Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • IHS. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Prières, poèmes, religion chrétienne
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES le Franc-Comtois
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)
  • O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Have mercy upon me, O God, according to thy lovingkindness: according unto the multitude of thy tender mercies blot out my transgressions. Ps 51 (50)

Translation. Traduzione

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

Notre-Dame-de-Lourdes-gif-water-reflect-parousie.over-blog-gif

 

Vie des Saints

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 11:06

Aimer--c-est-tout-donner--Sylvie-Buisset--parousie.over-blo.gif

 

 

Gif Therese de Lisieux

 

 

"C'est en 1990 que Sylvie commence à interpréter les grands mystiques et plus particulièrement Ste Thérèse de l'Enfant Jésus.

Suite à l'enregistrement de son premier album consacré aux plus beaux poèmes de la Sainte de Lisieux, elle entame une carrière internationale. Sylvie a eu ainsi l'occasion de chanter sur les 5 continents : Chine, Sibérie, Alaska, Nouvelle Zélande, Côte d'Ivoire…"

 

Source : http://www.exultet.net

 

 

Chants-Sylvie-Buisset--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

Ta-Face-est-ma-seule-patrie--Sylvie-Buisset--parousie.over-.jpg

 

 

 


Images de la veillée avec Sylvie Buisset, Bellegarde, 31 oct 

 

 

 

 

 

 

Gif Notre-Dame de Lourdes

 

 

Communauté des Béatitudes 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvie-Buisset--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

 

 

 

Gif-jesus-died-for-our-sings--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Charismes d'aujourd'hui
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 17:00

Croix abstraite

 

 

 

 

Puget-Théniers, le 26 janvier 2011

 

 

 

Poème « Euthanasie de l’apostasie »

 

Non à l’euthanasie, non aux états nazis,

Non aux insidieux ciseaux d’Anastasie,

Non aux sénateurs de l’apostasie,

Non aux eugénistes de la prophylaxie,

Non aux lois de mort en poésie,

Non aux sinistres lobbies et leurs galaxies,

Non à tous les timorés en catalepsie,

Honte aux instigateurs de la perfidie,

Honte aux complices de cette infamie,

Honte aux propagateurs des thèses honnies,

Honte à ceux qui approuvent, l’air ravi,

Assistant au génocide des êtres trop tôt occis.

Que Dieu ait pitié de cette impiété alanguie,

Que Marie édifie les âmes du Don de la Vie.

 

 

Icone-Saint-Antoine--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"13 Tu ne tueras point."

 

Exode 20 : 13

 

(Ancien Testament, "Décalogue", Dix Commandements)

 

 

Icone-Vierge-Marie-et-l-Enfant-Jesus-26-copie-1.jpg

 

 

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

 

Rabelais

 

 

Jesus-Bon-Pasteur--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

« Mais parce que selon le sage Salomon la sagesse n'entre jamais dans les âmes mauvaises, et science sans conscience n'est que ruine de l'âme, il te faudra servir, aimer et craindre Dieu, et en Lui mettre toutes tes pensées et tout ton espoir, et par foi formée de charité être joint à Lui, si fort que jamais le péché ne t'en sépare. Prends garde des tromperies du monde, ne laisse pas la vanité entrer dans ton cœur car cette vie est passagère, mais la parole de Dieu demeure éternellement. Sois serviable envers tous tes prochains, et aime-les comme toi-même. Respecte tes précepteurs, fuis la compagnie des gens à qui tu ne veux pas ressembler, et ne gaspille pas les grâces que Dieu t'a données. Et quand tu t'apercevras que tu disposes de tout le savoir que tu peux acquérir là-bas, reviens vers moi, afin que je te voie une dernière fois et que je te donne ma bénédiction avant de mourir. Mon fils, que la paix et la grâce de notre Seigneur soient avec toi.

Amen.

 

D'Utopie, le dix-septième jour du mois de mars.

 

Ton père, Gargantua. »

 

Extrait du Chapitre VIII de Pantagruel, François Rabelais (1532).

 

 

Sacre-Coeur-de-Jesus-sang-et-or--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Poèmes personnels
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 14:17

Apparition-de-la-Sainte-Vierge-Marie-a-Alphonse-Ratisbonne.jpg

Marie-Alphonse Ratisbonne

אלפונס רטיסבון

Prêtre et Missionnaire Jésuite

(baptisé "Maria" après sa conversion)

né le 1er mai 1814 à Strasbourg

mort le 6 mai 1884 à Ein Karem (Jérusalem)

 

 

religion-etoile-de-david--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Quelques heures après avoir prié pour la conversion d’Alphonse Ratisbonne, à la demande du baron Marie-Théodore de Bussière, en récitant une centaine de « Memorare » dans l’église Sant’Andrea delle Fratte à Rome, le comte de la Ferronnays est mort subitement. Ratisbonne, païen endurci d’origine juive, s’est converti au catholicisme le 20 janvier 1842 lorsque la Sainte-Vierge lui est apparue.

