Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : In hoc signo vinces. Parousie by ROBLES Patrick
  • : Blog Parousie de Patrick ROBLES (Montbéliard, Franche-Comté, France)
  • Contact

Profil

  • Patrick ROBLES
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)
  • Dominus pascit me, et nihil mihi deerit. Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien. The Lord is my shepherd; I shall not want. El Señor es mi pastor, nada me falta. L'Eterno è il mio pastore, nulla mi mancherà. O Senhor é o meu pastor; de nada terei falta. Der Herr ist mein Hirte; mir wird nichts mangeln. Господь - Пастырь мой; я ни в чем не буду нуждаться. اللهُ راعِيَّ، فلَنْ يَنقُصَنِي شَيءٌ (Ps 23,1)

Translation. Traduzione

 

Info Coronavirus

Covid-19 Santé Publique France

OMS - WHO

 
Live Traffic Statistics

 

56 millions de femmes avorteront cette année

56 million abortions worldwide every year

Photo © Marcelle RAPHAEL Fine Arts Newborns

 

Non à la peine de mort en Biélorussie !

Say no to the Death Penalty in Belarus!

 

3D Live Statistics

 


Live Blog Stats

 

 

Flag Counter

 

Online

 

 

 

LE MONDE

 

 

 

 

 

Horaires-messes-Info-parousie.over-blog.fr.jpg

 


Created with Admarket's flickrSLiDR.

 

 

Recueil Poèmes chrétiens de Patrick ROBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Light a candle -Allumez une bougie

 

 

Offices-Abbaye-du-Barroux-en-direct--Prime-Sexte-Vepres-Co.jpg

 

Sainte-Therese-et-Pape-Francois-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Recherche

Thou shalt not kill

 

 

 

 

Lookup a word or passage in the Bible


BibleGateway.com
Include this form on your page

 

 

Made-in-papa-maman-parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

bebe-carte-ancienne-parousie.over-blog.fr.jpg

1 Père + 1 Mère, c'est élémentaire !

 

Snow-leopard-leopard-des-neiges-parousie.over-blog.fr.jpg

 

Visites

 

 

Icone-Toast.png

 

 

Pour le poète. Merci !

Facebook Fan Club

28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 19:12




Ô réconfortante Hostie

(en France)


Ô réconfortante Hostie,

qui nous ouvre les portes du Ciel,

l'ennemi plein de vigueur nous poursuit,

donne-nous la force,

porte-nous secours.

Ô vraiment digne Hostie,

unique espoir des fidèles,

en Toi se confie la France,

donne-lui la paix, conserve le lys.

Au Seigneur unique en trois personnes

soit la Gloire éternelle ;

qu'Il nous donne en Son Royaume

la Vie qui n'aura pas de fin.

Amen.


Autre traduction : voir ci-après dans "Le Verbe est descendu des Cieux" (5.).


N.B. : "O salutaris Hostia" est une hymne chrétienne chantée pour rendre Gloire à Jésus-Christ présent dans l'Eucharistie. Elle fait partie de "Verbum Supernum Prodiens". C'est l'une des Hymnes Eucharistiques écrites par Saint-Thomas d'Aquin (avec "Pange Lingua", comprenant "Tantum Ergo Sacramentum", et "Panis Angelicus"), à la demande du Pape Urbain IV qui a institué la fête de Corpus Christi (Fête-Dieu) le 8 septembre 1264. Cette prière est encore utilisée aujourd'hui, souvent lors de l'exposition du très Saint Sacrement.

Note : Il ne faut pas confondre le "Pange Lingua" de Saint-Thomas d'Aquin avec le "Pange Lingua" de Venantius Fortunatus.


Il ne faut pas non plus confondre le "Verbum Supernum Prodiens" de Saint-Thomas d'Aquin avec celui datant du VIème ou VIIème siècle, apparu dans les bréviaires monastiques au Xème siècle, et faisant partie de l'Office des Lectures comme Hymne de l'Avent.


Gif-Eucharistie.gif

 


Latin


O salutaris Hostia

Quae coeli pandis ostium.

Bella premunt hostilia ;

Da robur, fer auxilium.

O vere digne Hostia,

Spes unica fidelium :

In te confidit Gallia ;

Da pacem, serva lilium.

Uni trinoque Domino

Sit sempiterna gloria :

Qui vitam sine termino,

Nobis donet in patria.

Amen.

 

Marie--Mere-de-l-Eucharistie.-Mary--Mother-of-the-Eucharis.jpg



Verbum Supernum Prodiens


1. Verbum supernum prodiens,

Nec Patris linquens dexteram,

Ad opus suum exiens,

Venit ad vitæ vesperam.


2. In mortem a discipulo

Suis tradendus æmulis,

Prius in vitæ ferculo

Se tradidit discipulis.


3. Quibus sub bina specie

Carnem dedit et sanguinem ;

Ut duplicis substantiæ

Totum cibaret hominem.


4. Se nascens dedit socium,

Convescens in edulium,

Se moriens in pretium,

Se regnans dat in præmium.


5. O salutaris hostia,

Quæ cæli pandis ostium,

Bella premunt hostilia ;

Da robur, fer auxilium.


6. Uni trinoque Domino

Sit sempiterna gloria :

Qui vitam sine termino

Nobis donet in patria.


Eucharistie.-Eu-Te-adoro-meu-Senhor--meu-Deus-Jesus.gif

 


Le Verbe est descendu des Cieux


1. Le Verbe est descendu des Cieux

sans quitter la droite du Père.

Sorti pour accomplir Son oeuvre,

Il vient au soir de Sa vie.


2. Avant d'être livré par un disciple,

aux ennemis pour mourir,

Lui-même, Il se livre le premier

à ses disciples, aliment de Vie.


3. À eux, sous une double Espèce,

Il donne Sa Chair et Son Sang,

afin de nourrir l'homme entièrement,

en Sa double Substance.


4. Enfant, Il se fait notre compagnon,

à la Cène, notre nourriture,

au Calvaire, notre rançon,

aux Cieux, notre récompense.


