incarné

 

"C’est par le Cœur de mon Jésus, ma voie, ma vérité et ma vie que je m’approche de Vous, Ô Père Éternel. Par ce Divin Cœur, je Vous adore pour tous ceux qui ne Vous adorent pas, je Vous aime pour tous ceux qui ne Vous aiment pas, je Vous adore pour tous les aveugles volontaires qui, par mépris, ne Vous connaissent pas.

Je veux par ce Divin Cœur satisfaire pour tous les mortels. Je fais en esprit le tour du monde pour y chercher toutes les âmes rachetées du Sang très Précieux de mon Divin Époux afin de Vous satisfaire pour toutes par ce Divin Cœur ; je les embrasse pour Vous les présenter par Lui et par Lui, je Vous demande leur conversion. Eh quoi ! Père Éternel, voulez-Vous bien souffrir qu’elles ne reconnaissent pas mon Jésus, et qu'elles ne vivent pour Lui, qui est mort pour tous ? Vous voyez, Ô Divin Père, qu’elles ne vivent pas encore. Ah ! Faites qu’elles vivent par ce Divin Cœur.

Sur cet Adorable Cœur, je Vous présente tous les ouvriers de l’Évangile afin que Vous les remplissiez de Votre Esprit Saint. Sur ce Sacré-Cœur, comme sur un Autel Divin, je Vous présente en particulier..... (nommer les personnes pour qui on veut prier).

Vous savez, Ô Verbe Incarné, Jésus mon Bien-Aimé, tout ce que je veux dire au Père, par Votre Divin Cœur et par votre Sainte Âme. Je Vous le dis en le Lui disant, parce que Vous êtes en Votre Père et que Votre Père est en Vous ; faites donc tout cela avec Lui. Je Vous présente toutes ces âmes, faites qu'elles soient une même chose avec Vous.

Amen.

 

D'après la Prière Apostolique de la Bienheureuse Marie de l'Incarnation.

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation

 

 

Prière Apostolique de Marie de l'Incarnation

originelle

 

"C’est par le Coeur de mon Jésus, ma voie, ma vérité et ma vie que je m’approche de Vous, Ô Père Éternel.

 

Par ce Divin Coeur, je Vous adore pour tous ceux qui ne Vous adorent pas ; je Vous aime pour tous ceux qui ne Vous aiment pas ; je Vous adore pour tous les aveugles volontaires qui, par mépris, ne Vous connaissent pas.

 

Je veux par ce Divin coeur satisfaire pour tous les mortels.

 

Je fais le tour du monde pour y chercher toutes les âmes rachetées du Sang très Précieux de mon Divin Époux : je veux Vous satisfaire pour elles toutes par ce Divin Coeur. Je les embrasse toutes pour Vous les présenter par Lui. Je Vous demande leur conversion ; Voulez-Vous souffrir qu’elles ne connaissent pas mon Jésus ? Permettrez-Vous qu’elles ne vivent pas en Celui qui est mort pour tous ? Vous voyez, Ô Divin Père, qu’elles ne vivent pas encore. Ah ! faites qu’elles vivent par ce Divin Coeur.

 

Sur cet Adorable Coeur, je Vous présente tous les ouvriers de l’Évangile ; remplissez-les de Votre Esprit Saint par les mérites de ce Divin Coeur. Sur ce Sacré-Coeur comme sur un Autel Divin, je Vous présente Claude Martin, Votre petit serviteur (mon fils) et Marie Buisson, Votre petite servante (ma nièce) ; je Vous demande, au Nom de mon Divin Époux, que Vous les remplissiez de Son Esprit et qu’ils soient éternellement à Vous sous les auspices de cet Adorable Coeur.

 

Vous savez, mon Bien-Aimé, tout ce que je veux dire au Père par Votre Divin Coeur et par Votre Sainte Âme : en Lui disant, je Vous le dis, parce que Vous êtes en Votre Père et que Votre Père est en Vous. Faites donc que tout cela s’accomplisse et joignez-Vous à moi pour fléchir par Votre Coeur celui de Votre Père. Faites selon Votre Parole que, comme Vous êtes une même chose avec Lui, toutes les âmes que je Vous présente soient aussi une même chose avec Lui et avec Vous."

 

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation, peinture murale restauBienheureuse Marie de l'Incarnation

Peinture murale restaurée par Sylvain de Rességuier

Cathédrale Saint-André de Bordeaux

Chapelle du Mont-Carmel

 

 

 

Estampe-de-la-Bienheureuse-Marie-de-l-Incarnation--Ederlinc.jpgEstampe d'Edeldinck

 

 

 

 

Paroles de la Bienheureuse Marie de l'Incarnation

 

"Il y a seulement deux choses où l’âme trouve son compte, en attendant qu’elle ait le bonheur de se voir détachée de cette vie mortelle. La première est la pratique des maximes de l’Évangile, ou du moins un effort continuel pour les pratiquer. L’autre est la douce familiarité avec Dieu qui, par ses divines touches, permet à l’âme de l’entretenir, et s’il faut ainsi parler, de s’égayer avec lui, quoi qu’elle ne se voie que poudre et cendre en la présence de sa Divine Majesté. Sans ces deux secours, je ne puis comprendre comme l’on peut vivre en ce monde parmi les épines et les tracas qui ne tendent qu’à étouffer l’esprit intérieur."

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation (3)

 

Vision du Christ de la

Bienheureuse Marie de l'Incarnation

 

"... ayant les yeux levez vers le Ciel je le vis ouvert et nôtre Seigneur Jésus Christ en forme humaine, qui en sortoit, et qui par l’air s’en venoit droit à moy ; le voyant je m’écriai à ma compagne : Ah ! voila nôtre Seigneur, c’est à moy qu’il vient… Cette suradorable Majesté s’approchant de moy mon coeur se sentit tout embrazé de son amour et je commençay à étendre les bras pour

l’embrasser. Alors ce plus beau de tous les enfans des hommes, avec un visage plein d’une douceur et d’un attrait indicible, … me baisant amoureusement me dit :

Voulez-vous estre à moy ? Je luy répondis : Ouy."

 

Source : Thèse en théologie de Jean-Marie Kroug, "Le désir de l’amant divin", "Le vocabulaire amoureux de quelques femmes au dix-septième siècle", Fribourg 2010, page 143.

 

Mere-Marie-de-l-Incarnation-2.jpg

 

 

Les Moniales Bénédictines du Barroux chantent "Adoro Te devote"

Album "In Paradisum - Les Sœurs"

("Voices - Chant from Avignon")

Abbaye Notre-Dame de l'Annonciation

Sainte-Madeleine du Barroux

La Font de Pertus - 84330 LE BARROUX

Téléphone : 04 90 65 29 29

Télécopie : 04 90 65 29 30

 

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation (2)

 

 

TOMBEAU DE MARIE DE L'INCARNATION

 

Il est possible de prier

au Tombeau de Marie de l'Incarnation

situé dans la Chapelle

du Vieux Monastère des Ursulines

à Québec.

 

Centre Marie de l'Incarnation

10, rue Donnacona, C. P. 760, H.V.

Québec (Québec) Canada G1R 3Y7


Téléphone: (418) 694-0413

 

Courriel: ursmonstcmi@bellnet.ca

 

 

Bienheureuse Marie de l'Incarnation 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Pieux Québec
commenter cet article