Le Plan de salut divin est adorable et insondable : dans un prisme d’Amour Trinitaire, le Plan salvifique du Christ Rédempteur avait choisi deux instruments : le baron Marie-Théodore de Bussière et le comte de la Ferronnays, pour convertir Ratisbonne par la Grâce du Seigneur et celle de Marie.

Le 3 juin 1842, le pape Grégoire XVI a publié un décret reconnaissant l’authenticité du miracle et l’extraordinaire conversion.


Auguste-Ferron-de-la-Ferronnays.png

  Armoiries du comte

Charles Marie Auguste Ferron de La Ferronnays

"pair de France : d'azur, à six billettes d'argent ;

au chef cousu de gueules,

chargé de trois annelets du second émail.

Devise : ln hoc ferro vinces."

 

 

Gif-cross-11--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

« …A cet office assistait aussi un personnage qui, sans avoir une seule fois rencontré, une seule seconde vu Ratisbonne, intervint puissamment, décisivement, sublimement, en sa faveur dans ses démêlés inconscients avec le ciel. C'était le comte Auguste de la Ferronnays, ambassadeur de France à Rome, diplomate subtil, dévoué au trône et à l'autel, pratiquant zélé, pieux comme on ne sait plus l'être, homme de bien, de devoir, de savoir, parvenu, semble-t-il, au soir d'une vie marquée d'épreuves, aux plus hauts sommets de la spiritualité chrétienne. Il était lié d'amitié avec le baron de Bussières qui, le jour même, l'entretint de Ratisbonne. « Ce Juif, il faut qu'il devienne chrétien. Il le mérite. Vous devez prier pour lui, cher ami… »

 

 

Statue-de-Ratisbonne--Ratisbonne-Monastery--Jerusalem--paro.jpg

 

 

« …Comme consumé par ce prodigieux effort d'oraison, le comte Auguste de la Ferronnays devait mourir subitement le soir même, à nuit tombée. Il venait de terminer son repas quand il se prit à vomir des flots de sang. On le coucha. On alla quérir le baron de Bussières. En un suprême transport d'amour divin, le moribond essaya de décrocher le crucifix pendu à son chevet, n'y parvint pas, arracha le clou qui le fixait au mur et rendit son dernier soupir dans un dernier baiser au Sauveur. Bussières, arrivant en hâte, ne put que se recueillir sur un cadavre… »

 

Extraits de « L'itinéraire de la Vierge Marie » de Pierre Molaine, Paris, éditions Correa, 1953, pages 140 à 149. Nihil obstat, Imprimatur, 1952.

 

Conversion-de-Ratisbonne-le-20-janvier-1842--livre-de-Rene.jpg

 

 

« 13 Il n'y a pas de plus grand amour

que de donner sa vie pour ses amis. »

 

Jean 15 : 13 (Louis Segond)

 

 

Gif-hands-in-prayer--parousie.over-blog.fr.gif

 

 

Théodore de Bussière s’était assigné comme tâche de convertir tous les incroyants qu’il rencontrait… Il réussit à convaincre Ratisbonne de porter la médaille miraculeuse de la rue du Bac.

Un jour, il demande au comte de la Ferronnays, en parlant d'Alphonse Ratisbonne : « Il faut qu’il se convertisse au christianisme. Voulez-vous prier pour lui ? »

« Soyez rassuré, cher ami, répond le comte de La Ferronnays, si vous parvenez à lui faire réciter le "Memorare", tout ira bien ! »

Le lendemain matin, La Ferronnays se rend à la petite église St Andrea delle Fratte où il assiste chaque jour à la Sainte Messe. Rentré à la maison, il précise à son épouse qu’il a bien récité une centaine de "Memorare" à l’intention de Ratisbonne. Le même soir, de La Ferronnays tombe gravement malade... et meurt peu après.

 

 

Gif funky-cross, parousie.over-blog.fr 

 

 

 

Apparition de la Sainte Vierge Marie à Alphonse Ratisbonne (Rome, 1842)

 

 

Alphonse-Ratisbonne.jpg

 

 

Ratisbonne avant sa conversion

 

Alphonse cachait à peine sa haine de l’Eglise et son discours sarcastique était parfois étoffé de blasphèmes.