5. Ô Victime Salutaire

qui ouvrez la porte du Ciel ;

l'ennemi nous pousse au combat :

donnez-nous la force,

apportez-nous le secours.


6. Au Seigneur un et trois *

soit la Gloire éternelle,

qu'Il nous donne la vie sans fin

dans notre éternelle patrie.

Ainsi soit-il.

 

* Trine.


Jesus-reellement-present-dans-l-Eucharistie--2-.gif

 


uk.gif


O Saving Victim

O Saving Victim opening wide

The gate of heaven to all below.

Our foes press on from every side;

Thine aid supply, Thy strength bestow.

To Thy great name be endless praise

Immortal Godhead, One in Three;

Oh, grant us endless length of days,

In our true native land with Thee.

Amen.


Verbum Supernum Prodiens is a Catholic hymn by St Thomas Aquinas. It was written for the Hour of Lauds in the Divine Office of Corpus Christi. It is about the institution of the Eucharist by Christ at the Last Supper, and His Passion and death.

The last two verses form a hymn on their own as well, O Salutaris Hostia, which is sung at the Adoration of the Blessed Sacrament.


Eucharistie 3

 


The Word descending from above


The Word descending from above,

without leaving the right hand of his Father,

and going forth to do his work,

reached the evening of his life.

When about to be given over

to his enemies by one of his disciples,

to suffer death, he first gave himself

to his disciples as the bread of life.

Under a twofold appearance

he gave them his flesh and his blood;

that he might thus wholly feed us

made up of a twofold substance.

By his birth he gave himself as our companion;

at the Last Supper he gave himself as our food;

dying on the cross he gave himself as our ransom;

reigning in heaven he gives himself as our reward

O salutary Host,

Who expandest the door of the sky,

Hostile wars press.

Give strength; bear aid.

To the Lord One in Three,

May there be sempiternal glory;

May He grant us life without end

In the native land.


English translation.


Jésus réellement présent dans l'Eucharistie (3)

 

 

The heavenly Word proceeding forth


The heavenly Word proceeding forth,

Yet leaving not his Father's side,

And going to His work on Earth,

Has reached at length life's eventide.

By false disciple to be given

To foemen for His blood athirst,

Himself, the living bread from heaven,

He gave to his disciples first.

In twofold form of sacrament,

He gave His flesh, He gave His blood,

That man, of soul and body blent,

Might wholly feed on mystic food.

In birth man's fellow-man was He,

His meat while sitting at the board;

He died, our ransomer to be,

He reigns to be our great reward.

O saving Victim, opening wide

The gates of heaven to man below;

Our foes press hard on every side,

Thine aid supply, Thy strength bestow.

All praise and thanks to thee ascend

For evermore, blessed One in Three;

O grant us life that shall not end,

In our true native land with Thee.


Verse Rendering.


O Salutaris Hostia is from the last two verses of Verbum Supernum, one of the five Eucharistic Hymns written by St. Thomas Aquinas (1225-1274) at the request of Pope Urban IV (1261-1264) when the Pope first instituted the Feast of Corpus Christi in 1264. The prayer is still used today, often at exposition of the Blessed Sacrament.

 


 Verbum supernum prodiens - Celestial Word, to This Our Earth

 

 

 



 

 





 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 19:19
Pretre-missionnaire-Louis-Blondel.jpgLouis Blondel
né le 14 juin 1939 à Béthune (Pas-de-Calais)
assassiné le 7 décembre 2009 à Diepsloot,
township de Johannesbourg (Afrique du Sud)






Lien direct de l'émission






Partager cet article
Repost0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 22:10




Galerie de photos de Loci Lenar.

Certains droits réservés (licence Creative Commons).

 

"Signs, Wonders, and Miracles" website.

 

Blog LenarPoetry


Angels, Wonders, and Miracles of Faith

↑ Grab this Headline Animator

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 09:52



Testament du Père Christian de Chergé

ouvert le dimanche de Pentecôte, 26 mai 1996


« Quand un A-DIEU s'envisage...

S'il m'arrivait un jour - et ça pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNÉE à Dieu et à ce pays.
Qu'ils acceptent que le Maître Unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal.
Qu'ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ?
Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes laissées dans l'indifférence de l'anonymat. Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre.
Elle n'en a pas moins non plus.
En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance.
J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde, et même de celui-là qui me frapperait aveuglément.
J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout coeur à qui m'aurait atteint.
Je ne saurais souhaiter une telle mort.
Il me paraît important de le professer.
Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.
C'est trop cher payé ce qu'on appellera, peut-être, la "grâce du martyre" que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit, surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'Islam.
Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement.
Je sais aussi les caricatures de l'Islam qu'encourage un certain islamisme.
Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes.
L'Algérie et l'Islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme.
Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu, y retrouvant si souvent ce droit fil conducteur de l'Évangile appris aux genoux de ma mère, ma toute première Église, précisément en Algérie, et déjà, dans le respect des croyants musulmans.
Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : "qu'Il dise maintenant ce qu'Il en pense !".
Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui Ses enfants de l'Islam tels qu'Il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de Sa Passion, investis par le Don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.
Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir voulue tout entière pour cette JOIE-là, envers et malgré tout.
Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes soeurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis !
Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais.
Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet "A-DIEU" en-visagé de toi.
Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux.


AMEN ! INCH'ALLAH !
Alger, 1er décembre 1993
Tibhirine, 1er janvier 1994
Christian. † »



Le Père Christian de Chergé, Prieur de Notre-Dame de l'Atlas (Tib(é)hirine, Algérie), fait partie des sept Moines Trappistes, Cisterciens de la Stricte Observance, enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 et égorgés : « Nous avons tranché la gorge des sept moines. » (Communiqué du G.I.A. du 21 mai 1996).