« …Je me suis toujours moqué de toutes les apparitions, refusant même de croire aux miracles de l’Ancien Testament, que je cherchais à expliquer par des causes naturelles… Loin d’avoir été porté à me convertir pour des raisons humaines, toutes s’y opposaient au contraire (…) Quant aux moyens humains, vu la disposition où je me trouvais, ils eussent été absolument impuissants à transformer mon esprit et mon coeur dans l’espace de 3 minutes environ… » (Ratisbonne).

 

 

Ratisbonne, parousie.over-blog.fr

 

 

Ratisbonne après sa conversion

 

« Oh, que Dieu est bon ; quelle plénitude de grâce ! Quelle immense joie ! Que je suis heureux et comme sont à plaindre ceux qui ne croient pas. »

« Comment serait-il possible d’en parler ? Oh non ! La parole humaine ne doit point essayer d’exprimer ce qui est inexprimable. Toute description serait une profanation. »

« ... (La Sainte-Vierge) apparut debout sur l’autel, grande, brillante, vivante, pleine de majesté et de douceur, rayonnante de Grâce, rayonnante de Gloire, la Vierge Marie, telle qu’elle se trouvait sur ma médaille. »

« Elle est vivante, lumineuse, indescriptible ! » (Ratisbonne).

 

 

Ratisbonne-avec-des-orphelins--2--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Paroisse S. Andrea delle Fratte

Via S.Andrea delle Fratte, 1

00187 Rome

Italie

 

 

Santuario Basilica S. Andrea Delle Fratte

Via S. Andrea delle Fratte, 1

00187 ROMA (ITALY)

Tel. +39-06-6793191

Fax +39-06-6780407

 

 

Ein Kerem, Notre-Dame de Sion, tombe de Marie-Alphonse Rati

Tombe de Marie-Alphonse Ratisbonne

Notre-Dame de Sion

Ein Kerem - עין כרם

Israël

 

 

small--gif-cross-animated--parousie.over-blog.fr.gif 

 

Sur sa tombe :

 

"Ô Marie, souviens-Toi de Ton enfant,

délicieux et adorable triomphe de Ton Amour."

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 09:57

Georges-Bernanos-4--parousie.over-blog.fr.jpgLouis Émile Clément Georges Bernanos

né le 20 février 1888 à Paris 9ème

mort le 5 juillet 1948 à Neuilly-sur-Seine

(Hauts-de-Seine)

 

 

 

Georges-Bernanos-3--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

« Le désir de la prière, c'est déjà prier. »

 

Georges Bernanos

 

 

 

 

 

 

 

Film intégral

 

 

 

 

La prière selon Georges Bernanos


"Nous nous faisons généralement de la prière une si absurde idée ! Comment ceux qui ne la connaissent guère – peu ou pas – osent-ils en parler avec tant de légèreté ? […] Si la prière était réellement ce qu’ils pensent, une sorte de bavardage, le dialogue d’un maniaque avec son ombre, ou moins encore – une vaine et superstitieuse requête en vue d’obtenir les biens de ce monde, - serait-il croyable que des milliers d’êtres y trouvassent jusqu’à leur dernier jour, je ne dis pas même tant de douceurs – ils se méfient des consolations sensibles – mais une dure, forte et plénière joie ! Oh, sans doute, les savants parlent de suggestion. C’est qu’ils n’ont jamais vu de ces vieux moines, si réfléchis, si sages, au jugement inflexible, et pourtant tout rayonnants d’entendement et de compassion, d’une humanité si tendre. Par quel miracle ces demi-fous, prisonniers d’un rêve, ces dormeurs éveillés semblent-ils entrer plus avant chaque jour dans l’intelligence des misères d’autrui ? Etrange rêve, singulier opium qui, loin de replier l’individu sur lui-même, de l’isoler de ses semblables, le fait solidaire de tous, dans l’esprit de l’universelle charité !"

 

 

Journal-d-un-cure-de-campagne--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 

Film "Journal d'un curé de campagne"

 

 

 

 

Journal d'un curé de campagne, Georges Bernanos

 

 

Small--Georges-Bernanos-2--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

"Diary of a Country Priest" by Robert Bresson (1951)

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 17:22

Rabih-Abou-Khalil--parousie.over-blog.fr.pngRabih Abou-Khalil

ربيع أبو خليل

né le 17 août 1957 à Beyrouth (Liban)

avec son oud (عود)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"9 Heureux ceux qui procurent la paix,

car ils seront appelés fils de Dieu !"

 

Matthieu 5 : 9 (Louis Segond)

 

 

 

 

 

 

 

"Souvenirs d'hier et de demain

d'un Orient rêvé et surtout contemplé,

les compositions de Rabih Abou-Khalil ont un pouvoir

d'amour et de réconciliation Orient-Occident,

dans une éternité immobile et enfin apaisée."

 

Source : Esprits Nomades

 

 

 

 

 

"9 God blesses those people who make peace.

They will be called his children!"

 

Matthew 5:9 (Contemporary English Version)

 

 

 

 

طُوبَى لِصَانِعِي السَّلاَمِ، فَإِنَّهُمْ سَيُدْعَوْنَ أَبْنَاءَ اللهِ

 

ﻣﺘﻰ 9:5 (Arabic Life Application Bible)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Shataraban", album Interzone (2005),

Serge Teyssot-Gay et Khaled Al-Jaramani

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Musique
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 16:03

Croix, Cross, parousie.over-blog.fr

 

 

 

Recherche d'autres artistes comme Jean-Luc sur Myspace Music

 

 

 

 

 

 

 

Slam

 

 

 

 

 

 

 

Poetry Slam

 

 

Croix--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Musique
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 09:15

High-altar--St-Anthony-of-Padua-Church--Hackensack--New-Jer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Fraternité Saint-Joseph de Mont-Rouge

 

 

 

 

 

 

http://batisseurdemonastere.org

 

 

 


Agrandir le plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Vidéos
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 15:56

Canada 2

 

gif,reflet,eau,liquide,creation,log,software,gif water reflect,create,creer,Quebec,Canada,Saint Jean Baptiste,drapeau,flag

 

Prière des Canadiens Unis

 

Père, source de la vie et de tout bien, nous Te louons et nous Te bénissons pour les dons de Grâce qui ont enrichi notre Église canadienne. Guide-nous sur la voie de la sainteté, et accompagne-nous dans notre vie quotidienne.

Jésus, Fils Bien-Aimé du Père et notre Frère, c’est Toi seul que nous voulons proclamer dans la prédication, glorifier dans la liturgie et servir dans nos frères. Tu es tout pour nous : lumière du monde, paix du cœur et réconfort dans l’épreuve. Sauveur unique et universel, rends-nous des signes et des instruments de vérité pour le monde entier. Parole de Dieu faite chair, Dieu Crucifié, aide-nous à reconnaître Ton image vivante en chaque personne, et à respecter leur dignité et leur culture.

Esprit Saint, feu d’amour qui éclaire, renouvelle notre Foi, fortifie notre Espérance, ravive notre Charité. Éternelle symphonie d’Amour, fais de notre Église la maison de la communion et de la fraternité. Source éternelle de la mission, fais de nous des témoins courageux de l’Évangile, en tout lieu, parmi tous les peuples. Amen.

 

Carillon-Sacre-Coeur

 

 

SAINTS CANADIENS

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Pieux Québec
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

  

 

 

 

           

 

Diaporamas et Slideshows créés à parir de :

 

http://photobucket.com

 

http://www.picturetrail.com

 

http://www.imageloop.com

 

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Réflexions
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 16:08

Eliza-Vaughan--parousie.over-blog.fr.jpg

Eliza Vaughan

Vaughn en A.P.I. : [voːn]

morte en 1853

 

 

 

Exposition-Eucharistique--Eucharist-Monstrance--parousie.ov.jpg

 

 

 

Le Maître de la Moisson


« 37 Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers.

 

38 Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. »

 

(Matthieu 9 : 37-38, Louis Segond).

 

 

“37Then said He unto His disciples, "The harvest truly is plenteous, but the laborers are few.

 

38Pray ye therefore the Lord of the harvest, that He will send forth laborers into His harvest.”

 

(Matthew 9:37-38, 21st Century King James Version).

 

 

Royal-Badge-of-Wales--parousie.over-blog.fr.png

 

 

Eliza Vaughan

 

Eliza Vaughan, mère de famille galloise et protestante, convertie au catholicisme, est morte en 1853. Dans un élan surnaturel, elle a appelé toute sa vie durant, par ses prières ferventes et ses sacrifices, de nombreuses vocations sacerdotales, en particulier pour ses propres enfants. En effet, sur 13 enfants, 6 fils deviendront prêtres et 4 filles religieuses.

C’est une vérité évangélique que les vocations sacerdotales doivent être demandées dans la prière. Jésus le souligne dans l’évangile :

« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux ; priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. » (Mt 9, 37-38).

Eliza Vaughan, une mère de famille anglaise, est un exemple très probant d’une femme, qui remplie d’un esprit sacerdotal, priait beaucoup pour les vocations.

Eliza vient d’une famille protestante, la famille Rolls, qui par la suite fonda l’industrie automobile réputée Rolls-Royce. Jeune fille, alors qu’elle vivait et étudiait en France, elle fut très impressionnée par le soutien exemplaire que l’Eglise Catholique apportait aux pauvres.