Dom Christian de Chergé, 59 ans.
Frère Luc Dochier, 82 ans.
Père Christophe Lebreton, 45 ans.
Frère Michel Fleury, 52 ans.
Père Bruno Lemarchand, 66 ans.
Père Célestin Ringeard, 62 ans.
Frère Paul Favre-Miville, 57 ans.

 



 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testament of Dom Christian de Chergé

 

 

Testamento spirituale del Padre Christian de Chergé

 

 

Testamento del Padre Christian

 

 

Testament du Père Christian de Chergé en arabe, ثبحرين

 

 

Geestelijk Testament Van Broeder Christian

 

 

Das Testament von Pater Christian de Chergé

 

 

Dom Christians Testament, Norsk

 

 

Testamento de Dom Christian de Chergé em português

  

 

 

Notre-Dame de l'Atlas

 

 

 

Notre-Dame-de-l-Atlas--parousie.over-blog.fr.jpg

 

 

Tibhirine--------.jpg

Monastère de Tibhirine - Medea on Flickriver

 

 

 

 

 

 

 

 

Testament du Père Christian de Chergé

 

 

 

Article sur le film "Des hommes et des Dieux" avec Lambert Wilson

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 22:27
Abbé Michael J. McGivney
Huile sur toile d'Antonella Cappuccio, 2003


Le Château, Nice le 1er mai 2009



Lettre ouverte aux prêtres de France
et du monde entier


+ Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit


Aux consacrés du Seigneur.
Aux âmes sacerdotales.
Aux ministres de notre Seigneur.
Aux sauveurs terrestres des créatures.


Chers Frères, en toute humilité, dans l'Amour du Christ, moi, pauvre pécheur, chrétien et laïc, né un 6 décembre 1967 à Belfort, vous invite à afficher fièrement votre Foi et Votre Ministère, par l'héritage de l'Esprit Saint et par la Grâce Divine de Jésus-Christ, crucifié pour nous.
N'ayez pas peur de porter le signe sacerdotal ostensible dans le monde, lorsque vous quittez physiquement Jésus-Eucharistie devant le Saint Tabernacle, lorsque vous êtes appelés à sortir de l'église pour vaquer à vos occupations.
Montrez joyeusement au-dehors votre appartenance à la Sainte Église en tant que consacrés, sans peur des quolibets, des questionnements, des insultes, des apostrophes et même des crachats, des insultes, des calomnies et des blasphèmes.
Par votre douceur et votre humilité, par des temps de prières intenses, à l'imitation du Christ, vous répondrez et convaincrez, avec patience et Charité.
Ne vous habillez pas tels les hommes du monde, qui passent inaperçus, comme si vous aviez honte ou cherchiez à vous cacher. Notre Seigneur Jésus-Christ l'a demandé et rappelé à plusieurs reprises à ses âmes choisies, à ses prophètes et ses martyrs (cf : le Christ à Sœur Olive Danzé dans « la Messagère du Christ-Roi », Henri-Pierre Bourcier, éditions Résiac, mars 1997, pages 219 et suivantes*).

 

Quel honneur et quel bonheur
devraient vous habiter
hors de votre demeure !

 

Chers zélateurs du Christ, chers sauveurs des âmes, chers Frères pétris de la Charité et de l'Humilité du Christ, chers Tuteurs « des petits, des obscurs et des sans grades », ne divisez pas, ne condamnez pas, n'écartez personne de la Barque de Pierre, fidèlement arrimés à la Sainte Obéissance à l'Infaillible Vicaire du Christ ; mais au contraire, rassurez, rassemblez, allez chercher les brebis égarées comme des bons pasteurs chéris de la Sainte-Vierge Immaculée, ne vous découragez pas, l'Esprit agit dans les cœurs par vos paroles douces et avisées, qui désarment le Grapin, le Dragon Rouge qui cherche à dévorer éternellement les âmes, y compris les vôtres.
Votre tâche est si belle, si rude, si lourde de responsabilités. Qui ne veut pas passer par les portes de la Miséricorde de Dieu devra hélas passer par celles de Sa légitime Justice. Il vaut mieux avoir des réponses que des regrets. Et comme disait le Saint Curé d'Ars, nous avons l'Éternité pour nous reposer.
Par vos sacrifices, votre amour, par le Rosaire, la Croix et les Saints Sacrements, convertissez le monde entier ! Soyez parfaits, comme notre Père Éternel est Parfait.
Dieu est Amour, Tendresse et Pitié. La Patrie Céleste nous attend, le Pain de la Vie et le Sang Précieux de Jésus-Christ nous tendent les bras. L'exil et l'amertume prendront fin, d'un jour à l'autre peut-être, et enfin :

la Félicité promise pour l'Éternité,

chantant les louanges du Seigneur avec les anges,

les Saints et nos frères du Corps Mystique,

blottis contre les Saints Cœurs Unis de Jésus, Marie et Joseph,

pour « passer notre Ciel à faire du Bien sur la terre. »

Ainsi soit-il.


Patrick François Marcel R.


Le secret dévoilé par Notre-Dame de la Salette à Mélanie Calvat



*Paroles du Christ à Soeur Olive Danzé sur l'Église, les prêtres et les religieux


Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 08:15


Gloire, Louange à notre DIEU,
Il créa l'univers et tout ce qui fait sa beauté,
Le Ciel, la Terre, la nuit, le jour,
Il peupla la Terre d'animaux :
Les plantes, les fleurs, les arbres,
Le soleil, la lune, Il créa les saisons
Pour que jamais l'homme ne se lasse !
GLOIRE À TOI, ROI DES ROIS, SEIGNEUR DES UNIVERS !
Au summum de sa création, Il fit l'homme
Et lui donna une aide comparable, la femme,
Avec comme ordre : aimez-vous et soyez heureux.
Gloire à Toi mon DIEU PÈRE CHÉRI REMPLI D'AMOUR !
Nous, ingrats et peu reconnaissants,
Nous avons renié notre dépendance de Lui
ET LA MORT EST ENTREE DANS L'UNIVERS.
OH pauvre Père, quelle souffrance
Devant tant d ingratitude,
Dans Ton immense Amour,
Tu as envoyé Ton Fils pour nous sauver.
GLOIRE À TOI, PÈRE, POUR CET ACTE SUPRÊME D'AMOUR,
Nous donner Ton Fils Unique.
GLOIRE À TOI, PÈRE. À JAMAIS, JE VEUX T'APPARTENIR
ET NE FAIRE QUE TA VOLONTÉ EN DÉPIT DE MOI.
JE veux que pour moi, Tu me prennes ma liberté,
Je Te l'offre, Père de Gloire et d'Amour,
FAIS DE MOI CE QUE TU VEUX !!!!!!!!!
TA FILLE SE PLIERA.

Martine, petite fille qui t'aime !!! tant et tant !!!!!!!!


Jésus est Seigneur



Partager cet article
Repost0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 13:45





















Notre-Dame de la Salette, Maximin Giraud et Mélanie Calvat



La Sainte-Vierge Marie à Mélanie :

« Mélanie, ce que je vais vous dire maintenant, ne. sera pas toujours secret ; vous pourrez le publier en 1858.
Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leurs irrévérences et leur impiété à célébrer les saints mystères, par l'amour de l'argent, l'amour de l'honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d'impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes.
Malheur aux prêtres, et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils ! Les péchés des personnes consacrées à Dieu crient vers le Ciel et appellent la vengeance, et voilà que la vengeance est à leurs portes, car il ne se trouve plus personne pour implorer miséricorde et pardon pour le peuple ; il n'y a plus d'âmes généreuses, il n'y a plus personne digne d'offrir la Victime sans tache à l'Eternel en faveur du monde.
Dieu va frapper d'une manière sans exemple. Malheur aux habitants de la terre ! Dieu va épuiser sa colère, et personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis. Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière et la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences ; ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr. Dieu permettra au vieux serpent de mettre des divisions parmi les régnants, dans toutes les sociétés et dans toutes les familles ; on souffrira des peines physiques et morales ; Dieu abandonnera les hommes à eux-mêmes, et enverra des châtiments qui se succèderont pendant plus de trente-cinq ans.
La Société est à la veille des fléaux les plus terribles et des plus grands événements ; on doit s'attendre à être gouverné par une verge de fer et à boire le calice de la colère de Dieu. Que le Vicaire de mon Fils, le Souverain Pontife Pie IX, ne sorte plus de Rome après l'année 1859 ; mais qu'il soit ferme et généreux, qu'il combatte avec les armes de la foi et de l'amour ; je serai avec lui. Qu'il se méfie de Napoléon ; son coeur est double, et quand il voudra être à la fois Pape et empereur, bientôt Dieu se retirera de lui : il est cet aigle qui, voulant toujours s'élever, tombera sur l'épée dont il voulait se servir pour obliger les peuples à se faire élever.
L'Italie sera punie de son ambition en voulant secouer le joug du Seigneur des Seigneurs ; aussi elle sera livrée à la guerre ; le sang coulera de tous côtés : les Eglises seront fermées ou profanées ; les prêtres, les religieux seront chassés ; on les fera mourir, et mourir d'une mort cruelle. Plusieurs abandonneront la foi, et le nombre des prêtres et des religieux qui se sépareront de la vraie religion sera grand ; parmi ces personnes il se trouvera même des Evêques.
Que le Pape se tienne en garde contre les faiseurs de miracles, car le temps est venu que les prodiges les plus étonnants auront lieu sur la terre et dans les airs. En l'année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l'enfer : ils aboliront la foi peu à peu et même dans les personnes consacrées à Dieu ; ils les aveugleront d'une telle manière, qu'à moins d'une grâce particulière ces personnes prendront l'esprit de ces mauvais anges ; plusieurs maisons religieuses perdront entièrement la foi et perdront beaucoup d'âmes.
Les mauvais livres abonderont sur la terre, et les esprits de ténèbres répandront partout un relâchement universel pour tout ce qui regarde le service de Dieu ; ils auront un très grand pouvoir sur la nature ; il y aura des églises pour servir ces esprits. Des personnes seront transportées d'un un lieu à un autre par ces esprits mauvais, et même des prêtres, parce qu'ils ne se seront pas conduits par le bon esprit de l'Evangile, qui est un esprit d'humilité, de charité et de zèle pour la gloire de Dieu. On fera ressusciter des morts et des justes [c'est-à dire que ces morts prendront la figure des âmes justes qui avaient vécu sur la terre, afin de mieux séduire les hommes ; ces soi-disant morts ressuscités, qui ne seront autre chose que le démon sous ces figures, prêcheront un autre Evangile, contraire à celui du vrai Christ-Jésus, niant l'existence du Ciel, soit encore les âmes des damnés. Toutes ces âmes paraîtront comme unies à leurs corps]. « il y aura en tous lieux des prodiges extraordinaires, parce que la vraie foi s'est éteinte et que la fausse lumière éclaire le monde. Malheur aux Princes de l'Eglise qui ne seront occupés qu'à entasser richesses sur richesses, qu'à sauvegarder leur autorité et à dominer avec orgueil !
Le Vicaire de mon Fils aura beaucoup à souffrir, parce que pour un temps l'Eglise sera livrée à de grandes persécutions : ce sera le temps des ténèbres ; l'Eglise aura une crise affreuse. La sainte foi de Dieu étant oubliée, chaque individu voudra se guider par lui-même et être supérieur à ses semblables. On abolira les pouvoirs civils et ecclésiastiques, tout ordre et toute justice seront foulés aux pieds ; on ne verra qu'homicides, haine, jalousie, mensonge et discorde, sans amour pour la patrie ni pour la famille.
Le Saint-Père souffrira beaucoup. Je serai avec lui jusqu'à la fin pour recevoir son sacrifice. Les méchants attenteront plusieurs fois à sa vie sans pouvoir nuire à ses jours ; mais ni lui, ni son successeur (1)..., ne verront le triomphe de l'Eglise de Dieu.