Pendant l’été 1830, après son mariage avec le colonel John Francis Vaughan, Eliza, malgré la forte résistance de ses parents, se convertit au catholicisme. Elle n’avait pas pris cette décision parce qu’elle appartenait désormais à une famille anglaise connue, de tradition catholique, mais bien motivée par une ferme conviction personnelle. La famille Vaughan, lors de la persécution des catholiques anglais sous le règne d’Elisabeth I (1558-1603), avait accepté l’expropriation de tous ses biens et l’emprisonnement plutôt que de renier sa foi. Courtfield, la résidence familiale de son mari, était devenue pendant les décennies de la terreur, un centre de refuge pour les prêtres persécutés, un lieu où la Sainte Messe était célébrée en secret. Trois siècles s’étaient écoulés dès lors, mais rien n’avait changé dans l’esprit catholique de la famille.

Convaincue de la puissance d’une fidèle prière silencieuse, Eliza Vaughan consacrait chaque jour une heure à l’adoration dans la chapelle de la maison. Elle priait Dieu de lui accorder des vocations dans sa famille. Devenue mère de six prêtres et quatre religieuses, elle fut largement exaucée. Morte en 1853, Maman Vaughan fut enterrée à Courtfield, dans la propriété familiale qu’elle aimant tant.

Aujourd’hui Courtfield est un centre d’exercices spirituels dans le diocèse anglais de Cardiff. En prenant considération de la sainte vie d’Eliza, l’évêque du lieu consacra en 1954 la chapelle de la maison comme “Sanctuaire de Notre Dame des Vocations”, titre qui fut confirmé en l’an 2000.

 

DONNONS NOS ENFANTS À DIEU

 

Convertie du plus profond de son cœur et remplie de zèle, Eliza proposa à son mari de donner leurs enfants à Dieu. Cette femme de grande vertu priait chaque jour une heure devant le Saint Sacrement dans la chapelle de la résidence de Courtfield. Elle demandait à Dieu une famille nombreuse et beaucoup de vocations religieuses parmi ses enfants. Elle fut exaucée ! Elle eut 14 enfants et mourut peu après la naissance du dernier en 1853. Des 13 enfants (un mourut en bas âge), dont 8 garçons, 6 devinrent prêtres : 2 religieux, un prêtre diocésain, un évêque, un archevêque et un cardinal. Des 5 filles, quatre entrèrent dans la vie religieuse. Quelle bénédiction pour la famille et quels effets pour toute l’Angleterre !

Tous les enfants de la famille Vaughan eurent une enfance heureuse. En effet, pour leur éducation, cette sainte mère sut unir de façon naturelle, la vie spirituelle et les obligations religieuses avec les divertissements et la gaieté. Selon les désirs maternels, la prière et la Sainte Messe dans la chapelle de la maison faisaient partie de la vie quotidienne, tout comme la musique, le sport, le théâtre, l’équitation et les jeux. Les enfants ne s’ennuyaient pas lorsque leur mère leur racontait la vie des saints qui devinrent au contraire peu à peu leurs amis intimes. Eliza se faisait aussi accompagner de ses enfants pour les visites et les soins aux malades et aux personnes souffrantes du voisinage. C’était pour eux l’occasion d’apprendre à être généreux, à faire des sacrifices et à donner aux pauvres leurs économies ou leurs jouets.

Elle mourut peu après la naissance du quatorzième enfant, John. Deux mois après sa mort, le colonel Vaughan, convaincu que son épouse avait été un don de la providence, écrivait dans une lettre : « Aujourd’hui, pendant l’adoration, je remerciais le Seigneur d’avoir pu Lui redonner mon épouse bien aimée. Je Le remerciais de tout mon cœur de m’avoir donné Eliza comme modèle et guide ; je suis encore uni à elle par un lien spirituel indestructible. Quelle merveilleuse consolation et quelle grâce ne me donne-t-elle pas ! Je la vois encore, comme je l’ai toujours vue devant le Saint Sacrement avec cette pure et humaine gentillesse qui illuminait son visage pendant la prière. »

 

OUVRIERS DANS LA VIGNE DU SEIGNEUR

 

Les nombreuses vocations dans le mariage Vaughan sont vraiment un héritage rare dans l’histoire de la Grande Bretagne et une bénédiction qui venait surtout de leur mère Eliza.

Quand Herbert, le fils aîné, à 16 ans, annonça à ses parents vouloir devenir prêtre, les réactions furent contrastées. Sa mère, qui avait beaucoup prié pour cela, sourit et dit : « Mon fils, je le savais depuis bien longtemps. » Son père eut besoin d’un peu plus de temps. Il avait fondé de grandes espérances sur son fils aîné, l’héritier de la maison, et avait pensé pour lui à une brillante carrière militaire. Comment pouvait-il imaginer qu’Herbert, un jour, deviendrait l’archevêque de Westminster, fondateur des Missionnaires de Millhill et plus tard Cardinal ? Il se laissa convaincre et écrivit à un ami : « Si Dieu veut Herbert pour Lui, Il peut avoir aussi tous les autres. » Reginald se maria, et après lui Francis Baynham, celui qui héritera plus tard de la propriété familiale. Dieu appela encore neuf autres enfants des Vaughan. Roger, le deuxième, devint prieur bénédictin et plus tard, l’archevêque bien aimé de Sydney (Australie), où il fit construire la cathédrale. Kenelm après un passage chez les cisterciens devint prêtre diocésain. Joseph, le quatrième fils des Vaughan, fut lui bénédictin comme son frère Roger et fonda une nouvelle abbaye.

Bernard, sans doute le plus vif de tous, aimait beaucoup la danse et le sport ; il prenait part à tous les divertissements. Il devint néanmoins jésuite. On raconte que la veille d’entrer dans l’ordre, il participa à un bal et dit à sa partenaire : « Cette danse est la dernière, parce que je vais entrer chez les jésuites. » Surprise, la jeune fille rétorqua : « Mais je vous en prie, vous qui aimez tant le monde et qui dansez merveilleusement, voulez-vous devenir jésuite ? » La réponse, même si elle peut être interprétée de différentes manières, est très belle : « Justement, c’est bien pour cela que je me donne à Dieu ! »

John, le plus jeune, fut ordonné prêtre par son frère Herbert et devint par la suite évêque de Salford en Angleterre.

Des cinq filles de la famille, quatre entrèrent au couvent : Gladis, dans l’ordre de la Visitation ; Teresa fut sœur de la Miséricorde ; Claire, sœur clarisse et Mary, prieure chez les augustiniennes. Marguerite, la dernière fille, aurait bien voulu aussi se consacrer à Dieu, mais, à cause d’une santé fragile, la porte du couvent lui resta fermée. Elle vécut néanmoins à la maison comme une personne consacrée et passa ses dernières années dans un monastère.

Herbert Vaughan avait seize ans lorsqu’il se décida, pendant une retraite spirituelle d’été, à devenir prêtre. Il fut ordonné à Rome à l’âge de 22 ans et devint plus tard évêque de Salford (Angleterre) et fondateur des Missionnaires de Millhill ; ceux-ci œuvrent aujourd’hui encore dans le monde entier. Pour finir il devint Cardinal et troisième évêque de Westminster. Dans ses armoiries il fit écrire : « Aimer et servir ! » Le Cardinal Vaughan expliqua : « Ces deux mots expriment mon programme de vie : l’amour doit être la racine de laquelle prend vie tout mon service. »

 

 

Flag-of-Wales--parousie.over-blog.fr.png

 

 

Wales-Cymru--parousie.over-blog.fr.gif

 

Eliza Vaughan

 

It is a fact that vocations to the priesthood must be prayed for; Jesus speaks about it himself in the Gospel:

“The harvest is abundant, but the labourers are few; so ask the master of the harvest to send out labourers for his harvest” (Mt. 9:37-38).

Eliza Vaughan, an English family mother, is a particularly encouraging example of a woman with a priestly spirit who prayed very much for vocations.

The mother of six priests and four religious sisters, her prayer was bountifully heard. Mother Vaughan died in 1853 and was buried in the grounds of her beloved family property, Courtfield.

Today, Courtfield is a retreat center for different groups in the Welsh diocese of Cardiff. In consideration of Eliza’s holy life, the family chapel was consecrated as the shrine of “Our Lady of Vocations” by the bishop in 1954 and confirmed as such in the year 2000.


Let us give our children to God

 

Eliza came from a strong Protestant family, that of Rolls-Royce. Yet even during her childhood education in France, she was deeply impressed by the exemplary efforts the Catholic Church made for the poor. After she married Colonel John Francis Vaughan in the summer of 1830, Eliza converted to the Catholic Faith, despite the objection of her relatives. During the time of the Catholic persecution in England under Queen Elisabeth I (1558-1603), the Vaughan’s ancestors preferred imprisonment and expropriation to being unfaithful to their beliefs.

Courtfield, the ancestral family home, became a place of refuge for priests during the decades of terror in England, a place where the Holy Mass was often celebrated secretly. Nearly three centuries had now passed, but the Catholic beliefs of the family had not changed. Eliza was someone who converted with all her heart, so much so, that in her religious enthusiasm, she even proposed to her husband that they offer all their children back to God.

This remarkable woman made a habit of praying for an hour each day before the Blessed Sacrament in the house chapel at Courtfield. She prayed to God for a large family and for many religious vocations among her children. And her prayers were heard! She gave life to 14 children and died shortly after the birth of the last child, John, in 1853.