(1) En marge de son exemplaire de Lecce Mélanie a écrit ces mots entre crochet [ qui ne régnera pas longtemps.]

Les gouvernants civils auront tous un même dessein, qui sera d'abolir et de faire disparaître tout principe religieux, pour faire place au matérialisme, à l'athéisme, au spiritisme et à toutes sortes de vices. Dans l'année 1865, on verra l'abomination dans les lieux saints ; dans les couvents, les fleurs de l'Église seront putréfiées et le démon se rendra comme le roi des coeurs. Que ceux qui sont à la tête des communautés religieuses se tiennent en garde pour les personnes qu'ils doivent recevoir, parce que le démon usera de toute sa malice pour introduire dans les ordres religieux des personnes adonnées au péché, car les désordres et l'amour des plaisirs charnels seront répandus par toute la terre. La France, l'Italie, l'Espagne et l'Angleterre seront en guerre ; le sang coulera dans les rues ; le Français se battra avec le Français, l'Italien avec l'Italien ; ensuite il y aura une guerre générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France ni de l'Italie, parce que l'Evangile de Jésus-Christ n'est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons.
Au premier coup de son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d'épouvante, parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux. Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu'homicides, on n'entendra que bruits d'armes et que blasphèmes. Les justes souffriront beaucoup ; leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu'au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera pardon et miséricorde, et demandera mon aide et mon intercession. Alors Jésus-Christ, par un acte de sa justice et de sa grande miséricorde pour les justes, commandera à ses anges que tous ses ennemis soient mis à mort. Tout à coup les persécuteurs de l'Eglise de Jésus-Christ et tous les hommes adonnés au péché périront, et la terre deviendra comme un désert. Alors se fera la paix, la réconciliation de Dieu avec les hommes ; Jésus-Christ sera servi, adoré et glorifié ; la charité fleurira partout. Les nouveaux rois seront le bras droit de la Sainte Église qui sera forte, humble, pieuse, pauvre, zélée et imitatrice des vertus de Jésus-Christ. L'Evangile sera prêché partout, et les hommes feront de grands progrès dans la foi, parce qu'il y aura unité parmi les ouvriers de Jésus-Christ et que les hommes vivront dans la crainte de Dieu.
Cette paix parmi les hommes ne sera pas longue : vingt-cinq ans d'abondantes récoltes leur feront oublier que les péchés des hommes sont cause de toutes les peines qui arrivent sur la terre. Un avant-coureur de l'antéchrist, avec ses troupes de plusieurs nations, combattra contre le vrai Christ, le seul Sauveur du monde ; il répandra beaucoup de sang et voudra anéantir le culte de Dieu pour se faire regarder comme un Dieu. La terre sera frappée de toutes sortes de plaies [outre la peste et la famine, qui seront générales] ; il y aura des guerres jusqu'à la dernière guerre, qui sera alors faite par les dix rois de l'antéchrist, lesquels rois auront tous un même dessein et seront les seuls qui gouverneront le monde. Avant que ceci arrive, il y aura une espèce de fausse paix dans le monde ; on ne pensera qu'à se divertir ; les méchants se livreront à toutes sortes de péchés ; mais les enfants de la Sainte Église, les enfants de la foi, mes vrais imitateurs, croîtront dans l'amour de Dieu et dans les vertus qui me sont les plus chères. Heureuses les âmes humbles conduites par l'Esprit-Saint ! Je combattrai avec elles jusqu'à ce qu'elles arrivent à la plénitude de l'âge.
La nature demande vengeance pour les hommes, et elle frémit d'épouvante dans l'attente de ce qui doit arriver à la terre souillée de crimes. Tremblez, terre, et vous qui faites profession de servir Jésus-Christ et qui au-dedans vous adorez vous-mêmes, tremblez ; car Dieu va vous livrer à son ennemi, parce que les lieux saints sont dans la corruption ; beaucoup de couvents ne sont plus les maisons de Dieu mais les pâturages d'Asmodée et des siens.
Ce sera pendant ce temps que naîtra l'antéchrist, d'une religieuse hébraïque, d'une fausse vierge qui aura communication avec le vieux serpent, le maître de l'impureté ; son père sera Ev. ; en naissant, il vomira des blasphèmes, il aura des dents ; en un mot ; ce sera le diable incarné ; il poussera des cris effrayants, il fera des prodiges, il ne se nourrira que d'impuretés. Il aura des frères qui, quoiqu'ils ne soient pas comme lui des démons incarnés, seront des enfants de mal ; à 12 ans, ils se feront remarquer par leurs vaillantes victoires qu'ils remporteront ; bientôt, ils seront chacun à la tête des armées, assistés par des légions de l'enfer.
Les saisons seront changées, la terre ne produira que de mauvais fruits, les astres perdront leurs mouvements réguliers, la lune ne reflètera qu'une faible lumière rougeâtre ; l'eau et le feu donneront au globe de la terre des mouvements convulsifs et d'horribles tremblements de terre, qui feront engloutir des montagnes, des villes [etc.]. Rome perdra la foi et deviendra le siège de l'antéchrist. Les démons de l'air avec l'antéchrist feront de grands prodiges sur la terre et dans les airs, et les hommes se pervertiront de plus en plus. Dieu aura soin de ses fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté ; l'Evangile sera prêché partout, tous les peuples et toutes les
nations auront connaissance de la vérité !
J'adresse un pressant appel à la terre : j'appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j'appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j'appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j'appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d'eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l'humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l'oraison et dans la mortification, dans la chasteté et dans l'union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde. Il est temps qu'ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez, et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l'honneur de Jésus-Christ. Combattez, enfants de lumière, vous, petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins.
L'Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation. Mais voilà Enoch et Elie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d'âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'antéchrist. Malheur aux habitants de la terre ! Il y aura des guerres sanglantes et des famines ; des pestes et des maladies contagieuses ; il y aura des pluies d'une grêle effroyable d'animaux ; des tonnerres qui ébranleront des villes ; des tremblements de terre qui engloutiront des pays ; on entendra des voix dans les airs ; les hommes se battront la tête contre les murailles ; ils appelleront la mort, et, d'un autre côté la mort fera leur supplice ; le sang coulera de tous côtés. Qui pourra vaincre, si Dieu ne diminue le temps de l'épreuve ? Par le sang, les larmes et les prières des justes, Dieu se laissera fléchir ; Enoch et Elie seront mis à mort ; Rome païenne disparaîtra : le feu du Ciel tombera et consumera trois villes ; tout l'univers sera frappé de terreur, et beaucoup se laisseront séduire parce qu'ils n'ont pas adoré le vrai Christ vivant parmi eux. Il est temps ; le soleil s'obscurcit ; la foi seule vivra.
Voici le temps ; l'abîme s'ouvre. Voici le roi des rois des ténèbres. Voici la bête avec ses sujets, se disant le sauveur du monde. Il s'élèvera avec orgueil dans les airs pour aller jusqu'au Ciel ; il sera étouffé par le souffle de saint Michel Archange. Il tombera, et la terre qui, depuis trois jours sera en de continuelles évolutions, ouvrira son sein plein de feu ; il sera plongé pour jamais avec tous les siens dans les gouffres éternels de l'enfer. Alors l'eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les oeuvres de l'orgueil des hommes, et tout sera renouvelé : Dieu sera servi et glorifié. »