Of the 13 children that lived, six of her eight boys became priests: two priests in religious orders, one diocesan priest, a bishop, an archbishop and a cardinal. From the five daughters, four became nuns in religious orders.

What a blessing for the family and what an impact on all of England! The Vaughan children enjoyed a pleasant childhood because their virtuous mother knew how to educate them in a very natural way by uniting spiritual and religious obligationds with amusement and cheerfulness.

Thanks to their mother, prayer and daily Mass in the house chapel were just as much a part of everyday life as music, athletics, amateur theatre, horse riding and playing.

It was never boring for the children when their mother told them stories from the lives of the saints, who little by little became their dearest friends. Mother Vaughan happily let her children accompany her on visits to the sick and needy of the area.

On such occasions, they learned how to be generous, to make sacrifices and to give away their savings or their toys. Shortly after the birth of her 14th child, Eliza died.

Two months after her death, Colonel Vaughan wrote in a letter that he was convinced divine providence brought Eliza to him.

“I thanked the Lord in adoration today that I could give back to him my dearly beloved wife. I poured out my heart to him, full of thankfulness that, as an example and a guide, he gave me Eliza with whom I am still now bound by an inseparable, spiritual bond. What wonderful consolation and grace she brought me! I still see her as I always saw her before the Blessed Sacrament: her inner purity and extraordinary human kindness which her beautiful face reflected during prayer.”

 

Soeur-orthodoxe--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

portugal.gif

 

Eliza Vaughan

 

É uma verdade evangélica que as vocações sacerdotais devem ser pedidas com a oração. Evidencia-o Jesus no evangelho quando diz: “A messe é grande, mas os trabalhadores são poucos. Peçam, pois, ao Senhor da messe que envie trabalhadores para a sua messe!” (Mt 9,37-38).

Oferece-nos um exemplo muito significativo a inglesa Eliza Vaughan, mãe de família e mulher dotada de espírito sacerdotal, que rezou muito para as vocações.

Eliza provinha de uma família protestante, a dos Rolls, que sucessivamente fundou a indústria automobilística Rolls-Royce, mas quando jovem, durante sua permanência e educação na França, havia ficado muito impressionada pelo exemplar empenho da Igreja católica para com os pobres.

No verão de 1830, após o casamento com o coronel John Francis Vaughan, Eliza, apesar da forte resistência de seus parentes, converteu-se ao catolicismo. Havia tomado essa decisão com convicção e não somente por ter entrado a ser parte de uma famosa família inglesa de tradição católica. Os antepassados Vaughan, durante a perseguição dos católicos ingleses sob o reinado de Elisabeth I (1558-1603), preferiram sofrer a expropriação dos bens e a prisão antes que renunciar à própria fé.

Courtfield, a residência originária da família de seu marido, tornara-se, durante as décadas de terror, um abrigo para os sacerdotes perseguidos, um lugar onde celebrava-se a S. Missa. Desde então haviam passado três séculos, mas nada mudara no espírito católico da família.

Certa do poder da oração silenciosa e fiel, Eliza Vaughan reservava cada dia uma hora de adoração na capela da casa, rezando pelas vocações na sua família. Tornando-se mãe de seis sacerdotes foi grandemente atendida. Falecida em 1853, Mamãe Vaughan foi enterrada em Courtfield, na propriedade da família que ela tanto amara. Hoje Courtfield é um centro de exercícios espirituais da diocese de Cardiff.

Com o exemplo da santa vida de Eliza, em 1954 a Capela da Casa foi consagrada pelo bispo como “Santuário de Nossa Senhora das Vocações”, título que foi confirmado no ano 2000.


Doemos os nossos filhos a Deus

 

Convertida no fundo do coração, cheia de zelo, Eliza propôs ao marido de doar os filhos a Deus. Essa mulher de elevadas virtudes rezava cada dia durante uma hora frente ao Santíssimo Sacramento na Capela da residência de Courtfield, pedindo a Deus uma família numerosa e muitas vocações religiosas entre seus filhos. Foi atendida! Teve 14 filhos e morreu pouco depois do nascimento do último filho em 1853. Dos 13 filhos vivos, entre os quais 8 homens, seis se tornaram sacerdotes: dois em ordens religiosas, um sacerdote diocesano, um bispo, um arcebispo e um cardeal. Das cinco filhas, quatro se tornaram religiosas. Que benção para a família e quais efeitos para toda a Inglaterra! Todos os filhos da família Vaughan tiveram uma infância feliz, porque na educação sua santa mãe possuía a capacidade de associar de modo natural a vida espiritual e as obrigações religiosas com as diversões e a alegria. Por vontade da mãe faziam parte da vida quotidiana as orações e a S. Missa na capela da casa, bem como a música, o esporte, o teatro amador, a equitação e as brincadeiras. Os filhos não se entediavam quando a mãe lhes contava as vidas dos santos, que aos poucos se tornaram para eles amigos íntimos. Eliza levava consigo os filhos também nas visitas e nos cuidados aos doentes e aos sofredores das vizinhanças, para que pudessem nestas ocasiões aprender a serem generosos, a fazer sacrifícios, a doar aos pobres suas poupanças e seus brinquedos.