Publié par la Bergère de la Salette avec Imprimatur de Mgr. L'Évêque de Lecce.

« Eh bien ! mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple. »
(la Sainte-Vierge aux enfants).

Simple reproduction sans commentaire ni polémique de l'édition originale de Lecce, en 1879, avec les corrections. typographiques de l'édition de Lyon, en 1904, et la suppression des fautes, rares mais évidentes, d'orthographe et de ponctuation, contenues dans cette dernière.

« Je verrai avec grand plaisir le "Secret" circuler à pleins bords ; plus il se répandra, plus il éveillera de salutaires craintes et de nombreux retours à Dieu. Marie bénira ceux qui aideront à sa diffusion, car Elle veut formellement qu'on le fasse passer à tout son peuple. Nous sommes punis pour avoir négligé cet ordre absolu de la Mère de Dieu. »

Extrait d'une lettre de Mélanie relative au Secret de La Salette.


Le secret de Mélanie en pdf



Biographie de Mélanie Calvat et prière pour sa béatification




Notre-Dame de la Salette Réconciliatrice




Partager cet article
Repost0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 12:29


LE SACRÉ-COEUR DE JÉSUS ET LA FRANCE
Claire FERCHAUD (1896-1972)



En 1916, le Christ apparaît à une bergère vendéenne, surnommée "la nouvelle Jeanne d'Arc" et lui confie la mission de bouter les Allemands hors de France.
Le 16 janvier, une lettre de Claire Ferchaud est remise à Raymond Poincaré, président de la République. Elle lui fait part d'un message qu'elle dit avoir reçu du Christ, qui contient une double demande : sa conversion, et l'apposition du Sacré-Coeur sur le drapeau national. Malgré leur rencontre du 21 mars, et un nouveau courrier envoyé le 1er mai, ses démarches resteront sans effet.




Lettre de Claire Ferchaux au président Poincaré
le 16 janvier 1917


« ... Jésus veut sauver la France et les Alliés, et c'est par vous, Monsieur le Président, que le Ciel veut agir, si vous êtes docile à la Voix Divine. Il y a des siècles déjà, le Sacré-Coeur avait dit à la Bienheureuse Marguerite-Marie : "Je désire que mon Coeur soit peint sur le drapeau national, et je les rendrai victorieux de tous leurs ennemis". Dieu semble avoir dit ces paroles pour nos temps actuels. L'heure est arrivée où son Coeur doit régner malgré tous les obstacles. Ce Coeur Sacré, j'ai eu la grâce d'en contempler la face adorable. Jésus m'a montré son Coeur broyé par l'infidélité des hommes. Une large plaie divise son Coeur. Et de cette plaie profonde, Jésus m'a dit : "C'est la France qui me l'a faite". Cependant, malgré les coups dont le Coeur de Jésus est martyrisé, il s'avance vers vous, M. le Président, en offrant sa Miséricorde. À plusieurs reprises différentes, entre autres le 28 du mois de novembre
1916, Jésus, dans une lumière spéciale, me fit voir M. le Président, l'âme fortement travaillée par la grâce ; d'abord à demi écoutant Dieu et votre conscience. Il m'a semblé voir Dieu vous adressant ces paroles : "Raymond, Raymond, pourquoi me persécutes-tu ?" À cette voix, vous avez tressailli ; puis la grâce étant plus forte que vos passions, vous êtes tombé à genoux, l'âme angoissée et vous avez dit : "Seigneur, que voulez-vous que je fasse ?"
Plusieurs fois, pendant l'auguste mystère de la Sainte Messe, Jésus aspergea votre personne de son Sang Divin, signe de la Miséricorde que son Coeur vous offre.
Monsieur, voici les paroles sacrées que j'ai entendues de la bouche même de Notre-Seigneur :
"Va dire au chef qui gouverne la France de se rendre à la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre avec les rois des nations alliées. Là, solennellement, les drapeaux de chaque nation seront bénis, puis le Président devra épingler l'image de mon Coeur sur chacun des étendards présents. Ensuite, M. Poincaré et tous les rois alliés à la
tête de leur pays, ordonneront officiellement que le Sacré-Coeur soit peint sur tous les drapeaux de chaque régiment français et allié. Tous les soldats devront être recouverts de cet insigne de salut". »





Sainte Marguerite-Marie Alacoque et le Sacré-coeur de Jésus


Lettre de Marguerite-Marie à la Révérende Mère de Saumaise
(concernant les paroles qu'elle a entendues de Jésus
le 17 juin 1689 au sujet de Louis XIV) :

 

"Fais savoir au fils aîné de mon Sacré-Coeur que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu'il fera de lui-même à mon Coeur adorable qui veut triompher du sien, et par l'entremise, de celui des grands de la terre. "

Le 28 août 1689 dans une autre lettre, sainte Marguerite-Marie précise les demandes de Jésus-Christ à Louis XIV :

"Heureux donc qu'il sera, s'il prend goût à cette dévotion qui lui établira un règne éternel d'honneur et de gloire dans ce Sacré-Coeur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, lequel prendra soin de l'élever et de le rendre grand dans le ciel devant Dieu son Père autant que ce Monarque en prendra de relever devant les hommes les opprobres et anéantissements que ce Divin Coeur y a souffert ; qui sera en lui rendant et lui procurant les honneurs, l'amour et la gloire qu'il en attend."
Ainsi, Louis XIV devait faire pour le Sacré-Coeur un acte de consécration du Royaume de France au Roi Jésus.
Ainsi, Louis XIV devait faire pour le Sacré-Coeur ce que son père Louis XIII avait fait pour la Vierge Marie : un acte de consécration du Royaume de France au Roi Jésus.

Il devait donc successivement :

- consacrer sa personne au Sacré-Coeur et à travers sa personne, le Royaume de France, en vertu du sacre de Reims qui lui en donnait la légitimité,
- faire graver l'image du Sacré-Coeur sur ses armes et ses étendards, afin d'obtenir une protection divine face à ses ennemis, car, avait réaffirmé sainte Jeanne d'Arc, "ceux qui font la guerre au Royaume de France font la guerre au Roi Jésus",
- faire construire un édifice religieux où l'image du Sacré-Coeur serait exposée, afin que ce Divin Coeur y reçoive un culte de la part de la nation tout entière,
- obtenir enfin du Saint-Siège une messe propre en l'honneur du Sacré-Coeur.

Aucune de ces quatre demandes du Sacré-Coeur, datées du 17 juin 1689, n'a été accomplie par Louis XIV, le Père
de la Chaise n'ayant pas su toucher son coeur.


Biographie de Sainte Marguerite-Marie Alacoque


En 1765, à la demande de Marie Leczinska, épouse de Louis XV, qui avait appuyé la demande des évêques polonais auprès du Vatican, une fête officielle du Sacré-Coeur, avec messe propre, fut obtenue. C'est la seule des quatre demandes du Sacré-Coeur à avoir été satisfaite durant le règne des Bourbons, avant la Révolution
française.
Louis XVI connaissait ces demandes du Sacré-Coeur, mais il ne se proposa d'y répondre qu'en 1792 alors qu'il était déjà prisonnier au Temple et que son pouvoir était perdu. Le Ciel tint compte néanmoins de son acte de consécration, si l'on en croit cette révélation faite par Jésus à Marie-Julie Jahenny, en 1877, à propos du
futur Roi de France :
"Il étendra davantage la dévotion de mon Sacré-Coeur et de la Croix. Il sera un des plus illustres propagateurs de mes oeuvres, c'est-à-dire qu'il consacrera la France entière à mon Sacré-Coeur. Il sera comme un nouveau Louis XVI avec son crucifix dans la main, quand il étendait cette main vers le Ciel, en consacrant dans sa prison du Temple la France à mon Coeur."






Biographie de Claire Ferchaud


Claire Ferchaud, en religion Sœur Claire de Jésus Crucifié

Née le 5 mai 1896.

Morte à Loublande, le 29 janvier 1972.

Alors qu'elle a tout juste 20 ans, elle voit et entend le Christ, qui lui apparaît "le Cœur broyé" par le péché des hommes. Elle s'en confie au pasteur de Loublande, l'Abbé Audebert. Puis le Christ lui confie une mission : contacter le président Poincaré en vue de sa conversion, et de l'apposition du Sacré-Cœur sur les drapeaux français, dont dépendra la victoire définitive des armées du pays. Elle lui écrit en ce sens, et sa lettre est remise au Président Poincaré le 16 janvier 1917. Celui-ci reçoit Claire Ferchaud à l'Elysée le 21 mars suivant. Il semble acquiescer à ses propositions, mais n'en fait rien. Claire Ferchaud lui envoie donc un second courrier le 1° mai, qui restera lui aussi sans effet. Le 7 mai, elle adresse alors une lettre d'avertissement à 14 généraux d'armées, demandant "que l'image du Sacré-Cœur, signe d'espérance et de salut, brille officiellement sur nos couleurs nationales". Le Sacré-Cœur sera invoqué durant ce conflit par des millions de fidèles, mais ne sera jamais placé sur les étendards… Et la paix signé en 1918, comme l'avait annoncé Claire Ferchaud, ne sera pas "définitive". En 1918, elle instaure la Messe perpétuelle, approuvée par Mgr Humbrecht, évêque de Poitiers, le 11 juin. Elle se retire ensuite dans la maison du Sacré-Cœur, à Loublande, où elle restera jusqu'à sa mort sous le nom de sœur Claire de Jésus crucifié. Elle y fonde une petite communauté de religieuses laïques, en réparation des injures faites au Sacré-Cœur, réparatrices expiatrices "en substitution au refus opposé par la France de reconnaître officiellement Dieu pour maître". Benoît XV dit un jour à ce propos à Mgr Rumeau : "Dites leur que je veux qu'elles restent ensemble". La communauté recevra également la bénédiction de Pie XII. L'image du "Cœur Sacré de Jésus broyé à cause de nos péchés", peinte sous la dictée de Claire Ferchaud - et dont une reproduction en tableau est exposée dans la chapelle de la maison du Sacré-Cœur de Loublande - est encore diffusée aujourd'hui.


Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 10:34
Notre-Dame du Suffrage

Traditionnellement, le samedi après la Toussaint, l'Eglise nous invite à intensifier nos prières pour aider les âmes souffrantes du purgatoire en invoquant tout spécialement « Notre-Dame du Suffrage ».