Ela faleceu pouco depois do nascimento do décimo quarto filho, John. Dois meses após a sua morte, o coronel Vaughan, convencido que ela havia sido um dom da Providência, escreveu numa carta: “Hoje, durante a adoração, agradeci o Senhor, por ter podido devolver a Ele minha amada esposa. Abri a Ele o meu coração cheio de gratidão por ter-me doado Eliza como modelo e guia, a ela ainda

me liga um vínculo espiritual inseparável.

Que maravilhosa consolação e que graça me transmite! Ainda a vejo como sempre a vi frente ao Santíssimo com aquela sua pura e humana gentileza que lhe iluminava o rosto durante a oração”.


Trabalhai nas vinhas do Senhor

 

As numerosas vocações entre os filhos do casal Vaughan são realmente uma extraordinária herança na história do Reino Unido e uma benção que provinha principalmente da mãe Eliza. Quando Herbert, o filho mais velho, aos dezesseis anos anunciou aos pais que queria se tornar sacerdote, as reações foram diferentes. A mãe, que havia rezado muito para que isso acontecesse, sorriu e disse: “Meu filho, eu já sabia há muito tempo”. O pai porém precisou de um pouco de tempo para aceitar o anúncio, pois sobre o filho mais velho, herdeiro da casa, havia colocado muitas esperanças e havia pensado para ele uma brilhante carreira militar. Como teria podido imaginar que Herbert iria se tornar arcebispo de Westminster, fundador de Millhill e sucessivamente cardeal?

Mas o pai também logo persuadiu-se e escreveu para um amigo: “Se Deus quer Herbert para si, pode ter também todos os outros”.

Reginaldo porém casou-se, como Francis Baynham, que herdou a propriedade da família.

Deus chamou ainda outros nove filhos dos Vaughan. Roger, o segundo, tornou-se prior dos beneditinos e mais tarde amado arcebispo de Sydney, na Austrália, onde mandou construir a catedral. Kenelm tornou-se cisterciense e mais tarde sacerdote diocesano.

José, o quarto filho dos Vaughan, foi beneditino como o irmão Roger e fundador de uma nova abadia. Bernardo, talvez o mais animado de todos, que amava muito a dança e o esporte, que não perdia uma diversão, tornou-se jesuíta.

Conta-se que no dia anterior ao seu ingresso na ordem, tenha tomado parte de um baile e tenha dito a sua parceira: “Este que estou fazendo com a senhora é meu último baile porque serei jesuíta!”. Surpresa, a jovem teria exclamado: “Mas por favor! Logo o senhor, que tanto ama o mundo e dança maravilhosamente bem, quer ser jesuíta?”. A resposta, mesmo se pode ser interpretada de várias maneiras, é muito bonita: “Exatamente por isso me entrego a Deus!”.

John, o mais novo, foi ordenado sacerdote pelo irmão Herbert e sucessivamente tornouse bispo de Salford na Inglaterra. Das cinco filhas da família, quatro se tornaram religiosas.

Gladis entrou na ordem da visitação, Teresa foi irmã da misericórdia, Claire irmã clarissa e Mary priora junto às agostinianas. Margareta também, a quinta filha dos Vaughan, queria ser freira, mas não pôde por causa de sua saúde fraca. Viveu, porém, em casa como consagrada e passou os últimos anos de sua vida num mosteiro.

Herbert Vaughan tinha dezesseis anos quando no verão, durante um retiro espiritual, resolveu ser sacerdote. Foi ordenado em Roma aos 22 anos de idade e mais tarde tornou-se bispo de Salford na Inglaterra e fundador dos Missionários de Millhill, que hoje atuam no mundo inteiro. Finalmente tornou-se Cardeal e terceiro arcebispo de Westminster.

No seu brasão está escrito: “Amare et Servire!”. O seu programa estava enunciado na frase “O amor deve ser a raiz da qual brota todo o meu serviço”.


Calvary-Mary-statue--station-13---cc---sailorwinds--parousi.jpg

 

 

Repost 0
Published by Patrick ROBLES - dans Anglo-Saxons
commenter cet article