L'Eglise appelle cette aide un "suffrage". Le suffrage le plus précieux que l'on peut faire consiste à offrir le Saint-Sacrifice de la Messe pour les "saintes âmes du purgatoire". Nous pouvons aussi, par nos prières, nos actes de charité, nos sacrifices, nos aumônes, nos intercessions, nos mortifications et par les indulgences de l'Eglise soulager les âmes souffrantes du Purgatoire.
En les leur procurant, nous ressemblons au bon samaritain qui, selon la parabole évangélique, conduit à l'hôtellerie, sur sa propre monture, le blessé gisant au bord du chemin par où il est passé.
Ceux qui ont eu le souci d'aider les âmes du purgatoire, s'entendront dire au dernier jour par Jésus lui-même : « Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger et vous m'avez recueilli ; nu, et vous m'avez vêtu ; malade, et vous m'avez visité ; en prison, et vous êtes venus à moi ». (Mt 25:35-36)

Cette pratique du ‘'suffrage'' est une application du dogme de la Communion des Saints, en vertu duquel nous sommes membres les uns des autres et pouvons satisfaire les uns pour les autres.

Le chapelet des morts est composé de 44 grains, 1 gros grain après le crucifix et une médaille, ensuite 4 dizaines séparées par trois gros grains. Il peut se réciter sur un chapelet normal en mettant de côté la cinquième dizaine et les 5 grains du début.

Les quarante grains sont en mémoire des 40 heures que le Christ a passées dans les Limbes pour délivrer et conduire au Ciel toutes les âmes des saints morts avant Lui.
Les quatre dizaines, tout comme les quatre gros grains, sont un rappel des quatre Evangiles, source de notre foi en Christ et sa résurrection.

Ce chapelet est récité en mémoire d'un défunt proche, pour le repos de son âme, ou tout simplement pour toutes les âmes du purgatoire.

Voici la manière de le réciter :


On fait le signe de croix


Sur le premier gros grain on récite le psaume 130, « De Profundis» :
(Bible TOB : Traduction Oecuménique de la Bible)


« Des profondeurs, je crie vers Toi, Seigneur :
Seigneur, entends ma voix ;
Que Tes oreilles soient attentives
à ma voie suppliante !

Si Tu retiens les fautes, Seigneur !
Seigneur, qui subsistera ?
Mais Tu disposes du pardon et
l'on Te craindra.

J'attends le Seigneur,
j'attends de toute mon âme
et j'espère en sa parole

Mon âme désire le Seigneur,
plus que la garde ne désire le matin,
plus que la garde le matin

Israël, mets ton espoir dans le Seigneur,
car le Seigneur dispose de la grâce
et, avec largesse, du rachat ;
C'est lui qui rachète Israël
de toutes ses fautes »


On ajoute à la fin :

« Accorde-leur, Seigneur, le repos éternel, et que brille à leurs yeux la lumière sans déclin ».


Sur les grains des quatre dizaines, on récite :

« Doux Coeur de Marie, consolation de ceux qui souffrent, priez pour nous et pour les âmes abandonnées du purgatoire ».


A chaque dizaine, on médite en parallèle sur un épisode de la mort du Christ et de la nôtre :


1ère dizaine :

La mort de Jésus (Mt 27:50, Mc 15:37, Lc 23:46, Jn 19:30)
Notre Mort (Ap 14:13)


2ème dizaine :

La descente de Jésus au séjour des morts (Rm 15:55)
Notre jugement (2 Co 5:10)


3ème dizaine :

L'attente de Marie dans l'espérance (Lc 1:32.33)
Notre Purification (Ap 21:27, 1 Co 3:13)


4ème dizaine :

La Résurrection du Christ (Mt 28:1-15 ; Mc 16:1-18 ; Lc 24:1-12 ; Jn:20.1-28)
Le Ciel (Jn 14:3, 1 Co 15:12-14)


Sur les gros grains séparant les dizaines :

« Accorde-leur, Seigneur, le repos éternel, et que brille à leurs yeux la lumière sans déclin ».


On termine le chapelet en récitant une nouvelle fois le psaume 130 ainsi que l'invocation :

« Accorde-leur, Seigneur, le repos éternel, et que brille à leurs yeux la lumière sans déclin ».


On peut ajouter sur la croix un Notre Père et un Je vous salue Marie.


NB : On peut compléter la récitation du chapelet par la lecture des six autres Psaumes dits de pénitence. On peut aussi réciter six autres chapelets en remplaçant à chaque fois le psaume 130 par un autre. Cela fait donc 7 chapelets.


Psaume 6 : « Imploration dans l'épreuve »
Psaume 32 : « L'aveu libère du péché »
Psaume 39 : « Néant de l'homme devant Dieu »
Psaume 51 : « Miserere »
Psaume 102 : « Prière dans le malheur »
Psaume 143 : « Humble supplication »




Messes perpétuelles pour les défunts :

Pères Oblats de la Vierge Marie
Oeuvres de Sainte-Rita de Cascia
1, rue de la Poissonnerie
06359 NICE cedex 4
Tél. : 04.93.62.13.62

Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 18:49
Henri Grouès dit l'abbé Pierre
né à Lyon le 5 août 1912
mort à Paris le 22 janvier 2007



Acrylique de Michelle Paulet de Puget-Théniers (06260)




Nouveau Testament
 Première Épître aux Corinthiens

13:1. Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.

13:2. Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.

13:3. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien.

13:4. L'amour est patient, il est plein de bonté ; l'amour n'est point envieux, l'amour ne se vante point, il ne s'enfle point d'orgueil,

13:5. Il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal,

13:6. Il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité ;

13:7. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

13:8. L'amour ne périt jamais. Les prophéties seront abolies, les langues cesseront, la connaissance sera abolie.

13:9. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie,

13:10. Mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

13:11. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.

13:12. Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu.

13:13. Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, l'amour ; mais la plus grande de ces choses, c'est l'amour.

Passage de la Bible péféré de l'abbé Pierre.


Texte audio MP3 de Saint-Paul

 


Partager cet article
Repost0